Page 63

De nombreuses entreprises ont aussi été obligées de revoir leurs prix à la baisse pour pouvoir décrocher de nouveaux contrats et maintenir ainsi un niveau minimum d’activité pour leur établissement. Les entreprises indirectement concernées par le travail des métaux, mais impliquées dans leur négoce, ont vu aussi leur activité être fortement touchée du fait de la chute des cours des métaux (notamment de l’acier) qui a durement réduit leurs marges. Globalement, les établissements les plus touchées semblent être ceux qui, au-delà de la conjoncture ou des déterminants sectoriels spécifiques de leurs clients, réalisent des projets d’importance, comme par exemple des lignes entières de production. En effet, les entreprises cherchent à retarder au maximum leurs projets d’investissements, ou bien voient leur financement bloqué par les établissements bancaires, et compensent par un recours plus important à la maintenance des outils de production existants. Les établissements fournissant simplement des pièces métalliques, ou réalisant des opérations spécifiques de travail des métaux, semblent ainsi avoir été moins touchés. Les entreprises ont cherché au maximum à éviter les licenciements (qui sont ainsi restés relativement rares parmi les établissements pour le moment interrogés), mais ont en revanche réduit très fortement (voir même souvent totalement arrêté) le recours au travail intérimaire, les agences de travail temporaire ayant été ainsi été très fortement touchées elles aussi.

Problématiques emploi/recrutement Les entreprises locales font apparaître des besoins très variables en termes de main d’œuvre. Dans l’ensemble, elles ont pour la plupart recours à du personnel qualifié (pour la majorité de leurs effectifs), cependant les niveaux de qualifications peuvent différer. De nombreux métiers se retrouvent dans les diverses entreprises, notamment celui de soudeur/chaudronnier. Il s’agit en effet du principal métier dans les entreprises réalisant de la construction métallique, et apparaît de façon plus minoritaire dans la plupart des autres. Les entreprises rencontrent assez peu de difficultés pour recruter des salariés peu qualifiés, mais beaucoup plus lorsque le niveau dépasse celui du CAP/BEP, en ce qui concerne les métiers techniques qui constituent le cœur de l’activité de ces entreprises. Cela est notamment vrai pour le métier de soudeur : de nombreuses entreprises réalisant des pièces uniques, ou des produits surmesure à la demande des clients, ont besoin de salariés plus qualifiés qui sachent non seulement réaliser des soudures « communes » mais aussi lire des plans et travailler sans modèle. De plus, il existe différents types de soudure donc certaines requièrent plus de technicité et donc un plus haut niveau de qualification. Les trois causes principales qui semblent expliquer ces difficultés de recrutement sont l’absence de formations suffisamment adaptées aux besoins des entreprises sur le territoire, l’absence de volonté des jeunes salariés de poursuivre leurs études (en apprentissage ou non) au-delà du BEP/CAP, et enfin le manque d’attractivité du territoire qui empêche de recruter des salariés extérieurs qui bénéficieraient des qualifications souhaitées. En conséquence, il apparaît que les difficultés de recrutement sont très hétérogènes d’une entreprise à l’autre, selon les besoins que celles-ci ont en qualifications élevées. Beaucoup recourent à la formation continue pour compenser l’absence de qualification des salariés, ce qui est facilité par la très grande stabilité des effectifs à l’intérieur des entreprises.

61

Les industries mécaniques

Les impacts sur l’activité ont pu être de différentes sortes et ne se sont pas limités à une simple diminution du niveau d’activité, consécutive à la diminution de la demande en provenance des secteurs industriels clients. Par exemple, des délocalisations (notamment dans l’industrie automobile), qui ont été imposées à certaines entreprises pour réduire leurs coûts, ont entraîné des pertes de marchés immédiates pour des sous-traitants locaux de ces entreprises, lorsque la proximité avec le client était une condition importante de leur collaboration.

Prospective Nord Deux-Sèvres  

Rapport final de l'action de prospective territoriale conduite par les 3 MDE du Nord Dexu-Sèvres.

Prospective Nord Deux-Sèvres  

Rapport final de l'action de prospective territoriale conduite par les 3 MDE du Nord Dexu-Sèvres.

Advertisement