Issuu on Google+

MEF-MPCE STRATEGIE DE CROISSANCE ECONOMIQUE Tourisme, Secteur porteur de croissance économique et créateur d’emplois

SEMINAIRE-ATELIER 24 – 25 MARS 2014 , HOTEL MONTANA

Martine Deverson mgdeverson@gmail.com 1


Contexte mondial  

Une croissance qui dépasse celle de l’économie mondiale pour la 3ème année consécutive; Un potentiel d’effets multiplicateurs remarquables, à l’avant garde des autres secteurs 1.00US$ dépensés dans le Tourisme génère 3.20US$ dans l’économie. Pour d’autres secteurs, la moyenne est en général de 2.70US$.

Un secteur à fort potentiel de création d’emplois, générant plus de 8% des emplois mondiaux 5 fois plus que l’industrie automobile, 4 fois plus que le secteur minier, 2 fois plus que le secteur bancaire, 2 fois plus que le secteur des communications.

1 million US$ de vente créent 50 jobs et 2 fois plus de jobs que 1million US$ de vente de services financiers, communication et d’automobiles 2


Contexte mondial (2) 

En 2013: 1.1 milliard de voyageurs internationaux (+5%) 7000 milliard US$ de contribution direct et indirect au PIB mondial (9.5% du PIB total); 266 millions d’emplois directs et indirects, 4.7 millions de nouveaux jobs créés; 1 sur 11 emplois mondiaux (8.9% du total) 1296 milliards US$ d’exportations représentant 5.4% des exportations mondiales et 52% des exportations de services; Près de 754 milliards US$ en investissement, soit 4.4% de l’investissement total. 3


Contexte mondial (3) 

Facteurs qui influencent la croissance du secteur: ◦ l’intégration croissante des économies et des sociétés, ◦ une compétition serrée entre les destinations, entre autres, pour conserver les parts de marché existantes et capter les marchés des pays émergents « BRICS »; ◦ la recherche de destinations de qualité mais aux meilleurs coûts, avec comme corollaire une utilisation plus intensive de l’internet pour explorer, rechercher le « meilleur deal», choisir la destination et faire les réservations; ◦ l’anticipation des opérateurs pour renouveler leur attractivité ou garder leur capacité de ne pas la perdre en devenant populaire; ◦ l’influence de nouveaux centres d’intérêt sur la demande, notamment la demande de services liés aux avancées de la technologie et de l’informatique; 4


Contexte mondial (4) ◦ un positionnement favorable de l’Europe pour 2014 avec la commémoration du 100ème anniversaire de la 1ère Guerre Mondiale; ◦ les retombées de la montée des « super » lignes aériennes qui vont se faire sentir au cours de 2014: concurrence plus agressive, changement de la structure de tarification, perte de facilitation des voyages (US Airways & AA); ◦ la hausse des revenus et de l’emploi, ◦ la sécurité des voyageurs, ◦ les aléas conjoncturels et naturels.

Compétitivité du secteur: Défi des prochaines années Capacité à faire face à une concurrence, de plus en plus vive, dans un monde de plus en plus intégré, de manière efficace et rentable, en préservant la qualité des ressources physiques, sociales, culturelles et environnementales. 5


Contexte Régional – les Caraïbes 

Secteur vital pour les économies de la région

2009, une

année d’inquiétude en raison de 9/11, les effets des crises économiques, (-4.16%) ;

2010,un nouvel espoir pour la région (+4.82%); 2011, quasiment pas de croissance, l’inquiétude

se réinstalle

(+0.09%);

2012, des signes positifs au cours d’une année excitante (+3.55%) 2013, la croissance est visible, même si son rythme est modeste (+1.8%) et que les performances des destinations ne sont pas les même. Trois (3) pays ont enregistré, cependant, une forte croissance: Guyana (+11.6%), Haïti (+20.2%), Montserrat (+39.7%)

2014, 2015, …. la grande question: la région a-t-elle vraiment passé le cap et retrouvé le chemin d’une croissance durable? Une grande majorité le pense. Des projections de l’ordre de 3.5% pour les 10 prochaines années 6


Contexte Régional – les Caraïbes (2)   

25.1 millions de visiteurs en 2013, 2% du marché mondial Pas de changement notable de la distribution des parts de marché entre les sous- régions Nombre de touristes de séjour en 2013 (milliers de touristes de séjour) 4690

2850 2008 1363

1217

300 Rep. Domincaine

Cuba

Jamaique

Bahamas

Puerto-Rico

Haiti

7


Les 5 plus grandes destinations de la RĂŠgion en 2013 (milliers de touristes de sĂŠjour) 1800

1600

1400

1200

1000

800

600

400

200

0 Rep. Domincaine

Cuba

Jamaique USA

Canada

Europe

Bahamas

Puerto-Rico

Autres

8


Parts de marché (2013) Etats-Unis : 43% (+2.9%) Amérique du Sud: 6% (+13.0%) Canada: 12% (+0.7) Europe: 19% (-3.7%) Interrégional: 7% (+2.1%) Autres : 7% (+3.4%)

Amerique du Sud 6%

Autres 7%

Caraibes 7% USA 49% Europe 19%

Canada 12%

9


Contribution du Secteur Tourisme au PIB: Plus importante que les secteurs mines, manufacture d’automobiles et d’industrie de produits chimiques; à la création d’emplois: plus d’emplois créés que le secteur bancaire, les secteur minier, de manufacture d’automobiles et d’industrie de produits chimiques 2013

PIB (Global) Milliard US$ PIB (Direct) Milliard US$ Emplois (Global) Millions Emplois (Direct) Millions Revenus exports Milliard US$ Investissements Milliard US$

Taux de croissance

(milliard US$)

% région

2012-13

2013-14

2014-24

49.0

14.0%

2.7%

4.0%

3.4%

15.3

4.4%

2.1%

3.8%

3.5%

1,909.0

11.3%

2.8%

2.8%

1.9%

606.5

3.6%

1.7

2.9

2.0%

26.2

17.6%

2.2%

3.5%

3.6%

6.0

11.3%

4.7%

5.5%

3.5%

Source: WTTC Travel & Tourism Economic Impact 2014

10


Contexte Régional – les Caraïbes (5) 

Dépenses des touristes: croissance modérée, mais supérieure à celle du nombre de visiteurs internationaux

US$ M

Var. (%)

2009

2010

2011

2012

2013

24,419.1

25,497.0

26,460.6

27,413.2

28,054.9

-10.2

4.4

3.8

3.6

2.3

627 millions US$ de taxes directes collectés par les gouvernements 1.00 US$ a rapporté 2.26 US$ additionnels 1 emploi a généré 2.15 emplois additionnels 11


Secteur Transport aérien 

5% du marché mondial qui a enregistré 3.1 milliard de passagers et 1 millions de départ d’avion additionnel, ce qui a permis d’atteindre un record avec le chiffre de 33 millions.

 

 

+8.6% d’augmentation du nombre de passagers internationaux pour LAC, Rang 2 Faible croissance de la desserte quotidienne de la région par rapport à celle de la demande du sous-secteur Hébergement Facteur très influant de croissance économique et de compétitivité Augmentation du nombre de sièges étroitement liée aux tendances et à l’histoire des marchés, à l’expérience des relations entre lignes aériennes et leaders du secteur

Elément de blocage à l’expansion de l’industrie touristique en raison de: Insuffisance du nombre de lignes aériennes disponibles, Augmentation des prix des billets; Taux trop élevé des taxes gouvernementales; Nouvelle taxe de départ fixé par UK; Impact des fusions récentes, notamment celle AA et US Airways

Actions : Dialogue Public – Privé; Intérêt des lignes aériennes pour améliorer le niveau de desserte; amélioration des infrastructures existantes pour la réception de plus grands transporteurs;

Perspectives: Beaucoup d’optimisme chez les acteurs

12


Deux études de cas Bahamas: ouverture en décembre 2014 de Baha Mar Resort : • Investissement de 3.5 milliards US$ • 2900 chambres • Besoin de 260.000 sièges d’avion pour rentabiliser l’investissement, soit 90 sièges par chambre • Solution: Jet Blue mettra 10 avions additionnels A320; Poursuite des négociations

Importance de la qualité des infrastructures aéroportuaires, Punta Cana République Dominicaine: 2.5 millions de touristes en 2013: • Nombre > à ceux visitant Washington, Nice, Frankfurt, Egypte, Indonésie, Honolulu • 23.29% des américains visitant ce pays, 12.09% des canadiens, 4.39% des russes, 4.24 des français, 3.9% des allemands Résultat: destination classée parmi les 100 plus importantes du monde

13


Sous-Secteur Hébergement

Capacité en 2012 de 231,278 chambres - 2125 hôtels; Croissance modéré des indicateurs de performance mais toujours supérieure à 2012 quelque soit le mois de l’année; Augmentation des revenus provenant de celle des tarifs plutôt que de la croissance du taux d’occupation Indicateurs

Unit

2009

2010

2011

2012

2013

Taux d’occupation

%

61.6

61.1

1.8

66.3

67.1

- 0.8

1.2

7.3

1.2

161.41

167.56

175.62

186.55

3.3

3.8

4.8

6.2

98.66

103.59

116.42

125.2

2.5

5.0

12.4

7.5

ADR RevPR

Var. % US$

156.32

Var. % US$

96.25

Var. %

Total Revenus (chambres)

Var. %

-16.4

3.8

7.2

10.9

7.6

# de chambres

Var. %

0.8

0.5

0.9

-1.8

0 14


Sous-Secteur Hébergement (2) Croissance de 7.6% des revenus par chambre, insuffisante pour retrouver le niveau précèdent la récession;  Performance encourageant du point de vue des opérations mais encore pas mal de chemin à faire du point de vue de l’investisseur;  152 projets dans le pipeline Caraïbes / Mexico, 25,850 nouvelles chambres, une augmentation de 26.4% par rapport à 2012: 

◦ Mexico: 5395 chambres; Bahamas: 2706 chambres ◦ Rép. Domincaine: 1747 chambres ◦ Puerto-Rico: 449 Jamaïque: 368 chambres

15


Sous-Secteur Hébergement (3) Modèle Forfait « All-inclusive »  

  

186 propriétés, 63,506 chambres, allant des segments économiques au “de luxe”) Changement de la tendance des 10 dernières années: un regard tourné vers le modèle de luxe, même par les grandes chaines américaines All inclusive ne veut pas dire tout compris: source de revenus à partir de certains services come par exemple les boissons alcoolisés Mixte d’unités et de résidences pour assurer pus de disponibilités pour le financement des projets et aussi une meilleure rentabilité Différents types: pour adultes et enfants, pour adultes seulement Facteurs de succès: Développer une interdépendance entre zone adulte et enfant pour qu’assez d’expérience puisse garder le client satisfait pendant 7 à 10 jours; Contrôle serré des dépenses de Nourritures et boissons ainsi que des stocks; 16


Financement  

17.8 milliard US$ de transactions financières au niveau mondial pour les projets d’hôtel (56.5 du total) Avant 2008, financement important des banques, d’où un taux d’endettement très élevé et des besoins de refinancement ou de restructuration des prêts ou même de rachat suite au ralentissement de la croissance en 2009

De plus en plus difficile à avoir accès à ces financements suite aux échecs 2008-2009: 52 projets ont échoué en 2009 et ceci a affecté la position de la région Examen minutieux des dossiers par les banques et exigence: 50% Fonds Propres – 50% prêts, ratio qui peut varier en fonction de l’attrait du projet et la solvabilité des emprunteurs, mais ne dépassera pas 40-60

 

Peu d’intérêt des investisseurs étrangers pour les acquisitions, sauf s’il s’agit d’affaires à en pas rater Stratégie d’exécution des projets: Par phase dont la 1ère est financée uniquement par les promoteurs. La rentabilité du projet étant prouvé, les taux étant attractifs, le financement étranger manifeste son intérêt; Promotion des modèles Hôtel-Résidence avec les ventes de résidences comme source de financement; constitution de fonds d’acquisition par les investisseurs locaux; 17


Tourisme de croisière (6)   

1ère destination mondiale: 45.3% des navires déployés dans le monde, 38.19% des destinations sélectionnées dans le monde; 21.9 millions de croisiéristes, (+2.7%) Eté 2013, Saison la plus performante depuis 2010 Nombre de croisièristes fréquentant la Région (en milliers de personnes) 22,500.00 22,000.00

21,544.20

21,500.00

21,125.40

21,000.00

21,884.80 21,313.10

20,500.00 20,000.00 19,500.00

19,452.40

19,000.00 18,500.00 18,000.00 2009

2010

2011

2012

2013

18


Tourisme de croisière (7) En 2013  Pas de changement de tendance depuis la reprise de 2010  Depuis 1990, 200 millions de croisiéristes, avec 40% au cours des 5 dernières années  Prédominance du marché nord américain  Bahamas, la 1ère destination de la région  9.5 milliard US$ d’investissement pour la construction de 26 nouveaux navires  42% des nouveaux croisiéristes  2.0 milliard US$ de dépenses directes des croisiéristes  En moyenne, 95.92US$ par croisiéristes à terre et 96.98US$ par membres d’équipage pour des achats de biens et de services  247 millions US$ de dépenses par les lignes de croisières (frais portuaires et achats locaux)  45,225 jobs et 728 million US$ de salaires payés aux employés En 2010, chaque navire accostant en République Dominicaine, ayant à son bord 2000 passagers et 800 membres d’équipage, a apporté une contribution à cette destination de 260,000.00US$ par voyage 19


Autres Facteurs de succès 

TIC: fonctionnement des opérateurs du secteur et satisfaction des exigences

de la clientèle  Ressources Humaines, un des grands défis, notamment le coût  Marché et produit: Reprise de l’économies des principaux marchés de la région notamment les USA: deux fois plus de visiteurs d’ici 2020, Concurrence entre les destinations de la Région pour capter le marché des pays émergents « BRICS » particulièrement le Brésil; Croissance plus rapide du Tourisme d’affaires; Recherche de marchés de niches; Renouvellement des produits: Quelle expérience offrir qui n’a pas encore été commercialisé  Chaine de valeur; Meilleure intégration en vue de maximiser les impacts économiques  Liens entre croissance du secteur et lutte contre la pauvreté  Assurance d’un développement durable en protégeant les actifs

du secteur: environnement, valeurs culturelles, patrimoine, … 

Sécurité, Stabilité politique, Cherté des couts de transaction, Limitation des facilitation pour la conduite des affaires et des échanges, aléas climatiques Maitrise des externalités négatives 20


Tourisme: Relation Croissance, Emplois et Investissements Le cas de la République Dominicaine Objectifs pour 2022: 10 millions de visiteurs 2013: année de changement de stratégie positionnant le tourisme à l’avant-garde des autres secteurs  Plan d’actions:  

◦ ◦ ◦ ◦ ◦ ◦ ◦

Dépenses de promotion importante, Augmentation du nombre de chambres d’hôtel et de vols aériens, Renforcement des mesures de sécurité, Développement d’investissements avec les chaines les plus réputées, Modernisation du réseau routier, Développement des ports de croisières et des marinas, Disponibilité d’une infrastructures aéroportuaire de qualité (Puntas Cana 55% des arrivées, Santo Domingo 24%), ◦ Ouverture de nouvelles lignes aériennes locales, ◦ Développement de hubs touristiques 

Pour 2013, 3.6 milliard US$ d’IDE, 60% du total de la Région, principalement dans les secteurs Industrie et Commerce dont le Tourisme:

Flux IDE 2001-2010:Tourisme 15% de part, après Immobilier (18%), Commerce et Industrie (16%)

21


Impacts économiques 

    

Contribution au PIB: 6 milliard $, 9.2% du total FBCF: 0.8 milliard $, 10.2% du total Exportations: 4.2 milliard $,39.7% du total Taxes gouvernementales: 370 millions$, 5.8% du total Emplois: 195,000, 12% du total Stock IDE: 2.2 milliard $, 15% du total

◦ 1.00$ de revenu direct rapporte 4.19$ additionnels dans l’économie, valeur > à la moyenne de la région ◦ 1 emploi créé coûte 4,102$ d’investissement. ◦ Rép. Dominicaine vise tous les segments du marché à forte valeur ajoutée. ◦ Il existe des liens serrés avec le reste de l’économie, notamment avec les secteurs Agriculture, Transport, Education, Communication. ◦ Rép Dominicaine a développé une excellente maitrise des facteurs de compétitivité ◦ Les objectifs des politiques touristiques servent de boussole aux politiques publiques ◦ Les IDE sont bien accueillis. Il y a très peu de restrictions les affectant. ◦ Le cadre légal et règlementaire est actualisé pour profiter des opportunités d’affaires.

22


En HAITI, C’est un secteur qui bouge 

Un secteur qui a connu une période florissante au cours des années 60 et Haïti faisait partie des plus grandes destinations de la région; A suivi la période des moments difficiles, de déclin, dominée par une quête permanente des operateurs pour la survie de leurs établissements. En 1996, pointe une lueur d’espoir avec la priorité mise sur ce secteur et l’engagement Public-Privé qui donna naissance au Plan directeur du Tourisme; Depuis plus de 15 ans, c’est une marche constante pour la structuration du secteur et des efforts continus pour repositionner Haïti comme destination de la Région; Aujourd’hui, le secteur est déclaré prioritaire et reçoit une attention soutenue des autorités. Les investisseurs nationaux et étrangers se manifestent ainsi que des operateurs et des représentants de marques internationales de renom: Marriott, Best Western, Occidental, nH Hoteles, Prefered, … 23


Les CHIFFRES CLES 

En 2010,

◦ 7% du PIB dont 2.5 en contribution directe; ◦ 5.5% de l’emploi national dont 65400 emplois directs; ◦ 111.3 millions US$ d’investissement; 256.9 millions US$ de revenus d’exportation; 

348,755 arrivées de touristes internationaux, dont 45.29% en provenance de la Diaspora haïtienne (2011)

596,562 croisiéristes (2011): ◦ 2/3 du marché touristique haïtien, ◦ 4ème position après Bahamas, Jamaïque et Puerto-Rico; ◦ 5.4 millions US$ de revenus pour l’Etat; ◦ 700 emplois dont 230 emplois directs,

◦ une porte ouverte vers d’autres opportunités d’affaires: excursion au Parc historique du Nord, ouverture pour d’autres lignes affiliées à la Royal Caribbean Cruise Line, programmation en automne 2014 dès l’arrivée de Quantum of the Sea en provenance de New York

24


NOMBRE D’ARRIVEES PAR PAYS D’ORIGINE EN 2011: Plus de 70% des touristes en provenance des Etats-Unis

Etats Unis 1% 5% 3% 6%

Canada 8%

Caraïbes Rép. Dominicaine France 77%

Nd

25


NOMBRE D’ARRIVEES PAR BUT DE VOYAGE: 160000

140000

Vacances/Loisirs 120000

100000

Affaires 80000

60000

Autres motifs

40000

20000

Nd

0 2006

2007

2008

2009

2010

2011

26


Contribution au Secteur Tourisme - Haïti 2013

Taux de croissance

(mn HTG)

% Région

2012-13

2013-14

2014-24

PIB (Global) Mn HTG

15,725.6

4.2%

1.9%

8.4%

4.6%

PIB (Direct) Mn HTG

5,091.2

1.4%

3.7%

8.5%

4.6%

Emplois ( Global) Millions

139,000

3.6%

-2.7%

3.6%

2.4%

Emplois (Direct) Millions

43,500

1.1%

-1.1%

3.7%

2.4%

Revenus exports Mn HTG

8,175.3

14.7%

na

7.3%

5.1%

Investissements Mn HTG

4,483.6

4.3%

na

6.0%

1.8% 27


Indice de compétitivité des Voyages et du Tourisme: Score

Rang mondial

Politiques publiques et régulations

3.2

135

Environnement durable

2.9

139

Sécurité

3.4

130

Santé et Hygiène

2.0

128

Priorité aux voyages et au tourisme

3.2

124

Infras.Aéroportuaires

1.9

131

Infras. routières

1.7

140

Infras. touristiques

2.2

110

Infrastructure TIC

1.7

131

Compétitivité des coûts dans l’industrie V&T

4.5

78

Ressources humaines

3.3

136

Affinité pour V&T

3.8

135

Ressources naturelles

1.5

140

Ressources culturelles

1.2

134

Total

2.59

140 28


Haïti, Potentiels et atouts Capacité de diversification du produit touristique : du traditionnel SSS au nouveaux nés tourisme alternatif, MICE, avec un avantage comparatif majeure: sa culture  Hébergement: 

◦ 50% de pertes et de dégâts en 2010, ◦ 2490 établissements en 2012, ◦ une forte concentration dans les villes notamment à PAP et à Pétion-Ville, ◦ La présence actuellement d’operateurs de gestion étranger comme Trust Hopitality, Nh Hoteles, Occidentale, ◦ 113.7 millions US$ d’investissements projetés par une dizaine de projets et dont l’objectif est de créé plus de 8000 emplois;

29


Haïti, Potentiels et atouts 

Restauration: ◦ ◦ ◦ ◦

Services: transport, tours operateurs, agences de voyage ◦ ◦ ◦ ◦

Une production faible et limitée, 3000 couverts estimées en 2010 Manque de ressources humaines qualifiées Des équipements et infrastructures peu appropriées et en grande majorité hors normes; Air Transat offre des forfaits: Canada, Etats-Unis; OPERUR, RD, offre le produit multi-destinations; Des ouverture sur d’autres marchés: Curaçao, De nouvelles lignes aériennes: Haïti Connection, Jet Blue,

Infrastructures: ◦ Réhabilitation et Développement des aéroports ◦ Cout élevés des services de transport aérien et non compétitif avec les destinations de la région 30


Haïti, Potentiels et atouts 

Potentiel d’intégration: à titre d’exemple avec 30% de taux d’occupation des unités d’hébergement touristique, une moyenne de 1.5 visiteurs par chambre, c’est un marché de plus d’un ½ million d’individus à desservir dans toutes ses composantes (biens et services) 2012

2013

Nombre de chambres

2490

3490

Taux d’occupation: 30% Nombre de nuitées Nombre de visiteurs

272,655 408,982

382,155 573,232

Taux d’occupation: 60% Nombre de nuitées Nombre de visiteurs

545,310 817,965

764,310 1,146, 465

31


Cadre de Politique publique: 4 axes Axe 1:Formation: • • • •

Renforcer les programmes de formation continue Ouvrir 2 nouvelles écoles technique: Cayes (mai 2013); Jacmel Introduire la filière tourisme au curriculum des universités (Limonade) Etablir des partenariats pour l’ouverture de restaurants et d’hôtels d’application;

Axe 2: Règlementation et contrôle de qualité: • •

Lancer le programme de contrôle de qualité, Revisiter le cadre légal et règlementaire;

Axe 3: Promotion • • • • •

Revaloriser l’image d’Haïti, Rétablir la confiance dans la capacité d’Haïti à pouvoir offrir une expérience unique enrichissante et authentique comme d’autre pays qui vivent la même situation qu’elle; Négociation avec les tours operateurs internationaux, Présence sur la scène international et régionale, Appui aux initiatives mettant en valeur les attraits d’Haïti 32


Axe 4: les Investissements avec avec un objectif de plus de 3850 nouvelles chambres en: - d茅veloppant les sites Ile a Vache, Cote de Fer; - faisant de Jacmel une destination culturelle et artistique; - consolidant les acquis de la C么te des Arcadins; - revalorisant le potentiel de la C么te Atlantique Nord: Patrimoine, Croisi猫re.

33


Cadre institutionnel 

 

Ministère du Tourisme (2001) dont la mission est d’élaborer et d’appliquer la politique du gouvernement dans le domaine du tourisme, de définir les stratégies pouvant assurer son plein développement, de réguler les activités du secteur et de ceux qui lui sont liés; Conseil Consultatif du Tourisme, installé en décembre 2012, qui est essentiellement un organe de réflexion, de conseil, d’échanges et de concertation; Commission interministérielle mise en place pour accomplir un mandat bien spécifique confiée par la loi ou par l’Exécutif: Commission Interministérielle des Investissements (CII), Comité de pilotage du développement touristique de l’Ile à Vache, … Centre de Facilitation des Investissements (CFI) qui joue le rôle de secrétariat du CII et qui intervient activement sur la promotion des investissements dont le tourisme. Association Touristique d’Haïti (1951) et les antennes régionales qui regroupent les operateurs du secteur; Les associations de tourisme alternatif qui depuis la fin des années 90, développent les produits touristiques Eco-tourisme, tourisme solidaire, tourisme communautaire, Agro-tourisme, tourisme rural

34


Cadre règlementaire 

La loi créant le Ministère du Tourisme et ses directions (2001)

La loi de 1975 fixant les règles d’exploitation des établissements touristiques;

Le code des investissements de 2002 établissant les avantages incitatifs ainsi que les conditions d’accès;

La loi sur les zone franches et ses arrêtés d’application qui prévoit la possibilité d’implanter des zones franches touristiques;

L’arrêté présidentiel déclarant Ile à Vache zone touristique et aire protégé (2013);

L’arrêté présidentiel déclarant une partie du littoral de la Côte Caraïbes zone marine protégée (2013);

Projet d’arrêté sur la classification des établissements touristiques (en cours);

Projet d’arrêté fixant la règlementation des zones économiques intégrées (en cours);

Législation régulant les activités économiques comme le code fiscal, les tarifs douaniers, ….

Accords et conventions internationales dont Haïti fait partie et ratifiés par le Parlement

Echanges de notes et mémorandum d’entente qui touchent le tourisme comme le Mémorandum signé avec la République dominicaine sur le commerce, les investissements et le tourisme (2012) 35


Forces, Faiblesses, Opportunités et Menaces FORCES

FAIBLESSES

Vision et Orientations politiques Faible intégration dans l’économie clairement définis; Présence d’une nationale; Difficultés dans la mise en identité haïtienne; Existence de capacités pour construire l’avenir; Ouverture aux IDE; Adoption de mécanismes d’arbitrage et de résolution des conflits

œuvre et le suivi des décisions politiques; Attitude et Perception négatives; Absence de stratégie cohérente de Communication, Insuffisantes des données statistiques et retard dans leurs diffusion, insuffisance des procédures

OPPORTUNITES

MENACES

Manifestations d’intérêt d’opérateurs et d’investisseurs étrangers; Position géographique près de son principal marché émetteur; Dispositions favorables pour l’institutionnalisation du dialogue Public - Privé;

Retrait des manifestations d’intérêt; Coûts élevés des transactions; Augmentation du risque politique; Persistance des faiblesses administratives dans la gestion des investissements, 36


LE TOURISME, un levier de croissance économique et de développement, de création d’emplois; la croissance de ce secteur dépend beaucoup plus de la demande externe que de la demande interne, d’où une excellente maitrise des facteurs de compétitivité est indispensable. 

Succès POSSIBLE, mais Si: ◦ Liens bien établis avec les autres secteurs en vue d’avoir des chaines de valeurs opérationnelles; ◦ Interaction entre Secteur public et Secteur Privé ainsi que complémentarité de leurs actions; ◦ Existence de mécanisme de facilitation des investissements et un climat favorable aux IDE; ◦ Cadre légal et règlementaire dans la ligne des objectifs de croissance économiques visés; ◦ Organisation institutionnelle stable, dynamique, dotée de ressources humaines qualifiées et responsables; ◦ Instruments de mesures et de suivi des décisions et actions « veille touristique » 37


Recommandations de la rencontre d’experts organisé par la CNUCED sur la contribution du tourisme au développent durable (mars 2013) Tourisme et développement économique 

Contribution considérable au développement du pays tant sur le plan social qu’économique en créant des emplois, en stimulant l’activité économique locale grâce à la constitution de liens, en attirant des devises, en améliorant l’image du pays à l’étranger, en préservant le patrimoine naturel, historique et culturel

La Chaine de valeur du tourisme couvre la plupart des branches d’activités. La contribution à la croissance et à la diversification de l’économie dépend de la mesure dans laquelle le tourisme est lié aux autres secteurs économiques. Il stimule l’investissement et la capacité d’offre grâce aux liens établis en amont et en aval. le principal enjeu est comment les consolider et assurer la viabilité à long terme des activités interdépendantes.

L’inquiétude de certains est l’importance des importations. Il a été recommandé l’application de politique publique qui resserrent les liens intersectoriels.

Il encourage les IDE dans les pays où l’investissement local est faible mais aussi l’adoption de mesures pour éviter des comportements anticoncurrentiels. 38


Rapport CNUCED, mars 2013 

Les experts ont recommandé de capitaliser sur les capacités de PME et de les renforcer au besoin, d’entreprendre la diversification des produits touristiques et ne plusse cantonner au SSS

Tourisme, emploi et réduction de la pauvreté 

La 1ère recommandation est la nécessité d’encourager des pratiques de travail décentes et productives, fondées sur 4 critères: les normes de travail, le droit du travail, la promotion de l’emploi et le développement de l’entreprise, la protection sociale, le dialogue sociale.

Ils ont aussi recommandé un cadre incitatif visant à établir un dialogue social structuré et à apporter des réponses adaptées aux besoins locaux et nationaux.

En matière de contribution à la réduction de la pauvreté, il fallait identifier des liens entre le secteur et les producteurs locaux notamment dans les domaines agro-alimentaire, industrie créative, tourisme locale, dans le cadre d’une chaine de valeur. Il fallait aussi admettre que l’industrie touristique ne pouvait à elle seul apporter les solution au problèmes complexe de la pauvreté.

Il était crucial d’adopter des mesures pour mitiger les risques de violence sexuelle, notamment des activités de formation, de renforcement des capacités, d’évaluation des risques et de suivi. 39


En conclusion Haïti a des atouts et a démarré son processus d’intégration au marché mondial touristique. Cependantil y a un retard dans l’établissement des liens avec les autres secteurs économiques, l’inadéquation des objectifs touristiques fixés avec les actions du secteur privé, l’établissement de la chaine de valeur (approvisionnement local). Peut-être que ces éléments existent déjà? Il n’y a ni instruments, ni données permettant de les vérifier. Aucune initiative n’a encore été prise pour modéliser ces liens et simuler les résultats d’objectifs d’une croissance économique avec le tourisme comme secteur moteur. Aujourd’hui, c’est l’un des enjeux si nous voulons Demain, dans 10 ans, dans 20 ans, et pourquoi pas dans 50 ans et plus gouter, aux fruits des retrouvailles avec le succès d’être le chef de file des destinations touristiques de la région Caraïbes et ne plus rêver tout haut en disant « ou konen, Ayti te devan lot peyi len lane 60 yo, Yo te rele’l la Pel dè Antil » 40


Merci de votre attention

41


Tourisme, Secteur porteur de croissance