Issuu on Google+

Mars 201 1

LES DOSSI ERS DOCS Survivants des glaces


« Pour une organisation scientifique et géographique, donnez-moi Scott ; pour un voyage d'hiver, Wilson ; une course vers le Pôle et rien d'autre, Amundsen ; et si je suis en détresse au fond d'un trou et que je veux en sortir, donnez-moi Shackleton à chaque fois »

Préface au livre de l’explorateur polaire britannique Apsley Cherry-Garrard (1886-1959) Le pire voyage au monde (The Worst Journey of the World), l'un des classiques de la littérature de voyage, que le National Geographic a même consacré « plus grand récit d'aventure de tous les temps ».


SOMMAIRE Ernest Shackleton aventurier de l'extrême

5

L'expédition Endurance sur une carte de l'Antarctique

7

L'exposition Survivants des glaces

8

Pour en savoir plus sur Sir Ernest Shackleton

9

... au Sud

11

... au Nord

14

Vous reprendrez bien un peu de glace ?

19

Webographie

21

Au programme

22

Crédits photos

23

3


ÂŤ Jamais la gloire au prix de la vie d'un homme Âť Ernest Shackleton


Ernest Shackleton aventurier de l'extrême

N

é le 15 février 1874 en Irlande et mort le 5 janvier 1922 dans l'île de la Géorgie du Sud, Ernest Shackleton, l'un des plus grands explorateurs du XXème siècle, reste un véritable modèle pour les marins et les grands voyageurs du fait de l’héroïsme dont il a fait preuve durant ses différentes explorations. Dès son plus jeune âge, Ernest est un lecteur insatiable, passionné par les récits d'aventure. Elève agité, très peu porté sur les études qu'il juge ennuyeuses, il quitte l'école dès seize ans et embarque sur un voilier où il passera plusieurs années à parcourir les océans et à apprendre le métier de marin. - En 1898, il devient Capitaine au long cours, puis en 1901 il réussit à se faire recruter en tant que troisième officier sur le Discovery, navire de la National Antarctic Expedition. Ce sera sa première aventure polaire, qu’il devra malheureusement quitter trop tôt, atteint du scorbut en 1904. - En 1907, résolu à faire oublier ce qu'il considère comme un échec personnel, il décide de monter son propre projet qu’il appellera la British Antarctic Expedition, dont l'objectif est la conquête du pôle Sud géographique ainsi que celle

du pôle Sud magnétique. Il embarque ainsi sur le Nimrod et établira un record avec trois de ses compagnons : au cours de leur longue marche australe, ils atteindront une latitude de 88°23'S, soit un point à seulement 97 milles marins du pôle Sud. Cet exploit lui vaudra d'être anobli dès son retour par le roi Edouard VII, en 1909. Le Boss, comme ses hommes l'appellent, devient ainsi Sir Ernest Shackleton. - En 1911, c’est le Norvégien Roald Amundsen qui conquiert en premier le pôle Sud. Shackleton décide alors d’innover et de monter la première traversée à pied du continent Antarctique de la mer de Weddell à la mer de Ross, via le pôle Sud. Il faut pour cela trouver un équipage rompu à toute épreuve, car l'aventure s'annonce des plus risquée. Pour cela, il fait paraître une annonce dans le Times qui découragerait les plus téméraires : « Cherche hommes pour voyage dangereux. Petits gages, froid rigoureux, longs mois de nuit complète, dangers permanents, retour incertain. Honneur et reconnaissance en cas de succès ». Contre toute attente, il parvient à recruter 27 hommes aguerris, et rassemble 70 chiens de traîneaux. Deux navires seront employés : l' Endurance, d’abord, (nom issu de la devise familiale : « Par l'endurance nous vaincrons ») qui transportera l'équipe principale dirigée par Shackleton en mer de Weddell afin de tenter la traversée à pied du continent, un long périple de 3300 km ; et l' Aurora, qui mènera une autre équipe, chargée du ravitaillement, en mer de Ross. Cette aventure prendra officiellement pour nom l'Imperial Trans-Antarctic Expedition, ou plus communément l' Expédition Endurance. Le navire quitte la Géorgie du Sud le 5 décembre 1914, mais l'expédition va très vite tourner à l'odyssée. Dès les premières glaces,

5

l' Endurance se retrouve prisonnier et dérive lentement pendant près de dix mois. La glace provoque de fortes pressions sur la coque, jusqu'au jour où l'eau commence à s'infiltrer. L'équipage est contraint de débarquer sur la banquise le 27 octobre 1915 et assiste, impuissant, au broyage par les glaces du navire, qui sombre définitivement par 3000 m de fond le 21 novembre. L'équipage se retrouve seul, prisonnier des glaces, au milieu de nulle part, loin de toute terre et va donc tenter de survivre dans un froid polaire. Un calvaire qui tourne au drame lorsque la banquise sur laquelle ils ont établi leur campement de fortune craque. Les membres de l’équipage ont à peine le temps de mettre leurs canots à l’eau afin d’échapper à une mort certaine. Ils finissent par débarquer, épuisés, sur un rocher escarpé et désertique, l’île de l’Eléphant, le 18 avril 1916. L’attente glaciale va durer cinq mois, jusqu'au sauvetage fou de Shackleton qui avait promis de ramener son équipage sain et sauf, fût-ce au péril de sa vie : il embarque avec cinq compagnons dans le plus robuste des canots de sauvetage, le James Caird, en espérant rejoindre en ramant la

Shackleton lors de l'Expédition Nimrod


Wild, second de l'Endurance, devant les restes du bateau.

lointaine Georgie du Sud, à plus de 1400 km. Ils y parviennent enfin quinze jours plus tard, épuisés, assoiffés, affamés, frigorifiés. Mais du mauvais côté de l’île. Avec deux de ses compagnons encore valides, Shackleton devra encore traverser l’île à pied et escalader glaciers et montagnes afin de trouver du secours et repartir aussitôt chercher ses hommes en perdition de l'autre côté de l'île. Dans des conditions normales cette traversée de l'île aurait été un exploit, mais après un tel périple en canot, cela relève plutôt du miracle ! Quant aux vingt-deux hommes restés sur l'île de l'Eléphant, Shackleton parviendra à les récupérer le 30 août 1916, au bout de la quatrième tentative. Les membres de l'équipage de l'Aurora ont également connu de leur côté une situation critique de survie dans des conditions épouvantables. Ils seront à leur tour sauvés le 10

janvier 1917. Malheureusement, leur aventure s'est soldée par la mort de trois de leurs hommes. En tout, l'expédition aura duré deux ans. C'est l'une des plus incroyables aventure humaine du XXème siècle, durant laquelle Shackleton va faire preuve d'un immense courage et montrer une personnalité exceptionnelle : il fera toujours passer le salut de ses équipiers avant ses intérêts personnels et saura, avec un talent extraordinaire, maintenir, malgré des conditions tragiques, le moral de ses hommes à flot. L’expédition Endurance, rendue si proche par les photographies de Frank Hurley, le photographe de l’expédition qui a permis que nous ayons aujourd’hui une documentation exceptionnelle de l’aventure, aussi bien photographique que filmique (cf le film documentaire South, disponible à la Médiathèque), est

devenue le symbole de l’exploration polaire. Malgré cette aventure tragique (un « échec glorieux » comme dira Shackleton) qui aurait pu mille fois virer au drame, ce dernier repartira en 1921 pour l' Expédition Shackleton-Rowett au cours de laquelle il mourra subitement, d'une crise cardiaque, le 5 janvier 1922, à bord du Quest. Il sera enterré en Georgie du Sud, là où il avait réussi l’immense exploit de trouver de l’aide et sauver ses hommes en perdition lors de l’Expédition Endurance. La mort de Shackleton marque la fin de la course à l’exploration du dernier continent vierge qu’était l’Antarctique, cette terra incognita que des explorateurs de l'extrême ont découverte, arpentée, sans aucune aide technologique moderne de communication telle que la radio. Une époque sacrée où l’homme ne pouvait compter que sur lui-même. Audrey Bouvier, section

1916 - Ile de l'Elephant - L'équipage salue l'arrivée des secours.

6

adulte.


L'expédition Endurance

sur une carte de l'Antarctique

C

ette carte faite à la main date de 1917. Elle retrace tout d'abord le voyage de l' Endurance à travers la mer de Weddell, de la Géorgie du sud jusqu'aux côtes de l'Antarctique, l'endroit où le navire s'est fait prendre par les glaces, puis détruit par ces dernières, le lieu où ses passagers l'ont abandonné et où il a coulé en 1915. On peut suivre ensuite le parcours des rescapés à bord des canots de sauvetage pour atteindre l'île de l'Eléphant. Et l'incroyable traversée réalisée par Shackleton et 5 de ses hommes à bord de l'un d'eux pour atteindre finalement la Géorgie du sud afin d'y trouver du secours. Parcours de l' Endurance : -+-+-+-+-+-+-+-+ Parcours des canots : ---------------------Le voyage de l’Endurance La dérive de l'Endurance pris dans les glaces Après le naufrage du navire, dérive sur le pack et voyage en canot vers l'île de l'Éléphant Le voyage du canot James Caird jusqu'en Géorgie du Sud Le trajet de l'expédition tel qu'il était prévu au départ Le voyage de l'Aurora La prise dans le pack de l’Aurora et son remorquage, laissant sur place une partie de l'équipe La mise en place des dépôts de provisions

7


Exposition

Survivants des glaces Cette épopée dantesque que fut l'Expédition Endurance a été mise en scène par la Corderie Royale de Rochefort-sur-Mer à travers une exposition dont l'ambition est de faire vivre au public les aventures d’un véritable héros et de ses hommes : de la préparation en Angleterre au sauvetage de l’équipage, en passant par l’interminable dérive, le naufrage du navire et la survie sur l’immense désert de glace. La scénographie conjugue des supports audiovisuels remarquables, des effets sonores, des objets d'époque, des instantanés photographiques, des films originaux, un diorama... qui évoquent les grandes étapes de cette aventure. Tout est là pour recréer l'univers polaire.

Une immersion totale dans les grandes étapes de l'aventure... ...du 11 mars au 13 avril 2011 à la Médiathèque

8


Pour en savoir plus sur

Sir Ernest Shackleton

...envers et contre tout

Le récit de l'expédition Shackleton dont le mérite fut, au terme de plusieurs mois d'errance sur la banquise, de ramener son équipage après le naufrage de l'Endurance.

L

'expédition préparée minutieusement par Sir Ernest Shackleton devait permettre la traversée du pôle Sud, soit 3000 km entre la mer de Wedell et celle de Ross. Deux bateaux furent appareillés pour assurer cette mission. Mais la météo de l'été austral de cette année 1914-1915 fut détestable. Des températures douces côté Mer de Ross empêchèrent les traîneaux d'avancer dans la neige collante et une vague de froid du côté de la mer de Wedell emprisonna l'Endurance dans le pack (banquise à la dérive) jusqu'à finir par briser le bateau sous la poussée des glaces. Ce récit est le journal de bord de cette odyssée où pendant 2 ans les hommes de l'Endurance sous le commandement de Shackleton se sont battus pour rentrer chez eux, envers et contre tout.

Vous allez dériver sur la banquise, affronter une mer déchaînée et ses icebergs sur des canots de sauvetage, attendre l'arrivée des secours dans un abri de fortune, escalader à la lueur de la lune des montagnes glacées, survivre entre brouillard et ouragans dans des vêtements usés jusqu'à la corde, toujours moitié trempés, moitié gelés... vous rationner et malgré tout, garder le moral! Voici le récit de ces aventuriers hors du commun, de ce meneur d'homme exemplaire qui a su ramener tous ses hommes vivants. Un véritable exploit comme vous allez pouvoir le lire ici et le découvrir à la Médiathèque.

Anne Leynaud, section Arts L'Odyssée de l'Endurance de Sir Ernest Shackleton, photographies de Franck Hurley, éd. Phébus, 2000, 329 pages.

Un portrait extrêment sensible

Biographie d'Ernest Shackleton (1874-1922), explorateur d'origine irlandaise qui s'est lancé, en 1907-1909, à la découverte de l'Antarctique. Cherche à approcher l'âme de ce solitaire qui savait séduire les femmes, les foules, les mécènes, et se faire respecter et aimer de la plupart des hommes qui l'ont suivi au bout du monde.

C

ette biographie d'Ernest Shackleton, est la première réalisée en France. Son auteur, Brigitte Lozerec'h, s'est passionnée pour la vie de cet explorateur des pôles. Elle fût d'ailleurs la directrice scientifique de l'exposition "Survivants des glaces" de la Corderie Royale de Rochefort, visible à la Médiathèque du 11 mars au 13 avril 2011 et qui retrace l'épopée de l'Endurance. L'intérêt de cette biographie, extrêmement documentée, est qu'elle nous donne à voir qui se cache réellement derrière ce héros que fût Shackleton : son enfance, son désir de reconnaissance, son insatiable curiosité, son goût pour la poésie et l'humour, son humanité et son courage, son amour pour Emily son épouse.

Nous le suivons dans ses premiers voyages maritimes où il apparaît déjà très enthousiaste mais si inexpérimenté. Ils forgeront pourtant l'homme qui a vécu une des plus grandes aventures humaines du début du 20ème siècle. Une biographie qui se lit comme un roman et où, à travers les différents témoignages des compagnons de route d'Ernest Shackleton, dresse un portrait extrêmement sensible de cet homme qu'on a du mal à quitter, une fois la lecture de l'ouvrage terminé.

Marie-Laure Alliot-Lugaz, Directrice

Sir Ernest Shackleton : grandeur et endurance d'un explorateur (1874-1922), de Brigitte

Lozerec'h, éd. du Rocher, 2004, 607 p. Cote : 910.92 LOZ

9


Des images exceptionnelles, rapportées dans des conditions incroyables

L'expédition Antarctique conduite de 1914 à 1917 par Sir Shackleton représente l'une des grandes prouesses humaines, dont Franck Hurley, photographe officiel de l'expédition, a traduit l'atmosphère par des images remarquables, réalisées tout au long de l'aventure...

C

'est à une séance de cinéma des années 20 que vous êtes conviés : film muet, cartons, musique au piano... Autant le dire : tout n'est pas d'un grand intérêt pour le spectateur d'aujourd'hui, notamment les longues scènes de phoques et manchots de la seconde moitié du film, partie commerciale destinée à « instruire et divertir » les foules de l'époque. Mais il faut absolument voir ce DVD si l'histoire de Shackleton vous a touchée. Ces images exceptionnelles, rapportées dans des conditions incroyables, traduisent mal la souffrance endurée par ces hommes mais elles leur donnent

un visage, les rendent plus humains, plus touchants et leur aventure un peu plus palpable. Ne manquez surtout pas les bonus : "scènes découvertes récemment" et "récit de l'expédition de la mer de Ross". Enfin, un dernier conseil : visionnez plutôt le film dans sa version commentée par Luke Mckernan !

Marie-Françoise Feuillet, section films documentaires

South réalisé par Franck Hurley, 1919, éd. MK2, Noir et blanc, 114mn. Cote : 910.4 SOU (DVD Documentaire)

Des dessins superbes et des couleurs polaires

Histoire de l'expédition lancée au début du XXe siècle par E. Shackleton qui va conduire pendant deux ans l'équipage de l'Endurance dans la région Antarctique et se solder par un échec.

L

e scénariste, Pascal Bertho, a su retranscrire aussi affutés que l’était leur volonté de fer. Ses dessins l’épopée inimaginable et pourtant véridique de sont tout simplement superbes et ses couleurs l’Expédition Endurance avec une rigueur remarquable. polaires, allant du bleu profond au gris tempête, sont frappantes de réalisme. Une BD toute Tout est là pour faire revivre cette en tension qui vous fera vibrer au aventure polaire : le froid glacial, la rythme de cette odyssée où des faim, la soif, la peur, mais également hommes se sont battus pour leur une chaleureuse solidarité humaine qui survie et ont dépassé les limites de transparaît à chaque page. L’héroïsme l’entendement humain. Sensations d’Ernest Shackleton, le chef de fortes garanties ! l’expédition, est bien rendu mais sans Audrey Bouvier, section adulte pour autant en faire l’unique intérêt de l’histoire. Car il s’agit avant tout d’une Endurance, scénario de Pascal aventure humaine collective qu’ont Bertho, dessins et couleurs de Marcvécue 28 hommes perdus au milieu de Antoine Boidin, éd. Delcourt, 2009, nulle part. Au dessin, Marc-Antoine 132 p. Boidin a su représenter avec talent ces Cote : BDA BOID E hommes aux traits taillés à la serpe,

En 1914, Sir Ernest Shackleton et 28 membres d'équipage embarquent à bord de L'Endurance. Le but de leur voyage est de traverser l'Antarctique à pied, de la mer de Wedell à la mer de Ross, avec 69 chiens de traîneau. L'expédition, qui dura six cent trente-cinq jours et se solda par un échec, est racontée par Merce

10

Blackboro, un jeune Gallois monté à bord clandestinement.

Un ciel de glace de Mirko

Bonné, traduction de Juliette Aubert, éd. Rivages, 2008, 431 p. Cote : R BONN C


Une très belle aventure humaine

C'est le deuxième périple de Shackleton en Antarctique de 1907 à 1909 (l'expédition de Nimrod) qui nous est raconté.

C

ette expédition sera marquée par trois évènements : la première ascension du Mont Erebus, la découverte du Pôle Sud magnétique et la tentative pour rejoindre le Pôle Sud géographique (ils ont été obligés de rebrousser chemin à seulement 180 kms du but faute de vivres). C'est sous la forme d'un journal de bord que l'on suit jour après jour le récit détaillé de l'expédition d'Ernest Shackleton et de ses hommes. On y découvre au fil des pages le courage physique et psychologique de tous ces aventuriers de l'extrême

au début du Xxe siècle. Une très belle aventure humaine agrémentée de photographies de l'époque.

Eliane Ozil, section adulte

Au coeur l'Antarctique,

de

d' Ernest Shackleton, éd. Amateur, 298 p. Cote : 910 SHA

Ocean camp

11


... au Sud Chaque année en Antarctique, des centaines de manchots empereurs traversent la banquise pour aller s'accoupler. Pour eux aussi, l'aventure est rude... Un voyage poétique et palpitant.

La Marche de l'empereur,

Jacquet, raconté par Romane Bohringer, Charles Berling et Jules Sitruk, musique d' Emilie Simon, 2005, couleur, éd. Bonne Pioche, 85mn. Cote : J 598.4 MAR (DVD documentaire)

réalisation et scénario de Luc

Au fil de ces pages, Damien Gildea nous fait découvrir les vastes chaînes reculées des Montagnes Transantarctiques, escalader les tours rocheuses élancées de la Terre de la Reine Maud, monter au point culminant du continent dans les Montagnes d'Ellsworth, serpenter à travers la beauté complexe de la Péninsule Antarctique, puis affronter l'île de Géorgie du Sud, balayée par les tempêtes, avant d'aboutir aux

montagnes des îles les plus isolées au monde... Voici, pour la première fois et illustré de nombreuses photographies inédites, l'ensemble des sommets et des chaînes du continent le plus sauvage de la planète.

Laurence de La Ferrière est la première française à avoir rallié le pôle Sud en solitaire, en 1997. Deux ans plus tard, elle réussit seule la traversée de l'Antarctique, du pôle Sud à la base française Dumont-d'Urville, en trois mois. Une aventure touchante, avant tout sportive et individuelle.

Seule en Antarctique, réalisé

Pendant l'hiver 2006, Isabelle Autissier, Erik Orsenna et Joël Calmettes ont sillonné l'Antarctique à bord d’un voilier. Leur projet : saluer ce continent et donner à voir les traces retrouvées des explorateurs de légende (Charcot, Shackleton, Nordenskjöld). Un journal de voyage, pour une première approche en images de l'Antarctique et ses explorateurs,

des conséquences du réchauffement climatique et des enjeux politiques liés au Pôle Sud.

12

Les montagnes de l'Antarctique : escalades dans les glaces du Sud, de Damien

Gildea, éd. Nevicata, 192 p. Cote : 796.522 GIL

par Jean-Gabriel Leynaud, 2000, éd. Gedeon programmes, couleur, 52mn. Cote : 910.911 SEU (DVD documentaire)

Voyage en Antarctique, réalisé

Joël Calmettes Isabelle Autissier et Orsenna, 2006, éd. Productions. Cote : 910.4 VOY par

documentaire)

avec

Erik

Chiloé (DVD


Une histoire de pionniers

En 1957, trois hommes vont hiverner une année entière au coeur de l'Antarctique, dans une barraque d'aluminium de 24m², enterrée sous la neige ! Claude Lorius et Roland Schlich, les deux derniers témoins de cette expérience extraordinaire se souviennent...

E

n écho à l'aventure de Shackleton, une histoire de pionniers, d'hommes seuls face au grand continent blanc, surmontant les obstacles grâce à leurs qualités humaines. Les protagonistes, très attachants, nous narrent ce premier hivernage de la base Charcot de façon fort vivante et parfois même cocasse. Le récit, passionnant, est habilement mis en images. Bref, un documentaire réussi, au

Une plongée dans la vie quotidienne de ceux qui ont décidé de s'isoler pour faire avancer la science et prendre le pouls de notre planète. Au nombre de 26, ils se sont côtoyés pendant un an pour mener à bien des programmes de recherche

service d'une belle aventure humaine et scientifique à découvrir.

Marie-Françoise Feuillet, section films documentaires

Enterrés volontaires au coeur de l'Antarctique, réalisé par Djamel

Tahi, avec Claude Lorius et Roland Schlich, 2008, éd. MK2, couleur, 1h. Cote : 910.911 ENT (DVD

scientifique et assurer la logistique de la base permanente, dans un environnement somptueux, dont la faune et l'environnement sont protégés par un traité. Le journal de bord d'un de ces jeunes scientifiques heureux de faire partager cette expérience à part. A

voir en famille.

Journal d'un hivernant à la base Dumont d'Urville : une année en Antarctique, réalisé

par Jonathan Zaccaria, 2007, éd. PlanetImage, couleur, 28mn. Cote : 910.911 JOU (DVD documentaire)

L'histoire d'un mythe

Biographie de Paul-Emile Victor faisant le bilan de son action au Groënland et en Antarctique. Montre le rôle qu'il a joué dans les missions françaises en terre Adélie.

L

'Antarctique « est une autre planète », disait PaulEmile Victor. Il est né le 28 juin 1907 à Genève. Jeune ethnologue, il part en expédition en 1934 avec Charcot qui est pour lui un mythe vivant. Fasciné par Charcot, il dira de lui : «Il était pour moi une sorte de personnage mythique, demi-dieu, demi-homme». Lorsque la seconde guerre mondiale éclate, Paul-Emile Victor est déjà un explorateur réputé. En 1942, il prend la nationalité américaine, il peut entre autre former les aviateurs devant opérer en Antarctique... En 1956, il fait son premier voyage en terre d'Adélie et pousse à la création d'une base permanente. Chaque année, il va passer quelques semaines sur le terrain. Lorsqu'il n'est pas en Antarctique, il écrit des livres, donne des conférences... Il est aussi très doué pour le dessin. Ceuxci ont d'ailleurs été exposés au musée de l'homme en 1988.

En 1976, sonne la retraite et il se retire sur une petite île de Bora-Bora. Mais il revient très souvent à Paris pour soutenir les campagnes polaires. Il s'éteint à Bora-Bora le 7 mars 1995 à l'âge de 87 ans. Paul-Emile Victor est l'un de nos derniers explorateurs. Mais sa vie et son oeuvre ne se résument pas à ses expéditions polaires, l'écriture et le dessin sont aussi ses passions. Il est l'un des précurseurs de l'écologie. C'est l'histoire d'un mythe que nous découvrons dans ce livre, celle d'un homme qui fit rêver plusieurs générations.

Eliane Ozil, section adulte

Paul-Emile Victor et la France de l'Antarctique, de François Garde, éd. Audibert, 264 p.

Cote : 910.92 GAR

13


... au Nord les pays concernés doivent se concerter.

La fonte des glaces arctiques vient de permettre l'ouverture d'une nouvelle route maritime et les pays industrialisés en convoitent déjà les possibilités dans une logique commerciale délirante. Une nouvelle donne surgit dans la sphère du géopolitique, l'écologie :

Un détroit surgi des glaces,

réalisé par Yves Billy, 2006, éd. Andana Films, 52mn. Cote : 382.09 UND (DVD documentaire)

Le 31 août 1934, quatre jeunes savants - avec à leur tête le jeune Paul-Émile Victor - s’installent pour l’hiver à Tassiussak, minuscule bourgade qui sert de “capitale” aux Ammassalimiout, le peuple qu’ils ont décidé de rencontrer au Groënland. Grâce à sa liaison avec Doumidia, une jeune esquimaude, il apprend très vite la langue inuit et se fait raconter les histoires autochtones. Nourri de cette culture et marqué

par le traumatisme constitutif de l’histoire des esquimaux que sont les grandes famines de 1882-1883, il collecte les récits qui composent La Grande Faim en hommage au peuple qu’il fut le premier et le seul à si bien connaître.

La grande faim, de et raconté

par Paul-Emile Victor, éd. Frémeaux et Associés, 3 CD.

Cote : LA 390.099 8 VIC

Rencontre avec les aurores boréales

Un voyage dans le Canada Arctique à la recherche d'une des merveilles de la nature : l'aurore boréale.

U

n documentaire de création multiprimé qui traite de la tension entre nature et technologie, science et mythologie, et qui questionne (en pleine guerre du Golfe) la façon dont les médias ont tendance à remplacer nos expériences individuelles par des images. Un film d'une grande richesse visuelle et thématique, un véritable voyage initiatique, à la fois philosophique et esthétique,

réussissant à nous fait toucher du doigt tout le merveilleux d'une rencontre avec les aurores boréales : a voir absolument !

Marie-Françoise Feuillet, section

films documentaires.

Picture of light, réalisé par Peter

Mettler, 1994, éd. Grimthorpe Film Inc., couleur, 1h23mn. Cote : 538.7 PIC (DVD documentaire)

14


Officier de l'US Navy et comme l'une des pires de la explorateur de l'Arctique, De Long conquête du pôle Nord. part de San Francisco en 1879 à bord de La Jeannette pour Prisonnier du pôle Nord : le rechercher l'explorateur finlandais voyage de la Jeannette 1879Adolf Erik Nordenskiöld, découvrir 1881 , de George Washington De le passage du Nord-Est et essayer Long, éd. Ramsay, 381p. d'atteindre le pôle. L'expédition Cote : 910.4 DEL tournera au désastre et s'inscrira

Le récit de la dérive d'une petite équipe de scientifiques américains perdus dans les solitudes glacées du Grand Nord. Survivant de l'expédition, le lieutenant A. W. Greely raconte les nuits polaires, la paralysie intellectuelle, les tentatives d'hivernages dans des conditions extrêmes, l'abandon des

Au 19e siècle, l'explorateur britannique Sir John Franklin et son équipage périssent dans les glaces de l'Arctique, après avoir sombré dans la démence et s'être adonné au cannibalisme. Mais la veuve Franklin n'approuva jamais cette version des faits, recueillie auprès des Inuits par John Rae, parti sur ses traces... Jouant avec le genre du docu-fiction, le portrait

En mars 2000, Arnaud Tortel et Rodolphe André se lancent dans une expédition jamais réussie : la traversée sans assistance de l'océan de glace du pôle Nord. 100 jours d'épreuves sur 1 800 kilomètres entre Sibérie et Arctique canadien. Une aventure riche en émotions, des images étonnantes, un film

chiens esquimaux, la mort lente.

Naufragés du pôle : trois ans d'errance dans l'enfer blanc : 1881-1884, de Adolphus

Washington Greely, éd. Phébus, 192 p. Cote : 910.4 GRE

de deux aventuriers que tout oppose et l'occasion de dénoncer l'ethnocentrisme européen de l'ère victorienne.

Passage, réalisé par John

Walker, 2008, éd. Office National

du film du Canada, couleur, 1h53mn. Cote : 910.911 : 910.911 PAS PAS (DVD documentaire)

primé plusieurs fois.

La Grande traversée, réalisé

par Thierry Robert, 2000, éd. Gedeon programmes, couleur, 52 mn. Cote : 910.911 GRA (DVD documentaire)

Septembre 2006, la goélette réalité plus troublante que prévu. polaire Tara entame un extraordinaire voyage à travers Tara, voyage au cœur de la l'océan glacial Arctique avec, à son machine climatique, réalisé par bord, des chercheurs tentant de Thierry Ragobert et comprendre les raisons des Emmanuel Roblin, 2008, éd. profonds changements qui Arte France, couleur, 90mn. bouleversent la machine Cote : 910.911 TAR (DVD climatique de la planète. La documentaire) mission va mettre au jour une

15


Des images apaisantes, d'une beauté inouïe

Depuis leur monde immuable, la glace, les pierres et les bêtes du Groënland assistent au passage de scientifiques venus les étudier pour un été.

C

ontemplatif et sans paroles, un premier long métrage expérimental et poétique sur la nature et la place de l'homme dans le monde, filmé dans des décors naturels à la beauté irréelle. Une expérience hors du temps, visuelle et sonore, en apesanteur dans la tête d'un ours polaire, d'un oiseau ou même d'une fleur... Des images apaisantes, d'une beauté inouïe, fascinantes. Bref, un film que vous

n'oublierez pas si vous vous abandonnez à la magie de cette oeuvre à part.

Marie-Françoise Feuillet, section films

documentaires.

Les Hommes, réalisé par Ariane Michel, 2006, éd. Potemkine, couleur, 1h35mn.

Cote : 919.81 HOM (DVD documentaire)

Le premier grand film tourné dans d'amateurs de beauté et l'Arctique : l'explorateur Robert d'émotions simples. Flaherty nous fait partager les joies et les peines du chasseur Nanouk Nanouk l'esquimau, de Robert et de sa famille dans le Grand Nord Flaherty, 1922, éd. Arte Vidéo, canadien des années 20. La noir et blanc, muet, 79mn. première "fiction du réel" qui Cote : J 998 NAN (DVD continue de ravir des générations documentaire)

Une mine d'informations sur la culture inuit

Grand récit, au fil duquel on suit les aventures de Leiv, un jeune viking originaire d'Islande, qui, suite à un long voyage, se retrouve au Groënland.

C

'est sur cette terre, au contact de deux enfants inuit qu'il va apprendre un mode de vie et des coutumes différents qui vont le marquer à jamais. Ces trois volumes sont une version richement illustrée du roman de l'ethnologue Jorn Riel. Les magnifiques illustrations qui accompagnent cette grande aventure, permettent de rendre le texte de l'écrivain accessible aux enfants qui peuvent ainsi prendre conscience de son étonnante richesse. Car au-delà des aventures et des rebondissements multiples, des relations d'amitié mais

aussi de haine et de terreur qui relient les différents personnages, ce récit est une mine d'informations sur la culture inuit (avec leurs traditions, rituels et coutumes) et leur faculté à s'adapter et à survivre dans des conditions extrêmes. Ces trois volumes sont tout simplement passionnants!

Ariane Sallé, section jeunesse.

Le garçon qui voulait devenir un être humain, de Jorn Riel, ill. de

Christel Espié, éd. Sarbacane, 3 vol. Cote : TI RIEL

16


Une leçon sur la part de liberté que l'on doit laisser à chacun

Un jour, le célèbre chasseur Natatok, surprend sur la banquise un troupeau de phoques qui se métamorphosent en de belles jeunes femmes.

N

atatok, sans se faire voir, dérobe la peau de la plus belle d'entre elles, l'empêchant ainsi de regagner l'océan. Démunie, elle accepte l'aide que lui offre le chasseur et s'installe avec lui. Mais l'appel de l'océan poursuit la jeune femme... Un très beau conte sur le rapport qu'entretient l'homme avec l'animal et plus largement la nature qui l'entoure. Ce texte nous donne également une leçon sur la part de liberté que l'on doit laisser à chacun, même s'il s'agit de l'être aimé. De plus, Martine Bourre a magnifiquement illustré cette histoire, laissant de côté sa

technique de collages pour se tourner vers des dessins en pointillés, très fins, et en utilisant des grands aplats de peinture dont deux couleurs dominent : le blanc immaculé de la neige, terre des Inuits, et le bleu vert profond de l'océan, royaume des phoques.

Ariane Sallé, section jeunesse.

La femme phoque, de Catherine

Gendrin, ill. de Martine Bourre, éd. Didier Jeunesse. Cote : C GEND

Un album très doux

Iris et Isaac sont deux ours polaires. Voilà qu'un jour nos deux amoureux se disputent, et chacun part de son côté. Mais la colère est un soufflé qui retombe bien quand on a tant de choses à partager ensemble.

U

n album très doux pour les plus petits, qui permet de partir à la découverte des beautés de la banquise tout en montrant aux enfants qu'il est parfois ridicule de se fâcher et que l'on regrette bien vite de s'être mis en colère. Les dessins de cet album sont irrésistibles, avec leurs tons tout en douceur et le mélange d'aquarelles et de

traits faits à l'encre de chine et aux crayons de couleurs. Pour tous ceux qui ont besoin d'une bulle de tendresse!

Ariane Sallé, section jeunesse.

Iris et Isaac, de Catherine Rayner, éd. Kaléidoscope.

Cote : PA RAY

En 1934, alors qu'il était en immersion dans une famille inuit, Paul-Emile Victor a collecté et traduit des récits, poèmes et chants. Ces textes représentent des témoignages directs d'une culture en voie de disparition et répondent aux questions soulevées par les

17

conditions de vie difficiles des Inuits.

Poèmes esquimaux, de Paul-

Emile Victor, éd. Seghers, 93 p. Cote : J POE VIC P


Un film étrange et magnifique

Le mal, qui a pris la forme d'un chaman inconnu, divise une petite communauté d'Inuits nomades et en bouleverse l'équilibre et l'âme.

V

ingt ans plus tard, deux frères s'imposent pour défier le mal : Amaqjuaq, l'homme fort, et Atanarjuat, l'homme rapide. Ce dernier gagne la main de la ravissante Atuat au détriment d'Oki, le fils prétentieux du chef du campement, qui jure de se venger. Ce film de Zacharias Kunuk est la première réalisation d'un inuit sur son pays et son peuple. Il a mis en scène une légende très connue, véritable mythe du pays Igloolike. Un film étrange et magnifique (Caméra d'or au festival de Cannes en 2001). Filmé sur une année, au rythme des cycles de la nature et de la chasse, avec un souci du détail quasi documentaire (objets, vêtements, habitat, rituels), le spectateur

s'immerge peu à peu dans la culture de ce peuple, tout en étant transporté au coeur de paysages extraordinaires. N'hésitez pas à regarder dans les bonus, l'entretien avec l'ethnologue Bernard Saladin d'Anglure. Ses explications notamment sur les pratiques chamaniques, éclairent certaines scènes du film et permettent de l'apprécier encore plus.

Anne Leynaud, section arts. Atanarjuat, réalisé par Zachiaras

Kunuk, 2001, éd. Montparnasse, couleur, 168min. Cote : DVD ATA

Le plus touchant est que l'histoire est vraie

Extrême Nord du Groënland, 1897. Une fois de plus, l'américain Robert Peary n'a pas réussi à planter son drapeau au pôle Nord malgré l'aide de ceux qu'on appelle encore les Esquimaux.

M

ais pour l'explorateur, pas question de rentrer les mains vides. L'idée lui vient alors de ramener des souvenirs vivants, de vrais sauvages polaires en chair et en os. L'un d'entre eux, Minik, n'est encore qu'un enfant quand il embarque à destination de New York. Leur succès dès leur arrivée est immense. L'exotisme fascine. Le Muséum d'Histoire Naturelle, dont la cave sert d'hébergement de fortune aux hommes du Nord, sera quelques années plus tard le théâtre d'un drame qui trouvera un large écho dans la presse et dans la population. Car le destin de Minik est à bien des égards symptomatique des cruels bouleversements du siècle qui commence.

Joliment dessiné, cet album est une véritable vision du début du XXème siècle avec ses premières découvertes, les avancées scientifiques « à tout prix » et une mentalité encore très conservatrice. Le plus touchant est que l'histoire que nous raconte Chloé Cruchaudet est une histoire vraie. Les documents qui concluent l'album sont là pour le prouver et les photos sont extrêmement poignantes, surtout lorsqu'on les replace dans la bande dessinée que l'on vient de terminer. Stéphane Dumas, section

multimédia.

Groenland Manhattan, de Chloé

Cruchaudet, éd. Delcourt, 127 p. Cote : BDA CRUC G

Minik, c'est l'histoire de la civilisation en marche. Quand, en 1898, l'explorateur Peary revient de l'Arctique, il n'est pas seul. Il ramène avec lui une famille d'Inuits. Parmi eux, le jeune Minik. Mais l'attraction scientifique est de courte durée. Un à un, les Inuits meurent de maladie, laissant

18

Minik orphelin. La même histoire que précédemment, mais d'un autre point de vue.

Minik, de Richard Marazano, ill. de Hippolyte, éd. Dupuis, 68 p.

Cote : BDA HIPP M


Vous reprendrez bien un peu de glace ? L'histoire des plus grands aventuriers, savants et explorateurs qui ont fait reculer les frontières du monde connu. Retrace de manière chronologique plus de 5.000 ans de découverte et d'invention du monde, sur tous les continents et au-delà de la Terre.

Les grands explorateurs : conquérir et inventer le monde, éd. Larousse, 2007, 311 p.

Cote : 910.9 GRA

Un très beau voyage sans retour

L'histoire de la conquête des pôles est jalonnée d'aventures humaines faites de courage, de désespoir, de joies infimes, de souffrances, de découvertes exaltantes mais aussi de fins tragiques.

C

e carnet d'expéditions rend hommage à tous ces hommes qui ont gravé leur nom dans ces glaces inhospitalières et ont laissé leur sillage dans ces mers polaires. Un très beau voyage sans retour au cœur des expéditions polaires vous attend dans ce magnifique documentaire. Jean-Michel Carpentier a su mélanger avec brio les illustrations et les récits de ces hommes hors normes. Ce récit fait parti de ces livres que l'on

peut feuilleter à sa guise, selon ses envies. On l'ouvre, on s'arrête sur une photo, une citation, un périple. On le referme et on l'ouvre à nouveau... Eliane Ozil, section adulte.

Fins tragiques d'expéditions polaires, de Jean-Michel

Carpentier, éd. Elytis, 155 p. Cote : 910.9 CHA

Durant le dernier quart du XIXe siècle et les premières vingt années du XXe siècle, des explorateurs venus du monde entier ont conquis les mythiques passages du NordEst et du Nord-Ouest, atteint les deux Pôles, exploré le bassin arctique et survolé, en ballon puis en avion, l'Arctique et l'Antarctique, derniers bastions tenus par la nature la plus hostile qui soit. Explorations Polaires retrace aussi l'épopée des aventuriers les plus célèbres, Ernest Shackleton, Jean-Baptiste

19

Charcot ou encore Robert Falcon Scott, et de leurs équipiers méconnus. C'est toute cette histoire faite de bravoure et de sacrifice, d'intégrité et d'impostures, de triomphes et d'échecs, celle d'hommes disparus dans les glaces ou frôlant la folie au cours d'hivernages apocalyptiques, que nous raconte ce livre pop-up.

Explorations

polaires,

de

Beau Riffenburgh, éd. National Geographic. Cote : 910.911 RIF


Ce bel ouvrage vous laissera étourdis, groggy

Les passionnants récits des grandes expéditions vers les pôles, du début du XIXe siècle à nos jours, illustrés par les archives de la Royal Geographical Society.

C

et ouvrage est d'une telle richesse iconographique et d'une telle densité qu'il faut absolument se laisser le temps de le découvrir et de l'apprécier à sa juste valeur. Une collection exceptionnelle de photographies, cartes, gravures, documents d'époques, tous issus des archives de la Royal Geographical Society de Londres, vous ferons plonger au coeur de ces aventures humaines, si souvent tragiques, que furent les explorations des pôles. Vous vous laisserez porter par les propos éclairés de l'auteur, sur les traces de ces aventuriers du bout du monde, qui, à la suite de James Cook au XVIIIe siècle, ont cherché à

savoir ce qu'il y avait dans les contrées les plus extrêmes de notre planète. A la lecture de ces récits d'aventures incroyables, menées par des hommes au tempérament hors du commun, ce bel et généreux ouvrage vous laissera étourdis, groggy, comme après une grande bouffée d'air pur... Audrey Bouvier, section adulte.

L'aventure des pôles, de Yves

de Chazournes, éd. Place des Victoires, 565 p. Cote : 910.911 CHA

Dès le début des années 1950, des en 1962, Robert Gessain en 1982 et enseignants ont voulu utiliser le Claude Lorius en 1986 et 2006. sonore comme moyen pédagogique en faisant réaliser des entretiens Les explorations polaires par les enfants eux-mêmes. Les françaises, raconté par Paulexpéditions polaires françaises Emile Victor, Robert Gessain sont racontées et expliquées ici à et Claude Lorius, éd. Frémeaux trois périodes différentes de la et Associés, 3 CD. connaissance culturelle et Cote : LA 910.911 VIC scientifique par Paul-Emile Victor

Un bon remède à toute morosité !

Imaginez une famille tranquille qui, un beau matin, reçoit un colis avec à l'intérieur... Oh! Surprise ! Un vrai petit pingouin polaire. C'est rigolo... sauf que cela recommence tous les jours et au bout d'un moment les pingouins cela prend de la place! Qui est-ce qui s'amuse à faire ce drôle de calendrier de l'Avent?

3

65 pingouins en période hivernale, c'est un bon remède à toute morosité! Car on rit beaucoup à découvrir au fil des pages, tout ces petits pingouins qui s'accumulent et à se demander comment cette famille va bien pouvoir s'en sortir. Mais cette histoire, c'est aussi à la fois une leçon de mathématiques et d'écologie... Comme quoi il est possible de faire des calculs en s’amusant!

Et des mêmes auteurs, tout juste sorti des presses, les pingouins sont de retour pour les petits lecteurs avec 10 p'tits pingouins, un livre très animé et toujours pour apprendre à compter. Ariane Sallé, section jeunesse.

365 pingouins, de Jean-Luc

Fromental, ill. de Joëlle Jolivet, éd. Naïve. Cote : A JOL

20


Comprendre ce qui a motivé ces hommes

Récit de quatre siècles d'aventures polaires, des explorations en vue de découvrir des routes vers l'Orient au XVIe siècle aux programmes d'exploration

C

e documentaire, richement illustré, retrace, pas à pas, l'aventure de ces hommes, pour la plupart européens, qui à partir du 16ème siècle partirent à la conquête de terres inconnues. De nombreux pays (Espagne, Portugal, Hollande, Angleterre,...) se lancèrent dans la course aux pôles et tous mirent en œuvre d'importants moyens pour développer des stratégies en vue d'arriver les premiers. Il aura fallu quelques siècles et de nombreuses expéditions pour faire connaître, au prix de nombreuses vies, ces fameux pôles restés mythiques jusqu'au début du siècle dernier.

Cet ouvrage nous permet ainsi de comprendre ce qui a motivé ces hommes à vouloir partir à la découverte des pôles et les conséquences que cela allait avoir sur la connaissance du monde et sa géographie.

Geoffroy Dadier, section adulte. Le grand défi des pôles, de Bertrand Imbert et Claude Lorius, éd. Gallimard, 159 p. Cote : 910.911 IMB

Webographie La vie d’E. H. Shackleton : Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ernest_Shackleton

L’Expédition Endurance : Site de Kodak (en anglais) : http://www.kodak.com/US/en/corp/features/endurance/

L’exposition Survivants des glaces : La Corderie Royale de Rochefort : http://www.corderie-royale.com/fr/archives/survivants-des-glaces.html Film de présentation de l’exposition : http://www.youtube.com/watch?v=6Oe5ZeDpKXQ

21


Au programme L

'exposition Survivants des glaces, conçue par la Corderie Royale de Rochefort-sur-Mer, est à visiter du 11 mars au 13 avril 2011 à la Médiathèque. La scénographie conjugue des supports audiovisuels remarquables, des effets sonores, des objets d'époque, des instantanés photographiques, des films originaux, un diorama... qui évoquent les grandes étapes de cette aventure. Tout est là pour recréer l'univers polaire.

D D P

eux séances de visites guidées tout public sont programmées les samedi 26 mars et samedi 9 avril à 15h. Rendez-vous à l'accueil de la Médiathèque. es lectures jeunesse auront lieu les mercredi 16 mars à 10h30 et samedi 19 mars à 16h. A partir de 4 ans.

our clore cet événement, une lecture scénographiée d'extraits du texte d'Ernest Shackleton L'odyssée de l'Endurance aura lieu à la Médiathèque vendredi 8 avril à 20h30.

2011

1913

22


Crédits photos Toutes les photos en fond de page sont de Franck Hurley, ainsi que celle de la couverture ; tous droits réservés. Page 5 : haut : auteur inconnu, 1916, domaine public ; bas : photographie de l'expédition Nimrod, 1908, réalisée par Sir Ernest Shackleton, domaine public. Page 6 : photographies de Franck Hurley ; tous droits réservés. Page 13 : photographie de Franck Hurley ; tous droits réservés. Page 20 : photographie de Franck Hurley ; tous droits réservés. Page 22 : gauche : affiche promotionnelle du tour de lectures données par Sir Ernest Shackleton, 1913, domaine public ; droite : affiche promotionnelle de la lecture donnée à la Médiathèque d'Aubenas, 2011, maquette Stéphane Dumas. Page 23 : photographie de Franck Hurley ; tous droits réservés. Quatrième de couverture : photographies de Franck Hurley ; tous droits réservés.

23

Franck Hurley


DĂŠc. 1914

Sept. 1915

Mai 1916

Jamais la gloire au prix de la vie d'un homme


Dossiers docs...Survivants des glaces