Issuu on Google+

19912-b

N ° 5 Février 2 0 1 4

VENEZ ET VOYEZ

S upp l é m en t au j ourna l D i m anc h e A g ré g a t ion

DOYENNÉ DE BRUXELLES SUD UP Ixelles Ste Croix, Uccle les Sources vives, Auderghem, Watermael Boitsfort les Cerisiers

n  : o

P 3 0 5  0 3 4

DR

Non, Dieu ne parle pas par mail, fax ou SMS. Dieu préfère se glisser dans le quotidien de not re existence.

Saint Boniface : entre l’Afrique et l’Europe

23 février 2014, sa fête patronale

P1 1

le chant grégorien pourr ait recueillir tout chréti en

DR

DR

Un jeu scénique de la Nat ivité à Saint‑Julien

P9


Unité pastorale Ixelles Sainte-Croix

DR

Saint Boniface : entre l’Afrique et l’Europe Au bord du quartier Matonge, à cinq cents mètres à vol d’oiseau du Par‑ lement Européen, l’église Saint‑Bo‑ niface, récemment rénovée, se dresse fièrement devant son parvis. Sur les terrasses des établissements, le Au bord du soir en été, vous quartier Matonge, entendrez parler l’église paroissiale espagnol, lingala, Saint‑Boniface. italien, kiluba, al‑ lemand, kirundi, anglais, malinka, polonais,… mais aussi français et néerlandais ! C’est ce qui fait la vie et le charme de cette paroisse résolu‑ ment tournée sur le monde.

Au cœur de la ville

La Paroisse Saint Boniface est animée par le Père Norbert Maréchal depuis un peu plus de 10 ans. Il est entouré d’une équipe paroissiale, de catéchistes, d’une équipe liturgique,. bref, une petite quinzaine de personnes qui veulent faire vivre le message de l’Évangile dans la ville. Cette communauté est bien à l’image de Boniface, son saint patron : active mais re‑ cueillie. En effet, saint Boniface a été un Eu‑ ropéen avant l’heure, étudiant et professeur à Cologne, Paris, Bruxelles. Il fut évêque de Lausanne, charge qu’il occupa avec tant de détermination que l’on tenta même de l’assassiner. Il se retira à l’Abbaye de la Cambre où il termina sa vie dans la prière et la contemplation. Ses reliques sont gardées dans le transept nord de l’église abbatiale.

Chaque année, la fête !

La communauté paroissiale fête son saint patron chaque année. Si vous souhaitez la rencontrer de plus près, n’hésitez pas à la rejoindre le dimanche 23 février 2014 pour sa fête patronale. Au programme : • 11 h, célébration solennelle à l’Église, rue de la Paix 21 • Apéritif dans l’église, à la fin de la messe • Dès 13 h, repas communautaire à la salle paroissiale, rue Mercelis 34 C’est avant tout un moment de rencontres et d’amusements. Tout le monde est le bienvenu, mais il faut réserver pour le repas (02/512 81 43) .

VENEZ ET VOYEZ -

02/2014 ~ P. 2

Unité pastorale Sainte‑Croix d’Ixelles Accueil - Église Saint‑Adrien - Quartier Boondael Contact : Mme Anne‑Marie Chaumont 0470 20 70 93 ; am.chaumont@skynet.be - Église Saint‑Boniface Rue de la Paix, 21 1050 Ixelles ; 02 512 81 43 ; St‑boniface@skynet.be - Église de la Sainte‑Croix - Flagey Permanence du lundi au vendredi de 9 h 30 à 12 h : rue A. De Witte, 24 1050 Ixelles ; 02 648 93 38 ; saintecroix.xl@gmail.com - Église Notre‑Dame de la Cambre Secrétaire : M. Henri Van Trichtveldt Abbaye de la Cambre, 11 1050 Ixelles ; eglisedelacambre@gmail.com Tél./Fax : 02 648 11 21 ; de 9 h à 12 h et de 14 h à 17 h sauf le mardi.

Equipe au service de l’Unité pastorale : - Abbé Luc Terlinden, responsable. 02 648 93 38 ; lucterlinden@catho.be - Père Norbert Maréchal, coresponsable. 02 512 81 43 ; marechaln@skynet.be - Père Hugues Bada, coresponsable. 02 648 91 14 ; hugues@abbaye‑de‑leffe.be - Père Tanguy Rivière, coresponsable. 02 648 91 14 ; tanguyriviere@yahoo.fr - Père Rupert Allen, coresponsable. 02 648 91 14 ; rupert.m.allen@gmail.com - Abbé Armand Abeme ; vicaire dominical, armandabeme@yahoo.fr - Sœur Françoise Barnoud, assistante paroissiale : pastorale de la santé. 02 511 91 69 ; frbarnoud@gmail.com - M. Olivier Dekoster, assistant paroissial : pastorale des jeunes. 0476 06 02 34 ; olivier.dekoster@catho‑bruxelles.be - Mme Anne‑Marie Chaumont, secrétaire de l’UP. 0470 20 70 93 ; am.chaumont@skynet.be

Nederlanstalige pastoraal : Père Omer Termote Elsensesteenweg, 210, 1050 Elsene Tél./fax : 02 640 86 82 ; nederlpastorelsene@skynet.be

Communautés d’origine étrangère - Pastorale de langue portugaise : Père Eugénio - contact : 02 538 95 31 - Pastorale italienne : Père Godding - contact : 0473 68 61 58 -Communauté Maronite : Père Ghassan Nasr Rue Théodore Decuyper, 131/23 12 00 Bruxelles Tél. 02 742 27 09 ; Gsm : 0475 54 58 54

Service social de Bruxelles Sud‑Est Mme Caroline Vandermeersch : Ch. de Boondael, 26A ; 02/648 50 01 c.vandermeersch.cssbse@gmail.com

Horaire des messes du dimanche Saint‑Adrien : samedi 18 h 30 et dimanche 9 h 30 en français ; dimanche 11 h 30 : communauté maronite Saint‑Boniface : dimanche 11 h en français et 18 h en italien. Sainte‑Croix : samedi 17 h en néerlandais ; dimanche 10 h et 18 h 30 en français ; 12 h en portugais. Notre‑Dame de la Cambre : samedi 17 h 30 et dimanche 11 h 30 en français.


Unité pastorale Ixelles Sainte-Croix La solidarité, concrètement à Saint‑Boniface ! Depuis le début de son pontificat, le pape François nous appelle à nous tourner de toute urgence vers les plus faibles et les plus pauvres. Cet appel résonne avec force dans nos cœurs de chrétiens, mais nous ne savons pas toujours comment y répondre. Notre quotidien nous confronte bien sûr à la pauvreté. Quand nous marchons dans la rue, nous voyons de plus en plus souvent des hommes ou des femmes mendiants, sans abris, clochards, parfois dans un état sanitaire alarmant. Mais nous ne savons pas comment les aborder. Nos peurs et notre inexpérience sont des freins puissants. Et c’est peut être bien ! Un petit geste qui dit l’essentiel Tout le monde ne peut s’improviser assistant social. Aller à la rencontre de personnes dans la rue peut nécessiter une pratique professionnelle. Rien ne sert donc de vouloir «‌secourir‌» un sans abri si nous ne connaissons pas bien les raisons, les mécanismes, les aides ou les solutions. Mais cela ne doit pas nous exonérer de la compassion et de la charité. Donner une pièce à un mendiant, un croissant au sans abri, un sandwich à cette clocharde qui traine sur cette place depuis tant de semaines, sont des gestes simples qui diront avant tout à cette personne : tu existes pour moi, tu es important pour nous. Et ça, c’est un message dont elle a impérativement besoin.

Le vestiaire, une initiative commune

La solidarité peut aussi s’organiser plus collectivement. La Paroisse Saint‑Boniface tient depuis plusieurs années un «‌vestiaire‌», c’est‑à‑dire un lieu de collecte de vêtements (propre et en bon état) qui sont redistribués à celles et ceux qui en ont besoin. Il est ouvert à tous, le jeudi de 14 h 30 à 17 h (rue Bouré 19, derrière l’église) . C’est une manière concrète d’apporter une aide à ceux qui en ont besoin. Vous avez des vêtements dont vous n’avez plus besoin ? Apportez‑les ! Vous connaissez une famille pour qui

VENEZ ET VOYEZ -

les temps sont durs ? Renseignez‑lui le vestiaire ! C’est souvent par manque d’information que des personnes restent dans une spirale de pauvreté. Oui, nous pouvons répondre à l’appel du pape François. Simplement, petitement. Mais si tout le monde le fait, le Royaume des Cieux ne sera vraiment plus très loin.

Vie paroissiale et prières L’équipe paroissiale de Saint‑Boniface veut donner à chacun l’occasion de progresser dans la prière. En effet, c’est par elle que nous pouvons petit à petit rencontrer Dieu au plus profond de nous‑mêmes. Il est donc essentiel, comme chrétien, de consacrer du temps à prier. Parfois, les mots nous manquent. Ou bien nous nous sentons ridicules, seuls, dans une pièce de notre maison. À l’église, c’est plus facile, mais on est souvent distrait. En fait, prier, ça s’apprend aussi. Et des personnes plus expérimentées peuvent nous aider.

Le partage d’évangile

Chaque mardi, à 17 h, a lieu un partage d’Évangile à la Cure (21 rue de la Paix) . C’est une occasion d’approcher plus intimement les lectures du dimanche. Les textes font l’objet d’éclaircissements, de mises en contexte. Chacun peut expliquer le sens que le texte a pour lui aujourd’hui, dans son quotidien. La mise en commun permet de se tourner ensemble vers Dieu et de lui adresser une prière nourrie du partage.

L’oraison

Tous les 4es jeudis du mois, de 20 à 21 h, une petite équipe organise un temps d’oraison. L’oraison est un temps de méditation et de prière. Un animateur lit un psaume. Des temps de silence ou accompagnés d’une musique religieuse permettent aux participants de se recueillir. Le partage d’un mot ou d’une phrase qui font sens pour l’un ou pour l’autre donne une dimension communautaire à ce moment d’intériorisation. C’est

02/2014 ~ P. 3

une expérience sereine pour entrer en dialogue avec le Seigneur.

La lectio divina

Tous les 3es mercredis du mois à 19 h 30, la même équipe organise une «‌lectio divina‌» : c’est un temps de recueillement en groupe sur les Ecritures. Lecture, méditation, partage, prière, contemplation se succèdent pour retoucher le sens profond de cette Bonne Nouvelle dans le quotidien de chacun de nous.


Unité pastorale LES SOURCES VIVES

2 février : fête de la vie consacrée Qu’en serait‑il du monde, s’il n’y avait les religieux ?

Au‑delà des estimations superficielles en fonction de l’utilité, la vie consacrée est importante précisément parce qu’elle est surabondance de gratuité et d’amour, et elle l’est d’autant plus que ce monde risque d’être étouffé par le tourbillon de l’éphé‑ mère. «‌Sans ce signe concret, la charité de l’ensemble de l’Église risquerait de se re‑ froidir, le paradoxe salvifique de l’Évangile de s’émousser, le «‌sel‌» de la foi de se diluer dans un monde en voie de sécularisation‌». La vie de l’Église et la société elle‑même ont besoin de personnes capables de se consacrer totalement à Dieu et aux autres pour l’amour de Dieu. «‌(Jean Paul II, _Vita consecrata_ § 105) En 1997, à la fin du Synode qu’il avait convoqué «‌pour approfondir le sens et les perspectives d’avenir‌» de la vie consacrée, le pape Jean Paul II fit de la fête de la Pré‑ sentation de Jésus au Temple la fête la vie consacrée. Il voulait marquer par là l’im‑ portance particulière de la vie consacrée pour le bien de toute l’Église. C’est pourquoi le 2 février prochain, nous serons invités à prier pour toutes les religieuses, les religieux et autres personnes consacrées dans le céli‑ bat que nous connaissons, et à les honorer.

VENEZ ET VOYEZ -

02/2014 ~ P. 4

Messes dominicales ND de l’Annonciation (Place Brugmann, 1050 Ixelles) Samedi 18 h Dimanche 10 h ND du Rosaire (Av. Montjoie 32, 1180 Uccle) Samedi 18 h Dimanche 10 h 30 Dimanche 18 h Sacré Cœur (Rue Vanderkindere 117, 1180 Uccle) Dimanche 8 h 30 Dimanche 11 h 15 Dimanche 19 h (précédée d’une heure d’adoration) Trinité (Parvis de la Trinité, 1050 Ixelles) Samedi 18 h Dimanche 11 h

Messes en semaine ND de l’Annonciation du lundi au samedi : 11 h ND du Rosaire du lundi au vendredi : 12 h 10 (Chapelle ND de Fatima, rue de la Bascule 19 - 1180 Uccle), 18 h 30 (à l’église) Sacré Cœur du lundi au vendredi : 18 h 30 Trinité du mardi au jeudi : 12 h

Heures d’ouvertures des églises ND de l’Annonciation Tous les jours de 10 h à 19 h en été, de 10 h à 17 h en hiver. Confessions : samedi de 10 h à 10 h 45 ND du Rosaire du lundi au vendredi : de 7 h 30 à 12 h et de 14 h à 19 h Les samedi et dimanche : de 9 h à 12 h Sacré Cœur Lundi, mardi, mercredi et vendredi : de 10 h à 12 h et de 16 h 30 à 19 h Jeudi de 14 à 16 h et de 16 h 30 à 19 h Samedi de 15 h 45 à 17 h Dimanche de 8 h 30 à 9 h 30, de 10 h 45 à 12 h 45 et de 18 à 20 h Confessions : du lundi au vendredi de 17 h 30 à 18 h 15 Trinité Tous les jours de 9 h à 19 h

Contacts Secrétariat de l’Unité pastorale (Rue Stallert 8, 1050 Ixelles) 02/346 92 12, annonciationsacrecœur@gmail.com ND du Rosaire : secrétariat (Av. Montjoie 29, 1180 Uccle) 02/344 57 90, secretariat@nd‑rosaire.be Trinité : secrétariat (Rue Africaine 37, 1060 St Gilles) 02/538 34 60

Equipe des prêtres

Yvonne Vanandruel

Abbé François Vanandruel, responsable [francois.vanandruel@gmail.com ; tél : cf. Secrétariat de l’Unité pastorale] Abbé Innocents Batekidila [binnocents@yahoo.fr ; tél : cf. Secrétariat de la Trinité] Abbé Benoît de Baenst [abbebenoitdebaenst@gmail.com ; tél : cf. Secrétariat de l’Unité pastorale] Abbé Alphonse Kanubantu [adibakealphonse@yahoo.fr ; tél : cf. Secrétariat de la Trinité] Abbé Cassien Ndikumangenge [cassien73ndikum@gmail.com ; tél : cf. Secrétariat de l’Unité pastorale] Abbé Thierry Vander Pœlen [th_vanderpœlen@yahoo.fr ; tél : cf. Secrétariat de ND du Rosaire]


Unité pastorale LES SOURCES VIVES

Vous trouverez ci‑contre une petite présentation d’un ouvrage de l’abbé Bonnewijn au sujet de l’euthanasie. Au moment où la majorité de nos parlementaires décide d’élargir la loi au mineurs - sans notre avis, puisqu’aucun parti n’avait mis cette mesure dans son programme (un grand moment de démocratie !) - il est urgent que nous nous formions plus profondément par la prière et la lecture d’ouvrage tels que celui‑ci pour pouvoir répondre avec délicatesse et compassion aux situations dramatiques que nous pourrions rencontrer. Mais je voulais aussi revenir sur une autre manière - tout aussi importante - de lutter contre cette culture de mort qui s’installe malgré nous, mais parfois aussi à cause de nous, à cause de l’importance excessive que nous accordons à notre bien‑être. Le pape François dénonçait cela cet été au sujet du drame de Lampedusa : «‌La culture du bien‑être, qui nous amène à penser à nous‑même, nous rend insensibles aux cris des autres, nous fait vivre dans des bulles de savon, qui sont belles, mais ne sont rien ; elles sont l’illusion du futile, du provisoire, illusion qui porte à l’indifférence envers les autres, et même à la mondialisation de l’indifférence. (…) Nous sommes habitués à la souffrance de l’autre, cela ne nous regarde pas, ne nous intéresse pas, ce n’est pas notre affaire !‌» (08/07/2013) Il me semble que la première réponse à l’euthanasie est d’accepter de me laisser toucher par la souffrance de l’autre. Ne pas laisser l’autre à la périphérie de mon cœur, pour reprendre les expressions du pape. Alors en ce mois de février, où nous aurons la journée mondiale de prière pour les malades, prenons le temps d’aller visiter les malades et les personnes âgées de nos familles, et de nos quartiers. Montrons leur, par nos gestes, que leur vie a encore de la valeur !

02/2014 ~ P. 5

«‌Aide‑moi, je souffre trop !‌» L’euthanasie en discussion Le 11 juin 2012, un colloque parlementaire a été organisé par les sénatrices Marleen Temmerman et Fauzaya Talhaoui. Il portait comme titre : Regards sur l’euthanasie dans les diverses religions et conceptions philosophiques. Au cours de l’après‑midi, quatre cas ont été soumis à Mme Jacinta De Rœck, représentante de la pensée laïque, à M. Julien Klener, représentant du ju‑ daïsme, à l’imam Yacob Mahi et Olivier Bonnewijn, prêtre bien connu de notre unité pastorale. Certains de ces cas étaient réels, d’autres construits. Tous reflétaient à leur manière des propositions actuelles qui visent à élargir la loi belge sur la dépénalisation de l’euthanasie : possibilité de pratiquer l’eutha‑ nasie sur des individus qui ne sont pas «‌en fin de vie‌», sur des mineurs, sur des personnes atteintes de démence (avec durée illimitée d’une «‌déclaration anticipée‌») . Sans juger personne, il s’agissait de voir comment les traditions religieuses et philosophiques réagissaient face à ces quatre situations. Le petit ouvrage que nous présentons reprend l’intervention du chanoine Olivier Bonnewijn. Prêtre de l’archidiocèse de Malines‑Bruxelles et membre de la Communauté de l’Emmanuel, il est Vicaire épiscopal à la formation, il enseigne la théologie et la philosophie à la faculté jésuite de Bruxelles (IET) . Il a publié plusieurs ouvrages d’éthique et de littérature pour enfants. Evitant les réponses toutes faites, il propose plusieurs pistes concrètes et débordantes d’humanité. Son approche est pragmatique, éthique et philoso‑ phique. Nourrie de la tradition catholique, il se trouve en grande consonance avec les traditions juive et musulmane. Un parent, un conjoint, un jeune, un ami, un collègue, un patient, demande que l’on mette un terme définitif à ses jours. «‌Je n’en peux plus. J’en ai assez. Je veux mourir. Je veux que vous me donniez la mort.‌» Comment accueillir un tel cri ? Comment l’interpréter ? Quelle attitude adopter ? Que dire ou ne pas dire ? Que faire ou ne pas faire ? II Constance van der Hœven «‌Aide‑moi, je souffre trop ! ‌» L’euthanasie en discussion. Olivier Bonnewijn Editions Licap, 2013. Prix : 4,95 euros ISBN : 978-2930 472-68-3

DR

Euthanasie : quelles réponses ?

VENEZ ET VOYEZ -


Unité pastorale LES SOURCES VIVES

VENEZ ET VOYEZ -

02/2014 ~ P. 6

L’école ‘Ma Campagne’ présente pour la célébration de Noël. décédé en 2011. J’ai estimé qu’on ne pouvait négliger sa re‑ cherche et les fruits de celle‑ci, celle d’un «‌prophète et ami des pauvres‌». Et cela se conforte en ces temps‑ci à la lumière des prises de parole de notre nouveau pape, François. Avec quelques amis, j’ai coordonné la pu‑ blication d’un livre qui paraîtra à mon nom en janvier prochain avec ce titre : «‌Joseph Comblin, prophète et ami des pauvres‌». Le livre sera vendu à 19 euros en librairie. Vous pouvez toutefois le réserver directement

Philippe Dupriez

Bien qu’un certain nombre d’habitants du quartier pensent encore que l’église soit fer‑ mée, il n’en n’est rien ! Il y eut le concert de Fabrice Eulry juste avant Noël, et aussi l’accueil de l’école ’Ma Campagne’ pour une célébration de Noël. L’assemblée dominicale s’habitue à avoir différents visages de prêtres, et s’organise pour vivre avec cette nouvelle organisation au sein d’une Unité pastorale : une équipe liturgique se monte pour animer (organiser les lectures, préparer les intentions, prévoir un programme de chants,…) la messe du dimanche. N’hésitez pas à prendre contact avec l’abbé Alphonse qui suivra plus spéci‑ fiquement la mise en place de ce service. Il y aura le dimanche 9 février prochain à 11 h une messe d’action de grâce pour les 23 ans de service de l’abbé Philippe Du‑ priez. Notez cette date dans vos agendas. À cette occasion je lui laisse la parole pour vous parler d’un projet qui lui tenait à cœur : «‌Vivre en Église, c’est loin d’être seulement préoccupé de la sauvegarde d’un bâtiment ; l’Église, c’est la foi d’une communauté. Et de cette communauté de la Trinité au travers des générations est issu un homme particu‑ lièrement intéressant par les engagements qu’il a pris : c’est Joseph Comblin, devenu prêtre, et parti au Brésil en 1958. Joseph Comblin, compagnon de route dans la foi ecclésiale de plusieurs évêques répu‑ tés de ce continent, dont Monseigneur Hel‑ der Câmara du Nordeste brésilien, l’évêque nommé «‌des pauvres‌» au Concile Vatican II, donc l’évêque du lien avec le peuple, est

Philippe Dupriez

Du côté de la Trinité

Patrice Eulry lors du concert du 19/12/2013, à la Trinité.

chez moi en me versant non pas la somme de 19 euros mais 17 euros. Je me réjouirai d’apprendre par là votre attention à quelque chose qui me tient à cœur et qui sera un ressourcement, j’en suis convaincu, pour vous et la Communauté d’Église à laquelle vous appartenez. À toute personne qui me versera 17 euros au compte BE26 00 00 79 48 4729 de Philippe Dupriez, 1060 Bruxelles, avec la mention «‌livre Comblin‌», je transmettrai l’exemplaire (ou les exemplaires) dès la pa‑ rution qui est bien annoncée par les éditions Lessius pour janvier. Offrir de surcroît ce livre en cadeau à une connaissance peut avoir tout son sens et être une initiation nou‑ velle à l’engagement chrétien et humain de notre temps. Par courriel vous pourrez me préciser les coordonnées particulières que vous estime‑ riez devoir me donner pour que le livre arrive à bon port : phdupriezbxl@gmail.com. Restant en communion avec vous, même au moment où je déménagerai, en sorte que vous apprendrez d’ici quelque temps quel sera mon lieu de résidence nouvelle, je vous souhaite en tout état de cause, Amies et Amis, une belle fin d’année et une année 2014 marquée par la grâce d’un Dieu qui nous aime à profusion. Il me sera chaud au cœur de célébrer d’ailleurs un de ces mo‑ ments d’action de grâce qui s’échelonnent dans nos vies, par l’Eucharistie en votre compagnie le dimanche 9 février prochain à 11 h. II Philippe Dupriez‌


unité pastorale D’AUDERGHEM Un i t é pa s to r a l e d ’Aud e r g h e m

Ste‑Anne, chaussée de Tervuren 91 ; St‑Julien, av. G.E. Lebon 1 et N.D. du Blankedelle, av. des Héros 34

VENEZ ET VOYEZ -

02/2014 ~ P. 7

Alpha 16, c’est reparti

Contacts utiles

DR

Site Internet : www.paroissesauderghem.be Mail : secretariat@paroissesauderghem.be Avenue Chant d’Oiseau 193, 1160 Bruxelles Tél+Fax : 02/673 82 82 Permanences : du lundi au vendredi : 10 à 12 h. Cure de Sainte‑Anne Tél+fax 02/672 43 89 Permanences : lundi & mercredi de 10 à 12 h

Baptêmes dans notre Unité

La prochaine réunion d’accueil pour les baptêmes des petits enfants (0 à 18 mois) est prévue le jeudi 6 février 2014 à 20 h 15 Salle de réunion N.D. du Blankedelle, 34 av. des Héros, Auderghem (entrée par la porte à gauche sur l’esplanade face à l’entrée principale de l’église).

À été baptisée

Alice Rasquin,

Ont rejoint la maison du Père

Thierry Sauvage époux de Marie Lise Cloquette, Marie Danhaive veuve Jaspart, Martine Hulin épouse de Hugues Duchateau, Albert Thomas époux de Séraphina Van de Borne, Marie‑Jeanne De Loos veuve d’Arthur Henrivaux, Nathalie Wallemacq veuve de Philippe Coumont, Yves Nuttin époux de Marie‑Paule Wanet, Agnès Colmant veuve de Joseph Uytenhove, Louise de Jonghe d’Ardoye veuve de Jacques de Marnix, Raphaëlle Piron, René Dupont époux de Marie‑Thérèse Bartholomé, Louise Van Brussel épouse de Jean Bouvier.

Agenda

Jeudi 23/1 20 h : Veillée œcuménique cathédrale orthodoxe Sts Archanges Michel & Gabriel, 34 av. de Stalingrad, 1000 Bxl Vendredi 24/1 10 à 12 h : Net for God, Famille Jacquin, 23 av. Schaller, 1160 Bxl, 0472 674 364 Samedi 25/1 : À l’issue de la messe de 18 h, souper de la St‑Julien dans la salle rénovée. Infos pratiques affichées aux valves. Dimanche 26/1 10 h 30 : Fête patronale de St Julien, messe bilingue à St‑Julien Dimanche 26/1 15 h : Baptêmes communautaires à St‑Julien Dimanche 26/1 18 h 30 : Messe des jeunes à Ste‑Anne suivie du souper spaghetti Dimanche 9/2 11 h 15 : Confirmations à Ste‑Anne

Le parcours Alpha a repris le 20 janvier. Si vous n’avez pu y assister, vous pouvez nous rejoindre lors de la prochaine ren‑ contre - Qui est Jésus ? - qui aura lieu le 3 février à 19 h 15 à la salle Pinoy, 131 chaussée de Tervueren - 1160 Bxl. «‌Jésus de Nazareth, Dieu l’a consacré par l’Esprit saint et rempli de sa force. Là où il passait, il faisait le bien et il guérissait tous ceux qui étaient sous le pouvoir du démon.‌» (Actes, 10, 37-38) C’est ce qu’annonçait St Pierre à un non‑juif, un centurion de l’armée romaine qui occupait la terre d’Israël. Un parcours Alpha, c’est une rencontre personnelle avec cet homme dont parlait St Pierre. C’est une rencontre qui fait du bien et qui guérit. Chaque soirée Alpha est un moment chaleureux qui com‑ mence par un repas convivial, continue avec un exposé simple mais profond et se poursuit avec un échange sans tabou où chacun peut s’exprimer sans être jugé - de même que St Pierre n’a pas jugé le centurion ennemi qu’il rencontrait. Mais annoncer la parole de Dieu est une mission de toute l’Église. Aussi, les animateurs du parcours Alpha à Auderghem demandent à tous les chrétiens d’Auderghem de les soutenir dans leur action, au travers : • de l’action en invitant un maximum de personnes à parti‑ ciper aux soirées, spécialement celles qui ne mettent jamais les pieds dans une église, trouvant que c’est on ne peut plus ringard. Vous qui avez déjà fait un parcours Alpha, témoignez autour de vous ! • de l’aide pratique : nous cherchons encore des cuisiniers et des musiciens pour nous aider une soirée, ou plus si affinités. • de la prière : annoncer Jésus‑Christ ne se fait bien qu’avec l’aide de Dieu. Priez l’Esprit saint pour qu’il porte ce parcours Alpha. Des questions ? Contactez‑nous : alpha.auderhem@yahoo.fr ou 0486 864 816. II François De Coster


unité pastorale D’AUDERGHEM

VENEZ ET VOYEZ -

02/2014 ~ P. 8

DR

Marcher vers «‌l’unité‌» ?

Cette unité ici je la comprends au sens de l’unité des chrétiens… pour laquelle Jésus a prié. Les derniers jours de l’an 2013 à Strasbourg plus de 20 000 jeunes se sont retrouvés de tous les coins d’Europe et au‑delà pour prendre du temps pour prier ensemble, pour vivre l’amitié et ensemble vivre un pèlerinage de la confiance. Ils n’avaient pas de grands projets si ce n’est - comme l’exprimait un des soirs le frère Aloïs de Taizé -, de «‌chercher la communion visible, l’amitié, de tous ceux qui aiment le Christ, c’est‑à‑dire de ceux qui mettent leur confiance dans le Christ et aussi, au‑delà, de tous ceux qui voudraient être des té‑ moins d’amitié dans le monde‌» CELA N’A L’AIR DE RIEN mais c’est énorme de réunir des jeunes engagés dans leur vie professionnelle lors de l’an neuf avec ce programme. Ils ont même été plus loin puisqu’ils voulaient «‌aller à la source de cette amitié.‌» Voir ces jeunes tenter le pari malgré l’obstacle des langues et des cultures, cela me donne et nous donne l’en‑ thousiasme pour le vivre à notre niveau Comment ? notamment avec la commu‑ nauté protestante de l’IPC (International Protestant Church) qui depuis plus d’un an célèbre son culte en anglais à l’église Notre‑Dame du Blankedelle. Nous en au‑ rons l’occasion lors de la prochaine marche d’unité pastorale du 12/01 prochain. Comment aller plus loin ici à Auderghem ? Ecoutons frère Roger le fondateur de la

communauté de Taizé en Bourgogne nous redire : «‌Quand inlassablement l’Église écoute, guérit, réconcilie, elle devient ce qu’elle est au plus lumineux d’elle‑même, une communion d’amour, de compassion, de consolation, limpide reflet du Christ ressuscité. Jamais distante, jamais sur la défensive, libérée des sévérités, elle peut rayonner l’humble confiance de la foi jusque ‌dans nos cœurs humains.» Ces mots n’ont pas pris une ride  : nous voici appelés à faire avec nos amis de l’IPC et pourquoi pas aussi de la communauté évan‑ gélique de la Vigne (arrivés récemment près du magasin Carrefour d’Auderghem) … faire avec eux tout ce qu’il est possible de faire ensemble, et surtout de chercher à ne rien faire sans tenir compte des autres. Un beau programme d’année, non ? Nous avons eu l’occasion comme l’indique une des photos de vivre un temps de prière à l’occasion de la Nativité  : Christmas Carols  : ce fut un beau moment pour nos deux com‑ munautés d’être réunies en priant ensemble et unissant les voix des deux communautés. Nous avions déjà eu l’occasion de nous re‑ trouver début novembre pour un bref temps de prière commun entre nos deux cultes. Nous cherchons à tisser des liens plus forts parce que ce qui nous divise est moins fort que ce qui nous unit. Frère Aloïs proposait le 31 décembre der‑ nier deux chemins  : «‌Le premier  : dans une prière simple nous tourner ensemble vers le

Dieu vivant. Le deuxième  : nous retrouver ensemble dans le service des plus pauvres. Alors, vraiment, ainsi nous annonçons en‑ semble l’Évangile ! (…) Faisons confiance à l’Esprit saint. Il ne s’agit pas de nous mettre ensemble pour être plus forts, mais pour être fidèles au Christ doux et humble du cœur. De lui nous apprenons que la vérité se fait entendre par l’humilité. Le pape Fran‑ çois ne nous indique‑t‑il pas la direction en mettant comme priorité pour tous l’annonce de la miséricorde de Dieu par nos vies ? Ne manquons pas le moment providentiel qui se présente pour exprimer la communion visible de tous ceux qui aiment le Christ.‌» Ces deux démarches que le frère Aloïs a invité les jeunes de Strasbourg à vivre sont aussi pour nous des défis à relever  : cela ne sera possible qu’en se connaissant mieux… Pour nous aider des livrets seront disponibles lors de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens, et des signets pour nous rappeler la parole de saint Paul que les communautés chrétiennes au Canada ont choisi de nous proposer «‌le Christ est‑il divisé ?‌» Les chrétiens de Bruxelles se retrouveront le jeudi 23 janvier à 20 h à la cathédrale orthodoxe grecque avenue de Stalingrad (métro Anneessens) pour prier ensemble  : et si vous les rejoigniez ? II Ab Michel Rongvaux


unité pastorale D’AUDERGHEM

VENEZ ET VOYEZ -

02/2014 ~ P. 9

La fête de la Nativité dans notre Unité

Claire Jonard

Avec un peu d’avance sur le calendrier, nous avons pu vivre le 14 décembre dans l’église Saint Julien un jeu scénique de la Nativité avec l’aide de la communauté du Verbe de vie. Cet après midi a permis de réunir des familles qui ont accepté littéralement de se prêter au jeu et de devenir, qui Elisabeth, qui Zacharie, qui Marie, qui Joseph, qui le «‌méchant‌» roi Hérode, qui les bergers… Nous étions tous costumés (plus de 170 personnes !) et tour à tour acteurs puis spec‑ tateurs. Nous sommes entrés vraiment dans le mystère de Noël et avons revécu l’histoire pas à pas : l’annonciation faite à Zacharie et Elisabeth puis celle faite à Marie, la naissance de Jean le Baptiste, puis celle de Jésus, l’adoration des bergers, celle des mages…puis la nôtre, tous réunis autour de notre crèche vivante. Nos deux bébés, Jean et Jésus, furent adorables, Jean brandi fière‑ ment par ses parents semblait gazouiller de bonheur - en parfaite synchronisation avec la bande‑son !- et Jésus, couché dans sa pe‑ tite mangeoire en paille a été d’une sagesse exemplaire. Le tout dans la bonne humeur et le recueillement après l’excitation des répétitions. Chacun était invité à apporter des vivres de fête destinés aux bénéficiaires du centre de distribution de vivres de l’unité pastorale ; ces vivres furent symboliquement déposés au pied de la crèche vivante. Après les rangements, un grand goûter rassembla petits et grands avant la messe des familles. Un grand merci à tous ceux qui ont travaillé depuis de longues semaines pour faire cet après midi un moment qui fera date.

DR

Un jeu de la Nativité tout en couleurs !

Quelques flashs sur Noël

DR

À ND, la messe du 24 décembre a permis à de très nombreuses familles de célébrer la Nativité autour d’une crèche vivante. À Saint Julien, ce fut un conte de Noël qui a donné le ton à une belle célébration tandis qu’à Sainte Anne, comme il est de tradition, une homélie théâtrale, mise en scène par Philippe Perreaux, reprenait l’histoire de dif‑ férents appels de la Bible, Samuel, Jonas, Paul, Marie, Sr Emmanuelle. Les messes du jour de Noël furent agrémentées à St Ju‑ lien par les chants de la chorale et à Sainte Anne, par la chorale «‌Camerata Vocale‌». Merci à tous ! II Françoise Joris


unité pastorale DES CERISIERS (WATERMAel BOITSFORt) Horaires des messes

Messes en semaine - à Saint‑Clément  : mardi, mercredi et vendredi à 8 h 30. - à Sainte‑Croix de La Futaie : mercredi et jeudi à 18 h 30 - Le mercredi à 18 h adoration eucharistique. - à Notre‑Dame du Perpétuel Secours : à l’oratoire St‑Mutien, 66 av. des Archiducs les lundis à 18 h et jeudis à 8 h 40 - Religieuses de l’Eucharistie : av. Wiener 20 résidence Sainte‑Anne : les jours de semaine à 18 h.

Messes dominicales - à Saint‑Clément  : les dimanches à 9 h et 11 h 15 - à Sainte‑Croix de La Futaie : le dimanche à 10 h - à Saint‑Hubert : à la crypte : les dimanches à 11 h 15 - à Notre‑Dame du Perpétuel Secours : les samedis à 17 h 30 et les dimanches à 10 h. - à Notre‑Dame Reine des Cieux : les samedis à 18 h. Ad r e s s e s d e s é g l i s e s

- Saint‑Clément  : rue du Loutrier à 1170 Bruxelles - Sainte‑Croix de La Futaie  : av. des Coccinelles, 23 à 1170 Bruxelles - Saint‑Hubert : Jagersveld (av. Delleur) à 1170 - Notre‑Dame du Perpétuel Secours : av. des Archiducs, 68 à 1170 - Notre‑Dame Reine des Cieux : Heiligenborre à 1170. Equipe responsable d e s pa r o i s s e s

Mme Céline Windey, coordinatrice de l’Unité pastorale «‌Les Cerisiers‌» rue du Loutrier 50 à 1170 Bruxelles Tél. 02 672 52 29 - windey@swing.be. Abbé Liévin Ndunge, prêtre, coresponsable rue du Loutrier 50 à 1170 Bruxelles GSM : 0483 036 826 -ndungelievin@yahoo.fr. Père Arnould van der Straten Waillet, prêtre coresponsable bd Saint‑Michel 24 à 1040 Bruxelles Tél. 02 739 33 58 - arnould@scarlet.be. Mme Anne Van Bunnen, animatrice pastorale, coresponsable rue du Loutrier 50 à 1170 Bruxelles Tél. 02 672 52 29 anne.vanbunnen@hotmail.com.

Invitations Samedi 22 à 18 h messe pour la paix à Notre‑Dame Reine des Cieux Dimanche 23 à 11 h 15 à Saint‑Clément : messe des familles et Biblio_Ludo_Chrétienne

VENEZ ET VOYEZ -

02/2014 ~ P. 10

Quelle belle période que ce début d’année ! Il est des moments de l’année, quand un projet, une après‑mi‑ di de catéchèse intergénérationnelle, un temps fort de l’année nous rassemble, où le service quotidien, constant, inlassable des bénévoles devient plus vif, plus pressant, plus prenant, et l’on sent comme une effervescence. Oui, une effervescence qui donne du souffle, qui ravive la flamme, qui encourage, qui donne de la force pour avancer encore et toujours. Venez un jeudi après‑midi à la cure au 50 rue du Loutrier et voyez avec quelle énergie les bénévoles de notre up s’affairent ! Voyez leur gentillesse, leur dévouement, un petit mot délicat, une attention de tous les instants ! C’est ce corps, avec aussi ses petitesses et ses faiblesses qui fait l’Église d’aujourd’hui ! Bien plus qu’un refuge… une Communauté ! J’aime aussi sentir comme certains écoutent sans juger, com‑ ment certains relisent ce qui leur est confié à la Lumière de l’Évangile ! Beaucoup de paroissiens ont cette sagesse et cette «‌justesse‌» que leur inspire peut‑être saint Joseph. Joseph est appelé «‌juste‌» ; c’est‑à-dire qu’il discerne à la lumière de Dieu et qu’il attend de Lui une réponse. Humai‑ nement, notre discernement est parfois sans solution face à l’impossible de la situation mais le projet de Dieu est au‑delà de notre discernement. Quels tourments ont dû bien souvent traverser l’esprit de Joseph ? Chaque fois, il choisit une solu‑ tion qu’il pense juste et la remet dans les mains de Dieu. Et chaque fois, Dieu manifeste à Joseph le chemin à suivre qui est au‑delà de toute pensée humaine. Joseph obéit, peut‑être émerveillé par ces retournements de situation et répond «‌oui‌» à cet appel en se laissant conduire par les voies de l’Esprit sur un chemin de Confiance. Souvent, face aux événements de la vie, nous nous heurtons à notre manque de confiance. Nous cherchons des solutions humaines alors que le dessein de Dieu pour nous est bien différent. Tout au moins Dieu nous invite‑t-il à mettre en Lui sa confiance et, à l’image de Joseph, à quitter notre «‌toute‑puis‑ sance humaine‌» et à nous laisser guider par l’Esprit. Que l’Esprit saint qui donne la vie et qui est fécond nous donne la force d’assumer notre vocation de chrétiens au‑ jourd’hui et dans le monde. Que le Christ puisse nous aider à fortifier notre amour et que cet amour puisse rayonner dans nos familles et nos Up ! II Céline Windey Pour l’équipe responsable


VENEZ ET VOYEZ -

unité pastorale DES CERISIERS (WATERMAel BOITSFORt)

02/2014 ~ P. 11

DR

Le chant grégorien à Saint‑Clément : une mémoire vivante

Chorale grégorienne à Saint‑Clément.

DR

L’Homo sapiens aime les souvenirs. Ceux qu’il fabrique pour lui‑même : pho‑ tos, enregistrements, collections,… Ceux qu’il fabrique pour ses semblables : redif‑ fusions, rééditions, créations de musées,… Ceux qu’il fabrique pour toute l’humanité : reconnaissance d’un patrimoine mondial, commun à tous les Terriens ! Par exemple, la petite église romane de Saint‑Clément pourrait très bien rejoindre

sur la liste de l’UNESCO le centre historique du Caire, érigé tout comme elle au Xe siècle. Discrètement, la commune a d’ailleurs ins‑ tallé mainte plaque indicatrice pour diriger l’amateur de beaux édifices. Tout aussi dis‑ crètement, s’y réunissent chaque semaine quelques fous de «‌chant grégorien‌», leurs répétitions constituant, elles aussi, une dé‑ marche‑souvenir. Quid est ? Qu’est‑ce que le chant grégorien ? Grégoire le Grand, semblerait‑il, n’y serait pour rien. Et pour cause : le saint pape vé‑ cut au VIe siècle, à une époque où chaque peuple louait Dieu à sa façon, alors que le chant dit «‌grégorien‌» unifierait quelque quatre siècles plus tard les habitudes litur‑ giques de toute l’Europe, grâce à un sys‑ tème de notation naissant. Depuis ce temps lointain, les voix unies du chant grégorien, portées par une architecture pensée pour elles, dispensent calme et recueillement. Dans la tourmente d’aujourd’hui où le paraître est de première importance, que vient‑on chercher à l’ombre des vitraux, si‑ non ce qui nous manque cruellement au dehors : l’intériorité ? Comme en apesan‑ teur musicale, la mélodie récitative ondule avec le texte (c’est dire que le rythme en est varié !), permettant, si on le souhaite, de prendre conscience de son message. Quant au mélomane, il se laisse simplement «‌en‑ voûter‌» par la pureté du chant monodique. Mais sacristie ! disent les Canadiens, il y a un écueil : faut‑il rappeler la préséance dont

jouissait Rome dans le domaine religieux ? Le culte n’éviterait pas l’emploi de la langue latine. Aujourd’hui hélas, les langues anciennes semblent avoir perdu un certain crédit dans les écoles. Fini le temps où l’on plaisantait en latin dans les cours de récré ; on veut bien lire Astérix, mais on ne veut plus chan‑ ter dans la langue de Jules César. Là, le souvenir perd quelques points en bourse, mais il suffirait peut‑être d’apporter quelques modifications à la terminologie ? Car l’heure de l’œcuménisme a sonné : espe‑ ranto liturgique, le latin pourrait consacrer la réunion des Églises et le chant grégorien pourrait à nouveau recueillir tout chrétien. Gloria signifie gloire, rosa c’est la rose, terra la terre et «‌homme‌» se traduit par homo. Après tout, la lingua romana est‑elle vrai‑ ment difficile ? II DANIELLE ÉTIENNE Si le cœur vous en dit et que vous avez envie de vous joindre à eux pour redécouvrir sans cesse la richesse intérieure de ce chant séculaire et toujours actuel, la chorale grégorienne vous attend chaque lundi et vendredi de 18 h 30 à 20 h (entrée par la porte de la sacristie située à l’arrière de l’église Saint‑Clément, rue du Loutrier à 1170 Bruxelles) . Pour toutes informations supplémentaires, n’hésitez pas à nous contacter au 02/660 52 52. Venez et voyez…


VICARIAT DE BRUXELLES

VENEZ ET VOYEZ -

02/2014 ~ P. 12

Retrouvez l’agenda du vicariat sur www.catho-bruxelles.be et l’information en continu sur www.InfoCatho.be

Parlez-moi d’amour…

mcbf.be

2014 débutera sous le signe de l’amour pour les jeunes. La Pastorale des jeunes de Bruxelles organise en ce début d’année plusieurs grands rendez-vous à destination des jeunes et de leurs animateurs pour parler amour, affection mais aussi sexualité !

L’adolescence, un temps propice aux relations. «Comment parler d’amour aux jeunes ?» Cette question est au cœur d’un rendez-vous, ce 8 février à Bruxelles, destiné aux animateurs de jeunes au sens large : acteurs pastoraux, prêtres, bénévoles, communautés, professeurs de religion, chefs d’unité ou de section… La journée sera rythmée par des temps d’éclairages éducatifs et pastoraux sur les questions de vie humaine, affective, relationnelle et sexuelle. Les jeunes confiés à l’accompagnement pastoral vivent, à leur âge, un temps essentiel de construction de leur personnalité et de l’élaboration progressive de leur choix de vie. Plus qu’un thème parmi d’autres, l’amour est présent à chaque étape et dans tous les aspects de la vie des adolescents et des jeunes adultes. Il est dès lors essentiel pour les accompagnateurs, organisateurs, ou pasteurs d’avoir un rapport clair à leur propre fonctionnement relationnel, affectif

et sexuel, pour que leur mission éducative porte du fruit. En matinée, trois conférences seront proposées aux participants : «Anthropologie chrétienne» avec le chanoine Olivier Bonnewijn ; «Une société hyper sexualisée» avec Olivier Florant et «Des questions pastorales» avec l’abbé Emmanuel de Ruyver. L’après-midi laissera place à d’autres spécialistes sur des sujets plus pointus, ainsi qu’à des échanges de pratiques, des présentations de ressources, de méthodes ou de situations pastorales concrètes. Cette journée de formation et de réflexion a donc été conçue non comme un parcours complet mais comme une invitation à entrer ou à aller plus loin dans l’appréhension de l’enjeu transversal de l’accompagnement de jeunes. Par ailleurs, le samedi 25 janvier 2014, l’équipe d’animation du service propose une journée de ressourcement, formation,

partage d’expérience et de préoutils pastoraux pour animateurs de jeunes, de 9 à 16 h au 14 rue de la Linière, 1060 Bruxelles. Et le 22 février, une journée festive pour les ados (12-15 ans) et pour leurs animateurs, à l’internat Don Bosco, Rue Victor Lowet 12, 1083 Bruxelles. Monseigneur Kockerols présidera l’eucharistie finale festive ! I MVL En pratique : Journée de formation pour les animateurs des 12-35 ans, le 8 février 2014, de 9 h à 17 h 45, à Bruxelles. Marie Haps 249, Chaussée de Wavre (en face du musée des Sciences naturelles). Inscriptions obligatoires sur le site www.jeunescathos.org (attention, nombre de places limité). PAF à la journée (comprend le repas de midi, les locations de salle) : 23€ jusqu’au 25 janvier 2014. 30€ à partir du 26 janvier 2014.

Médias Catholiques Belges Francophones (mcbf.be) – CCMC asbl – Chaussée de Bruxelles, 67/2 à 1300 Wavre – tel : +32 (0) 10/235 900 – info@mcbf.be Administrateur délégué : Luc Tielemans, diacre – Directeur adjoint : Cyril Becquart - Directeur de la rédaction : Jean-Jacques Durré – Responsable de l’information : Thierry Graulich – Secrétaire de rédaction : Matthieu Hargot – Accompagnement des paroisses : Anne-Françoise de Beaudrap et Thierry Graulich Les contenus rédactionnels et les images fournis par les paroisses et les Unités Pastorales sont publiés sous leur entière responsabilité. Fil info : redaction@mcbf.be – L’actualité en continu : www.InfoCatho.be En coréalisation avec Bayard Service Edition – Parc d’activité du Moulin, allée Hélène Boucher BP60090 – 59874 Wambrechies CEDEX


Venez et voyez février 2014