Page 1

19943-C

N ° 8 Mai-Juin 2 0 1 4 SUPPLÉMENT AU JOURNAL D I M A N C H E AGRÉGATION

QUOI DE NEUF ? JOURNAL DE l’UNITÉ PASTORALE DE MALMEDY

N O  :

P 3 0 5  0 3 4

DR

Voici que je fais une cho se nouvelle : elle germe déjà, ne la voyez‑vous pas ? Isaïe 43,19

OSER DES CHEMINS NEUFS… PIERRE

P3

LE TEMPS DE LA PENTECÔTE

DR

DR

RECONSTRUIRE PIERRE PAR

P6 -7


UNITÉ PASTORALE SAINT-FRANÇOIS AU PIED DES FAGNES - MALMEDY

L’UNITÉ PASTORALE DE MALMEDY EN PÈLERINAGE À LOURDES

QUOI DE NEUF ? -

05-06/2014 ~ P. 2

Retraite de l’Unité pastorale Saint‑François au pied des Fagnes

Ce pèlerinage organisé par l’Unité pastorale de Malmedy s’inscrit dans le 125e pèlerinage diocésain qui aura lieu du 15 au 21 août 2014. Le thème de cette année sera : Lourdes «La joie de la conversion».

Renseignements pratiques Comme en 2012, nous séjournerons à l’hôtel «Galilée». Le prix de ce pèlerinage s’élève à 513 euros pour une chambre à 2 lits et 607 euros pour une chambre seule. Le départ en car est prévu le 15 août à 4 h (du matin) devant la cathédrale à Malmedy. Nous rejoindrons Valenciennes où nous prendrons le TGV qui nous emmènera à Lourdes. L’arrivée est prévue vers 19 h. N’oubliez pas d’emporter votre pique‑nique pour les repas de cette journée en sachant que le souper nous sera servi à notre arrivée à l’hôtel. Des boissons chaudes ou froides seront servies dans le train à des prix démocratiques. Concernant le pique‑nique du retour vous aurez la possibilité de commander des sandwichs préparés par les jeunes du groupe «Amitié 2000» toujours à des prix démocratiques. Le retour est prévu le 21 août vers 22 h devant la cathédrale à Malmedy. Les personnes qui désirent s’inscrire à ce pèlerinage sont invitées à passer au secrétariat de l’Unité pastorale de Malmedy, rue J. Steinbach, 3 à Malmedy (080/33 00 26 - 0495/74 61 26 aux heures suivantes : lundi, mercredi et vendredi de 10 h 30 à 12 h et les mercredis et vendredis de 15 h à 17 h. Le montat selon le choix d’une chambre seule ou double sera à verser sur le compte de la Caisse paroissiale de Malmedy au BE8800 10 53 30 7741 avec la mention «Pélé à Lourdes 2014».

DR

La prédication sera faite par notre évêque Jean‑Pierre Delville.

Pour la 7e fois, la retraite de Carême de l’Unité pastorale s’est déroulée, du vendredi soir 21 mars au dimanche après‑midi 23 mars 2014. Nous étions une quarantaine de personnes à nous retrouver au Foyer de Cha‑ rité de Nivezé où l’accueil chaleureux et la prière fraternelle de ses membres nous ont vraiment aidés à nous mettre à l’écoute de l’Esprit saint et à vivre une retraite courte mais très dense. Des temps réservés à l’enseignement, à la prière, à l’adoration, à la convi‑ vialité durant les repas, des temps de silence et de méditation mais aussi l’eucharistie du dimanche après‑midi ont structuré deux belles journées d’approfondissement de notre foi. Henri Bastin, notre doyen, nous a emmenés sur les traces de Saint François d’Assise, un saint extraordinaire que nous connaissions en fait très peu. En le suivant sur son chemin de vie, nous avons découvert la riche person‑ nalité de ce grand saint : sa conversion, son amour de l’Église, son amour des plus pauvres, des exclus de son époque ; son humilité, son immense reconnaissance envers Dieu, notre Père si miséricordieux, son attachement total au Christ et son écoute de l’Esprit saint ont fait de lui un «‌fou de Dieu‌» et de son Évangile. Nous avons aussi découvert avec émerveillement que ce saint qui a vécu au Moyen‑Age (13e s.) avait quelque chose à nous dire aujourd’hui au 21e s. En lui, notre unité pastorale a un saint patron exemplaire, un guide, un pro‑ tecteur et un intercesseur. Nous pouvons mettre en lui toute notre confiance. Avec lui, notre Unité pastorale peut poursuivre son engagement et marcher sur la voie de l’Évangile avec audace et enthousiasme en donnant la main à ce «‌petit frère universel‌». II Monique et René Bastin PS : L’année prochaine, nous poursuivrons notre route avec Saint‑François d’Assise. Vous pouvez déjà réserver la date de la retraite du 6 au 8 février 2015 dans vos agendas.


UNITÉ PASTORALE SAINT-FRANÇOIS AU PIED DES FAGNES - MALMEDY

QUOI DE NEUF ? -

05-06/2014 ~ P. 3

Reconstruire pierre par pierre…

DR

«‌François, ne vois‑tu pas que ma maison tombe en ruines ? Va donc et répare‑la- moi !‌»…

Cette invitation, François d’Assise la reçut de la bouche du Crucifié dans la petite église Saint‑Damien. Il y perçut l’appel à reconstruire ce petit sanctuaire tombé dans un état de grand délabrement. Il s’attela à cette tâche… et, dans la foulée, entre‑ prit de reconstruire encore deux autres églises… Mais voilà que dans la troisième, l’église Sainte‑Marie, une deuxième invita‑ tion vient un jour lui transpercer le cœur à travers l’Évangile qu’il y entend : Allez, dit Jésus, proclamez que le Règne des cieux s’est approché… N’emportez ni or, ni ar‑ gent, ni monnaie dans vos ceintures, ni sac de voyage, ni deux tuniques, ni chaussures, ni bâton… (cf. Mt 10 et Lc 9-10)… À partir de là François comprend que bien plus pro‑ fondément que de reconstruire des églises de pierres, c’est à la reconstruction de la «‌grande Église‌» faite du Christ et de ses membres qu’il doit s’attacher par l’annonce de l’Évangile. Surtout il est saisi par cette certitude que cette annonce ne peut se faire qu’à travers une vie d’humilité et de pau‑ vreté, et par des moyens pauvres… Pierre

par pierre, comme auparavant… mais d’une tout autre manière qu’auparavant et pour un tout autre édifice… François et ses frères deviennent les pierres vivantes d’une Église renouvelée, d’une Église retrouvant fraîcheur et jeunesse… Fragiles et dépouillés, mais enthousiastes, comme des enfants ils surviennent : pro‑ messe qui sauve l’espérance d’une Église qui se mourait !… En ce XIIIe siècle en effet, l’Église s’effondrait par pans entiers, minée qu’elle était par l’argent, le pouvoir, la vio‑ lence et le plaisir…

Que nous dis-tu, François ?

Que nous dis‑tu François, aujourd’hui ? Que nous dis‑tu, alors qu’aujourd’hui aussi, l’Église semble s’abîmer par bien des côtés ? Combien de murs qui se lézardent ou qui même s’écroulent… Combien de pans de murs qui déjà se sont déjà effondrés et qui vont encore s’effondrer ? Que nous dis‑tu, François, toi le petit pauvre ?… Je pense que déjà tu ne cesses de faire des

clins d’œil à toute l’Église pour lui rendre courage… depuis quelques mois. Te dirai‑je que, pour ma part, j’ai eu le sen‑ timent que tu m’as fait un clin d’œil à moi aussi, juste trois jours avant que j’écrive ces quelques lignes… Je t’ai senti présent… toi, le petit pauvre… Tout était petit… : la petite église Saint Aubin… les petits de la première commu‑ nion… le petit groupe, avec les parents, grands‑parents, parrains, marraines… le pe‑ tit noyau d’animateurs… les petites croix… la petite clochette «‌Henriette‌»… les tout petits, tout petits (!) moyens… Et le ciel doucement nous a visités… J’ai rarement été ému à ce point… Des petites pierres pour une nouvelle Église… Modestement… Petitement… Sans vitrine… Sans publicité… Recons‑ truire pierre par pierre… Ne ressassez plus les faits d’autrefois. Voici que moi je vais faire du neuf qui déjà bour‑ geonne ; ne le reconnaîtrez‑vous pas ? (Is. 43, 18-19) II Henri Bastin, votre curé


UNITÉ PASTORALE SAINT-FRANÇOIS AU PIED DES FAGNES - MALMEDY

QUOI DE NEUF ? -

05-06/2014 ~ P. 4

DR

L’hébreu, langue de nos sources

Savez‑vous que l’hébreu, la langue de l’Ancien Testament, s’écrit sans voyelles ? Vous avez dit «bizarre»? On peut dire aussi : «Chouette alors !», car si le texte hébreu est muet, vu qu’il n’offre que des consonnes, il ne pourra devenir une parole vivante que si nous y apportons des voyelles, notre «voix». C’est donc le lecteur qui va faire parler le texte, lui apporter activement vie et sens. Cette interprétation va le questionner, l’obli‑ ger à se positionner.

22 lettres-consonnes

Chacune des 22 lettres‑consonnes de l’alphabet est un mot : ainsi l’alphabet lui‑même, symbolique, est une histoire et représente l’existence humaine ou spiri‑ tuelle. Il n’est pas organisé au hasard : il ouvre un univers, un chemin ; le parcourir, c’est déjà une prière… Exemple : la toute première lettre de la Bible, dans la Genèse, n’est pas la première

lettre de l’alphabet, mais la deuxième, B. C’est curieux ? Non : Dieu a voulu mettre sa création tout entière sous la lumière de la bénédiction, tandis que la première lettre évoquerait plutôt une malédiction. Pour déchiffrer un mot hébreu, il faut cher‑ cher les racines de chacune de ses lettres, ce qui fait de l’hébreu une langue à tiroirs. Cela conduit à creuser très profondément le sens d’une phrase.

Adam, «adamah»

Le mot «adam» n’est pas un nom propre comme Gustave ou Norbert : c’est un nom commun qui signifie «le terreux», quelque chose qui est encore dans la terre, pas en‑ core éclos, comme un germe caché. Le sol se dit «adamah», dont l’humanité, l’adam est tiré. Dieu crée alors un principe de crois‑ sance pour que ce terreux devienne une personne avec qui il est possible d’entrer en relation. Et voilà la femme, non la ser‑

vante, mais celle qui va permettre la parole, l’échange et donc le processus d’humanisa‑ tion. Elle est là pour qu’il sorte de lui‑même, comme celle qui enfante. Il me semble qu’il y a eu pas mal de fausses interprétations au sujet d’Eve, vous ne trouvez pas ? Autre curiosité : l’hébreu ne connaît pas le mot «histoire», mais le mot «enfantement». Dans la Bible, on ne raconte pas l’histoire de l’univers, mais un processus dynamique de croissance, d’humanisation. De surprises en découvertes, d’étonnements en émerveillements, nous voici, grâce à l’hébreu, embarqués pour une Aventure de naissance spirituelle : passionnant, non ? Avis aux amateurs : frère Etienne (Wavreu‑ mont), que j’ai interrogé pour cet article, connaît très bien l’hébreu biblique et anime depuis longtemps au monastère (et ailleurs) des groupes de lectio à partir de cette lan‑ gue‑source, pleine de ressources… II Nicole Piront


UNITÉ PASTORALE SAINT-FRANÇOIS AU PIED DES FAGNES - MALMEDY CALENDRIER

DES CÉLÉBRATIONS EUCHARISTIQUES DU MOIS Mercredi 7 mai à 8 h à la chapelle de semaine. Jeudi 8 mai à 18 h à la chapelle des malades. Vendredi 9 mai à 18 h à la chapelle de semaine.

4e dimanche de Pâques Samedi 10 mai à 18 h à la cathédrale - messe de familles. Dimanche 11 mai à 8 h 30 à l’église des Capucins. à 10 h à la cathédrale - Célébration des 1res communions des enfants des villages. à 10 h à l’église des Capucins - messe en allemand, à 10 h 45 à l’église de Ligneuville. à 14 h 30 à la cathédrale - célébration des baptêmes, Mardi 13 mai à 8 h à la chapelle de semaine. à 15 h 30 à la Résidence des Arcades. Mercredi 14 mai à 8 h à la chapelle de semaine. Jeudi 15 mai à 18 h à la chapelle de la Clinique. Vendredi 16 mai à 18 h à la chapelle de semaine.

5e dimanche de Pâques Samedi 17 mai à 18 h à la cathédrale - messe des familles. à 19 h 30 à l’église de Ligneuville. Dimanche 18 mai à 10 h à la cathédrale - Célébration du sacrement de Confirmation conféré par notre évêque aux jeunes de notre Unité pastorale. à 10 h à l’église des Capucins - messe en allemand,

Mardi 20 mai à 8 h à la chapelle de semaine. Mercredi 21 mai à 8 h à la chapelle de semaine. à 16 h à la Résidence du Grand Fâ. Jeudi 22 mai à 18 h à la chapelle des malades. Vendredi 23 mai à 18 h à la chapelle de semaine.

6 dimanche de Pâques e

Samedi 24 mai à 18 h à la cathédrale - messe des familles. à 19 h 30 à l’église de Ligneuville. Dimanche 25 mai à 8 h 30 à l’église des Capucins. à 10 h à la cathédrale - Célébration avec mémoire des défunts du mois d’avril. à 10 h à l’église des Capucins - messe en allemand. À 10 h 30 à l’église de Bellevaux Célébration des 1res communions. Mardi 27 mai à 8 h à la chapelle de semaine. Mercredi 28 mai à 8 h à la chapelle de semaine.

Ascension Jeudi 29 mai à 8 h 30 à l’église des Capucins. à 10 h à la cathédrale - Célébration de la fête de l’Ascension. à 10 h à l’église des Capucins - messe en allemand. à 10 h 45 à l’église de Ligneuville Célébration de la fête de l’Ascension. Vendredi 30 mai à 18 h à la chapelle de semaine.

7e dimanche de Pâques Samedi 31 mai à 18 h à la cathédrale - messe des familles. à 19 h 30 à la chapelle de Pont. Dimanche 1er juin à 8 h 30 à l’église des Capucins. à 10 h à la cathédrale. à 10 h à l’église des Capucins - messe en allemand. à 10 h 45 à l’église de Ligneuville Célébration des 1res communions. à 18 h à l’église des Capucins - messe selon le rite ancien. Mardi 3 juin à 8 h à la chapelle de semaine. Mercredi 4 juin à 8 h à la chapelle de semaine. Jeudi 5 juin à 18 h à la chapelle de la Clinique. Vendredi 6 juin à 16 h au home St Vincent à Xhoffraix. à 18 h à la chapelle de semaine.

QUOI DE NEUF ? -

05-06/2014 ~ P. 5

VIE DES COMMUNAUTÉS

LES LECTIO DIVINA‑ÉCOUTE ET PARTAGE AUTOUR DE LA PAROLE DE DIEU (Évangile du dimanche qui suit la lectio)

Les tables de la Parole auront lieu : * Le jeudi 08 mai à 18 h 30 chez Ida Dosquet, rue Haute Vaulx 35 à Malmedy. * Le vendredi 09 mai 20 h chez Clément Seffer à Steinbach 109. * Le mardi 13 mai à 20 h chez Benoît et Anna Antoine, Grand‑Rue 23 à Ligneuville. * Le mercredi 14 mai à 20 h chez Guy et Anne‑Marie Grodent, Rte de Spa 52 à Burnenville. * Le jeudi 15 mai à 17 h 30 chez Marguerite et Horst Weidisch à Cligneval et à 20 h chez Herman et Monique Nelles, Avenue des Alliés 35d à Malmedy. * Le vendredi 16 mai à 20 h chez Madeleine Lenz, Place du Parc 22 à Malmedy. (Pour les jeunes) * Le mardi 20 mai à 16 h chez Sœur Marie‑France Feller, Rue Abbé Péters, 49A à Malmedy. * Le mercredi 21 mai à 20 h chez Jean et Elisabeth Hugo, chemin du Calvaire 58 à Chôdes. * Le mardi 27 mai à 14 h chez Marie‑Elisabeth Bindels, Rue de Bavière26 à Malmedy. * Le mercredi 28 mai à 18 h 30 chez Yvonne Solheid, Rue de la Tournerie 2 à Xoffrraix. * Le vendredi 30 mai à 20 h chez Francis et Marie‑Rose Aleff, chemin du Château, 14 à Arimont. * Le jeudi 05 juin à 18 h chez Marguerite et Horst Weidisch à Cligneval. * Le vendredi 06 juin à 20 h chez Paul et Rosa Dumoulin à Hédomont 1e. et également à 20 h chez Madeleine Lentz, Place du Parc 22 à Malmedy. (Pour les jeunes). * Le mercredi 08 juin à 18 h 30 chez Ida Dosquet, rue Hte Vaulx 35 à Malmedy. Invitation cordiale à tous !


UNITÉ PASTORALE SAINT-FRANÇOIS AU PIED DES FAGNES - MALMEDY

QUOI DE NEUF ? -

05-06/2014 ~ P. 6

Vous avez dit : «Quoi de neuf ?»

L’ESPRIT SAINT Jésus nous l’a promis, Jésus s’est laissé guider par lui durant tout son ministère ici‑bas. Il nous fait crier Abba Père.Il nous apprend à prier, à être ajusté à Dieu.

Du beau, du bon, du bien à se partager fraternellement. Des gestes, des paroles, des comportements inédits qui ensoleillent la journée ? Voyons voir… Tiens, je viens justement de recevoir par mail une vidéo qui m’a réjouie. Dans une rue d’Ottawa, un événement original et inattendu : trois musiciens jouent sur un trottoir. Un quidam vient les trouver et leur demande d’interpréter «Zorba le Grec», universellement connu. Puis, comme ça, sans prévenir, il se met à danser le sirtaki en pleine chaussée, rejoint rapidement par une, deux, cent personnes qui suivent le pas et le tempo ; la joie s’étonne sur tous les visages, les flashes crépitent, les bouches des enfants s’arrondissent au son du bouzouki… et la mienne s’étire en un sourire béat ! Esprit saint, je parie que tu étais dans le coup… Une ville petite et coquette (vous devinez laquelle ?) et ses villages alentour. La belle saison arrive et tout le monde s’y met pour la déco : des jardinières apparaissent aux fenêtres, des chemins sont restaurés, nettoyés, rebalisés, des parterres colorent les ronds‑points, l’aquarelliste et le fleuriste de service soignent la beauté des lieux fréquentés… Ô Esprit saint, te cacherais‑tu là‑derrière ? Une paroisse qui épuise (surtout ses prêtres) et s’épuise, et voilà que sur‑ gissent des bonnes et laïques volontés pour des célébrations nouvelles, des services en tout genre (préparation des baptêmes, funérailles, catéchèse, décoration florale, sacristie, fête paroissiale,…). Il y a du pain sur la planche, donc, Esprit saint, n’hésite pas à pratiquer la suggestion mentale du genre : «Au fond, pourquoi pas moi ? J’offrirais bien mes compétences, mes talents, un peu de mon temps, non ? Allez, je plonge !» Une Église qui s’enlise et (s’) ennuie, et voilà un homme en blanc (non, pas un médecin, encore que…) qui vous bouscule protocole poussiéreux et poncifs éculés, prélats confits et princes veloutés : une vraie bourrasque qui surgit d’ailleurs, on sait d’où. Là, ô Esprit, tu y vas merveilleusement fort ! Continue surtout ! Que du bonheur, et de la tendresse qui ose et se risque… Vous avez dit : «Quoi de neuf ?» Mais il suffit d’ouvrir ses yeux et ses oreilles, c’est du neuf et de l’Esprit chaque matin ! II Nicole Piront

Lors d’un exercice d’écriture, l’animateur pose la question suivante à l’assemblée : «‌A supposer que Dieu existe, imaginez ce qu’il ‌ vous dirait lors de votre mort». Deux minutes de réflexion.Un participant répond : «‌Je t’ai aimé de toute éternité, viens dans l’accomplissement ‌ de tout ton être». Je crois sincèrement que l’Esprit saint peut inspirer une telle réponse. De même dans un échange de foi entre personnes qui cher‑ chent, athées et agnostiques, il peut inspirer nos paroles. Veillons à ne pas le contrister en faisant obs‑ tacle à son action. Il m’arrive de l’invoquer en regardant la croix.Le fruit de l’esprit est toujours la paix jamais le trouble. Que ta fraîcheur me calme, hôte apaisant de l’âme, doux consolateur. L’Esprit saint apaise nos doutes, il réoriente nos pauvres prières vers le Père, il refor‑ mule nos demandes trop narcissiques en les purifiant. La grande alliée de l’Esprit saint est Marie. Elle l’attend avec les apôtres à la Pentecôte. Avec l’aide de l’Esprit saint, elle nous aide à faire le premier pas pour repartir. Jésus nous invite à demander l’Es‑ prit saint. II Jean‑Luc Lepièce M A Î T R E D E L A PA I X Saint‑Esprit, inspire le cœur de ceux qui cherchent une paix indispensable à travers la Terre. Si démunis soyons‑nous, donne‑nous de mettre la confiance là où il y a les oppositions, et de rendre perceptible par notre vie un reflet de la compassion de Dieu. Oui, donne‑nous d’aimer et de le dire par notre vie.

DR

II Frère Roger de Taizé


UNITÉ PASTORALE SAINT-FRANÇOIS AU PIED DES FAGNES - MALMEDY PR I È R E Q U OT I D I E N N E À L’ E S P R I T S A I N T O Saint- Esprit, Âme de mon âme, je t’adore : éclaire- moi, guide- moi, fortifie- moi, console- moi, enseigne -moi ce que je dois faire, donne- moi tes ordres. Je te promets de me soumettre à tout ce que tu désires de moi et d’accepter tout ce que tu permettras qu’il m’arrive : fais- moi seulement connaitre ta volonté. (Cette soumission au Saint Esprit est le secret de la sainteté).

QUOI DE NEUF ? -

05-06/2014 ~ P. 7

«‌Le monde ancien s’en est allé…‌»

II cardinal Mercier TU AS DÉJÀ OUVERT LES CHEMINS

Alors Toi, le Dieu vivant, tu entres dans notre âme de pauvre, tu entres dans notre faiblesse et tu lis en nos cœurs nos intentions authentiques. Et ton Esprit vient au‑dedans de nous, il vient exprimer l’inexprimable à travers d’humbles paroles, et des soupirs, et des silences. Et tu nous dis : «Ne te préoccupe de rien, ne t’inquiète pas de ton peu de capacité à prier. Sache‑le, dans ton attente priante, j’ai déjà ouvert les chemins». Ainsi, tu nous donnes de comprendre que tu appelles chacun par son nom, que tu éveilles des jaillissements intérieurs, que tu as déposé en chacun un don unique, irremplaçable. Nos yeux s’ouvrent et, dans la pauvre prière, nous comprenons que l’homme ne se réalise qu’en présence de Dieu. II Frère Roger de Taizé

DR

Esprit du Christ ressuscité, Saint‑Esprit, si nous savions ce que nous pouvons te demander pour prier comme il faut ! Mais voilà que les balbutiements de notre prière passent par le creuset de notre pauvreté, de notre petite foi. 2 :1 Quand le jour de la Pentecôte arriva, les disciples étaient tous rassemblés au même endroit. 2 :2 Tout à coup, un grand bruit survint du ciel : c’était comme si un violent coup de vent s’abattait sur eux et remplissait toute la maison où ils se trou‑ vaient assis. 2 :3 Au même moment, ils virent apparaître des sortes de langues qui res‑ semblaient à des flammèches. Elles se séparèrent et allèrent se poser sur la tête de chacun d’eux. 2 :4 Aussitôt, ils furent tous remplis du Saint‑Esprit et commencèrent à parler dans différentes langues, chacun s’exprimant comme le Saint‑Esprit lui donnait de le faire. Ainsi se renouvelle l’expérience vécue au Sinaï par Moïse lorsqu ’il redescend avec les tables de la Loi. Il ne sera plus question de Loi, mais de libération de la parole afin de porter (comme à bout de bras) la promesse de salut universel au monde entier. Avec l’espérance, «‌cette petite fille de rien du tout‌» comme la nomme Charles Péguy, nous avons à nous mettre en route pour porter plus loin encore la Bonne Nouvelle dont nous avons été créés dépositaires par notre baptême. Dépositaires et non propriétaires, parce que nous passons et l’Évangile («‌Bonne Nouvelle‌» en grec), lui, ne passe pas. Car cette Bonne Nouvelle est à partager, à faire circuler comme la boule de neige devient bonhomme en roulant, comme une joie trop forte que notre cœur ne pourrait contenir et qu’il nous faudrait à tout prix faire connaître à tous. Si elle est aussi prépondérante dans notre vie, nous devons en témoigner au point d’en donner l’envie autour de nous ainsi que les gens s’étonnaient d’entendre les disciples parler dans leur langue respective. Ne nous laissons pas voler cette «‌joie de l’Évangile‌», réactualisons‑la, rendons‑la plus présente encore afin de donner à notre monde «‌cette petite fille espérance‌» qui lui manque cruellement. Je vous donne deux références de livres à lire en urgence (je pourrais même dire trois en y ajoutant Evangelii gaudium du pape François)  : L’homme‑joie‌ de Christian Bobin, éd. L’Iconoclaste («‌Mieux qu’un ange‌» p.151 - un petit bijou !) et François, le printemps de l’Évangile‌de Frédéric Lenoir, éd. Fayard. Bonnes et sain(t)es lectures. II Jean‑Pierre Koch


DIOCÈSE DE LIÈGE

QUOI DE NEUF ? -

05-06/2014 ~ P. 8

Retrouvez l’agenda du diocèse sur http://liege.diocese.be et l’information en continu sur www.InfoCatho.be

OLI V I E R W I N D E L S

«Soyons porteurs de l’Évangile» Il y a un mois, l’évêque de Liège, Monseigneur Jean-Pierre Delville, créait trois nouveaux vicariats : celui de la santé, celui de la vie consacrée et celui de l’annonce de l’Évangile. À la tête de ce dernier, l’abbé Olivier Windels, qui vient donc d’être nommé vicaire épiscopal. Rencontre.

Pourquoi Monseigneur Delville a-t-il créé ce nouveau vicariat ? Pour notre nouvel évêque, la dimension de l’annonce de l’Évangile apparaît comme une priorité. De la même manière, le pape François insiste beaucoup, notamment dans son document La joie de l’Évangile, pour que nous soyons porteurs de l’Évangile. C’est cette dimension-là que notre évêque a voulu honorer en créant – je ne dirais pas de toutes pièces – un nouveau vicariat portant particulièrement sur cette préoccupation-là : être, par la catéchèse, par la liturgie et par le catéchuménat, par les trois dimensions de mon vicariat, porteur de l’Évangile. En tant que responsable de ce vicariat, quelles vont être vos priorités ? Il est peut-être un peu tôt pour le dire, mais une des priorités est de repenser en profondeur la catéchèse. On se rend compte depuis pas mal de temps que le fonctionnement de la catéchèse, tel qu’il est mis en place à de nombreux endroits depuis des dizaines d’années, n’est plus adéquat. On s’est déjà orientés vers de nouvelles structures et de Olivier Windels, avec Monseigneur Delville.

Photos SDCC Liège

Trois services, dirigés par trois adjoints du vicaire épiscopal, composeront le nouveau vicariat de l’annonce de l’Evangile : le service Catéchèse, dirigé par l’abbé Armand Franssen ; le service Catéchuménat, dirigé par Martine Lewis ; et le service Liturgie, dirigé par l’abbé Pierre Hannosset. Pour mieux comprendre les arcanes de cette nouvelle cellule d’Église, quelques questions à son représentant, l’abbé Olivier Windels.

Olivier Windels. nouvelles manières de faire. On va travailler dans ce sens-là. La priorité des priorités souhaitée par mon vicariat, et pour l’équipe qui va se constituer autour de ce projet, c’est essentiellement d’accompagner les paroisses dans ce tournant de la vie de l’Église. Pensez-vous que, pour la catéchèse par exemple, les méthodes doivent se renouveler ? Certainement. Un virage doit être pris. Par exemple, nos évêques insistent pas mal sur une catéchèse d’évangélisation, même si le mot «évangélisation» est parfois un peu piégé : il peut faire penser à quelque chose d’agressif. Mais c’est peut-être ça qu’il faut travailler : les personnes qui nous arrivent ont besoin d’entendre et de découvrir l’Évangile à neuf. Concrètement, que mettrez-vous en place ? Y aura-t-il plus de formations en catéchèse ? Plus de formations, peut-être pas, parce que cela fait plusieurs années déjà que l’on en met sur pied. Ce que l’on va essayer de vivre, c’est davantage d’accompagnement :

être plus proches des catéchistes et des responsables de la catéchèse dans les différentes unités pastorales, veiller à cheminer avec eux, à les accompagner dans leur travail au quotidien. Comment avez-vous réagi à l’annonce de votre nomination ? C’était une grande joie, bien sûr. De la part de Monseigneur Delville, c’était une marque de confiance. Jean-Pierre Delville est un vieil ami, si j’ose dire, mais ce n’est pas d’abord l’amitié qui a compté, c’est le travail qui a été fait pendant pas mal d’années. De mon point de vue, c’est une reconnaissance par rapport au passé et une espérance pour l’avenir. C’est toujours agréable de savoir que quelqu’un vous fait confiance. Annoncer l’Évangile est-il plus que jamais une priorité ? C’est plus que jamais une priorité pour l’Église, et pour le diocèse de Liège en particulier. I Propos recueillis par M.V.L. et S.B.

Médias Catholiques Belges Francophones (mcbf.be) – CCMC asbl – Chaussée de Bruxelles, 67/2 à 1300 Wavre – tel : +32 (0) 10/235 900 – info@mcbf.be Administrateur délégué : Luc Tielemans, diacre – Directeur adjoint : Cyril Becquart - Directeur de la rédaction : Jean-Jacques Durré – Responsable de l’information : Thierry Graulich – Secrétaire de rédaction : Matthieu Hargot – Accompagnement des paroisses : Anne-Françoise de Beaudrap et Thierry Graulich Les contenus rédactionnels et les images fournis par les paroisses et les Unités Pastorales sont publiés sous leur entière responsabilité. Fil info : redaction@mcbf.be – L’actualité en continu : www.InfoCatho.be En coréalisation avec Bayard Service Edition – Parc d’activité du Moulin, allée Hélène Boucher BP60090 – 59874 Wambrechies CEDEX

Quoi de neuf mai 2014  
Advertisement