Issuu on Google+

EXPRESS

©Belga

N UM ÉRO 11 Hebdomadaire du 20 mars 2011 Chaussée de Bruxelles, 67/2 - 1300 Wavre Tél.010/235.900 - Fax 010/235.908 www.dimanche.be

JAPON

LES MONASTÈRES ET ABBAYES Des modèles économiques ? La solidarité de l’Église

L

ors de la prière de l’Angélus du dimanche 13 mars, Benoît XVI a tenu à saluer “la dignité et le courage” du peuple nippon, et a invité les fidèles à prier pour les victimes de la catastrophe. Mais le pape n’a pas seulement fait part de sa proximité spirituelle avec les Japonais, il a également mis 150.000 dollars à leur disposition pour l’assistance aux victimes via le Conseil pontifical Cor Unum. Sur Radio Vatican, Mgr Alberto Bottari de Castello, le nonce apostolique au Japon, a également évoqué l’action de la Caritas Japon qui s’est immédiatement mise en place et qui a “assuré un service 24h sur 24”. Celle-ci a d’ailleurs lancé une campagne de solidarité dans toutes les églises du pays, le 13 mars dernier. “Notre mission est de faire preuve d’amour et de solidarité, surtout envers les catégories les plus vulnérables comme les personnes âgées, les migrants, les sans-abri“, a déclaré le père Daisuke Narui, directeur exécutif de l’œuvre d’entraide au Japon. Des écoles, des associations et des institutions catholiques s’associent également à l’initiative afin de recueillir des fonds pour aider les évacués. “Nous savons déjà que la réponse des fidèles à notre appel sera très généreuse.“ De ce mal peut naître un bien À propos des conséquences du drame, le prêtre pense “ que, pour le Ja pon d’aujourd’hui, marqué par la crise économique, frappé par le phénomène social de la dépression et des suicides, ce douloureux événement peut représenter une opportunité pour diffuser les valeurs de l’Évangile, c’est-à-dire la fraternité de tous les hommes, la construction du bien commun, la reconnaissance du fait que toute personne a la dignité de fils de Dieu et est importante à ses yeux. Si, par notre action et notre témoignage, nous réussissons à communiquer cela, alors de ce mal pourra naître un bien.“ P. A. (d’après CtB)

OPINIONS

• Marine Le Pen, une “extrême droite à visage humain” ?

DERNIÈRES MINUTES

p. 2 p. 6

• Frontière Tunisie-Libye : une solidarité sans précédent • Nouvelles violences interconfessionnelles au Caire

LITURGIE

p. 8

2e dimanche de Carême Du sein de la nuée resplendissante, la voix du Père a retenti: “Voici mon Fils, mon bien-aimé, écoutez-le !” Matthieu 17, 1-9

CULTURE

p. 7 • À la porte de Hal, Bruxelles étale sa richesse et sa pauvreté

Sur un plan spirituel, la Règle de saint Benoît fait du travail manuel un des piliers de la vie monastique. Mais cette production est tout aussi importante sur un plan financier. C’est généralement le seul moyen de subsistance des bénédictins et cisterciens, avec toutes les difficultés que cela peut comporter.

V IE RELIGIEUSE Si la devise “Ora et labora “ (“Prie et travaille“) ne figure pas dans la règle écrite par saint Benoît au VIe siècle, elle n’en fait pas moins écho à nombre de ses prescriptions. “ L’oisiveté est l’ennemie de l’âme, c’est pourquoi à certaines heures, les frères doivent s’occuper au travail des mains et à certaines autres à la lectio divina “, recommande le fondateur de l’ordre bénédictin, qui ajoute: “ Les moines seront vraiment moines lorsqu’ils vivront du tra va il de leurs ma ins, à l’exemple de nos pères et des apôtres.“ Ainsi, depuis des siècles, les monastères et abbayes ont-ils à cœur de développer en leur sein une ou plusieurs activités économiques leur permettant de subvenir à leurs besoins et d’assurer l’entretien des lieux où ils vivent. Un challenge permanent En Belgique, nous connaissons surtout les bières et fromages d’abbaye, mais l’économie monastique est loin de se réduire à ces deux produits traditionnels. Confitures, cire d’abeille, savon parfumé, eau de toilette, poulets fermiers, fruits et légumes bios, chocolats, livres, sandales, biscuits, instruments de musique, images pieuses, huiles essentielles, produits médicinaux, jouets, décoration d’intérieur… Les moines et moniales font preuve de beaucoup de créativité quand il s’agit de se trouver une activité économique et il est plutôt rare que le succès ne soit pas au rendez-vous. Le soin qu’ils apportent à tout ce qu’ils font et leur honnêteté sont effectivement perçus par nombre de nos contemporains comme un gage de qualité, et pour cela, ces derniers sont généralement prêts à mettre le prix.

À L A RENCONTRE DES BUSI NESSM OINES Page 3

A BDEL A ZIZ K ACEM ET LES RÉVOLUTIONS A RA BES Page 5 Rédaction de ce numéro clôturée le 14 mars 2011 Bureau de dépôt : Charleroi X Agréation N°: P305034 Banque: 833-5318719-79 IBAN BE58 8335 3187 1979 - BIC GKCCBEBB

Dans le magasin de l’abbaye de Brialmont, Mère Marie-Pascale nous présente la grande diversité des produits monastiques

La vie des communautés monastiques est loin d’être un long fleuve tranquille pour autant. Non seulement elles sont confrontées à la diminution et au vieillissement de leurs forces vives, mais elles doivent aussi faire face aux exigences de plus en plus hautes du marché et aux pressions de la société. “Aujourd’hui, nous sommes appelées à vivre nos valeurs monastiques dans un monde accéléré par la technique et par la nervosité des grandes villes, dans le monde cruel de l’économie, où l’avoir est plus impor-

E

tant que l’être, et où la consommation est signe de richesse et de puissance“, confiait Mère Mectildes Vilaça Castro, ancienne abbesse du monastère N.-D. du Mont d’Olinda, lors d’un rassemblement de bénédictines au Brésil. Pourtant, malgré ces difficultés, les communautés monastiques parviennent à garder le cap et à rester fidèles à leurs idéaux. Des exemples à suivre, serait-on tenté de penser… Pascal ANDRÉ (Suite page 3)

LE DISCOURS DE L’AMOUR

lle existe cette parole que tous peuvent comprendre, les adultes comme les enfants, les croyants comme les incroyants. Ce discours, c'est celui de l'amour qui ne tient pas compte du mal, parce qu'il voit partout la lumière, l'autre lumière; ce discours, c'est celui du regard qui trouve à s'émerveiller en allant chercher, pour s'en nourrir, la beauté qui se cache derrière toutes les formes de pauvreté douloureuse que nous rencontrons. Il nous faut observer un phénomène noté dans l'Évangile, celui où les analphabètes qui écoutent le Christ sont saisis d'étonnement non pas devant la grandeur des idées nouvelles qu'il proclame – vérités qu'ils

ne comprennent pas, nous répètent les évangélistes – mais, sans le soupçonner, devant l'harmonie et la pleine assurance de celui qui parle. P. Yves GIRARD, moine trappiste Saint-Romuald, Québec

Ne rien attendre, mais tout espérer. Colette Nys-Mazure


OPINIONS

DIMANCHE

DIMAN DIMANCHE

2

N°11 - 20 mars 2011

Édito

PLUS PUISSANT QUE LES CENTRALES NUCLÉAIRES

Quand on ne trouve plus les mots pour décrire une catastrophe, celui d’apocalypse revient sur toutes les lèvres et dans tous les médias. Cette fois, ce n’est pas un pays pauvre qui est touché. Haïti, pour les motifs que l’on sait, n’était pas prêt à affronter le tremblement de terre qui l’a plongée dans une misère redoublée. Le Japon, lui, situé sur un lieu à hauts risques, était paré pour affronter les forces imprévisibles de la nature. Mais les dégâts sont tout autant immenses. Décidément, la nature sera toujours plus forte que l’homme, même si les progrès de la science nous font parfois espérer le contraire… On pourrait même avoir le sentiment inverse: au fur et à mesure des progrès, notre civilisation devient plus fragile. Un colosse au pied d’argile, pour reprendre une autre image biblique. Est-ce à dire qu’il faille renoncer à la science, à la technique et à toutes les conquêtes qui nous mobilisent chaque jour et qui font la grandeur notre humanité? Non. Mais il faut pouvoir les relativiser. La réussite de notre aventure humaine ne se mesure pas à nos prouesses techniques et au confort matériel qui s’en suit. Il y a d’autres questions essentielles et même prioritaires. Et qui concernent les peuples riches comme les peuples pauvres.

LA QUESTION

BILLET L’Église critiquée

La fragilité de notre condition humaine, face à la nature déchaînée, mais aussi en raison de notre condition vulnérable et mortelle, nous renvoie à l’interrogation essentielle: quel sens donnons-nous à notre existence, brève ou longue? Quelles sont nos motivations profondes quand nous nous investissons dans la recherche scientifique, dans les réalisations techniques ou dans l’engagement politique, médical, artistique…? La foi nous invite à croire que nous n’aurons pas mené nos activités en vain, mais à condition que nous les ayons vécues dans l’amour. Oui, il faut s’engager à fond, tout en connaissant notre précarité, et en respectant le principe de précaution. Mais il ne faut pas oublier l’essentiel. “La seule chose que nous enseigne la mort, dit Jésus dans l’Évangile selon Pilate d’ÉricEmmanuel Schmitt, c’est qu’il est urgent d’aimer.” Et c’est ce que nous avons pu voir sur les écrans de télévision: l’élan de solidarité nationale et internationale face à ce séisme. L’amour dégage une énergie plus puissante que les centrales nucléaires, car il y a en lui quelque chose d’éternel. Seul l’amour demeure.

I

Charles DELHEZ Vos réactions sur edito@dimanche.be

MARINE LE PEN Une “extrême droite à visage humain” ?

23%

On le sait, l’euphorie des partisans de Jean-Marie Le Pen était vite retombée après les 18% réalisés par le leader extrémiste lors de l’élection présidentielle de 2002. En effet, depuis lors, l’audience du parti néofasciste n’avait cessé de s’effriter, tombant jusqu’à 4,3% aux législatives de 2007 – déclin que beaucoup de politologues attribuaient à une “récupération” des idées de ce parti par Nicolas Sarkozy. Et les démocrates de crier un peu tôt à la mort définitive de l’extrême droite française… C’était sans compter l’ascension irrésistible de la fille cadette de Le Pen au sein des instances internes du Front national, et les changements qu’elle allait progressivement lui imposer. Juriste et avocate de profession, cette jeune femme de quarante-deux ans dont nul ne conteste le charisme et l’intelligence politique a fait son chemin sur les traces de son père sans trop faire parler d’elle… sauf au sein de son propre parti, où ses idées ont vite dérangé les tenants de la ligne traditionnelle de celui-ci. Plus souple qu’eux sur les questions de l’avortement et du Pacs (Pacte civil de solidarité), et plaidant résolument pour la laïcité de l’État, elle entendait en effet modérer leur habituel discours anti-immigrés pour se centrer davantage sur l’aspect économique et social du programme frontiste. C’est ainsi qu’elle adopta rapidement un profil très “social”, se posant en défenderesse des personnes précarisées et des victimes de la crise économique due à l’idéologie ultralibérale. Une stratégie de “dédiabolisation” Opposante farouche au Traité de Maastricht et à la construction européenne en général, elle se positionna en faveur de la défense des services publics et de l’interventionnisme accru de l’État dans le domaine économique, en même temps qu’elle dénonçait les “privatisations forcées” et la mort des petits commerces étranglés par la grande distribution. Pour démagogiques qu’elles soient, ces positions révélaient cependant une

© FN

des votes: c’est le score qu’obtiendrait l’actuelle présidente du Front national français si les présidentielles prévues pour 2012 avaient lieu aujourd’hui. De quoi la qualifier pour le second tour, exploit qu’avait réalisé son père en 2002. Publié le 5 mars dernier dans le cadre d’un sondage, ce chiffre a fait l’effet d’une bombe. Certains se croient obligés de paniquer exagérément, d’autres de s’accuser mutuellement d’en porter la responsabilité. Et si l’on essayait plutôt d’analyser rationnellement ce que d’aucuns nomment l’”effet Marine Le Pen”?

habileté politique certaine, comme le confirmèrent rapidement ses brillants scores personnels obtenus lors des différents scrutins auxquels elle prit part, et ce alors que le Front national buvait régulièrement la tasse dans son ensemble. Bref, elle ne tarda pas à incarner l’espoir d’un renouveau aux yeux des militants et, munie de l’appui paternel inconditionnel, elle grimpa dans la hiérarchie du parti jusqu’à finir par en conquérir la présidence le 16 janvier dernier. Son image de jeune femme moderne rassure nombre d’électeurs qu’effrayait celle de son baroudeur de père. De même, ses prises de position plus modérées (en apparence?) et son refus des provocations chères à ce dernier participent d’une volonté clairement affichée de “dédiabolisation” de la formation d’extrême droite. Résultat? Un certain nombre d’électeurs jadis réticents à lui apporter leur soutien sont maintenant séduits par l’aspect plus “respectable” du parti, et le philosophe Bernard-Henri Lévy va jusqu’à parler à son sujet d’”extrême droite à visage humain“. Son principal cheval de bataille demeure cependant la lutte contre l’islamisation actuelle de la société française et européenne. Elle surfe en cela sur un thème à la mode, qu’exploitent d’ailleurs d’autres leaders de la droite radicale continentale tels que le Néerlandais Geert Wilders, président du Parti pour la liberté, le Suisse Christoph Blocher, leader de l’Union démocratique du centre, ou encore les responsables du Parti du peuple danois. Il faut dire que, comme dans ces autres pays européens, les partis

démocratiques français ne proposent aucune solution crédible aux problèmes posés par l’immigration de masse et la montée en puissance de l’islam (symbolisée par les débats actuels sur le port du voile et de la burqa)… Médiocrité et cynisme Mais il n’y a pas que l’impuissance des formations traditionnelles à répondre à ces problèmes de société ainsi qu’aux injustices sociales qui explique l’”effet Marine Le Pen“. La médiocrité généralisée de la classe politique de l’Hexagone exaspère également nombre d’électeurs et les pousse vers le Front national. En effet le bilan économico-social de Nicolas Sarkozy s’avère catastrophique, de même que son débat douteux sur l’“identité nationale” et son rejet des Roms pourraient avoir contribué à banaliser les thèses de l’extrême droite. Quant à Dominique Strauss-Kahn, favori des sondages pour les prochaines présidentielles, que peut-on attendre d’un prétendu “socialiste” qui préside un Fonds monétaire international privilégiant systématiquement les pays riches au détriment des nations pauvres ? Ce cynisme et cette médiocrité des politiciens dits “démocrates” rendent d’autant plus dangereuse une idéologie qui, derrière ce “visage humain“ incarné par Marine Le Pen, pourrait se révéler en réalité plus… inhumaine que jamais. Louis MATHOUX

l est de bon ton de critiquer l’Église-institution. Pilotée par “des vieux garçons qui se cooptent“, elle est un excellent sujet pour exercer sa verve. Ne faudrait-il pas plutôt s’interroger: comment se fait-il que cette “assemblée de décatis“ existe depuis 2000 ans? À inscrire dans le livre des records. Elle a survécu à l’Empire romain où elle est devenue religion d’État et a sauvé la culture antique. Elle a survécu à la déchéance morale qui a provoqué une crise profonde et la Réforme au XVIe siècle. Elle a survécu à l’Ancien Régime auquel elle a été intimement associée. Ces constats contredisent cette loi sociologique selon laquelle une formation religieuse doit s’évanouir avec la disparition du régime social qui l’a vue naître. Si nous voulons comprendre le fondement de l’organisation de l’Église (et le secret de sa continuité), il faut faire une distinction entre la source, la finalité et le mode d’exercice du pouvoir dans l’institution. La source du pouvoir y est le Christ qui a confié la direction à Pierre et aux apôtres, et ce pouvoir se transmet suivant la succession apostolique. Dans ce sens, il n’est pas démocratique, c’est-à-dire conféré par la souveraineté populaire. Mais sa finalité est le service et le mode de son exercice peut être participatif (conciliaire et décentralisé) et non autoritaire. Heureusement, les réformes et le renouveau peuvent venir aussi bien par le haut que par le bas. Ainsi, l’histoire de l’Église mentionne non seulement de grands papes, mais aussi la montée de mouvements puissants, comme celui de Cluny, qui ont réussi à revitaliser le monde chrétien et à contribuer à sa renaissance. Aujourd’hui aussi, des réformes sont indispensables. Les critiques parlent de la nécessité d’une organisation démocratique. Je leur recommande d’observer de près les Églises chrétiennes qui fonctionnent suivant ce modèle, plus particulièrement celles issues de la réforme calviniste. Il est vital que l’Église ait à sa tête une instance suprême. Elle a besoin d’un pape qui exerce la fonction de maintien de l’unité et qui est le gardien spécifique du message reçu. Pour accéder à cette dignité, aucun système n’est parfait. Comparé aux rivalités politiques qui ont donné, avant le concile de Constance (1414-1418), trois papes à la fois, le système actuel d’élection par le conclave est une méthode bien plus recommandable, quoique perfectible: les cardinaux viennent des différentes parties du monde, ils se connaissent pour la plupart, ils sont à l’abri des influences extérieures, ils travaillent dans le plus grand secret et, suivant plusieurs témoignages, ils sont pénétrés par le caractère sacré de leur tâche. Suis-je optimiste? Ici, ce n’est plus l’historien ou le sociologique qui parle, mais le croyant qui écoute la promesse: “Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde“ (la dernière phrase de l’évangile de Matthieu). Rudolf REZSOHAZY


EXPRESS EXPRESS

TEMPS PRÉSENT

N°11 - 20 mars 2011

3

À LA RENCONTRE DES BUSINESS-MOINES La qualité plutôt que la quantité, l’humain plutôt que le profit

L

es produits monastiques bénéficient d’une image de tradition et de qualité. Mais quel est donc le secret de ces hommes et de ces femmes qui ont renoncé à tout pour suivre le Christ? Et surtout, comment font-ils pour tenir le coup dans ce monde dominé par les impératifs de rendement et de concurrence? C’est sur les hauteurs de Tilff, dans un ancien château réaménagé en abbaye au début des années 1960, que sont installées les cisterciennes de Brialmont (1). Celles-ci ne sont plus vraiment toutes jeunes (l’âge moyen y est de 75 ans), mais leur enthousiasme et leur dynamisme sont restés intacts. Sans doute parce qu’à l’âge où la plupart d’entre nous sont inactifs, ces religieuses continuent de travailler et d’avoir des projets. Les quinze moniales de Brialmont se sont effectivement trouvé une activité économique tout à fait adaptée à leurs besoins et leurs forces actuelles, qui leur permet d’être totalement indépendantes sur le plan financier. Il y a une dizaine d’années, elles ont développé une champignonnière dont elles tirent l’essentiel de leurs revenus. “Avant cela, l’abbaye possédait une ferme, mais celle-ci ne rapportait pas assez pour faire vivre la communauté“, explique Mère Marie-Pascale, abbesse de Brialmont. “Quelqu’un nous a alors conseillé de nous lancer dans la production d’agarics bruns. Les anciennes étables ont donc été transformées en quatre caves, chacune comptant trois bacs à champignons, entièrement renouvelés tous les quinze jours. Cela a commencé petitement, mais aujourd’hui, nous produisons six tonnes et demi par an.“ Le génie monastique Si cette activité leur permet de faire face à tous leurs besoins matériels, elle présente aussi pas mal d’avantages. “Ce n’est pas un travail très lourd“, poursuit la moniale. “Ce qui nous permet d’assurer pratiquement tout nous-mêmes. Nous y travaillons tous les matins, de 9h30 à midi, par équipe de 4 ou 6. C’est très rare que nous devions y retourner l’après-midi. C’est aussi un lieu de vie fraternelle, où chacune a sa place, y compris les plus âgées.“ L’aînée de la communauté a 98 ans, mais ses vieux os ne l’empêchent pas d’abattre du bon boulot. Ainsi, estelle chargée de nettoyer les champignons les plus petits, les invendables. Une aide précieuse pour la communauté, qui évite ainsi toute forme de gaspillage. Car rien n’est perdu à l’abbaye de Brialmont. Les sœurs achètent des bacs de terre déjà ensemencée, qui vont produire, à quelques jours d’intervalles, au moins six “générations” de champignons, ce qui représente déjà en soi un rendement beaucoup plus important que dans le secteur industriel. “Quand les champignons ont un défaut ou sont trop mûrs, on enlève les pieds, on les coupe en lamelles et on les sèche“, explique Mère Marie-Pascale. “Et quand ils sont trop petits, soit on les fait mariner dans du vinaigre pour l’apéritif, soit on les utilise pour faire des quiches ou du velouté de champignons. Quant aux miettes, on s’en sert pour épicer les plats.“ Tous ces produits peuvent être achetés dans le magasin de l’abbaye, et uniquement là. “Nous ne vendons qu’à des particuliers“, explique la mère abbesse, “et cela nous suffit amplement. Nous ne faisons d’ailleurs pratiquement pas de publicité. Si nous sommes connues dans la région, c’est grâce au bouche-à-oreille.“ Il faut dire que tous ces produits sont frais et de très bonne qualité. “Tout est contrôlé et fait impeccable-

ment“, insiste la religieuse, avec une certaine fierté. Raison pour laquelle, sans doute, leurs champignons et autres produits dérivés ne sont pas vraiment bons marchés. Au service des forestiers Si les cisterciennes de Brialmont s’en sortent plutôt bien, ce n’est pas le cas de toutes les communautés monastiques. À une cinquantaine de kilomètres de là, les bénédictins de Wavreumont (2) semblent effectivement avoir un peu plus de difficultés à nouer les deux bouts. Ceux-ci ne produisent ni bière ni fromage, mais fabriquent depuis 1964 de la peinture latex. “Au début, nous avons eu des problèmes avec les autres fabricants, car nos produits étaient moins chers“, explique le frère François Dehotte. “Afin d’entrer dans le jeu normal de la concurrence, nous avons donc créé en 1968 une société anonyme, juridiquement séparée du monastère, appelée SEMA Vinyl.“ Jusqu’il y a peu, les affaires marchaient plutôt bien pour cette petite entreprise qui, sur les conseils d’un exploitant forestier, s’est spécialisée dans la fabrication de produits de sylviculture. “Pendant plus de quarante ans, nous nous sommes mis au service des forestiers de la région et d’ailleurs“, poursuit l’ancien administrateur délégué de la société, “et nous avions acquis une certaine renommée dans ce domaine, mais pour des raisons strictement administratives et financières, nous avons peu à peu perdu le droit de commercialiser ces produits en Europe. La peinture qui, jusque-là, était plutôt un secteur marginal chez nous, est redevenu notre seul produit.“ Les chiffres s’en ressentent évidemment: la production est passée de plus de 30 tonnes, il y a quelques années, à 23 tonnes actuellement.

Les moniales de Brialmont surveillent de près leurs bébés champignons

Des priorités différentes Il en fallait toutefois plus pour abattre les moines de Wavreumont. “Deux frères de la communauté ont été sollicités pour participer à l’élaboration d’un nouveau produit, le Pralumus“, explique le frère François. “Celui-ci remet au goût du jour une technique ancienne: le pralinage. Ce processus consiste à appliquer un baume hydratant et fortifiant sur les racines afin d’aider la plante à passer le cap difficile de la transplantation. Les essais sont concluants et le produit est sur le marché depuis une quinzaine de jours.“ Les bénédictins ne vont pas fabriquer eux-mêmes ce “conditionneur de racines“, car cela représenterait un investissement beaucoup trop important pour eux, mais ils toucheront des royalties sur sa vente. Si l’économe de la communauté est plutôt confiant pour l’avenir, il garde toutefois les deux pieds sur terre. “Même si la moyenne d’âge n’est que de 59 ans chez nous, les forces vives diminuent et il y a peu de nouvelles entrées“, explique-t-il. “Nous devons donc bien réfléchir avant de nous engager dans tel ou tel projet. Mais notre chance, c’est que nous travaillons pour vivre et pas pour faire du profit, au contraire des autres entreprises. Nous ne tenons pas à nous développer plus que nécessaire.“ Un exemple dont devraient s’inspirer de nombreux patrons d’entreprise. Pascal ANDRÉ (1) Abbaye de Brialmont, 4130 Tilff. Rens.: 04/388.17.98 – brialmont.abbaye@skynet.be – www.brialmont.be. (2) SEMA Vinyl SA, Wavreumont 11, 4970 Stavelot. Rens.: 080/21.60.92 – semavinyl@live.be.

Frère François, l’économe de la communauté de Wavreumont, nous fait visiter la fabrique de peinture du monastère

D o m A r m a n d Ve i l l e u x , p è r e a b b é d e l ’ a b b a y e d e Scourmont: “Dans le monde des affaires, on est généralement soucieux de la croissance, selon le principe que si l’on ne grandit pas on dépérit. Nous ne sommes pas étrangers à cette préoccupation au sein du groupe Chimay. Mais la croissance qui est la plus importante, dans la perspective d’une culture monastique du travail, c’est la croissance de la qualité. Cela inclut la qualité du produit fini, évidemment ; mais cela inclut aussi et tout d’abord la qualité du processus de fabrication et surtout la qualité des conditions de travail et des relations personnelles.“

Quelques success-stories monastiques • La Germalyne de Sept-Fonds – Les moines trappistes de l’abbaye de Sept-Fonds, dans le Bourbonnais, font partie des gros acteurs de vente de produits monastiques. Leur produit phare: la germalyne, du germe de blé riche en vitamines, protéines végétales, Oméga 6 et Oméga 3, à partir de laquelle ils ont développé toute une gamme de produits. Leur catalogue compte au total 85 références. • Les gra nds v ins de Lérins – C’est au début des années 1990 que le père Nicolas, l’abbé de Lérins, poussé par le chef étoilé Jacques Chibois, décide de développer la production de vin sur l’île de Saint-Honorat où est installée l’abbaye. Une bonne idée, puisque, de 1.500 bouteilles en 1992, elle est passée à 38.000 bouteilles en 2009. Certaines cuvées de l’abbaye ont même été classées parmi les meilleurs crus de France. • L es biscuits de Notre-Dame de Ca mpénéa c – 25 à 30 tonnes de biscuits et 4 à 5 tonnes de chocolats sortent tous les ans des ateliers de l’abbaye La Joie Notre-Dame de Campénéac, dans le Morbihan. Les cisterciennes ciblent une clientèle prête à mettre le prix pour la qualité: le paquet de galettes de 250 grammes est, par exemple, vendu 3,18 euros.

• L e f r oma g e du M ont des Ca ts – Au départ, le fromage des moines trappistes du Mont des Cats était fabriqué grâce au lait fourni par la ferme de l’abbaye. Mais très vite, il a connu un certain succès dans la région, et les moines ont dû acheter du lait dans les fermes du voisinage. Aujourd’hui, 200.000 pièces (soit 200 tonnes) sont fabriquées chaque année, ce qui assure l’essentiel des revenus de la communauté. • L es pr oduit s c os mét iques des bénédi ct ines de Cha ntel le – Au fil du temps, les produits cosmétiques fabriqués par les bénédictines de Chantelle ont acquis une certaine notoriété. Aujourd’hui, quatre autres communautés sont devenues des succursales et fabriquent les produits pour la marque. Environ 200.000 produits sont vendus chaque année, essentiellement par correspondance. • La biè re de Chima y – Les bières des moines trappistes de Chimay ont acquis une renommée de niveau mondial. 40% de la production est exportée vers une cinquantaine de pays. Aujourd’hui, le rythme de fabrication atteint 1,2 bouteille par seconde, pour un chiffre d’affaires de 33 millions d’euros en 2009.


BELGIQUE

4

N°11 - 20 mars 2011

SANS-ABRI ET SANS-PAPIERS Des conditions de vie déplorables

S

ix personnes sans abri sur dix et neuf personnes en séjour irrégulier sur dix vivent avec moins de la moitié du revenu considéré comme le seuil de pauvreté. C’est ce que révèle une enquête scientifique menée par le Service de lutte contre la pauvreté, la précarité et l’exclusion sociale. Que les conditions de vie des sans-abri et des personnes en séjour illégal ne soient pas satisfaisantes n’échappe à personne. Mais les informations fiables et chiffrées sont plutôt rares, car ces groupes sont généralement absents des statistiques officielles. Le Service de lutte contre la pauvreté et la Politique scientifique fédérale ont collaboré en vue de combler cette lacune. Une enquête a donc été réalisée par le HIVA en collaboration avec l’institut de sondage IPSO, au printemps 2010, auprès de 275 sans-abri et 170 personnes en séjour irrégulier. Les questions portaient sur leurs revenus, la composition de leur ménage, leur participation au marché de l’emploi, leur situation de logement et leur santé. “Pour la première fois, les conditions de vie de ces deux groupes de ‘pauvres cachés’ ont été mesurées, d’une manière similaire à celle appliquée au reste de la population belge“, a expliqué Françoise De Boe, coordinatrice du Service pauvreté, lors de la présentation des résultats. “Cette enquête révèle les conditions extrêmement difficiles dans lesquelles vivent ces personnes. Elle a d’ailleurs été éprouvante, sur le plan professionnel et humain, pour les enquêteurs pourtant préparés à cet exercice. “ “ Ma intena nt que nous a vons un meilleur aperçu des conditions de vie des sans-abri et des personnes sans papiers,

nous pourrons si besoin est d’améliorer sensiblement les choix que nous faisons dans nos politiques“, a ajouté le Secrétaire d’État Philippe Courard. Premier consta t: L’enquête montre que plus de 70% des sans-abri et plus de 95% des personnes en séjour illégal se situent sous le seuil de pauvreté. La plupart d’entre eux se retrouvent d’ailleurs bien plus bas: 60% des sans-abri et 90% des personnes en séjour illégal vivent avec moins de 450 euros par mois. Un montant nettement inférieur au revenu d’intégration accordé par le CPAS. Deux ième cons t a t: Une personne sans abri sur sept et une personne en séjour illégal sur cinq ont travaillé au cours du mois écoulé. Il s’agit généralement de travail à temps partiel et de travail au noir. Tr oi s i ème cons t a t : Les sans-abri qui ne séjournent pas dans un centre d’accueil ne sont souvent pas en mesure de pourvoir à leurs besoins les plus rudimentaires. Seul un peu plus de la moitié d’entre eux ont un accès à l’eau potable et un peu plus de 30% seulement peuvent acheter ou préparer un café. La moitié d’entre eux ne sont pas en mesure d’aller aux toilettes, même contre paiement, dans leur lieu de séjour; et un tiers seulement ont accès à des installations sanitaires. Qua t r ième cons ta t: Environ la moitié des personnes en séjour illégal vivent dans un logement (généralement un studio meublé); les autres ont trouvé un abri temporaire dans une institution ou sont sans-abri. Le logement des personnes en séjour illégal est souvent insalubre. Et 60% d’entre elles disposent d’un logement présentant des ‘manquements structurels’ ou d’un logement trop petit , contre 30% des ménages

belges moyens. En outre, malgré ces nombreux défauts, la charge financière du loyer sur les revenus pour les personnes en séjour illégal est très lourde : un tiers d’entre elles consacrent plus de 40% du revenu du ménage au loyer. Ci nquiè me cons ta t: 24% des sans-abri et 37% des personnes en séjour illégal évaluent leur santé comme étant ‘mauvaise’ à ‘très mauvaise’. Les troubles psychiques et nerveux sont particulièrement fréquents: manque de sommeil, solitude, angoisse et

addiction. Un quart des sans-abri doivent également faire face à une consommation excessive d’alcool. Cependant, les drogues ne sont que très peu présentes dans ce groupe. En outre, l’accès aux soins de santé est limité pour eux: un sans-abri sur dix et presque une personne en séjour illégal sur six ont reporté ou annulé une visite chez le médecin au cours des 12 derniers mois pour des raisons financières. Pascal ANDRÉ

RETRAITES, SESSIONS, WEEK-ENDS Des rendez-vous en avril (1ère Partie) Chez les bénédictines d’Ermeton-sur-Biert

Monastère Notre-Dame, rue du Monastère, 1, à 5644 Ermeton-sur-Biert (071/62.00.48 accueil@ermeton.be www.ermeton.be) L’École de la Parole, rencontre autour des lectures du dimanche (explications, partage et prière): lundi 11 (1415h) avec sr Marie-Élisabeth Groeteclaes et sr Claire Lagasse osb. De la lecture du psautier à la prière des psaumes: du lundi 11 (16h) au jeudi 14 (14h) avec Jean-Marie Auwers, Professeur à l’Université Catholique de Louvain. Toute la Bible en une nuit, commentaire des lectures de la Vigile pascale: samedi 16 (10h-17h30) avec sr Loyse Morard osb. “ Il les aima jusqu’au bout” (Jean 13,1): du jeudi 21 (16h) au dimanche 24 (14h) avec l’abbé André Haquin, professeur émérite à l’Université Catholique de Louvain. Au Centre Spirituel Notre-Dame de la Justice Avenue Pré-au-Bois, 10, à 1640 Rhode-Saint-Genèse (02/358.24.60 info@ndjrhode.be www.ndjrhode.be) “ D r è v e s d u p a r d o n ” : dimanche 3 (9h-10h30) avec Edouard van Wylick et Michel Regout. “ Repa r tir du Chris t ”, temps de prière le mardi 5 (9h-15h) avec mesdames Chantal Verstraete, Marie-Thérèse Puissant-Bayens, Bénédicte Ligot-Morimont, Annalisa OrsiniCannoni, Soeurs Cécile-Marie Raths et Odile Lambert, s.c.m., p. Paul Smolders. “ La tr oi s iè me s ema ine des Ex erc ices s pi ri tuel s en pr épa r a t io n à l a S e ma i ne Sa i nte ” : du lundi 11 (19h) au mercredi 20 (9h) avec p. Simon Decloux. “ De v enons l es f a mi li er s de Die u”, Tridiuum Pascal du jeudi 21 (10h) au dimanche 24 (11h30) avec p. Alban Massie. “ L e cy cle de Da vid” : jeudi 28 (9h30-11h) avec Véronique de Stexhe. Rencont res pour les pers onnes s épa rées , di vorcées ou r e m a r i é e s : samedi 30 (9h30-17h) avec Mgr AndréJoseph Léonard, archevêque de Malines-Bruxelles.

Au Centre spirituel ignatien “La Pairelle” Rue Marcel Lecomte, 25, à 5100 Wépion (081/46.81.11 centre.spirituel@lapairelle.be www.lapairelle.be) “ Vers une v ie nouvel le” : du vendredi 1 (18h30) au dimanche 3 (17h) avec une équipe de Fondacio. “ Parcours : Le livre du Prophète Osée” : samedi 2 (9h30) avec sr Marie-Adèle Verheecke rsa. “ Parcours biblique Balaam pour les 20-39 ans” : dimanche 3 (10h-15h30) avec p. Éric Vollen et sr Muriel Guieu, rsa. “ Parcours biblique: Les écrits de la Sagesse dans la Bible” : dimanche 3 (10h-15h30) pour les personnes de 40 à 55 ans avec sr Marie-Adèle Verheecke, rsa. “ Ex ercices contemplatif s a vec le nom de Jés us “ : Pré-requis : Expérience de silence (Exercices ignatiens ou équivalents) ; lecture ou pratique du livre du p. Jalics, “Ouverture à la contemplation” (Christus n° 89 DDB), du mardi 5 (18h30) au jeudi 14 (9h) avec Isabel Lemaître-Coelho Rita Dobbelstein. “A pprendre à lire, prier, vivre les épreuves de la vie à la lumière de la Bible” : du vendredi 8 (18h30) au dimanche 10 (17h), avec p. Étienne Vandeputte et p. Guy Vanhoomissen. “Je vous appelle mes amis” : du vendredi 15 (18h30) au dimanche 17 (17h), pour les célibataires de 40 à 55 ans, avec p. Thierry Lievens, professeur à l’IET, aumônier ADIC (Cadres chrétiens), Isabelle Pirlet, célibataire, responsable du groupe “Solo” de Fondacio. Modiste, Stéphanie Zichy, célibataire, animatrice NDE-Belgique (Notre-Dame de l’Écoute), coordinatrice pédagogique à l’ICHEC, Philippe Daubresse, célibataire, agronome (fertilisation des sols). “ Célébrer les Jours Saints“ : du mercredi 20 (18h30) au dimanche 24 (9h) avec p. Stany Simon, Cécile Gillet et Bernadette van Derton. er

Au Foyer de Charité à Spa-Nivezé Avenue Peltzer de Clermont 7 à 4900 Spa-Nivezé (087/79.30.90 foyerspa@gmx.net www.foyerspa.be) “ Ba ptis és... Envoyés...” : week-end de spiritualité mariale du vendredi 1er au dimanche 3 avec le groupe “Évangéliser avec Marie”. “ La beauté de notre f oi” : du vendredi 8 au dimanche 10 avec le cardinal Godfried Danneels. “ Ta nuit sera lumière de midi”: semaine sainte du dimanche

17 au vendredi 23 avec l’ abbé Mathias Schmetz. Week-end Vivre et A imer du vendredi 29 avril au dimanche 1er mai animé par trois couples et un prêtre de Mariage Rencontre. Au Centre spirituel Magnificat à Loverval Place Maurice Brasseur, 10, à 6280 Gerpinnes-Loverval (071/47.42.82 info@centre-magnificat.be www.centremagnificat.be) “ Si nous a v ons ét é t ot a lement uni s , a s s imi lés à la mor t du Chr is t, nous l e s er ons a us s i à s a ré s urr ect ion” Rm. 6,5: du vendredi 15 (18h) au dimanche 17 (17h) avec Paul Scolas, chargé de cours à la faculté de théologie de l’UCL et de l’Institut catholique de Lille. Jour née Dé s er t : jeudi 28 (9h-15h) avec Robert Henckes. Au Centre Horeb Hautclair Avenue Hamoir, 14a, 1180 Bruxelles (02/374.00.16 , secretariat@prosanctitate.be , www.prosanctitate.be) “ La pri ère d’a dora t ion” , récollection dimanche 3 (9h4517h) avec p. Pascal Nègre. Re nc ont re pour l es f a mi ll es ouverte à tous: dimanche 10 (15h30-20h). Chez les Sœurs de Notre-Dame Rue Julie Billiart, 17 à 5000 Namur (081/254.323, vrobette @gmail.com) Journée de res s ourcement pr ièr e. Lundi 11. Avec sr PaulViviane Robette. PAF : 20 €. Prévenir à l’avance. Au monastère St-Remacle à Wavreumont Wavreumont, 9, à 4970 Stavelot (080/28.03.71, wavreumont@belgacom.net www.wavreumont.be) “ Célébra tion d’écritures” , partage et réflexions sur nos découvertes spirituelles dans la littérature, du vendredi 8 (18h) au dimanche 10 (16h). Renseignements et inscriptions: Marie-Pierre Jadin, ACI. Tél.: 02/218.54.47 (lundi, jeudi et vendredi) “ Vi v re la mont ée de Jés us v er s Pâ que s ”, semaine Sainte avec la communauté du mercredi 20 (18h) au dimanche 24 (14h).


EXPRESS EXPRESS

MONDE

N°11 - 20 mars 2011

5

ABDELAZIZ KACEM ET LES RÉVOLUTIONS ARABES “On ne peut lutter contre l’intégrisme que par l’humanisme”

A

bdelaziz Kacem était récemment de passage en Belgique, pour y donner notamment des conférences. Occasion d’évoquer avec ce professeur agrégé, essayiste et poète, les révolutions dans les pays arabes et l’islamisme. Grande figure du monde des Arts et des Lettres dans la francophonie, Abdelaziz Kacem a assumé dans la Tunisie de Bourguiba de hautes responsabilités, notamment en tant que Directeur général de la RadioTélévision, puis au Ministère de la Culture comme directeur des Relations Extérieures et de la Coopération. Agrégé de la Sorbonne, cet “homme des deux rives” milite depuis toujours en faveur du dialogue des cultures. Son langage est celui de la sagesse et s’il se dit “pessimiste professionnel, les jours ouvrables“, il envisage cependant sereinement l’avenir de son pays, comme celui de l’Égypte. Le fait que l’armée tunisienne ait refusé de tirer sur le peuple en faisant valoir que son rôle était de protéger un territoire, et qu’elle n’a pas profité du départ de Ben Ali (qui a été berné par ses sbires) pour prendre le pouvoir est un signe selon lui de maturité démocratique. Certes, la situation reste encore très

confuse en ce moment. Le travail reprend peu à peu, mais le gouverneur de la Banque centrale a tiré récemment le signal d’alarme, car l’argent commence à manquer pour payer les fonctionnaires. Néanmoins, le pays a fixé son premier grand rendez-vous politique: le 24 juillet prochain avec les élections pour l’Assemblée constituante, assemblée qui sera chargée d’élaborer une nouvelle Constitution afin de réorganiser les pouvoirs publics selon le principe de la séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. Le modèle turc Si Abdelaziz Kacem comprend l’inquiétude du monde occidental sur une récupération possible par les islamistes du vide laissé après une dictature, il assure cependant qu’il n’en sera rien. Les islamistes ont certes pris le train en marche, ils sont une réalité politique incontournable, mais ils savent aussi qu’ils sont surveillés. Or la démocratie n’entre pas dans les projets de Ben Laden et les jeunes révolutionnaires ont goûté à la liberté d’expression. Avec l’accès à Internet et Facebook, difficile de penser qu’ils se laisseront convaincre par les Frères musulmans. “On est face à un mouvement que beaucoup cherchent à récupérer, mais qu’il sera dif-

ficile de phagocyter“, confie le professeur “honoris causa” en Belgique. Pour lui, le bon exemple vient de la Turquie, un régime islamique mais respectueux de la démocratie et de la laïcité. Les lois et la Justice restent laïques. Les Turcs sont des sunnites hanafites, c’est à dire les plus tolérants dans l’Islam sunnite (qui se divise en quatre écoles). À l’époque de la Révolution iranienne, il y avait beaucoup de monde, et d’occidentaux notamment, pour vanter le modèle turc. C’est moins le cas aujourd’hui, note Kacem, qui vante pourtant le rôle positif de ce pays, notamment à l’égard de la Palestine, rôle que l’Égypte de Moubarak n’a pas su jouer. Il fera remarquer également que si les européens ne souhaitaient pas l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne (l’islam est pourtant déjà la deuxième religion en Europe), les pays arabes eux-mêmes n’y sont guère favorables. Éviter l’amalgame M. Kacem a surtout exhorté à ne pas faire l’amalgame entre islam et islamiste. “Cela est injuste et contreproductif. On ne viendra pas à bout de l’islamisme sans l’Islam. Ce dernier n’est pas le moteur mais le carburant de l’islamisme.“ Tout est problème d’interprétation. “Le Coran est un

texte littéraire et par conséquent son exégèse doit aussi être littéraire et non littérale“, a expliqué M. Kacem. Sur la question du voile, le livre n’est pas spécialement précis puisqu’il dit que la femme doit cacher ses atours. Il s’agirait davantage de pudeur ici, cacher des décolletés. Ce port du voile serait même purement conjoncturel avance l’intellectuel tunisien, en se référant à Médine, ville où il fut imposé pour la première fois plus vraisemblablement pour distinguer les femmes musulmanes des esclaves…

Cela dit, M. Kacem fait observer que si l’intégrisme musulman suscite l’indignation en Occident, c’est le silence total face aux évangélistes américains, tout aussi intégristes. “Chaque religion a ses excroissances; la chrétienté a connu aussi cela. Dans le pire des cas, c’est Savonarole, dans le meilleur c’est Martin Luther King.“ Et contre l’intégrisme, on ne peut lutter que par l’humanisme a conclu celui qui se définit comme un disciple de Bourguiba et de Louis Massignon. Pierre GRANIER

LE TOU R DU MON DE E N B R E F LA NOUVELLE ÉVANGÉLISATION Thème du prochain synode Convoquée par Benoît XVI, la 13 Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques aura lieu du 7 au 28 octobre 2012 et traitera de “la nouvelle évangélisation“. Objectif: examiner la situation dans les Églises afin de “tracer des manières et des expressions inédites de la Bonne Nouvelle à transmettre à l’Homme d’aujourd’hui, avec un nouvel enthousiasme“. Les chrétiens sont effectivement confrontés depuis quelques années à de “profonds changements historiques et culturels“, peut-on lire dans le document préparatoire (lineamenta). La nouvelle évangélisation est donc “une action qui exige, en premier lieu, un processus de discernement quant à la santé du christianisme“, mais qui se veut aussi un encouragement aux “communautés fatiguées“ qui ont tendance à se résigner ou à se refermer sur elles-mêmes. Chaque chrétien doit adopter un “style global“ de proclamation de l’Évangile, qui “embrasse la pensée et l’action, les comportements personnels et le témoignage public“. (CtB) e

LES CHRÉTIENS “Des cibles faciles” “Nous vivons un moment particulièrement compliqué pour la défense des droits humains des chrétiens, surtout dans certains pays d’Asie et d’Afrique“, a déclaré sur les ondes de Radio Vatican Mgr Silvano Maria Tomasi, observateur permanent du SaintSiège auprès du Bureau de l’ONU à Genève. “La discrimination envers les chrétiens ne se réduit pas seulement à un manque de respect envers leur foi religieuse, mais mène à l’assassinat et à la violence.“ Pour Mgr Tomasi, le passage à l’acte est facilité par le fait que les chrétiens sont vus “comme des cibles, des objectifs faciles parce qu’il n’y aura pas de vengeance, pas de représailles” et qu’il n’y a pas “de forces politiques qui prennent leur défense“. Mais heureusement, a-t-il ajouté, “on commence à parler plus concrètement de la défense des minorités religieuses dans le monde“. (CtB)

ÉGYPTE Violences interconfessionnelles Selon l’agence officielle égyptienne Mena, deux hommes ont été tués, vendredi 4 mars, dans des violences entre musulmans et chrétiens dans le village de Soul, près du Caire. Celles-ci ont été provoquées par une relation amoureuse entre un chrétien du nom d’Ashraf Iskander et une musulmane. En Égypte, ce type d’union est illégal, à moins que le chrétien ne se convertisse à l’islam. Le lendemain, des émeutiers ont fait exploser six bonbonnes de gaz dans l’église du village et profané les croix. Le père Yosha, curé de la paroisse copte orthodoxe, et trois diacres sont portés disparus. Selon certaines sources locales, ils seraient morts dans l’incendie de l’église. (CtB)

VATICA N – 32 f emmes pour 540 hommes . Selon des statistiques communiquées le 28 février dernier à l’occasion de la publication d’une loi sur la citoyenneté, la résidence et l’accès au Vatican, le plus petit État du monde compte 572 citoyens, parmi lesquels 306 diplomates en fonction ou retraités, 86 gardes suisses, 73 cardinaux, 1 religieuse et 31 laïcs. Mais seules 223 personnes y habitent effectivement. Le Vatican ne compte que 32 citoyennes pour 540 citoyens. BA N DE DE G A Z A – A t tenta t contr e un mé de cin chré ti en. La petite minorité chrétienne de la Bande de Gaza – près de 2.500 chrétiens vivant au milieu de 1,6 million de musulmans – n’est pas très rassurée après qu’une grenade ait été lancée, le 25 février dernier, contre la voiture qui transportait le directeur de l’hôpital anglican de Gaza, le docteur Maher Ayyad. Peu après, celui-ci a reçu des menaces anonymes lui enjoignant de cesser sur-le-champ ses “activités missionnaires“, faute de quoi il lui arriverait des choses plus graves encore. (Ct B) RDC – Les évêques cra ignent une “ nouv elle dicta ture”. Le 3 mars dernier, la Conférence épiscopale nationale du Congo a critiqué la révision de la Constitution effectuée en janvier “de manière précipitée et expéditive“. Cette procédure “a amené certains à s’interroger sur la visée réelle de la révision constitutionnelle. Nous craignons que cette révision ne prélude à d’autres qui conduiraient au retour du monopartisme, à la fin de la démocratie et à l’instauration d’une nouvelle dictature“, ont déclaré les évêques congolais.

INDONÉSI E – Une église orthodox e attaquée par des is lamistes à Ja va. D’après le Patriarcat œcuménique de Constantinople dont elle dépend, l’église Saint-Catherine de Boyolali a été attaquée le 23 février dernier. Son recteur , le P. Méthodios, avait déjà été menacé et blessé par des islamistes. FRA NCE – L’héritage chrétien, une chance et un devoir, selon Nicolas Sarkozy. Le 3 mars dernier, le président Nicolas Sarkozy a mis en avant le “magnifique héritage de civilisation“ laissé à la France par la chrétienté. “Cet héritage, c’est une chance“, a-t-il insisté. “Mais c’est d’abord un devoir. Il nous oblige, nous devons le transmettre aux générations, et nous devons l’assumer sans complexe et sans fausse pudeur“, car “il est toujours dangereux d’amputer sa mémoire“. (CtB) LI BA N – Des milliers de personnes ont ma nifesté contre le confessionnalisme. Dimanche 6 mars, à Beyrouth, des milliers de Libanais ont manifesté pour réclamer l’abolition du système confessionnel en vigueur depuis 1943 qui garantit un équilibre délicat entre les 18 confessions chrétiennes et musulmanes du pays. Selon eux, ce système serait à l’origine de tous les maux du pays: corruption, clientélisme, la guerre civile destructrice de 1975-1990 et les crises politiques à répétition qui ont suivi. TURQUI E – A rrestation de deux hommes prépa rant un a ttentat antichrétien. Le 4 mars dernier, la police antiterroriste a arrêté deux hommes soupçonnés de vouloir assassiner un religieux chrétien à Istanbul. L’agence de presse Anatolie ne précise toutefois ni son identité ni dans quelle église de la ville il officie.

ÉGYPTE Un prêtre copte retrouvé égorgé

L

e corps du père Daoud Boutros, qui résidait à Shotb près d’Assiout, a été retrouvé par la police, égorgé dans son appartement, trois jours après les faits. On ignore encore s’il s’agit d’un crime crapuleux ou d’un crime religieux. “Le curé a été tué par 22 coups de couteau et a été décapité“, a expliqué l’évêque d’Assiout, Mgr Kyrillos William. “Le corps a été découvert trois jours après le meurtre parce que la fille du prêtre, qui vit à Hourgada, ne

réussissant pas à se mettre en contact avec son père, avait demandé à l’un de ses parents de se rendre dans son appartement.” Comme celui-ci semblait avoir été cambriolé (le coffre-fort a été vandalisé), la police a directement pensé à un crime crapuleux, mais l’évêque se demande si le père Daoud Boutros n’a pas été tué pour des raisons religieuses. Des témoins affirment avoir vu des hommes cagoulés sortir de l’appartement en criant “Dieu est grand“. Pour comprendre cette affaire, il semble qu’il faille remonter deux ans

en arrière. À cette époque, “un fidèle copte orthodoxe aurait commis un acte sacrilège contre l’islam, suscitant la colère des musulmans“, a expliqué Mgr William à l’agence Fides. “Cette personne aurait ensuite déclaré que c’éta it son curé, le père Boutros Daoud, qui l’avait poussé à commettre cet acte. Depuis lors, la tension a toujours existé entre les communautés copte et musulmane.“ (P. A.)


DERNIÈRES MINUTES

N°11 - 20 mars 2011

AFRIQUE DU NORD Le testament de

PAKISTAN

uyant les atrocités des troupes pro-Kadhafi, plus de 125.000 réfugiés sont déjà passés en Tunisie, où les habitants appauvris, à peine sortis de leur propre révolution, se mobilisent de partout dans un élan de générosité exemplaire. “Du jamais vu”, reconnaissent les humanitaires onusiens aussi médusés que dépassés.

I

“De hautes responsabilités au gouvernement m’ont été proposées et on m’a dema ndé d’a ba ndonner ma ba ta ille, mais j’ai toujours refusé, même si je sais que je risque ma vie. Ma réponse a toujours été la même: ‘Non, moi je veux servir Jésus en ta nt qu’homme du peuple’. “Cette dévotion me rend heureux. Je ne cherche pas la popularité, je ne veux pas de position de pouvoir. Je veux seulement une place aux pieds de Jésus. Je veux que ma vie, mon caractère, mes actions parlent pour moi et disent que je suis en train de suivre Jésus Christ. Ce désir est si fort en moi que je me considérerai comme un privilégié si – dans mon effort et dans cette ba taille qui est la mienne pour aider les nécessiteux, les pauvres, les chrétiens persécutés du Pakistan – Jésus voulait accepter le sacrifice de ma vie. Je veux vivre pour le Christ et pour Lui je veux mourir. Je ne ressens aucune peur dans ce pays. “À de nombreuses reprises, les extrémistes ont tenté de me tuer et de m’emprisonner; ils m’ont menacé, poursuivi et ont terrorisé ma famille. Les extrémistes, il y a quelques années, ont même demandé à mes parents, à ma mère et à mon père, de me dissuader de continuer ma mission d’aide a ux chrétiens et aux nécessiteux, autrement ils m’auraient perdu. Mais mon père m’a toujours encouragé. Moi, je dis que tant que je vivrai, jusqu’à mon dernier soupir, je continuerai à servir Jésus et cette pauvre humanité souffrante, les chrétiens, les nécessiteux, les pauvres. “Je veux vous dire que je trouve beaucoup d’inspiration dans la Bible et da ns la vie de Jésus Christ. Plus je lis le Nouveau et l’Ancien Testament, les versets de la Bible et la parole du Seigneur et plus ma force et ma détermina tion sont renforcées. Lorsque je réfléchis sur le fait que Jésus a tout sacrifié, que Dieu a envoyé Son Fils pour notre rédemption et notre salut, je me dema nde comment je pourrais suivre le chemin du Calvaire. Notre Seigneur a dit: ‘Prends ta croix et suis-moi.’ Les pa ssa g es que j’a ime le plus dans la Bible sont ceux qui disent: ‘J’a va is fa im, et vous m’avez donné à manger; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli; j’étais nu, et vous m’avez habillé; j’étais malade, et vous m’avez visité; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi!’. Ainsi, lorsque je vois des personnes pauvres et dans le besoin, je pense que c’est Jésus qui vient à ma rencontre sous leurs traits.“

Une solidarité sans précédent

F

Shahbaz Bhatti nitialement publié en 200 8 dans un livre d’entretiens, le testament poignant de Shahbaz Bhatti, ministre des minorités religieuses du gouvernement pakistanais, revêt aujourd’hui une acuité brûlante, après son assassinat le 2 mars dernier.

FRONTIÈRE TUNISIE-LYBIE

Dans l’aéroport de Djerba, en cette deuxième semaine de mars, des cars venus de la frontière libyenne déposent chaque jour des flots de migrants dans la longue attente d’un rapatriement. La majorité d’entre eux proviennent du Bengladesh, d’autres de pays fragilisés d’Afrique. Les avions ne suivent pas. Devant un comptoir s’étire une longue file. Derrière la vitre, une ruche de bénévoles tunisiens découpent des baguettes, les fourrent et les distribuent à un rythme soutenu. “Les troubles ont commencé en Lybie un mois après la chute de notre président Ben Ali“, explique Samir, un commerçant ayant lâché ses activités pour coordonner l’aide dans l’aéroport. “Les premiers à fuir ont été les Tunisiens et les Égyptiens, accusés par Kadhafi d’avoir importé la rébellion. Dans toutes les mosquées de Djerba, les imams nous ont invités à accueillir les réfugiés, quelle que soit leur nationalité, au nom du devoir humanitaire. Les jeunes qui ont participé à la révolution ont pris l’initiative. Ils ont organisé des récoltes de vivres et d’argent, sont venus nettoyer le camp de tentes, distribuer la nourriture, organiser des soins médicaux… Les habitants ont ouvert leurs portes, l’un a reçu 130 Égyptiens chez lui, d’autres ont amené des matelas et aménagé tantôt un réfectoire de lycée, tantôt une salle de sport. Ma femme a préparé 400 repas complets, comme pour un mariage“, poursuit Samir en route vers la ville afin de réapprovisionner l’équipe en pains. Dans toute la Tunisie, les cliniques privées ont annoncé des soins gratuits en faveur des victimes libyennes. Malheureusement, les blessés ne sont toujours pas autorisés à passer la frontière et sont abandonnés à leur sort, voire achevés, selon certaines sources non vérifiables. En attendant, ici, chacun fait ce qu’il peut. Les agences de voyages et de transports n’ont pas attendu les instructions

©Béatrice Petit

6

Des volontaires tunisiens au service des réfugiés dans le camp de Choucha, voisin de la frontière lybienne à Ras Jedir

d’un gouvernement encore en formation pour transporter gratuitement les réfugiés des portes de la Tunisie jusqu’à Djerba, distant de quelques 130 kilomètres. Liberté, couleur de solidarité Au sud de la Tunisie, dans la région limitrophe, le camp de Choucha gonfle à vue d’œil, avec déjà plus de 18.000 migrants. Des volontaires de tout le pays sont accourus leur porter secours avant même les grandes organisations humanitaires. Ainsi, par exemple, une douzaine de jeunes gens partis de Sousse, à 450 kilomètres de là, avec un semi-remorque chargé de matelas, vêtements, vivres et médicaments campent parmi les réfugiés et proposent leurs services au groupe de coordination des bénévoles, au HCR ou à l’armée qui gère le camp.

“ Ava nt la chute du Président Ben Ali, nous n’aurions jamais pu prendre pareille initiative, indépendamment du pouvoir“, commente Sahran, le responsable du groupe. “Aujourd’hui, notre liberté, nous la prenons pour aider. Nous avons ouvert une parenthèse dans nos vies, quittant nos familles et nos occupations.” “Et nous sommes nousmêmes stupéfaits“, enchaîne le jeune Ahmed, “de partager le même élan avec tant d’autres Tunisiens. Hier soir, des bénévoles ont lancé une animation festive dans le camp, d’autres ont aménagé un terrain de foot.“ “Des dépôts ont été organisés dans les villages, les vivres affluent de partout, alors que le pays est pauvre“, conclut un autre jeune de cette formidable équipe. Béatrice PETIT

NOUVELLES VIOLENCES AU CAIRE La colère des coptes

A

lors que l’Égypte traverse une période particulièrement difficile suite à la chute du président Hosni Moubarak, des affrontements d’une rare violence entre coptes et musulmans ont éclaté, le 8 mars dernier, dans le quartier misérable de Moqattam, à l’est du Caire. Bilan: treize morts et cent quarante blessés, en grande majorité des chrétiens. Le mardi 8 mars, des musulmans et des coptes se sont affrontés dans le quartier de Moqattam, où vivent principalement des chiffonniers. Les violences ont éclaté après que des chrétiens aient bloqué la périphérique à trois voies qui passe non loin de chez eux, afin de protester contre l’incendie, quelques jours plus tôt, d’une église de la banlieue du Caire par un groupe de musulmans (voir encadré). Chargée d’assurer la sécurité, l’armée n’a, semble-t-il, que trop mollement tenté de protéger les chrétiens, lorsque ceux-ci ont été attaqués à coups de pierres et de bâtons par des extrémistes musulmans. Une attitude qui a probablement contribué à alourdir le bilan: 16 morts et 140 blessés, selon le ministère égyptien de la santé et de la population. “Nous nous attendions à ce que

l’armée nous défende“, confie l’un des habitants. “Mais maintenant, nous savons qu’elle est contre nous, comme la police.” Depuis le 5 mars, des milliers de chrétiens campaient devant le bâtiment de la télévision d’État, près de la place Tahrir, pour les mêmes raisons: ils juraient de ne pas quitter les lieux tant que l’église incendiée n’aura pas été reconstruite, et leurs droits reconnus par le nouveau pouvoir. Mais face à leur ténacité, l’armée, en charge des affaires du pays depuis la chute du président Hosni Moubarak, a décidé de reconstruire l’édifice religieux à leurs frais. “Le travail sera mené par les ingé-

nieurs de l’armée sur le même site“, a annoncé le général Adel al-Qorashi. De coup, les manifestants ont décidé de suspendre leur sit-in. P. A. (avec CtB)

Une querelle familiale qui a dégénéré Samedi 5 mars, l’église de Saint-Mina et Saint-Georges dans le village de Soul, dépendant du gouvernorat de Hélouan et situé à 30 km au sud du Caire, a été incendiée par des musulmans mécontents. Le prêtre qui était à l’intérieur de sa chapelle, ainsi que deux autres fidèles, en sont sortis indemnes. Selon les premières enquêtes, la mise à feu de l’église a été envisagée comme un acte de vengeance. La veille, une querelle avait éclaté à cause d’une relation amoureuse entre un chrétien et une musulmane du village – en Égypte, ce type d’union est illégal, à moins que le chrétien ne se convertisse à l’islam –, et s’est soldée par la mort de leurs pères respectifs. Après les funérailles du père chrétien, plusieurs villageois musulmans en colère se sont rassemblés autour de l’église et y ont mis le feu. L’armée est intervenue après cet incident pour entamer un dialogue avec les deux familles.

PAKISTA N – Paul Bhatti pourrait succéder à son frère. Paul Bhatthi, le frère aîné de Shahbaz, ministre chargé des minorités assassiné le 2 mars dernier, semble sur le point de prendre la place de son frère, a rapporté l’agence missionnaire Fides. La nomination pourrait être ratifiée dans les prochains jours. ÉTATS-UNIS – 40% des A méricains estiment que l’islam encourage la violence. Selon un sondage du Pew Research Center, quelque 40% des Américains estiment que l’islam encourage davantage la violence que les autres religions. En 2002, ils n’étaient que 25% à le penser.

TA Ï W A N – L’ Ég l i s e c a t hol i q ue a pp el l e à l ’ a bol i t i on de l a pe i ne de mor t . Suite à l’annonce par le ministre taïwanais de la Justice d’une nouvelle série d’exécutions capitales d’ici quelques semaines, les opposants à la peine de mort n’ont pas tardé à se manifester. “Notre gouvernement doit commuer la peine de mort en emprisonnement à vie, afin de montrer au monde que Taïwan respecte la vie humaine“, a déclaré Cheng Tao, président de l’Association catholique chinoise des aumôniers de prison. Le problème, c’est que la majorité des habitants de l’île (environ 80%) sont favorables à la peine de mort. (Ct B)


EXPRESS EXPRESS

CULTURE

N°11 - 20 mars 2011

“MAROLLES, TERRE D’ACCUEIL” À la porte de Hal, Bruxelles étale sa richesse et sa pauvreté

I

naugurée fin 2010, l’exposition “Marolles, terre d’accueil” nous invite dans l’histoire de la lutte contre l’exclusion et la pauvreté au sein du plus populaire des quartiers bruxellois. On y entre par la porte de Hal. C’est toujours un plaisir que de se rendre au musée de la porte de Hal, à Bruxelles, tant ce bâtiment, vieux de plus de 600 ans, est un régal pour l’œil. Sa rénovation totale, entreprise en 1991 s’est achevée en juin 2008, et le château “de conte de fées”, de style néo-gothique, auquel on avait voulu le faire ressembler au XIXe, a retrouvé une allure plus proche de ce qu’était cette construction à l’origine. Seul vestige conservé en surface de la deuxième enceinte de Bruxelles (qui comptait à l’époque sept portes d’accès), et par conséquent témoin le plus remarquable du passé médiéval de la ville, cette porte de Hal resplendit désormais aussi bien de l’extérieur que de l’intérieur! Les non-bruxellois ne le savent sans doute pas, mais cette porte de Hal fait office de musée depuis 1868. Jusqu’en 1976, on pouvait y admirer la collection des armes et armures qui se trouve maintenant, dans sa grande majorité, au Musée Royal de l’Armée et d’Histoire militaire. Les deux premiers étages du bâtiment offrent aux visiteurs une présentation moderne et interactive axée sur les remparts bruxellois et le rôle des guildes dans la ville. Avec en prime quelques objets remarquables comme l’armure et le cheval naturalisé de l’archiduc Albert d’Autriche, gouverneur des PaysBas au XVIIe, qui accueille le visiteur dans la salle gothique. Le troisième étage est quant à lui dévolu à des expositions temporaires. Celle qui l’occupe actuellement a été réalisée dans le cadre de l’année

charitables et en distribuent les revenus sous forme de nourriture, de vêtements, de combustible… Diverses confréries ou fondations complètent ces distributions. À travers des objets de la vie quotidienne, des instruments médicaux, des documents iconographiques, de la cartographie, des archives bien sûr, mais aussi des sculptures et des découvertes archéologiques, cette exposition fluide invite à entrer dans le monde très vaste de l’aide aux plus démunis et, par là… de l’aide à autrui. Pierre GRANIER Jusqu’au 30 avril 2011 - du mardi au vendredi, de 9h30 à 17h et les samedis et dimanches de 10h à 17h - Porte de Hal (Boulevard du Midi) - Infos: 02/534.15.18

Conférences Au premier plan, ce que l’on appelait des “marques caractéristiques”, que l’on retrouvait sur des enfants abandonnés et sur lesquels étaient inscrits le prénom et une date de naissance.

européenne de lutte contre la pauvreté et des 800 ans de la paroisse de la Chapelle. Intitulée “Marolles, terre d’accueil”, elle s’attache à montrer comment, de tout temps, le quartier des Marolles a lutté contre la pauvreté et l’exclusion sociale. À la table des pauvres Chaque époque a tenté d’apporter des solutions en créant des fondations, des hospices, des hôpitaux, un atelier de charité, une “ pauvre école“ ou des associations. Certaines de ces tentatives ont rapidement avorté, d’autres sont devenues de véritables institutions. Dans ce quartier des Marolles, dont

l’entrée se fait justement par la Porte de Hal, cette préoccupation s’est traduite dès le XIIe siècle, par l’établissement de la léproserie Saint-Pierre, de l’hôpital Saint-Jean (desservi par des sœurs augustines), puis de nombreux hospices pour pauvres passants ou pour personnes âgées, ainsi que d’institu-tions accueillant les enfants. Parallèlement à ces lieux d’hébergement et de soins, d’autres formes d’assistance et d’aide ont vu le jour. Elles se firent souvent au niveau paroissial. Ce fut le cas pour la Table des Pauvres, première structure à venir en aide aux démunis. Dès le XIII e, les notables locaux qui l’administrent gèrent des donations

24 mars 2011 - Le placement et accueil des personnes âgées et les soins à domicile (avec Alain Quairiat, Directeur Général f.f. – CPAS de Bruxelles) - Le placement de la personne âgée et l’impact sur les familles (avec Marie-Pierre Delcour, Directrice d’Infor Homes Bruxelles) 7 avril 2011 - L’inégalité dans la mort (avec Murielle Norro, Coordinatrice du Réseau Santé – diabète, et Charles Hierbrant, Association pour l’inhumation et la crémation) 28 avril 2011 - L’exclusion sociale (au travers d’un film témoignage) et la réponse institutionnelle (avec Nicole Tonneau, Cinéaste, et M. Mayeur, Président du CPAS de Bruxelles) Conférences de 13h à 16h. Accès gratuit. Réservation souhaitée au info@hospitium.be ou 02/543.60.55

CONCERT HISTOIRE D’UN ALLEMAND DE L’EST “Des images plein les oreilles” Le collectif “Musiques de films” est un grand ensemble composé d’un orchestre (le Corps musical nivellois) et de trois chorales, La Chanterelle, la Villanelle et Chansons du Monde. Soit au total 200 musiciens et choristes! Et quand ils se regroupent tous ainsi, c’est pour interpréter de célèbres mélodies issues de bandes originales de films. Voilà déjà une bonne raison d’aller les applaudir! Mais il y en a aussi une deuxième: leur prochain concert à Bruxelles sera donné au profit de l’asbl “Infirmiers de rue”. Alors on n’hésite plus! Ven dr edi 25 ma r s à 20h Église du Chant d’Oiseau, à Woluwe-Saint-Pierre (Parvis des Franciscains - 1150 Bxl) Prix: 30 € (place réservée), 15 € et 10 € (étudiant et enfant) Achat par virement: compte 0014695576-76 (Infirmiers de rue-asbl) en précisant concert/nom/nombre de place(s)

D

Une poignante et singulière biographie

ans cette biographie originale, l’auteur raconte l’histoire de sa famille avec une distance et une concision qui forcent le respect. Ce récit est aussi un formidable document pour mieux comprendre ce que fut la RDA. Journaliste allemand, Maxim Leo travaille pour le Berliner Zeitung. Il est une des belles plumes que l’on rencontre régulièrement dans la fameuse “Page trois” consacrée aux grands reportages. Son père aussi fut journaliste (avant de devenir un artiste alternatif), dans une autre époque, un autre pays qui s’appelait la RDA, et son grand-père maternel également… Mais ce n’est pas l’histoire d’une “dynastie” de journalistes que nous propose ce livre magnifique mais plutôt une introspection familiale de la part d’un homme qui avait 20 ans au moment de la chute du Mur de Berlin, le 9 novembre 1989. C’est au retour d’une visite à l’hôpital où ce grandpère, Gerhard, se meurt dans un mutisme total, que Maxim Leo eut envie d’écrire sur sa propre famille et de “retourner en RDA”, pour mieux comprendre ce qui était arrivé à l’époque et pourquoi ce pays est encore si présent dans cette famille peu commune. Il a donc interrogé ses parents, l’autre grand-père, ouvert les tiroirs pour y découvrir les traces du passé, consulté les archivespersonnelles et les dossiers de la Stasi. Il a remonté le fil du temps pour découvrir deux aïeuls aux destins convergents mais à l’issue de parcours si divergents: la fuite en France et la Résistance, du côté maternel, pour combattre le nazisme que Werner, le grand-père paternel a, quant àlui, rejoint de manière docile. Tous deux finiront pourtant par servir au mieux la RDA… Mais pour les parents de l’auteur, les relations avec ce pays sont compliquées, bien qu’ils n’aient rien connu d’autre. Et

les conflits familiaux pour raisons politiques jaillissent fréquemment entre le père, de plus en plus sceptique envers le régime communiste, et son beau-père. Entre ces deux “fronts“, il y Anne, la mère qui a longtemps eu foi dans le régime. Elle deviendra plus tard une importante historienne de l’Allemagne de l’Est et découvrira ses racines juives. Et puis, il y a donc Maxim Leo, le fruit et “l’éponge” de toutes ces histoires, qui se raconte également, nous dit comment il a vécu le Mur, les pressions et préceptes de l’école, les dangers quotidiens, la Stasi, les opinions contraires, les infos venues de l’Ouest, le mouvement de révolte, les tabous, la réécriture de l’histoire, les mensonges… Dans un récit intelligemment organisé et très bien écrit, il nous fait comprendre comment la vie quotidienne de la RDA a fonctionné pendant une soixantaine d’années. Ce portrait de l’Allemagne de l’Est, sans fard ni “ostalgie”, est un vrai travail de journaliste où l’auteur se retient de juger. Un travail d’autant plus remarquable que l’auteur parvient à nous émouvoir alors qu’il garde toujours cette distance professionnelle vis-à-vis de sa propre famille. Bref, c’est un récit inoubliable qui restera sans doute une référence sur ce sujet, un livre fondamental et poignant qui nous éclaire non seulement sur ce que fut la RDA, mais aussi sur les contradictions de l’Allemagne actuelle. Pierre GRANIER Histoire d’un Allemand de l’Est – Maxim Leo – Actes Sud - 302 pages. Prix: 29,95 euros port compris, à verser au compte 7327032002-38 IBAN BE24 7327 0320 0238 – BIC CREGBEBB de Dimanche Service, 67/2 chaussée de Bruxelles, 1300 Wavre

7

À voir... ARTE

Sa 19/03 à 20h40 Rivalité maritime À l’aide de reconstitutions et d’images 3D, retour sur la rivalité qui opposa l’Angleterre et les Pays-Bas au XVIIe siècle.

LA DEUX

Di 20/03 à 10h45 Le Jour du Seigneur Messe en direct depuis l’église Ste-Julienne à Salzinnes (diocèse de Namur), dans le cadre du 50e anniversaire de l’association “Entraide et Fraternité”. Prédicateur: Abbé Jean-Marie Jadot, doyen principal d’Arlon. Commentaires: Abbé Philippe Mawet. (Production RTBF)

FRANCE 2

Di 20/03 à 20h35 Paris Film (2008) – Réalisé par Cédric Klapisch, ce film choral offre un casting de premier choix pour d’irrésistibles compositions d’acteurs et célèbre le bonheur fug itif des rencontres que l’indifférence et la lassitude nous font manquer.

ARTE

Lu 21/03 à 20h40 La nuit du chasseur Film (1955) - À travers une Amérique en crise, un faux pasteur poursuit deux enfants et 10.000 dollars. Avec un extraordinaire Robert Mitchum, qui personnifie le mal à l’état pur.

LA DEUX

Ma 22/03 à 23h Pop goes islam Docu - Créée au Caire l’an dernier, 4SHBAB est la première chaîne musicale islamique au monde. Son patron-fondateur, une top-model voilée et un jeune Saoudien qui se rêve pop star cherchent à pousser plus loin les limites de l’Islam en y introduisant la culture populaire d’aujourd’hui.

LA TROIS

Me 23/03 à 21h05 Je ne suis pas sorcier Dans ce One man show Pie Tshibanda compare la modernité occidentale et les traditions africaines avec leurs problèmes respectifs. Suivi à 22h30 par l’émission Noms de dieux consacré à l’auteur congolais de “Un fou noir au pays des blancs”.

FRANCE 3

Je 24/03 à 20h35 En pleine tempête Film (2006) – Malgré la présence de George Clooney, la vraie vedette de ce film est une tempête. Et elle est à couper le souffle! Grâce à des effets spéciaux exceptionnels.

LA UNE

Ve 25/03 à 21h45 Les larmes des Belges Le 1er août 1993, la Belgique se réveille orpheline. Le roi Baudouin n’est plus et le pays est submergé par l’émotion et la tristesse. Cette émission propose de revivre ces journées de deuil qui ont ébranlé la Belgique, ainsi que quelques grands moments du règne de Baudouin, avec les principaux acteurs de l’époque.


8

LITURGIE - DIOCÈSES

N°11 - 20 mars 2011

PAROLE

LA TRANSFIGURATION

VIVRE

Un avant-goût d’éternité

POUR

pour vivre l’expérience de la Transfiguration. Il faut d’abord qu’il y ait la “montagne”, ce lieu de la rencontre avec Dieu. Il faut aussi Moïse et Élie, c’est-à-dire la loi et les Évangile de ce dimanche prophètes, cette conversion qui JÉSUS TRANSFIGURÉ consiste à inscrire dans notre vie la loi de Dieu qui est une loi d’amour et sa Parole prophétique près le désert des tenqui indique les routes inattendues tations, voici aujourd’un bonheur vécu à la façon de d’hui la montagne de la Dieu. Il faut également cette voix Transfiguration. Il y a, dans la vie, du Père qui reconnaît en chacun des moments où l’on voudrait arde nous son fils, sa fille, pour qui rêter le temps, comme pour faire tout son amour est donné. l’expérience de l’éternité. Il y a, La véritable transfiguration de dans la vie, des moments où notre vie est d’abord de l’ordre de l’infini semble toucher nos limites la foi. Elle suppose d’abandonner humaines pour donner le goût de tout ce qui nous maintient sur les ce qui nous est promis. Il y a, dans terres arides du matérialisme et la vie, des rencontres qui ont la sade l’égoïsme et de nous hisser sur veur du bonheur de Dieu. la montagne où Dieu nous fixe Sans doute, la Transfiguration futrendez-vous. C’est elle pour les d i s c i p l e s La vie chrétienne est faite passer de l’air pollué d’une vie orienl’éclair lumide présences plutôt que tée seulement vers neux sur la de principes soi à l’air purifié par route qui conl’oxygène de l’amour de Dieu. duit à la foi. Nous avons tous beFaire Carême, c’est faire le choix soin de ces moments qui viennent d’une vie transfigurée par la renéclairer notre quotidien. Dans ce contre de celui qui nous dit: “Tu es qui apparaît trop souvent banal ou mon fils, tu es ma fille.” La vie chrééphémère, Dieu vient apporter tienne est faite de présences plul’éclat d’une lumière à laquelle tôt que de principes. Ne passons nous n’osons plus croire. pas à côté de ces transfigurations Mais il y a des chemins privilégiés

2e dimanche du Carême (A)

la semaine

Dima nche 20: 2e di m anc he de Ca r ê m e . Gn 12,1-4a; L a v oc a t ion d’A br a ha m. Ps 32; 2 Tm 1, 8b-10; D i e u n o u s a p p e l l e à conna ît r e s a g loi r e. Mt 17, 1-9; L a tr a n s f i g u r a t i o n .

par lesquelles Dieu nous redit son Amour. Gardons au cœur ces moments d’intense communion qui permettent de continuer notre vie avec la certitude que Dieu est avec nous.

A

Eucharistie du “Souffle de Vie”

LECTURES DE

L undi 21: S. Benoît. Dn 9, 4-10; Ps 78; Lc 6, 36-38.

Philippe MAWET

ÉVANGILE

M a rdi 22: Ste Catherine de Suède. Is 1, 10.16-20; Ps 49; Mt 23, 1-12. M er cre di 23: S. Victorien et ses compagnons . Jr 18, 18-20; Ps 30; Mt 20,17-28. selon saint Matthieu 17, 1

Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les emmène à l’écart, sur une haute montagne. Il fut transfiguré devant eux; son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements, blancs comme la lumière. Voici que leur apparurent Moïse et Elie, qui s’entretenaient avec lui. Pierre alors prit la parole et dit à Jésus: “Seigneur, il est heureux que nous soyons ici ! Si tu le veux, je vais dresser ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, et une pour Elie.” Il parlait encore, lorsqu’une nuée lumineuse les couvrit de son ombre; et, de la nuée, une voix disait : “Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis tout mon amour ; écoutez-le !” Entendant cela, les disciples tombèrent la face contre terre et furent saisis d’une grande frayeur. Jésus s’approcha, les toucha et leur dit : “Relevez-vous et n’ayez pas peur !” Levant les yeux, ils ne virent plus que lui, Jésus seul. En descendant de la montagne, Jésus leur donna cet ordre : “Ne parlez de cette vision à personne, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. Textes liturgiques© AELF, Paris

Une eucharistie sera célébrée le mercredi 30 mars à 19h en l’église St-Pierre à Antoing sous la présidence de Mg r Harpigny. Un temps de sacrement de réconciliation y sera proposé. Informations : www.souffledevie.be

Sa medi 26: S. Ludger. Mi 7, 1415.18-20; Ps 102; Lc 15, 1-3.1132. Di ma nch e 27: 3e di ma nc he de Ca r ême. Ex 17, 3-7; Ps 94; Rm 5, 1-2.5-8; Jn 4, 5-42; “Tout hom-

me qui boi t de c et te ea u a ur a encor e s oif ; ma i s celui qui boi r a de l ’ea u que moi j e l ui donner a i n’a ur a plus ja ma i s s oi f ”

“Les Douze” : un bel exemple d’unité

L

HW

Vendr edi 25: L'ANNONCIATION de la SAINTE VIERGE. Is 7, 10-14 et 8, 10; Ps 39; He 10, 4-10; Lc 1, 26-38.

RENCONTRE Unité pastorale des “Douze” – ce nom a été choisi car elle est composée d’autant d’anciennes paroisses – avance dans la voie de l’unification.

De nombreuses femmes et couples vivent longtemps, parfois de nombreuses années, la souffrance de la perte de leur(s) enfant(s) in utero sans oser en parler et entamer un processus de deuil. À aucun moment, il ne leur a été donné l’occasion de poser un geste plus officiel ou public pour manifester l’existence de cet enfant. C’est pourquoi, Le Souffle de Vie invite chacun, chacune, à participer à une Eucharistie avec et pour les parents et familles ayant perdu un enfant pendant la grossesse par fausse couche ou par avortement. Les démarches proposées pendant l’eucharistie permettront d’entamer ce processus de deuil essentiel, indispensable pour chaque être humain. Cette eucharistie ne s’adresse pas uniquement aux parents de l’enfant décédé, mais aussi à tous ceux qui, de près ou de loin ont connu l’existence de cet enfant : grands-parents, frères et soeurs, amis, collègues, infirmiers, médecins… Enfin, elle s’adresse à tous les chrétiens, dans un souci de solidarité vis-à-vis de ceux et celles qui souffrent de la perte d’un enfant et dans la foi en l’espérance de la Résurrection.

Jeudi 24: S. Gabriel Archange. Jr 17, 5-10; Ps 1; Lc 16, 19-31.

“Ainsi, relève Ralph Schmeder, curé in solidum avec Luc Lhoest, pour la première communion, sept méthodes et préparations sont en vigueur, conservant encore un caractère local même si une invitation commune est lancée à tous les parents de l’Unité pastorale. En revanche, pour la profession de foi, depuis deux ans maintenant, la retraite est unique pour tous les jeunes, même si on dénombre encore cinq types de formation. Enfin, la confirma tion, qui a ttire une trenta ine d’adolescents, possède le même canevas pour tous.” Belle initiative, une quinzaine de jeunes âgés de 12 à 15 ans, entre profession de foi et confirmation, se réunissent tous les deux mois. Tous les membres de l’équipe pastorale – trois prêtres et autant de laïcs, deux femmes et quatre hommes – emboîtent le pas à leurs curés pour souligner que dans une grande Unité pastorale comme la leur, il est très difficile de tout unifier. Et pourtant des moyens sont déjà bien fonctionnels: comme un superbe site www.lesdouze.be et un bulletin

Bien débuter, bien finir Deux grands évènements, tissant du lien à travers l’Unité pastorale scandent sa vie. Au menu de la rentrée d’octobre, un “grand petit déjeuner” au succès de plus en plus large, suivi d’une messe dans une salle ou une église de l’Unité. Et, fin juin, la messe à vélo. De 200 à 300 personnes se déplaçant à bicyclette – une année, il y a même eu des chevaux dans le cortège – vivent dans quatre églises différentes de l’entité les quatre parties de l’Office avant de se retrouver pour un barbecue.

des Douze), Marie-Caroline de Harenne, Vivianne Dubru et Francis Reynders – n’a visiblement pas les yeux de Chimène pour tout ce qui se nomme Lettres de Mission ou Acta et regrette l’absence d’assistante paroissiale en son sein. La catéchèse pour adulte s’appuie sur quelques piliers solides. Parmi ceux-ci, des conférences régulières – Dominique Collin et Olivier Windels entre autres, sont dans le top des orateurs les plus appréciés-, des équipes liturgiques, ainsi qu’un groupe de prière: “Notre Unité pastorale est au cœur même de cette piété. C’est pour elle qu’on prie!” d’information – publié dix fois l’an, il en est à sa 47e parution – passant de la vie des communautés à un texte de méditation, à des directives épiscopales et même un texte en wallon avec traduction française en annexe… Entre unité et proximité L’exemple le plus frappant dans cette marche en avant vers l’unité concerne les funérailles. Si, idéalement, sur papier, on pourrait penser qu’une seule équipe ferait l’affaire, il faut opter, aujourd’hui, pour une certaine proximité. On semble en effet se diriger vers l’existence de quatre équipes favorisant le lien avec l’esprit local mais se réclamant d’un même esprit. “On se développe bien dans cette façon de faire, progressant lentement mais sûrement vers l’unité des formations, dans tous les sens du terme“, relèvent Viviane Dubru et Marie-Caroline de Harenne, qui sont toutes les deux membres de l’équipe pastorale. Celle-ci se réunit tous les 15 jours et s’élargit tous les deux mois aux trois prêtres auxiliaires : Georges Longrée, Joseph Roulling et Roger Heyeres. Cette équipe pastorale – les curés: Luc Lhoest et Ralph Scmeder, le vicaire Nicolas Lokula remplaçant Adelin Kanzenze (retourné au Congo comme il le souhaitait avec en prime cette jeep, un formidable cadeau pour lui, rendu possible par la générosité des fidèles

De multiples présences…

“Assez rapidement, relève Ralph Schmeder, comme demandé dans le Chantier des paroisses, nous avons intégré d’autres lieux de rencontres, de prières et de célébrations que nos douze églises, comme les prison de Lantin et Paifve, l’école primaire (la seule école libre de l’Unité pastorale) interparoissiale de Voroux (un enseignement de grande qua lité y est suivi pa r quelque 600 élèves), le Centre social italien de Rocourt , toujours dynamique et porteur d’espérance, ou encore la maternité Saint-Vincent et les cinq maisons de repos, une protestante et qua tre ca tholiques sur le territoire de l’Unité“. Une de ces dernières accueille à Juprelle les exclus, qu’ils viennent de l’entité ou d’autres coins du pays. Tous les deux mois, ces partenaires sont invités au Conseil pastoral afin d’être mis au courant de ce qui se passe au sein de l’Unité pastorale. Les liens se tissent petit à petit. L’école, par exemple, prête souvent ses locaux. À Lantin, deux messes festives avec chorale et la présence des détenus étaient programmées cette année à Noël comme depuis deux ans, mais la grève des gardiens de la prison a laissé tout le monde sur sa faim. “Mais on continuera” précise Marie-Caroline de Harenne. Thierry DE GYNS/Adl


EXPRESS EXPRESS

DIOCÈSES

N°11 - 20 mars 2011

CONCERT

AGENDA

Pour des enfants handicapés de Colombie

L

e vendredi 25 mars à 20h, en l’église du Séminaire à Tournai (28 rue des Jésuites), concert Solidarité avec “Smyrne Trio“ au profit d’un Centre pour jeunes handicapés à Bogota, en Colombie. Au programme : des œuvres de Brahms, Mozart, Saint-Saëns, Piazzolla, pour piano, violon et violoncelle. Les liens entre le Séminaire de Tournai et ce centre pour jeunes handicapés se sont noués via Thierry Wassmer, un ancien habitant du Kot Siloé, situé dans la maison du Séminaire. Au terme de ses études d’éducateur spécialisé, Thierry est en effet parti en septembre 2009 en coopération en Colombie, dans un quartier pauvre de Bogota. En septembre 2010, il écrit : “Cela fait maintenant presque un an que je suis ici, la date anniversaire est le 15 septembre! En arrivant, je passais mes journées à visiter le quartier dans lequel je travaille pour me rendre compte de la réalité et des nécessités de la population. Les 15 premiers jours, je les ai passés à me demander sans cesse par où fallait-il que je commence! Y a-t-il un besoin plus important qu’un autre? L’évêque pour lequel je travaille m’a simplement dit que c’était à moi de décider pour quel type de population je souhaitais travailler et que, quel que soit mon choix, l’évêché me soutiendra... ça ne m’a pas du tout aidé à me décider, mais je me suis senti tout de suite en confiance... et c’est encore le cas aujourd’hui. Bref, j’ai donc décidé de travailler auprès des enfants handicapés da ns un centr e qui a v a it été construit pour cela , ma is da ns lequel personne n’avait encore travaillé...tout était donc à faire. Les premiers mois, j’ai déserté le centre pour me “balader” dans le

CULTUR E • Du vendredi 18 au vendredi 25 mars, le Centre Maximilien Kolbe (CMK) de Verviers (rue du Prince,12) organise sa Foire annuelle du Livre religieux. Parallèlement à cette foire, se tiendra une expo-animation destinée aux enfants de 8 à 13 ans autour du thème: “Les Droits de l’Homme, un Devoir pour Tous». Vernissage de la Foire annuelle du livre religieux et de l’exposition:18 mars à 18h. La vente de livres et l’exposition seront accessibles à tous le samedi 19 mars de 10h à 17h; ainsi que du lundi 21 au vendredi 25 mars de 10h à 12h et de 14h à 17h. Des visites seront organisées pour les écoles qui en feront la demande. Infos:087/33.84.22ou secretariat@centremaximilienkolbe.be. • Sa medi 19 ma rs de 20h à 22h, à l’église Notre-Dame des Grâces de Brux elles (avenue du Chant d‘Oiseau), les guides horizons Kookaburra du Chant d’Oiseau, afin de récolter des fonds pour leur projet humanitaire, présente “Les Anonymes du XXe siècle” accompagnés de Marie-Noëlle de Callatay, Soprano et de François Houtar, Orgues. PAF: Prévente:15 € ou 10 € Sans prévente:17 € ou 12 € (Réduction de 5 € pour les étudiants) Réservations: kookaburra19@hotmail.fr ou 0478/23.67.47. • Samedi 19 mars de 9h30 à 17h, au Centre Spirituel Ignatien “La Pairelle” de W épion (rue Marcel Lecomte 25): “Savourer les psaumes” avec Jo Akepsimas, compositeur de musique, entre autres de nombreux chants liturgiques et catéchétiques. PAF:30 € (repas compris) Renseignements: 081/46.81.11 ou centre.spirituel@lapairelle.be. Site:www.lapairelle.be.

CON F ÉR E NCES- R ETRA I TE

les ramène chez eux. Je prends non seulement les enfants, mais aussi leur mère de façon à pouvoir travailler le lien mère/enfant (ça ce n’est pas gagné non plus! ma is ça prog resse). Nous a ccueillons environ 15 enfants par jour répartis en 3 groupes de 5 enfants avec leur mère pendant 1h... Le quartier regroupe 1,5 million d’ha bita nts dont environ 8500 handicapés et.... seulement 1 centre qui les accueille...” Thierry passe une bonne partie de son temps à rechercher des fonds, car le projet, devenu depuis peu une Fondation, ne reçoit encore aucun subside. Et voilà le pourquoi du concert…

quartier afin de rencontrer les familles et présenter le projet. Chose peu aisée, puisque les gens ne comprenaient pas l’intérêt que je portais à ces personnes. La plupart du temps, j’étais confronté à des remarques telles que “de toute fa çon, ça ne sert a rien de s’occuper de mon enfant, il est handicapé et ne sert à rien” ou encore “j’ai 5 enfants plus 1 handicapé, donc je n’ai pas le temps de m’occuper de ce légume”....et il y a eu d’autres réflexions de ce type! Aujourd’hui je travaille avec 35 enfants handicapés par semaine, avec l’aide d’un couple de psychologues et d’une camionnette a vec cha uffeur. Le qua rtier se trouve sur une monta g ne très pentue, ce qui est une difficulté pour les familles, car elles n’ont pas de chaise roulante. Je vais chercher les enfants chez eux et

H.W. (Église de Tournai) Entrée : 12 € adultes, 10 € étudiants (prévente -2 €). Réservations : 00 32 (0)478 73 10 66. Don : BE 13 2100 5703 4739.

COLLOQUE Bain médiatique pour les séminaristes! d’information CathoBel. Lors de cette journée le rôle émergent des réseaux sociaux tels que Facebook et les blogs catholiques a été également souligné. Le Pape, lui-même, a évoqué la relation entre christianisme et médias dans son message pour la 45 journée mondiale des communications sociales qui aura lieu le 5 juin prochain: “Il existe un style chrétien de présence également dans le monde numérique : il se concrétise dans une forme de communication honnête et ouverte, responsable et respectueuse de l’autre.“ Les séminaristes ont ensuite été mis à contribution par des exercices pratiques : interviews radio, commentaires pour un site internet et articles de presse. À la fin de ces deux journées, ils ont pu comprendre pourquoi c’est important, en tant que futurs prêtres de communiquer. Ils ont conclu: “Dans le monde actuel où il ne va plus de soi de se réunir à l’église, il est bon d’aller à la rencontre des personnes là où elles sont.“

• Sa medi 19 mars à 14h à la librairie Siloë de Liège (rue des Prémontrés, 40), rencontre autour d’Etty Hillesum en compagnie de 3 auteurs: Cécilia Dutter auteur de “Etty Hillesum, une voix dans la nuit”, Pierre Ferrière et Isabelle Meeûs-Michiels, auteurs de “Prier 15 jours avec Etty Hillesum”. La rencontre sera suivie d’un petit goûter. Infos et inscriptions (recommandée):04/223.20.55 ou liege@siloe-librairies.com. • Lundi 21 mars à 20h à l’Auditoire central A de W oluwé Sa int-La mbert (avenue Emmanuel Mounier, 50), Fondacio organise une conférence-débat avec Lytta Basset. Elle viendra présenter son dernier livre:”Aimer sans dévorer”. Accueil à partir de 19h30. Infos et inscriptions:02/241.33.57 (en matinée) ou 0475/25.89.14, belgium@fondacio.org ou www.fondacio.be PAF:15€ • Du jeudi 24 mars à 9h30 au dimanche 27 à 18h au Carmel de Rochef or t (avenue du Rond Point, 12):“Croire en l’Amour avec Elisabeth de la Trinité”, retraite animée par le p. Thierry-Joseph, carme, prieur du couvent de Montpellier. Infos et inscriptions:084/21.12.72 ou carmel.rochefort@skynet.be • Lundi 28 mars de 8h45 à 16h30, à l’ Auditorium du CPAS de Cha rleroi (Boulevard Joseph II, 13), le Centre Interuniversitaire de Formation Permanente (CIFoP) organise un colloque sur le thème suivant:”Financement des communautés convictionnelles. Quels enjeux? Quelles options?”. Programme à télécharger: http://www.cifop.be/doc/programmes/financement_cultes_122010. pdf (0.5 Mo). Infos et inscriptions:Valérie Besanger, besanger.valerie@cifop.be, 071/20.27.49, bureau n° 119 ou http://www.cifop.be/inscriptions/fin_cult_2010_inscription.php • Les dimanches 27 ma rs, 3 et 10 a vril à 14h30 à la cathédrale saint Paul de Liège, conférences de carême 2011 sur le thème:”À quoi bon l’Église?”. Des remises en cause du fonctionnement, mais aussi de la pertinence de l’Église marquent de nombreux chrétiens. Dimanche 27 mars:”L’invention de l’Église?” avec le chanoine Karl Gatzweiler, exégète et le pasteur Yves Jonas. • Dima nche 3 avril:“L’Église, une histoire mouvementée!” avec le Père Christophe d’Aloïsio, orthodoxe et le frère Michel Van Aerde, dominicain. Dimanche 10 a vril:“Où va l’Église?” avec Myriam Tonus, chroniqueuse et le professeur Jean-Pierre Delville. Infos et inscriptions: Lambert Wers: l.wers@liege.catho.be, Dominique Collin, o.p.: d.collin@dominicains.be ou à la cathédrale: 04/250.13.98.

F OR M ATIONS • Du s amedi 26 à 9h30 au dimanche 27 ma rs à 17h, à l’abbaye de M aredret (rue des Laidmonts,9), formation autour de la Passion selon Saint Jean:“La contemplation du mystère de l’amour transfiguré”, animée par un groupe de chrétiens et le p. Maurice Pritzy, prêtre de la Communauté Apostolique et Monastique. Infos et inscriptions:082/21.31.80 ou accueil@abbayedemaredret.be PAF:101 €

Re t r ouv ez l’ agend a s u r le s i te ww w.cat ho.be

© Eric Lemoine

ème

Des séminaristes prêts à se lancer dans la rédaction de leur premier article.

L

Église et les médias n’ont pas toujours fait bon ménage. Or, ces derniers sont devenus incontournables. Les séminaristes de Namur l’ont bien compris durant les deux jours où ils se sont plongés dans la com’. Le colloque a commencé par une intervention d’Emmanuel Tourpe, docteur en philosophie, autour du thème suivant: “les mirages et les atouts réels de la communication

9

dans l’Eglise”. Durant cette première journée dédiée à la théorie, les séminaristes se sont penchés sur la place et le fonctionnement des médias en général. La seconde journée était davantage axée sur l’aspect pratique de la communication. Le réseau “Médias Catholiques et Culture” leur a été présenté sous toutes ses coutures. Il réunit désormais les différents médias catholiques de la Belgique : RTCB, le journal “Dimanche”, RCF, le portail www.catho.be et l’agence

AdL

OUS

Z-V NNE

ABONNEMENT INDIVIDUEL

ABO

ABONNEMENT D’UN AN - 46 NUMÉROS • Édition normale - 12 PAGES • Abonnement d’honneur - 12 PAGES à partir de • Édition de Bruxelles - 24 PAGES

35 € 40,00 € 48,70 €

ABONNEMENT DE DEUX ANS - 92 NUMÉROS - JUSQU’À 20% DE REMISE SUR LA 2e ANNÉE

• Édition normale - 12 PAGES • Édition de Bruxelles - 24 PAGES

63 € 89,80 €

Merci de verser le montant sur le compte n° 833-5318719-79 ou contactez-nous au 010/235.900 pour effectuer votre paiement par domiciliation.

Idée cadeau : le 2e abonnement à -20%


10 MÉDIAS

N°11 - 20 mars 2011

LA PUISSANCE DU PARDON Appliquer le Salut de Jésus à sa vie

À

la fois personnelle et pratique, l’approche du pardon proposée par ce petit ouvrage de Jennifer Benson est surtout revigorante. Au gré de souvenirs, d’anecdotes et de révélations reçues, l’auteur nous montre combien la pratique du pardon est salutaire dans notre quotidien, y compris pour notre santé! C’est dans une buanderie, devant l’effet magique d’un détachant que Jennifer Benson a eu cette révélation sur le sens du pardon. Cette anecdote ouvre d’ailleurs son livre. En appliquant le détachant, une fois et puis deux, et en s’émerveillant de constater qu’avec les lavages cette tache si tenace finissait par disparaître bel et bien, elle entend cette parole: “C’est ainsi que je veux que tu appliques mon Salut à ta vie“. Derrière cette phrase se résume tout l’enjeu du livre, à savoir accepter que Jésus nous sauve par le pardon. C’est loin d’être évident ! Mais au fil des pages, au gré de réflexions personnelles et de témoignages, on comprend que cela est une question de vie ou de mort spirituelle. Ainsi donc, tel un détachant, Jésus lave les taches incrustées au plus profond de nous. La voie du salut, c’est le pardon, c’est la miséricorde de Dieu. C’est une atmosphère dans laquelle on vit, c’est un parfum qu’on respire, mais aussi qu’on exhale. C’est l’oxygène de Dieu. Jennifer Benson nous rappelle qu’il ne faut pas attendre qu’une personne qui vous a blessé vous demande pardon pour lui donner… Le pardon est une initiative, une décision personnelle du cœur, qui ne dépend pas de ce qui se passe autour de soi. C’est une démarche de libération de notre être; c’est avant tout pour nous, pour la paix dans notre cœur. Elle nous explique que si l’on ne pardonne pas à quelqu’un l’offense qu’il nous fait, nous restons sous l’emprise de cette offense et donc de cette personne. “Or, écrit-elle, une ferme volonté de pardonner permet au flot puissant de l’amour miséricordieux du Père de pénétrer mon être tout entier, irriguant tout sur son passage (…) L’acte de pardonner est comparable au geste d’ouverture d’une écluse.” Le pardon, c’est la santé! Cependant, faisant référence à de nombreux témoignages de personnes qu’elle a aidées, notre physiothérapeute nous met en garde. Pardonner peut prendre beaucoup de temps. Pour autant, il ne faut

CD

pas craindre ce temps qu’il faut pour laisser entrer Jésus dans nos cœurs. Pas plus qu’il ne faut craindre de “lever ses yeux vers le Seigneur”, non seulement spirituellement mais aussi physiquement, pour adresser sa demande de pardon et expérimenter la puissance de la louange. Après nous avoir appris à reconnaître les signes du non-pardon (le sentiment de culpabilité, le désir d’effacer un événement de notre vie, d’avoir le dernier mot…), Jennifer Benson nous enseigne que le pardon envers autrui passe d’abord par cesser d’en vouloir à Dieu à la place du véritable coupable. Mais qu’il faut aussi être miséricordieux pour soi-même pour pouvoir être miséricordieux envers ses frères! Se pardonner, c’est peut-être en définitive ce qu’il y a de plus difficile à faire pour un chrétien. Et pourtant, “serions-nous plus grands que Dieu pour retenir contre soi-même ce que Lui ne retient pas contre nous? ” nous demande l’auteure. Et de rappeler quelques pages plus loin combien cette démarche est également profitable pour bon nombre de maux physiques qui nous accablent: ici un zona, là une inflammation du pied… Ne laissons pas passer la chance du pardon, nous dit en substance ce livre qui se referme par un savoureux clin d’œil. Mettons-le à l’œuvre le plus souvent possible, jusque dans l’ultime moment. C’est un viatique pour le mourant, un remède pour le vivant. Un baume précieux pour les corps et les cœurs. Pierre GRANIER

“ La pui s s a nce d u p ar do n“ – Jennifer Benson – éditions des Béatitudes - 182 pages. Prix: 17,50 € port compris, à verser au compte 732-7032002-38 IBAN BE24 7327 0320 0238 – BIC CREGBEBB de Dimanche Service, 67/2 chaussée de Bruxelles, 1300 Wavre

AMADEUS MOZART

A

vec ces deux nouveaux disques, c’est presque toute la vie de Mozart que nous parcourons, depuis son adolescence jusqu’à sa mort prématurée à l’âge de 35 ans. Le “Jerusalem Quartet” a choisi d’explorer trois moments bien différents de la vie de Mozart. Les trois quatuors à cordes qu’ils ont enregistrés en dressent un portrait fidèle. Tout d’abord, il y a un quatuor qui date de son troisième séjour en Italie, alors qu’il étudiait avec Sammartini. Ce quatuor est prodigieux, surtout pour un adolescent de treize ans. Il vaut surtout pour son andante, un deuxième mouvement dans lequel il élabore déjà une dramaturgie fondée sur la création de tensions et leur résolution, qui constituera l’architecture des grands genres classiques. Ensuite, il y a le quatuor “La chasse” de 1784 – il a 28 ans – qui appartient à une série de six, dédiés à son aîné et ami Haydn. L’écriture, dans laquelle il veille surtout à donner un rôle égal à chaque instrument, atteint ici sa pleine maturité. Quant au quatuor n°22, il fait partie d’une autre série, commandée cette fois par le roi de Prusse, FrédéricGuillaume II. Comme celui-ci était

Toute une vie en musique violoncelliste, Mozart a pris soin de lui donner une partie concertante. On est loin de la simple conversation galante à plusieurs, la musique n’a ici de valeur que pour elle-même. On est séduit par la justesse de ton et d’interprétation du “Jerusalem Quartet”, et on admire leur sonorité homogène et équilibrée qui nous fait presque croire qu’il n’y a en fait qu’un seul musicien… à huit mains! La réédition des quelque septante albums du catalan Jordi Savall se poursuit avec le célèbre “Requiem” du compositeur autrichien. Cette œuvre ultime est entourée de mystères, dont la plupart sont aujourd’hui résolus. On en connaît maintenant le commanditaire, le comte von Walsegg-Stuppach. On sait que, s’il voulait présenter cette œuvre à ses amis sans en mentionner son compositeur, ce n’était pas pour la signer lui-même comme on l’a souvent cru, mais bien par goût de la devinette. On sait aussi avec quasi certitude ce que Mozart avait eu le temps d’écrire avant son décès, et par conséquent ce que son élève Süssmayer a complété, à la demande de la veuve qui avait bien besoin de l’argent de la commande. Mais il

reste cependant une question dont nous ne saurons sans doute jamais la réponse: comment se fait-il que ce requiem soit le chefd’œuvre que l’on sait, alors que Süssmayer était un compositeur très médiocre? Mozart lui aurait-il donné des indications orales assez fournies, ou alors son élève aurait-il été inspiré par le génial musicien par-delà la mort? Quoi qu’il en soit, on rencontre dans cette œuvre toute la ferveur chaleureuse de la foi catholique, et l’espoir de la miséricorde divine. Plainte funèbre émouvante et instant de grâce, elle résulte d’un des plus grands messages du génie créateur humain sur le mystère de la mort. L’interprétation de Jordi Savall est l’une de celles qui comptent. Elle bénéficie d’un effectif réduit, ce qui favorise une transmission vivante et passionnée. L’enregistrement, la présentation et les textes sont à la hauteur de sa réputation.

L

VIENT DE PARAÎTRE NOTRE PÈRE

Le Notre Père est la plus connue des prières chrétiennes et la seule que Jésus ait enseignée lui-même à ses disciples. Dans ce livre, le père A ns e l m Gr ün en médite les paroles et nous invite à partager une expérience de foi tout à fait personnelle. En priant le Notre Père, nous sommes effectivement amenés à une confiance approfondie en Dieu, à nous regarder nousmêmes, à considérer nos soucis et nos relations avec les autres. Un livre pour tous ceux qui cherchent à aborder autrement la prière, tout comme celui de l’abbé M ic he l Wa ck enhe im, archiprêtre de la cathédrale de Strasbourg, paru chez Salvator. Il nous y fait goûter la saveur délicieuse des retrouvailles avec le Père: “Toute prière est un chant à deux voix. Celui qui entonne le chant est Dieu, celui qui répond au chant est l’homme: soit en inventant un chant bien à lui et en laissant parler son cœur, soit en mettant sur ses lèvres la prière que le propre Fils du Père, un jour, a enseignée. Cette manière de prier est la plus juste et la plus belle, car Celui qui nous l’a apprise a vraiment fait ce qu’il a dit.“ “ P r i e r l e N o t r e P è r e ” , Anselm Grün, Médiaspaul, 176 pages, 22 € (*). “ Découvri r l e Notre Père”, Michel Wackenheim, Salvator, 144 pages, 13,50 € (*).

EXAMEN DE CONSCIENCE L’examen de conscience n’a pas bonne presse. Il rappelle aux plus anciens la file d’attente avant le confessionnal et il ne paraît présenter aux plus jeunes qu’une technique morale ou un idéal de perfection assez inaccessible. Nourri d’une spiritualité ignacienne assurée et enraciné dans la tradition orientale, le père M ark o Iva n Rupnik authentifie à nouveaux frais ce trésor de la sainteté ecclésiale. Avant d’être un travail moral, l’examen de conscience est une prière qui fait vivre le chrétien dans la liberté, qui le sauve du mal en l’introduisant au cœur de la Sagesse divine à l’œuvre dans le monde et dans l’histoire. “L’examen de conscience“, écrit-il, “est plus proche d’une médecine préventive que d’un médicament qui guérit le passé.“ “A u r ega r d de Di eu – L’ex a men d e c ons c i enc e” , Marko Ivan Rupnik, Fidélité, 88 pages, 17,95 € (*).

ÊTRE PLUS HEUREUX Être plus heureux est possible! Un des moyens pour y parvenir est d'avoir chaque jour une parole de vie courte, positive et facile à retenir, que l'on approfondit tout au long de la journée. Formateur en relations humaines, psychologue et consultant, Yves Boulvin vous propose cent pistes pour aller mieux. Le lecteur pourra ouvrir son livre au hasard ou suivre l'ordre indiqué. Fruits d'une expérience, ces conseils ont fait leur preuve. Bien sûr, précise l'auteur, ils ne prennent sens que s'ils sont mis en pratique! "100 chemins pour être plus heureux", Yves Boulvin, Éditions des Béatitudes, 216 pages, 20 € (*). * Port compris, au compte 732-7032002-38 IBAN BE24 7327 0320 0238 - BIC CREGBEBB de Dimanche Service, 67/2, chaussée de Bruxelles, 1300 Wavre.

MOTS CROISÉS Pr obl ème n°11/11 Hori z ont a l ement : 1. Changeant. – 2. Damnées. – 3. Plus nuisible Port de la Rome antique. – 4. Coûteuses. – 5. Napperon - Mesures de bois. – 6. Empereurs déchus - Obligée. – 7. Bouche animale. – 8. Jeter les sabots - Tour de Paris. – 9. Préposition - Copains - Conjonction. – 10. Matières fécales - Déduit. Ve r t i ca l ement : 1. Supercheries. – 2. Petites – Place du scoop. – 3. Réhabilitation immobilière. – 4. Passe à Breslau - Champêtre. – 5. Symbole chimique - Pendoir - Pronom réfléchi. – 6. Bière anglaise - Associés. – 7. Abacules. – 8. Etoiles de mer. – 9. Démosthène fut son élève - Baigne Cahors. – 10. Exécute - Rigoureux. SOLUTIONS: Problème 11/09 1. ASTROLOGIE 2. LOUERA-US 3. LUES-USEES 4. URETERE-RE 5. MI-ENERVAS 6. ECART-IENA 7. TETAIENT-M 8. TARIES-UNE 9. EUE-RODEO 10. S-SCENE-NU

Dominique LAWALREE Problème 11/10

“ String quar tets”, par le “Jerusalem Quartet”, un CD Harmonia Mundi, 23,05 € (*). “ Requiem” , par Jordi Savall, un CD AliaVox, 16,85€ (*). (*) port compris, au compte 7327032002-38 IBAN BE24 7327 0320 0238 - BIC CREGBEBB de Dimanche Service, 67/2, chaussée de Bruxelles, 1300 Wavre.

1. CAMBRIOLER 2. OPERENT-LE 3. LAMA-SEULS 4. LIEVRE-NET 5. ASSOURDI-E 6. TE-USERONS 7. ERDRE-ENA 8. R-AERES-GI 9. AMI-ARDUES 10. LEST-SENSE


EXPRESS EXPRESS

PETITES ANNONCES Tél. 010/235.900 (Heures de bureau) Insérées dans toutes nos éditions belges. Tarif (TVA comprise) : 3,34 € la ligne de 37 lettres, signes ou espaces, avec minimum de 10 €, + 6 € quand les réponses doivent être envoyées au bureau du journal. (B.J.N…). Paiement au compte 833-5208227-70 IBAN BE60 8335 2082 2770 BIC GKCCBEBB de REGIDIM. Les réponses aux annonces domiciliées au bureau du journal doivent porter comme adresse : Annonce N… REGIDIM, 67/2 Chaussée de Bruxelles, 1300 Wavre

A n t i q u i t é s De k n u d t r e c h . p r e x p o r t a t i o n beau mobilier cplet chêne, acaj.,noyer, marquet. av.1930 + objets en bronze, marbre. Lustres, miroirs dorés et tableaux. Ns payons correct. le prix. Expert. grat. et discr. assurée Tél. 0 6 9 / 6 6 . 2 4 . 4 4 GSM 0 4 7 8 / 2 0 1 . 2 5 3 . 34.569 A n t i q u i t é s L a M u s a r d i è r e à Bon-Secours achète mobilier chène, acajou, marqueterie, bois sculptés, porcelaine Tournai, Chine, tableaux, marbres, bronzes, lustres, miroirs dorés. Tél. M. Lauro 069/77.71.30. 34.128 Achète chaises d’église, statues en plâtre, vieux meubles, vieux linges d’Eglise, ornements, peintures, argenterie, etc. Tél. 054/33.67.87 Beeckmans Roger, 8 Brielstraat, 9402 Meerbeke. 34.189 G u y ROL A N D antiquaire à Mons achète au plus haut prix toute antiquité de qualité : Tableaux de maîtres anciens et modernes, Beaux meubles en chêne et acajou, Marqueterie, pendules, lustres, sculptures en bronze, Porcelaines de Chine et européennes, argenterie, etc. Se déplace gratuitement en tte région pour expertise et achat. Successions et partages. T é l . 06 5 /72 . 86 . 55 - 34 . 72 . 86, 102, rue de Nimy, 7000 Mons. 34.973 Ach. de 0,50 EUR à 125 EUR et + cart. post. anc., Photos vues anc., timb. poste, image pieuse, Liebig, album et imagerie divers. Tél. 071 /88. 85. 89. 33.810 Nouvelles chaises et nouv.bancs d’Église, directement du fabricant. Tant de références, plusieurs modèles ; élaboration selon votre plan.Demandez notre dépliant gratuit. Ebenisterie G . Mertens,Budelpoort,8 à 3930 Hamont Tél. 011/44. 52 .50 Fax : 011 /4 4.8 6.48. 35.704 TI NT I N S P I ROU P ET I T X X e Achète BD à tout prix. Pour connaître la juste valeur Tél.au 0 475 / 6 97. 5 38 , T h i b a u t Va n Ho u te . 35.709 Co ll ec t io n. ach. poupées anç. tête porcelaine bouche ouv. et fermée, cellulo, car ton pâte…Barbie anç. Ours et jouets anç. maison, 071/61 .32.01. acces. et vêt. de poupées. Tél.0 35.779 Collectionneur tintinophile achète Tintin noir et blanc, couleurs 1930-1950, Petit XXè, dessins et planches originales Hergé, sérigraphies et cartes vœux signées. Tél. 0 474/ 76. 82. 89. 35.851 L o ui s la Br o ca n te vide maison de la cave au grenier. achète meubles etc à bon prix. tél. : 0477/57.28.98 ou 0494/67.53.25. 35.921 Cherche chambre ou studio 250-300 € TTC. Tél. : 0474/70.14. 90. 35.923.

N°11 - 20 mars 2011

COURRIER DES

LECTEURS par le Père Charles Delhez Chaussée de Bruxelles, 67/2 - 1300 Wavre

LECTURE DE LA BIBLE Qu’est-ce le fondamentalisme? Dans l’article “La Bible et les Jeunes” (Dimanche n°8), vous parlez de “la lecture fondamentaliste de la Bible”. Qu’entendon exactement par là ? Si c’est simplement le fait de tenir compte de ce qui est écrit, quel problème y a-t-il à cela? René WISLEZ Edegem

La lecture fondamentaliste prend les textes au pied de la lettre sans tenir compte de la différence des genres littéraires (c’est-à-dire qu’on ne lit pas un poème comme un traité de sciences). Or, dans la Bible, ils sont nombreux. Il suffit de comparer les deux textes sur la création du monde, le premier étant un poème, le second un récit utilisant un langage de type mythique. Ou encore de lire le conte pieux de Jonas, où le prophète est avalé par un grand poisson. La lecture fondamentaliste ignore aussi le contexte culturel. Ainsi la vision “scientifique” du monde, qui a bien évolué. On ne peut pas prendre pour argent comptant la description qui en est faite dans les pages bibliques; on sait maintenant que la terre n’est pas plate. Mais on pourrait aussi évoquer saint Paul qui se mouvait dans une société où la femme avait un statut inférieur. Pourtant, il la mettra sur pied d’égalité avec l’homme, sans pour autant atteindre le point où nous en sommes arrivés aujourd’hui (avec ses excès, peut-être, mais surtout avec ses réussites). Cette lecture oublie aussi que la révélation biblique est progressive. Tous les textes ne sont pas sur le même pied. Elle ignore également tout le travail qui a précédé la mise par écrit de ces textes. Dans un magnifique document, L’Interprétation de la Bible dans l’Église (1993), la Commission biblique pontificale a abordé abondamment cette question (voir encadré). Elle dénonce le caractère dangereux de cette lecture et rappelle que la Bible ne contient pas nécessairement une réponse immédiate à tous les problèmes. Elle conclut que le fondamentalisme – qualifié de “suicide de la pensée”– “met dans la vie une fausse certitude, car il confond inconsciemment les limitations humaines du message biblique avec la substance divine de ce message.”

De nombreuses réactions nous sont parvenues suite aux réflexions du Dr Vandeneuker ( Dimanche n°6 du 13 février) . En voici deux.

Réponse d’un crétin à un athée Citant Reeves et Monod, le Dr Vandeneuker considère qu’il faut être crétin, débile mental ou schizophrène pour être croyant et notamment chrétien. Un tel diagnostic aurait fait tirer la langue à Einstein, qui croyait en Dieu, et fait sourire l’abbé Georges Lemaitre, codécouvreur en 1927 de la théorie du big-bang et beaucoup d’autres scientifiques réputés, dont des prix Nobel. Science et foi sont deux applications différentes de la raison qui ne s’excluent pas nécessairement mutuellement. La foi doit être soumise à la science, mais elle peut reposer sur des arguments raisonnables même s’ils ne peuvent pas toujours être démontrés. Cette absence de preuves est le propre de la foi, elle nourrit le doute qui pour les croyants est nécessaire à l’exercice du libre arbitre de l’homme. Les croyants cultivés n’ont en général aucune difficulté à intégrer les données de la science. Beaucoup d’hommes de science par contre sont réticents à croire puisque, par vocation, ils ne peuvent accepter comme vrai que ce qui peut être vérifié expérimentalement. La science cherche à expliquer le “comment” des choses et à le pousser de plus en plus loin jusqu’à des limites extrêmes où l’intelligence risque de se heurter à un mur. Est-on sûr de jamais percer tous les secrets de l’univers, de la génétique ou du cerveau humain ? Ce problème est particulièrement d’actualité pour les physiciens et les cosmologistes qui, depuis des décennies, cherchent à unifier les quatre forces de la nature et à comprendre la nature de l’univers avant le big-bang. Ils ont des hypothèses mais ils ne sont pas sûrs de pouvoir les vérifier. Certains même émettent des doutes quant à l’espoir de jamais découvrir la cause première. La lecture fondamentaliste part du principe que la Bible, étant de Dieu inspirée et exempte d’erreur, doit être lue et interprétée littéralement en tous ses détails. Mais par interprétation littérale” elle entend une interprétation primaire, c’est-à-dire excluant tout effort de compréhension de la Bible qui tienne compte de sa croissance historique et de son développement. Elle s’oppose donc à l’utilisation de la méthode historico-critique, comme de toute autre méthode scientifique d’interprétation de l’Écriture. (…) Le problème de base de cette lecture fondamentaliste est que, refusant de tenir compte du caractère historique de la révélation biblique, elle se rend incapable d’accepter pleinement la vérité de l’Incarnation elle-même. Le fondamentalisme fuit l’étroite relation du divin et de l’humain dans les rapports avec

SERVICE D’ENTRAIDE Echapper au quotidien Cette maman qui élève seule ses enfants est en très mauvaise santé. Souffrant d’anorexie mentale, madame est souvent hospitalisée suite aux conséquences physiques de cette pathologie. Les deux enfants sont alors accueillis par les grandsparents. Madame a malheureusement accumulé des dettes, certains loyers ainsi que quelques factures d’hôpital sont restés impayés. Dans l’état d’affaiblissement dans lequel elle se trouve, madame ne peut prétendre à un emploi et nous demande de l’aide afin de subvenir aux besoins de ses enfants. (Appel 11 A) Cette octogénaire a vécu des moments difficiles. Victime de violence physique et psychologique infligée par son fils, madame a quitté son domicile et s’est réfugiée dans une maison de repos pendant trois années. À son retour, elle découvre qu’une montagne de crédits a été contractée à son nom. Aujourd’hui, madame en subit toujours les conséquences car elle doit rembourser ces dettes avec son faible revenu de pensionnée. Elle nous demande une aide afin d’assainir sa situation. (Appel 11 B)

Les dons en réponse à ces appels doivent être versés au n° de compte 195- 0145111- 75 I BA N : B E05 1950 1451 1175 B I C : CR EG B E B B du S e r v i c e d ’ E n t r a i d e Qu a r t - m o n d e , Place de Vannes 20, 7000 Mons.. Tél : 065/34.63.70 Les dons devront atteindre le montant minimum de 40 eur os pour être fiscalement déductibles. L e M i ni s t è r e de s F i na nc es a c onf ir mé l e s mo d i f i c a t i o n s c o n c e r n a n t l e mo n t a n t mi n i mu m a nnue l donna nt l i e u à une dé duc t i bi l i t é f i s cal e.

I nt ent i ons de mes s e Des prêtres d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine nous demandent des inte nti ons de me s s e, (7 euros) lesquelles constituent souvent leurs uniques ressources. AT TE NT I ON : Voulez-vous bien les verser UNIQUEMENT sur le compte : B E82 1950 1549 0168 B I C : CR EG BE B B ou 1950154901-68 de “P Pr oj et s Pa s t or a ux ” 20, Place de Vannes, 7000 Mons, et nous les transmettrons. Ces dons versés pour des intentions de messe ne bénéficient pas de l’exonération fiscale.

COURRIER

11

Ce dilemme est parfaitement explicité de façon humoristique dans les propos de l’astronome Robert Jastrow (cité par Joseph Silk, Une brève histoire de l’univers, Odile Jacob 2003, p. 12): “Il semble que la science ne parviendra jamais à lever le voile sur les mystères de la création. Pour le scientifique dont la foi est tout entière au pouvoir de la raison, l’histoire finit comme un mauvais rêve. Il escalade la montagne de l’ignorance; il est sur le point d’en atteindre le point culminant; il se hisse jusqu’à la dernière pierre et… se retrouve nez à nez avec tout un groupe de théologiens qui sont déjà là pour l’accueillir et l’attendent depuis des siècles.” Maurice F. RADERMECKER 4053 Embourg

Archaïque et périmé Il m’est difficile de rester froid devant cette attaque contre les savants qui croient en Dieu. Je pensais ne plus jamais entendre ce langage archaïque qui n’est qu’une resucée de vieilles idées reçues, périmées, se basant pour une part sur le slogan: Ab uno disce omnes (c’est-à-dire généraliser à partir d’un seul cas, NDLR). Il m’a dit été rapporté qu’un enfant gravement atteint de mucoviscidose dépérissait; son médecin de famille n’avait rien trouvé d’anormal. Il ne me viendrait pas à l’idée de déclarer que la médecine ne vaut rien. C’est un peu le langage que tient ce médecin. Lorsque l’on envisage Dieu à propos de la science, on ne fait plus de la science. Nous sommes sur un autre domaine. La science a surtout comme but de relier des faits, des situations, des phénomènes entre eux si possible en mathématisant. Il n’appartient pas à la science de discuter des problèmes qui relèvent de la philosophie. Je comprends parfaitement qu’un athée se nourrisse à la pensée des écrivains de la mort de Dieu. Pour ce qui est de Comte-Sponville, il a un art parfait de faire passer ses idées, mais elles n’abordent pas l’essentiel. Il existe d’excellents penseurs pour nourrir une pensée actuelle; je ne citerai que Bogdanov pour aborder les merveilles de l’évolution et Staune pour situer la science au milieu de tous les aléas de la vie moderne. Léon LASSOIE 1070 Bruxelles

Dieu. Il refuse d’admettre que la Parole de Dieu inspirée a été exprimée en langage humain et qu’elle a été rédigée, sous l’inspiration divine, par des auteurs humains dont les capacités et les ressources étaient limitées. Pour cette raison, il tend à traiter le texte biblique comme s’il avait été dicté mot à mot par l’Esprit et n’arrive pas à reconnaître que la Parole de Dieu a été formulée dans un langage et une phraséologie conditionnés par telle ou telle époque. Il n’accorde aucune attention aux formes littéraires et aux façons humaines de penser, présentes dans les textes bibliques, dont beaucoup sont le fruit d’une élaboration qui s’est étendue sur de longues périodes de temps et porte la marque de situations historiques fort diverses. L’Interprétation de la Bible dans l’Église


12 JEUNES

N°11 - 20 mars 2011

Organisées par l'Église catholique et ouvertes à tous, les Journées Mondiales de la Jeunesse 2011 de Madrid auront lieu du 16 au 21 août 2011 autour du thème : "Enracinés et fondés en Christ, affermis dans la foi" (Col 2, 7). http://madrid.jmj.be/; http://fr.madrid11.com/

Huy-Madrid en 2CV

D

ouze Hutois âgés de 17 à 22 ans mèneront un projet original à l’occasion des JMJ. La fine équipe embarquera à bord de trois 2CV relookées pour rallier Madrid. Souvent, le commencement de l’année est signe de bonnes résolutions. Pour nous, jeunes de Huy, notre grande résolution est de mettre pied au plancher dans la concrétisation de notre projet. Et nous voilà convertis en vendeurs, mécaniciens, graphistes,… en combinant tout cela avec les cours et les examens pour la meilleure cause qui soit: la rencontre de l’autre et surtout du Tout Autre. En effet, l’année 2011 est une déterminante. En août, nous participerons aux Journées Mondiales de la Jeunesse à Madrid qui est le plus grand rassemblement de jeunes au monde. Pour ceux qui ont déjà participé, c’est inoubliable! Quelques jeunes de Huy ont voulu vivre cet événement de manière originale et unique : nous irons à Madrid en 2CV.

Avant d’aller à la rencontre de l’autre, nous voulons vivre une expérience d’équipe, travailler ensemble sur un même projet. Nous achetons des voitures en mauvais état, donc moins chères, nous les retapons nous-mêmes avec l’aide d’un garagiste et nous les décorerons nous-mêmes… Nous voulons “booster” notre foi; approfondir l’expérience personnelle avec le Christ afin d’en témoigner auprès d’autres jeunes et moins jeunes en Belgique et ailleurs. Ces voitures un peu “tape-àl’œil” serviront d’outil d’évangélisation. Nous voulons vivre la solidarité avec nos contemporains; notre projet est parrainé par trois associations caritatives et de

I

ls ont été réalisés dans une entreprise équatorienne qui emploie 150 familles.

retour de Madrid, nous vendrons les voitures au profit de ces associations. Pour le moment, nous avons déjà acheté une voiture et, nous sommes à la recherche de deux autres. Si vous avez des tuyaux - voitures, pièces de rechange…- et des nouvelles idées n’hésitez pas à nous contacter. Comme notre but est de vivre et d’annoncer l’évangile, nous sommes à la disposition de tout groupe de jeunes, en paroisse ou ailleurs, qui souhaiterait recevoir un témoignage. Dans ce projet, nous avons le soutien de notre Unité pastorale. La foi est notre moteur et l’Autre est notre destination. Des jeunes de Huy. 2cv.huymadrid@hotmail.be

Cx Flood en concert aux JMJ à Madrid

C

est officiel, CX Flood le groupe de rock chrétien belge sera présent au “Festival de la Jeunesse” des JMJ à Madrid! En 2000, animés par le feu de leur amitié et l’élan post-JMJ, quatre amis ont décidé de mettre en mu-

sique ce qu’ils ont reçu (et reçoivent toujours) à travers la prière et la vie en Église. Depuis, le groupe s’est modifié et agrandi, mais c’est toujours ce même élan qui les pousse à aller de l’avant. Cx Flood a déjà quatre albums à son actif. Son dernier album, “Tous nos chantiers inachevés”, est sorti en 2010. Adl

Retrouvez toute l’info en continu sur le site http://info.catho.be

Dans une petite usine proche de Quito, capitale de l’Équateur, un groupe de 150 travailleuses préparent une commande très spéciale. L’un après l’autre, les chapelets que les participants des Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) retrouveront dans leur sac sont fabriqués de leurs mains. Ils serviront aux milliers de jeunes qui se sont donné rendez-vous au mois d’août à Madrid pour participer à cet évènement. Mois après mois, ces femmes anonymes ont produit 7 tonnes de chapelets qui arriveront bientôt à Madrid. Dans leur grande majorité, elles sont mères au foyer, avec de faibles ressources financières, et fabriquent ces chapelets pour assurer leur survie. Tous ces chapelets nous ont été offer ts par Family Rosary, l’Apostolat du Chapelet en famille, une association internationale basée aux États-Unis, fondée par le père Patrick Peyton, qui a pour caractéristique principale de promouvoir la prière du chapelet, spécialement en famille. Transporter une telle charge n’est pas chose facile! La fondation

RENCONTRES SERIEUSES

ENVIE DE PARLER ?

Milliers de partis (18 - 75 ans), ttes régions, ttes situations. Très nombreuses références de tte la Belgique. Demandez vite la documentation gratuite du Centre Chrétien des Alliances (DB) 5, r. Goy - 29106 Quimper (France). Envoi discret et gratuit par retour. Tél. 00 332 98 55 33 96 www.unioncia.com

nous vous accueillons dans l’amitié et l’anonymat

SEU R (service de transpor t d’urgence) se chargera de ce travail au motif de sa collaboration avec les Journées Mondiales de la Jeunesse. Cet accord couvrira les nécessités de transport, de logistique et de stockage des produits des JMJ. Le Chapelet, école de Marie Le père Phalan, responsable de ce projet, nous explique le pourquoi de son implication: “Notre cher Pape Jean-Paul II nous a appris que le chapelet est l’École de Marie, grâce à qui nous apprenons à contempler le visage du Christ. Nous savons que des milliers de jeunes chercheront le Christ à Madrid. Nous voulons apporter notre pierre à l’édifice! Tant de jeunes cherchent et ne trouvent pas. Le chapelet est un outil simple, mais actif et éprouvé pour le chemin vers Dieu“. En fait, le chapelet est l’arme spirituelle du chrétien! Grâce à lui, on peut tout demander à la Vierge. Pour cela, un site web a été créé (www.infinitum.cc). Plusieurs sections existent : la corbeille où vous pouvez laisser vos intentions de prière ou la prière pour la nouvelle du jour… http://www.madrid11.com/fr/new s/1-n/534-rosarios

Au lieu de déménager en maison de repos:

Soins à domicile 24h sur 24 EG/013/08/46/B

Pourquoi les 2CV?

7 tonnes de chapelets pour les sacs à dos en Équateur

* à partir de 1.290€/mois

* Tel. 0048 52 328 46 65

Personal-Service-Ost-West (Pologne) * info@24betreuung.eu

CHRETIEN A L’ECOUTE

02/538.27.00

Membre de l'Union des Éditeurs de la Presse Périodique

-

Éditeur responsable : Charles DELHEZ, 67/2 Chaussée de Bruxelles - 1300 Wavre. Tél. Dimanche 010/235 900


Dimanche Express - 2011 n°11