Issuu on Google+

La malédiction de Kafka Achmat Dangor Mercure de France – R DAN

Recommandé par Adja

Omar est né métis et musulman. A l'âge adulte, il deviendra aux yeux de tous Oscar, un homme juif et blanc. Dans l'Afrique du Sud, il faut bien choisir son camp mais la réalité, à l'image d'Omar-Oscar, est plus complexe qu'un monde en noir et blanc. Autour de ce personnage dont la vie repose sur un mensonge va se déployer un roman choral où le lecteur va suivre au lendemain de l'élection de Nelson Mandela divers trajectoires dont celles de son épouse blanche Anna, de son frère Malik et de sa psychologue Amina. Ce roman (qui joue avec le fantastique) est riche de nombreux mots Afrikaans. Achmat Dangor prête sa voix aux musulmans d'Afrique du Sud, descendants d'esclaves malais et revient sur les conséquences tragiques d'un système raciste qui broie l'identité des individus sur de nombreuses générations. Édifiant.

Une saison blanche et sèche André Brink Éditions LGF – R BRI

Recommandé par Nathalie

Ben Du Toit, Afrikaner respecté, mène une vie paisible entre sa famille et les cours d’histoire géographie qu’il dispense au lycée. Il finance également la scolarité prometteuse du fils de Gordon son jardinier noir. Lorsque ce fils meurt dans des circonstances étranges dans les geôles de la police, Gordon demandera à nouveau de l’aide à Ben. Et c’est tout naturellement que tous les deux se mettront en quête de la vérité. Ben Du Toit va alors découvrir un univers qu’il ne soupçonnait pas, celui de l’arbitraire, l’apartheid au quotidien quand on est noir. Lorsque Gordon sera assassiné, Ben continuera sa quête en souvenir de Gordon, qu’il respectait infiniment. Il n’aura de cesse de rassembler tous les témoignages, les preuves pour compromettre la police, et ce au détriment de sa sécurité et de celle de sa famille. Ce roman offre une vision de ce qu’était l’apartheid vécu par un homme blanc. Ben Du toit aurait pu dire non à Gordon ou dire stop lorsque les menaces se faisaient de plus en plus pressantes. Mais il a refusé. Son refus le conduira à la mort mais il devra, avant, vivre dans l’oppression, le rejet de sa communauté…

Disgrâce John Maxwell Coetzee Editions Seuil – R COE

Recommandé par un lecteur de Montréal

David Lurie, 53 ans, tombe en disgrâce parce qu’il a fait l’amour à une jeune étudiante de sa classe. Il s’explique en disant que c’est une poussée, une pulsion masculine qui l’a attiré vers cette frêle jeune fille. Il reçoit un blâme de l’université du Cap, refuse de s’entendre avec les autorités et est congédié. Il va rejoindre sa fille Lucy, lesbienne de 25 ans, avec laquelle il ne s’est jamais bien entendu – réussiront-il à vivre longtemps ensemble ? Sa fille sera victime de viol, engendrant un enfant qu’elle veut garder. Pour assurer sa protection et poursuivre sa vie comme elle l’entend, elle « s’acoquine », ce que David ne peut accepter, avec Petrus, un voisin, son ancien « boy » qui a conquis sa liberté après la révolte noire dans ce coin de l’Afrique. Un livre à lire, perturbant.

Mai - Juin 2013

La Littérature Sud-Africaine Proposée par les bibliothécaires des Médiathèques du Pays de Romans

Mandela et moi Lewis Nkosi Editions Actes Sud – R NIK

Recommandé par Lila

Dumisani Gumede, jeune Zoulou est un admirateur inconditionnel de Mandela et un séducteur auquel aucune femme ne résiste, sauf une… jusqu’au jour où elle ne résiste plus. Mandela, symbole de courage et de virilité est le guide de Dumisani Gumede et c'est en multipliant les conquêtes féminines qu'il pense suivre ses traces... L’auteur à travers ce récit raconte une enfance en pays Zoulou à la fin des années 50. Récit truculent, drôle et savoureux qui apporte un éclairage original sur l’Afrique du sud : la lutte anti-apartheid qui se met en place, menée entre autre par Mandela qui à l'époque ne fait pas l'unanimité parmi les Noirs.

Maitre Harold Athol Fugard Editions Hatier – 896 FUG

Recommandé par Adja

Un jeune étudiant blanc de 17 ans, Harold, nourrit une profonde amitié depuis son enfance pour deux employés noirs du café de sa mère Sam et Willie. Mais par un banal après-midi une discussion va faire basculer cette relation amicale vers une relation de violente domination. Le régime de l'Apartheid va atteindre son paroxysme et prendre tout son sens... Cette superbe pièce de théâtre semi-autobiographique selon son auteur Athol Fugard, un des plus célèbres dramaturges d'Afrique du Sud pose le problème suivant : comment une relation saine entre Noirs et Blancs peut elle exister alors que le système de l'Apartheid pervertit et fausse d'emblée les données ?

Télérama Horizons N°8 – 916.8

Recommandé par Lila

A l'occasion de l'année culturelle Sud-africaine en France, Télérama nous offre dans ce Hors-série, un superbe panorama de la vie culturelle Sud-Africaine, artistique ...de ce pays. Des années après la fin de l’apartheid, quelle est la vie dans la nation « Arc en ciel » ? Pour le savoir allez à la rencontre des écrivains, danseurs, plasticiens, musiciens... qui racontent leurs passions, l'avenir, leur pays. C'est un superbe dossier que nous propose Télérama, avec en prime des interviews d'acteurs de la vie culturelle de ce pays.

Mai - Juin 2013


A travers l’Angleterre mystérieuse Christopher Hope Acte Sud – R HOP

Recommandé par Nathalie

Et si un authentique bushmen débarquait en Angleterre, quelle serait sa perception de notre monde, de notre mode de vie ? Ce roman n’est pas sans rappeler le contenu des carnets des explorateurs qui parcoururent l’Afrique au 19ème siècle. David Mungo Booi est choisi par ses pairs pour se rendre en Angleterre afin de demander la protection des siens auprès de la reine. Avec beaucoup de candeur, notre bushmen découvre un monde étrange mais il tente toujours de trouver une explication rationnelle à ce qu’il voit. Notre soit-disant sauvage est finalement bien plus humain et civilisé que certains  ! Un petit précis d’ethnologie contemporaine où chacun de nos comportements fait l’objet de remarques désopilantes.

Poussière rouge de Gillian Slovo Gillian Slovo Editions Bourgois – R SLO

Recommandé par Lila

Sarah, native de Smitsriver en Afrique du Sud est partie aux Etats-Unis pour oublier un passé lourd. Elle y est devenue procureur. A la demande de son vieux mentor et ami Ben Hoffman, elle revient en Afrique du Sud en tant qu’avocate pour aider une famille noire qui veut savoir ce qu'est devenu son fils arrêté au temps de l'apartheid afin de l'enterrer décemment et de pouvoir faire son deuil. C'est dans le cadre de la Commission Vérité et Réconciliation que Sarah doit effectuer son travail. Lors de cette Commission, les coupables doivent se dénoncer, décrire leurs actes au cours d'un procès public, se repentir à l'issue de quoi ils seront amnistiés ou condamnés à des peines assez légères. Faute avouée etc... Ceux qui ne se dénoncent pas et dont la culpabilité est prouvée encourent des peines bien plus graves. Gillian Slovo présente les différents aspects de ces Commissions Vérité et Réconciliation créées après l'apartheid. Formidable outil de réconciliation d'un peuple meurtri pour les uns. Farce grotesque pour les autres. Car de quelle vérité et de quelle réconciliation parle-t-on ?

Un amant de fortune Nadine Gordimer Éditions Grasset – R GOR

Dungeon quest T1 à 2 Joe Daly Éditions L’Association – BD DAL

La particularité de cette BD est de ressembler à un jeu vidéo (ce n'est pourtant pas la version papier du jeu de rôle du même nom). Si vous êtes un habitué de ce genre de jeu, vous trouverez les mêmes ingrédients : quête à remplir, ennemis à combattre, monstre à tuer, amis à recruter... même les statistiques des joueurs sont données régulièrement tout au long du récit. J'ai passé un agréable moment. L'humour dont fait preuve l'auteur est à prendre au second degré. C'est vrai que le côté statistique du récit est un peu frustrant pour ceux qui ont l'habitude de jouer à des jeux en ligne. Et je ne suis pas certaine que les non amateurs de jeux vidéo prennent plaisir à la lire. A vous de voir si les aventures de Millénium boy vous intéressent...

Madame & Eve Francis, Schacherl, Dugmore Éditions Vent d’Ouest – BD FRA

Prix Nobel de littérature en 1991 et proche de l'ANC et de Nelson Mandela, Nadine Gordimer grandit dans la communauté anglophone blanche d'Afrique du sud. Elle n'en demeure pas moins sensible aux inégalités raciales et aux problèmes socio- politiques de son pays. Dans ce roman les deux héros sont Julie, issue d'une famille bourgeoise et Abdou, travailleur clandestin. Tous deux vont tenter de vivre ensemble jusqu'au moment où Abdou est expulsé. Malgré les relations de Julie, Abdou doit repartir dans son pays d'origine et Julie choisit de le suivre. L'adaptation dans la famille du jeune homme, de religion musulmane, se fait progressivement et Julie va trouver sa place dans ce petit village aux portes du désert. Il y a beaucoup d'émotion mais aussi de pudeur dans cet ouvrage.

Laissez votre avis sur notre site http://www.mediatheques.pays-romans.org

Recommandé par Maryjo

Il y a une quinzaine d’années, la BD « Madame et Eve » de Stephen Francis, Harry Dugmore et Rico Scharchel connaît un très gros succès en France. C’est la première BD sud-africaine a avoir été traduite et adaptée en français. C’est aussi un gros succès local (300  000 ventes alors qu’un best-seller se vend généralement à environ 7000 exemplaires). La série est parue en strip dans 13 quotidiens du pays et dans plus de 16 magazines étrangers C’est une série humoristique, au ton caustique et détaché, miroir déformant des relations entre Blancs et Noirs. Ce succès est sans doute dû, en dehors du talent des auteurs, au regain d’intérêt suscité par l’Afrique du sud auprès des Français, suite à l’évolution du contexte politique, l’arrivée de Nelson Mandela au pouvoir, la fin de l’apartheid…

Conversations avec moi-même Nelson Mandela Editions de la Martinière – 968.06 MAN

Recommandé par Annie, lectrice

Recommandé par Maryjo

Recommandé par Lila

Un livre qu’il faut lire…. A Mandela, à qui on annonçait qu'il allait être libéré, il répondait "attendez, je ne suis pas encore prêt". Nelson Mandela nous ouvre ses carnets tenus pendant les années de la lutte contre l'apartheid au début des années 1960 ; ses journaux intimes et ses lettres écrites depuis Robben Island et d'autres prisons au cours de ses 27 années d'incarcération. Présentés sous une forme narrative, ces documents illustrent la vie de Nelson Mandela. On y suit son cheminement intellectuel et politique, on y découvre ses relations avec ses proches, les liens fraternels qu'il a tissés au sein de l'ANC, avec ses codétenus mais aussi avec ses geôliers. Ce livre est profondément émouvant car on découvre l’homme qui se cache derrière l’icône internationale. J’ai une très grande admiration pour Nelson Mandela. Je suis admirative de ce que ce grand homme politique a pu faire.

Laissez votre avis sur notre site http://www.mediatheques.pays-romans.org


Justice dans un pays de rêve : Malla Nunn Editions des 2 Terres – R NUN

Recommandé par Lila

Au début des années 50 dans une province sud-africaine, le capitaine de police Pretorius vient d'être assassiné. Il était Blanc. L'inspecteur Emmanuel Cooper qui arrive de Johannesburg mène l’enquête. Il va tenter avec l’aide de Shabalala, un officier zoulou plutôt silencieux qui va tenter de découvrir ce qui s'est réellement passé et non se fier à une vérité qui arrange bien du monde... Bienvenue en Afrique du Sud donc, un pays dirigé par le National Party, où tout contact charnel entre blanc et noir est légalement condamné... Malla Nunn nous plonge dans l'intimité d'un pays où la séparation des races et le racisme font encore force de loi. Ce polar offre une peinture saisissante d'une époque pas si lointaine. L'intrigue y est finement menée et suffisamment complexe pour faire de ce livre un bon polar et une bonne façon de connaître avec l’Afrique du Sud des années cinquante…

Le conservateur Nadine GORDIMER Éditions Grasset – R GOR

Nadine Gordimer traite dans ce roman du conflit qui oppose les Noirs aux Afrikaners dans son pays. Le ferme africaine est le point focal où s'inscrit la présence du maître et de ses serviteurs. L'histoire est celle de Mehring, un Afrikaner aisé, homme d'affaire connu, qui devient propriétaire d'une ferme à environ 40 km de Johannesburg. Au début, il se contente d'y recevoir ses amis blancs ou sa maîtresse. Il y vient ensuite seul de plus en plus souvent . La terre est cultivée par Jacobus, le contremaître noir, et les ouvriers du domaine. Nadine Gordimer n'a jamais renoncé à dénoncer le vrai visage du racisme en Afrique du sud. Dans ce but elle imagine des personnages qui sont confrontés à des choix moraux difficiles et douloureux. Avec ce très beau roman, celle que les Noirs surnomment affectueusement « Magogo »(Notre mamie) apporte bien la preuve que son Nobel appartient à tous les Africains.

La douleur des mots Beethoven avait un seizième de sang noir Nadine Gordimer Editions Gallimard – R GOR

Recommandé par Nathalie

Dans ce nouveau recueil de nouvelles, Nadine Gordimer présente des hommes et des femmes dont la vie bascule parce qu’un être cher a disparu, parce qu’il faut oublier sa langue maternelle et son passé pour s’intégrer dans ce nouveau pays d'accueil, parce qu’il faut s’oublier soi-même pour que l’autre réussisse… Avec beaucoup de finesse, l’auteur nous livre des textes dont elle seule a le secret.

L’église des pas perdus Rosamund Haden Éditions Sabine Wespieser – R HAD

Recommandé par Lila

Catherine et Maria sont différentes. Catherine King est blanche d'origine britannique, Maria Dlamini est noire, fille de la cuisinière de la famille King. Elles sont nées dans les années 20 en Afrique du Sud. Elles auraient dû vivre séparées mais elles sont devenues les meilleures amies du monde, unies comme les doigts de la main. Pourtant le destin va les séparer… Ce roman, bâti sur un mystère et une légère touche de fantastique, couvre des sujets aussi divers que l’amitié, l’amour, et la complexité des relations humaines dans un pays soumis à l’apartheid et où l'amitié et le respect entre Blancs et Noirs paraissent impensables aux yeux de beaucoup. Je me suis plongée avec délice dans cette belle histoire d'amour et d'amitié, qui mixe les époques sans jamais lasser le lecteur. La cruauté de l'apartheid y est bien sûr abordée, bien que le sujet ne soit pas au premier plan de l'histoire. On ferme le livre, des images plein les yeux.

Laissez votre avis sur notre blog http://everitoutheque.viabloga.com

Recommandé par Annie, lectrice

Antjie Krog Éditions Actes Sud – 968.06 KRO

Recommandé par Nathalie

Durant plusieurs mois, Antje Krog, poétesse et journaliste sud-africaine, a suivi les auditions de la Commission de Réconciliation. Face à face, les bourreaux et les victimes lorsqu’elles sont encore en vie. Cette commission avait pour but de réconcilier tout un peuple mais cela est-il possible à la vue de la violence subie durant les années de l’apartheid. Les témoignages de ce livre sont bouleversants et, naïvement, on a toujours du mal à réaliser qu’un homme puisse faire cela à un autre homme. Recommandé par Lila

Entre 1996 et 1998, Antjie Krog couvre les travaux de la Commission Vérité et Réconciliation instituée par le gouvernement Mandela et présidée par Mgr Desmond Tutu pour rétablir la vérité sur les atrocités commises durant l’apartheid. Cette commission à laquelle sont invités à témoigner victimes et bourreaux délivre des témoignages durs voire insoutenables à la lecture. Mais, grâce à elle, on prend également conscience du pouvoir rédempteur de la parole. « La Douleur des Mots » est un ouvrage courageux qui montre la vérité derrière l'apartheid, et donne une voix à ceux qui ont souffert de ses atrocités.

Muze n°60 – 612 MUZ

Recommandé par Adja

L'excellente revue Muze a consacré lors de son numéro de Septembre 2010 un dossier à l'Afrique du Sud intitulé "Créer après l'Apartheid". Retour sur l'histoire d'un pays à l'histoire unique avec une interview de l'écrivain Zoe Wicomb et une nouvelle de Nadine Gordimer "Ah, malheur à moi!" qui, à travers l'histoire d'une mère de trois enfants, évoque la souffrance des noirs et le décalage avec le monde des blancs dans l' Afrique du Sud de l'Apartheid. En plus de la littérature, ce dossier propose un focus sur la vie culturelle contemporaine de ce pays à travers notamment la peinture, la musique, les arts plastiques, la danse et la photographie.

Laissez votre avis sur notre site http://www.mediatheques.pays-romans.org


Des vies sans couleurs Zoé Wicomb Editions Phébus – R WIC

Question de pouvoirs Recommandé par Lila

Marion Campbell est une femme blanche qui dirige une agence de voyages en Afrique du sud. Un jour, la photo d’une femme noire en première page d’un journal attire son attention. Marion croit reconnaître Tokkie, la servante noire de son enfance, morte depuis longtemps et se sent de façon inexplicable liée à elle. Face à ce sentiment étrange, elle demande des explications à son père qui refuse de lui répondre. Pourquoi ce silence ? Qui était Tokkie ? Marion va mener l’enquête. Ce roman est une page d'histoire de l’Afrique du Sud, une page tellement complexe sur la couleur de peau, l’identité…C'est l'histoire de l'Afrique du Sud post-apartheid multiraciale, toujours divisée entre plusieurs races et ethnies qui n'arrivent pas à vivre ensemble sereinement mais qui pourtant se mêlent.

Le sable des blancs Lewis Nkosi Editions Drapper – R NKO

Recommandé par Adja

Sibiya, un jeune zoulou va être pendu. Accusé injustement d’avoir violé une anglaise blanche, il attend son heure, résigné. Prisonnier vedette, présenté à la une des journaux comme un monstre noir à la sexualité féroce et animale, il est même l’objet d’étude d’un psychiatre et criminologue avec lequel il s’entretient régulièrement. Pourtant, Sibiya voulait être juste heureux et devenir le plus grand des écrivains. Alors pour le peu de temps qui lui reste, il va entreprendre d’écrire sa vie. Dans ce journal d’un condamné à mort, Lewis Nkosi a bien su traduire l’aversion obsessionnelle et malsaine du régime de l’Apartheid pour les relations sexuelles interraciales. Interdit lors de sa parution en 1983 en Afrique du Sud, ce roman a connu un retentissement international. Lewis Nkosi qui nous a quitté en 2010 a mené sa vie durant un combat acharné contre le racisme institutionnalisé sud africain, ce qui lui avait valu un long exil et le surnom de « that angriest young man » (le jeune homme le plus en colère).

Un turbulent silence André Brink Éditions Cosmopolite – R BRI

Recommandé par Lila

XIXème siècle, dans une ferme d'Afrique du Sud, Galant, un esclave qui sert un maître avec qui il a été élevé alors qu'ils étaient enfants décide de se révolter contre lui et de se libérer. Il va être aidé par d'autres esclaves de la ferme et des fermes voisines. Tour à tour André Brink nous livre les pensées de chacun des protagonistes de ce drame. Esclaves et maîtres se confient au lecteur et analysent ce qui les a menés à cette terrible nuit où... Un roman magnifique ! Le fait d'avoir le point de vue de chaque participant à ce drame est passionnant et la tension que l'on sent monter au fil de ces confidences est très prenante. C'est une histoire très poignante, intense, captivante de la première à la dernière ligne. Une excellente lecture impossible à lâcher et qui m’a accompagnée très longtemps, comme tous les livres d’André Brink.

Laissez votre avis sur notre blog http://everitoutheque.viabloga.com

Bessie Head Éditions Zoé – R HEA

Recommandé par Adja

Bessie Head est née des amours illégitimes d’un garçon d’écurie noire et d’une jeune fille blanche de bonne famille. Sa mère qui fut enfermée dans un hôpital psychiatrique (où Bessie Head est née) se suicida. Dans ce texte autobiographique, alors qu’elle vit désormais au Botswana pour fuir le climat politique violent de l’apartheid, Bessie Head alias Elisabeth, mère d’un petit garçon lutte pour ne pas sombrer dans la folie, partagée entre deux hommes, entourée de ses démons. Une religieuse lui avait prédit le même destin tragique que sa mère, mais Elisabeth va tout faire pour vaincre cette malédiction. Dans ce roman sombre et complexe Bessie Head, la « coloured » (la métisse) mène une réflexion sur l’identité et le sentiment d’appartenance ou d’exclusion. Mon nom est Tsotsi Gavin Hood Éditions MK2 – DVD 791 HOO

Recommandé par Adja

Bienvenue dans l’Afrique du Sud Post-Apartheid où la misère et l’ultra violence sont le quotidien des habitants des townships. Tsotsi, un jeune homme noir accompagné de sa bande de copains volent, blessent et tuent comme d’autres disent bonjour. Mais un soir, alors que Tsotsi vole une voiture dans une banlieue riche en blessant la conductrice, il emporte avec lui, sans le savoir, le bébé de la jeune femme. Commence alors pour ce jeune voyou une rédemption inespérée à travers cet enfant qui réveille en lui une humanité qu’il pensait réduite à néant par une enfance misérable où il fut livré à lui-même. Ce film est adapté du roman d’Athol Fugard , « Tsoti » qui se déroulait dans les années 60. Transposée de nos jours, cette histoire nous montre bien que si l’apartheid séparait le monde en noir et blanc, l’argent sépare aujourd’hui les sud africains en deux catégories : les pauvres et les riches, les habitants des ghettos et les habitants des résidences ultra-sécurisées, ceux qui survivent et ceux qui vivent dans l’opulence. Ce film est magique, inoubliable, impossible de ne pas verser une larme face au spectacle de tant de vies gâchées et de l’espoir qui renaît pourtant. J’ai tout aimé : de la musique, aux acteurs, en passant par la langue (afrikaans et anglais) et les paysages. A voir, à revoir, à faire découvrir encore et encore…

Le noir qui marche à pied Louis-Ferdinand Despreez Editions Phebus – R DES P

Recommandé par Lila

L'inspecteur Zondi, le personnage principal du livre, est un flic zoulou qui va devoir faire face à une affaire inédite : des enlèvements d'enfants blancs à la sortie de leur école. En effet, cruelle nouveauté: cette forme de criminalité touche désormais les gosses des beaux quartiers, d'origine afrikaaner de surcroît. L'ensemble s'avère bien étrange car il faut attendre des semaines avant que les ravisseurs ne se manifestent et précisent leurs intentions. Zondi, accompagné de son adjoint afrikaner Roelof Krieg, mènent donc l’enquête sur ces rapts d’enfants. A travers leur histoire, l’auteur nous invite essentiellement à découvrir l'état de la société sud-africaine contemporaine.


La Littérature Sud-Africaine