Issuu on Google+


( S

Et voici venu le temps des ressources

)

elon l’enquête permanente sur les conditions de vie des ménages (EPCV) de l’INSEE, les ménages français sont trois fois plus nombreux qu’il y a dix ans à disposer d’un micro-ordinateur à leur domicile. Les couples ayant des enfants sont aujourd’hui les mieux équipés en outils informatiques, les trois-quart d’entre eux disposent d’un micro-ordinateur et la moitié ont un accès à Internet (1). La baisse du prix des matériels se poursuit inexorablement et les fêtes de Noël voient l’arrivée sur le marché d’un ultraportable à moins de 300 euros semble-t-il très performant. Des efforts restent néanmoins nécessaires pour permettre aux familles les plus démunies d’accéder à ces équipements. C’est ainsi que le Conseil général de Seine-Saint-Denis a lancé une opération Coupon informatique pour aider à l’achat d’un ordinateur pour chaque élève de sixième. Les établissements scolaires, pour leur part, sont de plus en plus équipés. Grâce aux efforts des collectivités territoriales, le ratio nombres d’élèves par ordinateur s’abaisse régulièrement et s’approche de l’objectif fixé par le plan RESO 2007 d’un ordinateur pour trois élèves. Même si des difficultés demeurent pour l’accès de tous aux matériels, et si les problèmes de maintenance ne sont toujours pas résolus, la question des équipements tend à céder la place à celle de leurs utilisations. Après le temps des équipements, voici venu le temps des ressources.

édito

Les acteurs principaux du web développent des services gratuits pour que les internautes puissent disposer en ligne de leurs outils bureautiques familiers ou de leur portail personnalisé de ressources et s’affranchir ainsi de la nécessité d’utiliser toujours le même ordinateur. On pense ici à Google documents et à Netvibes présentés dans ce numéro. De leur côté, l’Éducation nationale et les collectivités territoriales s’engagent dans des opérations visant à fournir aux élèves et aux enseignants les ressources dont ils ont besoin. Un double mouvement se dessine : d’une part, avec des dispositifs comme le Cartable en ligne de l’académie de Créteil, leur permettre un accès personnalisé à Internet ; d’autre part leur offrir une clé USB qu’ils auront dans leur poche et qu’ils pourront utiliser en toute autonomie sur n’importe quel ordinateur. C’est ainsi que, dans certaines disciplines, depuis l’année dernière, les nouveaux enseignants reçoivent une Clé pour démarrer, que les lycéens d’Île-deFrance (et leurs professeurs) ont reçu de la Région leur Bureau mobile ou que les collégiens de Seine-Maritime ont bénéficié d’une Clé en main… Que ces ressources soient en ligne ou sur une clé, il faut en favoriser et en faciliter les usages. Tous ne vont pas de soi. Avec le portail d’information CampUSB, les trois CRDP d’Île-de-France accompagnent les lycéens dans la prise en main de leur clé. Avec ce numéro de Médialog nous espérons aider nos lecteurs à faire un bon usage des ressources qu’ils ont désormais à leur disposition.

(1) INSEE Première n°1011, mars 2005

Michel NARCY Rédacteur en chef


Pratiques LE WEB 2.0 POUR LA VEILLE DOCUMENTAIRE ET INFORMATIONNELLE

Votre portail web sur mesure avec Netvibes Brigitte PIERRAT – Documentaliste Collège Langevin-Wallon – Rosny-sous-Bois (93)

Face au flot continu d’informations que déverse quotidiennement la Toile, pour être correctement informé – ni sous-informé ni surinformé – on ne peut plus se contenter d’une gestion, même rigoureuse de ses favoris. Désormais, la prise en compte des flux RSS est indispensable. Il est nécessaire de sélectionner les domaines et les sources d’information correspondant à ses centres d’intérêt, personnels et professionnels. Des services en ligne, comme Netvibes, permettent à chaque internaute d’organiser et de personnaliser son portail de ressources. Ainsi, une sélection pertinente de flux d’actualités à destination des élèves est possible.

U

ne connexion Internet, un navigateur et une page web bien paramétrée grâce à Netvibes (www.netvibes.com), peuvent faire de vous l’internaute le mieux informé de la planète. Mais attention, si abondance de biens ne nuit pas, une sélection judicieuse et un classement rigoureux des ressources s’imposent toutefois pour éviter d’être submergé par la masse des informations ! 4

Pionnier du web 2.0 (* voir le glossaire page 5), Netvibes permet à l’utilisateur de se construire un portail web individuel sur mesure, entièrement personnalisé. Certes ce n’est pas le seul à proposer ce type de service, la plupart des grands moteurs le font aussi, iGoogle notamment. Pour les anglicistes, il existe Pageflakes (www.pageflakes.com/) et Protopage (www.protopage.com/). Cependant

Netvibes séduit par sa simplicité et son ergonomie (1). De plus, depuis sa création en 2005, ce service n’a cessé de s’améliorer et de s’enrichir, ce qui constitue une réelle plus-value pour l’utilisateur. Concrètement, une page Netvibes est composée de widgets ou, si vous préférez, de blocs ou modules. Certains modules peuvent contenir des flux RSS (*). D’autres sont programmés d’emblée pour afficher des informations ciblées, temporaires ou non, par exemple, les résultats de la coupe de monde de rugby ou la météo dans votre ville. D’autres, enfin, sont de véritables mini-services orientés web 2.0 comme les traitements de textes en ligne, les convertisseurs de fichiers, les dictionnaires, bloc-notes et agendas… Un système d’onglets, dont la position est interchangeable, permet de classer vos blocs. Ces derniers sont paramétrables (1) Netvibes, qui s’appuie sur la technologie Ajax (*), a été choisi par les trois CRDP franciliens pour développer CampUSB, le portail d’information et de services destiné aux lycéens pour les accompagner dans la prise en main de leur clé USB (voir Logiciels et cédéroms pp. 34-35).

MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007


Pratiques

La « page personnelle » par défaut, celle qui est proposée à tout nouvel utilisateur du service Netvibes, lors de sa première connexion. Elle va pouvoir être personnalisée. (titre personnalisé, nombre d’informations affichées, choix de la couleur, etc.), duplicables, déplaçables par simple glisser-déposer à l’intérieur d’une même page ou directement vers un autre onglet. Une base de données conséquente, Ecosystem, interrogeable par mot-clé ou par catégories (avec filtre de langue) est à votre disposition pour vous permettre de trouver un contenu adapté à vos besoins. Mais il est également très simple de créer des modules manuellement, à partir d’informations connues. Un widget (un bloc) peut être testé avant d’être intégré dans vos pages et si vous n’en voulez plus, un simple clic suffit à le faire disparaître. L’inspiration vous manque ? Vous êtes pressés ? Piochez parmi les onglets réalisés par d’autres personnes ou institutions ou adoptez carrément un univers entier (un portail tout fait sur un thème donné) dont vous ne garderez que les modules qui vous conviennent. Grâce aux thèmes, motifs et couleurs de fonds de page fournis, et à la bibliothèque d’icônes proposés, la personnalisation du portail créé est telle que vous êtes assurés de ne pas avoir le même que votre voisin. Bref, MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007

essayer Netvibes, c’est l’adopter ! Pour cela, connectez-vous sur le site de Netvibes (www.netvibes.com/). Avant toute chose, si vous souhaitez retrouver votre portail à partir de n’importe quel ordinateur, vous devez vous enregistrer. C’est immédiat et gratuit. Il vous suffit d’indiquer une adresse de courrier électronique valide. Vous retrouverez ainsi votre portail quel que soit votre lieu de consultation. Si vous ne vous inscrivez pas, vous pouvez tester Netvibes depuis votre ordinateur et retrouver votre portail, un cookie (*) gardera en mémoire vos paramètres locaux. Adoptez la Netvibes’attitude

GLOSSAIRE Ajax : nouveau type de conception de pages web permettant l’actualisation de certaines données d’une page sans procéder au rechargement total de celle-ci. Cookie : fichier écrit sur le disque dur de l’internaute par le serveur web distant pour enregistrer des caractéristiques de connexion. RSS (Really Simple Syndication ou Rich Site Summary) : fichier qui affiche en temps réel les informations d’un site d’actualité ou d’un blog. Web 2.0 : évolution du web vers un web interactif offrant notamment à l’internaute la possibilité de personnaliser son environnement.

Qui que vous soyez, après l’avoir essayé, vous aurez de nombreuses et bonnes raisons pour recourir aux services de Netvibes. La première et non des moindres est celle de la veille informationnelle. Une dizaine de modules bien ciblés sur un de vos centres d’intérêt, deux à trois minutes de consultation par jour et plus rien ne vous échappera. C’est d’autant plus rapide que les flux déjà lus sont clairement identifiés. 5


Pratiques

UN PORTAIL DÉDIÉ AUX MÉDIAS EN LIGNE

Vous préparez une activité au cours de laquelle vos élèves devront travailler sur la diversité des médias en ligne : radios, télévisions, presse quotidienne nationale. Pour éviter qu’ils se dispersent, vous leur proposez un portail d’accès aux différentes ressources que vous aurez préalablement sélectionnées. En vous connectant pour la première fois à Netvibes (www.netvibes.com), vous vous trouvez devant votre « page personnelle » par défaut, celle qui est proposée à tout nouvel utilisateur du service (1). Vous allez pouvoir organiser cette page en ajoutant des onglets. Pour l’instant elle n’en possède qu’un nommé Général qui affiche un ensemble de boîtes (widgets) aux contenus très généralistes allant de la météo aux flux RSS de quotidiens nationaux en passant par des outils de recherche de vidéos, d’images… Chaque nouvel onglet vous permettra d’organiser une rubrique en y ajoutant de nouvelles ressources ou en y faisant glisser des ressources présentes dans l’onglet Général.

Pour préparer votre portail, commencez par renommer la page en Médias en ligne. Cliquez dans la zone Entrez ici le titre de votre page et tapez le nouveau titre : Médias en ligne Dans l’onglet Général, conservez les blocs Recherche web, Recherche de vidéos, Recherche d’images, Le Figaro, Le Monde et Webnote. Pour supprimer une boîte, passez le pointeur de souris sur la zone de titre pour faire apparaître le menu de cette boîte, cliquez sur la croix (Fermer) et confirmez la fermeture par OK.

2

1

3

Vous êtes un utilisateur nomade balloté entre votre établissement, votre domicile et l’internet café de votre lieu de vacances ? Créez un onglet web 2.0, glissez-y les modules correspondant au calendrier des vacances scolaires, à un agenda, à un bloc-notes. Complétez par un bloc météo, prérequis indispensable

6

pour consulter à bon escient la carte des stations de vélos en libre service de votre ville ou un calcul d’itinéraires, ou bien encore la carte du trafic routier en temps réel… Loin de votre domicile, accédez à vos boîtes à lettres électroniques, retrouvez vos favoris, préparez vos cours avec des suites bureautiques en ligne.

MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007


Pratiques

EN MOINS DE 30 CLICS

Créez un nouvel onglet que vous nommerez Presse dans lequel vous glisserez les boîtes relatives aux deux quotidiens nationaux. Cliquez sur Nouvel onglet et tapez Presse puis la touche Entrée (ou cliquez en dehors de la zone) Ouvrez le menu de cet onglet en cliquant sur le bouton Options d’onglet et choisissez une icône qui vous convienne (par exemple, le livre ouvert (2)) Cliquez sur l’onglet Général Dans la boîte Le Figaro, placez le curseur dans un espace vide de la zone de titre de telle sorte qu’il prenne la forme suivante En maintenant le bouton gauche de la souris enfoncé, glissez la boîte sur l’onglet Presse et relâchez le bouton (3). Répétez l’opération pour le widget du Monde. Cliquez sur l’onglet Presse pour constater la présence des deux modules. Pour diversifier les sources d’informations proposées aux élèves, ajoutez le flux RSS du quotidien Libération. Cliquez sur Ajouter du contenu puis Parcourir du contenu pour accéder à la base de données Ecosystem Dans la zone de recherche, tapez Libération et cliquez sur Rechercher Dans les résultats affichés, la première boîte correspond au flux RSS des actualités du quotidien. Passez le pointeur de souris sur cette boîte et cliquez sur Ajouter à Netvibes Dans la page qui s’affiche alors, confirmez que vous souhaitez visualiser ce contenu en

Vous êtes un professionnel de la documentation ? Installez sur votre page les moteurs de recherche qui vous conviennent. Certains widgets sont dédiés à un seul moteur, d’autres offrent le choix de l’outil de recherche, certains encore sont très finement paramétrables. Complétez par des

MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007

4

cliquant sur OK, prévisualiser puis confirmez l’insertion dans votre page en cliquant sur Oui, ajouter à ma page. Dans votre onglet Presse, vous disposez maintenant de trois blocs. Ils n’affichent pas le même nombre de flux. Vous pouvez paramétrer les trois modules pour que chacun affiche cinq flux détaillés. Passez le pointeur sur la zone de titre de la première boîte pour faire apparaître son menu et choisissez Edition Dans la fenêtre Edition, mettez le nombre d’éléments affichés à 5 puis cliquez sur Fermer l’édition. Répétez l’opération pour les deux autres quotidiens (4). Vous pouvez, pour un affichage plus lisible, assigner une couleur particulière à chaque bloc. Dans la zone de titre, cliquez sur le bouton Options et, dans le menu déroulant, choi-

5

sissez la couleur désirée. Déplacez les blocs pour les disposer à votre convenance. Votre onglet Presse étant organisé, revenez à l’onglet Général et renommez-le en Outils de recherche. Ajoutezlui l’icône loupe. Cet onglet contient la boîte Webnote qui, comme son nom l’indique, est destinée à la prise de notes (5). Vous pouvez y taper les contenus que vous souhaitez. Vous allez l’uti-

modules de recherche dans les catalogues de bibliothèque (la bibliothèque inter universitaire de Jussieu en propose un par exemple). Enfin, pour une veille efficace sur votre métier, intégrez les flux des sites Educnet, Abondance, Savoir CDI, Infostratèges, Biblio France, ADBS, Affordance…

7


Pratiques

UN PORTAIL DÉDIÉ AUX MÉDIAS EN LIGNE

liser pour y faire figurer les consignes du travail que vous demandez aux élèves. Cela ne vous dispensera pas de distribuer le contenu du travail sur papier, mais de cette façon, les élèves auront toujours à l’écran le

rappel du travail demandé. Renommez la boîte Webnote en Consignes et tapez la consigne suivante : Voici la liste des activités que vous devrez réaliser dans l'heure, en utilisant strictement les

6

outils rassemblés sur ce portail d'information : 1) Comparaison des unes de 3 journaux en ligne. 2) Recherche d'images sur un thème d'actualité choisi parmi ceux proposés par les unes précédemment consultées. 3) … Passez le pointeur sur la zone de titre de la boîte Webnote pour faire apparaître son menu et choisissez Édition Dans le champ Titre, tapez Consignes et validez par OK Supprimez le texte de présentation de Netvibes et tapez le texte de vos consignes Modifiez la couleur de la boîte si vous le souhaitez et cliquez sur Fermer l’édition Déplacez la boîte pour la placer à gauche. Vous pourrez, si vous le souhaitez, facilement dupliquer ce module, et déplacer cette copie dans un autre onglet pour adapter le texte des

Lecteur de Podcast 7

8

Vous êtes professeur de langues ? Dopez vos cours avec un onglet d’outils (dictionnaires de langue, de synonymes, traducteurs, module de cartographie pour situer une ville ou une région, fuseaux horaires), un autre sur lequel vous aurez rassemblé des podcasts audio et vidéo récupérés ou créés par

8

vos soins, et un troisième contenant quelques titres de la presse étrangère. Vous êtes webmestre de site collaboratif ou administrateur de rubriques ? Soyez avertis en temps réel des nouvelles contributions, sans recourir à votre messagerie. Proposez aux visiteurs de votre site un bouton Netvibes

MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007


Pratiques

EN MOINS DE 30 CLICS

(suite)

consignes au travail à faire sur chaque page. Complétez votre page Outils de recherche avec un module de recherche de podcast (6). Cliquez sur Ajouter du contenu En bas de la fenêtre Parcourir du contenu (à gauche de la page), cliquez sur Rechercher (Widgets) puis Recherche Podcast Cliquez sur Ajouter à ma page. Ce nouveau module propose, par défaut, une recherche thématique que vous allez modifier pour que la recherche s’effectue sur la station de radio Europe1 (7). Dans la zone de recherche, tapez Europe1, sélectionnez iTunes et cliquez sur Rechercher Ouvrez le menu Édition, cochez l’option Garder la dernière recherche puis fermez l’édition. Dans la liste des enregistrements qui s’affichent, le premier bouton situé à droite de la référence permet d’écouter l’émission. Lorsque vous lancez l’écoute, une barre de lecture apparaît en haut de votre page Netvibes, au-dessus du titre de la page. Le deuxième bouton permet de lancer le téléchargement du fichier MP3 correspondant (8).

9

11 10

Pour compléter les outils de recherche, vous pouvez ajouter des adresses de site dans un widget dédié à des favoris (Bookmarks), par exemple des liens vers les pages de chaînes de télévision qui proposent l’actualité en vidéo sur leur site. La banque de données Ecosystem propose toute une série de modèles de boîtes (9). Dans la page Ecosystem, vous trouvez une rubrique Netvibes vous propose les widgets les plus cool de

Choisissez yourminis puis, dans la liste des widgets, la boîte Bookmarks (10) Passez le pointeur de souris sur cette boîte, cliquez sur Ajouter à Netvibes et, comme vous l’avez fait précédemment, confirmez vos choix. Dans la boîte My Bookmarks, vous devez remplacer les favoris proposés par les vôtres. Passez le pointeur de souris sur le premier lien et cliquez sur l’icône Crayon qui apparaît Dans le champ relatif à l’URL, tapez http://tf1.lci.fr/infos/podcast/ Dans le champ Titre, tapez LCI et cliquez sur le bouton Update Bookmark (11).

Répétez l’opération avec trois autres sites de votre choix. Vous savez maintenant l’essentiel pour pouvoir enrichir et personnaliser à votre guise votre portail d’accès aux médias en ligne.

pour qu’ils puissent à leur tour s’abonner directement aux nouveautés. Vous utilisez les médias avec vos élèves et un encadrement vous semble indispensable ? Créez un premier onglet rassemblant des modules spécialisés dans la recherche et la lecture d’images, de vidéos, de podcasts. Dans un second

onglet, glissez les flux des titres de presse française que vous souhaitez étudier. Avec le widget « page web », ciblez une page précise si le site qui vous intéresse ne contient aucun flux… La prise en main des principales fonctionnalités de Netvibes est rapide, comme vous le montre l’exemple « Un

portail dédié aux médias en ligne en moins de 30 clics » proposé dans cet article.

MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007

9


Pratiques ACCROÎTRE LES COMPÉTENCES DES ÉLÈVES AVEC OPEN OFFICE

Portraits & paysages… impression B2i Avec la diffusion massive de clés USB aux collégiens et lycéens (voir Logiciels et cédéroms, page 34 de ce numéro) OpenOffice devrait devenir la suite bureautique la plus utilisée par les élèves. Un accompagnement s’avère nécessaire pour qu’ils en tirent le meilleur parti. Nous proposons la réalisation d’un « quatre pages » qui permet aux élèves de consolider et d’enrichir leurs acquis dans la maîtrise du traitement de texte. C’est l’occasion de faire avec eux le point sur la validation du B2i. 10

Christian MAILLOT et Michel NARCY – Médialog

L

ors de la rentrée scolaire 2007, la région Île-de-France a lancé une vaste opération visant à distribuer aux 130 000 lycéens de seconde et 45 000 apprentis de première année de CFA franciliens une clé USB dotée d'une collection de logiciels libres. La clé contient notamment la suite bureautique OpenOffice, le navigateur Firefox et le logiciel de messagerie Thunderbird. Cette clé, reposant sur la solution Framakey, fonctionne en toute autonomie et ne nécessite aucune installation sur le disque dur de l’ordinateur qui l’héberge temporairement. Les élèves peuvent donc utiliser sans problème les logiciels de leur clé (qui devient ainsi leur bureau mobile) à partir de n’importe quel ordinateur, au lycée, à leur domicile, ou dans tout autre lieu… Un accompagnement à la distribution de ces clés peut s’avérer nécessaire pour que les élèves puissent en exploiter au mieux les ressources. Pendant leurs années de lycée, puis au cours de leurs études universitaires, ils vont être amenés à produire des documents destinés à être imprimés plus complexes que ceux qu’ils ont eu l’occasion de réaliser au collège. Les aider, dès le début de la classe de seconde, à acquérir de solides compétences dans l’utilisation du traitement de texte semble une priorité. Nous vous proposons, dans cet article, un exemple d’activité qui devrait permettre aux élèves d’acquérir une maîtrise suffisante des fonctionnalités d’OpenOffice.org Writer pour qu’ils puissent ensuite en exploiter au mieux, par eux-mêmes, toutes les possibilités. Il s’agit de réaliser un

MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007


Pratiques

La réalisation de ce « quatre pages » repose sur les notions d’habillage (pour les images) et de section (pour les colonnes). La quatrième page pourrait être en mode paysage par le recours aux styles (voir encadré p. 17).

MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007

11


Pratiques dossier de quatre pages, sur la naissance de l’impressionnisme, mêlant textes et images dans une mise en page complexe. Cet exemple est tout à fait transférable. Libre au lecteur de choisir un autre thème et d’autres documents… Les textes et les images nécessaires sont fournis aux élèves sous forme de différents fichiers qu’ils devront insérer dans leur document. C’est l’occasion d’évaluer leur capacité à retrouver leurs données dans une structure arborescente simple. Tous ces éléments (textes et images) proviennent de l’encyclopédie libre Wikipédia (http://fr.wikipedia.org) et sont libres de droits (les images, en particulier, appartiennent au domaine public). Les textes ne sont pas le fruit d’un simple copier/coller mais ont fait l’objet d’une réécriture partielle, telle que l’on peut l’attendre (l’espérer) d’élèves. Fichiers textes et fichiers images sont disponibles en téléchargement sur le site de Médialog (www.ac-creteil.fr/medialog/ARCHIVE64/no64.htm) dans un fichier zip nommé impressionnisme.zip. Il est bien évidemment envisageable de proposer aux élèves d’effectuer les recherches nécessaires pour trouver les documents leur permettant de réaliser le dossier documentaire dans la forme proposée. Les objectifs poursuivis sont alors d’une autre nature et concernent les capacités des élèves à s’informer et se documenter. Ici, les principaux objectifs visent l’acquisition et/ou l’évaluation de leurs compétences à utiliser les fonctions élaborées d’un traitement de texte, à savoir : – insertion d’images et dispositions différentes de celles-ci dans la page (notion d’habillage), – utilisation de cadres de texte (notion d’objet), – différences de mise en page d’un même document (notion de section), – utilisation de tableaux pour faciliter la mise en page (cette notion pourra être réinvestie dans la conception de pages web), – exploitation des en-têtes et pieds de page, – éventuellement, la notion de style. On dépasse largement les compétences définies dans le B2i collège, voire dans le B2i lycée, ce qui permet de consolider et d’enrichir les acquis des élèves dans la maîtrise d’un traitement de texte. Et si l’on a des élèves à l’aise avec ce type de logiciel, il sera plus facile de se consacrer à d’autres outils bureautiques, comme les tableurs, les logiciels de PréAO ou les éditeurs HTML. Des conditions dans lesquelles sera conduite l’activité proposée dans cet article (travail sur poste isolé, travail en réseau avec espace commun pour la classe et espace privé pour chaque élève…) dépendra la mise en œuvre des compétences liées à la gestion de l’environnement informatique de travail. On pourra alors faire le point, avec les élèves, sur ce domaine de compétences du B2i.

PRÉPARATION DU TRAVAIL

-dessus, l’organisation arborescente des fichiers nécessaires à la alisation de l’activité proposée. Cette arborescence est obtenue ar le décompactage du fichier impressionnisme.zip à télécharger sur ww.ac-creteil.fr/medialog/ARCHIVE64/no64.htm

12

Une fois le fichier impressionnisme.zip décompacté sur votre poste de travail, vous obtiendrez un dossier nommé impressionnisme qui contient deux sousdossiers : un sous-dossier textes avec les quatre fichiers correspondant aux quatre documents et un sous-dossier images qui contient les six fichiers d’images. De façon à permettre d’aborder éventuellement les notions de formats de fichiers, les textes sont proposés sous quatre formats différents : un format .odt (format d’OpenOffice), un format .rtf (format de texte portable d’un traitement de texte à un autre conservant la mise en forme du document d’origine), un format .txt (qui ne conserve aucune mise en forme) et un format .doc (Word de Microsoft).

MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007


Pratiques RÉALISATION DE LA PREMIÈRE PAGE La première page est la page de garde, elle comporte le titre du dossier – L’impressionnisme – centré horizontalement et verticalement. On profite de la réalisation de cette première page pour définir l’en-tête et le pied de page que comporteront toutes les pages du dossier. Dans l’en-tête figurera le nom de l’auteur, le pied de page comportera le titre du dossier, la source et la numérotation des pages. Lancez OpenOffice.org Writer Tapez le titre du dossier : L’impressionnisme Mettez ce titre en police Franklin Gothic Heavy et en taille 36 Centrez-le horizontalement Placez le curseur en début de document et insérez 7 sauts de paragraphe pour centrer le titre verticalement dans la page.

Créez un en-tête qui contiendra le nom de l’auteur du dossier Sélectionnez le menu Insertion – En-tête puis Standard Dans la zone d’en-tête, tapez votre nom Sélectionnez le texte et choisissez la police Franklin Gothic Demi, en taille 10.

Créez un pied de page qui contiendra, à gauche le titre du dossier (L’impressionnisme), au centre la source (Source : Encyclopédie libre Wikipédia) et à droite le numéro de page ainsi que le nombre total de pages du dossier. Sélectionnez le menu Insertion – Pied de page puis Standard Tapez L’impressionnisme puis appuyez une fois sur la touche TAB Tapez Source : Encyclopédie libre Wikipédia puis appuyez une fois sur la touche TAB Sélectionnez le menu Insertion – Champ puis Numéro de page Tapez un slash (/) Sélectionnez le menu Insertion – Champ puis Nombre de pages.

Les éléments du pied de page sont positionnés par rapport aux taquets de tabulation prédéfinis (un taquet centré positionné en milieu de ligne et un taquet droit positionné sur la marge de droite. Choisissez pour l’ensemble du pied de page les mêmes attributs (police et taille) que pour l’en-tête (Franklin Gothic Demi 10). Pour vérifier que le titre est centré verticalement sur la page, demandez un aperçu avant impression. Sélectionnez le menu Fichier – Aperçu Pour revenir à la conception du document, dans la barre d’outils Aperçu, cliquez sur le bouton Fermer l’aperçu.

RÉALISATION DE LA DEUXIÈME PAGE La deuxième page doit contenir les deux premiers documents : La naissance de l’Impressionnisme et L’origine du nom « impressionnisme ». Le premier document est un simple texte, le second est accompagné d’une image. Commencez par créer une nouvelle page. Placez le curseur après le dernier caractère du titre Sélectionnez le menu Insertion – Saut manuel Dans la fenêtre Insérer un saut, cochez Saut de page puis cliquez sur OK.

Remarque : vous pouvez utiliser le raccourci clavier CTRL – Entrée.

MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007

13


Pratiques Insérez le fichier 1 naissance-impressionnisme.odt présent dans le dossier textes. Sélectionnez le menu Insertion – Fichier En déroulant la fenêtre Regarder dans, parcourez l’arborescence du disque pour sélectionner le fichier 1 naissance-impressionnisme.odt qui se trouve dans le sous-dossier textes du dossier impressionnisme Cliquez sur le bouton Insérer.

Le titre du premier document a pris les attributs du titre figurant en première page. Gardez la même police mais choisissez la taille 18. Présentez ce titre centré sur deux lignes. Sautez deux lignes. Justifiez le texte du document et mettez-le en Times New Roman 11. Ajoutez maintenant une lettrine. Placez le curseur dans le premier paragraphe Sélectionnez le menu Format – Paragraphe Dans la boîte de dialogue Paragraphe, sélectionnez l’onglet Lettrines Dans les Paramètres, cochez Première(s) lettre(s) Comme Hauteur (en lignes) choisissez 4 et validez par OK.

Pour le deuxième document associant un texte et une image, commencez par insérer le texte (fichier 2 origine-nom.rtf) après avoir sauté deux lignes à la fin du premier document. Procédez comme précédemment pour mettre en forme le titre, le corps du document et l’ajout de la lettrine. Insérez la reproduction du tableau Impression soleil levant. Elle accompagnera le texte en étant « habillée » (bordée) par celui-ci au-dessus et à sa droite. Sélectionnez le menu Insertion Image puis A partir du fichier Parcourez l’arborescence du disque pour sélectionner le fichier impressionsoleil.gif (présent dans le sous-dossier images) et cliquez sur Ouvrir Réduisez la taille de l’image en appuyant sur la touche MAJ et en attrapant une des poignées situées à droite de l’image (pour obtenir une réduction proportionnelle et non une image déformée) Placez-la sur la marge de gauche, de façon approximative par rapport au texte.

Pour obtenir un positionnement satisfaisant de cette image par rapport au texte, réduisez sa dimension de façon précise à 9 cm de large. Cliquez sur l’image et sélectionnez le menu Format – Image Dans la boîte de dialogue Image, sélectionnez l’onglet Type Choisissez une largeur de 10 cm et cochez l’option Proportionnel Validez par OK.

Procédez à son « habillage » puis à son positionnement afin d’avoir les quatre premières lignes de texte au-dessus, et le reste à droite. Cliquez sur l’image et sélectionnez le menu Format – Image Dans la boîte de dialogue Image, sélectionnez l’onglet Adaptation du texte Comme Définitions, sélectionnez Après Comme Espacement (blanc autour de l’image), choisissez 0,6 cm A droite et 0,2 cm En haut Validez par OK Déplacez l’image en maintenant enfoncée la touche ALT et en utilisant les flèches de déplacement du curseur pour la positionner précisément sur la marge de gauche et en-dessous des quatre premières lignes du texte.

Pour que le texte se termine au niveau du bas de l’image, réduisez les marges de la page à 1,5 cm à gauche et à droite. Sélectionnez le menu Format – Page Dans l’onglet Page, choisissez comme Marges À gauche 1,5 (cm) et À droite également 1,5 et validez par OK.

14

MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007


Pratiques

ET LES STYLES DANS TOUT ÇA ? Le dossier documentaire proposé dans cet article est constitué d’éléments ayant les mêmes attributs (caractéristiques de mise en forme). Les titres des documents sont dans la police Franklin Gothic Heavy en taille 18 et centrés horizontalement. Les textes des documents sont en Times New Roman en taille 11, les paragraphes justifiés. Les légendes des images sont en Franklin Gothic Demi Cond en taille 9. Au lieu de répéter à chaque fois la mise en forme par les commandes habituelles (Format – Caractères et Format – Paragraphe), on peut reproduire automatiquement cette mise en forme à tous les endroits où elle est nécessaire en utilisant les styles. Pour créer un style correspondant aux titres des documents : Sélectionnez le titre du premier document (La naissance de l’impressionnisme) Sélectionnez le menu Format – Styles et formatage Dans la boîte de dialogue Styles et formatage, cliquez sur le bouton Paragraphe (le premier à gauche) Cliquez sur le bouton Nouveau style à partir de la sélection (bouton en haut à droite) Sélectionnez Nouveau style à partir de la sélection Dans la boîte de dialogue Création d’un style, tapez titre_document comme Nom du style et validez par OK. Pour appliquer ce style à un nouveau paragraphe du texte, il suffit de sélectionner ce style dans la liste proposée (Commande Format – Styles et formatage). Il est ainsi facile de créer un autre style : texte_document, par exemple. Il n’est pas possible d’appliquer les styles aux éléments d’un cadre de texte, mais il est possible de modifier le style prédéfini des légendes. Sélectionnez le menu Format – Styles et formatage Dans la boîte de dialogue Styles et formatage, cliquez sur le bouton Paragraphe Dans la liste des styles, sélectionnez Légende Effectuez un clic-droit et choisissez Modifier Cliquez sur l’onglet Police, choisissez la police Franklin Gothic Demi Cond, le style Normal et la taille 9 pt Validez la modification du style par OK.

Pour terminer ce deuxième document, il faut ajouter la légende qui accompagne l’image. On pourrait utiliser un cadre de texte disponible dans la barre d’outils Dessin que l’on placerait en-dessous de l’image. Mais Writer dispose d’une option permettant d’attacher une légende à une image. Effectuez un clic-droit sur l’image et, dans le menu contextuel, choisissez Légende Dans le champ Légende, tapez Claude Monet – Impression soleil levant, 1872. Validez par OK Sélectionnez le texte de la légende et choisissez la police Franklin Gothic Demi Cond en taille 9

Pour éviter que la légende ne soit trop collée à l’image, définissez un interligne de 1,5 cm (l’image et sa légende sont considérées comme un seul paragraphe). Cliquez sur la légende et sélectionnez le menu Format – Paragraphe Dans l’onglet Retrait et espacement, choisissez un interligne de 1,5 et validez par OK.

Votre deuxième page étant réalisée, sauvegardez votre travail sous le nom impressionnisme (.odt) dans le dossier impressionnisme.

MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007

15


Pratiques RÉALISATION DE LA TROISIÈME PAGE Cette troisième page est plus complexe que la précédente parce qu’elle associe des paragraphes sur une seule colonne avec des paragraphes sur deux colonnes. Pour réaliser une telle page, il faut recourir aux sections. Une section est une subdivision du document grâce à laquelle il est possible de faire varier, à l’intérieur d’un même document, des paramètres de mise en page. Elle isole donc une partie du document qui peut, dès lors, être traitée comme une entité indépendante du reste. Placez-vous à la fin du texte. Vous pouvez utiliser le raccourci clavier CTRL Fin. Créez la troisième page (CTRL – Entrée) et insérez le fichier 3 precurseurs.txt. Mettez en forme les titres et les textes correspondant aux deux précurseurs de l’impressionnisme, Turner et Boudin, avec les mêmes attributs que pour les deux premiers documents. Les parties de la page correspondant aux titres doivent être sur une colonne tandis que les textes de présentation des peintres seront sur deux colonnes. Vous devez donc créer deux sections. Sélectionnez le texte correspondant à William Turner Sélectionnez le menu Insertion – Section Dans la boîte de dialogue Insertion d’une section, sélectionnez l’onglet Colonnes Comme Définitions, choisissez 2 Colonnes Comme largeur et espacement, définissez un Espacement de 0,5 cm et cliquez sur Insérer.

Répétez la même opération après voir sélectionné le texte relatif à Eugène Boudin. Sauvegardez votre travail. Insérez l’image du tableau de William Turner (fichier tableau-turner.jpg), placezla au milieu du texte de sorte qu’elle soit entourée par celui-ci avec un espacement de 0,4 cm à droite, à gauche et en bas (sélectionnez le menu Format–Image puis, dans l’onglet Adaptation du texte, choisissez Parallèle). Agrandissez légèrement l’image. Ajoutez la légende (William Turner – Pêcheurs en mer, 1796) à l’image. Choisissez les mêmes attributs pour cette légende que pour la précédente : la police Franklin Gothic Demi Cond en taille 9 et un interligne de 1,5. En revanche, choisissez un paragraphe centré. Sauvegardez votre travail. Insérez l’image du tableau d’Eugène Boudin (fichier tableau-boudin.jpg). Définissez aussitôt l’adaptation de l’image au texte en choisissant comme Définitions Aucun(e) et un espacement de 0,2 cm En bas. Placez-la dans le texte de telle sorte qu’elle soit en haut de la colonne de droite. Ajoutez la légende (Eugène Boudin – La plage de Deauville, 1893) avec les mêmes attributs de caractères mais un paragraphe aligné à gauche. Sauvegardez votre travail.

RÉALISATION DE LA QUATRIÈME PAGE La quatrième page reprend le principe des sections et du multicolonnage vus précédemment. On y ajoute l’utilisation d’un tableau sans bordure pour placer aisément la vignette du portrait en face du nom de chaque peintre.

16

MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007


Pratiques Pour créer la nouvelle page, il faut faire attention au fait que le dernier caractère du texte se trouve appartenir à une section de deux colonnes et que, par conséquent, l’insertion d’une nouvelle page se ferait avec deux colonnes. Il faut donc commencer par créer une nouvelle section d’une seule colonne (pour le titre), se placer dans cette nouvelle section pour insérer une nouvelle page. Une fois la nouvelle page créée, insérez le fichier 4 trois-figures.odt. Procédez à la mise en forme du titre et, pour créer les trois colonnes, sélectionnez tout le reste du texte avant d’insérer une section de 3 colonnes (avec un Espacement de 0,5 cm et un Trait de séparation de 1 point entre chaque colonne). Pour que le texte tienne sur la page, choisissez la police Times New Roman en taille 10. Compte tenu de l’étroitesse des colonnes et de la présence des filets, il est préférable de choisir l’alignement à gauche des paragraphes du texte. Il est nécessaire de forcer le passage à la colonne suivante de façon à ce que le nom de chaque peintre se trouve toujours en début de colonne. Placez le curseur devant le A de Auguste Renoir Sélectionnez le menu Insertion – Saut manuel Dans la boîte de dialogue Insérer un saut, sélectionnez Saut de colonne et cliquez sur OK.

Procédez de la même façon devant le P de Paul Cézanne. Pour placer le portrait de chaque peintre en face de son nom, dans chaque colonne, définissez un tableau sans bordure de deux colonnes et d’une ligne, placez le nom du peintre (et ses dates de naissance et de décès) dans la cellule de gauche.

L’ORIENTATION DIFFÉRENTE DES PAGES Dans un document d’OpenOffice.org Writer, vous souhaitez que certaines pages soient imprimées verticalement (mode Portrait) et que d’autres soient imprimées horizontalement (mode Paysage). Par exemple, dans les quatre pages proposées dans cet article, la quatrième pourrait être en mode Paysage. Aucune fonction spécifique n’existant dans Writer, il faut recourir aux styles. Placez le curseur sur la première lettre du titre du dernier document (le T de Trois figures de l’impressionnisme) et insérez un saut de page Sélectionnez le menu Format – Styles et formatage Dans la boîte de dialogue Styles et formatage, cliquez sur le bouton Style de page (le quatrième en partant de la gauche) Faites un clic-droit dans l’espace libre de la boîte de dialogue et, dans le menu contextuel, choisissez Nouveau Dans la boîte de dialogue Style de page, sélectionnez l’onglet Gérer Donnez le nom Paysage au style que vous allez créer Cliquez sur l’onglet Page et choisissez Paysage comme Orientation Validez par OK Dans la liste des styles de page, double-cliquez sur Paysage pour obtenir la quatrième page dans cette mise en page Fermez la boîte de dialogue Styles et formatage.

MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007

17


Pratiques

VALIDATION DU B2I B2i Collège

1. Les compétences du B2i qui sont nécessairement abordées (et peuvent donc être validées) au cours de cette activité B2i COLLÈGE DOMAINE 1 – S'approprier un environnement informatique de travail 1.2) Je sais accéder aux logiciels et aux documents disponibles à partir de mon espace de travail. 1.5) Je sais paramétrer l’impression (prévisualisation, quantité, partie de documents…). 1.6) Je sais faire un autre choix que celui proposé par défaut (lieu d’enregistrement, format, imprimante…). DOMAINE 2 – Adopter une attitude responsable 2.3) Lorsque j’utilise ou transmets des documents, je vérifie que j’en ai le droit. DOMAINE 3 – Créer, produire, traiter, exploiter des données 3.1) Je sais modifier la mise en forme des caractères et des paragraphes, paginer automatiquement. 3.3) Je sais regrouper dans un même document plusieurs éléments (texte, image, tableau, son, graphique, vidéo…). B2I LYCÉE DOMAINE 2 – Adopter une attitude responsable 2.3) J’utilise les documents ou des logiciels dans le respect des droits d’auteur et de propriété DOMAINE 3 – Créer, produire, traiter, exploiter des données 3.1) Je sais créer et modifier un document numérique composite transportable et publiable. 3.2) Je sais insérer automatiquement des informations dans un document (notes de bas de page, sommaire…).

Dans la cellule de droite, insérez le fichier correspondant au portrait et rognez l’image pour en adapter la taille. Placez le curseur devant le C de Claude Monet Sélectionnez le menu Insertion – Tableau Dans la boîte de dialogue Insertion de tableau, comme Taille, choisissez 2 Colonnes et 1 Ligne Décochez l’option Bordure et cliquez sur OK Déplacez le nom du peintre et les dates dans la cellule de droite Dans la cellule de gauche, insérez le fichier portrait-monet.jpg Cliquez sur l’image et sélectionnez le menu Format – Image Dans la boîte de dialogue Image, sélectionnez l’onglet Rogner Sélectionnez Conserver l’échelle Dans les zones En haut et En bas, à l’aide des flèches, définissez les zones à retirer en vérifiant le résultat dans la vignette de contrôle, de façon à obtenir une image à peu près carrée et validez par OK.

Répétez la même opération pour les deux autres peintres. Faites un aperçu avant impression pour vérifier le résultat.

18

MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007


Pratiques

VALIDATION DU B2I (suite)

B2i Collège

2. Les compétences du B2i qui peuvent être abordées au cours de cette activité B2i COLLÈGE DOMAINE 1 – S'approprier un environnement informatique de travail 1.1) Je sais m'identifier sur un réseau ou un site et mettre fin à cette identification. 1.3) Je sais organiser mes espaces de stockage. 1.5) Je sais paramétrer l’impression (prévisualisation, quantité, partie de documents…). DOMAINE 2 – Adopter une attitude responsable 2.6) Je sécurise mes données (gestion des mots de passe, fermeture de session, sauvegarde)

… ET VALIDATION DU C2I NIVEAU 1

B2i Lycée

DOMAINE B1 – S'approprier son environnement de travail 1.2) Être capable constamment de retrouver ses données. 1.3) Structurer et gérer une arborescence de fichiers. DOMAINE B4 – Réaliser des documents destinés à être imprimés 1.2) Élaborer un document complexe et structuré (compte rendu, rapport, mémoire, bibliographie…) 1.3) Maîtriser les fonctionnalités nécessaires à la structuration de documents complexes (notes de bas de pages, sommaire, index, styles…) 1.4) Intégrer les informations (images, fichiers, graphiques…)

RETOUR À LA PREMIÈRE PAGE La première page (la page de garde) présente les mêmes caractéristiques que toutes les autres pages du document. Elle contient notamment l’en-tête et le pied de page. Si l’on souhaite que ces éléments n’y apparaissent pas, il faut modifier le style de cette page. Placez le curseur quelque part sur la première page Sélectionnez le menu Format – Styles et formatage Dans la boîte de dialogue Styles et formatage, cliquez sur le bouton Styles de page (le quatrième en partant de la gauche) Dans la liste des styles, double-cliquez sur Première page puis fermez la boîte de dialogue.

La première page ne contient plus d’en-tête et de pied de page. Si vous souhaitez faire apparaître votre nom sur cette première page, vous devrez y insérer un nouvel en-tête. Sauvegardez votre document et imprimez-le. Demandez maintenant la validation des compétences du B2i que vous pensez avoir acquises au cours de cet exercice.

MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007

19


Comment faire…

Des pages web avec KompoZer

S

Patrice NADAM, Lycée La Tour de Dames – Rozay-en Brie (77) et Médialog

KompoZer est un nouvel éditeur HTML libre et gratuit. Nous vous proposons d’aller pas à pas à sa découverte. À travers la réalisation d’un petit site destiné à la publication de travaux d’élèves, vous découvrirez les possibilités du logiciel et vous initierez à la définition de feuilles de style CSS.

Sauf si on a pour objectif d’initier les élèves au code HTML, un travail de création de site web en classe nécessite l’utilisation d’un logiciel de type WYSIWYG (1) facilitant l’édition des pages. Dans le domaine du logiciel libre, Nvu est l’éditeur HTML le plus connu. Malheureusement, son développement s’est arrêté à la fin du mois d’août dernier. KompoZer en est le digne successeur. Il corrige certains bugs de Nvu et son interface est enrichie de nouvelles fonctionnalités. C’est donc lui que nous vous proposons d’utiliser dans cet article. L’exemple présenté vous permettra d’effectuer les manipulations les plus courantes, comme l’insertion de tableaux et d’images ou la réalisation de liens hypertextes. Mais il vous donnera également l’occasion de concevoir des modèles et d’utiliser l’éditeur CSS de KompoZer pour créer des feuilles de style. Le projet que vous allez réaliser s’inspire d’une forme d’exercice souvent demandé aux élèves de cycle 3 : raconter ses vacances et illustrer son récit d’un dessin ou d’une photographie. Il s’agit de présenter les productions des élèves sous la forme d’un site Web. La page d’accueil du site sera réalisée par l’enseignant ainsi que le menu nécessaire à la navigation. Les élèves, quant à eux, auront le choix entre deux modèles de pages HTML qui leur permettront d’y insérer leur récit et les illustrations qui l’accompagnent.

(1) WYSIWYG : What-You-See-Is-What-You-Get : ce que vous voyez est ce que vous aurez... ou presque.

20

MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007


Comment faire…

PRÉLIMINAIRE : TÉLÉCHARGER ET INSTALLER KOMPOZER Téléchargez KompoZer à partir de l’adresse ci-dessous :

www.kompozer.net/download.php Pour Windows, le fichier correspondant est kompozer-0.7.10-win32.zip (version 0.7.10 lors de la rédaction de cet article). Enregistrez ce fichier dans votre espace de travail. Par défaut, l’interface du logiciel est en anglais. Pour pouvoir la franciser, vous devez télécharger un fichier accessible dans language packs (www.kompozer.net/l10n/). Il s’agit du fichier kpz-langpack-frFR.xpi que vous devez également enregistrer dans votre espace de travail. Attention, si vous utilisez Internet Explorer, ce navigateur convertit les extensions .xpi en .zip. Il sera donc nécessaire de renommer le fichier téléchargé pour en modifier l’extension (clic-droit sur le nom de fichier puis Renommer pour changer zip en xpi). Pour installer KompoZer, il vous suffit de décompresser le fichier zip (kompozer-0.7.10-win32.zip ) dans le dossier désiré. Pour cela, effectuez un clic droit sur le fichier kompozer-0.7.10-win32.zip et choisissez Extraire ici. La décompression s’effectue dans un dossier Kompozer 0.7.10 Vous devrez ensuite créer un raccourci vers l’exécutable KompoZer.exe pour accéder plus facilement à l’application (clic-droit sur le fichier kompozer.exe puis Envoyer vers Bureau (créer un raccourci).

MÉDIALOG N°64 —DÉCEMBRE 2007

21


Comment faire…

arre d’outils Principale

Barre de Mise en forme 1

Barre de Mise en forme 2 Barre de Mode Édition

Barre d’état

Au premier lancement du logiciel, la fenêtre des astuces KompoZer tips s’ouvre. Vous pouvez décocher la case Show tips at startup avant de fermer la fenêtre, si vous ne voulez plus qu’elle s’affiche aux futurs lancements de KompoZer. Pour franciser l’interface, vous devez installer l’extension de traduction que vous avez téléchargée. Dans la barre de menus, choisissez Tools – Extensions Dans la fenêtre Extensions, cliquez sur le bouton Install Parcourez l’arborescence de votre disque dur pour sélectionner le fichier kpz-langpack-frFR.xpi et cliquez sur Ouvrir Validez l’installation en cliquant sur le bouton install now Fermez la fenêtre des extensions puis le logiciel. Relancez KompoZer.

Désormais les menus et l’aide sont en français. Avant de vous lancer dans la conception de vos pages, il vous reste à paramétrer le logiciel afin d’assurer un affichage correct des caractères spéciaux. Dans la barre de menus, choisissez Outils – Préférences et cliquez sur l’icône Avancées Dans les Paramètres avancés, déroulez la liste des options Définir les caractères suivants en tant qu’entités et sélectionnez les caractères spéciaux pour HTML4 Validez par OK.

L’ORGANISATION DES PAGES DU SITE Tous les fichiers qui composeront le site que vous allez créer doivent être regroupés dans un même dossier. Il est donc nécessaire de créer, à l’aide de l’Explorateur de Windows, un nouveau dossier (sur le disque dur de votre ordinateur ou sur un serveur si vous travaillez en réseau(2)), qui sera le dossier de publication pour le site que vous allez maintenant définir dans KompoZer. Nommez ce dossier site_vacances. Dans KompoZer, vous devez commencer par définir l’architecture de votre site, à l’aide du Gestionnaire de sites. Si le panneau Gestionnaire de sites n’est pas visible, dans la barre de menus, choisissez Affichage – Barre d’outils – Gestionnaire de sites (ou appuyez sur la touche F9) Cliquez sur le bouton Édition des sites Dans la fenêtre Paramètres de publication, tapez vacances comme Nom du site Cliquez sur le bouton Parcourir pour sélectionner le chemin du dossier site_vacances et cliquez sur Ouvrir Cliquez sur Nouveau site.

Le nom du site est alors ajouté à la liste dans le champ Sites de publication situé au-dessus du bouton Nouveau site. Validez la définition des paramètres de publication en cliquant sur OK.

Pour organiser l’architecture du site, vous allez créer quatre sous-dossiers : un sous-dossier images contiendra toutes les images du site, les feuilles de style seront enregistrées dans un sous-dossier css et les modèles dans un sousdossier modeles. Enfin, un quatrième dossier nommé eleves est destiné à accueillir les productions des élèves. Dans le champ Nom du Gestionnaire de sites, sélectionnez vacances Cliquez sur le bouton Nouveau dossier Dans la fenêtre Création d’un nouveau dossier, tapez images et validez par OK. (2) Dans ce cas, pensez à autoriser l'accès de ce dossier aux élèves.

22

MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007


Comment faire…

Le nouveau dossier apparaît comme sous-dossier du dossier vacances. Pour le voir, cliquez sur le bouton + (plus) situé devant vacances dans le champ Nom du Gestionnaire de sites. Répétez l’opération pour les sous-dossiers css, modeles et eleves. Avant la création proprement dite des pages du site, téléchargez les images que nous proposons sur le site de Médialog (fichier images.zip sur www.ac-creteil.fr/medialog/ARCHIVES64/no64.htm) et déposez-les dans le sous-dossier images. Les deux images de palmiers ont été créées à partir d’une réalisation d’Henri Gaillard (téléchargées avec l’aimable autorisation de son auteur depuis le site Weblogue liquido http://vlik.free.fr/)

CONCEPTION DE LA PAGE D’ACCUEIL Vous êtes fin prêts pour la construction de votre site, en commençant par créer la page d’accueil dont la structure est constituée d’un titre, d’un texte, d’un tableau et de deux liens (situés en bas de page). Par défaut, KompoZer s’est ouvert avec une page vierge nommée Sans titre. C’est cette page que nous allons utiliser. Tapez Nos vacances en première ligne du document Appuyez sur la touche Entrée pour passer à la ligne Saisissez ensuite votre texte de présentation, celui de la page d’accueil, sans vous préoccuper de sa forme (voir encadré ci-contre) et tapez Entrée à la fin de la saisie pour passer à ligne Pour créer le tableau, dans la barre de menus, choisissez Insertion – Tableau (ou cliquez sur le bouton correspondant de la barre d’outils Principale) Dans la fenêtre Insérer un tableau, cliquez sur l’onglet Précisément Indiquez 4 pour le nombre de Lignes, 2 pour le nombre de Colonnes et 80 en % de la fenêtre pour la Largeur Cliquez sur l’onglet Cellule Choisissez Centre pour Alignement horizontal, Milieu pour Alignement Vertical, 0 pour Espacement dans les cellules et 2 pour Marges dans les cellules Validez par OK.

TEXTE DE LA PAGE D’ACCUEIL Bonjour à tous, Ce site a été réalisé lors des ateliers Web avec les élèves de la classe de CM2 de Monsieur X. Il a été demandé à chaque élève de raconter ses dernières vacances. A partir d’une page modèle, l’élève devait saisir son texte et l’agrémenter d’une illustration de son choix (soit un dessin, soit une photo réalisée pendant ces vacances). Les activités se sont déroulées selon le planning suivant :

Le tableau s’affiche alors dans la page. Complétez-le de la façon suivante :

Jours Jour 1 Jour 2 Jour 3

Activités Rédaction du récit sur papier et correction Réalisation puis numérisation du dessin ou photo montage Saisie du texte dans la page HTML

Pour éviter de perdre le fruit de votre travail en cas d’erreur de manipulation ou d’incident, vous allez enregistrer votre page. Lors du premier enregistrement d’une page, KompoZer réclame que vous lui donniez un titre avant d’indiquer le nom du fichier. Ce titre n’apparaîtra pas sur la page elle-même, mais dans le bandeau supérieur de la fenêtre du navigateur. Son libellé est important lorsque votre page doit être publiée sur la Toile, car la plupart des moteurs de recherche permettent de faire des recherches sélectives sur cette zone du document HTML (zone Title). Par ailleurs, c’est ce titre qui est enregistré lorsque vous conservez l’adresse d’une page sous la forme d’un favori. Il est, par conséquent, à considérer comme un champ d’indexation de votre document et à renseigner avec soin.

MÉDIALOG N°64 —DÉCEMBRE 2007

23


Comment faire…

Dans la barre de menus, choisissez Fichier – Enregistrer (ou cliquez sur le bouton correspondant de la barre d’outils Principale) Dans la fenêtre Titre de la page, tapez Accueil – Présentation du projet et validez par OK Dans la fenêtre Enregistrer la page sous qui s’ouvre alors, parcourez l’arborescence de votre disque pour sélectionner le dossier site_vacances Dans le champ Nom du fichier, effacez ce qui est inscrit (ce que vous avez saisi comme titre de la page), tapez index (en minuscules) et cliquez sur le bouton Enregistrer Dans le Gestionnaire de sites, cliquez sur le bouton Actualiser pour afficher le nom du fichier que vous venez d’enregistrer.

Tant que la mise en page reste simple et que le code ne fait pas appel à des scripts particuliers, l’affichage dans KompoZer en Mode Normal et dans Aperçu correspond fidèlement à ce qu’interpréteront et afficheront les navigateurs. C’est ce que vous allez pouvoir constater maintenant. Dans la barre de menus, choisissez Fichier – Aperçu dans le navigateur (ou cliquez sur le bouton Navigateur de la barre d’outils Principale ou utilisez la touche F5).

Après validation du message d’alerte, le navigateur utilisé par défaut sur l’ordinateur s’ouvre automatiquement et affiche votre page d’accueil. Il est possible également d’afficher cette dernière en l’ouvrant directement à partir de l’Explorateur de Windows par un double-clic sur le fichier index.html. Vous souhaitez qu’à partir de la page d’accueil on puisse vous contacter, c’està-dire vous envoyer un courrier électronique. Vous voulez également, en guise de remerciement à André Gaillard, que les visiteurs de votre site aillent visiter son blog. Vous allez donc compléter votre page d’accueil avec ces deux liens (un lien vers une adresse de courrier électronique et un lien vers une page web externe). Pour cela, il faut revenir à KompoZer. Vous pouvez fermer le navigateur si vous le désirez. Cliquez à la droite du tableau et tapez sur Entrée Dans la barre de menus choisissez Insertion – Lien (ou cliquez sur le bouton correspondant de la barre d’outils Principale) Dans la fenêtre Propriétés du lien, tapez Nous contacter dans Entrer le texte à afficher pour le lien Dans le champ Emplacement du lien, saisissez votre adresse électronique, sous la forme medialog@ac-creteil.fr, cochez la case La valeur cidessus est une adresse électronique et validez par OK.

Votre premier lien est inséré à partir de l’expression Nous contacter. Pour réaliser une petite séparation avec le texte du deuxième lien, tapez un espace, un tiret et à nouveau un espace. Dans la barre de menus choisissez Insertion – Lien (ou cliquez sur le bouton correspondant de la barre d’outils Principale) Dans la fenêtre Propriétés du lien, tapez Remerciements dans Entrer le texte à afficher pour le lien Dans le champ Emplacement du lien, tapez http://vlik.free.fr/ Cochez la case Le lien doit s’ouvrir, choisissez dans une nouvelle fenêtre et validez par OK.

Enregistrez votre travail. Si vous testez ces liens dans KompoZer (mode Normal ou Aperçu), vous remarquerez qu’ils ne « fonctionnent » pas. En effet, vous êtes en mode édition et il est indispensable de pouvoir sélectionner les éléments de la page pour les modifier. Ce serait impossible si les liens étaient actifs dans KompoZer. Vous devez donc, pour vérifier le bon fonctionnement des liens, visualiser votre page dans le navigateur. Les liens vers une adresse électronique

24

MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007


Comment faire…

doivent lancer votre logiciel de messagerie. Le lien de remerciements doit ouvrir la page pointée dans une autre fenêtre ou un autre onglet selon les paramètres de votre navigateur.

DONNER DU STYLE À LA PAGE

Couleur du texte

Bon, vos liens fonctionnent, mais votre page est un peu triste. Commençons par le tableau… en lui donnant quelques couleurs et en modifiant sa mise en forme. Sélectionnez les deux cellules de la première ligne. Dans la barre d’outils Mise en forme 2, cliquez sur Choisir la couleur du fond Dans la fenêtre Couleur de tableau ou de cellule, choisissez un vert et validez par OK Dans la barre d’outils Mise en forme 2, cliquez sur Choisir la couleur du texte Dans la fenêtre Couleur du texte, choisissez blanc et validez par OK Sélectionnez l’ensemble des cellules de la colonne de droite et, dans la barre d’outils Mise en forme 2, cliquez sur le bouton Aligner à gauche Dans la barre d’outils Principale, cliquez sur Tableau (il est nécessaire que le curseur soit dans le tableau sinon vous créeriez un nouveau tableau) Dans l’onglet Tableau, supprimez la valeur 80 dans le champ Largeur (le tableau s’adaptera au contenu de ses cellules) et tapez 10 comme valeur d’Espacement Choisissez Centre comme Alignement du tableau et validez par OK.

Couleur du fond

Et si vous donniez un peu de style à votre page ? Le style c’est l’habillage, la présentation du document. En fait, sans le savoir vous avez déjà créé des styles en insérant votre tableau. Vous devriez pouvoir le voir en affichant le code HTML (onglet Source en dessous de la page). Cliquez dans une des cellules du tableau Dans la barre d’état, cliquez sur la balise <table> pour sélectionner l’ensemble du tableau Passez en mode Source.

Le code source de la page s’affiche. C’est ce code qui est « lu » et interprété par les navigateurs. Le code correspondant au tableau est en surbrillance. Il débute par <table style="text-align: left;" border="1" cellpadding="10" cellspacing="0">. La balise <table> définit donc la présence d’un tableau (3). Elle contient des attributs faisant apparaître un peu de style… Nous n’avons nullement l’intention de vous apprendre le langage HTML (nous n’aurions pas choisi un éditeur WYSIWYG), mais il est essentiel de comprendre (même sommairement) le principe des balises HTML pour pouvoir y appliquer des styles. Cliquez sur l’onglet Balises HTML.

Ce mode d’édition présente un aperçu de la page tout en visualisant les balises HTML. <BODY> est le corps de la page qui s’affichera dans le navigateur. Le <A> devant un texte signale que c’est un lien. On retrouve <TABLE> et chaque cellule du tableau est signalée par la balise <TD>. Vous allez maintenant choisir pour le titre de votre introduction un format prédéfini correspondant à la balise <H1> (en-tête de niveau 1). Les navigateurs appliquent un style spécifique à cette balise en lui définissant une taille, une police, des marges particulières (et propres à chaque navigateur).

(3) Encadrées par les signe < (inférieur à) et > (supérieur à) les balises structurent le document HTML (exemple : <BODY>), les éléments affichés dans la page (exemple : <H1>), le texte (exemple : <B>). Elles permettent au navigateur d’ « interpréter » le code pour afficher les éléments de la page.

MÉDIALOG N°64 —DÉCEMBRE 2007

25


Comment faire…

Sélectionnez le texte Nos vacances Dans la barre d’outils Mise en forme 1, déroulez la liste Choisir un format de paragraphe et sélectionnez Titre 1.

Visualisez le résultat dans KompoZer, mais aussi dans votre navigateur. Pour cela, il est indispensable d’enregistrer votre travail. Le style imposé par un navigateur peut ne pas vous convenir. Il est possible de définir des styles personnalisés pour chaque balise HTML. KompoZer facilite en partie le travail grâce à son éditeur de feuilles de style CSS (4) Vous allez ainsi changer les attributs de votre titre et de tous les autres titres que vous définirez à l’aide de la balise <H1> : le titre sera en majuscules, dans une police de taille 25 pixels, centré horizontalement dans la page et avec un fin encadrement de couleur verte (une bordure) qui occupera la moitié de la largeur de page. Dans la barre d’outils Principale, cliquez sur le bouton CaScadeS Dans la fenêtre Feuilles de style CSS, déroulez la liste située au-dessus du bouton Créer la règle de style Sélectionnez h1 (Titre 1) et cliquez sur le bouton Créer la règle de style Cliquez sur l’onglet Texte. Dans le champ Casse du texte, choisissez Majuscule, dans le champ Alignement choisissez Centré et dans le champ Taille de la police tapez 25px Cliquez sur l’onglet Bordures Pour le style, dans le champ Haut, choisissez Plein, dans le champ Épaisseur tapez 1px, et dans le champ Couleur tapez #006600 Cliquez sur l’onglet Boîte, dans le champ Largeur tapez 50% et, dans les quatre champs d’Espacements (haut, droit, bas et gauche) tapez 5px Pour les Marges, dans les champs Droit et Gauche, choisissez le paramètre auto Validez tous ces choix par OK.

Désormais, tous les textes que vous définirez comme des Titre 1 auront ces attributs. Par l’intermédiaire de la feuille de style, vous allez délimiter un espace autour du tableau. La balise <table> n’apparaissant pas dans la liste proposée par l’éditeur de feuilles de style, vous devrez taper son nom lors de la création de la règle. Cette nouvelle règle de style définit pour les tableaux une marge haute et une marge basse de 30 pixels. Dans la barre d’outils Principale, cliquez sur le bouton CaScadeS Cliquez sur la Palette de peinture pour créer une nouvelle règle Cochez le bouton radio style appliqué aux éléments de même type Dans le champ situé en-dessous, tapez table Cliquez sur le bouton Créer la règle de style Cliquez sur l’onglet Boîte, dans les champs de marges Haut et Bas tapez 30px et validez par OK.

Pour finir, imposez la police prédéfinie Arial (et ses alternatives Helvetica et sans-serif) à la balise <Body> en utilisant l’éditeur de CSS. Ce style s’appliquera à l’ensemble des éléments contenus dans le corps de la page.

ET LES BOÎTES ? Il est prévu de découper la page d’accueil en deux parties. La partie de gauche contiendra le menu nécessaire à la navigation. Nous verrons comment l’insérer. Pour l’instant il est nécessaire de placer ce que nous (4) Voir « Des feuilles de style pour les pages web », Médialog n°56 www.ac-creteil.fr/medialog/ARCHIVE56/css56.pdf

26

MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007


Comment faire…

venons de créer dans une « boîte » (un conteneur, un div) qui correspondra à la partie droite de votre page. Faites deux sauts de ligne (touche Entrée) après le mot « Remerciements » (si vous avez suivi les consignes) et remontez d’une ligne Dans la barre d’outils Mise en forme 1, déroulez la liste Choisir un format de paragraphe et sélectionnez le format de paragraphe Conteneur générique (div).

Un cadre en pointillés rouges apparaît pour les modes Normal et Balises HTML. Ce cadre qui permet de délimiter le conteneur créé est bien sûr invisible dans l’aperçu de KompoZer et dans le navigateur. Par un copier-coller vous allez remplir la « boîte » pour ensuite lui définir son style. Mais avant tout il faut donner un identifiant au conteneur Cliquez sur l’onglet Normal pour revenir au mode d’édition normal (sans l’affichage des balises) Faites un clic-droit à l’intérieur du conteneur créé précédemment Dans le menu contextuel, choisissez Propriétés avancées Dans la fenêtre Editeur de propriétés avancées, déroulez la liste des attributs et sélectionnez id Dans le champ Valeur, tapez droite (ce sera le nom du conteneur) et validez par OK Sélectionnez tout le contenu de votre page à l’exception du conteneur Coupez et collez l’ensemble dans le conteneur.

Créez, grâce à l’éditeur de CSS, la règle #droite qui permet de définir les attributs de votre boîte (conteneur) et son positionnement dans la page. Dans la barre d’outils Principale, cliquez sur le bouton CaScadeS Cliquez sur la Palette de peinture pour créer une nouvelle règle Cochez le bouton radio style appliqué à l’élément portant l’ID.

Dans le champ situé en-dessous, un # apparaît. Complétez ce champ en tapant droite Cliquez sur le bouton Créer la règle de style Dans l’onglet Texte, choisissez un alignement justifié.

En attribuant à la boîte une marge de gauche de 200 pixels, vous permettez de « dégager » la place nécessaire pour afficher le menu dans la partie gauche de la page. La largeur du contenu est fixée à 450 pixels et, pour éviter que le texte ne se superpose à l’image de fond (un palmier), une marge interne (espacement) de 300 pixels est nécessaire. Dans l’onglet Boîte, définissez une largeur de 450px, une marge gauche de 200px et un espacement droit de 300px Dans l’onglet Fond, appliquez comme fond l’image palmier_grand.gif sans répétition et calée en bas à droite. Validez l’ensemble de vos choix par OK.

Enregistrez votre travail et visualisez le résultat dans le navigateur. Il vous reste à définir l’emplacement du menu de navigation. Pour cela, vous allez créer une nouvelle boîte qui occupera toute la hauteur de la fenêtre du navigateur, mais seulement une largeur de 180 pixels dans sa partie gauche. Cette nouvelle boîte comportera un titre dans le style défini pour la balise <H1> et dont le texte sera simplement MENU. Elle aura une couleur de fond jaune. Faites un saut de ligne (touche Entrée) en dessous du conteneur #droite Dans la barre d’outils Mise en forme 1, déroulez la liste Choisir un format de paragraphe et sélectionnez le format de paragraphe Conteneur générique (div) Faites un clic-droit à l’intérieur du conteneur que vous venez de créer Dans le menu contextuel, choisissez Propriétés avancées Dans la fenêtre Editeur de propriétés avancées, déroulez la liste des attributs et sélectionnez id

MÉDIALOG N°64 —DÉCEMBRE 2007

27


Comment faire…

Dans le champ Valeur, tapez menu et validez par OK Dans la barre d’outils Principale, cliquez sur le bouton CaScadeS Cliquez sur la Palette de peinture pour créer une nouvelle règle Cochez le bouton radio style appliqué à l’élément portant l’ID Complétez le champ situé en-dessous en tapant menu (derrière le #) Cliquez sur le bouton Créer la règle de style Dans l’onglet Boîte, définissez une position Absolue, une largeur de 180px et une hauteur de 520px Dans l’onglet Fond, tapez comme couleur #FFCC00, validez l’ensemble de vos choix par OK. Cliquez dans la boîte #menu tapez le titre menu Dans la barre d’outils Mise en forme 1, déroulez la liste Choisir un format de paragraphe et sélectionnez Titre 1.

Grâce à la feuille de style, ce nouveau titre prend les attributs que vous avez définis précédemment pour la balise <H1>. Enregistrez votre travail et visualisez le résultat dans le navigateur. Votre feuille de style est terminée. Elle est interne à la page index.html et apparaît dans le code-source. Si on veut utiliser les mêmes styles dans d’autres pages, il est possible d’exporter la feuille de style pour l’importer dans les autres pages. Ouvrez l’éditeur de CSS Cliquez sur le bouton Exporter la feuille de style et utiliser la version exportée Enregistrez le fichier dans le sous-dossier css en lui donnant le nom style.css (l’extension .css doit obligatoirement être tapée.) et fermez l’éditeur de CSS.

DES MODÈLES Occupons-nous maintenant des modèles qui serviront à la réalisation des pages des élèves. Un modèle est un fichier permettant de construire des pages de structure identique. Il est constitué de zones fixes non modifiables et de zones éditables. Vous préparez deux modèles : le premier adapte la structure de la page à une image au format Portrait (vertical) tandis que l’autre correspond à l’insertion d’une image en format Paysage (horizontal). Vous allez créer votre premier modèle et y insérer l’image d’un petit palmier à laquelle vous attribuerez l’identifiant palm qui servira par la suite à lui définir un style particulier nécessaire à la mise en page. Dans la barre de menus, choisissez Fichier – Nouveau Dans la fenêtre Ouvrir une page web, cochez Modèle vide et cliquez sur Ouvrir Enregistrez immédiatement votre modèle, dans le dossier modeles, en lui donnant titre modele1 et en acceptant le nom de fichier modele1.mzt qui vous est alors proposé Dans la barre de menus, choisissez Insertion – Image (ou cliquez sur le bouton correspondant de la barre d’outils Principale) Dans la fenêtre Propriétés de l’image, cliquez sur le bouton Parcourir pour recherchez le fichier palmier_petit.gif dans le sous-dossier images Vérifiez que la case L’URL est relative à l’adresse de la page est cochée Tapez palmier comme texte alternatif Cliquez sur le bouton Édition avancée

28

MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007


Comment faire…

Dans la fenêtre Éditeur des propriétés avancées, sélectionnez l’attribut id et donnez-lui palm comme valeur. Validez par OK deux fois.

Le modèle doit contenir quatre zones éditables qui seront complétées par chaque élève : une pour le titre, une pour l’illustration, une pour le récit et une pour le prénom de l’auteur (l’élève). Ces quatre zones doivent être contenues dans une boîte (un conteneur) que vous nommerez droite2. Commencez par créer la boîte (le conteneur). Appuyez deux fois sur la touche Entrée après l’image du palmier et remontez le curseur d’une ligne Transformez comme précédemment le paragraphe en conteneur générique (div) Donnez au conteneur l’identifiant droite2 et validez par OK Placez le curseur dans le conteneur et faites un saut de ligne.

Créez votre première zone éditable, celle qui correspond au titre. Dans la barre de menus, choisissez Insertion – Modèles puis Insérer une zone éditable Dans la fenêtre Insérer une zone de saisie, tapez titre comme Nom de la zone, sélectionnez Bloc pour le Type de zone et validez par OK Sélectionnez le texte à l’intérieur de la zone éditable (titre) et tapez la consigne Écris ici le titre de ton récit Cliquez en-dessous de la zone éditable et appuyez sur la touche Entrée Créez une seconde zone éditable portant le nom texte et de type Bloc Cliquez dans cette zone éditable et appuyez sur la touche Entrée Sélectionnez texte et créez une troisième zone éditable à l’intérieur de la zone texte Donnez image comme nom à cette nouvelle zone et sélectionnez Bloc pour le type de zone Sélectionnez le mot image dans la zone éditable et insérez l’image portrait.jpg Cochez ne pas utiliser de texte alternatif et vérifiez la coche de la case L’URL est relative à l’adresse de la page Dans l’onglet Dimensions, cochez Modifier la taille et indiquez 100% de la fenêtre pour la hauteur et la largeur de l’image et validez par OK Sous l’image mais toujours dans la zone texte, tapez la consigne Tape ici le

récit de tes vacances Cliquez en dehors de la zone éditable texte et appuyez sur la touche Entrée avant de créer la dernière zone que vous nommerez auteur et dont vous remplacerez le texte par Tape ici ton prénom.

Respectez la casse des noms et prenez bien soin de l’imbrication des zones éditables. Seule la zone image est imbriquée dans la zone texte. Les autres doivent être indépendantes les unes des autres. Enregistrez votre modèle. Il vous reste à créer les styles pour l’organisation dans la page des différents conteneurs. Ouvrez l’éditeur de CSS et définissez les règles suivantes pour les différents conteneurs : Créez une nouvelle règle pour le conteneur #droite2 ( n’oubliez pas de cliquer sur le bouton Créer la règle de style) Dans l’onglet Boîte, définissez une position Absolue Imposez-lui une hauteur de 90%, un décalage gauche de 200px et un décalage droite de 10px Créez une nouvelle règle pour le conteneur #titre Dans l’onglet Boîte, donnez-lui une position Absolue et fixez un décalage haut de 0px ainsi qu’un décalage gauche de 20px Dans l’onglet Texte, définissez les paramètres suivants : épaisseur Gras, Casse Majuscule, Alignement Centré, Taille 18px et couleur #993300

MÉDIALOG N°64 —DÉCEMBRE 2007

29


Comment faire…

Créez une nouvelle règle pour le conteneur #texte Dans l’onglet Boîte, définissez des espacements gauche et droit de 15px et un espacement haut de 10px Dans l’onglet Texte, imposez une taille de 10px à la police Créez une nouvelle règle pour le conteneur #image Dans l’onglet Boîte, rendez la boîte flottante à gauche, fixez la largeur à 30% et les marges droit et bas à 10px Créez une nouvelle règle pour le conteneur #auteur Dans l’onglet Boîte, définissez une position Absolue, un décalage droit de 15px et un décalage haut de 0px Créez enfin une nouvelle règle pour le conteneur #palm en lui imposant une position absolue, un décalage gauche de 55px et un décalage bas de 0px et un Index Z de 1 (pour placer le palmier au-dessus de toutes les autres boîtes) Validez vos définitions de styles par OK.

Vous allez maintenant récupérer les styles créés dans la page d’accueil pour que les liens et les polices soient uniformes. Dans l’éditeur de CSS, cliquez sur la flèche à droite du bouton Palette Choisissez Feuille liée À l’aide du bouton Parcourir, liez le feuille de style style.css enregistrée précédemment Cliquez sur le bouton Créer la feuille de style et fermez la fenêtre.

Le modèle est donc attaché à deux feuilles de style : une feuille interne qui lui est spécifique et une feuille externe commune avec la page d’accueil (qui contient notamment un style pour un conteneur #menu). Vous allez ajouter un nouveau conteneur que vous nommerez menu. Il prendra immédiatement le style défini. Cliquez en haut, à gauche de votre page et insérez un saut de ligne par la touche Entrée Transformez comme précédemment le paragraphe en conteneur générique (div) Donnez au conteneur l'identifiant menu À l'intérieur de cette boîte, tapez le mot menu et faites un saut de ligne Sélectionnez le mot menu et appliquez-lui le format de paragraphe titre1

Le menu est constitué de quatre liens. Le premier nommé Accueil pointe vers la page index.html. Les trois autres portent le prénom de vos élèves (Léo, Lucie, Paul…) et pointent vers leurs pages respectives (leo.html, lucie.html, paul.html…) qui seront créées plus tard par les élèves. Sous le titre MENU, tapez Accueil, Léo, Lucie puis Paul sur des lignes différentes Sélectionnez le mot Accueil et insérez un lien Dans la fenêtre Propriétés du lien, recherchez le fichier index.html à l'aide du bouton Parcourir et validez deux fois Sélectionnez le mot Accueil et ouvrez une nouvelle fois la fenêtre Propriétés du lien pour vérifier que l'emplacement du lien est bien ../index.html et que la case L'URL est relative à l'adresse de la page est bien cochée. Validez par OK Sélectionnez le mot Léo et insérez un lien Le fichier leo.html n'existe pas encore. Tapez le nom complet dans le champ correspondant en respectant bien la casse Validez et recommencer pour les deux derniers liens.

Votre premier modèle est réalisé. Il ne reste plus qu’à l’enregistrer. Il suffira, ensuite, de le modifier légèrement pour proposer un second modèle. Enregistrez votre premier modèle sous le nom modele1.mzt. Enregistrez-le une une seconde fois immédiatement en lui donnant le nom modele2.mzt.

30

MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007


Comment faire…

Modifiez le titre de la page de ce second modèle. Dans la barre de menus, choisissez Format – Titre et propriétés de la page… Modifiez le nom modele1 en modele2 Enregistrez votre fichier.

LES PROPRIÉTÉS DE MISE EN FORME DES BOÎTES

Ce second modèle, mieux adapté aux images au format paysage, doit subir quelques modifications. Remplacez l’image portrait.jpg par le fichier paysage.jpg Modifiez les paramètres suivants de la règle #image : flottante droite, largeur 40% au lieu de 30% Supprimez le décalage droit et mettez le décalage gauche à 10px Pour la boîte #titre, supprimez la marge gauche et indiquez 20px pour la marge droite Pour la boîte #auteur inversez les valeurs des décalages gauche et droit Enregistrez votre deuxième modèle.

Vos deux modèles étant sauvegardés, il vous reste à créer dans la page d'accueil un menu en utilisant celui des pages modèles. Dans la page modele2, cliquez dans la boîte #menu, effectuez un clic-droit sur <div id=“#menu“> et choisissez Sélectionner Dans la barre de menus, choisissez Edition – Copier Affichez la page d'accueil en cliquant sur l’onglet correspondant Sélectionnez le conteneur #menu Collez la boîte copiée précédemment (elle remplace la précédente) Faites un clic-droit sur le lien Accueil et sélectionnez Propriétés lien Dans la fenêtre Propriétés du lien, supprimez le chemin qui apparaît pour l'emplacement du lien et validez par OK.

Modifiez de la même façon les liens sur les prénoms pour qu’ils pointent sur les emplacements eleves/leo.html, eleves/lucie.html, eleves/paul.html (liens relatifs). En effet les productions des élèves ne seront pas au même niveau que la page d'accueil, il est donc nécessaire dans l'URL d'indiquer le dossier qui les contient. Vous pouvez créer maintenant des règles de styles pour le texte des liens (balise <a>) de telle sorte que, par exemple, les mêmes paramètres s'appliquent aux liens non visités (a:link) et aux liens visités (a:visited). En revanche, les liens devront changer d'aspect lors de leur survol par le curseur (a:hover). De même, pour uniformiser votre interface, vous pouvez appliquer les même paramètres au texte de la boîte #menu. Profitez-en pour lui retirer ce vilain fond jaune !

Décalages Le positionnement des boîtes est défini par les valeurs attribuées aux décalages. Le point de référence dépend du paramètre Position. En position absolue, la référence correspond au coin en haut à gauche du conteneur dans lequel est imbriquée la boîte. En position relative, la boîte se positionne par rapport à sa position d'origine.

Marges Il existe, autour de la boîte, une marge (externe) dont la dimension déplace d'autant la boîte de sa position. La largeur des boîtes dépend de divers critères. Selon les normes W3C (le World Wide Web Consortium), la largeur définie à une boîte s'applique à son contenu. À l'affichage, s'ajoutent l'épaisseur de la bordure et la largeur de la marge interne (l'espacement).

Le travail préparatoire est terminé. Les élèves peuvent œuvrer. Dans un premier temps, ils vont devoir déposer leur illustration dans le sous-dossier images du site. Par la suite, ils utiliseront KompoZer pour créer leur page web à partir de l’un des modèles proposés. Ils devront donc suivre le mode opératoire suivant : Lancer KompoZer et créer une nouvelle page (menu Fichier – Nouveau) Sélectionner Nouveau document utilisant un modèle Choisir un des fichiers modele1.mzt ou modele2.mzt dans le sous-dossier modeles Remplacer l’image du modèle par son fichier image Saisir le titre, son prénom et le récit de ses vacances Changer le titre de la page par son prénom Enregistrer la page dans le sous-dossier eleves, en donnant son prénom au nom du fichier.

Une fois l'ensemble des travaux des élèves récoltés, il ne reste plus qu'à vérifier la validité des liens en testant votre site dans un navigateur. Ceci fait, le site peut être mis en ligne chez un hébergeur. Même si la publication en ligne est prévue par KompoZer, l'utilisation du gestionnaire de sites n'est vraiment pas pratique. Un bon conseil, utilisez un vrai client FTP tel que Filezila.

MÉDIALOG N°64 —DÉCEMBRE 2007

Espacements Les espacements correspondent aux marges internes d’une boîte. Ils définissent la distance qui sépare les contenus de la boîte (texte, image…) de ses bords. Les navigateurs interprètent les paramètres différemment. Par exemple pour Firefox la largeur apparente d'une boîte correspond à la définition donnée plus haut. Pour Internet Explorer la largeur apparente de la boîte (à l'affichage) est égale à la largeur définie dans le style.

31


Matériels et systèmes

Le Marché aux Plus Nous vous proposons d’échanger, dans ce Marché aux plus, vos « petits trucs » dans l’utilisation du système et des logiciels les plus courants. N’hésitez pas à nous contacter (medialog@ac-creteil.fr). Cette rubrique est la vôtre.

TOUCHES UTILISÉES DANS CES PAGES Touche Alt Touche Maj ou Shift Touche Ctrl

Remerciements à : Claude Bénière Patrice Nadam

32

DES GUILLEMETS « » OU “ “ WORD VOTRE ORDINATEUR EST MUET WINDOWS XP Vous ne parvenez pas à entendre un document sonore sur votre PC ? Et pourtant, vos enceintes sont bien branchées et leur volume est réglé au maximum. Vérifiez le réglage du son sur votre ordinateur. Si vous disposez de l’icône Volume dans la Zone de notification de la Barre des tâches (en bas à droite de l’écran) : Cliquez sur cette icône et vérifiez que l’option Muet n’est pas cochée. Réglez le volume au maximum. Si vous ne disposez pas de l’icône Volume dans la Zone de notification : Cliquez sur le bouton Démarrer Sélectionnez Panneau de configuration puis Sons et périphériques audio Dans l’onglet Volume, vérifiez que l’option Muet n’est pas cochée. Réglez le volume du périphérique Profitez-en pour cocher l’option Placer l’icône de volume dans la barre des tâches Validez vos choix par OK.

Word utilise, par défaut, des guillemets à la française. Lorsque, dans une citation vous devez mettre une partie du texte entre guillemets, vous devez utiliser des guillemets anglais doubles. Pour cela, il faut insérer des caractères spéciaux. Placez le curseur à l’endroit où placer les guillemets ouvrants Dans la barre de menu, choisissez Insertion-Caractères spéciaux Sélectionnez l’onglet Caractères spéciaux puis Guillemets anglais doubles (ouvrant) Cliquez sur Insérer puis sur Fermer. Procédez de la même façon pour insérer les guillemets fermants. Si, dans vos textes, vous voulez utiliser par défaut les guillemets anglais, vous devez modifier les paramètres d’insertion automatique. Dans la barre de menu, choisissez Insertion-Insertion automatique puis Insertion automatique Sélectionnez l’onglet Lors de la frappe Dans Remplacer, décochez l’option Guillemets “” par des guillemets « » Validez par OK.

ACTIVER UN LIEN HYPERTEXTE WORD 2003 ET PLUS Lorsque l’on colle (ou que l’on saisit), dans un document Word, l’adresse (l’URL) d’un site web, on obtient un hyperlien actif. Word colore cette adresse en bleu et la souligne. La technique proposée par défaut pour activer ce lien (et donc ouvrir le navigateur Internet à l’adresse désirée), est de combiner l’appui sur la touche CTRL du clavier avec un clic-gauche de souris. Vous pouvez modifier cela et rendre le lien actif par un simple clic. Choisir le menu Outils-Options Sélectionner l’onglet Edition Dans la liste des options d’édition, décocher Appuyer sur CTRL, puis cliquer pour suivre le lien hypertexte et valider par OK. Si vous souhaitez revenir à la technique précédente, il vous suffira de cocher à nouveau cette option. REMARQUE : quand le pointeur de souris survole le lien, une infobulle précise la technique choisie pour activer le lien.

MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007


WINDOWS XP PowerMenu est un petit utilitaire gratuit qui ajoute quelques extensions intéressantes à la gestion des fenêtres dans Windows. Il permet notamment de configurer le niveau de transparence d’une fenêtre ou de placer une fenêtre toujours au-dessus des autres. Cette fonction peut se révéler très pratique, par exemple, lorsque vous surfez sur Internet et que vous souhaitez prendre des notes sans être obligé de « basculer » en permanence de votre navigateur à votre traitement de texte et inversement. Autre exemple : si vous utilisez la Calculatrice de Windows pour effectuer des calculs successifs, vous apprécierez de ne pas la voir disparaître de l’écran (elle se retrouve en réduction dans la Barre des tâches) à chaque fois que vous cliquez en dehors de sa fenêtre. Vous pouvez télécharger PowerMenu, dans sa version française, sur http://adiguba.free.fr/ Une fois le fichier téléchargé, dézippez-le et lancez l’exécution du programme en double-cliquant sur le fichier PowerMenu.exe. Le programme se place en tâche de fond et n’occupe que 2 Mo de mémoire. Dans l’application que vous souhaitez conserver en permanence au premier plan : Effectuez un clic-droit sur sa Barre de titre Dans le menu déroulant, choisissez Tjrs Visible. Cette option n’est active que pendant le déroulement de la session. Lorsque vous ouvrirez à nouveau l’application, les réglages par défaut seront appliqués. Si vous désirez que PowerMenu s’exécute à chaque ouverture d’une session Windows, vous pouvez ajouter un raccourci vers le fichier PowerMenu.exe dans le menu Démarrage. Si vous souhaitez que le logiciel s’exécute au démarrage pour tous les utilisateurs de l’ordinateur, collez le raccourci dans : C:\Documents and Settings\All users\Menu Démarrer\Programmes\Démarrage

CAPTURER L’ÉCRAN D’UNE VIDÉO

COLLER DU TABLEUR VERS LE TRAITEMENT DE TEXTE OPEN OFFICE CALC ET WRITER Lorsque l’on colle un tableau réalisé avec le tableur Calc dans une page du traitement de texte Writer, on obtient un objet OLE, c’est-àdire qui est en liaison dynamique avec le tableur. En double-cliquant dessus, on entre dans une fenêtre du tableur qui permet de modifier les éléments du tableau. Pour obtenir le tableau avec ses bordures de cellules, comme un simple élément du document que l’on rédige, il faut utiliser le collage spécial (Edition – Collage spécial) en choisissant l’option Texte formaté [RTF]. Si l’on choisit l’option Texte non formaté, on obtient les données du tableau séparées par des tabulations, sans les bordures des cellules.

IMPRIMER SANS OUVRIR

WINDOWS XP

WORD ET EXCEL

Si, lorsque vous effectuez une copie d’écran d’une vidéo (par ALT-ImprEcran), vous obtenez un cadre noir à la place de l’image, vous devez désactiver temporairement l’accélération matérielle de Windows avant de recommencer votre opération de capture. Accéder aux propriétés de l’Affichage (clic-droit sur le Bureau puis Propriétés) Dans la fenêtre Propriétés de Affichage, cliquer sur l’onglet Paramètres Cliquer sur le bouton Avancé puis sur l’onglet Dépannage Déplacer le curseur d’Accélération matérielle vers la gauche jusqu’à Aucune Valider par OK (deux fois). Effectuez toute vos captures d’écran puis, en accédant à nouveau aux Propriétés de l’Affichage, remettez l’Accélération matérielle à Complète.

Avec les logiciels de la suite bureautique de Microsoft, il est possible d’imprimer plusieurs fichiers rangés dans un même dossier sans les ouvrir. Lancer le logiciel (Word ou Excel) Choisir le menu Fichier – Ouvrir En maintenant la touche CTRL enfoncée, cliquer sur chacun des fichiers à imprimer Dans la barre d’outils de la fenêtre Ouvrir, cliquer sur le bouton Outils (en haut, à droite) Choisir Imprimer.

MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007

33

Matériels et systèmes + + + + + +

CONSERVER UNE FENÊTRE TOUJOURS AU-DESSUS DES AUTRES


logiciels et cédéroms

LE BUREAU MOBILE DES LYCÉENS D’ÎLE-DE-FRANCE

Des collectivités territoriales – la région Île-de-France et le conseil général de Seine-Maritime – ont décidé d’équiper les élèves de clés USB. Ces clés devraient leur permettre de disposer, sur n’importe quel ordinateur, des logiciels jugés indispensables et d’accéder à une grande variété de ressources.

34

À l’occasion de la dernière rentrée scolaire, la région Île-de-France a équipé les lycéens de seconde et les élèves en première année de CFA d’un « bureau mobile ». Il s’agit en fait d’une clé USB d’un gigaoctet comprenant un ensemble de 19 logiciels libres ainsi qu’un cartable numérique. Plus de 220 000 clés ont ainsi été distribuées dans les lycées de la région parisienne au début du mois d’octobre. Conçue pour permettre à son propriétaire de l’utiliser sur n’importe quel ordinateur, la clé ne nécessite ni installation ni décompression préalables. Elle fonctionne en toute autonomie, sans toucher au disque dur de l’ordinateur « hôte » et sans laisser de trace. Elle dispose de suffisamment d’espace libre (environ 500 Mo) pour permettre à l’élève d’y stocker ses données. Les 19 logiciels sont répartis en cinq grandes typologies : Bureautique, Internet, Multimédia, Utilitaires, Sécurité. La catégorie Bureautique rassemble la suite bureautique OpenOffice, Sumatra un lecteur de PDF (plus léger et plus rapide que le classique Acrobat Reader) et Sunbird un calendrier partagé avec gestionnaire de tâches et prises de rendez-vous. Constituant une bonne alternative à la Suite Office de Microsoft, OpenOffice (de la fondation Mozilla) offre aux lycéens (et à leurs professeurs) un ensemble très complet d’outils bureautiques avec son traitement de texte, son tableur, son gestionnaire de bases de données et ses logiciels de PréAO (Impress) et de dessin vectoriel (Draw). La catégorie Internet comprend le navigateur Firefox, le logiciel de messagerie Thunderbird, le client FTP FileZilla, un logiciel de communication via Internet

WengoPhone (qui permet la téléphonie, l’envoi de SMS, le chat et la visioconférence à deux) et Miranda, un logiciel de messagerie instantanée. Dans la catégorie Multimédia, on trouve le lecteur vidéo VLC media player, réalisé par l’École centrale de Paris, lecteur vidéo capable de lire une très grande variété de formats audio et vidéo. S’y ajoutent le lecteur MP3 CoolPlayer et Juice, un logiciel destiné à la baladodiffusion, ainsi qu’une visionneuse d’images (viewer), Cornice. Les Utilitaires rassemblent le logiciel de compression/décompression de données 7-Zip, FullSync, qui permet de synchroniser des fichiers situés à deux endroits différents, et un logiciel de gravure de CD et DVD, InfraRecorder. La catégorie Sécurité propose ClamWin Antivirus, le premier antivirus libre pour Windows ainsi que des logiciels très spécifiques. TrueCrypt permet de créer des disques virtuels dont les données sont cryptées dans un fichier conteneur. Keepass permet de gérer un grand nombre de mots de passe en les enregistrant dans une base de données encryptée. Enfin, LockNote remplace le bloc-notes de Windows (Notepad) et permet de sauvegarder le texte placé à l’intérieur dans un fichier encrypté protégé par mot de passe. Le cartable numérique comporte une présentation de tous les logiciels de la clé, à partir des pages du site de Framasoft, des liens vers les principaux sites de la Région, vers des sites consacrés à l’orientation scolaire et professionnelle et vers les pages d’accueil des sites des trois académies. Le cartable ouvre également vers un dossier dédié à la « Culture libre », destiné à expliquer aux lycéens la philosophie du Logiciel libre, ses fondements et ses enjeux. En conformité avec l’esprit du logiciel libre, les clés USB ne sont pas verrouillées. Ainsi, les lycéens MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007


auront la possibilité de mettre à jour les logiciels présents sur la clé, d’en supprimer certains, d’en ajouter d’autres. Son contenu est téléchargeable sur le site de la société Mostick, l’éditeur et diffuseur de bureaux mobiles sous licences libres, qui a développé l’interface de la clé (http://mostick.net/produits.html). Pour accompagner les lycéens dans la prise en main de leur clé, les trois CRDP d’Île-de-France se sont associés pour proposer un portail d’information et de services : CampUSB (www.campusb.fr). Les lycéens y trouveront des tutoriels pour apprendre à utiliser les logiciels de leur clé et à personnaliser leur « bureau virtuel ». Ils pourront également recourir à un forum pour poser des questions ou aider les autres. Mais ils disposeront également sur CampUSB de nombreuses informations, en particulier sur la vie lycéenne et l’orientation, disponibles grâce aux fils RSS des services de la Région et des trois académies concernées.

LA CLÉ EN MAIN TROISIÈME DES COLLÉGIENS DE SEINE-MARITIME Le CDDP et le conseil général de Seine-Maritime se sont associés dans une opération de dotation d’une « Clé en main » (1) à destination de quinze classes de troisième du département. Conçue par la société Mostick sur le même principe que celle des lycéens d’Île-de-France, il s’agit également d’une clé d’un Go fonctionnant en toute autonomie. Elle met à la disposition des collégiens des logiciels-outils ainsi que des ressources pédagogiques disciplinaires ou transversales sélectionnées pour leur pertinence. Les élèves disposent ainsi sur leur clé des mêmes outils bureautiques que les lycéens de la région Île-de-France : la suite OpenOffice, le navigateur MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007

Firefox, le logiciel de messagerie électronique Thunderbird et le calendrier partagé Sunbird. En revanche, leur clé contient en plus de VLC (le lecteur vidéo) et de Coolplayer (le lecteur audio), deux logiciels de dessin et de retouche d’images, Paint.NET et The GIMP, ainsi que Scribus, logiciel de PAO (publication assistée par ordinateur), et le logiciel de montage audio Audacity. Il s’agit là de compléments appréciables aux outils bureautiques qu’on aurait aimé trouver dans la précédente clé. Les ressources pédagogiques sont classées en quatre rubriques : Apprendre à se documenter, S’entraîner, Développer ses connaissances et S’informer. Chaque rubrique propose une série de liens vers des ressources en ligne. L’ensemble constitue une banque de ressources d’une très grande richesse et d’une grande variété. L’élève pourra ainsi naviguer du dictionnaire Le Trésor de la Langue Française sur Internet (TLFI) aux pages consacrées à l’ASSR sur Eduscol, en passant par un questionnaire en ligne validant les compétences du B2i. Pour développer ses connaissances, il trouvera dans chaque matière une sélection pertinente de sites. S’il souhaite s’entraîner, il est invité à aller visiter le site d’assistance scolaire en ligne Rue des écoles. Une description complète du contenu de la clé et les modalités de son téléchargement gratuit sont disponibles sur le site de l’académie de Rouen. www.ac-rouen.fr/tice/Cle-en-main-Troisieme (1) Dans le même esprit que la « Clé en main » réalisée par le CRDP de Paris à destination des enseignants. Voir « Une clé USB pour des enseignants nomades », Médialog n°60.

logiciels et cédéroms

35


en ligne

Zoom sur un site

Par Christian MAILLOT et Michel NARCY

GOOGLE DOCUMENTS www.google.com/ig

Non content d’être le moteur de recherche favori des internautes français, Google pourrait devenir leur environnement bureautique quotidien. En effet, Google lance sans cesse de nouveaux services, parmi lesquels on trouve désormais Google Documents. Ce service gratuit permet de disposer en ligne d’un traitement de texte, d’un tableur et d’un logiciel de PréAO. Il offre également la possibilité de partager avec des « invités » ses documents et de travailler ensemble à leur mise à jour. Facilement accessible avec une connexion à haut débit, il offre dès aujourd’hui des possibilités de travail collaboratif préfigurant les usages des futurs espaces numériques de travail.

Le traitement de texte de Google Documents permet de partager un document, importé dans son espace de travail, que différents « collaborateurs » pourront modifier en ligne.

LE TRAITEMENT DE TEXTE Le traitement de texte permet de créer un document directement en ligne, le logiciel proposé par Google convenant parfaitement pour un usage simple. Il offre les commandes classiques de mise en forme des caractères (police, taille, couleur…), des paragraphes (alignement et retraits, liste à puces, liste numérotée…). Il permet également d’utiliser des styles prédéfinis, mais pas d’en créer d’autres. On peut insérer dans son document des sauts de page, des images, des tableaux, des liens hypertextes vers des pages web, des documents ou des signets. On peut également insérer des commentaires en couleur dans le document. Google Documents offre un mode révision assez complet qui permet, lors d’un travail partagé sur un document, de suivre l’historique des modifications apportées. Une fois rédigé, le document peut être exporté dans de nombreux formats : HTML, RTF, Word, OpenOffice, PDF, texte. On peut importer, dans son espace de travail Google Documents, un fichier réalisé en local avec son traitement de texte pour l’éditer, le modifier en ligne et le partager.

LE TABLEUR

L’accès aux fonctionnalités de Google Documents nécessite d’ouvrir un compte auprès de Google à partir d’une simple adresse de courrier électronique valide.

Tous les services que Google met à la disposition des internautes, à côté de son moteur de recherche, sont accessibles par le bouton plus situé, sur sa page d’accueil, au-dessus de la zone Recherche Google. Ils sont tous gratuits mais certains nécessitent de créer un compte auprès de Google. C’est le cas de Google Documents. Pour créer un compte, il suffit d’indiquer une adresse de courrier électronique valide et de choisir un mot de passe d’au moins huit caractères. Une fois le compte créé, vous accédez à Google Documents qui met à votre disposition les trois outils bureautiques permettant de créer et de partager textes, tableaux et présentations (diaporamas). 36

Sur le même principe que le traitement de texte, Google Tableur permet de créer ou d’ouvrir en ligne une feuille de calcul. Compatible avec toutes les versions du tableur Excel (sauf la version 2007), il offre les fonctions de base de ce dernier, y compris la possibilité de réaliser des graphiques. Les familiers d’Excel retrouveront notamment le confort de la poignée de recopie qui permet de dupliquer une formule sur plusieurs cellules d’une ligne ou d’une colonne. Un inconvénient cependant, les fonctions mathématiques, statistiques et financières sont en anglais (sum pour somme, average pour moyenne…). Lors de l’importation d’une feuille de calcul contenant des fonctions en français, ces dernières sont traduites automatiquement. Les feuilles de calcul ayant, comme les documents du traitement de texte vocation à être partagées, elles disposent d’une fonction de révision. Leur exportation se fait également dans de nombreux formats : XLS (Excel), ODS (OpenOffice), CSV, HTML, PDF et TXT. MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007


LE PARTAGE DE DOCUMENTS

Le tableur, compatible avec toutes les versions d’Excel, permet de réaliser en ligne des tableaux, d’élaborer des formules de calcul, de réaliser des graphiques…

Il faut noter une certaine lenteur dans le fonctionnement de ce tableur en ligne : une modification de la feuille de calcul met plusieurs secondes avant d’être répercutée à l’écran.

LE LOGICIEL DE PRÉSENTATION On dispose avec cet outil de présentation assistée par ordinateur (PréAO) davantage d’un outil de partage de présentations réalisées en local avec un logiciel comme PowerPoint que d’un outil de création en ligne de diaporamas. En effet, les fonctions proposées restent limitées. Certes, on dispose de quelques modèles de présentations utilisables, mais sans la liberté d’en modifier l’apparence ou de créer ses propres arrière-plans. On peut, bien évidemment, insérer du texte (dont les attributs sont modifiables) et des images. On peut également insérer des liens hypertextes vers des adresses web ou de messagerie électronique. En revanche, on ne peut pas insérer d’objets multimédias (sons, vidéos) et il est impossible de créer des animations sur une diapositive. Lorsqu’on importe une présentation qui comporte des animations, celles-ci ne sont pas conservées. Il est vrai qu’il s’agit du dernier service proposé par Google et qu’on peut espérer, comme pour le traitement de texte et le tableur, qu’il sera amélioré dans l’avenir. Le dernier outil intégré à Google Documents est un logiciel de PréAO proche, dans ses principales fonctionnalités, de PowerPoint ou d’Impress.

Qu’il s’agisse d’un texte, d’un tableau ou d’un diaporama, vous pouvez « publier » tous les documents que vous avez créés ou importés avec Google Documents, et les « partager » avec toutes les personnes que vous souhaitez. « Publier » consiste à créer une page web que n’importe quel internaute pourra consulter. Vous avez la possibilité d’avertir par courriel certaines personnes de cette publication, Google Documents ajoute automatiquement dans le corps du message l’URL de la page web à consulter. Pour « partager » vos documents avec des amis, des collègues, des élèves, il vous suffit de les « inviter » selon deux modalités : en tant que lecteur ou en tant que collaborateur. Ceux-ci sont informés par courrier électronique de la mise à disposition du fichier dans Google Documents. Les lecteurs consultent le document sans avoir besoin d’être inscrits. Les collaborateurs doivent, s’ils ne l’ont pas encore fait, s’inscrire à Google Documents (en indiquant une adresse de messagerie). Ils pourront alors modifier votre document, en créer eux-mêmes de nouveaux qu’ils pourront partager avec vous, avec d’autres…

Pour partager un document avec des collaborateurs, il suffit d’indiquer leur adresse de courrier électronique. Ils seront alors prévenus par un courriel automatique de sa mise à disposition dans Google Documents.

Dans un cadre pédagogique, le professeur peut choisir les élèves qui partageront tel ou tel fichier, désigner ceux qui seront simples lecteurs et ceux qui seront collaborateurs. Google Documents offre un environnement simple d’utilisation et facile d’accès qui permet la rédaction en commun d’un document par un groupe d’élèves d’une même classe ou, à distance, dans le cadre d’une correspondance avec d’autres établissements.

en ligne Zoom sur un site MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007

37


à lire

librairie, kiosque, web

RESSOURCES EN LIGNE Comme l’indique l’éditorial qui ouvre ce numéro des Dossiers de l’ingénierie éducative consacré aux « Ressources en ligne », avec Internet se pose de façon nouvelle la question du trio ressource, éditeur, enseignant. Sont désormais diffusés en ligne manuels, dictionnaires et encyclopédies, ouvrages scolaires ou parascolaires, documents bruts et ressources didactisées… Le modèle traditionnel de l’édition scolaire est mis à mal avec l’émergence de communautés d’enseignants auteurs de ressources pédagogiques libres, mutualisées et gratuites. Les questions qu’aborde ce Dossier sont multiples. Dans ce monde désormais numérique et dématérialisé, reste-t-il une place pour les ressources imprimées ? Peut-on envisager l’existence de produits éditoriaux hybrides dans lequel le papier et Internet trouveraient une réelle complémentarité ? Les enseignants qui, à l’aide d’un moteur de recherche, trouvent gratuitement à peu près tout ce dont ils ont besoin pour préparer leurs cours, sont-ils prêts à payer pour des ressources en ligne ? Quelle plus-value celles-ci doivent-elles alors leur apporter ? Quelle position doit-on adopter face à la profusion des ressources disponibles ? Toutes ces ressources se valent-elles ? Au fil des articles, le lecteur trouvera des éléments de réponse à toutes ces questions, à travers une diversité d’expériences. Ainsi, des associations comme Sésamath ou Weblettres font la preuve de l’efficacité de la mutualisation et du partage tandis que des entreprises, comme EduMedia ou LeWebPédagogique montrent le rôle que peut conserver l’éditeur. Ce dernier est souvent le seul capable de réunir l’ensemble des compétences susceptibles d’offrir la qualité et la fiabilité du service 38

attendu par les usagers, la plus-value qu’il apporte alors pouvant justifier une rémunération. L’article, qui ouvre la rubrique « Applications pédagogiques » de ce Dossier, soulève de façon tout à fait pertinente la question de la qualité et de la fiabilité des ressources en ligne. Son auteur, Odile Chenevez, coordonnatrice CLEMI et formatrice à l’IUFM d’Aix-Marseille, montre, à travers un exemple concret, comment on peut amener les élèves à exploiter la diversité des ressources en lignes (dont certaines sont considérées comme non fiables) pour arriver à une réelle expertise du sujet proposé (ici, la dangerosité supposée de la nourriture des fast-foods). Et elle nous met en garde contre « la fréquentation exclusive de l’information réputée fiable [qui] conduit très certainement à la fabrication d’esprits crédules et à la pratique du recopiage ». Dans la « Tribune libre » de ce numéro, Serge Pouts-Lajus apporte un regard original sur le phénomène Wikipédia en attirant notre attention sur le fait qu’il s’agit d’une encyclopédie anonyme (les contributeurs s’y cachent derrière des pseudonymes) et qu’il ne peut pas exister d’œuvre de l’esprit sans auteur. Le Point d’Actu de ce numéro, Trois points de vue sur la 3D, présente des témoignages sur les utilisations possibles en classe des images virtuelles en 3D. Le premier concerne la manipulation d’objets techniques virtuels en cours de technologie. Le second porte sur les perspectives offertes par l’outil numérique dans l’étude de la scénographie et de la représentation théâtrale. Le troisième présente les perspectives ouvertes par le développement d’un logiciel de neuro-imagerie pour l’étude du cerveau. Il s’agit, à chaque fois, d’une affaire de spécialistes. Ressources en ligne Les dossiers de l’ingénierie éducative n°58 – SCÉRÉN [CNDP] Numéro : 6,50 euros Abonnement (4 numéros) : 21,50 euros

MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007


LA DIFFUSION POUR BALADEUR DANS L’ENSEIGNEMENT Dans le cadre d’une opération menée par le conseil général des Yvelines à l’occasion de la dernière rentrée scolaire, les élèves de sixième de huit collèges (une classe par établissement) disposent d’un baladeur numérique afin de télécharger et d’écouter leurs cours. Cette expérimentation, unique en Île-de-France, souligne l’intérêt que porte l’Éducation nationale à tous les outils numériques qui font désormais partie du quotidien des élèves en dehors de l’école et qu’elle considère comme des outils d’apprentissage. C’est pourquoi Educnet consacre un de ses Dossiers documentaires à la question de la diffusion pour baladeur dans l’enseignement. Avec leur téléphone portable, leur Ipod et autre baladeur numérique, leur clé USB, voire leur assistant personnel, les élèves disposent de lecteurs de fichiers sons au format MP3 qu’ils peuvent facilement télécharger sur Internet. Il s’agit d’un phénomène récent comme en témoignent les dates d’apparition des termes retenus pour le désigner : le terme anglais podcasting est apparu pour la première fois dans un article du Guardian en février 2004, les Québecois ont retenu le terme baladodiffusion en octobre 2004. Et ce n’est qu’en mai 2006 que la Commission générale de terminologie et de néologie a recommandé l’expression diffusion pour baladeur MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007

en français. Ces trois termes désignent le même phénomène : le moyen gratuit de diffusion de fichiers audio ou vidéo qui sont téléchargés sur Internet afin d’être transférés et lus sur un baladeur numérique, ces fichiers étant appelés podcast ou balados. Dans la présentation habituelle des Dossiers d’Educnet, qui consiste à proposer l’ensemble des informations sous la forme synthétique de rapides résumés toujours accompagnés de liens vers les documents d’origine, le lecteur trouvera matière à répondre à la plupart des questions qu’il se pose à propos du podcasting et de ses usages possibles dans l’enseignement. Un glossaire très complet peut opportunément lui venir en aide, au cours de sa lecture, car de nombreux termes, souvent d’origine anglosaxonne, méritent d’être explicités (d’agrégateur à webcasting en passant par push technology ou syndication de contenu…). Diffusion pour baladeur (baladodiffusion, podcasting) dans l’enseignement Les Dossiers documentaires d’Educnet www.educnet.education.fr/dossier/baladodiffusion/

à lire

librairie, kiosque, web 39


FORUM u

UN NOUVEAU DISPOSITIF DE FORMATION CONTINUE DES ENSEIGNANTS

Intégrer les TICE dans ses pratiques avec Pairform@nce Claude Bertrand, IUFM Université de Provence, STSI-C3 SDTICE Annie Le Gourières, STSI-C3 SDTICE

L

Différentes enquêtes françaises ou européennes soulignent le faible niveau des usages des TICE dans la classe. Pour que les usages scolaires se développent, il est indispensable d’aider les enseignants en poste à développer les compétences professionnelles nécessaires à une intégration efficace des TICE dans leurs pratiques. Le projet Pairform@nce, impulsé par la SDTICE, a pour objectif de leur offrir des parcours de formation, mêlant présence et distance, synchrone et asynchrone, qu’ils pourront suivre tant en autonomie qu’en équipes disciplinaires ou d’établissement. 40

La place des TICE (Technologies de l’Information et de la Communication dans l’Enseignement) dans les cursus scolaires est maintenant bien établie : participer à la formation des futurs citoyens de la société de l’information et accompagner l’évolution nécessaire des pratiques pédagogiques. De fortes prescriptions enjoignent aux enseignants l’intégration de ces technologies dans leurs pratiques et celles de leurs élèves : la maîtrise des techniques usuelles de l’information et de la communication constitue l’une des sept compétences du socle commun de connaissances et de compétences de l’enseignement obligatoire ; les programmes font systématiquement référence aux TICE ; le B2i® est pris en compte dans le diplôme national du brevet dès 2008. Ainsi « l’école [doit être] à la fois le lieu où ces techniques sont enseignées afin d’être progressivement maîtrisées et celui où elles sont mises en œuvre au cours des apprentissages, dans l’ensemble des champs disciplinaires »(1). Toutefois, les usages en classe tardent à se développer, ainsi que le soulignent différentes enquêtes françaises ou européennes. Elles font le constat d’un développement important des usages des TIC dans la MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007


Se former

Se former et expérimenter

Démarrer

Évaluer

FORUM

Les parcours de formation Pairform@nce se déroulent en sept étapes. Au cœur du dispositif se trouve la production collective d’une séquence pédagogique qu’il faudra mettre en œuvre dans la classe puis évaluer. En amont de cette étape, la plateforme nationale de travail à distance fournit des ressources adaptées et des supports au travail en équipe.

sphère privée des élèves (pour qui on peut parler de culture numérique spontanée) et des enseignants (pour leurs activités personnelles ou de back-office), mais soulignent le faible niveau des usages dans la classe(2). Pour que les usages scolaires se développent, des conditions doivent être réunies, parmi lesquelles des équipements satisfaisants et fiables, des ressources accessibles ou des organisations plus souples, mais aussi, et peut être surtout, une formation et un accompagnement des enseignants qui soient à la hauteur des enjeux. Il est indispensable de les aider à développer les compétences professionnelles nécessaires à une intégration efficace des TICE dans leurs pratiques. DES BESOINS MASSIFS DE FORMATION Même minorée, parfois mal perçue, la formation aux usages des TICE existe. Dans la formation initiale, le C2i® niveau 2 « enseignant » (C2i2e) constitue un cadre national de formation et de validation des compétences professionnelles liées aux TICE. Il est maintenant requis pour la titularisation des stagiaires IUFM. En formation continue, 10% environ de l’ensemble des actions y sont exclusivement consacrées, une part non négligeable des autres y fait référence. Mais le paysage est très hétérogène, chaque académie élaborant en toute autonomie ses plans académiques (PAF) MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007

(1) Note de service n° 2007-113 du 6 juillet 2007. (2) Enquête européenne « Benchmarking Access and Use of ICT in European Schools » : http://ec.europa.eu/information_society/eeurope/i2010/doc s/studies/final_report_3.pdf « Appropriation des nouveaux médias par les jeunes ; synthèse d’une recherche européenne » : www.clemi.org/international/med iappro/Mediappro_b.pdf

ou départementaux de formation (PDF). Ainsi pourra-t-on trouver des plans proposant (parfois en nombre) les classiques stages TIC de quelques jours, en préalable à des formations pédagogiques proposées dans les disciplines. Ailleurs, ces stages auront disparu dans une intégration disciplinaire revendiquée ou bien alors n’existeront qu’à travers des modules de formation à distance. Nous manquons sans doute d’éléments objectifs d’évaluation, mais on peut s’accorder sur le constat que la formation continue, telle qu’elle existe, ne produit pas les effets escomptés au regard des besoins de formation de la masse des enseignants en poste. Naturellement, à côté de la formation formelle, bien des enseignants imaginent des solutions exploitant souvent les potentialités des TICE (échanges, travail entre pairs, partage de ressources) et développent ainsi leurs compétences professionnelles en la matière. Toutefois, lorsque l’on vise de larges publics, et pas seulement les convaincus déjà férus de technologies, il est nécessaire de proposer des actions de formation plus formalisées qui supposent des objectifs clairement définis, des contenus et des modalités renou41


FORUM

velés, des moyens adaptés et un accompagnement pertinent. Le projet Pairform@nce s’inscrit dans ce contexte et entend contribuer avec les académies à cette évolution des approches formatives en matière de TICE. UNE APPROCHE PAR COMPÉTENCES Pairform@nce est d’abord un dispositif hybride de formation continue, qui articule lieux et temps de formation en présence et à distance, synchrones et asynchrones. Il vise deux objectifs. D’une part, aider les enseignants à développer et à affermir des compétences leur permettant d’intégrer les TICE dans leur pratique professionnelle, pour mettre en œuvre les prescriptions qui leur sont faites et adapter leur pédagogie à la diversité des publics scolaires et à leur environnement. D’autre part, développer des attitudes de travail en équipe et en réseau. Ces objectifs s’inscrivent dans la perspective du B2i®, en référence directe au C2i2e, pour favoriser le développement des usages des TICE à l’École et, plus largement, favoriser l’évolution de la professionnalité enseignante. Ce dispositif concerne à la fois les enseignants du primaire et du secondaire. Il est orienté formation continue, mais il peut être adapté au contexte de la formation initiale. La démarche de formation portée par le dispositif repose sur un modèle pédagogique adapté à la formation d’adultes, avec en particulier un appui sur l’expérience personnelle et celle des pairs. Elle privilégie une approche par compétences, faisant de l’enseignant l’acteur central de sa formation, devant construire des compétences et non acquérir simplement des savoirs qu’il pourrait « appliquer » en situation. Ainsi que le définit Philippe Perrenoud, « une compétence est un savoirmobiliser. Ce n’est pas une technique ou un savoir de plus, c’est une capacité de mobiliser un ensemble de ressources – savoirs, savoirfaire, schèmes d’évaluation et d’action, outils, attitudes – pour faire face efficacement à des situations complexes et inédites. Il ne suffit donc pas d’enrichir la palette des ressources pour que les compétences se trouvent immédiatement accrues, car leur développement passe par l’intégration, la mise en synergie de ces ressources en situation, et cela s’apprend. »(3) Cette démarche se traduit par une formation-action, articulant étroitement la pratique professionnelle avec les moments de formation stricto sensu. Contrairement aux stages habi42

3) Philippe Perrenoud, « Formation continue et développement de compétences professionnelles », Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation, Université de Genève, 1996 www.unige.ch/fapse/SSE/teach ers/perrenoud/php_main/php_ 1996/1996_27.html

tuels où le transfert, vers le contexte de travail, des connaissances acquises en formation est laissé à la charge de l’enseignant, le dispositif fait de la pratique un moment particulier de la formation, tout comme la formation devient partie intégrante de la pratique. Cette articulation concerne à la fois les ressources mises en jeu, l’expérience en contexte ainsi que le retour réflexif sur les stratégies d’action et la combinatoire des ressources. Le dispositif intègre l’apprentissage coopératif en tant qu’objectif et en tant que modalité de formation. Il propose de s’inscrire dans une démarche de travail en équipe avec des pairs confrontés aux mêmes questions professionnelles, en échangeant, mutualisant, partageant des ressources et confrontant des idées pour construire collectivement une réponse à des questions professionnelles spécifiques. Concrètement, il s’agit de produire ensemble une activité pédagogique qui sera mise en œuvre dans le contexte réel de travail. Cette coopération, aidée par un formateur, se poursuit dans la réflexion commune à mener sur cette production et sa mise en œuvre pour analyser les difficultés et améliorer les situa-

Le regard d’un CTICE Louis Richer, Conseiller TICE, académie de Martinique L'académie de Martinique s'est engagée dans le projet Pairform@nce parce que c'est un programme national (initié par la SDTICE) qui fournit donc une certaine légitimité à notre action. Il y a déjà eu de nombreuses tentatives d'expérimentation d'introduction de la distance, mais il y a eu chaque fois blocage, notamment à propos de la prise en charge de la conception de contenus. Par ailleurs, notre priorité était de favoriser la validation des B2i®. De même, un de nos objectifs concernait le développement du travail collaboratif chez les enseignants et d'une manière générale pour l'ensemble des personnels. Depuis l'année scolaire 2006-2007, l'ingénierie de la formation continue aux TICE prend appui sur les référentiels des C2i® niveau 1 et C2i® niveau 2 enseignant. Or Pairform@nce affichait clairement ces objectifs et c'est tout naturellement que des actions basées sur ce dispositif ont été inscrites au PAF. Un comité de pilotage, présidé par la Rectrice, a été créé. Il est composé de représentants des prescripteurs et des opérateurs du PAF. Il a pour objectif d'aider et de suivre la mise en œuvre de la FOAD (formation ouverte à distance) dans l'académie. L'expérimentation se fait en s'appuyant sur les interlocuteurs disciplinaires (IANTE) avec notamment la production de parcours de formation (l'appel à projet a été le bienvenu). Nous mettons en place un plan de formation de formateurs, car même si les formateurs TICE restent intéressés par la découverte d'outils technologiques, il faudra leur montrer que la modification des modalités de la formation continue est maintenant possible.

MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007


FORUM

tions traitées. Cette démarche se traduit par un travail en réseau pour favoriser l’émergence de communautés d’apprentissage et concourir au développement de nouvelles postures professionnelles. UNE FORMATION EN QUATRE PHASES Le dispositif propose des parcours de formation implémentés sur une plateforme de travail à distance. Incarnant la démarche pédagogique, les parcours sont des scénarios relatifs à une thématique particulière de formation, disciplinaire ou transversale, partageant tous une même structure générale en quatre phases. Une phase initiale où il s’agit de s’approprier l’environnement de formation et de s’organiser en équipe, pour produire et évaluer ensemble une situation pédagogique relative à des contenus particuliers. Une phase d’acquisition de savoirs, de savoir-faire et de méthodes pour répondre aux besoins de chacun et de l’équipe tout au long de la formation. Une phase d’expérimentation, où il s’agit de construire en équipe une séquence pédagogique que chacun mettra en œuvre avec ses élèves, dans son contexte particulier de travail et qui se conclura par un retour réflexif que mènera l’équipe sur cette mise en œuvre. Enfin, une phase d’évaluation pour, d’une part analyser les compétences qui ont pu être acquises par chacun, en particulier par rapport au référentiel du C2i2e, avec la délivrance éventuelle d’attestations de compétences voire dans certains cas de certificats, d’autre part pour porter un regard critique sur le dispositif de formation afin de l’améliorer. Les parcours proposent des activités individuelles ou collectives, en présence ou à distance. Certaines peuvent être animées par un formateur pour aider et accompagner les apprenants, d’autres sont de l’autoformation, parce que l’on peut avoir besoin d’acquérir des savoirs qui font défaut, techniques pour certains, pédagogiques pour d’autres et que l’on n’a pas toujours besoin d’un formateur. Mais beaucoup relèvent de la coformation où l’on travaille avec des collègues en échangeant des connaissances, en partageant des points de vue, en mutualisant des ressources pour résoudre des difficultés et produire ensemble. Ces activités s’appuient sur des ressources disponibles sur la plateforme et qui peuvent être des documents présentés selon des formats variés (textes, images, vidéos, animations…), des modules d’autoformation ou d’évaluation, des outils ou des services. Il convient toutefois de remarquer qu’un parcours de formation n’est pas à proprement parler un module de formation à distance qui prescrirait complètement les actiMÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007

Le regard d’un formateur Peter Steck, Professeur d'Allemand, formateur à la DATICE du rectorat de Clermont-Ferrand

Ce qui m'a séduit dans le projet Pairform@nce, c'est que les parcours de formation donnent un sens à la mutualisation des pratiques. On ne se contente pas de livrer un exemple de « bonnes pratiques », mais on s'efforce de donner aux collègues les moyens d'adapter la méthode décrite à leurs besoins et de la mettre en œuvre en classe. Dans notre académie, la conception d'un parcours de formation Pairform@nce sert lors d'une première phase d'aide à l'organisation des groupes de travail sur les TICE que ce soit sur les troisièmes DP 3, l'éducation aux médias, l'enseignements des langues vivantes, ou le génie mécanique. Ensuite, la pratique montrera comment des enseignants et des formateurs s'approprieront ces contenus. D'une manière ou d'une autre, ce type de formation s'imposera parce qu'il permet d'accompagner les enseignants entre les moments de formation en présence et parce qu'il y a des retombées directes en classe.

vités des apprenants. Il s’agit plutôt de modules ouverts, s’inscrivant dans une approche hybride de la formation, suffisamment souples pour être adaptés par les formateurs aux besoins des apprenants et aux contextes particuliers de la formation, avec en particulier la détermination du ratio présentiel/distance, la possibilité de compléter voire d’adapter les activités et les ressources d’un parcours, ou bien l’organisation du travail en équipe des apprenants. DES PARCOURS DE FORMATION MUTUALISÉS SUR UNE PLATEFORME NATIONALE Les parcours sont produits par des équipes de formateurs en académie ou d’institutions pédagogiques (IUFM, INRP) qui répondent à des appels à production lancés au niveau national ou qui peuvent être initiés au niveau académique. Même si certaines productions répondent initialement à des besoins locaux (formations inscrites au PAF), elles s’inscrivent dans une approche coopérative : elles sont mutualisées sur la plateforme pour que n’importe quelle académie puisse les intégrer dans ses plans de formation. Les productions respectent une démarche qualité afin de garantir la richesse et la pertinence des parcours proposés. Actuellement, une dizaine de parcours sont proposés sur la plateforme, quarante-trois sont en cours de production. L’appel à production de novembre 2007 devrait permettre de constituer une offre d’une centaine de parcours à la rentrée 2008. 43


FORUM

La plateforme, développée en open source, est dans sa version 1. Elle est accessible à distance à travers une interface web(4), comportant une partie publique et une partie privée modulable selon différents profils (visiteur, stagiaire, formateur, concepteur, administrateur). Un mot de passe visiteur peut être obtenu par inscription directe sur la plateforme. Les services proposés actuellement se limitent à la distribution de parcours de formation accessibles selon différents critères, à l’accès et à la gestion personnelle de ressources, à l’information des usagers, au soutien des apprenants et, pour une faible part, à l’évaluation. Les ressources sont indexées sur un sous-ensemble de la norme LOMFR(5). Les fonctions de communication et de collaboration sont assurées sur d’autres environnements proposés en complément de la plateforme (espaces de travail collaboratifs QuickPlace avec une structure ad hoc, outil Centra pour le travail synchrone à distance) ou bien liés aux spécificités locales des académies (ENT local, plateforme particulière d’un opérateur de formation). Une version 2, totalement nouvelle, est en cours de conception selon une démarche participative, associant les différents acteurs du projet. Elle offrira à la rentrée 2008 une intégration complète de tous ces services, exploitant en particulier les potentialités du Web 2.0, ainsi que des outils d’administration avancée.

vités qui peuvent être proposées aux apprenants et donc les différentes tâches que devra assurer le formateur. Certaines de ces tâches se modifient et de nouvelles apparaissent : mettre des ressources à disposition, communiquer avec le groupe, recueillir des feed-back, tutorer un groupe à distance, accompagner l’analyse de pratiques, évaluer des compétences, etc. Ainsi, à l’opposé de la culture actuelle de la formation d’enseignants, les concepteurs de formation et les formateurs appelés à mettre en œuvre cette formation sont distingués. Plus précisément, la tâche d’élaboration et de production d’un parcours de formation est formalisée dans un cahier des charges adressé à des concepteurs qui sont, la plupart du temps, des collectifs apportant différents points de vue et les ressources associées. Par exemple, un producteur de parcours de formation peut s’associer à des experts complétant sa production sur des points de vue didactiques ou communicationnels. Cette formalisation vise une plus grande richesse des contenus et doit permettre une certaine modularisation par la réutilisation de ressources indexées. Dans l’animation de la formation, le formateur est amené à assurer de façon plus explicite différents rôles, parfois distribués au sein d’une équipe : expert du domaine, tuteur, évaluateur, personne ressource technique, etc. Ainsi, les compétences des formateurs doivent évoluer par rapport aux tâches, nouvelles ou transformées, qu’ils doivent assumer : travailler davantage en équipe et finalement adopter les attitudes visées par le dispositif qu’ils devront mettre en œuvre. À cette fin, une formation leur est proposée, s’appuyant sur le dispositif Pairform@nce, avec des parcours construits spécifiquement, en articulation avec leur pratique et leur expérience personnelles de formateur. Un accompagnement étroit et un soutien par les pairs au sein d’une communauté de pratiques en construction doivent renforcer cette évolution.

LA PLACE ESSENTIELLE DES FORMATEURS Pour s’approprier les ressources nécessaires et les mobiliser efficacement en situation professionnelle, les enseignants ont besoin d’être accompagnés et aidés. Pour produire des effets rapides et pérennes, le dispositif Pairform@nce doit être animé par des formateurs compétents, ayant bien intégré la démarche pédagogique et sachant adapter toutes les potentialités de l’environnement existant aux divers contextes et publics. Ils constituent un rouage essentiel du dispositif. Dans les formations classiques en présentiel, le formateur est capable d’animer un groupe, de fournir les ressources au bon moment, d’adapter le travail à partir d’indicateurs que son expérience lui permet de percevoir. Il peut conserver un certain implicite, car une bonne part de « la formation est dans sa tête ». Avec l’introduction de la distance, dans une formation qui ne se réduit pas à la transmission de savoirs ou de savoir-faire, il devient nécessaire d’expliciter et de formaliser les acti44

UN CADRE DE FORMATION PARTAGÉ PAR LES ACADÉMIES

(4) www.pairformance.education.fr/ (5) Voir Dorothée Danielewski, « LOMFR : une norme pour des ressources plus visibles », Médialog n° 62.

Pairform@nce, formation collaborative en ligne, est aussi un projet impulsé par la SDTICE qui a pour objectif de construire le dispositif innovant et pérenne de formation d’enseignants tel qu’il vient d’être présenté et de favoriser son appropriation par les différents acteurs (institutions et personnels de ces institutions) pour son déploiement dans les académies. Initié en septembre 2005, ce projet vise la formation de 1 000 enseignants en 2008 et 100 000 en 2010. MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007


FORUM

La formation des concepteurs de parcours Fabienne Lancella, CNED-EIFFAD, pôle Ingénierie et Développement Pairform@nce

La formation des concepteurs regroupe un public très hétérogène sur le plan des compétences nécessaires pour réaliser un projet de production (expérience de la formation, usages des TICE, utilisation de dispositifs existants). Dans la session en présence, on aborde la compréhension de ce qui est attendu dans la production de parcours, en particulier la nécessité de former aux TICE et non pas aux TIC. Mais c’est aussi l’occasion d’échanges entre pairs. Les témoignages de ceux qui ont déjà des compétences dans le domaine de la formation des enseignants aux technologies se révèlent riches d’enseignements, leurs propos rendent accessible le dispositif à ceux qui découvrent ces modalités. Tous viennent avec un projet de formation à réaliser. Certains projets ont déjà fait l’objet de sessions de formation, souvent en présence. Il existe alors un ensemble de supports déjà réalisés. Il s'agit de les intégrer, d'adapter les ressources, de créer des modules complémentaires en adéquation avec Pairform@nce. D'autres concepteurs démarrent avec beaucoup moins de ressources qu'ils développeront en équipe. De nombreuses questions sont soulevées et beaucoup vivent cela comme un réel changement de leur pratique professionnelle. Pour conduire ce changement, la formation ne s’arrête pas à la session en présence, elle s’inscrit aussi dans la durée : un accompagnement et un suivi pour aider au développement de parcours sont proposés. Ils se traduisent par des échanges avec un accompagnateur, qui aide à résoudre des difficultés spécifiques, et avec des équipes d’autres académies qui peuvent avoir des besoins similaires ou des problématiques voisines.

Pour affronter la complexité de la conception et de la mise en œuvre de tels dispositifs, le projet repose sur une démarche coopérative qui associe différents partenaires : la quinzaine d’académies qui se sont pour le moment engagées dans le projet et comprenant des décideurs MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007

(responsables académiques de la formation, conseillers TICE, corps d’inspection), des équipes de formateurs, des opérateurs (IUFM), des structures nationales (CNDP, INRP, CLEMI), un partenaire privé pour les aspects logistiques de plateforme (Intel), un laboratoire universitaire pour évaluer la construction et la mise en place du dispositif (Université de Rouen). Il ne s’agit pas d’imposer une « innovation dogmatique » venue d’en haut mais d’élaborer, de façon participative, un cadre partagé dans lequel chacun pourra s’inscrire pour fournir des réponses appropriées aux besoins de formation des enseignants. Ainsi, Pairform@nce conjugue, avec les dimensions académiques de la formation continue des enseignants, une dimension nationale : démarche pédagogique et cadre méthodologique formalisés, mise à disposition et maintenance d’une plateforme de travail, de services associés, de ressources et de contenus de formation partagés, dispositif de formation et d’animation des formateurs-tuteurs, soutien aux concepteurs de contenus, soutien aux académies. Ces dernières conservent leurs prérogatives ainsi que le cadre administratif et organisationnel de la formation qui est celui des plans académiques de formation (pour le second degré) et des plans départementaux (pour le premier degré). C’est dans ce cadre qu’apparaît Pairform@nce, explicitement dans l’offre de formation ou simplement comme dispositif sur lequel s’appuient les opérateurs de formation. Il convient de noter que des propositions de formations inter-académiques basées sur Pairform@nce seront expérimentées dans les PAF de l’année scolaire 2008-2009, à propos de disciplines à faibles effectifs ou pour des académies non métropolitaines. POUR UNE FORMATION TOUT AU LONG DE LA CARRIÈRE Toutefois, indépendamment du cadre officiel de la formation, l’environnement proposé sur la plateforme peut être utilisé par les enseignants pour s’essayer à des parcours de formation (avec d’autant plus d’efficacité qu’ils auront suivi une formation Pairform@nce auparavant) et trouver des ressources au moment où ils en ont besoin. Ils peuvent le faire en autonomie, mais aussi en s’associant avec des collègues de leur établissement ou de leur réseau personnel de relations, en interpellant si besoin des personnes-ressources. Ainsi, en terme de développement professionnel, Pairform@nce peut-il contribuer à une démarche plus longue et plus productive d’effets de formation tout au long de la carrière. 45


infos Créteil >> TABLEAUX NUMÉRIQUES INTERACTIFS

>> LE BLOG DES COLLÉGIENS

Le recteur de l’académie de Créteil a signé une convention de partenariat avec la société Interwrite Calcomp pour le prêt de 10 tableaux numériques interactifs et de 10 tablettes Bluetooth. La durée du prêt est de 2 ans et permettra aux établissement de l’Académie intéressés de tester les usages de ces tableaux. La DATICE complète le prêt des TNI par celui d’un vidéoprojecteur et d’un ordinateur portable. Contact : Jean-Loup Bourrissoux – DATICE 01 57 02 66 75 – jean-loup.bourrissoux@ac-creteil.fr

Le Clemi Créteil vient d’ouvrir un espace d’expression et de publication pour les collégiens et les lycéens sur le site académique. Le blog des collégiens, créé en partenariat avec Science & Vie Junior et Okapi, sera alimenté par les collégiens euxmêmes et modéré par un comité de rédaction constitué de collégiens volontaires guidés par les animateurs du Clemi et un adulte-tuteur de leur établissement (professeur, documentaliste, CPE…). Ce blog sera accessible depuis le Cartable en ligne et depuis le site interactif du Clemi. Les lycéens pourront s’exprimer à l’intérieur d’une rubrique du blog Phoshore, partenaire de l’opération, qui leur sera dédiée et dont ils auront la responsabilité sous l’égide d’un comité de rédaction constitué d’élèves issus de cinq lycées de l’Académie. Dans ces établissements, le Clemi disposera d’un adulte-relais qui accompagnera l’animation du comité de rédaction.

>> UNE CLÉ POUR DÉMARRER L’opération Une clé pour démarrer, à destination des professeurs débutants et initiée en 2007, est reconduite en 2008 et généralisée à l’ensemble des nouveaux professeurs titulaires des disciplines suivantes : histoire et géographie, mathématiques, sciences physiques et chimiques fondamentales et appliquées, sciences de la vie et de la Terre. Sont également concernés les nouveaux professeurs des écoles. Une première dotation interviendra au début de l’année civile 2008. Les professeurs du second degré bénéficiaires de ces clés seront informés par les corps d’inspection des modalités de distribution. Des manifestations départementales auront lieu pour présenter les clés et les remettre aux professeurs des écoles. Chaque clé, d'une capacité de deux gigaoctets, permet à partir d'un ordinateur PC ou Macintosh d'avoir accès à des liens institutionnels, des ressources pour enseigner, des exemples d'usages, un espace personnel et une boîte à outils. Une présentation animée du contenu de ces clés est disponible sur Educnet www.agence-usages-tice.education.fr/cle_usb/cle_usb.html

Contact : l’équipe du Clemi Créteil clemicreteil@ac-creteil.fr Tél. 01 57 02 68 87 ww3.ac-creteil.fr/clemi/cleminteractif/blogcolgcreteil.html

LE COUPON INFORMATIQUE DE SEINE-SAINT-DENIS Le Conseil général de Seine-Saint-Denis a fait le choix d’investir dans le domaine de l’informatique à destination des collèges et des familles. Pour les collèges, il a renforcé le parc d’ordinateurs des établissements, en les équipant notamment de chariots multimédias et en favorisant le développement des Espaces numériques de travail (ENT). Pour les familles, il a pris une mesure originale avec le Coupon informatique visant à lutter contre la fracture numérique en aidant de façon significative les familles à s’équiper en matériel informatique. Tous les élèves de Sixième, inscrits pour l’année 2007-2008 dans les collèges publics et privés du département et domiciliés en SeineSaint-Denis ont reçu un Coupon informatique permettant l’acquisition d’un équipement complet : ordinateur avec graveur CD/DVD, logiciels libres ou gratuits et clé USB. Le montant de l’aide accordée par le Conseil général va de 150 à 530 euros selon le quotient familial de la famille. www.seine-saint-denis.fr/

46

MÉDIALOG N°64 — DÉCEMBRE 2007


infos Créteil >> ANIMATIONS TICE DU CRDP ET DES CDDP Apprendre à faire des pages web (débutants) Mercredi 9 janvier 2008 au CRDP – 9h30-12h Prise en main d’un logiciel simple pour la création de pages web. Création de deux pages incluant du texte, des images et des liens pour naviguer. Mél : celine.dunoyer@ac-creteil.fr Créer des exercices interactifs Mercredi 9 janvier 2008 au CRDP – 14h-17h HotPotatoes est un logiciel gratuit qui permet de créer rapidement des exercices interactifs de type quiz, QCM, phrases à trous, mots-croisés… Prise en main de l’outil, échange d’expériences, conseils d’utilisation. Mél : ulrike.legionnet@ac-creteil.fr Créer une bande dessinée. L’image fixe numérique Mercredi 16 janvier 2008 au CRDP – 14h-17h Créer une bande dessinée à partir d’un travail sur l’image numérique (fixe essentiellement). Mél : jerome.laurent@ac-creteil.fr

Les usages du tableau interactif Mercredi 23 janvier 2008 au CDDP Seine-Saint-Denis – 9h30-12h30 Découverte des possibilités des tableaux numériques interactifs et de leurs usages pédagogiques. Mél : cora.houy@ac-creteil.fr Améliorer son utilisation du logiciel de messagerie Mercredi 13 février 2008 au CRDP – 9h30-12h Paramétrer son logiciel de messagerie, insérer une pièce jointe dans un mél, créer sa signature, gérer son carnet d’adresses avec Outlook Express, Eudora, Thunderbird… Mél : celine.dunoyer@ac-creteil.fr Montage vidéo numérique Mercredi 20 février 2008 au CRDP – 14h-17h Connaître les outils et les principes du montage vidéo numérique. Utilisation des technologies développées par Apple. Mél : jerome.laurent@ac-creteil.fr Calendrier des animations en ligne : www.crdp.ac-creteil.fr/scripts/animation/agenda.php


Médialog 64