Page 8

© Vincent Vanhecke

Cie des Sirventès

La nuit juste avant les forêts Vendredi 17 & Samedi 18 → 21h Rdv Place de la République Théâtre de rue Durée : 1h30 - à partir de 14 ans Jauge limitée à 90 spectateurs (Retrait des billets sur place 30 min. avant le début du spectacle) © Vincent Vanhecke

Cie Pernette

La Figure du gisant Vendredi 17 & Samedi 18 → 19h30 Rdv Chapelle Saint-Jean Premier volet d’Une Pierre presque immobile. Création 2015 Danse Durée : env. 1h15 - à partir de 12 ans Jauge limitée à 120 spectateurs (Retrait des billets sur place 30 min. avant le début du spectacle)

6

Je gis, tu gis, il gît, nous gisons, vous gisez, ils gisent, gisaient, nous gisions, vous gisiez ; gisant. Gésir… Ce verbe, le spectacle La Figure du gisant le conjugue à tous les temps et dans bien des espaces. Pour Nathalie Pernette, la danse prend corps à travers textures et matières. Fascinée par la statuaire, sa densité extrême, son apparente froideur et son arrachement à l’aplomb, elle explore dans cette nouvelle création les étreintes emportées pour jamais, les figures du gisant. Une tribu de danseurs contemporains nous fera partager l’insaisissable, le moment d’une transfiguration. Comme des danses fantomatiques révélées en pleine lumière. «La Figure du gisant», monde entre deux mondes, tentera de fasciner, d’inquiéter, de nous surprendre et de nous ouvrir à d’autres ailleurs comme à la sensualité de la pierre.

C’est un grand plaisir de retrouver la compagnie Pernette avec cette nouvelle création. En salle comme en rue, sous la direction artistique de Nathalie Pernette, danseuse et chorégraphe depuis 2001, la compagnie a trouvé sa place dans le paysage national et international de la danse contemporaine. Nathalie Pernette désire que la danse puisse être vue et défendue dans des lieux de natures multiples. Ses spectacles sont présentés à la fois sur des grands plateaux nationaux, dans des festivals et dans des lieux urbains ou ruraux, en extérieur comme en intérieur. Cette large diffusion vise à faire connaître et aimer la danse, en abolissant autant que possible les préjugés et les réticences. Son objectif : diffuser le désir de la danse. Avec Lucien Brabec, Lisa Guerrero, Nathalie Pernette, Vincent Simon, Laure Wernly. Chorégraphie : Nathalie Pernette assistée de Regina Meier. Musique : Franck Gervais. Costumes : Fabienne Desflèches en partenariat avec les élèves du Diplôme des Métiers d’Arts du lycée Pasteur-Mont Roland à Dole. Scénographie : Daniel Pernette. Mise en lumière : Caroline Nguyen. Régisseur son et plateau : Guillaume Moutarde. Production et accueils en résidence : Le Centre des monuments nationaux, association NA/compagnie Pernette, l’Abattoir – CNAR de Chalon sur Saône, l’Atelier 231 – CNAR de Sotteville-lès-Rouen, la Coopérative 2R2C à Paris, le Gallia Théâtre – scène conventionnée de Saintes, l’Avant-Scène de Cognac – scène conventionnée, les Usines Boinot – CNAR en Poitou-Charentes, Théâtre La Passerelle – scène nationale de Gap et des Alpes du Sud, Les 2 Scènes – scène nationale de Besançon dans le cadre d’un Contrat Urbain de Cohésion Sociale. Avec le soutien financier de la Région Poitou-Charentes et du Conseil général du Doubs – Avec le soutien de l’ADAMI pour l’aide à la captation.

~8~

10

Il y a la pluie, les fringues mouillées, la chambre, les cons d’en bas, l’usine, le général du Nicaragua... Entre chien et loup, dans cette lumière-appât de crépuscule, un homme virevolte et soliloque, sans un argent en poche, apparaissant et disparaissant au coin de la rue… Il y a aussi ce type d’on ne sait où, fringué en Général d’opérette, basse électrique en bandoulière, sniper de l’indicible… Tapi dans l’ombre ou brûlant d’éclats, il accompagne comme un murmure, jalonne comme un cri, n’en finit pas de perturber ce vagabondage dans cette sorte de ville. Seul aux manettes de la compagnie des Sirventès depuis Carton, accueilli à Mulhouse en 2011, Félicien Graugnard nous plonge avec La nuit juste avant les forêts de Bernard-Marie Koltès dans un des plus beaux monologues du répertoire contemporain. Ce texte brut, poétique, ironique et écorché a été écrit en 1977. Il conserve une actualité déconcertante, en résonance avec cette certaine atmosphère, où l’on questionne l’identité par le biais du rejet et de la haine. Jouer La nuit juste avant les forêts dans la rue, avec la rue, est une «sacrée manière douce» de rendre ce texte à la ville. Avec Félicien Graugnard et Patrice De Bénédetti. D’après BernardMarie Koltès. Impulsé par Félicien Graugnard. Mise en scène : Didier Taudière. Aide la production Ministère de la Culture/DGCA: aide à la résidence de production 2013. Apports en production et accueils en résidence : Pronomade(s) en Haute Garonne, Centre National des Arts de la Rue - Encausse-les-thermes (31), 9-9 bis – Oignies, L’Atelline, lieu de fabrique Arts de la Rue en Languedoc-Roussillon - Villeneuve-lès-Maguelone, Culture Commune, Scène Nationale du Bassin Minier du Pas-de-Calais - Loos en Gohelle, Fructôse – Dunkerque, Le Boulon, Centre National des Arts de la Rue - VieuxCondé (en cours), Les Tombées de la Nuit – Rennes (en cours).

Programme Scène de Rue 2015  

Programme du festival Scènes de Rue, festival des arts de la rue, à Mulhouse du 16 au 19 juillet 2015

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you