Page 53

Pour la collection Ethiopiques vous avez pris l’option de rééditer dans un premier temps les catalogues existants, ceux d’Amha Records et de Kaifa Records, entre autres labels, mais la plupart du temps il fallait exhumer les masters originaux, tout en creusant et en essayant de poser les bonnes questions. Nous nous situons dans une démarche historique pure. Bien sur, je considère mon travail comme un travail d’historien. Quand je me suis retrouvé à avoir le nez dessus, je n’ai trouvé aucune référence. Personne n’avait travaillé là-dessus avec un peu de recul pour pouvoir exposer et faire comprendre sa naissance, son développement, et donc ça m’a pris un petit peu de temps. D’une part avant

de me décider à m’y mettre, parce que je ne trouvais rien ni en Ethiopie ni ailleurs, qui m’explique comment tout ça c’était passé. Ca m’a pris quelques années, il a fallu remonter au moins jusqu’à la fin du XIXe siècle pour comprendre cette évolution. Aujourd’hui l’engouement est de plus en plus important, il y avait les premiers amateurs du genre, d’Elvis Costello à John Zorn en passant par le Kronos Quartet, et puis il y a eu le film de Jim Jarmush, Broken Flowers. Je dois reconnaître qu’il y a un fan-club très select dont je me réjouis. Il y en a beaucoup d’autres, des gens comme Marc Ribot, comme Tom Waits, Patti Smith…

Je ne sais pas si vous avez rencontré ces artistes, qu’est-ce qu’ils vous renvoient concrètement par rapport à ce qu’ils entendent dans ces musiques ? J’en ai rencontré un certain nombre, ils sont simplement fans. Pour eux ils la perçoivent comme moi je l’ai perçue et comme beaucoup de gens peuvent la percevoir, comme une musique assez singulière, assez différente de tout ce qu’on peut connaître venant d’Afrique. Ça fait partie de ce qui les attire dans cette musique. Tout ça est certainement dû à la gamme pentatonique et au rythme ternaire qui sont d’une certaine manière très proche du jazz. Mais il faudrait leur demander, un par un, quels sont les ressorts qui les agitent le plus quand ils écoutent cette musique ! D’une manière générale, ils en parlent assez bien. i

53

Profile for MÉDIAPOP

novo_n_8  

huitième numéro de NOVO, magazine culturel diffusé dans tout le Grand Est de la France

novo_n_8  

huitième numéro de NOVO, magazine culturel diffusé dans tout le Grand Est de la France

Profile for media.pop
Advertisement