__MAIN_TEXT__

Page 86

Par Lizzie Lambert Photo : Sébastien Lacroix

Insubmersibles

Jamais vraiment disparu, Tuscaloosa émerge après 16 ans de projets discrets. L’album Comme une guerre froide sorti chez Médiapop Records annonce leur retour officiel sur les ondes. Comme une guerre froide. Ou comme l’aveu de leur modus operandi. Le groupe Tuscaloosa a disparu des radars il y a 16 ans déjà. Après avoir enregistré un EP sur feu le label Lithium, tourné pendant plusieurs années, et donné un dernier concert avec Dominique A au festival Aye Aye à Nancy en 2000 : silence radio. On aurait pu croire à une disparition. En réalité, le groupe avançait en sous-marin. « Nous n’avons jamais cessé de jouer, en aparté et en appartement. Et même enregistré des kilomètres de bande », confie Franck, le chanteur, dans une interview accordée au blog Ground Control To Major Tom. En 2012, Sébastien Lacroix sollicite les membres de Tuscaloosa pour composer la bande originale de son film Seule la forêt. L’occasion de remplir d’air ses ballasts et de remonter par palier vers la surface. Après cette première respiration, il devient évident pour Franck D. (voix, basse, guitare), David S. (batterie et percussions), Vincent C. (guitares, guitares préparées) et Nicopirate (guitares et basse) que le moment est venu d’émerger. De sortir des abysses pour arriver sur scène, en première partie de The Wedding Present. De tenir la barre jusqu’au studio. Et finalement, d’offi-

86

cialiser le retour du groupe avec un album exigeant, décapant, et captivant. Comme une guerre froide, plus que du rock français est un rock littéraire, tour à tour charnel ou engagé, aux accents free jazz. Une musique qui sonne comme une philosophie sublimée par Antoine Arlot (Filiamotsa, Praag), saxophoniste dissonant, invité sur cinq titres. Avec cet album nous n’assistons pas à une résurrection mais à une nouvelle naissance. L’arrivée de Nicolas à la guitare continue d’aiguiser les esprits, il insuffle un vent d’échangisme : désormais les instruments tournent. Les amis – car ils sont avant tout des amis de longue date – débattent en musique. Les argumentaires ironiques succèdent aux confidences émouvantes. Les textes, ciselés en grande partie en français, sont le reflet de l’influence de Bashung, Brigitte Fontaine et Areski Belkacem ; de la volonté de « tourner le dos à la posture facile et récurrente du moine copiste obsédé par l’axe anglo-américain ». Soutenu par Mediapop Records – ce label a notamment publié les albums de Singe Chromés et de The Hook – Tuscaloosa lance deux missiles vers la terre des hommes de goût, vinyle LP et CD. Propagandiste jusqu’au-boutiste, la vue autant que l’ouïe sera comblée. L’artwork réalisé par Vincent Vanoli – Contes de la désolation, Max et Charly, publiés à l’Association – accompagne l’émergence murie de ce beau band « revenu de nulle part mais pas revenu de tout ». TUSCALOOSA, sortie de l’album Comme une guerre froide le 16 octobre tuscaloosa.bandcamp.com www.mediapop-records.fr

Profile for MÉDIAPOP

NOVO N°36  

36ème numéro de NOVO, le magazine culturel le plus photogénique du Grand Est.

NOVO N°36  

36ème numéro de NOVO, le magazine culturel le plus photogénique du Grand Est.

Profile for media.pop
Advertisement