Page 1

1

RESIDENCE AIR 2013 Marianne Mispelaëre et Guillaume Barborini (Lorraine) Le programme d’échange et de résidence AIR Artists in Residency porté par La Kunsthalle Mulhouse, le Frac Champagne-Ardenne, le Frac Franche-Comté, le Frac Nord-Pas de Calais (en collaboration avec BE-PART, Waregem, BE) et le Frac Lorraine permet de soutenir et dynamiser la scène artistique des régions Nord-Est. Marianne Mispelaëre dessine, écrit, trace des lignes. Par le tracé, elle expérimente les relations entre les individus et ce qui les relie au monde. Guillaume Barborini dessine, écrit, se déplace ; il filme aussi. Dans sa recherche artistique, il tente de créer des liens entre sa subjectivité et le monde qu’il habite.

2

© La Kunsthalle Mulhouse

2

Dans le cadre de son programme annuel d’ateliers et de soutien à la production artistique, La Kunsthalle a invité Benjamin Dufour, artiste sonore, à collaborer pendant une année scolaire avec la classe de 4ème5 du Collège François Villon de Mulhouse. L’objet de cette rencontre élèves/artiste est la création d’une œuvre sonore destinée à prendre place dans l’ascenseur de la Kunsthalle. La création de l’œuvre a bénéficié du soutien de Schindler France.

Entrée libre

3

COURS PUBLICS

Inscription obligatoire 25€ le cycle de 4 cours / 10€ tarif réduit j 18:30 à 20:00 14.02 j Patrick Marcolini Les situationnistes : au-delà de l’art ? 07.03 j Mathieu Copeland Exposer l’immatériel 14.03 j Michel Collet L’art performance : débordements et immatériel 21.03 j Béatrice Josse Des révélations autour d’une collection invisible !

1

Conversation / deux individus proches / chercher / tentative #09 / 87’, Marianne Mispelaëre, 2012 © La Kunsthalle Mulhouse

3

Photogramme extrait du film de Guy Debord, "Sur le passage de quelques personnes à travers une assez courte unité de temps" (1959)

14.02 —— 28.04

LIFT MUSIC

Workshop Benjamin DUFOUR Inauguration du LIFT MUSIC Vendredi 12 avril j 17:00 à La Kunsthalle

Cours Publics est un cycle de cours proposé conjointement par La Kunsthalle, le Service Universitaire de l’Action Culturelle de l’Université de Haute-Alsace et la Haute école des arts du Rhin. Les cours, assurés par des personnalités universitaires ou du monde de l’art sont ouverts à tous sur inscription. Autour d’une thématique, quatre intervenants présentent un courant artistique, un pan de l’histoire de l’art permettant de recontextualiser la création contemporaine.

Heures d’ouverture Du mercredi au vendredi R 12:00 — 18:00 Samedi & dimanche R 14:00 — 18:00 Nocturne R Jeudis jusqu’à 20:00 Fermé R Lundis + mardis + les 29 et 31 mars Ouvert R Dimanche 17 mars R 11:00 — 18:00

Visites guidées de l’exposition R Gratuit les samedis et dimanches 15:00 R sur rdv, réservation au 03 69 77 66 47 Visites enfants Renseignements au 03 69 77 66 47 Direction_Sandrine Wymann Administration_Mélanie Kiry Public_Emilie George Régie_David Kuhn Accueil_Mourad Benzakri Communication et mécénat_Clarisse Schwarb, Stéphanie Fischer Traduction_ Sabine Clochey, Jennifer Dick, Maxime Leroy, Claire McKeown

RDV. CINE-CLUB Cycle Citations

ECRIRE L’ART Résidence du 14 au 17 mars

Jeudi 21 février j 20:30 Amphithéâtre 2 de l’Université de la Fonderie | Entrée libre

Une lecture-performance publique sera proposée dans l’espace à l’issue de la résidence Dimanche 17 mars j 16:00

La jetée, film expérimental de Chris Marker, 1962 (28’) L’histoire débute à Paris après la Troisième Guerre mondiale et la destruction nucléaire de toute la surface de la Terre. Le héros est le cobaye de scientifiques qui cherchent à rétablir un corridor temporel afin de permettre aux hommes du futur de transporter des vivres, des médicaments et des sources d’énergies : « D’appeler le passé et l’avenir au secours du présent ». Il a été choisi en raison de sa très bonne mémoire visuelle : il garde une image très forte et présente d’un événement vécu pendant son enfance, lors d’une promenade avec sa mère sur la jetée de l’aéroport d’Orly.

Sous la forme d’une mini-résidence de quatre jours, Jean-Michel Espitallier, auteur contemporain, s’immerge dans l’univers de Sous nos yeux et compose autour des œuvres exposées. Dialogues, créations, collaborations, poésies visuelles et sonores, textes et expressions permettent de visiter, voir, concevoir et revoir les œuvres à travers le langage spécifique de l’écrivain.

Rashōmon, film d’Akira Kurosawa d’après la nouvelle de Ryunosuke Akutagawa, 1950 (88’) Dans le Japon de l’époque Heian (aux alentours du Xe siècle), pendant une guerre civile, le film nous montre quatre versions très différentes d’un crime d’après autant de témoins y compris celui qui l’a perpétré et le fantôme du défunt, convoqué par un chaman. En partenariat avec Musées Mulhouse Sud Alsace

Poète inclassable, Jean-Michel Espitallier (né en 1957) joue sur plusieurs claviers et selon des modes opératoires constamment renouvelés. Listes, détournements, boucles rythmiques, proses désaxées,  propositions logico-absurdes, sophismes tordent le cou à la notion si galvaudée de poésie en inventant des formes neuves pour continuer de faire jouer tout le bizarre de la langue et d’en éprouver les limites. Cofondateur de la revue Java (1989-2006, il est l’auteur d’une quinzaine de livres parmi lesquels, pour les plus récents: Syd Barrett, le rock et autres trucs, Editions Philippe Rey, 2009. Cent quarante-huit propositions sur la vie et la mort et autres petits traités, Al Dante, 2011 (Prix des lycéens d’Ile-de-France, SeineSaint-Denis, 2012). De la célébrité : théorie & pratique, Editions 10/18, 2012. L’invention de la course à pied, Al Dante, 2013. Il travaille actuellement sur plusieurs projets multimédias et mène parallèlement une carrière de batteur, notamment du groupe Prexley.

JEUNE PUBLIC Kunstkids "Enquête d’œuvres" Atelier à la semaine, pour les 6-12 ans 25 février —— 1er mars | 15 —— 19 avril j 14:00 à 16:00 Gratuit, sur inscription : emilie.george@mulhouse.fr | 03 69 77 66 47 "Enquête d’œuvres" propose à chaque participant de se glisser dans la peau d’un détective privé à la quête du sens de l’exposition et des œuvres qui la composent. Chaque séance sera l’occasion de pratiquer une nouvelle approche et de découvrir de nouveaux indices dans le but de renommer de manière personnelle l’exposition. A l’attention des familles et du jeune public en visite autonome : Les Ateliers Pédagogiques d’Arts Plastiques de la Ville de Mulhouse proposent un carnet de visite disponible à l’accueil.

EVENEMENTS PARTENAIRES Journée des métiers Journée de découverte des métiers des arts visuels Jeudi 28 mars j 8:00 —— 12:00 | 13:00 —— 17:00 Parcours de 2h / Départ toutes les heures Inscription obligatoire, renseignements auprès de Sémaphore. L’occasion d’entrer dans les coulisses des métiers des arts visuels. Sémaphore et La Kunsthalle convient les élèves, étudiants et demandeurs d’emploi à découvrir la mécanique d’une exposition et rencontrer les professionnels des arts visuels.

Musée Haut Musée Bas Une adaptation de la pièce de Jean Michel Ribes dans les Musées de Mulhouse. Les 6 & 7 avril | Départ j 14:30 de la Kunsthalle Prix d’entrée 10€/personne, paiement sur place, réservation auprès de MMSA au 0800 940 360 (appel gratuit). Contact : 06 21 55 02 82 robin.gressani@yahoo.fr Un parcours de la Kunsthalle vers le Musée des Beaux Arts, le Musée Historique et le Musée EDF Electropolis.

AUTOUR DE L’EXPOSITION

La Kunsthalle Mulhouse Centre d’art contemporain La Fonderie 16, rue de la Fonderie (F) 68093 Mulhouse Cedex Tél. +33 (0)3 69 77 66 47 kunsthalle@mulhouse.fr

Sous nos yeux (partie 1)

r www.kunsthallemulhouse.com

Accès AUTOROUTE r A35 et A36 Sortie Mulhouse centre, direction Université – Fonderie GARE r suivre le canal du Rhône au Rhin (Quai d’Isly) jusqu’au pont de la Fonderie, prendre la rue de la Fonderie TRAM r ligne 2, arrêt «Tour Nessel» BUS r ligne 10, arrêt «Fonderie» Ligne 15, arrêt «Molkenrain» Ligne 20, arrêt «Manège»

Edito r WEEK-END

DE L’ART CONTEMPORAIN EN ALSACE Samedi 16 et dimanche 17 mars

r Vernissage Mercredi 13 février à 18:00 r Ciné club - Citations  Jeudi 21 février à 20:30 La jetée, film expérimental de Chris Marker, 1962 (28’), suivi de Rashōmon, film d’Akira Kurosawa d’après la nouvelle de Ryunosuke Akutagawa, 1950 (88’). En partenariat avec Musées Mulhouse Sud Alsace. Amphithéâtre 2 de l’Université de la Fonderie Entrée libre

r Kunstapéro Jeudi 28 février à 18:00 Des œuvres et des vins à découvrir : visite guidée suivie d’une dégustation de vins, en partenariat avec l’association Mulhouse Art Contemporain et la Fédération Culturelle des Vins de France. Participation de 5 euros / personne, inscription : 03 69 77 66 47 / kunsthalle@mulhouse.fr

r Kunstdéjeuner Vendredi 15 mars à 12:15 Conversation autour d’une œuvre suivie d’un déjeuner* En partenariat avec l’Université Populaire Entrée libre, sur inscription : 03 69 77 66 47 / kunsthalle@mulhouse.fr * repas tiré du sac

Retrouvez toute la programmation sur www.artenalsace.org Circuits gratuits en bus sur de nombreux lieux d’art contemporain en Alsace au départ de Mulhouse et Strasbourg à 9:00, le dimanche 17 mars. Renseignements et inscription obligatoire auprès de Nathalie Le Berre : info@artenalsace.org / 03 88 58 87 55

r Dialogues N°8  Samedi 16 mars de 14:00 à 17:00 Regards croisés entre La Kunsthalle, le Musée des Beaux-Arts et La Filature- Scène Nationale Entrée libre, renseignements : 03 69 77 66 47, 03 89 33 78 10 ou 03 89 36 28 28

r Visite guidée apéritive Dimanche 17 mars à 11:00 Entrée libre

r Ecrire l’art Dimanche 17 mars à 16:00 Lecture-performance de Jean-Michel Espitallier Entrée libre

r Soirée

Kunstprojection suivie d’un Kunstapéro

Jeudi 4 avril à 18:00 en partenariat avec l’Espace multimédia Gantner et l’association Mulhouse Art Contemporain et la Fédération Culturelle des Vins de France. Entrée libre pour la Kunstprojection Participation de 5 euros / personne pour le kunstapéro / inscription au 03 69 77 66 47 ou sur kunsthalle@mulhouse.fr

L’arrivée d’un commissaire pour un cycle d’expositions nous permet toujours d’aborder la création contemporaine selon un nouvel angle et mène à la découverte de propositions artistiques d’un autre genre. Cette année, Abdellah Karroum est le commissaire invité par La Kunsthalle. De Rabat à Paris, en passant par Cotonou ou Monaco, ce commissaire chercheur interroge, de par le monde, les artistes dans la société. Il a récemment été commissaire associé à la Triennale au Palais de Tokyo de Paris, il vient également de signer la Biennale du Benin. « Sous nos yeux », ce nouveau projet inauguré à Mulhouse, se déploie sur plusieurs expositions et de nombreux rendez-vous. Nous aurons la chance de partager une réflexion autour de l’implication des artistes dans notre monde et de suivre certains des acteurs qui la nourrissent. Déjà au mois de janvier, Gabriella Ciancimino et Badr El Hammami, sont venus construire leurs interventions pour l’exposition avec et parmi les mulhousiens. Quand l’art permet la rencontre et éveille à des discussions, cela suscite, j’ose le croire, curiosité et intérêt pour ce que proposent les centres d’art. Nous sommes fiers à Mulhouse de participer à ces débats d’actualité. Michel SAMUEL-WEIS Adjoint au maire délégué à la culture

en When a curator arrives for a cycle of exhibitions it always allows us to approach contemporary creation from a new angle and discover other types of artistic proposals. This year Abdellah Karroum is La Kunsthalle’s associate curator. From Rabat to Paris, via Cotonou and Monaco, this curator and researcher examines the role of artists in society throughout the world. He was recently associate curator for la Triennale at the Palais de Tokyo in Paris, and also just completed the Benin Biennale. “Sous nos yeux” (Before our eyes), this new project inaugurated in Mulhouse, will be made up of several exhibitions and encounters. We will be given the chance to take part in a reflection on the role of artists in our world and to follow some of the project’s main players. Already in January, Gabriella Ciancimino and Badr El Hammami came to Mulhouse to prepare their interventions for the exhibition, with the contribution of local people. I believe that when art allows for new connections and discussions it awakens curiosity and interest in what art galleries have to offer. Here in Mulhouse we are proud to take part in these topical debates.

Michel SAMUEL-WEIS


4

Dialogues et sonorités du projet,

Sous nos yeux

un programme radio, conçu par Abdellah Karroum et Georgia Kotretsos.

En 2013, la RÉSIDENCE UNIVERSITAIRE accueille Georgia Kotretsos, chercheuse, critique et artiste. Elle travaillera en partenariat avec Radio Campus et développera pour la R22 radio, un espace de dialogue radiophonique en prolongement de l’exposition et avec la complicité des équipes universitaires mulhousiennes. La RÉSIDENCE UNIVERSITAIRE est une résidence réservée à des artistes dont la démarche passe par un temps de recherche et de collaboration. Chaque année La Kunsthalle et le Service Universitaire de l’Action Culturelle de l’Université de Haute-Alsace invitent un artiste qui, pendant deux mois, peut s’appuyer sur les moyens et les savoirs des deux institutions. www.radioappartement22.com www.radiocampusmulhouse.fr

(partie 1)

Sous nos yeux est un projet en trois parties, conçu par Abdellah Karroum, commissaire invité.

5

Mappemondes, 2012 Métal recyclé (canettes et boîtes de conserve, de pétrole et de colle), 200 cm de diamètre Courtesy de l’artiste et David Zwirner Gallery, New York

Anytime Now, 2008 Vidéo ©Anne Szefer Karlsen

Georgia Kotretsos Née à Thessalonique en 1978, vit à Athènes. Son travail se concentre particulièrement sur la réception de l’art et vient remettre en cause le conformisme des visions et points de vue. Parallèlement à son activité en atelier, elle a cofondé le Boots Contemporary Art Space aux États-Unis et écrit régulièrement pour le blog «The Art in the Twenty-First Century», dans sa rubrique mensuelle «Inside the Artist’s Studio».

6

Badiya-Madina (campagne-cité), 2012 Crayon et crayons de couleurs sur papier 42 x 29,7 cm Courtesy de l’artiste et L’appartement 22, Rabat

en Her work focuses on the reception of art and challenges conformist visions and points of view. Alongside her studio work, she cofounded the Boots Contemporary Art Space in the United States and writes a monthly column entitled « Inside the Artist’s Studio » for the « Art in the Twenty-First Century » blog.

en For the 2013 University Residency, the University of Haute Alsace and La Kunsthalle will welcome researcher, critic and artist Georgia Kotretsos. She will work in partnership with Radio Campus and develop a space for dialogue and a prolongation of the exhibition with R22 radio, as well as collaborating with teams from the local university. The University Residency is reserved for artists whose methods include research and collaboration. Every year La Kunsthalle and the University of Haute Alsace Cultural Action Service invite an artist to spend two months benefiting from the material and intellectual resources available at both institutions.

2

©LMMCDADP

Côte à Côte, 2012 Série de 22 photos numériques 80 x 60 cm Courtesy de l’artiste et L’appartement 22, Rabat

The Flowers of Resistance, collective interventions in the landscape, Expedition 9 / Montagnes du Rif (L’appartement 22), Beni - Boufrah village, Morocco, 2011 © Gabriella Ciancimino Courtesy de l’artiste et L’appartement 22, Rabat

3

1

Avec les œuvres d’Adel Abdessemed, Gabriella Ciancimino, Badr El Hammami, Pedro Gomez-Egaña et Younès Rahmoun, une intervention de LMDP (L'Autre Moitié Du Paysage) et des collaborations d’organisations culturelles et d’acteurs sociaux. Sous nos yeux (partie 1) inclut un programme radio conçu par Georgia Kotretsos.

Sous nos yeux est un projet en plusieurs parties, fait de rencontres, d'expositions et de publications. La proposition curatoriale explore des démarches artistiques comme autant d'écritures et d’inventions de matériaux. La petite histoire inscrit chaque œuvre entre un lieu spécifique d’investigation et un espace commun d’intervention. Cette correspondance se révèle, dans le projet Sous nos yeux (partie 1), tel un fil rouge, et prend la forme d’un rapprochement entre les montagnes du Rif, comme exemple géographique et La Kunsthalle, son histoire, ses activités et sa fréquentation. Que le lieu d’investigation retenu par l’artiste soit réel ou virtuel, il nous amène à lire et penser les idées des œuvres dans la grande histoire. C’est avec cette perspective, certes expérimentale, que le projet Sous nos yeux  associe les artistes, les chercheurs et les professionnels de l’art et d’autres sciences humaines, inscrivant la notion d’œuvre aux côtés des autres productions de la civilisation. 

Ce projet est conçu comme un chantier exploratoire des formes que peut prendre une exposition dont l’objet est de relier la production de chaque œuvre comme une proposition, une réponse, face au monde. Le quotidien et l’immédiat interagissent avec l’histoire et le lointain. Le travail est déplacé de son lieu de production, comme un geste, à son site d’exposition, vers une image de ce geste ou sa répétition. C’est dans cette traduction que le dialogue se construit, entre l’objet et le sujet, entre l’œuvre et l’artiste, pour donner lieu à la rencontre d’un public et par conséquent de l’histoire.

en

Sous nos yeux (“Before our Eyes”) is a project made up of several parts, including encounters, exhibitions and publications. The curatorial project will explore artistic processes as if they were writings or material inventions. Stories place each work in a specific place for investigation and a common intervention space. This connection is revealed as a common theme in Sous nos yeux (part 1) providing a link between the geography of the Rif Mountains and the Kunsthalle and its history, activities and frequentation. Whether the artist’s chosen investigation place is real or virtual, he leads us to read and think of the ideas behind the works in the context of history. From this undoubtedly experimental perspective the Sous nos yeux project brings together artists, researchers and professionals from the art world and other areas of the humanities, placing artworks within the context of society’s other forms of creative production.

Abdellah Karroum est chercheur et directeur artistique basé entre Cotonou, Paris et Rabat. Son travail concerne les questions de création d’espaces et le vocabulaire de l’art. En 2002, il fonde L’appartement 22, lieu de rencontre et d’exposition dont les premières expositions JF_JH interrogent la société. Ce lieu devient progressivement coopératif dès 2004, associant des commissaires internationaux en « Délégation Artistique » (Curatorial Delegation). En 2007, L’appartement 22 étend ses activités vers la R22-radio. Abdellah Karroum a été commissaire associé aux biennales de Dakar en 2006, Gwangju en 2008. En 2009, il a organisé une proposition pour l’articulation d’œuvres et de lieux pour la 3e Biennale de Marrakech. Il a été en 2012, directeur artistique du Prix International d’Art Contemporain de la Fondation Prince Pierre de Monaco, commissaire associé pour La Triennale au Palais de Tokyo de Paris et directeur artistique du projet "Inventer le monde-l’artiste citoyen", de la Biennale du Bénin. Commissaire invité à La Kunsthalle Mulhouse, Abdellah Karroum travaille sur le projet Sous nos yeux qui se poursuit aussi au MACBA, Musée d’Art Contemporain de Barcelone en 2014.

1

LMDP

2

Badr El Hammami

3

Gabriella Ciancimino

4

Adel Abdessemed

5

Pedro Gomez-EgaÑa

6

Younès Rahmoun

(L’autre Moitié Du Paysage)

Né en 1979 au Maroc, il vit et travaille à Valence en France.

Née en 1978 à Palerme en Italie, elle y vit et travaille.

Né en 1971 à Constantine en Algérie, il vit et travaille à Paris et New York.

Né en 1976 en Colombie, il vit et travaille au Danemark et en Norvège.

Né en 1975 au Maroc, il vit et travaille à Tétouan.

LMDP est une émanation de l’Ecole Nationale d’Arts de Paris-Cergy. Ce groupe existe depuis une dizaine d’années sous des formes différentes mais avec toujours la même obsession, exprimée de manière immédiate déjà par son nom : LMDP petit poème dérivant à la rencontre de nouvelles hypothèses, de nouveaux partenaires, un langage : LMDPaysage, Palais, Potager, Poitiers… Chacun.e peut devenir partenaire du groupe à tout moment et en toutes circonstances, et trouver en toute solidarité sa propre réponse. À La Kunstalle le groupe LMDP (L’Autre Moitié Du Paysage) poursuit une écriture collective et produit des gestes qui dévoilent le processus créatif entre l’histoire des rencontres et celle des rendez-vous programmés. Sous la direction de Claire Roudenko-Bertin, LMDP continue un dialogue multidirectionnel entre Marrakech et Mulhouse, pour transformer les incidents imprévus en éléments de réflexion sur l’essentiel des échanges artistiques et éthiques. LMMMDP (L’autre moitié du Paysage s’enrichit au passage de 2 M comme MarrakechMulhouse !)

Badr El Hammami expérimente de façon poétique le concept de frontière autour d’un ensemble d’installations, textes, photographies, vidéos et performances. Il questionne cette notion arbitraire sans laquelle l’étranger ne serait pas. Son statut d’étranger en France lui permet une lecture paradoxale des cartes et des territoires. Lorsque Badr regarde une carte, il ne voit pas « des pays juxtaposés, ni des formes », mais « un réseau de lignes, une forme rhizomique qui connecte tous les territoires ».

Gabriella Ciancimino se concentre sur les relations qui transforment l’œuvre d’art en un moment de rencontre ou de confrontation. Elle crée ainsi des Zones Franches où des communautés différentes peuvent tisser des liens et explorer de nouvelles possibilités dans la diversité de leurs expressions. Son travail s’articule autour d’actions in situ et d’œuvres collectives intégrant plusieurs médias (vidéo, musique, installation, dessin, graphisme, photo).

Adel Abdessemed aborde le thème de l’exil depuis son départ précipité d’Alger et de l’École des Beaux-Arts, le jour même de l’assassinat de son directeur, lors de la guerre civile des années 1990. La liaison qu’il entretient avec le monde témoigne d’une réalité malade de violences et d’exodes. La référence à Ulysse et à la Méditerranée est une constante dans son œuvre. L’art est une « porte de sortie ». Son travail propose un langage de la transgression pour briser les tabous liés au corps et aux idéologies.

Côte à Côte, 2012

Le Jardin de la Résistance, 2013

Les Mappemondes, 2012

Cette première œuvre photographique a été réalisée en dialogue avec les vendeurs ambulants, en majorité des Sénégalais, en transit dans les rues de Rabat. Lors de sa résidence à Mulhouse, l’artiste produit une « pièce » en relation avec la monnaie d’échange dans le Rif des années franquistes espagnoles, notamment en circulation dans la zone de Melilla. Cette œuvre fait écho à la première, dans un devenir figé. A.K.

C’est une œuvre qui se développe depuis la première résidence réalisée par l’artiste dans le Rif, notamment en relation avec la coopérative de femmes Noua’Rif en 2011. À Mulhouse, Gabriella Ciancimino mène une recherche sur l’histoire des résistances et propose des productions collectives, en collaboration avec différents groupes d’étudiants, d’artistes ou de la vie associative. A.K.

Elles sont réalisées avec le recyclage de métaux, boîtes de conserve et autres produits de consommation de masse. La carte est faite de l’assemblage de ces morceaux imprimés, marqués, pour reconstituer un monde « pris en otage par la publicité ». La Mappemonde proposée pour Sous nos yeux,  composée d’océans rouges et de continents rouges, est d’une violence silencieuse. L’artiste invente un vocabulaire, dans lequel le concept d’œuvre d’art implique celui de responsabilité. A.K.

Pedro Gómez-Egaña a recours aussi bien à la sculpture qu’à la vidéo, la photographie ou aux œuvres in situ qui explorent notamment les liens entre mouvement et temporalité. Certaines de ses œuvres consistent en des mises en scènes complexes où les spectateurs assistent aux transformations de compositions sculpturales. Son travail souligne également l’importance du temps dans les concepts de désastre, d’angoisse ou de catastrophe, si prévalant culturellement, tout en résistant à la logique du choc qui s’impose dans les médias. Il en résulte des œuvres à la fois ludiques et fantomatiques, qui vont de la vidéo performative à la production théâtrale élaborée, avec ses dispositifs de réception soigneusement mis au point.

Younès Rahmoun développe une œuvre multiple, mêlant des influences provenant de son univers personnel, de ses origines, croyances et expériences. Déclinant un vocabulaire de chiffres, de couleurs et de formes, l’artiste crée des œuvres souvent esthétiques, d’où émane une quête d’universalité. Loin de se restreindre à l’utilisation d’un seul et même médium, il explore avec curiosité les possibilités que lui offre son époque. Sa pratique va ainsi de l’installation au dessin en passant par les nouvelles technologies et le multimédia.

en LMDP is an offshoot of the National School of Fine Art in Paris-Cergy. This group has existed for around ten years, taking various forms but always maintaining its primary obsession, which its name immediately expresses: a little poetic twist represents new hypotheses, partnerships and languages: LMDPaysage (landscape), Palace, Potager (vegetable garden), Poitiers… Anyone can form a partnership with the group at any time and in any circumstances, and be given full solidarity to find their own response. The LMDP group works with collective writing and gestures which reveal the creative process linking the stories behind chance encounters and planned meetings. Directed by Claire Roudenko-Bertin, this group was formed at the Cergy Pontoise art school and continues a multidirectional dialogue between Marrakech and Mulhouse, transforming unplanned incidents into elements of reflection on the essential aspects of artistic and ethnic exchanges. LMMMDP, L’autre moitié du paysage (the other half of the landscape) has expanded with 2 Ms for Marrakech-Mulhouse!

en Badr El Hammami experiments poetically with the concept of borders, through an ensemble of installations, texts, photographs, videos and performances. He questions this arbitrary notion which makes the foreigner. His status as a foreigner in France allows him a paradoxal reading of maps and territories. When Badr looks at a map, he does not see «juxtaposed countries or forms» but « a network of lines, a rhizomic structure linking all territories ».

Côte à Côte, 2012 This first photographic work was created through a dialogue with street vendors, mostly from Senegal, he met in Rabat. During his residence in Mulhouse, the artist will produce a « coin » referring to the bargaining chips of the Rif during the Francoist Spanish years, especially in the area of Melilla. This work refers to the first one, in a fixed state of development.

La production de Côte à Côte a bénéficié du soutien de Prevel Signalisation.

en Ciancimino focalizes on the concept of relationships that transform artworks in moments of meeting/confrontation between individuals. She creates a Free Zone where different communities can find a bond, can experiment new possibilities in their multiplicity of expressions. She has developed a practice through site-specific actions and collective works using diverse media – as video, music, installation, drawing, graphic design and photography.

Le Jardin de la Résistance, 2013 (The Garden of Resistance) This is a piece of work which has been in development since the artist’s first residence in the Rif, particularly in relation with the women’s cooperative Noua’Rif in 2011. In Mulhouse, Gabriella Ciancimino is leading research into the history of resistance and proposes collective productions in collaboration with different groups, including students, artists or members of local associations.

en

His work deals with the theme of exile after his early departure from Algiers and the Ecole des Beaux-Arts, the same day that the rector was assassinated during the civil war of the 1990s. His relationship with the world bears witness to the sick reality of violence and exodus. References to Ulysses and the Mediterranean are a constant in his work. Art is an «exit door /way out». His work builds up a language of transgression to break taboos around ideologies and the body. Les Mappemondes, 2012 The Mappemondes are made with recycled metals, tins and other products of mass consumerism. The map is made by assembling these printed, marked pieces to recreate a world which has been «taken hostage by advertising». The Mappemonde shown for Sous nos yeux, made up of red oceans and red continents, is imbued with silent violence. The artist invents a set of vocabulary, in which the concept of artwork implies responsibility.

Anytime Now, 2008 Réalisé à L’appartement 22, Rabat. Le film, conçu au départ comme une performance pour caméra, est réalisé en extérieur sur le seuil de l’espace d’exposition. Pendant le tournage, le projet est dérouté par un événement extérieur qui rattrape le scénario initial : les cris des manifestants qui s’élèvent au milieu de la performance, occupent le champ sonore de l’œuvre et la ramène à la réalité du lieu de production et de son contexte politique. A.K. en Gomez-Egana’s practice varies from sculpture to video, photography, and site specific works that include a focus on motion and temporality. In some of his works this interest is manifest in intricate stagings where audiences can experience the transformation of sculptural bodies. At the same time, his work is motivated by the importance of time in cultural definitions of disaster, anxiety, and catastrophe whilst actively resisting the dynamics of shock found in media culture. The result is works that are ghostly and playful, and that range from elaborate theatrical productions with carefully devised viewing conditions, to performative video pieces.

Anytime Now, 2008 Created at L’appartement 22, Rabat. The film was initially conceived as a performance for the camera, and was made outside on the border of the exhibition space. During the shooting, the project is interrupted by an external event which goes back to the original scenario – the cries of the protesters who get up in the middle of the performance occupy the sound of the work and bring it into the reality of the production venue and its political context.

Younès Rahmoun montre une cartographie de la Ghorfa, et des production réalisées en amont ou après la réalisation de l’œuvre comme espace architectural dans les montagnes du Rif. L’artiste propose une intervention pour inscrire les lignes de son parcours dans un aller/ retour entre le paysage initial de son œuvre et l’espace urbain de son exposition. A.K. en Younès Rahmoun’s work is multifarious, mixing influences from his personal universe, origins, beliefs and experiences. By laying out a vocabulary of numbers, colours and shapes, the artist creates works which are often beautiful and which radiate a desire for universality. Far from limiting himself to one medium only, he explores the possibilities his period has to offer with curiosity. This means his methods range from installations to drawings, passing through new technology and multimedia techniques.

Younès Rahmoun presents a cartography of Ghorfa, and some pieces created before or after the completion of the work as an architectural space in the Rif Mountains. The artist intervenes to make his creative development part of a constant journey flitting between the initial landscape and the urban exhibition space. A.K.

Journal n°17 de la Kunsthalle  

Journal n°17 de la Kunsthalle à Mulhouse

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you