Issuu on Google+

CHAMPS VISUELS architecture

AMÉNAGEMENT URBAIN & PAYSAGE Visites

Deux maisons sur l’Île de Wight

Concours

L’aménagement des Quais Bas Rive Gauche

Dossier Spécial

Les voleurs de roses Atelier des paysages Ensa Normandie Les zones délaissées, les entrées de villes

Appel à candidature

Le Grand Prix d’Architecture de Haute-Normandie

Octobre 2011 n°87


CHAMPS VISUELS n°87 • octobre 2011 - 

ÉDITO

Chers lecteurs, Une nouvelle ligne éditoriale s’offre à vous. Les champs professionnels étant de plus en plus étendus, les rubriques de vos prochains numéros s’étofferont sur les spécificités juridiques, JOURNAL D’INFORMATIONS DU CONSEIL RÉGIONAL DE L’ORDRE DES ARCHITECTES DE HAUTE-NORMANDIE 111, Boulevard de l’Yser 76000 Rouen Tél. : 02 35 71 46 88 Fax. : 02 35 88 70 71 Mail : info@croahn.fr Directeur de la publication : Laurent Le Bouëtté

la formation au CREPA, et les évolutions des marchés publics. Pour cette nouvelle édition, une plongée dans le paysage vous est offerte en ouvrant la réflexion sur les compétences des architectes sur des échelles plus larges de notre territoire. Notre nouveau directeur du CREPA NORMANDIE, Thomas Staehle, vous livre les nouvelles offres de formations, plus affinées et en phase avec les attentes de tous les confrères. Enfin, je vous invite à déposer avant le 7 novembre prochain vos dossiers

Comité rédactionnel CROA : Laurent Le Bouëtté Dorothée Navarre-Vatinel Jean-Luc Boulard Anne-Delphine Marie Olivier Honnet Lucie Dorange

de candidatures afin de participer au Prix d’architecture et

Comité rédactionnel ma : Pascal Victor Anne Le Bellego Lynda Mirville Frédérique Mougeot

architectes inscrits au tableau pour une première constatée:

Comité rédactionnel CREPA : Thomas Staehle

profession. Ainsi, la quasi-totalité des inscrits est en règle avec

Crédit photos :

l’obligation d’assurance professionnelle. Le travail du CROA Haute

d’urbanisme de notre région... les détails dans ce numéro. Votre président et son conseil tenait à remercier tous les le travail effectué cette année sur la tenue du tableau indique clairement le niveau des responsabilités supportés par la

1ère couverture : Antoine Alves et Guillaume Renaux 4ème couverture : ma

Normandie sera dorénavant plus allégé sur ces problématiques.

Conception graphique et réalisation : id/SG - www.idsg.fr T. 01 39 51 67 70 P. 06 61 97 44 92

signature de complaisance et la protection du titre d’architecte.

Impression : Lecerf Rouen Offset

Il reste néanmoins une campagne d’action importante liée à la

Excellente lecture à tous, Laurent Le Bouëtté, Président du Conseil Régional de l’Ordre des Architectes de Haute-Normandie


Conseil Régional de l’Ordre des Architectes - 

SOMMAIRE

P2 ÉDITO P4/5 BRÈVES : ERRATUM MÉMOIRE N° 86 PROGRAMME DES 18/20 INFOS CNOA / CROA PRIX AMO MATÉRIAUTHÈQUE P6 HOMMAGES : DENYS ROBINSON ET GÉRARD ERNOULT P7 ACTUALITÉS : RÉFORME DU CODE DES MARCHÉS PUBLICS P8/9 VISITE DE 2 MAISONS SUR L’ILE DE WIGHT P10/11 RÉSULTATS DU CONCOURS : L’AMÉNAGEMENT DES QUAIS BAS RIVE GAUCHE P12 JURIDIQUE : LA NÉCESSITE DE L’ÉCRIT … SIGNÉ MODIFICATION DE LA LOI DE 77 P13 NOUVEAU FONCTIONNEMENT DU CREPA P14/18 MÉMOIRE «TU ME CACHES QUELQUE CHOSE…» P19/25 DOSSIER SPÉCIAL : LES VOLEURS DE ROSES ATELIER DES PAYSAGES ENSAN LES ZONES DÉLAISSÉES, LES ENTRÉES DE VILLES MAISON DE L’ARCHITECTURE P26/28 ÉDITO AGENDA 2011 LES PROCHAINES VISITES APPEL À PROJET P28 CA S’EST PASSÉ : INAUGURATION DE L’EXPOSITION VOYAGE À COPPENHAGUE FILM LE LOGEMENT À QUOI ÇA SERT 18/20 SUR LE LOGEMENT LE CHANTIER DU PALAIS DES SPORTS P29/30 C’EST NOUVEAU : COURS D’ARCHITECTURE ATELIERS POUR ENFANTS P31 ROUEN IMPRESSIONNÉE : ZOOM SUR MAM GALERIE ZOOM SUR PIERRE BESSON P32/33 GRAND PRIX D’ARCHITECTURE DE HAUTE-NORMANDIE P34/35 AGENDA, TABLEAU, EMPLOI, EXPOSITION


CHAMPS VISUELS n°87 • octobre 2011 - 

BRÈVES PROGRAMME : 18/20

PRÉSENTATION DE LA FFB ET DE L’OPQBTP, OU COMMENT METTRE EN PLACE DES RELATIONS DE PARTENARIAT AVEC LES ENTREPRISES DU BÂTIMENT Présentation de l’Office du Bâtiment et des Travaux Publics. L’OBQTP est un lieu de dialogue entre architectes et entrepreneurs qui échangent sur des sujets ou problématiques partagés afin de satisfaire au mieux leurs clients communs. Cadre unique et structuré où architectes et entrepreneurs s’y rencontrent en terrain neutre et sans rapport de force. Intervenant : Monsieur Philippe SIMON LA MISE EN ŒUVRE D’UN CHANTIER BÉTON VUE PAR L’ENTREPRISE SOGEA Mardi 6 décembre 2011 Les différentes étapes de la mise en œuvre d’un chantier béton. Préparation et ordonnancement du chantier, études d’ordonnancement, dossier d’exécution et suivi, QSE. Intervenant : SOGEA Nord Ouest Monsieur Jean-Louis PECHALAT

ERRATUM dans n°86

Mémoire de la formation Ingénierie, Architecture et Développement Durable présenté par Mariya PENCHEVA en pages 12 à 15 : Nous avons omis de mentionner le nom de l’auteur des perspectives présentées  : Philippe MADEC, Architecte.

ENTREPRISES DU BÂTIMENT EN DIFFICULTÉS FINANCIÈRES : Comment réagir face à cette situation / cabinets d’architectes en difficultés économiques, la conciliation Mardi 17 janvier 2012 1ère partie : Comment réagir dans l’urgence face aux difficultés des entreprises du bâtiment lors d’un chantier. 2ème partie : Comment réagir face à ses difficultés. Les architectes n’ont pas encore «intégré» que depuis le 1er janvier 2006, la loi a étendu le champ d’application des procédures de sauvegarde et a introduit de nouveaux moyens pour traiter de façon plus précoce les difficultés économiques. La procédure de conciliation est un de ces moyens. En amont du règlement judiciaire, simple et efficace, elle permet, quand elle est utilisée à temps, de bien gérer des difficultés financières passagères. Intervenant : Maître Marie-Pierre NOUAUD, Avocate DEA Droit Privé Général

INFOS CROA / CNOA

OBSERVATOIRE DE LA COMMANDE PUBLIQUE

Problème d’indemnités, délai trop court, procédure non appropriée. De plus en plus, nous faisons face à des procédures illégales en marchés publics. Nous vous remercions donc de nous faire parvenir les avis d’appel public à la concurrence litigieux pour lesquels l’Ordre des Architectes peut intervenir (Une fiche de renseignement sur les AAPC douteux à compléter avant toute demande est à votre disposition au CROA).

NOUVELLE VERSION DU CONTRAT D’ARCHITECTE POUR TRAVAUX NEUFS Le Conseil national propose une nouvelle version du modèle type de Contrat d’architecte pour travaux neufs. À télécharger sur le site : www.architectes.org

FOIRE AUX QUESTIONS (FAQ) 18/20 À VENIR : • Acoustique / jeudi 2 Février 2012 Intervenant : Monsieur BILLAUD, bureau d’études en acoustique Acoustibel • Le rôle d’un bureau de contrôle dans l’acte de construire / mardi 3 avril 2012 Intervenant : Socotec • Architecture et Aménagement du territoire Intervenant : Stanislas ROUX et Johanna LOYER • Isolation par l’extérieur • Expert d’assurance • Concevoir un projet bois avec un BET Structure

REVUES D’ARCHI Le conseil Régional de l’Ordre des Architectes et la Maison de l’Architecture sont abonnés à différentes revues : - Le moniteur des Travaux publics et du Bâtiment. - D’Architectures - EcologiK N’hésitez pas à venir consulter ou nous appeler si vous souhaitez retrouver un article

Le CNOA a mis en place depuis plusieurs semaines, une foire aux questions sur le site Internet de l’Ordre : www.architectes.org Différentes thèmes y sont traités (Inscription, mode d’exercice, charges sociales et fiscales, publicité et communication, marchés publics, litiges, permis de construire, relations entre associés, retraite). N’hésitez pas à vous connecter !

PANNEAUX DE CHANTIER Depuis le 1er septembre 2011, le Conseil Régional de l’Ordre des Architectes met à votre disposition des panneaux de chantier au tarif de 9 € TTC. Pour en obtenir, appelez le CROA ou envoyez un mail.


RTUR E DU CR

h à 17h30 à 12h et de 14 ndredi de 9h ve h 17 au à di di lun re nd Du di et le ve Fermeture le jeu 02 35 71 46 éphonique au Permanence tél de 9h à 12h tous les jours

PRIX AMO 2011 HABITAT ARCHITECTURE ENVIRONNEMENT 2ème édition de ce prix qui récompense conjointement le couple maître d’ouvrage / architecte. Le jury sera présidé par JeanLuc Hees, PDG de Radio France. Date limite de dépôt de candidature fixée au 3 novembre prochain. SONT CONCERNÉES PAR LE PRIX AMO HABITAT ARCHITECTURE ENVIRONNEMENT 2011 : Les opérations en construction neuve ou en réhabilitation, achevées après le 1er janvier 2008, s’inscrivant dans l’une de ces trois catégories : Habitat collectif, Réalisations comportant une mixité (habitat collectif et individuel) et/ou une mixité fonctionnelle, Village de maisons denses ou habitat intermédiaire. SONT EXCLUS : Les réalisations des membres du jury (architectes et/ou maîtres d’ouvrage) Les réalisations par des services techniques assurant à la fois le rôle de maître d’ouvrage et de maître d’œuvre Les bâtiments non occupés au 30 juin 2011 Téléchargez le règlement du prix sur : www.architectes.org

MATÉRIAUTHÈQUE DE L’ENSAN

PENSEZ-Y ! INSCRIVEZ-VOUS À LA LETTRE D’INFORMATION La matériauthèque de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Normandie est un centre de ressources sur les matériaux utilisés dans le bâtiment. Ses principales fonctions sont d’être : un centre d’exposition d’échantillons et de documentations techniques, un réseau de relation avec les fabricants et un lieu de travaux dirigés. La matériauthèque établit deux fois par semaine une lettre d’information, « l’infomatériauthèque » : actualités de l’architecture, la construction, les matériaux, la législation, les énergies renouvelables… Conscient que cette lettre d’information pourrait intéresser les architectes de la région, vous pouvez vous inscrire sur la liste de diffusion en contactant Jean-Luc Chevallier, responsable. Par mail : jean-luc.chevallier@rouen.archi.fr ou au 02.32.83.42.34

OA

hn.fr

ce : info@croa

En cas d’urgen

88

Conseil Régional de l’Ordre des Architectes - 

BRÈVES

IR ES D’OUVE

RA NOUVEAUX HO


CHAMPS VISUELS n°87 • octobre 2011 - 

HOMMAGES

DENYS ROBINSON

GÉRARD ERNOULT

C’était en 47 ou 48, avec deux de ses amis proches Denys sortait d’un routier minable situé en face du restaurant « LE GRAND VENEUR » à FONTAINEBLEAU.

Notre confrère havrais Gérard Ernoult nous a quittés début Septembre.

Leur AMILCAR 1928 était garée sur le parking de ce prestigieux établissement gastronomique.

Ancien élève de l’école d’architecture de Rouen, à l’atelier Herr, dans les années 50, il s’est installé au Havre comme associé du cabinet Loisel.

Un américain, voyant 3 jeunes de 20 ans, pieds nus, pousser cet invraisemblable vieux tacot pour le démarrer, lançait à Denys « donnez moi votre jeunesse, je vous donne ma Cadillac ». Denys n’a jamais voulu donner sa jeunesse ..., n’ayant de cesse de vouloir sillonner la France, construire des hôtels, jouer au golf , être amoureux et croquer la vie à pleines dents . Il était curieux du Design, de la peinture contemporaine, de l’urbanisme, mais c’est l’architecture qu’il a choisie et vécue avec passion. Diplômé de l’école de Rouen en 1954, il crée rapidement avec Michel Aupée l’agence « AUPEE-ROBINSON ». A l’étroit dans leurs locaux de la rue du Pré de la Bataille, ils se lient d’amitié avec 2 confrères : l’agence « Eric Le Verdier-Jean Gigou », structure d’importance équivalente, pour faire construire des bureaux communs Chemin de la Bretèque à Bois Guillaume. En 1968, leur rapprochement se scelle définitivement : l’ATAUB est créée et prendra l’ampleur que l’on connaît. Beaucoup de nos confrères s’y sont formés. C’est ensuite en 1993 qu’il fonde avec son frère Joël, l’agence Robinson et Robinson. Il y restera jusqu’en 2003, date à laquelle il a choisi de continuer à son rythme et indépendamment, ce métier qui était sa raison d’être. Faire le listing complet de 57 ans d’activités serait fastidieux mais Denys avait pris quelques spécialités. En voici quelques unes : Logements : Le Plateau des Aigles à Bonsecours, le Vallon st Hilaire à Rouen, l’immeuble Front de Seine à Rouen qui avait pour vocation de lancer le développement des quartiers ouest de Rouen. Architecte des Postes et communications Architecte des garages VAG Quelques fleurons de l’hôtellerie française car Denys a été, il faut le rappeler, l’un des initiateurs de l’hôtellerie moderne en contribuant dès son origine au développement et à la conception des différentes marques du Groupe ACCOR, des centres de thalassothérapie et des résidences de Personnes Agées. L’architecture de golf où Denys a pu exprimer avec une subtilité toute sportive, ses qualités de paysagiste. Le parcours de Saint-Saëns en est une illustration très appréciée de la clientèle anglaise. Parallèlement Denys a été membre du Conseil Régional de l’Ordre des Architectes, et administrateur de la MAF. Epicurien et optimiste hors normes, Denys n’hésitait pas à concevoir récemment des projets à échéance 2020, à vouloir découvrir le Pôle Sud dès sa sortie d’hôpital, et traverser 84 années d’existence d’une manière atypique et passionnante. Joël Robinson

Dans les années 60-80, il a réalisé de très nombreuses opérations de logements, notamment celles basées sur le modèle VAL DE SEINE, mis au point par l’agence Loisel-Ernoult-Renaud et décliné en Haute et Basse Normandie puis dans toute la France et en particulier autour de Dijon. Pendant ces deux décennies, cette agence, la plus importante du Havre, a construit plus de 1200 logements par an. Son intervention havraise a porté essentiellement sur le développement des grands ensembles du Mont-Gaillard, de Gonfreville-L’Orcher et de Caucriauville avec en particulier la Tour Réservoir construite en voiles béton de 12 cm et intégrant en partie haute un château d’eau. Comme architecte du Port Autonome du Havre, il a réalisé des bâtiments significatifs, dont la halle des dockers et la capitainerie du port avec son sémaphore. Gérard était un confrère alliant un tempérament franc, direct et pragmatique à une grande sensibilité conviviale et artistique qui a beaucoup marqué la profession qui s’associe aujourd’hui à la douleur de ses proches. Marc Le Chevalier Christophe Neuville Jacques Neuville Alain Decocq


Conseil Régional de l’Ordre des Architectes - 

ACTUALITÉS

RÉFORME DU CODE DES MARCHÉS PUBLICS (ARTICLES 74 ET 73) Le décret modifiant certaines dispositions applicables aux marchés et contrats relevant de la commande publique a été publié au journal officiel. Par ailleurs, le ministère des finances a mis en ligne, pour concertation, un projet de guide des bonnes pratiques en matière de marchés publics dont la lecture permet d’avoir confirmation des modifications à venir du code des marchés publics. Brièvement, deux articles essentiels concernent les architectes. L’ARTICLE 74 RELATIF AUX MARCHÉS DE MAÎTRISE D’ŒUVRE DEVRAIT ÊTRE SIGNIFICATIVEMENT MODIFIÉ 1) En procédure adaptée (marchés de maîtrise d’œuvre dont le montant est inférieur à 193 000 euros HT pour les collectivités territoriales et 125 000 euros pour l’Etat), la version actuelle de l’article 74 impose le versement d’une prime aux candidats ayant remis des prestations sans préciser la façon dont est calculée cette prime. L’Ordre des architectes a toujours demandé la suppression de toute remise de prestation architecturale en procédure adaptée. La remise de prestation est maintenue mais la nouvelle rédaction précise désormais les modalités de calcul du montant de la prime que le maître d’ouvrage public doit obligatoirement verser aux candidats ayant remis des prestations : la prime est calculée de la même manière que les primes de concours, soit 80% au moins du montant des prestations demandées. 2) En cas de dérogation au concours (réutilisation ou réhabilitation d’un ouvrage existant, ouvrage d’infrastructure, ouvrage réalisé à titre de recherche, d’essai ou d’expérimentation), l’ancienne version du code prévoiyait que deux procédures étaient utilisables : la procédure négociée spécifique ou la procédure d’appel d’offres. L’Ordre des architectes a depuis toujours insisté sur le fait que la procédure d’appel d’offres n’était pas appropriée pour l’attribution des marchés de maîtrise d’œuvre, cette procédure imposant la rédaction d’un cahier des charges intangible (ce qui est contraire à l’esprit de la loi MOP) et interdisant de surcroit toute négociation. Dans la nouvelle version de l’article 74, le recours à la procédure d’appel d’offres n’est possible que « dans l’hypothèse où les conditions de l’article 35 ne sont pas remplies », ce qui signifie que cette procédure ne peut plus être utilisée que pour les marchés de maîtrise d’œuvre ne comportant pas de conception. Ce résultat répond à une demande forte de la profession ! La procédure négociée spécifique devient donc la procédure de principe en cas de dérogation au concours. 3) Il est désormais possible d’utiliser la procédure de dialogue compétitif pour l’attribution d’un marché ou d’un accord-cadre de maîtrise d’œuvre pour la réhabilitation d’un ouvrage ou la réalisation d’un projet urbain ou paysager. L’Ordre des architectes a toujours été défavorable à cette procédure complexe et onéreuse et garantissant très difficilement le respect de la propriété intellectuelle. Il faut rappeler que cette procédure est strictement encadrée (le dialogue compétitif n’est possible que lorsqu’un marché public est considéré comme complexe) En outre, pour la maîtrise d’œuvre, l’article 74 prévoit le versement obligatoire d’une prime en précisant que son montant est égal « au prix estimé de toutes les études demandées par le maître d’ouvrage et définies par le règlement de la consultation affecté d’un abattement égal au plus à 20%. » et qu’il permet de surcroit la constitution d’un jury.

LE NOUVEL ARTICLE 73 VA CRÉER DEUX NOUVEAUX TYPES DE CONTRATS GLOBAUX : Les marchés de réalisation-exploitation -maintenance (REM) et les marchés de conception-réalisation-exploitation-maintenance (CREM). L’Ordre des architectes dénonce depuis de nombreuses années la généralisation des contrats globaux et s’est donc opposé à ces nouvelles dispositions car elles présentent la notion de performance dans un sens trop large qui va au-delà de la notion de performance énergétique. C’est la raison pour laquelle, l’Ordre des architectes a demandé que la passation de ces marchés soit conditionnée de la même manière restrictive que les marchés de conception-réalisation. Ce qui figure dans l’article 73 : à partir du moment où un CREM comprend la réalisation de travaux, il est soumis à la loi du 12 juillet 1985 (dite loi MOP) et ne pourra être conclu que s’il répond à une des deux conditions suivantes : s’il s’agit de bâtiments existants, un CREM ne pourra être conclu que « pour la réalisation d’engagements de performance énergétique » s’il s’agit de construction neuve, le maître d’ouvrage devra justifier des motifs d’ordre technique définis par la loi MOP qui permettent d’associer l’entrepreneur aux études de conception (il convient à ce titre de rappeler que l’urgence ne fait pas partie des motifs d’ordre technique). N’hésitez pas à consulter régulièrement les actualités sur le site de l’Ordre des Architectes www.architectes.org !


CHAMPS VISUELS n°87 • octobre 2011 - 

ACTUALITÉS WIGHT IS RIGHT

ÉCHANGE FRANCO-ANGLAIS - VISITE DE DEUX MAISONS SUR L’ÎLE DE WIGHT

Cette année, l’échange anglais s’est rendu sur l’île de Wight, au Sud de Portsmouth, bien connue des amateurs de voile. Le climat y est particulièrement doux. Au 19ème siècle, la Reine Victoria y fit construire son palais d’été (Osborne House) dans lequel elle se retira les dernières années de son règne. Les belles demeures se sont multipliées depuis. Nous avons visité deux réalisations récentes, qui témoignent chacune d’un rapport particulier au paysage.

HADDON LAKE’S HOUSE L’histoire commence dans un parc, de style victorien, longtemps délaissé. Un couple de paysagistes souhaite y construire sa maison. L’autorité de protection des sites naturels et classés accepte dans la mesure où le couple se propose de reconstituer le parc dans son état initial, et de le faire visiter. Si la maison est conçue et dessinée par un architecte (Mike Rainey), la plupart des travaux vont être réalisés par les propriétaires. La maison est construite au milieu d’une forêt en pente et à la jonction de deux grands éléments artificiels qui structurent le parc : un lac avec un jet d’eau, et un jardin entouré de murs. Au lac sauvage et romantique répond le potager si délicieusement médiéval. Face à eux, la symétrie de sous-pentes adossées au corps principal de la maison lui donne la préciosité d’une pendule de cheminée.

A l’intérieur, la maison se compose autour du bar entourant la cuisine-foyer. A l’étage, à l’aplomb du foyer, la chambre du couple avec vue sur le lac. Tout est simple, apprêté et de bon goût. On nage dans une revue de déco. Bien sûr, on comprend très vite que la vraie cuisine n’est pas là, mais derrière cette porte près de l’escalier. De même, une annexe est construite à côté pour accueillir les hôtes. Il faut admettre qu’exhiber sa maison comme un modèle de vie comprend beaucoup d’inconvénients, dont celui de laisser sa vie au vestiaire. Le tour du lac comprend une halte d’où il était indispensable de sortir l’appareil (photo). De ce point de vue bien canalisé, on peut ainsi se poser la question des origines. Du lac ou de la maison, lequel est le miroir des prétentions extraordinaires à gouverner soi-même et le monde ?


ACTUALITÉS Par Jean-Luc BOULARD Architecte

L’échange anglais existe depuis 28 ans. Y participent des architectes de la région havraise et du Hampshire. Il a été fondé par Alain Brocard et une nouvelle génération a pris le relais, emmenée par Jean-Luc Barrey (agence BDA). Il se déroule chaque premier Week-End de Juillet (départ jeudi soir, retour lundi matin). Une année en France, et la suivante en Angleterre. L’organisation entièrement bénévole est assurée par les participants du pays d’accueil pour un prix défiant toute concurrence. Cela fait un groupe d’une quarantaine de personne en tout, conjoints compris. Ils sont allés à Caen, Amiens, Lille, Paris, Rouen… Et ils nous ont emmenés à Londres, Glasgow, Bristol, Bath, Oxford… Les visites mêlent monuments patrimoniaux et architecture moderne ou contemporaine de qualité. Sans oublier la bonne chère ! Le prochain échange 2012 aura lieu au Havre. Avis aux amateurs !

TANE’S HOUSE Cette autre maison n’échappe pas à l’exhibitionnisme. Conçue et dessinée par son propriétaire, Lincoln Miles, designer de métier, elle a participé à une émission TV très célèbre en Angleterre, qui suit les protagonistes tout au long de la construction de leur maison par eux-mêmes. De fait, le propriétaire qui mena la visite, exaltait, tout à la joie de faire découvrir son univers. A l’origine était une sorte de bicoque sans qualité au cœur de la forêt. Le premier acte fut la réhabilitation de la maison. L’isolation par l’extérieur s’imposait pour limiter la perte de place. Mais d’emblée, le concepteur fit le choix du clin brut, assemblé à l’équerre, et brulé au chalumeau. Il fallait que le clin dialogue avec les ombres de la forêt. Et la maison se métamorphosa en un chalet étrange et contemporain. Vint ensuite le deuxième acte, l’extension de la maison : cubique, en bois et tôle ondulée d’Eternit. Les transitions sont remarquablement traitées. On entre en traversant un bassin

définissant une pièce extérieure. Puis, après le détour du sas, on suit la grande faille lumineuse qui fait la jonction avec la bicoque en bois. L’enfilade des pièces de séjour s’ouvre ensuite par une très grande porte vitrée coulissante sur le jardin d’agrément. Lequel jardin est dominé par la «  tour » où sont superposés salle de bain et dressing au 1er, et chambre des parents au 2ème. L’atelier de son épouse, artiste peintre ainsi que le studio de leur fille adolescente, occupent l’ancienne partie de la maison. Bicoque et extension forment ainsi un petit hameau, dont chaque élément peut avoir une vie indépendante. La tour, d’une dizaine de mètres, tutoie la cime des arbres et cherche à capter toute la lumière du soleil. Plaisir enfantin de la cabane. Chaque fenêtre offre un point de vue unique sur le paysage. A terme, le bâtiment se recouvrira entièrement de plantes et redonnera sa part d’ombre à la forêt. Poussant le mimétisme pour rejoindre le travail du peintre, la peau d’Eternit a été aspergée d’un mélange mystérieux qui verdira au fur et à mesure pour révéler quelque motif hasardeux.

Conseil Régional de l’Ordre des Architectes - 

WHAT IS ENGLISH EXCHANGE ?


CHAMPS VISUELS n°87 • octobre 2011 - 10

CONCOURS VILLE EN SEINE, AMÉNAGEMENT DES QUAIS BAS RIVE GAUCHE ET DE LA PRESQU’ÎLE DE WADDINGTON MAÎTRE D’OUVRAGE : VILLE DE ROUEN EQUIPES DE MAÎTRISE D’ŒUVRE : Architectes, BET, Economistes... In Situ Paysagistes et Urbanistes FHY Architectes et Urbanistes Les Eclaireurs Concepteurs Lumières SOGREAH bureau d’étude VRD BMF Ingénieurs Conseils en Economie du Bâtiment

CALENDRIER PRÉVISIONNEL : Etat actuel de l’opération : AVP Date de démarrage des travaux : Eté 2012 Durée des travaux : 12 mois COÛT DES TRAVAUX HT : 12.800.000 € HT INDEMNITÉS DE CONCOURS : 45.000 € NIVEAU DE RENDU DU CONCOURS : ESQ

PRÉSENTATION DU PROJET : A la fois port, parc et promenade, le futur espace public « Ville en Seine » est composé de trois séquences qui permettent aux promeneurs de glisser progressivement de la plaine fluviale aux plates-formes portuaires encore en activité : la grande prairie de Saint-Sever, les jardins coulisses de Claquedent et l’esplanade de la Curanderie. Promenade dans le temps, ce projet raconte aussi l’évolution du cœur de Rouen, des berges naturelles aux quais industriels.

Vue pont Guillaume Le Conquérant © Marc Boudier

Vue prairie © Marc Boudier

Vue marégraphe © Marc Boudier


Depuis 1997, la Ville de Rouen s’attache à reconquérir les berges de la Seine trop longtemps oubliées et marquées par la reconstruction de l’après-guerre. Au fil des années, les ambitions portées par les collectivités ont ainsi repoussé les limites de la cité et permis l’éclosion de projets aussi divers que la construction du pont Gustave-Flaubert ou encore la rénovation des hangars portuaires. En 2012, commence l’aménagement des quais bas rive gauche. LA PRAIRIE DE SAINT-SEVER : UNE ÉTENDUE D’HERBE OUVERTE SUR L’HORIZON DE LA SEINE ET DE LA VILLE Il s’agit d’une vaste fenêtre ouverte sur le fleuve, sur la colline Sainte-Catherine et sur la cathédrale ; d’une prairie urbaine qui fait tout simplement écho à la plaine fluviale. Lieu de tous les usages (farniente, promenade, jeux, pique-nique, solarium), cet espace est un site d’accueil d’événements culturels et sportifs. Au bout de celui-ci, dans la courbure du quai, s’installe une série de gradins qui descendent vers la Seine et, au gré des marées, se retrouvent à fleur d’eau.

LES COULISSES DE CLAQUEDENT  : UN JARDIN INTIME ET ARBORÉ Les « coulisses de Claquedent » s’inspirent de l’ancien nom du quai lorsque celui-ci était encore en activité. Plus intime et arboré, cet espace exprime à la fois le vocabulaire végétal de la vallée et l’univers industriel des berges transformées par l’homme. Différentes lignes végétales, parallèles et disposées en coulisses, alternent avec un réseau dense d’allées où il est possible de déambuler. Ce jardin est planté de différentes herbes et graminées, de saules, d’aulnes, de peupliers et de frênes afin de suivre les saisons. Là aussi, plusieurs usages sont prévus au fil des aires identifiées : terrain de pétanque, jeux pour enfants, jeux d’eau...

© Marc Boudier

L’ESPLANADE DE LA CURANDERIE : UN VASTE ESPACE PUBLIC, MOBILE, ÉVOLUTIF ET ACTIF La Curanderie rappelle les activités qui se déroulaient au début du siècle dernier sur les quais : réception des tissus, blanchiment... Ce grand vide nécessaire à l’époque pour réceptionner les marchandises doit aujourd’hui rester libre pour d’autres « arrivages » événementiels : Foire SaintRomain, Rouen sur Mer, Salon du livre de Jeunesse, Terrasses du Jeudi... Entre les platanes et les tulipiers, une série de terrains de jeux (basket-ball, volley-ball, football...) est programmée avec des équipements démontables. De même, dans l’axe de la rue Poret-de-Blosseville, une jetée belvédère dénommée « La Girafe » est mise en place depuis le quai haut pour rejoindre la Seine par le biais d’un escalier et d’un ascenseur.

© Marc Boudier

WADDINGTON, UN TERRITOIRE EN MUTATION Cet espace de 21 hectares est situé à la porte Ouest de Rouen. La presqu’île est aujourd’hui soulignée voire dominée par la silhouette du pont Gustave Flaubert. À la convergence de grands projets d’équipement (Palais des sports, Zac Luciline, Hangar 9, halte de plaisance...), il s’agit ici de redonner vie au site, de retrouver la géographie du delta du Cailly tout en préparant la base d’une urbanisation. L’entrée de la presqu’île est donc signalée par un miroir d’eau, suivie d’un parc enveloppant l’ancien Chai à vin et le Hangar 23. Cette masse boisée peut servir en temps de manifestation à l’accueil de guinguettes et de restauration comme une oasis de calme jouxtant l’agitation.

© Marc Boudier

AUTRES CANDIDATS : AUA Chemetoff / OKRA / WEST 8 URBAN

Groupement AUA Alexandre CHEMETOV + COMPTOIR DES PROJETS + ETAMINE + ARCADIS ESG + A.T.E.E.C. SARL + COUP D’ECLAT

Groupement OKRA LANDSCHAPS ARCHITECTEN BV + Agence UP + TRANS FAIRE + INFRA SERVICES + ATELIER JEOL

Groupement WEST 8 URBAN DESIGN + STUDIO ARNE QUINZE + EGIS AMENAGEMENT + LUMIERES STUDIO

Conseil Régional de l’Ordre des Architectes - 11

CONCOURS


CHAMPS VISUELS n°87 • octobre 2011 - 12

JURIDIQUE UN ÉCRIT ... SIGNÉ

Par Justine de WILDE, Service juridique

À votre disposition sur le site de l’Ordre : www.architectes.org, rubrique EXERCER LA PROFESSION, Commande privée > contrats types à télécharger (études préliminaires, pour travaux neufs, pour travaux sur existants, pour maison individuelles, etc.) Trop de dossiers de litiges parviennent à l’Ordre et ne peuvent être traités faute de contrat signé. Impossible alors de prévoir un règlement amiable entre les parties. Nécessité d’établir un écrit préalable à toute mission d’architecte. L’article 11 du code des devoirs professionnels impose la rédaction d’un écrit avec le client pour toute mission en tant qu’architecte. Ainsi, tout engagement professionnel de l’architecte doit faire l’objet d’une convention écrite préalable, définissant la nature et l’étendue de ses missions ou de ses interventions ainsi que les modalités de sa rémunération. Cette convention doit tenir compte des dispositions du code des devoirs professionnels et contenir explicitement les règles fondamentales qui définissent les rapports entre l’architecte et son client ou employeur. Si l’écrit n’est pas une condition de validité de la convention, l’architecte qui n’établit pas une convention écrite avec son client encourt le risque de voir son droit à rémunération remis en cause par celui-ci et, par suite, soumis à l’entière appréciation des juges. L’établissement d’un écrit permet d’éviter les contentieux et cadre l’étendue de votre mission ainsi que les modalités de votre rémunération. Si le client refuse de signer, proposez-lui le contrat type de l’Ordre. Le CCG Architectes proposé par le Conseil de l’ordre prévoit dans le cadre d’une mission normale les tâches suivantes : - études préliminaires ; - études d’avant-projets sommaires et définitifs ; - études de projet de conception générale ; - assistance pour la passation des marchés de travaux ; - apposition du visa sur les plans et spécifications correspondant aux travaux réalisés par les entreprises ; - direction de l’exécution des contrats de travaux ; - assistance aux opérations de réception ; - établissement du dossier des ouvrages exécutés. Il est prévu également un certain nombre de missions complémentaires, comme le relevé des existants ou des études d’exécution et de synthèse. Les contrats types téléchargeables sur le site de l’ordre (www. architectes.org) constituent une trame que vous pouvez moduler en fonction des exigences spécifiques à votre contrat, le principe étant le consensualisme en la matière. N’hésitez pas à contacter le service juridique du Conseil régional de l’Ordre des architectes pour toute question sur l’établissement de votre contrat.

MODIFICATION DE LA LOI DE 77 La loi n° 2011-525 du 17 mai 2011 de simplification et d’amélioration de la qualité du droit (dite loi Warsmann) a modifié la loi sur l’architecture. L’INTÉRÊT À AGIR DE L’ORDRE ENFIN ÉTENDU L’article 26 de la loi sur l’architecture a notamment pour objet de définir l’intérêt à agir du Conseil National et des Conseils Régionaux devant les tribunaux. Il précise ainsi «qu’ils ont qualité pour agir en justice en vue notamment de la protection du titre d’architecte et du respect des droits conférés et des obligations imposées aux architectes par la présente loi». Cette rédaction a été sujette à une interprétation restrictive des tribunaux, la reconnaissance de l’intérêt à agir dépendant de la nature du contentieux. L’article 11 de la loi Warsmann modifie l’article 26 en donnant à l’Ordre des Architectes une capacité accrue d’ester en justice. • L’Ordre a désormais intérêt à agir pour assurer le respect des droits et obligations imposées aux architectes non seulement par la loi sur l’architecture mais également par toute autre loi ou règlement (droit de la construction, droit de l’urbanisme, code des marchés publics, droit de la propriété intellectuelle, etc. • L’intérêt à agir de l’Ordre devrait désormais être incontestable en ce qui concerne le respect de l’obligation de recourir à un architecte. Dans un premier temps, la mise en œuvre du tout nouvel intérêt à agir de l’Ordre sera encadrée de manière à bien l’asseoir. LA DURÉE DES MANDATS ORDINAUX ARRÊTÉE L’article 22 de la loi de 77, pour les Conseils Régionaux, et l’article 24, pour le Conseil National, prévoient que «les membres du Conseil ne peuvent exercer un second mandat que si le premier n’a pas excédé trois ans». Cette rédaction restrictive n’était pas sans soulever des difficultés que la loi Warsmann a réglées. Les conseillers régionaux et nationaux pourront désormais exercer deux mandats consécutifs. La durée totale d’exercice d’un membre du Conseil est limitée à douze ans. Ce qui signifie qu’un conseiller régional ou national ne pourra effectuer que deux mandats de 6 ans, qu’ils soient consécutifs ou non. Et qu’une fois qu’il aura effectué deux mandats, il ne sera plus rééligible.


LES FORMATIONS DU CREPA

PROGRAMME DES FORMATIONS 2011

Les évolutions dans le bâtiment amènent régulièrement des exigences nouvelles de la part des maîtres d’ouvrage dans les domaines de l’accessibilité, de l’environnement, de l’efficacité énergétique … Progressivement les obligations de moyens cèdent la place à des obligations de résultats pour satisfaire à la nouvelle réglementation thermique (RT 2012) ou à des objectifs de qualité environnementale. Les architectes étant au centre de ces enjeux sont amenés à prendre en compte ces évolutions. A la croisée des chemins entre les maîtres d’ouvrage, les ingénieurs et les entreprises, les architectes ont toute légitimité à proposer une offre globale visionnaire en permettant aux bâtiments de répondre à ces nouvelles missions. Souhaitant développer une offre de formation de qualité, l’Ordre des Architectes, la Maison de l’Architecture et l’Ecole d’Architecture de Haute-Normandie, ont mis en place le CREPA (Comité Régional pour l’Education Permanant en Architecture). Ce pôle de formation continue dédiée aux architectes et aux professions associées, dispense des sessions de formation pour répondre à l’évolution du métier. Depuis le mois de septembre, l’animation du CREPA est assurée par Thomas Staehle qui aura notamment pour mission de proposer un plan de formation pour 2012 afin de répondre aux attentes de tous les professionnels. Parmi les différents thèmes abordés il y aura notamment l’architecture et l’environnement, la réhabilitation énergétique, la réglementation, la maison individuelle, la gestion d’entreprise. N’hésitez pas à lui faire part de vos remarques, pour qu’elles puissent être prises en compte dans le plan de formation à venir.

Crédit photo : Université

Des places sont encore disponibles dans les sessions de formation suivantes : CONCEPTION DES ÉTABLISSEMENTS DE SOINS OU STRUCTURES D’ACCUEIL POUR PERSONNES ÂGÉES OU HANDICAPÉES (Type J – Type U) Date à préciser – Au CREPA RÉGLEMENTATION ACCESSIBILITÉ HANDICAPÉES Les 13 et 14 octobre – de 9h00 à 17h00 Au CREPA CONCEPTION DES ÉTABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ET SECONDAIRES (Type R) Le 24 novembre – de 9h00 à 17h00 Au CREPA RÉGLEMENTATION THERMIQUE 2012 POUR LES BÂTIMENTS NEUFS : METTRE EN PLACE UNE DÉMARCHE POUR OPTIMISER L’ÉTANCHÉITÉ À L’AIR Les 7 et 8 décembre 2012 – de 9h00 à 17h00 Au CREPA

INFORMATION ET RÉSERVATION Thomas STAEHLE - CREPA Normandie 111, Bld. de l’Yser - 76000 ROUEN Tél. : 02 35 71 86 73 - Fax : 02 35 88 70 71 Mail : thomas.staehle@crepanormandie.fr

Conseil Régional de l’Ordre des Architectes - 13

FORMATION


CHAMPS VISUELS n°87 • octobre 2011 - 14

FORMATION «TU ME CACHES QUELQUE CHOSE ...»

Les relations que nous pouvons entretenir avec le paysage sont sensibles, partout notre vie défile devant nos yeux, le passé et l’avenir se mélangent; le présent est éphémère et instable, l’avenir difficile à imaginer, parfois source d’inquiétudes, le passé souvent magnifié et regretté. Combien de temps pourrons nous tenir à nous poser autant de questions, à régler autant de conflits internes en traversant nos paysages quotidiens ? « Tu me caches quelque chose », aujourd’hui nous avons tellement de connaissances et d’informations (vraies, fausses ou partisanes) sur l’état de notre planète que notre liberté d’aimer de « beaux paysages » risque de s’en retrouver réduite. Les « beaux paysages » sont parfois empoisonnés, empoisonneurs ou menteurs et le plaisir que nous devrions avoir à les regarder peut très vite se transformer en douleur. Cette douleur, c’est peut être de la peur, de l’amertume ou de la honte, face au résultat d’une société à laquelle j’appartiens et dont le bilan n’est visiblement (ou invisiblement) pas très brillant, avec en plus un avenir que nous n’arrivons pas à dessiner. Et voilà qu’aujourd’hui, brutalement, tout un pan de la société se met à « parler » d’environnement, des lois sont votées et un nouvel ordre moral est peut être en train de naître. S’il est difficile de contredire cette volonté de mieux faire, il faut aussi être vigilant et ne pas mettre notre société au pas, à partir de solutions trop simplistes. Il est aujourd’hui politiquement correct de préférer le vélo à la voiture thermique, il est de bon ton de ne pas critiquer les éoliennes, on ne peut qu’aimer les panneaux solaires, il faut coûte que coûte être bio…. Aimer de « beaux paysages », ce n’est pas nécessairement aimer de « bons paysages » ? Mais le beau d’aujourd’hui a peut être tendance à devenir synonyme de bon, sommes nous capables de faire fi de notre connaissance face à un paysage pollué ou polluant, sommes nous vraiment libres d’aimer ce qu’il nous plaît. Le rapport entre les images qui défilent et la connaissance que nous pouvons avoir de leurs contenus occasionnent très souvent des contradictions douloureuses pouvant par exemple, nous faire regretter d’avoir un instant aimé un « beau » paysage. Le beau est subjectif et peu explicable, il se manifeste quasi sauvagement et spontanément sans que l’on ait eu le temps de s’en rendre compte. La connaissance est dans ces moments, comme paralysée, le temps de ce flash. Mais lorsque qu’elle refait surface juste après avoir trouvé beau quelque chose que l’on sait mauvais pour notre environnement, le conflit intérieur se met en marche, augmentant le niveau de gravité du phénomène observé.

Zone industrielle du Havre, photo prise à la volée un soir de juin 2010, depuis l’autoroute A29, au niveau du passage sur le canal.

Afin d’illustrer ces pensées je prends pour exemple (entre autres) la traversée de zone de raffinage de pétrole de la zone industrielle du Havre, depuis l’autoroute A 29. Je trouve objectivement cela magnifique la nuit avec toutes ces lumières et ces fumées éclairées dans le ciel. Cette beauté ressentie sera diminuée au moment où je vais commencer à sentir ces fumées car je prends conscience de la pollution avec toute la leçon de morale qui va avec ; et si je reviens au même endroit le lendemain dans la journée sous un ciel chargé de pluie et de brouillard, je ne vais plus du tout aimer ce paysage et regretter d’avoir trouvé cela beau la veille. En vérité il est insupportable de voir ces fumées et poussières se rejeter dans notre atmosphère …. Tout cela pour me fournir en carburants. Mon objectif consiste à vous faire partager une succession de paysages ordinaires et quotidiens que je traverse et d’en extraire les différents messages qu’ils me renvoient. Que le beau se manifeste ou pas, les images sont chargées d’informations étroitement liées à mes connaissances. Mes recherches sont restituées sous la forme d’un texte illustré de nombreuses photographies (dont voici quelques extraits), volontairement prises à la volée, afin d’être le plus proche possible de la réalité. La pensée ne s’arrête pas, elle happe les éléments à la vitesse du regard. C’est à cette même vitesse que les sujets défileront, les informations contradictoires se heurteront. Les thèmes que j’ai abordés sont variés, il est question de l’agriculture, de l’industrie, de la route et de la circulation, de l’urbanisation, de l’énergie….


...suite

Par Eric GERMAIN (paysagiste/urbaniste) Formation développement durable - Session 2010 à Rouen

« QUELQUE PART SUR L’AUTOROUTE A 5 » Il arrive souvent de ne pas savoir où nous nous trouvons exactement sur un trajet d’autoroute, les paysages défilent, l’esprit est un peu groggy par la vitesse et de temps à autre, une image se fixe....

Cet arbre au milieu de cette plaine de la Bourgogne (je pense) a capté mon regard d’une manière très furtive, à cette vitesse, son temps de passage derrière la vitre est très rapide. C’est incroyable ce qu’un tout petit arbre seul au milieu de la plaine, peut déclencher comme interrogations ou affirmations. Est-il le dernier témoin d’un paysage plus dense en végétation ? Indique t-il une croisée de chemins ou de routes ? Y a t-il quelqu’un d’enterré au pied ? Prévient-il de la présence d’une cavité souterraine ?

Pourquoi a t-il été épargné par l’agriculteur qui exploite cette terre ? Est-il le témoin d’un souvenir particulier ? On ne peut pas non plus empêcher l’esprit de s’engager vers des terrains plus polémiques au sujet des pratiques agricoles. Sans vouloir prôner le retour au bocage, il semble important de réfléchir à une nouvelle trame végétale capable de compenser les pertes de la biodiversité occasionnées par les pratiques agricoles intensives. La beauté de ce paysage n’excuse pas pour autant la disparition de la biodiversité engendrée par l’homme, l’esprit ne peut pas non plus s’empêcher de douter sur le système de subventions qui favorise les plus grosses exploitations qui sont aussi les plus polluantes et dévastatrices. Un peu plus loin, le regard capte cette route plantée qui déclenche encore plus de réactions. C’est surtout du regret qui se déclare : les routes bordées d’arbres, c’est une culture; les vieilles chansons Françaises les racontent. En 1972, Pompidou disait de ces alignements, en titrant «ces arbres qu’on abat»: « La France n’est pas faite uniquement pour permettre aux Français de circuler en voiture, et, quelle que soit l’importance des problèmes de sécurité routière, cela ne doit pas aboutir à défigurer son paysage ».

Conseil Régional de l’Ordre des Architectes - 15

FORMATION


CHAMPS VISUELS n°87 • octobre 2011 - 16

FORMATION ...suite

« SOUS LA PLUIE ET LE SOLEIL » Les vérités sont encombrantes, elles sont un frein au plaisir de voir, elles nous empêchent de profiter de la vie comme nous aurions aimé le faire : tu roules, tu profites du paysage et tout va bien. C’est un peu ce qui peut se passer quand un filtre se pose devant nos yeux, comme la nuit, la neige ou bien la pluie. Cette quatre voies est en règle générale très banale, elle fait partie des paysages quotidiens qui n’apportent pas de joie particulière, bien au contraire. Cette forte pluie baignée de soleil qui vient s’abattre sur le pare brise est une superbe chance. Les véhicules soulèvent de la poussière de pluie (sûrement très chargée en hydrocarbures ainsi qu’en gommes de pneu, mais peu importe pour le moment...). La lumière s’accroche, la vitre se brouille, vous quittez le réel sur un temps de balai d’essuie-glace, vous vous retrouvez acteur et spectateur d’un tableau et tout va vraiment très bien. Les relations avec notre environnement sont d’une grande complexité, ce que je veux défendre à travers ces histoires, c’est la liberté de prendre le plaisir que peut nous apporter un paysage, quel qu’il soit, le temps d’une alchimie...

« POTENTIELLEMENT NOCIF MAIS TELLEMENT BEAU... » L’AGRICULTURE, CRÉATRICE INVOLONTAIRE D’ŒUVRES D’ARTS. Un champ de lin venant d’être arraché, des balles d’herbes coupées sous plastique, des rouleaux de pailles, des coquelicots.... L’agriculture a autant la capacité de produire et de détruire les paysages. Elle génère involontairement des paysages qui sont issus des pratiques agricoles. Ils ne sont créés ni pour être beaux, ni pour être laids, ils sont une résultante d’un mode de production. La qualité esthétique n’est pas dépendante de sa qualité environnementale. Les champs de blé sans une seule herbe sont d’une beauté très pure, pourtant, ils nécessitent de nombreux passages d’herbicides très polluants. L’herbe est ensilée et stockée dans des balles en plastique, elles remplacent les animaux dans les prairies. L’arrachage du lin qui est couché sur le sol génère ces lignes de dégradé de vert en attendant la pluie qui le fera rouir. Les Coquelicots que nous trouvons tous remarquables font partie des mauvaises herbes pour l’agriculture intensive.


...suite

Par Eric GERMAIN (paysagiste/urbaniste) Formation développement durable - Session 2010 à Rouen

PAYSAGES ET ENVIRONNEMENTS DÉGRADÉS. La défense du cadre de vie et de son environnement est un impératif social et médical. La page d’illustration ci-jointe, exprime un très mauvais jour. Ces 5 clichés racontent un morceau de route entre Vire et le périphérique de Caen dans le Calvados. Paysage plastifié : Pour ne plus avoir à entretenir et pour ne plus voir d’herbe, une majorité de techniciens du paysage utilisent des bâches plastifiées qu’ils fixent à même le sol avant de planter de l’ornement. Cette méthode empêche l’herbe de pousser. Permettez-moi de m’inquiéter sur l’état mental de notre société qui s’affole devant un brin d’herbe. Les «gens» vous dit-on, veulent des paysages «propres», aussi n’a-t-on pas hésité à généraliser cette pratique, sur des kilomètres en bords de routes, mais aussi dans les villes, dans les parcs. Il faut arrêter de lutter contre la nature, il faut travailler avec elle, l’accepter et la maîtriser, si besoin était, en douceur. Animal mort percuté par un véhicule : ce blaireau fait partie des 100 000 animaux (grande faune) morts percutés par des véhicules sur la route et par année. En tant qu’automobiliste, je participe à ce carnage sans m’en apercevoir forcément. Les insectes et amphibiens subissent un lourd tribut également...

Affichage sauvage sous un pont pour un parti extrémiste : sans entrer dans un débat politique, cette affiche et ce sigle surtout, véhiculent une menace et traduisent un mal être. La mauvaise qualité du cadre de vie peut être responsable, en partie seulement, du succès grandissant de ce mouvement «politique». Talus traité à l’herbicide par un agriculteur (pratique courante) : il a d’abord fallu s’habituer à la disparition des haies en bordures de champs, maintenant, c’est au tour de l’herbe de disparaître. Depuis quelques années, de nombreux agriculteurs traitent les accotements, ne laissant plus aucune chance à la faune et la flore de se développer. Urbanisation galopante aux abords de Caen, vue depuis le périphérique Sud. Après ce «merveilleux voyage», c’est cette urbanisation galopante qui attire le regard. En France, les terres agricoles sont grignotées chaque année et cette image résume ce qu’il peut advenir. Le tracé d’une déviation vient marquer une limite à l’urbanisation, c’est le cas dans cet exemple et le projet urbain se résume en une opération de remplissage. Le résultat est aussi accablant qu’illisible : les pavillons viennent s’agglutiner contre la glissière de la déviation, comme poussés par les autres derrière. Le projet urbain est plus que nécessaire, il faut en avoir la maîtrise.

Conseil Régional de l’Ordre des Architectes - 17

FORMATION


CHAMPS VISUELS n°87 • octobre 2011 - 18

FORMATION ...suite

Par Eric GERMAIN (paysagiste/urbaniste) Formation développement durable - Session 2010 à Rouen

« PAYSAGES DE CINÉMA... » L’ÉQUILIBRE...

« FRAGILE ... »

Je pense que ce paysage est capable de procurer du bonheur à un bon nombre d’entre nous. Il doit correspondre à une mesure parfaite, le rapport par exemple entre la largeur de la route, la hauteur des arbres et l’endroit où ils sont plantés. Le rapport des couleurs...., mais il serait presque dommage d’être trop bavard. C’est pour moi, une sorte d’Eden.

Je vous présente mon paysage quotidien et il n’est pas un passage sans que je craigne le quart d’heure qu’il faudrait à un bûcheron pour abattre cet arbre. Regardez bien la photo du haut qui montre si bien ce superbe équilibre entre le bouquet d’arbres à gauche en premier plan, cet arbre à droite qui lui répond, avant de venir ricocher sur le troisième en arrière plan à gauche de la photo.

Je ne voudrais pas trop gâcher votre plaisir, mais je vous signale que le blé qui est cultivé ici, n’a rien de biologique, il n’y a pas un brin d’herbe ni même un coquelicot, il est tout autant empoisonné que les autres. La qualité du paysage pourrait nous le faire oublier...

«J’aimerais vivre le paysage autrement que dans la crainte».


Conseil Régional de l’Ordre des Architectes - 19

DOSSIER SPÉCIAL LE PAYSAGE À L’ENSAN

Ecole Nationale Superieure d’ Architecture de Normandie

Nous traversons actuellement une profonde mutation de société qui n’est pas seulement une crise économique, elle est aussi une crise de civilisation qui nous invite à relever le triple défi d’un développement économiquement viable, socialement équitable et écologiquement soutenable. L’art de concevoir un bâtiment et de concevoir la ville vit à l’aune de ces enjeux. Il est de la responsabilité des écoles d’architecture et plus spécifiquement de celle de l’ENSA Normandie en raison de son inscription particulière à un territoire qui concentre toutes ces problématiques avec une acuité particulière, d’accompagner ces mutations. Les métiers auxquels la formation prépare sont en effet au cœur des défis qui nous attendent. Interroger le rapprochement disciplinaire entre l’architecture et le paysage fait donc naturellement partie des préoccupations de l’école afin d’armer les étudiants, futurs professionnels de l’architecture, aux outils, méthodes, et surtout croisements interdisciplinaires dont le terreau commun serait la question projectuelle. Si, en pratique, nous en constatons l’existence au quotidien ─ ne serait-ce qu’en observant le montage des équipes de marchés publics─, il est intéressant, dans ce rapprochement entre architecture et paysage, de souligner la prise en considération du réel en tant qu’il est perçu et représenté. Architecture et paysage ne consistent pas uniquement à associer l’architecture à la nature ou aux autres concepts signifiant le réel (contexte, site, milieux). Les problématiques soulevées par les thèmes de la perception, de la représentation et finalement les images tout au temps que celles de matérialité et de technicité sont au cœur des enseignements dispensés.

L’ATELIER ARCHITECTURE ET MILIEU NATUREL SEMESTRE 5 DU CYCLE LICENCE Cet atelier vise à introduire dans le projet d’architecture, la culture environnementale par le biais du sensible. La conception architecturale en interaction avec le milieu naturel devient un moyen de proposer une poétique intégrant des problématiques environnementales et paysagères. Il s’agit de comprendre comment le paysage et l’environnement sont des éléments fédérateurs et structurants du projet d’architecture, mais aussi comment tout projet d’architecture transforme le paysage. Chaque site, quelle que soit l’échelle convoquée, amène à une conduite de projet spécifique et chaque projet construit un paysage particulier, dans un aller / retour entre site et projet. Il vise à sensibiliser de futurs professionnels à la problématique des interrelations architecturales et paysagères et à constituer un savoir sur la lecture des sites. L’atelier se déroule en 3 phases : • La première phase à l’échelle territoriale consiste en un parcours du grand paysage, une observation et une restitution cartographique des éléments du territoire observé afin d’aboutir à la constitution d’une banque de données objectives selon des thématiques définies. • La deuxième phase à l’échelle du site consiste en une analyse du site du projet ouvrant sur le choix d’une problématique environnementale prioritaire (gestion de l’eau, du vent, de la lumière, du sol, continuités paysagères et écologiques avec l’environnement etc) liée à la définition d’un parti clair d’implantation des bâtiments. Le programme proposé s’articule autour d’un petit équipement et/ou d’un bâtiment de loisirs destiné à faire découvrir les espèces végétales, animales et les activités de la région, fonctionnant dans des temporalités variées (jour nuit, été hiver), intégrant la notion d’espace public (espace ouvert, accessible à tous et aux usages multiples, lien entre équipements). • La troisième phase de conception architecturale, la plus longue, approfondit au niveau du bâti le rapport architecture/ milieu naturel du point de vue spatial, temporel, organique, paysager ou topographique, selon les cas. Elle est également centrée sur la matérialité et la gestion rationnelle des paramètres environnementaux. En final, le projet est apprécié dans son rapport entre la poétique architecturale et la problématique environnementale prioritaire.

© Céline Grimaud et Thomas Hauchecorne - Voyage vers le vent


dossier spécial /// CHAMPS VISUELS n°87 • octobre 2011 - 20

DOSSIER SPÉCIAL LE PAYSAGE À L’ENSAN

L’atelier dans sa position centrale est en interrelation avec un TD « représentation » qui développe une approche sensible du site en début d’atelier, avec un TD « matérialité » qui investit l’approche environnementale d’un point de vue technique, et avec un cours de théorie « architecture, paysage et espace public ». Les points de vue de l’architecte et du paysagiste sont associés de manière transversale sur l’ensemble de l’atelier, ces deux cultures étant au service du projet architectural. Un binôme, constitué d’un architecte et d’un paysagiste, encadre le travail d’atelier. Le rapport à l’eau guide chaque année le choix du site de projet. Le bassin versant de la Seine, depuis Paris jusqu’à l’estuaire a été le support des différents projets sur les rives de la Seine ou de ses affluents : les rivières du Cailly, de l’Austreberthe aux alentours de Rouen, les rives de l’Austreberthe à Barentin, les berges de Seine à Paris, puis à la Roche Guyon, le marais de la Réserve naturelle de l’Estuaire de la Seine… L’atelier intègre la problématique du diagnostic «Seine Métropole» de l’équipe d’Antoine Grumbach & Associés. En 2009, les travaux des étudiants sur les berges de Seine à Paris ont été exposés au Pavillon de l’Arsenal. Puis en 2010, le Château de La Roche Guyon a accueilli les travaux des étudiants sur les berges de Seine dans la commune. L’INTENSIF PAYSAGE SEMESTRE 3 DU CYCLE MASTER Cet intensif prend place en préalable de l’atelier de projet du second semestre de la quatrième année. Partant de l’hypothèse que chaque site, chaque regard posé sur lui, mais aussi chaque problématique qu’on souhaite lui attacher, sont des éléments déterminants de la démarche de projet et permettent de faire émerger un projet particulier. Ce TD intensif, confronte les étudiants à un exercice rapide d’une semaine durant lequel ils devront répondre à une question par la production d’un dispositif spatial. La question posée se développe en deux parties, la première est : « comment, lors d’une unique visite de site, relever les caractéristiques paysagères et environnementales du territoire de projet et les hiérarchiser pour que celles qui semblent essentielles soient motrices du projet ? » La deuxième partie de la question est : « comment exprimer le plus efficacement possible les caractéristiques paysagères essentielles du site, et les mettre en valeur par un processus de densification urbaine ? » Il s’agit de développer l’acuité du regard des étudiants lors de leurs visites de site, de développer l’efficacité et la rapidité dans la réflexion (hiérarchiser, faire des choix) et dans la production d’hypothèses de projet.

AMÉNAGEMENT URBAIN & PAYSAGE

LE MASTER D’ARCHITECTURE FILIÈRE PAYSAGE Ce master d’architecture filière paysage a été constitué depuis 2 ans en collaboration avec l’université d’Hanoi au Vietnam au sein du département Architecture. L’objectif est de former des étudiants en architecture au domaine du paysage en abordant la question du paysage à travers des pratiques et des méthodes issues des cultures orientale et occidentale, d’une part par le renforcement de la pratique de la langue française d’autre part par la diversité des approches proposées. La formation au paysage proposée prépare des professionnels à l’organisation qualitative des territoires urbains, périurbains et ruraux. La structure d’enseignement est alimentée par les connaissances réparties en deux domaines, l’un consacré aux sciences techniques, l’autre aux sciences humaines et sociales. Compte tenu de leur amplitude et de leur universalité, ces connaissances sont toujours abordées sous l’angle de la problématique du projet ce qui permet de les cibler plus efficacement. Effectivement, l’enseignement est nourri par l’atelier de projet qui est la forme la plus proche de l’activité professionnelle à venir. Ces ateliers sont renforcés par la mise en place de cours théoriques et de laboratoires, et par d’autres formes transverses de relation à la pratique : stages, voyages d’études, conférences professionnelles. Cette formation a permis de mettre en place tant des échanges d’enseignants que d’étudiants. En conclusion, la transmission est un enjeu essentiel pour l’avenir de la création et des métiers de l’architecture. L’ENSA Normandie répond présente en impulsant Diversité, Invention, et Initiatives. L’enseignement du paysage en est un des témoins.

Fabienne Fendrich, Directrice de l’ ENSA Normandie .


Avec la collaboration de Gwenaelle Ruellan paysagiste et enseignante à l’ ENSAN

« Interroger le rapprochement disciplinaire entre l’architecture et le paysage fait donc naturellement partie des préoccupations de l’école afin d’armer les étudiants, futurs professionnels de l’architecture, aux outils, méthodes, et surtout croisements interdisciplinaires dont le terreau commun serait la question projectuelle. »

© Antoine Alves et Guillaume Renaux - Architecture solaire

© Axel Chauvin et Laurent Brouta - Contingence

© Brice Desportes et Petra Holcova - Seashell

© Nolwenn Battistoni et Paul Beaucé - Mouvance

© Marie Madic et Paul Le Digabel - Habiter le mur, génèse du projet

Conseil Régional de l’Ordre des Architectes - 21

DOSSIER SPÉCIAL


dossier spécial /// CHAMPS VISUELS n°87 • octobre 2011 - 22

DOSSIER SPÉCIAL LES VOLEURS DE ROSES* * Les Voleurs de Roses est une association loi 1901 aux préoccupations culturelles. Elle est un noyau de réflexion, de création et de partage, polarisée sur le paysage.

AMÉNAGEMENT URBAIN & PAYSAGE

Contact : les.voleurs.de.roses@orange.fr

Quatre Voleurs animent l’association : Jean Christophe DEBORD, président et jardinier paysagiste Lynda AYRAL, trésorière et coordinatrice dans un service associatif Marion DUTOIT, paysagiste artiste Marc VATINEL paysagiste, entrepreneur. Et puis, il y a aussi les adhérents et les havrais, les complices en tout genre, fidèles des sessions de jardinage (La Ligue Havraise, Stop Galère, Centres Sociaux…).

En 2011, Les Voleurs de Roses se sont lancés dans un projet pour l’amour de Perret : Sous le Ciel la Terre se veut la continuité logique d’un urbanisme interrompu. Les toitures plates de la ville reconstruite sont le champ d’expression évident de jardins modernes. Les immeubles de Perret, bâtis sur le sol des décombres de la guerre, et par le recyclage de ces mêmes débris nous semble pouvoir retrouver fertilité, soit une juste reconsidération des Havrais pour leur ville. En 2017, Le Havre fêtera ses 500 ans, les Voleurs de Roses prennent le tournant vert et alternatif de la ville de béton. Imaginez, vue depuis la crête de la falaise du Havre, la ZZPPAUP recouverte d’un tapis végétal. Imaginez, depuis les trottoirs de la ville basse les graminées qui dansent par-dessus les acrotères… que du beau, que du bio ! SOUS LE CIEL LA TERRE, c’est deux temps, un très court et un très long. Le très court, c’est le temps du chantier, gros ramdam sur le macadam. On jardine sur quelques jours au pied des terrasses, 40 jardiniers pour remuer surtout la terre, planter les élues vertes dans un dispositif intelligent mis en place pour l’occasion … et aussi parler à son voisin, qui est peut être différent, ou qui vient peut être d’ailleurs, d’ailleurs … ici on jardine en équipe et en fête. Enfin, le temps long, c’est celui des saisons, où chaque automne, chaque printemps, un nouveau carré de verdure se reflète dans le ciel… Aujourd’hui, déjà, un jardin sur les toits du Club Nautique Havrais sert de lexique botanique, on y trouve 80 essences exposées aux

© Yann Monel

Les toits des immeubles Perret vus depuis la ville haute (le Havre)


« Sous le ciel, la terre ... »

Propos recueillis par Dorothée Navarre Vatinel

conditions extrêmes du front marin ; la terrasse plantée sert aussi de lieu de visite et de démonstration pour les futur jardins. On vous fait la visite à la demande, n’hésitez pas… Au fait, le prochain jardin est prévu pour les 21-22-23 octobre, propriété du Bailleur Estuaire de la Seine, le cadre est fabuleux : Architecture et Esprit de la reconstruction, puisqu’il s’agit d’un séchoir collectif au cœur d’un îlot des années 50… juste derrière le Musée Malraux. Et puis au printemps, sans doute, les toits de la

© Yann Monel

résidence Surcouf, autour du séchoir, vue sur mer pour nos belles plantes ! La ville du Havre a proposé une dizaine de sites de jardinage, s’y tiendra t’elle ? L’Association cherche toujours des fonds, des mécènes et toujours plus d’espace pour des plantes qui ne demandent qu’à prendre racine. Allez, faut que ça marcotte sous le ciel…

© Yann Monel

© Yann Monel

Conseil Régional de l’Ordre des Architectes - 23

DOSSIER SPÉCIAL


dossier spécial /// CHAMPS VISUELS n°87 • octobre 2011 - 24

DOSSIER SPÉCIAL PETIT GLOSSAIRE METAPHORIQUE AMÉNAGEMENT URBAIN & PAYSAGE

À l’usage de confrères en manque d’inspiration pour préparer une notice architecturale ou paysagère. Langage d’origine médicale, fonctionne particulièrement pour aborder tout discours associé aux lotissements pavillonnaires. Voir aussi, au besoin, les synonymes de lotissement : morcellement, partage, démembrement, division, fractionnement, séparation, répartition, parcelles, morceaux… .qui font appel au vocabulaire plus imagé de la boucherie ou du crime. Pour les éco-lotissements, se référer au lexique du développement durable ou à celui du marketing.

Artères : Les artères sont les vaisseaux qui conduisent le sang rouge oxygéné dans le poumon, du cœur à toutes les parties du corps. Asphyxie (du gr. a, sans, et sphuxis, pulsation) : Difficulté ou impossibilité de respiration, c’est-à-dire de l’absorption d’oxygène et de l’expulsion d’acide carbonique, d’où l’absence de régénération du sang et des tissus. Elle aboutit à la mort si on n’intervient pas. Cancer : Tumeur maligne, résultant de l’apparition et du développement, en une partie quelconque du corps, d’un tissu nouveau, déviation d’un tissu normal ; les cellules cancéreuses cessent d’être soumises à la règle qui gouverne les cellules de l’organisme, une multiplication sans frein crée, sur le point malade, une colonie de cellules toutes semblables et cette colonie s’accroît indéfiniment en conservant son type cellulaire caractéristique. Chancre (du lat. cancer, ulcération rongeante) : Petite ulcéra-

tion ayant tendance à s’étendre et à ronger les parties voisines. Etait pris, autrefois, par les médecins, et encore aujourd’hui par le peuple, comme synonyme de cancer. Cœur : Le cœur, organe central actif de la circulation, est une poche musculaire dont les contractions assurent le cours du sang. Congestion : Afflux de sang dans un organe (peau, poumon, cerveau, foie, rein, utérus) ou une partie seulement d’un organe, sans altération des vaisseaux où il se produit. Gangrène : Mortification d’une région plus ou moins étendue. (…) La gangrène est dite humide quand elle s’accompagne de cloques, de suppuration et de putréfaction, qui se manifestent par un suintement fétide et un état général mauvais. Dans le cas contraire, la gangrène est dite sèche. Greffe : Transplantation de peau ou d’organes d’une région sur une autre. La partie


Conseil Régional de l’Ordre des Architectes - 25

DOSSIER SPÉCIAL Par Olivier Honnet, architecte

transplantée peut rester ou non adhérente par un de ses points à la partie du corps où elle était primitivement fixée. Les greffes ont pris dans ces dernières années un essor considérable. Hybride (du lat. hybrida) : Composé de deux ou plusieurs éléments de nature différente ; qui participe de plusieurs espèces. Mutation (du lat. mutatio, de mutare, changer) : Modification brusque et héréditaire apparaissant chez les êtres vivants, et qui est à l’origine d’une nouvelle variété. Opération : On doit se résoudre à une opération qu’après avoir consulté son médecin habituel et l’avoir mis en relation avec le chirurgien choisi. (…) Le malade, surtout si l’opération porte sur la tête, la poitrine et les membres supérieurs, sera levé aussi précocement que possible.

Organe : Ensemble de tissus associés pour l’exécution d’une fonction spéciale : organe digestif, de l’ouïe, de la vue. L’ensemble des organes homologues constitue un système (système nerveux). La réunion d’organes différents en vue d’une même fonction forme un appareil : appareil circulatoire (cœur et vaisseaux), digestif (œsophage, estomac, intestin, foie, etc.). Peau (du lat. pellis) : Membrane qui recouvre le corps de l’homme et de beaucoup d’animaux. La peau est constituée de dehors en dedans : par la couche cornée de l’épiderme, le derme, le tissu cellulaire, sur lequel repose le derme. Fonctions de la peau : en dehors de ses fonctions de protectrice des organes placés au-dessous et de régulateur de la température du corps, la peau a un rôle important de dépuration par l’élimination qui se fait à sa

surface du gaz acide carbonique et des autres déchets de la désassimilation éliminés dans la sueur (urée, sels minéraux). Elle joue aussi un rôle complémentaire des reins et de la respiration. Plaies : Section de la peau ou des muqueuses se produisant en général de dehors en dedans, mais aussi de dedans en dehors (fracture). Suivant la forme de l’instrument et sa propreté, l’accident peut varier en gravité. Syphilis (du gr. sus, pourceau, et philein, aimer) : Maladie infectieuse, contagieuse, générale et héréditaire, produite par l’introduction dans le corps d’un tréponème découvert par Schaudinn en 1905. Tissu : Voir peau Vérole : voir syphilis

Verrues : Excroissances cutanées dues à une hypertrophie des papilles de la peau. Verrues vulgaires : Elevure saillante, parfois pédiculée (poireau), grande comme une tête d’épingle ou un pois, de coloration grisâtre. La surface des verrues est irrégulière, rugueuse, constituée par une série de saillies séparées par des dépressions profondes. En se réunissant entre elles, les verrues peuvent déterminer des surfaces bourgeonnantes. Elles persistent longtemps et tendent à se propager comme par réinoculation. Souvent une série d’éléments secondaires sont groupés autour de l’élément primitif : la verrue mère. (…) Les frottements, les érosions accidentelles, le grattage, suffisent à provoquer le développement de verrues nouvelles en placards ou en séries linéaires dans le voisinage de la verrue initiale (verrue mère).

Sources : Extrait du Larousse médical illustré, édition 1924.


CHAMPS VISUELS n°87 • octobre 2011 - 26

M.A. RETROUVEZ-NOUS SUR www.mdahn.fr

ÉDITO

Site refondu, plus de rubriques : • une newsletter • un agenda • le mois de l’architecture contemporaine

2011-2012, ouvre une nouvelle saison pour la promotion de l’architecture contemporaine sous les hospices de nouveaux partenariats et d’une démarche d’ouverture vers de plus larges publics.

SOMMAIRE : ÉDITO AGENDA 2011 LES PROCHAINES VISITES APPEL À PROJET : EXPOSITION MAISONS D’ARCHITECTES. CA S’EST PASSÉ : INAUGURATION DE L’EXPOSITION « HABITER AUJOURD’HUI. CONCILIER DENSITÉ ET QUALITÉ DE VIE » VOYAGE À COPPENHAGUE FILM LE LOGEMENT À QUOI ÇA SERT 18/20 SUR LE LOGEMENT LE CLUB PARTENAIRE DÉJEUNE SUR LE CHANTIER DU PALAIS DES SPORTS C’EST NOUVEAU COURS D’ARCHITECTURE ATELIERS POUR ENFANTS ROUEN IMPRESSIONNÉE : - ZOOM SUR MAM GALERIE - ZOOM SUR PIERRE BESSON GRAND PRIX D’ARCHITECTURE DE HAUTENORMANDIE

Pour la rentrée, la maison de l’architecture avec la MAM galerie, s’inscrit dans la manifestation « Rouen impressionnée » avec l’exposition de l’artiste Pierre Besson. L’occasion de mettre en rapport art et architecture à travers des rencontres, des ateliers, en présence d’artistes et d’intervenants. La maison de l’architecture s’attache à s’ouvrir plus largement aux curieux d’architecture et d’urbanisme : des cours d’histoire de l’architecture s’ouvrent à tous, ainsi que des ateliers pour enfants afin de familiariser les plus jeunes à l’espace, à la construction de façon ludique et créative. Mars 2012 verra la 7ème édition du Mois de l’architecture contemporaine. Une manifestation régionale incontournable pour tous ceux qui veulent comprendre leur cadre de vie et les projets qui façonnent la ville de demain. Enfin, tout au long de l’année la maison de l’architecture décline des rencontres interprofessionnelles destinées aux acteurs de l’acte de construire pour approfondir, débattre autour des questions liées à la construction, aux normes et aux exigences environnementales. La maison de l’architecture se veut être un lieu d’échanges autour de l’architecture contemporaine, elle donne l’opportunité de rencontres lors de nombreux rendezvous réservés à ses adhérents. Adhérer à la m.a., c’est soutenir ses actions et ainsi contribuer à la promotion de l’architecture contemporaine. La maison de l’architecture est ouverte à tous, rejoignez-là ! Pascal Victor, Président


AGENDA 2011 SEPTEMBRE 2011 Jusqu’au 08 exposition «Habiter aujourd’hui, concilier densité et qualité de vie» Jeudi 08 18/20 RT 2012/chèques énergie Du 17 au 30 exposition «MAM galerie présente Pierre Besson» Lundi 19 rencontre : Pierre besson / Christophe Le Gac Lundi 19 vernissage exposition Pierre Besson Jeudi 29 assemblée générale de la maison de l’architecture OCTOBRE 2011 Du 1er au 31 Mardi 04 Mercredi 05 Jeudi 06 Du 07 au 10 Vendredi 14 Jeudi 20 Lundi 24 Mardi 25

exposition MAM galerie présente Pierre Besson rencontre : le rapport au lieu cours d’architecture : l’art nouveau 18/20 la pompe à chaleur, une bonne solution, oui mais… salon maison déco journée de visites à Pont-Audemer 18/20 les solutions VM zinc au service du développement durable ateliers pour enfants autour de l’exposition Pierre Besson ateliers pour enfants autour de l’exposition Pierre Besson

NOVEMBRE 2011 Du 1er au 18 Mardi 15 Jeudi 17 Vendredi 25

exposition «MAM galerie présente Pierre Besson» 18/20 présentation de la FFB et de l’OPQBTP rencontre : politique culturelle du territoire : du 1% à la commande publique visite du lycée Jean Prévost à Montivilliers

DECEMBRE 2011 Mardi 06 la mise en œuvre d’un chantier béton vue par l’entreprise SOGEA Mercredi 07 cours d’architecture : l’art nouveau en Seine-Maritime

APPEL A PROJET MAISON D’ARCHITECTES

PROCHAINES VISITES

Inscription obligatoire auprès de la maison de l’architecture

Comme chaque saison, nous vous invitons à venir nombreux découvrir les coulisses des projets qui font notre quotidien, en présence des architectes chargés du projet et des maîtres d’ouvrages. Deux visites très différentes sont proposées cet automne, la première à Pont-Audemer a la particularité de donner une vision urbanistique des projets, la seconde aborde la réhabilitation de bâtiments scolaires à travers le lycée jean Prévost de Montivilliers.

VISITES À PONT-AUDEMER Le 14/10/2011 à 14h30 Cette visite a pour objectif de présenter la démarche de la ville de Pont-Audemer à travers deux projets que sont la ZAC des étangs et le site de la cartonnerie. Michel Leroux, Maire, présentera ce « projet partagé », ses objectifs, ses outils et difficultés.

En mai dernier, nous avons adressé à tous les architectes inscrits à l’ordre dans la Région Haute-Normandie un courrier les invitant à nous faire connaître leurs réalisations de maisons contemporaines (constructions ou extensions)… Nous projetons en effet pour le prochain Mois de l’architecture contemporaine en Normandie en mars 2012 la réalisation d’une exposition sur les maisons d’architectes en Haute-Normandie avec la création d’un catalogue présentant à la fois les réalisations et les architectes qui les ont réalisées. Cette exposition cible le grand public, elle a pour objectif de mettre en valeur la production en Haute-Normandie ainsi que le savoir des maîtrises d’œuvre. Cette exposition permettra à la fois de montrer ce que font les architectes haut-normands et qui ils sont. Nous relançons cet appel afin que chacun puisse saisir l’opportunité de montrer son savoir-faire, de communiquer sur ses projets… Nous remercions également ceux qui nous ont déjà répondu. Un comité de sélection sera mis en place afin de choisir les maisons présentées en fonction des différentes catégories que nous mettrons en place (milieu urbain ou rural, construction ou réhabilitation, critère de prix, de taille, de développement durable…par exemple). Nous missionnerons ensuite, si nécessaire, un photographe afin d’assurer une unité d’image dans les panneaux de présentation de l’exposition et du catalogue. Pour tout renseignement, vous pouvez nous joindre au 02 35 71 85 45.

LYCÉE JEAN PREVOST À MONTIVILLIERS Le 25/11/2011 à 14h30 La visite sera l’occasion de comprendre la complexité de la réhabilitation / extension d’un lycée datant de 1969 et accueillant 1250 élèves. Un projet compliqué qui nécessitait de redonner une unité à l’établissement. MVT a profité de la construction de la nouvelle administration pour apporter une cohérence d’ensemble, ne pas se limiter au fonctionnement propre du bâtiment mais aller au-delà en le rattachant à l’ensemble du lieu. Architecte : MVT - Maître d’ouvrage : Région de Haute-Normandie

MAISON DE L’ARCHITECTURE - 27

BRÈVES


CHAMPS VISUELS n°87 • octobre 2011 - 28

M.A. ÉVENEMENTS PASSÉS

La saison 2010/2011 s’est achevée par un cycle de rencontres, de visites et d’échanges autour de la question du logement. Retour sur ces événements.

VISITES D’OPÉRATIONS DE LOGEMENTS DANS LE QUARTIER DU GRAND HAMEAU AU HAVRE. Vendredi 27 mai 2011, la maison de l’architecture proposait la visite, au Havre, quartier du Grand hameau, des opérations de logements des agences atelier Bettinger Desplanques et Christophe Bidaud architecte, pour le maître d’ouvrage Estuaire de la Seine. Le quartier du grand hameau est dédié à la construction de logements (immeubles collectifs et maisons individuelles), de commerces et d’un groupe scolaire. Ce projet constitue une partie d’un ensemble d’opérations visant à réaliser, dans la continuité de l’urbanisation existante : un nouveau quartier pour répondre aux besoins en logement des havrais, un parc d’activités tertiaires “au vert” pour répondre à la demande locale et un pôle pour consolider l’offre liée à la santé.

notamment à destination des élus. Il a bien rempli son rôle ce soir là au vu des passionnants débats notamment sur le sujet peu abordé dans notre région des coopératives d’habitat, un libre échange de points de vues et de constats entre architectes, aménageurs ou maîtres d’ouvrage très enrichissant pour tout le monde.

CINÉMA PROJECTION DU DOCUMENTAIRE « LE LOGEMENT À QUOI ÇA SERT?» Jeudi 12 mai dernier, Florian Golay, Président de la Maison de l’architecture de l’Isère est venu présenter le film produit par cette Maison de l’Architecture. A travers divers exemples en France et à l’étranger (Autriche), le film pose la question de l’utilité du logement au-delà de sa fonction première, celle d’habiter et d’abriter l’intimité de notre vie domestique. Il a pu d’une part nous faire partager cette expérience (pas facile) de réalisation d’un film, d’autre part répondre aux multiples questions des participants. Ce film se veut un outil de parole,

INAUGURATION DE L’EXPOSITION « HABITER AUJOURD’HUI. CONCILIER DENSITÉ ET QUALITÉ DE VIE » Exposition présentée à la maison de l’architecture du 4 juillet au 8 septembre. Tout l’été la maison de l’architecture a présenté l���exposition qu’elle a conçue et produite sur les nouvelles formes d’habiter afin de limiter l’étalement urbain. 27 opérations de logements d’habitat dense individualisé en Haute-Normandie, en France et à l’étranger étaient mises en lumière au travers de cette exposition. Le vernissage qui s’est déroulé le lundi 4 juillet a été l’occasion de renouveler nos remerciements aux partenaires de ce projet (CAUE 27, le conseil général de l’Eure, le réseau des maisons de l’architecture, le CAUE 76, SOGEA, la caisse des dépôts et des consignations, l’ADEME, le conseil de l’ordre des architectes de Haute-Normandie) et à tous ceux (architectes et maîtres d’ouvrage) qui nous ont fait parvenir leurs projets. Catalogue de l’exposition (12 €) disponible auprès de la maison de l’architecture. Cette exposition est disponible à l’itinérance. Renseignements auprès de la maison de l’architecture.

Palais des Sports. Crédit photo Grégoire AUGER

Palais des Sports. Crédit photo Grégoire AUGER

18/20 : « RETOUR SUR LE LOGEMENT SOCIAL » Cette rencontre où sont intervenus Gilles Gal, Directeur d’Eure habitat & Cyrille de la Borde, Directeur Régional de Quille construction, jeudi 12 mai faisait suite au 18/20 de janvier 2010 « Et si les bailleurs sociaux arrêtaient de construire » ce nouveau rendez-vous a permis d’aborder la réhabilitation du patrimoine immobilier à travers trois interrogations - La réhabilitation pour les bailleurs sociaux : Quels choix et quels arbitrages pour la gestion du parc immobilier ? Quelles échelles d’interventions ? / La thermique : aspects techniques, montage d’opérations et évolution des marchés / Pour une réhabilitation de qualité, quelles places pour les habitants, quels engagements pour les entreprises ? VISITE DU CHANTIER DU PALAIS DES SPORTS DE LA CREA. En partenariat avec la société SOGEA, la maison de l’architecture a organisé une visite du chantier du palais des sports de la CREA à destination des membres de son club partenaire et des maîtres d’ouvrage de SOGEA. Une cinquantaine de personnes a répondu à cette invitation commune et a pu ainsi découvrir l’avancement de ce chantier et déjeuner sur place. La visite du chantier a été menée par Gino GOTTI de SOGEA, Gabriel CHOUKROUN de l’agence Dominique Perrault et Cédric POLET directeur du chantier du palais des sports pour la CREA. (photos ci-dessous)

Palais des Sports. Crédit photo Grégoire AUGER


MAISON DE L’ARCHITECTURE - 29

C’EST NOUVEAU COURS D’ARCHITECTURE Tous les deux mois, le premier mercredi de chaque mois, la maison de l’architecture vous propose dorénavant des cours d’histoire de l’architecture, par Michel Nouvellon architecte honoraire et ancien professeur à l’école d’architecture de Normandie, connu d’un grand nombre d’entre vous. Ces cours ont lieu de 18h00 à 20h00 à la maison de l’architecture. Ils sont gratuits et ouverts à tous : amateurs d’architecture, lycéens, étudiants, enseignants ...

L’ART NOUVEAU (1895-1910) Mercredi 5 Octobre 2011 Après le coup de frais pictural infligé aux toiles par les Impressionnistes, les Architectes veulent aussi être de la fête. Ils rêvent, du moins certains d’entre eux, d’un environnement formel renouvelé. La construction, certes, n’est pas mise « cul-pardessus-tête » mais la décoration des murs et l’ensemble du cadre de vie prennent un coup de jeune. Et grâce à un timide début de société de consommation tout un chacun va en profiter dans la mesure bien sûr…de ses moyens. De la villa Majorelle nancéenne à l’affiche des bières de la Meuse tout le monde en a un petit bout selon son porte-monnaie.

L’ARCHITECTURE ISLAMIQUE Mercredi 3 Avril 2012 A l’heure où les cultures les plus diverses se confrontent dans les cerveaux et dans la rue, il n’est pas inintéressant de s’arrêter sur l’architecture d’un monde culturel et cultuel qui marqua fortement l’architecture gothique (voûte du mihrab de la grande mosquée de Cordoue 961) avant de marquer celle d’un des « gourous » du Mouvement Moderne : Le Corbusier. Influence largement réclamée et assumée par ce dernier. En fait, à l’époque du style International (1920-1939) c’est toute l’architecture du bassin méditerranéen qui va marquer l’environnement formel avant qu’hélas les techniques d’étanchéité n’aient fait de notables progrès.

L’ART NOUVEAU SEINOMARIN Mercredi 7 Décembre 2011 La Seine Maritime va, non seulement, participer à la fête « Modern’Style » mais y apporter une touche personnelle. Briques émaillées, grès, charpente apparente vont agrémenter, de 1900 à la guerre de 14, nombre de constructions. De Hamelet à Choupaÿ en passant par Le Bègue, les architectes de la contrée ne démériteront pas face à leurs confrères parisiens même si le reste du design est surtout d’importation. L’originalité relative de cette conception architecturale mérite d’autant plus d’être signalée qu’à la suite, compte tenu des changements techniques et culturels intervenus la créativité de nos éminents confrères se fondera dans un « Tout » beaucoup plus vaste.

Le CORBUSIER Mercredi 6 Juin 2012 Et les trois Etablissements humains Le Corbusier pour l’Architecture, Picasso pour la Peinture et Sartre pour la Philosophie concrétisent abusivement pour la presse « people » de leur temps la spécialité dans laquelle ils se sont illustrés. Certes de nos jours ce classement d’apothicaire s’est quelque peu raffiné et la presse précitée barbote dans des eaux plus fangeuses que l’ex-culture de bistrot. Il n’en reste pas moins que le Corbusier par ses choix architecturaux, urbanistiques et sociétaux résume, assez bien, les choix que nombre de ses confrères firent à l’époque. De plus, il y a chez lui une réflexion sociale quelque peu fouriériste qui explique, en partie, sa prééminence médiatique.

LE BAUHAUS Mercredi 1er Février 2012 Suite au violent nettoyage des têtes et des terrains occasionné par la première guerre mondiale, une architecture nouvelle dépouillée va voir le jour. Telle la peinture « moderne » réduite à son essence, soit, un jeu de surfaces colorées, le bâti le plus innovant va se résumer à un jeu de volumes. Dans ce « chamboule-tout » architectural une Ecole Allemande va assumer un certain leadership : le Bauhaus. Par sa pédagogie, son enseignement et la qualité de ses professeurs, elle va semer la bonne graine formelle avant qu’un ex-caporal moustachu et peintre raté ne renvoya tout ce beau monde dans ses foyers. Mais le « bien était fait » et l’ensemble du monde était touché.

S’inscrire au préalable auprès de la maison de l’architecture au 02 35 71 85 45 ou par mail à contact@mdahn.fr


CHAMPS VISUELS n°87 • octobre 2011 - 30

C’EST NOUVEAU ATELIERS POUR ENFANTS 2011/2012 Transmettre l’Architecture aux plus jeunes est un véritable engagement de la maison de l’architecture. Après le succès remporté par les premiers ateliers du précédent mois de l’architecture, quatre ateliers ont été mis en place cette saison. Nous oeuvrons pour que ce type d’évènement se développe à l’avenir, en milieu scolaire et en dehors pendant les vacances, pour tous. « PIERRE BESSON À LA MAISON DE L’ARCHITECTURE » (A partir de 6 ans) Les 24/10/2011 et 25/10/2011 de 10h00 à 12h00. Atelier de deux fois deux heures, présence indispensable aux deux séances. Atelier de sensibilisation qui permet une visite accompagnée de l’exposition de Pierre Besson, suivie d’une réappropriation à l’occasion d’atelier plastique. Les enfants pourront inventer leur architecture, aux moyens d’images de la ville, et créer ainsi leur propre maquette. Dans le cadre de Rouen impressionnée 2011 ces ateliers sont gratuits « ECO-TECTURE OU ARCHI-LOGIQUE ? » (A partir de 6 ans) Le 08/03/2012 et le 09/03/2012 de 10h00 à 12h00 ou de 14h00 à 16h00. Atelier de deux fois deux heures, présence indispensable aux deux séances, à une journée d’intervalle. Atelier animé par Christelle Paris, graphiste Dans le cadre du Mois de l’architecture contemporaine en Normandie On plie, on découpe, on emboîte, on colle, on scotche, on dessine, on mesure…. Nous réalisons des maquettes d’architectures à partir de matériaux naturels ou de récupération. Récoltez et venez avec vos cartons, vos bouteilles vides, du plastique, des bouchons, des morceaux de bois et autres matières recyclables, pour cet atelier ludique d’expérimentation à l’architecture contemporaine, au design et bien d’autres choses. Gratuit pour les adhérents, adhésion enfants 10 euros « UN ÉCO-QUARTIER EN HERBE » (A partir de 6 ans) Les 10/03/2012 et 17/03/2012 de 10h00 à 12h00. Et les 24/03/2012 et 31/03/2012 de 10h00 à 12h00. Atelier de deux fois deux heures, présence indispensable aux deux séances. Atelier animé par Juliane Généreux, architecte. Dans le cadre du Mois de l’architecture contemporaine en Normandie Chaque enfant sera amené à participer et à concevoir un éco-quartier, du plan d’aménagement à la maquette. A partir d’une réflexion commune sur l’éco-quartier, ses implications, un plan d’aménagement sera défini collectivement, chaque enfant réalisera ainsi une maquette d’une section d’éco-quartier. Cet atelier de création et de réflexion mènera donc l’enfant à appréhender les notions d’urbanisme à petite et grande échelle. Gratuit pour les adhérents, adhésion enfants 10 euros « MA VILLE EN CHANTIER » (A partir de 6 ans) Les 23/04/2012 et 24/04/2012 de 10h00 à 12h00 ou de 14h00 à 16h00. Atelier de deux fois deux heures, présence indispensable aux deux séances à une journée d’intervalle. Atelier animé par Christelle Paris, graphiste. Dessiner, manipuler, regarder, percevoir, explorer la construction d’une ville. Le chantier de la ville prend forme en dessin, collage, maquette... et ce grâce à une base de données composée d’images et de mots. L’objet de l’atelier est de mieux comprendre l’intervention de l’homme et pourquoi pas de devenir les maîtres d’ouvrage de demain. En jouant avec des signes, des formes, des couleurs, des textures, les enfants découvrent l’architecture urbaine en construisant, dans une démarche collective, une ville. Gratuit pour les adhérents, adhésion enfants 10 euros


LA MA PARTICIPE ...

NocturNes veNdredi 18   et samedi 19 Novembre

verNissage veNdredi 16 septembre à 19h aître saiNt-maclou, 186 rue martaiNville

... AU FESTIVAL ROUEN IMPRESSIONNÉE organisé par la ville de Rouen

En partenariat avec la MAM galerie, à travers divers évènements, exposition, rencontres et ateliers pour enfants, la Maison de l’Architecture explore dès cette rentrée les liens entre Art contemporain et Architecture.

EXPOSITION MAM GALERIE PRÉSENTE PIERRE BESSON À LA MAISON DE L’ARCHITECTURE Du 17/09/2011 au 18/11/2011 Pierre Besson livre de grandes images dans des caissons lumineux qui révèlent des architectures portuaires ou industrielles. Il fabrique des volumes où ces images se superposent et s’entrechoquent. Il photographie des maquettes de bâtiments futuristes, construites à partir d’objets quotidiens. Architecte de l’impossible, Pierre Besson développe une utopie qui questionne l’avenir de nos villes. Avec le soutien de la Ville de Rouen, pour Rouen impressionnée 2011 Du lundi au vendredi de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h30 - Entrée libre

RENCONTRES / DÉBATS RENCONTRE ENTRE PIERRE BESSON ET CHRISTOPHE LE GAC Le 19/09/2011 à 18h00 Entrée libre – Gratuit Autour de l’exposition de Pierre Besson à la maison de l’architecture, rencontre entre l’artiste et Christophe Le Gac. Ce dernier, critique d’art et d’architecture, directeur de publication, interrogera Pierre Besson sur la façon dont il nourrit son travail, sa démarche artistique et son regard. Avec le soutien de la Ville de Rouen, pour Rouen impressionnée 2011

« LE RAPPORT AU LIEU » Le 04/10/2011 à 18h00 Entrée libre – Gratuit La rencontre entre un artiste et une architecte sur le thème du génie du lieu sera l’occasion de questionner la façon dont chacun appréhende l’environnement pour lequel il doit concevoir. Quelle relation à son environnement un projet artistique, architectural entretient-il ? Avec Marc Hamandjian artiste plasticien et Carine Merlino architecte Avec le soutien de la Ville de Rouen, pour Rouen impressionnée 2011 POLITIQUE CULTURELLE DU TERRITOIRE : DU 1% À LA COMMANDE PUBLIQUE Le 17/11/2011 à 18h00 Entrée libre – Gratuit Comment sensibiliser le public à l’art contemporain en dehors des institutions dédiées à l’art contemporain ? des dispositifs publics d’aide à la création existent, qui favorisent les rencontres entre un artiste, un architecte et le public. Avec Jérôme Felin conseiller aux Arts Plastiques à la DRAC de Haute-Normandie, Julie Leteurtre, chargée de mission Arts Visuels à la Ville de Rouen et des représentants des institutions publiques culturelles. Avec le soutien de la Ville de Rouen, pour Rouen impressionnée 2011 ATELIERS POUR LES ENFANTS PIERRE BESSON À LA MAISON DE L’ARCHITECTURE Les 24/10/2011 et 25/10/2011 de 10h00 à 12h00 (A partir de 6 ans) Atelier de deux fois deux heures, présence indispensable aux deux séances. Atelier de sensibilisation qui permet une visite accompagnée de l’exposition de Pierre Besson, suivie d’une réappropriation à l’occasion d’ateliers plastiques. Les enfants pourront inventer leur architecture, aux moyens d’images de la ville, et créer ainsi leur propre maquette. Dans le cadre de Rouen impressionnée 2011 ces ateliers sont gratuits

ZOOM SUR ... MAM GALERIE

MAM Galerie est une initiative de Marie-Andrée Malleville, qui travaille depuis plusieurs années à la diffusion de l’art contemporain et à la sensibilisation des arts plastiques sur le territoire régional et national. S’étant consacrée jusqu’alors à des activités dans le secteur public (sa dernière fonction était la direction du micro onde, centre d’art en Ile de France, qu’elle créa en 2004 au sein de l’espace culturel l’Onde), elle entreprend aujourd’hui une démarche privée en ouvrant sa galerie 45 rue Damiette, à Rouen. L’objectif de cette entreprise est de promouvoir en Haute Normandie, des plasticiens déjà présents sur la scène contemporaine en France et à l’étranger, mais également de défendre des artistes émergents, issus entre autres des écoles d’art régionales. Le choix d’implantation de la galerie en centre ville, dans un quartier piéton à fort développement culturel, devrait contribuer à sensibiliser un public hétérogène, tout en favorisant l’ancrage définitif de l’art contemporain à Rouen. Une programmation hors les murs est inaugurée depuis 2011 (maison de l’archi et ancienne école Pouchet en septembre et octobre 2011) Mam Galerie - 45 rue Damiette Ouverture jeudi, vendredi, samedi de 14h à 19h et tous les jours sur RV - www.mamgalerie.com PIERRE BESSON

Pierre Besson est artiste depuis plus de 30 ans: à l’origine sculpteur, il fabrique depuis une dizaine d’années des images fabriquées à partir de photographies, retravaillées grâce à des outils numériques. La spécificité des images de Pierre Besson, c’est qu’elles ne donnent jamais à voir ce que l’on croit. Les territoires que cet artiste nous invite à explorer pourraient être réels. Zones urbaines, sites portuaires et industriels, laissent apparaître des paysages extérieurs désertés par l’homme. A la contemplation appliquée de ses images s’installe un malaise : l’artiste se joue des échelles et des règles de la perspective et s’amuse à fausser notre perception des espaces.

MAISON DE L’ARCHITECTURE - 31

REGARDS D'ARTISTES SUR LA VILLE


CHAMPS VISUELS n°87 • octobre 2011 - 32

APPEL À CANDIDATURE GRAND PRIX D’ARCHITECTURE ET D’URBANISME DE HAUTE NORMANDIE : APPEL À CANDIDATURE Le Grand Prix d’Architecture et d’Urbanisme de Haute Normandie a pour vocation de promouvoir auprès d’un large public les réalisations de grande qualité qui valorisent notre région. Il récompense les réalisations d’architecture et d’aménagement urbains et paysagers significatives par leurs démarches environnementales exemplaires, leur qualité d’insertion, leur valeur esthétique et émotionnelle et leur qualité d’usage. Le prix est coorganisé par la Région Haute-Normandie, les départements de la Seine-Maritime et de l’Eure, la CREA, la Ville de Rouen, le Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC de Haute-Normandie) et le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement de la Seine-Maritime. Pour accompagner cette action, la Maison de l’Architecture, l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Normandie et le Conseil Régional de l’Ordre des Architectes se sont associés à cette démarche au sein d’un comité de pilotage. Le CAUE 76 coordonne l’ensemble de l’opération. Les différents prix sont désormais décernés tous les deux ans, toutes catégories confondues. Les architectes, urbanistes, paysagistes et bureaux d’études ont la possibilité de présenter un projet par catégorie dans la limite de trois projets maximum. Ceux-ci doivent avoir été livrés entre le 1er janvier 2008 et le 31 août 2011 et se situer en Haute Normandie. Il peut s’agir d’une opération entièrement nouvelle ou d’une réhabilitation quelle que soit l’échelle du projet. Si l’architecture est un art qui s’offre au regard de chacun et qui magnifie dans la durée notre environnement, elle répond aussi à une commande sociale, porteuse de sens. Depuis quelques années, dans une approche globale et complémentaire, architectes, urbanistes et paysagistes dessinent nos territoires comme un lieu de collaboration répondant aux exigences de la société et aux enjeux planétaires. Dans notre région, où la mémoire collective est chargée d’histoire, les nouveaux champs d’expérimentation que sont le renouvellement urbain et rural permettent d’offrir une place accrue à la créativité et à l’intelligence des projets. Quelle que soit la dimension ou la destination du projet, tous les maîtres d’oeuvre sont appelés à mettre en lumière leurs projets. Au-delà de la valorisation du travail des architectes, urbanistes, paysagistes, le Grand Prix d’Architecture et d’Urbanisme de HauteNormandie veut aussi être un outil de sensibilisation du grand public à l’architecture et à la place essentielle qu’elle occupe dans notre cadre de vie. Le Grand Prix est donc créé pour récompenser et promouvoir les architectes qui à travers leurs réalisations, témoignent de la vitalité et de la qualité de l’architecture contemporaine en Haute-Normandie. CONDITION D’ADMISSIBILITÉ DES PROJETS La date de réception des ouvrages pour la première édition du Grand Prix doit se situer entre le 1er janvier 2008 et le 31 août 2011. Les maîtres d’oeuvre (architectes, urbanistes, paysagistes et bureaux d’études) ont la possibilité de présenter un projet par catégorie dans la limite de trois projets maximum. Les réalisations présentées ne doivent pas avoir candidaté au prix Perret.

CATÉGORIES ET PRIX Le Grand Prix se décline en cinq catégories qui concernent aussi bien les réalisations neuves que les réhabilitations, chacune pouvant faire l’objet d’une distinction. • Habitats individuels, • Habitats collectifs, • Equipements publics, • Equipements privés, • Aménagements urbains et/ou paysager. Un grand Prix toutes catégories confondues sera décerné, en fonction des candidatures, le jury se réservant le droit d’attribuer un ou plusieurs prix spéciaux ou mentions. LES PRIX DE L’EURE ET DE LA SEINE MARITIME Ces deux prix permettront de distinguer, toutes catégories confondues, les réalisations spécifiques à chacun des deux territoires départementaux. LE PRIX DU PUBLIC ARCHITECTURE Ce Prix du public permet de sensibiliser le grand public à l’architecture. Il est proposé sur le site internet du C.A.U.E 76 au public à partir d’une photographie significative du bâtiment, choisie par le maître d’œuvre du projet. Il est proposé au public de voter entre 1er décembre 2011 au 2 janvier 2012. A l’issue de ce vote, le projet emportant le plus de voix sera désigné «prix du public». LE PRIX JEUNE PUBLIC Un Prix jeune Public sera mis en oeuvre pour l’édition 2014, en lien avec le Rectorat. DÉROULEMENT DU PRIX Le Prix d’Architecture et d’Urbanisme de Haute Normandie est décerné par un jury composé de 15 membres maximum selon 3 collèges : • Un collège d’institutionnels, • Un collège de personnes qualifiées (architectes, paysagistes, urbanistes), • Un collège de personnalités extérieures. Le Président du jury est un architecte, urbaniste ou paysagiste de renom.


MAISON DE L’ARCHITECTURE - 33

APPEL À CANDIDATURE

REMISE DES PRIX ET DIFFUSION Une manifestation sera organisée fin janvier 2012 au cours de laquelle seront dévoilés les résultats du Grand Prix d’Architecture et d’Urbanisme de Haute Normandie. Au programme de cette journée, une table ronde autour des thématiques architecture, urbanisme et paysage en présence de personnalités et une projection des différentes réalisations qui ont été remarquées par le jury. Les réalisations sélectionnées par le jury feront l’objet d’une publication : une brochure largement illustrée en couleur qui sera diffusée à tous les maîtres d’ouvrages de la région, au cours du mois de l’architecture (mars 2012). Des exemplaires gratuits seront mis à disposition du public au CAUE 76. Elle sera téléchargeable sur son site internet. A cette occasion, le CAUE de Seine Maritime en partenariat avec la Maison de l’Architecture organisera des visites commentées des réalisations ayant fait l’objet d’une distinction. Le règlement complet est disponible sur www.caue76.org Renseignements CAUE 76, Evelyne Forest, 02 35 72 94 50

ILS ONT LA PAROLE ... LAURENT LE BOUETTÉ

PASCAL VICTOR

Instauré un grand prix d’architecture et d’urbanisme de HauteNormandie relève bien de l’intérêt public de l’architecture dans le cadre de la loi. Intérêt pour tous les publics, intérêt pour la profession, j’en appelle à tous les confrères des départements 27 et 76 dans la constitution des dossiers de candidatures. N’hésitez pas! Le CAUE 76 assurera la conception des plaquettes de présentation, les organisateurs ont besoin de votre matière première. Tous les projets, toutes les tailles: la vision de la production haut-normande de qualité est un observatoire fabuleux pour tous, quelque soit la grandeur de l’opération (rappel des notions de catégories). Tous les acteurs institutionnels sont présents pour cet événement d’importance médiatique, l’architecture doit sortir de l’ombre et révéler notre territoire... et élever nos consciences!

La maison de l’architecture accompagne ce « Grand prix d’architecture et d’urbanisme », dans ces différentes étapes. Etre un partenaire-relais s’inscrit dans les missions de la m.a. de diffusion de la culture architecturale.

Nous vous donnons donc rendez-vous prochainement pour cette belle mise en avant de notre profession,

Je vois dans cette initiative une volonté de mettre en avant une architecture et un urbanisme de qualité, portés par des architectes, des urbanistes, des paysagistes et leurs équipes. C’est le moyen de montrer et de valoriser la création architecturale à l’échelle d’un territoire régional peu enclin à communiquer sur ce sujet. En partenariat avec les différents acteurs, nous aurons à cœur de faire visiter les opérations lauréates, à l’occasion de Mois de l’architecture contemporaine en Normandie en mars 2012.


CHAMPS VISUELS n°87 • octobre 2011 - 34

EMPLOI DEMANDES D’EMPLOI

OFFRES D’EMPLOI

ARCHITECTES

AUTRES

• Nabila LUCAS-RAMDANI 5 rue Titon 75011 PARIS Tél. : 06 65 36 67 33 Titulaire du diplôme d’architecte DPLG

• Jean-Sébastien MAUR 289 rue des Quatre Amis 76230 Bois-Guillaume Tél. : 06 18 06 89 16 Recherche poste de dessinateur projeteur

• Guillaume JACQUES 115 rue St Hilaire 76000 Rouen Tél. : 06 30 30 23 39 Titulaire du diplôme d’Architecte Diplômé d’Etat Titulaire de l’Habilitation à la Maitrise d’œuvre en son nom Propre (HMONP). • Marie DELAUNAY 2 bis rue A. Flaubert 76000 Rouen Tél. : 06 76 90 89 61 Architecte Diplômée d’Etat + HMONP Junior Architecte 2 ans d’expérience recherche emploi en agence d’architecture

• Anne-Laure ETIENNE Carrefour Brisquet 50700 Ruffosses-Saussemesnil Tel. : 06 78 59 72 32 Titulaire du Diplôme National d’Art Technique en Design Recherche un contrat de professionnalisation technicienne CAO/DAO

• Bruno SAAS Atelier de Saint Georges Aménagement Urbain / Architecture / Design Urbain recherche Jeune Architecte ou HMO 71 rue du bout d’aval 76690 Saint Georges sur Fontaine tel: 02 35 34 17 99 Port: 06 11 03 61 00 E.Mail: bruno.saas1@wanadoo.fr Web: atelierdesaintgeorges.com

• Gwenaelle VAGLIO 42 rue du Mail / Appt 315 76100 Rouen Tél. : 06 82 31 37 01 Recherche poste de dessinateur projeteur

• Lucille VERHOEVEN 32 rue de Lausanne 76000 Rouen Tél. : 06 20 50 68 39 Expérience de 5 ans en architecture Recherche poste d’architecte dans la région de Rouen

• Nathalie HUGUET 7 rue Géricault 76420 Bihorel Tél. : 06 21 01 31 20 Recherche poste de secrétaire polyvalente en agence d’architecture 6 ans d’experience

• Eva Bichot Degrenne 19 rue de l’Hôpital 76000 Rouen Tél. : 06 49 89 82 30 Architecte diplômée de l’Université de Iberoamericana de Mexico Recherche poste d’architecte

• Aurélie DELATRE 24 rue Guy de Maupassant – Appt 209 76000 Rouen Tél. : 06 58 22 28 65 Recherche poste d’assistante administrative en agence d’architecture

HMONP • Clémentine COLIN 4 résidence de la Houssaye 76230 Quincampoix Tél. : 06 66 67 15 55 Titulaire du diplôme d’Architecte Diplômé d’Etat Recherche agence d’architecture pour réaliser la HMONP • Mathieu JACQUOT 25 rue Damiette 76000 Rouen Tél. : 06 78 09 95 71 Titulaire du diplôme d’Architecte Diplômé d’Etat Recherche agence d’architecture pour réaliser la HMONP • Antoine LECOMTE 3 impasse Ste Geneviève 76000 Rouen Tél. : 06 13 14 42 19 Titulaire du diplôme d’Architecte Diplômé d’Etat Recherche agence d’architecture pour réaliser la HMONP

Offres et demandes d’emploi : Les C.V. de ces annonces sont disponibles sur simple demande auprès du secrétariat. Les annonces ne sont publiées qu’une seule fois, pour un renouvellement, merci de demander au secrétariat de l’Ordre. Tél : 02 35 71 46 88 / info@croahn.fr Pour la bonne gestion de ce service, merci de nous faire savoir si vous embauchez une personne figurant sur ces annonces. Rappel : Consultez et rédigez vous-mêmes vos annonces sur www.architectes.org


AGENDA 04/05 : CAUE 76 Assemblée Générale Laurent LE BOUETTE 04/05 : CNOA Groupe de travail Contrat Maisons Individuelles Yvon SERRES 06/05 : Réunion de bureau 06/05 : Réunion de conseil 10/05 : Conseil d’Administration du CERHN Laurent LE BOUETTE 16/05 : Litige Réunion de conciliation Annicka JULIEN/ Franck MAVIEL 18/05 : CNOA Groupe de travail HMONP Annicka JULIEN 10/06 : CNOA Comité de pilotage JURIET Annicka JULIEN 16/06 : CNOA Groupe de travail HMONP Annicka JULIEN 17/06 : Réunion de bureau 17/06 : Réunion de conseil 17/06 : Réunion annuelle de l’Ordre des Architectes 21/06 : LA CREA Conseil Consultatif Laurent LE BOUETTE 24/06 : Litige Réunion de conciliation Annicka JULIEN/Paul BERNARD 27/06 : CAUE 76 Conseil d’Administration Olivier HONNET 30/06 : CNOA Commission des Finances Yvon SERRES 30/06 – 01/07 : CNOA Conférence des Régions Laurent LE BOUETTE 06/07 : Réunion du pôle juridique Laurent LE BOUETTE 08/07 : CNOA Groupe de travail HMONP Annicka JULIEN 08/07 : Réunion de conseil

TABLEAU

EXPOSITION

LE 17 DÉCEMBRE 2010 INSCRIPTIONS • SARL d’Architecture E+S Architectes Associé : Eustache PITTARAS – Matthieu PLAISANT

MORCEAU DE VILLE : EDF SUR LE PLATEAU DE SACLAY Un concours pour intégrer le campus du 03 Oct. 2011 - 21 Nov. 2011 À la Cité de l’architecture & du patrimoine Galerie d’actualité - 1 place du Trocadéro 75016 Paris

LE 6 MAI 2011 INSCRIPTIONS • Julie DELAMARE Architecte DPLG – Le Havre Associée • AGAPE Architecte SARL d’Architecture - Le Havre Transfert du CROA Ile de France HONORARIAT • Christian LEROUX LE 17 JUIN 2011 RADIATION • Henri BAILLOT Cessation d’activité LE 8 JUILLET 2011 INSCRIPTION • Margaux LEVAVASSEUR Architecte ADE HMONP – Belbeuf Libéral

Dans un contexte de nouveaux défis dans le secteur de l’énergie, EDF a décidé d’implanter le plus grand centre de Recherche du Groupe sur le site du plateau de Saclay (91). EDF a retenu début avril 2010 le projet de l’architecte Francis Soler, à la suite d’un concours d’architecture et d’ingénierie lancé en octobre 2009 auprès de six agences : Cuno Brullman et Jean-Luc Crochon ; Odile Decq et Benoît Cornette ; Francis Soler ; Emmanuel Combarel et Dominique Marrec  ; Dominique Perrault Architecture et Bernard Tschumi. Présentation au public des résultats de la consultation. Exposition coproduite par la Cité de l’architecture & du patrimoine / Ifa et EDF

Conseil Régional de l’Ordre des Architectes - 35

INFOS


CHAMPS VISUELS n°87 • octobre 2011 - 36


Champs visuels 87