Page 1

BILAN EN IMAGES


LA FORMATION A LA DECOUVERTE DE LA BANDE BANDE DESSINEE DE REPORTAGE... REPORTAGE...


PIERRE-LAURENT PIERRE LAURENT DAURES La semaine a débuté traditionnellement par une journée de formation, délivrée par Pierre-Laurent Daurès, dessinateur, théoricien et médiateur culturel autour de la bande dessinée.

Cette journée a été l’occasion de mettre en lumière la présence du reportage dans la bande dessinée d’aujourd’hui et d’en étudier la diversité de forme (recueil de témoignages, enquête sociologique, récits rendant compte de grands événements historiques du XXe siècle, carnets de voyage etc.).

« Intervenant passionné qui connaît à fond son sujet. » « Très bon stage avec un très bonne approche pédagogique et de bons échanges ». « Analyse méthodique de la bd de reportage à travers la présentation présentation de différents ouvrages par les participants et le maître de stage. »

LES STAGIAIRES


LES AUTEURS INVITES A LA RENCONTRE DES COLLEGIENS et LyCEEn LyCEEnS DU DEPARTEMENT... DEPARTEMENT...


LUC LOYER JEAN-LUC JEAN Né en 1964 dans le Pas de Calais, Jean-Luc Loyer est diplômé des Ecoles des beaux-Arts de Douai et d’Angoulême. Après un passage par le dessin animé, il décide de s’adonner pleinement au 9e art. En 1998, il signe son premier album « Les Mangeurs de cailloux », qui est sélectionné au festival d’Angoulême dans la catégorie Coup de cœur. A travers les yeux d’un enfant de 8 ans, il y raconte avec tendresse et humanisme ses souvenirs d’enfance dans les corons du Nord. Cet ouvrage, destiné aux adultes, connaîtra une suite avec La Boîte à 1 franc.

«…un récit tendre et profondément humain, sans misérabilisme mais aussi sans angélisme, qui nous dépeint une histoire vraie.»

PLANETE BD Par la suite, il crée des séries pour les enfants, et notamment « Victor » aux éditions Delcourt.


En 2006, avec le journaliste Xavier Bétaucourt , il est l’auteur de « Noir Métal : au cœur de Metaleurop », une bande dessinée de reportage qui revient sur la fermeture brutale à Lens d’une usine chargée du traitement des métaux.

«Noir Métal est un récit profondément humain, à la subjectivité totalement assumée, qui propose une tranche tranche d’histoire pour éviter que de tels drames ne tombent dans l’oubli.» l’oubli.»

BDGEST Il se tourne ensuite vers le reportage historique avec « Sang noir : 1906, la catastrophe de Courrières » aux éditions Futuropolis. Cette magnifique bande dessinée relate le coup de grisou qui s’est déroulé dans une mine dans le Pas-de-Calais en 1906, causant la mort de 1099 mineurs.

« Sang noir revient à la fois sur les conditions de la catastrophe, mais m ais également sur les lendemains douloureux pour les familles, le traitement inhumain de cette tragédie par les patrons, et sur les mouvements de grève violents qui ont suivi pour réclamer justice et de meilleures conditions de travail. travail. Un album coup de poin poing ing essentiel.»

LE 68 FAIT DES BULLES

Et pour finir, découvrez également son blog : http://auteurmaximum.blogspot.fr/


«Mais, outre des souvenirs personnels peints avec beaucoup d’humour, il sut faire état de beaucoup de pédagogie dans la description de élaboration, [... [ ...] ...] de l’aspect créatif qu’exige la naissance d’une bande dessinée.»

DNA (Saint-Amarin)

«Je voulais vous remercier, en mon nom et en celui du collège et des élèves, pour le très beau moment qu'a été cette rencontre avec JeanJean-Luc Loyer. Son sens du contact et son ouverture d'esprit dans la rencontre avec les 4ème ont été tout simplement impressionnants.»

COLLEGE DE FESSENHEIM


TIAN Né en 1975 au Cambodge, Tian est venu s’installer avec sa famille en France en 1980. Etudiant aux Arts décoratifs de Strasbourg, il se rend au Cambodge en 2001 pour enseigner le dessin dans le cadre d’une action humanitaire organisée par une ONG. Une fois rentré en France, il travaille pour la presse jeunesse (Bayard, Capsule cosmique), tout en continuant un travail de gravure et de sérigraphie. Mais le Cambodge allait bientôt être à nouveau au centre de son travail. Désirant relater la vie de sa famille pendant la dictature Khmère rouge et leur tentative de fuir le pays, Tian a interrogé les siens, et s’est rendu à de nombreuses reprises au Cambodge, pour se documenter. Edité chez Gallimard, L’année du lièvre constituera au final une trilogie, à la fois mémoire d’une famille et témoignage sur une des dictatures les plus impitoyables du XXe siècle. «En 1975, au Cambodge, suite à la prise de Phnom Penh par les Khmers rouge, l’exil d’une famille découvrant peu à peu peu le visage de la révolution. Une plongée dans la douloureuse histoire du Cambodge, habilement racontée.»

PLANETE BD «Avec sensibilité, l’auteur détaille le quotidien envahi d’incertitudes, devenu terriblement menaçant, les solidarités impromptues, les trahisons trahisons aussi, et la mort omniprésente.»

BODOI Découvrez également son blog avec des planches du tome 2 dont la sortie est prévue en juin ! http://www.lanneedulievre.blogspot.fr/


Tian au colLEge de BUHL

«Au cours de cette rencontre, Tian a raconté toute son histoire aux collégiens et lycéens : la vie de sa famille au Cambodge, son arrivée en France Franc e à 6 ans, ses difficultés d’intégration... Il leur leur a également expliqué pourquoi il a choisi la bande dessinée pour retracer l’histoire de sa famille.»

DNA (ROUFFACH)

En pleine seance de dedicaces au Lycee de Sainte-Marie...


POUR ALLER PLUS LOIN... Plus de photos : www.flickr.com/mediathequeguebwiller Une vidéo : www.youtube.fr/medialabos (Merci à la Médiathèque de GUEBWILLER !)

«Le document document accompagnant l’événement « bandes dessinées de reportage » édité par la médiathèque départementale est fort bien réalisé. il regroupe une rapide, judicieuse et engageante bibliographie des meilleurs bd traitant du thème thème mis à l’honneur cette année.» année.»

DNA (Saint-Amarin) le mot de la fin A Jean-Luc Loyer (sur son blog) :

« J'ai fait des bulles dans le 68 ! Me revoilà donc, après une semaine de périple dans le 68. Colmar est une ville fort jolie et malgré la pluie, ce fut une chouette découverte. Avec, il faut les dire des gens très sympathiques. J’en profite ici pour remercier les enseignants et aussi les élèves pour l'intérêt qui me fut porté. Spéciale dédicace aux bibliothécaires et autres amoureux des livres que j'ai aussi croisés sur mon chemin. C’est quelque part rassurant de voir autant de gens se donner autant pour communiquer sur l'existence de la bande dessinée. Merci donc a vous tous et évidemment spéciale dédicace à Stéphanie et Guy pour leur gentillesse et la patience dont ils ont fait preuve. »

Bilan du "68 fait des bulles"  

Bilan en images de la 8ème édition de la manifestation "Le 68 fait des bulles : la bande dessinée de reportage", organisée par la

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you