Issuu on Google+

Le Magazine du Grand Maghreb Technique Organisation technique de l’Aïkido Publication

le concept de l’excellence en Aïkido Pédagogie

de l’enseignement de l’Aïkido

Interview spécial Greg O’connor

Portrait M’barek Alaoui

Aïkido & Santé Les traumatismes du genou Aïkido Le Magazine du Grand Maghreb - Numéro spécial en trois langue Arabe, Français & anglais- produit par AJA Annaba « Section Aïkido


Aïkido le Magazine du grand Maghreb

* Éditorial / P 3

SOMMAIRE

* Historique * L’histoire d’O sensei * Qu’est ce que l’Aïkido * Histoire de l’Aïkido à Annaba

*

Portrait

* Technique * Le Ma-AI * Réflexions pédagogique * Organisation technique Aïkido Traditionnel * Sens et niveau des grade

Alaoui Mbarek Objectif Aïkido

***

* les traumatismes du genou

* Présentation * Section Aïkido A.J.A

* Temoignage

* Ali Belakhdar

* Témoignage d’un Aikidoka

* Interview spéciale

* Publications * Le concept de excellence en l’Aïkido

Greg O’connor Sensei 2 Aikido le M.G.M Oct 2013


Editorial

Rédacteur en chef Djamel Mekdade Comité de rédaction Chahine Ghamri Saber Necib Ahmed Bouziane A.Malek Keziz Mohamed Kichou

Aïkido Maghreb magazine est un espace d’expression de formation et d’information dédier à l’Aïkido. Cet espace est le fruit de longues réflexions et d’énormes efforts pour aider au développement de notre discipline et du sport en général dans nos pays respectifs et dans la zone Maghreb. Dans Aïkido Maghreb magazine nous avons prévu des rubriques que nous espérons bénéfiques à tous. Ainsi nous allons d’une part pouvoir partager nos expériences et essayer de comparer notre Aïkido avec ce qui se fait à travers le monde, être ouvert à ce qui se fait ailleurs et permettre aux autres de savoir ce qui se fait chez nous. Car le monde du sport est en évolution constante et nous nous devons de suivre les progrès et apporté notre contribution à cet édifice. D’autre part, nous essayerons de faire connaitre notre art, notre culture, nos ressources, et notre histoire au monde entier, surtout qu’au Maghreb nous faisons partie des rares pays au monde à avoir connus l’Aïkido durant les années 50 du siècle dernier. 3 Aikido le M.G.M Oct 2013


Histor

Vie de O Sensei ORIGINE DE L’AÏKIDO L’aïkido a été fondé par Morihei Ueshiba. Né le 14 décembre 1883, il était de faibles constitutions, souvent malade et très nerveux. Dès son plus jeune âge, il fut fortement attiré par la religion. Ses parents l’encouragèrent à poursuivre des activités physiques, tels que le Sumo et la natation afin d’équilibrer cette tendance. A vingt ans, il se rend à Tokyo et passe ses soirées à étudier les anciennes techniques de Ju-Jitsu, en particulier celle de l’École Kito, sous la direction du Maître Tozawa. Parallèlement, il pratique le Ken-Jutsu (sabre) dans un dojo de Shinkage Ryu (Ecole Shinkage). Après être tombé malade, il décide de se forger un corps neuf et solide. Il s’astreint à un entraînement dur et progressif basé sur la condition physique et la force pure. Bien que de petite taille (1,54 m), il était beaucoup plus fort que la moyenne. Mais, la seule force physique ne le satisfaisant pas, il se rendit à Sakai, afin d’y étudier le sabre de l’Ecole Yagyu sous la conduite de Maître Nakaï. En 1903, Maître Ueshiba s’engage dans l’armée. Très vite, il devint le premier en tous genres d’exercices et plus particulièrement en Juken-Jutsu (combat à la baïonnette). En février 1915, au cours d’un voyage il rencontre le grand Maître de l’Ecole Daïto : Sokaku Takeda. Ce dernier décida de lui enseigner

les techniques secrètes de Daitoryu. Dès son retour, il ouvre un dojo et invite le Maître Takeda. Il lui construit une m ai s on et s’o c c u p e totalement de lui. En novembre 1919, il rencontre un grand Maître mystique doué de rares pouvoirs spirituels : Wa n i s a b u r o D e g u c h i . Pour lui, cette rencontre fut capitale car il avait conscience que s’il maîtrisait la force et la technique, son énergie spirituelle restait fragile et chancelante à la moindre épreuve psychologique. Très peiné par la disparition de son père, survenue le 2 janvier 1920, Maître Ueshiba passa quelques mois à méditer puis il décida de s’installer à Ayabe, dans le temple de l’Omoto-Kyo, afin d’étudier sous la direction de Wanisaburo Deguchi. Ce dernier, pacifiste convaincu, quitte le Japon le 13 février 1924, avec quelques disciples dont Maître Morihei Ueshiba,

4 Aikido le M.G.M Oct 2013


ique avec l’intention de bâtir en Mongolie, où s’affrontaient les armées chinoises et japonaises, un Royaume de la Paix. Ils échouèrent dans leur tentative et furent prisonniers des armées chinoises pendant plusieurs mois. De retour au Japon, Maître Ueshiba reprit avec encore plus d’intensité qu’auparavant ses recherches sur le Budo et sa vie d’ascétisme. C’est à cette époque qu’il comprit que le vrai Budo n’est pas de vaincre un adversaire par la force mais de garder la paix en ce monde, d’accepter et de favoriser l’épanouissement de tous les êtres. Si la recherche spirituelle est présente dans tous les arts martiaux japonais, jamais personne ne l’avait approfondie jusqu’à englober en son sein l’amour de l’humanité. C’est de toutes ces rencontres et expériences techniques ou philosophiques que naîtra l’Aïkido en 1925. Dès 1926, le nom de Ueshiba commençait à être connu et d’éminents Budokas ainsi que d’importantes personnalités du monde politique ou militaire lui rendirent visite. Il s’installa en avril 1931 à Wakamatsucho, un quartier de Tokyo, dans un dojo nouvellement construit qui prit le nom de Kobukan. Pendant les années de guerre, Maître Ueshiba se retira à Iwama, à 120 kilomètres de Tokyo, où se trouve actuellement le sanctuaire de l’Aïkido (Aïki Jinja). En 1946, les Américains ayant interdit la pratique de tous les arts martiaux au Japon, le dojo de Tokyo fut fermé jusqu’en 1948, date à laquelle il prit le

nom d’Aïkikaï. L’Aïkido fut le premier art martial qui reçut l’autorisation de reprendre la pratique en raison de sa tendance pacifiste. Dès lors, le nombre des élèves ne fit qu’augmenter, et c’est à cette époque que naquit vraiment la forme moderne de l’Aïkido. Dans les années 50 et 60, Maître Ueshiba laissera de plus en plus le soin de l’enseignement à ses meilleurs disciples qui créèrent de nombreux dojos de par le Japon ou émigrèrent à l’étranger, ainsi qu’à son fils, Kisshomaru Ueshiba qui, en 1967, devient Directeur Général de la Fondation Akiaki. Lorsque le vénérable Maître s’éteignit le 26 avril 1969, l’Aïkido s’était répandu à travers le monde et était pratiqué par des centaines de milliers de personnes sur les cinq continents.

5 Aikido le M.G.M Oct 2013


Historique * Respect d’autrui * Respect de soi-même * Respect du groupe

CODE D’HONNEUR DE L’AÏKIDO ET DU PRATIQUANT

Qu’est-ce-que l’Aïkido ?

S

i l’intention est d’attraper, de saisir, d’appliquer une technique bien particulière, ou d’obtenir un grade par exemple, il n’y a pas de spontanéité et ce n’est plus de l’Aïkido. L’Aïkido est une adaptation immédiate à une attaque, à une situation. Pour cela, il faut être libre. Pour être libre, il faut être relâché musculairement et aussi détaché psychiquement de la notion de recherche de résultat. TAMURA SENSEI

«L’Aïkido ne s’apprend pas, il se pratique» (TAMURA SENSEI)

Le respect mutuel et l’ambiance amicale sont toujours omniprésents au sein du club. Les nouveaux pratiquants sont toujours bien accueillis, ils peuvent essayer deux fois avant de décider de prendre une licence. Pour essayer, pensez à vous équiper tout simplement d’une tenue de sport. Les cours sont ouverts à toute personne résidente ou de passage dans notre ville quelque soit sa fédération d’appartenance, pourvu qu’elle soit munie d’une licence et d’une assurance en cours de validité. Une participation pourra être demandée en fonction de la durée séjour. Pour les non pratiquants, il est possible d’aller nous rendre visite sur place, aux lieux et heures de cours indiqués dans la rubrique «les cours».

Art martial japonais sans compétition, l’Aïkido offre des solutions non violentes pour résoudre conflits et situations d’agressivité. Qualifié comme «l’Art de la Paix» par son fondateur Moriheï Ueshiba, l’Aïkido est une discipline se pratiquant dans un esprit tranquille, dénué d’agressivité, puisque le relâchement et l’accomplissement personnel par une meilleure maitrise de soi.. Pratiqué régulièrement, l’Aïkido développe confiance en soi, intuition, non violence et vigilance.

Qui peut pratiquer l’Aïkido ? Les enfants à partir de 6 ans, Les adolescent(e)s, Les adultes: femmes et hommes de tous âges

6 Aikido le M.G.M Oct 2013


Paroles de sages REGLES POUR ETRE HUMAIN 1 / Tu re c e v ra s un cor p s . Tu p e u x l’ai m e r o u l e h aï r mais il est tien pour la v ie. 2/ Tu apprendras des leçons. Tu es étudiant à temps plein à cette école informelle qu’est la vie. C h a q u e j o u r t ’a p p o r t e l’occasion de tirer des leçons. Tu peux apprécier cette opportunité ou penser que les leçons sont s t u p i d e s e t i mp e r t i n e nt e s .

7 Aikido le M.G.M Oct 2013


Histo

L’histoire de l’Aïkido à Annaba Premier contact

C’est en 1963 qu’Annaba fait la connaissance de l’Aïkido self défense au sein de la salle O.J.A (Olympique Judo Annaba) à travers l’enseignement de Maitre AZIZI Ahmed. Qui venait de rentrer de France avec deux diplômes très important à l’époque, diplôme d’entraineur de judo est d’Aïkido. Maitre Azizi continua à enseigner son Art jusqu’en 1982 lorsqu’un groupe d’athlètes entend parler de l’existence de l’Aïkido au sein de la fédération de Judo et que cette discipline est existe à Alger. Le groupe entreprend des contactes avec la fédération Algérienne de Judo et disciplines Associés surtout en apprenant que cette dernière organise un passage de grade shodan et plus. Notre groupe participera au passage de grade qui à eu lieu à Alger sous la direction de Rabeh Achour (Directeur Technique National d’Aïkido). Et malgré l’échec dut essentiellement à la différences des style( Azizi/Achour), malgré la frustration, les regrèts….etc ils durent en toute sportivité accepter les résultats. Et c’est à partir de ces contacts qu’un déclic s’est manifesté et que ce même groupe s’engagea techniquement avec Achour Rabah. Le groupe entreprend alors des contactes avec la fédération Algérienne

de Judo et disciplines Associés, surtout avec Maitre Achour (D.T.N Aïkido), ils furent bien reçu par tous les responsables de l’Aïkido qui étaient heureux de voir l’Aikido implanté dans l’est Algérien, surtout qu’ils n’avaient aucun effort à faire pour créer et développer des sections dans cette région. C’est ainsi que la fédération organisera le 1er Stage National d’Aïkido à Annaba (Salle Bouzered Hocine) sous la direction de maître Rabah Achour. Le style de maître Achour totalement différent de celui enseigné par Azizi, subjugua les Annabis. Le groupes que nous appellerons le groupe des Cinq décide d’apprendre et de développer l’Aïkido (celui de enseigné par Maitre Achour) à Annaba. Le groupe des Cinq se compose de :

8 Aikido le M.G.M Oct 2013


orique Mr : Makhloufi Ahmed Mr : Labouiz Rabeh Mr :Khlifi Hcen Mr :Manaa Abdel hamid Mr :Hasnaoui abdallah Ils décident d’investir d’eux même, de se dépenser au maximum, de se relier et d’envoyer chaque fois l’un d’entre eux à Alger pour faire des stages bloqués, d’apprendre et de retenir le plus de techniques possible et revenir transmettre ou verser ce qu’il a appris au reste du groupe. C’est en 1984 et sous l’impulsion de Maitre Makhloufi Ahmed que le groupe des cinq se déplacera à Alger pour participer au passage de grade 1ér Dan salle El Harrache. La réussite stimulera et motivera le groupe qui s’engage davantage à développer et à restructurer l’Aïkido à Annaba.

Salles d’AIKIDO :

Les premières salles qui ont ouverts leurs portes à l’AIKIDO - O.J.A de 1963 jusqu’à 1982( Azizi Ahmed) - I.R.S.A à partir de 1982 ( MakhloufiManaa- Labouiz- khlifi) - Baie des corailleurs à partir de 1985( Labouiz) - C.E.M les Frênes à partir de 1989 ( Mekdade) Création de la Ligue. L’année 1986 verra la création de la

Ligue Annabi D’Aïkido Vo-Vietnam et D.A présidé par Mr : Rabah Labouiz. Comme il faut saluer le rôle de la fédération Algérienne D’Aïkido VoVietnam et D.A pour le support technique qu’elle a apporté à notre ligue, notamment à travers les présences et les disponibilités des Maitres : Rabah Achour président de la Fédération & DTN, maître Silem Hamid instructeur, et maître Rouibeh Nacer instructeur. L’histoire fait par les hommes : le récapitulatif 1- Maitre AZIZI Ahmed : il enseigna son Art de 1963 à 1982 au sein de O.J.A il a eu l’honneur et le mérite d’introduire l’AIKIDO à Annaba. Le premier algérien à enseigner et à se battre pour l’aïkido. Il restera dans l’histoire comme étant le père spirituel qui balisa le chemin à toutes les générations futur. 2- Maitre Makhloufi Ahmed : locomoteur de l’AIKIDO à Annaba, le premier technicien entraineur et formateur . C’est celui qui a sacrifié son temps, son argent et même sa famille pour le développement de cette discipline. Il a réussi son pari en réalisant son rêve de former plus d’une centaine de ceintures noires, et de mener Annaba vers les cimes de l’Aïkido en Algérie. C’est à partir de l’année 1982 & à travers la section I.R.S.A que Maitre Makhloufi qui était Alors D.T.S Aïkido Prend la relève de l’autre Ahmed : Maitre Azizi Ahmed et accomplit sa mission avec réussite.

9 Aikido le M.G.M Oct 2013


Histo 3- Maitre Labouiz Rabeh : Faisant partie du groupe des cinq Rabah se distingue par sa sagesse car si Makhloufi est qualifié comme le technicien, Labouiz est qualifié comme le stratège : celui qui a tout organisé à travers une gestion très méthodique. Il créa en 1985 la seconde section Aïkido (Baie des corailleurs), comme il présidera la première ligue Annabi d’Aïkido en 1986. Sa personnalité et son charisme feront de lui l’un des piliers de l’AIKIDO aussi bien à Annaba qu’a l’échelle nationale.

4- Maitre Manaa Abdelhamid : L’homme de l’ombre car il s’est toujours occupé de la formation sur les tatamis : il disait (L’Aïkido c’est sur les Tatamis qu’il s’apprend). Il consacrera toute sa vie à former les jeunes et à pratiquer sa discipline favorite : président de l’I.R.S.A puis de F.F. Sa salle est toujours ouverte et disponible pour les activités de l’Aïkido.

5- Maitre Khlifi Ahcene : l’Esprit de l’Aïkido à Annaba c’est le Maitre par excellence : car le premier à associer l’enseignement technique et la philosophie au même temps. C’est celui qui redorera le blason de l’AI et qui lui donnera toute sa valeur. Nous pourrons même dire que c’est le premier à avoir compris le sens du mot Aïkido : car pour lui il enseignait un Art pas simplement un sport. Les efforts combinés de cette génération d’Aïkidokas seront récompensés par une reconnaissance à l’échelle nationale et même internationale a travers la formation d’une génération d’Aïkidokas aussi dévouée que la première. Parmi les hommes de cette nouvelle génération on notera les noms de : 1- Maitre Sebai Med Salah : un des premiers Aïkidokas à quitter la maison mère I.R.S.A Il devient entraineur en 1989 au coté de Maitre Rabah Labouiz (salle baie des corailleurs) comme il intégrera la Ligue la même année ou il sera chargé du secrétariat puis la formation, il deviendra un des piliers de la ligue Annabi

10 Aikido le M.G.M Oct 2013


rique Après maître Makhloufi c’était le premier entraineur de la nouvelle génération à former des ceintures noires. 3- Maitre Bendjedea Mounir : en 1991 il ouvre une nouvelle école d’Aïkido,

d’Aïkido et le seul Maitre de l’école Baie de corailleurs jusqu’à son départ en France en 1998. Où il continue à enseigner la discipline. 2- Maitre Mekdade Djamel Eddine : en 1989 et avant même d’obtenir sa ceinture noire il ouvre sa section d’Aïkido (C.E.M les frênes) puis intègre la Ligue aux coté de Sebai, où il appendra la gestion des affaires du sport avec Mr Labouiz, il occupera divers poste avant de finir Président de la Ligue en 1996.

celle du CRA (Croissant Rouge Algérien) une autre alternative pour les jeunes Annabis qi voulaient pratiquer cette superbe discipline, caractérisé par un sérieux et une disciplines de fer maitre Bendjedea formera une nouvelle génération d’Aïkidokas aussi sérieux et dévoués que leur maitres. Après suivront d’autres jeunes éducateurs non sans moindres envergures que leurs ainés pour former et créer de nouvelles écoles d’Aïkido à Annaba. Par Djamel Mekdade.

11 Aikido le M.G.M Oct 2013


Portrait M’barek Alaoui Maître M’BAREK ALAOUI, le père fondateur et l’âme de l’Aïkido au Maroc a consacré plus de 56 ans de sa vie à la promotion et au développement de l’Aïkido non seulement au Maroc, mais au Maghreb, en Afrique et même en Europe. Alaoui sensei a eu la chance et l’honneur

de pratiquer avec le fondateur O Sensei Morihei Ueshiba , avec son fils Kisshomaru Ueshiba et les plus connu des maîtres aïkidokas du monde. N’ayant pas réussi à l’école, Maître Alaoui décide d’apprendre le métier de menuiserie, et plus précisément la

Histo

fabrication de talons de chaussures, et ce depuis l’âge de 8 ou 9 ans. Ce qui va le pousser plus tard à monter son propre atelier, qu’il dirige encore aujourd’hui, au même temps il se met à pratiquer le sport comme tous les enfants de son âge. C’est en 1957 que L’aventure commence, quand il débute la pratique de l’Aïkido,

En 1964, il reçoit son Shodan Aïkiaki de maître Tamura. Il était le premier Shodan arabe au Maroc, en Afrique et dans le monde.

12 Aikido le M.G.M Oct 2013


orique Dans tous les pays arabes, le Maroc est le leader en ce qui concerne l’aïkido. Et c’est grâce à Alaoui sensei que le Maroc était reconnu par l’Aikikai avant la France. la Belgique, de l’Italie………… etc. Dans une interview à Aikido journal il dit : C’est vraiment une grande famille, au Japon, dans le monde entier. C’est ce qui fait la valeur de l’aïkido. L’aïkido, c’est la paix. En aïkido il n’y a pas de compétition, pour moi le mot aïkido signifie famille, cela est aussi valable en Europe. Il n’y a ni trophée ni médailles à gagner. Les frontières sociales se dissolvent, les riches pratiquent avec les pauvres. Les aïkidokas font partie d’une classe bien considérée dans la société marocaine… Il y a des médecins, des ingénieurs. La plupart des pratiquants sont des gens riches. Ils veulent juste pratiquer et non pas gagner de l’argent en aïkido. Les gens qui sont là avec nous sont des gens qui possèdent des sociétés, des professeurs… qui n’ont pas besoin de gagner de l’argent en aïkido. Plus de 50 % des aïkidokas sont des gens riches si on compare avec les autres disciplines. L’aïkido est une famille et vous en faites partie. Cela existe aussi en islam, il faut donner sans attendre de recevoir en retour. C’est l’amour, Tamura était aussi comme ça. Il m’a donné autrefois l’argent qu’il avait gagné d’un stage, pour ouvrir mon propre dojo à Casablanca. Pour ma part, je voudrai ajouter quelque chose :

fils et cela malgré que c’était la première fois qu’on se croise. Il m’avait fait sentir quelque chose que je ne pourrai exprimer ou expliquer mais que je résumerai en « il m’a fait sentir qu’il était le père » sa tendresse, sa bienveillance, sa disponibilité et sa souplesse nous attirai vers lui tel un essaim vers la ruche. Et quand est-il aujourd’hui après prés de deux décennies de contacts et surtout après qu’il eu un terrible accident cérébral qui à faillit lui coûté la vie et qui lui a laissé des séquelles encore visibles ? Maitre Alaoui est toujours égale a luimême, il n’a aucunement changé au contraire (il s’est bonifié avec l’âge) excusez le terme, il est aujourd’hui encore plus disponible, plus affectueux, plus gentil, bienveillant et encore plus disponible à notre égars mais en ajoutant un petit chouya de respect supplémentaire qui est dû a nos nouveaux rangs de professeurs. Merci Alaoui sensei pour tous ce vous nous avez apporté, marocains, algériens, tunisiens, libyens, arabes ou africains, et surtout Aikidokas.

J’ai croisé le chemin de maitre Alaoui, il y a près de vingt ans, et je me rappelle qu’a l’époque il m’a traité comme un enfant ; pas dans le sens de petit, non loin de là, c’était plutôt comme son enfant son 13 Aikido le M.G.M Oct 2013


Paroles de sages

3/ Il n’y a pas d’erreurs, que des leçons à apprendre. La croissance est un processus d’essai et d’erreur, une expérimentation. L’expérience “ ratée ” est tout autant essentielle au processus qu e l’e x p é r i e nce ré u ssi e . 4/ Une leçon sera répétée jusqu’à ce qu’elle soit apprise. La vie présente ce qui doit être appris sous toutes sortes de forme, jusqu’à ce que ce soit assimilé. C e n’e s t q u ’u n e f o i s l a leçon apprise, qu’on peut passer à la leçon suivante.

14 Aikido le M.G.M Oct 2013


Technique

Organisation des techniques Aïkido Traditionnel Parfois, un mot, une expression, ou même une idée passagère peuvent changer une carrière, bousculer toutes les idées reçues et même influer sur des croyances profondément ancrées en nous. C’est à se demander que et qui croire ? Plus d’un quart de siècle d’apprentissage, d’enseignement et de cumul de connaissances pour se rendre compte que les poutres sur lesquelles nous avons bâtis notre édifice sont friables et mal disposées pour supporté le poids d’un tel monument. Nous avons malheureusement essayé de copier l’édifice réalisé par de grands messieurs, les meilleurs architectes au monde, connus, respectés, et même vénérés pour leurs savoir, leurs compétences et leurs connaissances dans le domaine, pas comme nous, les copieurs et usurpateurs qui ont voulus reproduire l’édifice à moindre cout, sans faire appel ni aux architectes, ni aux ingénieurs qui devrons faire l’étude du sol et des matériaux disponibles.

Quand je dis nous, ce n’est pour dire Algérien, marocain, Tunisiens ou autre Maghrébin, c’est plutôt pour dire les générations d’aïkidokas à travers le monde pratiquant sous l’égide de l’aïkido moderne. « Heureusement pour nous que nous ne sommes pas complètement dans le tord » car même avec autant d’erreurs et d’imperfections, ce que nous faisons est encore de l’aïkido, un peux pauvre, parfois brutale des fois impropre à la consommation, mais toujours de l’aïkido primitif mais aïkido. J’ai toujours pensé que cette discipline est difficilement explicable pour ceux qui ne maîtrisent pas la langue des espaces, la physique et les maths, je parle bien sur des entraîneurs qui sont obligés d’utiliser ces notions pour expliquer et démontrer les différentes phases d’une technique, car des notions géométriques comme : axe, angle, cercle, spirale, et comme aussi le levier ou l’effet levier .…etc sont omniprésentes dans l’exécution des mouvements Aïkido. 15 Aikido le M.G.M Oct 2013

Cette remarque m’a renvoyé vers les bancs de l’école pour faire des recherches et tenter de trouver comment O sensei a-t-il organisé sont art, et à comprendre sa vision de l’aïkido. Car pour comprendre les détails et saisir l’infiniment petit, il faut avoir une vue globale, une vue d’ensemble sur le projet Aïkido. J’estime qu’il est impossible de comprendre, de définir Ikyo en dissociation des autres notions aïkido, et là remarquez que je n’utilise pas le terme « technique » mais plutôt « notion » pourquoi ? Tout simplement parce que mes recherches m’ont amené à aller chercher les réponses auprès de ceux qui étaient les plus proche du maître fondateur de cet art ( Morihei Ueshiba) à commencer par :


Techn Tadashi Abé,

qui m’ont permis à travers leurs ouvrages bien sur, de comprendre un peu la vision globale d’O sensei vis-à-vis de son œuvre, un autre ouvrage m’a aidé

Koichi Tohei ,

Morihiro Saito,

dans cette analyse « Budo » le seul ouvrage édité par Morihei Ueshiba lui-même. Le mieux est de ne parler que des résultats qui sont croyez moi assez probants et très significatifs. Alors commençons par le commencement :

Maru c’est le

ra U

é ot m

O

Gozo Shioda …….etc

cercle et le ciel. Le cercle symbolise la sérénité, la perfection, 16 Aikido le M.G.M Oct 2013

source de techniques illimitées; celui-ci est définit par une infinité de points.

Maitre Morihei Ueshiba disait que le cercle symbolise la sérénité et la perfection, la source sans limites des techniques , le cycle de la manifestation, qui est une spirale dynamique représentée sur le plan géométrique par la figure du cercle. C’est un peux pourquoi les mouvements d’aïkido sont circulaires et disposés dans le cercle et c’est là que naissent et se développent les techniques. Cette forme (le cercle ou la sphère) est présente dans tous les mouvements, mais si on fait bien attention en aikido, exécuter ikkyo, shiho nage ou kaiten nage a une signification bien plus profonde que de jeter quelqu’un par terre sur un tatami. Essayons maintenant de voir comment Ueshiba a –t-il conçu l’aikido et surtout l’aikido de base ?


ique L’aikido de base

est composé de cinq immobilisations, dans l’ordre : Ikyo- NikyoSankyo- Yonkyo- Gokyo ordonnées par O sensei, nous verrons plus tard le pourquoi du comment. Quant aux projections de base, elles sont aussi aux nombre de cinq : Irimi nagé- koté gueishi- shiho nagé- tenshi nagé- kaiten

confrontés aux termes kajos qui ne sont pas des techniques, mais plutôt des catégories ou des notions (notion du contenu et du contenant). 1- La première (ikkajo) le contenant ne contient pas seulement ikkyo , mais réunit en réalité deux techniques : ikkyo et shiho nage. Pourquoi spécialement ces

d’ikkyo et l’entrée de shiho nage respectent un angle identique, les photos nous le prouvent. Le pied avant est bien ouvert dans la position hito e mi, à un angle de 60°, pour shiho nage aussi bien que pour ikkyo. Alors que peut-on conclure par : puisque l’angle d’entrée de shiho nage est identique à l’angle d’entrée

nagé, mais dans quel ordres ? Et là aussi réside une autre surprise, et c’est ce qui explique que pour comprendre l’aïkido Il faut l’observer et l’analyser en bloc, en un tout et non pas par élément. Explications : Il apparaît dans les livres surtout de Tadashi Abe, et si on les lit attentivement, nous nous retrouverons

deux là sont-ils associés ensemble ? Ikkyo met en rotation le bras d’uke du haut vers le bas quant au Shiho nage c’est dans le sens inverse, du bas vers le haut. Par conséquent le coude d’uke est sollicité dans les deux cas de manière parfaitement symétrique. Il y a autre chose. Il s’agit de l’angle d’entrée dans la technique : l’entrée

d’ikkyo, et qu’il faut ensuite effectuer une rotation à 180°, la conséquence logique est que shiho nage se situe à l’extrême opposé d’ikkyo : aux deux extrémités d’une même ligne dont tori est le centre.

17 Aikido le M.G.M Oct 2013


Techni même ligne dont tori est le centre. A la fin de shiho nage les pieds sont bien en hito e mi (60°) et leur direction est parfaitement symétrique à la direction des pieds pendant le mouvement ikkyo : ikkyo et shiho nage sont donc opposés (ou réunis) sur une même ligne comme sont opposées autour d’un axe leurs rotations symétriques (contraires mais complémentaires). Voilà la raison qui fait qu’ikkyo et shiho nage appartiennent dans la même catégorie : ikkajo. Voilà pourquoi Tadashi Abe en avait fait la première partie de son livre. 2- Nikajo : c’est la seconde

catégorie qui regroupe Nikyo et Kote gaeshi , deux rotations du poignet parfaitement symétriques qui ont naturellement sur uke des effets symétriques, comme on peut le constater

l’extérieur. Est-ce pour cette raison que ces deux techniques figurent ensemble, dans la catégorie nikajo ? Oui, mais pas seulement.

sur les photos. Nikyo enroule le poignet d’uke vers l’intérieur, kote gaeshi l’enroule vers

Car comme dans le Ikkajo nous devons aussi observer Si une relation de la même nature que celle qui unit ikkyo omote et shiho nage existait entre nikyo omote et kote gaeshi, il faudrait nécessairement que kote gaeshi soit exécuté dans l’angle symétrique de nikyo. Est-il possible que ce soit bien le cas ? La direction de projection est tout à fait nette sur les deux photos ci-dessous, on projette bien uke dans l’angle symétrique à celui de nikyo omote : nikyo omote et kote gaeshi sont opposés à 180° l’une de l’autre et forment la deuxième catégorie nikajo

18 Aikido le M.G.M Oct 2013


ique

Le Ma-Aï

Le Ma-Aï, qu’est ce que c’est ?

Un mot fréquemment utilisé dans la pratique des arts martiaux, il tient une place particulièrement importante dans le Budo et dans l’entraînement de tous les arts de combat. C’est la sensation de distance par rapport à tout adversaire et qui unit les deux partenaires ou adversaires lors d’une confrontation, compétition ou simple entrainement. Mais si nous voulons vraiment comprendre cette notion, il faut faire un peu d’histoire et quelques recherches surtout dans la culture Asiatique. Le Ma-Aï est un terme ou nom (Kanji) composé de deux mots. Ma : qui signifie distance, intervalle, entre, interstice, espace. Aï : qui signifie union, réunir, harmonie. Le kanji Aï : indique que les deux partenaires (ou adversaires) sont liés et unis par le «Ma» -la distance- qui va varier selon la situation, l’endroit et l’espace où se déroulera l’action. L’issue de la confrontation dépendra de la maîtrise et du jugement du Ma-Aï qu’il s’agisse d’un combat ou de la réalisation d’une technique fluide et naturelle dans l’étude de l’art martial. Le Ma-Aï est mobile dans les situations d’attaque et de défense, il varie constamment, et Pour se rendre compte du Ma-Aï correct, plusieurs facteurs entrent en jeu, par exemple : la taille relative des personnes impliquées, qu’il y ait, soit un partenaire, soit plusieurs ; L’espace environnant ; le type d’arme auquel on fait face : La différence de longueur entre un sabre et un couteau, etc… D’ailleurs,

Ma-Aï change constamment par le courant même de l’action créée par l’attaque et la défense. Au moment où l’un des adversaires bouge, le Ma-Aï commence à changer. à cause de ses nombreux changements et biens plus

encore à cause du caractère dynamique de Ma-Aï, sa distance exacte ne peut être mesurée et pensée dans une forme fixe, ni être apprise en théorie : le «sens» de Ma-Aï est affaire d’expérience pratique et peut seulement ê t r e développé à travers la pratique. C’est à la fois l’espace vital qu’il faut préserver et le vide disponible, où l’action va naître et s’épanouir. La perception du Ma-aï est une affaire de sensation et d’état d’esprit.

19 Aikido le M.G.M Oct 2013


Technique Le Ma-Aï en Aïkido.

O Sensei : «Dire que je vais travailler Ikkyo ou Shi Ho Nage dénonce une véritable rupture avec le véritable sens de la pratique de l’aïkido où la technique doit naître du Ma-Aï au moment de l’attaque et engendrer le déplacement adéquat ». C’est en fonction de la situation, de la distance, de la forme d’attaque, le jugement correct du Ma-Aï va permettre de prendre le centre, de créer le mouvement de mettre en place les bases autour des quelles les techniques aïkido seront construites. La plupart des arts de combat appuient leur stratégie sur une distance de prédilection, qui va permettre aux pratiquants d’exécuter leurs techniques (attaques ou défenses) dans de bonnes conditions. Toutes les variations de distance sont permises dans la pratique de l’aïkido : de la saisie du poignet (katate dori), du revers ( muna dori), aux attaques portées (shomen uchi, tsuki) jusqu’aux coups de pied le Ma-Ai change selon le type de pratique ou la situation de travail (tashi wazaHanmihandashi waza- suwari waza) . Mais les situations les plus éloquentes qui montrent l’importance du Ma-Aï c’est le travail avec les armes, Boken & Jo où le Ma-Aï est indispensable pour la réalisation de tout mouvement.

Ma : où la dimension cachée.

C’est le territoire de tout être vivant, l’espace nécessaire à son équilibre. La distance critique correspond à une zone où le comportement est situé à la frontière entre l’attaque et la fuite. Chez l’homme cette dimension devient culturelle. Ainsi, chaque civilisation à sa manière de concevoir les déplacements du corps, l’agencement des maisons,

les conditions de la conversation, les frontières de l’intimité. Certaines distances conventionnelles en vigueur de nos jours ont une origine martiale ancienne. En occident l’habitude de se serrer la main pour se saluer, implique une distance rapprochée qui interdisait l’utilisation d’une épée ou d’un sabre tout en contrôlant que la main droite ne portait aucune arme de poing, par exemple un couteau. Au Japon, le choix s’est porté sur un salut qui consiste à s’incliner à une distance respectable l’un de l’autre. D’autres conventions venaient indiquer le caractère belliqueux ou pas de la rencontre. Par exemple, le pied droit en avant était un signe d’agressivité potentielle car cette position favorise le dégainage du katana.

Ma : dans la culture japonaise.

Le « Ma », ou intervalle, est un élément constructif fondamental de l’expérience japonaise de l’espace. Non seulement il structure les arrangements spatiaux tels que l’architecture, l’art floral et l’écriture, mais également la musique qui ne s’apprécie que par les silences qui ponctuent les notes. Cette virtuosité dans le traitement de l’espace peut être symbolisée par le jardin du monastère zen de Ryoanji (XV ème siècle), près de Kyoto, l’ancienne capitale. Le jardin est composé de quinze pierres posées sur une mer de sable. Quelque soit l’endroit où l’on se place, une des pierres demeure invisible. La mémoire et l’imagination sont sollicitées en permanence afin de conduire l’individu à l’endroit précis où il sera en mesure de découvrir quelque chose par lui même....

20 Aikido le M.G.M Oct 2013


Paroles de sages

5/ On n’a jamais tout appris. Toutes la vie est pleine de leçons. Tant que tu vivras il y aura quelque chose à apprendre.

6/ “ Là-bas ” n’est pas mieux qu’ ”ici ”. Quand ton “ là-bas ” sera devenu ton “ ici ”, surgira un nouveau “ làbas ” qui, de nouveau te semblera plus attrayant que ton “ ici ”.

21 Aikido le M.G.M Oct 2013


INTERVIEW

Renco

Avec Maître

Greg O’connor Qui est Greg ?

j

’avais espéré qu’il allait se présenter et nous dire qui il était réellement mais il s’est contenté de nous parler de son parcourt Aïkido, ce qui m’incite à vous présenter l’homme. Je pense que malgré l’absence des liens du sang, Greg O’connor sensei a hérité quelque chose du maître fondateur, je ne saurai pas dire quoi, mais ce qui est sûr c’est qu’il est l’un de ceux qui ont été touchés par la flamme d’O sensei, à l’écouter parler aïkido on remarque qu’il ne cherche pas ou ne se limite pas à la pratique sportive dans un dojo, il pense plus large il veut construire un monde meilleur, il s’est tellement imprégné des valeurs de l’aïkido que sa vision du monde a rejoint celle d’O Sensei : celle qui consiste à vivre l’aïkido et non pas se limiter à la pratique martiale dans un dojo. Greg est un homme de cœur ou plutôt un cœur un grand cœur,

aimable, bon et généreux, attentif et respectueux, reconnaissant envers ces maître, ces instructeurs qui ont contribués dans sa formation. C’est quelqu’un qui est bien dans sa peau, mais aussi un homme de principes et de caractère. c’est ce que nous verrons a travers son interview. J’ai eu la chance de faire la connaissance de beaucoup de maîtres et d’expert, mais des comme Greg je ne pense pas qu’il en existe beaucoup. Sa joie de vivre est contagieuse, et je suis très content d’avoir été contaminé et infecté par sa joie.

22 Aikido le M.G.M Oct 2013


ontre Qui est Greg? (Présentation rapide)

J

e possède le grade Aikikaï de 6ème dan (c’est-à-dire homologué par l’Aïkikaï : World Foundation and Aikido Hombu Dojo, Aikido World Headquarters, Tokyo, Japon). Je suis un professionnel de l’Aïkido depuis plus de 25 ans. J’ai créé, et j’en suis

le responsable général, les « Aïkido Centers Inc./Aïkido Centers du New Jersey »; il s’agit là d’un ensemble de dojos qui sont affiliés à Hombu Dojo au Japon. En plus de mon investissement dans l’Aïkido j’ai étudié la lutte, le karaté, le Iaido et le Kyudo pour n’en citer que ceux-ci. J’ai aussi écrit deux livres sur l’Aïkido : The Aikido Student Handbook et The Elements of Aikido. Ces deux livres offrent des conseils sur l’approche de l’entrainement de l’Aïkido à tous les niveaux.

Quand et de quelle manière avez-vous découvert l’Aïkido ?

A

près de nombreuses années passées à m’entraîner en karaté, style Okinawan, je me suis intéressé à l’Aïkido au milieu des années 70. J’ai lu un livre de Gozo Shioda : Dynamic Aïkido. Une photo a capté plus particulièrement mon attention. Elle

montrait Shioda Sensei projetant deux uke face à l’appareil photo. J’ai été saisi par l’aspect « dynamique » de cette photo, la roulades parfaitement circulaires des uke. Pour moi cela réunissait à la fois un sentiment de puissance mais aussi de sécurité, en montrant comment on pouvait projeter vivement quelqu’un qui, lui, pourra se réceptionner d’une manière parfaitement

sure. Par la suite, j’ai vu Koichi Tohei qui donnait un entretien à la télé de Philadelphie. Il a montré quelques techniques qu’offrait l’Aïkido, des techniques simples mais fascinantes. Ainsi, je me suis mis en quête d’un dojo pour pratiquer l’Aïkido. Les seules possibilités qui s’offraient à moi étaient soit New York, avec Yamada Sensei (à une heure de voiture) , soit Philadelphie avec Maruyama sensei (à deux heures de voiture), puis quelques dojos s’ouvrirent dans le New Jersey. J’ai donc commencé mon entrainement à la fois dans le New Jersey et au New York Aïkikaï, fin 1976. On pourra noter au passage que, maintenant, il existe dans le New Jersey seulement, à peu près cent dojos d’Aïkido.

23 Aikido le M.G.M Oct 2013


Renco

C

e qui m’attirait le plus dans la pratique de l’Aïkido est un peu difficile à décrire. Il y avait quelque chose qui m’intriguait au delà de la beauté, de la sensibilité, de la puissance l’Aïkido, je sentais, derrière ces qualités qu’il y avait quelque chose de plus secret. C’est la même sensation que lorsqu’on emprunte un chemin dans la forêt, vous savez que ce chemin mène quelque part, mais, de là où vous êtes, vous ne pouvez voir ce point d’arrivée. Vous savez seulement que vous devez continuer à prendre ce chemin et que tout au long de ce chemin vous découvrirez de nouvelles choses que vous apprécierez au fur et à mesure où elles se présentent à vous.

Comment était l’entraînement lorsque vous avez commencé l’Aïkido ?

A

cette époque, nous étions bien plus jeunes, comme l’étaient les principaux shihan d’ailleurs, donc l’entrainement était très physique, tr ès athlétique, très martial et souvent aussi intense que dangereux. Vu mon passé en lutte, en karaté et des fois où j’ai eu à me défendre, victorieusement, dans ma jeunesse, ce type d’entrainement m’allait bien. À cette époque, on ne parlait pas de philosophie de paix, d’harmonie et d’amour. Il s’agit d’atteindre à l’efficacité la plus grande en utilisant les techniques propres à l’Aïkido. Au fil des années, j’ai eu la chance d’être uke, et cela de manière régulière, pour des shihan vivant aux Etats Unis, mais aussi venant de l’étranger. J’ai pu pratiquer le Bokken et le jo avec des grands professeurs comme Morihiro Saito Sensei et Kazuo Chiba Sensei. Mes examens de Kyu et de dan, je les ai obtenus soit à l’Aikikai de New York soit lors de grands stages d’été. J’ai d’ailleurs passé mon 3ème dan, à l’Aïkikai de New York, devant les Sensei Yamada, Mitsunari Kanai, Chiba et Seiichi Sugano.

24 Aikido le M.G.M Oct 2013


ntre

Quels sont les professeurs, les « maîtres » qui vont ont le plus influencé ?

D

e tous les maîtres, celui qui m’a le plus impressionné, c’est le fondateur de l’Aïkido lui–même : Moreihei Ueshiba, O Sensei — qui se considérait, selon ses propres mots, comme un éternel débutant. Ceux qui ont pratiqué sous son influence directe ont tous développé un Aïkido qui leur est propre et que j’admire. Pour autant, il me serait difficile de réduire ma vision de l’Aïkido en n’en citant qu’un certain nombre. Tant ont eu un impact fort que je ne pourrais tous les citer ici et leur rendre l’hommage qui leur est dû. Dans la période après guerre, j’ai été inspiré par Kisshomaru Ueshiba Doshu, Saito Sensei, Yamaguchi Sensei, Arikawa Sensei pour ne citer que ceux-là. Ainsi que je l’ai déjà mentionné, j’ai suivi Yamada Sensei pendant de nombreuses années jusqu’en 2007 quand j’ai reçu le privilège d’être affilié directement avec Hombu Dojo, l’Aïkikaï. J’ai aussi été énormément influencé par Chiba Sensei, Kanai Sensei et Sugano Sensei ainsi que par d’autres professeurs d’Aïkido aux Etats Unis. La liste des remerciements serait trop longue et je dois ici m’excuser pour l’oubli d’influences qui ont pu être significatives. Ainsi, je ne pourrais dire que mon Aïkido est le résultat d’un style ou d’un professeur particulier. Privilège de l’âge et de l’expérience, ce qui m’impressionnait quand j’avais 21 ans et très différent de ce qui m’impressionne maintenant alors que j’en ai 59. Précisons juste que je suis autant touché par la beauté d’une technique exceptionnelle que par l’intégrité et le caractère de la personne qui fait cette technique. En ce qui me concerne, ma plus haute estime va

uniquement pour ceux qui tout au long de leur recherche technique en Aïkido ont gardé leur intégrité et leurs qualités compassionnelles. Ainsi, au fur et à mesure des années j’ai été beaucoup plus inspiré par d’autres leaders charismatiques du monde de l’Aïkido, j’ai été inspiré par des gentlemen tels que Christian Tissier Sensei, Terry Dobson Sensei, Franck Doran Sensei et Francis Takahashi Sensei, pour ne citer encore une fois que ceux-là. J’ai pour eux la plus grande admiration et je me sens privilégié d’être de leurs amis. Ils sont les exemples vivants de ce que l’Aïkido est beaucoup plus que l’exécution correcte d’une technique, c’est l’accomplissement d’un comportement juste. J’ai rencontré pas mal de « maîtres » qui, je le suppose, font preuve aussi d’une bonne moralité. Cependant, lorsqu’on enlève le masque de certains on découvre des manquements certains. C’en est assez de ces instructeurs de cet acabit ! Inversement, sur le tapis et quel que soit le niveau d’entrainement, le nombre de dan, j’ai rencontré de vrais maîtres d’Aïkido de tous les âges, qui continuent humblement leur entrainement. Encore une fois, j’espère apprendre de ces deux types de « maîtres ». J’aime être optimiste et espérer que de plus en plus de gens de cette qualité porteront l’Aïkido dans le futur.

25 Aikido le M.G.M Oct 2013


Renco Quel type d’entraînement était le vôtre ?

J

’ai eu beaucoup de chance au début de mon entrainement. Je travaillais dans le monde de la publicité en tant qu’artiste sans aucune autre forme d’obligation, ainsi je pouvais prendre l’avion chaque fois qu’un Shihan de Hombu dojo dirigeait un stage, qu’un séminaire significatif avec des leaders du monde de l’Aïkido était tenu, et cela sans tenir compte ni du type de fédération ou d’affiliation. J’avais une soif immense d’Aïkido et je voulais l’étancher à chaque occasion ! J’étais ouvert à tous les styles et tous les enseignements. Je les rapportai « à la maison » pour les inclure dans mon propre Aïkido. Dès le début de mon entrainement je me suis consacré avec passion au travail des armes, l’Aïkido Bukiwaza de l’Aikiken et de l’aiki-jo. C’est avec la même passion que je suivais les cours de Iaïdo de Takeshi Mitsuzuka Sensei et ceux de Kyudo de Kanjiro Shibata Sensei. J’ai incorporé de nombreux aspects de ces disciplines dans mon propre Aïkido.

Après tant d’années d’entraînement que pensezvous de l’Aïkido ?

J

va vous apaiser, apaiser aussi les relations que vous pouvez avoir les autres. Maintenant mon souhait, tout du moins pour ceux qui vont être sensibles à cet aspect de l’Aïkido, mon souhait est que l’Aïkido permette de dissoudre la haine qui a empêché les gens de bonne volonté de trouver une précieuse amitié et une paix véritable, quels que soit leur religion, leur foi, leur peuple et nationalité. J’espère que, d’une manière ou d’une autre, l’Aïkido pourra contribuer à faire de cette terre un meilleur endroit pour nos enfants d’aujourd’hui et de demain. es études récentes ont montré qu’une activité qui impliquait à la fois le corps et l’esprit, les stimulant tous les deux, était la meilleure façon de rester jeune à la fois de corps et d’esprit. L’Aïkido s’inscrit naturellement dans cette perspective, quel que soit le degré d’entraiment qui correspond. On peut pratiquer l’Aïkido toute sa vie si l’on sait s’astreindre à un entrainement approprié.

D

Quels sont les bons moments… et les moins bons ?

e pense que l’Aïkido a le pouvoir de soigner, d’apaiser. L’Aïkido 26 Aikido le M.G.M Oct 2013


ontre

C

ommençons avec les mauvais. Ce qui m’a enlevé toute illusion et déçu le plus cela a été de voir comment certains instructeur, et non des moindres, peuvent détourner l’Aïkido, tout en se cachant derrière les valeurs de respect mutuel. Ils utilisent leur position pour renforcer leurs égos et manipuler ceux qui les entourent. C’est complètement décevant de voir les seniors instructeurs sous la coupe de ces gens-là, rester aveugles et silencieux et perdre ainsi toute dignité ! Je me suis élevé pendant des années contre ce type de comportement et j’encourage tous ceux qui auront le courage et la force de caractère d’améliorer cette situation. es bons moments maintenant. J’ai pu vérifier ce que l’Aïkido a pu faire de bénéfique pour ceux qui venaient au dojo s’entrainer. Ils ont rencontré des amis qu’ils n’auraient jamais connu autrement, certains sont devenus des amis pour la vie. Je me rends compte qu’après le cours, ils se sentent mieux, plus à même de répondre au stress de la vie quotidienne ; leurs relations avec leur famille, leurs collègues de travail, les amis qu’ils rencontrent chaque jour s’en trouvent facilitées, plus équilibrées. Ils peuvent ainsi être un bon exemple pour les autres, euxmêmes bénéficient grandement de ce rapport apaisé à la vie. J’ai remarqué que contre les abus de pouvoir de certains professeurs, d’autres leaders ont pu émerger ! C’est une chance pour moi de pouvoir à mon âge, à l’âge où beaucoup n’ont plus vraiment envie de bouger, de pouvoir compter sur un corps fort et agile, une force de caractère. C’est encore une de mes chances de pouvoir rencontrer des gens formidables au cours des années grâce à

L

l’Aïkido. C’est encore une chance, une bénédiction d’avoir toujours envie de continuer l’Aïkido et d’aider les autres grâce à ce support, tout cela a donné un sens à ma vie et m’a permis d’ajouter ma pierre à l’édifice de ce qui est bon dans le monde.

Et comment est l’Aïkido aux Etats Unis ?

I

l y a tout un vaste éventail de styles allant du style ésotérique à une pratique très physique. Comme ailleurs, certains ont eu une attitude très provinciale en ne s ‘entrainant que dans leur propre fédération ou style d’Aïkido. Pour ma part, j’ai beaucoup voyagé pour mon entrainement, dépassant les frontières et je continue de la même manière aujourd’hui. J’ai pu

constater de nombreuses évolutions et changements dans les pratiques aux Etats Unis. Et je suis très optimiste sur le fait que de plus en plus les gens auront de plus en plus envie de d’accepter les frères et sœurs et de briser les barrières qui ont été mises en place pour nous empêcher de travailler ensemble pendant trop longtemps.

27 Aikido le M.G.M Oct 2013


Renco Est-ce que vous pouvez dire un mot sur votre séjour en Tunisie ? Les gens ? L’Aïkido ?

E

C’était une bénédiction et un honneur audelà des mots. Vous rencontrer ainsi que Abdelaziz Mohktari, Kais Mejri, Abdelaiz Boukhazna parmi tant d’autres AIkidoka remarquables: tous ayant un sourire dans le cœur : hommes, femmes, enfants. Je souris encore en me rappelant cette expérience et les temps partagés. Tout cela m’a ému aux larmes par la sensation de reconnaissance débordante et pour l’ensemble de l’expérience, l’amitié affectueuse qui en ont résulté. La plupart des Américains n’auront jamais une telle opportunité, aussi, de retour aux Etats Unis, je clame haut et fort combien vous êtes des personnes

dont la beauté de l’esprit rayonnait. Je dois confesser que le niveau d’Aïkido était une véritable source d’inspiration. Non seulement le niveau d’Aïkido était très bon mais en plus chaque pratiquant avait ce que chacun peut espérer, qu’ils fussent femmes, enfant ou hommes un cœur fort et beau. Chacun aidant l’autre grâce à ces qualités de cœur. C’était une chose extraordinaire de voir tout cela exister sur le tapis. C’est avec respect qu’à l’intérieur de moi, dans mon cœur, je me disais : « Wow » !

merveilleuses ! Je voudrais remercier notre ami mutuel Daniel Lance pour nous avoir réunis—pour le plus grand bénéfice de chacun d’entre nous. J’admire tellement sa dévotion, son cœur, sa force de caractère et son sens de l’humour. Il cherche tout le temps à valoriser ce qu’il y a de plus beau en chacun. Pour moi, il est un ambassadeur de la paix ! Merci beaucoup mon ami (en français dans le texte).

n grandissant dans le New Jersey et en ayant passé ma vie à me consacrer à l’Aïkido, je n’aurais jamais pensé avoir la chance et le privilège de pouvoir partager ma pratique de l’Aïkido avec les gens merveilleux venant de Tunisie ou d’Algérie. Tous étaient si accueillants, attentifs, gentils et agréables. Tout un ensemble de personne

28 Aikido le M.G.M Oct 2013


ontre Quel est votre plus grand souhait ?

Q

ue d’une manière ou d’une autre nous puissions dépasser nos différences, nos vécus, nos contextes historiques, le quotidien de chacun pour construire, non seulement un socle commun, mais une amitié ou chacun prend soin l’un de l’autre, une amitié qui nous assurerait de l’honneur, du respect des désirs de chacun, une amitié où nous pourrions célébrer le don de la vie pour ainsi vivre en paix. Quel sentiment merveilleux que de trouver des amis ainsi ! Ceux d’entre nous

amenés à l’Aïkido peuvent voir et expérimenter ces principes, cette philosophie. La pratique de l’Aïkido peut accomplir des choses extraordinaires ! Et la beauté de l’Aïkido est qu’elle nous permet de

voir dans les autres la beauté de chacun !

Comment aimeriez conclure de quelle manière ?

D

ire simplement que si l’Aïkido n’existait pas je n’aurais pas reçu le cadeau si précieux de partager l’amitié avec des gens comme vous et tant d’autres, des amis, des frères et des sœurs ; des gens que je n’aurais pas eu la chance de connaître sans l’Aïkido. Je fais le souhait le plus cher que nous nous retrouvions au moins quelques autres fois avant le dernier moment, avant mon dernier souffle, avant quand mes yeux ne se ferment et que mon dernier soupir ne s’exhale de moi. Shukran, Khouya, Saha ! texte traduit par Daniel Lance.

29 Aikido le M.G.M Oct 2013


Paroles de sages

7/ Les autres ne sont que des reflets de toi-même. Tu ne peux aimer ou haïr quelque chose d’une autre personne si ce n’est pas le reflet de quelque chose que tu aimes ou haïs en toi. 8/ Ce que tu fais de ta vie est ta responsabilité. Tu a s l e s o u t i l s , t o u t e s l e s re ss ource s d ont t u p e u x av oir besoin. Ce que tu en fais est t o n af f ai r e , l e c h o i x e s t t i e n . 30 Aikido le M.G.M Oct 2013


Publication

Les étapes de progressions en Aïkido

Savoir et pouvoir pardonner et amnistier quand on a le pouvoir de combattre et surtout de gagner et de sévir est une notion très importante car c’est a travers elle que nait une autre notion encore plus importante : celle de gagner par la paix. Mais ici la gagne n’est pas dans le sens d’entamer le combat et de tout faire pour sortir vainqueur, car ce qui a fait de toi le champion d’aujourd’hui fera qu’un jour viendra quelqu’un d’autre pour prendre ta place et vivre ta vie de vainqueur et de champion, car rien n’est éternel. Cette présentation nous explique que nous devons tous faire pour réaliser la paix et vivre en harmonie et heureux dans un monde meilleur, et c’est a toi de choisir antre devenir fort et être capable de finir rapidement une action ou une attaque avec ce que tu as appris comme techniques martiales, mais pour ce faire tu devras briser et l’attaque et l’attaquant, et là tu sortiras vainqueur, tu

auras gagné ton combat plus un ennemi à vie ou en faisant en sorte de montrer à l’autre l’étendu de tes capacités et en lui donnant l’occasion de se remettre en cause et de revoir son attitude, et là tu seras comblé car tu auras su désactiver un conflit sans te faire d’ennemi, parce que tu viens de briser l’attaque en préservant l’attaquant ou l’agresseur. Et c’est là la leçon, et l’objectif des arts martiaux. Parce que le fait de posséder la force ae te permet à travers les techniques martiales de te savoir le plus fort et ainsi avoir la capacité de pardonner et d’amnistier, ce qui fera de toi un pacifiste. L’amnistie dont on parle ne peut exister que si on a le pouvoir et la force dissuasive qui nous permet de dire je peux mais je pardonne, et cette capacité de réagir ne peut exister que si on travaille très dure et très longtemps en suant et en s’épuisant durant nos entraînements. Et pour atteindre cet objectif il faut passer par des étapes…etc Par A.Boukhazna.

31 Aikido le M.G.M Oct 2013


Le concept d’excellence en Aïkido

Public

Par :Daniel Lance

La notion d’excellence : voilà un beau sujet ! Et appliqué à notre art, celui de l’Aïkido : la voie de l’harmonie ! Pourtant dès qu’on y réfléchit le concept pose de vrais problèmes. On va essayer, philosophe en chemin d’Aïkido, mais peutêtre pas d’excellence, de filer les questions avec rigueur. Cette notion d’excellence me taraude depuis longtemps. En effet, en regardant sur mon ordinateur une démonstration de Christian Tissier à Bercy, je me dis : « Eh bien voilà, l’excellence, cela doit être quelque chose comme cela ! » Ensuite une autre démonstration celle du Doshu, même conclusion ! D’autres encore, même sensation. Je me rappelais alors le Sensei Phong, incarcéré dans les camps communistes, au Viet Nam, de 1975 à 1986, tentant dixhuit fois de s’échapper. Enfin, il pose le pied sur le sol américain en 1986 et se rend à l’Aikido Institute, Oakland, Californie, où son ancien élève, et ancien boat people, Hoa Newens (Nguyen) enseigne. Sensei Phong prie les pratiquants d’excuser la pauvreté de son Aïkido, dû à son internement et son manque de pratique, puis il commence le cours, et offre une classe éblouissante de technique, de sensations. Enfin, je continue mon surf sur la toile et tombe sur des

photographies, une petite vidéo de Molly Hale passant son 3ème dan, en Californie, et me voilà les yeux embués de larmes de respect et d’admiration : « voilà donc ce que c’est aussi l’excellence dans l’Aïkido ! » Mais tout le monde ne connaît peutêtre pas Molly Hale et ne comprend certainement pas mon émotion. Molly a subi un terrible accident de voiture (de retour d’un stage d’Aïkido) ; elle s’est endormie au volant de sa voiture, et s’est retrouvée à l’hôpital paralysée à partir du cou jusqu’au bout des pieds. Le médecin de garde de dire à son mari Jeramy : « préparez-vous votre vie ne sera plus jamais comme avant ! » mais si les médecins étaient psychologues, cela se saurait. Molly est une figure de l’Aïkido en Californie, élève de Franck Doran, professeur d’Aïkido elle-même, de yoga, pleine de vie et de joie, artiste, chanteuse. Sur son lit d’hôpital, Molly se dit : « je sens l’énergie, la vie dans mon corps circuler, et je remarcherai. » Cela semblait impossible, du déni, la colonne vertébrale était fracturée. Puis elle a commencé, regardant son index et inexorablement tentant de le faire bouger, il bouge… après de longs efforts, du temps, beaucoup de temps. Ainsi de suite, puis,

32 Aikido le M.G.M Oct 2013

Molly fera du cheval, de la natation... et maintenant de la danse. Et dernièrement Molly réussit le 3ème dan qu’elle devait passer avant son accident. Franck Doran Shihan me confiait que tout le jury retenait (ou pas) ses larmes! La salle debout

applaudissant Molly et son mari Jeramy, uke. Un film Moment by Moment retrace magnifiquement ce parcours… et j’aime autant que j’admire ce couple. Pour moi l’essence de l’Aïkido, c’est aussi cela.


cation En France, Magali Lévy, plus connue sur Facebook sous le surnom de Aikido Handi valide, tend vers cette même excellence. Magali a une maladie dégénérative et s’entraîne, se dépasse, enseigne l’Aïkido, souffre beaucoup et choisit la joie, le partage, la revendication, pratiquant l’Aïkido soit debout le corps maintenu, arnaché par tout un équipement, soit en fauteuil roulant. J’en viens donc à me poser la question. Il devrait donc exister d’autres formes d’excellence : sans doute celle de la coupe « parfaite » du sabre, celle du uke parfaitement « affûté » à la pratique de son professeur ; celle de l’attitude correcte, la shisei, celle du moment juste … Mais voilà, ces concepts ne vont pas de soi. On peut s’y attarder.

précision… Et puis, le philosophe ne peut s’empêcher de s’interroger à nouveau. Mais cela pose une aporie, un écueil : y auraitil une seule excellence dans l’art ou plusieurs formes d’excellence ; et dans ce cas comment les différencier ? D’un autre côté, cette excellence dans la pratique personnelle serait-elle de multiples formes et de multiples excellences dans les multiples dépassements de soi, dépassements qui auraient aussi leurs degrés.

Et dans la chaleur du stage d’été de Roquebrune-surArgens de Christian Tissier, je m’en vais donc poser ma question, faire part de ma perplexité à Christian Tissier, qui immédiatement acquiesce. « Oui, Molly Hale, c’est bien aussi pour moi de l’excellence, sans aucun doute, mais peutêtre faut-il séparer excellence dans l’art et excellence dans le dépassement de soi, la pratique de chacun. » Tiens un nouveau point, séparé excellence dans l’art et excellence dans la pratique personnelle, dans le dépassement de soi. Je m’en vais tout content de cette

On serait presque tenté de biffer cette notion d’excellence, du moins la notion d’un « excellent en haut d’une pyramide », c’est ce que tend à faire Francis Takahashi Shihan dans un article : “The habit of excellence,” dans le blog du 28 août 2012, de Aïkido Journal . Francis Takahashi s’interroge sur les raisons qui poussent l’être humain à toujours s’inscrire dans cette idée d’excellence. La Mère nature, elle, (mais là l’auteur fait référence à une sensibilité japonaise et hawaïenne) est dans ce qu’elle est, elle ne cherche pas cet

33 Aikido le M.G.M Oct 2013

idéal illusoire. L’excellence est de surcroît arbitraire, Il conclut l’article ainsi : No, we do not have super powers, or the right to interfere with Nature’s Grand Design. Yet, we can make a habit of excellence in all that we do, and truly be in oneness

with the existence we share with all things. This is my Aikido. Nous n’avons pas de super pouvoirs ni le droit d’interférer avec le dessein supérieur de la Nature! Cependant, nous pouvons pratiquer l’excellence au quotidien dans tout ce que nous faisons en accord avec tout ce qui existe autour de nous. Ceci est mon aïkido. Faire au mieux, chercher l’excellence, à travers le corps qui nous a été donné, l’âge, les accidents de la vie, les limites en fin de comptes ce que la Nature nous a octroyé.


Public Voilà qui s’affirme comme un bel idéal au quotidien, un labeur journalier! Ne rien chercher d’autre que l’excellence pour soi dans son quotidien, c’est déjà beaucoup et peu d’entre nous sont capables de ce « simple travail ». On est touché par l’article de Francis Takahashi, mémoire de l’Aïkido, Francis Takahashi est un des plus ancien et respecté pratiquant d’Aïkido au monde. Pourtant, on se retrouve à notre point de départ, la notion « d’excellence » s’applique aussi bien à Molly Hale qu’à Christian Tissier. Faudrait-il changer de terme ? Puis un rappel d’une forme de « réalité » nous crisse aux oreilles : « Est-ce que refuser l’excellence unique, de l’expert, trouver des excellences partout, ce ne serait pas une forme de démagogie, de déni ? Il y a eu un Noureev, un Nicolas Leriche, un Picasso, un Casius Clay, etc. ? En Aïkido, des experts techniques dans le monde entier sont censés nous montrer une excellence du geste, c’est donc bien qu’il y a ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire. On devrait devenir excellent en suivant ces experts... Peut-être… D’ailleurs, les nombreuses querelles de chapelles font échos à cette difficulté, les différentes formes d’Aïkido prétendent toute montrer le geste pur, le geste authentique. Autre aporie.

Pour autant, si l’on pousse le raisonnement un peu loin, ne serait-ce pas une sorte de négation des années d’intense travail, de formation que de donner « à tous » en quelque sorte, le « grade » d’excellence. Certains Aïkidokas ont consacré leur vie à l’Aïkido, étant ushideshi, parfois quittant un diplôme d’ingénieur pour celui d’éventuel professeur d’art martial. Ce sont là de nombreux sacrifices dont il faut tenir compte, cette excellence possède un prix souvent lourd à payer. On ne peut pas confondre le peintre du dimanche à celui qui a consacré sa vie, sa famille à son art (bien que talent ne rime pas forcément avec acharnement). Lisons les lettres de Vincent Van Gogh à son frère pour nous convaincre de ce qu’est un artiste. Il nous faudrait donc des critères, des critères d’évaluation d’excellence. Mais lesquels ? L’étymologie du mot est claire. L’excellence vient du latin excellentia, de Ex-cellere, soit intransitif : se dresser au dessus, être élevé au dessus ; soit transitif : élever quelqu’un ou quelque chose. Ces Sensei sont donc au-dessus, élevés. Ils dépassent le vulgus, i.e., le commun des hommes, i.e le commun des aikidokas. Quels pourraient donc être les critères qui permettent de distinguer « les uns des autres ». Effeuillons-en quelques uns.

34 Aikido le M.G.M Oct 2013

Les grades, les hauts grades ? Ce serait un critère valable si le monde de l’Aïkido n’était pas aussi un monde politique, un monde où les égos peuvent se déchaîner à l’inverse de l’idéal qu’ils représentent, semble-t-il. On peut aussi donner un haut grade pour « services rendus ». Il existe aussi des grades honorifiques, qui sont, comme leur nom l’indique, « honorablement » mérités. Il est aussi difficile lorsqu’on est un professionnel de l’Aïkido de recaler les élèves qui vous accompagnent (même si la formation des jury d’examens fait en sorte qu’un élève ne soit pas jugé par son professeur)... Pas du tout par intérêt financier, mais simplement parce qu’on connaît leurs efforts, leurs parcours. Il peut exister aussi entre membres de jury des tractations, du type « tu me donnes celui-ci, je te laisse passer celui-là ».


ation Dans la même perspective, Christian Tissier, dans une

lettre ouverte à la FFAAA, a refusé un 8ème dan que l’U.F.A. aurait pu proposer. Christian Tissier voulait ainsi récuser toute tractation, toute forme de chantage. Enfin, soyons honnêtes, à se promener dans le monde entier, on voit bien que les grades n’ont pas tous été obtenus suivant les mêmes critères… Cela ne se dit pas, ne s’écrit pas, mais cela se remarque. Voilà donc, la chose écrite. De surcroît, on remarque en se promenant dans le monde de l’Aïkido, de par le globe, que, dans certains pays où soit un shihan mandaté par l’Aikikaï existe, soit n’est pas

encore désigné, se pointe la volonté pour certains de se trouver leur propre « guide », en général japonais, mais pas obligatoirement - ce qui est logique: si l’aïkido est universel, en quel honneur seuls des japonais seraientils détenteurs de son « secret »? Ce professeur, souvent professionnel, invite son guide, organise des séminaires «internationaux», le suit plus ou moins dans le pays d’origine du «maitre», et reçoit des grades qui seront ensuite validés par la « maison mère » Hombu dojo. Pourquoi pas? On peut ne pas être en « harmonie » avec un représentant officiel de l’aïkido! Mais on ne peut s’empêcher malgré tout de se demander si des motivations d’une toute autre nature ne seraient pas tapies en quelque obscure endroit de la pensée de certains! Enfin le temps modifie la durée d’obtention des grades! Dans les années soixante-dix, une ceinture noire représentait déjà un artiste martial ayant pratiqué longtemps... Très longtemps! En 2012, début 2013, seraitce l’accélération du temps? On ne compte plus les 4ème, 5ème, 6ème dan? Aussi, à chaque création d’une fédération, d’un groupement, d’une représentation (suivant les pays, on s’y perd), il semblerait que les créateurs de ladite fédération aient à cœur de créer au plus vite les cadres du « parti », les années passants ces dits cadres

35 Aikido le M.G.M Oct 2013

freinent eux des quatre fers afin de rester parmi les plus « hauts gradés » et veulent augmenter la durée officielle entre chaque dan ! La professionnalisation ? Elle se révèle un critère insuffisant. On peut être professionnel de l’Aïkido dès le 2ème dan, bientôt 3ème , en France, après avoir passé un Brevet d’état qui demande un esprit de synthèse, mais sans doute pas un esprit d’excellence. Ce Brevet disqualifie plutôt ceux qui n’ont pas fait d’études mais qui peuvent, en revanche, être particulièrement doués pour leur art. Ailleurs, dans le monde, on peut parfois s’installer professeur d’Aïkido dès son 1er dan. On se demande si, d’ici peu, dans les stages d’Aïkido, on trouvera plus de « professeurs » que d’élèves. On a aussi l’impression parfois que certains viennent non pour l’art, mais pour « leurs parts de marché », ou pour se partager un pays… Il faut bien vivre… Le nombre d’élèves ? Là non plus, critère insuffisant ! On connaît des professeurs de grande valeur ayant très peu d’élèves, d’autres plus « commerciaux », plus agréables, plus dans l’air du temps, avec de nombreux élèves. Il est difficile de citer des noms sans être blessant. Citons donc un cas vraiment unique : Robert Nadeau Shihan, qui a connu O Sensei.


Public Son cours ne fait pas courir l’Aïkidoka comme le chaland un premier jour de soldes des Galeries Lafayette ou de Macy’s. Pourtant, pour moi, et pour de nombreux

autres, Robert Nadeau est un des professeurs les plus intéressants, les plus puissants qui soit ; mais il est marginal, mystique, particulier, juste extraordinaire ; sa quête est ailleurs... De surcroît, nombreux sont les professeurs japonais qui sont plutôt contents d’être invités à l’étranger dans des stages. Suivant qui les invite, les stades sont combles, ce qui les change de leurs cours quotidiens. Dans un temps encore proche, certains enseignaient dans leur garage, juste pour l’amour de leur art. Magnifique abnégation. On connaît aussi d’autres professeurs, qui pour sauvegarder « la pureté de leur enseignement », disent-ils, limitent le nombre d’inscrits dans un stage. Mais peutêtre ont-ils lu René Girard, et ils savent que la rareté crée

l’envie. La reconnaissance du grand public ? Encore moins, la subtilité d’un grand Sensei est telle que peu sont capables d’en voir le raffinement. Cela me rappelle un maître, je n’ose dire maîtresse, de Shodo, de calligraphie Japonaise, qui se désolait. Elle me disait qu’au Japon, les lettrés capables de déceler la finesse de ses calligraphies n’existaient quasiment plus. La subtilité d’une coupe précise, la distance juste, la précision du geste peuvent être sentis malgré tout mais jusqu’à quel point ? Des critères techniques ? Ces critères s’inscrivent tous dans un cadre de recherche propre, d’où les différentes formes. Mais dans ces critères, dans ces modes de vivre l’Aïkido, une excellence existe quand on parvient à l’aboutissement d’une forme particulière. Oui, ceux qui ont passé des années, leur vie à pratiquer, à avancer méritent d’être distingués, élevés. Mais, si l’Aïkido n’était que technique, que sport, qu’une excellence technique. Je ne sais pas ce qu’il en serait pour vous, mais moi, j’irais plutôt faire de la trottinette ou pratiquer du no-kill fishing, de la pêche à la ligne « non tueuse », avec Franck Doran ; j’attends, peut-être avec une certaine naïveté, mais avec une naïveté nécessaire, qu’un art martial comme l’Aïkido réponde à un idéal, ou tout du moins, qu’il s’inscrive dans cette perspective. Si l’Aïkido se

36 Aikido le M.G.M Oct 2013

résumait à savoir faire ikkyo (même si O sensei rappelait que c’était là la « technique la plus difficile », digne d’une ceinture noire), ne nous... lasserions-nous pas, à tout le moins ? Enfin, on doit se rendre maintenant à l’évidence les critères d’excellence ne sont pas faciles à définir clairement et on tend à penser maintenant qu’il existe de nombreuses formes d’excellence. Ne serait-ce que par le nombre de Sensei remarquables que j’ai cités au début de cet article. Qui pourrait dire, à part quelques fans (fan dont le sens réel est fanatique) de l’un ou de l’autre, qu’un Sensei est audessus d’un autre. Mais tous se distinguent, sont élevés, par un des aspects qu’on a pu deviner ou suggérer et qui leur est reconnu. Chaque Sensei est dans sa propre réflexion, progression, recherche ; il faut accepter le type de recherche pour en comprendre la substance. Par exemple Nelson Requena Shihan, ancien militaire, représentant l’Aïkikaï au Venezuela, a consacré sa vie à l’Aïkido. Mais Caracas est une des villes les plus violentes au monde, un samedi soixanteseize morts, mille neuf cents morts par balles non élucidés en quelques années. Nelson Requena s’est dit : « j’enseigne l’Aïkido, j’ai la responsabilité de montrer à mes élèves un Aïkido qui serait efficace s’ils sont attaqués. C’est là ma responsabilité. »


cation Il a mis donc à zéro des années d’Aïkido pour ne garder que les techniques les plus efficaces si elles étaient transposées dans la rue, dans la vie réelle. Pourtant son

Aïkido est des plus souples, des plus souriants. D’autres Sensei travailleront sur la limite, d’autres sur la relation, donc sur le contact, d’autres sur une transposition des techniques d’armes aux techniques à mains nues. Greg O’Connor parle avec justesse de toute les couleurs de l’Aïkido, bleu, pourpre, qui sont autant de richesses de l’Aïkido. Enfin dans le temps qui passe, l’excellence change. Certains ushideshi, partis créer leur propre dojo, lorsqu’il reviennent voir leur « maître » gardent en eux parfois l’Aïkido que faisait leur professeur, au moment où ils le suivaient... Panta Rei, Πάντα ῥεῖ : Tout bouge, tout change. Les kotegaeshi ou shihonage de

Christian Tissier d’il y a cinq ans n’ont que peu à voir avec ceux d’aujourd’hui (mais ne lui dites surtout pas, il nierait farouchement). Et ne mentionnons pas non plus le rôle du uke qui lui aussi a complè tement évolué au fil des ans. Plus subtil, mais pourtant ô combien révélateur, le pied de nombreux techniciens qui de très ouvert, tend vers une position plus fermée... À la manière de leurs anciens maîtres. Nous nous trouvons dans une impasse : une l’impossibilité de définir une seule forme d’excellence ? Bien sûr que Molly Hale est un exemple magnifique d’une forme d’excellence, de modèle, d’humanité ! Pourquoi donc ? Parce que Molly s’inscrit dans l’essence de l’Aïkido. Pour comprendre ce que pourrait être l’excellence en Aïkido, une seule solution revenir aux fondamentaux de ce que l’Aïkido doit véhiculer comme valeurs. L’excellence se définirait ainsi en fonction de qualités d’être et de pratique. L’Aïkido, allez tentons une

37 Aikido le M.G.M Oct 2013

définition : la résolution pacifique des conflits. L’art comprend donc des critères infiniment éthiques. Il faut comprendre sa violence, accueillir la violence d’autrui, le protéger contre sa propre violence, comprendre, ou plutôt vivre, avec lui, la violence et sa résolution. Il s’agit donc de réfléchir aux questions de violence. L’Aïkido se construit « avec » l’autre, et le mot « avec » est central. Quelle forme d’Aïkido construit-on ? Imposet-on une forme d’Aïkido (violence), ou crée-t-on à deux, avec l’autre un point de rencontre ?


Publication L’Aïkido s’inscrit vraiment dans la question éthique, de l’éthique, ethikos, les mœurs, d’où science de la morale. On ne saurait séparer l’éthique de l’Aïkido et l’excellence. Un ami proche américain quitte une fédération justement pour ces critères d’éthique non appliqués. Il y perd beaucoup : des stages dans tout les Etats Unis, des grades facilement reconnus, etc. ; mais il y gagne bien plus : l’honneur de pratiquer un Aïkido dans les principes énoncés par O Sensei, dans des critères simplement profondément humanistes. L’Aïkido, c’est aussi une éthique au quotidien. Mais que dire de ceux qui sont restés dans cette fédération ? On remarque des promotions, nous évoquions la valeur des hauts grades ? Donc cette excellence ne s’arrête pas sur les tapis, de plusieurs manières d’ailleurs. Un immense technicien pourra apprendre une immense et superbe technique, mais vide, voire pis que cela : une technique brillante d’égo, de vaine supériorité. L’Aïkido, c’est aussi une attitude juste, humaniste, donc une éthique. Le mot Sensei, en japonais, veut simplement signifier celui qui est né avant, il est traduit, en français, par maître. Sans vouloir convaincre d’aller jusqu’au mot de Léo Ferré « ni Dieu, ni maître », il faut bien se rappeler la charge forte de ce mot. Le maître est un modèle.

Des enfants qui vont pratiquer l’Aïkido vont suivre, copier mimétiquement « le » maître ; sa responsabilité technique, éthique, comportementale est immense. L’excellence c’est donc déjà une technique habitée par l’humanité. L’excellence, ainsi que l’écrivait Francis Takahashi, c’est aussi celle de notre quotidien transcendé par une morale, une conduite, une façon de se dépasser, de considérer autrui comme soi-même, de construire avec lui un nouvel Aïkido, celui de la rencontre avec le corps que l’on a, l’âge que l’on a, le corps que l’on a. Ainsi, c’est plutôt sur une question ouverte que nous voudrions conclure cet article. Cela serait un peu prétentieux de vouloir définir l’excellence, mais, en revanche, s’interroger sur ce qu’est l’excellence, voilà qui est fondamental. Cela permet de ne pas prendre pour acquis ce qui nous est donné à voir ; quitte à considérer comme « encore plus excellent », élevé, le Sensei que l’on suit ou ceux que l’on admire. L’excellence n’est ni donnée, ni acquise, elle se reconstruit toujours, sur le tapis et en dehors du tapis. C’est d’ailleurs assez significatif d’entendre : « allez, faisons de l’aiki ». On oublie le do, le chemin. Et l’art devient un « simple » sport, mais ce n’est plus de l’Aïkido – même si de loin ça bouge, ça saute dans tous les sens et ça peut impressionner

38 Aikido le M.G.M Oct 2013

certains. Il serait bien si chacun pouvait finir cette lecture avec juste une petite interrogation sur l’excellence, sur un questionnement sur sa pratique, sur ce qu’il poursuit. Oui l’excellence en Aïkido est à rechercher, encore fautil s’interroger sur la nature même de l’excellence. Qu’estce donc cette excellence, cette éthique de l’Aïkido ? Si nous osions un certain romantisme, et nous sommes en train de le faire, on reprendrait Jacques Chardonne (écrivain politiquement incorrect). Si « l’amour c’est beaucoup plus que l’amour », l’Aïkido, ne serait-ce pas une recherche dans le travail technique, dans l’humanisme, le dépassement de soi, la dénonciation de sa/ la violence, une quête éthique, une réflexion sur sa place de professeur, d’élève, une rencontre avec l’autre, dans sa différence ? Là naîtrait peutêtre l’excellence... L’Aïkido, n’est-ce pas beaucoup plus que l’Aïkido ? On le voudrait bien.


Paroles de sages 9/ Les réponses sont à l’intérieur de toi. Les réponses aux questions de la vie sont à l’intérieur de toi. Il suffit de regarder, d’écouter et de faire confiance 39 Aikido le M.G.M Oct 2013


Pédag

Objectif Aïkido

,

Pages réservées à Maître Ali Belakhdar CV personnelle Monsieur Ali BELKHDAR 17/09/1959 à Casbah Alger Algérie 111 rue de chevilly 94800 Villejuif France Tél : 06 11 91 16 00

Secteur d’activité Responsable Sarl Bureau Opérationnel Spécialiste Sécurité * Sports - Animation socioculturelle - Loisirs

Lien RNCP BEES 2er degré option aïkido - 6 dan Aïkido Diplôme Fédéral FEKAMT - 6 dan Aïkido Diplôme D’état BEES 2 - 4 dans ju jutsu Diplôme brevet d’état - Expert International de Self Défense Pro - Instructeur Tonfa Pro - Instructeur Taser - Instructeur G.T.P.I - Instructeur en Sûreté et sécurité Générale

Mention Option aïkido

Objectif Capacités et compétences attestées : Maîtriser les spécificités, les principes techniques, la terminologie de l’aïkido. Maîtriser les méthodes et principes d’apprentissage et de perfectionnement de l’aïkido. Intégrer dans son intervention la réglementation de la pratique de l’art martial et les mesures de prévention et de sécurité associées. Concevoir, conduire et évaluer des séances d’animation, d’initiation et d’entraînement adaptées aux pratiquants. Animer un groupe d’aïkidokas, tous publics, en proposant des situations pédagogiques, cycles d’apprentissage et d’entraînement, adaptés à leurs caractéristiques. Conduire les pratiquants vers un constant perfectionnement tant sur le plan technique, phy-

sique que mental et relationnel. Sensei Tamura 8éme DAN Faire acquérir de nouveaux comportements techniques à travers les différentes formes d’attaques : saisies et frappes ; les différentes techniques d’immobilisation et de projection ; les chutes ; les différentes formes de travail : travail à genoux, debout, travail à mains nues contre armes, travail avec armes, ... Promouvoir l’aspect éducatif de la pratique au sein de son intervention. Maîtriser la gestuelle codifiée et les techniques de base de l’aïkido de la classification en vigueur. Démontrer les fondamentaux de la pratique de l’aïkido de façon claire et lisible. Préparer les aïkidokas sur le plan physique, technique et mental en vue d’un passage de grade. Organiser et coordonner, en accord avec les orientations institutionnelles, des actions de promotion de l’aïkido et de développement de l’activité de la structure : portes ouvertes, stages, démonstrations, etc. Coordonner une équipe pédagogique. Programme Pour chacun des trois degrés, le BEES comprend une partie commune à toutes les options sportives (appelée aussi tronc commun ou formation commune) et une partie spécifique à chaque option. Un arrêté spécifique définit pour chaque discipline le référentiel des compétences professionnelles requises pour l’obtention du diplôme et précise éventuellement les conditions d’accès (notamment le niveau de pratique).

Ali Belakhdar 6éme DAN

40 Aikido le M.G.M Oct 2013


gog ie FORMES DE TRAVAIL Ippan geiko : pratique sous la forme usuelle. Ju no geiko : pratique souple. Go no geiko : pratique avec plus de fermeté de la part de Uke. Kakari geiko : pratique contre plusieurs partenaires qui attaquent successivement.

EXECUTION Dans L’exécution, il y a trois choses à garder à l’’esprit : 1. NE PAS ÊTRE OUVERT Pendant l’accomplissement d’une technique, le partenaire ne doit pas avoir un seul instant la possibilité de donner un atémi, à un point quelconque du corps de celui qui accomplit la technique. Sur le plan corporel, c’est grâce au placement et aux déplacements que ce principe va être appliqué. 2. NE PAS REGARDER «Il ne faut pas regarder les yeux du partenaire parce qu’ils prendront notre esprit. Il ne faut pas regarder le sabre du partenaire parce qu’il prendra votre Ki. Il ne faut pas regarder votre partenaire parce qu’il faut aspirer le Ki de votre partenaire. Le vrai BU, c’est l’entraînement de l’aspiration, de la force attractive (Inryoku no tenren)» Maître Morihei UESHIBA 21 septembre 1958 _________________________________ 3. COMMENCER LE PREMIER

commencez la technique «. Maître Morihei UESHIBA - Aïkido Shinzui page 98 «Il faut tout changer dans l’entraînement. On ne commence pas après avoir été saisi par le partenaire. En guidant le partenaire, on «l’aspire». C’est cela l’Aïkido. L’Aïkido, c’est l’entraînement de la force attractive. L’important c’est de guider correctement «. Maître Morihei UESHIBA Aïkido Magazine N°40, 1988 « on ne regarde pas le partenaire, car le vrai BU, c’est l’entraînement à l’aspiration de la force attractive pour aspirer le partenaire en entier….. » Maître Morihei UESHIBA 21 septembre 1958 Hombu dojo Tokyo Ces explications de Maître Morihei Ueshiba sont fondamentales à plus d’un titre. Elles clarifient et précisent le but, l’objectif de la gestuelle répétée pendant l’entraînement : C’est développer la force attractive pour aspirer le partenaire. Elle propose un but accessible. En effet, quand le fondateur explique que l’aïkido à été créer pour que le monde entier devienne une grande famille, il s’agit là d’un but humanitaire trop lointain, trop abstrait par rapport à la réalité quotidienne et à la pratique dans le dojo pour qu’un semblant de concrétisation soit possible. En revanche aspirer un partenaire est réalisable, surtout si l’on a déjà vécu cette expérience grâce à son professeur .

«Si l’on pratique bien les techniques avant l’action de l’adversaire, c’est comme si l’on satisfait le manque de cet adversaire ; c’est d’abord vous qui découvrez l’insatisfaction de votre adversaire, et c’est vous qui 41 Aikido le M.G.M Oct 2013


SENS ET NIVEAU DES GRADES SHODAN Sho est le début, ce qui commence. Le corps commence à répondre aux commandements et à reproduire les formes techniques. On commence à saisir une certaine idée de ce qu’est l’aïkido. Il faut alors s’efforcer de pratiquer ou de démontrer, lentement si nécessaire, mais en s’attachant à la précision et à l’exactitude. NIDAN Au travail du 1er dan on ajoute rapidité et puissance en même temps que l’on démontre une plus grande détermination mentale. Cela s’exprime chez le pratiquant par la sensation d’avoir progressé. Le jury doit ressentir ce progrès en constatant une clarté de la mise en forme et de l’orientation du travail. SANDAN C’est le début de la comprehension du kokyu ryoku. L’entrée dans la dimension spirituelle de l’Aikido: La finesse, la précision et l’efficacité technique commencent à se manifester. Il devient alors possible de transmettre ces qualités. YONDAN A ce niveau techniquement avancé on commence à entrevoir les principes qui régissent les techniques. Il devient possible de conduire plus précisement les pratiquants sur la voie tracée par le fondateur.

Pédag

GODAN L’art respecte les principes de l’esprit, commençant à se dégager de la forme, ne reste plus prisonnier de l’aspect extérieur de la technique. De nouvelles techniques apparaissent en fonction des situations. ROKUDAN La technique est brillante, le mouvement est fluide et puissant. Il doit s’imposer comme une évidence à celui qui regarde. La puissance et la disponibilité physique comme la limpidité du mental s’unissent sans ambiguité et s’expriment aussi dans la vie quotidienne. NANADAN L’Etre se débarrasse de ses obscurcissements et apparaît sous sa vraie nature ; il manifeste son vrai soi. Libre de tout attachement il éprouve la joie de vivre ici et maintenant. HACHIDAN Au-delà de la vie et de la mort l’esprit clair est ouvert, capable d’unifier les contraires, sans ennemi, il ne se bat pas. Sans combat, sans ennemi, il est le vrai vainqueur éternel. Sans entrave il est libre, libre dans sa liberté. O Senseï disait «En face de l’ennemi il suffit que je me tienne debout sans rien de plus“. Sa vision englobe et harmonise la totalité. Mais rien ne s’arrête là. Même l’eau la plus pure peut pourrir dans une mare; il ne faut jamais oublier l’esprit du débutant accomplissant son premier pas.

42 Aikido le M.G.M Oct 2013


gog ie

Réflexions pédagogiques par: Djamel Mekdade C.N 5 Dan Aïkido

Pendant longtemps l’entraînement sportif a été géré et mené selon le bon sens de l’entraîneur qui faisait ce qu’il a appris auprès de ses maîtres, entraineurs ou instructeurs, ce qui faisait que les sportifs se transmettaient leurs savoirs comme ils l’ont appris, bon ou mauvais sans distinction. Mais avec le temps, tout a évolué, le progrès et l’acquisition de nouveaux savoirs ont fait que l’entraînement sportif se retrouve régie par

Aujourd’hui l’entraîneur (toutes disciplines confondus) est tenu de se former et d’apprendre les règles de l’entraînement sportif, pour pouvoir prétendre exercer son travail, mais il ne s’agit plus d’apprendre les techniques et astuces pour faire un mouvement ou une action, mais comment faire ? pour transmettre un savoir en toute sécurité, ah la sécurité, de nos jour elle est plus importante que les résultats, ce qui oblige l’entraîneur, l’encadreur ou

d’autres règles, celles de l’enseignement et la transmission du savoir, celui du professeur à son élève ou son athlète. C’est pourquoi nous avons observé l’apparition de nouvelles notions et de nouvelles appellations « la pédagogie de l’entraînement sportif, la pédagogie par objectifs ...etc.

autre responsable nommer le comme vous le voulez à apprendre non seulement comment transmettre son savoir technique, mais aussi comment le faire parvenir aux autres sans danger, il doit être capable d’intervenir sur d’autres plans (moral, secourisme, anatomie,….etc . Ce qui nous amène à une 43 Aikido le M.G.M Oct 2013

définition courantes que doit acquérir l’entraîneur ( la règle des trois savoir) le savoir, le savoir faire et le savoir être, il doit aussi apprendre les notions pédagogiques, établir un programme et tracer des objectifs à court, moyen et long terme, ce qui nous ramène vers la P.P.O que je ne vais pas expliquer pour passer à un autre aspect très important, L’installation de compétences : qui a succédé à la PPO et qui consiste à « assurer aux élèves l’acquisition et la maitrise des connaissances facilitant l’apprentissage, susceptible d’être exploitées à bon escient dans des situations authentiques de résolution de problème et qui les rendent aptes à s’adapter aux changements » L’élève sera amené à acquérir des comportements et aussi de les développer pour réagir positivement dans une situation conflictueuse. Voila juste un petit aperçu de ce qui sera traité dans cette rubrique, et que nous expliquerons dans les prochains numéros.


S an Aïkido et Santé

Par Dr : Omar Chahine Ghamri La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité. (1). Cette définition, de vigueur depuis 1946 est la plus exhaustive de toutes les définitions qu’on a donnée au terme santé. Mais quel est donc le rapport avec l’Aïkido en tant que discipline sportive parmi tant d’autres ou en d’autres termes quelle est la relation entre L’Aïkido et la santé ? La réponse est dans cette définition ou il est question de : bien être physique, mentale et social.

Les traumatismes des genoux et la pratique de l’Aïkido

En l’absence de commission fédérale ou locale qui s’occupe de la santé des athlètes en général et des aïkidoka en particulier, aucune étude n’a été réalisée dans ce domaine à notre connaissance, bien que bon nombre d’Aïkidoka se plaignent de douleurs recurrentielles au niveau de l’un ou des deux genoux surtout que

cette discipline est connue pour une certaine longévité dans sa pratique (âge avancés des pratiquants). Ce la ne signifie en aucun cas que l’Aïkido est dangereux ! bien au contraire, c’est une pratique de purification profonde qui tend à fortifier et à protéger le corps et l’esprit. Mais d’ou viennent donc ces lésions ? Pour éclaircir les choses, nous commencerons d’abords par un petit rappel anatomique sur l’articulation du genou puis nous allons voir quel sont les mouvements dits à risque et bien entendu savoir les éviter pour prévenir toute attente de cette articulation.

Particularités biomécaniques de l’articulation des genoux :

Le genou est une articulation qui supporte tout le poids du corps. Elle est mobile reliant la jambe à la cuisse dans un mouvement de flexion –extension qui ne fonctionne que dans une seule direction. Elle est très superficielle, tout juste sous la peau. Composée de deux pièces articulaires qui sont l’extrémité supérieure des deux os de la jambe (plateau tibiale) et l’extrémité inférieure du fémur, le faible emboîtement entre ces deux pièces osseuses est compensée par l’existence des ménisques ou disque méniscaux.

44 Aikido le M.G.M Oct 2013


nté

Le fémur est le plateau tibiale sont liés par les ligaments croisés et de part et d’autre de l’articulation par les ligaments latéraux. (Schémas 1,2)

Les mouvements à risque :

-Etant donné que le genou ne fonctionne que dans une seule direction (flexion – extension), le sollicité pour effectuer un autre mouvement dans une autre direction ne peut être que néfaste .L’exemple type et la rotation eu la torsion du genou qui se voit lors des Pivots réalisés alors que le pied est en appui. (illustration3, 4, 5)

illustration3 45 Aikido le M.G.M Oct 2013


S an -

illustration 4

illustration 5

Même situation se voit lorsque l’Aïkidoka est amené à changer de direction ou lors des déplacements (Tenkan et Tai sabaki.. -Descendre et se relever lors des Ukemi ou chute avant ou arrière nécessitant pour certains Aïkidoka une flexion extrême de la jambe qui exerce une forte pression de la rotule sur l’extrémité inferieur du fémur (ménisques et ligaments croisés sont sollicités). -le travail au sol en Swari Waza et Hanmi Handachi Waza ou l’appui en position extrême d’hyper flexion surtout sur un tatami mou implique un appui sur la rotule au lieu de l’extrémité supérieure du tibia.

46 Aikido le M.G.M Oct 2013


nté Les différents types de lésions : La douleur est la plus fréquente et qui gène le plus devant son caractère chronique. A part les lésions cutanée sans gravite aucune on peut avoir une entorse simple ou grave du genou voir une rupture de l’appareil extenseur par désinsertion du tendon du muscle quadriceps ou rupture des ligaments croisés ou latéraux du genou .Les lésions méniscales sont aussi remarquées dans la pratique et sans oublier les problèmes de tendinite et d’arthrose du genou. Les fractures de la rotule n’ont pas été rapportés mais elles peuvent se voir (choc direct)

correcte au sol Chico voir trouver des position alternative à Seiza c’est la toute la pratique de l’Aïkido mais il faut bien sur insister sur les exercices de réchauffement avant d’entamer le cours est une des assurances pour ne pas faire sauter son genou ou tout autre articulation que nous essayerons d’étudier lors des prochains numéros de notre magazine.

Prévention des lésions : Parce que prévenir est mieux que guérir, une bonne pratique de l’Aïkido est le seul moyen efficace d’éviter de nous faire mal en écoutant et en suivant son maître. Il faut pratiquer l’Aïkido dans un esprit d’Aïkidoka ! Maître Djamel Mekdad l’a toujours dit à ses élèves :( si l’un de vous se blesse, c’est un échec pour moi), alors suivez attentivement !, maître Tamara quand à lui, a dit (tant que l’Aïkido sera pratiqué comme un Budo, il sera bon pour la santé. Mais s’il est pratiqué comme un sport, alors il y a des problèmes). C’est clair ! Si un élève se blesse, c’est qu’il n’a pas compris ! Il faut savoir se déplacer , se relever après une chute ou de la position Seiza ou encore une démarche 47 Aikido le M.G.M Oct 2013


A.J.A école d’Aïkido L’école d’Aïkido A.J.A fait partie de la grande famille Aïkido de Annaba- AlgérieLieu d’entrainement : Salle omnisport Pont blanc – Annaba – D.T.S et instructeur en chef : Maître Djamel Mekdade C.N 5 Dan Aïkido. Encadrement technique Maîtres : •Bourdjiba Slimane : C.N 3 Dan Aïkido •Yagoubi Boualem : C.N 2 Dan Aïkido •Boussadia Ghoulem – Kichou Mohamed

C’est quoi l’Aïkido ?

L ’Aïkido est le dernier né des Arts Martiaux japonais, basé sur l’exploitation et l’utilisation de la force de l’agresseur à travers des mouvements circulaires destinés à le projeter sans dommage. A partir des simulations et la répétition des mouvements, l’Aïkido banalise l’agression et conduit le pratiquant à faire face à l’agresseur avant de se déplacer et d’esquiver. Les techniques d’Aïkido s’appuient sur la souplesse et l’utilisation de l’énergie de l’agresseur pour là retourné contre lui, plutôt que sur la force physique. Les pratiquants développent un puissant système de self-défense intimement lié à un ensemble de principes et d’attitudes visant à résoudre les conflits de manière calme et mesurée.

Présent Quels sont les grades en Aïkido ? Il existe deux types de grades en Aïkido : 1- pour les petits : les demis KYU (ceintures de couleur) pour les petits : blanc, blanc jaune, jaune, Jaune orange, orange, orange verte, verte, verte bleu, bleu, marron. Le professeur du club est responsable de la délivrance de ces grades. 2- pour les grands : les KYU (ceintures de couleur) : blanc, jaune, orange, vert, bleu, marron. Le professeur du club est responsable de la délivrance de ces grades. - Les DAN (ceinture noire) : l’examen est national. Les Dan sont reconnus par l’Etat. Il faut être âgé de 16 ans pour se présenter à l’examen de ceinture noire 1er Dan.

Quels risques pour les enfants ?

L’Aïkido est une discipline où bien peu d’accidents sont recensés, tous simplement parce qu’en Aïkido nous faisons très attention au partenaire, et la préservation mutuelle est notre priorité, si nous faisons attention à nos partenaires et qu’ils fassent de même le risque accident est minimiser au maximum.

Y a-t-il des compétitions en Aïkido ? Non il n’y a pas de compétitions en Aïkido, nous formons nos pratiquants à faire face aux problèmes de la vie moderne, nous nous formons à nous relever après la chute,

48 Aikido le M.G.M Oct 2013


tation il ne s’agit pas de gagner ou de perdre mais plutôt à faire face. Il ya certes un contrat entre les deux partenaires (je gagne pour apprendre avec l’autre, mais chacun son tour). En aïkido il n’y a ni forts ni faibles, ni gagnants ni perdants. Dans notre école nous ne pratiquons pas l’aïkido, nous le vivons en famille, nous sommes très proches les uns des autres, nous nous entraînons en salle, nous organisons des sorties récréatives et éducatives pour le bien de tous.

c’est dans la joie que nous pratiquons l’Aïkido

Dans notre école nous essayons de partager l’esprit AI,( harmonie, amour,) nous faisons le maximum pour transmettre non seulement les techniques Aïkido mais aussi cet l’esprit du groupe, l’entre-aide, l’amour de l’autre l’esprit du bon partage, et pour y parvenir nous ne nous contentons pas des quelques séances d’entraînements par semaine, mais nous organisons des sorties éducatives et récréatives pour nos athlètes grands et petits, et parfois même pour les familles. Car si nous disons vivre l’aïkido nous le vivons ensemble. Le plus amusant et encore plus motivant dans cette histoire c’est de voir toute une famille s’inscrire en aïkido et chez nous, nous en avons un paquet.

L’aïkido c’est dans la joie que nous le pratiquons, pourquoi ? Tout simplement parce que nous n’avons pas les même contraintes que nos collègues et amis Judokas, karatékas et autres Budokas des autres disciplines martiales, car nous n’avons ni titre ni championnat à gagner, nous n’avons pas de compétition, telle que définie par les règles qui régissent le sport entre deux adversaires : un gagnant et un perdant, au contraire nous nous surpassons d’une autre manière vu que notre adversaire le plus fort et le plus redoutable c’est nous même, nous nous entrainons à combattre et à vaincre notre égo, nos émotions …………. Ce qui nous permet de diriger et de canaliser notre toute notre énergie vers la formation et l’apprentissage de notre art en toute décontraction et comme notre groupe s’est vraiment cimenté formant une grande en famille ce qui nous permet non seulement de pratiquer et d’apprendre dans la joie mais aussi de nous amuser, de rire, de rigoler et même de nous moquer les uns des autres. Cette attitude et cette façon de faire a fait que bon nombre de nos athlètes ont inscris leurs proches pour agrandir la famille, ils ont tenus à partager cette expérience avec tous ceux qu’ils aiment.

49 Aikido le M.G.M Oct 2013


Présent

Témoignage Par/ Abdelmalek Keziz Pourquoi j’ai choisi de pratiquer l’Aïkido ? Eh bien, « parfois, le hasard fait bien les choses. » Je suis le père de trois filles, Ikram, Sara et la petite Rahma, j’ai 45 ans. Enseignant de profession. Après une rupture d’une dizaine d’années avec le sport, je me sentais dériver vers la sédentarité et ses problèmes…. Stress, fatigue physique et morale….. je fis alors la connaissance de mon ami et maître Djamel Mekdade, que je ne soupçonnais même pas d’être un grand maître d’aïkido à Annaba ! Un jour, il me proposa humblement de joindre son équipe « que je salue au passage », et là croyez mon expérience, TOUT à changé dans ma petite vie. Dans la salle de combats, j’ai trouvé ce qui me fallait pour me défouler et équilibrer mon existence. J’ai noué de nouvelles amitiés avec des personnes formidables, gentilles et compréhensives. Ils m’avaient accueillis tout simplement, sans me connaitre……… l’ambiance joyeuse rendait l’entraînement « un réel plaisir, à ne pas rater ». Jour après jour, les connaissances sont devenues plus profondes, et les personnalités plus claire, et croyez-moi ce n’est pas tous les jours qu’on rencontre des gens aussi bien. Mes enfants ont très vite vu le changement dans mes habitudes et ont tenus à faire comme moi, j’ai répondu présent. J’ai fais le nécessaire et les voilà dans la salle de combats elles aussi. Elles sont devenues vigoureuses et elles s’amusent beaucoup avec leurs camarades.

Voilà, le père et ses filles sur le tatami entrain de s’entraîner. Il faut vivre ces moments pour savoir et comprendre de quoi je parle.

50 Aikido le M.G.M Oct 2013


tation En ce qui concerne mon épouse bien aimé, il a fallu attendre un peu car les problèmes de gestion de ce groupe me faisaient mal à la tête. Vous pensez que c’est facile ? en bien si on veut on peut. Un petit mot de mon ami Djamel, et ma femme est devenue aïkidokate dans une autre salle réservé aux filles et dirigée par Maître Saoud Hala. La maman est très contente, et ne veux plus entendre parler d’un autre sport, parce que l’aïkido est devenu une affaire de famille. Ce qui est fort dans tout ça, c’est l’entente entre les membres de la même famille. On discute le même sujet, on compare les techniques, on raconte des blagues……etc Aujourd’hui je suis fier de ma famille, de mes amis et de l’art martial qui m’a permis de découvrir des aspects étonnants de la vie sportive. Je conseille à toute personne de pratiquer cet art, il n’est jamais trop tard pour commencer car il permet de créer un monde où ils peuvent se consacrer à une seule chose, c’est « retrouver la paie avec sois même ». A la lumière de ma petite expérience, l’aïkido est un puissant médiateur à des sensations nouvelles et inépuisables qui avec le temps vont s’emparer de notre corps et de notre esprit pour le mener à un degré de spiritualité et de sagesse très élevé.

En fin, je salue mon maître, mes collègues ainsi que tout les aïkidokas du Maghreb, et du monde entier. Je vous souhaite à tous « bonne chance, et bonne continuation »

exemples des ceux qui pratiquent en famille 51 Aikido le M.G.M Oct 2013


52 Aikido le M.G.M Oct 2013


Le Budo et les religions célestes

Voila l’image qui a suscité et qui suscite toutes les polémiques,

Image choc pour les donneurs de leçons, pour les religieux qui n’ont rien compris aux arts martiaux ni aux messages qu’ils véhiculent parce qu’ils n’ont jamais frôlés la surface d’un tatami.

Faut-il arrêter de pratiquer un art martial a cause du salut ou du Kamiza ?

53 Aikido le M.G.M Oct 2013


Sujet à déb Condamner sans être juger, c’est tyrannique et nous refusons d’être associés à ce type de comportement néfaste, nuisible et malveillant, mais malheureusement nous le sommes et nous le faisons constamment sans nous soucier des conséquences ni des répercutions de nos actes. Croyant bien faire en défendons nos croyances et notre héritage, nous nous sommes Salis et noirci la tunique blanche si chère à nos ancêtres (l’ouverture de l’esprit). En faisant des recherches sur le titre de cet article, j’ai pu observer l’étendue du mal qui nous range et l’inflexibilité de ceux qui devaient être les plus ouverts et les plus conciliants. Le budo est perçu par les religieux (heureusement pas tous) comme une menace, non plutôt comme la menace qui nous guette, et qui nous attends juste au bout de la rue, c’est ainsi que j’ai trouvé des articles publiés par des chrétiens (qui sont supposés être les plus ouverts de tous) qui mettent en garde contre les mauvaises influences du budo, même chose pour les musulmans et les juifs, mais ce qui est le plus marquant dans cette affaire c’est que tous ceux qui se sont prononcés ont abordés les sujet du même angle,

celui non pas des dangers qui guettent les pratiquants, ni des compétitions, ni d’aucun aspect en relation avec la pratique sportive, mais plutôt des dangers que représentent la philosophie, les rituels et la

devant quiconque sauf devant dieu, mais le budo n’est pas un rituel de prosternation ou de soumission, c’est vrai que la culture asiatique encourage les rituels bouddhiste et zen, mais rien absolument rien

culture asiatiques (Bouddhiste ou Zen). Je vous dispense de la lecture des résultats de mes recherches et de tous ce que j’ai trouvé, sans pour autant omettre de vous citer au moins un petit exemple, le plus fréquemment cité, celui qui parle surtout du salut, ou l’on rencontre des citations telle que tu ne te prosterneras point, que se soi dans la Torah, la Bible ou le Coran, cette citation revient à chaque foi que les détracteurs du Budo veulent s’exprimer et donner leurs avis et leurs arguments pour justifier leurs opposition à la pratique des arts martiaux. Il est certes interdit et défendu de se prosterner

ne nous oblige à les suivre sur cette voie, ce qui nous intéresse c’est l’art en luimême, et pas ce que j’appelle les accessoires, car j’ai même vu des japonais qui ne prêtaient aucune attention aux rites et aux cérémonial. De l’autre coté il y a ceux qui pensent que tout est permis et qu’il faut pratiquer les arts martiaux sans préjugés et sans aucune contrainte et faire ce que font les autres sans se poser de question, pour ceux la aussi je dirai qu’il ne faut pas confondre torchons et serviettes, nous ne pouvons pas faire n’importe quoi, ce qui est interdit le reste et ce qui est permis le reste.

54 Aikido le M.G.M Oct 2013


battre une façon de dire « je ne veux pas aller en enfer pour les beaux yeux de maitre machin chose. Je prends du budo ce qui est bon et qui peux me servir et je me désintéresse du reste. Je me dis qu’il faut plutôt se poser la question de savoir qu’est ce que le budo ? et là aussi nous n’allons pas nous étaler dans les explications et l’étalage de la signification des kenjis Bu & Do, car si le kenji bu nous renvoi au Bu-jutsu ou l’art du combat, le maniement des armes et la fortification du corps, le kenji do a une toute autre signification, on peux l’expliquer par la voie, la voie du samouraï en Asie, ou l’esprit chevaleresques chez nous et par bien d’autre appellations dans les différentes contrés de la terre. Ce qui me fait dire que les budokas disons Asiatique n’ont rien inventé, car les vertus qu’ils prônent ont toujours existé même chez les mongoles et les barbares qui sont considérés comme des peuples rustres et sans aucune éducation. Mais même chez eux pour parvenir aux sommets de leurs sociétés il faut justifier de certaines qualités humaines. Le Do est donc un véritable principe, tant spirituel

que social, toute action est indissociable de son contexte, car chaque chose, chaque geste, chaque élément fait partie d’un tout, et l’univers en est indissociable. Et maitre Ueshiba, fondateur de l’Aikido renforcera cette philosophie en envisageant sa discipline en l’axant sur le Do, permettant aux pratiquants de communiquer avec la nature entière et l’art du combat n’a pour seul but

par leur forte connotation spirituelle. Alors si les arts martiaux tendent à travers le Do, de former, de forger, de construire un être droit, au service de son prochain, Il s’agira moins de vaincre l’adversaire que de se vaincre soi-même, en triomphant de ses propres limites par la discipline du corps et de l’esprit. En plus le Budo s’intéresse d’avantage sur l’axe de travail sur soi, sur le mental, l’adepte du budo se doit de

que d’apprendre l’amour universel. Bien plus que la pratique corporelle, c’est alors la puissance du message qui justifie celle-ci et qui devient primordiale : méditation, concentration, philosophie, quête spirituelle … la pratique physique tend a disparaitre au profit du message, de la recherche de l’harmonie intérieure, de l’harmonie au monde, aux valeurs sacrés. En un sens maitre Ueshiba et son Aïkido font en quelque sorte figure de visionnaire de

s’harmoniser avec la nature, son entrainement quotidien tend vers un idéal de comportement humain qui à son tour élève l’individu et par conséquent la société dans laquelle il vit.

55 Aikido le M.G.M Oct 2013


56 Aikido le M.G.M Oct 2013


Aikido le magazine du grand maghreb