Issuu on Google+

1849­1853  LE RÉTABLISSEMENT  L’espoir de lendemains meilleurs. ­ Par le bon vouloir des commerçants. ­ La communication à vapeur. ­ La roupie de la  Compagnie.  ­  Les  patentes.  ­  Phare  et  mâts  à  fanaux.  –  Arbitre  et  corps  respecté.  ­  Le  premier  navire  à  hélice.  ­  Le  désenchantement.  –  Pour  des  représentations  fermes  et  réitérées  avec  constance.  ­  Interruption  des  relations  commerciales avec Madagascar. ­ Les industries. ­ Un bilan positif. ­ La dilapidation des fonds publics. ­ Une concession.  ­ La seconde souscription, proposition  de M. Mangeot. ­ Conférence et liberté mixte. ­ Nouvelle des États­Unis,  apportée  par l’Armoricain. – L’idée de la création d’une Association des Colons de Maurice. ­ Le Nimble. ­ Création d’une Chambre  d’Agriculture. ­ Une continuation de prospérité. 

Le  5  mai  1849,  après  bientôt  sept  années  d’une  administration  aux  débuts  prometteurs,  le  lieutenant  général  sir  William  Maynard  Gomm  quittait  Maurice,  au  grand  soulagement  des  habitants de l’île, et surtout de ceux qui craignaient une stagnation dans les affaires. La venue de  son successeur, sir George William Anderson, était attendue avec impatience. Sur ce gouverneur  – un civil enfin ! – était fondé l’espoir d’une nouvelle impulsion au pays. Cet espoir, la députation  des colons l’exprima dans son adresse à sir George, une semaine après son arrivée, début 1849.  Le message fut compris, comme le nouveau gouverneur le souligna dans sa réponse :  … je puis vous dire … que je m’identifie cordialement avec vous dans l’intérêt de la colonie. Sous  ce rapport, je désire devenir un de vous; et lorsque le jour de mon départ viendra, j’espère que je  pourrai dire avec orgueil que vous vous souviendrez de moi comme d’un bon Mauricien.  A cause de certains arrêts de justice, les commerçants, les courtiers et les propriétaires n’avaient  plus confiance dans les  tribunaux. L’avènement d’un nouvel ordre était  souhaité.  C’est dans ce  contexte que le vendredi 5 octobre 1849 une réunion, présidée par M. C. C. Brownrigg, eut lieu  dans les Commercial Reading Rooms de M. Francis Channell, au cours de laquelle l’assistance  évoqua l’existence d’une ordonnance établissant autrefois une Chambre de Commerce, laquelle,  si elle existait encore, était vraisemblablement en sommeil. Un comité fut nommé, et mis sous la  présidence de M. Louis Léchelle, pour s’enquérir de l’existence de cette Chambre de Commerce,  fondée en 1827, et, le cas échéant, et pour répondre aux  vœux du public, examiner la possible  modification de l’ordonnance établissant cette Chambre, ou en réclamer une nouvelle.  L’espoir de lendemains meilleurs  Le  mercredi  5  décembre  1849,  une  délégation,  dirigée  par  M.  Louis  Léchelle,  rencontra  sir  George Anderson pour lui soumettre le projet de règlements adoptés par le corps commercial en  vue du rétablissement de la Chambre de Commerce  sur des bases plus larges et plus libérales.  Le  20  décembre,  toujours  aux  Commercial  Reading  Rooms,  une  assemblée  du  corps  commercial, présidée par M. Louis Léchelle, prit connaissance de la réponse du gouverneur : sir  George  avalisait  le  rétablissement  de  la  Chambre  de  Commerce,  et  exprimait  son  souhait  de  pouvoir  compter  sur  sa  collaboration.  Un  projet  de  règlements,  en  vingt­cinq  articles,  fut  approuvé.  Toute  personne  engagée  dans  les  affaires  pouvait  adhérer  à  la  Chambre  de  Commerce.  Elle  avait,  pour ce  faire,  jusqu’au mardi  22 janvier  1850, date  fixée  pour l’élection des membres du  comité d’administration. La loi municipale, ce germe de la liberté, ayant été votée vers la fin de  1849, l’attention était retenue par l’échéance des élections municipales qui allaient avoir lieu dans  les premières semaines de 1850, et changer le cours du destin de Maurice. Tout comme l’espoir  d’un nouveau départ était de mise pour le pays, le corps commercial entrevoyait pour lui­même  des lendemains meilleurs.  Par le bon vouloir des commerçants  Le 22  janvier  1850,  à  la Chambre des  Courtiers,  les  trente  membres  suivants  furent  élus pour  constituer  le conseil  d’administration de  la Chambre de  Commerce  : MM.  L. Léchelle, P.  Elias,


Fernyhough,  C.  Pitot  aîné,  R.  Stein,  Volcy  Senneville,  Bourguignon,  P.  A.  Wiehé,  C.  C.  Brownrigg, H. J. Bell, L. E. Brue, Johnstone, C. Rougé, P. Manackjee, A. Besnard, Feyt, Cloupet,  G.  Robinson,  Boy,  Mullens,  W.  G.  Dick,  A.  Vigoureux,  H.  E.  Lagesse,  J.  Chauvin,  D.  Jomain,  Bathfield,  C.  Deville,  C.  Cayrou,  Jamet  et  J.  Raynal.  Ce  conseil  eut  sa  première  réunion  trois  jours plus tard, le 25 janvier, et se choisit pour président M. Louis Léchelle, vice­président M. R.  Stein,  et  trésorier  M.  Senneville.  Des  sous­comités  furent  créés pour  s’occuper  de  l’administration,  de  la  correspondance  et  de  l’arbitrage.  Sir  George  Anderson  fut  informé  des  élections, et les noms des membres du comité directeur et des sous­comités lui furent soumis.  La  nouvelle  Chambre  n’ayant  pas été  créée en  vertu  de  l’ordonnance  de l’ancienne  Chambre,  mais par le bon vouloir des commerçants, l’abrogation de l’ancienne ordonnance ne fut pas jugée  nécessaire,  l’approbation  du  gouverneur  n’en  étant  qu’une  de  principe.  Commençait  ainsi  l’existence de la Chambre de Commerce que nous connaissons. Cinq mois plus tard, le samedi  1 er  juin  1850,  paraissait  The  Commercial  Gazette,  fondé  par  M.  Francis  Channell.  Ce  journal,  rédigé en anglais, mais avec une partie française, privilégia le commerce plutôt que la politique,  et se déclara partisan de la liberté commerciale.  La communication à vapeur  Une  des questions dont  la Chambre de  Commerce eut  à  s’occuper, dès  la première année de  son existence, fut la priorité à accorder ou non à la communication par les navires à vapeur sur  celle,  traditionnelle,  par  les  navires  à  voiles.  Le  rapport  d’un  comité  spécial,  institué  pour  se  pencher sur la question, avec M. George Robinson comme président, fut lu au Conseil législatif le  14 août 1850. Le comité après avoir étudié  les possibilités de communication par  les navires  à  vapeur, avait fait le choix de celle qu’il considérait la meilleure. Le rapport plut à sir George, et un  délai fut  accordé pour  la soumission des  observations.  Le comité  avait  considéré les  difficultés  financières du pays, et recommandé une subvention de quinze mille livres sterling au projet pour  un terme ne dépassant  pas  trois ans.  Quoi  qu’il en  soit, l’éventualité  pour l’île d’être  reliée aux  autres pays et de devenir le centre de la communication dans cette partie du monde n’était pas  pour déplaire aux habitants qui appréciaient la détermination du gouverneur à rechercher le bien­  être  de  la  colonie  et  à  prendre  certaines  décisions  sans  attendre  des ordres  venant  de  quatre  mille  lieues,  même  si  à  la  fin  d’août  1850  la  question  de  la  communication  à  vapeur  n’était  toujours pas tranchée.  La roupie de la Compagnie  Un autre  sujet  fut  celui  du  retrait  du papier  monnaie  de  la  circulation  qui  permettrait  de fixer  à  deux shillings le cours de la roupie de la Compagnie. Sir George Anderson institua pour cela un  comité,  mais  l’annonce  de  son  départ  au  mois  d’octobre  1850  fit  planer  des  doutes  sur  une  heureuse  conclusion  de  la  question.  Le  2  octobre  1850,  le  président  de  la  Chambre  de  Commerce fit parvenir au gouverneur une pétition, adoptée à l’unanimité la veille par la Chambre,  où  fut  exprimée  la  crainte  que  son  départ  ne  retarde  pour  longtemps  la  décision  concernant  l’admission de la roupie au taux demandé, mais les instructions de sir George ne lui permettaient  pas de se rendre aux vœux des pétitionnaires. Le 19 octobre 1850, sir George Anderson quittait  Maurice, où il s’était révélé un gouverneur d’une très grande compétence. L’intérim fut assuré par  le major général William Sutherland.  Les patentes  Si  la  Chambre  de  Commerce  était  toujours  prête  à  prendre  fait  et  cause  pour  les  négociants,  nombre  d’entre  eux  ne  la  payaient  pas  de  retour.  Certains  semaient  le  désordre  lorsqu’ils  cédaient leur patente,  le plus  souvent  à des parents.  Des décisions fermes  s’imposaient.  Entre  autres suggestions faites par la Chambre de Commerce pour l’octroi de toute nouvelle patente,  furent  (i)  l’obligation  à  tout  détenteur  désireux  de  rendre  sa  patente  d’en  informer  le  public  un  er  mois à l’avance,  (ii)  la publication  dans  le Journal  officiel, au  plus  tard  le  1  février  de  chaque  année,  de  la  liste  des  noms  et  des  lieux  des  demandeurs  de  patentes  et  celle  des  noms  des


personnes  ayant  obtenu  des  patentes,  une  semaine  après  l’obtention  de  ces  patentes.  Ces  suggestions  furent repoussées par M.  James Dowland,  Collector  of  Internal  Revenues, comme  un  surcroît  inutile  de  travail  pour  les  services  qu’il  dirigeait,  les  considérant,  par  ailleurs,  peu  pratiques.  Phare et mâts à fanaux  La question de la construction d’un phare à l’île  Plate  fut  un autre exemple du désaccord  de  la  Chambre  avec  les  autorités.  La  nécessité  de  ce  phare  fut  soulignée  dans  une  lettre  de  la  Chambre, dont lecture fut donnée au Conseil législatif le mercredi 16 juillet 1851, dans laquelle la  proposition  fut  faite  d’établir  des  mâts  à  fanaux  en  attendant.  Le  gouverneur  James  Macaulay  Higginson, dans la colonie depuis le 8 janvier 1851, n’était pas contre l’établissement du phare,  mais le considérait plus utile à la Pointe­aux­Canonniers.  Arbitre et corps respecté  Au cours de l’année 1851, la Chambre de Commerce, à la demande du Secrétaire colonial, servit  d’arbitre dans l’affaire du Pilote, petit bateau français, armé à Saint­Denis, île de la Réunion, qui  perdit  son capitaine  alors  qu’il  se  rendait à la Nouvelle­Hollande.  La décision  du comité spécial  nommé par la Chambre de Commerce plut aux parties en présence. La Chambre de Commerce  s’affirmait  ainsi,  de plus  en  plus, comme un corps respecté  sur  lequel le pays pouvait compter.  Ses  conseils  étaient  recherchés,  et  dans  l’affaire  du  Pilote,  elle  fut  l’arbitre,  rôle  que  le  gouvernement local lui avait refusé lors de son rétablissement.  Le premier navire à hélice  Le 12  août  1852,  le premier navire  à  hélice mouillant  à  Maurice,  le  Queen  of  the  South,  de  la  Compagnie générale de navigation à hélice, arriva enfin dans la rade de Port­Louis. Le maire de  Port­Louis, M. Louis Léchelle, et M. George Robinson, président de la Chambre de Commerce,  accompagnés de quelques conseillers municipaux, se rendirent à bord pour saluer le capitaine.  Quatre membres de la Chambre faisaient  partie du  comité qui s’occupa des mesures de  détail  lors de l’arrivée du vaisseau. Pour marquer l’événement, un banquet eut lieu le vendredi 13 août  au siège de la loge maçonnique La Triple Espérance, à la rue de la Corderie, à Port­Louis. A ce  banquet, M. George Robinson porta un toast au succès de l’établissement de la communication à  vapeur et à la prospérité de la Compagnie générale de navigation à hélice.  Le désenchantement  C’était une nouvelle ère qui commençait pour Maurice. Toutefois les promoteurs de la compagnie  à  vapeur  par  le  Cap  déchantèrent  à  cause  de  la  lenteur  du  Queen  of  the  South,  puis  du  Harbinger, qui prenaient cinquante­trois, même cinquante­quatre jours, pour la traversée au lieu  de  quarante­quatre  ou  quarante­cinq,  comme  prévu.  Il  fallait  attendre jusqu’à  dix  jours  de plus  pour la réception des malles, sans parler de la crainte que le steamer faisant le trajet n’arrive pas  à  Pointe­de­Galle  à  temps  pour  rencontrer  celui  de  Suez  avec  la  malle  mauricienne.  La  communication par la ligne du Cap ne procurait donc pas les immenses bienfaits promis, au point  que les partisans de la ligne du Cap se demandaient s’il n’eût pas mieux valu avoir celle d’Aden.  Le service offert par Compagnie générale de  navigation à hélice  pendant l’année 1852  fut  une  cause perpétuelle d’insatisfaction. L’on s’étonna donc de la recommandation du Conseil législatif  au comité des finances d’une réduction des droits de port pour favoriser cette compagnie, alors  que le pays lui versait la forte subvention de soixante mille piastres.  Pour des représentations fermes et réitérées avec constance  Les  habitants  de  Maurice  se  réjouirent  donc  de  la  décision  de  la  Chambre  de  Commerce  en  novembre 1852 de désapprouver la manière dont avait été exécuté le contrat liant la colonie à la  compagnie.  Ils  étaient  pour  des  représentations  fermes  et  réitérées  avec  constance  par  la


Chambre de Commerce pour obtenir les modifications sans lesquelles la très coûteuse ligne du  Cap ne leur rendrait guère plus de services réels que leurs goélettes à voiles. La communication  de  la  Chambre  de  Commerce  fut  transmise  au  Secrétaire  d’État  par  la  prochaine  malle,  et  recommandée à l’attention du gouvernement anglais,  alors que le gouverneur Higginson même  pensait,  comme  la  Chambre  de  Commerce,  qu’il  serait  avantageux  d’inviter  les  vaisseaux  appartenant à d’autres lignes à s’arrêter à Maurice, et de demander au Conseil du gouvernement  l’abolition de tous les droits pour ces navires.  A sa réunion du lundi 6 décembre 1852, la Chambre de Commerce reconnut la nécessité d’éviter  les  graves  inconvénients  que  représentaient  pour  le  commerce  et  tout  le  pays  l’irrégularité,  l’insuffisance et la nullité du service des malles entrepris par la compagnie des bateaux à hélice.  Elle nomma un comité spécial de cinq membres pour faire des représentations énergiques sur la  question. Le 9 décembre 1852, le président George Robinson transmit, pour prompte soumission  au Secrétaire d’État, le rapport du comité, où la Chambre de Commerce rappelait sa préférence  pour  la  ligne  du  Cap,  communication  qui  lui  paraissait  encore  la  plus  avantageuse.  Dans  son  édition  du  21  décembre  1852,  Le  Cernéen  soulignait  qu’il  ne  restait  plus  qu’à  souhaiter  à  la  Chambre de Commerce de parvenir à faire modifier l’engagement le plus onéreux que la Colonie  eût jamais été appelée à contracter, moins pour la somme versée que pour la perturbation où il  jetait le pays, sans compter les importants manques à gagner qu’il lui faisait subir.  Interruption des relations commerciales avec Madagascar  Entre­temps,  la  réouverture  des  ports  malgaches  au  commerce  était  revenue  au  centre  des  préoccupations des habitants. En mars 1852, pas moins de cent cinquante négociants, planteurs,  armateurs, commerçants et  habitants de la colonie avaient  adressé une pétition au gouverneur  pour la reprise du commerce avec Madagascar dont les ports avaient été fermés aux Mauriciens  depuis  1845.  Or ce  commerce était  déjà  considérable  et  en pleine  expansion  à  l’époque  de  la  rupture des relations qui représentait une perte conséquente pour Maurice.  Le 13  septembre  1852,  la Chambre de  Commerce  se réunit pour étudier comment  les  rétablir.  L’administration  n’étant  pas  disposée  à  verser  les  quinze  mille  piastres  à  être  comptées  à  l’industriel  et  commerçant  Adolphe  Napoléon  de  Lastelle  qui  se  chargerait  de  faire  rouvrir  aux  Mauriciens les ports malgaches, la Chambre voulut bien essayer de recueillir cette somme. Elle  nomma un comité pour étudier la question qui, pour importante qu’elle fût pour Maurice, n’en fut  pas moins très difficile à résoudre. En effet, les Malgaches avaient fini, au fil des années, par ne  plus avoir besoin de Maurice, alors que les Mauriciens n’avaient toujours pas trouvé un lieu autre  que Madagascar pour leur fournir des boeufs à bon marché, des étoffes de soie et de coton ou  des rabanes dont ils faisaient des vêtements frais et légers. Le problème semblait d’autant plus  ardu  que  la  vieille  reine  malgache,  Ranavalona,  à ce  que l’on  prétendait,  désirait  toucher elle­  même les piastres des marchands de boeufs avant de se laisser convaincre.  Les industries  Au cours de l’année 1852, les sucres mauriciens obtinrent de bons prix à l’étranger. D’autre part,  l’assurance fut reçue que le port de Melbourne était  ouvert  franc  de droits aux  sucres de  toute  provenance, donc  de  Maurice. L’industrie  sucrière continuait à occuper  le premier rang dans le  pays  au  point  que  les  autres,  qui  dépendaient  d’elle,  grandissaient  ou  dépérissaient  suivant  qu’elle­même était en prospérité ou non. Parmi ces industries, la poterie semblait avoir toutes les  chances  de  succès.  Une  autre  industrie  était  la  fabrication  coloniale  de  pianos  par  MM.  A.  Boulanger  et  Cie,  des  instruments  de  qualité  à  première  vue  nullement  inférieure  à  celle  des  pianos,  de  même  format,  de  Pleyel  et  d’Erard,  et  dans  la  fabrication  desquels,  outre  des  bois  importés, entrait le bois de cannelle de Maurice.  Un bilan positif


La Chambre de Commerce se réjouissait des développements qui se constataient dans le pays,  même si certains avaient une vision plutôt pessimiste de l’avenir. Le Mauricien du 5 janvier 1853  proposait : Si nous étions le gouvernement, puisqu’une nouvelle année commence, nous ferions  des  efforts  pour  que  le  souvenir  de  ce  qu’a  pu  faire  de  mal  le  pouvoir  pendant  l’année  précédente,  s’effaçât  dans  l’esprit  du  peuple.  S’agissant  de  la  Chambre,  le  bilan  de  ses  trois  années  d’existence  était  positif.  La  place  de  Port­Louis  avait  retrouvé  ses anciennes  traditions  commerciales.  L’on  était  convaincu  que  toutes  les  questions  commerciales  pouvaient  être  résolues de la façon la plus sûre par la Chambre de Commerce, et l’on s’étonnait que continuent  à se présenter encore en justice des procès où ces questions étaient en jeu. D’autres avantages  avaient  suivi  la  création  de  la  Chambre, comme  la  fondation  de  la  Mauritius  Marine  Insurance  Company,  contre  les  risques  maritimes,  compagnie  en  pleine  prospérité  et  offrant  déjà  des  encouragements les plus probants. Une faillite de quelque importance, amenée par des causes  purement locales, devenait en quelque sorte impossible.  Mais  il restait  beaucoup à faire.  La  liberté des relations commerciales avait  amené de grandes  incertitudes  et  de  la  confusion  dans  les  mouvements  du  négoce.  On  comptait  sur  des  études  incessantes  des  besoins  et  des  ressources  de  la  localité,  sur  la  publication  fréquente  des  résultats de ces études pour faire disparaître ces incertitudes et ramener l’ordre. De la Chambre  du  Commerce  l’on  attendait  des  états  statistiques  qui  éclaireraient  spéculateurs  et  consommateurs. Comme les habitants pouvaient faire venir de tous les pays les produits dont ils  avaient  besoin,  et  y  envoyer  les  leurs,  désormais  des  renseignements  exacts  sur  la  nature  et  l’importance de leur consommation et sur l’approvisionnement de leur marché, sur les meilleurs  débouchés pour leurs produits leur étaient d’une conséquence vitale, et c’était à la Chambre de  Commerce qu’ils comptaient s’adresser pour les obtenir.  La dilapidation des fonds publics  Le 3 avril 1853, le vapeur de la compagnie des bateaux à hélice, le Queen of the South, parti de  Southampton,  arriva avec plus de quatre­vingts  jours de retard ! Ce retard et  l’irrégularité  de  la  communication avec l’Europe  laissaient  espérer que  le  gouverneur mettrait  fin  aux  rapports de  Maurice avec cette compagnie. On pensait que la colonie aurait plus intérêt à être desservie par  la ligne directe de Suez, avec des vaisseaux à vapeur reliant Maurice, Bourbon et Suez, mettant  Maurice  à  trente  jours  de  l’Europe,  et  lui  offrant  tous  les  avantages  d’une  communication  régulière.  D’où  l’espoir  de  la  création  d’une  compagnie  anglo­française  pour  transporter  les  malles de la colonie. Le Bosphorus, autre vapeur de la compagnie, mouilla sur la rade le 4 avril  1853,  apportant,  entre autres  documents,  la  dépêche  du  ministre  annonçant  que  désormais  la  colonie prendrait à sa charge la moitié des frais des agents de l’Amirauté qui accompagnaient les  vapeurs de la compagnie. La colonie allouait déjà 9 635 livres sterling annuellement, elle aurait  désormais à trouver  10 335 livres, chiffre jugé excessif,  vrai symbole  de dilapidation des  fonds  publics.  Des  modifications  au  contrat  liant  Maurice  à  la  compagnie  étaient  plus  que  jamais  souhaitées, et le 14 avril 1853, le président de la Chambre, M. A Wiehé, soumit à l’attention du  gouverneur Higginson, pour  recommandation au Secrétaire  d’État, le  rapport  du comité  institué  pour étudier la question.  Une concession  Dans  ce  rapport,  la  Chambre  de Commerce  soulignait  les  inconvénients  de la  manière  dont  la  compagnie  des  bateaux  à  hélice  remplissait  son  contrat.  Elle  ne  passa  pas  sous  silence  la  décision des lords de l’Amirauté concernant les frais de voyage des agents de l’Amirauté à bord  des  steamers  de  la  compagnie.  M.  James  Higginson  promit  à  la  Chambre  de  Commerce  de  recommander son rapport aux autorités métropolitaines, mais le 4 mai 1853, le Conseil législatif  approuva celui du comité des finances recommandant la soumission aux exigences du ministre,  le  Secrétaire colonial défendant même l’idée qu’il était normal pour  Maurice de payer  plus cher  que toutes les autres colonies, la compagnie, selon ce haut fonctionnaire, faisant une concession  à  Maurice  en  envoyant  ses  steamers  jusqu’à  cette  île.  Quoi  qu’il  en  soit,  le  nombre  même de  navires visitant le port devenait chaque jour de plus en plus nombreux, fait révélateur d’une plus


grande  prospérité,  tant  il  était  vrai  aussi  que  la  communication  à  vapeur  donnait  une  nouvelle  impulsion au commerce.  Le  pays  produisait  et  exportait  davantage  de  sucre,  et  tout  semblait  lui  présager  un  très  bel  avenir, même  s’il manquait des hommes mus par la foi que le pays pouvait produire et espérer  davantage. Le commerce était en plein essor et, le 9 mai 1853, parut la Mauritius Shipping and  Mercantile Gazette, dont le rédacteur en chef, propriétaire et imprimeur était M. A. J. Tennant. Le  principal objectif de ce nouveau journal était de fournir aux négociants des informations précises  sur des sujets touchant au commerce.  La seconde souscription, proposition de M. Mangeot  Mais le commerce avec la Grande Ile, d’où il n’était arrivé aucun navire depuis novembre 1852,  ne  reprenait  toujours  pas,  alors  que  circulaient  des  rumeurs,  heureusement  sans  fondement,  mais  suffisamment  inquiétantes,  de  la  mort  de  la  reine  Ranavalona.  Le  9  juin  1853,  M.  A.  Mangeot,  qui  suivait de  près la  question,  proposa  l’ouverture d’une  seconde  souscription, cette  fois  de quatre cents piastres, pour l’affrètement d’un navire, qui irait prendre des nouvelles sur  les  lieux.  M.  Mangeot  recueillerait  lui­même,  à  son  domicile,  les  fonds  provenant  de  cette  souscription, les déposerait entre les mains du président de la Chambre de Commerce, qui ferait  les frais de l’affrètement du bateau au retour duquel, parfaitement éclairés sur l’état politique de  Madagascar, les Mauriciens pourraient, en toute assurance, poursuivre la première souscription  pour la réouverture des ports malgaches. Toute la communauté devait tirer de l’ouverture de ces  ports  un  très  grand  avantage  pour  son  alimentation  journalière,  dont  les  prix  avaient  subi  de  fortes  hausses  depuis  la  cessation  du  commerce  avec  Madagascar.  Les  démarches  de  M.  Mangeot  furent  couronnées  de  succès  et,  au  début  de  juillet  1853,  le  schooner  Gregorio,  commandé par M. Hugon, partit pour Tamatave.  Conférence et liberté mixte  En ce même mois de juillet 1853, des nouvelles arrivèrent d’une conférence qui avait rassemblé  à Liverpool  des délégués de toutes les Chambres de Commerce de la  Grande­Bretagne,  et où  l’opinion unanime avait été en faveur de l’établissement de tribunaux de commerce. Les habitants  de  Maurice  de  se  demander  alors  pourquoi  la  Chambre  de  Commerce  ne  solliciterait  pas  du  gouvernement  la  création  d’un  tribunal  de  commerce  à  Maurice.  Par  ailleurs,  surtout  après  réception  d’articles  de  journaux  développant  la  thèse  de  l’émancipation  complète  des  colonies  australiennes, ils étaient d’avis que Maurice, où tant d’événements s’étaient accomplis, et que la  volonté du plus fort tenait encore dans les liens mortels de l’esclavage, devait jouir d’une liberté  mixte qui lui permette de se gouverner elle­même, tout en ne portant pas atteinte aux intérêts de  la Grande­Bretagne. Il fallait prendre exemple sur ce qui se passait ailleurs :  Dans d’autres colonies, les colons, victimes comme nous du système qui leur est imposé par le  gouvernement  métropolitain  et  par  les  bureaux  de  Downing­Street,  montrent  plus  d’énergie  et  d’indépendance que nous. Ils ne craignent pas d’élever la voix et de faire entendre leurs plaintes.  Que  craindrions­nous  aussi  ?  Ce  qu’ils  veulent,  ce  que  nous  voulons  est  légitime.  C’est  une  commune émancipation politique et le droit tant réclamé par les colonies de se gouverner elles­  mêmes. (Le Mauricien, 17 août 1853)  Nouvelle des Etats­Unis, apportée par l’Armoricain  Il  y eut aussi  la  nouvelle apportée par l’Armoricain,  journal  de Brest,  à  l’effet  qu’aux États­Unis  d’Amérique avait été formée l’Association des Colons du Sud, riche compagnie qui créerait des  entrepôts de coton à Charleston, Savannah, Mobile, Nouvelle­Orléans, entre autres lieux, et des  agences spéciales à ces entrepôts pour emmagasiner  et vendre la récolte de coton des États­  Unis,  assurant  ainsi  aux  colons  une  économie  substantielle,  le  tout  constituant  une  sorte  de  déclaration de guerre au système commercial d’échange entre l’Angleterre et les États­Unis. Les  États du sud des États­Unis avaient l’intention de transporter au Havre ou à un autre port français


le dépôt des cotons américains, ce qui obligerait les manufacturiers de Manchester à se rendre  dans ce port français pour acheter leur matière première. Huit cents à mille colons de Memphis  s’étaient déjà entendus pour former cette association, cause de vives inquiétudes en Angleterre,  même si certains journaux de Londres et de Liverpool affectaient de ne pas considérer ce projet  comme sérieux.  L’idée de la création d’une Association des Colons de Maurice  L’idée  surgit  alors  de  la  création  d’une  Association  des  Colons  de  Maurice,  qui  aurait  des  rapports avec celle des États­Unis, grouperait les agriculteurs en vue de l’établissement à Port­  Louis d’un entrepôt général, achèterait des sucres aux habitants, et en recevrait en consignation.  Elle  expédierait  ensuite  tous  ces  sucres  au  nom  de  l’Association,  et  réaliserait  des  bénéfices  considérables. Les agriculteurs réunis au sein de cette association adjoindraient au commerce du  sucre  un  autre  commerce  qui  en  serait  comme  le  corollaire  indispensable.  Ils  feraient  venir  directement, soit d’Europe, soit de l’Inde ou des autres pays avec lesquels Maurice commerçait,  les marchandises et les produits manufacturés nécessaires à l’entretien des exploitations rurales  qui dépendraient d’eux, et ils passeraient ces objets aux habitants à des prix inférieurs à ceux du  cours  local.  Ils  seraient  acheteurs,  expéditeurs,  consignataires,  et  pourraient  devenir  plus  tard  banquiers.  Le Nimble  Le 11 octobre 1853, le Nimble partait pour Tamatave avec les quinze mille piastres destinées au  rétablissement des relations commerciales de Maurice avec Madagascar. En effet, en septembre  1853, la somme exigée pour la réouverture des ports malgaches avait été enfin souscrite, l’argent  étant fourni par les négociants à qui ces ports offraient un débouché avantageux pour une partie  des marchandises qu’ils recevaient d’Europe. L’on savait gré à la Chambre de Commerce d’avoir  constitué  un comité  spécial  pour  s’occuper  de  la  cotisation,  en  somme  de  la  réussite  de  cette  souscription. Il fallait un navire pour porter l’argent au gouvernement hova, et rapporter deux ou  trois cents boeufs au retour. Ce fut le Nimble qui fut choisi. A bord se trouvaient MM. A. Mangeot  et Cameron, missionnaire. Le Nimble revint le samedi 18 novembre 1853, avec la nouvelle que la  reine Ranavalona avait reçu l’argent et, pour prouver que la paix était faite avec l’empire hova, le  navire apportait des boeufs et des rabanes. MM. Mangeot et Cameron adressèrent un rapport de  leur mission à M. P. A. Wiehé, président de la Chambre de Commerce, qui  mit le gouverneur au  courant  des  derniers  développements,  lui  rappelant  sa  promesse  qu’il  recommanderait  au  Conseil du gouvernement le remboursement au plus tôt de la somme souscrite.  Création d’une Chambre d’Agriculture  Deux jours auparavant, le 16 novembre, une réunion d’environ trois cents personnes avait eu lieu  à  la  loge  maçonnique  La  Triple  Espérance  pour  poser  les  bases  d’une  Chambre  d’Agriculture  mauricienne. C’était  M. Arbuthnot qui avait émis l’idée de la création dans la colonie d’une telle  instance,  à  l’instar  de  la  Chambre  de  Commerce.  Les  nombreux  services  assurés  à  la  communauté  commerciale  de  l’île  par  celle­ci  étaient  trop  réels  et  trop  visibles  pour  ne  pas  convaincre  les  Mauriciens  de  la  grande  utilité  que  serait  une  Chambre  d’Agriculture  pour  la  colonie, même si l’on reconnaissait qu’il pouvait y avoir conflit entre ce que recherchaient d’une  part les planteurs, d’autre part les négociants.  Le 26 novembre 1853, la Chambre d’Agriculture se réunissait pour la première fois, et le bureau  fut  chargé  d’informer  le  gouverneur  de  la  constitution  de  la  société.  Deux  sous­comités  furent  également  nommés,  l’un  pour  préparer  les  règlements,  l’autre  pour  s’occuper  des  finances  de  l’association.  Le  gouverneur  autorisa  la  constitution  de  cette  Chambre  au  début  de  décembre  1853.  Une continuation de prospérité


Lors de sa réunion du mercredi 28 décembre 1853, parmi les dépenses additionnelles pour 1854,  le Conseil législatif approuva le vote de vingt mille livres pour l’immigration de travailleurs, et celui  de dix mille livres pour la communication à vapeur, mais le comité des finances se plaignit, dans  son rapport, de l’injustice qu’il y avait à exiger de la colonie une somme aussi considérable pour  un  service  dont  elle  n’avait  pas  le  contrôle.  Lors  de  cette  dernière  réunion  du  Conseil  pour  l’année 1853, le gouverneur James Higginson félicita la colonie de l’état général des affaires, qui  promettait  une continuation  de prospérité,  et  pouvait  expliquer  sa  réticence  à  réduire  les  taxes  pour  l’année  1854.  Ce  que  les  commerçants,  pour  leur  part,  étaient  tout  à  fait  disposés  à  comprendre.  Ils  savaient,  entre  autres,  que  le  gouvernement,  sur  la  recommandation  de  la  Chambre du Commerce, se proposait de faire de grandes améliorations aux bâtiments destinés à  recevoir les marchandises le long des quais.


MCCI