Page 1


CONTRE LES PROBLÈMES D’HUMIDITÉ IL Y A MIEUX À FAIRE FAIRE, c’est le service qui vous guide pour améliorer le confort de votre logement. Nos conseillers vous proposent gratuitement des conseils adaptés pour vos travaux de rénovation.

ou sur faire.fr


C'était dans Mayotte Hebdo… Il y a 5 ans Il y a 10 ans Mayotte-France-Comores : quel avenir ?

Troisième round des négociations du groupe de travail de haut niveau visant à établir des positions communes sur les deux dossiers que sont la circulation des biens et personnes entre Mayotte et les trois îles de l'Union des Comores, et la coopération régionale entre les deux territoires. Lors de son allocution, le président du Conseil général, Ahamed Attoumani Douchina prévient toutefois la délégation comorienne : ces négociations devront se dérouler "sans l'arrière-pensée de récupérer Mayotte". Mayotte Hebdo n°396, vendredi 19 septembre 2008.

Employés de maison : au cœur de la précarité

Faible rémunération, pas assez d'heures à effectuer, travail parfois non déclaré… les femmes de ménage à Mayotte vivent la galère. Mayotte Hebdo se penche sur leur situation, entre précarité totale, volonté de s'en sortir, et ce qui relève parfois, de la part de leurs employeurs, de l'exploitation humaine. Pour limiter le développement d'un "sous-prolétariat", des associations d'insertion proposent heureusement de mettre à disposition des employées de maison pour faire le ménage. Mayotte Hebdo n°627, vendredi 20 septembre 2013.

www.mayottehebdo.com • 21/09/2018 • Mayotte Hebdo N° 854 • 3


"Cette blague !" Gabachounette Caribou

lu sur Facebook À propos de notre article sur l'expulsion musclée d'un passager à bord d'un avion affrété par la compagnie Air Austral, devant effectuer le trajet Paris/ Mayotte, lundi 17 septembre "Après avoir visualisé les images je trouve cela scandaleux et pathétique qu’aucun élu à Mayotte n’est réagi face à la situation. À croire qu’ils se rangent du côté d’Air Austral". Abidi Alias Maïky

"Ok. Voilà ce qui se passe réellement : les élus sont partis « vendre ” l’île (son statut, mise en place de la feuille de route) et entre la fin de ce mois et le mois d’octobre, des mesures vont arriver en douce qui sont l’application du changement de statut (art.73 vers 74 de façon masquée). Il faut donc occuper la population. Première tactique amplifier le mouvement de grève devant la préfecture pour avoir une convergence vers quelque chose de plus gros. On injecte donc la question de l’école. D’abord un intersyndical qui appelle à une sorte de “ contre-manifestation ” jeudi 20. Cela va créer un clash entre mahorais (syndicats scindés en deux groupes). Et maintenant, ce service dédié à la gestion des lycéens qui se met en place. Qui dit école dit : parents, élèves, syndicats. La création d’un mouvement de grande envergure est inévitable. Conséquence ? Pendant que ça occupera les rues, les élus pourront en douce appliquer les articles scélérats qui tuent notre statut et mettre en place la feuille de route". Yazidou Maandhui

"Il serait temps que le monopole d'Air Austral cesse. C'est scandaleux". Kim Sonores

À propos de notre article sur l'accident de voiture (volée) sur la route de Tahiti plage

"Monopole = dictature! Nous sommes les prisonniers de cette compagnie !" Coco Mida

"Très bien trois voleurs qui ne seront pas logés aux frais du contribuable". Poisson Matthieu

Au sujet de notre article sur la grève des agents du Conseil départemental

"Dieu est juste. Car ceci n'est plus vivable". Zeus Gabar

"Ils leurs manquent un matelas confortable pour la sieste, un siège massant, du thé , des viennoiseries et une pince à épiler pour enlever leurs poils dans la

Au sujet de notre publication sur la nouvelle activité proposée à Mayotte : le parachutisme

main". Catherine Freour

"Les Naturalistes vont prochainement protester contre cette activité. Je sens que les ornithologues du dimanche vont être de sortie". WaNgiziju Inssa

"L’indécence n’a pas de limite..." Vincent Gilles

4 Mayotte Hebdo N° 854 • 21/09/2018 • www.mayottehebdo.com


Le tweet de la semaine

Le proverbe mahorais

Masera ng

Vetements et accessoires de sécurité

uvu za mw

[La folie c'e

ili

st la santé.

à compr

]

On peut êtr endre ainsi : e fou e santé phys t en bonne ique

Vetements et accessoires de sécurité

sondage

Vetements et accessoires de sécurité

www.mayottehebdo.com • 21/09/2018 • Mayotte Hebdo N° 854 • 5


paroles /

d'anciens de jeunes Par Z.M

Claris, 52 ans

Origine de Dzaoudzi-Labattoir, en Petite-Terre, Claris a exercé le métier d’institutrice pendant de nombreuses années. Actuellement, elle est directrice de l’école maternelle Totoroza à Labattoir. "La langue maternelle est notre patrimoine, aujourd’hui elle est dévalorisée pour valoriser celle des autres. Nous avons besoin de savoir qui nous sommes, d’où nous venons. La langue mahoraise a sa place, mais malheureusement nos enfants ne la maîtrisent plus. Nous, parents, sommes responsables de cela, je le reconnais. Parler le français est un effet de mode à Mayotte, certaines personnes ont même honte de s’exprimer dans leurs langues maternelles ou de la transmettre à leurs enfants. Certaines écoles mettent en avant le bilinguisme, ce qui permet de revaloriser les langues parlées dans l’île, le shimaoré et le kibouchi. Je trouve que c'est une bonne initiative, nous devons généraliser cela sur tout le département. De plus, la culture mahoraise est fondée sur le vivre ensemble. Avant, nous étions entre nous et peu nombreux : il y avait un état d’esprit de solidarité et de cohésion sociale dans les familles, le village, les écoles coraniques. Ce que je regrette parfois, ce sont les réprimandes des adultes, qui étaient à la limite de la maltraitance, ce que j'ai toujours déploré. Mais un enfant doit être accompagné, j’en ai la certitude, nous ne devons pas les laisser livrés à eux-mêmes. Pour parler de mariage, à l’époque, les évènements festifs étaient rares, alors le mariage traditionnel permettait aux habitants de se retrouver pour un moment de grande fête. Le mariage pouvait durer des semaines, voire des mois dans sa préparation et sa réalisation. Les gens se mariaient et seule la mort pouvait les séparer. Cet évènement se déroulait sans stress, avec de la nourriture en abondance et beaucoup de joie dans les cœurs. Les mariages d’aujourd’hui se font dans la précipitation, et surtout pour les jeunes mariés. Le conseil que je peux donner à mes filles et aux jeunes femmes mahoraises, c'est qu'elles doivent être de bonnes mères, et veiller au bien-être de tous à la maison. Elles ne doivent pas quitter leur cuisine, car c’est un lieu de convivialité pour toute la famille. Ceci ne veut pas dire qu'elles ne doivent pas être belles ou bien s’occuper d’elles".

6 Mayotte Hebdo N° 854 • 21/09/2018 • www.mayottehebdo.com

À l’occasion des Journées européennes du patrimoine, nous avons rencontré Samina, une lycéenne de 19 ans originaire du village de Longoni. Cette année elle est en terminale littéraire au lycée Younoussa Bamana. Après avoir obtenu son baccalauréat, elle souhaite poursuivre ses études en métropole et passer un brevet de technicien supérieur dans le secteur du tourisme. "Notre patrimoine culturel est notre identité, je suis née et j’ai grandi à Mayotte. Les évènements traditionnels nous permettent de nous divertir. Nous ne sommes pas enfermés, nous rencontrons du monde, et c'est bon pour la cohésion de tout un peuple. En 2016 j’ai découvert le debaa par l’intermédiaire de ma grande sœur. Depuis, je fais partie de la troupe "Rahania", de Longoni. Cela me permet de m’occuper durant les vacances, sinon c’est l’ennui assuré. Nos répétitions peuvent durer environ cinq heures. Nous enregistrons quelquefois des vidéos qui sont diffusées via Télémante Mayotte. Au sujet de notre langue maternelle, nous devons la conserver, car elle nous appartient. J’ai conscience qu’elle change, mais nous ne devons pas l’abandonner. Je suis amoureuse de littérature, et j’ai conscience que les langues sont des richesses. À l’avenir, je me vois souvent voyager pour les besoins de mon futur métier. Je me vois vivre dans une maison en dur, il m’est inconcevable de vivre dans une maison en torchis. Parfois, je me demande comment nos anciens pouvaient vivre avec aussi peu de modernité, pas d’internet ni de réseaux sociaux, pas de téléphone. Aujourd’hui, si je n’ai pas mon téléphone pendant quelques minutes je me sens mal, même si j’ai quand même conscience que nous sommes sous l’emprise de toutes ces nouvelles technologies. Le monde va vite, l’avenir s’annonce difficile pour ceux qui ne seront pas connectés. Le mariage traditionnel quant à lui évolue, je ne me vois pas faire un manzaraka, car je souhaite faire un mariage sans gaspillage : nous ne pouvons pas nous permettre de jeter la nourriture. Beaucoup de gens sur terre ne mangent pas à leur faim. Ma famille, elle, n’est pas de cet avis, donc j’évite de parler de cela avec elle".

Samina, 19 ans


évènement Assises de l'islam

Placer Mayotte au cœur de l'islam de France

Organisés dans le cadre des Assises territoriales de l'islam de France souhaitées par le gouvernement, les cinq ateliers qui se sont tenus à Mayotte depuis le mois dernier ont permis de dégager de nombreux axes de réflexion sur l'islam à Mayotte. De quoi l'organiser, mais aussi lui accorder sa place dans un islam de France souvent envisagé, mais jamais effectif. "Il était important que l'islam de Mayotte soit écouté et puisse se faire entendre", s'est réjoui le préfet Dominique Sorain lors de la restitution, hier, des cinq ateliers organisés à Mayotte dans le cadre des Assises territoriales de l'islam de France. Annoncées par le gouvernement au mois de juin, celles-ci ont vocation à organiser un islam de France souvent envisagé, mais dont la clé n'a pas encore été trouvée. Mayotte, avec sa population à 95% musulmane, a donc évidemment tout son mot à dire. Des réunions réunissant notamment services de l'État, représentants religieux, et associations cultuelles, et qui, de l'avis de tous, ont abouti à des débats constructifs et à un consensus sur les axes de réflexion et actions à mener pour soutenir et encadrer l'islam de Mayotte, sans pour autant qu'il ne s'agisse "de [s'y] ingérer", a rassuré le préfet. Cinq ateliers donc, avec chacun une thématique : éducation à l'islam et jeunesse ; formation des acteurs cultuels ; représentation institutionnelle de l'islam mahorais et place des femmes ; gouvernance des lieux de culte ; et financement des lieux de cultes.

Préserver l'islam mahorais

Premier consensus : celui de la nécessité à préserver un islam mahorais réputé modéré et tolérant. C'est ce que soulignait Hidaya Mahafidhou, rapporteur du premier atelier, en soulignant notamment des "arrivées massives de maîtres coraniques dont on ne sait pas d'où ils viennent ni quelle formation ils ont reçu". Une inquiétude face à des pratiques et des discours rigoristes, colonne vertébrale des résultats de ces Assises. Les axes d'action dégagés pour faire face à cette problématique sont ainsi nombreux. Parmi eux : le développement de l'enseignement de l'arabe pour assurer une compréhension non déformée des textes sacrés ; la création d'écoles privées musulmanes sous contrat avec l'État ; l'accompagnement des parents pour leur redonner toute leur place dans une société en constante évolution ; ou encore le recensement des écoles coraniques pour permettre au conseil cadial d'en orienter l'encadrement.

Prépondérance des cadis

Un conseil cadial que chacun souhaite d'ailleurs voir prendre toute sa place dans la gouvernance du culte à Mayotte. Au-delà de cette possibilité d'encadrer les écoles coraniques du département, chacun s'accorde à vouloir leur redonner un rôle de premier plan puisqu'ils pourraient également être au sommet d'un futur culte local organisé

de façon pyramidale, avec les associations cultuelles et acteurs de terrain à sa base ; mais aussi être responsables de la certification des associations ayant en charge la gestion des mosquées. Une piste satisfaisante pour Younoussa Abaine, directeur de la médiation sociale en charge des cadis au Conseil départemental, qui estime que ces dignitaires ont tout leur rôle à jouer sur un territoire où "l'Islam n'est pas seulement un fait religieux, mais aussi un élément de cohésion sociale". Également, c'est la formation des acteurs cultuels qui leur échoirait. Une formation des imams elle aussi au cœur des débats puisque la création d'un institut islamique a été proposée pour limiter les départs à l'étranger des fidèles désireux d'approfondir leur connaissance de la religion. Une nécessité pour beaucoup : "Il y a 324 mosquées recensées à Mayotte, et donc au moins le double d'imams à former", faisait remarquer l'un des intervenants. Intervention complétée parYounoussa Abaine : "Tant qu'il n'y aura pas [de formations], il y a aura des va-et-vient".

Trois nouvelles mosquées ?

Au-delà d'autres recommandations comme la valorisation des femmes dans les instances représentatives de l'islam mahorais, ou la création d'un institut mahorais de finance islamique pour collecter les dons, la zakat (impôt destiné à aider les plus démunis), et filtrer les financements étrangers, ce sont trois nouvelles mosquées qui sont souhaitées sur le territoire. Celles-ci seraient de véritables complexes puisque leurs coûts de fonctionnement pourraient être financés par la présence de commerces, de lieux de restauration, d'une chambre mortuaire et de chambres d'hôtes. Quant à leur financement tout court, et à la frontière poreuse entre subventions aux organismes culturels et cultuels, le doute subsiste. Et la préfecture d'assurer étudier la situation de près pour savoir de quelle manière doit s'appliquer la loi de séparation de l'église et de l'État, sur un territoire de l'océan Indien à très forte dominante musulmane. Le rapport établi va désormais être envoyé à Paris, semblablement aux autres Assises menées en France. Le mois d'octobre prochain verra l'annonce, par le président de la République, de mesures sur l'organisation de l'islam de France. Pour autant, "certaines choses ne seront pas tranchées à Paris, mais à l'échelle locale", a rappelé Dominique Sorain, qui le reconnaît : "On ne peut pas avoir à Mayotte la même organisation [de l'islam] que dans les autres territoires. Il faut en défendre les spécificités." [[Geoffroy Vauthier

Le chiffre

La phrase

l'action

650

"Air Austral a immédiatement diligenté une enquête auprès de la compagnie Hifly pour faire toute la lumière sur cet incident regrettable".

Rénovation de la station service de Pamandzi

Le vol Paris-CDG/Mayotte du lundi 17 septembre, qui accusait plusieurs heures de retard dans la soirée, a finalement été annulé dans la nuit par la compagnie portugaise HiFly (qui l’assurait pour le compte d’Air Austral). En cause, selon la compagnie : le comportement "virulent" d'un passager excédé par l'attente. L'équipage a fait appel à la PAF pour le faire évacuer manu militari, sous le regard médusé des autres passagers visiblement pas d'accord avec cette décision. L'agacement monte chez les clients de la compagnie.

La station service de Pamandzi fait peau neuve. Au bord du lagon, l'unique distributeur de Petite-Terre voit entre autres sa capacité de stockage doubler. Pamandzi bénéficiera d'une station moderne avec des installations économes en énergie et une architecture adaptée à son environnement. Prévue pour avril 2019, durant les travaux la station restera ouverte.

C’est le nombre de stations de mesures implantées sur l’île afin de surveiller, faire l’inventaire, modéliser, prévoir, alerter, informer, sensibiliser, réaliser des études sur la qualité de l’air et évaluer les actions mises en place pour l’améliorer, a indiqué Hawa, observatoire de la qualité de l'air à Mayotte, à l'occasion de la quatrième édition de la Journée mondiale de la Qualité de l’air, qui se déroulait mercredi 19 septembre à Mayotte.

www.mayottehebdo.com • 21/09/2018 • Mayotte Hebdo N° 854 • 7


l’actu en brousse Petites infos des quatre coins de l’île

Pamandzi Des formations pour lutter contre l'isolement

Pamandzi Un nouvel espace numérique

Tsingoni

Une première école démocratique Nouveauté à Mayotte avec l'ouverture de la première école – privée – démocratique, un concept qui permet à l'enfant de choisir son propre programme : "Comme toutes les écoles démocratiques, la valeur première de cette école est la confiance dans l'enfant et sa capacité à apprendre de toutes les expériences", explique l'association Horizon, à l'origine du projet, qui indique également que "depuis presque un mois, les membres explorent, testent, collaborent, parlent de projets, construisent et vivent l'école." L'établissement, qui a fait sa première rentrée le 27 août dernier et accueille des enfants de six à 18 ans, ouvre par ailleurs ses portes samedi 22 septembre à partir de 14h30 pour une rencontre ayant pour thème "Vivre l'école autrement."

Une nouvelle plateforme dédiée à l'initiation et à la formation à l'informatique à Pamandzi. Au sein des locaux de l'AJP/ MJC, cet espace numérique propose une cyber-base ainsi qu'un point information jeunesse. Ouverts à tous – particuliers, associations ou professionnels du territoire –, le lieu pourra être mis à disposition pour accueillir des associations ou acteurs oeuvrant dans le domaine du social. Ouvert du lundi au vendredi de 8h à 12h et de 14h à 17h.

Convention signée, mardi 18 septembre, entre la Fondation maison services et familles (FMSF) de Pamandzi et l'Éducation nationale dans les locaux de l’Association des jeunes de Pamandzi (AJP) pour prendre en charge la formation de douze étudiants en baccalauréat professionnel. Signée pour la deuxième année consécutive, cette convention permettra aux élèves de participer à la lutte contre l'isolement des personnes âgées en les accompagnant au quotidien. Des activités comprenant notamment la micromotricité – gestuelle spécialisée qui accompagne la production de la parole – seront développées lors de cette année d'étude. Après avoir validé leur diplôme, les étudiants devenus professionnels seront aptes à venir en aide aux personnes bénéficiant de l'allocation personnalisée d'autonomie (APA ). La FMSF a été créée selon les recommandations de bonnes pratiques professionnelles de l'Agence nationale de l'évaluation et de la qualité des établissements sociaux et médicaux-sociaux (ANESM).

Sada, Bouéni, Bandrélé, Chirongui, Kani-Kéli Bilan santé pour les agriculteurs Depuis 2016, la Mutualité sociale agricole d'Armorique-Mayotte, qui assure la protection sociale des agriculteurs du 101ème département, organise les "Rendez-vous santé", qui ont permis à plus de 500 personnes de faire un point sur celle-ci. Pour cette édition 2018, ce sont tout autant d'agriculteurs de plus de 25 ans qui sont concernés. À partir de la fin du mois de septembre, l'opération se déroulera en deux étapes : la première, dans les communes proches des lieux d'habitation des participants, sera consacrée à un bilan prémédical. La deuxième se tiendra à Chirongui, Dzoumogné et à Mamoudzou. Les consultés rencontreront individuellement un dentiste, un podologue et un médecin généraliste.

Et pendant ce temps-là, dans le lagon… Saison des baleines : stop aux mises à l’eau "Observation des mammifères marins : il faut lever le pied !" En pleine saison des baleines, le Parc naturel marin de Mayotte vient de publier un communiqué de presse outré rappelant les bonnes pratiques : "Prendre le temps d’observer à distance le comportement des animaux avant toute initiative, éviter d’approcher les animaux vulnérables notamment les couples mères-baleineaux, limiter le nombre d’approches sur un groupe d’animaux, ne pas faire de mise à l’eau car cette pratique est particulièrement perturbante, respecter une période de quiétude en n’approchant plus de mammifères marins après 14h". Le Parc ne décolère pas : "Ces préconisations sont affichées, dites et redites par le Parc naturel marin de Mayotte chaque année (…) Il est grand temps d’en tenir compte !", prévient l’institution qui constate que les "mises à l’eau imprudentes et les infractions à la règlementation sont nombreuses". Le Parc met en garde : "Une de ces baleines, nommée Karima sur les réseaux sociaux, semble très affaiblie et présente des comportements atypiques. Elle ne réagit plus face aux approches et mises à l’eau répétées, allant, par moments, jusqu’à délaisser son baleineau. Le Parc déconseille fortement de l’approcher car la perturbation qu’elle subit diminue ses chances de survie et, de ce fait, met en danger son petit." L’heure est donc grave et le Parc avertit opérateurs et plaisanciers : un arrêté préfectoral réglemente les conditions d’approche des mammifères marins et les infractions sont passibles d’amendes pouvant aller jusqu’à 750 euros, "voire plus en cas de récidive". Il indique également que des agents du Parc seront présents sur le ponton de Mamoudzou les samedis et dimanches matins de septembre pour sensibiliser et faire signer la charte d’approche.

8 Mayotte Hebdo N° 854 • 21/09/2018 • www.mayottehebdo.com

Et pendant ce temps-là, au large… Plusieurs séismes de magnitude supérieure à 4.0 L'essaim de séismes est toujours actif dans le 101ème département français même si son intensité est plus modérée. Après un point de situation du 13 septembre dernier, le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) a enregistré quatre séismes de magnitude supérieure à 4.0 ces derniers jours. Le 16 septembre, un séisme de magnitude 4.1 a été enregistré à 19h59 puis trois autres secousses ont été ressenties dans la nuit, une de magnitude 4.2 à 02h30, une autre de magnitude 4.3 à 04h22, une autre enfin de magnitude 4.5 à 05h11. Dernier en date, à l'heure où nous bouclions cette édition : un séisme d'une magnitude 4,7 ressenti le 19 septembre à 2h37 du matin. Depuis le 10 mai, Mayotte a subi plus de 5 000 microséismes ou séismes. Après plusieurs semaines d'accalmie, plusieurs secousses ont été ressenties depuis fin août. "Cependant, l'accalmie observée depuis fin juin justifie désormais le passage d'un suivi de crise à un suivi habituel", a annoncé le BRGM ce mardi. Le Bureau cesse donc l'élaboration et la transmission des points de situation hebdomadaires et fera un point uniquement tous les quinze jours, même si les stations sismiques sont "toujours opérationnelles" et "enregistrent la sismicité" en continu.


Imprimah

www.mayottehebdo.com • 21/09/2018 • Mayotte Hebdo N° 854 • 9


à l'af fiche à l'affiche Hugo Coëff

Élevage

"Mon pouleti" : une marque 100% mahoraise

Initié par un appel à projet en 2015 de la Direction de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt (DAAF), la marque de volailles fraîches élevées à Mayotte "Mon Pouleti" a été officiellement lancée ce mercredi lors d'une présentation au restaurant l'Orient Express à Kawéni. Un abattoir moderne de 1 300m² et d'une capacité de 5 000 volailles devrait voir le jour à l'horizon 2020 à Kahani.

L'élevage local : un levier pour le développement économique des zones rurales. Ce mercredi avait lieu le lancement officiel de la marque de volailles fraîches élevées à Mayotte "Mon Pouleti". Lancé en 2015 après un appel à projet de la DAAF (Direction de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt), l'atelier agroalimentaire du lycée professionnel agricole de Coconi, le groupement d'agriculteurs AEM (Agri évolution maoré) et l'entreprise Ekwali se sont réunis pour aboutir à la création d'une marque et d'un logo fin 2016. "Nous avions une production irrégulière et non productive avec 20 tonnes de poulets à l'année alors que l'abattoir pourrait en produire jusqu'à 100 tonnes. L'objectif était d'élaborer plus précisément la production pour avoir une organisation plus équilibrée et pérenne. Nous avons donc décidé de former un organisme de développement agricole (AVM : Abattoir de volailles - Mayotte, ndlr) de la filière volaille de chair à Mayotte", a expliqué Elhad-Dine Harouna, président d'AVM et éleveur. En 2016, le marché du poulet de chair sur le territoire était déséquilibré avec un taux d'approvisionnement par la production locale d'à peine 1%. Actuellement, les importations en produits de volailles surgelées représentent près de "13 000 tonnes par an", alors que la production locale n'est "que" de 100 tonnes chaque année. "Les consommateurs n'avaient d'autres choix que d'acheter du poulet importé et congelé. Aujourd'hui, il y a un véritable enjeu pour la production mahoraise. Il était important d'augmenter les circuits alimentaires de proximité", a souligné Guillaume Rubin, directeur d'AVM.

Aucune rupture de stock depuis le début d'année Les missions principales d'AVM sont l'accompagnement technique des éleveurs, la centralisation des abattages et la commercialisation, la modernisation des bâtiments ou encore la valorisation de la production locale. Pour le moment, AVM, qui compte sept salariés et un directeur général, travaille avec onze éleveurs mahorais – tous indépendants – possédant des exploitations de petites et moyennes tailles et majoritairement implantés dans le sud et le centre de l'île. "Depuis le 1er janvier, nous sommes à 58 tonnes de poulet et nous espérons passer le cap des 70 tonnes à la fin de l'année", a annoncé Rémi Delassus, coordinateur du projet au sein d'AVM. Et d'ajouter : "Grâce au développement de l'activité, aucune rupture de stock n'est à déplorer depuis le début de l'année. Les exploitations sont réduites pour augmenter la qualité des produits". D'ici 2025, "Mon Pouleti" pourrait embaucher entre 80 et 100 personnes et travailler avec près de 30 éleveurs, c'est en tout cas le souhait du directeur d'AVM. Fin 2017, la société a investi dans un camion frigorifique et dans du matériel de conditionnement des volailles, et pour être en mesure de répondre à la forte demande de consommation de la population du 101ème département français ainsi qu'au développement du marché des poulets découpés, AVM a décidé de créer "un abattoir moderne" à Kahani. Les travaux débuteront dans le courant de l'année 2019 pour s'achever à l'horizon 2020.

Ils font l'actu Fatima Souffou

La conseillère départementale de Dzaoudzi-Labattoir, également première vice-présidente du Conseil départemental, quitte ses fonctions à la municipalité dirigée par Saïd-Omar Oili. Une démission qui intervient pour "indisponibilités et pour raisons personnelles", a indiqué l'intéressée dans un court communiqué.

Daouidar Saidali

Le jeune mahorais, coréalisateur, avec Patrick J. Exenat, du film De l'amour sous la haine, voit son film primé au Haïti Film Festival, à Hollywood. Une première pour ce jeune cinéaste mahorais originaire de Pamandzi. Le film dénonce le racisme à travers une histoire d'amour entre "blancs et noirs".

10 Mayotte Hebdo N° 854 • 21/09/2018 • www.mayottehebdo.com

Afidati Mkadara

La conseillère départementale de Bouéni a interpellé le président du Conseil départemental à travers un courrier au sujet de l'état de délabrement des routes de sa commune. Cette dernière avait déjà envoyé un premier courrier le 20 août, demandant la "réhabilitation du réseau routier de Bouéni" et évoquant notamment "la dangerosité de la circulation sur le boulevard de Caroni au carrefour dit de Mazena jusqu'à la plage de la plaisance de M'zouasia". Sans réponse, la conseillère départementale a réitéré sa demande début septembre.


édu ca tion Houdah Madjid

Futur lycée de Longoni : architecture validée ! Un tout nouveau lycée, dédié aux métiers du bâtiment verra le jour à Longoni en 2022. Un projet qui servira également d’outil d’apprentissage pour les futurs lycéens. Situé à l’ouest du village de Longoni, le nouveau lycée des métiers du bâtiment, à Longoni, jouxtera la cheminée d’une ancienne usine sucrière qui sera conservée, a indiqué le vice-rectorat. L’établissement "sera intégré dans l’aménagement d’un nouveau quartier porté par la commune de Koungou et l’Établissement public foncier et d’aménagement de Mayotte (EPFAM)". Avec un investissement total de l’État à hauteur de 73 millions d’euros, le lycée devrait ouvrir ses portes en 2022. Les travaux quant à eux, démarreront dans un an et demi.

Sobre et modeste C’est l’agence Encore Heureux, basée à Paris qui se voit attribuer le projet d’architecture du lycée des métiers du bâtiment de Longoni. "Parmi les grandes ambitions écologiques, le défi est de relancer une filière locale de construction en brique de terre comprimée", a indiqué l’agence sur son site. Un système constructif apprécié du vice-rectorat de Mayotte qui a souligné "la sobriété énergétique" et "l’emploi de la brique en terre compressée, un matériau local au bilan carbone imbattable et aux bonnes propriétés thermiques et hygrométriques, aux côtés du bois, de l’acier et du béton" (lire aussi notre dossier). Antérieurement, un concours d’architecture avait été lancé, à l’issue duquel quatre agences ont été retenues. Les membres du jury n’étaient autres que le vice-recteur, la Direction de l’aménagement et de l’environnement

et du logement et le maire de Koungou. Ils ont tous sélectionné le projet de l’agence parisienne qui propose un établissement de 20 000m2 de surfaces pouvant accueillir 1 800 élèves en filières générales, technologiques et professionnelles dans le domaine du bâtiment et des travaux publics. Outre le gymnase, la salle polyvalente et sa cuisine centrale de production de repas, l’établissement sera équipé d’un internat financé par l’Agence nationale de renouvellement urbain. "Les architectes et les bureaux d’études s’installeront à Mayotte pour la conception du projet et le pilotage des travaux, ils auront également la tâche d’aider les entreprises du territoire à préparer ce chantier d’une ampleur exceptionnelle", a indiqué le vice-rectorat. Un chantier qui in fine, profitera certes aux lycéens mais aussi aux riverains avec ses installations sportives et culturelles.

www.mayottehebdo.com • 21/09/2018 • Mayotte Hebdo N° 854 • 11


tri bu ne magazine

Journées européennes du patrimoine

Représentations et croyances de la culture dans les soins

Tout observateur occidental découvrant Mayotte est surtout saisi par l’africanité et le caractère musulman de la grande majorité de sa population. Malgré cette volonté mahoraise de demeurer française, Mayotte reste une île attachée à des valeurs forgées par l’histoire, héritées du brassage culturel avec les autres peuples de la région avec qui les Mahorais partagent certaines origines de peuplement et des langues (shimaoré et kibushi), mais aussi, la même religion. En quarante ans, cette île presque entièrement bâtie en terre et en feuille de cocotier a connu un très rapide développement économique et une forte croissance démographique qui se sont traduits par des bouleversements sociaux importants, dont ont émergé le meilleur et le pire. Le meilleur a commencé à se manifester avec la reprise de l’île en administration directe de la métropole à partir de 1976, avec les libertés publiques, la généralisation de l’enseignement et de la santé, le logement social, l’ouverture au monde. Quant au pire, il s’est manifesté par les produits de ce développement, marqué par de nombreuses pathologies. Force est de constater que, pour l’heure, chaque regard mahorais pourrait porter sa part de positif ou de négatif, dans le regret d’une évolution trop lente pour les uns ou trop rapide et exogène pour les autres. Connaître et comprendre la médecine traditionnelle Simultanément, cette société mahoraise dont on pouvait craindre que les équilibres traditionnels d’organisation et de régulation sociales soient menacés a tendu, au contraire, a réaffirmé certaines de ses traditions dans la recherche permanente d’un équilibre fragile entre sa mémoire et son imagination. Cet effort est particulièrement visible pour tout ce qui touche la santé, considérée par les Mahorais, à la fois comme un état de bien-être permanent et souhaité, "unono yaho dé ya maecha" (la santé c’est la vie) et en même temps comme un état précaire à cause de l’imprévisibilité de la maladie, "uwadé uja wala kawulaga" (litt. : la maladie arrive sans prévenir). Et dans ce domaine, malgré les énormes progrès réalisés dans l’offre de soins, de prévention et de sécurité sociale, et qui sont une des causes de l’évolution démographique, le rapprochement des indices d’équipement sanitaire (médecins ou lits d’hôpital par millier d’habitants) métropolitains et mahorais révèle encore un retard considérable. Cependant la majorité de la population paraît plus soucieuse de sa santé. Ainsi, à côté de cette médecine moderne, Mayotte possède une médecine traditionnelle.

12 Mayotte Hebdo N° 854 • 21/09/2018 • www.mayottehebdo.com

Représentations et croyances de la culture dans les soins Ce sujet que j’ai exposé dans la conférence du 15 septembre à l'occasion des Journées européennes du patrimoine 2018, m’a été dicté par le constat suivant : la relative méconnaissance de la société mahoraise par ceux qui portent la responsabilité principale dans son développement est un fait très remarquable et constant depuis que Mayotte est sous administration directe de la métropole. Alors que l’effort de compréhension préalable des éléments fondamentaux de la vie sociale mahoraise à la définition des interventions n’est plus à démontrer. La médecine traditionnelle à Mayotte On observe que cette médecine traditionnelle que les siècles ont forgée s’appuyait sur des valeurs de collectivité, de solidarité et de spiritualité pour un objectif précis : améliorer individuellement et collectivement la santé des personnes. Cette médecine traditionnelle renvoie à des pratiques plurielles héritées de savoir-faire non conceptualisées de traditions orales ou des écrits religieux. Elle puise ses forces dans un univers peuplé d’esprit, de déités, d’ancêtres défunts, d’espace et des lieux, des plantes. Et le "fundi" (le maître) dans cette thérapie est le médiateur essentiel entre l’affection et le malade. Traditionnellement, les Mahorais se représentent l’univers en trois mondes social, matériel et invisible - qui distinguent trois grands groupes de maladies : - Celles causées par Dieu "Uwadé wa mungu», - par les hommes "Uwadé wa shilopitali", - et par les esprits "Uwadé wa madjini". Et le type de traitement que le malade reçoit dépend généralement de ce que les Mahorais pensent être la cause : - Si la maladie est attribuée au monde matériel : wadé wa shilopitali, le choix se portera sur la médecine moderne. - Si elle est due au monde social via des forces surnaturelles ou magico - religieuses : wadé wa madjini, on aura recours à des méthodes traditionnelles. -Et si des forces naturelles sont jugées responsables : wadé wa mungu, on aura recours à Dieu. La communauté au sens large s’implique dans les soins d’un


malade et décide du recours à un choix thérapeutique dans une démarche sérielle à l’intérieur de la thérapie traditionnelle. Le malade chemine dans un espace thérapeutique associant la recherche de soins et de sens en introduisant l’humain dans la relation thérapeutique. Les recours dans les thérapies traditionnelle et moderne vont d’abord s’accumuler puis s’exclure. L’échec thérapeutique motive le changement de recours avec l’introduction de la notion de "mwafaka". La durabilité de l’échec thérapeutique favorise l’interprétation magico-religieuse.

de plantes, racines ou graines pour traiter les symptômes courants (maux de tête, maux de ventre), mais également pour traiter certaines maladies infantiles identifiées par la communauté comme traitables à la maison. À titre d’illustration, on peut citer : la feuille du goyavier pour soigner les hémorroïdes et le citron associé à du miel ou le "paraovi" pour les toux. Le concept de "baridi" (le frais) revêt un sens particulièrement important et engage le plus souvent des conduites préventives et des pratiques d’automédication par les plantes et les massages.

Le recours aux soins par des méthodes traditionnelles Le recours aux soins pour une grande partie de ces populations, reste délicat. Du fait de la coexistence de plusieurs recours thérapeutiques exercés par les "fundis" (maître). Parmi eux, on trouve :

- L’apparition de trouble de comportement ou de la peau suite à l’ingestion de certains aliments "miko". - L’apparition au quotidien de certains évènements et toujours les mêmes. - Les rêves également peuvent révéler au sujet et à son entourage, la survenue de troubles sérieux.

Le culte des djinns Pour une grande partie de la population de Mayotte, la croyance aux esprits notamment aux djinns est une réalité. Les djinns sont des créatures invisibles, ayant une capacité d’influence spirituelle et mentale sur le genre humain, pouvant ainsi exercer une sorte de contrôle psychique ou de possession. Il existe plusieurs sortes de djinn, qui font des incursions fréquentes dans le monde des humains. Pour se manifester, ils empruntent provisoirement le corps d’une personne qui prend alors la personnalité du djinn sui la possède. À Mayotte, il s’agit souvent de femmes. Ce que des Occidentaux pourraient traiter comme de la schizophrénie ou un trouble psychologique est ici considéré par la société comme le signe d’un envoûtement occulte. Les djinns font partie de la vie de bon nombre de Mahorais. Ils auraient une identité bien précise, révélée à chaque phase de possession. Lorsque sa relation avec le possédé est normalisée, l’esprit invisible se présenterait comme un conseiller de la famille, l’informant sur les dangers qu’encourt chaque membre, mais aussi sur la manière de les éviter, ou comme un fundi (un maître) pour soigner. Ce dernier est ainsi appelé fundi wa ma djini. Celui – ci travaille avec ce monde invisible des génies hérités des conceptions animistes afro-malgaches dont les plus célèbres dans la région sont : le "trumba" originaire de la côte ouest de Madagascar, et grand consommateur d’alcool, le "patrossi" équivalent du "rumbu" malgache, mais plus spécifiquement mahorais. Il aime le sang, l’œuf et la banane mûre. Toutes ses pratiques s’inscrivent dans la lignée commune des thérapies du groupe. Le "fundi" pratique l’adorcisme pour canaliser la possession supposée et anarchique d’un consultant. Il diagnostique l’agression de sorcellerie faite par un tiers via l’extraction d’objets sortis du corps du malade. Ce fundi joue un rôle fondamental dans l’étiologie de la maladie et du malheur en imputant les désordres du consultant aux génies agresseurs.

Donc ces objets servent également d’indicateurs de diagnostic au thérapeute traditionnel. Sans développer de façon exhaustive toutes ces pratiques, il convient de souligner qu’elles ne s’opposent à priori en aucun cas ni dans le vécu ni dans l’imaginaire mahorais aux techniques de médecine moderne de type occidental existant à Mayotte. Elles font partie intégrante du vécu quotidien mahorais. Mais ce n’est que lorsque cette thérapie traditionnelle paraît insuffisante face à la persistance des troubles que l’individu se sentira alors poussé par son clan familial vers la médecine moderne. Cette dernière ne suscite ni rejet systématique ni adhésion totale. Voilà pourquoi les recours à la médecine moderne ou traditionnelle sont ambigus et toujours d’actualité, ils ne sont pas conflictuels. La coexistence de ces deux médecines à Mayotte, offre à la population mahoraise la possibilité d’utiliser de façon stratégique l’une ou l’autre méthode, parfois les deux successivement.

Conclusion On observe que cette médecine traditionnelle que les siècles ont forgée s’appuyait sur des valeurs de collectivité, de solidarité et de spiritualité pour un objectif précis : améliorer individuellement et collectivement la santé des personnes. Le choix stratégique de l’innovation en santé préconisé par l’ARS, en engageant dans la durée une nouvelle politique de santé communautaire à l’échelle de l’ensemble du département, qui vise à promouvoir les priorités de prévention et de promotion de la santé de la population dans les domaines suivants : la santé nutritionnelle, la santé sexuelle et reproductive, la santé environnementale et la lutte antivectorielle ne pourront être efficaces qu’en prenant en compte les spécificités mahoraises. Il s’agit dans ici de renforcer, d’une part, la proximité et d’autre part, la capacité de piloter la politique de santé au plus près des besoins des Mahorais.

La phytothérapie La plupart des familles à Mayotte disposent de recette à base

Salim Mouhoutar Directeur Adjoint de l’ARS –délégation de Mayotte

-Les herboristes qui traitent les pathologies externes surtout, à l’aide des plantes -les guérisseurs islamiques qui utilisent les textes coraniques -et les "fundis wa madjini "(médiums d’esprit) qui soignent selon les rites bantous et malgaches en ayant recours aux djinns. En effet, pour les Mahorais, les soins servent de véhicule entre soi (le malade), la matière (terre) et l’univers (esprit). Et pour se prévenir des maladies, toutes sortes d’objets sont mis entre soi et le monde des esprits à atteindre. Il y a ceux à caractère protecteur, appelés "hirizis", qui sont des colliers fétiches aux vertus curatives, renfermant des versets du Coran. Selon la tradition ils protègent contre la maladie. Et ceux donnant accès direct à l’esprit. Parmi eux on dénombre : Les résines parfumées que l’on brule (ubani, hundi, hibuki, essences de parfum). Ceux que l’on boit (alcool, sang des animaux), Certaines danses (trumba malgache, patrossi mahorais), Certaines tenues vestimentaires faisant intervenir les couleurs rouge et blanche par exemple. Tous ces objets vont permettre une communication directe avec l’esprit ; cependant, certains de ces objets vont servir en dehors des cérémonies comme révélateurs signifiant de la venue de troubles. Par exemple :

www.mayottehebdo.com • 21/09/2018 • Mayotte Hebdo N° 854 • 13


may otte et moi

mayotte et moi Houdah Madjid

Nassor Mohamed

Au service de la jeunesse Depuis 2003, Nassor Mohamed est à la tête du Centre régional d'information jeunesse (Crij) basé à Mamoudzou. En apparence discret, c’est avec ardeur que le directeur sillonne l’île pour apporter son plus grand soutien à la jeunesse. Il regorge d’idées d’avenir mais aussi de souvenirs.

les jeunes apprennent à rédiger leur CV, leur lettre de motivation, se familiarisent avec l’informatique et bien d’autres. Un suivi régulier s’installe alors entre le directeur, son équipe et cette jeunesse avide de réussite. Le Crij est une structure d'information et d'orientation à ne surtout pas confondre avec les structures de formation, insiste le directeur.

"Informer" est le mot d’ordre de Nassor Mohamed, directeur du Centre régional d'information jeunesse (Crij) depuis quinze ans maintenant. Cette association créée en 1992 a pour ambition principale de préparer les jeunes à "devenir des citoyens actifs". Avec les cinq autres membres de l'association basée à MamoudzouCavani, le directeur du Crij met tout en œuvre afin d’éveiller cette jeunesse qui représente la plus grande partie de la population mahoraise. "Quand un jeune vient au Crij, ou dans un espace qui travaille avec le Crij, il doit trouver toutes les informations actualisées", explique Nassor Mohamed. "Dans le domaine de l'emploi, de la formation, de la santé, de la citoyenneté et de la mobilité". Le directeur accorde une place particulière aux animations d'ateliers thématiques à travers lesquels

Rebondir sur les données sociales alarmantes Tantôt en Petite-Terre, tantôt en Grande-terre, une des raisons pour lesquelles Nassor Mohamed se consacre depuis 2003 à la jeunesse reste la situation sociale préoccupante du 101ème département français. Avec 43% de jeunes de moins de trente ans au chômage selon l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) l'année précédente et 84% de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, Nassor Mohamed s’est interrogé sur l’instruction véhiculée à cette jeune population afin qu’elle puisse s'en sortir quand l'illettrisme prime et quand la mobilité de cette dernière est très réduite.

14 Mayotte Hebdo N° 854 • 21/09/2018 • www.mayottehebdo.com


Mon endroit favori

"Labattoir. J'y suis né, j'ai été éduqué là-bas, je vis là-bas. C'est la maison. Il y a cette notion de tranquillité. En plus, il y a plus de sécurité en Petite-Terre je trouve".

mon meilleur souvenir à Mayotte "L'inscription de Mayotte dans la Constitution en 2003. C'était à l'époque de Jacques Chirac. Ce jour-là, j'ai ressenti la sécurité. Enfin, le projet que nos aïeux avaient conduit aboutissait. J'ai vraiment plus été marqué par cette inscription que par la départementalisation".

ma photo marquante

"C'était en 2006, à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle à Paris. Je revenais de mon premier séminaire au sujet de l'Information jeunesse, organisé par le Centre d'information et de documentation jeunesse de Paris. Le séminaire était enrichissant, il a eu comme impact le développement des Projets initiative jeune à Mayotte".

ma bonne idée pour Mayotte

Des projets en perspective Actuellement, Nassor Mohamed travaille sur un projet qui lui tient particulièrement à cœur : la création d'espaces numériques. Un projet ambitieux qui joue le rôle de relais intercommunal. "Tout le département est éligible, tous les quartiers sont prioritaires. Tout Mayotte est visée", fait remarquer celui qui a d'abord ciblé cinq communes stratégiques, souhaitant toucher déjà une bonne tranche de 50 000 jeunes, via ce projet. Ainsi, Sada, Bouéni, Pamandzi, Kani-Kéli et M'tsamboro seront sollicitées."Les Mahorais doivent comprendre qu'on ne peut pas travailler chacun dans son coin. On doit trouver une synergie et mutualiser les efforts", rajoute-t-il. D'où ce projet de maillage de l'Information jeunesse sur tout le territoire. Un projet d'envergure qui proposerait même un bus "Forum des métiers" pour lutter contre l'oisiveté car "c'est à ce niveau que tout est bloqué". Dès lors, des actions de découverte des métiers se mettraient en place, avec tous les partenaires du Crij. Sur le long terme, Nassor Mohamed souhaiterait étendre les espaces numériques dans les 17 communes de l'île.

"Réussir le vivre-ensemble à travers les échanges entre communautés. Il faut mettre l'accent sur les actions communes, mutualiser des idées et des efforts. Développer des espaces où les gens peuvent aller se ressourcer ensemble. Cela implique aussi toute la notion de tolérance. Accepter l'autre".

Journée de l'engagement et du bénévolat En étroite collaboration avec la Direction de la jeunesse, des sports, et de la cohésion sociale et ses partenaires, le Crij organise la journée de l'engagement et du bénévolat mercredi 17 octobre à la Maison de la jeunesse de Mamoudzou. Des jeunes en service civique ainsi que des structures d'accueil seront présents pour témoigner de leurs expériences. "Cette journée citoyenne vise à promouvoir et à faire partager les valeurs de l'engagement et des actions bénévoles en direction des jeunes" a expliqué le directeur du Crij. Des organismes de formation et d'insertion des jeunes sont associés à cet évènement, ils présenteront au public leurs différentes prestations.

www.mayottehebdo.com • 21/09/2018 • Mayotte Hebdo N° 854 • 15


le dos sier le dossier Geoffroy Vauthier

brique de terre comprimée

La terre mère Bien que tombée en désuétude à partir du milieu des années 1990, elle est encore visible de partout à travers l'île. De la place Mariage à Mamoudzou aux centaines de cases SIM qu'il reste sur le territoire, en passant par de nombreux bâtiments publics, la brique de terre comprimée est étroitement liée au développement de l'île et à la modernisation de son habitat. Une brique qui vient d'obtenir une certification nationale. Elle pourra désormais être utilisée comme n'importe quel autre matériau de construction. Retour sur une production locale qui a façonné le nouveau visage de Mayotte, et zoom sur ses apports pour demain.

C

'est une histoire qui commence par une volonté née à la fin des années 1970 : améliorer la qualité de l'habitat mahorais. Jusque dans les années 1980 en effet, ce dernier, essentiellement constitué d'habitations en torchis, est considéré comme vétuste et insalubre à 98 % selon les normes de confort et d'hygiène européennes. Quelque 140 années de présence française à Mayotte ne se sont pas traduites, encore, par une amélioration du niveau de vie. En parallèle, la déclaration d'indépendance des Comores marque la fin de la présente française sur les trois autres îles. Les fonctionnaires français, alors en poste à Moroni, vont devoir être rapatriés à Mayotte. Problème : l'habitat local est, nous l'avons vu, extrêmement précaire. Il va donc falloir construire. De cette double problématique émerge une décision : la création en 1976 de la Direction de l'équipement, suivie l'année suivante de la Société immobilière de Mayotte. Double objectif :

16 Mayotte Hebdo N° 854 • 21/09/2018 • www.mayottehebdo.com

développer l'habitat locatif pour les fonctionnaires arrivants à Mayotte, et mettre en place le programme "habitat social", pour moderniser l'habitat mahorais. Mais pour ce faire, il faut des matériaux. Alors, puisque Mayotte en ce temps-là est encore isolée du monde, c'est sur place qu'il faudra les trouver. Et même les inventer. Vincent Liétar, architecte et directeur de projets à la SIM, membre du programme habitat social, et acteur de l'association Art Terre, créée pour emmener la brique de terre compressée (BTC) vers une certification, s'en rappelle : "Il faut s'imaginer qu'en 1978, lorsque le programme habitat social est engagé, il n'y a à Mayotte que très peu de matériaux disponibles. Nous utilisons le sable naturel, car il n'y a aucune carrière de concassage. En outre, le port n'existe pas encore : on importe du ciment, et celui-ci est déchargé sac par sac sur la tête des dockers. Les routes n'étaient pas les mêmes non plus pour alimenter l'île en matériaux. Il fallait donc trouver comment construire rapidement et en masse, trouver une alternative


au ciment." La brique de terre comprimée (BTC) allait naitre de ces contraintes, et non "parce que des architectes trouvaient que cela faisait joli", rigole-t-il, en poursuivant "c'était le plus logique à mettre en œuvre, le résultat d'une analyse de ce qui était disponible." Pour lancer la filière, la SIM achète quelques presses aux Comores, puis 32 autres, manuelles, en Belgique. Elles sont réparties à travers Mayotte, pour pallier aux contraintes de déplacement d'alors : "Nous produisions à proximité des chantiers", précise l'architecte.

La locomotive du développement Dans son ouvrage Mayotte, filière de blocs de terre comprimée, typologie des éléments et systèmes constructifs, le CRAterre, centre international de la construction en terre de Grenoble, organisme référence en matière d'architecture en terre, écrit "La filière BTC a été lancée à Mayotte entre 1979 et 1982. Vingt carrières et un ensemble de 19 briqueteries furent installés progressivement

sur l'île. La mise en route d'une production de BTC allait être le levier historique du développement de la construction à Mayotte." Et de poursuivre : "L'exploitation des carrières, l'activité de production des briqueteries, l'utilisation de la BTC sur tous les chantiers d'habitat social et locatif de la Société immobilière de Mayotte (SIM), et très vite pour la réalisation de bâtiments publics, ont contribué à mettre une véritable petite "industrie" locale, productrice et redistributrice de richesses." Les chiffres, durant l'âge d'or de la BTC, parlent d'ailleurs d'euxmêmes : 35 millions de briques posées, un million de mètres carrés de murs en briques érigés, 10 000 logements sociaux, 1 600 logements locatifs, sans compter les bâtiments publics et commerces, et trois-millions de briques produites par an en moyenne. En somme : une filière porteuse. "Ce matériau n'a pas été lié qu'au programme d'habitat social, il concernait aussi le logement locatif. Chaque presse faisait travailler quatre personnes, et la filière entière mobilisait plusieurs centaines d'artisans et leur

www.mayottehebdo.com • 21/09/2018 • Mayotte Hebdo N° 854 • 17


dossier autorités et, en 2013, le préfet d'alors accorde à Art Terre une subvention de 63 000 euros. Toujours en partenariat avec le CRAterre, qui apporte son expertise technique, le processus est lancé. Dix ans plus tard, l'an dernier donc, l'association transmet officiellement au CSTB un document d'une centaine de pages destiné à devenir la norme de référence et, en parallèle, la BTC doit passer un test de résistance au feu. Chose faîte et réussie. Cette petite brique de terre compressée, née de la volonté de quelques hommes de développer rapidement l'habitat de Mayotte, il y a à peine un peu plus de trente ans, est désormais un matériau reconnu est normé. De quoi espérer un retour prochain sur le devant de la scène. C'est en tout cas ce que pense Vincent Liétar, pour qui la question de la difficulté de construire en masse est toujours là,

savoir-faire", précise Vincent Liétar. Un succès qui ne l'empêchera pourtant pas de tomber en désuétude après avoir été au centre de toute une activité. Au milieu des années 1990 en effet, la BTC est oubliée. Les spécialistes de la construction en terre à Mayotte évoquent trois raisons : les Mahorais préfèrent désormais se tourner vers le béton, supposé plus moderne et solide ; la BTC nécessite plus de main-d’œuvre pour ériger un mur, et revient donc plus cher que le béton, même si le mur a proprement parler revient moins cher en BTC ; et la législation qui entre en vigueur à Mayotte dans les années 1990. Cette dernière impose en effet une certification des matériaux employés pour les bâtiments publics : la brique de terre compressée doit être "normalisée" afin que les assureurs suivent.

Une longue attente Là débutent les longues démarches pour obtenir une certification pour la BTC. Ce travail commence en 1998 lorsque la SIM et la Direction de l'équipement, soutenues par le CRAterre, accueillent des experts du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB). Objectif : observer et contrôler les bâtiments existants pour normaliser une brique qui pourrait, à terme, être exploitable comme n'importe quel autre matériau. Une première norme expérimentale est ainsi accordée trois ans plus tard, en 2001 et définit les caractéristiques des blocs de terres comprimée destinés à la réalisation des murs et des cloisons. Un premier pas, qui en reste toutefois là, puisque les règles professionnelles et les Documents techniques unifiés (DTU) – qui définissent le mode d'emploi pour chaque matériau et permettent de garantir la solidité de la construction – n'existent pas encore. En 2007, avec la création de l'association Art Terre, la certification redevient un objectif. En son sein, une trentaine de spécialistes – ingénieurs, artisans, architectes, maitres d'ouvrages, etc. – œuvrent en ce sens. Le projet convainc les

18 Mayotte Hebdo N° 854 • 21/09/2018 • www.mayottehebdo.com


Un savoir faire mahorais

• Extraction de la terre d'une carrière • Séchage par épandage en couches minces ou en cyclone à air chaud • Broyage pour désagréger les concrétions d'argile • Tamisage pour éliminer les éléments indésirables • Dosage sec de la terre en poids ou en volume en vue de son mélange avec l'eau et/ou le stabilisant • Mélange sec pour un maximum d'efficacité du stabilisant en poudre • Mélange humide après ajout de l'eau par aspersion • Réaction pendant le temps de retenue variable selon la nature du stabilisant • Dosage de la quantité du mélange pour une densité optimale du bloc • Pressage du mélange • Démoulage du bloc • Cure humide d'une durée variable selon le climat et la nature du stabilisant • Séchage • Stockage

malgré des besoins réels. "Confier un projet à une grande entreprise prend du temps à mettre en place, deux ou trois ans, explique-t-il. Alors qu'une fois le foncier trouvé, cela peut aller très vite avec des artisans et leur savoir-faire en la matière. Nous n'allons pas nous arrêter à un document obtenu, nous allons essayer d'en faire une filière pour laquelle l'artisan est tout désigné, plus que de grandes structures. Loin d'opposer les uns aux autres, il y a de la place pour tous. Cela ne prendra la place de personne." Et de conclure : "Avec cette norme, si de grands projets d'équipements s'appuient sur la BTC, nous pouvons avoir confiance en la création d'un modèle viable, adapté à l'économie d'aujourd'hui et permettant aux artisans et entreprises locales de prendre leur place." Un succès possible donc, pour un intérêt réel. Et c'est sans compter sur ses avantages indéniables : à l'heure du développement durable, elle permet de revenir à un matériau produit localement, avec des ressources elle aussi locales, et est parfaitement adaptée aux conditions climatiques tropicales, permettant une bonne régulation thermique des habitations. Ce n'est pas pour rien que des entreprises d'Afrique, de métropole, et de Guyane, ont déjà demandé le droit d'utiliser la BTC. "C'est une vraie occasion pour Mayotte de montrer qu'elle n'est pas toujours en fin de convoi, et qu'elle peut participer largement à la démarche de construction adapté de notre époque", se réjouit l'architecte. En attendant, le vice-rectorat et la SIM ont déjà intégré cette filière dans leur programmation. Un gage de soutien à une production 100 % mahoraise.

www.mayottehebdo.com • 21/09/2018 • Mayotte Hebdo N° 854 • 19


dossier Fayadhuiddine Maanli, membre de l'association Art Terre et ancien responsable qualité à la SIM

"Une contribution scientifique nationale"

Une brique de terre comprimée désormais certifiée comme matériau de construction, c'est un vrai plus pour Mayotte. Mais c'est aussi grâce au travail de l'association Art Terre, qui a porté la démarche. Parmi ses membres, Fayadhuiddine Maanli, ancien responsable qualité à la SIM, et fin connaisseur de la BTC. Mayotte Hebdo : La brique de terre comprimée vient d'obtenir la certification Atex*, dernière étape d'un long processus de certification. À quel moment l'idée de "normer" la BTC est-elle venue ? Fayadhuiddine Maanli : L'idée remonte aux années 1990, avec le CRAterre et le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), pour qui la BTC était quelque chose d'important, d'innovant, et qui était une des solutions au problème de l'habitat des sans-abris à travers le monde. C'est quelque chose qui concerne l'humanité. Et puis, cela a pris de l'ampleur avec le succès du programme habitat des années 1980, qui a été reconnu comme une réussite. Les organismes qui ont travaillé avec nous, le CRAterre et le CSTB, ont émis l'idée qu'il serait

20 Mayotte Hebdo N° 854 • 21/09/2018 • www.mayottehebdo.com

bon que l'expérience de Mayotte soit partagée. MH : Qu'y avait-il de si nouveau dans cette brique ? FM : Mayotte a construit ses premières maisons en terre, en torchis. La brique a ensuite apporté une certaine modernité esthétique, mais surtout technique. Cette brique est un choix qui a été fait pour répondre au besoin urgent de loger les habitants de manière satisfaisante, en répondant au mieux aux règles sanitaires et de salubrité. Les premières expériences menées alors ont montré que ce matériau produit avec une ressource locale, la terre, était un exemple de réussite car il avait été accepté par les habitants. Voilà ce qui a encouragé les experts à aller plus loin. Sa facilité de fabrication, et le fait que la ressource terre était présente de partout. Et puis rapidement on s'est rendu compte que l'emploi de cette brique permettait de faire des économies de matériaux importés, comme le ciment, le métal, et même le bois. Avec la BTC on a en effet réussi à faire des ouvrages de franchissement tels que des chainages, en utilisant les techniques anciennes d'arcs et de voutes. Cela représentait une économie importante d'utiliser des


ressources locales. MH : Quelles ont été les étapes et difficultés pour obtenir cette certification ? FM : Au début des années 1980, après la construction des premières maisons en BTC, Mayotte a connu un cyclone important et une tempête tropicale: Kamisy en 1984, puis Feliksa l'année suivante. La tenue des habitations en BTC a été honorable, et cela a permis certaines corrections et améliorations dans leur conception. À partir de là, une série d'expérimentations et de tests ont eu lieu, avec différentes techniques de mise en œuvre pour trouver la meilleure formule d'utilisation. Nous en avons tiré des constats, et le CSTB a émis des avis. En 1992 notamment, il a écrit qu'il serait souhaitable qu'il y ait un centre de recherche sur la filière de matériaux, notamment la brique, à Mayotte. Compte tenu de la tenue des ouvrages face aux cyclones, et aussi au tremblement de terre de 1993, ils ont recommandé de faire de la BTC un matériau de référence nationale normé, certifié comme matériau de construction. C'est là que les démarches ont commencé avec les premiers partenaires convaincus du projet : la SIM évidemment, la chambre professionnelle, qui correspondait à l'époque au regroupement de toutes les chambres consulaires qu'il y a aujourd'hui, la Confédération de l'artisanat, etc. Ils ont validé l'idée que ce produit devait être normé et reconnu au niveau national. Le CRAterre, qui a soutenu et accompagné tout ce réseau pour que la normalisation soit inscrite dans le programme de l'Association française de normalisation, était là pour que la démarche soit portée au niveau national. C'était dans les années 1990, et cela a vraiment commencé en 1997 et 1998. MH : Il a fallu trouver ensuite une formule précise et actée… FM : Il s'agissait de faire avancer l'état de l'art (état des connaissances dans un domaine donné, NDLR). Le constat de la tenue des ouvrages en BTC après Kamisy, Feliksa, et un tremblement de terre, a montré que la BTC était un matériau fiable. Parallèlement, la SIM avait mis en place un laboratoire de contrôle des matériaux, avec des tests sur la qualité des produits. Ce laboratoire s'est intéressé aux terres utilisées, a étudié lesquelles étaient les meilleures, tout comme les mélanges à faire, pour avoir une résistance optimale. Il fallait créer la meilleure formule. Tous ces éléments ont convergé vers la nécessité de reconnaitre le travail mené à Mayotte et de l'intégrer aux problèmes plus vastes posés à l'échelle de l'humanité : celui du logement des plus pauvres. Cela a été acté en 1998. De là a été lancée la démarche pour la normalisation de la BTC. D'abord, il y a eu une première norme : la norme brique, qui reconnait le produit comme tel en octobre 2001. Ensuite, la question a été de savoir comment mettre en œuvre ce produit au mieux. Cela a nécessité des études. Chaque technique a ses règles, la question s'est donc posée aussi pour la brique. Il a aussi fallu aborder l'étanchéité, la résistance au feu, et même son aspect thermique. D'ailleurs sur ce dernier point, il a été ainsi prouvé que la brique répond aux attentes de confort thermique dans les logements.

MH : La brique de Mayotte peut-elle encore avoir du succès ? FM : Le parpaing et le béton ont toujours été là. Ils sont devenus les matériaux modernes dans l'esprit des gens. La brique, même si c'est un élément historique, a elle aussi quelque chose de nouveau. Il fallait prouver ses capacités et vertus pour qu'elle soit considérée comme matériau normal, d'autant que dans les années 1990, les assureurs voulaient pouvoir s'appuyer sur une règlementation pour concevoir des logements. Il était nécessaire de permettre aux concepteurs, prescripteurs, et assureurs de considérer que c'est un matériau noble et aussi bon que les autres. Un cadre "législatif" devait être mis en place. C'est chose faite. Maintenant, cela dépend des personnes qui portent des projets de construction. Mais en tout cas, personne ne pourra dire que c'est un matériau mal connu. C'est désormais un vrai matériau, décrit, avec une mise en œuvre détaillée. C'est désormais au choix des maîtres d'ouvrage. MH : Il y a déjà du positif puisque la SIM et le vice-rectorat ont déjà intégré la BTC dans leur programmation… FM : C'est très positif. Le vice rectorat a toujours été un modèle de modernité sur ce point-là. La plupart des écoles primaires et maternelles construites dans les années 1990 ont été faites en briques. Il continue d'être sans cette logique. Avec ces normes désormais acquises, des bâtiments importants vont pouvoir l'intégrer sereinement et pleinement. MH : Dans les années 1980, la BTC a été la locomotive d'une filière économique et de formation. Peut-on imaginer que cela soit de nouveau le cas ? FM : La BTC a fait ses preuves et a joué son rôle, que ce soit en termes d'utilisation ou de la formation des artisans. C'est de l'art, et il faut savoir le faire. Trente après, donc, je crois que la BTC peut de nouveau avoir un poids dans le développement de Mayotte. Cela demandera toutefois une intelligence collective et une nouvelle approche économique et environnementale. Le début d'un travail de fond pour l'innovation, pour la formation, n'est pas commencé, mais il va falloir former des gens à des techniques de construction avec les matériaux que l'on a sous les pieds. Par ailleurs, je pense que très prochainement, Madagascar et l'Afrique de l'Est s'y intéresseront. Mayotte peut rayonner et apporter des réponses aux soucis qui se posent ailleurs. La chambre des métiers et de l'artisanat de Mayotte a entamé des démarches d'ouverture à travers la région. Elles portent le travail de l'association et l'exemplarité de ce que la SIM a su faire dans ses programmes, pour vulgariser dans la région l'emploi de ce matériau. Ce qui est derrière la BTC, c'est la confiance des pays en leurs matériaux locaux. Et c'est en grande partie grâce à l'audace de Mayotte dans ce domaine-là. Dans 20 ans, on parlera de Mayotte au Burkina, en Indonésie, à Madagascar, et cela sera grâce à la BTC. J'espère que le lycée de Dzoumogné demeurera, comme la Maison des associations à Cavani, et les bureaux de la préfecture à Mamoudzou. Ce sont des témoignages des années 1980, de ce qui a été fait. Cela doit devenir des ouvrages de référence pour les étudiants et les chercheurs, à la fois dans l'architecture et l'ingénierie. L'exemple de Mayotte est une contribution scientifique nationale.

www.mayottehebdo.com • 21/09/2018 • Mayotte Hebdo N° 854 • 21


Publi-rédactionnel

LES RENCONTRES DU RÉSEAU RURAL DE MAYOTTE Pour cette nouvelle rentrée du Réseau rural, une rencontre organisée avec l’ASP/L’Agence de services et de paiement sur le thème « Les cessions de créances applicables dans le cadre du Programme de Développement Rural » a été animée le 29 août 2018 au Lycée Agricole de Coconi. De nombreux acteurs et porteurs de projet ont participé et exposé leurs problématiques et leurs questions concernant les différents types de créances et leur fonctionnement, les principes de l’aide et de la réglementation du FEADER et ont pu bénéficier de conseils et d’informations des experts lors de cette matinée.

PARLONS FEADER L’Europe et les Fonds Européens présents au Salon du tourisme 2018 Le vendredi 21 et samedi 22 septembre prochain, les représentants du Pôle des AffairesEuropéennes de la préfecture et du Service Europe et Programmation de la DAAF, serontprésents sur leur stand Europe à l’entrée du salon,

pour vous parler des fonds Européens et plus spécifiquement ceux qui cofinancent des projets "touristiques ou agritouristiques". De nombreuses animations sur lestand mettront les fonds européens dont le FEADER à l’honneur.

La Consultation Citoyenne, journée du 4 octobre 2018 : la parole est aux Mahorais(es) Dans le cadre de la Consultation Citoyenne, l’Europe donne la parole aux citoyens des 27 pays pour qu’ils s’engagent, débattent et proposent leur vision de l’Europe. À Mayotte, cette consultation organisée par le Pôle des affaires Européennes de la préfecture se tiendra le jeudi 4 octobre à l’hémicycle du Conseil Départemental, en présence de collégiens, d’élus et du grand public. Attention le nombre de places sera limité, si vous voulez y participer il faudra vous inscrire via une plateforme dédiée. A l’appui de cette journée, une campagne médiatique diffusée sur les médias locaux présentera des portraits de bénéficiaires des différents fonds européens.

Le mardi 4 septembre 2018 Le RITA Mayotte a organisé pour la première fois une "JournéeRITA Junior", dédiée au transfert des innovations vers les futurs professionnels de l’agricultureque seront les apprenants du lycée agricole de Coconi. Les étudiants ont suivi des parcoursd’ateliers, adaptés selon leur spécialité, sur les thématiques du RITA.


Publi-rédactionnel

FOCUS ACTEUR DU PDR : REDUIRE ET AMELIORER L’UTILISATION DES PESTICIDES A MAYOTTE : LE PLAN ECOPHYTO, TOUS CONCERNES ! Les pesticides et autres produits phytosanitaires utilisés en agriculture pour lutter contre les maladies et ravageurs des cultures peuvent constituer un danger pour les producteurs et consommateurs de fruits et légumes si les conditions réglementaires d’utilisation ne sont pas respectées. Le plan national Ecophyto vise à réduire et améliorer l’utilisation des produits phytosanitaires. Déployé à Mayotte depuis 2014, il permet la diffusion de bonnes pratiques

agricoles et la surveillance biologique du territoire. il anticipe les menaces de maladies et ravageurs des cultures et met en avant des moyens de lutte alternatifs aux pesticides. Une attention particulière est aussi portée sur la santé des Mahorais "du producteur au consommateur", avec une campagne de communication grand public prévue pour début Octobre prochain en collaboration avec l’ARS (agence régionale de santé).


Un nouvel opérateur téléphonique à Mayotte

Cherchant à se faire une petite place au soleil parmi les trois géants de la téléphonie mobile à Mayotte, un nouvel opérateur, Maoré Mobile, a débarqué en début de semaine. Une aventure menée par quatre "techos" qui "aiment le challenge" et qui ont à cœur de proposer aux Mahorais une offre mobile plus proche de ce que l’on trouve à Madagascar, aux Comores et dans d’autres pays d’Afrique. Explications. À contre-courant de la métropole et de ses marchés saturés, Mayotte fait encore figure d’Eldorado pour qui n’a pas froid aux yeux et souhaite s’investir dans un projet de développement. Notamment dans la téléphonie mobile et ce, malgré la présence des trois géants Orange, SFR et Only. En effet, alors qu’en France hexagonale, il devient quasiment impossible d’obtenir une licence d’exploitation de bandes de fréquences par l’Arcep en raison du spectre encombré, il reste de la place à Mayotte pour accueillir de nouveaux opérateurs. Il n’en fallait pas plus à quatre "techos" (techniciens en langage geek) motivés de l’opérateur de téléphonie français BJT Partners pour se lancer dans un sacré challenge : créer un nouveau réseau mobile sur le 101ème département français en lançant "Maoré mobile", la société qui l’exploitera et qui est implantée à Mayotte "afin de participer au tissu économique local". D’abord enthousiasmés par le défi technique, les quatre hommes se sont ensuite passionnés pour la topographie mahoraise, véritable gageure en termes de couverture, et les spécificités culturelles de l’île. Ainsi, après sept années "de boulot, de recherches et de développement" et après avoir échangé avec les différents acteurs économiques et la population, l’équipe de Maoré Mobile a calqué son offre de téléphonie sur ce qui se fait dans la plupart des pays africains. "Les forfaits, à Mayotte, ne

24 Mayotte Hebdo N° 854 • 21/09/2018 • www.mayottehebdo.com

sont pas adaptés aux modes de consommation locale", estime le directeur adjoint de BJT, notamment vis-à-vis des importants volumes de consommation constatés et de la flexibilité désirée par les clients. Ainsi, Maoré Mobile mise par exemple sur les transferts de crédit avec les proches et la famille, une pratique très répandue dans les pays limitrophes, et sur la non-péremption du crédit prépayé. Aucun abonnement ne sera proposé mais les prix des crédits se veulent attractifs, avec 5 cts / min pour la voix et 3 cts le SMS (vers Mayotte, la métropole et les DOM). "Nous sommes un peu moins chers [que les autres] (…) mais il n’est pas question de déréguler le marché : les autres sont plus gros que nous, ils peuvent riposter", admet un des membres de l’équipe.

Penser local

Le nouvel opérateur met un point d’honneur à travailler avec des prestataires locaux, notamment pour le génie civil. En outre, il compte embaucher pour son service clients des shimaorophones et des kibushiphones – toutes les opérations s’effectuant par téléphone. Les recharges, quant à elles, s’achèteront au sein d’un réseau d’une cinquantaine de doukas, amené à s’agrandir. Seuls bémols : la couverture du réseau, pas encore optimale et qui n’est pas présente dans certaines zones comme le Grand Sud, en raison de la topographie. Mais des installations sont en cours, promet l’équipe, notamment à Vahibé, Combani et Bouyouni (la carte de couverture est disponible sur www. monreseaumobile.fr, même si elle ne prend pas en compte les dernières améliorations du réseau, explique Maoré Mobile). Seconde réserve : l’absence, pour le moment, de la data, absence qui devrait être comblée l’année prochaine puisque Maoré Mobile compte proposer à terme la 4G, d’ores et déjà en phase de test sur des sites pilotes. [[O.La


Portrait d'entreprise Ngadza Tour en pôle position Ngadza Tour en pratique 0639 29 56 57 ngadzatour@yahoo.com

Mathieu Baron et des jeunes participants

5, 4, 3, 2, 1 partez ! Depuis le mois de mai, Ngadza Tour a lancé son activité dédiée à l’animation pour tous. L’activité phare de cette nouvelle entreprise mahoraise ? Le karting à pédales, avec des véhicules destinés aux enfants de trois à huit ans, et d’autres pour les enfants de plus de neuf ans. Ce deuxième modèle permet de porter une charge de 120 kg maximum, avec par exemple papa ou maman et leur pitchoun de moins de 30 kg. Mathieu Baron est le gérant de Ngadza Tour. Âgé de 36 ans, il a déjà plus de dix ans d’expérience dans l’animation jeunesse. Initialement de formation menuisier et ébéniste, avec une expérience de six ans dans le domaine, il décide un jour de changer de voie : "J’ai constaté que le travail était trop industriel et les risques d’accident du travail trop grands, j’ai failli y perdre un doigt", raconte-t-il. Après un court passage à l’armée, il décide de se reconvertir dans l’animation socio-éducative. En 2008, il obtient ainsi le Brevet d'aptitude aux fonctions d'animateur (Bafa), qui lui permet de travailler au sein de Villages vacances partout en France. Afin d’obtenir plus de compétences dans l’animation, il débute une nouvelle formation en 2010 et valide le Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport (BPJEPS), spécialité activités physiques pour tous. Ce diplôme professionnel lui permet de devenir responsable d’un club enfant, dont la capacité d’accueil est de 5 000 personnes, avec une trentaine d’employés sous sa responsabilité. Il voyage également dans d'autres îles françaises : la Martinique, la Guadeloupe, La Réunion, puis, en 2016, c'est sa première rencontre avec Mayotte.

Un tarif unique de trois euros Ce séjour d’une semaine ici l’amène à constater des manques dans le domaine de l’animation. Une idée naît. Il organise alors un deuxième séjour quelques mois plus tard, avec pour objectif de déterminer les animations qui seraient proposées, et la prospection d’un terrain sur lequel Ngadza Tour pourrait s’installer. "Au début je souhaitais louer un terrain et mettre en place un parc de loisirs. Et puis assez rapidement j’ai rencontré des difficultés pour trouver un terrain suivi de quelques contraintes administratives. Afin d’assurer la création de mon entreprise, je me suis rapproché du Cabinet mahorais de conseil qui m’a proposé un accompagnement à la création. J’ai obtenu un prêt d’honneur avec la Chambre de commerce et industrie de Mayotte (CCI) et, pour terminer, la confiance des communes qui m’autorisent à utiliser les espaces publics pour proposer mes animations ", confie le gérant. Le mois de mai 2018 voit le lancement officiel de la course au développement de Ngadza Tour, avec comme activité principale les courses de kartings à pédales. Tout est mis en oeuvre pour se croire dans une vraie course de karting : drapeaux, circuits, mégaphones, etc. Selon son programme annuel, Ngadza Tour se rend dans différentes communes de Mayotte : Mamoudzou, Petite-Terre, Bouéni, Tsimkoura, etc. "Nous avons un tarif unique qui est de trois euros pour dix minutes de course. Nous prenons quelques minutes pour faire le réglage des pédales, expliquer les règles de sécurité, le déroulement de la course, tout cela avec pédagogie. Il est possible de réserver une animation avec Ngadza Tour pour vos évènements associatifs ou privés", détaille le gérant. Ngadza tour emploie une personne à temps plein et annonce que d’autres activités seront proposées en 2019, toujours dans la continuité du divertissement tout public à Mayotte. [[Zamil Mvoulana

www.mayottehebdo.com • 21/09/2018 • Mayotte Hebdo N° 854 • 25


AU CŒUR DE LA CULTURE Littérature, art, musique, cinéma, expositions et bien d'autres rendez-vous sont au programme cette semaine. La rubrique Tounda vous les fait découvrir et vous propose plein d'idées de sorties !

Littérature

L'HISTOIRE DES MAHORAIS DE LA RÉUNION En minorité sur l’île de La Réunion, la population mahoraise est difficilement acceptée parfois même rejetée par les Réunionnais qui ont encore du mal à les comprendre. L’auteur mahorais, Andinani Said Ali livre dans son dernier ouvrage intitulé C’est qui mon voisin ? ses impressions quant à cette intégration encore difficile. Par ZTS

Houdah Madjid

"

Etre mahorais n’est pas négatif", explique Andinani Said Ali. Dans son ouvrage C’est qui mon voisin ? paru aux éditions Jets d'encre, le 1 er septembre dernier, l'auteur mahorais et ancien président de la Maison des Mahorais à La Réunion analyse les causes de l'exclusion de ces derniers et suggère des conseils à la population afin de faciliter son insertion. Andinani Said Ali décrit les origines des nombreuses critiques faites à l’égard des Mahorais et de leur difficulté à s’intégrer dans la société réunionnaise. Il révèle notamment une difficile cohabitation et des relations complexes entretenues par les deux populations voisines. Comme l’intitulé de son œuvre l’indique, il subsiste dans les deux communautés une incompréhension culturelle. "Les Mahorais ne se sentent pas accueillis", souligne- t-il. La population mahoraise qui réside à La Réunion n’est souvent pas "préparée" à un quotidien complètement différent de celui de leur île d'origine. Dans les administrations par exemple "il existe une forme de discrimination justifiée", explique l'auteur qui regrette le manque d’effort de compréhension et d’accompagnement des Mahorais qui font face à un "blocage" des Réunionnais. "Quand on est à Rome, il faut se conduire comme un Romain". Andinani Said Ali conseille aux Mahorais de se "renseigner avant de partir à La Réunion. Les mahorais doivent faire un effort d’adaptation". Car selon lui, c’est face à ce blocage de la part des Réunionnais que la

population mahoraise a tendance à garder une attitude distinctive de part leur "comportement dans les lieux publics ou la langue shimaoré". Andinani Said Ali a notamment livré ses motivations déclarant qu’il a écrit

son essai dans l’espoir "d'éclairer tant les Mahorais que les Réunionnais" sur la problématique de cette non intégration de la population mahoraise à La Réunion. <

EXTRAIT DU LIVRE "Mais il reste encore beaucoup de Réunionnais qui ont du mal à accepter les Mahorais. En effet, ils comprennent mal certains de leurs comportements, comme la pratique de leur religion, leurs habitudes vestimentaires, voire même leur nourriture ; ils prétendent par ailleurs que nombre d’entre eux ne font aucun effort pour s’intégrer et s’adapter aux manières réunionnaises et qu’ils n’ont pas d’hygiène. On les accuse en fait de la plupart des maux de la société réunionnaise. On les considère même, dans certaines administrations, comme des étrangers ou des Français vraiment très à part." Ouvrage disponible notamment sur jetsdencre.fr.

26 Mayotte Hebdo N° 854 • 21/09/2018 • www.mayottehebdo.com


Musique

LE COUP DE GUEULE DE SAKIS BOMZE Après le fiasco de la première édition du Festival de Mayotte qui s'est tenue du 31 août au 8 septembre derniers, le producteur mahorais connu sous le nom de Sakis Bomze a tenu à prodiguer des conseils pour de prochaines éditions sous de meilleures auspices. Par HM

C

'est d'abord outré, puis exaspéré que Sakis Bomze apprend la nouvelle de l'échec du premier Festival de Mayotte. "J'ai appris très tard, qu'il y aurait un nouveau festival à Mayotte, pourtant je suis tous les jours l'actualité de l'île", regrette le producteur qui pointe du doigt le manque de communication de l'événement. D'emblée et bien en amont, une organisation complète aurait dû être établie, commente-t-il en entrant dans le vif du sujet. À titre de rappel, parmi les couacs du Festival de Mayotte, ateliers et concerts ont été supprimés. "C'est l'homme qui fait l'homme", rappelle le producteur qui fait référence aux grands artistes américains qui ont pris sous leur aile les étoiles montantes et en ont fait des artistes accomplis mondialement connus. À l'instar de "Dr Dre qui a formé Eminem, Eminem a formé 50 Cent à son tour" et ainsi de suite. Sakis Bomze souhaiterait la même chose pour l'île aux parfums et ses artistes. "Il faut former un jeune de la nouvelle génération mahoraise". L'encadrer afin qu'il puisse lui-aussi prendre son envol et porter au plus loin la culture mahoraise. Sakis Bomze réitère, "proposer un festival c'est valoriser les talents de Mayotte. Un festival sert à mettre en avant les artistes. Je voulais voir Rekman Seller en tête d'affiche par exemple. Il fait des millions de vues sur internet et a également une bonne audience en métropole". Pour le bon déroulé d'un festival de musique, le producteur évoque "deux plateaux". Une tête d'affiche urbaine et une tête d'affiche traditionnelle. "C'est ce que veut le public aujourd'hui".

DROITS ET CACHETS DES ARTISTES "Pourquoi à Mayotte, on ne parvient pas à maîtriser un festival ?" s'interroge Sakis Bomze. "À La Réunion, les festivals sont bouclés un an à l'avance, les artistes ont déjà été sélectionnés avec les contrats signés". Il le rappelle, le cachet des artistes est stipulé dans le contrat. Ces derniers ne viennent pas à Mayotte car au moment de la signature un acompte doit être versé. Si ce n'est pas le cas, l'artiste ne prendra pas la peine

de se déplacer au risque de perdre des dates de concert ailleurs. "Cela se produit trop souvent à Mayotte" déplore-t-il faisant notamment référence au groupe Kassav' mais aussi au chanteur jamaïcain Sean Paul qui avait-lui aussi décliner l'offre du Département, qui n'avait pas versé son acompte. "Plusieurs étapes sont à franchir avant de faire venir un artiste à Mayotte." Sakis Bomze en profite pour rappeler également les droits des artistes mahorais notamment via le principe de la répartition des droits d'auteur de la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem).

"Les morceaux passés à la radio sont payants par exemple. Les artistes mahorais ne le savent pas toujours, ils ne passent pas par la Sacem". Avec plus de 15 années d'expérience à son actif, le producteur d'artistes mahorais -reconnus en métropole et passant sur les ondes et télévisions nationales urbaines-, se déclare prêt à collaborer avec les organisateurs d'événements culturels à Mayotte, afin de mettre en lumière les artistes mahorais émergents. "Je ne veux pas que les gens disent que je veux en profiter. Je veux juste aider les artistes mahorais qui sont plus sollicités à La Réunion et en métropole que chez eux". <

www.mayottehebdo.com • 21/09/2018 • Mayotte Hebdo N° 854 • 27


AGENDA des-tortues-2018/

La 7ème édition du salon du Tourisme et des loisirs se tiendra place de la République.

Tous les troisièmes dimanches du mois

Samedi 22 septembre Inauguration de Banga Parc, anciennement Banga Latrou à Tsimkoura, à Chirongui. Petit voulé et jus traditionnels seront proposés. réservation auprès de Jacuse au 06 39 22 31 37. Plus d'infos sur Facebook : facebook.com/ jc.halidi.509 Samedi 22 septembre Sorties avec les Naturalistes "Les petits naturalistes" au Lac dziani avec Agnès et Odile. Inscription à l'adresse mail suivante : petits. naturalistes@orange.fr Pour s'inscrire aux sorties des Naturalistes Il faut adhérer à l'association (cotisation annuelle de 10 €), contacter uniquement par mail l'accompagnateur. Le tarif de base est de 4 euros. À cela peut s'ajouter le prix des prestations extérieures (repas, kayak, bateau...) Vendredi 28 septembre Agenda culturel du CUFR Conférence avec l'artiste musicien, Dj et producteur connu sous le nom de Poirier, à 12h30 au CUFR. Le thème de la conférence est le suivant : Peut-on vivre de son art ? Programme cinéma avec Ciné Musafiri Coco sera diffusé samedi 22 septembre au plateau polyvalent de Chirongui à 19h30. Il a déjà tes yeux sera diffusé samedi 29 septembre au plateau polyvalent de Tsimkoura à 19h30. Samedi 6 octobre Run des tortues 2018 en Petite-Terre. Organisé par le Club sportif et de loisirs de la gendarmerie de Mayotte. Départ et arrivée sur l'esplanade du stade de Pamandzi. Plus d'informations et inscriptions sur le site suivant : https:// www.sportpro.re/cours…/00775-trail-

Cours de Salsa, bachata et kizomba.15h00 : initiation salsa tous les niveaux ,15h30 : initiation bachata tous les niveaux, 16h : initiation kizomba tous les niveaux. Pratique : de 16h30 à 19h. Lieu : le M'haju à Bandrélé. Renseignements et inscriptions : 06 39 29 82 78/ 06 39 22 75 34. Du lundi au Mardi Cours de salsa cubaine avec Swag cordanse de 18h 00 à 21h00. Infoline : 06 39 20 52 53/06 39 29 82 78 Lieu : Koropa Du Mercredi au dimanche La base nautique et école de voile de Trangavoile rouvre ses portes à Mtsangabeach. Trangavoile reprend ses activités du mercredi au dimanche de 8h00 à 17h00, à la plage de M'tsangabeach à Sada. Contact : 06 39 27 47 05. Plus d'infos sur Facebook : Trangavoile976 Tous les mercredis Soirée Karaoké de 19h à 00h. Restauration Le Mahazatra à Passamainty."Les jeudis en folie" avec soirée dansante. Ambiance assurée par Tiffany & DJ Shogoun. Infos et réservation au 06.39.19.96.91 Cours de salsa cubaine avec Swag cordanse de 18h 00 à 20h00. Infoline : 06 39 20 52 53/06 39 29 82 78. Lieu : Bibliothèque de Pamandzi. Tous les vendredis et dimanches Tous les vendredis de 16 h 30 à 18h et tous les dimanches de 9h à 10h30. Cours de Hatha Yoga à Combani, ouverts à toutes et à tous, quelle que soit votre expérience. La discipline du Yoga demande de la régularité pour en ressentir les bienfaits. Les pratiques proposées postures de Yoga, respiration consciente et pranayama agissent aussi bien sur le plan physique, physiologique que sur le plan du "lâcher prise". Pour plus d'informations : 06 39 01 38 95. Tous les vendredis Cours de salsa cubaine au Moya avec

28 Mayotte Hebdo N° 854 • 21/09/2018 • www.mayottehebdo.com

Swag cordanse. Débutants, de 18h30 à 19h30, et les intermédiaires de 19h30 à 20h30. Dès 20h30 à 23h00 soirée latino. Infoline : 06 39 20 52 53/06 39 29 82 78

VEND. 21 SEPTEMBRE 2018 j 02:28 k 08:26 j 14:38 k 20:58 2.77m 1.35m 3.05m 1.14m

SAM. 22 SEPTEMBRE 2018

Tous les dimanches

j 03:04 k 09:03 j 15:13 k 21:27 3.02m 1.10m 3.27m 0.92m

« BRUNCH » au Gîte du Mont Combani de 9h00 à 12h00. Plus d’infos : 06.39.69.37.04/ www.gitemontcombani.com ou montcombani@gmail.com. Lieu : gite du mont Combani.

DIM. 23 SEPTEMBRE 2018 j 03:34 k 09:34 j 15:43 k 21:54 3.25m 0.87m 3.45m 0.74m

LUN. 24 SEPTEMBRE 2018

Tous les troisièmes dimanches du mois Cours de Salsa, bachata et kizomba.15h00 : initiation salsa tous les niveaux ,15h30 : initiation bachata tous les niveaux, 16h : initiation kizomba tous les niveaux. Pratique : de 16h30 à 19h. Lieu : le M'haju à Bandrélé. Renseignements et inscriptions : 06 39 29 82 78/ 06 39 22 75 34. Programme ciné Musafiri Vendredi 14 septembre à partir de 19h30 Le film Captain fantastic sera diffusé au restaurant Makwe à Tsararano. Accès 7euros. Boisson et restauration sur place. Samedi 15 septembre à partir de 19h30 Le film Coco sera diffusé à la MJC de M'zouasia. Accès gratuit.

j 04:00 k 10:03 j 16:10 k 22:19 0.60m 3.44m 0.69m 3.59m

MAR. 25 SEPTEMBRE 2018 j 04:27 k 10:30 j 16:37 k 22:44 3.60m 0.56m 3.67m 0.51m © SHOM n° 125/2018.

Samedi 21 et Dimanche 22 septembre

MARÉES

MER. 26 SEPTEMBRE 2018 j 04:53 k 10:59 j 17:04 k 23:10 3.72m 0.47m 3.69m 0.46m

JEU. 27 SEPTEMBRE 2018 j 05:19 k 11:28 j 17:32 k 23:37 3.79m 0.46m 3.66m 0.48m

PARTAGEZ VOS ÉVÈNEMENTS ! Partagez vos évènements dans l'agenda TOUNDA : tounda@mayottehebdo.com


ma yotte sport mayotte sport I.M

M’trumshé Sport Na Unono - 2ème édition

Plus de 300 femmes attendues à Dzona Plage

L’Ufolep Mayotte organise la deuxième édition de l’événement M’trumshé Sport Na Ounono, pour promouvoir le sport féminin. 300 femmes avaient participé à la première édition, en 2017 à Sohoa. L’organisation en espère autant à Bambo Est ce samedi. En 2018, Kantar TNS a mené une étude pour la Française des Jeux sur la pratique sportive féminine en France, après une première étude similaire menée en 2016. S’appuyant sur les éléments des deux enquêtes, le spécialiste en études marketing et sondages d’opinion concluait : "La pratique sportive féminine s’étoffe quelque peu sur les deux dernières années, mais reste déterminée par des marqueurs sociétaux forts. Face aux contraintes liées à leur rôle de mère, à un emploi du temps chargé et à un vrai déficit de confiance, les femmes délaissent encore souvent le sport." C’est le sentiment dominant y compris à Mayotte, où les femmes n’ont, en grande majorité, jamais fait de la pratique sportive une priorité. La situation a tout de même évolué cette dernière décennie avec la mise en place d’actions et d’activités physiques et sportives dédiées aux femmes. C’est pour continuer de les inciter à pratiquer une activité physique et sportive que l’Union française des œuvres laïques d’éducation physique (Ufolep) Mayotte organise la deuxième édition de l’événement M’trumshé Sport Na Unono. "En 2017, la première édition s’était très bien passée. L’événement nous avait permis de cibler des sites où il y avait un réel besoin de mettre en place des actions pour les femmes", explique Myriam M’lazahahé, éducatrice sportive de l’Ufolep chargée de l’organisation de l’événement. En 2017, 300 femmes s’étaient présentées sur la plage de Sohoa et

avaient participé aux diverses activités proposées par l’Ufolep et les associations sportives conviées par l’organisateur.

Associations sportives : les avantages de s’affilier à l’Ufolep Mayotte

Cette année, le site a changé. C’est sur la plage de Bambo Est dans la commune de Bandrélé que se déroulera l’événement, ce samedi. Les participantes seront invitées à une séance d’échauffement collectif à 9h, avant de (re)découvrir les différentes activités en place toute la journée. Sur et autour de la plage de Dzona seront proposés de la randonnée, du beach rugby, du beach foot, du beach tennis, de la pétanque, du kick boxing, du speedminton, de la capoeira, du fitness, du kayak, du paddle, de la danse africaine ou encore du slake line. L’événement se clôturera à 15h30. Une majeure partie de ces activités seront organisés par l’Ufolep, ses agents et ses bénévoles, et certaines d’entre elles, par des associations : clubs, comités et ligues sportives. Des associations avec lesquelles l’Ufolep Mayotte souhaite approfondir la collaboration. "Les associations sportives mahoraises ont plusieurs bonnes raisons de s’affilier chez nous", assure Mamadou M’bodji, délégué départemental de l’Ufolep Mayotte et responsable des formations. "En s’affiliant, ces associations seront accompagnées dans leurs démarches de subventions, dans leur structuration. Elles bénéficieront de formations gratuites ou à tarif réduit. Pour leurs actions, elles auront à disposition de la sonorisation, des chapiteaux, du matériel sportif…" L’adhésion à l’Ufolep Mayotte est de 110 € l’année. Un dossier d’affiliation est à remplir et les documents administratifs (statuts de l’association, parution au journal officiel) à remettre. En attendant, l’Ufolep Mayotte comptabilise plus de 300 inscriptions pour la journée M’trumshé Sport na Unono de samedi. "Une nouvelle fois, les Mahoraises répondront présent à l’événement", se réjouit Mamadou M’bodji.

www.mayottehebdo.com • 21/09/2018 • Mayotte Hebdo N° 854 • 29


L’actu en image Football Un nouvel exploit pour l’AS Bandraboua ?

Petit poucet des huitièmes puis des quarts de finale de la Coupe Régionale de France, l’AS Bandraboua, club de Régional 3 a éliminé tour à tour l’UCS Sada et Foudre 2000 de Dzoumogné, qui avaient pourtant fait de la CRF un objectif majeur et s’étaient renforcés en conséquence. Voilà donc les Nordistes de l’ASB en demi-finale de la compétition, à deux matchs d’un septième tour de Coupe de France en métropole ! Sur leur pelouse synthétique, ils feront face au FC M’tsapéré, champion de Mayotte en titre, actuel leader du championnat R1 et finaliste de la dernière Coupe de France Régionale. Les joueurs de Chadouli Youssouf ne pouvaient donc pas hériter de pire tirage. Mais si deux divisions séparent les deux clubs, cette demi-finale demeure tout de même un duel entre deux leaders : l’ASB dominant la R3 poule Nord. Si bien qu’il a validé sa montée en R2 quatre journées avant la fin du championnat. L’autre demi-finale opposera l’AS Sada aux Diables Noirs de Combani, tenants de cette Coupe Régionale de France. Coups d’envois programmés à 15h.

Basket-Ball

La NF3 de retour sur les starting-blocks Il y a deux semaines, la première journée de la saison régulière en Nationale Féminine 3 devait lancer le championnat 2018/2019 féminin, mais avait été reportée à une date ultérieure. Les clubs de NF3 s’apprêtent de nouveau à entamer leur championnat. Deux candidats aux play-offs ont rendez-vous samedi après-midi à Chiconi : Golden Force et le BC Iloni. Des play-offs que ne voudront certainement pas manquer deux fois de suite le Vautour Club de Labattoir. Les championnes de Mayotte 2015, 2016, et 2017, sanctionnées de huit points de pénalité la saison régulière 2017/2018 ont évité la relégation in extremis, et observé les derniers play-offs de loin. Samedi soir, elles ont rendez-vous avec le Magic Basket de Passamaïnty, surprenant bourreau du BCI en Coupe de France Régionale le week-end dernier. Championnes de Mayotte en titre, les M’tsapéroises du BCM reçoivent au Baobab les Kavaniennes de Fuz’ellipse. Ces rencontres comptent pour la deuxième journée de NF3. La première journée, elle, n’a pas été reprogrammée.

30 Mayotte Hebdo N° 854 • 21/09/2018 • www.mayottehebdo.com


Ligue 1 Le classement de la 5e journée

L’actu en bref Rugby

La semaine nationale des EDR prolongée jusqu’à mercredi

On fête partout en France et dans les Dom-Tom la semaine nationale des écoles de rugby. Une action initiée en 2017 par la Fédération française de rugby. "Cette semaine doit servir à faire découvrir note activité au plus grand nombre en partageant un moment de convivialité comme on sait le faire dans le rugby. Le but de cette opération est aussi de recruter de nouveaux licenciés", a indiqué le responsable de la commission nationale des écoles de rugby, Jacky Courrent, sur le site de la FFR. Tandis que l’opération s’achève officiellement ce dimanche 23 septembre – elle avait débuté samedi dernier, le Comité territorial de rugby de Mayotte prolonge la fête avec les portes ouvertes de l’école de rugby de Chiconi le mercredi 26 septembre de 16h à 18h. Ce samedi, ce sont le RC Petite Terre à Labattoir (8h-16h), le RC Mamoudzou à Tsoundzou (9h-12h) et le RC Combani à Tsingoni (8h-16h) qui invitent les Mahorais à découvrir leur école de rugby. Avec une demi-journée supplémentaire pour le RCC, dimanche matin toujours sur le terrain de Tsingoni, de 8h à 12h. La semaine nationale des EDR sur l’île a été lancée mercredi après-midi à M’tzamboro avec l’école de rugby du village.

Multisports

Dzaoudzi-Labattoir fête le sport…

Tennis de table, athlétisme, judo, basket-ball, rugby, capoeira, football, handball, pétanque, vélo… Ce sont toutes les disciplines que la commune de Dzaoudzi-Labattoir propose de faire découvrir ce samedi, dans le cadre de sa Fête du sport, première édition. En partenariat avec la Direction de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DJSCS) Etat, ces activités se dérouleront au terrain de football Alain Poher et plateau polyvalent de la Ferme. Plus d’informations au 02 69 60 11 75.

Victoires Nuls Défaites

Points 15

Différence de buts + 13

1

Paris SG

2

Marseille

10

3

1

1

+7

3

Lille

10

3

1

1

+5

4

Toulouse

10

3

1

1

5

Dijon

5

9

3

-1

2

+3

6

Montpellier

8

2

1

+1

7

Lyon

7

2

1

2

+2

8

Nîmes

7

2

1

2

0

9

Rennes

7

2

1

2

0

2

-2

2

-3

3

-1

2

10

Reims

7

2

1

11

Nice

7

2

1

12

Angers

6

2

13

Caen

6

1

3

1

14

Saint-Etienne

6

1

3

1

15

Monaco

5

1

2

2

16

Strasbourg

5

1

2

2

-1

17

Nantes

5

1

2

2

-3

18

Amiens

19

Bordeaux

20

Guingamp

-1 -3 0

4

1

1

3

-1

4

1

1

3

-4

5

-11

0

Source : LFP

Top 14 Le classement après la 4e journée Victoires Points

Nuls Défaites

dont bonus

Diff.

1

Clermont

18

2

Paris

14

2

3

1

+ 48

3

Castres

14

2

3

1

+ 23

4

Toulouse

14

0

3

1

+ 23

5

Lyon

12

1

+ 45

6

Racing 92

10

2

2

+ 32

7

La Rochelle

9

1

2

2

+5

8

Pau

9

1

2

2

- 13

2

- 89

2

+ 93

4

2

1

2

2

9

Agen

8

0

2

10

Bordeaux-Bègles 8

2

1

1

2

+5

11

Montpellier

7

1

1

1

2

- 25

12

Toulon

4

3

- 52

13

Grenoble

2

4

- 29

14

Perpignan

1

4

- 66

Qualifiés pour :

0

1

2 1

demi-finales

barrages

Relégué en Pro D2

Source : LNR

Multisport …Koungou aussi

Coupe Davis : le tableau final Quarts de finale

Gênes (terre battue, extérieur)

Dans le cadre de la première édition de la fête du sport 2018 qui se déroule du 21 au 23 septembre, la Fédération des Associations de Koungou en collaboration avec l'ensemble des Associations sportives, organise une journée intitulée "Koungou en fête" prévue le dimanche 23 septembre 2018 à Koungou, de 8h à 23h. L'objectif est de favoriser la pratique du sport auprès des citoyens, mettre en valeur les bénévoles et acteurs du sport qui en font la promotion au quotidien et créer un grand moment de célébration populaire de la pratique du sport. Au programme : football, handball, basket-ball, pétanque, cyclisme ou encore kick boxing. Tous les renseignements au 06 39 02 20 90.

Italie

1

France

3

Demi-finales 14-16 sept. Villeneuve-d'Ascq (dur, intérieur)

Valence (terre battue, extérieur) Espagne

3

Allemagne

2

France

3

Espagne

0

FINALE

6-8 avril

France

Varazdin (terre battue, intérieur) Croatie

Croatie

3

Zadar (terre battue, ext.)

Kazakhstan 1

Croatie

Nashville (dur, intérieur) États-Unis

3

Belgique

0

23-25 novembre

3

États-Unis 2

Source : ATP

F1 : le classement des pilotes

Classement des 7 premiers pilotes du championnat, en points, après le GP de Singapour L. Hamilton

281

250

Vettel 241 S. Ferrari K. Räikkönen

200

150

Mercedes

Ferrari

174 V. Bottas 171 Mercedes 148 M. Verstappen Red Bull

100

50

126 D. Ricciardo Red Bull

53

N. Hülkenberg Renault

AUS BAH CHN AZE ESP MON CAN FRA AUT GBR ALL HON BEL ITA SIN RUS JAP USA MEX BRE EAU

Grands Prix courus

Source : FIA

www.mayottehebdo.com • 21/09/2018 • Mayotte Hebdo N° 854 • 31


r é s u ltat s , C LASS E M E N TS , p r o g r a mme s Football Résultats

Régional 1 21ème journée ; 22ème journée ; Diables Noirs Combani-Tchanga SC : 0-2 match arrêté, AS Rosador Passamaïnty-ASC Abeilles M’tzamboro : 1-2, AS Sada-Foudre 2000 Dzoumogné : 1-0, AS Jumeaux M’zouasia-UCS Sada : 2-1, FSC Sohoa-FC M’tsapéré : 0-0, Etincelles Hamjago-ASC Kawéni : 4-3. FC Koropa exempt.

Régional 2 19ème journée ; AS Neige Malamani-USCJ Koungou : 1-2, FC Labattoir-Vahibé CO : 0-1, Racine du Nord Acoua-Olympique Miréréni : 0-2, Enfants de Mayotte Bandraboua-US Ouangani : 6-2, ASJ Handréma-FC Dembéni : 1-1. USC Poroani Antéou exempt.

Régional 3 poule Nord 19ème journée ; Tornade Club Majicavo-Enfants du Port Longoni : 2-0, RC Barakani-USC Kangani : 1-2, Mahabou SC-AS Bandraboua : 0-2, US Kavani-ASDE Kawéni : 2-3, ASCJ Alakarabu Chembényumba-FC M’tsapéré 2 : 3-3, AJ M’tsahara-Feu du Centre M’roalé : 2-0.

Régional 3 poule Sud 19ème journée ; Miracle du Sud Bouéni-USC Labattoir : 0-1, AJ Kani-RC Tsimkoura : 1-1, Maharavou Sport Chirongui-FC Chiconi : 2-2, Aso Espoir Chiconi-Bandrélé Foot : 1-1, ASJ Moinatrindri-CJ M’ronabéja : 0-1, Choungui FC-FC Sud Hagnoundrou : 0-0.

Régional 4 poule A 23ème journée ; Pamandzi SC-EC Longoni : 1-2, ASC Kawéni 2-FC Ylang Koungou : 1-5, Tonnerre du Nord Bouyouni-AS Rosador Passamaïnty : 5-2, Trévani SC-FC M’tsakandro Tsoundzou : 1-0, Tonnerre du Nord Bouyouni-FC Koropa 2 : 1-4, Olympique Tsoundzou-AS Comète Dzaoudzi : non programmé. TCO Mamoudzou exempt.

Régional 4 poule B 23ème journée ; AJ M’tsahara 2-M’tzamboro FC : 4-0, ASC Abeilles M’tzamboro 2-ASJ Handréma 2 : 1-5, Etincelles Hamjago 2-Voulvavi Sports M’tsahara : 6-3, US M’tsangaboua-Missile Rouge Acoua : 2-1, Enfants de Mayotte Bandraboua 2-ACSJ M’liha : non parvenu, M’tsanga 2000-FC Shingabwé Hamjago : 2-1. ASC Wahadi M’tsangamouji exempt.

Régional 4 poule C 23ème journée ; AS Sada 2-Tchanga SC 2 : non parvenu, Espoir M’tsapéré-FCO Tsingoni : 2-1, AS Papillon d’Honneur Mangajou-UCS Sada 2 : np, FMJ Vahibé-AS Kahani : np, Olympique Miréréni 2-ASCEE Nyambadao : 3-1, Espérance Iloni-USJ Tsararano : 2-1. Bandrélé Foot 2 exempt.

Régional 4 poule D 23ème journée ; US Tama Ndjéma Bandrélé-Eclair du Sud Passi-Kéli : 2-4, AS N’dranavi Bambo Ouest-Lance Missile Dapani : 5-3, Maharavou Sport Chirongui 2-AJ Kani 2 : 3-2, ASJ Moinatrindri 2-CS M’ramadoudou : non joué, FC Kani-Bé-VSS Hagnoundrou : 2-0, Miréréni SC-Makoulatsa FC Poroani : 1-0.

Régional 1 Féminin 5ème journée (matchs en retard) ; USC Labattoir-Olympique Miréréni : non joué, AS Neige Malamani-AJ Kani : non parvenu, Olympique Sada-Devils Pamandzi : 2-0, Aso Espoir Chiconi-Foudre 2000 Dzoumogné : 1-0, Racine du Nord Acoua-AS Jumelles M’zouasia : 2-0, EFF Hamjago-FC Labattoir : 5-1.

Classements Régional 1

Pts Mj 1 FC M’tsapéré 42 20 2 M’zouasia 36 21 3 TSC M’tsangamouji 34 20 4 UCS Sada 32 21 5 Passamaïnty 30 21

6 ASCA M’tzamboro 7 Combani 8 Dzoumogné 9 ASC Kawéni 10 Sohoa 11 FC Majicavo 12 AS Sada 13 E. Hamjago

28 27 27 24 21 20 18 14

21 20 20 20 20 20 20 20

Régional 2 Pts Mj 1 USCJ Koungou 2 USC Poroani 3 Malamani 4 O. Miréréni 5 EDM Bandraboua 6 Vahibé CO 7 Handréma 8 FC Labattoir 9 Dembéni 10 RDN Acoua 11 Ouangani

40 35 29 28 22 21 20 18 16 16 13

18 17 17 18 17 17 17 17 16 18 16

Régional 3 poule Nord Pts Mj 1 AS Bandraboua 2 ASDE Kawéni 3 Kangani 4 TC Majicavo 5 AJ M’tsahara 6 EP Longoni 7 Kavani 8 M’roalé 9 Barakani 10 Mahabou 11 FC M’tsapéré 12 Chembényumba

46 42 34 32 27 25 22 21 18 18 17 15

18 18 18 18 18 18 18 18 18 18 18 18

Régional 3 poule Sud Pts Mj 1 Kani-Kéli 2 USC Labattoir 3 Moinatrindri 4 FC Chiconi 5 Choungui 6 FCS Hagnoundrou 7 Bandrélé Foot 8 Chirongui 9 M’ronabéja 10 Asoe Chiconi 11 Tsimkoura 12 Bouéni

41 38 37 30 28 28 20 20 19 18 15 14

19 19 19 19 19 19 19 19 19 19 19 19

Régional 4 poule A Pts Mj 1 FC Majicavo 2 FCY Koungou 3 EC Longoni 4 Ndrema Club 5 FCM Tsoundzou 6 O. Tsoundzou 7 Mamoudzou 8 Pamandzi SC 9 Trévani 10 Bouyouni 11 ASC Kawéni 12 Passamaïnty 13 Dzaoudzi

48 46 42 36 34 28 27 27 25 20 17 16 13

21 21 21 21 21 21 21 21 21 21 21 22 21

Régional 4 poule B Pts Mj 1 FCS Hamjago 2 ASCW M’tsangamouji 3 M’tsangadoua 4 M’tsangaboua 5 VS M’tsahara 6 E. Hamjago 7 ASJ Handréma 8 M’tzamboro FC 9 MR Acoua 10 AJ M’tsahara 11 EDM Bandraboua 12 M’liha 13 ASCA M’tzamboro 14 Dzoumogné

55 53 49 41 29 28 27 25 18 16 16 11 8 0

32 Mayotte Hebdo N° 854 • 21/09/2018 • www.mayottehebdo.com

21 21 21 21 20 22 20 21 20 21 20 19 19 0

Régional 4 poule C Pts Mj 1 E. M’tsapéré 2 Kahani 3 Iloni 4 Nyambadao 5 FMJ Vahibé 6 Tsingoni 7 O. Miréréni 8 UCS Sada 9 TSC M’tsangamouji 10 Tsararano 11 Bandrélé Foot 12 AS Sada 13 ASPH Mangajou

52 46 45 37 34 31 27 27 26 17 15 9 6

21 19 21 21 20 21 21 19 21 21 20 21 20

Régional 4 poule D Pts Mj 1 Bambo Ouest 2 Kani-Bé 3 USTN Bandrélé 4 M’ramadoudou 5 VSS Hagnoundrou 6 MFC Poroani 7 Passi-Kéli 8 Miréréni SC 9 Dapani 10 Chirongui 11 Kani-Kéli 12 Moinatrindri 13 M’tsamoudou 14 Tsimkoura

50 46 39 38 33 28 22 20 20 12 7 5 0 0

20 19 19 18 20 20 20 19 19 19 19 18 0 0

Régional 1 Féminin Pts Mj 1 M’zouasia 2 USC Labattoir 3 D. Pamandzi 4 EFF Hamjago 5 O. Sada 6 RDN Acoua 7 Kani-Kéli 8 Dzoumogné 9 O. Miréréni 10 Asoe Chiconi 11 FC Labattoir 12 Malamani

38 36 33 29 24 24 23 23 22 22 6 2

17 16 18 18 16 17 17 17 17 18 18 15

Régional 1 Entreprise Pts Mj 1 Colas 2 EMCA 3 Tilt 4 Département 5 Mairie Mamoudzou 6 CPS 7 Préfeduc 8 Car Centre 9 Sodifram 10 Sim 11 Bama Service 12 Tama

51 33 27 25 23 23 20 19 19 19 16 15

17 17 16 17 17 17 17 16 17 17 17 17

Programme

Coupe Régionale de France Demi-finales, samedi 22 septembre à 15h ; AS Bandraboua-FC M’tsapéré. AS Sada-Diables Noirs Combani ou FC Koropa.

Coupe de Mayotte Masculine Huitièmes de finale, dimanche 23 septembre à 15h ; USC Kangani-Foudre 2000 Dzoumogné, Feu du Centre M’roalé-UCS Sada, ASJ Handréma-Etincelles Hamjago, Olympique Miréréni-USC Poroani Antéou, USCJ Koungou-Maharavou Sport Chirongui, Bandrélé Foot-AS Jumeaux M’zouasia, AJ Kani-Olympique Tsoundzou ou FC M’tsakandro Tsoundzou, FC Labattoir-FSC Sohoa.

Basket-Ball Résultats

Coupe de France Régionale Masculine

Huitièmes de finale ; BC M’tsapéré-Scolo Dunks Boboka : 104-44, Wenka City-Golden Force Chiconi : 63-79, Bak7 Koungou-Rapides Eclairs Pamandzi : non joué, Jeunesse Canon 2000 Pamandzi-TCO Mamoudzou : 92-96, Vautour Club Labattoir-Etoile Bleue Kawéni : 60-69, BC3 Tsimkoura-Fuz’ellipse Kavani : nj, Colorado Beetle M’tsahara-ABS Sada : 90-55, Gladiators Doujani-Koropa Fusion : nj.

Coupe de France Régionale Féminine Huitièmes de finale ; Scolo Dunks Boboka-Bak7 Koungou : 8-125, Chicago Club M’gombani-Angels Pamandzi : 72-43, BC3 Tsimkoura-BC M’tsapéré : non joué, Vautour Club Labattoir-BC Chiconi : 20-0 forfait, ABS Sada-Golden Force Chiconi : 0-20 forfait, Wakaïdi 2015 M’tsangaboua-CSSM : 68-35, Fuz’ellipse Kavani-Etoile Bleue Kawéni : 106-26, Magic Basket Passamaïnty-BC Iloni : 63-48.

Programme

Nationale Masculine 3 1ère journée, samedi 22 septembre à 19h ; BC M’tsapéré-Golden Force Chiconi, Vautour Club Labattoir-Scolo Dunks Boboka, Etoile Bleue Kawéni-Fuz’ellipse Kavani, TCO Mamoudzou-Rapides Eclairs Pamandzi, Magic Basket Passamaïnty-Wenka City Kawéni.

Nationale Féminine 3 2ème journée, samedi 22 septembre à 17h ; Golden Force Chiconi-BC Iloni, Scolo Dunks Boboka-Chicago Club Mamoudzou, BC M’tsapéré-Fuz’ellipse Kavani, Vautour Club Labattoir-Magic Basket Passamaïnty à 18h.

Handball Résultats

Prénationale Masculine 3ème journée ; Tsingoni HB-Tchanga HB : 34-36, ASC Tsingoni-HC Bandrélé : 28-22, AC Chiconi-Haïma Sada : 23-19, HC Kani-HC Acoua : 25-19, Combani HC-AJH Tsimkoura : 34-33, PC Bouéni-AJH Koungou : 39-30.

Prénationale Féminine 3ème journée ; US M’bouanatsa-Haïma Sada : 19-28, TCO Mamoudzou-HC Passamaïnty : 20-16, Combani HC-HC Bandrélé : 29-18, HC Kani-HC Acoua : 22-22, AJH Tsimkoura-PC Bouéni : 0-20 forfait, Alakarabu HB-ASC Tsingoni : non parvenu.

Classements

Prénationale Masculine Pts

Mj

1 Combani 2 ASC Tsingoni 3 Bouéni 4 Bandrélé 5 Kani-Kéli 6 Acoua 7 Koungou 8 Tsimkoura 9 Chiconi 10 M’tsangamouji 11 Tsingoni HB 12 Sada

3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3

9 9 9 7 7 5 5 5 5 5 3 3

Prénationale Féminine Pts Mj 1 Bouéni 2 Combani 3 Mamoudzou 4 Tsingoni 5 Kani-Kéli 6 Bandrélé 7 Sada 8 Tsimkoura 9 Passamaïnty 10 Acoua 11 M’bouanatsa 12 Chembényumba

9 9 7 6 6 5 4 3 3 3 3 0

3 3 3 2 3 3 2 2 3 2 3 1


www.mayottehebdo.com • 21/09/2018 • Mayotte Hebdo N° 854 • 33


FI n°4387 Mercredi 12 septembre 2018 Ste Marie

Annonces légAles AVIs De consTITUTIon Aux termes d’un acte sous signature privée en date à Dembéni du 29/08/2018 il a été constitué une société présentant les caractéristiques suivantes : Forme : Société par actions simplifiée Dénomination : KERLOMIG Siège : Ironi Bé 97660 Dembeni Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Mamoudzou Capital : 999.000 euros par apport de participations Objet : La détention et la gestion de son patrimoine mobilier et immobilier Exercice du droit de vote : Tout associé peut participer aux décisions collectives. Chaque associé dispose d’autant de voix qu’il possède ou représente d’actions. Transmission des actions / agrément : La cession des actions de l’associé unique est libre. En cas de pluralité d’associés, la transmission des actions donnant accès au capital à un tiers ou au profit d’un associé est soumise à l’agrément préalable de la collectivité des associés. Président : Monsieur Guillaume RUBIN, demeurant 17 rue des Fleurs d’Oranger – 97419 La Possession. Pour avis le Président m AVIs De consTITUTIon Par acte SSP du 22/08/2018, il a été constitué une SASU dénommée : MAYANA CONSEIL. Sigle : M.Y.A Conseil. Siège social : BP 239, quartier tataroussa, 97610 DZAOUDZI. Capital : 1.000€. Objet : Le conseil et l’assistance technique aux entreprises, organismes et institutions intervenant en matière de développement économique, territorial, social et environnemental. Et généralement,

34 Mayotte Hebdo N° 854 • 21/09/2018 • www.mayottehebdo.com

toutes opérations industrielles, artistiques, de communication, de formation professionnelle, commerciales ou financières, mobilières ou immobilières, pouvant se rattacher directement ou indirectement à l’objet social ou susceptibles d’en faciliter l’extension ou le développement. Président : Mme Nadia GUERRAOUI, bp 239, Quartier Tataroussa, 97610 DZAOUDZI. Admissions aux assemblées et droits de vote : Tout Actionnaire est convoqué aux Assemblées. Chaque action donne droit à une voix. Clauses d’agréments : Actions librement cessibles entre associés uniquement. Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au RCS de MAMOUDZOU Pour avis le gérant. m AVIs De consTITUTIon Par acte SSP du 20/08/2018, il a été constitué une SCI dénommée : BOINAH Siège social : 35 LOTISSEMENT COTE PLAGE ILONI, 97660 DEMBENI. Capital : 200€ Objet : l’acquisition et la location de tous biens mobiliers et immobiliers construits, à construire ou en cours de construction, en pleine propriété, nue propriété ou usufruit l’emprunt de tous fonds nécessaires à la réalisation de cet objet social. Gérance : M. Salim BOINA MZE, 35 LOTISSEMENT COTE PLAGE ILONI, 97660 DEMBENI Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au RCS de MAMOUDZOU Pour avis

AVIS DE MODIFICATION CEDAR COURT Société civile immobilière au capital de 100 euros Siège social: 409, Canelia Palm BP 398 Val Fleuri 97690 KOUNGOU 533 210 837 RCS MAMOUDZOU Aux termes d’une délibération en date du 06 août 2018, l’Assemblée Générale Extraordinaire a décidé : - de nommer Cécile LEVEQUE, demeurant 3, Impasse Honoré de Balzac 09200 SAINT GIRONS, en qualité de gérant pour une durée illimitée en remplacement de Caroline LAFARGE. - de transférer le siège social du 409 Canelia Palm Val Fleuri 97690 KOUNGOU au 3, Impasse Honoré de Balzac 09200 SAINT GIRONS à compter du 06 août 2018, et de modifier en conséquence l’article 4 des statuts. Modification sera faite au Greffe du Tribunal de commerce de MAMOUDZOU. Pour avis, la Gérance m AVIS DE MODIFICATION PASILEMA Société civile immobilière au capital de 100 euros Siège social : Rue de la Caserne ZI KaWeni BP 1217 97600 MAMOUDZOU 812827095 RCS MAMOUDZOU Aux termes d’une délibération en date du 07 août 2018, l’Assemblée Générale Extraordinaire a décidé : - de transférer le siège social du Rue de la Caserne, ZI Kaweni BP 1217 97600 MAMOUDZOU au 3, Impasse Honoré de Balzac 09200 SAINT GIRONS à compter du 07 août 2018, et de modifier en consé­ quence l’article 4 des statuts. Modification sera faite au Greffe du Tribunal de commerce de MAMOUDZOU. Pour avis La Gérance

Première parution : juillet 1999 - Siret 02406197000018 - Édition Somapresse - N° CPPAP : 0921 Y 93207 - Dir. publication : Laurent Canavate - Red. chef : Lyse Le Runigo - http://flash-infos.somapresse.com

1


Photo _Nayl Ah

MAY

TTE

Jeu-Tombola :

4 billets d’avion à gagner


Profile for Mayotte Hebdo

Mayotte Hebdo n°854  

Mayotte Hebdo n°854