Issuu on Google+

minvest.gov.tr

A

A

B

B

1

newsletter no. 8 novembre 2009m


La Turquie et l’Iran envisagent la création d’une zone franche industrielle La Turquie et l’Iran envisagent la création d’une zone franche industrielle, a déclaré le ministre du Commerce et de l’industrie turc. C’est l’an dernier que cette idée s’est progressivement imposée, et la Turquie et l’Iran souhaiteraient que le projet aboutisse d'ici la fin de l'année. « C’est l’Iran qui a suggéré d’installer une zone franche industrielle à la frontière et nous avons accepté », a expliqué Nihat Ergun. « Nos infrastructures légales et nos mesures incitatives ouvrent la voie à des projets de ce type. De son côté, l’Iran, pays riche en énergie, gaz naturel et ressources naturelles, a beaucoup à apporter », a fait remarquer M. Ergun. « Nous attachons beaucoup d’importance à ce projet car nous souhaitons créer la plus grande et la plus importante plateforme industrielle et de production du Moyen-Orient », a-t-il ajouté. M. Ergun a précisé que cette zone couvrirait deux provinces d’Anatolie orientale, le long de la frontière avec l’Iran : Igdir au Nord et Van au Sud. AA 02.10.2009

La Turquie convoite une part importante des réserves de change chinoises Suite à des négociations en Chine, Zafer Caglayan, ministre d’État turc au commerce extérieur, a rencontré le vice-Premier ministre chinois Wang Qishan. Au cours de cette réunion, M. Caglayan a exposé en détail à M. Qishan les marchés financiers turcs, en particulier les bonds du trésor, dans l’intention d’obtenir une part importante des réserves de change chinoises, estimées à 2,1 billions de dollars US, et de proposer d’utiliser les devises nationales dans les échanges bilatéraux entre les deux pays. Dunya 02.10.2009

Les bourses d’Istanbul et d’Athènes créent un indice commun La Bourse d’Athènes et la Bourse d'Istanbul viennent d'annoncer un événement qui marque une étape capitale: la création d'un indice regroupant les 30 plus grandes entreprises en vue de stimuler les échanges au sein des plus grandes places boursières de la région. Selon une déclaration conjointe des deux bourses cette semaine, cet « indice 30 de Grèce et de Turquie » sera calculé, géré et distribué par STOXX Limited, un compilateur d’indices. Il sera composé à partir des 15 entreprises les plus grandes et les plus prisées de chaque marché. Le nombre d’actions du secteur bancaire sera limité à quatre sur chaque marché. « Le GT-30 va certainement améliorer la visibilité des deux marchés, avantage formidable en ces temps de récupération progressive des marchés mondiaux, ébranlés par les turbulences financières », a déclaré Huseyin Erkan, président de la bourse d’Istanbul (IMKB). L’indice commun ouvrira un accès transfrontalier entre les deux marchés et aidera à la création de fonds indiciels négociables en bourse et de produits dérivés.

minvest.gov.tr

Hurriyet Daily News 02.10.2009

2

newsletter no. 8 novembre 2009m


La production turque de gaz naturel devrait doubler Dernier coup de pouce dans la construction de la plate-forme de forage et de production de gaz naturel de la compagnie pétrolière nationale turque (TPAO) en Roumanie : ce projet doublera la production de gaz naturel de la Turquie. C’est une société roumaine qui construit cette plate-forme géante dans un atelier de construction navale de TPAO à Constanza, au bord de la mer Noire. Cette plate-forme à deux étages commencera par extraire du gaz naturel des gisements découverts en 2003 dans la mer Noire, au large de la ville turque d’Akcakoca. Suite à sa visite de l’atelier de construction, Metin Kilci, ministre turc de l’Énergie et sous-secrétaire du ministère des Ressources naturelles, a déclaré aux journalistes qu’une fois la plate-forme terminée, la Turquie doublerait sa production de gaz naturel. La plate-forme, dont la mise en service est prévue pour fin 2010, coûtera 100 millions de dollars US. Le premier étage de la plate-forme servira à la production de gaz naturel, tandis que le second sera dédié à la prospection. Turk.net 05.10.2009

M. Hormats : Pour les Etats-Unis, la Turquie est un partenaire économique fort Robert Hormats, sous-secrétaire du Département d’État américain aux Affaires économiques, énergétiques et agricoles, a déclaré lundi que son pays était impressionné par les progrès économiques de la Turquie. M. Hormats a indiqué que la Turquie était un partenaire économique important des États-Unis, par-delà leur alliance stratégique de longue date. M. Hormats se trouve actuellement à Istanbul pour les réunions annuelles du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale et a participé à un dîner organisé par des sociétés américaines installées en Turquie. Avant la réunion, M. Hormats a indiqué aux journalistes que tout le monde appréciait la gouvernance et les politiques de la Turquie pendant la crise mondiale. M. Hormats a déclaré que la Turquie menait des politiques appropriées durant la crise et qu’elle affichait de solides performances économiques. Le sous-secrétaire a indiqué que le système financier de la Turquie avait réussi à surmonter la tempête et que les sociétés turques restaient parfaitement dans la course. M. Hormats a déclaré que l’une des raisons pour lesquelles il s’était rendu en Turquie était d’augmenter les investissements et les échanges commerciaux entre les deux pays et que les États-Unis considéraient la Turquie comme un partenaire économique fort, plutôt que comme une simple sécurité ou un partenaire stratégique. AA 07.10.2009

M. Babacan : Nous voulons faire d’Istanbul un centre financier international Ali Babacan, ministre d’État turc et vice-Premier ministre, a déclaré que l’objectif du gouvernement était de faire d’Istanbul un centre financier régional dans un premier temps, puis un « centre financier international ». « Selon un rapport publié par l’Union des banques de Turquie, Istanbul est mieux placée que ses concurrents en termes de conditions requises pour devenir un centre financier international », a expliqué M. Babacan lors d’une conférence de presse organisée dans le cadre du Plan d’action stratégique pour qu’Istanbul devienne un centre financier international. M. Babacan a énuméré ces conditions, à savoir de faibles coûts d’exploitation, une main-d’œuvre qualifiée, un potentiel de croissance économique nationale et régionale et un style de vie attractif. minvest.gov.tr

3

newsletter no. 8 novembre 2009m


Le ministre a indiqué que des tribunaux spécialisés dans les affaires financières seraient mis en place afin de renforcer l’infrastructure juridique d’Istanbul. « Autre aspect important sur le plan juridique, l’établissement d’un centre d’arbitrage institutionnel indépendant et autonome à Istanbul », a-t-il souligné. M. Babacan a précisé qu’un système de médiation serait créé afin de résoudre rapidement les litiges et éviter le recours aux tribunaux. AA 07.10.2009

La solidité du secteur bancaire turc est exemplaire La brochure consacrée à l’expérience bancaire de la Turquie a beaucoup attiré l’attention lors des réunions annuelle du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale à Istanbul. Cette brochure intitulée « From Crisis to Financial Stability: Turkey Experience » a été distribuée aux délégations et aux ONG présentes aux réunions. L’Agence de régulation et de supervision des banques (BDDK), le Fonds d’assurance-dépôt et d’épargne de Turquie (TMSF), la Banque centrale et le Trésor ont contribué à la préparation de cette brochure qui explique la crise bancaire en Turquie avant 2001, les principes régulateurs adoptés après la crise et les récentes perspectives du secteur bancaire. AA 09.10.2009

Compte à rebours pour l’exploitation de pétrole et de gaz naturel en mer Noire Le ministre turc de l’Énergie et des ressources naturelles Taner Yildiz a déclaré cette semaine que la Turquie pourrait lancer d’ici la fin de l’année un projet d’exploration de pétrole et de gaz naturel au large des côtes de la mer Noire. S’adressant aux journalistes en préambule du 2ème Symposium international de géologie de la région de la mer Noire à Ankara, le ministre a indiqué qu’une vaste plate-forme pétrolière offshore quitterait la Norvège ce mois-ci, pour atteindre la côte Nord de la Turquie mi-décembre. M. Yildiz a indiqué que les explorations pétrolières seraient réalisées en mer Noire en coopération avec la société pétrolière publique brésilienne Petrobras. La Turkish Petroleum Corporation (TPAO) a récemment signé avec Petrobras un accord d’un montant de 800 millions de dollars USD portant sur une exploration pétrolière conjointe en mer Noire. Selon M. Yildiz, l’exploration conjointe avec Petrobras pourrait durer de deux à trois ans et devrait permettre de découvrir d’importantes réserves pétrolières. Le ministre a indiqué que le gouvernement était déterminé à poursuivre son exploration en mer Noire et avait prévu d’investir un total de 450 millions de dollars USD dans ce but. Today’s Zaman 09.10.2009

La Turquie 5ème au classement OCDE des privatisations La Turquie a été classée 5ème parmi les dix premiers pays appartenant à l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) désignés dans un classement portant sur les privatisations. Dans la liste « Les 10 plus grandes opérations de privatisation Dans la liste des dix plus grandes opérations de privatisation dans les pays de l’OCDE de 2000 à 2007, établie sur la base des montants absolus les plus élevés, la Turquie s’est classée 5ème après la France, l’Italie, l’Allemagne et le Japon, avec 25 milliards de dollars US de transactions de privatisation. minvest.gov.tr

4

newsletter no. 8 novembre 2009m


Ce classement a été publié dans un rapport de l’OCDE intitulé « Privatization in the 21st century: Recent Experiences of the OECD Countries-Report on Good Practices », qui a évalué les politiques de privatisation couronnées de succès. AA 09.10.2009

« L’intérêt des investisseurs pour la Turquie augmente. » La communauté internationale a toute confiance dans les politiques économiques de la Turquie et l'intérêt des investisseurs pour la Turquie augmente, a déclaré Ali Babacan, vice-Premier ministre turc et ministre de l’Économie, lors de l’évaluation des récentes réunions du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale à Istanbul. À l’occasion de ces réunions, M. Babacan a rencontré de hauts-responsables de plusieurs pays et diverses institutions financières. Lors d’une conférence de presse pour l’évaluation des réunions annuelles FMI-Banque mondiale à Istanbul, M. Babacan a déclaré : « Istanbul ayant accueilli tous les grands acteurs de l’économie mondiale, ces réunions peuvent également être considérées comme le plus grand salon mondial de la finance et de l’économie. ». Il a également souligné que les responsables économiques turcs avaient pu rencontrer des représentants des agences internationales de notation et qu’ils s’étaient entretenus de la solidité des structures économiques de la Turquie, de ses bonnes performances macroéconomiques au cours des dernières années, de son excellente position au cours de la crise économique et de sa détermination à mener ses politiques. M. Babacan a mentionné l’importance de ces réunions pour que la Turquie annonce un plan d’action destiné à faire d’Istanbul un pôle financier international. Hurriyet Daily News 09.10.2009

Le Turc Akbank prévoit une croissance des prêts de 15 à 16 % en 2010 Ziya Akkurt, directeur général d’Akbank, a déclaré que le prêteur turc prévoyait une croissance des prêts de 15 à 16 pour cent en 2010, laquelle excéderait ainsi la croissance globale du secteur bancaire, qu’il estime à 12-13 pour cent. Il a précisé aux journalistes que la banque, première société turque en termes de valeur marchande et dont 20 pour cent des parts sont détenus par Citigroup, se positionnerait l'année prochaine de manière plus agressive et ouvrirait 50 à 60 nouvelles filiales. Le secteur bancaire turc a prouvé sa haute capacité de résilience pendant la crise mondiale, grâce aux strictes règlementations mises en place depuis la crise financière subie par le pays en 2001 et à l’absence d’exposition aux actifs toxiques ou exotiques. Par ailleurs, la baisse des taux par la Banque centrale pendant onze mois a également stimulé les bénéfices enregistrés par les banques turques en raison des coûts de financement plus favorables et du produit net des intérêts plus élevé. Akbank a annoncé une augmentation de 44 pour cent de son bénéfice net au deuxième trimestre. Reuters 12.10.2009

RES sur le marché turc de l’énergie éolienne Renewable Energy Systems Holdings Limited (RES), l’une des premières sociétés mondiale d’énergie renouvelable, a annoncé vendredi qu’elle avait conclu l'acquisition d’un portefeuille de projets d’énergie éolienne sur le marché turc. Dans une déclaration écrite publiée par la société, RES a indiqué que cette acquisition, qui représente une capacité de près de 500 MW, est la première étape importante pour l’entrée de RES sur le marché turc, dont le potentiel de génération d’énergie éolienne est vaste et quasi inexploité. Selon cette déclaration, les projets seraient réalisés sur une période de trois à quatre ans une fois les licences de production acquises, soit dans les prochains mois. Ces projets nécessiteront un investissement de 750 millions d’euros. « Après avoir bien examiné notre expansion sur les marchés méditerranéens, nous avons identifié le marché turc comme minvest.gov.tr

5

newsletter no. 8 novembre 2009m


étant l’un des quatre grands pôles de croissance de notre activité », a précisé Jean-Marc Armitano, PDG de RES Mediterranean, dans la déclaration. Exprimant son approbation pour l’acquisition, Alpaslan Korkmaz, président de l'Agence turque pour la promotion et le soutien à l'investissement (ISPAT), a déclaré qu’elle répondait parfaitement à l’objectif de libéralisation du marché de l’énergie visé par la Turquie. Today’s Zaman 12.10.2009

Plus de 30 sociétés grecques au Forum des entreprises d’Izmir Selon une déclaration faite mardi par un diplomate grec, plus de 30 sociétés grecques participeraient cette semaine à un Forum des entreprises dans la province égéenne d’Izmir. Hara Skolarikou, Consul général de Grèce à Izmir, a indiqué que l’ambassade de Grèce à Ankara et la Chambre de commerce d’Izmir accueilleraient conjointement un « Forum turco-grec des entreprises » à Izmir les 15 et 16 octobre. « Plus de 30 sociétés grecques vont participer au forum », a indiqué M. Skolarikou lors d’une conférence de presse. Il a précisé que le forum serait principalement consacré au secteur agroalimentaire. « L’objectif de ce forum est de dynamiser les relations économiques et commerciales entre les sphères des affaires ainsi que les organisations et administrations locales turques et grecques, et de développer les échanges entre les îles grecques et les côtes occidentales de la Turquie », a ajouté M. Skolarikou. Ekrem Demirtas, président de la Chambre de commerce d’Izmir, a précisé que 50 sociétés turques environ participeraient au forum. AA 14.10.2009

La Turquie prépare les privatisations, à commencer par la distribution d’électricité L’Agence de privatisation turque (OIB) a accéléré la réalisation de ses études portant sur les privatisations prévues pour 2010 et qui représentent 10 milliards de lires turques. L’OIB a lancé des appels d’offres pour les sociétés de distribution d’électricité Coruh Elektrik Dagitim, Osmangazi Elektrik Dagitim et Yesilirmak Elektrik Dagitim, ainsi que pour plusieurs usines de sucre. « Nous avons déjà dépassé la valeur escomptée pour les privatisations de 2009, à savoir 4,5 milliards de lires turques. L'activité sera plus importante en novembre et en décembre", a déclaré un représentant de l’OIB. L’OIB a désigné un consortium composé de Citi Group-Oyak, Yatirim-Master et Danismanlik-Socoin. Il aura un rôle de conseil pour les appels d’offres à venir. L’OIB a annoncé que la date de clôture des offres était fixée au 20 octobre 2010 pour Coruh Elektrik Dagitim-Osmangazi Elektrik Dagitim, qui appartient à la compagnie publique turque de distribution d’électricité (TEDAS), et pour Yesilirmak Elektrik Dagitim. La date de clôture des offres a été fixée au 19 novembre 2010 pour les usines de sucre de Kastamonu, Kirsehir, Turhal, Yozgat, Corum et Carsamba et au 4 décembre 2010 pour les usines de tabac de Camalti et d’Ayvalik. L’objectif visé pour ces privatisations a été respectivement fixé à 4,3 milliards de lires turques, 10,4 milliards, 9,4 milliards et 8,9 milliards pour 2009, 2010, 2011 et 2012. Ziraat Bank attend toujours d’être privatisée. Une autre vague de privatisations est en effet attendue avec la vente des établissements de télécommunications et des activités portuaires.

minvest.gov.tr

Referans 14.10.2009

6

newsletter no. 8 novembre 2009m


Une société hongroise d’épices s’intéresse au marché turc Kotanyi GmbH, un fournisseur hongrois d’épices, a annoncé son intention d’entrer sur le marché turc. « Grâce à son fort potentiel de croissance, la Turquie se classe parmi les trois marchés les plus stimulants d’Europe centrale et de l’Est » a déclaré Erwin Kotanyi, PDG de Kotanyi GmbH, lors d’une conférence de presse organisée mercredi à Istanbul. « La valeur totale du marché turc des épices conditionnées s’élève à 75 millions d’euros. Nous espérons gagner 15 à 20 pour cent de parts sur ce marché », a souligné M. Kotanyi. Hurriyet Daily News 16.10.2009

La Turquie est la 8ème économie agricole mondiale Le ministre turc de l’Agriculture et des affaires rurales Mehmet Mehdi Eker a indiqué que la Turquie était la 8ème économie agricole mondiale. « Le PNB agricole de la Turquie s’élève à 58 milliards de dollars US et le volume de ses échanges agricoles représente 24 milliards de dollars US », a déclaré M. Eker cette semaine lors d’un Congrès turco-allemand sur l’économie organisé à Cologne. « Malgré la période d’austérité et la crise économique mondiale subies depuis deux ans, le secteur agricole turc a enregistré une croissance positive au cours des dernières années », a-t-il souligné. Turk.net 16.10.2009

La Turquie et la Syrie vont achever un pipeline de gaz naturel arabe dans 18 mois Le ministre turc de l’Énergie Taner Yildiz a déclaré cette semaine que la Turquie et la Syrie avaient décidé d’achever la construction du pipeline de gaz naturel arabe dans un délai de 18 mois. M. Yildiz a rencontré les ministres syriens du Pétrole et de l’Électricité dans le cadre de la réunion ministérielle du Conseil de coopération stratégique de haut niveau turco-syrien. M. Yildiz a ajouté que le GPL produit en Turquie pourrait être vendu à la Syrie et que l’accord sur le GPL était sur le point d’être finalisé. AA 16.10.2009

Un parc éolien dans la zone franche européenne Dans la zone franche européenne (ZFE), les travaux de construction d’un parc éolien de 500 kilowatts par heure (kWh) sont en cours. C’est ce qu’a déclaré Zafer Atbakan, directeur général de la zone, située dans le centre industriel de la région de Tekirdag. « Notre objectif est de fournir aux entreprises et aux investisseurs une énergie ininterrompue à faible coût. L’étude de faisabilité a été achevée. Nous avons confirmé que la zone choisie bénéficiait de vents suffisants pour alimenter les turbines », a expliqué M. Atbakan, avant d’ajouter : « Nous envisageons d’investir 1 million d’euros dans une centrale qui produira 500 kWh. » La ZFE souhaite construire un parc d’une capacité de quatre mégawatts. Selon M. Atbakan, les échanges commerciaux des zones franches en Turquie auraient totalisé l’année dernière 23,4 milliards de dollars US. « Notre volume d’échanges sur la même période a atteint 1,5 milliards de dollars US. Il a totalisé 846 millions de dollars US entre janvier et septembre. Nous sommes 5ème en termes d’emploi. Nous souhaitons nous développer en tant que marque », a souligné M. Atbakan.

minvest.gov.tr

Hurriyet Daily News 19.10.2009

7

newsletter no. 8 novembre 2009m


Une délégation d’entrepreneurs italiens en Turquie Une délégation de l’Union italienne des Chambres de commerce composée d’entrepreneurs doit se rendre en Turquie. Elle est constituée de représentants de 25 sociétés italiennes issues de divers secteurs (ameublement, appareils ménagers, mécanique des métaux et accessoires de salle de bains) qui rencontreront des chefs d’entreprise et des organisations professionnelles. Les Chambres de commerce d’Udine, de Massa-Carrara et de Frosinone seront également représentées au sein de la délégation, qui se rendra à Istanbul et à Ankara du 18 au 22 octobre. Des rendez-vous sont prévus avec l’Union des Chambres et Bourses de commerce de Turquie, l’Association des industriels et entrepreneurs turcs, la Chambre d’industrie d’Istanbul et la Chambre de commerce d’Istanbul. AA 19.10.2009

La Turquie, la Russie et l’Italie signent un accord de pipeline D’après une déclaration de la société pétrolière italienne Eni, la Turquie, la Russie et l’Italie auraient signé lundi un accord pour la construction d’un pipeline qui transportera du pétrole brut de Samsun en mer Noire jusqu’au port méditerranéen de Ceyhan. Le pipeline, qui sera construit par Eni et le Turc Calik Enerji, transportera du pétrole russe et kazakh et constituera ainsi un itinéraire alternatif qui permettra de désengorger le détroit du Bosphore. Cet accord s’inscrit dans un projet visant à faire de la Turquie un couloir énergétique d’importance mondiale. Syracuse.com 21.10.2009

Londres accueille le « Sommet sur l’investissement en Turquie » L’ambassade de Turquie à Londres et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) organisent conjointement cette semaine le « Sommet sur l’investissement en Turquie ». Dans une allocution lors de cet événement, Alpaslan Korkmaz, président de l’Agence turque pour la promotion et le soutien à l’investissement (ISPAT), a déclaré : « La Turquie est un pays d’avenir et nous sommes ici pour le faire savoir aux investisseurs. ». Il a ajouté que la Turquie attirait les investissements dans des secteurs tels que l’énergie renouvelable, l’alimentaire, la haute technologie, l’industrie manufacturière et la construction navale. M. Korkmaz a souligné que dans les dix ans à venir, de nombreux investisseurs en Europe allaient rencontrer une certaine gêne à investir et qu’il faudrait au moins 4 à 5 ans pour que l’économie américaine trouve un nouveau souffle. « La Turquie prend sa place en tant que nouvelle destination d’investissement et l’année qui vient sera témoin d’un regain d’intérêt de la part des investisseurs », a souligné M. Korkmaz. Haber Turk - Yeni Safak – Taraf 21.10.2009

Ouverture de la plus grande usine européenne de panneaux solaires en Turquie Ahmet Arslan, directeur général de la division Énergie d’AYT Group, a annoncé que l’usine de fabrication de panneaux solaires de 300 millions d’euros située à Tavsanli, dans la province de Kutahya, serait entièrement opérationnelle d’ici juin 2010. Une fois achevée, l’usine sera le plus gros site de fabrication de panneaux solaires d’Europe. M. Arslan a également souligné que l’usine, créée en partenariat à parts égales entre AYT et la société allemande Sitizn Group Holding AG, serait la première à fabriquer des panneaux solaires en Turquie. minvest.gov.tr

8

newsletter no. 8 novembre 2009m


« L’usine ne produira pas uniquement pour le marché turc ; elle vise les consommateurs du monde entier. En raison de la proximité de notre pays avec les marchés européens, notre site constituera un avantage en termes de temps et de coûts de transport », a souligné M. Arslan. Selon le directeur général, la société allemande possèderait tous les brevets et licences requis dans le domaine de la technologie solaire. Il a également ajouté que les partenaires prévoyaient de combiner trois procédures haute technologie pour la fabrication des panneaux solaires : monocristal, polycristal et couche mince. Ces procédures seront mises en œuvre de manière centralisée dans l’usine de production de Tavsanli. L’usine emploiera dans un premier temps 250 personnes. Le nombre de salariés devrait atteindre 750 d’ici 2013. Today’s Zaman 23.10.2009

La Turquie et la Serbie signent des accords bilatéraux Les présidents turc et serbe, Abdullah Gul et Boris Tadic, ont convenu à l’occasion d’une réunion à Belgrade lundi que les relations entre les deux pays constituaient un « partenariat stratégique ». M. Gul, premier chef d’État turc à visiter la Serbie depuis 1986, est arrivé à Belgrade pour une visite d’État de deux jours. Les deux pays cherchent en effet à consolider leurs relations économiques et politiques. Étant donné que « Belgrade et la Serbie occupent une position stratégique dans les Balkans », M. Gul a indiqué que les sociétés turques étaient intéressées par des projets d’infrastructures en Serbie, notamment l’axe routier Corridor 10. La Serbie et la Turquie ont signé cinq accords bilatéraux lors de la réunion de Belgrade, en particulier un accord de coopération dans des projets d’infrastructures et un autre dans le domaine économique. BalkanInsight.com 28.10.2009

La Turquie et l’Arabie Saoudite envisagent une coopération dans les investissements agricoles L’Arabie saoudite et la Turquie vont entamer des négociations en vue d’élaborer une stratégie future de coopération dans le secteur agricole. C’est Fahd Balghunaim, ministre saoudien de l’Agriculture, qui mènera les négociations ; le représentant turc sera Mehdi Eker, ministre turc de l’Agriculture et des affaires rurales. Interrogé sur le calendrier des négociations, Sadik Arslan, chargé d’affaires auprès de l’ambassade turque, a déclaré : « L’Arabie saoudite et la Turquie souhaitent consolider leurs relations dans le secteur agricole ». M. Arslan a indiqué que M. Eker et ses sept collaborateurs s’étaient rendus en Arabie Saoudite pour une visite officielle de trois jours à l’invitation de M. Balghunaim. Il a ajouté que Riyadh et Ankara étaient partantes pour étudier un nouvel agenda de coopération, surtout dans le secteur agricole. La Turquie est devenue aujourd’hui l’une des destinations les plus prisées des investisseurs saoudiens dans les projets agricoles. C’est l’un des rares pays du monde autosuffisants sur le plan alimentaire. Son sol fertile, son climat privilégié et son abondante pluviométrie rendent possibles presque tous les types de cultures. En termes de surface agricole, la Turquie est également l’un des plus grands pays du monde. Les terres arables représentent environ 35,5 pour cent de la superficie totale du pays, tandis que les forêts totalisent 15 pour cent. Les terres cultivées représentent plus de 26,5 millions d’hectares. « Les sols alluviaux disponibles pour les cultures ont suscité un grand intérêt chez les hommes d’affaires saoudiens. Ils souhaitent investir dans l’agriculture en Turquie » affirme un récent rapport. Ce rapport précise que la Turquie souhaiterait aussi entreprendre des projets communs avec l’Arabie Saoudite.

minvest.gov.tr

Arab News 28.10.2009 9

newsletter no. 8 novembre 2009m


La Turquie et la Russie vont construire une raffinerie sur l’oléoduc Samsun-Ceyhan Sergei Shmatko, ministre russe de l’Énergie, a annoncé aux journalistes que la Russie et la Turquie avaient convenu de construire une raffinerie à l’arrivée de l’oléoduc Samsun-Ceyhan pour vendre des produits pétroliers. « Les discussions entre les participants à ce futur projet de pipeline sont vraiment édifiantes », a affirmé le ministre. Il a également souligné que certains aspects du futur oléoduc avaient également été discutés récemment à Milan. La Russie, la Turquie et l’Italie ont signé un accord concernant la construction de l’oléoduc Samsun-Ceyhan. Le coût de ce projet est estimé à 4 milliards de dollars US. Il sera financé par l’Italien ENI. RBC (Moscou) 28.10.2009

La plus grande société de financement par capitaux propres du Moyen Orient en quête d’investissements en Turquie La plus grande société de financement par capitaux propres du Moyen Orient, Abraaj Capital, basée à Dubaï, envisage d’investir dans une société logistique et les négociations sont sur le point d’aboutir. Elle est en train de constituer un nouveau fonds d’au moins 2 milliards de dollars US pour exploiter les opportunités les plus intéressantes, a déclaré lundi son directeur général. La société d’investissement a réitéré son intérêt pour les pays très peuplés et en pleine croissance économique comme la Turquie.

minvest.gov.tr

Reuters 28.10.2009

10

newsletter no. 8 novembre 2009m


minvest.gov.tr

11

newsletter no. 8 novembre 2009m


ISPAT Newsletter No.8 November 2009 FR