Page 1

maxime le droupéet, architecte d.e sélection des projets étudiants et travaux en agence. 2013-2018


maxime le droupéet

enseignement

+337 83 58 66 88 3, rue Jean-Jacques Rousseau 44000 Nantes m.ledroupeet@gmail.com

2011 2018

ensa nantes Diplômé avec les félicitations du jury

2014 2015

AKU kasetsart university bangkok, thaïlande

expériences professionelles 2017

RAUM stage, 3 mois, nantes

+ extension, restructuration ensam angers concours, lauréat + inventons la métropole du Grand Paris, site croizat-fortin à bagneux concours, lauréat

2016

BIG stage, 7 mois, new-york city

+ musée d’horlogerie Audemars Piguet, le brassus, suisse, PRO + big u, restructuration des berges Est de Manhattan en parc résilient, APD + FLWR, ensemble de bureaux, san fransisco, concours

2015

alphaville ARCHITECTS co. stage, 4 mois, kyoto

+ yufuin visitor center - yashima tourist center, centres culturels, japon, concours + NHouse - Grid House, maison individuelle, Kyoto, APD

2013 2014

clarisse crouigneau, rudy ricciotti temps partiel, 6 mois, nantes

+ suivi du chantier de l’auditorium, rezé réunions hebdomadaires, dessinateur


workshops 2015

2014

2013

compétences ajaccio, mutations quartier des salines tania concko, alicia orsini, christine carboni, CAUE 2A septembre 2015

foreign for learn travail avec les enfants de la communauté Ding Daeng, Bangkok, octobre 2014

street food now création d’un guide illustré pour développer la street food dans les rues de Paris. Damien Antoni Pauline Parcollet paris, nov 2013 février 2014

publications et prix 2017

mémoire de master bangkok, portrait d’une globalisation singulière suivi maëlle Tessier ensa nantes

2016

16ème biennale de venise Reporting from the front projet étudiant «la rue du joli mai» séléctionné pour illustrer le guide du pavillon français.

2013

minimaousse 2013 prix ‘coups de coeur ’ du jury projet ‘pousse-soupes’

logiciels

autocad 2D rhinocéros google sketchup creative suite adobe v-ray motivation pour archicad et revit

perfectionner

langues

français anglais espagnol (moyen)

extra

permis B monitorat fédéral de voile 8 saisons estivales au CNPG (centre nautique de PerrosGuirec, 22700)


001 / a

Prairie aux ducs

Futur CHU

Infrastructure ferroviaire en oubli.

Ceci n’est pas une maison de retraite


Ceci n’est pas une maison de retraite félicitations du jury 2018 PFE Ile de Nantes Julien Perraud J-l Violeau Fréderic Pécheraud Stefan Shankland Juan Pardo A Houdet

Le projet réinvestit les lisières infrastructurelles d’un quartier en mutation ; la transformation du marché d’intérêt national en «métacentre» et l’arrivée du nouveau CHU. En parallèle, le vieillissement de la population nous pousse à interroger la capacité de la ville à accueillir ses habitants les plus agés. Ainsi, le merlon ferroviaire en oubli, à l’interface du méta-centre et du faubourg République-Les Ponts, est support d’une «maison de retraite» Les programmes «communs» (réfectoire, ateliers, salons bibliothèque) profitent à l’ensemble du quartier, ouverts sur la Rue du Scorff, alors que les logements et fonctions plus intimes reservées aux aînés s’ouvrent sur le haut du merlon. Le projet, par une gradation de l’intimité, s’inscrit autant en continuité qu’en rupture avec les rythmes urbains. L’infrastructure, par sa proximité avec le centre-ville, devient support d’une nouvelle intensité sociale, mais sa configuration «en rupture» avec la ville permet de respecter les fragilités liées à la montée en âge. Il s ‘agit autant d’une maison de retraite que d’une plateforme de quartier, favorisant les réseaux de voisinages et de sociabilité dans un quartier à l’interface du faubourg et du méta-centre en devenir.


001 / b


001 / c


001 / d

vers le méta-centre

vers le faubourg République Les Ponts futur arrêt de tramway


001 / e


001 / f


001 / g


001 / h


001 / i


002 / a


caviar exquis 2016 Urbanisme Master 2 Paris Aubervilliers Louis Paillard Maryse quinton Thomas Gouin Jules Loez

Paris. Entre la Porte d’Aubervilliers et la petite ceinture, un ensemble de territoires s’accrochent aux infrastructures de transport. Si les politiques actuelles misent sur le désenclavement, la connexion, la couture urbaine, nous pensons que cet endroit revêt d’un caractère solo qui mérite d’être souligné, accompagnant la dynamique polycentrique portée par les projets de ces territoires du périphérique. En effet, le site doit sa géométrie particulière à des nécéssités techniques (courbure des rails, place requise par les silos de gaz) et sa situation n’a que peu d’histoire commune avec l’évolution des formes urbaines environnantes. Il ne s’agit pas d’en faire un endroit inaccessible, perdu au milieu de la ville mais d’en signifier clairement les limites et la structure. L’échelle de notre intervention nous met en doute sur la vertue d’une forme unique répartie sur plus de dix hectares. Doit-on faire un gigaprojet répartissant de manière uniforme la densité de l’habitat sur un tel territoire, où plutôt adopter une stratégie de «collage» urbain ?


002 / b

plan de sol


002 / c


003 / a

Tentative de faรงades Tour


about:blank 2016 Architecture Master 2 Paris Aubervilliers Louis Paillard Maryse Quinton Thomas Gouin Jules Loez

About blank est une réflexion sur ce que constitue le logement au regard d’une construction. Nous entendons construction comme l’ensemble organisé de conditions telles que le logement mais aussi la structure, les normes, les circulations, le rapport au contexte, l’activité... Chacune d’entre elles s’influencent les une les autres dans l’espace dans un jeu de négociations d’où naît le plan, la coupe, les intentions de volumétries. «Manhattan» est le nom donné à un tissu urbain dense réglé par un damier de solides de 21*26m. Ce tissu s’installe dans une phase charnière du projet urbain « caviar exquis » : la mutation de cap18 (50 000m² de surface d’activité) en zone mixte à dominante résidentielle. Ainsi nous avons cherché au travers d’un plan rationnel, ce jeu de négociations dans l’espace mais aussi dans le temps. La structure dès lors pensée comme dissociée des autres fonctions répondra à un scénario dans lequel les solides vont d’abord recevoir un programme d’activité important, et auront la possibilité par la suite de se résidentialiser en fonction de l’évolution du contexte alentour grâce à l’adaptabilité de leur plan. Les structures, de par leur neutralité fonctionnelle et architecturale cherchent à devenir plutôt que des masses contraignantes et coûteuses un espace de possibles.


003 / b


003 / c


003 / d


003 / e


003 / f


cercle Manhattan & Tour_isomĂŠtrie


004 / a


rue du joli mai 2014 Architecture Master Bangkok Sukhumvit Ajarn Kijchot AKU

Le long de Sukhumvit road, boulevard majeur de Bangkok, persiste des quartiers à l’échelle introvertie. Le soi 33/1 concentre des petits commerces qui tendent à disparaître au voisinage d’immenses malls en construction. Les shophouses, typologie d’habitat traditionel, font cohabiter activité et habitat. Elles sont peu à peu désertées faute d’attractivité économique. L’idée est de réinterroger le potentiel de cette forme bâtie. Plutôt qu’aligner traditionellement les shophouses et de superposer verticalement l’habitat sur le commerce, le projet travaille un jeu d’emboitement et de superposition pour faire exister un ensemble d’activités indépendantes, un «écosystème» en contrepoids des centres commerciaux. L’idée est de travailler sur des nouvelles formes d’habitat (collocations, logements partagés et grands appartements) pour apporter une nouvelle attractivité. Aussi, les différents programmes sont répartis sur différents niveaux, créent des espaces extérieurs aux degrés d’intimité variés, communiquant les uns avec les autres. Ainsi, les regards se croisent, les différents usagers sont amener à se rencontrer et la vie de quartier s’installe petit à petit. Ce travail est une tentative pour préserver un tissu urbain et des pratiques locales, quand les alentours prennent la dimension d’une mégalopole globalisée.


004 / b


004 / c


004 / d


004 / e

N


004 / f


004 / g


005 / a


rue du joli mai 2014 Architecture Licence Route de Vannes Nantes Maëlle Tessier Mathieu Chaumet Kimiko Bonneau Pierre Mangematin

Dans la périphérie de Nantes, le groupe scolaire du Joli Mai est perdu entre les lotissements pavillonaires du début des années 60 et les hangars commerciaux, caractéristiques de la Route de Vannes. L’extension du groupe scolaire devient le prétexte pour relier ces alentours divisés. L’idée principale est de créer une traversée piétonne, dessinée par de nouveaux équipements publics : nouveaux ateliers, une crèche, un restaurant scolaire. Elle relie les quartiers pavillonaires à la Route de Vannes. L’architecture permet de gérer à la fois l’intimité de la cour de récréation, mais aussi d’assurer des transparences sur cette nouvelle voie piétonne. La Rue du Joli Mai est tantôt une voie reliant la Route de Vannes aux quartiers pavillonaires, tantôt un espace public dans l’extension de l’école.


005 / b


005 / c


005 / d


006 / a


les salines 2015 Architecture Workshop Ajaccio Tanya Concko Christine Carboni Alicia Orsini

Ajaccio ne cesse de s’étendre depuis la citadelle napoléonienne jusqu’aux périphéries voisines. Désormais, les Salines, grands ensembles des années 60, se retrouvent au coeur de l’Ajaccio contemporain. Malgré des stéréotypes marqués, cet urbanisme de tours et de barres domine le paysage, et les logements présentent des qualités et vues singulières. L’idée est de réveler ces atouts pour faire des Salines une nouvelle centralité, assumant ce patrimoine du siècle dernier. Les espaces publics peu developpés deviennent des promenades pour les habitants. Les voitures sont regroupées sous un parc suspendu, revisitant la dalle des années 60. Les circulations douces sont privilégiées, les terrasses offrent vue sur mer et les commerces se parcourent des Salines jusqu’à l’océan. Aussi, la promenade le long de la baie est prolongée et permet des évènements à l’échelle de l’agglomération.


006 / b


007 / a


bangkok : portrait d’une globalisation singulière 2017 Mémoire Master Maëlle Tessier Marie Rolland

Depuis les années 1980, les villes seraient soumises à des processus d’uniformisation. Pourtant, les villes continuent de marquer par leurs singularités, tant dans leur forme que dans leurs usages. Ce mémoire s’essaye à dresser un portrait de Bangkok entre 2015 et 2017, à la suite d’une année d’échange en Thaïlande. . A travers 6 fragments de ville, plus ou moins marqués par les transformations de l’économie contemporaine, il donne un aperçu des pratiques urbaines qui naissent de ce métissage, entre influence globale et permanences locales.


007 / b


007 / c

5

3 6

1

2

VICTORY MONUMENT

4

0

50

100

1. GARE ROUTIÈRE 2. STATION DE MOTOTAXI 3. MARCHÉ DE VÊTEMENTS 4. STATION DE SKYTRAIN 5. ARRÊT DE BUS 6. OBÉLISQUE


007 / d


007 / e

1

2

3

L’ENCOMBREMENT DU TROTTOIR 1. parcelle privée 2. trottoir 3. voirie

1

2 3

TEMPLE DE RUE 1. maison des esprits 2. offrandes 3. autel


House

008 / a


grid house 2015 Architecture Kyoto Alphaville Architects Asako Yamamoto Kentaro Takeguchi

Grid House est une maison pour un couple d’artistes venus s’installer à Kyoto. L’enjeu est d’ouvrir la maison sur la rue, pour mettre en vitrine le travail et l’atelier de Kotaro Miyanaga, alors que le logement nécessite une forte intimité. Deux volumes se juxtaposent dans la parcelle. La structure en bois, calculée en fonction des risques sismiques, est recouverte de panneaux de contreplaqué pour donner à lire une architecture unifiée. La complexité principale est d’arriver à une trame rationelle tout en préservant des hauteurs et des volumes importants, capables de recevoir les oeuvres du propriétaire. A l’intérieur, un parcours s‘organise du plus public au plus intime, bien que l’ensemble des pièces communique entre elles. Les nombreux travaux en maquette ont permis de tester l’esthétique du bâtiment mais aussi de vérifier la lumière et les vues depuis l’intérieur de la maison, importantes lorsque la parcelle est si étroite.


008 / b


008 / b


0010 / a


la maison des fondateurs Audemars Piguet 2016 Architecture Le Brassus B IG Daniel Sundlin Rune Hansen Otilia Pupezeanu Iva Ulam

La Maison des Fondateurs, concours remporté en 2014, est un atelier-musée visant à mettre en valeur le savoir-faire des horlogers suisses Audemars-Piguet. L’agence BIG a imaginé un bâtiment «parcours», en continuité avec l’atelier original. La forme sculpturale du projet nécessite une étude précise de chaque élément de détails et de matérialité. Mon travail, peu de temps avant la livraison du permis de construire, a consisté en la réalisation d’un détail du brise-soleil, dessiné paramétriquement sur informatique et réalisé par des artisans de Brooklyn, et dans le choix des matériaux et du mobilier pour les pièces intérieures. Chaque décision est à la fois testée en maquettes, prototypes, et en montages photoréalistes pour communiquer l’ambiance aux clients. L’attention apportée aux détails est identique pour toutes les pièces, que ce soit la salle d’exposition principale ou les vesitaires des employés.


0010 / b

Premier prototype à la sortie de l’atelier, Brooklyn, New-York.

51


0010 / c


0010 / d


0010 / e


2018  
2018  
Advertisement