Page 1

Pocvou avait depuis maintenant plusieurs semaines ouvert sa lettre où lui était annoncé son passage vers la citoyenneté. Le jeune menuisier, habile, avait donc appris, après peu d’échecs avait appris à manier le bois d’une manière si aiguisée, qu’il atteignait presque le niveau de son nouveau mentor, qui était Moltji. Mais désormais Pocvou voulait atteindre des bénéfices avec sa nouvelle vocation. De ce fait, il commença à s’intéresser aux affaires du royaume…….

Chapitre Premier : La formation d’un nouveau menuisier :

Un beau matin d’hiver, Pocvou se leva confortablement de son nouveau lit, qu’il avait lui-même confectionné, tout en disant : « Ah encore une belle journée qui s’annonce ! ». Pocvou dès aujourd’hui, s’était mis à l’épreuve de s’intéresser à l’économie du royaume. Il pensa que se faire former par un vieux commerçant avec énormément d’expérience serait un premier pas pour son apprentissage. Dès lors il pensa à son roi, Nutellcraft ! Ce maçon était surement l’un des meilleurs commerçants du royaume, il pouvait se remplir les poches d’un claquement de doigt ! Mais avant cela, le roi a du passé par de nombreuses épreuves, et c’est cela que Pocvou voulait apprendre….. Pocvou sortit de chez lui, il faisait rudement froid à Namnis en hiver. Gelé, il courut vers l’atelier du roi, et y entra. « Nutellcraft, êtes-vous là ?! » cria Pocvou. Il n’entendu que craquellement et bruits de souris. Il s’avança vers un bureau où le roi avait l’habitude de faire ses schéma, et il aperçut une pancarte avec écrit dessus « La Nutell’Ardoise de Namnis sera fermé en cette période d’hiver, due au froid violent qui s’abat sur la cité cette hiver, merci de votre compréhension ». Là Pocvou ne se posât qu’une question : Mais où peut-être le roi, si il ne travaille pas à Namnis ? Puis là il y eu un éclaircissement, Pocvou se souvint que le roi possédait une large demeure Stendel, où il possédait un autre majestueux atelier. Pocvou n’eut pas le choix d’aller à Stendel avec son destrier, comme le Splash hibernait en hiver. Pocvou arriva sur la place de Stendel et s’abrita vite dans une taverne afin de se réchauffer. Au passage il prit une bière. « Cela vous fera 1 Pièce d’Argent monsieur, s’il vous plait ». Pocvou sortit de sa bourse la monnaie observait tout en meme temps comment le tavernier faisait son commerce et comment il son échoppe. Pocvou s’aperçut qu’il trainait trop : Il sortit de la taverne, il était déjà midi. La chute de neige commençait à s’adoucir, Pocvou sauta sur son cheval et se dirigea tout droit quartier maçon : Il était sûr d’y trouver son roi. Il arrivait dans une rue qui lui semblait familière, puis il vit un panneau : « Vers la Nutell’Ardoise ! Continuez dans la Rue Brique ! ». Il sauta de son cheval et le tenait. Il commença à entendre comme des bruits de marteau. Il continua à marcher puis là il vit son roi, avec un marteau et un burin en diamant dans la main. Evidemment, le roi l’aperçut et lui demanda ce qu’il faisait là. Pocvou lui expliqua son histoire et donc demanda une requête à son roi qui était : Pourriez-vous m’apprendre le sens des affaires afin de me former comme futur commerçant ? Le roi ne posa pas la moindre question et accepta sans tarder : « Jeune Pocvou, ta formation commence dès aujourd’hui ! Tu as de la chance, aujourd’hui, j’ai un acheteur qui m’a demandé une grosse commande. Tu auras juste à charger l’ardoise afin que je puisse ensuite la vendre. ». Pocvou travailla sans arrêt toute l’après-midi et ne cessa de poser des questions au roi, qui sans hésiter, lui répondait. Avec l’aide de Pocvou, la commande avait été finie en moins de temps qu’il n’en faut.


Deux heures de repos furent abordées, puis le roi entendit une cloche à son magasin : L’acheteur venait chercher sa commande. Le roi dit discrètement à Pocvou « Observes bien comment je fais marcher mon commerce avec les clients. Taches d’en tirer un bon apprentissage ! ». Pocvou alla chercher au fond du magasin la commande et la laissa en dehors du magasin. Il réentra dans l’échoppe et écouta discrètement la conversation du vendeur et du client : Cette conversation était très instructive pour Pocvou, ce n’était pas si compliqué en fin de compte de marchander ! Il fallait juste savoir poser sa voix, parler poliment à l’acheteur et demandait correctement la somme voulue, sans oublier de remercier d’un ton enchantée. Pocvou suivit ce parcours pendant un mois, jusqu’à un jour où le roi lui dit : « Tu sais Pocvou, je pense que tu en as assez appris de mon commerce. Je te conseillerais d’aller te former maintenant chez un menuisier. Tu verras que ce n’est pas le même marché qu’un maçon, et je pense que cela sera mieux pour toi ! ». Pocvou d’un air plutôt déçu de quitter le commerce du roi, se disait quíl allait en apprendre bien plus à un magasin menuisier. Pocvou remercia énormément le roi pour ce grandiose début de formation, puis s’en alla…….

Chapitre Second : Apprentissage approfondi :

Pocvou devait désormais trouver un commerçant menuisier, mais il se posa une question : Moltji était –il commerçant ? Il s’aventura sans perte de temps au quartier menuisier voir son mentor puis lui posa la question. Le mentor lui répondit qu’il faisait son commerce, certes depuis moins longtemps que le roi mais cela faisait déjà un bout de temps. Pocvou subjugué d’apprendre cette nouvelle, avait donc trouvé son nouveau formateur. Il demanda sans attendre de voir le magasin de ce dernier. Ils étaient à une petite maison construite entièrement en bois, qui n’était rien d’autre que le lieu où Moltji vendait ses produits. Moltji commença à donner une leçon à Pocvou : « Si tu veux bâtir ton affaire, il va falloir que ton magasin soit ordonné et que tes produits soient montrés explicitement. » Pocvou observait le magasin et trouvait vraiment cela bien rangé, contrairement à l’atelier de son mentor. En effet comme il l’observait dans les paroles de son mentor, l’affaire d’un menuisier se fige en grande partie à l’apparence donnée à son shop et à la qualité des produits du menuisier. En effet, la formation avec Moltji fut plus longue que celle avec le roi. Pocvou en apprenait énormément, à chaque achat, il observait au moindre détail les qualités de Moltji. Pocvou aidait aussi énormément : comme il était menuisier, il pouvait aider Moltji à « construire » ses commandes, et il s’aperçut que ce n’était pas simple, ainsi qu’il fallait être patient. Mais en retour, il s’aperçut que les bénéfices d’un commerçant, était plutôt gros ! En ce début d’automne, Pocvou pensait qu’il avait fini sa formation. Il voulait désormais monter sa propre affaire……..

Chapitre Troisième : Naissance d’un nouveau commerçant :


Après cette formation qui dura quasiment une demi-année, Pocvou était désormais de retour à Namnis. Il s’était mis en tête de construire son magasin dans la cité. Il se posa donc à sa maison pendant quelques jours afin de faire le schéma de son échoppe. Ce fut après ces jours de dessin, que Pocvou s’installa sur une parcelle libre de Namnis et y construit son échoppe tout en y donnant le plus grand soin afin de la rendre attirante. Les premières semaines, l’ambiance dans le magasin n’était pas fameuse. Pocvou n’allait que jusqu’à avoir cinq clients par semaine. Mais Pocvou apprenait avec le métier à donner envies aux clients d’acheter ces produits. Les clients devenaient de plus en plus enthousiastes et étaient de plus en plus fréquents. Pocvou se faisait connaitre dans tout le royaume pour ses prix hallucinants et la beauté de son magasin. Juste 3 mois après l’ouverture de son magasin, Pocvou ne cessait de recevoir de la clientèle. Il devait quasiment remplir ses stocks toute les semaines : son affaire marchait du tonnerre. De plus l’ambiance dans le magasin devenait de plus en plus impressionnante : elle était passait de simples visiteurs avec un petit sourire à des clients réguliers qui se battaient afin d’avoir un produit. Pocvou état fier de l’affaire qu’il avait bâtis…… Puis un dimanche, jour où était fermé le magasin, Pocvou entendit quelqu’un qui frappait à la porte. Il ouvrit sans crainte, puis…… aperçut Moltji qu’il serra fort dans ses bras tout en versant une petite larme, car sans lui, il n’aurait jamais été là ……….


Role-Play Candidature commerçante de Pocvou  

A la chaise balèze de Pocvou - Rp commerçant

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you