Page 43

REPORTAGE • maxibasketnews 43

Thomas Berjoan / BasketNews

5

7

Thomas Berjoan / BasketNews

jambes en travers de l’allée et va les faire reposer sur la rangée de gauche. Même le capitaine de bord est obligé d’enjamber les compas de Fofana pour rejoindre les toilettes au fond de l’appareil. Pendant ce temps-là, Ali Traoré est plongé dans la lecture de Consoles +. « Tout le monde joue aux jeux vidéos ici, enfin, sauf les anciens », nous explique-til dans un hochement de tête, désignant Aymeric Jeanneau et Laurent Foirest. « Moi, j’ai toutes les consoles ! » L’avion dépasse rapidement les Alpes et file vers l’est. Trois grosses heures et demie de vol. Nous atterrissons à Mariupol à 16h30. Une heure de décalage horaire. Le soleil s’est couché pendant le vol et c’est nuit noire lorsqu’une délégation vient accueillir notre avion sur le tarmac. La porte s’ouvre, quelques uniformes coiffés de chapkas montent à bord. Toujours un peu impressionnant. On a beau savoir que tout est en règle, le pincement au cœur est inévitable. Quelques blagues fusent, « qui a la malette de billets ? », mais finalement personne n’est trop pressé de passer en premier quand on nous fait signe. À quoi faut-il s’attendre ? En septembre avec l’équipe de France pour les qualifications, Stephen Brun nous avait compté par le menu le traquenard tendu par les Ukrainiens à Kiev : hôtel miteux, nourriture suspecte, la totale. Dehors, il fait froid. Probablement proche des -10 degrés. Un grand projecteur éclaire la piste balayée par un vent cinglant. Il faut faire à pied la centaine de mètres qui nous sépare de l’aéroport, guère plus grand qu’une gare de campagne. À l’intérieur, avant de retrouver les bagages, passage obligatoire à l’immigration. Une fiche de renseignement à remplir. Ali Traoré écrit être venu « pour le business ». Un bus nous attend à l’extérieur. Les phares éclairent une route entièrement recouverte de neige, bordée de congères d’un bon mètre. La nuit a cette opacité qu’on ne retrouve qu’en rase campagne. Troutman lâche dans un grand sourire  : «  Franchement, on dirait pas un film d’horreur  ? Tu as vu Hostel ? (ndlr : un film ou des touristes sont séquestrés et tués en Slovaquie) Ça ressemblait un peu à ça  !  » Le bus rejoint le centre de Mariupol, cité sidérurgique de 500.000 habitants sur les bords de la mer Noire. La plus grande usine de construction mécanique, Azovmash, est également propriétaire du club de basket. De grandes avenues très

Thomas Berjoan / BasketNews

Stéphanie Pujol / ASVEL

6

MaxiBasketNews#5  

French Basketball Magazine

Advertisement