Page 42

42

maxibasketnews

2

Thomas Berjoan / BasketNews

1

4

à l’avant du bus. Derrière lui, sur sa droite, Amary Sy. Un peu timide à son arrivée en France en 2006, Troutman est désormais parfaitement à son aise. Souriant, affable, il engage la conversation.

La malette de billets ! Le trajet jusqu’à l’aéroport Saint-Exupéry dure une petite demi-heure. Arrivés au parking VIP, direction le bureau d’enregistrement. Le vol est affrété par une compagnie de Chambéry sur un jet d’une cinquantaine de places, uniquement réservé pour l’équipe. Ali Traoré profite de l’attente de l’enregistrement des bagages pour annoncer à Vincent Collet que le médecin lui a détecté une contracture musculaire à l’intérieur de la hanche, ce qui explique ses douleurs récurrentes aux adducteurs. Une zone pas facile à détendre et à étirer. Une seule solution, le repos, et l’intérieur n’en a pas eu beaucoup ces derniers temps. Du coup, Vincent Collet n’a pas encore vu jouer Fazekas, mais se félicite de sa présence. Bangaly

Fofana (2,12 m pieds nus, 20 ans), le rookie de l’équipe, porte les casse-croûte prévus pour l’avion. Certaines traditions traversent l’Atlantique. Nous sommes dix-neuf à embarquer. Les onze joueurs, trois coaches, un intendant, un kiné, la responsable communication du club et un confrère du Progrès. De quoi s’étendre dans un zinc dont se sert parfois l’Olympique Lyonnais de foot, nous apprend l’hôtesse de l’air. Une rangée de deux sièges à droite et un siège dans la rangée de gauche. Les joueurs squattent le fond et laissent l’avant au staff. Dès le décollage passé, Vincent Collet et ses deux assistants, Pierre Tavano et Nordine Ghrib, se mettent au boulot. Visionnage des adversaires sur lecteur DVD portable, dernier brief et puis le head coach sort sa plaquette pour discuter des options défensives les plus pertinentes. Le gros de la discussion ? Comment limiter l’impact du meneur de Mariupol Khalid El-Amin. Après la collation, les joueurs se reposent. J.R. Reynolds, en fin de grippe, a trouvé le sommeil. Ben Dewar aussi. Bangaly déplie ses interminables

“Franchement, on dirait pas un film d’horreur ?” Chevon Troutman

Thomas Berjoan / BasketNews

3

Thomas Berjoan / BasketNews

Avant d’arriver à l’hôtel quatre étoiles The European (photo 2), il a fallu s’occuper pendant quatre heures d’avion (5). Ali Traoré (1) dévore son magazine Consoles +, Vincent Collet (3, à droite) discute avec son assistant Pierre Tavano (3, à gauche) des options tactiques pendant que Ben Dewar (4) pique un roupillon. À l’arrivée, Laurent Foirest (6) patiente dans le hall en attendant qu’on lui remette ses clés. Après une bonne nuit de sommeil, les joueurs (7) sont prêts pour l’entraînement du matin, le jour du match.

MaxiBasketNews#5  

French Basketball Magazine

Advertisement