Page 41

REPORTAGE • maxibasketnews 41

Thomas Berjoan / BasketNews

garanti ! Lundi 12 janvier, l’équipe de LyonVilleurbanne a rendez-vous à l’Astroballe pour ce qui sera son dernier déplacement en Europe de l’année. Direction Mariupol. Avion privé, destination exotique, hôtel quatre étoiles, incompréhensions culturelles et froid glacial. Carnet de bord. Par Thomas BERJOAN, embarqué.

Thomas Berjoan / BasketNews

L

undi matin, 10 heures, parking de l’Astroballe. Une fine couche de neige, solidement plaquée au sol par une nuit de gel, couvre le panorama au-dessus du périphérique de l’agglomération lyonnaise. Nick Fazekas, le pigiste médical d’Eric Campbell, dernier arrivé dans le groupe, est le premier sur place. Son avion est arrivé la veille avec six heures de retard et il va faire connaissance avec ses coéquipiers au cours de ce déplacement. Un par un, les joueurs arrivent. Intégralement habillés par l’équipementier du club, du bonnet aux chaussettes. Ils montent sans tarder dans le bus aux couleurs du club. Seul Ali Traoré reste un moment pour bavarder à l’extérieur. La température est négative dans le Rhône et le pivot de l’ASVEL s’inquiète des rigueurs à venir en Ukraine. « Attends, au Havre, il pleut tout le temps, mais il fait pas aussi froid que ça. Là-bas, ça va être pire ? Ah non, je ne peux pas ! » Puis il rentre au chaud dans le bus. Les coaches arrivent, le bus peut démarrer. À l’intérieur, des sièges en cuir et une ergonomie adaptée aux gabarits des colosses. Rarement eu autant de place pour étendre mes jambes ! Au milieu du bus, un espace avec huit sièges se faisant face est réservé pour le staff, qui peut tenir conférence sans avoir à se déplacer les vertèbres du cou. Dans le bus, à chacun sa place, rituel respecté avec une rigueur religieuse. Superstition ? « Oui, il y a un peu de ça », nous confirme Chevon Troutman qui termine un sandwich

MaxiBasketNews#5  
MaxiBasketNews#5  

French Basketball Magazine

Advertisement