Page 24

24

maxibasketnews

LES ÉCHOS

ÇA DOIT ÊTRE UN RECORD !

1-3

Pascal Allée/Hot Sports

Le bilan de l’ASVEL (1 victoire pour 3 défaites) après quatre journées. Évidemment faible, surtout lorsqu’on est le champion en titre. Dijon (à l’Astroballe), Roanne et Orléans ont déjà eu la peau de la bête. Une fiche indigne, qu’aucun champion n’a jamais affiché, n’est-ce pas ? Eh bien détrompez-vous ! Rien que depuis le début du siècle, deux autres champions ont déjà connu pareilles difficultés après quatre journées. Il s’agissait du Mans en 2006-07, avec déjà Vincent Collet à la barre, et de Pau-Orthez en 2004-05. En revanche, les Pau-Orthez 2003-04 (8-0) et 2001-02 (7-0) ont la palme du départ en trombe.

2000 : L’ASVEL de Greg beugnot atteint les quarts de finale de l’Euroleague.

IL Y A 10 ANS

2

C’ÉTAIT MIEUX AVANT ?

l On ne va pas se mentir, les clubs français étaient plus compétitifs il y a une décennie. D’ailleurs, en 1999-2000, l’ASVEL, première de sa poule au premier tour (8-2, devant Olympiakos et le Maccabi, si si), est allée jusqu’à la belle des quarts de finale (contre Efes Pilsen Istanbul). Et pourtant, si l’on regarde les résultats de tout début novembre, il y a tout juste dix ans, ça n’était pas plus reluisant que ça. L’ASVEL bat Ülker Istanbul d’un point (60-59) avec 19 points de Marlon Maxey, mais Pau-Orthez et Cholet s’inclinent sans gloire (et compileront finalement 7 succès pour 25 défaites). Les Palois craquent au Palais devant le Buducnost Podgorica (68-72) de Dejan Tomasevic (21 points, 8 rebonds, 4 passes et 2 interceptions) et Cholet prend le bouillon à la Benetton (57-73), qui s’appuie sur Tyus Edney (19 points et 5 interceptions). Comme quoi…

C’EST DOMMAGE

POITIERS POUSSE LES MURS

La salle de Poitiers (ici, Pierre-Yves Guillard) est trop petite pour la Pro A.

5

Les points, les rebonds, l’évaluation, l’adresse et les contres. Voilà les cinq catégories, et pas des moindres, qui sont dominées, cette saison, par des joueurs non-Américains ! Ok, on triche un peu car Derrick Obasohan (28,5 points et 24,0 d’éval.) est né à Houston mais il est bel et bien d’origine nigériane (et en a le passeport). Mais Saer Sene (12,0 rebonds) est bien sénégalais, Michel Jean-Baptiste Adolphe (80,0% aux tirs !) et Dounia Issa (3,0 contres) sont bien français. On ajoutera qu’Akin Akingbala (2,25 dunks, numéro 1) est nigérian, comme Obasohan, mais lui il est né à Lagos.

10/12

L’adresse à trois-points du power roannais, Dylan Page, fait peur à voir – peur à l’adversaire, s’entend.

Hervé Bellenger / IS

l Pour le premier match de son histoire en Pro A à domicile, contre le Paris Levallois, le PB 86 a refusé 300 personnes. Le club avait réservé quelques centaines de places vendues au guichet le soir du match. Ce fut insuffisant. Ce sold-out était prévisible puisqu’en Pro B, l’affluence moyenne à la salle Lawson Body était de 2.340 spectateurs et Poitiers avait rempli à plusieurs reprises cette enceinte de 3.000 places. Le club évolue désormais dans la salle Saint-Eloi, une salle neuve, à la capacité plus modeste (2.400) ! Non seulement le club perd des spectateurs potentiels mais aussi des recettes supplémentaires. La recette globale par match à Saint-Eloi est de 13.000 euros. Un vrai manque à gagner. Une aberration évidemment mais, en l’absence d’autres solutions, le promu est bien obligé de s’en accommoder. La solution pour éviter de

C’est cocasse, et fort inhabituel. Poitiers, promu, a trouvé le moyen d’aller gagner à Nancy puis à Chalon lors de ses deux premiers déplacements, alors qu’en parallèle, les Pictaviens s’inclinaient à domicile contre Paris Levallois et HyèresToulon. Le monde à l’envers.

faire des mécontents à l’entrée ? « Vendre toute les places les jours précédents », proposait Alain Baudier dans la presse locale. Ce qui ne devrait pas poser de problèmes au PB 86. L’équipe a toutefois prévu de jouer six matches aux Arènes (4.000 places).

+16,9

L’augmentation de la moyenne offensive de Derrick Obasohan (Hyères-Toulon) entre la saison dernière et celle-ci. L’an passé, ce bon Derrick apportait, à Strasbourg, 11,6 points en 23 minutes, contre 28,5 points en 39 minutes en 2009-10. Son record de 200809 : 25 points, contre l’ASVEL et… HyèresToulon. Cette saison, ses fiches : 35, 33, 27 et 19 points. Ça ne durera pas à ce rythme, mais quand même, c’est impressionnant.

MaxiBasketNews#14  

Le magazine du basket français

Advertisement