Page 22

22

maxibasketnews

RENFORTS EUROPÉENS DE LUXE

MILIC, PAS LE PREMIER l En s’attachant les services de Marko Milic, en cours de route, l’Entente Orléanaise a non seulement musclé son effectif mais lui a aussi donné une belle couche de lustre. L’ailier slovène n’a en effet pas moins de onze saisons d’Euroleague et cinq EuroBasket derrière lui. Et pas comme porteur d’eau : 12,0 points et 4,8 rebonds de moyenne en 160 matches d’Euroleague. Il a même joué

Pascal Allée/Hot Sports

LES ÉCHOS

en NBA, bien que cela ait surtout consisté à s’échauffer. Bref, ce vétéran (32 ans) est un « nom », qui a même été une drôle d’attraction dans ses jeunes années (panier cassé sur un dunk au Final Four 1997, dunk par-dessus une voiture lors d’un All-Star Game). Pourtant, il n’est pas le plus gros poisson péché par les clubs de Pro A en cours de saison. Spécialement, pour vous, notre Top 10.

LE TOP 10 AU PRESTIGE 1- Zarko PASPALJ

3- Mirsad TÜRKÇAN

Stats Pro A : 12,1 pts à 49,4% et 4,7 rbds (9 matches)

Stats Pro A : 15,9 pts à 50,7% et 8,4 rbds (12 matches)

Serbe – Ailier-fort – PSG Racing 1996-97 LA star. Champion du monde et trois fois champion d’Europe avec la grande Yougoslavie puis la SerbieMonténégro (+ deux médailles olympiques !). Des cartons de folie pendant plus de dix ans au plus haut niveau. Un passage manqué en NBA. Un salaire de nabab. Un «  respect  » énorme des arbitres. Sans aucun doute le plus beau CV jamais passé en France.  À trente ans passés, quand il débarque à Paris, il n’est plus le joueur ultra dominant du passé et les paquets de cigarettes commencent à peser. En fait, Zarko préfère organiser des fêtes entre amis à Paris plutôt que d’aller à l’entraînement. Il est viré.

2- Nikola VUJCIC

Croate – Pivot – ASVEL 2001-02

Stats Pro A : 13,8 pts à 46,2% et 7,1 rbds (27 matches)

Photos Pascal Allée/Hot Sports

Oui, le premier trophée de Vujcic a été récolté en France ! Considéré comme le pivot du futur, il est acheté par le Maccabi à Split, à l’été 2001, mais le club israélien se retrouve avec pléthore de centres et ne peut, légalement, pas tous les aligner. Le Maccabi prête donc le très technique Croate à l’ASVEL de Boscia Tanjevic. S’il ne parvient pas à stabiliser le jeu d’une équipe rhodanienne composite, il affiche tout de même une sacrée classe. Et, en playoffs, il frappe. Panier de la gagne lors de la finale de Pro A, victorieuse, contre Pau-Orthez, et titre de champion pour l’ASVEL.

Turc – Ailier-fort – PBR 2000-01

Quand il signe à Paris, où évolue Tony Parker, « Mirsad le fou » n’a pas encore bâti la solide carrière européenne qu’on lui connaît mais il a déjà démontré, avec Efes Pilsen, qu’il est un des meilleurs rebondeurs du continent, sinon le meilleur, et un joueur qui possède un grand avenir. Mais il sort d’un échec en NBA et son passage dans la capitale lui sert à se refaire avant de signer au CSKA Moscou. Un cador, dont on se demande comment il a pu faire escale au PBR après son expérience NBA.

4- Jurij ZDOVC

Slovène – Meneur – PSG Racing 1996-97 Stats Pro A : 9,8 pts à 56,3% et 3,4 pds (5 matches)

Il n’est pas encore « carbo  » ce bon Jurij, lorsqu’il vient au chevet du PSG, mais on sent que le physique, déjà, ne suit plus, et il sera d’ailleurs contraint de jeter l’éponge. Néanmoins, sa classe, son sang-froid et son expertise apportent un peu de stabilité à l’équipe parisienne. Et puis, sur le papier, Zdovc, c’est le standing au-dessus. Champion d’Europe et du monde avec la Yougoslavie (et dans le cinq majeur, s’il vous plaît), vainqueur de l’Euroleague 1993 avec Limoges… Un cador.

5- Gidza MURESAN

Roumain – Pivot – Pau-Orthez 1995-96

Stats Pro A : 17,5 pts à 73,3%, 9,8 rbds et 3,0 blks (4 matches) Plus fort que lors de son premier passage en Béarn (199293), lorsqu’il sortait juste de sa Roumanie, et plus fort aussi

que lors de son troisième séjour à Pau (2000-01), Gidza déchire tout lors de cette courte pige avec l’Élan en 1995-96. Lock-out NBA oblige, l’attachant Roumain revient aider son club de cœur à passer le tour préliminaire de l’Euroleague (contre Ljubljana) et, pour la bonne bouche, écrase les raquettes françaises pendant un mois. Gigantesque.

6- Dusko IVANOVIC

Monténégrin – Arrière – Limoges 1992-93 Stats Pro A : 16,2 pts à 59,7% et 4,3 pds (6 matches)

Pas le plus connu des joueurs de la Jugoplastika Split qui domina l’Europe à la fin des années 80 et au début des années 90, mais pas le moins important. Car c’est lui, Dusko, qui était souvent le meilleur marqueur de l’équipe de Toni Kukoc, Dino Radja et Velimir Perasovic. Un shooteur de feu (trois fois top scoreur de la ligue yougoslave), un défenseur de fer, deux fois vainqueur de l’Euroleague. Arrivé à Limoges pour suppléer Jurij Zdovc, blessé, il s’adapte en trois minutes et douze secondes, mène le jeu, met des points et demeure invaincu – en aidant le CSP à passer le tour préliminaire de l’Euroleague, que les Limougeauds gagneront cette année-là. LE pigiste.

7- Arturas KARNISHOVAS Lituanien – Ailier – Cholet 1994-95

Stats Pro A : 21,1 pts à 55,3% et 6,4 rbds (18 matches) Lorsqu’il signe en cours de saison à Cholet, après un cursus NCAA correct mais frustrant à Seton Hall, cet ailier extrêmement doué, capable de jouer à toutes les distances, n’est pas encore la star européenne qu’il

MaxiBasketNews#14  

Le magazine du basket français

Advertisement