Issuu on Google+

l’hebdo du basketball

JEUDI 5 avril 2012 - N° 598

Le cas Westermann… Olympiakos… Aix-Maurienne… L’accusation de Collet… Nanterre… Maleye N’Doye

CAA FINAL FOUR N

KENTUCKY AU PARADIS !

Barry Gossage/NBAE via Getty Images, Ronald Martinez/Getty Images

S R U P S X U A P E S N ’I L E D , S I R O B T E Y N O T

S E C I L P M O LES C

www.basketnews.net M 03252 - 598 - F: 3,00 E

3:HIKNMF=WUXUU^:?a@p@t@i@a;

BasketNews n°598 - jeudi 5 avril 2012


02

médias

Autour du terrain Stéphane Brunet (statisticien)

« Je crois que c’est unique en France » Sylla (Basse Indre), Desmars (3 Rivières) et Gaudin (Similienne), c’est la triplette de marqueurs de la RM1 de la ligue des Pays-deLoire. Un classement rendu possible grâce à un passionné de stats qui œuvre dans l’ombre.

Je ne travaille pas à la ligue, je fais ça bénévolement.

Télévision Jeudi 5 avril 02h00 Ma Chaîne Sport Miami - Oklahoma (NBA) 04h30 Ma Chaîne Sport Boston – San Antonio (NBA, rediff.) 07h45 Ma Chaîne Sport Miami - Oklahoma (NBA, rediff.) 09h30 Ma Chaîne Sport Boston – San Antonio (NBA, rediff.) 16h30 Ma Chaîne Sport Miami - Oklahoma (NBA, rediff.) 18h15 Ma Chaîne Sport Boston – San Antonio (NBA, rediff.)

Vendredi 6 avril 03h30 Orange Sport

Chicago – Boston (NBA)

07h15 Orange Sport

Chicago – Boston (NBA, rediff.)

07h00 Ma Chaîne Sport Oklahoma – Denver (NBA, rediff.) 15h30 Orange Sport

Chicago – Boston (NBA, rediff.)

16h30 Ma Chaîne Sport Oklahoma – Denver (NBA, rediff.) 20h25 Sport+

Gravelines – Nancy (Pro A)

Samedi 7 avril 01h00 Ma Chaîne Sport Match de la Semaine (NBA, différé) 10h00 Sport+

Gravelines – Nancy (Pro A, rediff.)

13h30 Sport+

NBA Live

15h00 Ma Chaîne Sport Match de la Semaine (NBA, rediff.) 18h25 Sport+

Le Mans – Cholet (Pro A)

Dimanche 8 avril 00h15 Ma Chaîne Sport Oklahoma – Denver (NBA, différé)

V

ous compilez pour le site de la ligue des Pays-de-Loire les statistiques des matches de RM1, RM2, RM3 et de la RF1 ? À la base je m’occupe du site Internet de la DM1 de la Sarthe. J’avais envoyé un mail à toutes les ligues de France pour m’occuper de leurs stats car j’aurais voulu en faire mon métier. J’ai eu des contacts avec les ligues de Bretagne et de la Provence-Côte d’Azur par l’intermédiaire d’Alain Weisz. Ce n’était pas possible. Je me suis rapproché cette saison de la ligue des Pays-de-Loire puisque c’est celle de ma région et de son président Yannick Supiot. La ligue m’envoie par la Poste les feuilles de matches en général le vendredi, le temps de toutes les collecter. Ça fait donc sept ou six feuilles par championnat et par journée à traiter.

Combien de temps y consacrez-vous par semaine ? Je mets une heure et quart, une heure et demie par poule. Je fais la feuille, le classement des meilleurs marqueurs, tout sous Excel et ensuite je transforme ça en pdf pour l’envoyer au webmaster de la ligue, M. Chauvet, qui met ça en ligne. C’est répertorié par poule avec le logo. Il y a les points de tous les joueurs, les classements de tout ce qui est possible avec les données disponibles sur une feuille de marque, l’adresse aux lancers-francs, et puis les records de nombre de points marqués, de trois-points marqués, pas les rebonds bien sûr. À ma connaissance, ça n’existe pas ailleurs en France.

la page spéciale statistiques elle-même, sachant que le site de la ligue en est à 270.000. Il y a quelques commentaires sur le site. L’équipe Une de mon club est en RM1 donc j’ai des retours chaque semaine. Les gens trouvent l’initiative intéressante, ils savent qui scouter entre guillemets, quels joueurs en face sont des dangers offensifs. À la base je voulais faire ça pour la Nationale 2 et la Nationale 3 car hormis les équipes pour leur propre compte qui font faire leurs stats par un assistant, rien n’existe, pas de compilation. J’ai soumis l’idée au responsable statistiques de la fédé mais il m’a répondu que ce n’est pas possible car d’ici quelques années, la fédé pense passer à la feuille de marque électronique. Même si en N2 et N3 on commence à être un peu structuré, ça aura un coût pour les clubs. n Propos recueillis par Pascal LEGENDRE

Combien de visites ? Depuis mi-octobre à peu près 30.000 sur

(*) Liguebasket.com

02h00 Ma Chaîne Sport Philadelphie – Orlando (NBA) 02h00 Orange Sport

Memphis – Dallas (NBA)

08h00 Ma Chaîne Sport Philadelphie – Orlando (NBA, rediff.) 10h45 Orange Sport

Memphis – Dallas (NBA, différé)

19h10 Sport+

New York – Chicago (NBA)

Lundi 9 avril

Lu, vu et entendu

00h15 Ma Chaîne Sport All-Star Game (NBA, rediff.) 17h00 Sport+

NBA Live

18h15 Ma Chaîne Sport San Antonio – Utah (NBA, différé)

Mardi 10 avril 02h00 Ma Chaîne Sport Milwaukee – Oklahoma (NBA) 07h15 Orange Sport

Memphis – L.A. Clippers (NBA, différé)

16h25 Orange Sport

Memphis – L.A. Clippers (NBA, différé)

17h00 Sport+

NBA Live

Mercredi 11 avril 01h00 Orange Sport

Miami – Boston (NBA)

01h30 Ma Chaîne Sport New Jersey – Philadelphie (NBA) 07h15 Orange Sport

Miami – Boston (NBA, rediff)

07h45 Ma Chaîne Sport New Jersey – Philadelphie (NBA, rediff.) 14h00 Eurosport 2

Khimki – Lokomotiv Kuban (EC, rediff.)

15h00 Eurosport 2

Lokomotiv Kuban – Khimki (EC, rediff.)

16h25 Orange Sport

Miami – Boston (NBA, rediff.)

17h00 Sport+

NBA Live

17h15 Ma Chaîne Sport New Jersey – Philadelphie (NBA, rediff.) 19h00 Ma Chaîne Sport Tribune NBA

Le Bayern en pleine forme

quotidien. Le Bayern s’impose de plus en plus comme un club exemplaire en Europe.

Le Abendreitung nous informe que le budget du Bayern Munich est de 7 millions d’euros et que 10 sponsors (Flyeralarm est le principal, Adidas, Audi, la poste allemande, Bwin font notamment partie du pool) y contribuent à 70%. Le président Ulie Hoeness assure que le basket est devenu très prisé par la jeunesse branchée de Munich et que l’Audi Dome (6.700 places) sera à guichets fermés jusqu’à la fin de la saison. « Même si le budget sera en progression la saison prochaine, ça ne signifie pas que le nombre de sponsors devrait être augmenté », précise le

Lance King/Getty Images

12h30 Ma Chaîne Sport San Antonio – Utah (NBA, différé)

Déconcentration La March Madness 2012 est terminée.

L’heure de distribuer le Prix de l’humour aux fans de North Carolina State quand il s’agit de déconcentrer aux lancersfrancs les rivaux de North Carolina. La méthode fait régulièrement ses preuves en NCAA et on aimerait que les supporters français l’adoptent.

Fait divers

Hervé Jalce (2,01 m, 110 kg), basketteur pro à l’UB Chartres-Métropole (NM1), a avoué avoir tué sa compagne à leur domicile par strangulation. « Hervé Jalce, 31 ans, s’est rendu


ZONE-MIXTE

03

Fallait-il laisser Léo Westermann participer au Hoop Summit ?

OUI

NON

Par Antoine LESSARD

Par Yann CASSEVILLE

Le plus important désormais est bien préparer la saison prochaine, voire les années futures. L’autorisation spéciale accordée à Léo Westermann entre dans ce cadre. J’ai cru comprendre que sa participation au Hoop Summit était prévue de longue date. Le priver de cette semaine à Portland, c’était prendre le risque d’aller au clash avec un joueur irréprochable, exemplaire depuis son arrivée en 2010, et qui a fait le job plutôt mieux que prévu, contrairement à la plupart de ses coéquipiers. Un joueur libre d’activer sa clause de départ cet été. J’imagine que ce bon de sortie orientera son choix, qu’il n’oubliera pas que la Maison Verte a honoré sa promesse. Même si son absence va handicaper l’équipe face au HTV – c’est peut-être le moment de tester Paul Lacombe à la mène, non ? –, l’ASVEL a pris la décision la plus intelligente. Quand bien même le projet individuel de Westermann passe avant le projet collectif, la situation est bien différente de celle d’Evan Fournier. Le PB 86 n’a pas encore assuré son maintien. L’ASVEL n’a plus rien à perdre, ni à gagner. n

Je profite de cette colonne pour demander à mon rédacteur en chef si je peux m’absenter mardi 10 avril – jour de bouclage à BasketNews, le mardi étant la journée cruciale de la semaine – pour m’envoler à New York voir si le N.Y. Times ne cherche pas à pourvoir un poste de journaliste. Pas possible ? Et Léo Westermann alors ! La comparaison est forcée, j’en suis conscient. Il n’empêche, l’ASVEL, l’employeur, a accepté que son salarié sacrifie une rencontre face à Hyères-Toulon pour sa petite sauterie à Portland. Je ne critique pas la volonté du joueur d’aller au Hoop Summit, elle est légitime et il avait l’accord de l’ASVEL dès janvier. Je stigmatise la communication du club, qui a demandé le report du match face au HTV pour « problèmes techniques en raison de la restructuration en cours de sa régie marketing », comme l’a rapporté 20 minutes... J’ai comme l’impression que l’ASVEL a tenté de se défiler, qu’elle n’a pas osé s’assumer et s’est adonnée à une jolie courbette devant les États-Unis. Le Nike Hoop Summit, un tournant dans la carrière d’un des meilleurs espoirs français ? Foutaise ! L’événement sert parfois de révélateur, il n’en reste pas moins une foire aux bestiaux pour un équipementier. Retenir Westermann serait le meilleur moyen de l’inciter à quitter le club à l’été ? S’il est si proche de la sortie, c’est que le ressort est déjà cassé. Et attendez, au sein de la Maison Verte, quel discours répète-t-on à l’envi ? Que l’ASVEL vise les playoffs. Que, neuf défaites de rang ou pas, l’objectif est réalisable. Soit. Seulement le cas échéant, on ne se sépare pas de son seul meneur professionnel pour un match où il y n’y a pas grand-chose à gagner mais tout à perdre. Face au HTV, le poids de la non-décision de l’ASVEL pèsera en partie sur les épaules de l’espoir Théo Léon.�n Hervé Bellenger/IS

I

l y a trois semaines, dans ces colonnes, j’étais le premier défenseur de l’ASVEL. J’écrivais alors qu’il était trop tôt pour affirmer que cette saison 2011-12 était un fiasco. Que les playoffs étaient encore dans les cordes de cette équipe. Trois matches et trois défaites plus tard, changement de décor, je suis bien obligé de réviser ma position. L’ASVEL n’y est plus, elle a laissé partir Phil Goss sans pouvoir le remplacer. Sauf miracle absolu, cette équipe n’ira pas en playoffs. Et quand bien même elle s’y qualifie in extremis, elle n’existera pas en quart contre le BCM ou l’Élan.

Sondage Par Pascal LEGENDRE

à la gare de Chartres, a pris un train pour Paris, puis est monté dans un TGV en direction de Reims, la ville où il avait joué durant trois saisons au club de basket, avant de signer à Chartres l’an dernier », écrit la République. « Ce sont les proches qui gardaient l’enfant (du couple) qui ont alerté les autorités à 22 heures, lesquelles ont découvert le corps sans vie de la victime dans la chambre de l’appartement. »

Lecture

Sur son compte Twitter, Abdou Mbaye a indiqué quelles sont les lectures dans la salle de soins de Strasbourg. Deux revues probablement

complémentaires. Désolé, pas de sex tape dans BasketNews.

Qui sera élu « meilleur espoir de Pro A » ?

53%

Sondage réalisé sur www.basketnews.net. 1.605 réponses, décompte arrêté mardi.

L’Équipe HD « Nous pourrons très bien diffuser l’équipe de France espoirs de hand ou du basket féminin par exemple. La palette de choix sera assez large. » Déclaration sur le site En Pleine Lucarne de François Morinière, DG du Groupe L’Équipe, sachant que L’Équipe HD vient d’obtenir une fréquence sur la TNT gratuite. À titre expérimental et en catimini, L’Équipe TV a diffusé cette saison en direct LattesMontpellier vs Fenerbahçe en EuroLeague.

16% 14% Evan

Léo

Louis

(Poitiers)

(ASVEL)

(Hyères-Toulon)

Fournier Westermann Labeyrie

9% Rudy

Gobert (Cholet)

3% 2% 1% 1% 1% Autres

Axel

Toupane (Strasbourg)

Hugo

Livio

(Strasbourg)

(ASVEL)

Invernizzi Jean-Charles

Axel

Julien

(Hyères-Toulon)


04

is… Faye… Amara Sy… Tifos Axel Toupane… Apollo

06 BORIS DIAW ET TONY PARKER

ntpelllier Pana… Ibaka… Lattes-Mo #42 AVRIL 2012

In bed with JBAM

10 LA GAZETTE DE LA NBA

Du côté de chez

Charles

Kahudi

Nando De Colo

LA MONTÉCEE

Ciamillo-Castoria/E.Castoria

EN PUISSAN © J.-F. Mollière Agence

NOUVEAU t : 5,20 € BEL 5,40 € Port.con DOM-TOM : 5,60 €

M 03247 - 42 - F: 5,00 E

k@e@c@aet; U^:?k@ws.n =\UZUetne HIKNME.bask 3:www

• Pour laisser son jeune et talentueux meneur libre d’aller se montrer au Hoop Summit, le 7 avril à Portland, l’ASVEL avait demandé, et obtenu, le report du match contre le HTV du 6 au 10 avril. Mais la LNB a changé d’avis. Léo sera pourtant bien au Hoop Summit et manquera donc le match contre l’équipe varoise. Troublant.

20 LA GAZETTE EUROPÉENNE

• Malgré la crise – et ses conséquences – qui frappe le pays, et l’état précaire de la plupart de ses équipes, le basket grec a déjà placé un représentant au Final Four d’Istanbul, à savoir Olympiakos, tandis que le Panathinaikos, en difficulté contre Tel-Aviv, a trouvé les ressources pour s’offrir un match cinq à Athènes (hors nos délais de bouclage).

22 ÉCHOS FRANCE 25 PRO B : AIX-MAURIENNE

• Alors que les regards se dirigent plus volontiers vers Limoges, qui est en train de faire la différence sur son suivant, Boulazac, ou sur Châlons-Reims, il y a une équipe qui avance sans faire trop de bruit et dont il serait bienvenu de se méfier : Aix-Maurienne (cinq victoires sur les six derniers matches).

26 LA GAZETTE DE LA PRO A 28 NANTERRE, PROMU CARNASSIER

• La JSF a non seulement assuré son maintien, notamment avec ses deux dernières victoires, à Villeurbanne et contre Pau, mais peut encore entretenir l’espoir fou d’accrocher les playoffs. Et tout cela en jouant un basket d’attaque. Frais !

30 HYÈRES-TOULON : UNE SAISON

« HISTORIQUE » PAR LES CHIFFRES

31 SALUT, ÇA VA, MALEYE N’DOYE ? BasketNews

RÉDACTION AUX USA Pascal GIBERNÉ (New York).

Directeur Marketing et Promotion Frédéric CARON

Directeur de la publication : Gilbert CARON Directeur de la rédaction : Pascal LEGENDRE (p.legendre@norac-presse.fr) Rédacteur en chef : Fabien FRICONNET (f.friconnet@tomar-presse.com) Rédacteur en chef-adjoint : Thomas BERJOAN (t.berjoan@tomar-presse.com)

CORRESPONDANTS À L’ÉTRANGER  David BIALSKI (USA), Giedrius JANONIS (Lituanie), Kaan KURAL (Turquie), Pablo Malo de MOLINA (Espagne), Streten PANTELIC (Serbie), Bogdan PETROVIC (Serbie); Yannis PSARAKIS (Grèce), Sran SELA (Israël), Stefano VALENTI (Italie). Ont collaboré à ce numero : Claire PORCHER, Gaétan SCHERRER et Rémi REVERCHON. Secrétaire de rédaction : Cathy PELLERAY (02-43-39-16-21 - c.pelleray@norac-presse.fr)

PUBLICITÉ Loïc BOQUIEN (01-40-03-96-68, 06-87-75-64-23, l.boquien@norac-presse.fr)

RÉALISATiON GRAPHIQUE Conception charte graphique : Philippe CAUBIT (tylerstudio) Direction artistique : Thierry DESCHAMPS (Zone Presse)

COMMISSION PARITAIRE : 0114 K 80153 RCS : PARIS B 523 224 574. / ISSN : 1271-4534. Dépôt légal : à parution

BASKETNEWS est édité par NORAC PRESSE (Capital : 25 000 euros)

Siège Social : 3 rue de l’Atlas – 75019 PARIS. Téléphone : 02-43-39-16-21 Principaux associés : Print France Offset, Le Quotidien de Paris éditions, Investor. RÉDACTION DE PARIS 3 rue de l’Atlas - 75019 Paris / Téléphone : 01 44 52 58 00 / Fax : 01-40-03-96-76 JOURNALISTES Jérémy BARBIER, Thomas BERJOAN, Yann CASSEVILLE (58 00), Fabien FRICONNET, Florent de LAMBERTERIE (58-03), Pascal LEGENDRE (02-43-39-16-26), Antoine LESSARD, Pierre-Olivier MATIGOT, Laurent SALLARD (58-02).

ABONNEMENTS : Laurence CUASNET (02-43-39-16-20, abonnement@norac-presse.fr) Norac Presse – Service abonnements – B.P. 25244 – 72005 LE MANS CEDEX 1

IMPRESSION ROTO PRESSE NUMERIS – 36 Boulevard Schuman – 93190 Livry Gargan RÉGLAGE À JUSTE TITRES, Badice BENARBIA (04 88 15 12 42), b.benarbia@ajustetitres.fr

La reproduction des textes, dessins et photographies publiés dans ce numéro est la propriété exclusive de BasketNews qui se réserve tous droits de reproduction et de traduction dans le monde entier.

Chris Graythen/

15 « L’AFFAIRE WESTERMANN »

Getty Images

12 LE FINAL FOUR NCAA Bleus d’Europe

– MARS 2012 MAXI-BASKET N°42

• Ils ont joué à l’INSEP ensemble, ils ont gagné l’or européen en juniors ensemble, ils ont gagné du bronze et de l’argent européens avec les Bleus et désormais ils partent en quête d’un titre NBA en commun avec les San Antonio Spurs – une tâche très réalisable – avant de se jeter dans les Jeux Olympiques. Au-delà du terrain, le capitaine de l’équipe de France et la star des Bleus sont proches, très proches. Thomas Berjoan et Claire Porcher revisitent ces années de complicité pour nous.

Hervé Bellenger

EN KIOSQUE

/IS

sommaire


05

édito

PAR LA GRANDE PORTE (DRAPEAU) Par Fabien FRICONNET

Chris Covatta/NBAE via Getty Images

N

ous avons été un peu surpris par la déclaration de Claude Onesta, la semaine dernière, sur le site sports.fr. L’entraîneur à succès de l’équipe de France masculine de handball s’est exprimé ainsi à propos de l’identité du futur portedrapeau de la France aux Jeux de Londres : « J’ai vu que Tony Parker se mettait en avant pour être désigné. Je trouve ça un peu déplacé. C’est quelque chose que l’on attend avec un peu de discrétion, cela ne se réclame pas. » Tony Parker, on l’apprend dans le Journal Du Dimanche du 28 janvier dernier, s’est en effet ouvert de son désir à Jean-Pierre Suitat, président de la FFBB, afin que celui-ci relaye la chose auprès du CNOSF, qui prendra sa décision le 9 juin (*). Il a en outre expliqué – à visage découvert – qu’il avait eu « quelques discussions, qui restent de l’ordre du privé », notamment avec David Douillet, le Ministre des Sports ; l’on conviendra ici que l’on est déjà moins dans le « privé ». C’est sans doute cela – on se refuse à imaginer d’autres raisons – qui a poussé Claude Onesta à exprimer son irritation. À BasketNews, les avis sont partagés. Une solide minorité estime, avec M. Onesta, que la retenue devrait être de rigueur. L’honneur est au-dessus de l’individu, en la matière. Une sorte de pudeur est nécessaire. Ceci posé, nous sommes beaucoup à ne pas bien comprendre la déclaration de M. Onesta, son timing, ses arguments et, le cas échéant, sa motivation. Que Tony Parker souhaite éprouver ce puissant sentiment de porter le drapeau pour son bon plaisir, on l’imagine sans mal, mais doit-on considérer que sa démarche est purement individualiste ? Même à ses détracteurs, il est impossible de ne pas reconnaître au triple-champion NBA, champion d’Europe junior et double médaillé européen (bronze en 2005 et argent en 2011), 117 sélections, ancien pensionnaire de l’INSEP puis de la Pro A, son attachement au maillot bleu. Dire le contraire serait de la mauvaise foi ou de l’ignorance. Parker ne manque jamais une occasion d’ajuster ce drapeau sur ses épaules les soirs de victoire. N’est-il pas à la mode, si l’on a

bien compris, de porter haut les valeurs patriotiques lors d’événements sportifs (mais de surtout se bien garder de le faire dans la vie de tous les jours afin de ne se point faire traiter de nationaliste… ou pire). N’accable-t-on pas à longueur de journée les sportifs français pas assez zélés dans ce domaine ? Oui, Tony a demandé. Impolitesse d’enfant gâté ? Peut-être. Rêve de môme qui a vu Magic Johnson dans cette position en 1992 ? Aussi, sans doute. N’est-ce pas tout simplement sa façon de faire, le moteur de sa réussite, de déclarer puis de prendre, sans attendre que cela lui tombe tout cuit dans le bec ? S’il n’était pas allé chercher ce qu’il a, Tony ne serait pas l’un des sportifs français les plus connus au Monde. En vérité, Tony visà-vis de la NBA, c’est un peu comme le basket français vis-à-vis du statut de porte-drapeau : si tu ne demandes pas, si tu ne te bats pas pour arracher, tu n’auras rien. Cela s’appelle du lobbying. Ce fameux art dont on se plaint continuellement que notre pays ne le maîtrise pas (le CNOSF en sait quelque chose, non ?).

TP n’a jamais manqué l’occasion d’exhiber le drapeau tricolore.

La Chine, la Russie, l’Allemagne, la Lituanie et l’Argentine ne se sont pas posé la question en 2008

Faux-cul La légitimité sportive, Tony Parker la possède. Et l’argument qui consiste à dire que le basket français est très rarement olympique, donc peu légitime, peut être

inversé ainsi : puisque le basket n’est pas souvent aux Jeux, pourquoi justement ne pas en profiter cette fois-ci pour le primer ? Les Chinois (Yao Ming), Russes (Andrei Kirilenko), Lituaniens (Sarunas Jasikevicius), Argentins (Manu Ginobili) et Allemands (Dirk Nowitzki) ne s’étaient pas posé la question en 2008. Tony Parker est-il « représentatif » du sport français ? Si partir de rien et atteindre le sommet, tout en revendiquant un côté franchouillard et l’amour du maillot, n’est pas représentatif du sport français, alors en effet, Tony n’a rien à faire drapeau en main. Et cela en dit long sur le sport français et ses empesées chapelles institutionnelles. Tony Parker représente-t-il trop « l’élite », le sport US dans toute sa splendeur avec ses millions de dollars et ses mariages médiatisés ? Cette image joue-t-elle ? Ne serait-il pas temps de cesser d’être faux-cul et d’arrêter de faire croire que les Jeux sont ce très vertueux rassemblement des saints athlètes de tous les pays, où, une fois tous les quatre ans, l’argent et la culture de la performance sont abolies, dans le jardin des Bisounours ? Les Jeux, en vrai, sont LA compétition d’élite par excellence, pour laquelle il est excessivement compliqué de se qualifier, et qui ne vaut que par la « gagne » (les « minimas », la « perf », le « chrono », le « podium », le « tableau des médailles »… mais aussi les droits télé et marketing pharaoniques). Nous ne sommes pas en train de dire que si Tony n’est pas choisi cela sera un scandale. Rien de tout cela. Choisir un Riner, un Karabatic, un Lemaître, ou d’autres de la même stature, serait totalement légitime. On se prend juste à espérer que TP ne sera(it) pas écarté pour de mauvaises raisons. n (*) C’est une commission de six personnalités qui décidera : Denis Masseglia (Président du CNOSF), Jean-Luc Rougé (Vice-président de l’institution), Bernard Amsalem (président de la Fédération d’athlétisme et chef de mission pour les Jeux), Jacques Rey (Président du collège des fédérations olympiques) ainsi que les sportifs Isabelle Sévérino (gymnastique) et Tony Estanguet (canoë).


PORTRAITS

Christian Petersen/Getty Images

06

TP ET BOBO

LA BELLE HISTOIRE

COPAINS D’ABORD À 16 ans, ils en rêvaient. Comme tous les gosses de la terre. À 30 ans, le délire d’ados est devenu pour eux une réalité. Tony Parker et Boris Diaw, les deux meilleurs amis du monde évoluent en NBA au sein de la même franchise. Amitié, gloire et basket business. Une histoire unique. Par Thomas BERJOAN et Claire PORCHER

U

n court instant, Tony Parker, candidat légitime au trophée de MVP de la saison régulière NBA, est redevenu fan. Boris Diaw, son témoin de mariage, vient d’entrer dans le vestiaire des Spurs. Autant dire chez lui maintenant que Parker est incontestablement devenu le patron d’une équipe dont il porte les couleurs depuis onze saisons. Ce n’est pas la première fois que Boris pénètre dans le locker des Spurs. En juin 2005 par exemple, juste après la victoire de San Antonio au cours du match 7 face à Detroit en finale, Tony Parker avait mené une parade très « cocorico »

au milieu des travées du AT&T Center. Il y avait alors ses proches, sa garde rapprochée. « J’étais un de ces Français », confesse Diaw à son arrivée en ville avec nos confrères de My San Antonio Express News. Bobo avait alors 22 ans, sortait d’une deuxième saison déprimante à Atlanta et était venu goûter par procuration au rêve d’un titre NBA avec son meilleur ami. Fin mars cette fois, Boris revient dans le Texas en tant que Spur à part entière. « C’est clair que ça fait bizarre, c’est un peu comme dans un rêve », confessait TP dans son show sur RMC. « On en parlait quand on

Boris Diaw, Patrick Mills, Manu Ginobili, Tim Duncan et Tony Parker : les deux français ensemble aux Spurs pour la plus grande joie de TP.

était à l’INSEP. Et en plus, à l’époque, il n’y avait pas beaucoup d’Européens en NBA. Le fait que l’on réussisse en NBA, c’était déjà un truc de malade. Qu’on joue dans la même équipe, c’est vrai que tout de suite, j’ai pris une photo pour immortaliser le moment. » Les clichés sont visibles sur le site de TP et sur les réseaux sociaux. Tony y apparaît notamment aux côtés de Boris, arborant un sourire de gamin radieux qu’on ne lui voit jamais, même dans les grandes victoires avec les Spurs ou les Bleus. Il s’agit d’autre chose. Au moment où Boris a paraphé son contrat avec San Antonio, les deux piliers de l’équipe de France ont effectué un bond d’une quinzaine d’années en arrière.

Amis de 14 ans Quand Boris débarque à l’INSEP à la rentrée 1998, Tony est sur zone depuis un an déjà. Un temps d’avance, comme toujours. Et le petit a déjà un


07

« Je crois qu’ils sont fascinés l’un par l’autre », quelque part ! » On a un peu de mal à croire que expliquait en 2006 à Thierry Bretagne pour dans la maison de 7 millions de dollars construite BasketNews Julien Guérineau de la Fédération, avec Eva Longoria, il n’y ait pas une chambre d’amis, l’homme qui a suivi cette génération dès le berceau. mais depuis Jeremy Lin dormant sur le canapé de « Boris, par l’ambition formidable de Tony, sa façon Landry Fields à New York, ce couchage est devenu de se mettre en permanence des challenges pour les hype ! Et puis la blague de Boris est révélatrice de escalader. Et Tony me semble l’état d’esprit franchouillard assez bluffé que Boris puisse des retrouvailles. Ce lien, ainsi être aussi détaché par rapport que l’envie de vivre à l’échelon à sa carrière et néanmoins y supérieur les sensations de la Tony Parker arriver… » victoire avec l’équipe nationale, Complémentaires. Ils sont de est évidemment ce qui explique loin les deux meilleurs joueurs de leur génération l’attachement de deux garçons au maillot bleu. De mais contrairement aux scénarios classiques des toutes façons, Tony et Boris passent une partie de « buddy movies », le duo de choc ne s’est pas forgé leurs vacances estivales ensemble quoi qu’il arrive. dans la compétition avant de virer au respect puis Quand d’autres jouent à la pétanque entre amis, à l’amitié. Diaw n’a jamais eu le tempérament ni eux participent aux compétitions internationales. l’envie de contester à Parker un leadership que ce « Pour une équipe, c’est toujours bien d’avoir deux dernier tenait fermement, toujours avec un coup joueurs qui sont copains comme cochons », reprend d’avance. « Même s’ils ont un caractère différent, Masingue. « Ils sont toujours ensemble, il y a ils ont des points communs, une passion commune, toujours du bon à en retirer quand des membres un passé, des titres ensemble », poursuit Vincent de ton équipe sont très copains dans la vie, ça se Masingue qui a connu les deux amis en Bleu. ressent souvent sur le terrain. Il y a une solidarité, « Quand tu vis des émotions aussi fortes qu’un titre une entente, une envie de s’aider qui est décuplée. » de champion d’Europe juniors (2000) en étant aussi « C’est assez non-verbal entre eux », rajoute Fabrice jeunes, après t’es copain pour la vie, et tu n’oublies Canet. « Ils se comprennent à mi-mots, ils n’ont pas jamais ça. » toujours besoin de s’expliquer pour se comprendre et ce qui est assez étonnant, c’est l’alchimie entre les Bobo le squatteur deux dans le sens où ils sont très complémentaires. Quatorze ans après l’INSEP, Parker et Diaw sont à Le fait qu’ils soient vraiment différents dans leurs nouveau colocataires. « Je squatte chez Tony ! », manières d’être, de jouer les oblige à être attentifs indiquait Boris sur RMC. « Il m’a foutu sur le canapé aux autres et à ne pas être systématiquement en

« Un peu comme dans un rêve »

Cinq EuroBasket disputés ensemble avec les Bleus, pour le pire et le meilleur : le Bronze en 2005 et et l’Argent en 2011.

▼ ▼ ▼

statut de patron. La saison précédente, alors que Bobo batifolait dans son club des JSA Bordeaux, Parker s’était affirmé, à 15 ans, comme un des meilleurs meneurs de Nationale 1 (14,7 pts et 5,6 pds dans une équipe qui avait gagné 16 de ses 30 matches). Boris, ainsi qu’un Martiniquais aussi grand que perdu, un certain Ronny Turiaf, sont donc les rookies. Tony le parrain. La glace se brise rapidement. « Très vite, ils ont été très très proches », nous confie Gaétan Muller, grand ami de Parker et membre de l’équipe de France championne d’Europe juniors en 2000. « Ils partageaient les mêmes valeurs humaines, l’amitié, le partage : une amitié très forte dès le départ. Au final, même si ce sont des caractères totalement différents, ils ont quand même des points sur lesquels ils se retrouvent. » Tony et Boris sont des potes de lycée. Un peu plus que ça même puisqu’ils évoluaient dans le cocon de l’INSEP. Un internat aménagé pour leurs rêves de NBA. Du 24/24 et une vie d’ado. Des années qui comptent, découvertes en tout genre. On imagine. « Plein de choses », confirmait Ronny Turiaf interrogé sur la question par Sports Illustrated il y a quelques années. « Mais qui ne se racontent pas dans votre magazine ». « Quand tu les vois réunis en équipe de France, ils parlent tout le temps de la période de l’INSEP, tu vois qu’ils ont vraiment beaucoup de plaisir à se réunir et jouer ensemble », note Vincent Masingue. Sur le papier pourtant, les deux bonhommes sont très différents. Sur le plan du jeu déjà. Au départ, Boris a toutes les qualités requises pour être le basketteur ultime. La taille, l’explosivité, la détente, l’aisance balle en main, la fluidité. À tel point que pendant un moment, personne ne sait trop quel genre de basketteur il va devenir. Génial mais atypique. Pour Parker, c’est plus simple. Sa petite taille le condamne à jouer meneur. Et puis TP n’a pas cinquante qualités. Il en a deux. De la vitesse et une qualité de finition exceptionnelle. Alors TP ne se pose pas de question. Il avance, plus vite que tout le monde, et il pose la balle dans le cercle. Basique mais imparable. La matière première des joueurs qu’ils sont alors et qu’ils vont devenir aujourd’hui est ensuite modelée par leur état d’esprit.

Les contraires s’attirent Parker est aussi férocement compétiteur, fonceur et terre-à-terre, et Diaw est insaisissable, toucheà-tout, cultivateur de son quant-à-soi. « Ils sont différents, on le voit dans leur approche de carrière et dans leur façon d’aborder le sport et la vie en général », nous confirme Fabrice Canet, l’attaché de presse de la Fédération qui les voit tous les étés en Bleu. « Le côté très organisé, calculé et préparé de Tony est à l’opposé de la spontanéité et du côté jouisseur de la vie de Boris. Tony est quelqu’un qui ne va pas rester des heures et des heures à table, Boris est quelqu’un qui va rester au café, discuter, échanger. Tony le fera de manière différente, en passant dans les chambres par exemple. Ce sont des approches différentes, des rythmes différents, des vies différentes. Ce qui est marrant, c’est qu’ils acceptent leurs différences de point de vue. Ils s’apportent des choses. »

Hervé Bellenger/IS-FFBB

wo facebook/TP9net

rk

PORTRAITS


08

PORTRAITS

1/ Avec les juniors à Zadar en 2000 (avec Vincent Mouillard à droite). 2/ La pause en costard avant l’Euro 2003 (avec Laurent Foirest à gauche).

Garrett Ellwood/NBAE Via Getty Images

Hervé Bellenger/IS

4/ Face à face en NBA, pour un Spurs – Suns en 2008.

▼ ▼ ▼

Hervé Bellenger/IS

Julien Guérineau

3/ Médaillés de bronze à l’Euro 2005.

vase clos. Ils se sont rendus compte que l’équipe de France ne serait pas bonne s’ils n’étaient qu’en relation binaire. Ils ont cette volonté de faire participer tout le monde. Ils arrivent à vivre leur amitié et le plaisir d’être ensemble sans être exclusifs. C’est un signe d’intelligence. Par exemple, ils l’ont été, ils ne le sont plus, ils le seront peut-être à nouveau, mais ils ne sont pas systématiquement en chambre ensemble. C’est leur souhait. » Tony, depuis toujours, a plutôt développé un fonctionnement de clan un peu élargi. « Il aime bien avoir son cercle restreint autour de lui, sa famille, ses amis, il fonctionne comme ça », confirme Vincent Masinge. « Il a besoin de cette stabilité autour de lui

pour s’exprimer le mieux possible, ce n’est pas un loup solitaire. Il a toujours été entouré. (Il imite TP) « La TP family, t’as vu ! » Boris en fait partie, c’est comme un frère pour lui. En fait, avec Ronny, c’est le remake du film des Inconnus Les Trois Frères sauf que là, ils ont tous gagné le million ! »

L’argent complique tout. Mais pas entre eux Cela dit, le rêve NBA possède également sa part d’obscurité. L’argent ne fait pas tout, notamment en amitié. Socialement, la vie des Français NBA déracinés n’est pas toujours celle qu’on croit. Mike Piétrus menait par exemple à Golden State une

existence de moine. Ascèse solitaire. Boulot, dodo. La saison dernière, Ronny Turiaf confiait également à BAM la difficulté de tisser des liens sincères avec le commun des mortels. Difficile de faire le tri entre ceux intéressés par les millions de billets verts et les rencontres véritables. « Celui qui ose dire que le fait que je sois un athlète n’a pas d’impact sur leur décision d’être ami avec moi, c’est un mensonge. Il faut donc essayer de construire une sorte de protection continuelle. Mais il ne faut pas vivre dans une bulle car on peut devenir triste. »

Aucun autre joueur NBA ne joue avec son meilleur ami


09

PORTRAITS

Gagner des millions de dollars par dizaine, c’est déjà Popovich et Buford. « Ils se soutiennent, notamment rare. Mais si jamais ça vous arrive, il est encore dans les moments difficiles », rappelle Fabrice plus rare que ce soit également le cas de votre Canet. « En 2005 par exemple, où Tony fait un début meilleur ami. Un phénomène précieux qui a permis de championnat d’Europe très compliqué en Serbie que la relation entre Diaw (4,6 pts à 20,6% aux et Parker reste préservée tirs et 1,3 pd sur les 3 des questions d’argent qui premiers matches), Boris surviennent inévitablement a vraiment joué le rôle dans les entourages des de protecteur, de soutien stars où une clique de béniauprès de Tony. Il l’a aidé oui-oui gravite autour d’un à se repositionner dans Vincent Masingue personnage central. C’est une dynamique positive. peut-être ça le vrai luxe. Tony a aussi confiance en Boris Diaw s’était vraiment lui, mais pendant cette plu à Phoenix où il possède toujours une maison. Il période difficile, Boris avait été là, très présent, n’est pas évident que son passage à Charlotte, tant même au niveau médiatique pour essayer de sur le plan du jeu qu’au niveau personnel, ait été soulager Tony. » aussi épanouissant. Le retour à San Antonio marqueUne situation unique t-il le début d’une nouvelle phase pour l’ailier des De toutes les superstars NBA, Tony Parker dispose Bleus ? Pour l’instant, Diaw n’a signé chez les Spurs donc d’un privilège qu’aucune autre n’a. Il joue avec que jusqu’à la fin de la saison (pour 407.726 dollars son meilleur pote. Même LeBron James qui avait d’après Spotrac.com), après avoir touché l’intégralité fait employer ses amis par la franchise de Cleveland de son contrat chez les Bobcats (une base de 9 n’avait pas pu imposer cela. En NBA, au-delà de millions pour une saison de 82 matches). « Quand je l’histoire franco-française, les cas de deux joueurs l’ai appris, je me suis dit que Tony c’était vraiment le ayant évolué ensemble au lycée et jouant au sein boss à San Antonio ! », rigole Vincent « Bang Bang ». de la même franchise dans la grande ligue sont très « Je pense qu’il a beaucoup influencé Popovich et rares. Un vrai privilège. À notre connaissance, cette les dirigeants pour pouvoir amener son pote. » saison sur 450 contrats NBA environ, seuls Samardo Plus sérieusement, TP peut-il essayer de placer Samuels et Tristan Thompson de Cleveland et Darren son ami dans une bonne situation professionnelle ? Collison et Jeff Pendergraph d’Indiana ont sué sous Aux Spurs, rien ne se fait toutefois sans l’aval de

« Pour une équipe, c’est toujours bien d’avoir deux joueurs qui sont copains comme cochons »

le même maillot et en même temps en high school puis en NBA Et apparemment aucun de ces deux couples n’entretient la même relation que TP et Bobo. « On joue ensemble depuis qu’on a 9 ans », explique Collison. « Au lycée, on avait une relation à la Kobe et Shaq ! Parce qu’on était deux joueurs dominants. » Entre Parker et Diaw, il ne semble pas qu’il n’y ait jamais eu d’anicroches. Rien de public en tout cas et peut-être même rien tout court. « Des engueulades ? », s’interroge Gaétan Muller. « Jamais ! C’est impressionnant mais jamais ! » Entre les deux, ça chambre pourtant parfois. « Ce stage est fait pour Boris Diaw, pour qu’il se remette en forme ! », avait déclaré TP en juillet dernier, au moment du rassemblement de l’équipe de France. TP sait pourtant que le sujet est sensible pour Boris. L’environnement des Spurs peut-il aider Boris à retrouver une forme olympique ? « Boris écoute tout le monde, avec respect et attention. Et puis à la fin, au moment de décider, il n’en fait qu’à sa tête », expliquait Elisabeth Riffiod, la mère de Diaw à BasketNews en 2006. Quoi qu’il arrive désormais, l’histoire de cette amitié ressemble déjà à un scénario de film. Et puis, difficile de ne pas se laisser aller à imaginer que les plus belles pages restent à écrire. San Antonio développe actuellement un jeu qui les place légitimement dans la course au titre. Et juste derrière, les Bleus seront aux Jeux. Deux belles occasions de briller pour les copains. n

Revivez l’exploit de l’equipe de FRance de basket, médaillée d’aRgent à l’euRo 2011 et qualiFiée pouR les Jeux olympiques le livRe

25 €

le dvd

14 €

le pack 34 €

25 €

oFFRe

exceptionnelle pouR l’acHat d’un livRe, le dvd est oFFeRt !

le pack : 25 € commandez euRo staRs, le livRe ou le Film, en ligne suR www.FFbbstoRe.com oFFRe valable Jusqu’au 31/0 3/2012 dans la limite des stocks disponible

s


10

LA GAZETTE DE LA NBA

Li Linlin/Sports Illustrated China/Getty Images

EN BREF

L’ÉTRANGE SOIRÉE DE MONSIEUR BRYANT

DU NON-MATCH À LA DÉLIVRANCE

• Enfin ! Stephon Marbury a dû quitter la NBA pour pouvoir gagner son premier titre ! C’est avec son équipe chinoise, les Beijing Ducks, qu’il l’a remporté, face aux Guangdong Southern Tigers. Marbury a compilé lors de cet ultime match 41 points, 7 rebonds et 7 passes (moyenne de 33 points sur la série de 5 rencontres), confirmant son statut de meilleur joueur de CBA… La révélation new-yorkaise, Jeremy Lin, va devoir se

O

n peut faire un match catastrophique et offrir la victoire à son équipe. Kobe Bryant en a offert un bel exemple. Le Laker a loupé ses 15 premiers tirs (un record) contre les faibles New Orleans Hornets, derniers de la conférence Ouest (13v-39d) et se déplaçant au Staples Center avec une rotation de huit joueurs (sans Chris Kaman, Eric Gordon ni Emeka Okafor). Après trois longs quart-temps et un festival de tirs loupés inhabituel pour la star, Kobe Bryant a enfin ouvert son compteur de shoots réussis, avec 11 points d’inscrits dans le dernier acte. Il a marqué peu après son retour en jeu et au meilleur moment alors que son équipe est à -10 (65-75) à 7’30 de la fin. Et alors que sa feuille de statistiques indique 8 points à 2/20 aux tirs, dont 0/7 à longue distance, il réussit un coup de maître. Car ce serait mal connaître Kobe que de penser qu’il perdrait sa confiance légendaire : son unique tir à trois-points réussi a été décisif. À 20 secondes du terme, il permet à L.A. de passer devant les Hornets

(86-85). Il finit la rencontre avec donc 11 points, 3 rebonds et 5 passes.

Une première depuis 2004 Kobe a quitté le terrain soulagé de l’issue du match mais très mécontent de son hideux 14,3% de réussite aux shoots : 3/21 dont 1/8 à trois-points ! « C’était horrible. Les shoots que

Le Laker a avoué que la fatigue pouvait être un facteur de cette mauvaise prestation je prenais étaient bons mais tout simplement, ils ne rentraient pas. Mais le public était derrière moi et j’ai eu de grands coéquipiers. » En effet, Pau Gasol avec 21 points et 11 rebonds ou Andrew Bynum avec 19 points et 10 rebonds ont fait le job. Si on farfouille dans sa carrière pour retrouver ses pires prestations – pour changer des exploits –, on se rend compte que Kobe n’avait pas été aussi maladroit depuis le 20 décembre 2004 avec 12,5% de réussite aux tirs (2/16)

contre Memphis. Il faut aller chercher encore plus loin pour dénicher son dernier match où il n’a pas scoré avant le quatrième quart-temps (dans un match à 20 minutes ou plus). C’était il y a 14 ans, le 28 mars 1998, lors de la défaite contre Utah. Il avait compilé seulement 2 points à 0/4 aux tirs en 27 minutes. Samedi dernier, le Laker a avoué après la rencontre que la fatigue pouvait être un facteur de cette mauvaise prestation. La star est, à 33 ans, le troisième joueur ayant le plus de minutes dans les jambes avec une moyenne de pratiquement 39 minutes par match. Au mois de mars, son pourcentage aux shoots est descendu à 38,7% alors qu’il était à 45,5% au mois de janvier. Pour une moyenne de 42,1% en 2011-12, la plus basse de sa carrière depuis sa saison rookie en 1996-97 (41,7%). « Le calendrier est un peu fou. Mais ça va. Ça va aller. Je vais y arriver comme je l’ai toujours fait. » À l’approche des playoffs, on peut lui faire confiance. Si le clutch player retrouve tous ses moyens aux bons moments, il les retrouvera aussi pour les matches décisifs. La marque des grands. n Claire PORCHER

Nathaniel S. Butler/NBAE via Getty Images

Le quintuple champion NBA a frôlé le trou noir samedi dernier avec une inattendue maladresse. Finalement, Kobe Bryant a réussi à inverser la tendance au meilleur des moments. Et son équipe a réussi à tenir la baraque en l’attendant. Score final : 88 à 85. Quel champion !

faire opérer (ménisque) et sera indisponible pendant six semaines, jusqu’à la fin de la saison régulière.… Après avoir dominé le dunk contest, Shabazz Muhammad (18 ans, 1,98 m) a récolté le titre de MVP du McDonald’s All-American Game… En attendant de peut-être retrouver Muhammad à la Draft 2013, Austin Rivers (fils de) a annoncé quitter Duke pour s’inscrire à la Draft 2012. Cette saison , le freshman a terminé meilleur marqueur de son équipe avec 15,5 points de moyenne. F.F.


11

LA GAZETTE DE LA NBA

DEMARCUS COUSINS VS TIM DUNCAN

RESPECT ET EFFICACITÉ

BLESSURE

BULLS : ROSE PAS INDISPENSABLE ?

É

videmment, les Bulls se seraient bien passé de son absence, surtout dimanche soir contre Oklahoma City. Derrick Rose n’a plus foulé les parquets depuis le 12 mars (pubalgie) et a manqué 19 matches sur les 53 joués (à la fin du mois de mars). Mais John Schuhmann de NBA.com a démontré comment les Bulls avaient réussi à engranger 14 victoires pour 5 défaites (sans prendre en compte le match de dimanche soir, donc). Sans son meilleur joueur, l’équipe est tout de même la 7e attaque de la ligue avec 104,3 points sur 100 possessions. Et cela, grâce à l’apport supplémentaire de Carlos Boozer ou Luol Deng et à la domination de l’équipe au rebond offensif, 2e équipe au nombre de points marqués sur secondes chances (16,1% de leurs points derrière Utah). Chicago conserve la 1ère place à l’est (42v-12d), devant Miami (37v-14d), le meilleur bilan de la ligue (fin mars), devant Oklahoma (40-12). n C.P. Sans Rose 14

Total

Victoires

Avec Rose 28

Défaites

6

5

11

Matches

42

sa polyvalence, son sang-froid, son leadership, tout ça. J’ai pris des notes ce soir, alors que j’essayais de le contenir. » Mais le sophomore n’est pas en reste. Avant un match moins remarquable contre les Nets le 31 mars, l’intérieur avait compilé cinq double-doubles consécutifs. « Il joue de mieux en mieux. À chaque fois que nous jouons contre lui, il est meilleur. Il est plus à l’aise dans son rôle, plus complet et il joue toujours dur (Sacramento Bee) », déclarait pour sa part Tim Duncan. n

Noah Graham/NBAE via Getty Images

Joe Murphy/NBAE via Getty Images

«

 Merde, t’es bon ! » C’est ce que DeMarcus Cousins a balancé à Tim Duncan pendant la rencontre gagnée par San Antonio 117 à 112. Le Spur a largement contribué à la victoire contre Sacramento (18 pts et 8 rbds) et à l’excellent mois de mars des Texans, avec 3 défaites pour 12 victoires. Le fringant vétéran signe son meilleur mois de la saison avec 17,6 points et 9,9 rebonds. Cousins a expliqué tout le respect qu’il avait pour son aîné : « C’est un joueur incroyable. J’admire vraiment

Comparaison

C.P.

Saison

MJ

Min

Pts

Rbds

Pd

Ct

Tirs %

Saison rookie (sur 48 min)

Possessions sur 48 minutes

92,6

90,7

91,9

Tim Duncan

97-98

82

39,1

25,9

14,6

3,4

3,1

54,9

Points marqués sur 100 possessions

106,5

104,3

105,7

DeMarcus Cousins

10-11

81

28,5

23,8

14,5

4,2

1,4

43,0

96,2

95,8

96,1

Saison sophomore (sur 48 min)

Différentiel

+10.2

+8.5

+9.6

Tim Duncan

98-99

50

39,3

26,5

14,0

3,0

3,1

49,5

DeMarcus Cousins

11-12

50

30,3

28,0

17,6

2,5

2,0

44,1

Chiffres arrêtés au 31 mars

Acte 2

SORGUES : Le lifting de Sorgues

La solution Multiflex Tarkett Sports offre une vraie polyvalence entre l’utilisation scolaire et le haut niveau. Pascal LINDA Responsable Region Rhone Alpes/PACA

Information Tél. : 01 41 20 42 49 - fax : 01 41 20 47 00 E.mail : infodoc@tarkett.com www.tarkett-sports.fr

*UNE EXPÉRIENCE UNIQUE DU SOL SPORTIF

Points encaissés sur 100 possessions


12

spécial

DNESS  MARCH MA

FINAL FOUR NCAA : KENTUCKY OFFRE SON 1er TITRE À CALIPARI

ENFIN COURONNÉ Pendant longtemps considéré comme un voyou, sans conscience et honneur, John Calipari a finalement mis la main sur ce titre NCAA lui échappant depuis des années.

Chris Graythen/Getty Images

Par Pascal GIBERNÉ à New York

John Calipari décroche un léger sourire, Kentucky est champion.

I

l a préféré jouer la carte de l’indifférence. C’est quand même un coach à part. Après près de 30 années passées à courir après l’ultime consécration, Calipari était encore en mode « actorstudio » ? Pourquoi ne laissait-il pas l’ensemble de la NCAA, ses détracteurs, ses fans, voir cette joie indescriptible qu’il devait forcément ressentir après avoir enfin remporté le titre ? Non. Il restait dans son rôle. « Ce n’est pas moi l’important dans l’histoire », a-t-il martelé en conférence de presse alors que toutes les questions des journalistes étaient dirigées vers lui. « Ce sont ces 13 joueurs ». Kentucky venait de remporter son huitième titre face à Kansas, 67-59. Des millions de confettis cachaient le parquet du Mercedes-Benz Superdome. Ses

joueurs, assis à ses côtés, ruisselaient de bonheur. Et Calipari, lui, était encore dans le déni. « Je suis content que cela soit terminé », a-t-il renchéri. « Maintenant je peux me consacrer à nouveau au business de coach afin de rendre ces joueurs encore meilleurs. Je n’ai pas à entendre le brouhaha mais juste à coacher. Si vous voulez savoir la vérité, au fond de moi je me dis : c’est fait, allons de l’avant. Passons à autre chose. » Pourquoi se mentir à lui-même ? Tout le pays avait été témoin de son émotivité. Quelques instants plus tôt alors qu’il acceptait le trophée des mains du président de la NCAA en présence d’Anthony Davis, il hurlait au micro afin de savoir où était la grand-mère du joueur : « Où est mamie ? » Quelques

instants avant cela, il avait hurlé après son meneur Marques Teague quand ce dernier avait fait une mauvaise passe à Davis. « Come on Marques ». Quelques instants auparavant il avait sautillé rageur en effectuant une espèce de double battement de jambes après un trois-points de Lamb (son second en 40 secondes). Quelques instants plus tôt encore, il s’était pris la tête à deux mains, s’était remis ses cheveux gominés en place, puis s’était frotté nerveusement le visage après une séquence où son équipe avait commis une perte de balle, un contre, une perte de balle, et un tir raté. Autant de signes témoignant du « peu » d’intérêt que Calipari accordait à cette finale. Depuis toujours Calipari veut cultiver sa différence.


13

spécial

DNESS  MARCH MA FINAL FOUR NCAA

Disputé à New Orleans Samedi 31 mars Demi-finales Kentucky bat Louisville

« Là Calipari n’a rien fait. Cette défaite te dit tout ce que tu as à savoir sur ce coach »

un tantinet anticipées. Kansas accusait un débours de 14 points après 20 minutes de jeu. Saoulés de coups, les Jayhawks, bloqués à 33,3% en première mi-temps, ne déployaient pas le jeu tout en contrôle (ennuyeux ?) mis en place par Bill Self et semblaient avoir perdu leur identité en défense… « Nous sommes mauvais en attaque et pas concentrés en défense », s’est lamenté Self à la mi-temps. « Mais il faut donner du crédit à Kentucky, leur défense est exceptionnelle. On aura un autre visage en seconde mi-temps. » A ce moment là, Self a fait une moue qui en disait long. Il savait son équipe capable de mieux jouer. Calipari lui-même avait annoncé quelques instants plus tôt un come-back des Jayhawks. Mais Self avait suffisamment d’expertise pour savoir que l’équipe d’en face était tout simplement plus forte. Dans tout le pays, tout le monde savait alors que, sauf malchance, le titre ne pouvait plus échapper aux wunderkids de Calipari. C’est à cause d’un Calipari trop prudent ayant demandé à ses joueurs de brider leur jeu et d’être plus sous contrôle, que Kansas est venu chatouiller Kentucky dans les dernières minutes. Fidèle à ses racines italiennes sans doute, Calipari s’était inspiré du Calcio et avait fermé le jeu, faisant ainsi déjouer ses joueurs avant que ces derniers ne se reprennent et éteignent la rébellion des Jayhawks. Cet excès de prudence ayant failli lui coûter cher. Cet excès de prudence démontrait aussi combien Calipari était bien obsédé par cette quête du Graal NCAA. Interrogé sur l’apparent dédain de Calipari, Michael Kidd-Gilchrist n’était pas dupe. « Je n’y crois pas une seule seconde », a-t-il expliqué en se dirigeant vers les vestiaires après la conférence de presse. « Avant oui, mais plus maintenant. » Ce sacre de Kentucky va se prolonger lors de la prochaine Draft en juin prochain où six Wildcats (Davis, Kidd-Gilchrist, Jones, Teague, Lamb et Miller) pourraient être sélectionnées au premier tour. En bon mentor, Calipari va les préparer à la Draft et à la découverte de la NBA. Un univers où il a ses entrées, ayant assumé le coaching des Nets de 1996 à 1999, et où des stars comme LeBron James lui accordent un respect rare pour un entraîneur NCAA autre que Coach K. Un univers où Calipari pourrait faire son retour dans les mois à venir. Annoncé en partance pour « l’Association » depuis de nombreuses années, Calipari est aujourd’hui courtisé par la presse newyorkaise qui l’imagine déjà entraîneur des New York Knicks. Pour en individu refusant de regarder dans le passé, cet horizon new-yorkais pourrait avoir un certain charme… n Getty Images

six candidats à la Draft. Il a su déceler dans le freshman Michael Kidd-Gilchrist l’âme d’un leader. Il est rare de voir un entraîneur confier le management de son équipe dans les mains d’un gamin de 18 ans. Mais Calipari avait très vite perçu que Kidd-Gilchrist, malgré ses Pas hanté par le passé ? problèmes d’élocution, posAvec Memphis en 2008, son équipe dirigée par sédait un charisme propre à Derrick Rose s’était inclinée en prolongation alors sublimer ses partenaires et à qu’elle menait de 9 points avec 2’12’’ au compteur leur imposer le respect. C’est dans le temps réglementaire. « Comment Memphis à travers Gilchrist et les bras a-t-il peu perdre ce match ? », nous demandait alors tentaculaires de Davis que Joakim Noah, double champion en titre avec Florida Calipari est arrivé à faire en 2006 et 2007. « Tu crois que Donovan l’aurait comprendre les valeurs de la défense à des joueurs perdu ce match ? Jamais. Il aurait pris un temps depuis toujours attiré par le scoring de haut vol. mort. Là Calipari n’a rien fait. Cette défaite te dit « En dehors du scoring, que pouvez-vous réellement tout ce que tu as à savoir sur ce coach. » apporter à cette équipe ? », leur avait-il demandé, il Le pivot des Bulls n’était pas le seul à critiquer les y a quelques semaines. Avec une ligne de statischoix stratégiques de Calipari. Au sein de la NCAA, tiques dans cette finale de 16 rebonds, 6 contres, beaucoup d’experts s’étaient amusés à disséquer 5 passes, 3 interceptions et seulement 6 points, ces 2 minutes 12 secondes où l’université de l’intérieur Anthony Davis venait d’apporter la meilMemphis, en route vers la terre promise, avait vu leure des réponses à son coach. Elu MOP du Final ses rêves de félicité partir en lambeaux. Calipari, lui, Four, la réincarnation de Bill Russell avait démontré n’a jamais revu cette finale perdue contre Kansas qu’il était possible de totalement dominer un match en 2008. De même il n’a jamais regardé la défaite en terminant avec un famélique 1 sur 10 aux tirs. contre West Virginia en 2010 où son équipe All-Star En première mi-temps, les images du carnage de la avait été victime de la zone 1-3-1 de Bob Huggins, finale de 1990 où UNLV avait éradiqué Duke, 103-73, le coach des Mountainers. Tout comme il n’a rien sont immédiatement venues à l’esprit. appris de la défaite de son équipe l’an passé contre Derrière un Davis occupant toute la raquette, Connecticut au Final Four 2011. Kentucky a contré, cavalé, dunké, shooté, le tout Cet individu doté d’un formien oppressant l’attaque dable esprit de compétition de Kansas. L’arrière-ailier ne veut pas laisser le virus Michael Kidd-Gilchrist était de la défaite s’installer dans ultra dominant physiquesa mémoire. Toute négativité ment, partant sans relâche à est interdite d’accès dans l’attaque du cerceau. Darius Joakim Noah les cellules de Calipari. Alors Miller envoyait valdinguer il oublie. Les dossiers n’en Thomas Robinson d’un coup restent pas moins bien présents. Deux des équipes d’épaule pour aller claquer un dunk deux mains qu’il a emmenées au Final Four, Massachusetts après un spin move d’école. Un Terrence Jones en en 1996 et Memphis en 2008, ont vu leurs saisons mode bulldozer ravageait la peinture des Jayhawks. être effacées des tablettes NCAA pour violations Marquis Teague faisait pleuvoir les tirs à longue des règlements universitaires. Jamais condamné, distance. Et de l’autre côté du parquet, la misère des Calipari se lave les mains de toutes accusations. troupes de Kansas était encore plus significative. Mais si les douleurs et autres humiliations passées Vers les Knicks ? n’ont pas eu de prise sur sa passion, comment Terrifiés par l’envergure de Davis, les arrières pouvait-il néanmoins être aussi indifférent à la casn’osaient pas s’aventurer près du cercle et cade émotionnelle en train de s’abattre violemment décochaient des paraboles trop courtes. Thomas sur lui en ce lundi 2 avril ? Cette saison 2011-2012 Robinson avait beau être hyper actif, il précipitait est son chef d’œuvre. ses tirs et démontrait à tous les scouts que les Loué par le passé pour sa capacité à tirer la quintescomparaisons avec Antawn Jamison (connu avec sence d’effectifs de niveau moyen, cette année North Carolina pour sa rapidité d’exécution) étaient Calipari a réussi l’exploit de manager les égos de

Ronald Martinez/

Mettre en avant le fait que dans ses équipes, les joueurs passent en premier. Lui ne compte pas. Que la déception ressentie après ses multiples échecs précédents au Final Four n’était pas personnelle mais plutôt liée à la souffrance éprouvée par ses disciples. Calipari avoue tirer sa force dans le fait qu’il ne regarde jamais en arrière. De nombreux démons se baladent pourtant dans son spleen.

69-61

Kansas bat Ohio State 64-62 Lundi 2 avril Finale Kentucky bat Kansas 67-59 MOP : Anthony Davis


OFFREZ-VOUS L’INFO BASKET

UN AN D’ABONNEMENT + DE SUPER CADEAUX T-shirt événement « The Bleus »

52 numéros L’HEBD

O DU

JEUD

Livre d’Or du Basket 2011

99 €

TBALL BASKE

I 13 OCTO

BRE 2011

ÇAIS EN IES FRAN

ER ET

... MAYNI

- N° 573

PRO A...

ZIDANE

ASSIE ER M

MONST

ROOK L... LES

RAVELINES E... G

LES « U

NES

EN APPE

QUIP » DE L’É

ES ARBITR CONTRE FFBB

Z RÊTE S ARSE VOUBÊ TI S? LES L’EUROLEAGUE ET NANCY -ÊTR E, PEUT -ÊTR E UT PE NBA UT LOCK-O RTIS ! PAS SOU BERG E DE L’A

TRE CON IS KER LLO PARRIS LEVA PA

OSS LEUBBOULOT

+

= 200,80

+

Hervé

Bellenger

/ IS

A

s.net sketnew www.ba E M 03252

- 573 - F:

3,00

:?k@f@h@d@k;

3:HIKNMF=WUXUU^ News Basket

n°573

- jeudi

e 2011 13 octobr

14,90 €

156 €

29,90 €

EN UNE SEULE FOIS € OU / MOIS

9,90 €

BULLETIN À RETOURNER À : NORAC PRESSE ABONNEMENTS - B.P. 25244 - 72005 LE MANS CEDEX

BASKET NEWS

NOMBRE DE NUMÉROS

VALEUR EN KIOSQUE

PAIEMENT EN 1 FOIS*

PAIEMENT EN PRÉLÈVEMENT AUTOMATIQUE MENSUEL**

52

156 €

99€

9,90 €

T-SHIRT ÉVÉNEMENT “THE BLEUS“

X ❑

LIVRE D’OR 2011

ET

X ❑

❑ Je paye par chèque à l’ordre de Norac Presse. ❑ Je paye par prélévement (remplir l’autorisation ci-dessous et joindre un RIB). ❑ Je paye par carte bancaire (remplir ci-dessous) MES COORDONNÉES :

Autorisation de prélèvement

Nom :

Prénom :

Adresse :

Ville

Code postal

E-Mail : Tél. :

Né(e) le :

Tee-Shirt je choisis :❑ Blanc

M

L

XL

Paiement par carte bancaire

N° Expire fin

Clé* *clé : les 3 derniers chiffres figurant au dos de votre carte bancaire.

J’autorise l’établissement teneur de mon compte à prélever sur ce dernier le montant des avis de prélèvements mensuels établis à mon nom, qui seront présentés par Norac Presse. Je vous demande de faire apparaître mes prélèvements sur mes extraits de compte habituels. Je m’adresserai directement à Norac Presse pour tout ce qui concerne  le fonctionnement de mon abonnement. Organisme créancier :  Titulaire du compte Norac Presse - 3, rue de l’Atlas - 75019 Paris N° national d’émetteur : 580 138 NOM :

Date et signature obligatoire :

PRÉNOM : ADRESSE :

VILLE : CODE POSTAL :

* Paiement par chèque ou par carte bancaire ** Le prélèvement automatique est réservé à la France métropolitaine (engagement minimum de 12 mois). Au-delà de 12 mois, mon abonnement sera reconduit tacitement sauf demande expresse adressée à : Norac Presse - Service Abonnements - BP 25244 - 72005 LE MANS CEDEX 1. Cadeaux sous réserve de disponbilités. Couleur et modèle non contractuels. En cas de prélèvement, envoi du cadeau après le premier encaissement. Tarifs étrangers et DOM-TOM (carte bancaire uniquement) : BasketNews : 123 € Cadeau étranger : adresse française uniquement.

A retourner accompagné du règlement sous enveloppe affranchie à : NORAC PRESSE – Service Abonnements – BP 25244 – 72005 Le Mans Cedex 1 – Service Abonnements : Tél. 02 43 39 16 20 Mail : abonnement@tomar-presse.com - Site Internet : wwwbasketnews.net

Plus d’abonnements et de cadeaux sur ➜ www.basketnews.net


15

éVèNEMENT

Pas convaincant, pour la LNB prospects NBA organisé par un équipementier (Nike en l’occurrence). Question de principes. On pouvait bien sûr arguer, a contrario, que puisque les deux clubs, ainsi que la LNB, étaient d’accord… Mais enfin, que le HTV, qui fait le gros dos pour essayer d’obtenir les indulgences de la ligue au moment de l’examen, par la commission de contrôle de gestion, de son avenir, ne fasse pas de vague, c’est une chose. Que l’ASVEL, engagée dans des discussions, apparemment serrées, avec le joueur pour prolonger son contrat, obtempère, est aussi dans une certaine « logique ». Mais que la LNB donne son aval… D’ailleurs, elle ne l’a pas donné longtemps.

Match rééquilibré ?

Hervé Bellenger / IS

Ce mercredi 28, à 18h, la ligue faisait savoir qu’après « étude plus approfondie des motifs invoqués par l’ASVEL », la Commission Sportive estimait qu’il n’y avait pas lieu de décaler le match contre Hyères-Toulon au 10 avril. Les motifs invoqués par l’ASVEL ? La reprise en main par le club des activités de régie marketing et de billetterie, suite au divorce, désormais effectif, entre le club et Canal+ Events. En clair : l’ASVEL arguait que le fait de se retrouver avec ces tâches supplémentaires à gérer impliquait la nécessité d’un délai. Pas convaincant, pour la LNB. Pas convaincant tout court. Qu’allait-il se passer ? Léo allait-il être retenu par son club ? Le suspens ne durait pas longtemps car, dans la soirée, l’Alsacien « tweetait » ceci : « La LNB a refusé de déplacer le match malgré que les deux clubs étaient d accords, mais j’ai eu l’autorisation de l’ASVEL ». Ainsi donc, c’est sans son meneur titulaire et capitaine, ni son « remplaçant », l’Américain Phil Goss, laissé libre de retourner à Varese, que le club rhodanien accueillera Hyères-Toulon ce vendredi soir. Évidemment, au regard des forces des uns et des autres, l’affaire ne devrait pas faire un pli. Sauf que l’ASVEL reste sur neuf défaites, se présentera donc sans meneur de jeu de métier – Paul Lacombe et Théo Léon partageront les minutes – et avec seulement deux renforts américains. Pour un match qui ne qualifie pas pour les playoffs en cas de victoire, mais qui disqualifie en cas de défaite. Une petite fenêtre ouverte pour le HTV ? n

« L’AFFAIRE WESTERMANN »

UN PETIT MALAISE, QUAND MÊME Alors qu’Evan Fournier (Poitiers) a renoncé à honorer sa deuxième sélection au « Hoop Summit », Léo Westermann se rendra bien à Portland et manquera le match ASVEL – Hyères-Toulon. Après un imbroglio. Par Fabien FRICONNET

«

 Ascenseur émotionnel : Oui Nan Oui Nan Oui ... Je ne commenterai pas la décision de la Ligue. Je ne comprends pas. » Dixit Léo Westermann, via un « tweet », dans la soirée du 28 mars. Le jeune et talentueux meneur de l’ASVEL, 19 ans, n’est sans doute pas près d’oublier ce mercredilà. Rappel des faits… Notre confrère Stéphane Marteau, dans l’édition lyonnaise du quotidien 20 minutes, révélait le malaise en primeur. Sélectionné pour le Hoop Summit, qui se déroulera ce samedi à Portland, et évidemment désireux d’honorer l’invitation, Westermann allait devoir manquer le match ASVEL-Hyères-Toulon, programmé vendredi à l’Astroballe, ce qui mettait de facto son club dans l’embarras. Alors que l’affaire avait été « dealée » en amont, l’ASVEL était évidem-

ment moins chaude la semaine dernière, étant donnée sa situation actuelle. Pierre Vincent évoquait alors, toujours dans 20 minutes, un report du match contre le HTV. Or donc, ce 28 mars, en fin de matinée, l’ASVEL faisait savoir que la réception de l’équipe varoise était décalée au mardi 10 avril. Une annonce qui déclenchait une « mini-vague » de protestation – mais aussi d’approbation – dans le petit milieu du basket français. Pour les indignés – dont nous faisions partie – il paraissait inconcevable d’adapter, quasi en dernière minute – c’est-à-dire dix jours avant le match concerné – le calendrier de la Pro A pour permettre à un joueur de participer à ce qui, lorsque l’on enlève le vernis (« prestigieux All-Star Game mondial »), n’est jamais qu’un (relevé) showcase de

Les Français au « Hoop Summit » Année 1997 1999 2000 2005 2007 2008 2009 2010 2011

Joueur Jérôme Moïso Liberto Tetimadingar Tony Parker Mickaël Mokongo Nicolas Batum Alexis Ajinça Alexis Ajinça Kévin Séraphin Edwin Jackson Maël Lebrun Evan Fournier

Min 20 12 30 25 28 21 24 22 31 22 22

Tirs 6/7 2/4 6/11 2/5 9/13 3/5 5/9 4/9 2/7 2/6 2/8

Rbds 8 1 4 2 4 4 9 9 4 6

Pds 1 7 5 1 1 4 4 2

Pts 13 4 20 4 23 9 13 8 5 5 6


16

CHIFFRES

PRO A 22e journée (matches en retard) Mardi 27 mars

Chalon bat *Paris Levallois Roanne bat *Hyères-Toulon

83-77 85-60

24e journée Vendredi 30 mars

Orléans bat *Roanne *Paris Levallois bat ASVEL

69-66 86-73

Samedi 31 mars

Nancy bat *Cholet *Le Havre bat Dijon Chalon bat *Hyères-Toulon Gravelines-Dk bat *Strasbourg *Nanterre bat Pau-Lacq-Orthez Le Mans bat *Poitiers

78-72 68-66 98-69 66-65 90-77 83-75

Prochaine journée 25e journée Joué le mardi 3 avril

Orléans – Dijon Vendredi 6 avril

ASVEL – Hyères-Toulon, à 20h Chalon – Nanterre, à 20h Gravelines-Dunkerque – Nancy, à 20h30 en direct sur Sport+ Samedi 7 avril

Le Havre – Strasbourg, à 20h Poitiers – Paris Levallois, à 20h Le Mans – Cholet, à 18h30 en direct sur Sport+

Pau-Lacq-Orthez – Roanne, à 20h

Boxes-scores 27/3 Roanne bat *Hyères-Toulon Hyères-Toulon Min Tirs 3pts LF Rb Pd R.Hughes* 34 6-11 - 2-3 7 1 T.Terrell* 26 5-13 2-4 2-2 4 2 F.Ateba 17 4-6 2-4 1-2 3 1 M.Faye* 31 3-10 1-7 1-2 3 2 K.Reid* 26 1-1 1-1 - 2 4 L.Labeyrie 20 1-4 0-1 1-2 3 S.Cisse 14 1-5 - 1-2 1 1 P.Morlende* 17 1-7 0-1 - - 1 A.Julien 14 1-2 - 2 2 R.Roberts 1 - 1 Total 200 23-59 6-18 8-13 26 14 Roanne Min Tirs 3pts LF Rb Pd R.Jackson 21 7-9 - 2-4 7 1 U.Nsonwu-Amadi* 20 5-6 - 4-7 5 S.Diabate 26 6-7 1-1 - 6 2 P.Braud* 30 4-9 2-7 2-3 2 3 D.Page* 28 4-7 2-4 1-1 5 1 R.Wright* 23 4-7 0-2 - 4 3 J.Holland* 23 2-7 2-4 1-2 3 2 M.Mokongo 17 1-3 0-1 0-1 3 7 A.Tanghe 12 1-1 - 0-1 3 Total 200 34-56 7-19 10-19 38 19

In 4 1 1 1 1 8 In 3 1 1 1 1 7

85-60 Co Bp Pts 1 2 14 - 2 14 - 2 11 2 1 8 - 3 3 - - 3 - - 3 - 1 2 - 2 2 - - 3 13 60 Co Bp Pts 1 3 16 - 2 14 - 2 13 - - 12 - 3 11 - 3 8 - 2 7 - - 2 - 2 2 1 17 85

27/3 Chalon bat *Paris Levallois Paris Levallois Min Tirs 3pts LF Rb Pd Ja.Williams* 39 11-18 0-4 2-3 5 1 L.Hamilton* 34 8-12 2-3 2-3 6 4 E.Chatfield* 36 4-12 3-6 8-11 4 2 G.Oniangue 7 3-4 - 1-1 2 T.Meacham* 29 2-7 0-3 - 5 5 D.Noel* 28 0-4 0-3 2-2 5 4 P.Da Silva 7 - 1-2 2 M.Morandais 20 0-5 0-2 - 3 Total 200 28-62 5-21 16-22 32 16

In 1 1 3 1 1 7

83-77 Co Bp Pts 2 1 24 1 1 20 - - 19 - - 7 - 3 4 1 3 2 - 1 1 - 1 4 10 77

Chalon Min A.Aminu* 25 B.Schilb* 35 I.Evtimov* 35 M.Delaney* 37 S.Tchicamboud* 29 B.Smith 9 M.Jean-Baptiste Adolphe 15 N.Lang 7 J.Lauvergne 6 J.Aboudou 2 Total 200

LF Rb Pd 0-1 6 1 5-8 7 7 3-4 6 3 1-3 9 5 3-7 2 4 - 1 1 1-2 7 1 - - 1 - - 1-2 - 14-27 38 23

In 1 1 1 3

Co Bp Pts 1 1 18 - - 16 - 2 15 - - 13 - 4 8 - - 4 - 3 3 - - 3 - - 2 - - 1 1 10 83

Dijon S.Marshall* Z.Moss* B.Dixon* A.Harris* J.Leloup D.Melody* R.Lewin T.Rupert A.Christophe Total

Min 35 24 30 17 14 38 17 15 10 200

LF Rb Pd 3-5 10 2 3-4 10 2 3-4 6 3 - 3 2 - 5 1 1-2 1 3 0-2 3 - 8 1 1-2 1 1 11-19 47 15

In 1 1 1 3

Co Bp Pts 1 1 13 - 2 11 - 4 9 1 2 8 - 1 8 - - 6 - - 6 - 1 4 - - 1 2 11 66

*Paris Levallois bat ASVEL Min Tirs 3pts LF Rb Pd 32 8-15 1-2 5-9 13 3 38 6-16 4-7 - 3 5 37 7-12 2-3 - 1 2 37 6-10 3-5 - 6 4 20 3-4 2-3 1-2 1 4 8 1-3 0-1 2-3 - 1 17 0-2 0-2 2-2 4 5 10 1-2 - 2 2 1 - - 200 32-64 12-23 10-16 30 26 Min Tirs 3pts LF Rb Pd 28 8-12 - 2-2 6 27 8-11 - 1-1 7 2 33 4-10 2-5 3-6 4 2 26 4-9 1-4 2-4 2 6 26 2-9 1-4 - 2 4 22 2-3 0-1 0-2 2 1 13 1-1 - 1-2 3 2 20 1-1 - 1 3 5 0-1 - - 200 30-57 4-14 9-17 27 20

In 2 1 1 3 1 1 9 In 1 1 1 2 1 6

86-73 Co Bp Pts - 2 22 - 4 16 - 3 16 - 1 15 - - 9 1 1 4 - 1 2 - - 2 - - 1 12 86 Co Bp Pts - 1 18 1 3 17 1 - 13 - 5 11 - 3 5 2 1 4 - - 3 - 2 2 - 1 4 16 73

30/3 Orléans bat *Roanne Roanne Min Tirs 3pts LF Rb Pd J.Holland* 35 7-14 2-6 1-1 3 3 S.Diabate 28 6-9 2-4 - 3 4 R.Jackson 19 6-10 - 7 R.Wright* 28 3-7 1-4 1-1 2 3 U.Nsonwu-Amadi* 21 4-5 - 8 D.Page* 38 2-8 1-6 - 10 2 P.Braud* 16 1-5 0-4 - - 1 M.Mokongo 12 0-1 0-1 - 2 2 A.Tanghe 3 0-1 - - Total 200 29-60 6-25 2-2 35 15 Orléans Min Tirs 3pts LF Rb Pd M.Pellin* 30 6-8 3-4 2-2 1 1 C.Banks* 36 4-13 1-7 3-4 6 4 A.Sy* 31 4-8 - 1-2 6 5 D.Monds 18 4-8 - 2 1 B.Greene 17 3-9 1-2 1-2 3 2 G.Joseph* 22 3-7 - 0-2 6 3 M.N’Doye* 18 2-5 2-5 - - 1 Y.Sangare 24 0-1 - 3-4 3 2 M.Lebrun 4 - 2 Total 200 26-59 7-18 10-16 29 19

In 1 1 1 1 1 5 In 2 3 2 1 8

69-66 Co Bp Pts - 4 17 - 3 14 2 1 12 - 1 8 - 2 8 - 2 5 - 1 2 - 2 - - 2 16 66 Co Bp Pts - 1 17 - 1 12 - - 9 - 1 8 - 1 8 1 1 6 - 1 6 - 1 3 - 1 1 8 69

31/3 Poitiers E.Fournier* P.Badiane* K.Younger R.Wright A.Dobbins* J.J. Miller* P.Guillard* A.Grant J.Aka C.Gomez Total Le Mans A.Acker T.Rochestie* J.P.Batista* A.Koffi C.Kahudi* M.Kouguere* M.Sommerville* T.Bryant H.Kahudi Total

Le Mans bat *Poitiers Min Tirs 3pts LF Rb Pd 32 6-13 1-4 7-8 4 2 32 5-8 - 5-6 5 2 18 3-4 1-1 3-4 1 1 15 3-8 2-5 - 2 1 30 0-4 0-1 6-6 5 6 23 3-10 0-2 - 1 2 21 2-7 0-3 1-2 2 2 18 1-3 0-1 1-2 3 1 8 1-1 - 3 3 - - 200 24-58 4-17 23-28 26 17 Min Tirs 3pts LF Rb Pd 32 7-13 3-5 4-5 4 5 37 3-9 1-3 4-4 3 3 21 5-8 - 8 1 18 4-5 - 2-2 3 27 3-8 2-5 1-2 5 3 19 3-5 3-4 - 3 24 3-8 1-4 - 1 1 17 3-4 0-1 - 5 5 - - 1 200 31-60 10-22 11-13 32 14

In 2 1 2 1 1 7 In 2 1 2 5

83-75 Co Bp Pts - 2 20 1 1 15 - 1 10 - - 8 1 1 6 1 1 6 - - 5 - 2 3 - - 2 - - 3 8 75 Co Bp Pts - 3 21 - - 11 2 3 10 - 1 10 - 4 9 1 - 9 - 1 7 - 1 6 - - 3 13 83

31/3 Chalon bat *Hyères-Toulon Hyères-Toulon Min Tirs 3pts LF Rb Pd P.Morlende* 32 7-9 2-4 2-2 1 2 R.Hughes* 26 8-11 - 1-1 1 2 T.Terrell* 27 5-6 0-1 - 4 3 M.Faye* 24 3-11 1-5 2-2 3 3 K.Reid* 37 2-4 1-3 - 2 7 S.Cisse 17 2-4 0-2 1-2 - L.Labeyrie 20 1-4 - 1-2 6 2 R.Roberts 7 1-3 - 2 F.Ateba 10 0-2 0-1 - 1 1 Total 200 29-54 4-16 7-9 20 20 Chalon Min Tirs 3pts LF Rb Pd M.Delaney* 26 6-7 3-4 6-7 1 2 J.Lauvergne* 28 7-9 1-2 2-2 6 1 M.Jean-Baptiste Adolphe 23 5-7 - 1-2 5 2 J.Aboudou 20 4-10 1-5 1-1 4 3 S.Tchicamboud* 25 3-6 3-4 - 2 3 N.Lang 27 3-9 2-6 - 2 6 A.Aminu* 17 3-6 - 1-2 6 B.Schilb* 13 3-5 1-2 - - 2 I.Evtimov 12 1-3 1-3 4-4 1 B.Smith 7 0-1 0-1 1-2 1 U.Adjagba 2 0-2 - 1 Total 200 35-65 12-27 16-20 29 19

In 1 1 1 1 2 6 In 1 1 3 1 1 1 8

98-69 Co Bp Pts - 2 18 - 3 17 1 4 10 - 2 9 - 2 5 - 1 5 1 - 3 2 1 2 - - 4 15 69 Co Bp Pts - 1 21 - 3 17 1 1 11 - - 10 - 1 9 - 1 8 - - 7 - - 7 - - 7 - - 1 - - 1 7 98

31/3 Strasbourg R.Greer* A.Ajinça* C.Oliver* A.M’Baye* K.Anderson* M.Zianveni A.Toupane N.De Jong H.Invernizzi Total Gravelines-Dk J.Johnson J.K. Edwards Y.Bokolo* L.Vaty* R.Jomby* A.Albicy C.Akpomedah* J.Reynolds* P.Sy D.Issa Total

Gravelines-Dk bat *Strasbourg Min Tirs 3pts LF Rb Pd In 27 7-13 0-3 2-4 8 1 1 27 6-8 0-1 1-2 4 2 1 40 4-7 0-2 2-2 3 3 2 35 4-10 1-6 0-2 3 5 1 30 2-7 1-3 2-2 4 4 1 17 1-4 1-1 1-2 6 - 15 1-1 1-1 - 5 1 2 8 1-2 - 1-2 - - 1 - 1 - 200 26-52 4-17 9-16 34 16 8 Min Tirs 3pts LF Rb Pd In 27 6-12 5-8 1-1 3 - 27 7-11 - 2 2 1 28 4-11 0-3 1-2 5 2 1 13 4-8 - 1-1 6 2 13 2-6 1-4 - 3 - 1 20 1-6 1-5 1-4 2 2 1 33 1-3 1-3 - 6 - 1 22 1-6 1-4 - 2 2 1 10 0-3 0-2 1-2 1 1 1 7 - 3 1 1 200 26-66 9-29 5-10 33 12 8

66-65 Co Bp Pts - 2 16 1 2 13 - 3 10 1 3 9 - 1 7 - - 4 - 2 3 1 - 3 - - 3 13 65 Co Bp Pts - 1 18 1 2 14 - 2 9 - 1 9 - 1 5 1 2 4 - 1 3 - - 3 - 2 1 - - 2 12 66

31/3 Le Havre B.Boddicker* G.Jenkins K.Souchu N.Pope* J.Cox* O.Camara* A.Wiggins K.Houston* G.Pitard Total

In 1 1 2 4

68-66 Co Bp Pts - 1 14 1 1 13 - - 12 - - 9 1 1 8 - 2 6 - 1 4 - - 2 - - 2 6 68

31/3 *Nanterre bat Pau-Lacq-Orthez Nanterre Min Tirs 3pts LF Rb Pd In M.Judith 28 8-11 0-2 5-5 2 2 3 S.Brun* 24 5-10 1-4 2-4 5 1 1 W.Daniels 16 4-5 - 5-7 3 2 1 M.Riley* 28 2-8 0-5 8-8 5 7 4 R.Covile 31 5-9 - 1-2 9 - L.Akono* 19 1-2 1-1 5-5 4 1 1 X.Corosine 16 3-6 0-1 - - 1 D.Garrett 17 2-4 1-2 - 1 5 1 J.Passave-Ducteil* 9 - 1-2 1 - 2 M.Diarra* 12 - 2 - Total 200 30-55 3-15 27-33 32 19 13 Pau-Lacq-Orthez Min Tirs 3pts LF Rb Pd In A.Ray* 27 6-9 1-2 4-4 5 2 1 A.Mendy* 34 4-9 1-3 4-6 5 1 2 T.Gipson* 39 6-15 0-3 0-1 4 4 2 C.Marquis* 17 4-5 - 4-4 1 - J.Morency* 25 3-5 - 1-2 3 - F.Lesca 11 2-3 1-1 2-2 1 1 1 C.Elonu 20 2-2 - 0-2 4 - 1 S.Rimac 16 1-3 0-2 - - 1 R.Lesca 8 1-3 0-1 - - 1 2 T.Ramassamy 3 0-1 - 1-2 - - Total 200 29-55 3-12 16-23 23 10 9

90-77 Co Bp Pts - 1 21 - 2 13 - - 13 - 3 12 - 3 11 - 3 8 - 1 6 - 2 5 - 3 1 - 1 - 19 90 Co Bp Pts - 6 17 - 5 13 - 2 12 - 2 12 - 4 7 - 1 7 1 - 4 - - 2 - 2 2 - - 1 1 22 77

30/3 Paris Levallois L.Hamilton* E.Chatfield* Ja.Williams* D.Noel* T.Meacham* M.Morandais P.Da Silva G.Oniangue M.Mutuale Total ASVEL K.Tillie* H.Armstrong* D.Thompson* L.Westermann* E.Jackson* P.Lacombe T.Leon D.Haritopoulos B.Fofana Total

Tirs 9-11 5-17 5-8 5-12 2-7 2-3 1-4 1-2 1-2 31-66

3pts 1-9 2-2 2-4 1-3 1-2 0-1 7-21

*Le Havre bat Dijon Min Tirs 3pts LF Rb Pd 34 5-11 2-6 2-2 7 20 6-7 - 1-2 7 1 27 4-7 0-2 4-7 1 20 2-6 2-2 3-7 3 40 1-8 0-1 6-10 4 11 18 2-3 - 2-4 6 9 2-7 0-1 0-1 2 18 1-5 0-2 - - 1 14 0-3 0-2 - 3 1 200 23-57 4-16 18-33 33 14

PRO A : CLASSEMENT 1 2 3 6 7 8 10 13 15 16

Équipe

MJ G-P Dom. Ext. Pour Contre Écart Série 5 der.

Gravelines-Dk Chalon Orléans Le Mans Nancy Paris Levallois Roanne Dijon Cholet Strasbourg Nanterre ASVEL Poitiers Le Havre Pau-Lacq-Orthez Hyères-Toulon

24 24 24 24 24 24 24 24 24 24 24 24 24 24 24 24

21-3 11-0 10-3 20-4 10-2 10-2 16-8 10-2 6-6 16-8 10-2 6-6 16-8 10-2 6-6 15-9 12-1 3-8 12-12 9-3 3-9 11-13 9-3 2-10 11-13 4-8 7-5 10-14 8-4 2-10 10-14 6-8 4-6 10-14 6-6 4-8 8-16 6-6 2-10 8-16 6-6 2-10 6-18 5-7 1-11 2-22 1-11 1-11

78,0 82,1 75,3 83,3 80,8 82,1 75,9 69,6 78,5 75,8 79,3 75,6 73,4 76,4 75,4 75,3

64,2 73,5 71,2 79,7 75,9 80,6 76,0 70,3 77,0 74,4 80,8 76,8 77,6 77,9 85,5 95,5

+13,8 +8,6 +4,1 +3,6 +4,9 +1,5 -0,1 -0,7 +1,5 +1,4 -1,5 -1,2 -4,2 -1,5 -10,1 -20,2

6 v. 2 v. 1 v. 4 v. 2 v. 1 v. 1 d. 1 d. 2 d. 2 d. 2 v. 6 d. 1 d. 2 v. 4 d. 16 d.

5-0 4-1 3-2 4-1 3-2 2-3 3-2 2-3 3-2 2-3 2-3 0-5 3-2 3-2 1-4 0-5

Tirs 4-12 4-10 3-10 4-5 4-6 2-12 3-5 2-3 0-1 26-64

3pts 2-5 0-3 1-6 3-14

31/3 Cholet F.Causeur* W.Gradit* R.Gobert* P.Christopher R.Falker L.Vebobe D.Nelson* R.Dozier* C.Ona Embo Total Nancy J.Shuler* A.Akingbala* J.Linehan* P.Amagou* V.Samnick* B.King K.Grant R.Kurz A.Sylla Total

Nancy bat *Cholet Min Tirs 3pts LF Rb Pd 38 8-14 2-3 5-7 2 6 21 7-12 4-5 - 3 17 4-5 - 4 28 3-8 0-3 - 2 3 16 2-2 - 2-2 4 1 23 2-3 - 1-7 7 2 25 1-8 0-3 - 3 4 16 1-6 - 2 16 1-4 0-2 - 1 200 29-62 6-16 8-16 28 16 Min Tirs 3pts LF Rb Pd 35 7-9 2-3 0-2 3 2 31 7-11 - 1-4 8 31 3-6 0-2 7-10 4 4 36 4-8 1-2 3-4 1 2 27 6-12 - 6 1 10 2-3 1-1 - - 1 9 1-4 0-2 1-2 - 10 1-2 - 1 11 0-2 - 2 200 31-57 4-10 12-22 25 10

In 1 1 2 In 2 1 1 4 1 9

78-72 Co Bp Pts - 1 23 1 2 18 3 - 8 - 1 6 1 1 6 - 2 5 - 3 2 - 2 2 - - 2 5 12 72 Co Bp Pts - 1 16 4 4 15 - 1 13 - 2 12 1 3 12 - - 5 - 1 3 - - 2 2 - 7 12 78

PRO B 28e journée Vendredi 30 mars

Saint-Vallier bat *Denain 82-81 *Châlons-Reims bat Boulazac 90-69 Boulogne-sur-Mer bat *Nantes 83-77 Bourg-en-Bresse bat *Le Portel 76-68 *Aix-Maur. bat Bordeaux 116-108 a.p. Rouen bat *Fos-sur-Mer 83-66 Limoges bat *Évreux 82-71 73-57 *Antibes bat Vichy Samedi 31 mars

*Quimper bat Lille

81-77

Prochaine journée 29e journée Vendredi 6 avril, à 20h

Bourg-en-Bresse – Nantes Fos-sur-Mer – Denain Aix-Maurienne – Évreux Samedi 7 avril, à 20h

Boulazac –Quimper Boulogne-sur-Mer – Le Portel Lille – Vichy Limoges – Châlons-Reims Rouen – Bordeaux Saint-Vallier – Antibes

Boxes-scores 30/3 Saint-Vallier bat *Denain Denain Min Tirs 3pts LF Rb Pd R.Rossiter* 34 9-15 - 2-2 11 N.Rohnert* 38 6-12 1-5 1-2 3 3 L.Kante* 35 5-11 0-2 4-4 4 1 J.James 30 6-13 - 1-1 7 1 F.Minet 13 2-5 2-3 2-2 1 A.Aboubakar Zaki* 16 3-6 - 0-2 1 2 X.Gaillou* 30 2-5 0-1 - 2 7 R.Brocheray 4 1-2 0-1 - 2 1 Total 200 34-69 3-12 10-13 31 15 Saint-Vallier Min Tirs 3pts LF Rb Pd L.Prowell* 28 8-13 2-3 1-2 5 D.Diarra* 27 9-13 0-1 - 5 1 S.Barrett* 18 5-9 1-1 3-4 3 F.Tortosa 28 5-10 0-2 2-3 3 3 K.Shiloh* 34 4-9 0-2 2-2 8 5 D.Denave* 27 3-9 1-4 - 2 1 H.Disy 22 1-3 - 0-2 4 4 M.Toti 9 0-2 0-1 - - F.Corneo 4 - - 1 Y.Zonnet 3 - - Total 200 35-68 4-14 8-13 30 15

In 1 2 2 3 2 1 11 In 1 2 1 3 2 9

82-81 Co Bp Pts 1 2 20 - 3 14 - 5 14 2 - 13 - - 8 - 1 6 - 3 4 - - 2 3 14 81 Co Bp Pts - 3 19 2 - 18 1 3 14 1 2 12 - 3 10 - 2 7 1 3 2 - - - - - - 5 16 82

PRO B : CLASSEMENT 1 2 3 4 5 6 9 13 14 17 18

Équipe

MJ G-P Dom. Ext. Pour Contre Écart Série 5 der.

Limoges Boulazac Châlons-Reims Aix-Maurienne Fos-sur-Mer Boulogne-sur-Mer Bordeaux Lille Bourg-en-Bresse Saint-Vallier Antibes Évreux Nantes Le Portel Denain Rouen Quimper Vichy

28 28 28 28 28 28 28 28 28 28 28 28 28 28 28 28 28 28

23-5 13-0 10-5 21-7 12-2 9-5 19-9 12-2 7-7 18-10 12-2 6-8 17-11 12-2 5-9 15-13 10-4 5-9 15-13 11-3 4-10 15-13 9-5 6-8 13-15 10-4 3-9 13-15 8-6 5-9 13-15 8-6 5-9 13-15 8-6 5-9 12-16 8-7 4-9 10-18 6-8 4-10 10-18 6-8 4-10 10-18 5-9 5-9 8-20 7-7 1-13 7-21 6-8 1-13

83,4 78,3 77,2 86,2 79,7 80,6 75,9 76,5 81,1 81,1 76,5 76,1 75,0 76,8 81,4 80,2 68,8 69,6

73,0 75,6 71,4 79,1 76,0 82,8 76,9 74,1 80,0 81,0 75,8 77,4 77,1 83,3 85,5 82,1 77,0 76,2

+10,4 +2,7 +5,8 +7,1 +3,7 -2,2 -1,0 +2,4 +1,1 +0,1 +0,7 -1,3 -2,1 -6,5 -4,1 -1,9 -8,2 -6,6

4 v. 1 d. 2 v. 2 v. 2 d. 2 v. 1 d. 1 d. 1 v. 2 v. 1 v. 1 d. 2 d. 5 d. 4 d. 1 v. 1 v. 2 d.

4-1 2-3 3-2 4-1 2-3 4-1 3-2 3-2 2-3 3-2 3-2 3-2 1-4 0-5 1-4 1-4 3-2 3-2

30/3 Antibes J.Allen* B.Monclar* M.Badiane* L.Bengaber* F.Prenom M.Courby C.Brown S.Essart* Y.Siegwarth T.Toneguzzo Total Vichy M.Jefferson* E.Craven* O.Ikuesan S.Dondon* A.Eito* W.Aka* N.Faye N.Diakite Y.Frédéric Total

*Antibes bat Vichy Min Tirs 3pts LF 35 8-12 1-1 0-2 24 5-8 2-4 26 4-9 - 2-2 26 3-7 2-2 16 3-6 - 2-2 11 2-3 1-1 2-2 20 2-6 0-2 2-2 29 2-4 1-3 10 0-3 0-2 3 200 29-58 7-15 8-10 Min Tirs 3pts LF 31 7-13 0-1 1-3 20 7-9 25 5-8 3-5 34 2-7 1-2 2-2 37 2-8 0-3 0-2 35 1-7 0-4 4 1-1 11 0-1 3 0-1 0-1 200 25-55 4-16 3-7

Rb Pd 7 1 1 5 3 3 4 7 3 1 3 1 7 1 - 29 18 Rb Pd 5 1 3 2 - 3 2 3 5 5 1 - 2 - 21 11

In 2 2 1 1 6 In 2 1 3

73-57 Co Bp Pts 1 3 17 1 - 12 - - 10 - 4 8 - 1 8 - 1 7 - 1 6 - - 5 - 2 - - 2 12 73 Co Bp Pts 4 3 15 - - 14 - 1 13 1 1 7 - 3 4 - 3 2 - 2 2 - - - - 5 13 57

30/3 Limoges bat *Évreux Évreux Min Tirs 3pts LF Rb Pd D.Reed* 40 9-15 2-4 3-5 6 3 J.Wood* 34 7-10 - 5-8 11 3 A.Rowland* 38 4-13 1-9 3-3 1 3 S.Ho You Fat* 22 4-9 0-2 1-3 1 1 L.Konaté 27 4-8 0-2 - 3 2 G.Costentin* 22 0-3 0-2 - 3 2 M.Correa 11 - - G.Florimont 5 0-1 - 2 P.Sambe 1 0-1 0-1 - - Total 200 28-60 3-20 12-19 27 14 Limoges Min Tirs 3pts LF Rb Pd K.McAlarney* 36 8-8 4-4 2-2 3 5 R.Desroses* 34 5-10 2-4 4-5 6 6 L.Milbourne 23 5-9 1-1 5-6 1 2 C.Massie* 25 4-8 - 3-5 12 1 N.Boungou Colo* 21 4-6 1-2 0-1 - 2 J.Mipoka 20 1-3 0-1 2-2 1 1 S.Traore* 22 1-7 - 0-2 4 2 F.Zerbo 10 - 2-2 1 J.Hoyaux 5 0-1 0-1 - - A.Curti 4 - - Total 200 28-52 8-13 18-25 28 19

In 5 2 2 1 1 1 1 13 In 2 1 1 2 6

82-71 Co Bp Pts 2 1 23 - 3 19 - 1 12 - - 9 - 2 8 - 2 - 2 - 1 - - 2 12 71 Co Bp Pts - 1 22 - 5 16 - 1 16 - 3 11 - 1 9 - 2 4 1 2 2 - 2 2 - - - - 1 17 82

30/3 Fos R.Roby* S.Gay* B.Clark* E.Choquet* S.Giffa* W.Soliman K.Atamna M.Dia C.Cavallo Total Rouen J.Siggers* P.Poupet* S.Dia* A.Dunn* T.Maizeroi C.Bronchard L.Chelle* K.Patiejunas A.Veyronnet Total

LF Rb Pd 4-6 4 3 5-7 6 2-2 12 3 1-2 - 3 2-4 4 - 3 2-2 1 2 1-2 2 0-2 - 2 17-27 32 13 LF Rb Pd 8-10 3 1 10-12 4 2 4-4 1 3-4 7 - 6 2 - 4 3-4 1 2-2 3 3 - - 30-36 29 8

In 3 1 3 7 In 1 1 1 1 4

83-66 Co Bp Pts 1 2 18 2 2 17 1 2 12 - 4 8 2 3 4 - - 4 - 2 2 - - 1 - 1 6 16 66 Co Bp Pts - 2 25 - 4 18 - 2 12 - 1 11 - 1 8 - 1 4 - - 3 - 1 2 - 1 - 13 83

30/3 *Aix-Maurienne bat Bordeaux Aix-Maurienne Min Tirs 3pts LF Rb Pd W.Brown* 38 12-20 2-5 8-8 12 3 B.Osby* 33 9-13 - 6-6 13 3 D.Tucker* 31 7-14 1-3 4-5 4 J.Ekanga-Ehawa* 31 4-7 3-5 4-5 3 2 S.Darnauzan* 36 3-11 1-4 - 1 9 G.Clerc 14 1-2 1-1 4-4 3 1 M.Traoré 11 2-3 - 2 M.Houmounou 14 1-4 0-1 - 1 2 T.Yvrande 9 - 2-2 - 1 A.Gomis 8 1-2 0-1 - - Total 225 40-76 8-20 28-30 39 21 Bordeaux Min Tirs 3pts LF Rb Pd K.Cunningham* 29 10-13 1-2 1-2 8 2 J.Ford* 40 9-11 1-1 2-3 3 1 G.Darrigand* 33 5-7 0-2 8-8 1 9 O.Bassett* 32 6-16 1-7 2-2 5 3 S.Driss* 30 5-7 2-4 1-2 2 5 J.Nzeulie 20 4-4 1-1 2-3 3 1 M.Doubal 25 2-8 1-6 - 1 M.Diaw 16 1-1 - 1-2 2 1 Total 225 42-67 7-23 17-22 25 22

In 3 2 4 1 1 1 12 In 2 1 1 3 2 1 10

116-108 Co Bp Pts - 6 34 - 1 24 - 5 19 - 2 15 - 2 7 - - 7 - - 4 - - 2 - 1 2 - 1 2 - 18 116 Co Bp Pts - 3 22 - 3 21 - 3 18 - 5 15 - 2 13 - 3 11 - 1 5 1 - 3 1 20 108

30/3 Le Portel R.Taylor* C.Davis* N.Wyatte* J.Ludon B.Mangin I.Sy M.Labeyrie* M.N’Diaye* G.Leburgue Total Bourg O.Barro* C.Ferchaud O.Da Silveira J.Baxter* R.Chery C.Koma* J.Delhomme* J.Sanchez* Total

Bourg bat *Le Portel Min Tirs 3pts LF Rb Pd 38 6-14 1-2 2-2 6 12 38 5-12 2-8 0-2 6 2 31 4-7 0-1 3-4 9 3 21 3-4 1-1 2-3 - 20 3-5 1-2 2-3 - 11 1-3 - 3-4 3 21 2-6 0-2 - 3 1 14 0-5 0-3 3-3 - 6 - 1 200 24-56 5-19 15-21 28 18 Min Tirs 3pts LF Rb Pd 34 5-8 - 8-9 8 2 26 6-9 6-9 - 4 26 4-6 0-2 2-3 9 26 2-9 1-6 5-6 4 4 20 3-6 1-3 - 3 1 14 1-3 1-3 2-2 1 35 2-3 0-1 - 4 6 19 1-4 1-3 1-2 3 3 200 24-48 10-27 18-22 36 16

In 2 3 1 1 2 1 10 In 1 3 2 6

76-68 Co Bp Pts 1 2 15 - 3 12 - 4 11 3 2 9 - - 9 - 1 5 - - 4 - 1 3 - - 4 13 68 Co Bp Pts 2 4 18 - 2 18 - 2 10 - 1 10 - 1 7 - 4 5 - 2 4 - 2 4 2 18 76

30/3 Nantes J.Fields* N.Gayon* E.Mendy O.Bardet M.Drame J.Douillet A.Charles* M.Diarra* K.Idomenee D.Fergerson* Total Boulogne F.Raposo* J.Mathis C.McCray J.Rousselle* J.Leria* Z.Bah* R.Gregoire* C.Rouse T.Stanley Total

Boulogne bat *Nantes Min Tirs 3pts LF Rb Pd 28 6-9 2-4 9-13 3 4 26 5-8 1-3 3-3 5 2 18 5-6 0-1 0-2 5 2 22 3-7 1-5 2-2 4 1 15 2-3 0-1 2-2 2 1 6 2-5 - 1-2 1 2 19 2-6 0-3 0-2 5 1 23 1-5 - 1-2 6 2 12 1-3 1-2 - 1 2 31 0-8 0-3 - 5 6 200 27-60 5-22 18-28 37 23 Min Tirs 3pts LF Rb Pd 35 8-13 - 4-6 9 24 4-6 - 9-10 8 1 32 5-12 1-5 2-3 6 3 26 2-8 1-4 4-6 1 2 21 2-8 0-1 4-6 3 24 1-4 1-3 4-6 3 2 9 2-4 1-2 - 1 10 2-5 0-1 - 3 19 0-5 0-4 - 1 1 200 26-65 4-20 27-37 35 9

In 1 2 1 1 1 1 7 In 2 1 2 1 1 2 9

83-77 Co Bp Pts 2 2 23 1 - 14 - 1 10 - - 9 - 1 6 - 1 5 - 3 4 - 3 3 - 2 3 - 2 3 15 77 Co Bp Pts - 1 20 - - 17 - - 13 - 2 9 - 1 8 - 1 7 - 2 5 - - 4 - 1 - 8 83

Rouen bat *Fos Min Tirs 3pts 31 6-11 2-6 28 6-8 39 4-16 2-10 28 3-7 1-5 30 1-3 10 2-3 21 0-6 0-5 9 0-1 0-1 4 200 22-55 5-27 Min Tirs 3pts 34 8-14 1-2 34 3-11 2-6 21 3-6 2-3 26 4-6 19 3-4 2-3 15 2-6 21 0-5 0-5 29 0-2 0-1 1 200 23-54 7-20


17

CHIFFRES 30/3 Châlons-Reims R.Mels* B.Mullins* N.Carter C.Daniels* E.Plateau K.Joss Rauze K.Corre* P.Beye G.Chathuant* S.Soliman Total Boulazac D.Monroe* A.McKenzie* R.Ayers* M.Cheriet S.N’Joya* Y.Gaillou* T.Dubiez I.Soumahoro A.Kerckhof F.Adjiwanou Total

*Châlons-Reims bat Boulazac Min Tirs 3pts LF Rb Pd 29 4-11 2-5 7-8 4 4 30 6-9 2-4 2-3 4 7 22 7-8 - 2-4 5 1 27 5-8 - 2-4 12 3 16 3-6 1-2 2-2 2 1 26 3-5 1-1 - 1 3 21 2-4 - 1-2 5 1 10 2-5 1-1 - 2 18 1-5 1-3 - 1 1 1 - - 200 33-61 8-16 16-23 36 21 Min Tirs 3pts LF Rb Pd 34 9-13 - 3-6 8 2 28 7-17 0-1 3-7 9 2 27 2-4 2-4 2-2 4 1 11 2-5 1-3 1-2 4 28 1-7 0-2 3-4 4 2 17 2-4 0-1 1-1 1 1 27 2-8 0-5 - 2 2 9 1-3 1-2 - 3 12 0-2 - 2 1 7 0-2 0-1 - - 200 26-65 4-19 13-22 37 11

In 4 3 1 1 1 1 11 In 3 1 2 1 1 8

90-69 Co Bp Pts - 5 17 - 4 16 - - 16 2 - 12 - - 9 - - 7 - 3 5 1 - 5 - 2 3 - - 3 14 90 Co Bp Pts 1 2 21 2 1 17 - 3 8 - 1 6 - 4 5 - 3 5 - - 4 - - 3 - 2 1 - 4 16 69

31/3 Quimper A.McCoy* P.Paelay* G.Lessort V.Mouillard* W.Molas A.Salmon* N.Roche* W.Hervé B.Doumbe Total Lille S.Smith* S.Bradford* M.Tensorer* C.Marshall J.Sauret* A.Rigaux M.Camara B.Gillet* N.Taccoen J.M’Bida Total

Min 39 36 29 42 25 25 18 9 2 225 Min 42 36 23 22 23 22 15 30 11 1 225

*Quimper bat Lille Tirs 3pts LF Rb Pd In 8-15 2-6 8-10 9 2 2 7-19 3-8 5-7 4 3 1 4-7 - 2-2 4 - 2-8 1-4 4-4 4 5 1 3-4 - 1-2 4 - 2-4 0-1 1-2 6 - 1-3 - 5 - 0-4 0-2 - -11 - 1 - 27-64 6-21 21-27 37 11 5 Tirs 3pts LF Rb Pd In 7-17 0-2 4-6 10 4 1 7-12 - 4-4 13 - 2 4-5 3-4 - 124-9 2-5 0-2 - 1 2 3-4 0-1 1-2 2 3 1 2-6 1-4 1-2 2 5 2-13 1-10 - 1 - 0-3 0-3 2-2 - 1 1 0-2 - 0-4 5 1 - - - 29-71 7-29 12-22 34 17 7

81-77 Co Bp Pts - 1 26 - 2 22 - - 10 -59 - - 7 - - 5 1 - 2 - - - - 1 8 81 Co Bp Pts - 2 18 2 3 18 - - 11 - 2 10 -47 -26 - - 5 - - 2 - - - - 2 13 77

ESPOIRS 24e journée

ASVEL bat *Paris Levallois 74-67 *Roanne bat Orléans 57-50 *Cholet bat Nancy 81-70 *Nanterre bat Pau-Lacq-Orthez 78-69 *Hyères-Toulon bat Chalon 88-84 78-58 *Le Havre bat Dijon Le Mans bat *Poitiers 88-63 Gravelines-Dk bat *Strasbourg 101-80 Classement  : 1- Le Mans (19-5), 2- Nancy, Hyères-Toulon, GravelinesDunkerque (18-6), 5- ASVEL (16-8), 6Strasbourg (14-10), 7- Pau-Lacq-Orthez (13-11), 8- Poitiers, Paris Levallois (1113), 10- Roanne, Le Havre, Cholet (10-14), 13- Chalon (9-15), 14- Orléans (7-17), 15- Nanterre, Dijon (4-20).

NATIONALE 1 28e journée

*Angers bat Clermont 83-78 Saint-Quentin bat *Cognac 80-59 76-68 Ò*Brest bat Le Puy *Orchies bat Blois 69-63 Saint-Étienne bat *Charleville 79-56 Souffelweyersheim bat *Liévin 53-45 *Montbrison bat Centre Fédéral 81-41 Rueil bat *Chartres 76-66 *Sorgues bat Challans 87-74 Classement  : 1- Charleville, Saint-Quentin (21-7), 3- Orchies, Souffelweyersheim (20-8), 5- Roche/ Saint-Étienne (19-9), 6- Cognac, Blois (18-10), 8- Sorgues (16-12), 9- Brest (15-13), 10- Angers, Liévin, Challans (14-14), 13- Rueil (12-16), 14- Chartres (11-17), 15- Clermont (8-20), 16Montbrison (5-23), 17- Le Puy (4-24), 18- Centre Fédéral (2-26).

EUROLEAGUE Quarts de finale

Barcelone élimine Kazan : 3-0 *Barcelone bat Kazan 78-66 *Barcelone bat Kazan 66-63 Barcelone bat *Kazan 67-56 Panathinaikos – Maccabi Tel-Aviv : 2-2 *Panathinaikos bat Maccabi 93-73 Maccabi bat *Panathinaikos 94-92 a.p. *Maccabi bat Panathinaikos 65-62 Panathinaikos bat *Maccabi 78-69 Jeudi 5 avril

Panathinaikos – Maccabi à 20h45 CSKA Moscou élimine Bilbao : 3-1 *CSKA Moscou bat Bilbao 98-71

*CSKA Moscou bat Bilbao 79-60 *Bilbao bat CSKA Moscou 94-81 73-71 CSKA Moscou bat *Bilbao Olympiakos élimine Sienne : 3-1 82-75 Olympiakos bat *Sienne *Sienne bat Olympiakos 81-80 *Olympiakos bat Sienne 75-55 *Olympiakos bat Sienne 76-69

EUROCUP Quarts de finale

Valencia élimine Buducnost *Buducnost bat Valencia 75-71 *Valencia bat Buducnost 85-63 Lietuvos rytas élimine Donetsk *Lietuvos rytas bat Donetsk 76-65 80-78 *Donetsk bat Lietuvos rytas Saint-Pétersbourg élimine Nymburk Saint-Pétersbourg bat *Nymburk 68-64 *Saint-Pétersbourg bat Nymburk 86-71 Khimki Moscou élimine Kuban *Khimki Moscou bat Lokomotiv Kuban 81-72 *Lokomotiv Kuban bat Khimki Moscou 81-77

Finals (à Moscou) Demi-finales Samedi 14 avril

Valencia – Lietuvos rytas Khimki – Saint-Pétersbourg

Match pour la 3e place

13h30 16h30

Pesaro, Bologne (15-10), 8- Varèse, Avellino (13-12), 10- Rome (12-14), 11- Montegranaro, Trévise (11-14), 13Biella (11-15), 14- Caserte (10-15), 15Crémone (10-16), 16- Teramo (8-18), 17- Casale Monferrato (6-19).

Chalon – Triumph Lyubertsy

Finale Dimanche 29 avril

ESPAGNE Liga Endesa 27e journée

Obradoiro bat *Fuenlabrada 82-63 Séville bat *Estudiantes Madrid 77-64 78-72 *Bilbao bat Gran Canaria *Badalone bat Valladolid 83-73 *Barcelone bat Valencia 76-72 *Alicante bat Vitoria 72-71 64-51 *Real Madrid bat Malaga Saint-Sébastien bat *Manresa 79-74 Classement  : 1- Barcelone (22-5), 2Real Madrid (21-6), 3- Vitoria (19-8), 4Saint-Sébastien (16-11), 5- Valencia, Bilbao, Alicante (15-12), 8- Séville, Saragosse, Malaga (14-13), 11Badalone, Manresa (12-15), 13- Gran Canaria (11-16), 14- Fuenlabrada (1016), 15- Obradoiro (10-17), 16- Murcie (9-18), 17- Estudiantes Madrid (7-19), 18- Valladolid (6-21).

ITALIE

Finale Dimanche 15 avril (16h30)

EUROCHALLENGE Final Four

(à Debrecen, en Hongrie)

Demi-finales Vendredi 27 avril

Szolnok – Besiktas

Cantu bat *Teramo 74-69 *Montegranaro bat Pesaro 79-77 *Bologne bat Biella 62-53 *Varèse bat Sassari 85-79 Crémone bat *Caserte 77-74 *Milan bat Venise 79-70 *Rome bat Avellino 102-99 Classement  : 1- Sienne (18-6), 2Cantu (16-9), 3- Milan, Venise, Sassari,

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

Chicago Miami Orlando Indiana Boston Atlanta Philadelphia New York Milwaukee Detroit New Jersey Cleveland Toronto Washington Charlotte

54 42-12 51 37-14 53 32-21 52 31-21 52 30-22 54 31-23 52 29-23 53 27-26 52 24-28 52 19-33 54 19-35 50 17-33 53 18-35 52 12-40 50 7-43

%

77,8 72,5 60,4 59,6 57,7 57,4 55,8 50,9 46,2 36,5 35,2 34,0 34,0 23,1 14,0

Dom.

Ext.

Pour Contre Écart Série 10 der.

21-5 21-7 96,9 21-2 16-12 100,7 18-10 14-11 94,3 16-7 15-14 96,4 19-8 11-14 91,6 17-8 14-15 94,6 19-10 10-13 93,6 18-10 9-16 97,1 12-12 12-16 98,4 13-12 6-21 89,9 7-19 12-16 93,1 9-17 8-16 93,3 10-17 8-18 91,8 7-19 5-21 93,1 4-20 3-23 87,9

88,6 93,5 92,5 93,8 89,8 93,1 87,8 94,4 98,4 95,4 98,7 99,2 95,5 99,8 100,6

+8,3 +7,1 +1,7 +2,6 +1,8 +1,5 +5,8 +2,7 0,0 -5,5 -5,5 -5,9 -3,7 -6,7 -12,7

1 d. 1 d. 3 d. 1 v. 5 v. 1 d. 1 v. 1 v. 1 d. 1 v. 3 v. 7 d. 1 v. 1 d. 7 d.

7-3 6-4 4-6 6-4 7-3 6-4 4-6 8-2 6-4 4-6 4-6 1-9 4-6 2-8 1-9

CONFÉRENCE OUEST 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

Équipes

MJ V-D

Oklahoma City San Antonio L.A. Lakers L.A. Clippers Dallas Memphis Denver Houston Utah Phoenix Portland Minnesota Golden State Sacramento New Orleans

52 40-12 50 36-14 53 33-20 52 31-21 53 30-23 50 28-22 53 29-24 53 28-25 53 27-26 52 26-26 53 25-28 54 25-29 51 20-31 52 18-34 53 13-40

%

76,9 72,0 62,3 59,6 56,6 56,0 54,7 52,8 50,9 50,0 47,2 46,3 39,2 34,6 24,5

Dom.

*Aplemont bat Centre Fédéral 74-63 *Reims bat Dunkerque 99-77 *Léon-Trégor bat Roche 65-62 *Perpignan bat Armentières 75-49 Calais bat *Toulouse 74-53 *Laveyron bat Graffenstaden 75-69 Voiron bat *Limoges 68-52 Classement  : 1- Perpignan (20-2), 2Calais, Toulouse (17-5), 4- Laveyron, Voiron (12-10), 6- Roche (13-10, -2 pts), 7- Armentières (11-11), 8- Dunkerque (9-13), 9- Reims, Graffenstaden (8-15), 11- Limoges, Aplemont (7-15), 13- Centre Fédéral (6-17), Léon-Trégor (9-13, -2 pts).

Mercredi 28 mars

Sparta&K Moscou bat Cracovie Valencia bat Ekaterinbourg Fenerbahçe bat Schio Rivas Madrid bat Galatasaray

77-70 62-49 74-58 75-68

Jeudi 29 mars

Valencia bat Sparta&K Moscou Ekaterinbourg bat Cracovie Rivas Madrid bat Schio Fenerbahçe bat Galatasaray

77-66 67-59 65-58 75-67

Vendredi 30 mars

CONFÉRENCE EST MJ V-D

22e journée

Final 8

NBA : CLASSEMENTS Équipes

LF2

EUROLEAGUE

Lega 26e journée

Dimanche 15 avril (13h30)

Féminines

Ext.

Pour Contre Écart Série 10 der.

23-4 17-8 103,5 21-4 15-10 101,4 22-5 11-15 96,3 20-8 11-13 97,2 19-8 11-15 94,8 17-7 11-15 95,2 15-12 14-12 103,5 20-8 8-17 98,1 19-7 8-19 98,8 16-11 10-15 96,7 18-9 7-19 97,2 13-13 12-16 98,7 11-16 9-15 98,0 13-12 5-22 98,4 5-21 8-19 88,9

96,7 96,5 93,9 95,2 93,4 93,9 102,0 97,5 99,0 97,2 96,2 99,1 100,4 103,9 93,7

+6,8 +4,9 +2,4 +2,0 +1,4 +1,3 +1,5 +0,6 -0,2 -0,6 +1,0 -0,4 -2,4 -5,6 -4,8

6 v. 7 v. 2 v. 5 v. 1 v. 1 v. 2 v. 1 d. 3 d. 1 v. 1 v. 2 d. 5 d. 1 d. 3 d.

8-2 9-1 6-4 7-3 7-3 4-6 5-5 5-5 6-4 6-4 5-5 3-7 2-8 4-6 3-7

Valencia bat Cracovie 90-61 Ekaterinbourg bat Sparta&K Moscou 86-80 Rivas Madrid bat Fenerbahçe 74-70 Galatasaray bat Schio 80-71

65-62

Galatasaray bat Sparta&K Moscou 73-71 Ekaterinbourg bat Fenerbahçe

Finale

1 semaine (TTC) : 5 lignes : 22,90 € 10 lignes : 44,20 € / 15 lignes : 68,60 € 3 semaineS (TTC) : 5 lignes : 53,40 € 10 lignes : 103,70 € / 15 lignes : 126,50 €

TROYES AUBE UNION BASKET (10) recrute pour son cursus de formation en MINIMES France et CADETS FRANCE des joueurs nés de 1996 à 1999. Scolarisation en section sportive pour les Minimes et hébergement au centre sportif de l’Aube pour les 2 catégories. RDV le 18/04 de 16 à 18h et/ou le 25/04 de 15 à 17h au Gymnase Beurnonville, rue du 1er Bataillon de Chasseurs à Pied (1er B.C.P.), 10000 TROYES (navette possible depuis la gare sur demande) * Contacts & renseignements : 06.08.67.61.19 ou karim.benabidi@hotmail.fr JA VICHY recrute, pour son Centre de Formation,

joueurs nés entre 1991 et 1997. Envoyer CV sportif et scolaire + lettre de motivation à

centredeformation@ja-vichy.com PARIS LEVALLOIS BASKET organise détection à Levallois les Mercredis 18 & 25 avril au Palais des Sports

Joueurs 98 & 99 : RDV à 14h. Joueurs nés en 95-96 & 97 : RDV à 15h30

Match 5e place Match 3e place

Tél. : 02.43.39.16.21

Votre annonce doit nous parvenir au plus tard le vendredi pour une parution le jeudi. Rédigez-la sur papier libre et envoyez-la avec son règlement (par chèque à l’ordre de Norac Presse ou par carte bancaire) à : Norac Presse-Petites annonces 75 bLd Marie & Alexandre Oyon B.P. 25244 72005 LE MANS CEDEX 1

(M° Pont de Levallois).

e

Schio bat Cracovie

c.pelleray@norac-presse.fr

Marcel-Cerdan, 141 rue Danton

Dimanche 1er avril

Match 7 place

petites annonces

75-68

Valencia bat Rivas Madrid 65-52 MVP : Asjha Jones (Rivas Madrid)

Conctact : 06 12 38 42 49 ou tdrouot@parislevallois.com-

AIX MAURIENNE BASKET (Pro B) organise détection Cadets France (1ère Div.)

le Mercredi 18 avril à Aix (73) et recrute Espoirs NM2 (pour jeunes de 97 à 92). Inscription à ludobask@yahoo.fr ou 06.17.36.57.43


18

CHIFFRES

PRO A

staTs cumulées (après 24 journées)

1- GRAVELINES-DUNKERQUE (21-3)

Joueur Andrew Albicy Ludovic Vaty Juby Johnson Pape Sy Yannick Bokolo J.K. Edwards Rudy Jomby J.R. Reynolds Cyril Akpomedah Dounia Issa Valentin Bigote Abdoulaye Loum Xavier Silas* Total

MJ 22 24 24 19 23 24 24 15 24 24 9 7 8 24

Min 28 17 21 17 27 21 20 18 26 16 2 2 9 -

Tirs 85-179 96-178 73-181 51-120 84-183 81-177 70-186 34-87 53-128 40-69 5-8 3-10 12-30 687-1536

% 47,5 53,9 40,3 42,5 45,9 45,8 37,6 39,1 41,4 58,0 62,5 30,0 40,0 44,7

3pts 29-82 49-130 23-54 13-54 0-3 30-109 24-59 27-82 0-3 1-4 0-6 6-17 202-603

LF 60-83 39-46 29-43 44-62 16-39 32-40 19-34 17-19 10-15 20-37 5-8 1-2 3-4 295-432

Rb 2,5 5,3 2,3 2,3 3,4 4,7 4,3 2,0 4,5 5,0 0,2 1,1 2,0 38,2

Pd 4,1 1,0 0,7 1,2 2,8 1,9 1,2 1,1 0,5 0,8 0,2 14,2

In 2,5 0,4 0,7 0,4 1,4 0,6 1,0 0,5 0,6 0,7 0,1 0,5 8,5

Co 0,2 0,7 0,1 0,2 0,1 1,0 1,0 0,3 0,4 3,5

Bp 2,5 1,2 0,7 1,2 1,5 1,6 1,1 0,6 0,5 0,8 0,2 0,4 0,4 11,6

Pts 11,8 9,6 9,3 8,9 8,6 8,1 7,9 7,3 6,0 4,2 1,8 1,0 4,1 78,0

Joueur Malcolm Delaney Blake Schilb Alade Aminu Ilian Evtimov Steed Tchicamboud Joffrey Lauvergne Michel Jean-Baptiste Adolphe Nicolas Lang Bryant Smith Jordan Aboudou Ulysse Adjagba Total

MJ 24 24 24 23 24 24 23 24 22 22 4 24

Min 31 29 25 26 28 15 13 16 12 8 2 -

Tirs 95-238 122-245 122-208 70-168 62-152 62-125 47-96 42-117 27-65 23-40 0-4 672-1458

% 39,9 49,8 58,7 41,7 40,8 49,6 49,0 35,9 41,5 57,5 46,1

3pts LF 49-112 126-145 19-70 103-111 62-99 46-114 28-30 28-69 57-73 8-33 14-19 23-41 21-68 14-19 5-19 5-12 7-15 3-9 0-2 9-12 183-502 444-570

Rb 3,2 3,4 7,1 3,7 2,3 3,9 4,5 1,6 1,5 1,0 0,2 34,4

Pd 3,2 4,7 0,4 1,9 4,1 0,6 0,3 1,3 0,7 0,5 17,5

In 1,2 1,0 1,0 1,2 1,2 0,7 0,7 0,5 0,7 0,5 0,2 8,5

Co 0,3 0,8 0,2 0,7 0,1 0,2 2,4

Bp 1,9 2,6 1,3 1,2 2,1 1,2 1,2 0,4 0,6 0,5 0,2 13,6

Pts 15,2 15,2 12,8 9,3 8,7 6,1 5,1 5,0 2,9 2,5 2,2 82,1

Joueur Cedrick Banks Amara Sy Brian Greene David Monds Maleye Ndoye Georgi Joseph Marc-Antoine Pellin Yohann Sangare Maël Lebrun Yohan Solle Bryan Pamba Tony Ehimegbe Total

MJ 24 24 23 24 24 24 24 24 14 4 5 1 24

Min 30 30 25 21 21 20 26 22 10 2 4 1 -

Tirs % 3pts 110-261 42,1 50-149 118-246 48,0 14-48 83-219 37,9 35-102 109-209 52,2 0-4 67-133 50,4 35-72 70-125 56,0 44-107 41,1 13-45 39-108 36,1 4-36 19-40 47,5 14-29 2-2 100,0 1-4 25,0 662-1454 45,5 165-485

LF 58-67 47-57 44-54 36-65 19-25 37-52 29-39 48-59 318-418

Rb 2,8 5,9 5,0 5,0 2,3 5,2 2,5 2,5 2,2 0,2 0,2 34,8

Pd 2,8 2,2 1,8 0,3 1,2 1,0 5,1 3,2 0,5 0,2 17,9

In 1,1 1,1 0,9 0,6 0,8 1,0 1,9 1,3 0,1 0,4 8,9

Co 0,2 0,8 0,3 0,5 0,1 0,2 0,1 0,1 2,2

Bp 2,2 2,2 2,3 1,2 0,7 2,0 1,4 1,5 0,4 1,4 14,4

Pts 13,7 12,4 10,7 10,6 7,8 7,4 5,4 5,4 3,7 1,0 0,4 75,3

Joueur Taylor Rochestie J.P. Batista Marcellus Sommerville Alex Acker Charles Kahudi Alain Koffi Travon Bryant Max Kouguere Antoine Diot Babacar Niang Thomas Ceci William Coleman Henri Kahudi Kevin Mendy Nobel Boungou Colo* Total

MJ 24 24 23 24 22 13 19 22 4 1 1 5 23 5 8 24

Min 35 27 31 30 30 15 15 13 18 2 1 7 10 2 16 -

Tirs % 3pts 145-276 52,5 53-112 138-256 53,9 0-4 115-249 46,2 29-94 104-256 40,6 36-94 79-191 41,4 39-98 38-72 52,8 42-74 56,8 0-2 32-64 50,0 17-44 5-14 35,7 1-6 1-2 50,0 1-1 100,0 3-4 75,0 14-39 35,9 1-14 15-37 40,5 2-11 732-1535 47,7 178-479

LF 96-106 64-82 34-48 52-65 54-66 15-26 21-27 7-12 4-5 3-5 2-2 5-5 357-449

Rb 4,0 5,8 5,7 3,5 5,5 3,5 3,7 1,4 2,5 1,4 1,2 2,1 35,2

Pd 6,4 1,5 1,7 3,2 1,3 0,3 0,8 0,2 3,8 0,2 1,0 0,2 0,8 17,0

In 1,0 0,5 0,8 1,7 0,9 0,3 0,5 0,3 0,2 0,3 0,9 6,3

Co 0,8 0,1 0,3 0,2 0,2 0,3 0,1 0,2 0,4 0,4 2,1

Bp 2,2 1,9 1,7 1,9 1,2 1,2 0,7 0,3 0,5 0,2 0,7 0,5 11,6

Pts 18,3 14,2 12,7 12,3 11,4 7,0 5,5 4,0 3,8 2,0 2,0 1,8 1,3 4,6 83,3

Joueur Akin Akingbala Jamal Shuler Adrien Moerman Pape Philippe Amagou Victor Samnick Bernard King Rob Kurz John Linehan Kenny Grant Abdel Kader Sylla Kingsley Pinda Vincent Pourchot Dzenan Kurtic Kevin Thalien Nicolas Batum* Kenny Gregory* Moussa Badiane* Total

MJ 24 24 22 24 24 12 5 24 23 17 5 1 3 1 8 2 11 24

Min 28 32 26 24 19 23 18 26 12 7 2 3 2 2 37 18 5 -

Tirs 126-197 105-226 98-234 72-159 93-176 40-70 16-28 50-136 26-65 22-37 1-4 0-2 0-2 49-100 3-11 2-8 732-1535

% 64,0 46,5 41,9 45,3 52,8 57,1 57,1 36,8 40,0 59,5 25,0 49,0 27,3 25,0 47,7

3pts 34-90 33-88 34-87 9-23 17-34 5-8 26-74 18-46 0-2 0-1 12-30 0-2 178-479

LF 55-108 46-59 24-32 74-89 38-59 11-15 2-2 44-54 6-11 11-19 27-32 2-3 5-8 357-449

Rb 7,6 4,7 6,2 2,0 4,0 2,0 3,8 2,2 1,0 1,6 1,0 6,0 1,0 1,0 35,2

Pd 1,0 2,3 1,1 2,2 1,2 3,3 1,2 5,4 1,2 0,1 0,3 4,2 1,0 0,1 17,0

In 0,8 1,6 1,2 0,8 0,6 0,8 0,2 2,0 0,3 0,1 2,1 2,0 6,3

Co 1,2 0,2 0,4 0,8 0,6 0,3 1,1 0,1 2,1

Bp 2,1 2,2 1,9 1,7 1,9 1,9 1,2 2,5 1,0 0,8 0,2 0,3 3,1 0,5 0,3 11,6

Pts 12,8 12,1 11,5 10,5 9,7 9,0 7,8 7,1 3,3 3,2 0,4 17,1 4,0 0,8 83,3

Joueur Eric Chatfield Jawad Williams Lamont Hamilton Trenton Meacham David Noel Michel Morandais Vincent Masingue Philippe Da Silva Giovan Oniangue Malela Mutuale Landing Sane Jordan Aboki Total

MJ 24 24 23 24 23 24 22 23 19 9 2 1 24

Min 37 35 29 28 24 17 13 15 7 4 2 1 -

Tirs 161-344 163-350 145-256 80-170 69-138 44-122 32-56 11-36 12-30 1-3 718-1505

% 46,8 46,6 56,6 47,1 50,0 36,1 57,1 30,6 40,0 33,3 47,7

3pts LF 61-130 106-127 36-109 50-69 16-36 87-126 32-78 25-29 21-62 22-30 20-70 17-24 9-20 5-20 16-20 2-10 5-8 4-6 193-515 341-459

Rb 3,3 4,7 8,3 2,9 3,3 2,5 3,6 2,9 1,2 0,1 0,5 33,8

Pd 4,1 2,0 1,9 3,5 2,3 1,1 0,8 2,2 0,3 0,4 18,0

In 1,3 1,0 1,2 0,9 1,0 0,6 0,3 0,7 0,2 0,2 7,1

Co 0,2 1,0 1,0 0,1 0,3 0,1 0,1 2,7

Bp 2,5 1,8 2,1 1,5 1,0 1,2 1,0 1,3 0,4 0,2 12,9

Pts 20,4 17,2 17,1 9,0 7,9 5,2 3,3 1,9 1,6 0,7 82,1

2- CHALON-sur-saône (20-4)

3- ORLéANS (16-8)

4- LE MANS (16-8)

5- NANCY (16-8)

6- PARIS LEVALLOIS (15-9)

12- LYON-VILLEURBANNE (10-14)

7- ROANNE (12-12) Joueur MJ Min Tirs % 3pts LF John Holland 22 29 102-212 48,1 40-93 71-85 Dylan Page 24 32 115-239 48,1 51-121 50-57 Uche Nsonwu-Amadi 24 23 107-163 65,6 44-66 Rick Jackson 20 18 78-135 57,8 31-55 Rashad Wright 9 28 22-50 44,0 6-21 14-25 Souleyman Diabate 20 23 52-121 43,0 8-47 23-25 Philippe Braud 24 24 55-144 38,2 37-113 8-10 Thomas Larrouquis 11 17 23-49 46,9 9-25 8-13 Michael Mokongo 20 12 25-64 39,1 3-19 3-8 Alexis Tanghe 23 10 15-43 34,9 4-16 14-20 Yohan Benfatah 3 2 1-2 50,0 1-2 1-2 Maxime Bourrat 2 2 Andre Barrett* 15 29 61-145 42,1 17-57 53-61 Karim Souchu* 6 13 6-18 33,3 1-12 0-2 Total 24 - 662-1385 47,8 177-526 320-429

Rb 4,6 5,8 7,2 5,7 2,1 3,0 1,7 2,8 0,8 1,1 0,3 0,5 2,5 2,0 34,4

Pd 1,9 1,5 1,0 0,6 2,8 3,8 1,2 0,8 1,4 0,5 0,5 4,9 1,0 15,5

In 1,3 0,5 0,4 0,4 0,4 1,3 0,4 0,5 0,2 0,3 1,3 0,5 5,7

Co 0,1 0,6 0,2 0,8 0,1 0,1 0,1 0,1 0,5 2,0

Bp 2,4 2,0 1,9 1,4 3,2 2,6 0,4 0,8 0,6 0,6 0,7 2,1 0,7 14,6

Pts 14,3 13,8 10,8 9,4 7,1 6,8 6,5 5,7 2,8 2,1 1,3 12,8 2,2 75,9

Rb 3,1 5,4 4,1 4,2 2,3 2,0 4,3 3,2 0,7 0,5 1,0

Pd 2,2 0,6 4,9 1,1 2,5 1,6 0,3 0,4 0,1 1,1 -

In 1,3 1,1 1,5 0,8 1,8 1,0 0,6 0,7 0,2 0,3 0,3

Co 0,2 0,2 0,1 0,2 0,1 0,6 0,5 0,3

Bp 2,1 1,1 2,4 0,9 1,0 1,2 1,4 0,7 0,5 0,8 -

Pts 12,5 11,8 11,0 10,5 8,8 6,4 3,9 3,2 1,7 0,8 2,7

8- DIJON (11-13) Joueur Sean Marshall Zach Moss Bobby Dixon Andre Harris David Melody Jérémy Leloup Rob Lewin Thierry Rupert Lens Aboudou Anthony Christophe Elson Mendy*

MJ 24 24 24 24 24 24 23 13 12 23 3

Min 28 24 31 26 34 19 17 15 5 7 4

Tirs 110-267 117-198 92-265 118-227 74-197 54-142 37-74 16-38 5-16 4-13 4-5

% 41,2 59,1 34,7 52,0 37,6 38,0 50,0 42,1 31,3 30,8 80,0

3pts 30-96 0-1 39-136 6-20 33-107 17-60 0-3 1-2 -

LF 51-70 48-70 40-56 11-16 29-39 29-37 15-40 10-14 10-15 10-12 -

Samba Dia* Total

11 11 12-36 33,3 2-15 3-4 1,3 0,3 0,3 - 0,5 2,6 24 - 643-1478 43,5 128-440 256-373 31,0 14,7 9,2 1,7 11,9 69,6

9- CHOLET (11-13) Joueur Fabien Causeur Demetris Nichols DeMarcus Nelson Patrick Christopher William Gradit Robert Dozier Randal Falker Luc-Arthur Vebobe Romain Duport Rudy Gobert Carl Ona Embo Chandler Parsons* Derrick Byars* Robert Hite* Talor Battle* Kevin Houston* Donnie McGrath* Total

MJ 24 8 18 14 24 10 24 22 17 17 23 3 1 7 6 4 7 24

Min 33 26 28 24 21 21 26 22 10 12 13 25 17 21 18 10 16 -

Tirs 131-282 44-88 86-169 61-140 71-166 33-64 62-102 52-96 44-71 33-41 33-72 11-23 4-9 22-60 17-35 5-19 6-28 715-1465

% 46,5 50,0 50,9 43,6 42,8 51,6 60,8 54,2 62,0 80,5 45,8 47,8 44,4 36,7 48,6 26,3 21,4 48,8

3pts 37-109 15-30 5-22 26-67 19-61 0-1 17-41 2-5 1-3 9-28 7-21 3-5 3-20 144-413

LF 89-110 16-18 74-96 15-19 17-19 6-9 29-57 34-74 2-3 2-8 2-5 6-10 6-7 7-9 2-2 4-4 311-450

Rb 3,2 3,5 2,8 1,9 1,7 5,0 6,5 6,6 3,5 3,5 1,0 6,0 3,0 2,3 1,7 0,2 0,4 34,4

Pd 4,0 1,5 3,4 0,9 0,9 1,1 2,6 1,3 0,2 0,1 1,1 4,0 1,0 0,9 2,5 1,5 2,0 16,3

In 1,5 1,0 1,6 0,8 0,8 1,0 0,8 0,8 0,2 0,3 0,3 2,3 1,0 0,6 0,8 0,3 7,6

Co 0,1 1,0 0,2 0,1 0,2 0,4 1,3 0,1 0,4 1,3 0,3 0,3 0,2 3,8

Bp 2,3 1,9 2,2 1,1 1,1 1,7 1,8 1,1 0,5 0,7 0,7 1,7 1,3 0,7 0,5 1,4 13,5

Pts 16,2 14,9 13,9 11,6 7,4 7,2 6,4 6,3 5,3 4,0 3,7 10,0 9,0 8,4 8,0 3,8 2,7 78,5

% 51,5 51,4 39,8 48,0 42,1 49,5 44,6 33,8 48,6 53,3 50,0 33,3 45,8 58,2 46,4

3pts 9-41 1-7 42-111 15-55 26-93 2-2 0-1 8-37 7-14 8-15 17-44 1-3 136-423

LF 79-103 24-39 63-74 44-53 40-57 25-55 7-10 16-22 12-18 12-19 322-450

Rb 7,4 5,6 3,1 5,8 2,0 4,4 1,5 1,6 1,6 0,5 1,0 1,0 6,6 7,2 37,1

Pd 3,8 1,4 3,1 1,4 1,8 0,9 0,3 3,5 0,4 0,3 1,0 0,3 2,2 16,5

In 1,5 1,5 0,6 1,0 0,5 0,5 0,3 0,7 0,4 0,4 0,9 0,4 6,5

Co 0,2 2,2 0,1 0,2 0,1 0,1 0,5 0,2 0,1 0,1 0,3 0,4 2,6

Bp 2,2 2,8 2,2 1,3 1,7 1,4 0,7 1,3 0,6 0,3 1,7 1,3 14,3

Pts 13,9 12,5 12,4 11,6 9,8 5,5 3,8 3,0 2,6 2,4 2,0 1,0 13,0 10,1 75,8

% 49,4 43,9 56,1 46,1 41,3 55,0 53,7 61,5 53,1 38,4 53,8 30,8 48,8

3pts 14-42 31-107 0-1 47-109 25-76 9-26 11-23 0-1 17-37 17-61 3-8 0-1 2-10 176-502

LF 52-68 48-50 44-60 16-23 18-24 17-22 3-5 34-58 22-25 14-19 4-4 272-358

Rb 2,9 5,0 5,5 1,3 3,5 2,4 3,0 3,8 3,3 2,0 0,8 1,0 0,3 31,2

Pd 1,3 2,7 0,3 1,2 1,2 3,0 1,6 0,9 2,2 2,5 0,5 1,3 15,3

In 0,8 1,9 0,8 0,5 0,9 0,8 0,5 0,7 1,5 0,6 0,3 0,3 8,4

Co 0,7 0,1 0,4 0,1 0,1 0,3 0,1 0,1 1,8

Bp 1,6 2,5 1,7 1,1 1,2 2,1 1,0 1,3 1,0 1,4 0,7 1,0 14,9

Pts 12,8 12,2 9,8 9,5 7,8 7,7 7,2 7,0 6,8 4,5 1,7 4,7 79,3

10- STRASBOURG (10-14) Joueur Ricardo Greer Alexis Ajinca Kevin Anderson Chris Oliver Abdoulaye Mbaye Maxime Zianveni Nicolas De Jong Aymeric Jeanneau Axel Toupane Hugo Invernizzi David Acker Thomas Trauttmann Arnaud Imhoff Justin Harper* Lavoy Allen* Total

MJ 24 11 24 24 24 24 15 23 16 10 1 2 1 9 9 24

Min 32 25 30 29 25 18 10 18 10 6 2 7 2 28 26 -

Tirs 123-239 56-109 96-241 110-229 85-202 53-107 25-56 22-65 17-35 8-15 1-2 1-3 44-96 39-67 680-1466

11- NANTERRE (10-14) Joueur Will Daniels Mykal Riley Ryvon Covile Xavier Corosine Stephen Brun Diante Garrett Mamoutou Diarra Johan Passave-Ducteil Marc Judith Loic Akono Guillaume Pons Alexis Desespringalle Alex Gordon* Total

MJ 24 24 24 24 22 19 10 24 21 24 10 1 3 24

Min 21 29 21 24 19 23 20 18 23 18 8 1 21 -

Tirs 121-245 107-244 96-171 83-180 64-155 60-109 29-54 67-109 52-98 38-99 7-13 0-1 4-13 728-1491

Joueur Edwin Jackson Kim Tillie Hilton Armstrong Léo Westermann Dijon Thompson Dimitris Haritopoulos Paul Lacombe Théo Leon Bangaly Fofana Livio Jean-Charles Rudy Deal Tony Parker* Ronny Turiaf* Phil Goss* Jamie Skeen* Total

MJ 24 24 23 24 24 8 20 5 19 14 1 7 4 22 11 24

Min 27 27 25 22 30 20 16 6 8 6 1 31 22 23 10 -

Tirs 97-223 113-221 99-160 71-155 74-186 25-44 32-75 4-5 11-18 6-14 49-106 13-26 69-161 11-33 674-1427

% 43,5 51,1 61,9 45,8 39,8 56,8 42,7 80,0 61,1 42,9 46,2 50,0 42,9 33,3 47,2

3pts 43-114 1-7 0-3 25-70 29-86 0-4 9-29 0-1 2-6 12-29 27-76 3-12 151-437

LF 48-56 37-51 34-48 41-53 25-34 14-15 21-33 1-5 8-21 1-2 32-44 11-20 35-37 8-11 316-430

Rb 2,8 4,8 6,9 2,3 4,5 2,9 1,8 0,6 1,4 1,2 4,9 7,2 1,6 1,4 33,4

Pd 2,2 1,3 1,2 3,0 2,3 1,2 1,0 0,6 0,2 0,1 6,3 2,0 2,5 0,1 16,1

In 0,7 0,8 0,7 0,6 1,3 0,4 1,3 0,8 0,3 1,7 0,2 1,2 0,3 7,3

Co 0,1 0,1 0,8 0,4 0,2 0,4 0,1 1,8 2,2

Bp 1,5 1,3 1,9 2,0 1,8 1,5 1,0 0,4 0,5 0,6 2,0 0,8 1,4 0,5 13,4

Pts 11,9 11,0 10,1 8,7 8,4 8,0 4,7 1,8 1,6 1,1 20,3 9,2 9,1 3,0 75,6

Tirs 117-264 85-206 82-191 73-181 72-141 74-147 67-172 20-68 10-16 17-42 4-6 3-5 12-44 636-1483

% 44,3 41,3 42,9 40,3 51,1 50,3 39,0 29,4 62,5 40,5 66,7 60,0 27,3 42,9

3pts 27-100 35-94 15-57 24-68 0-1 12-31 37-103 4-13 1-2 1-3 4-21 160-493

LF 75-99 37-44 34-58 39-53 43-64 28-45 15-16 23-34 16-23 13-20 1-2 6-8 330-466

Rb 3,2 2,2 3,8 5,4 5,5 4,1 2,1 5,7 2,6 2,0 0,6 0,8 1,3 34,8

Pd 2,2 2,6 1,9 1,1 0,7 1,2 0,8 3,3 0,3 0,5 0,2 2,0 13,5

In 1,6 1,0 0,7 1,1 0,4 0,5 0,6 2,1 0,2 0,1 0,8 0,6 7,5

Co 0,2 0,1 0,2 0,7 0,4 0,3 0,3 1,9

Bp 2,3 2,4 1,4 1,1 1,5 1,2 0,8 1,7 0,9 0,7 0,6 1,0 13,4

Pts 14,0 12,1 9,3 8,7 7,8 7,8 7,8 7,4 4,0 3,1 2,0 1,8 1,5 73,4

Tirs 132-317 111-230 92-220 22-44 18-40 66-124 57-109 33-81 1-5 5-22 2-8 110-263 17-37 666-1500

% 41,6 48,3 41,8 50,0 45,0 53,2 52,3 40,7 20,0 22,7 25,0 41,8 45,9 44,4

3pts 43-107 42-97 38-98 3-16 0-5 0-1 0-1 4-20 0-2 3-12 0-3 24-72 157-434

LF 71-100 30-35 60-107 14-21 10-12 23-48 21-35 8-18 4-9 1-2 88-99 15-23 345-509

Rb 4,3 4,6 4,3 2,7 3,5 4,2 6,4 3,6 1,0 1,3 3,2 8,8 36,8

Pd 4,0 1,7 1,5 0,3 0,5 0,7 0,4 0,7 1,0 0,4 0,2 5,6 1,0 14,7

In 1,0 0,9 1,1 0,8 0,2 0,1 0,3 0,4 0,5 0,2 2,0 0,8 6,4

Co 0,1 0,2 0,2 0,4 0,4 0,2 0,1 0,1 0,2 1,6

Bp 2,0 2,5 1,5 0,8 1,7 1,6 1,0 1,1 0,4 0,4 3,1 2,5 14,0

Pts 15,8 13,4 11,8 10,2 7,7 6,5 5,6 4,3 2,0 0,8 0,5 15,1 12,2 76,4

3pts 54-134 32-89 21-70 0-1 16-45 17-48 16-42 5-20 0-4 3-18 0-3 1-14 165-488

LF 69-90 40-45 53-66 54-94 42-47 25-48 8-8 5-9 18-32 4-5 1-4 3-7 0-2 15-17 337-474

Rb 3,8 2,8 4,4 8,2 4,5 4,8 1,4 1,0 2,2 0,7 0,4 0,6 3,5 0,4 4,5 2,0 32,7

Pd 4,6 2,4 1,1 0,7 2,2 0,4 1,4 0,5 0,4 0,1 0,6 1,0 0,2 4,2 0,2 13,6

In 1,6 0,8 1,6 0,6 0,4 0,2 0,3 0,4 0,9 0,3 0,4 0,1 1,7 0,2 7,0

Co 0,1 0,1 1,1 0,1 0,2 0,1 0,2 0,2 0,2 1,8

Bp 3,2 2,2 2,7 1,9 1,6 1,6 1,4 1,2 1,5 0,2 0,4 0,5 1,0 1,8 0,8 16,7

Pts 17,0 14,0 12,7 10,2 9,8 8,2 4,7 3,7 3,5 1,5 1,2 1,1 1,0 9,7 1,5 75,4

Tirs % 3pts 77-132 58,3 0-1 95-216 44,0 31-79 98-253 38,7 31-102 33-80 41,3 24-51 69-128 53,9 9-24 100-174 57,5 1-6 62-147 42,2 8-30 42-118 35,6 12-32 42-86 48,8 1-4 12-22 54,5 6-11 16-50 32,0 9-30 3-6 50,0 1-1 100,0 1-2 50,0 1-3 33,3 0-1 15-26 57,7 3-9 21-59 35,6 15-40 688-1503 45,8 150-420

LF 34-41 55-74 44-55 4-4 15-18 17-37 35-50 30-40 15-29 2-5 10-10 2-4 9-10 8-10 280-387

Rb 5,5 2,3 5,0 1,9 3,9 6,5 1,5 1,7 4,2 1,2 1,4 0,8 2,0 0,7 0,2 10,0 6,7 31,8

Pd 1,0 2,8 1,5 1,2 1,2 1,0 1,6 7,5 0,6 0,6 1,8 0,2 0,7 1,0 3,0 17,4

In 1,1 1,5 1,0 0,4 0,3 0,5 0,8 0,5 0,8 0,3 0,4 0,2 1,8 6,2

Co 0,2 0,2 0,3 0,1 0,6 0,6 0,2 4,5 0,2 2,1

Bp 1,5 2,5 2,4 1,4 1,5 1,2 1,6 3,8 1,3 1,4 1,0 0,5 1,0 0,7 1,5 1,7 15,8

Pts 17,1 14,5 12,3 11,8 10,8 9,1 7,6 6,0 5,6 3,6 2,6 2,0 2,0 0,7 0,4 21,0 10,8 75,2

13- POITIERS (8-16) Joueur Evan Fournier J.J. Miller Antonio Grant Pierre-Yves Guillard Pape Badiane Kenny Younger Rasheed Wright Anthony Dobbins Jonathan Aka Yann Devehat Kevin Harley Jeffrey Dalmat Cédric Gomez Total

MJ 24 20 23 24 24 24 24 9 9 15 5 4 22 24

Min 26 27 25 26 25 22 20 31 11 10 7 3 13 -

14- LE HAVRE (8-16) Joueur John Cox Brian Boddicker Nick Pope Karim Souchu Alan Wiggins Greg Jenkins Ousmane Camara Christophe Leonard Kevin Houston Gédéon Pitard Fabien Paschal Alexandre Ndoye Nic Wise* Ian Mahinmi* Total

MJ 24 22 24 6 6 24 24 18 1 21 11 1 22 4 24

Min 36 32 31 24 15 18 20 18 18 7 5 2 32 24 -

15- PAU-LACQ-ORTHEZ (6-18) Joueur MJ Teddy Gipson 24 Allan Ray 16 Antoine Mendy 20 Chinemelu Elonu 24 Marko Maravic 19 Claude Marquis 13 Slaven Rimac 22 Florian Lesca 21 Jean-Frédéric Morency 24 Mickael Var 16 Rémi Lesca 18 Tanguy Ramassamy 10 Hervé Touré 2 Romain Hillotte 5 Mustafa Shakur* 6 Moustapha Diarra* 4 Total 24

Min 37 29 30 25 31 17 17 11 15 6 6 7 16 2 28 8 -

Tirs 143-301 76-176 90-205 95-145 64-139 41-70 39-94 28-65 30-66 10-21 9-35 4-12 1-12 21-60 3-6 654-1407

% 47,5 43,2 43,9 65,5 46,0 58,6 41,5 43,1 45,5 47,6 25,7 33,3 8,3 35,0 50,0 46,5

16- HYèRES-TOULON (2-22) Joueur Rick Hughes Paccelis Morlende Mouhammad Faye Shaun Fein Thomas Terrell Louis Labeyrie Souarata Cisse Kareem Reid Rolan Roberts Fabien Ateba Axel Julien Djibril Diallo Maxime Noorenberghe Noami Kali Florent Fernando Alexis Ajinca* Damir Krupalija* Total

MJ 11 19 22 8 15 24 22 21 18 9 20 4 1 3 5 2 6 24

Min 29 31 31 25 23 23 20 32 16 11 12 7 1 5 5 35 37 -


19

CHIFFRES

PRO B

staTs cumulées (après 28 journées)

Joueur Landon Milbourne Joseph Gomis Chris Massie Kyle McAlarney Raphaël Desroses Nobel Boungou Colo Sambou Traore Aldo Curti Jean-Michel Mipoka Jonathan Hoyaux Fréjus Zerbo Thomas Cornely Total

MJ 24 27 28 26 28 6 27 28 19 21 21 5 28

Min 23 30 31 24 29 21 20 20 14 11 10 4 -

Tirs 134-254 128-275 148-243 107-199 111-242 21-44 82-190 42-106 30-78 29-64 22-44 1-3 855-1742

% 52,8 46,5 60,9 53,8 45,9 47,7 43,2 39,6 38,5 45,3 50,0 33,3 49,1

3pts 21-56 38-97 0-1 67-127 59-142 3-7 2-9 21-55 10-41 16-43 0-1 237-579

LF 53-68 56-70 59-101 37-40 33-53 11-13 67-104 39-54 10-13 12-13 7-13 3-6 387-548

Rb 3,3 2,0 11,6 1,6 4,2 2,8 4,5 1,1 1,8 1,0 3,0 1,0 35,5

Pd 1,5 3,9 1,8 2,6 2,5 1,7 1,3 2,9 1,1 0,8 0,2 0,4 17,8

In 1,2 1,2 1,2 0,6 1,6 0,8 0,8 1,0 0,4 0,4 0,1 0,2 8,3

Co 0,4 0,1 1,0 0,2 0,2 0,1 0,4 0,3 2,4

Bp 1,9 2,0 2,1 1,0 1,9 1,8 1,4 1,0 1,5 0,8 1,2 0,6 14,8

Pts 14,2 13,0 12,7 12,2 11,2 9,3 8,6 5,1 4,2 4,1 2,4 1,0 83,4

Tirs % 3pts 174-293 59,4 1-6 144-283 50,9 19-54 108-230 47,0 64-155 68-176 38,6 40-120 74-182 40,7 10-38 64-150 42,7 3-18 58-119 48,7 3-12 2-2 100,0 1-1 35-88 39,8 18-55 31-73 42,5 9-26 23-48 47,9 8-22 1-2 50,0 782-1646 47,5 176-507

LF 90-136 96-152 36-41 24-27 67-98 60-85 33-43 15-24 27-38 5-9 453-653

Rb 9,6 5,9 2,7 1,6 2,5 3,6 1,9 1,4 2,1 1,2 1,0 33,9

Pd 2,9 1,9 0,9 1,0 3,7 1,2 0,7 0,5 2,9 0,3 15,5

In 1,4 1,2 0,9 0,9 0,8 0,5 0,6 0,3 0,9 0,2 7,4

Co 0,2 1,0 0,4 0,2 0,8 0,2 2,7

Bp 2,1 2,5 0,8 1,0 1,7 1,7 2,2 0,6 1,3 0,6 14,2

Pts 15,7 14,4 11,3 8,7 8,0 7,1 6,9 5,0 4,0 3,5 3,3 2,0 78,3

2- BOULAZAC (21-7) Joueur Darryl Monroe Amadi McKenzie Ryan Ayers Thomas Dubiez Saidou Njoya Frederic Adjiwanou Yannick Gaillou Laurian Tarris Issife Soumahoro Arnaud Kerckhof Mehdi Cheriet Negueba Samake Total

MJ 28 28 28 23 28 27 22 1 26 28 18 1 28

Min 31 30 31 22 23 20 20 2 12 19 8 2 -

3- CHÂLONS-REIMS (19-9) Joueur Nate Carter Rodrigue Mels Chris Daniels Gary Chathuant Bryan Mullins Kevin Corre Etienne Plateau Kevin Joss Rauze Pape Beye Olivier Kolb Steeve Soliman Bernard King* Total

MJ 19 20 28 27 28 25 28 26 26 2 11 8 28

Min 30 28 26 25 31 24 19 19 11 3 5 30 -

Tirs % 3pts 109-203 53,7 10-21 83-212 39,2 37-110 147-245 60,0 1-3 99-230 43,0 34-99 96-224 42,9 24-69 84-151 55,6 4-12 51-153 33,3 36-106 45-96 46,9 14-45 34-77 44,2 2-3 2-2 100,0 5-15 33,3 2-8 33-69 47,8 7-24 788-1677 47,0 171-500

LF 66-87 69-83 61-96 42-55 52-73 37-55 32-41 6-13 17-24 1-2 2-2 29-32 414-563

Rb 5,7 3,4 8,5 3,4 2,3 5,0 2,3 0,9 2,2 0,4 3,2 33,2

Pd 1,1 2,2 1,1 1,3 5,4 1,8 1,4 1,5 0,3 0,2 3,2 15,7

In 0,8 1,6 1,6 1,3 1,9 1,2 0,9 1,0 0,1 0,1 1,0 9,8

Co 0,1 0,2 0,9 0,1 0,3 0,3 1,8

Bp 2,4 2,4 2,1 1,4 2,4 1,8 1,0 1,1 0,7 0,5 0,4 2,2 14,6

Pts 15,5 13,6 12,7 10,1 9,6 8,4 6,1 4,2 3,3 2,5 1,3 12,8 77,2

% 49,7 60,1 48,8 44,4 46,0 44,1 42,3 52,7 43,1 50,8 49,1

3pts LF 11-48 110-138 0-1 90-161 34-118 56-79 72-157 61-71 30-88 47-58 8-31 32-49 15-48 11-14 8-22 16-20 16-38 22-28 4-7 194-551 449-625

Rb 7,8 9,6 3,5 3,3 1,9 2,6 2,5 2,1 0,9 2,0 36,6

Pd 2,0 1,2 1,2 2,2 5,3 1,4 1,0 1,0 1,5 0,2 16,4

In 1,3 0,9 0,9 0,9 1,1 0,6 0,4 0,9 0,7 0,3 7,6

Co 0,1 1,4 0,2 0,2 0,1 0,2 0,1 0,1 2,4

Bp 2,2 2,4 1,9 1,7 2,0 0,9 0,5 0,6 0,9 0,8 0,5 14,1

Pts 16,8 15,6 13,6 12,8 9,6 5,4 4,3 3,7 3,7 2,7 86,2

% 61,0 50,9 41,6 47,1 43,6 41,2 48,9 40,3 35,6 35,7 42,3 25,0 33,3 43,0 46,5

3pts 3-4 8-21 50-147 31-86 13-54 48-130 18-41 7-40 5-20 0-2 5-17 2-7 0-2 24-60 214-631

LF 70-107 25-35 73-94 66-92 45-68 30-32 23-31 46-59 16-21 4-6 10-15 1-2 409-562

Rb 6,0 3,5 4,5 2,8 3,3 4,5 3,6 3,7 4,3 3,0 0,5 0,7 4,5 33,5

Pd 1,2 2,0 2,6 4,3 1,4 3,1 0,9 1,4 1,8 0,7 0,5 0,2 1,3 16,3

In 0,9 1,8 1,0 1,7 0,8 1,4 0,9 0,5 1,1 0,7 0,2 0,3 0,5 8,2

Co 1,8 1,0 0,2 0,1 0,2 0,1 0,4 0,4 0,2 3,2

Bp 1,6 2,8 3,0 2,2 1,5 1,9 1,3 1,6 1,6 1,0 0,5 0,3 0,9 15,1

Pts 15,3 14,8 13,5 11,5 9,1 8,1 7,7 7,1 6,3 4,7 1,8 1,0 0,7 9,9 79,7

LF 71-79 58-95 91-113 43-81 22-26 87-129 76-93 10-16 9-13 2-4 7-12 1-1 477-662

Rb 4,0 6,7 2,0 6,9 3,2 6,5 1,7 2,1 2,3 0,5 1,5 4,0 33,6

Pd 4,1 0,7 4,3 0,7 1,1 1,5 3,4 0,3 1,0 0,2 0,2 0,5 0,3 14,5

In 2,4 0,7 1,1 0,6 1,7 0,8 1,3 0,3 0,8 0,1 1,0 8,8

Co 0,6 0,5 0,1 0,3 0,2 0,2 1,8

Bp 2,6 1,4 1,8 1,8 1,3 1,4 2,0 0,7 1,0 0,4 0,6 1,2 1,3 13,0

Pts 17,1 12,3 11,0 10,8 10,7 10,6 9,1 7,4 4,6 1,7 8,0 5,7 80,6

4- AIX-MAURIENNE (18-10) Joueur Wilbert Brown Bambale Osby Dar Tucker Joachim Ekanga-Ehawa Simon Darnauzan Mérédis Houmounou Antoine Gomis Thomas Yvrande Gaëtan Clerc Mantcha Traore Matthieu Robin Total

MJ 28 28 28 28 27 28 25 22 27 26 2 28

Min 31 29 24 28 30 17 13 14 13 10 2 -

Tirs 174-350 173-288 145-297 112-252 91-198 56-127 41-97 29-55 31-72 33-65 0-1 885-1802

5- FOS-SUR-MER (17-11) Joueur Sherman Gay Richard Roby Bill Clark Edouard Choquet Philippe Haquet Karim Atamna Mamadou Dia Sacha Giffa Mohamed Hachad Williams Soliman Clément Cavallo Ahamadi Hamza Julien Wiltz Blake Hoffarber* Total

MJ 28 6 28 28 22 28 28 21 10 3 21 6 3 10 28

Min 31 30 31 31 24 26 20 22 21 16 5 4 2 21 -

Tirs 178-292 28-55 127-305 113-240 71-163 75-182 87-178 48-119 21-59 5-14 11-26 2-8 1-3 37-86 804-1730

6- BOULOGNE-SUR-MER (15-13) Joueur Chris McCray Corey Rouse Jonathan Rousselle Fernando Raposo Tony Stanley James Mathis Zainoul Bah Jonathan Leria Martin Le Pellec Romain Gregoire Romain Ba Ingus Bankevics* Durrell Summers* Total

MJ 14 27 27 28 28 28 26 7 26 19 5 4 3 28

13- NANTES (12-16)

7- BORDEAUX (15-13)

1- LIMOGES (23-5)

Min 33 24 27 27 30 26 25 17 16 5 5 22 19 -

Tirs 75-173 133-257 82-215 129-240 108-273 102-216 72-171 20-46 52-111 12-31 10-22 8-23 803-1778

% 43,4 51,8 38,1 53,8 39,6 47,2 42,1 43,5 46,8 38,7 45,5 34,8 45,2

3pts 19-66 8-29 41-129 0-1 62-190 7-19 16-43 2-9 7-34 7-22 5-10 0-1 174-553

Joueur Kurt Cunningham John Ford Gauthier Darrigand O’Darien Bassett Miloud Doubal Sami Driss Boris Elisabeth-Mesnager Jérémy Nzeulie Romain Dardaine Martin Diaw Boris Diaw* Chris Dunn* Total

MJ 27 23 27 17 27 28 20 23 21 22 9 8 28

Min 25 27 30 26 22 28 17 13 17 8 30 28 -

Tirs 173-270 120-199 83-196 69-167 66-194 69-164 40-72 39-76 35-106 17-36 49-83 33-89 793-1652

% 64,1 60,3 42,3 41,3 34,0 42,1 55,6 51,3 33,0 47,2 59,0 37,1 48,0

3pts 5-18 2-2 36-87 13-47 46-148 18-67 4-15 10-25 12-65 1-1 9-14 9-32 165-521

LF 67-85 48-69 82-96 25-34 18-27 41-60 24-31 22-38 7-15 10-16 9-12 22-25 375-508

Rb 7,5 3,5 2,0 3,9 1,8 5,0 2,6 2,1 3,0 1,8 5,7 2,4 33,7

Pd 1,4 1,0 5,1 2,4 1,0 3,1 1,0 0,8 1,2 0,2 3,1 4,1 17,1

In 0,3 0,4 1,1 0,8 0,6 1,7 0,3 0,4 0,7 0,5 1,0 1,4 6,6

Co 0,1 1,0 0,1 0,1 0,2 0,1 0,3 0,3 0,4 1,9

Bp 2,1 1,7 3,3 1,9 0,9 1,9 1,2 1,6 0,8 0,5 1,2 2,2 15,8

Pts 15,5 12,6 10,5 10,4 7,3 7,0 5,4 4,8 4,2 2,0 12,9 12,1 75,9

Joueur Steve Smith Curtis Marshall Steffon Bradford Benoit Gillet Aurélien Rigaux Julien Sauret Mathieu Tensorer Moussa Camara Nicolas Taccoen Junior M’Bida Michel Nascimento* Mamadou Sy* Total

MJ 28 28 20 28 28 27 22 26 28 25 8 5 28

Min 29 26 27 29 19 23 19 10 20 9 12 13 -

Tirs 167-328 121-276 99-179 79-189 52-154 59-145 41-97 46-113 63-132 33-60 18-32 7-15 785-1720

% 50,9 43,8 55,3 41,8 33,8 40,7 42,3 40,7 47,7 55,0 56,3 46,7 45,6

3pts 21-70 54-131 62-155 30-108 2-25 20-53 28-81 0-2 2-4 2-2 221-631

LF 66-83 67-89 56-85 37-39 39-48 30-54 7-12 10-15 9-40 23-30 8-11 0-1 352-507

Rb 5,5 3,4 6,4 1,1 2,2 2,9 2,3 0,3 4,5 2,0 2,6 3,0 32,0

Pd 1,2 1,1 1,6 1,6 3,7 4,3 1,5 0,4 1,2 0,6 0,4 0,6 16,4

In 1,2 1,6 0,7 1,3 0,8 1,4 0,9 0,1 1,0 0,3 0,1 1,0 9,1

Co 0,2 0,4 0,1 0,1 0,2 0,5 0,4 0,2 0,4 1,9

Bp 2,0 1,8 2,3 1,4 1,3 2,3 0,7 0,5 1,6 0,5 1,1 0,2 14,3

Pts 15,0 13,0 12,7 9,2 6,2 5,6 5,0 5,0 4,8 3,6 5,8 2,8 76,5

Joueur Moses Sonko Ousmane Barro Jamelle Cornley Angelo Tsagarakis Donald Copeland Jimmy Baxter Ibrahima Koma Cédric Ferchaud Jesse Delhomme Jérôme Sanchez Rochel Chery Octavio Da Silveira Malik Sidibe Total

MJ 11 27 13 22 22 1 26 25 28 28 15 24 8 28

Min 31 31 30 26 30 26 16 23 22 19 21 11 4 -

Tirs 77-141 158-252 76-167 96-213 74-200 2-9 74-157 70-158 64-133 62-113 25-69 44-79 0-5 822-1696

% 54,6 62,7 45,5 45,1 37,0 22,2 47,1 44,3 48,1 54,9 36,2 55,7 48,5

3pts 14-38 0-3 10-33 55-139 30-96 1-6 14-40 44-95 19-54 10-27 10-35 8-20 0-1 215-587

LF 36-45 93-124 23-33 53-62 58-71 5-6 48-58 14-16 36-44 24-34 10-13 12-17 412-523

Rb 7,1 8,4 5,7 1,7 2,4 4,0 3,2 2,6 2,0 3,4 2,8 2,3 0,4 33,4

Pd 1,7 1,2 0,8 2,4 5,3 4,0 0,8 2,2 3,4 2,2 1,3 0,4 0,2 17,9

In 1,5 1,5 0,3 0,6 0,8 0,3 1,1 0,6 1,0 0,5 0,5 6,9

Co 0,3 0,8 0,2 0,1 0,3 0,3 0,3 0,1 1,9

Bp 2,4 2,9 2,0 1,7 2,6 1,0 1,7 0,8 1,2 1,2 1,1 0,7 0,5 14,6

Pts 18,5 15,1 14,2 13,6 10,7 10,0 8,1 7,9 6,5 5,6 4,7 4,5 81,1

Joueur David Denave LaQuan Prowell Kyle Shiloh Sefton Barrett Florent Tortosa Harry Disy Dramane Diarra Yann Zonnet Mickaël Toti Johan Péricard Florent Corneo Thomas Terrell* Total

MJ 27 21 28 28 27 26 18 26 27 3 15 6 28

Min 32 30 32 25 22 27 18 13 14 1 3 21 -

Tirs 151-317 117-214 143-317 108-240 87-191 85-179 42-84 28-72 23-73 1-2 2-9 26-47 813-1745

% 47,6 54,7 45,1 45,0 45,5 47,5 50,0 38,9 31,5 50,0 22,2 55,3 46,6

3pts 52-139 19-42 48-115 22-77 40-103 4-13 13-38 1-10 9-34 1-2 0-5 1-4 210-582

LF 90-119 64-75 55-81 79-103 51-64 48-97 7-9 20-35 19-27 0-1 1-4 434-615

Rb 3,8 6,7 5,0 4,0 2,7 6,0 2,7 3,0 1,2 0,3 0,3 4,3 35,2

Pd 4,7 0,8 3,6 1,4 1,1 1,4 0,6 0,4 1,7 0,9 1,2 15,6

In 1,7 1,4 2,1 0,9 0,8 0,5 0,7 0,5 0,4 0,3 0,7 8,6

Co 0,8 0,1 0,9 0,4 0,3 0,3 0,5 2,6

Bp 3,4 1,9 2,4 1,6 1,4 2,0 0,6 0,7 0,9 0,3 1,0 14,9

Pts 16,4 15,1 13,9 11,3 9,8 8,5 5,8 3,0 2,7 1,0 0,3 9,0 81,1

Joueur Jeff Allen Moussa Badiane Cecil Brown Benjamin Monclar Lesly Bengaber Ferdinand Prenom Steeve Essart Maxime Courby Yann Siegwarth Tristan Toneguzzo Trevor Huffman* Malick Badiane* Sacha Massot* Total

MJ 26 12 15 24 28 28 28 28 23 8 8 8 10 28

Min 28 28 29 24 27 18 31 16 7 3 31 29 28 -

Tirs 147-274 52-83 50-140 93-184 95-235 119-183 69-193 43-101 12-42 0-3 38-80 35-66 44-87 797-1671

% 53,6 62,7 35,7 50,5 40,4 65,0 35,8 42,6 28,6 47,5 53,0 50,6 47,7

3pts 4-18 14-56 32-82 29-110 45-140 12-45 6-25 0-1 15-46 4-25 161-548

LF 56-96 24-34 43-59 35-38 60-93 37-56 31-39 20-32 10-15 26-30 23-29 21-26 386-547

Rb 8,3 5,8 2,3 2,5 3,6 5,2 1,2 2,0 0,4 0,6 2,6 9,2 6,4 34,3

Pd 1,2 1,2 2,3 1,6 3,2 1,0 3,3 0,8 0,7 0,1 4,5 1,5 2,2 15,8

In 1,9 1,6 1,2 1,0 1,0 0,6 1,2 0,4 0,2 1,6 0,5 0,8 8,4

Co 0,4 1,8 0,1 0,2 0,1 0,1 0,1 1,6 0,3 2,2

Bp 2,6 2,5 1,5 1,6 2,4 1,4 2,1 1,2 1,0 0,1 2,0 2,5 1,8 16,2

Pts 13,6 10,7 10,5 10,5 10,0 9,8 7,6 4,2 1,7 14,6 11,6 11,3 76,5

Joueur Drake Reed Jeremiah Wood Austen Rowland Guillaume Pons Steeve Ho You Fat Lahaou Konaté Mory Correa Garry Florimont Guillaume Costentin Karim Dahak Papis Sambe Jean Veillet Roderick Wilmont* Kevyn Popovich* Daye Kaba* Total

MJ 10 28 28 10 27 28 28 28 26 13 3 1 12 5 15 28

Min 33 32 34 27 17 22 16 14 25 6 1 1 27 23 11 -

Tirs 65-131 186-324 139-321 26-70 87-176 63-152 50-92 58-121 41-112 8-17 0-2 41-124 11-34 12-43 787-1719

% 49,6 57,4 43,3 37,1 49,4 41,4 54,3 47,9 36,6 47,1 33,1 32,4 27,9 45,8

3pts 9-32 0-2 60-167 13-35 1-21 6-42 0-1 33-96 2-7 0-2 23-75 1-13 6-20 154-513

LF 28-35 88-147 68-89 18-18 21-40 37-50 56-70 35-54 12-14 7-10 16-28 11-16 7-12 404-583

Rb 6,0 11,6 3,6 1,4 3,1 2,6 3,2 2,9 2,2 0,2 1,5 2,6 1,0 36,4

Pd 2,1 2,9 5,5 2,8 0,6 1,4 0,2 0,5 1,6 0,5 0,8 1,0 0,5 15,5

In 1,5 1,3 1,9 1,0 0,7 1,0 0,3 0,4 1,0 0,2 1,0 0,6 0,4 8,1

Co 0,5 0,4 0,1 0,5 0,1 0,5 0,2 0,1 0,2 0,1 2,1

Bp 2,1 2,6 2,2 2,0 1,3 1,0 1,1 1,7 1,3 0,8 1,6 1,6 0,7 15,0

Pts 16,7 16,4 14,5 8,3 7,3 6,0 5,6 5,4 4,9 1,9 10,1 6,8 2,5 76,1

8- LILLE (15-13)

9- BOURG-EN-BRESSE (13-15)

10- SAINT-VALLIER (13-15)

11- ANTIBES (13-15)

12- éVREUX (13-15)

Joueur Dave Fergerson David Ramseyer Malick Badiane Armand Charles Olivier Bardet Elson Mendy Nicolas Gayon Jerald Fields Moustapha Diarra Mahamadou Drame Kevin Idomenee Jérémie Douillet Romaric Racon Gordon Watt* Dwight Burke* Kris Morlende* Total

MJ 28 21 16 28 11 3 28 21 3 25 28 24 1 6 7 10 28

Min 32 30 30 27 21 22 26 28 25 16 11 7 2 18 14 12 -

Tirs 130-291 111-210 83-138 112-245 38-78 13-20 78-195 53-129 8-22 53-122 32-76 13-36 18-44 6-22 6-15 754-1643

% 44,7 52,9 60,1 45,7 48,7 65,0 40,0 41,1 36,4 43,4 42,1 36,1 40,9 27,3 40,0 45,9

3pts 43-128 0-7 1-2 28-87 26-52 3-6 31-102 8-47 5-25 8-33 1-3 7-19 0-2 4-8 165-521

LF 90-102 46-77 35-45 35-56 10-14 0-4 57-70 46-62 5-7 59-80 15-24 11-20 11-26 3-4 4-10 427-601

Rb 3,9 3,8 8,3 4,4 2,3 5,3 2,6 5,2 4,3 1,9 1,0 1,2 4,3 3,4 0,3 31,9

Pd 4,2 1,5 1,2 1,8 1,1 2,7 1,5 2,3 1,3 1,2 1,4 0,3 0,5 0,1 0,8 15,0

In 1,3 0,7 0,7 2,4 0,8 1,0 1,2 1,2 0,8 0,7 0,3 0,7 1,3 0,3 9,5

Co 0,6 0,8 0,7 0,1 1,0 0,2 1,0 0,3 2,8

Bp 3,2 2,3 1,9 2,0 1,5 2,0 0,9 2,0 1,0 1,9 1,5 0,3 0,8 2,1 0,9 16,3

Pts 14,0 12,8 12,6 10,2 10,2 9,7 8,7 7,6 7,0 6,8 3,1 1,6 9,0 2,1 2,0 75,0

Joueur Chris Davis Ronnie Taylor Mehdi Labeyrie Nigel Wyatte Jean-Philippe Ludon Ismaila Sy Benoit Mangin Moustapha N’diaye Guillaume Leburgue Simon Hanon Total

MJ 28 28 27 28 26 27 28 26 28 4 28

Min 31 34 24 26 17 21 21 16 15 2 -

Tirs 182-340 139-290 87-234 127-249 66-134 59-150 49-105 41-124 24-60 774-1686

% 53,5 47,9 37,2 51,0 49,3 39,3 46,7 33,1 40,0 45,9

3pts 52-135 30-109 32-100 6-24 19-47 34-91 27-63 15-60 5-25 220-654

LF 78-98 74-99 87-119 41-71 25-38 20-24 20-27 27-45 9-12 0-1 381-534

Rb 3,9 4,2 3,0 6,6 3,0 2,7 1,6 3,1 2,2 0,2 31,9

Pd 1,6 7,0 1,6 1,4 0,6 1,0 2,0 0,7 0,8 0,2 16,5

In 0,8 1,7 0,3 1,1 0,8 0,7 0,9 0,8 0,6 0,2 7,6

Co 0,1 0,4 0,1 0,4 0,4 0,1 0,2 0,1 1,5

Bp 1,7 3,4 1,9 1,8 0,8 1,6 1,1 1,1 0,6 0,8 14,6

Pts 17,6 13,6 10,9 10,8 6,8 6,4 5,2 4,8 2,2 76,8

Joueur Lamine Kante Juwann James Ryan Rossiter Nathan Rohnert Frédéric Minet Renaud Brocheray Xavier Gaillou Amadou Aboubakar Zaki Moses Mubarak Alexis Bruyère Guevin Toto Abdel Majid Naji* Total

MJ 27 27 28 28 23 24 28 11 22 14 10 13 28

Min 29 32 32 30 23 19 23 17 8 5 2 8 -

Tirs 143-305 156-268 152-304 112-237 65-147 72-147 76-164 27-57 23-63 7-16 1-6 9-23 843-1737

% 46,9 58,2 50,0 47,3 44,2 49,0 46,3 47,4 36,5 43,8 16,7 39,1 48,5

3pts 52-131 2-10 4-20 30-66 26-70 13-40 35-84 0-3 8-35 0-2 1-6 171-467

LF 63-76 81-124 80-99 79-104 35-41 31-36 29-43 1-9 13-17 3-7 6-9 2-2 423-567

Rb 3,5 6,3 9,7 4,6 1,6 4,3 1,4 3,5 0,6 0,9 0,4 1,4 35,7

Pd 1,5 3,3 1,3 2,8 1,9 1,0 3,4 0,5 0,5 0,1 0,2 0,6 15,5

In 1,3 1,6 0,8 1,0 0,6 0,6 0,5 0,4 0,6 0,1 0,2 0,4 7,1

Co 0,3 0,7 0,7 0,1 0,4 2,0

Bp 2,4 2,7 2,5 2,4 2,0 1,2 2,6 1,5 0,4 0,8 0,4 0,5 17,2

Pts 14,9 14,6 13,9 11,9 8,3 7,8 7,7 5,0 3,0 1,2 0,8 1,6 81,4

Joueur Jason Siggers Alex Dunn Charles-Henri Bronchard Pierric Poupet Samba Dia Klemensas Patiejunas Ludovic Chelle Teddy Maizeroi Jacques Wampfler Alexandre Veyronnet Félix Michel Thierry Rupert* Cheikhou Thioune* Total

MJ 27 28 28 27 15 28 28 23 5 3 1 13 17 28

Min 31 25 24 31 20 27 20 10 4 1 1 21 24 -

Tirs 167-340 132-217 117-231 87-226 45-110 57-128 56-154 25-64 3-7 44-84 45-107 778-1668

% 49,1 60,8 50,6 38,5 40,9 44,5 36,4 39,1 42,9 52,4 42,1 46,6

3pts LF 39-99 123-134 0-2 73-98 9-19 76-104 35-116 72-91 21-61 16-16 25-60 55-72 43-115 21-29 19-50 2-2 0-3 1-2 19-27 10-34 31-37 201-559 489-612

Rb 4,5 7,6 5,2 2,7 2,3 2,5 1,8 1,7 0,2 4,6 3,1 32,7

Pd 2,6 0,9 1,3 3,9 0,5 5,1 1,0 0,7 0,5 0,9 16,1

In 1,1 0,8 0,3 1,6 0,5 1,2 0,6 0,3 0,2 0,3 0,5 6,7

Co 0,4 0,8 0,1 0,1 0,3 0,6 2,0

Bp 2,1 1,8 1,4 2,1 1,1 1,9 0,8 0,6 0,2 0,3 1,0 1,2 1,2 12,7

Pts 18,4 12,0 11,4 10,4 8,5 6,9 6,3 3,1 1,2 0,3 8,2 7,7 80,2

Joueur Pele Paelay Adam McCoy Andrew Lovedale Aurélien Salmon Nathaniel Roche Vincent Mouillard Florian Thibedore Grégory Lessort William Molas Alexandre Mendy William Hervé Bassa Doumbe Adrien Thimon Jeremy Williams* Moustapha Diarra* Kris Morlende* Total

MJ 27 13 19 21 7 18 21 28 26 24 20 7 1 14 6 8 28

Min 33 29 26 25 26 30 22 22 13 15 10 11 3 18 19 25 -

Tirs 145-358 60-127 85-198 69-171 26-59 38-129 57-140 73-149 45-76 33-86 11-40 2-11 35-90 15-39 11-29 705-1702

% 40,5 47,2 42,9 40,4 44,1 29,5 40,7 49,0 59,2 38,4 27,5 18,2 38,9 38,5 37,9 41,4

3pts 61-165 21-66 2-6 39-110 25-90 19-63 4-12 3-7 10-40 4-21 1-7 14-36 7-14 210-637

LF 75-101 38-50 33-45 21-28 13-22 28-33 13-27 29-48 12-19 14-34 4-7 3-6 1-2 8-11 8-16 5-8 305-457

Rb 5,6 2,8 6,3 3,9 7,0 1,7 3,0 4,7 2,5 1,5 1,2 1,6 1,0 2,9 4,2 1,2 34,0

Pd 1,9 0,9 0,5 0,9 0,3 4,7 1,5 0,8 0,3 1,5 0,9 0,6 0,7 3,1 11,8

In 1,9 1,1 0,9 0,5 0,3 1,3 1,3 0,6 0,5 0,8 0,4 0,6 0,6 0,3 0,5 8,0

Co 0,1 0,2 0,1 0,7 0,1 0,4 0,1 0,1 0,3 0,3 1,4

Bp 1,9 1,2 2,2 0,9 1,4 2,3 1,8 1,9 1,0 1,9 0,4 0,7 1,3 1,2 1,8 14,9

Pts 15,8 13,8 10,8 9,4 9,3 7,2 7,0 6,4 4,0 3,8 1,5 1,1 1,0 6,6 6,3 4,2 68,8

Joueur Dan Coleman Mathieu Guichard Antoine Eito Dwayne Curtis Marvin Jefferson Errick Craven Wilfrid Aka Stéphane Dondon Olushina Ikuesan Jimmy Djimrabaye Nouha Diakite Neguib Faye Valentin Gelin Pierre Kiple Frederic Yohan Alex Franklin* Jonte Flowers* Josiah James* Jonathan Aka* Jean Bernage* Total

MJ 15 26 28 5 15 12 27 25 6 9 16 19 6 7 1 10 10 2 2 7 28

Min 32 30 31 31 24 23 25 20 11 15 16 18 8 6 3 28 25 22 16 18 -

Tirs 87-206 116-254 102-276 22-37 68-120 44-116 75-198 38-99 10-23 15-31 13-43 14-38 1-5 1-6 0-1 52-120 35-89 6-11 2-6 6-31 707-1710

% 42,2 45,7 37,0 59,5 56,7 37,9 37,9 38,4 43,5 48,4 30,2 36,8 20,0 16,7 43,3 39,3 54,5 33,3 19,4 41,3

3pts 22-65 41-121 56-167 0-1 5-23 38-119 2-10 6-17 1-4 1-1 2-12 1-5 0-2 0-1 3-13 10-32 5-23 193-616

LF 32-43 71-95 41-61 8-9 19-36 31-40 27-33 29-42 0-4 5-7 11-24 5-13 28-43 21-26 6-7 3-5 4-4 341-492

Rb 7,1 2,4 3,9 7,2 6,3 4,0 3,1 3,9 0,5 2,3 2,6 2,8 0,5 0,7 5,6 4,7 7,0 2,5 1,9 34,4

Pd 0,5 2,9 4,3 1,4 0,6 3,2 1,4 0,5 0,2 0,6 0,6 0,6 1,9 2,0 0,9 13,5

In 1,1 0,7 1,9 0,2 0,2 1,7 0,6 0,2 0,5 0,1 0,4 0,5 0,3 0,4 1,1 2,0 0,5 1,5 0,3 7,1

Co 0,6 0,1 0,1 0,4 1,6 0,1 0,1 0,1 0,4 0,1 0,1 0,3 0,3 1,0 2,2

Bp 1,4 2,2 1,7 1,4 2,3 1,2 1,3 1,2 0,7 0,7 1,0 0,8 0,8 0,9 1,9 1,5 2,5 0,5 1,1 13,0

Pts 15,2 13,2 10,8 10,4 10,3 10,3 8,0 4,3 4,3 4,0 2,4 1,8 0,5 0,3 13,5 10,1 9,0 3,5 3,0 69,6

14- LE PORTEL (10-18)

15- DENAIN (10-18)

16- ROUEN (10-18)

17- QUIMPER (8-20)

18- VICHY (7-21)


Jean-François Mollière/Agence Ciamillo-Castoria/GiulioCiamillo

20

échos EUROPE

FINAL FOUR EUROLEAGUE

RED IS NOT DEAD Deux équipes grecques au Final Four ? Possible ! Olympiakos a déjà son billet en poche tandis que le Panathinaikos, ce jeudi soir, peut rejoindre les Reds, à condition de battre le Maccabi Tel-Aviv. La Grèce existe encore.

Q

u’importe la fameuse « crise » et plus encore la « solution », le plan d’austérité qui exsanguine le peuple grec ; qu’importe le niveau de son championnat, en chute libre depuis quelques saisons, où l’écart entre les deux mastodontes et le reste est abyssal ; qu’importe la volonté des magnats d’Olympiakos (les frères Angelopoulos) et du Panathinaikos (les frères Giannakopoulos) de se défaire de leur club ; qu’importe que les Reds et les Greens se montrent désormais (relativement) moins à leur aise sur le marché des joueurs stars. Qu’importe que son acte de décès soit signé tous les ans. Qu’importe tout cela, le basket grec n’est pas mort. Pas encore. La semaine dernière, Le Pirée a poinçonné son ticket pour le Final Four d’Istanbul (11 et 13 mai), deux ans après avoir été corrigé par Barcelone en finale, à Bercy. Les hommes du madré Dusan Ivkovic, qui affronteront justement le Barça en demi-finale, ont grillé la politesse à la Montepaschi Siena, pourtant pourvue de l’avantage du terrain. L’an passé, les champions d’Italie étaient passés par-dessus

L’Olympiakos de Spanoulis sera au Final Four.

Olympiakos au même stade mais, en 2012, les Reds sont plus cohésifs et les Toscans apparemment moins soudés. Sa victoire au match 1 à Sienne a permis à Olympiakos de finir le travail dans son antre aux matches 3 (75-55) et 4 (76-69). L’homme fort a été l’ailier américain Kyle Hines (15 points et 9 rebonds puis 19 points et 7 rebonds), aidé bien sûr par Vassilis Spanoulis (19 points à 10/10 aux lancers lors du match décisif). Mais, et c’est également le cas pour le Panathinaikos, c’est dans ses (apparemment modestes et souvent peu connues) légions grecques qu’Ivkovic est allé chercher les ressources. On a beaucoup vu, chacun à leur tour, chacun dans leur registre, les Printezis (35 points en deux matches pour ouvrir la série), Mantzaris (21 ans, 9 points au match 3), Sloukas (11 points au match 3) et autre Papanikolaou.

discipline. La recette est ancestrale et elle fonctionne toujours pour le « vieux Serbe » Ivkovic. Elle fait l’affaire idem pour un autre Serbe, Zeljko Obradovic du côté vert. On verra jusqu’à quel point ce soir, pour ce match 5 qui promet contre le Maccabi, remake de la finale de l’an dernier. Faciles vainqueurs du match 1 (93-73), les Grecs ont lâché le match suivant en prolongation (92-94). Le Maccabi s’est ensuite mis en position d’enlever la qualification au Final Four après le match 3 (65-62), lors duquel le Pana a pu juger de la multiplicité des options israéliennes : 9 points, 7 rebonds et 3 passes pour Richard Hendrix, 11 points et 9 rebonds pour Devin Smith, une sortie de qualité du surprenant meneur Yogev Ohayon (24 ans, 9,8 points, 4,5 rebonds, 3,3 passes et 1,8 interception sur la série) et le poignet souvent décisif de David Bluthenthal. Mais le Pana est le Pana et, dans une Nokia Arena déçue, il a sauvé son titre au match 4 (78-69) derrière, comme souvent, un trio d’arrières plein de sang-froid : 12

Le basket grec n’est pas mort. Pas encore

Vasiliadis, encore un Grec Des artilleurs, des soutiers, de la rotation, une vraie défense, du cœur et de la

points, 4 rebonds et 2 passes pour Dimitris Diamantidis, 15 points, 4 rebonds, 3 passes et 3 steals pour Nick Calathes, et 13 points et 3 passes pour Sarunas Jasikevicius. Là aussi, c’est dans sa phalange de « locaux » qu’Obradovic a trouvé le salut : 9,8 points pour Kaimakoglou, 7,5 points pour Vougioukas, 5,7 points pour Perperoglou. Pour le reste, le Barça est passé sur le corps de Kazan, 3-0. Pas de gros éclat mais une maîtrise totale. Le champion d’Europe 2010 n’a perdu qu’un seul match d’Euroleague cette année (18 v, 1 d), c’était le 15 décembre à Sienne (-3). Les Russes auront shooté à 41,7%. Enfin, la série CSKA-Bilbao (3-1) restera surtout dans les annales pour le match 3, magnifique victoire des Basques (94-81) derrière le Croate Marko Banic (18 points à 7/9), Kostas Vasiliadis (encore un Grec, 20 points et 6 rebonds) et Alex Mumbru notamment (12 points). Avec un Milos Teodosic étrangement inefficace ces derniers temps, le CSKA a dû piocher pour plier l’affaire au Game 4 (73-71) mais Andrei Kirilenko veillait au grain (23 points et 8 rebonds). n Fabien FRICONNET


21

Liga Endesa

Hervé Bellenger/IS

échos EUROPE

EUROCUP FINALS

De Colo et Gelabale dans le dernier carré de l’Eurocup.

NANDO, FLO ET MIKE OUI, ALI NON Qui succèdera à Kazan, vainqueur l’an dernier de la 10e édition de l’épreuve ? Trois Français sont en lice, avec de vraies chances.

O

n eût aimé que le Lokomotiv Kuban vînt à bout du Khimki Moscou en quart de finale de l’Eurocup, cela aurait permis à un Ali Traoré en grande forme d’être le troisième représentant français au Final Four qui aura lieu les 14 et 15 avril au « Basketball Center of Moscow Region » (salle du Khimki), mais non, et cela fait les affaires d’un autre cadre des Bleus, Mickaël Gelabale, ce qui est bien aussi, même si Mike est convalescent et n’est pas entré en jeu. Bref, malgré les excellentes sorties du pivot français (13 points, 8 rebonds, 2 passes et 1 interception à l’aller, 22 points et 6 rebonds au retour), le Lokomotiv a été un poil trop court. Repoussé à neuf points au match 1 (72-81) par l’équipe de Rimas Kurtinaitis, celle de Boja Maljkovic a ensuite manqué sa première mi-temps au match 2 (-13) pour, finalement, faire l’effort et s’imposer de quatre (81-77). Trop peu. Les bourreaux de Kuban ? Vitaly Fridzon (34 points en deux matches) et Thomas Kelati (36). Le Khimki, chez lui, affrontera en demi-finale le Spartak Saint-Pétersbourg du coach Jurij Zdovc, par ailleurs élu entraîneur de l’année dans cette compétition (oui, avant la fin… bref). Le Spartak a fait coup double contre les Tchèques de Nymburk (68-64 puis 86-71), s’appuyant sur une multitude de solutions :

19 points et 5 passes pour le meneur US Pat Beverley (match 1), 18 points pour le pivot monténégrin Vladimir Dragicevic (match 1), 19 points et 7 passes pour l’Israélien Yotam Halperin (match 2), 19 points à 100% pour le Letton Janis Strelnieks (match 2).

Valanciunas ! L’autre demi-finale, au contraire de la « russorusse », mettra aux prises deux habitués. Le Lietuvos rytas Vilnius, vainqueur en 2005 et 2009 (et finaliste en 2007), et Valencia, vainqueur en 2003 et 2010. Les Lituaniens du coach Aleksandar Dzikic se sont défaits de Donetsk en capitalisant à l’aller (76-65) avant de contrôler au retour (78-80). Le grand homme aura été le phénoménal Jonas Valanciunas, 14 points, 10 rebonds, 2 interceptions et 2 contres à l’aller, 14 points à 100% et 7 rebonds au retour. Le Valence de Velimir Perasovic a dû donner un petit coup de collier après sa défaite chez le Buducnost (71-75) mais, en vérité, ça n’a pas trainé : +17 après un quart-temps au retour (85-63 au final). Nando De Colo (20 points et 8 passes en deux matches) et Florent Piétrus (18 points à 100% en deux matches) ont fait le travail. n Fabien FRICONNET


22

A4B

ISABELLE YACOUBOU

EST CHAMPIONNE D’EUROPE

VALENCIA BIEN SÛR !

Ça y est  ! C’est la confirmation, Valencia est bien l’équipe la plus forte d’Europe. Ros Casares décroche l’EuroLeague en battant Rivas 65 à 52. Championne d’Europe avec l’équipe de France en 2009, Isabelle Yacoubou l’est à présent avec le club espagnol.

FIBA Europe /Cipriano Fornas

(13 pts et 3 rbds), Ann Wauters (12 pts et 6 rbds) et cie ont confirmé que leur équipe était taillée pour les sommets. Ros Casares a réalisé un parcours remarquable tout le long de la compétition avec deux défaites pour dix-huit victoires, dont un Final 8 bien négocié, donc. Après avoir dominé Ekaterinbourg et Sandrine Gruda (62-49), le Spartak Moscou (77-66) et Cracovie (9061), Valencia, déjà couronné en 1992 et 1993 (de la Coupe d’Europe des clubs champions), a écarté Rivas Madrid, dernier obstacle pour conquérir le titre. Après deux larges victoires en championnat (80-63 et 81-60), Valencia a de nouveau prouvé sa supériorité. Même si le 4e de la ligue espagnole (17v-9d) s’est accroché en première période profitant des pertes de balles de son adversaire (37-33 à la mi-temps), il a finalement craqué en fin de rencontre sous la pression défensive de Ros Casares (4-14 dans le dernier quart).

Asjha Jones, MVP du Final 8

D

ans le groupe A du Final 8, deux clubs turcs. Dans le groupe B, deux clubs russes. Pourtant, aucun n’atteindra la finale. Car, après la victoire de Salamanque en 2011, c’est une nouvelle fois l’Espagne qui est sur le toit de l’Europe ! Dans la rencontre 100% hispanique, la logique a été respectée. Dimanche, Valencia a remporté à Istanbul la finale du premier Final 8 (nouvelle formule de la phase finale) de l’EuroLeague. Sancho Lyttle (18 pts et 6 rbds), Maya Moore (8 pts et 6 rbds), Silvia Dominguez

Cette défaite n’enlève rien au brillant parcours de Rivas qui a joué sa place au Final 8 contre les Françaises de Bourges. À Istanbul, pour se hisser en finale, les Espagnoles ont eu le mérite de repousser les deux armadas turques, à « domicile » : Galatasaray (75-68) et Fenerbahçe (74-70). L’intérieure américaine de Rivas, Asjha Jones, remporte le titre de MVP après avoir compilé 17,9 points et 9,0 rebonds en moyenne, avec un record de neuf double-doubles. De son côté, l’intérieure Isabelle Yacoubou (9,4 points et 4,5 rebonds en 17 minutes) devient la première Française championne d’Europe depuis le titre d’Edwige Lawson avec le CSKA Samara en 2005. Prochaine étape pour les deux équipes ibères : les demi-finales de championnat le 7 avril où elles se retrouveront l’une contre l’autre. Après avoir laissé s’échapper la Coupe de la Reine (contre Salamanque), Valencia aura à cœur de gagner le titre national après un parcours sans faute en saison (26v-0d). Alors que Rivas … a une revanche à prendre. n Claire PORCHER

o uq uis et Alain Larr e l e g a fn u H y u Fredd r la Côte Basq Présentent su E O-BÉARNAIS

L’

A

CADEMIE DE

BASKET-BALL BA

SC

LUZ INT-JEAN DE

- SA TÉ CIBOAoURE semaines) (6 C AMP D’É ût 09 Juillet - 18

Du 18 ans çons de 10 à Filles et G ar et technique : rale Direction géné arc Dida el & Jean-M ag fn Hu dy Fred

T

LE ARRITZ - ANG C AMPillePt –R28OJuBIillet (3 semaines)

fessionnels Jo ueurs pro

09 Ju

e: rale et techniqu Direction géné ui s uq rro La n agel & Al ai Freddy Hufn

he s : Head Co acla ude Bergeaud C ncl ar Jacq ues Mo n: s - Inscriptio

rif rgement - Ta 40 ents - Hébe 63 20 13 06 Renseignem : el ag dy Hufn

Fred 19 90 uis : 06 07 01 il.com Alain Larrouq agela4b@gma

: frederic hufn sfr.fr Camp d’été deric.hufnagel@ Camp Pro : fre

. pweb.fr v Web : sarla4b

A4B


échos FRANCE

encarte pub 2012_encarte pub 24/01/12 10:59 Page1

23

STC BASKETBALL

AUTRANS - Vercors (Isère) du 8 au 28 juillet 2012 Tous les détails sur notre site (contenu, suivi des semaines et service to coach) :

www.stc-basketball.com Pascal Allée/Hot Sports

Un staff technique de spécialistes de la formation, des attitudes, et pas seulement des techniques

5 ANS DE PLUS AVEC SPORT+

LA PRO A RESTE SUR CANAL

Jacques Monclar et David Cozette (Sport+)

Alors qu’elle avait annoncé chercher un nouveau diffuseur ces derniers mois, la Ligne Nationale de Basket a finalement décidé de rempiler avec le groupe Canal+ jusqu’en 2017.

E

lle avait jusqu’à samedi dernier pour dénoncer la dernière année de son contrat la liant au groupe Canal+ mais, finalement, la LNB a conclu lundi dernier un nouvel accord avec le diffuseur crypté, qui reste donc détenteur des droits du basket français jusqu’à 2017. Ce nouvel accord, qui englobe également la FFBB et donc les matches de l’équipe de France, s’accompagne d’une revalorisation des droits télévisuels à hauteur de 50% puisque, si la ligue va continuer de toucher 4 millions d’euros sur la saison 2012-13, elle recevra 6 millions par an les quatre années suivantes, pour un total de 30 millions d’euros assortis de quelques prestations marketing. « Le professionnalisme des équipes du Groupe Canal+, qui n’est pas à démontrer, est une garantie de la qualité du traitement de notre sport, et l’engagement du Groupe Canal+ va nous permettre de planifier avec sérénité et constance nos actions de développement », se félicitait le président de la ligue, Alain Béral, dans un communiqué publié juste après la signature du nouveau contrat. « Je suis très satisfait de voir que nos efforts depuis le début de la saison, couronnés de bons résultats, ont contribué à intéresser notre diffuseur historique qui s’engage fortement auprès de nous. »

de Pro A ainsi qu’une rencontre par journée de playoffs. La chaîne diffusera également la Semaine des As en intégralité et les finales Pro A et Pro B. Par ailleurs, l’accord comprend un décrochage hors groupe Canal+ de 12 matches annuels (sur France 3 Régions d’après L’Équipe) et la diffusion des finales masculine et féminine de la Coupe de France. Le groupe Canal+ s’engage en outre à créer un magazine hebdomadaire autour de la Pro A – un souhait qu’Alain Béral avait déjà maintes fois répété – et devrait ajouter un volet basket français à son émission Canal NBA et à ses différents flashes infos sur Infosport et i>télé. Une offre télévisuelle visiblement complète même si on peut s’interroger sur le timing de la signature de ce nouveau contrat. En effet, celui-ci intervient trois jours avant la disparition de Sport+ des différents FAI (fournisseur d’accès Internet), la chaîne redevenant propriété exclusive du bouquet CanalSat à compter d’aujourd’hui. De plus, la ligue avait la possibilité d’attendre la fin du précédent contrat, à l’issue de la saison 201213, pour tester le marché. Un marché télévisuel sportif qui, avec l’apparition d’Al-Jazeera sur le réseau français et le passage de L’Équipe TV sur la TNT, aurait peut-être pu se montrer davantage concurrentiel qu’aujourd’hui. n

Le groupe Canal+ s’engage en outre à créer un magazine hebdomadaire autour de la Pro A

12 matches en clair par an D’après le nouveau contrat, Sport+ s’engage à diffuser deux matches par journée de championnat

Florent de LAMBERTERIE

Azzedine LABOUIZE Jeff SALERNO

Jacques VERNEREY Frédéric CRAPEZ

Hervé COUDRAY Frédérique PRUD’HOMME

Un cadre et un hébergement grandioses au Centre de l’ESCANDILLE

RENSEIGNEMENTS STC BASKETBALL 245, rue de la Huchetterie 45400 SEMOY Tél. 09 54 03 58 17 Portable 06 85 54 61 91 stcbasketball@wanadoo.fr

Organisation Camp ning Summer Traiandille et l’Esc


24

échos FRANCE

PRO A

Top-Stats POINTS 1 2 3 4 6 7 8 10 11 12 13 14 16 18 19 20

Joueur Eric Chatfield Taylor Rochestie Jawad Williams Lamont Hamilton Teddy Gipson Fabien Causeur John Cox Blake Schilb Malcolm Delaney Nic Wise Paccelis Morlende John Holland J.P. Batista Allan Ray Evan Fournier DeMarcus Nelson Ricardo Greer Dylan Page Cedrick Banks Brian Boddicker

Équipe Moy. Paris Levallois 20,3 Le Mans 18,2 Paris Levallois 17,1 Paris Levallois 17,0 Pau-Lacq-Orthez 17,0 Cholet 16,1 Le Havre 15,7 Chalon 15,2 Chalon 15,2 Le Havre 15,0 Hyères-Toulon 14,5 Roanne 14,3 Le Mans 14,1 Pau-Lacq-Orthez 14,0 Poitiers 14,0 Cholet 13,9 Strasbourg 13,9 Roanne 13,7 Orléans 13,6 Le Havre 13,3

Rebonds 1 2 3 4 5 6 7 8 10 11 12 13 15

Joueur Lamont Hamilton Junior Elonu Akin Akingbala Ricardo Greer Uche Nsonwu Alade Aminu Hilton Armstrong Luc-Arthur Vébobe Randal Falker Louis Labeyrie Ousmane Camara Adrien Moerman Amara Sy Chris Oliver Dylan Page

Équipe Moy. Paris Levallois 8,3 Pau-Lacq-Orthez 8,2 Nancy 7,6 Strasbourg 7,4 Roanne 7,2 Chalon 7,0 ASVEL 6,9 Cholet 6,5 Cholet 6,5 Hyères-Toulon 6,4 Le Havre 6,3 Nancy 6,1 Orléans 5,8 Strasbourg 5,8 Roanne 5,7

Passes décisives 1 2 3 4 5 6 8 10 11 14 15

Joueur Kareem Reid Taylor Rochestie Nic Wise John Linehan Marc-Antoine Pellin Andre Barrett Bobby Dixon Blake Schilb Teddy Gipson Andrew Albicy Eric Chatfield Steed Tchicamboud John Cox Fabien Causeur Souleyman Diabaté

Équipe Moy. Hyères-Toulon 7,4 Le Mans 6,4 Le Havre 5,5 Nancy 5,4 Orléans 5,1 Roanne 4,9 Dijon 4,9 Chalon 4,6 Pau-Lacq-Orthez 4,6 Gravelines 4,1 Paris Levallois 4,0 Chalon 4,0 Le Havre 4,0 Cholet 3,9 Roanne 3,8

Interceptions 1 2 5 6 8 10

Joueur Andrew Albicy John Linehan Nic Wise Mykal Riley Marc-Antoine Pellin David Melody Alex Acker Evan Fournier Antoine Mendy Teddy Gipson

Équipe Moy. Gravelines 2,4 Nancy 1,9 Le Havre 1,9 Nanterre 1,9 Orléans 1,8 Dijon 1,7 Le Mans 1,7 Poitiers 1,6 Pau-Lacq-Orthez 1,6 Pau-Lacq-Orthez 1,5

1 2 3 4 5

Joueur Randal Falker Rudy Gobert Akin Akingbala Junior Elonu Lamont Hamilton

Équipe Moy. Cholet 1,3 Cholet 1,2 Nancy 1,2 Pau-Lacq-Orthez 1,1 Paris Levallois 1,0

1 2 3 4 5 10

Joueur Kareem Reid Teddy Gipson Nic Wise Antoine Mendy Blake Schilb Souleyman Diabaté Andrew Albicy Brian Boddicker John Linehan Paccelis Morlende

Équipe Moy. Hyères-Toulon 3,8 Pau-Lacq-Orthez 3,2 Le Havre 3,0 Pau-Lacq-Orthez 2,7 Chalon 2,5 Roanne 2,5 Gravelines 2,5 Le Havre 2,5 Nancy 2,5 Hyères-Toulon 2,4

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Joueur Bernard King Maleye N’Doye Maël Lebrun Taylor Rochestie Eric Chatfield Malcolm Delaney Brian Boddicker Xavier Corosine John Holland Pape Sy

Équipe Nancy Orléans Orléans Le Mans Paris Levallois Chalon Le Havre Nanterre Roanne Gravelines

1 2 3 4 5 7 8 9 11 12 13 14 15 16 17 18 19 -

Joueur Taylor Rochestie Lamont Hamilton Ricardo Greer Eric Chatfield Blake Schilb Teddy Gipson Akin Akingbala Alade Aminu Fabien Causeur Jawad Williams Nic Wise Junior Elonu J.P. Batista Dylan Page Hilton Armstrong Uche Nsonwu Amara Sy John Cox Malcolm Delaney John Holland

Équipe Moy. Le Mans 21,7 Paris Levallois 20,8 Strasbourg 18,7 Paris Levallois 18,2 Chalon 16,5 Pau-Lacq-Orthez 16,5 Nancy 16,1 Chalon 15,5 Cholet 15,3 Paris Levallois 15,3 Le Havre 15,2 Pau-Lacq-Orthez 15,1 Le Mans 15,0 Roanne 14,7 ASVEL 14,5 Roanne 14,4 Orléans 14,3 Le Havre 14,2 Chalon 14,1 Roanne 14,1

Contres

Balles perdues

Adresse à trois-points

Évaluation

Moy. 50,0 48,6 48,2 47,3 46,9 43,7 43,3 43,1 43,0 42,5


25

Pro B

« Merde je suis vraiment mauvais ! » Antoine Michon

tout flamme, à se brûler les ailes. « On a des joueurs spectaculaires, tournés vers l’avant. Ils prennent des risques à me faire peur. Ça nous porte parfois préjudice. »

Pascal Allée/Hot Sports

Le Paris Levallois de Pro B

AIX-MAURIENNE CARTONNE

SAVOIE TRÈS BIEN !

Bambale Osby et Wilbert « Clif » Brown (AixMaurienne).

Sans faire de bruit, Aix-Maurienne occupe la 4e place de la division. La recette des hommes d’Antoine Michon ? L’attaque ! Par Yann CASSEVILLE

À

peine avait-il décroché le téléphone qu’il se marrait déjà. « Dès qu’on parle de nous dans un magazine, le match d’après on perd et tout le monde se fout de ma gueule ! » Antoine Michon manie bien l’autodérision. Le week-end passé, Aix-Maurienne a écarté Bordeaux 116-108 en prolongation. Après 40 minutes, l’AMS avait encaissé 99 points, plus que jamais cette saison. « On n’avait jamais autant bossé en défense que cette semaine et on en prend 108, je me dis : merde je suis vraiment mauvais ! Mais on n’est pas non

plus la dernière défense. » La 12e, avec 79,1 points encaissés. Les paniers, l’AMS les rend plutôt deux fois qu’une. 86,2 points marqués, 92,4 à la Halle Marlioz, 93,8 sur les huit derniers matches, 885 paniers réussis, 49,1% aux tirs : n°1 dans ces domaines. « On dit toujours : Michon coach offensif, il s’en fout de la défense. Là à la base, j’ai des joueurs qui ne sont pas des scoreurs, les jeunes, les Thomas Yvrande, Mantcha Traoré. » L’entraîneur en vient parfois à être surpris par les rafales qu’envoient ses troupes. Tout feu,

LA FÉDÉRATION FRANCAISE DE BASKETBALL PRÉSENTE

www.equipedefrancedebasket.com

LE

Chez les fous furieux savoyards s’éclatent trois Américains découvrant la France. Le pivot Bambale Osby ? Arrivé de Porto-Rico après la Roumanie et l’Estonie. 15,6 points et 9,6 rebonds. L’intérieur Wilbert « Clif » Brown ? Restait sur des expériences au Japon, aux Philippines et en LEB Oro. 16,8 points et 7,8 rebonds. Quant au troisième… Inscrivez Dar Tucker sur YouTube. L’ailier vainqueur du concours de dunks à Bercy végétait en D-League. 13,6 points. À leurs côtés se trouvent Simon Darnauzan (5,3 passes, 4e en Pro B et 1er Français) et Joachim Ekanga-Ehawa (12,8 points et 72 trois-points réussis, 1er, à 45,8%, 3e ). « C’est un effectif de dix joueurs pros. Avec des Français rassurants, Mantcha Traoré, Thomas Yvrande, et trois jeunes, Gaëtan Clerc, Antoine Gomis et Mérédis Houmounou », ajoute Michon. Un trio US qui cartonne, un fort 5 majeur, un banc avec de l’expérience et des jeunes, une attaque de feu… Aix-Maurienne, c’est le Paris Levallois de Pro B ! « Je suis allé aux As, je n’aimerais pas jouer contre eux », rit Michon. Pourtant l’inquiétude pointait après cinq matches, et quatre revers. « On n’a pas paniqué », soutient Michon. L’AMS est l’unique club de Pro B à n’avoir procédé à aucune retouche. Depuis le faux-départ le bilan est de 17-6 ; seul Limoges fait mieux. Fos-sur-Mer a battu l’AMS à la 3e journée, 80-73, avant de déguster en Savoie, 73-95. Le coach Rémi Giuitta se souvient : « On avait pris la foudre. Deux joueurs intérieurs ultra dominants, Ekanga qui revit, une attaque entre folie et maîtrise… C’est l’équipe la plus dangereuse du championnat car la plus imprévisible.» Aujourd’hui l’avant-dernier budget et masse salariale de la division est 4e. « Notre objectif était le maintien. C’est devenu les playoffs, aujourd’hui c’est la 4e place. » Vendredi l’AMS reçoit Évreux pour continuer sur sa lancée… à moins que ne frappe la malédiction BasketNews redoutée par Antoine Michon : « Votre rédaction est à Paris ? Si on perd je monte à Paris ! » n

M ATC H


26

PRO A e Gazuernttée 24e jo

STRASBOURG 65 – GRAVELINES-DUNKERQUE 66

COLLET SORT DE SES GONDS Quatre coups de sifflet dans les deux dernières minutes ont fait basculer le sort du match et provoquer l’ire de Vincent Collet, très virulent à l’encontre de l’arbitre Nicolas Maestre.

Jean-François Mollière

Pascal Allée/Hot Sports

A

u-delà des considérations extrasportives nées de cette rencontre au final électrique, force est de constater que le BCM a réalisé le casse parfait. Dans les cordes à moins de six minutes du dénouement (52-63, 34e), les leaders du championnat ont réuni leurs forces en un seul bloc défensif pour faire perdre à la SIG tous ses moyens. Côté Strasbourg, où l’objectif Top 8 a pris du plomb dans l’aile le week-end dernier, l’analyse sera évidemment différente. « Je souhaite ouvertement mettre en cause les décisions, qualifiées par beaucoup d’observateurs d’injustes, qui ont été prises en fin de rencontre par le trio arbitral », dénonçait le président Martial Bellon dans un long communiqué de presse. Samedi dernier, un pied en touche de Yannick Bokolo puis deux fautes non sifflées sur Ajinça et M’Baye dans les deux dernières minutes ont progressivement fait monter Vincent Collet en température. 14 secondes avant le buzzer, la faute offensive jugée par Nicolas Maestre contre Ricardo Greer terminait de le décontenancer. « Il nous a volé ce que nous avions construit », pestait l’entraîneur en conférence de presse face à nos confrères des DNA. « En aucun cas les arbitres n’ont le pouvoir de décider du sort d’un match », enchérissait Ricardo Greer. « C’est ridicule. » La SIG, séduisante de maîtrise pendant plus de trois quart-temps, n’est pas complètement irréprochable, incapable de trouver ne serait-ce qu’un petit point sur la ligne lors des ultimes minutes (12-0 pour le BCM). « Nous avons fait des erreurs à la fin, et on peut le regretter car si on ne les avait pas commises, je pense qu’il n’aurait pas réussi son forfait », poursuivait Collet. « M. Maestre a décidé, avec beaucoup de mauvaise foi, d’offrir la victoire à Gravelines et c’est dommage parce qu’on a fait un match énorme. » Les propos du technicien sont limpides, il ne s’agit pas ici

Maestre n’a pas souhaité y réagir directement. « Je ne veux pas commenter l’appréciation de l’arbitrage et je préfère à la rigueur m’entretenir directement avec les gens », déclinait-il poliment. « J’espère que ça se fera mais par médias interposés, ce n’est jamais bon… La seule chose que je peux dire est que j’ai regardé le match et je l’ai analysé. Je l’ai fait à deux reprises et sous différents angles. » Raccompagnés dans les vestiaires du Rhénus sous des jets de boulettes, les arbitres ont sur le champ rédigé un rapport d’incident. « La Ligue Nationale de Basket va probablement engager une procédure disciplinaire à l’encontre de la SIG », redoutait Martial Bellon. Le lancer de projectiles en papier, pratique pas vraiment inédite dans les salles de basket, est sanctionnable par le règlement à hauteur de… 250 euros ! La diatribe de Vincent Collet pourrait être bien plus lourde de conséquences. « Si le comportement est visé par un rapport

« M. Maestre a décidé, avec beaucoup de mauvaise foi, d’offrir la victoire à Gravelines » Vincent Collet

pour lui d’erreurs arbitrales mais bien d’un choix délibéré.

Des sanctions à prévoir ? « Les causes de la défaite ont des racines lointaines, qui remontent au 28 janvier. Ce soir-là, contre Chalon, nous avions sur la fin de match deux ou trois coups de sifflet délicats de Monsieur Maestre, qui m’avaient fortement énervé, et j’avais donc été jusque dans son vestiaire pour le lui faire savoir. Je pense que, ce soir, comme les arbitres n’oublient jamais rien, il nous l’a fait payer. » L’accusation est lourde de sens. Joint par BasketNews lundi dernier, Nicolas

« Je ne veux pas commenter cette appréciation de l’arbitrage » Nicolas Maestre

d’arbitres ou d’officiels, il y a un dossier disciplinaire qui est ouvert et, selon la conclusion de l’instruction, les sanctions sont celles prévues par le règlement », nous rappelait en début de semaine Olivier Molina, responsable juridique de la Ligue. « Cela peut être un avertissement, un blâme, l’amende, une suspension, la radiation… » D’une manière ou d’une autre, le cas Collet devrait être très vite tranché. « Le président de la commission de discipline attend simplement d’avoir tous les éléments », confirme Olivier Molina. « Ce sont des choses qui se règlent dans les jours qui suivent l’incident. » n Jérémy BARBIER


27

PRO A

BASKET ET

CHIFFRES 1

John Cox a délivré 11 des 14 passes décisives du Havre face à Dijon. Mine de rien, l’homme à tout faire du STB est l’un des deux seuls joueurs du championnat à compiler plus de 15 pts, 4 rbds et 4 pds par match. Le deuxième n’est autre qu’un MVP en puissance : Taylor Rochestie.

17

CHOLET 72 – NANCY 78

TIMIDES US, TIMIDE MEILLERAIE

D

eux points. Lors des 13 dernières minutes du match CholetNancy, les Américains de CB ont inscrit seulement 2 des 28 derniers points choletais. Sur un alley-oop de DeMarcus Nelson claqué dans le cercle par Patrick Christopher. Étrangement passifs en défense, menés de 17 points à l’entame du dernier quart temps (49-66), les Choletais ont orchestré un dernier rush – un barroud d’honneur – pour revenir dans la roue du SLUC (68-71 à 3 minutes de la fin). Trois hommes à l’origine de cette révolte. Fabien Causeur, Rudy Gobert (très efficace au relai de Randal Falker touché aux cervicales et contraint de sortir dès la 23e minute du match) et surtout William Gradit, auteur de 10 points à 100% entre la 35e et la 38e minute. Erman Kunter aurait bien eu besoin de l’apport offensif de ses Américains valides pour prendre ce match. Au final, le trio NelsonChristopher-Dozier ne lui aura apporté que 10 points à un peu moins de 23% et 2 d’évaluation en 69 minutes. Une misère. Et une cause majeure de la défaite choletaise. Après match, William Gradit n’a pas chargé ses coéquipiers états-uniens et préféré insister sur le syndrome de la Meilleraie : « On essaie de revenir à l’énergie, mais il y a un malaise à domicile. À l’extérieur on est une bonne équipe, à domicile on ne ressemble plus à rien. Chacun doit faire sa propre analyse. » Après ce nouveau revers, CB affiche un bilan de 4v-8d à la Meilleraie contre 7v-5d à l’extérieur. Drôle de saison dans les Mauges. n A.L.

21

En voilà un que la défense paloise n’avait certainement pas ciblé. Peu prolifique sur les deux derniers mois (2,9 pts et 5,3 d’éval en 7 matches), Marc Judith (1,93 m, 25 ans) a sorti contre l’Elan le meilleur match de sa jeune carrière pro, avec 21 points et 24 d’éval’. Double record.

20ème édition

21 bis

Il a fallu être sacrément patient mais Alex Acker (Le Mans) montre enfin son vrai visage. Auteur de 21 points à Poitiers, l’ailier US tourne à 17,3 pts à 54,3% sur les 7 derniers matches. Soit très exactement 7 points de plus que sur les 17 premières journées (10,3 pts à 34,3%). La recette miracle  ? Entre-temps, J.D Jackson l’a sorti du cinq de départ !

93

Greg Beugnot a reposé ses cadres dans le Var. Son cinq majeur traditionnel (Tchicamboud-Delaney-Schilb-EvtimovAminu) n’a joué que 93 minutes face au HTV. En 107 minutes, les remplaçants chalonnais ont rendu une meilleure évaluation que les titulaires (58 à 56). La force du collectif.

A.L.

Du 8 juillet au 19 août 2012 Filles et garçons de 10 à 17 ans

ion ntat e m Docugratuite de n ema sur d

Sports Association Vacances

BP 60024 • 88191 GOLBEY Cedex Tél. 03 29 38 20 88 • Fax 03 29 38 17 74 www.sports-association-vacances.fr

www.graphimage.com - 0825 814 816 © 2012_12641spor1 - 82x135

John Linehan (Nancy) et DeMarcus Nelson (Cholet).

été 2012

Pascal Allée/Hot Sports

À Roanne, Marco Pellin a établi son nouveau record de points en carrière avec 17. Sa pointe précédente, 16 points, datait du 6 octobre 2007, sous le maillot de la Chorale. Pour l’anecdote, Pellin a inscrit plus de trois-points sur ce match (3 sur 4) que sur les 10 matches précédents (2 sur 16) !


28

analyse

UN PROMU QUI ASSURE

NANTERRE DE MIRACLE Une inexpérience totale en Pro A, un budget dérisoire, une équipe qui joue l’attaque à tout va et un maintien quasi assuré à six journées de la fin. Le promu nanterrien a un profil atypique mais il s’en sort haut la main. Par Florent de LAMBERTERIE

Un recrutement par tatônnement « L’expérience a montré ces dernières années que quand tu montes il y a deux manières d’aborder la montée. Ou tu conserves une grosse ossature en essayant de continuer sur ton vécu, ou tu bouleverses tout parce que tu en as les moyens. » S’il a clairement choisi la première solution, Pascal Donnadieu a cependant dû apporter plusieurs modifications à l’effectif champion de Pro B. Parfois malgré lui. Ainsi, l’homme de base de la montée, le pivot Nate Carter, a finalement choisi de partir courir le cachet-

Hervé Bellenger/IS

C

’est fait. Après sa probante victoire samedi dernier contre Pau (90-77), Nanterre compte désormais quatre victoires d’avance sur les Béarnais, premiers relégables, ainsi que le panier average. Avec seulement six matches à jouer d’ici la fin de saison régulière, le club a – sauf catastrophe vraiment très improbable – rempli l’objectif qu’il s’était fixé en début de saison : le maintien. « C’est une victoire très importante, une victoire qui nous soulage tous », jubilait Xavier Corosine en ce début de semaine. « Même si mathématiquement, ce n’est pas encore fait, on peut dire que le maintien est quasiment assuré maintenant. » La chose n’était pourtant pas aisée. Flanqué d’un pécule famélique (2,4 millions d’euros de budget, pour 730.000 euros de masse salariale) et d’un groupe de joueurs pour la plupart néophytes en Pro A, la JSF ne partait clairement pas sous les meilleurs hospices. « Tout le monde s’attendait à ce qu’on souffre vraiment beaucoup, BasketNews nous avait même classés en dernière position en début de saison », s’amuse à relever Pascal Donadieu, l’architecte du maintien nanterrien. « Donc forcément le bilan est positif. » Mieux que ça même puisque à l’heure actuelle, le club ne compte qu’une seule victoire de retard sur le 8e, Dijon. Dorénavant, c’est vers les playoffs que Nanterre lorgne. Pas mal pour un promu qui découvre l’élite pour la première fois de son histoire.

La joie de Donnadieu après la victoire sur Pau qui assure quasiment le maintien en Pro A.

on du côté de Châlons-Reims. « On était légèrement inférieur mais on pensait que le challenge sportif de la Pro A ferait la différence », reconnaît l’entraîneur de la JSF. « On ne pouvait pas réévaluer le contrat de Nate Carter dans des proportions beaucoup plus larges que les autres, sinon tu sais comment ça se passe. » Autre déconvenue, la fausse venue d’Etienne Brower, joueur talentueux et profilé Pro A mais déclaré inapte pour raisons médicales. Russell Robinson quant à lui, combo-guard qui sortait d’une bonne saison avec Badalone, en ACB, ne se révélera

« J’ai suffisamment contribué à la montée de ce club pour ne pas avoir envie d’être celui qui le mène dans sa tombe » Pascal Donadieu

pas le joueur dominant espéré et, après une insipide phase de préparation, il quittera le club avant même d’avoir joué un seul match officiel. Son remplaçant, Alex Gordon, n’aura pas fait long feu lui non plus, et quittera les Hauts-de-Seine après seulement trois petits matches. « Une grosse, grosse erreur de ma part », estime aujourd’hui Donnadieu. « C’est un garçon qui ne pouvait absolument pas jouer à Nanterre. Il avait de grosses qualités individuelles mais c’est avant tout un soliste. On a vite rectifié le tir quand on vu que lui et moi, ce n’était pas ça. » Des désistements plus ou moins tardifs qui ont pesé sur le début de saison (trois défaites pour commencer) mais qui ont permis au club d’engager des joueurs référencés Pro A (Stephen Brun, Ryvon Covile). « C’est important aux yeux de l’adversaire », assure Donnadieu. « Avoir des mecs un peu référencés, c’est une forme de respect pour l’équipe d’en face comme pour les arbitres. » Un phénomène encore accentué depuis début janvier


29

analyse

LE MAINTIEN PAR L’ATTAQUE ?

Xavier Corosine, Loïc Akono et Mam Diarra, trois Frenchies de Nanterre.

Hervé Bellenger/IS

• Depuis la saison 2000-01 et l’instauration de l’horloge des 24 secondes, seulement quatre équipes promues ont marqué plus de points que Nanterre cette saison. Un choix plutôt rare donc, mais visiblement payant puisque parmi celles-ci, seul Besançon en 2007 est redescendu en Pro B à l’issue de la saison. Saison Club Moyenne Classement 2000-01 Bourg 76,8 10e Le Havre 77,2 14e 2001-02 Limoges 76,0 11e Hyères-Toulon 78,3 12e 2002-03 Vichy 78,5 11e Roanne 84,8 13e 2003-04* Reims 83,0 10e Besançon 75,1 17e 2004-05* Clermont 71,9 13e Châlons 73,1 17e 2005-06* Brest 77,7 17e Rouen 71,8 18e 2006-07* Orléans 75,6 11e Besançon 80,7 16e 2007-08 Vichy 67,9 7e 2008-09 Rouen 75,0 13e Besançon 75,6 15e 2009-10 Poitiers 72,8 8e Paris Levallois 79,3 7e 2010-11 Pau-Lacq-Orthez 75,0 9e Limoges 74,7 16e 2011-12** Dijon 69,6 8e Nanterre 79,3 11e En gras, équipes reléguées à l’issue de la saison. *Saisons à 18 clubs. **Après 24 journées. F.d.L.

et l’arrivée de Mamoutou Diarra suite au départ de Guillaume Pons.

Tous à l’attaque

« Ils ont dix joueurs qui peuvent jouer », juge Pierre Vincent, dont l’équipe de l’ASVEL s’est inclinée deux fois face à Nanterre cette saison. « Au match retour, le petit Akono (12 pts) nous a fait très mal. On avait ciblé leurs postes 4, on a plutôt bien fait notre job en défendant sur eux mais c’est Akono qui a lancé l’équipe. » Samedi dernier, face à Pau, c’est cette fois Marc Judith, d’ordinaire cantonné aux tâches défensives, qui est sorti de sa boîte (21 pts à 8/11). À chaque match son héros.

Si la composition de l’équipe a été modifiée, la méthode, elle n’a pas changé. Alors que d’ordinaire, et Dijon en est le parfait exemple cette saison, les nouveaux venus en Pro A tentent d’assurer leur salut par la défense, la JSF a pris l’option inverse. Déjà meilleure attaque de Pro B l’an passé, Nanterre propose cette saison un basket résolument offensif Condamné à survivre ? (79,3 pts, 5e meilleure attaque de Pro A), à base de La formule a fait ses preuves mais reste encore à jeu rapide et d’un gros volume de tir (728 paniers marqués, 2e plus gros total derrière Le Mans). La patte savoir jusqu’à quand. Bien que maintenue à 99% Donnadieu par excellence. et peut-être en playoffs en mai prochain, la JSF « J’ai toujours aimé les équipes qui peuvent proposer avance tout de même à l’aveuglette. « L’avenir reste beaucoup de choses offensivement, j’ai toujours incertain pour avoir du basket en Pro A à Nanterre », beaucoup insisté là-dessus », poursuit l’entraîneur. « regrette Pascal Donnadieu. « On est monté sur C’est ma philosophie, je construis l’euphorie de l’année dernière plutôt mon équipe dans ce sensmais on a des installations à là, donc oui c’était délibéré de des années-lumière de tout ce ma part. » Une philosophie qui qui se pratique en Pro A. Notre fonctionne plutôt bien si l’on en gymnase est catalogué par les croit les résultats, et qui n’est pas instances de la ligue comme Xavier Corosine forcément synonyme de gabegie, n’étant pas adapté à la division en témoigne le pourcentage de et il n’y a pas de projet par réussite nanterrien (48,8% aux tirs), le plus élevé de rapport à ça, et ça, ça ne te permet pas de pouvoir toute la Pro A ! « Pascal est le premier à nous dire de grandir, te développer. » prendre les tirs quand on est ouvert, de ne pas hésitPour l’heure, la JSF est toujours cantonnée à son vieillot er », détaille Xavier Corosine. « Je pense que ça joue palais des sports de 1.500 places et la future Arena 92, beaucoup sur nos pourcentages parce qu’on sait qu’on destinée principalement au rugby, ne sortira pas de est en confiance. On n’est pas là à se dire : merde, terre avant au moins 2015. Rien ne garantit, d’ailleurs, est-ce que c’est un bon shoot ? Est-ce qu’il fallait le qu’elle accueille un jour la JSF. Dans ces conditions, le prendre ? Est-ce que le coach va me gueuler dessus ? miracle nanterrien risque fort de ne pas durer bien longC’est très important pour nous, les joueurs. Qu’on mette temps. « Je suis assez inquiet par rapport à ça », avoue ou qu’on ne mette pas dedans, il faut qu’on prenne les Donnadieu. « On fait de la survie mais s’il n’y a pas de tirs ouverts parce que c’est notre jeu. » projet, d’évolution en termes d’équipement… Ce n’est Les pistoleros ont la gâchette facile mais partagent même plus de la survie. La saison terminée, il faudra volontiers les munitions. Ainsi, les dix joueurs pros qu’on se pose, qu’on discute, qu’on voit ce qu’on est de l’effectif oscillent tous entre 18 et 29 minutes capable de faire avec tous les décideurs sur Nanterre de temps de jeu moyen. Le meilleur scoreur, Will parce que moi, j’ai suffisamment contribué à la montée Daniels, n’émarge qu’à 12,8 points par match et de ce club pour ne pas avoir envie d’être celui qui le aucun Nanterrien ne figure aux Top 10 des points, mène dans sa tombe. » Pour l’heure, en revanche, le rebonds, passes décisives, contres et évaluation. promu est bien vivant. n

« On prend les tirs ouverts parce que c’est notre jeu »

CAMP D’ETE Du lundi 20 au vendredi 24 Aôut 2012 Au Colisée - Chalon S/Saône A par ti ( T a r if r d e 2 4 pour préfé 0€ 4 je rent unes d ie u mêm l e c lu b )

2 form u (Avec

Filles et ga rçons de 9 à 18 ans

les au choix ge

o u sa ns hé ber

ment

)

-Perfectio nnement technique -Activités extra bask -Rencontr et e avec les joueurs pr o

Renseignements et inscriptions

ELAN CHALON rue d’Amsterdam - Le Colisée 71100 CHALON SUR SAONE Tél : 03 85 97 13 18 - asso.elan@elanchalon.com


30

ANALYSE

LE HTV, PIRE ÉQUIPE DE L’HISTOIRE ?

LES CHIFFRES DU DISCRÉDIT de Damir Krupalija, l’aller-retour express d’Alexis Ajinça, l’embauche de joueurs trop faibles à ce niveau (Roberts, Thomas), les pépins qui ont ralenti Shaun Fein (16 matches manqués), Rick Hughes (13) ou Paccelis Morlende (5) sans oublier les trois points – mérités – de pénalité, le bonnet d’âne de la Pro A a quelques circonstances atténuantes.

250

Pascal Allée/Hot Sports

• Les spectateurs venus assister à la rencontre HTVRoanne le 27 mars dernier. Si le timing de ce match en retard – mardi soir – explique certaines choses, l’affluence désespérante témoigne évidemment d’un désamour (désintérêt ?) bien plus profond. Au fur et à mesure des fessées reçues à domicile, le Palais des Sports, 4.217 sièges, s’est vidé. Toulon pourrat-il reconquérir le soutien de ses supporters en Pro B ? Dans sa configuration actuelle, le futur-ex coach varois n’est même pas certain que le HTV y aurait sa place. « Une équipe comme nous serait en position de descente. Il ne faut pas croire que la Pro B est le tiersmonde du basket professionnel. » Or pour l’instant, Hyères-Toulon continue de crier famine… n

Les deux pieds déjà en Pro B, le HTV se débat en vain chaque week-end pour afficher un visage présentable. La preuve par les chiffres, cette équipe saignée, traumatisée et lessivée n’a pas sa place dans l’élite. Par Jérémy BARBIER

19

• Les semaines écoulées depuis la dernière victoire varoise en Pro A. Le HTV, lauréat de deux de ses huit premières sorties cette saison, n’a plus inquiété personne après son succès au Havre (101-90) il y a…131 jours (26 novembre) ! Les coéquipiers de Rick Hughes débarqueront demain à l’Astroballe sur une série de 16 défaites consécutives en Pro A, la pire spirale depuis 1987 et la création de la LNB.

20,2

• L’écart moyen concédé par cette équipe « bis-bis » après 24 journées. À titre de comparaison, Pau, 15e, affiche un déficit deux fois moins élevé (-10,1). Sur les 25 dernières saisons, la moyenne des plus mauvais écarts (-11,1) est également largement inférieure à celle actuellement établie par le HTV qui, sauf surprise, détrônera bientôt Châlons-en-Champagne, précédent détenteur de ce record peu enviable (-16,3 en 1994).

49

• Le débours final le plus important enregistré cette saison par les cancres, laminés à Sportica de Gravelines lors de la 7e journée. Cholet (105-57, 15e journée) et Nanterre (102-60) ont également désossé

de plus de 40 unités un adversaire désolidarisé. À six journées de la fin de son calvaire, Hyères-Toulon a déjà perdu 9 matches de 25 points ou plus.

95,5

• Les points encaissés par Paccelis Morlende et compagnie. Dans l’histoire moderne du basket français, seuls Saint-Étienne (96,2 pts en 1988), Caen (96,0 pts en 1990) et Monaco (100,3 en 1991) ont moins bien protégé leur territoire. Le point commun à ces trois passoires ? Toutes reléguées à l’issue de la saison. Le HTV, qui n’a encore jamais pris moins de 85 points, laisse les attaques shooter à 55,4%, une réussite digne d’un AllStar Game. Le plus beau feu d’artifice revient à Roanne, 116 points inscrits à 58,5% aux tirs (3e journée).

118,5

• L’évaluation moyenne des pensionnaires de Pro A lorsqu’ils affrontent le HTV, autre record historique et parfaite illustration du monde qui sépare la voiture balai du reste de la division. « Cette saison est très difficile car elle est absurde », regrettait Alain Weisz il y a déjà quelques semaines. « On sait que nous ne pouvons pas lutter à armes égales. » Entre la non-reconduction tardive de certains cadres (Dobbins, Zianveni), une libération sans condition


31

Salut ! Ça va ?

Propos recueillis par Antoine LESSARD avec les élections, j’avais eu beaucoup de craintes. Mais je rentre chaque été donc c’est moins dur que quand j’étais aux États-Unis (ndlr, à l’université de Furman). J’étais resté deux ans et demi sans y retourner. As-tu voté aux présidentielles ?

Je n’ai pas pu y aller parce que c’était à Paris.J’ai suivi les élections comme beaucoup de Sénégalais. Le peuple a choisi puisque (Macky) Sall a gagné avec plus de 65% des voix au deuxième tour. C’est fondamental pour le Sénégal parce que les gens avaient besoin de changement. C’était mon idée aussi d’avoir un changement pour voir les choses différemment.

MALEYE

N’DOYE (Orléans)

S

Tu as joué quatre fois la CAN avec le Sénégal. Toujours partant pour rejoindre alut Maleye, ça va ?

les Lions ?

Ça va bien, merci.

Tant que ça ne me pose pas de problèmes, je serai toujours disponible pour venir aider les jeunes et servir mon pays.

Tu sors de la collation. Vous affrontez la Chorale dans un peu plus de 2 heures (ndlr : interview réalisée le 30 mars). Es-tu du genre à stresser

Au lycée, tu étais fort en maths. Tu as

avant un match ?

décroché l’équivalent du bac S. Alors

Non, je ne vais pas dire stresser parce que ça fait un moment que je joue au basket. Il y a des préparatifs qu’on a l’habitude de faire, mais on ne se met de pression, on ne se pose pas trop de questions avant de jouer.

un petit quizz : 33 divisé par 67, cela donne quel pourcentage ?

(Après une longue réflexion) Presque 50%. 49,3% exactement. C’est ton pourcentage à trois-points cette saison. Tu es le n°1 en Pro A (*).

(Rires) Pas des grigris, mais dans la façon de préparer les matches. Une routine. Faire les choses étape par étape. Mais dès que le match commence, il faut tout oublier.

Ah d’accord. Tu me l’apprends. Cela fait un moment que je n’ai plus l’habitude de regarder tellement les stats. Cela peut motiver parfois mais je préfère laisse les matches derrière.

Qui est ton roommate cette saison ?

Au début, on voulait nous faire changer à chaque déplacement mais on avait nos habitudes donc je suis avec Marco Pellin.

Pascal Allée/H

ot Sports

Es-tu superstitieux, as-tu des grigris ?

e sage ! » tr o n t s ’e c , e y le à Ma « Touche pas

shooter davantage ?

J’ai appris que Georgi Joseph était fan de l’OM et Yohann Sangaré du PSG. Et toi ?

Et ça va ? Tu n’es pas tombé sur le pire ronfleur de l’équipe ?

Tu renvoie l’image de quelqu’un de

Non heureusement ! (Rires) Il ne me dérange pas. Il écoute de la musique un peu fort mais ça va.

discret. Tu te situes comment par rapport

Comment occupes-tu ton temps en déplacement ?

Si on va dans un club où je connais des gens, je vais les voir la veille des matches, après le repas pour échanger un peu. Sinon, on reste à l’hôtel pour regarder la télé. Je regarde des films drôles pour rigoler, pas trop de séries comme les autres. En ce moment, « The Wire » tourne pas mal dans l’équipe.

Pour autant, tu ne prends que

trois shoots par match. Cela ne t’incite à

à ce groupe ?

Les gens me voient un peu discret mais je vis bien dans ce groupe. Tout le monde me considère comme le sage de l’équipe. À chaque fois que quelqu’un me taquine, quelqu’un va venir prendre ma défense pour dire « touche pas à Maleye, c’est notre sage ! » Je peux jouer les nerveux aussi, ça m’est arrivé à l’entraînement, j’essaie de changer un peu (rires). Et comme c’est rare qu’ils me voient énervé, ça leur donne une occasion de me chambrer.

Je suis marseillais. Il y a pas mal de bagarres parce qu’Amara aussi est parisien. En ce moment, ce n’est pas évident pour nous parce que l’OM est 9e du championnat (…) J’ai toujours la passion du foot. C’est le sport que j’ai connu avant le basket. Je suis bien la Ligue des Champions. Quand je pars au Sénégal, j’organise des petits matches de foot. C’est ta septième saison en France. Qu’estce qui te manque le plus du Sénégal ?

La famille, les amis, tout ça, mais avec internet on arrive à leur parler tous les jours, à savoir ce qui se passe. Surtout

C’est sûr mais je dois shooter quand l’équipe en a besoin. J’essaie de ne pas trop forcer les choses. Tu as remporté un titre en 2006, deux en 2009. Cela veut dire que le prochain titre, c’est en 2012 ?

Moi, je le savais mais je ne pensais pas que les autres l’avaient vu. Bien vu. À la fin de l’année, on en reparlera (rires). n (*) Après Roanne, Maleye est passé 2e derrière Bernard King avec 48,6% contre 50,0%. (**) La Coupe de France avec Dijon, la Coupe et la Semaine des As avec Le Mans.


AIDEZ AIDEZ AIDEZLALA LARECHERCHE RECHERCHE RECHERCHE

Hôtel République 2012

Hôtel République 2012

Hôtel République 2012

FAITES FAITES FAITESUN UN UNDON DON DON www.fondationdelavenir.org www.fondationdelavenir.org www.fondationdelavenir.org EnEn avril Enavril avril lesles clubs lesclubs clubs dede ladeLNB lalaLNB LNB se se mobilisent semobilisent mobilisent auprès auprès auprès dede ladeFondation lalaFondation Fondation dede l’de Avenir l’Al’A venir venir


BasketNews 598