Issuu on Google+

Photos : J.-F.Mollière-FFBB/L.Kulbis-Agence Castoria-FIBA Europe

l’hebdo du basketball

JEUDI 22 septembre 2011 - N° 570 S

Numéro

spécial

Bleus

UN BIS L’ESPAGNE FAIT

TROP FORTE

S E R D N O L T E T N E G R BLEUS : L’A

! T  U O T R U O P I C R ME M 03252 - 570 S - F: 4,00 E

BasketNews n°570 S - jeudi 22 septembre 2011

3:Hwww.basketnews.net IKNMF=WUYUU[:?a@p@r@a@g;


Bravo à l’équipe de France de Basket pour sa médaille d’argent et sa qualification Olympique En partenariat avec la FFBB, Kinder est fier d’avoir laissé sa place sur les maillots de l’équipe de France au Secours Populaire Français et remercie les bleus d’avoir porté haut et fort les couleurs de l’association.


sommaire 03

Sondage

06  LES BLEUS VICE-CHAMPIONS D’EUROPE ! • Finalisted de l’Euro, une première dans l’histoire du basket français, Tony Parker et sa bande ont décroché leur qualification pour les Jeux de Londres. Thomas Berjoan décrypte ce nouveau départ.

Quel club français   se qualifiera pour la saison régulière de l’Euroleague ? Sondage réalisé sur www.basketnews.net. 585 réponses, décompte arrêté mardi.

10  LE RETOUR DES HÉROS

• Les Bleus étaient de retour en France lundi après-midi. Ils ont fêté leur médaille d’argent dans la capitale jusqu’au bout de la nuit. Reportage photos.

Aucun

35%

12  LA FINALE FRANCE – ESPAGNE 29%

14  LES RÉACTIONS EN FRANCE

• De Robert Monclar à Yannick Bokolo, d’André Buffière à Emmeline Ndongue, de Yann Bonato à Claude Onesta. Joueurs et joueuses, entraîneurs, institutionnels, journalistes, historiens…réagissent au parcours des Bleus.

22%

18  LE QUART ET LA DEMI-FINALE

• Les Bleus n’ont pas craqué lors des deux premiers matches couperets. Retour sur France-Grèce et FranceRussie, les marches décisives vers la finale et les Jeux.

14%

22 12 GARS EN ARGENT MASSIF

• Le Boss, le Lieutenant, Cheval Furieux, L’Insouciant, Timide…Nos envoyés spéciaux en Lituanie ont dressé les bilans et portraits individuels complets des 12 internationaux.

DISPONIBLE

28 L’ESPAGNE CHAMPIONNE

• La Roja a réalisé un doublé inédit depuis la Yougoslavie en 1997. Emmenés par un génial Navarro, les Espagnols étaient clairement au-dessus du lot. L’une des toutes meilleures équipes de l’Histoire du basket européen.

30 LA GAZETTE DE L’EURO

• La finale a rassemblé 2,9 millions de téléspectateurs sans avoir l’honneur d’une chaîne traditionnelle du service public. Une vraie perf !

38  BOBBY DIXON

5,00 €

Seulement

En vente chez votre marchand de journaux

• L’ex-Manceau et Villeurbannais effectue son retour en Pro A sous les couleurs de la JDA. Quelle version de Bobby Dixon verra-t-on en Bourgogne ? Jérémy Barbier s’est entretenu avec le meneur américain.

44  EUROCUP, CHALON ET LE MANS EN LICE

• C’est déjà la reprise pour l’Élan Chalon et le MSB, engagés en tour préliminaire d’Eurocup. Mardi, les Chalonnais reçoivent le Cedevita Zagreb pendant que les Manceaux se déplacent à Izmir. Quelles sont leurs chances ?

47  SALUT, ÇA VA BORIS ELISABETH-MESNAGER ?

BasketNews

RÉDACTION AUX USA Jérémy BARBIER (Chicago), Pascal GIBERNÉ (New York).

Directeur de la publication : Gilbert CARON Directeur de la rédaction : Pascal LEGENDRE (p.legendre@tomar-presse.com) Rédacteur en chef : Fabien FRICONNET (f.friconnet@tomar-presse.com) Rédacteur en chef-adjoint : Thomas BERJOAN (t.berjoan@tomar-presse.com)

CORRESPONDANTS À L’ÉTRANGER  David BIALSKI (USA), Giedrius JANONIS (Lituanie), Kaan KURAL (Turquie), Pablo Malo de MOLINA (Espagne), Streten PANTELIC (Serbie), Bogdan PETROVIC (Serbie); Yannis PSARAKIS (Grèce), Sran SELA (Israël), Stefano VALENTI (Italie). Ont collaboré à ce numero : Yann CASSEVILLE, Claire PORCHER et Frédéric TRIPODI. Secrétaire de rédaction : Cathy PELLERAY (02-43-39-16-21 - c.pelleray@norac-presse.fr)

BASKETNEWS est édité par SARL NORAC PRESSE

Siège Social : 3 rue de l’Atlas – 75019 PARIS. Capital : 25 000 euros Principaux associés : Print France Offset, Le Quotidien de Paris éditions, Investor. RÉDACTION DE PARIS 3 rue de l’Atlas - 75019 Paris / Téléphone : 01-73-73-06-40 / Fax : 01-40-03-96-76

RÉALISATiON GRAPHIQUE Conception charte graphique : Philippe CAUBIT (tylerstudio) Direction artistique : Thierry DESCHAMPS (Zone Presse)

JOURNALISTES Thomas BERJOAN, Thomas FÉLIX (06-47), Fabien FRICONNET, Florent de LAMBERTERIE (06-46), Pascal LEGENDRE (02-43-39-16-26), Antoine LESSARD, Pierre-Olivier MATIGOT, Laurent SALLARD.

ABONNEMENTS : Laurence CUASNET (02-43-39-16-20, abonnement@tomar-presse.com) Norac Presse – Service abonnements – B.P. 25244 – 72005 LE MANS CEDEX 1

Directeur Marketing et Promotion Frédéric CARON PUBLICITÉ RÉGIE Hexagone Sports – 12 rue Notre-Dame des Victoires – 75002 Paris Patrick GOHET (09-54-04-72-66), hexagone@hexagonepresse.com Loïc BOQUIEN (06-87-75-64-23), lboquien@hexagonepresse.com IMPRESSION ROTO PRESSE NUMERIS – 36 Boulevard Schuman – 93190 Livry Gargan RÉGLAGE À JUSTE TITRES, Badice BENARBIA (04 88 15 12 42), b.benarbia@ajustetitres.fr COMMISSION PARITAIRE : 1110 K 80153 RCS : PARIS B 523 224 574. / ISSN : 1271-4534. Dépôt légal : à parution La reproduction des textes, dessins et photographies publiés dans ce numéro est la propriété exclusive de BasketNews qui se réserve tous droits de reproduction et de traduction dans le monde entier.


POUR LES VRAIS FANS DE BASKET Les stats de tous les joueurs et Le bilan de toutes les compétitions en EUROPE

LES media guides FIBA officiels

EuroleaguE EUROCUP EUROCHALLENGE CHAMPIONNATS NATIONAUX ÉquipeS nationales ÉquipeS nationales JEUNES

188 pages couleur

19€

MEDIA

+ frais de port

LA BIBLE DES STATS 

GUIDE

MEDIA

132 pages couleur

GUIDE

E COLOURS PANTON

GROUP B

NOUVEAU

CELEBRA

TB TE BASKE

and ended the tourplayed at home 1999 when France and bronze medal ver since EuroBasket shows” both during the semi-final “no opportunities - despite nament with two missing some great is as tough made a habit of between sports games, they have where competition develop in a country helping basketball and huge events with rugby, handball as anywhere else. popular enthusiasm French hoops competes In addition to football, or Rolland Garros in tennis. Meanwhile Games in Sydney de France the 2000 Olympic such as the Tour bad luck. During at 3 am European back by sheer Dream Team was for a has been held game versus the million were anticipated silver, the final up when up to 15 when they won viewers stayed despite time, meaning 800,000 game. basketball powerhouse of Tony daytime or evening merely a potential France remains ‘golden generation’ Eleven years later, The great 1982-born to Lithuania at or so NBA players. success. They lost having a dozen stage when and yet so far from same near the so at been lost Parker and Co have and two years later fall to a last second in the semi-finals remaining only to EuroBasket 2003 but still didn’t with 40 seconds lost only once by seven points years ago they leading Greece fallen to the eventual shot. While two France has always Dimitris Diamantidis In fact, since 2003, all of its get onto the podium. of having almost EuroBasket champion. 2011, France is facing the prospect Piétrus who suffered a Mike Ahead of EuroBasket with the notable exception of play-off run NBA winning roster, club’s top players in the who missed his Rodrigue Beaubois, players knee injury, and very complementary France has two with a broken foot. Nando De behind Tony Parker, while Spurs draftee At the guard spots and Andrew Albicy, stars Antoine Diot seasons. who in former youth over the past two also Nicolas Batum, well in the ACB Mike Gelabale and Colo has played Boris Diaw, are former Sonic, will be missed, Waiting in the wings the Trailblazers. Though Piétrus can always help. with Team, and De Colo imitated is quietly improving there for the National first” way of thinking, on Diaw’s “team who is also always France can count At power forward,

Championship 2010 FIBA World

2010 FIBA World

Final Round

–1 5th place (8 W Preliminary Round b. Germany 2009 France Sept-7th Sept-8th 2009 Sept-9th 2009

France b. Latvia France b. Russia

Qualifying Round

France b. F.Y.R.O.M. Sept-11th 2009 France b. Croatia Sept-13th 2009 France b. Greece Sept-15th 2009

Quarter-Final

Spain b. France

Semi-Final for

5th place

Sept-17th 2009

Sept-19th 2009

France b. Turkey

5th place Final Sept-20th 2009

France b. Croatia

2009 EuroBasket

Games 2008 Olympic 2007 EuroBasket

Championship 2006 FIBA World 2005 EuroBasket 2004 Olympics

championship 2002 FIBA World 2001 EuroBasket

70-65 60-51 69-64 83-57 87-79 71-69 86-66 80-68 69-62

Player Nicolas Batum Mickael Gelabale Nando De Colo Boris Diaw Alain Koffi Ali Traore Yannick Bokolo

Ian Mahinmi Florent Pietrus Andrew Albicy Fabien Causeur Edwin Jackson Totals

ed Championship Accumulat

Istanbul Katowice Beijing Madrid Saitama Belgrade Athens Stockholm Indianapolis Istanbul

Achievement th

Pantone 172C

4th Did not qualify 6th

Career: Buducnost Jolly Sibenik (CroatiaSuperleague 2005-09), (Greece-A1, 2010) A1),FEA Neas Halkidonas 2010-11) (Croatia-A1, Gospic Croatia

the Qualifying last summer during to on the court once court time in years hile she only got surely see more any Vujadinovic will manage to find Women in Round, Marija the final cut or European Championship Buducnost at the for her she does not make player at the U20 come, even if She moved from as the top scorer to nother stand out She Aleksic finished during this tournament.her minutes in the Adriatic League 2009, Snezana her development. significant minutes at youth increase Gdynia during has continued gained expeand managed to two years since She has had success through where she firstly turn of the year team and in the encouraging results. coming Croatian league she had already and with some of backcourt players the switch to the and Women, a competition Gospic Croatia. good effect recently made of the new generation could use some help. Energetic Sibenik in EuroCup Women with they level and is one Baletic. rience with Jolly then EuroLeague to become a an area in which bench by Coach Buducnost and surely destined for Montenegro, be utilised off the featured in with minutes, she is in years to come. her approach could managed limited the National Team While she only Rb As Pts during the aggressive, FT Women and for 3pts National Team 2pts STATS G Min 0-2 needs regular in EuroLeagueten minutes per game for the NATIONAL TEAM 0-1 when the team 2 to play 1 Competition Year can make a shot She managed who someone DIVISION A Baletic needs and is someone 2011 Rb As Pts FT player if Coach Qualifying Round 3pts COMPETITION STATS G Min 2pts to be an important 0.5 0.3 1.3 EUROPEAN CLUB 0-2 in the tournament. it. She could prove 4-10 8 6 of a zone defence Season Club (competition) Podgorica (ECW) to take advantage Rb As Pts 2008-09 Buducnost FT 3pts 4.7 2pts STATS G Min 1-4 1.0 NATIONAL TEAM 3-6 3.0 2-2

ROSTER

Statistics

France than what been better with who has always by Florent Piétrus, competition. the center spot he shows in club for once be at could therefore enthusiasm, Joakim Noah’s France’s strength a traditional weakness. a great asset, while Ronny which has been are strength and energy starter, will for sure do the job. size, defensive a and center rather than from Virtus Roma, Turiaf, as a back-up potential of Ali Traoré, Kevin Seraphin, Add to this the offensiveof Washington Wizards rookie has ever had. front-line France eventually the potential is probably the best an injury on August and you have what Turiaf picking up not change with just won the NBA This would does Ian Mahinmi, who being replaced by 18 and possibly fans, especialbasketball title with Dallas. French in shared among Optimism is widely their insurance negotiations Federation resolved ly since the French NBA lock-out. It’s difficult to say the wake of the expect from France? they know genuinely as we So what can there. However the potential is although once more, doesn’t equate to success.l only too well, potential

15€

Pts BS TO Rb As St FT 2.8 12.5 3pts 0.7 % 3.2 2.2 1.3 G Min FG 18-25 1.5 11.2 9-28 0.5 42.9 4.0 2.0 0.5 6 29 24-56 8.8 11-12 1.8 57.5 10-18 1.8 2.2 0.8 6 27 23-40 8-8 8.5 2.5 9-21 0.5 48.6 5.7 3.7 1.3 6 23 18-37 4-7 8.5 1.2 7-22 0.3 39.2 4.3 0.3 0.3 6 30 20-51 5.3 19-25 1.5 57.1 1.5 0.3 0.2 6 19 16-28 4-11 4.5 1.3 0.3 45.2 0.5 2.3 0.8 6 13 14-31 7-12 4.5 1.0 4-13 0.5 34.8 3.2 0.3 0.7 6 17 8-23 9-10 4.5 1.0 64.3 4.8 1.5 0.5 6 13 9-14 3.2 10-10 0.8 0-2 28.6 0.5 0.2 1.0 1.0 4 22 4-14 5-7 1.0 4-7 41.7 0.7 0.3 6 11 5-12 0-2 0.8 1-3 33.3 1-3 0.2 0.2 0.2 3 4 1-5 3.0 15.2 71.3 28.6 2-7 28.8 15.7 7.0 6 4 95-129 45.6 45-119 6 - 144-316

40

Year

2009 2011

+ frais de port

13 10

3 6

Competition

DIVISION B DIVISION A

EUROPEAN CLUB

COMPETITION STATS G Min

Season Club (competition) Podgorica (ECW)

2007-08 Buducnost (ECW) 2009-10 Jolly Sibenik (ELW) 2010-11 Gospic

31 29 9

8 6 9

3-5

2pts

17-36 3-16 1-5

1-12

3pts

14-33 7-22 0-6

9-12 1.7 0.5 FT

Rb

As

Pts

11.8 18-22 2.4 1.5 5.5 6-6 2.8 2.0 0.7 0.1 0.2 -

JElEnA CULAFIC

MASA STANISIC JOSE CALDERoN

Vincent COLLET

Height: 1.75

Position: Guard 08/06/89 Height: 1.72 Date of birth: Nationality: French Berane Position: Guard Place of birth: 06/06/63 Unattached. 08/11/91 Date of Birth: Date of birth: Club Team 2010-11: Sainte-Adresse Podgorica Niksic Place of birth: Pro A) Place of birth: Dubrovnik Niksic Career: Buducnost ASVeL (France – Height: 1.90 Team 2010-11: ZKK Roling 2005-09), Ragusa Team 2010-11: (France-Pro A, 1998& Club (Montenegro-A1, coach, Le Mans Banja Luka (Bosnia Position: Point A, 2000-08), ASVEL Career: Assistant Guard Superleague)(Montenegro (Montenegro (Croatia-A1, 2009-10), Le Mans (France-Pro Strasbourg iG Date of birth: 2010) ZKK Roling Niksic 2000), Head-coach, 28/09/81 Career: Herzegovina-D1, (France-Pro A, 2008-10), Place of birth: Lyon-Villeurbanne Villanueva2006-11) Superleague, de la Serena Team 2010-11: Toronto Raptors (France-Pro A, 2011) French national team (2009-2011) (USA-NBA) Career: Alicante (Spain-LEB, 1999-2000), International Career: self-evi(Spain-ACB, 2000-01), Alicante appeared to be the head coach about the and 2001-02), Tau CeramicaFuenlabrada (Spain-ACB, nomination as at a high tempo Some had reservations the head incent Collet’s Vitoria (Spain-ACB, who likes to play 05), Toronto Raptors basketball fans. or shooting going to be an all action guard (USA-NBA, 2005-11) 2002dent for most French was potentially She is happy handling in a numelena Culafic is whereby Collet would be his boss, areas of the game. repreto score all who in Parker situation yet talent and strange Team, can contribute did not She has the capacity in EuroCup Women his comeback is another young rising to play defence. Parker for the National However, this unlikely situation head date she is yet Masa Stanisicwith the National the ball and can TeamTo coach of Tony by her performances José, as a for for Montenegro. ineteen year old who missed playersEuroBasket as evidenced president of ASVEL. numbers. Culaficalso in his 12 year career previous news fledgling professiogeneration of herand different ways to 2009 in his role as vice some impressive for the first time having spent for him and for sents the next the 2010 FIBA with ber of chemistry in World Championship competition where she posted helped the U20 team win promotionU18 Collet was fired Spain. The an opportunity in European a lack of offensive hasn’tishad last long after “game and joy for the at for Buducnost to playpast good two seasons have she from also get which she where and suffered Meanwhile game Qualifying former had club not been all play during the of the star of at youth level Women in 2007. Vitoria. her hometown player struggling Torontonal career with coach. “Les Bleus” tournaHe from the science beennot been chosen toabout fun She is knocking impressed the European Championship bothered game during the Raptors side, and eitherhas than decent pro since profited having by injuries come. Team lost some brings. A more over 20 point per Division A at coach experienced Calderon years but have a but could be of his confidence. the National her time will surelyandsurprise inclusion for National Team teacher” Collet year, she averaged remainssummer. Nevertheless, Round last summer However, be a the level that same freak” and “match his coaching career with former last one of the smartest (2006, 2009), team player, a leader in the frame to Round once in the Qualifying playmakers on the court, the players started Championships in the U20 European around, a true oneisofnever She only played again. himself, Collet won two French 2011. She played the door andand from ment. and a French present themselves.on shy taking big her potential once Calderon Le Mans. He has 2006 and 2010) certainly benefit shots EuroBasket Women has that at knack would back to showcase andwhen roster they 2004.which is rather important Alain Weisz, in Copa del Rey, in for the final picking Rb As Pts during FT up the2009 in both 2001 and although a sprinGdynia As (the French for a Spanish 3pts adequate 2pts Women tempo, the opportunity, squadinwhich loves if given - 1.0 2.0 Coach of the Year TEAM STATS two Semaine des G Min finishingpace, but which has tons Championship 0-1 if she is given the NATIONALCompetition 1-1 he was also named start with the National Team, of weaponsoffor and push upexpect a major tournamentto run reasonably 7 1 the Cup (2004) while half-court would guardoffense It was a crushingNATIONAL TEAM STATS the experiencetime the A but frustrating afraid to put the Year the but nice isn’t all as a is Pts DIVISION and Height: well. had games, As 2011 player Rb nine FT YEAR Collet has loss in2.15 ruined by COMPETITION kling of bench 3pts IQ for a young 7.3 COMPETITION STATS G Min 2pts Championship with only onePosition: aCenter good basketball shot. 2002 19-22 1.8 1.4 EUROPEAN CLUB World Championship EuroBasket 2009 / Power Forward After FIBA World final nod. Has Ga MIN 2PTS 3PTS 8.7 or take an outside 2011. 22 15-32 3-11 8 against Spain. Date of birth: for a EuroBasket 2003 18-25 3.8 3.0 Season Club (competition) FT RB AS 0-8 Semi-Final Round ball on the floor 6 and7 penetrate Podgorica (ECW) PTS Quarter-Final defeat 3-4 33 17-49 expectations06/07/80 6 3-7 2003 Rb As Pts 2-2 0.7 0.7 2007-08 Buducnost Podgorica (ECW) FT European Championship 2 Collet has greatPlace of birth: Barcelona 17 3pts 2-7 2.8 Buducnost 1-4 G 1-2Min 3.0 2pts key absences, 2004 2008-09 Olympic Games NATIONAL TEAM 6 STATS Team 2010-11: 21 2.0 4.0 5-10 Los Angeles Lakers competition 3-13 NT in8-8 2005 official Competition EuroBasket 7 2.3 1.8 4.5 Year 31 with (USA-NBA) the Senior 15-24 8-25 15-19 2006 - Never World Championship 6 played 2.7 2.6 9.9 32 14-28 STATS Rb As Pts FT Career: F.C. Barcelona 7-22 14-20 3pts 2007 2pts EuroBasket 9 COMPETITION 2.0 2.3 20 18-26 4-14 G Min 10.5 EUROPEAN CLUB 1997-2001), Memphis (Spain-ACB, 2008 Olympic Games 9 2.0 3.2 25 21-34 19-38club 17-21 competitions 7.2 Season Club (competition) 2001-08), Los Angeles Grizzlies (NBA, 12-16 2.1 2.6 6 played in European EUROPEAN CLUB 12.3 Lakers (2008-11) COMPETITION STATS- Never 21 9-19 7-21 5-5 1.7 1.2 SEASON CLUB 7.3 (COMPETITION)

V

41

W

A

TEAM STAR

Nicolas Batum

Height: 1.75 Position: Guard 07/01/90 Date of birth: Kotor Place of birth: KK Jedinstvo Club Team 2010-11: erleague) (Montenegro-Sup Podgorica (MontenegroCareer: Buducnost Jedinstvo Superleague, 2008-11),KK 2004-11) erleague, (Montenegro-Sup

Height: 1.73 Guard Position: Shooting 14/01/89 Date of birth: Podgorica Place of birth: Gospic Croatia Club Team 2010-11: (Croatia-A1) Podgorica (Montenegro-

8th 5th Bronze Medal Did not qualify

2010-11 Birthdate Team Spurs (NBA) Height (m.) Position 17/05/82 San Antonio 1 1.86 17/01/89 Le Mans 1 1.93 Levallois 21/03/90 Paris 1 (ESP) 1.78 Power E. Valencia 1-2 23/06/87 (USA) 1.95 Dallas Mavericks 4-5 05/11/86 2.08 03/11/88 Strasbourg Ian Mahinmi 2 (NBA) 1.89 Portland Trailblazers Abdoulaye M’Baye 2-3 14/12/88 2.04 Lyon-Villeurbanne 22/05/83 ASVEL Nicolas Batum 3 2.00 19/07/86 Le Mans Mickaël Gelabale 3 (NBA) 1.98 Charlotte Bobcats Charles Lombahe-Kahudi 4-3 16/04/82 2.03 Valencia (ESP) and Vitoria 19/01/81 Boris Diaw 4 1.99 Roma (ITA) 28/02/85 Virtus Florent Pietrus 5 2.06 Bulls (NBA) 25/02/85 Chicago Ali Traore 5 (NBA) 2.11 New York Knicks 13/06/83 Joakim Noah 5 2.07 Wizards (NBA) Ronny Turiaf 07/12/89 Washington 5 2.06 Kevin Seraphin Collet Coach: Vincent

COACH

MAriJA VUJADINOVIC

IC

SnEzAnA ALEKS

Tied 9 5th Did not qualify

Player Tony Parker Antoine Diot Andrew Albicy Nando De Colo

E

How did they qualify? EuroBasket 2009, L)

12€ Sur

Year Event

2003 EuroBasket

C

EUROPE events

Place

ALL

With Tony Parker, Nicolas Joakim Noah, Diaw, Batum, Boris and Ronny Turiaf NBA three other the roster, players on be a France could legitimate contenpodium. der for the But this “Parker ” has Generation renmissed so many 2003, dez-vous since injuries or because of s, mental weaknesse time are the sands of for them running out to finally deliver.

dès maintenant téléchargez Le FIBA ReGISTER en PDF pour

Last 10 FIBA / FIBA

Last Call for Parker and France?

Pantone Black

Ball

GLOBAL PARTNERS

FRANCE

Eyes

Pantone 172C

Pantone 1495C

Pantone 355C

C Pantone 122

Body shadows, mouth

Body, Eyes, shapes

Shorts, t-shirt

Head, shoes

J

N T

PAU GASOL

P

au Gasol is the biggest ever basketball years, he has legend in Spain. led the National In the last ten Team to a FIBA title (2006), a silver World Championship medal in the in EuroBasket competitions (2001, 2008 Olympic Games and four medals golden one of 2003, 2007 and 2009. Of course 2009), including he has also had level, winning two the plenty of success NBA championships as club fact, the only two with the Lakers times Pau did not in 2009 and 2010. spend the summer only two times In Spain did not capture with Spain were certainly call that the any medals (2005 being influential! and 2010). You can dous amount of In the NBA, Pau respect but the has gained a trementrue nature of his better player in game makes him the international an even context, where skill, smarts and his combination determination of turns him into he struggled a the ultimate weapon. size, bit during the first When week of EuroBasket and when he shifted 2009, Spain did back too; After the disappointment to his domination mode, Spain was of the NBA play-offs untouchable. revenge. That this year, Pau spells trouble for is hungry for everyone not in a Spain vest. NATIONAL TEAM STATS

2001-02 Fuenlabrada (Korac Cup) 2002-03 Vitoria (Euroleague) 2003-04 Vitoria (Euroleague) 2004-05 Vitoria (Euroleague)

NBA STATS

SEASON NBA Team

2005-06 Toronto Raptors 2006-07 Toronto Raptors 2007-08 Toronto Raptors 2008-09 Toronto Raptors 2009-10 Toronto Raptors 2010-11 Toronto Raptors

G MIN

10 17 19 22

2PTS

3PTS

FT RB AS 21 16-29 11-25 PTS 21 30-58 13-32 22-23 2.4 2.6 8.7 22 24-46 15-37 28-32 2.4 1.4 7.5 27 83-168 32-76 44-53 1.4 2.0 7.2 58-69 3.4 2.6 11.6

G MIN

64 77 82 68 68 68

2PTS

65

3PTS

FT RB AS 23 125-269 7-43 PTS 21 238-430 25-75 78-92 2.2 4.5 5.5 30 288-523 79-184 117-143 1.7 5.0 8.7 34 238-442 82-202 109-120 2.9 8.3 11.2 27 206-397 68-171 151-154 2.9 8.9 12.8 31 205-440 57-156 83-104 2.1 5.9 10.3 88-103 3.0 8.9 9.8

SERGIO LLULL Height: 1.90 Position: Point Guard / Shooting Guard Date of birth: 15/11/87 Place of birth: Maó

YEAR COMPETITION Team 2010-11: Real Madrid (Spain-ACB) 2001 G MIN 2PTS European Championship Career: Ricoh Manresa 3PTS 2002 FT RB AS 7 31 31-58 World Championship Manresa (Spain-ACB, (young teams), Ricoh PTS 7-25 38-51 2003 9 30 51-79 9.7 0.9 17.3 European Championship (Spain-LEB1, 2006-07),2005-06), Ricoh Manresa 6-18 52-76 2004 6 31 50-77 7.8 2.4 19.1 Olympic Games Real Madrid (Spain-ACB, 5-8 2007-2011) 40-59 7.5 0.8 2006 7 32 48-74 World Championship 25.8 3-9 52-71 7.3 1.1 2007 8 27 65-100 EuroBasket 22.4 0-3 alling him the “ultimate 40-60 9.4 1.4 2008 9 28 54-87 Olympic Games 21.3 5-8 fireman” would 46-65 7.0 2.2 2009 8 28 64-94 kind of insulting EuroBasket be 18.8 for his overall 29-47 1.1 1.8 9 26 61-92 talent but, EUROPEAN CLUB still, Llull is a man 19.6 4-9 COMPETITION STATS 34-61 8.3 1.2 for all types of SEASON CLUB (COMPETITION) Versatile (he can 18.7 missions. even defend on play both guard a small forward), 1999-00 F.C. Barcelona G MIN 2PTS positions, and consummate clutch energetic, a hard-nosed 3PTS 2000-01 F.C. Barcelona (Euroleague) 21 13 FT RB AS player, Llull fears 31-51 5-15 PTS (Euroleague) to the roof for no one. This 1.90m defender and a 14-23 2.1 0.3 6 26 34-49 NBA STATS spectacular blocks, 4.3 dynamo can jump 4-8 31-42 6.0 0.7 rush to the rim dunks or rebounds, SEASON NBA Team 18.5 in order to get hit big three-pointers, the foul, take care defense. He is 2001-02 Memphis G MIN 2PTS just what the doctor of the ball, and Grizzlies 2002-03 Memphis FT RB AS plays great 82 37 550-1059 3PTS ordered for any then, that he has PTS Grizzlies top level team. become, over the 2003-04 Memphis 82 36 568-1106 1-5 338-477 8.9 2.7 17.6 No surprise, unquestioned regular years, Real Madrid’s Grizzlies 2004-05 Memphis 78 31 502-1034 1-10 416-565 8.8 2.8 19.0 fans favourite on the Spanish Grizzlies and an 4-15 365-511 National Team. 2005-06 Memphis 56 NATIONAL 7.7 32 2.5 356-689 17.7 TEAM STATS Grizzlies 2006-07 Memphis 80 39 597-1182 1-6 282-367 7.3 2.4 17.8 YEAR COMPETITION Grizzlies 2007-08 Memphis 59 36 459-847 3-12 425-617 8.9 4.6 20.4 2009 G MIN EuroBasket Grizzlies 2PTS 3PTS 2007-08 L.A. Lakers 39 37 275-542 3-11 299-400 9.8 3.4 20.8 2010 FT RB AS World Championship 9 12 10-16 PTS 2008-09 L.A. Lakers 4-9 27 34 196-332 4-15 176-215 8.8 3.0 18.9 4-5 0.8 0.4 9 EUROPEAN CLUB 17 8-18 4.0 2009-10 L.A. Lakers 7-27 COMPETITION 81 37 591-1043 0-1 116-147 7.8 3.5 18.8 4-6 1.2 1.8 STATS SEASON CLUB 4.6 (COMPETITION) 2010-11 L.A. Lakers 65 37 452-839 1-2 343-439 9.6 3.5 18.9 2007-08 Real Madrid G MIN 2PTS 3PTS 82 37 592-1117 0-5 286-36211.3 3.4 18.3 2008-09 Real Madrid (Euroleague) FT RB AS 1-3 354-43010.2 15 8 10-21 PTS 3.3 18.8 0-6 2009-10 Real Madrid (Euroleague) 19 19 25-44 19-50 15-19 0.4 0.9 2.3 2010-11 Real Madrid (Euroleague) 18 21 33-50 28-67 25-27 1.1 2.2 6.9 (Euroleague) 23 28 57-125 34-99 21-29 1.2 2.0 9.5 58-69 2.3 3.0 22 11.9

C

DISPONIBLES en téléchargement

www.norac-presse.fr

Toujours Disponibles

pour

9€ Sur

14€ + frais de port

www.norac-presse.fr BON DE COMMANDE À RETOURNER AVEC MON RÈGLEMENT À : NORAC PRESSE – GUIDES FIBA – B.P. 25244 – 72005 LE MANS CEDEX 1 MA COMMANDE

Quantité

Prix unitaire

TOTAL

EUROBASKET 2011 (Guide EuroBasket masculin) X 15,00 $ EUROBASKET 2011 WOMEN (Guide EuroBasket féminin) X 15,00 $ FIBA EUROPE REGISTER 2011 X 19,00 $ FIBA EUROPE REGISTER 2010 X 14,00 $ FIBA EUROPE REGISTER 2009 X 14,00 $ FIBA EUROPE REGISTER 2008 X 14,00 $ FIBA EUROPE REGISTER 2007 X 14,00 $ FIBA EUROPE REGISTER 2006 X 14,00 $ FIBA EUROPE REGISTER 2005 X 14,00 $ EUROPEAN BASKETBALL GUIDE 2004 X 14,00 $ EUROPEAN BASKETBALL GUIDE 2003 X 14,00 $ EUROPEAN BASKETBALL GUIDE 2002 X 14,00 $ *FRAIS DE PORT UNIQUE (UN ARTICLE OU PLUS, UN SEUL TARIF) 3,00 $ MONtant TOTAL à régler

Je choisis mon mode de paiement n Chèque à l’ordre de Norac Presse n Carte bancaire N° Expire fin

Clè*

*clé : les 3 derniers chiffres figurant au dos de votre carte bancaire.

NOM : PRÉNOM : ADRESSE :

VILLE : CODE POSTAL :

PAYS :

E-MAIL : TÉL. (mobile ou fixe) :

MONTENEGRO

148 pages

Le profil de toutes les équipes et de tous les joueurs et joueuses !

GROUP A

■ ■ ■ ■ ■ ■

EUROBASKET

ÂGE :

Je peux aussi commander sur www.norac-presse.fr

(rubrique boutique)


05

édito

LES PROMESSES DE LONDRES Par Fabien FRICONNET, à Kaunas

Jean-François Mollière-FFBB/ ElioCastoria-Agence Castoria-FIBA Europe

D

ieu sait qu’on aurait aimé. On aurait voulu croire que le génie français, le French Flair, le momentum comme ils disent en Amérique – vous savez, ce petit truc – offrent un coup de pouce à nos Bleus, un peu de vent dans le dos. D’ailleurs, cela a peut-être été le cas mais on n’a pas pu le voir parce qu’en face, l’Espagne, n’est-ce pas, c’était trop. Trop grand, trop adroit, trop sûr de soi, trop expérimenté, trop tout, quoi. Tellement trop qu’il est difficile d’en concevoir une réelle tristesse, ni même une quelconque hostilité mal placée envers le vainqueur du jour. Quand il faut se résoudre, il faut se résoudre, les Bleus et leurs suiveurs l’ont fait, déposant leurs armes au pied du Seigneur, non sans lui avoir livré une bataille digne, dont on peut imaginer qu’elle en appelle d’autres. D’un peu partout ils avaient débarqués, chauds, gais et colorés, les supporteurs français. Certains de longue date, certains un peu plus tard, dont Yannick Noah, qui enchanta les nuits de Kaunas. D’autres le jour-même, dans un charter rigolard, où s’était glissé, presque incognito, Lionel Jospin, Premier ministre de la France de 1997 à 2002, et qui, en la circonstance, avait réservé son voyage comme tout le monde, d’un clic sur Internet, la carte bleue à la main. Quelques rasades plus tard, il n’y aura pas de pleurs. Plutôt, on le croit, le sentiment d’avoir pris part à quelque chose. Un vent, en effet, s’est levé de Siauliai à Kaunas, en passant par Vilnius, où partout les Bleus ont donné des leçons de basket et d’élégance, jusqu’à mettre dans leur camp – cela ne fit pas de doute pendant la finale – le très connaisseur public lituanien, convaincu, on le pense, que les Français ne sont plus seulement de spectaculaires funambules des basses plaines mais bien des talents d’élites équipés pour la haute-montagne. Sportivement, l’équipe de France est aujourd’hui sans conteste la deuxième meilleure nation européenne, puisqu’en vingt-et-une rencontres en 2011 – amicales ou officielles – elle n’est tombée qu’à trois reprises, et à chaque fois aux genoux de l’Espagne, ce qui la place – extrapolons – dans le Top 3 mondial, ou peu s’en faut. Elle a au passage réglé ses comptes avec tous ses bourreaux passés, qu’ils se nomment Allemagne, Italie,

Serbie, Turquie, Lituanie, Grèce et Russie, soit autant de médaillés ou de champions de la décennie écoulée, celle qui fut source de tant de déceptions pour la « génération Parker ».

au moins vers cet Euro 2013 que les Français entendent cueillir parce que, n’est-ce pas, c’est leur tour. Que les instances dirigeantes du basket français ne manquent cette fois pas le coche – on ne leur fait surtout pas de procès d’intention – comme en 2000, lorsque le soufflé de l’argent olympique de Sydney était retombé en quelques heures ; par la faute aussi, il faut le dire, des têtes d’affiche de l’équipe, peu enclines, au contraire de celles d’aujourd’hui, à porter la parole et l’image. Que le basket français de clubs se décomplexe, aussi, et s’abreuve à la source vitale. On est conscient que les équipes de club ne possèdent pas de Noah, de Diaw, de Batum et de Parker – puisque ces trois derniers, impliqués respectivement à Bordeaux, Nancy et Villeurbanne, vont vraisemblablement devoir sans tarder regagner la NBA si, comme cela se précise, le lock-out prend fin d’ici un mois – mais nous sommes persuadés, depuis des années, que le complexe d’infériorité et le fatalisme qui les habitent leur coûtent au moins autant que la maigreur de leurs bourses. Le basket français tient une chance unique dans ses mains. Qu’il la chérisse, car c’est un trésor… n

Le basket français tient une chance unique dans ses mains

Plus loin que les Jeux Un vent s’est levé, donc, qui la portera jusqu’à Londres et ses Jeux Olympiques puisque la France y est conviée, privilège rare car seulement douze sièges sont à prendre au banquet britannique. Et elle y sera scrutée et accompagnée. Les Bleus du basket gagnent – certes pas le titre – et séduisent. Ils attirent désormais le téléspectateur, ils intriguent TF1, ils font dresser le museau des personnalités du sport et bientôt – qui sait, peut-être déjà – un peu au-delà du monde du sport. Les audiences des Parker, Noah and co. doivent forcément donner des idées. Ceux qui voudront voler au secours de la victoire seront les bienvenus. L’équipe de France va désormais exister un an durant, elle qui a si souvent pâti à la fois de son manque de résultat et de visibilité. Et peut-être encore au-delà puisque Tony Parker, dont on pensait il n’y a pas si longtemps que les Jeux londoniens seraient son jubilé, a fait promettre à Joakim Noah de prolonger plus loin,


06

Spécial

LA FRANCE DEUXIÈME

DU BON ARGENT PO UN NOUVEAU DÉPA L’Espagne était trop forte. Reste que la campagne des Bleus est une franche réussite. Le meilleur résultat de l’histoire de l’Euro, une qualification pour les Jeux de Londres et un groupe motivé qui ne demande qu’à continuer l’aventure, ça fait un bien fou !

Jean.-François Mollière-FFBB/Agence Castoria-FIBA Europe

Par Thomas BERJOAN, à Kaunas


07

«

 On sera de retour, je sais qu’on va y arriver. » Tony Parker positive. Jusqu’à la finale, on a cru que l’Euro 2011 de l’équipe de France allait ressembler à un film de kung-fu dont le scénario, jouissif, aurait été franchement tiré par les cheveux. Trop gros pour être vrai. Imaginez le héros, qui se ferait tabasser au début par tout ce que le casting compte de gros bras. Des tôles, des défaites tellement cruelles qu’il serait légitime qu’il ne se relève pas. Lituanie en demi-finale 2003, Grèce en demi 2005, Russie en quart 2007 et l’Espagne en quart 2009. Et puis, sur un dernier tournoi, l’intrépide combattant s’offrirait tous ses anciens bourreaux, un par un et dans l’ordre s’il vous plaît, jusqu’à la confrontation finale. Lituanie en deuxième phase, Grèce en quart, Russie en demi, Espagne en finale, ça ne s’invente pas ! On a cru un temps à ce synopsis délirant, à la « happy end » ultime. « Ce que vous avez vu aujourd’hui, ce n’est que le début », corrige le meneur des Bleus. À écouter la star, on comprend en fait qu’un épisode de l’histoire de l’équipe de France s’est tourné avec la victoire contre la Russie et la qualification en finale. La fin du cauchemar qui avait commencé à 40 secondes de la fin de la demi en 2005 contre la Grèce et qui a entraîné le basket français très bas en 2008 avant de remonter depuis le début de l’ère Collet. « Avec l’équipe de France, c’était la première fois que je connaissais la défaite », expliquait TP avant la finale. « Mais c’est ce qui rend maintenant la victoire encore plus belle. Maintenant je me rends vraiment compte de ce qu’il faut pour gagner. Je suis content d’être passé par là. Toutes ces années ont forgé mon caractère, ça m’a donné une motivation de représenter mon pays. »

OUR   ART

14 victoires de suite

« On peut s’approcher encore du niveaudes Espagnols et, je l’espère, les détrôner un jour. Ça doit devenir notre objectif »

Vincent Collet

Aujourd’hui, la marche en avant a repris son cours après six ans d’errance. La France de Parker a repris la courbe ascendante qui était la sienne entre 2001 et 2005 et a atteint la deuxième marche du podium européen. Ce qui n’était pas arrivé depuis 1949, autant dire le siècle dernier, un autre monde. Et le résultat est d’autant plus convaincant que cet Euro était le plus relevé de l’histoire. Ce résultat est donc le meilleur de l’ère moderne à l’Euro, surclassé seulement par la médaille d’argent aux jeux de Sydney en 2000. « L’Euro est très très positif », reprend Parker. « On a fait 14 victoires d’affilée (préparation inclue), c’est le record du basket français, on bat toutes les grandes nations du basket européen, sauf l’Espagne malheureusement. Ce qu’on vient de faire, c’est énorme. Malheureusement, on n’a pas pu terminer en beauté mais moi ça me donne encore plus de motivation pour continuer et y arriver. » Le match perdu sans vraiment de regret face à une Espagne trop forte est en fait le début d’une nouvelle histoire pour le groupe. La première pierre. « C’est important de prendre date », annonce Vincent Collet. « C’est un encouragement pour le futur. Pour aller plus haut, il faut qu’on progresse tous, qu’on se remette en question. Avec le même type de préparation que cette année, on peut se préparer de bonnes années. On peut s’approcher encore du niveau des Espagnols et, je l’espère les détrôner un jour. Ça doit

>>>


Spécial

devenir notre objectif. » Voilà pour le programme des Bleus dans les années à venir : prendre la place de numéro un. Un challenge motivant et ambitieux. « L’Espagne nous a montré où on a envie d’être », assène TP. « On sait que la dernière marche, c’est la plus dure. Maintenant, c’est à nous de continuer à y croire, de continuer à revenir. Il faut qu’on joue tous les étés ensembles. Il faut que Joakim revienne et qu’on gagne de l’expérience. Il n’y a que comme ça qu’on y arrivera. Ce soir, c’est ce qui s’est passé. Dès qu’il y avait un peu le feu chez les Espagnols, ils ont l’expérience pour mettre la balle où il faut, mettre les paniers qu’il faut. Il faut enchaîner les compétitions. J’en ai déjà parlé avec Joakim, avec Bobo, tout le monde est motivé pour revenir parce qu’on n’est pas satisfait. On est satisfait de ce qu’on a fait, c’est génial pour le basket français, mais on veut encore plus. » Difficile aujourd’hui de présager du futur. Une chose est sûre. La réussite de cette campagne 2011 porte en elle les espoirs de demain.

tellement obsédé par cette victoire que je pense que j’ai déteint sur tout le monde et tout le monde m’a suivi. C’est normal, je suis le leader de l’équipe, c’est à moi de montrer la voie. » Au cours de son sixième Euro depuis 2001, Tony a servi de guide à ses coéquipiers, imprimant les slogans, la volonté immédiate de se plonger vers le match suivant dès la victoire en poche, la concentration de tous les instants, à l’entraînement, en séances vidéos, en match. « En dehors du terrain, j’étais beaucoup plus vocal qu’avant », reconnaît le meilleur scoreur du tournoi. « Parce qu’on avait pas mal de jeunes dans l’équipe, c’était important que je montre à tout le monde comment il fallait faire. J’ai pris de l’âge et je me sens responsable de tous les petits jeunes pour les aider au maximum pour faire des résultats. Je suis fier d’eux. » La solidité, la détermination nouvelle de cette équipe, illustrée sur le terrain par les victoires dures et arrachées à l’Italie, la Serbie, la Lituanie, la Turquie, la Grèce et la Russie ont été le fruit de ce Parker nouveau, revigoré par la qualité de l’équipe autour de lui, notamment avec l’éclosion de Nicolas Batum. « C’est vraiment la solidarité qui caractérise ce groupe », souligne Flo Piétrus, l’ancien de la bande. « Il y a eu beaucoup de moments difficiles et on ne s’est jamais désuni. Ça fait partie de notre vie de groupe et ça montre aussi notre détermination. D’autres années, on aurait perdu des matches par manque de confiance et d’expérience. » Un chiffre pour illustrer ces concepts difficilement quantifiables. La France a terminé meilleure nation parmi les 24 présentes à l’Euro… aux lancers-francs (81,3%) ! Devant l’Espagne (81,0) et l’Allemagne (80,1). Une véritable révolution ! « L’important désormais, c’est de conserver l’état d’esprit », notait Vincent Collet. « Je tiens à dire que je suis quand même très fier, j’ai eu là une équipe magnifique. Les deux groupes précédents, c’était déjà pas mal, en particulier 2009, mais là on a encore franchi un cap dans la maturité. »

Noah, le déclencheur

L’élément déclencheur de cette nouvelle dynamique reste incontestablement l’arrivée de Joakim Noah en sélection. Ce dernier, ainsi que le reste du groupe, a répété inlassablement qu’il n’était ni le messie, ni le sauveur. Un véritable tir de barrage asséné pour dégonfler le buzz people et les attentes déraisonnables quant à l’arrivée en Bleu du fils de Yannick Noah.

La victoire contre la Russie marque la fin d’un cauchemar commencé à 40 secondes de la fin de France-Grèce en 2005 Et effectivement, Joakim n’a pas été Superman. Il a été bon, très précieux même pour une première campagne, mais d’autres intérieurs ont été meilleurs que lui sur l’Euro. C’est d’ailleurs aussi le cas en NBA. Sa présence a toutefois changé beaucoup de choses. Déjà parce qu’il venait combler en équipe de France un vide sur un profil de joueur indispensable à toute équipe ambitieuse : un pivot de très grande taille de top niveau mondial. Surtout, et c’est en ça qu’on peut parler d’élément déclencheur, son arrivée a regonflé Tony Parker. À l’Euro 2009, TP savait que l’équipe ne pouvait pas prétendre jouer dans la cour des plus grands. Et le tirage de l’Espagne en quart avait plombé tout espoir de gratter une médaille « à la grecque. » Alors, le meneur des Spurs a mené pendant toute la saison 2010-11 un véritable lobbying auprès du Bull, relayé par Boris Diaw et d’autres. Quand Noah a dit oui, TP s’est mis en action. « On a ce qu’il faut pour réussir maintenant », racontait Parker après la finale. Armé de cette foi, Parker a débarqué au rassemblement avec une volonté et une envie plus fortes que jamais. « Libéré » tôt par la défaite précoce des Spurs en playoffs, il a bossé physiquement pour arriver affûté comme un jeune homme. Mentalement, il a aussi posé immédiatement son emprise sur le groupe. « J’étais

La bonne méthode

Avec cette équipe, coach Collet a pu se concentrer sur le basket. Le vestiaire était tenu et en ordre de bataille. Le sélectionneur a fait du très bon boulot. « Vincent a su créer un groupe, nous faire bien jouer ensemble, exploiter les qualités de tous les joueurs et nous donner cette confiance, nous montrer qu’on pouvait aller loin, tant qu’on était sérieux dans le jeu », affirme Boris Diaw, le capitaine. Le chantier principal, entamé dès 2009, était évidemment de doter les Bleus d’une attaque digne de ce nom. Aujourd’hui, la France joue au basket. Le collectif n’est pas toujours aussi léché que celui de l’Espagne ou de la Lituanie par exemple, qui par séquences, récitent des merveilles de basket FIBA, mais les progrès dans les variations de jeu, l’alternance intérieur-extérieur, la patience, les renversements, la fixation au poste sont indéniables. « Notre équipe est arrivée à un niveau où on peut jouer les deux baskets maintenant », note Parker. « On peut gagner en marquant beaucoup ou pas beaucoup de points. On peut gagner des matches pas très beaux comme la Grèce ou la Turquie et il faut être fier de ces victoires car la défense reste

J.-F. Mollière-FFBB/ T.Wiedensohler-Agence Castoria-FIBA Europe

>>>

08

l’atout numéro 1 de l’équipe. » Les Bleus terminent 3e meilleure attaque du tournoi (79,6 pts) derrière l’Espagne (85,2) et la Lituanie (81,6). « Vincent a été nickel », poursuit le meneur de la France. « Il arrive à installer sa patte tout en nous écoutant. Il cherche toujours à savoir ce dont on a besoin. Il essaye de nous mettre dans les meilleures dispositions. C’est la meilleure équipe de France qu’on a eu en attaque depuis… en tout cas, moi, depuis que je suis en équipe de France, on n’a jamais tourné à plus de 80 points en attaque. Ça, c’est à mettre à son crédit. » Vincent Collet s’est montré à la hauteur. La campagne 2010 portait en elle des doutes et des réserves désormais balayés par cette médaille d’argent. « Je pense que cette équipe m’a permis de grandir, je m’en réjouis », reconnaissait le sélectionneur. On a même parfois eu l’impression que Collet planait de bonnes surprises en bonnes surprises au gré des victoires de son équipe, emporté lui aussi dans l’obsession de Parker. « Quand tu es coach, tu dépends beaucoup de ton groupe, tu l’animes, tu le fais vivre mais j’ai eu l’opportunité d’avoir une équipe remarquable. C’est que du bonheur, pour moi pour mon staff dans son ensemble. Je savoure ces


09

« J’étais tellement obsédé par cette victoire que   je pense que j’ai déteint sur tout le monde » Tony Parker

moments-là, j’en profite aussi. C’est un privilège et je le prends comme tel. J’essaye de profiter de chaque minute. Même nos séances de vidéos tardives ne sont pas des contraintes, on est content de le faire. Il y a du plaisir. » En dépassant largement l’objectif fédéral qui était de finir dans les six premiers pour accrocher le wagon du tournoi qualificatif pour les Jeux, Vincent Collet fait de son mandat une réussite brillante. La France va participer aux J.O. pour la première fois depuis 2000 après deux échecs consécutifs. « On voulait aller à Londres et on y va par la voie royale », sourit le coach. « On a montré de belles choses qu’il faudra confirmer. » Surtout, ce succès au bout de trois ans de travail, sauf catastrophe l’année prochaine, devrait permettre à l’équipe de travailler sur une véritable continuité. La qualification pour l’Euro 2013 est en effet en poche et les joueurs pensent

déjà à la suite. Par exemple, avant l’Euro, Flo Piétrus avait annoncé vouloir mettre un terme à sa carrière internationale après les Jeux. « Non, pas du tout », objecte-t-il aujourd’hui. « Après réflexion, j’ai parlé avec Tony qui m’a dit : « Flo, si tu dois prendre ta retraite, tu la prends après 2013 ! » Je pense qu’il a raison. 2012 sera magnifique et 2013, l’Espagne ne sera peut être plus pareille, les Gasol, avec 2014 chez eux, vont peut être faire l’impasse… C’est peut être à nous d’enchaîner les médailles. »

Accumuler de l’expérience

Parker a annoncé vouloir jouer en Bleu jusqu’en 2015-16. « Le seul truc qui nous manque, c’est un peu d’expérience », affirme-t-il. « Joakim Noah, c’est sa première compétition internationale, tu ne peux pas lui demander de tout faire contre un Gasol qui joue ces compétitions depuis 15 ans ! Chez nous,

personne n’avait jamais joué de finale. Moi, j’ai joué 3 finales NBA donc je sais un peu comment gérer. On va apprendre. » Après la défaite, le plus marqué – et pas seulement parce qu’il arborait un beau cocard sous l’œil gauche – était Joakim Noah. La défaite le minait, ça se voyait. Dans la culture américaine, le second, c’est le premier perdant. Demandez à LeBron James ! De l’autre côté de l’Atlantique, seule la victoire est belle. Pas de médaille pour les deuxièmes et troisièmes. Tout ça se sentait sur le visage de Jooks, double champion NCAA avec Florida. « Ça ne fait pas longtemps qu’on joue ensemble, mais vivre ces moments là, même si ça fait mal quand on perd la finale, on sera meilleurs la prochaine fois. Ça donne envie. » L’expérience ne se travaille pas, elle s’acquiert. Au prix fort. La finale a montré la direction. « Il faut qu’on progresse encore en intelligence, on n’a pas beaucoup de joueurs qui ont joué des matches comme la finale », faisait remarquer coach Collet. « Des petites erreurs qui font mal quand elles s’ajoutent. » Des fautes, des balles perdues, des rotations défensives. L’Espagne qui a joué quatre finales de suite majeures entre 2006 et 2009 n’avait pas ces problèmes. « Les JO, ça va être génial, ça va nous amener de l’expérience, ça va nous amener des grands matches », positivait Parker. « Il faut qu’on continue à engranger des grands matches, il faut que toute l’équipe prenne l’habitude de jouer des grands matches pour être là pour les grands rendez-vous. » Comme en 2009, dès la fin de la compétition, Vincent Collet se projetait déjà avec envie sur la prochaine échéance. Avec en tête, déjà, des améliorations possibles. « Il y aura peut-être deux ou trois retouches, à partir de l’ossature qui a réussi à aller chercher la médaille d’argent », nous explique-t-il. Parker lâche les noms de Ronny Turiaf, Rodrigue Beaubois, repris par Collet, et aussi Yannick Bokolo. « C’est important dans la profondeur d’avoir un peu plus de personnel », poursuit l’entraîneur des Bleus. D’autres pistes sont explorables pour progresser. « J’ai beaucoup de travail à faire », relevait par exemple Noah. « Je suis arrivé, je n’étais prêt comme je le voulais à cause de mes problèmes de cheville. J’espère être à 100% l’année prochaine et avec maintenant un peu d’expérience du jeu européen. Je prends trop de fautes dans le jeu de post-up, c’est chiant mais il faut que j’apprenne, que je regarde des vidéos. » Enfin, l’émergence sur ce tournoi de Nicolas Batum a un niveau de classe mondial est évidemment une excellente nouvelle. Si sa progression se maintient dans les années à venir, les Bleus pourront compter sur deux véritables stars car Parker n’entend pas de son côté lever le pied après son meilleur Euro en Bleu. Pour la première fois, il termine meilleur marqueur et dans le meilleur cinq de la compétition (distinction instaurée en 2005). « On avait l’impression que c’était notre année, on était motivé, et on a tout fait pour réussir », conclut TP. « Et je pense que cette envie va rester parce que quand tu goûtes à une finale, t’as envie de revenir et de monter sur la première marche. Plus tu perds, plus ça monte, plus tu as envie de réussir. » Rendez vous à Londres ! En attendant, « cette médaille, je ne suis pas prêt de l’oublier ! », lâche Vincent Collet. Nous non plus. n


Spécial

10 ESPAGNE BAT FRANCE 98-85

ILS ÉTAIENT TROP FO passent la seconde et derrière un chassé-croisé de quelques minutes, Calderon marque le premier tir à trois-points d’une Espagne qui reprend la main (1110, 5e), pour ne plus jamais la lâcher.

C’était le match que toute l’Europe attendait. La rencontre, la vraie, entre les deux meilleures équipes du tournoi. Et si les Français peuvent quitter la Lituanie la tête haute, l’Espagne a démontré une fois de plus qu’elle évoluait encore un niveau plus haut.

86 points pour le 5 majeur espagnol

Par Florent de LAMBERTERIE, à Kaunas

J.-F. Mollière-FFBB/T.Wiedensohler -Agence Castoria-FIBA Europe

Jusque-là très moyen (5,9 pts, 3,2 rbds et 2,7 pds sur l’ensemble du tournoi), le meneur des Raptors réalise d’ailleurs son meilleur match de l’Euro (17 pts à 8/12), à l’image de tout le cinq majeur, au diapason pour jouer le match le plus important de la compétition. « Un très, très gros cinq majeur », jugeait Charles Kahudi la médaille en poche. « Les joueurs du banc sont bons mais c’est vraiment le cinq majeur qui a fait la différence. » Auteur de 86 des 98 points de l’équipe (53 points pour le cinq français), la première lame espagnole était particulièrement affutée ce soir-là. Pas vraiment une surprise pour des joueurs habitués depuis longtemps à jouer et gagner des finales. Pas forcément attendu à ce niveau-là eu égard à ce qu’il avait montré précédemment, Jose Calderon, auteur d’un excellent début de match, a forcé Tony Parker à lâcher des forces en défense. Par ses nombreuses coupes au panier ligne de fond et les points faciles qui vont avec (7/8 à 2-pts), Rudy Fernandez a posé des problèmes insolubles aux Français. Quant à Navarro, sur un nuage depuis son arrivée à Kaunas, il a encore démontré qu’il n’y avait pas grand-chose à faire lorsqu’il était en état en grâce (27 pts), malgré un Nicolas Batum qui a su rester à son contact. Quand il sort des deux, voire des trois écrans que lui posent ses coéquipiers, son bras n’a jamais flanché. Et même en un-contre-un, la Bomba n’a eu besoin que d’un demi-pas de dégagement pour dégainer sur la tête de Nicolas. Enfin, à l’intérieur, les frères Gasol eux-aussi, ont sorti l’artillerie lourde.

«

 On a peut-être une possibilité de gêner l’Espagne, à condition de faire un très grand match et qu’elle ne fasse pas le meilleur match possible. » Samedi matin, veille de la finale, Vincent Collet résumait en une phrase ce que l’ensemble du basket français espérait pour ses protégés. Derrière ce vœu pieux, une vérité : celle de reconnaître qu’à son top cette Espagne au complet est tout simplement intouchable, y compris pour une équipe de France sans doute plus forte que jamais et qui aura eu le mérite de se jeter dans la bataille à corps perdu, histoire de s’éviter tous regrets. Et malgré la

Ibaka, le renfort de trop

Batum et les déception du résultat final, nos Bleus n’ont pas à en Bleus n’ont avoir. pu franchir Ce sont d’ailleurs eux qui rentrent le mieux dans l’obstacle le match. Alors que les Espagnols débutent leur espagnol (ici, troisième finale européenne consécutive par Marc Gasol) une balle perdue, la France choisit de pilonner à l’intérieur, Joakim Noah et Boris Diaw s’offrant tour à tour un caviar pour monter au dunk. Un 4-0 initial qui sera le plus gros écart du match pours des Français qui auront su exploiter au mieux la seule minute de fébrilité des Espagnols. Ensuite, les champions d’Europe déroulent. Navarro et les frères Gasol

Sur ce match plus que sur tout autre, la doublette Gasol a montré qu’elle était sans doute la meilleure paire d’intérieurs au monde. Plus grand et plus technique que Noah, Pau n’a jamais semblé réellement inquiété par le pivot français. Lorsque Noah lui laissait du champ, l’intérieur des Lakers lui shootait sur le museau. Lorsque le Français tentait de réduire, Pau le poussait à la faute sur son jeu en post-up, jusqu’à sortir Noah en fin de match. Les Bleus ont bien tenté quelques aides sur Pau, sans succès. Mais l’impact des Gasol était prévu, sauf peut-être ce shoot à trois-points de Marc balancé à deux

« Je pense que ce soir, l’Espagne était intouchable » Vincent Collet


11

FINALE

LE CHIFFRE

ORTS

Fernandez à deux doigts de l’expulsion

Autre élément de supériorité espagnole, l’agressivité et l’intelligence défensive déployée tout au long du match. Moins sévère en un-contre-un que peuvent l’être les Français, l’Espagne déploie une défense collective absolument étouffante. À l’extérieur, la vitesse des Rubio, Llull, Fernandez, Navarro et consorts a permis aux hommes de Scariolo de contester toutes les positions et d’effectuer une pression constante sur le porteur du ballon et les lignes de passe (15 pertes de balle pour les Bleus). Nicolas Batum a particulièrement souffert du harassement espagnol (10 pts à 4/11 aux shoots) à l’origine de l’incapacité française à dérouler ses systèmes. À l’intérieur, si Noah a réussi à faire parler sa verticalité lors des quelques bons décalages dont il a pu profiter, les impacts sur les prises de position françaises ont montré les limites d’un Séraphin ou d’un Traoré à ce niveau (4/11 en cumulé pour eux). Et quand cela ne suffit pas, pas d’état d’âme à puiser dans la boîte à gifles, à l’image de cette antisportive sifflée contre Fernandez après que ce dernier eut balancé Tony Parker au sol en le tirant par le coup (18e). « Elle m’a beaucoup gêné parce que je trouve que ça méritait une expulsion », estimait Vincent Collet. « Ils ont été prêts, très, très physiques », jugeait de son côté Parker. « Ils ont usé trois joueurs pour me tabasser. C’est bien. Il faut se servir de cette leçon. La prochaine qu’on jouera en finale, il faudra être plus dur, plus physique, plus méchant. »

Outre « l’exemple » de la dureté nécessaire à ce niveau qu’elle a montré, l’énorme faute de Fernandez a eu le mérite de redonner du cœur aux Bleus. Énervés par l’acte – Diaw récoltant même une technique au passage – les Français ont bien rebondi sur ce fait de jeu en revenant à cinq longueurs des Espagnols (46-41, 19e), Batum arrachant même un ballon des mains de Navarro de façon un peu limite en profitant de l’indulgence des arbitres. Plus globalement, les Bleus ont eu le mérite de ne jamais lâcher et de tout faire pour revenir au score pendant le match, repassant plusieurs fois sous la barre des dix points (-6 à la 25e, -9 à la 29e). Mais l’Espagne était décidemment trop forte et à une minute du terme, Vincent Collet ouvrait son banc hisLa terrible faute de Rudy sur TP. L’Espagnol aurait pu être disqualifié.

toire de faire participer Albicy et Tchicamboud à la fête. « Je pense que ce soir, l’Espagne était intouchable », reconnaitra le coach des Bleus après coup. « Elle était à son apogée, les joueurs majeurs sont encore en grande, grande forme à l’image de Navarro qui n’a peut-être jamais joué à ce niveau-là. Je crois qu’on fait un vrai bon match mais sur la profondeur ils nous sont supérieurs. » Avec seulement 13 points d’écart à l’arrivée, les Bleus n’ont pas à rougir de leur prestation. « On doit monter d’un cran, jouer encore plus physique », concluait Tony Parker, les Jeux de Londres en arrière-pensée. « Il faut qu’on ait plus faim ! » Un an, ce devrait être assez long pour aiguiser les appétits. Et prendre une revanche sur ces mêmes Espagnols. n

« Ils ont usé trois joueurs pour me tabasser. Il faut se servir de cette leçon » Tony Parker

J.-F. Mollière-FFBB/ L.Kulbis-Agence Castoria-FIBA Europe

mains en fin de possession (25-17, 9e). Ce qui était peut-être moins attendu, c’était l’impact de Serge Ibaka, notamment sur le deuxième quart-temps. « Serge Ibaka nous a fait très mal », reconnaissait Vincent Collet une fois le match terminé. « En première mi-temps, c’est lui qui nous a repoussés dans les cordes. On était en train de revenir complètement dans le match et ses actions de contre nous ont à nouveau éloignés. » Plus rapide et plus athlétique que les deux Gasol, et doté d’une superbe lecture défensive, Ibaka a asséné cinq contres en moins de cinq minutes, sur cinq joueurs différents (respectivement De Colo, Séraphin, Batum, Parker et Noah). Une tour de contrôle qui a jailli en deuxième rideau et privé les Bleus de dix points faciles qui auraient pu leur permettre de passer devant. On pouvait s’interroger un moment sur l’utilité de « griller » la place de naturalisé en préférant Ibaka à Nikola Mirotic, le jeune intérieur du Real Madrid. Pas sûr que le débat ait encore lieu après cette finale. « Les deux frères Gasol, c’était déjà énorme », s’exclamait Charles Kahudi. « Ibaka, ils n’étaient pas obligé de le rajouter ! » Un beau compliment pour le joueur du Thunder qui, pour l’anecdote, fêtait son anniversaire le jour de cette finale.

25

Le nombre de points marqués par l’Espagne sur chacun des trois premiers quarts temps (23 sur le quatrième.) Une régularité remarquable, qui montre à quel point la machine de guerre espagnole sait jouer les rouleaux compresseurs quarante minutes durant, sans jamais connaître de baisse de régime.


12

Spécial

LA PARADE DES BLEUS « Pour nous, en Lituanie, c’était dur de réaliser l’engouement qu’il pouvait y avoir autour de l’équipe en France », confiait Tony Parker, de retour dans l’Hexagone. Mais lundi dernier, à peine descendus de l’avion, les Bleus ont pu se rendre compte que leur performance n’était pas passée inaperçue. Oui, ce n’est pas une parade « made in NBA » mais l’équipe de France s’est tout de même offert un bain de foule sur les Champs-Élysées. La suite ? Une conférence de presse puis une séance de dédicaces au Nike Store. La suite ? Direction les studios de Canal où les Bleus étaient attendus sur le plateau du Grand Journal. La suite ? La soirée s’est prolongée au célèbre Queen. Et maintenant la fin ? On ne l’espère pas. Ces Bleus-là méritent qu’on ne les oublie pas. Par Yann CASSEVILLE, photos Hervé BELLENGER-IS-FBBB


LE RETOUR DES héros

13


Spécial

14 VU DE FRANCE

LES BLEUS ONT SÉDU Joueurs, entraîneurs d’hier et d’aujourd’hui, institutionnels, tous ont salué d’un seul élan la superbe campagne des Bleus à l’Euro, et pointé l’importance de cette médaille d’argent pour l’ensemble du basket hexagonal. Propos recueillis par Jérémy Barbier, Yann Casseville, Antoine Lessard,   Claire Porcher et Frédéric Tripodi.

• « Tu es toujours déçu de perdre en finale mais il

Emmeline Ndongue (Internationale)

une belle constance dans la qualité de jeu et un fonctionnement d’équipe de très grande qualité. Chacun a fait sa part de travail au service du groupe…C’était une belle finale. Les Français ont simplement obligé l’Espagne à être extraordinaire. Les occasions de recroiser l’Espagne reviendront, les chances de médaille également et ils ne sont pas loin d’inverser la tendance. Ce groupe a l’avenir devant lui.»

Mollière

faut se rendre compte que l’équipe de France a été battue par une équipe encore plus forte qu’elle. L’équipe de France a plutôt fait un bon match, même si défensivement, elle était peut-être un peu plus en dedans. Ce qui a vraiment manqué, c’est l’expérience des finales et la capacité à jouer ensemble de manière relâchée au plus haut niveau quand il le faut. Pour l’instant, l’Espagne est encore un ton au-dessus de l’équipe de France. Mais j’étais hyper content de voir enfin une équipe de France à la fois talentueuse, athlétique, adroite, intelligente, expérimentée et solidaire. »

Jean.-François

Mollière

« Un état d’esprit magnifique »

d’argent est très méritée, elle reflète vraiment l’état d’esprit avec lequel ils ont attaqué le championnat d’Europe. Même s’ils finissent ce tournoi sur une défaite, je suis très fier. On a joué à notre niveau mais l’Espagne était au-dessus. L’avantage qu’ils ont par rapport à nous, c’est cette harmonie naturelle qu’ils ont développé depuis de très longues années. Nous utilisons beaucoup de gaz pour revenir dans le match et c’est difficile de rester lucide dans ces moments. »

« Le pied intégral »

Jean.-François

Vincent Masingue (International 2002-06)

• « La France fait

une belle finale mais c’était compliqué de jouer contre les Espagnols. Ils auraient pu shooter les yeux fermés sur un pied, cela aurait été pareil. Mais je suis fière de cette équipe de France qui a su montrer des qualités collectives très intéressantes. C’est bien pour le basket français, c’est bien pour nous aussi, les filles, car malgré les résultats, sans les garçons, on a du mal à exister. Les Jeux, c’est le rêve de tous les sportifs. Il n’y a rien de mieux, c’est le pied intégral. J’espère qu’on les rejoindra. »

« On a un an pour travailler »

• « Cette médaille est une formidable nouvelle mais

il faut demeurer prudent. En 2007 et les années précédentes on a toujours été dans le coup. Cette année, on n’a pas fait de quartier jusqu’à la finale. C’est extrêmement positif. Il ne doit pas y avoir une deuxième nation, et depuis longtemps, qui termine sur le podium avec ses équipes nationales féminine et masculine : le basket français ne se porte pas si mal que ça. Mais ça ne date pas d’aujourd’hui ! Simplement, on n’arrivait pas à le concrétiser. Ce qu’il nous a toujours manqué ce sont des résultats dans la continuité pour devenir une grande, une très grande nation de basket et pouvoir promouvoir les choses. Avec le lock-out, j’espère que les joueurs qui vont revenir seront sur nos parquets et qu’on pourra les mettre en valeur. On a un an pour travailler, planifier, « marketter ». On sait où on va. »

Jean-Luc Monschau

(entraîneur du SLUC Nancy)

 « Ce groupe a l’avenir devant lui »

• « Il y a eu un parcours remarquable sur la durée,

Catherine Steenkeste

Yannick Bokolo (International)  « Pas de regrets à avoir » •  « La médaille

Jean-Pierre De Vincenzi

(Directeur Général FFBB)

Robert Monclar (International 1950-60)  « Je me suis régalé »

• « Dans mes conversations familiales et autres,

avec Jacques par exemple, j’ai dit au premier coup d’œil que je n’avais jamais vu une équipe de France aussi forte. Avant même que cela ne commence. Pendant le tournoi, je me suis régalé. Ils sont tombés en finale contre des mecs qui étaient encore un peu plus rapides. Je me force à ne pas être trop chauvin, l’Espagne est une équipe remarquable. Disputer les Jeux Olympiques, c’est un but à atteindre dans une vie sportive. J’en ai disputé trois. Chaque fois, c’était le même plaisir. Ce sont des joies et des plaisirs terribles. Je pense que ça n’a pas de prix, quel que soit le résultat. »

Cyril Julian (International 1996-06)

« Ne pas se brûler les ailes » • « La finale a été dominée de la tête et des épaules par

l’Espagne mais la France n’a pas démérité. Ce qui me fait rêver dans cette équipe espagnole, c’est que beaucoup des joueurs jouent en Espagne… L’équipe de France a montré qu’elle était au niveau des très grandes nations en vue des Jeux Olympiques…L’or au prochain championnat d’Europe est envisageable. Mais il ne faut pas se brûler les ailes. Il faut être humble devant les Jeux, prendre toutes les situations qui se présentent et jouer sa carte à fond. »


15

réactions

• « J’ai trouvé cette équipe formidable. Ils ont joué

du beau basket. Parker, c’est sa meilleure campagne. Et il y a l’arrivée de Joakim Noah : on pourrait attendre parfois mieux en attaque de lui, mais sa défense, ses rebonds, ce sont déjà beaucoup de choses qu’il a apportées… Cette médaille ça fait du bien au basket français. Il faut encore améliorer la technique de quelques joueurs. Mais déjà, cette équipe replace la France sur la carte du basket, une place qu’elle avait perdue depuis de nombreuses années déjà. »

Richard Dacoury (International 1981-92) « Ils sont beaux, jeunes, talentueux et sympas »

• « C’est un pas important pour le basket français.

Tony et sa garde rapprochée, Boris, Ronny, ont su fédérer la nouvelle génération. Le tout encadré par une fédération qui a su mettre des moyens, être patiente pour atteindre ses objectifs. Après,

• « Une médaille d’argent au championnat d’Europe,

• « J’ai pris du plaisir

parce que ça respirait quelque chose de cohérent, de sain, de construit. On sent une équipe intelligente, qui joue bien au basket et qui est là pour gagner. Parker, un joueur hors norme, a mûri en leadership, sur le fait de communiquer, passer dans les chambres de tout le monde... Et en termes basket la plus grosse révélation c’est Batum, offensivement c’est un talent exceptionnel. Avec Gelabale, très précieux, De Colo qui peut être extraordinaire, c’est équilibré du poste 1 au poste 5. C’est une génération qui a manqué quelques rendez-vous, mais cette génération, avec Noah, le chaînon manquant, le pivot qui faisait défaut, elle peut faire de très belles choses. C’est une équipe qui fait plaisir, à laquelle on a envie de s’identifier. »

Dounia Issa (International 2008)

« Le basket francais au sommet »

Christian Baltzer (International 1954-67) « Un travail de longue haleine »

• « Je me sens rajeunir ! Cette équipe fantastique,

on sentait dès le début qu’elle était soudée, qu’elle ne doutait pas. Pour une fois, tous les ingrédients étaient réunis. Il manquait un grand pivot. Avec Joakim Noah, on a changé de braquet... Vincent Collet, c’est un enfant d’adoption, je ne doutais pas de ses qualités. C’est un passionné, un grand technicien et un grand travailleur. Les J.O., c’est quelques chose de fantastique. J’avais 20 ans à Melbourne (1956), c’était le rêve : rencontrer les vedettes de tous les sports du monde entier, un patchwork du monde... Les Jeux c’est autre chose. Ils vont s’en rendre compte et ils le méritent. »

Jean-Pierre Goisbault (President UCPB)

« La mayonnaise a pris»

• « Cette équipe dégage une force de caractère,

un état d’esprit, une volonté et un comportement irréprochable. Pour le basket français c’est vraiment formidable. On attendait ça depuis des années. La mayonnaise a plus que bien pris… Vincent, ce n’est pas quelqu’un qui s’extériorise, c’est quelqu’un de discret, mais il a fait un super boulot, il a réussi à faire jouer cette équipe ensemble, à s’exprimer. Tony Parker y est pour beaucoup aussi, c’est un vrai leader, quelqu’un qui est heureux de porter le maillot. Il est plus français que tous les Français et ça, c’est très bien. »

François Brassamin (responsable basket à L’Équipe)

« Ça va booster le basket français pendant au moins un an » • « C’est une très très grande

performance, parce que cette équipe d’Espagne c’est un peu celle qu’on a vu en finale des J.O. en 2008… Le billet direct pour les Jeux de Londres alors qu’il n’y a que deux équipes européennes, c’est quand même absolument fantastique, ça va booster le basket français pendant au moins un an. Tous les joueurs vont vouloir aller à Londres, il va y avoir une attention particulière autour des joueurs de l’équipe de France. Évidemment le basket français en avait grand besoin, s’il y avait eu crash, ça aurait été terrible. Mais franchement au niveau de la façon dont ça s’est passé, de l’image renvoyée, c’était très bien. »

• « C’est une grande joie de revoir le basket français au sommet, à la place où il doit être avec les joueurs qu’on a. C’était le championnat d’Europe le plus relevé de l’histoire. La place aux J.O., il fallait vraiment la mériter. Et ils l’ont eue par la voie royale en battant toutes les grandes équipes. Quand on voit le niveau de l’Espagne. N’importe quelle équipe, hors Américains, aurait pris 30 ou 40 points. »

Erman Kunter (entraîneur de Cholet) « Quelque chose dont le basket   français avait besoin »

• « C’est mérité parce que l’équipe de France, sauf

contre les Espagnols, a gagné tous ses matches. La finale et cette médaille d’argent, c’est quelque chose dont le basket français avait besoin. Comme on n’a pas beaucoup de résultat dans les coupes d’Europe, cela va aider un peu. En finale, on a vu les deux équipes qui ont le plus gros potentiel. Maintenant, il faut essayer de garder le groupe et jouer les Jeux qui seront très importants. L’équipe de France va faire un gros coup je pense. »

Francis Jordane

(entraîneur des Bleus 1987-91)

« Une équipe avec une conscience positive » Hervé Bellenger / IS

on a tellement fait de pas pour le basket français et on n’a tellement peu conclu ou su conclure que je reste mesuré, mais en tous cas les ingrédients sont là…Ils sont beaux, jeunes, talentueux et sympas à la fois. Ces gamins ont les épaules larges. Je suis très optimiste, mais conscient de la réalité des choses. »

c’est énorme ! En plus, ils ont donné du plaisir aux gens qui ont regardé la finale. L’image d’un groupe soudé, avec l’envie de faire quelque chose, tout le monde tirait dans le même sens : une belle image. C’est très important les Jeux. Pour eux, c’est quelque chose d’énorme parce que ça fait un moment qu’ils courent après cette qualification. On sait qu’ils vont vivre une aventure exceptionnelle, ils ne l’oublieront jamais »

/ IS

« Une équipe formidable »

« Une belle image »

Hervé Bellenger

André Buffière (International 1946-55)

Laurent Foirest (International 1995-06)

« Une équipe à laquelle on a envie de s’identifier »

Jean-François Mollière

UIT

Yann Bonato (International 1993-2000)

• « Ça m’a fait chaud au cœur d’autant plus que

j’avais confiance en cette équipe pour la première fois. Elle m’a passionné par rapport au talent des joueurs, leur technique. Ce qui fait la différence, parce que c’est une équipe qui est jeune malgré tout, je les ai qualifié « d’équipe avec une conscience positive » parce que c’est une équipe avec une grande stabilité émotionnelle, qui ne se pose pas de questions et qui joue jusqu’au bout. On n’a jamais eu des joueurs avec tous ces paramètres. » >>>


Spécial Christian Monschau

Max Dorigo (International 1958-66)

Alain Béral (Président de la LNB)

• « Avant qu’il parte, Vincent Collet m’a donné un

• « On est très fiers d’eux, pour le basket français bien entendu, d’autant plus que 11 des 12 joueurs qui étaient sur le terrain ont été formés par les clubs de la ligue. Pour nous, c’est une reconnaissance. Au-delà de la médaille d’argent, on est fier de la manière dont ça s’est passé, de la cohésion, de l’esprit qui a généré un engouement, enfin, pour montrer que ce sport est beau, est esthétique. (…) On avait besoin de cela, maintenant il faut continuer. Tout reste à faire et on a envie de le faire ! (…) Cette équipe d’Espagne était injouable. Ce sont des extra-terrestres. Je crois que même l’équipe des États-Unis ne serait pas passée. Il faut que Navarro vieillisse très vite pour qu’il nous laisse tranquille ! »

maillot dédicacé de toute l’équipe, je lui ai demandé parce que j’avais confiance en cette équipe…Ce qui m’a énormément plu c’est le groupe, et là je tire mon chapeau à Vincent qui a réussi à créer un groupe. J’avais demandé à Vincent « qu’est ce qu’il va vous manquer ? » il m’a dit « ce qu’il va nous manquer, c’est un pivot », et Noah a été un apport fantastique parce que sans Noah, on n’aurait pas fait ce résultat, c’est un garçon formidable. »

Gérard Bosc

(Historien du basket français)

« Un point de départ »

• « Pendant longtemps, on a tournicoté autour des

choses. Là, c’est un point de départ pour le basket français, après la multitude des réussites qui se sont accumulées ces dernières années. On a le sentiment diffus d’appartenir à une famille sportive forte. Cette compétition a marqué incontestablement le basket français. Si on a une équipe olympique, c’est que derrière, on a un répondant qui s’est constitué petit à petit. Ce n’est pas quelque chose qui est arrivé, posé comme cela. »

(entraîneur de Gravelines-Dunkerque)

« Le résultat et la manière »

« Un championnat très relevé »

• « C’est une très belle campagne mais j’ai envie

Hervé Bellenger / IS-FFBB

« Vincent a réussi à créer un groupe »

Didier Gadou

(International 1988-95)

« Une locomotive »

• « Ils ont réalisé une belle performance qui leur ap-

partient, c’est quelque chose de très important pour leur génération et pour le basket français. Une médaille d’argent à un championnat d’Europe, surtout celui-ci qui est très dense, c’est une vraie grosse performance. (…) Depuis 5-6 ans, pour des raisons X ou Y, on n’a jamais l’équipe qu’on imagine. Là, on ne l’a pas encore tout à fait, mais le potentiel maxi de l’équipe est presque atteint. Ils avaient beaucoup communiqué sur le coup à faire, aller aux J.O. et le titre, et ils ont répondu présent. »

• « L’équipe de France

Hervé Bellenger

IBA Europe

français moderne depuis la finale des Jeux olympiques en 2000. Cela a été la mobilisation d’un groupe et derrière, un gros travail depuis le début, du staff et de la fédération avec la problématique des assurances. (...) En se qualifiant pour les J.O., on sait que derrière, on a quasiment un an pour travailler dans la durée. On va travailler avec les clubs de Pro A, Pro B, essayer d’organiser le championnat d’Europe de 2015 et de monter en puissance sur les grandes arenas. (…) Notre objectif a minima, c’était la qualification pour le TPO. Mais on a vu très très vite que les joueurs étaient très concernés pour aller chercher quelque chose. Aux Jeux, tout est possible. Les joueurs savent qu’ils ont une équipe, un vrai groupe qui peut encore progresser et élever son niveau. Pour 2013 et en 2015 à la maison, dans un Palais des Sports de Bercy relooké, ce sera extraordinaire. »

« Une performance   qui leur appartient »

gence Castoria-F

• « C’est un exploit, une des plus grandes pages du basket

« Ils sont allés   au bout   d’eux-mêmes »

a fait un très beau parcours et nous a très bien représentés. Dans le résultat, historique, dans l’attitude et dans la qualité du jeu développé. (…) Le plus satisfaisant c’est que les basketteurs français qui ont un peu l’image de joueurs surévalués, ont eu une attitude, une solidarité et un engagement exemplaires. (…) Ils ne sont pas si loin de l’Espagne… Sur l’euphorie, ils auraient pu faire un truc. Mais ils sont allés au bout d’eux-mêmes. On ne peut pas demander plus à un sportif.» Mollière-FFBB/A

« Un vrai exploit »

Stéphane Risacher (International 1991-01)

Pierre Vincent (entraîneur des Bleues)

Jean-François

Jean-Pierre Siutat (Président de la FFBB)

accompagne en préparation à Pau dans la construction de l’objectif 2012 et sincèrement, voir cette équipe atteindre son but, ce n’est que du bonheur. Je leur dit merci parce que cela fait longtemps qu’on cherchait une locomotive. (…) On a parlé de la Parker dépendance mais ils ont gardé une envie, une cohésion, une détermination qui ont fait basculer plusieurs matches. Ils ont provoqué de la réussite, c’est aussi la marque d’une grande équipe. »

de dire que celle de 2009 lui ressemblait beaucoup. En 2009, on ne perd qu’un match, c’est l’Espagne qu’on a le malheur de rencontrer en quart. Il y a deux ans, dans les commentaires, on a manqué de positif à l’égard de cette équipe. On a vu un championnat très relevé. L’Espagne ne perd qu’un match, sans conséquences. La France finaliste ne perd que deux fois contre le champion, et la Russie ne perd que contre la France. C’est énorme ! On a le vrai podium de ce championnat d’Europe. Quand on voit que des équipes aussi fortes que l’Italie ou l’Allemagne ne feront pas le TPO, c’est la surprise. »

/ IS

• « Cela fait trois années qu’on les

Hervé Bellenger / IS-FFBB

>>>

Jean-François Mollière-FFBB/Agence Castoria-FIBA Europe

16


réactions

LA COUVERTURE MÉDIATIQUE

Claude Onesta

(sélectionneur de l’équipe de France de handball)

DANS LE JOURNAL… DE CLAIRE CHAZAL

« On voyait bien que les joueurs   prenaient du plaisir »

Jean-François Mollière

• « Je connais les

difficultés liées à l’équipe de France de basket dans son fonctionnement, la problématique des joueurs NBA, la difficulté à se voir pendant la saison, à créer une identité équipe de France… Pour la première fois, on a eu la sensation qu’une équipe était née. C’était le challenge de Vincent avec qui j’ai passé 2-3 jours avant le début de la préparation et encore échangé en cours de route. On a discuté de la façon de responsabiliser les joueurs autour des problématiques de l’équipe, de les faire collaborer pour aller chercher de la performance, donc du plaisir…On voyait bien que les joueurs prenaient du plaisir, on sentait bien dans les réactions que tout le monde gardait beaucoup de mesure, de distance avec les événements. Ils restaient concentrés sur leurs objectifs. (…) Leur qualification aux Jeux, cela aura pour effet de nous foutre un peu la paix (rires). C’est bien de partager l’environnement et la pression »

17

Du vendredi 16, lendemain du quart de finale France-Grèce au lundi 19 septembre, L’Équipe a consacré quatre « Une » consécutives aux Bleus. Samedi 17, à la veille de la finale, l’équipe de France a fait l’ouverture des J.T. de TF1 (ici la présentatrice Claire Chazal) et de France 2. Du basket en « Une » du Monde ? C’était dimanche 18, sans oublier Le Grand Journal de Canal+, lundi 19.

Hervé Bellenger-IS-FFBB

Les Bleus ont fait vibrer les fans sur place mais aussi toute la France du basket.


Spécial

18 FRANCE BAT RUSSIE 79-71

LES PORTES DU PARA C’est le match qui envoie les Bleus en finale, là où aucun autre basketteur français n’est jamais allé, c’est le match qui envoie les Bleus à Londres, c’est le match qui fait pleurer Tony Parker. Une merveille.

J.-F. Mollière-FFBB/ L.Kulbis-Agence Castoria-FIBA Europe

Par Thomas BERJOAN, à Kaunas

« Tony a fait du Tony, mais celui qui nous a fait mal, c’est Batum »

«

 C’est comme si tout le poids de la nation s’enlevait de mes épaules. » Au coup de sifflet final, Tony Parker est au centre du terrain, accroupi. Une main par terre, un poing contre la tête. « Quand le buzzer a retenti, je n’ai pas pu retenir mes larmes », poursuit le meneur des Bleus. « C’était peut-être plus fort qu’un titre NBA parce que j’ai lutté pendant onze ans pour en arriver là, c’est ce qui rend la victoire encore plus belle. » Elle l’était déjà vraiment ! Au-delà de l’émotion, de la libération, de l’exorcisme des campagnes passées, de la qualification pour les Jeux, le match contre la Russie est en soi un petit bijou. Deux heures avant, la précédente demi-finale avait livré une vérité incontournable. Pour atteindre la finale, il faut exceller. Et même la grande Espagne, opposée à la Macédoine que personne ne soupçonnait capable d’élever son niveau à ce point-là, a dû sortir

le grand jeu. C’est également ce qu’ont fait les Bleus. Parce que la Russie n’a rien donné. Andrei Kirilenko (21 pts à 8/11 aux tirs), après un quart de finale intransigeant (14 pts, 11 rbds, 6 pds, 4 ints et 2 cts) a très rapidement fait passer le message. Cet hallucinant marathonien immense et explosif, pourtant défendu par Flo Piétrus, est sorti d’un écran comme un arrière pour glisser vers le cercle et claquer un dunk autoritaire. Rappelant à tous la raison pour laquelle la Russie était alors encore la seule équipe invaincue du tournoi. En laissant de côté l’Euro 2009 où l’ailier du Jazz et Viktor Khryapa n’étaient pas présents, on peut même estimer que la véritable série de victoires à l’Euro de cette Russie au complet coachée par David Blatt était en fait de treize succès de rang. Quatre à la fin de l’Euro 2007 gagné en Espagne et neuf en 2011 ! Le début de match indique pourquoi.

J.-F. Mollière-FFBB/ E.Castoria-Agence Castoria-FIBA Europe

David Blatt


19

Demi-finale

ADIS

LE CHIFFRE

12

Le nombre de shoots à troispoints ratés à la suite par Tony Parker avant ce match. Là, il fait 3/4 en réussissant les trois premiers !

La bataille du rebond

L’énergie de Batum, les larmes de TP et la rage de Noah : les Bleus sont en finale de l’Euro.

Russe dans l’exercice, finit avec quatre prises, soit une de moins que… Nando De Colo ! Pour le reste, le dispositif défensif était en place. Les intérieurs ont tenu le choc en un-contre-un et les extérieurs n’ont pas lâché un centimètre de terrain. Pourtant, les écrans russes étaient durs, appuyés. Les démarquages, des coups de serpes. Mais, depuis le début du deuxième tour (le match contre l’Espagne mis à part), les Bleus ont définitivement franchi un cap dans la dureté et l’intensité. Florent Piétrus a montré la voix, avec une attitude qui force toujours autant l’admiration, et surtout le respect et l’entrain de ses coéquipiers.

Un combat de boxe

Et cette fois-ci, l’attaque s’est mise en place. Aucune crispation mais de la fluidité, de la maîtrise. Grace au rythme imprimé par deux équipes qui courent, la France joue en terrain familier. Tony Parker (22 pts à 9/20) relance d’entrée avec 3 interceptions en cinq minutes. Avec un Boris Diaw retrouvé, ils marquent 13 des 17 premiers points des Bleus (9+4). Dès lors, le train est lancé. Le match ressemble à un combat de boxe. Chacun place ses coups, sans parvenir à véritablement déstabiliser l’autre. La France mène mais la Russie reste proche. Sur une série de tirs extérieurs (De Colo, Diaw, Batum et Parker), les Français créent un premier écart (39-31 à la 19e) mais, à cheval sur la mitemps, la Russie recolle aussi sec (39-39 à la 23e). En fait, si les Bleus n’avaient pas perdu autant de ballons (19 au total, occasionnant 19 points pour les Russes !), ils auraient réalisé le match parfait. Cela dit, la défense russe a cette particularité là. La veille en quart, le Serbe Teodosic a rendu 9 ballons à Kirilenko & co ! À chaque fois que Diaw ou Traoré (4 bps chacun) osaient un dribble de trop poste bas ou des passes compliquées, une main russe était là pour contrarier leurs plans.

Carton plein !

Ce gaspillage relatif a été compensé par une précision diabolique (30/56 aux tirs soit 53,6% dont 7/12 à 3-pts et 12/14 aux lancers). Les Bleus ont réussi énormément de shoots difficiles. Parker, à trois-points (voir par ailleurs), en fin de possession, après feintes, était vraiment en confiance. Mais le plus admirable dans la gestion de son match, c’est d’avoir su faire jouer les autres. Contre la Grèce, même quand il avait été en réussite, il avait parfois monopolisé le jeu. Là, il a été très juste. Devant la réussite d’un Nicolas Batum faramineux (voir encadré), le réalisme de Traoré (8 pts en deuxième) et la solidité de De Colo, Parker a accepté de se mettre en retrait. De laisser ses lieutenants prendre le devant de la scène et creuser un écart de 12 points (61-49 au début du quatrième), pour mieux revenir pour la touche finale (9 pts dans le dernier quart). Un scénario parfait, réclamé depuis 2009 par Vincent Collet. « On a vraiment respecté ce qu’on voulait faire », a expliqué, ce dernier, ravi. Le match d’attaque des Bleus a été plus convaincant encore que celui réalisé contre la Serbie. Parce qu’il a été déployé face à la meilleure défense du tournoi, dans un contexte à haute pression. Et plus que l’adresse, les dunks tonitruants de Batum, les rebonds offensifs de Noah, c’est le mélange de sérénité et d’agressivité qui était impressionnant. « On s’est battu comme des chiens ! », hurlait Noah dans le micro de Canal+ à la fin du match. Un visage qu’on ne connaissait pas aux Bleus. Les deux dernières demi-finales de Parker (2003 et 2005) ont été marquées par une nervosité terrible. Contre la Russie, tout l’inverse. « Les garçons ont toujours montré de la cohésion, un état d’esprit sans faille et on l’a encore vu ce soir lors du troisième quart-temps lorsqu’on était un peu en difficulté », décrivait coach Collet. « Pas d’affolement, du courage, quelques stops défensifs et c’est reparti ! » Reparti pour la finale et pour les Jeux ! n

AVIS

QUAND NICO DEVIENT BATUM J.-F. Mollière-FFBB/M.Metlas-Agence Castoria-FIBA Europe

Sur les six premiers rebonds, la Russie en capte cinq, dont trois dans la raquette française. Cette manne de munitions permet à la Russie de dépenser sans compter, en prenant des risques, à la passe ou au tir. Et de faire la course en tête, 6-9 après cinq minutes. « C’est une équipe extrêmement forte au rebond, on l’avait repéré, mais ils sont très difficiles à contrôler parce qu’ils sont très grands à tous les postes », soufflait Ali Traoré après le match. Il fallait absolument museler le trio NBA Kirilenko-Khryapa-Mozgov à la récupération. Et la tendance s’inverse, à la mi-temps, les Bleus mènent déjà 17-12 et finissent le match à 35-21. Jamais les Russes n’avaient pris aussi peu de rebonds depuis le début de l’Euro. Mozgov, meilleur

• C’était le 8 février 2007. Semaine des As à Nancy, Le Mans vient de battre Strasbourg en quart. Je croise le coach du MSB, Vincent Collet avant la conférence de presse et il me glisse : « J’espère que tu ne parleras pas de Nicolas. » Nicolas, c’est évidemment Batum, qui vient de signer son premier gros match avec les pros à 18 ans (12 pts à 4/6, 5 rbds, 4 pds, 4 ints, 1 ct, 23 d’éval. en 22’). Le coach savait l’étendue du potentiel faramineux de son poulain. Mais savait aussi le mental friable de ce grand Bambi. Figure paternelle, Collet voulait protéger Nico de l’excitation ambiante. En Espagne à Almeria en août, il y a à peine un

mois, l’ailier des Bleus était encore capable de déchirer complètement un match qui avait mal démarré pour lui (0 pt, -5 d’éval). Après s’être fait traiter de « fiotte » par Traoré dans le vestiaire à la mi-temps du quart de finale (2 pt seulement), il s’est relevé et a assumé après la pause (13 pts). Contre la Russie, il a été invisible au premier quart (1 int et c’est tout) puis a dévoilé un jeu de top niveau mondial (19 pts à 6/8, 7 rbds, 4 pds, 2 cts). Sur ce match, le gamin est devenu un homme. À 22 ans, il n’a plus besoin qu’on le protège. Maintenant, c’est lui qui rassure.

T.B.


Spécial

J.-F. Mollière-FFBB/ GiulioCiamillo-Agence Castoria-FIBA Europe

20

FRANCE BAT GRÈCE 64-56

L’EXORCISME Dur, haché, lent, laid... Les Bleus ont sans doute réalisé leur plus mauvais match du tournoi face à la Grèce. Mais à l’arrivée, il s’agit peut-être de leur plus belle victoire face à des Grecs qui les ont tant fait souffrir par le passé. Par Florent de LAMBERTERIE, à Kaunas

«

 C’est une nouvelle compétition qui commence. » Tel était, en somme, le message des Bleus avant d’en découdre à Kaunas, scène finale d’un EuroBasket où les succès passés n’avaient finalement plus grande importance. Sauf qu’en guise de nouveauté, Parker, Diaw et les autres avaient rendez-vous avec leurs vieux démons. Celui des quarts de finale tout d’abord, ce cap si cruel que les Français n’avaient plus réussi à franchir sur un Euro depuis six ans maintenant. Celui de la Grèce, enfin, cet ennemi si présent qui a tant fait souffrir les Bleus par le passé. Certes, les bourreaux d’hier

– Papaloukas, Spanoulis, Diamantidis – ne sont plus là, et les successeurs n’ont plus le même pedigree. Mais la Grèce reste la Grèce, et le mal est encore profond. « On s’est préparé avant le match », expliquera Tony Parker après coup. « On s’est dit : si on fait pas un mauvais début de match, ils ne peuvent pas nous battre. Ils jouent trop lentement, ils ne marqueront pas de paniers sur nous, on va bien défendre… Et ben ils ont réussi quand même à nous la faire. » Tempo ralenti, possession étirée jusqu’à la limite des 24 secondes, les Grecs ont effectivement imposé leur rythme en coupant l’herbe sous le pied aux

Que le mur grec (ici Bourousis et Zizis) fut dur à franchir pour Parker et les Bleus.

chevaux de course français. Mais il n’y a pas que ça. Tétanisés par l’enjeu et la peur de mal faire, les Bleus acceptent trop facilement et commencent eux aussi à jouer le match en marchant. Sauf qu’à ce petit jeu-là, les Grecs sont les plus forts et alors que Nicolas Batum vendange la première balle française, Fotsis, Kaimakoglou et Calathes portent une première estocade au camp français (0-7, 2e). « Il faut dire la vérité, on était crispé », avoue Ali Traoré. Ce début de match n’est pas fait pour les déstresser. Parker a beau trouver la mire et Batum un dunk en ligne de fond, les Bleus déjouent totalement sur ce premier quart-temps. Manque de vitesse, manque

« On s’est préparé avant le match et ils ont réussi quand même à nous la faire » Tony Parker


21

Quarts de finale

« Ce soir, c’est une victoire d’état d’esprit avant d’être une victoire de basket » Vincent Collet

de mouvement, manque d’initiative et un Noah très maladroit, pour ne rien arranger. En face, en revanche, on applique la recette à la perfection. Sous contrôle, les Grecs récitent leur partition. Lente, hachée, mais efficace, comme le sont Yannis Bourousis et Antonis Fotsis. L’écart monte, monte, jusqu’à devenir inquiétant (4-15, 6e). La France vient d’encaisser un 8-0. Il faut, déjà, à tout prix réagir, sous peine de voir l’histoire se répéter.

L’étincelle De Colo

« Nando, changement. » Vincent Collet n’en dira pas davantage. Il sait qu’en plus d’avoir refait surface contre la Lituanie, le combo du Pas-de-Calais a une qualité innée, celle de ne jamais douter. « Tu sais comment joue l’équipe, t’as pas besoin d’attendre une tape dans le dos et qu’on te dise : allez, vas-y rentre, essaie de faire quelque chose. » Peu importe l’adversaire, le contexte ou l’enjeu, De Colo ne craint pas d’aller au feu. Et puis surtout, avec ces Grecs dont il avait été le héros maudit en 2009 lorsque son tir de la victoire avait propulsé la France face à l’ogre espagnol, Nando a, lui aussi, de sérieux comptes à régler. « Flo (Piétrus) me fait un bon écran et j’ai pu prendre un bon premier shoot », détaille le Valencian. « C’est toujours plus facile après de prendre ses responsabilités. » L’ancien Choletais va même faire plus que ça, il va débloquer une attaque jusque-là grippée. En drive ou à trois-points, en sortie d’écran ou en sortie de dribble, De Colo inscrit 12 précieux points en un peu moins de 12 minutes et permet aux Bleus de recoller à la pause (27-31). « Il a été essentiel sur son entrée, c’est lui qui a rassuré », se félicite Vincent Collet. « On avait besoin de mettre des tirs et il les a très bien mis. » Tony Parker coupé de tout accès vers le cercle et Nicolas Batum muet (2 pts à 1/2), c’est bien grâce à Nando que la France n’a pas explosé. Elle n’est cependant pas encore tirée d’affaire.

pour remonter la pente. » Des paroles aux actes, Ali est le premier à sonner la révolte. Fidèle à son habitude, il enquille six points consécutifs. Florent Piétrus, superbe dans l’énergie et le combat, marque avec la faute et TP arrive enfin à placer un drive (40-40, 27e). Pour la première fois de la partie, la France égalise. La confiance revient, le déclic n’est plus très loin.

vestiaires à la mi-temps, l’ailier retrouve enfin son niveau et signe un quatrième quart-temps tonitruant ! 10 points à 4/5 (15 au total) et une minute de gala durant laquelle Batum va marquer, contrer autoritairement Calathes en Le nombre de points marqués défense, et rajouter deux points par Boris Diaw, capot sur le sur l’action suivante (60-54, 38e). match malgré ses trente minutes Le match est plié. de temps de jeu. Comme à ses « Un match à la grecque », plus belles heures, Babac n’a estimera Vincent Collet. « Et pour pris qu’un seul tir sur le match une fois, ce qui me fait plaisir, mais termine tout de même avec « Une victoire une victoire à la grecque. C’est quatre rebonds et trois passes à la grecque » nous qui avons fait la course décisives au compteur. « Avant le quatrième quartderrière eux. Mais ce soir, c’est temps, Steed m’a réveillé, il une victoire d’état d’esprit avant m’a mis une petite trouille », confessera Tony une d’être une victoire de basket parce qu’on n’a jamais fois le match fini. « T’as pas travaillé depuis dix ans lâché, on a été courageux en s’accrochant mais sans pour faire un match comme ça ! Ça m’a réveillé, j’ai être récompensé. On se rapprochait mais on n’arrivait travaillé trop dur tout l’été et toutes ces années pour jamais à hauteur et finalement ça a fini par payer. » ne pas être performant dans le quatrième quart« Ça fait une petite revanche, c’est toujours bien de temps. » Scotché à 10 points à l’entame du dernier battre les Grecs parce que c’est un style de jeu où on acte, Tony va retrouver ses jambes sur cette fin de avait du mal », se félicitera Parker, soulagé. match, libéré du poid de l’organisation avec un De Les Bleus passent enfin le stade des quarts de finale Colo installé à la baguette sur le poste de meneur. de l’Euro pour la première fois depuis six ans et ils Nando Dans son sillage, les Bleus signent un 9-0 à l’entame ont vaincu les Grecs à leur propre jeu, en sortant un De Colo du quart pour prendre enfin les devants (49-45, 32e) match de trainard, courant au score durant les trois a rentré et se libérer complètement, à l’image de Nicolas quarts du temps avant de prendre le dessus dans les des shoots Batum. derniers instants. Les vieux démons du passé sont déterminants Transparent depuis le début de la rencontre, au point enfin enterrés, la France peut désormais se tourner face aux de se faire traiter de « fiotte » par Ali Traoré dans les vers son futur. n Grecs.

LE CHIFFRE

0

Défensivement, l’équipe « fait le taff », comme le disent les joueurs. Laissé libre de jouer ses uncontre-un face à Noah, Yannis Bourousis fait parler sa puissance dos au panier (17 pts à 5/10 sur le match). Mais en décidant délibérément de ne pas doubler sur le poste de pivot, les Bleus parviennent à contenir le reste de l’équipe grecque en contestant toutes les positions de tirs (34,0% au shoot pour la Grèce, 3/21 à 3-pts). En attaque, en revanche, ce n’est toujours pas la panacée. Parker a toujours autant de mal à placer ses accélérations et Noah ne parvient pas à imiter son opposant. Si bien que l’écart continue de se creuser (32-39, 25e). Quand Vinent Collet prend un nouveau tempsmort, les vieux démons n’ont jamais semblé si actuels. « Tout simplement, on s’est dit que c’était notre chance, après on n’aurait que nos yeux pour pleurer », se souvient Ali Traoré. « C’était le moment

J.-F. Mollière-FFBB/ GiulioCiamillo-Agence Castoria-FIBA Europe

« C’était notre dernière chance »


Spécial

22

TONY PARKER

NICOLAS BATUM

• 1,87 m • 29 ans • Meneur

• 2,03 m • 22 ans • Arrière-ailier

LE LIEUTENANT

LE BOSS « 

L

’année dernière en l’absence de Tony Parker, il avait pris le leadership offensif des Bleus au Mondial en Turquie (12,5 pts). Sur cet Euro, avec le retour du meneur des Spurs, Nicolas Batum a certes abandonné la place de top scoreur mais il a surtout démontré d’énormes progrès. Désormais option numéro 2 en attaque, l’ancien joueur du Mans a parfaitement joué son rôle de menace extérieure. Ses dunks ligne de fond ont fait se lever les foules, son adresse longue distance a puni les défenses de zone adverse. Arrière de grande taille, délié, fluide, excellent défenseur (meilleur intercepteur français) et doté de qualités athlétiques exceptionnelles, il s’impose d’ores et déjà comme l’un des meil-

J.-F. Mollière-FFBB/L.Kulbis-Agence Castoria-FIBA Europe

J.-F. Mollière-FFBB/GiulioCiamillo-Agence Castoria-FIBA Europe

C’était clairement mon meilleur Euro. » TP ne laisse à personne d’autre le soin de faire son bilan individuel. Pour le coup, il a raison. Niveau statistiques déjà, il s’agit de son meilleur Euro à la marque. D’ailleurs, dans toute la compétition, personne n’a fait mieux que lui. Il égalise également sa meilleure moyenne à la passe, datant de 2009. Mais les chiffres ne disent pas tout. « J’ai toujours été agressif, mais j’ai progressé sur les moments où je prends mes tirs, dans la façon dont je marque mes points, le timing. Sur le jeu FIBA et européen, j’ai beaucoup bossé en vidéo, j’essaye de tout faire pour essayer de progresser au maximum. Je suis sur la bonne voie. Je me sens de mieux en mieux dans ce jeu-là et sur les systèmes de Vincent Collet. » Toujours capable de coups de sang, 31 points contre la Lettonie, 32 deux jours plus tard contre l’Allemagne, le meneur des Spurs a réussi à la fin de l’Euro à conserver son agressivité tout en faisant mieux jouer l’équipe. D’ailleurs, son association avec Nando De Colo à la mène ouvre des pistes très intéressantes pour l’équipe. Sinon, en terme de leadership, la Parker 2011 a véritablement franchi un cap. Il a pris le groupe en main du début à la fin, entraînant les autres dans son sillage. Un élément déterminant sur le destin de cette campagne. Et les suivantes ? « J’ai encore quatre ou cinq belles années devant moi », assure-t-il. « Quand je vois ce que fait Navarro à 31 ans, la saison que Manu (Ginobili) a fait à 33 ans, je sais que je peux être performant. »

leurs joueurs sur la scène européenne à son poste. Mieux encore, il a prouvé sur cette compétition qu’il était capable de se reprendre après un début de match mal embarqué. À seulement 22 ans, sa marge de progression est encore énorme et il ne devrait donner sa pleine mesure que d’ici trois ou quatre ans. Appelé à devenir le leader de l’équipe de France une fois l’ère Parker terminée, son caractère, comme son jeu, s’est déjà bien affirmé par rapport aux années précédentes.

SON MOMENT DE GLOIRE

SON MOMENT DE GLOIRE

TP a versé quelques larmes au milieu du terrain au buzzer de la victoire contre la Russie en demi-finale. Son match le plus abouti, à la fois individuellement et collectivement. Après six tentatives, le meneur des Bleus avait enfin gagné le droit de rallier la finale. Un beau moment.

Son passage décisif en fin de match contre la Grèce en quart de finale. Alors que la France peine à sérieusement distancer les Grecs, Batum va plier le match en à peine plus de 30 secondes. Un premier panier marqué sur une passe de De Colo, un énorme contre sur Nick Calathes en défense et sur l’action suivante, Batum convertit un shoot qui permet aux Bleus de passer à +6, à une minute de la fin du match. F.d.L.

T.B. MJ 10

Min 35

% tir 45,6

3-pts 10-30

% lf 80,9

Rbds 3,5

Pds 4,4

Ints 1,6

Cts 0,0

Bps 2,4

Pts 22,1

MJ 11

Min 32

% tir 53,5

3-pts 17-42

% lf 85,3

Rbds 3,2

Pds 1,4

Ints 2,0

Cts 0,6

Bps 1,5

Pts 13,8


23

12 GARS EN ARGENT MASSIF JOAKIM NOAH

BORIS DIAW

• 2,11 m • 26 ans • Pivot

• 2,03 m • 29 ans • Ailier-fort

CHEVAL FURIEUX

CAPITAINE BABAC

J

oakim Noah a beaucoup appris. Il a découvert un nouvel univers. Un jeu plus physique, plus précis, plus vicieux aussi. Et puis il a découvert la vie de groupe, deux mois en autarcie presque totale, il n’avait jamais connu une telle proximité. Cultivant savamment une personnalité anti-conformiste, il lui a fallu se couler dans le moule, mettre des polos et des shorts de la même couleur que ses petits camarades, manger les repas choisis à l’avance par le staff. Pas seulement des détails. « Le cheval furieux », surnom donné par ses coéquipiers, a appris peu à peu à se lâcher à nouveau, dans un environnement peu familier, à laisser s’exprimer l’énergie folle qui parcours sa grande carcasse. Il a aussi découvert l’implication et l’histoire de ses nouveaux coéquipiers. « Je pense à Tony, Boris, Flo, Ronny, tous ces gars qui ont toujours tout donné à l’équipe de France », expliquait-il après la victoire en demi. « Ils ont morflé pendant 10 ans. L’histoire, je ne la connaissais pas mais en vivant pendant deux mois tous les jours avec eux, je l’ai apprise. Et je suis content de vivre ça avec eux maintenant. » Aujourd’hui, il semble accroc. Espérons-le pour les Bleus car son abattage est déjà impressionnant. Il n’a passé en moyenne que 25 minutes sur les parquets, handicapé par les fautes. La véritable interrogation sur Noah concerne sa capacité à progresser en attaque dans une franchise de Chicago où les seuls ballons qu’ils touchent sont ceux récupérés au rebond offensif.

T

oujours difficile d’évaluer Boris Diaw, ce joueur si particulier aux talents plein les mains mais dont on doute qu’il les exploite totalement. Troisième temps de jeu des Bleus, deuxième passeur et rebondeur et quatrième scoreur, le capitaine de l’équipe a fait le job. Mais il aurait certainement pu faire plus. Plutôt à son aise au premier tour, il a sombré offensivement à partir de Vilnius où il s’est trouvé en grande délicatesse avec son shoot. Défensivement, en revanche, il a plutôt bien tenu ses opposants sur l’ensemble du tournoi. N’oublions pas non plus que Boris est l’archétype même du joueur dont l’impact se mesure avant tout au niveau de la performance collective, sur le terrain mais pas uniquement. Noah, par exemple, dont c’était la première campagne en bleu, a fortement insisté sur le rôle de Boris dans la cohésion, le respect des règles communes… Toutes ces petites choses difficilement quantifiables mais ô combien précieuses pour la vie d’un groupe. Et avec une médaille d’argent au bout de l’Euro, sa campagne est forcément réussie, quels que soient ses écueils à titre individuel. Il demeure néanmoins ce manque d’impact sur le terrain dans les matches clés où les Bleus auraient bien eu besoin d’un Diaw à son top.

SON MOMENT DE GLOIRE

Parker blessé, -7 au début du dernier quart-temps, ce match contre l’Italie était pourtant bien mal embarqué. Mais le capitaine a pris tout le monde sur ses épaules, a sonné la révolte et s’est occupé de finir le boulot (8 de ses 21 points dans la période). Un succès capital. F.d.L.

SON MOMENT DE GLOIRE

Son duel avec Pau Gasol. Alors évidemment Joakim l’a perdu mais sa performance a été très convaincante. L’Espagnol s’est « contenté » de 17 points et 10 rebonds (11 pts et 8 rbds pour Noah), ce qui est assez éloigné de ses standards sur les matches décisifs. Noah a vraiment gêné le meilleur intérieur au monde en basket FIBA et forcé l’Espagne à battre la France différemment. T.B. MJ 10

Min 25

% tir 43,2

3-pts 0-0

% lf 81,3

Rbds 8,0

Pds 1,2

Ints 0,9

Cts 0,4

Bps 1,7

Pts 9,0

J.-F. Mollière-FFBB/GiulioCiamillo-Agence Castoria-FIBA Europe

J.-F. Mollière-FFBB/ElioCastoria-Agence Castoria-FIBA Europe

MJ 11

Min 29

% tir 44,2

3-pts 3-14

% lf 77,3

Rbds 4,7

Pds 2,5

Ints 0,5

Cts 0,3

Bps 1,6

Pts 8,0


Spécial

24

MICKAËL GELABALE

ALI TRAORÉ

• 2,02 m • 28 ans • Ailier

• 2,05 m • 26 ans • Pivot

PAS DE CHANCE L

’Euro de Mickaël Gelabale est à double face, un avant et un après son entorse de la cheville contractée contre la Turquie lors du premier match des Bleus à Vilnius. Avant cela, l’ailier guadeloupéen a joué une partition superbe, endossant le rôle du shooteur extérieur à la perfection (63,6% sur l’ensemble du tournoi). Peu de déchet, un gros travail de démarquage pour donner des positions ouvertes sur les renversements de balle, des actions décisives et un rendement défensif exceptionnel, n’ayons pas peur des mots. Un Euro dans la lignée de son Mondial 2010 (11,2 points à 57,5%, 2e marqueur des Bleus) où Gelabale avait retrouvé l’équipe de France après quatre ans d’absence. Vraiment dommage que sa blessure l’ait freiné en vol car par la suite, Gelabale a disparu. Deux matches ratés (Lituanie et Espagne en poule) pour soigner sa cheville et deux entrées anecdotiques (7 puis 3 minutes) qui auront surtout permis de constater que l’ancien de Seattle n’avait plus les appuis nécessaires pour vraiment jouer. À son actif tout de même, un très bon passage en finale face à l’Espagne (8 pts à 100% en 16 minutes). Taiseux et discret en dehors du terrain, cette médaille d’argent aura sans doute une valeur toute particulière pour cet homme qui vient de perdre son père.

LE MAGICIEN «

 D’avoir pu aider l’équipe c’est exceptionnel ! », explique Ali. « Surtout quand je pense qu’il y a un mois de ça, j’étais dans ma chambre chez mes parents en train de maudire le monde entier. Là, c’est doux… Très très doux… » Avant le rassemblement, dans l’esprit du sélectionneur, Traoré, présent en 2009 et 2010, était le troisième pivot. Le joker offensif, l’homme aux mains d’or. Puis, devant la sensation Kévin Séraphin, Vincent Collet décide finalement de ne plus prendre le joueur qu’il connaît pourtant bien pour l’avoir eu en club. Ali part alors passablement frustré et fâché. Puis Ronny Turiaf se blesse et Collet a alors l’intelligence de rappeler quand même Traoré, qui revient dans les meilleures dispositions. Il faut dire qu’il n’avait cessé de dire toute la saison qu’il avait une dette envers l’équipe de France. Un débit remontant au Mondial 2010 où il n’avait pas apporté grand-chose, sur et en dehors du terrain. En Lituanie, Ali a fait du très bon Ali. Dans l’équipe, personne n’a marqué plus de points à la minute que lui (0,64), pas même Parker (0,63). Sur de courtes séquences de jeu, il a très souvent débloqué l’attaque française en apportant les points intérieurs nécessaires à la fixation. Sa main gauche de velours s’est avérée efficace même contre les monstres. « Plus ils sont grands et gros, plus j’aime, ils me servent de viseur », lâche en rigolant cet animateur hors pair de vestiaire. Intelligent, cultivé et vif, Traoré est sans conteste le MVP de la zone mixte. À tous niveaux, le jour et la nuit par rapport à 2010.

SON MOMENT DE GLOIRE

En deuxième mi-temps contre la Russie en demi-finale, en six minutes, il marque 8 points (4/6 aux tirs), dont 6 de rang, à la barbe de Mozgov et Kirilenko. La France vient de passer un 16-4 aux Russes pour mener 61-49, plus gros écart de la rencontre. Une saillie décisive. F.d.L.

SON MOMENT DE GLOIRE

Ses 5 points consécutifs inscrits en prolongation contre la Serbie qui permettent aux Français de passer devant à une minute de la fin. Un premier tir à deux points (le pied sur la ligne !) dans le corner, et un tir à trois-points kamikaze en tête de raquette dans la foulée. Ce sera d’ailleurs le seul « triple » de la rencontre côté français. F.d.L. MJ 9

Min 20

% tir 57,9

3-pts 14-22

% lf 100

Rbds 1,8

Pds 1,0

Ints 0,7

Cts -

Bps 0,7

Pts 7,3

J.-F. Mollière-FFBB/C. de Massis-Agence Castoria-FIBA Europe

J.-F. Mollière-FFBB/M.Metlas-Agence Castoria-FIBA Europe

MJ 10

Min 11

% tir 54,4

3-pts 0-0

% lf 64,3

Rbds 2,2

Pds 0,3

Ints 0,0

Cts 0,2

Bps 1,1

Pts 7,1


25

12 GARS EN ARGENT MASSIF NANDO DE COLO

KÉVIN SÉRAPHIN

• 1,95 m • 24 ans • Meneur-arrière

• 2,05 m • 21 ans • Pivot

L’INSOUCIANT

MENTAL D’ACIER P

remière vraie réussite en bleu pour Nando De Colo, dont la lecture brute des moyennes chiffrées ne veut pas dire grand-chose. Le combo de Valence a d’abord mis du temps à trouver ses marques au premier tour. Peu de réussite offensive et une utilisation à contre-emploi dans un rôle d’arrière shooteur qui n’est pas et ne sera jamais le sien. Car Nando a besoin de toucher des ballons et de partir en dribble pour exprimer ses qualités. Celles d’un attaquant racé, porté sur la création, aussi bien pour lui-même que pour ses partenaires

D

rôle de personnage que ce Séraphin. Un visage de poupon mais une voie incroyablement grave. Et une fraîcheur d’esprit détonante, le genre de joueur qui ne se pose pas de questions. Initialement appelé pour faire le sparring partner en préparation, il a tout de suite averti qu’il comptait bousculer la hiérarchie préétablie, ce qu’il a fait en se voyant promu deuxième pivot des Bleus. Capable de tenir physiquement contre n’importe qui, il ne bouge pas sur les contacts, y compris contre des morceaux aussi épais que Marc Gasol ou Nenad Krstic et bien qu’encore un peu naïf sur certaines situations, il a montré sur cet Euro qu’il avait de bonnes mains ainsi qu’un petit shoot à 4-5 mètres qu’on ne lui connaissait pas beaucoup. Une bonne surprise. Son rôle a cependant décru au fil des matches avec l’émergence d’Ali Traoré. Mais Séraphin a marqué des points auprès de Vincent Collet et derrière un Noah intouchable et un Traoré indispensable pour son apport offensif, il concurrence désormais Ronny Turiaf pour le poste de troisième pivot des Bleus. Séraphin a pour lui d’être jeune et d’apprendre vite. Ses progrès en NBA au sein des Washington Wizards devraient d’ailleurs se faire sentir très bientôt.

SON MOMENT DE GLOIRE

J.-F. Mollière-FFBB/C.de Massis-Agence Castoria-FIBA Europe

Ses 18 points marqués en 19 minutes contre l’Espagne au deuxième tour, meilleur score côté français. Bien sûr, les Espagnols n’étaient pas à fond et le coup d’accélérateur passé dans le troisième quart-temps a remis les pendules à l’heure. Il n’empêche que pendant une mi-temps, Kévin Séraphin a dominé la meilleure paire d’intérieurs au monde. F.d.L. MJ 9

SON MOMENT DE GLOIRE

L’accueil qui lui a été fait dans le vestiaire après le match contre la Lituanie. D’ordinaire discret et légèrement en retrait dans le groupe, le héros du soir a eu droit à des applaudissements nourris de toute l’équipe �� son retour de conférence de presse. F.d.L. MJ 11

Min 18

% tir 47,4

3-pts 5-18

% lf 100

Rbds 2,1

Pds 0,9

Ints 1,1

Cts 0,3

Bps 1,6

Pts 6,5

J.-F. Mollière-FFBB/Agence Castoria-FIBA Europe

et qui peut assurer des minutes à la mène, y compris quand Parker est sur le terrain. Ce qu’il a commencé à faire contre la Lituanie (21 pts, meilleur marqueur français), match au cours duquel il a bluffé jusqu’à Kestutis Kemzura, le coach de l’équipe balte. Doté d’un sang-froid à toute épreuve, c’est aussi lui qui a permis aux Bleus de ne pas sombrer en quart contre la Grèce, lorsque ses partenaires jouaient au frein à main, tétanisés par l’enjeu. Natif du Pas-deCalais, De Colo symbolise l’excellence de la formation choletaise, lui qui était sorti de nulle part en 2007. Moins de trois ans plus tard, il signait en Espagne à Valence, au sein de la meilleure ligue d’Europe.

Min 9

% tir 56,3

3-pts -

% lf 85,7

Rbds 1,9

Pds 0,1

Ints -

Cts 0,4

Bps 1,1

Pts 4,7


Spécial

26

CHARLES KAHUDI

FLORENT PIÉTRUS

• 1,97 m • 25 ans • Ailier

• 2,00 m • 30 ans • Ailier-fort

EN MISSION

LE ROC DE L’OMBRE

L

C

haque année avant le rassemblement, le débat sur sa légitimité en sélection apparaît. Il faut dire que les saisons en club de Florent sont de moins en moins convaincantes. Cette année, le sage des Bleus s’est contenté de CDD. Des piges quoi. Et chaque année, après la campagne en équipe de France, les doutes sont écartés. L’aîné des Piétrus est essentiel à l’équipe de France. « Je sais, par mon expérience, ce qu’il faut pour faire gagner une équipe », explique-t-il. « Ce que je fais est important, même si ce n’est pas dans la lumière. Les gens qui connaissent le basket savent très bien l’importance d’avoir un joueur comme moi. »

J.-F. Mollière-FFBB/GiulioCiamillo-Agence Castoria-FIBA Europe

J.-F. Mollière-FFBB/M.Metlas-Agence Castoria-FIBA Europe

a très bonne surprise de ce championnat d’Europe. Coupé l’an passé après avoir participé à la préparation, Kahudi ne doit sa présence à l’Euro qu’aux nombreux forfaits auxquels Vincent Collet a dû faire face. On s’attendait d’ailleurs à le voir très peu rentrer en jeu mais son rôle est allé crescendo au fil de la compétition. Principalement connu pour ses qualités athlétiques hors du commun – peut-être même le plus athlétique de tout l’Euro – l’ailier du Mans a fait mieux que défendre le fer sur les extérieurs adverses. Il a su mettre les shoots ouverts que les défenses lui laissaient prendre, concentrées qu’elles étaient sur Parker, Batum et autre De Colo. En clair, il a, à son échelle, assuré le rôle dévolu à Mickaël Gelabale avant sa blessure, à savoir celui d’un défenseur shooteur qui commet très peu de déchet. Peu de départ en dribble, un respect scrupuleux des consignes, un état d’esprit exemplaire… Des quali-

tés recherchées qui peuvent construire des carrières en sélection, un peu à l’image d’un Yannick Bokolo par le passé. Sujet aux blessures tout au long de sa carrière, ce jeune joueur qui a commencé à émerger il y a seulement deux ans en rejoignant Le Mans a prouvé que l’on pouvait désormais compter sur lui et mériterait sans doute d’être revu en bleu dans le futur.

SON MOMENT DE GLOIRE

Son énorme dunk contre la Russie dans le premier quart-temps. Servi dans le corner gauche par Boris Diaw, Kahudi passe Viktor Khryapa ligne de fond et s’en va claquer un tomar à deux mains surpuissant. L’un des highlights de cet Euro, sans conteste.

Un joueur comme lui, c’est un joueur qui fait monter instantanément le niveau défensif de l’équipe quand il est sur le terrain. Sa dureté et sa concentration sont sans pareilles. Un joueur comme lui, c’est un élément qui shoote à plus de 70%, un joueur qui n’hésite jamais à sacrifier une faute pour le bien du groupe. Un joueur comme lui, c’est également un défenseur dans le vestiaire, un garde-fou. « L’expérience, tu ne peux pas l’acheter, tu l’as au fil des années », rappelle Florent. « Étant le plus ancien de l’équipe, les autres m’écoutent. Même Tony m’a dit : « Flo, il n’y a que toi et Boris qui pouvez me dire quelque chose. Les autres n’ont pas connu ce qu’on a connu. Si tu m’engueules, je sais que t’as raison. » C’est mon rôle d’ancien, de grand frère. »

SON MOMENT DE GLOIRE

Coup sur coup, à deux jours d’intervalles, Flo est intervenu pour calmer Dirk Nowitzki puis Andrea Bargnani. À chaque fois, les géants shooteurs avaient attaqué le match en rythme, enchaînant les points. Et par deux fois, la rentrée de Piétrus les a complètement sortis de leur confort d’attaque. Sans s’arrêter totalement, les machines se sont toutefois bien enrayées. Impressionnant.

F.d.L. MJ 0

Min 11

% tir 50,0

3-pts 4-6

% lf 75,0

Rbds 2,3

Pds 0,3

Ints 0,1

Cts -

Bps 0,2

Pts 2,9

T.B. MJ 11

Min 16

% tir 72,2

3-pts 0-2

% lf 60,0

Rbds 3,4

Pds 0,8

Ints 0,9

Cts 0,2

Bps 0,6

Pts 2,6


27

12 GARS EN ARGENT MASSIF ANDREW ALBICY

STEED TCHICAMBOUD

• 1,77 m • 21 ans • Meneur

• 1,93 m • 30 ans • Meneur

TIMIDE

L’ESCROC

A

ppelé à la rescousse l’année dernière pour pallier la blessure de Rodrigue Beaubois, Andrew Albicy, 20 ans à l’époque, avait fait sensation en sortant une prestation de gala en ouverture du Mondial, lors de la victoire surprise de la France sur l’Espagne. Cette saison encore, le meneur de poche n’était pas censé figurer sur la liste des 12 mais les forfaits de Yannick Bokolo et de Mike Piétrus lui ont offert son ticket pour l’Euro. Sauf qu’en Lituanie, il n’a pas connu la même réussite. Prévu pour être le premier relai de Tony Parker à la mène et plutôt bon en préparation, ses sorties à l’Euro ont été nettement plus compliquées. Hormis le match contre l’Espagne à la fin du deuxième tour – où Parker avait été laissé au repos – il n’a jamais atteint les dix minutes de temps de jeu. Contre Israël, il a même livré une prestation catastrophique (5 balles perdues en neuf minutes), montrant des réelles difficultés à passer la moitié de terrain et, chemin faisant, il a disparu de la rotation. Plus jeune joueur du groupe, il a cependant beaucoup de marge et à Gravelines, son nouveau club, il trouvera en Christian Monschau un coach qui a démontré tout son savoir-faire pour faire progresser les jeunes joueurs. À lui désormais de prouver à Vincent Collet qu’il peut être autre chose qu’un choix par défaut.

I

l n’avait rien à faire là et il le sait ! Le meneur de Chalon doit sa médaille à Antoine Diot, Yannick Bokolo et Rodrigue Beaubois, tous absents pour diverses raisons et devant lui dans la hiérarchie du poste. On peut rajouter Fabien Causeur sur cette liste. Mais au moment du forfait de Diot, Vincent Collet s’est tourné vers un troisième meneur spécifique, comme le commande toujours une liste d’équipe à douze joueurs. Steed a donc débarqué deux semaines avant le début de la compétition, coupant ainsi à la préparation des Bleus, mais aussi à celle de son club, double privilège qui lui a valu son surnom. Sauf que rapidement, cette tête brûlée s’est prouvée vraiment utile dans le groupe. Dès le premier match, Vincent Collet fait appel à lui devant les difficultés des Bleus à défendre sur Janis Blums, le shooteur letton alors en feu (32 pts). Steed fait une bonne rentrée et, en huit minutes, marque autant de points qu’il ne distribue de parpaings (4 fautes). Surtout, son attitude fait du bien à l’équipe. « Tony (Parker) m’a dit : Steed, tout le monde sait que tu as des couilles, alors vas-y ! », racontait-il à la fin de ce match. Steed n’a peur de rien ni de personne. Parce qu’on ne lui a jamais rien donné. Tout ce qu’il a, il l’a pris d’assaut. Son parcours est celui d’un galérien du basket. A 21 ans, il jouait en Nationale 1, troisième division. Son accession dans l’élite, il l’a mérité à la sueur. Au départ, il ne maîtrisait pas toute la dimension technique et stratégique d’un poste de jeu exigeant, mais sa défense féroce, son physique et un mental de kamikaze l’ont amené là où il est. Un formidable coéquipier, drôle, un illuminateur de vestiaire, même dans la tourmente.

SON MOMENT DE GLOIRE

Contre la Grèce en quart, juste avant le début du quatrième quart, Steed prend à part Parker, jusque-là timoré, et lui dit ses quatre vérités. La star avait probablement besoin que quelqu’un le secoue mais personne d’autre dans le groupe, par respect pour le boss, n’avait osé faire. Sauf lui ! Et Parker de survoler la fin de match. F.d.L.

SON MOMENT DE GLOIRE

Ses deux tirs à trois-points inscrits en fin de rencontre face à l’Espagne au deuxième tour. Dans un match sans enjeu, où la France s’est faite balayée de trente longueurs, Andrew pourra toujours se dire qu’il a marqué les six derniers points du camp français. F.d.L. MJ 7

Min 8

% tir 28,6

3-pts 2-6

% lf 83,3

Rbds 0,4

Pds 0,9

Ints 0,1

Cts -

Bps 1,1

Pts 1,6

J.-F. Mollière-FFBB/Agence Castoria-FIBA Europe

J.-F. Mollière-FFBB/Agence Castoria-FIBA Europe

MJ 6

Min 9

% tir 14,3

3-pts 1-6

% lf 100,0

Rbds 0,8

Pds 0,2

Ints 0,3

Cts 0,0

Bps 0,2

Pts 1,5


Spécial

28

L’ESPAGNE CONSERVE SON TITRE

L’intérieur des Lakers a en effet manqué le Mondial 2010 et même là, il a fallu qu’une comète signée Milos Teodosic caresse le filet pour interrompre la dynamique espagnole. Avec le grand Pau, qui eût fait un MVP très présentable à Kaunas (20,1 points et 8,3 rebonds), la « Roja » a enlevé les deux derniers Euros et poussé le Team USA dans ses derniers retranchements à Pékin, il y a trois ans. On retiendra ces mots de Tony Parker, un hommage sans fioriture du vaincu, avec ce qu’il faut de respect et de réalisme : « Les Espagnols sont là où on veut être. »

LE RÈGNE

En dominant les Bleus en Lituanie deux ans après avoir effacé la Serbie en Pologne, mais plus encore en trouvant les solutions à tous les problèmes, souvent par la main magique de Juan Carlos Navarro, l’Espagne s’est affirmée comme l’une des plus fortes sélections de l’Histoire, se plaçant aux côtés de la « Grande Yougoslavie » et de l’invincible URSS, ou très près. Londres tremblera sous les pas de ces purs-sangs.

Moins forts… mais plus forts

J.-F. Mollière-FFBB/T.Wiedensohler-Agence Castoria-FIBA Europe

Par Fabien FRICONNET, à Kaunas

« Les Espagnols sont là où on veut être » Tony Parker

L

a question fait sourire Sergio Scariolo, le coach italien de la « Roja » – aux attaches espagnoles puisque son épouse est ibérique et sa carrière marquée par de fructueux séjours au-delà des Pyrénées. Que manque-t-il, s’il manque quelque chose, pour battre le Team USA à Londres ? L’interrogation est celle du globe trotter Chris Sheridan, ancienne fine plume d’ESPN, affairé à « angler » son article pour un public américain évidemment assez peu intéressé par la vista de Victor Sada ou les larmes de Felipe Reyes, qui a eu la douleur de perdre son papa juste avant la compétition. Scariolo se penche vers le micro. « Croyez-vous que je vais répondre à cela maintenant ? » La médaille dans la main, le t-shirt de champion rivé au torse, le cheveu toujours

impeccablement gominé, Il Signore Scariolo envoie une œillade à l’Américain. « Mais si vous me laissez votre numéro de téléphone, je vous promets que nous pourrons discuter de cela… dans quelques mois. » Voilà bien le luxe de la sélection espagnole. Il ne s’agit presque déjà plus de comprendre pourquoi et comment elle a battu la France mais bien plutôt de savoir qui pourrait lui résister. Sur le Vieux Continent, la chose est entendue. Pour au moins un an, sinon deux tant le tournoi olympique est une épreuve à part, avec son petit plateau à douze nations et son ovni américain. Depuis sa défaite en finale de l’Euro 2007 chez elle – imaginez un peu que JR Holden ait manqué le tir de la gagne ! – l’Espagne avec Pau Gasol est hors d’atteinte pour le commun des mortels européens.

Et une ligne de plus sur le palmarès de Rudy Fernandez, Juan-Carlos Navarro et Pau Gasol.

Il a été dit, entendu et lu que l’Espagne était moins régnante cette année. Cela est à la fois faux et vrai. Vrai car, en effet, la Roja n’a pas repassé tous ses adversaires – on oubliera sa défaite contre la Turquie, survenue sans Pau Gasol, mis au repos. Elle n’a laissé la Pologne qu’à cinq points, a été magnanime avec le Portugal (+14) et la Grande-Bretagne (+17), n’en a pas toujours mené si large contre la Mannschaft de Dirk Nowitzki (+9) et a souffert pour éteindre le brasero macédonien en demi-finale (un généreux 92-80). Mais c’est également faux. Car lorsqu’il s’est agi de sortir le grand jeu face à des adversaires de renom, de ceux contre lesquels les points comptent double et les coups portent plus, elle a été redoutable. Dès son quatrième jour de compétition, elle a posé les bases en envoyant un message qui résonna haut et fort dans le ciel de Panevezys, où la lumière verte, jaune et rouge ne brilla pas longtemps puisque, en une mi-temps, l’hôte lituanien fut réduit à une toute petite chose sans importance (62-36 pour la « Roja » à la pause !). Lorsque, ensuite, s’est présentée la Serbie, annoncée comme une rivale pour le titre suprême, et dont il n’avait échappé à personne qu’elle avait été le tombeur de l’Espagne au Mondial, la sélection de Scariolo a été impitoyable (84-59). « Nous voulions arrêter Milos Teodosic et nous l’avons fait », commenta sobrement Jose Manuel Calderon, faussement ingénu, lui qui est l’une des plus belles pestes du circuit européen, mais à qui il fut difficile de donner tort tant le talentueux Milos ne sut plus où il en était. Et puis donc, enfin, l’Espagne ne trembla une seconde face aux Bleus. Grâce à Navarro, cette fois, alors pourtant qu’en début de tournoi on en était à calculer l’influence statistique – il est vrai exagérée – de la fratrie Gasol. Mais aussi grâce à Serge Ibaka – regrets éternels – qui, avec cinq blocks dans la seule première mi-temps, mis au pas les Bleus, au moins cinq d’entre eux : Noah, Séraphin, De Colo, Batum et Parker. Mais aussi grâce à Calderon, ce poison, qui, avec ses 17 points à 8/12 en 24 minutes, réduit presque à néant le seul espace de domination potentiel des Français, le poste de meneur, celui de Tony Parker et ses 26 points. L’Espagne a été autoritaire dans les moments clés, c’est une chose, mais elle a surtout été sûre d’elle. Trop pour ceux que son arrogance irrite, mais cela n’est jamais trop lorsque l’on est habité par la mentalité du compétiteur, du champion. Son règne finira un jour, ses joueurs ne sont pas éternels ; sa relève ne s’appelle pas Navarro ou Gasol, et le formidable


29

Les Champions

Avec Pau Gasol, l’Espagne est hors d’atteinte pour le commun des mortels européens Nikola Mirotic, origines monténégrines obligent, ne pourra règlementairement pas cohabiter avec Serge Ibaka ; elle ne shootera pas à tous coups à 56% en finale ; elle ne lissera pas toujours son attaque avec la minutie du banquier (points par quart-temps : 25, 25, 25 puis 23) ; elle n’enfournera pas tous les jours 22 de ses 24 lancers-francs ; mais en attendant ce jour de chute, on ne peut la comparer qu’à la Yougoslavie mythique des années 1989-91 et à l’URSS infernale des années 1950, 60 et 70…

C

Lieu Kaunas (LTU) Katowice (POL) Madrid (ESP) Belgrade (SRB) Stockholm (SWE) Istanbul (TUR) Paris (FRA) Barcelone (ESP) Athènes (GRE) Munich (GER) Zagreb (YUG) Rome (ITA) Athènes (GRE) Stuttgart (GER) Nantes (FRA) Prague (TCH) Turin (ITA) Liège (BEL) Belgrade (YUG) Barcelone (ESP) Essen (NED) Naples (ITA) Helsinki (FIN) Moscou (URS) Wroclaw (POL) Belgrade (YUG) Istanbul (TUR) Sofia (BUL) Budapest (HUN) Moscou (URS) Paris (FRA) Le Caire (EGY) Prague (TCH) Genève (SUI) Kaunas (LTU) Riga (LAT) Genève (SUI)

Or Espagne Espagne Russie Grèce Lituanie Yougoslavie Italie Yougoslavie Yougoslavie Allemagne Yougoslavie Yougoslavie Grèce U.R.S.S. Italie U.R.S.S. U.R.S.S. Yougoslavie Yougoslavie Yougoslavie U.R.S.S. U.R.S.S. U.R.S.S. U.R.S.S. U.R.S.S. U.R.S.S. U.R.S.S. U.R.S.S. Hongrie U.R.S.S. U.R.S.S. Égypte U.R.S.S. Tchécoslovaquie Lituanie Lituanie Lettonie

Argent France Serbie Espagne Allemagne Espagne Turquie Espagne Italie Lituanie Russie Italie Grèce U.R.S.S. Tchécoslovaquie Espagne Yougoslavie Israël U.R.S.S. U.R.S.S. Espagne Yougoslavie Yougoslavie Tchécoslovaquie Yougoslavie Pologne Yougoslavie Tchécoslovaquie Bulgarie Tchécoslovaquie Hongrie Tchécoslovaquie France Tchécoslovaquie Italie Lettonie Italie Espagne

Bronze Russie Grèce Lituanie France Italie Espagne Yougoslavie Russie Croatie Croatie Espagne U.R.S.S. Yougoslavie Italie U.R.S.S. Tchécoslovaquie Yougoslavie Tchécoslovaquie Italie U.R.S.S. Italie Tchécoslovaquie Pologne Pologne Yougoslavie Bulgarie France Tchécoslovaquie U.R.S.S. France France Grèce Egypte Hongrie Pologne France Tchécoslovaquie

’est la loi du genre, la victoire emporte tout et les MVP bisannuels ont tous l’air d’être de fameux génies. Mais celui-là, alors… Parmi les joueurs élus dans le cinq idéal de la compétition, et tous postés au pied du podium près d’Arvydas Sabonis, Juan Carlos Navarro était le seul qui aurait pu passer pour un ball boy. « Il n’a pas un super corps », s’amusa d’ailleurs son ami d’enfance Pau Gasol. Mais il fut celui qui brilla le plus, le plus fort et le plus souvent. Ce fut presque irréel de facilité. Parmi les étoiles NBA, il y avait un petit poilu, revenu de la ligue américaine, peu inspiré par son séjour à Memphis, et c’était lui le boss. Le Catalan est, selon les mots de son entraîneur, Sergio Scariolo, « l’élu ». Pas seulement celui de la presse. Non, celui de plus haut. « Dieu lui a donné un don », sourit le technicien italien. La grâce, en tout cas. On ne le découvre pourtant pas, le lutin du Barça, qui a 31 ans, mais il parvient toujours à nous surprendre, ce qui est probablement le plus impressionnant.

J.-F. Mollière-FFBB/Elio Castoria-Agence Castoria-FIBA Europe

2011 2009 2007 2005 2003 2001 1999 1997 1995 1993 1991 1989 1987 1985 1983 1981 1979 1977 1975 1973 1971 1969 1967 1965 1963 1961 1959 1957 1955 1953 1951 1949 1947 1946 1939 1937 1935

MERVEILLEUX ! Aux côtés de Tony Parker, Bo McCalebb, Andrei Kirilenko et Pau Gasol, tous élus dans le cinq idéal de l’Euro, Juan Carlos Navarro, en lévitation, a été stupéfiant. Sa performance restera dans les annales.

J.-F. Mollière-FFBB/L.Kulbis-Agence Castoria-FIBA Europe

Le palmarès depuis 1935

NAVARRO MVP

Du Petrovic

Ses statistiques finales, superbes évidemment (18,7 points, 34/76 à trois-points, 3,0 passes en 27 minutes), rendent à peine justice à son incroyable rendement, presque surnaturel, lorsque les matches couperets sont arrivés. Marqueur virtuose contre la Slovénie en quart de finale, il fut ensuite proprement extraterrestre en demi-finale, lorsqu’il fallut se défaire du sparadrap macédonien. Ses 19 points dans le troisième quart-temps, à 7/11 aux tirs, resteront dans les annales comme l’une des plus formidables démonstrations de scoring vu à ce niveau, comparable

aux coups de sang du génie Drazen Petrovic, aux orgies du brigand Nick Galis, ou à l’incandescence de Sasha Djordjevic en finale de l’Euro 1995, pour n’évoquer que les « modernes ». Et puis donc, contre les Bleus, il n’y eut rien à faire. Huit points au premier quart-temps, cinq dans le deuxième, neuf dans le troisième puis encore cinq en moins de cinq minutes dans l’ultime période. Juguler les Gasol ou Rudy Fernandez était une chose, faisable, mais le pistolero catalan… Pas ce jour-là. Pas cette semaine-là.

F.F.

Matches couperets : ses trois chefs-d’œuvre Match Slovénie (Quart de finale) Macédoine (Demi-finale) France (Finale)

Min 26 36 31

Tirs 11-16 13-23 6-14

3pts 4-8 5-9 3-7

LF 4-4 12-12

Pd 1 5

Pts 26 35 27


Spécial

30 LA MACÉDOINE 4E

En direct de Kaunas…

LA SENSATION

• Belle accolade entre Florent Piétrus et Dusko Savanovic après le quart de finale des Français gagné face à la Grèce, avant que la Serbie n’entre en piste contre la Russie. Geste sympa et quelques mots échangés entre les deux coéquipiers de Valencia… Fair play Nenad Krstic. En sortant de la conférence de presse du match contre la Grèce qui les prive des Jeux Olympiques, il passe à côté des Macédoniens en train de s’échauffer pour leur demi-finale et lance en leur direction quelques applaudissements d’encouragement… Son coéquipier Marko Keselj est sorti furibard du terrain contre les Grecs. Ses coéquipiers l’ont même dissuadé d’aller s’expliquer avec quelqu’un situé au sein du groupe des supporters serbes. On ne sait pas exactement ce qu’il lui a dit, mais l’intention était on ne peut plus claire ! Étrange pour un joueur par ailleurs si calme… Juste avant le match Macédoine-Lituanie, des supporters macédoniens ont tenté de déployer un

J.-F. Mollière-FFBB/ ElioCastoria-Agence Castoria-FIBA Europe

J.-F. Mollière-FFBB/ Y.Matthaios-Agence Castoria-FIBA Europe

L

e pauvre Damjan Stojanovski ! À sept secondes de la fin du match pour le bronze, le shooteur rate un tir qui apparaissait pourtant si facile, ouvert dans la peinture. En France, depuis FranceSerbie 2011, on appelle ça une Savanovic ! S’il avait marqué, son équipe serait revenue à égalité contre la Russie qui menait alors 68-70. Terrible. L’occasion manquée. Score final 68-72 après deux lancers de plus. Quand on voit la liesse qu’a suscité au pays la victoire contre la Lituanie en quart de finale (cherchez « macedonia skopje lithuania » dans les moteurs de recherche et voyez la folie) on imagine qu’une médaille aurait fait totalement exploser la nation. À la place, les larmes du coach Marin Dokuzovski en sortant du parquet étaient déchirantes. « Personne n’attendait rien de nous », nous expliquait Bo McCalebb après la victoire contre la Lituanie. Sauf qu’à force de tutoyer les meilleurs et de les jouer les yeux dans les yeux, on se met à y croire soi-même. Forcément. Le niveau de jeu proposé par cette équipe a été complètement bluffant, au vu du talent individuel regroupé (voir encadré). Vlado Ilievski (10,0 pts et 3,3 rbds) et les siens n’ont cessé de repousser leurs limites. La bande soudée derrière Pero Antic (11,6 pts et 8,5 rbds) a mis en deuil la Lituanie en disposant du pays hôte en quart de finale (67-65), au terme d’un suspense et d’un final que n’aurait pas renié la génération grecque 2005-2007 qui a inventé la grécquification, entendez le vol de victoire à l’arraché. En demi, la Macédoine a été trop juste contre la grande Espagne. Mais ils ont forcé cette formidable machine à mettre les plein gaz. Il faut se rappeler que même après la fin du festival extraterrestre de Juanca Navarro (19 pts dans le seul 3e quart), les Macédoniens sont alors encore dans le coup (71-62). « Nous sommes très très heureux de cette victoire », expliquera d’ailleurs Sergio Scariolo, le coach espagnol après la rencontre. « Ils n’abandonnent jamais, ils ont joué avec du cœur, de l’intelligence et de la classe depuis le début de l’Euro. C’est un grand

Pero Antic et Bo McCalebb, héros surprises de l’EuroBasket.

honneur d’avoir rejoint la finale après les avoir battus. » Pour le bronze, le scénario est encore plus cruel. Il manquait trois fois rien à ce groupe pour décrocher une médaille. Leur résultat reste magnifique.

« Aucune pression »

« Nous, on n’a aucune pression », résumait Bo McCalebb (21,4 pts sur le tournoi). « Les autres équipes fortes ont la pression. Personne ne savait rien de nous, on joue dur et libéré. » L’ajout de McCalebb, un choix sportif extrêmement judicieux – une naturalisation très discutable pour l’éthique sportive – a

Les stats du 5 majeur en club SAISON 2010-11 Bo McCalebb

11,5 pts et 2,1 pds (Siena, Euroleague)

Vlado Ilievski

10,8 pts et 4,1 pds (Ljubljana, Euroleague)

Damjan Stojanovski

7,9 pts (21/39 à 3-pts) (Sofia, EuroChallenge)

Pero Antic

9,6 pts et 6,1 rbds (Spartak St Petersburg, EuroChallenge)

Predrag Samarzidski

9,0 pts 5,7 rbds (Zeleznik, EuroChallenge)

évidemment été décisif. « Je n’aurais jamais pensé en être là quand j’ai eu mon passeport », nous expliquait Bo. « On a été bons l’année dernière en qualifications, mais je n’aurais jamais pensé qu’on ferait aussi bien dans le tournoi. Je ne suis pas européen, je ne me rends pas bien compte de ce que ça veut dire qu’aller aux Jeux Olympiques, mais je suis sûr qu’on va m’expliquer ça bientôt. Là, je me sens bien, je fais ce que j’aime, je joue au basket. Tout le monde rêve de jouer des matches comme ça. » Il suffisait de le voir haranguer la foule des Macédoniens pressés pour le match pour le bronze pour s’en persuader. Sa seule présence ne suffit pas à expliquer le bond en avant pour ce groupe. L’alchimie, la complémentarité, le mental, l’attitude de ce collectif où chacun a joué très clairement au dessus de son niveau, étaient impressionnants. Ce qu’on appelle une équipe. n T.B.

tifo rouge géant, sur une des tribunes basses, avant de se faire vivement éjecter par les supporters lituaniens. Ils ont fini le match avec un cordon de sécurité autour de leur tribune… Les mascottes des Blazers et des Pacers ont fait le déplacement pour la phase finale de Kaunas. Moins de succès cependant que les Red Foxes, les pompom grand luxe de l’Euro… Andrei Kirilenko était sur le parquet à prendre des tirs en rythme avec deux passeurs, 1h25 avant le début de la demi-finale. Il était seul sur le parquet… Peu de temps après, la FIBA a eu la bonne idée de changer les filets, ce qui a pris une bonne demiheure, empêchant ainsi les joueurs de shooter pendant ce temps-là…

T.B. et F.d.L.


LA gazette

31

En direct de Kaunas…

Steve Freeman/NBAE via Getty Images

Panagiotis Yannakis, l’ancien coach de la Grèce championne d’Europe 2005 et vice-championne du monde 2006, est passé en zone mixte le jour des demifinales… Le père de Kévin Séraphin a joué au temps-mort entre le 3e et 4e quart à un concours de tirs contre un Lituanien. Mais il a perdu, contrairement à ce que Kévin croyait le lendemain… Joakim Noah a adopté la même mode que son père en matière de chaussure. Dans les couloirs de l’hôtel, pour se rendre au point presse notamment, le pivot des Bleus marchait pieds nus !.. Vendredi soir, alors que le contingent de journalistes français commençait à fêter la victoire des Bleus en demi-finale, Yannis Bourousis, l’énorme pivot grec,

INTERVIEW

BOSTJAN NACHBAR J.-F. Mollière-FFBB/ L.Kulbis-Agence Castoria-FIBA Europe

« PLUS FACILE DE JOUER QUE DE REGARDER ! » L’ailier de la sélection slovène (2,06 m, 31 ans), ancien joueur de New Orleans et New Jersey en NBA, était blessé cet été, mais il a suivi ses camarades, notamment en commentant pour la télévision de son pays. Une expérience difficile pour lui !

passe le tourniquet de l’hôtel et fonce droit sur les représentants de la presse. Moment d’inquiétude. Dans sa main, une carte bleue gold. Le gentil géant ramenait simplement avec le sourire une CB perdue, appartenant en fait à Jérémy Medjana, un agent de joueur, qui aurait pu payer sa tournée pour la peine !... Après la victoire en quart de finale, la FFBB a commencé à réfléchir à un moyen de faire venir des supporters supplémentaires pour soutenir les Bleus. Au final 155 courageux ont rejoint la Lituanie, dont la ministre des sports Chantal Jouanno, Lionel Jospin, le nageur Alain Bernard, l’escrimeuse Laura Flessel et Marie-Jo Pérec. Et parmi les anonymes, une vingtaine ont été invités par Boris Diaw, tous frais payés… Durant l’échauffement des Bleus, juste avant la finale, la sono a balancé « Qu’est-ce qu’on attend ? » du groupe de rap NTM, à fond les amplis. Effet garanti…

T.B. et F.d.L.

C

omment vas-tu ? Je me suis fait une entorse de la cheville vers la fin de la dernière saison. C’était assez vilain. J’ai essayé de revenir sur le terrain deux mois après, mais ça me faisait encore souffrir. J’ai donc décidé de me faire opérer pour retirer un petit bout de cartilage. Donc j’ai subi une arthroscopie, ce qui est une procédure assez simple. Mais à cause de ça, j’ai dû rater l’Euro.

grosse surprise que la Macédoine face à la Lituanie. On a bien débuté le match, mais en deuxième, on a très mal défendu pendant huit minutes. Juan Carlos Navarro a retourné le match. L’Espagne est très intelligente. Quand ils voient qu’un de leurs joueurs est chaud, ils l’alimentent. Même si un autre avait un tir ouvert, ils faisaient l’extra passe pour Navarro. Il nous a tués.

Ça fait quoi de regarder son équipe et de ne pas jouer ? C’est très dur, c’est plus facile de jouer que de regarder ! (Rires) J’ai regardé les deux premiers tours à la maison et je suis venu pour la phase finale, et en live, c’est encore plus dur ! Je suis très nerveux.

Tu travailles pour la télévision slovène alors ? Oui, c’est super, j’ai déjà commenté pas mal de matches pour la télévision slovène, notamment la NBA. C’est ma première fois avec la sélection, mais c’est trop dur, donc je ne commente pas les matches de la Slovénie, je ne ferais pas un bon boulot. Je fais les autres matches.

Match difficile contre l’Espagne en quart… On le savait, c’est une des meilleures équipes du monde. Si on avait battu l’Espagne, ça aurait été encore une plus

Comment l’équipe s’adapte au nouveau coach, Bozidar Maljkovic ? Ça va prendre un peu de temps. Cet été l’a prouvé, le coach n’a pas eu assez de temps pour faire passer sa façon de penser et de

jouer. J’espère qu’avec un ou deux ans de plus, si l’équipe reste ensemble, ce sera mieux. L’Euro 2013 sera en Slovénie… (Il coupe) La Lituanie fait un super boulot sur cet Euro mais je crois qu’en Slovénie, ce sera plus fou encore. Les gens en parlent déjà beaucoup et ça ne va que s’accentuer ! J’aurais aimé qu’on fasse mieux cette année pour bâtir une dynamique mais ça va être énorme. Parce qu’on est tellement proche de tellement de pays. On est au centre de l’Europe. Et en ce qui te concerne, tu vas jouer où l’année prochaine ? Je suis revenu en Europe, mais je veux retourner en NBA. J’ai des contacts avec des équipes d’Euroleague, mais j’attends de voir ce qui va se passer en NBA. Pour l’instant, je me concentre sur ma santé. Le plus patient je serai, le plus intéressant ce sera pour moi. n Propos recueillis par T.B.


Spécial

J.-F. Mollière-FFBB/ Y.Matthaios Agence Castoria-FIBA Europe

32

SERBIE

INTERVIEW

YANNICK NOAH

« JE SUIS FIER ! »

• C’est le grand perdant de cet Euro. Médaillée d’argent en 2009 et 4e du dernier Mondial, la Serbie que l’on annonçait parmi les favoris s’est crashée en plein vol. Pire encore, en s’inclinant contre la Grèce en match de classement (77-87), les Serbes doivent faire une croix sur les Jeux Olympiques. Endossant la responsabilité de cette déroute, coach Ivkovic a tout de même tenu a envoyer un message clair à la FIBA, coupable à ses yeux d’avoir prévu un match aussi décisif 17 heures seulement après le quart de finale perdu. « C’est une énorme erreur de sa part », s’est écrié l’entraîneur. « Je ne veux chercher aucune excuse me concernant, mais jouer un match 17 heures après le dernier, sans même avoir un seul entraînement entre les deux, un match qui va décider de notre présence aux Jeux Olympiques en plus, ce n’est pas acceptable. » Visiblement lessivés, les Serbes ont en effet encaissé un 34-8 sur le premier quart-temps contre la Grèce, un écart qui leur aura été fatal.

J.-F. Mollière-FFBB/C.de Massis Agence Castoria-FIBA Europe

J.-F. Mollière-FFBB/ GiulioCiamillo Agence Castoria-FIBA Europe

LE COUP DE GUEULE D’IVKOVIC

Le père de Joakim était là pour encourager son fils en quart et en demi. Personnalité préférée des Français, vainqueur de Roland Garros en 1983 puis capitaine victorieux de la France en Coupe Davis, c’est lui qui a transmis le virus équipe de France au pivot des Bleus.

Q

uel sentiment t’inspire le parcours de l’équipe de France de basket ? Il se passe vraiment tellement de choses entre mon histoire, mon rapport au sport, mon fils. Quand tu es professionnel, la victoire donne vraiment un supplément d’âme. Ici, les Bleus vont vraiment au bout de leur objectif, de leur rêve. Depuis deux mois, ils sont tendus vers un but et ne lâchent rien. Je suis fier d’eux. Comment as-tu vécu le quart de finale contre la Grèce ? Ce fut un match énorme, dur, crispant ! C’était plus stressant pour les spectateurs que pour les joueurs. Ce qui est bien, c’est que ces matches-là, les Bleus les gagnent. Dans le passé, que ce soit en basket ou dans d’autres disciplines, lorsque c’était tendu, on avait tendance à baisser les bras. À l’intérieur de ce groupe, il y a des mecs qui savent gagner, qui ont déjà goûté à cela

comme Tony Parker. Il connaît les dangers. Un leader comme lui, cela n’a pas de prix. Joakim a dit : « papa m’a mis la pression pour que je joue en équipe de France »… C’est vrai ! Je voulais qu’il évolue dans la sélection nationale. Qu’il sache ce que cela représente de jouer pour son pays. Il a gagné un titre en université. Il évolue maintenant en NBA à Chicago. Mais jouer pour la France, c’est différent. J’ai fait la Coupe Davis, je lui ai parlé d’amitié, de camaraderie. Je savais que ça allait lui plaire. Joakim est venu. Il a constaté que c’était un monde différent. C’est une jolie aventure de potes. La motivation est venue toute seule. C’est un moment très riche de sa vie. Vous avez le sentiment qu’il s’éclate vraiment ? Quand Joakim gagne, il est content ! C’est le fruit de son travail. n

SLOVÉNIE

LAKOVIC ARRÊTE • Quatrième du dernier Euro mais amputée de plusieurs joueurs de valeur (Bostjan Nachbar, Sani Becirovic, Domen Lorbek…) la Slovénie n’aura accroché qu’une modeste 7e place en Lituanie. Les hommes en vert ne feront donc pas les Jeux et se projettent déjà sur l’Euro 2013, organisé chez eux. Mais cet événement national se fera sans Jaka Lakovic, qui a annoncé la fin de sa carrière internationale. Présent en équipe nationale depuis 2001, le « Petit Général » (1,85 m, 33 ans) n’aura pas fait de miracle lui non plus, affichant même ses plus « mauvaises stats » (9,5 pts à 36,1%, 2,0 rbds et 3,0 pds en 26’) depuis l’Euro 2001 où il n’était alors qu’un jeunot. Il est suivi dans sa retraite par Goran Jagodnik (2,01 m, 37 ans), présent en équipe nationale depuis 1995.

F.d.L.


33

LA gazette

BASKET ET MÉDIAS

LES BLEUS CRÈVENT L’ÉCRAN

La FFBB a tenté…

Une décision non négligeable puisque France 4, disponible via le réseau TNT uniquement, n’offre pas le même potentiel que France 2 ou France 3 en termes d’audience, ce qui a eu le don d’agacer la Fédération dont le président, Jean-Pierre Siutat, a tenté d’interférer auprès du ministère

J.-F. Mollière-FFBB/T.Wiedensohler-Agence Castoria-FIBA Europe

I

l n’y a pas que sur le parquet que les Bleus ont eu du succès. Médiatiquement parlant, l’Euro lituanien fut également une franche réussite. D’ordinaire cantonnée à Canal+Sport, l’équipe de France s’est invitée sur Canal+, la chaîne premium du groupe Canal, pour la demi-finale contre les Russes, le tout en direct, à 20 heures donc, horaire habituellement attribué au Grand Journal de Michel Denisot. Un vrai petit pari mais que Canal ne regrette pas puisque le match a été suivi par plus de 870.000 abonnés, la fin de partie ayant même culminé à 1,4 million, soit la plus forte audience jamais réalisée par la chaîne pour un match de basket ! Une franche réussite donc, même si la finale face à l’Espagne est retournée sur Canal+Sport, la rencontre de football entre Lyon et Marseille étant programmée sur le même créneau horaire. En revanche, la finale s’est invitée sur le réseau public puisque conformément à la loi, France Télévisions s’est porté acquéreur des droits (pour 300.000 euros). Une excellente nouvelle donc, sauf que le groupe a choisi de diffuser le match sur France 4, et non sur France 2 ou France 3 comme on aurait pu l’imaginer.

des Sports, sans succès. « Ce n’est pas une décision qui m’appartient, c’est dealé au plus haut niveau de la chaîne », nous a rappelé Jean-Philippe Guillin, l’envoyé spécial de France Télévisions en Lituanie qui a assuré le commentaire auprès de Richard Dacoury. « Sur la 2, il y a le journal de 20 heures qui ne peut pas être bousculé et sur la 3 il y a un feuilleton qui fait de plus en plus de parts de marché (Les enquêtes de Murdoch, ndlr) que la direction veut continuer de lancer parce que c’est difficile d’installer un produit dans la durée. Et puis sur France 4, on met du sport de temps en temps, du foot anglais, de la Coupe de la Ligue et je pense que derrière tout ça,

les dirigeants essaient peut-être de battre un record sur la TNT, un peu comme M6 avait fait en mettant l’Europa League sur W9. »

Plus fort que le hand

Bien vu Jean-Philippe. Avec 1.854.000 téléspectateurs devant la finale – pic d’audience à 2,2 millions à 21h48 –, France 4 a battu le record historique de la chaîne, réalisant la deuxième meilleure audience all-time de la TNT*. À défaut d’offrir une exposition optimale à l’équipe de France, France Télévisions a atteint son objectif. Dans le même temps, Canal+ Sport a réuni 1.046.000 abonnés. Record de la chaîne pour

du basket, et deuxième audience all-time derrière le clasico Barça – Real de novembre 2010 (1,42 M). Mieux que la finale du Mondial de hand, France – Croatie, en février 2009 (1,02 M). En tout, la finale France – Espagne aura été regardée par 2.902.000 téléspectateurs. Excellent score même si l’on ne peut s’empêcher de penser à l’audience potentielle qu’aurait réalisé ce match sur une chaîne traditionnelle du service public. n F.d.L.

*Le record de la TNT est de 2,3 millions de téléspectateurs pour la demi-finale de coupe du monde foot féminin, France – États-Unis le 13 juillet 2011 sur Direct 8.

LE 5 DE L’EURO Andrei Kirilenko MJ 11

Min % tir 3-pts % LF Rbds 30 49,1 11-27 70,5 6,1

Pds 2,3

Ints 2,6

Cts 0,7

Bps 2,3

Pts 14,9

% LF Rbds

Pds

Ints

Cts

Bps

Pts

85,3

3,7

2,1

-

2,1

21,4

Pds 4,4

Ints 1,6

Cts -

Bps 2,4

Pts 22,1

Pds 3,0

Ints 0,6

Cts -

Bps 1,5

Pts 18,7

Pds 1,7

Ints 1,1

Cts 1,7

Bps 1,1

Pts 20,1

Bo McCalebb J.-F. Mollière-FFBB/ T.Wiedensohler-Agence Castoria-FIBA Europe

MJ 11

Min % tir 3-pts 34

47,0

13-42

3,1

Tony Parker MJ 10

Min % tir 3-pts % LF Rbds 35 45,6 10-30 80,9 3,5

Juan Carlos Navarro MJ 11

Min % tir 3-pts % LF Rbds 27 46,2 34-76 90,5 1,5

Pau Gasol MJ 10

Min % tir 3-pts 26 53,8 7-11

% LF Rbds 80,6 8,3


Spécia CHIFFRES l

34

4- MACéDOINE (7-4)

Joueur B. McCalebb P. Antic V. Ilievski T. Gechevski V. Stojanovski P. Samardziski G. Chekovski D. Stojanovski D. Sokolov D. Mirakovski Total

MJ Min 11 34 11 35 11 38 6 22 11 27 11 18 11 16 11 14 11 8 3 5 11 -

5- LITUANIE (8-3)

Joueur M. Kalnietis R. Kaukenas S. Jasikevicius S. Jasaitis J. Valanciunas M. Pocius D. Songaila R. Javtokas P. Jankunas M. Petravicius K. Lavrinovic T. Delininkaitis Total

MJ Min 11 24 11 25 11 18 11 27 10 16 11 21 11 17 11 20 11 16 2 14 8 14 5 11 11 -

J.-F. Mollière-FFBB/Agence Castoria-FIBA Europe

6- GRÈCE (7-4)

Pau Gasol (Espagne) 1- ESPAGNE (10-1)

Joueur P. Gasol J. Navarro M. Gasol R. Fernandez S. Ibaka J. Calderón F. Reyes F. San Emeterio S. Llull V. Claver R. Rubio V. Sada Total

MJ Min 10 26 11 27 11 28 11 25 11 17 11 19 11 10 9 13 11 15 7 5 11 16 9 8 11 -

2- FRANCE (9-2)

Joueur T. Parker N. Batum J. Noah B. Diaw M. Gelabale A. Traore N. De Colo K. Seraphin C. Kahudi F. Pietrus A. Albicy S. Tchicamboud Total

MJ Min 10 35 11 31 10 25 11 29 9 20 10 11 11 18 9 9 9 11 11 16 7 8 6 9 11 -

3- RUSSIE (10-1)

Joueur A. Kirilenko T. Mozgov V. Fridzon A. Shved A. Vorontsevich V. Khryapa S. Monya S. Bykov S. Antonov A. Ponkrashov N. Shabalkin D. Khvostov Total

MJ Min 11 30 11 20 11 21 11 22 11 17 10 27 11 18 11 26 10 8 11 11 3 2 4 7 11 -

Tirs 70-130 67-145 43-86 38-76 30-53 27-61 23-42 8-24 11-33 5-12 7-30 4-11 333-703

% 53,8 46,2 50,0 50,0 56,6 44,3 54,8 33,3 33,3 41,7 23,3 36,4 47,4

3pts LF Rb Pd In 7-11 80,6 8,3 1,7 1,1 34-76 90,5 1,5 3,0 0,6 2-6 84,1 7,3 2,0 0,5 9-35 62,5 3,4 3,0 1,5 81,8 3,9 0,3 0,3 10-31 50,0 3,2 2,7 1,6 0-1 60,0 2,8 0,9 0,2 2-12 80,0 1,4 1,3 0,4 3-14 75,0 0,5 2,0 0,7 2-6 100,0 0,6 - 1-15 100,0 2,5 2,1 1,4 0-4 50,0 2,0 1,0 0,1 70-211 81,0 38,1 19,5 8,3

Tirs 78-171 53-99 32-74 34-77 25-41 31-57 27-57 18-32 8-16 13-18 2-7 2-14 323-663

% 45,6 53,5 43,2 44,2 61,0 54,4 47,4 56,3 50,0 72,2 28,6 14,3 48,7

3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts 10-30 80,9 3,5 4,4 1,6 - 2,4 22,1 17-42 85,3 3,2 1,4 2,0 0,6 1,5 13,8 81,3 8,0 1,2 0,9 0,4 1,7 9,0 3-14 77,3 4,7 2,5 0,5 0,3 1,6 8,0 14-22 100,0 1,8 1,0 0,7 - 0,7 7,3 64,3 2,2 0,3 - 0,2 1,1 7,1 5-18 100,0 2,1 0,9 1,1 0,3 1,6 6,5 85,7 1,9 0,1 - 0,4 1,1 4,7 4-6 75,0 2,3 0,3 0,1 - 0,2 2,9 0-2 60,0 3,4 0,8 0,6 0,2 0,8 2,6 2-6 83,3 0,4 0,9 0,1 - 1,1 1,6 1-6 100,0 0,8 0,2 0,3 - 0,2 1,5 56-146 81,3 34,0 12,7 7,5 2,3 13,0 79,6

Tirs 55-112 42-65 38-78 36-92 36-66 32-70 23-57 24-42 15-28 6-24 2-4 0-6 309-644

% 49,1 64,6 48,7 39,1 54,5 45,7 40,4 57,1 53,6 25,0 50,0 48,0

3pts 11-27 20-41 6-20 4-19 7-28 13-31 2-13 3-5 4-12 0-1 0-3 70-200

LF Rb 70,5 6,1 60,0 3,9 70,0 2,7 61,5 2,5 77,8 3,5 57,1 5,0 63,6 3,7 75,0 2,0 55,6 1,7 1,5 0,3 50,0 0,8 65,3 35,5

Pd 2,3 0,7 1,6 3,1 1,1 5,1 0,7 3,0 0,1 1,0 0,8 18,5

In 2,6 0,3 0,9 0,5 0,6 1,4 0,7 0,6 0,5 8,0

Co 1,7 0,7 0,2 1,2 0,1 0,1 3,8

Co 0,7 1,5 0,2 0,2 0,7 0,1 0,2 0,1 0,3 3,6

Bp 1,1 1,5 1,7 1,0 0,6 1,2 0,6 0,7 1,0 0,6 0,8 0,3 11,1

Bp 2,3 2,4 1,2 1,6 0,9 2,6 1,2 1,5 0,1 0,6 0,3 14,6

Pts 20,1 18,7 13,3 8,2 7,1 5,9 5,0 2,9 2,8 2,0 1,5 1,0 85,2

Pts 14,9 9,5 9,4 8,5 8,2 7,9 6,0 5,1 3,8 1,5 1,3 0,3 74,2

Joueur A. Fotsis I. Bourousis N. Zisis N. Calathes K. Koufos K. Vasileiadis M. Bramos K. Papanikolaou K. Kaimakoglou D. Mavroeidis K. Sloukas V. Xanthopoulos Total

MJ Min 11 27 11 22 10 27 11 26 11 16 11 15 11 22 11 19 10 15 8 6 6 6 11 8 11 -

7- SLOVENIE (6-5)

Joueur G. Dragic E. Lorbek J. Lakovic Z. Dragic M. Begic S. Ozbolt M. Smodis U. Slokar E. Muric G. Jagodnik S. Udrih L. Rupnik Total

MJ Min 11 25 11 27 11 26 11 24 11 20 10 25 11 14 11 12 11 13 10 8 9 9 4 7 11 -

8- SERBIE (5-6)

Joueur N. Krstic D. Savanovic M. Teodosic M. Keselj M. Macvan M. Tepic K. Perovic N. Bjelica S. Markovic A. Rasic I. Paunic B. Marjanovic Total

MJ Min 10 25 11 24 11 28 11 23 11 17 8 24 11 16 10 14 11 20 6 22 7 12 2 10 11 -

Tirs 79-168 43-128 36-115 23-47 27-63 24-59 17-55 9-36 5-21 0-2 263-694

% 47,0 33,6 31,3 48,9 42,9 40,7 30,9 25,0 23,8 37,9

3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts 13-42 85,3 3,1 3,7 2,1 - 2,1 21,4 16-55 65,0 8,5 1,9 1,0 0,3 1,5 11,6 18-51 69,0 2,2 3,3 1,2 - 1,6 10,0 4-18 100,0 4,3 0,3 0,3 0,8 1,7 9,0 14-35 94,4 3,7 0,8 1,7 - 0,5 7,7 66,7 4,2 0,5 0,6 0,9 0,9 5,8 8-36 76,9 2,5 0,5 0,5 0,1 0,7 4,7 3-24 100,0 2,2 0,5 0,5 0,1 0,3 2,5 4-9 0,9 0,1 0,2 - 0,6 1,3 0-1 100,0 0,7 - 0,3 - - 0,7 80-271 78,2 34,5 11,5 8,2 1,8 9,9 70,1

Tirs 48-104 49-79 31-57 37-71 33-50 35-70 40-81 28-55 22-54 3-6 8-21 3-15 337-663

% 46,2 62,0 54,4 52,1 66,0 50,0 49,4 50,9 40,7 50,0 38,1 20,0 50,8

3pts 16-42 7-9 9-21 17-36 10-25 0-1 0-2 3-14 4-11 2-10 68-171

Tirs 47-83 46-93 33-90 33-79 39-68 23-61 17-58 13-31 13-32 7-10 1-5 2-11 274-621

% 56,6 49,5 36,7 41,8 57,4 37,7 29,3 41,9 40,6 70,0 20,0 18,2 44,1

3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts 20-39 80,0 4,7 0,9 0,9 0,8 0,8 11,8 3-11 82,5 5,6 1,4 0,7 0,7 1,8 11,6 7-28 91,9 3,4 3,2 0,9 - 1,4 10,7 6-27 78,4 2,6 3,8 1,6 0,1 2,5 9,2 62,1 3,7 0,4 0,5 1,1 0,9 8,7 14-44 100,0 1,7 1,1 0,5 - 0,7 6,3 5-30 100,0 2,5 1,0 0,7 0,1 0,7 4,4 4-14 68,8 3,3 1,1 0,6 0,2 0,4 3,7 2-13 71,4 1,9 0,2 0,2 0,3 0,9 3,3 60,0 0,4 0,3 - 0,1 0,8 2,1 1-3 50,0 0,7 0,2 - - 1,3 0,8 0-3 100,0 1,3 1,2 0,5 - 0,7 0,5 62-212 79,5 34,1 14,2 7,2 3,4 12,7 71,0

Tirs 49-108 46-118 30-83 36-66 33-62 19-66 16-45 13-28 11-33 9-33 6-17 1-7 269-666

% 45,4 39,0 36,1 54,5 53,2 28,8 35,6 46,4 33,3 27,3 35,3 14,3 40,4

3pts 9-42 11-36 22-57 1-13 14-48 7-21 3-4 4-19 3-16 3-11 0-4 77-271

LF Rb 64,7 3,6 67,9 5,0 81,5 2,0 61,5 4,4 65,5 6,5 86,7 2,3 72,7 1,5 61,1 3,3 44,4 2,4 83,3 1,4 25,0 0,8 0,5 67,0 36,4

Pd 2,7 1,7 3,0 1,2 0,6 1,6 0,8 0,4 0,5 0,1 0,8 0,5 13,3

In 1,6 0,8 0,6 1,1 0,1 1,4 0,1 0,4 0,8 0,3 0,4 7,5

Co 0,2 0,1 1,9 0,1 0,2 0,1 2,5

Bp 2,6 1,5 2,5 1,6 0,6 1,3 0,5 0,4 0,4 0,4 0,9 0,3 13,2

Pts 11,7 11,1 9,5 8,1 7,7 6,5 4,3 3,6 2,7 2,6 1,8 0,5 68,6

Tirs 56-93 56-111 38-107 34-68 30-58 22-50 21-43 12-30 12-42 11-28 7-14 1-7 300-651

% 60,2 50,5 35,5 50,0 51,7 44,0 48,8 40,0 28,6 39,3 50,0 14,3 46,1

3pts 16-40 15-55 23-48 3-14 4-12 4-13 5-21 5-17 2-6 77-226

LF Rb 76,8 4,0 86,4 3,6 76,7 4,2 90,0 3,5 85,7 4,1 90,0 3,4 71,9 3,7 75,0 2,8 60,0 2,0 75,0 0,8 0,7 1,5 78,6 34,5

Pd 1,2 0,8 5,7 0,6 1,0 1,9 0,3 0,8 3,3 2,2 0,3 1,0 16,5

In 0,2 0,5 0,6 0,5 0,2 0,4 0,7 0,7 0,8 0,6 4,6

Co 0,4 0,3 0,1 0,3 0,1 0,2 1,3

Bp 1,6 1,8 3,8 1,1 0,8 1,1 1,0 0,7 1,4 1,0 0,7 14,0

Pts 15,5 13,4 11,3 9,1 7,4 8,3 5,9 3,7 3,2 5,5 2,3 1,0 78,3

% 44,2 53,9 38,4 55,3 45,2 39,3 47,1 50,0 44,4 37,5 33,3 18,2 45,7

3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts 8-19 93,3 6,6 1,4 0,4 0,4 1,4 19,5 53,8 10,0 0,8 0,5 1,8 2,6 15,5 16-46 92,9 3,3 3,9 0,6 - 1,3 10,6 10-19 78,6 1,4 0,8 0,6 - 0,8 9,1 10-19 100,0 2,8 0,4 0,3 - 1,4 5,4 3-10 91,7 1,5 2,1 0,5 - 2,1 4,5 5-11 71,4 2,6 0,6 0,5 - 0,4 3,3 4-8 100,0 0,7 1,2 0,2 - 0,2 2,7 0-2 60,0 2,0 0,2 - 0,5 0,7 1,8 71,4 1,8 0,2 0,5 - 1,3 1,8 0-3 50,0 0,6 - - - 0,6 1,2 2-11 0,5 0,1 0,1 0,1 0,4 0,8 58-148 80,1 34,5 11,1 4,0 2,6 12,5 74,1

9- ALLEMAGNE (4-4)

Joueur D. Nowitzki C. Kaman H. Schaffartzik R. Benzing P. Schwethelm S. Hamann J. Herber L. Staiger T. Ohlbrecht T. Pleiss J. Jagla S. Schultze Total

MJ Min 8 30 8 28 8 30 8 25 8 17 8 24 8 19 6 7 6 9 6 7 5 6 8 7 8 -

Tirs 53-120 55-102 28-73 26-47 14-31 11-28 8-17 5-10 4-9 3-8 2-6 2-11 211-462

LF Rb 75,0 3,5 78,9 2,2 91,7 2,0 77,8 5,2 75,0 4,1 63,2 2,3 85,7 3,0 46,4 5,0 81,0 4,1 50,0 1,5 91,7 4,5 75,0 1,4 75,0 39,0

Pd 3,8 2,2 4,6 0,5 0,9 1,9 0,5 0,6 0,6 0,5 0,9 1,2 17,0

In 0,4 0,7 0,3 0,9 0,9 0,5 0,4 0,4 0,1 0,3 0,4 4,7

Co 1,1 0,1 0,1 0,5 0,1 0,4 0,2 2,1

Bp 2,1 1,4 3,0 0,2 2,6 1,7 0,9 1,3 0,5 1,0 0,3 1,2 14,5

Pts 11,0 10,9 9,5 8,9 8,4 8,4 8,4 6,3 5,8 4,5 3,9 2,8 81,6

9- FINLANDE (3-5)

Joueur P. Koponen G. Lee S. Huff T. Kotti M. Koivisto S. Salin T. Rannikko H. Möttölä K. Muurinen P. Virtanen A. Nikkilä V. Mäkäläinen Total

MJ Min 8 31 8 20 8 25 8 25 8 15 8 18 8 26 5 11 8 17 5 7 8 8 8 5 8 -

11- TURQUIE (3-5)

Joueur E. Preldzic H. Türkoglu E. Kanter E. Ilyasova Ö. Onan Ö. Asik O. Savas E. Arslan K. Tunçeri C. Akyol I. Türkyilmaz S. Güler Total

MJ Min 8 19 8 27 8 18 8 27 8 25 8 24 7 7 8 18 8 22 5 10 3 7 5 9 8 -

11- GéORGIE (2-6)

Joueur Z. Pachulia V. Sanikidze M. Markoishvili T. Shengelia M. Haynes G. Tsintsadze N. Tskitishvili G. Shermadini G. Gamqrelidze V. Boisa A. Boisa L. Parghalava Total

MJ Min 5 26 8 32 8 33 8 21 8 21 6 23 8 14 8 15 7 15 8 16 4 6 3 2 8 -

13- CROATIE (2-3)

Joueur A. Tomic B. Bogdanovic M. Popovic K. Simon D. Markota D. Draper L. Zoric S. Barac L. Andric M. Tomas R. Stipcevic D. Rudez Total

MJ Min 5 25 5 30 5 25 5 23 5 19 5 30 5 15 4 11 5 9 2 20 5 5 3 5 5 -

Tirs 35-101 28-54 26-53 25-57 21-52 18-43 11-40 10-29 16-45 5-8 4-10 1-5 200-497

% 34,7 51,9 49,1 43,9 40,4 41,9 27,5 34,5 35,6 62,5 40,0 20,0 40,2

3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts 16-34 83,3 1,9 3,1 0,6 0,3 2,4 13,3 55,3 2,9 1,3 0,1 0,1 1,1 9,6 11-24 75,0 3,6 0,9 0,5 0,1 0,9 9,0 63,2 6,3 1,1 1,9 0,5 1,1 7,8 14-36 100,0 1,1 0,9 - - 0,8 7,5 11-28 60,0 3,0 0,9 0,3 - 1,1 6,6 8-32 75,0 2,5 4,5 0,6 - 2,5 6,0 4-9 66,7 1,2 - 0,2 - 0,2 6,0 2-9 75,0 3,1 1,1 0,9 0,1 1,1 4,6 4-7 60,0 1,2 0,4 - - 0,6 3,4 80,0 1,5 0,3 - 0,1 0,6 2,0 0,9 0,4 0,1 0,1 0,1 0,3 70-179 69,2 33,1 14,6 5,1 1,4 12,6 72,5

Tirs 28-56 31-80 29-49 25-65 27-59 27-48 15-17 13-39 10-44 5-16 2-7 1-2 213-482

% 50,0 38,8 59,2 38,5 45,8 56,3 88,2 33,3 22,7 31,3 28,6 50,0 44,2

3pts LF Rb Pd In Co 8-19 73,3 3,4 2,3 0,9 5-32 69,2 3,1 2,4 0,6 0,4 67,9 3,9 0,5 0,3 0,6 7-20 77,3 6,5 0,4 0,1 0,4 13-27 60,0 1,8 0,6 0,9 41,9 8,5 - 0,1 1,5 0-1 60,0 1,6 0,1 0,3 0,3 4-17 85,7 1,1 2,9 0,6 4-24 100,0 0,8 2,1 0,6 1-12 100,0 1,6 0,6 0,4 0,2 0-1 2,3 0,3 0,3 0,3 50,0 0,8 0,4 0,8 42-153 64,6 37,1 12,0 5,3 3,4

Bp 1,3 0,6 1,1 1,3 0,6 2,4 1,1 1,4 1,3 0,2 0,4 11,8

Pts 10,8 10,6 9,6 9,3 9,1 9,0 4,7 4,5 3,3 2,8 1,3 0,6 72,9

Tirs 25-53 36-68 40-99 31-59 24-58 12-24 9-29 13-23 7-19 9-14 3-7 0-1 209-454

% 47,2 52,9 40,4 52,5 41,4 50,0 31,0 56,5 36,8 64,3 42,9 46,0

3pts 8-23 8-36 2-7 8-25 4-10 4-15 2-9 0-1 0-1 36-127

LF Rb 85,7 4,4 66,7 8,0 77,8 3,5 40,0 4,6 53,3 1,6 50,0 2,3 76,2 2,5 75,0 4,4 57,1 2,0 37,5 2,4 1,3 64,4 37,6

Pd 0,6 1,5 2,5 1,1 1,3 3,3 0,6 0,5 1,3 1,0 0,3 12,6

In 1,0 0,6 1,5 0,6 0,9 0,3 0,4 0,3 0,6 0,3 0,3 6,0

Co 0,6 0,5 0,1 0,6 0,1 1,8

Bp 3,2 3,0 2,9 1,5 2,4 2,2 0,8 1,6 0,9 0,8 0,3 18,3

Pts 13,6 12,0 11,9 8,8 8,0 5,2 4,8 4,4 3,4 2,6 1,5 68,5

Tirs 34-46 21-44 18-41 18-40 15-34 11-34 8-19 7-18 5-8 3-8 2-6 0-5 142-303

% 73,9 47,7 43,9 45,0 44,1 32,4 42,1 38,9 62,5 37,5 33,3 46,9

3pts 9-22 12-27 4-15 5-21 5-16 1-2 1-4 0-2 0-2 37-111

LF Rb 88,2 6,2 92,9 3,8 93,3 1,8 62,5 3,6 3,6 60,0 4,6 70,0 3,4 75,0 2,3 71,4 2,4 2,5 66,7 0,6 1,3 78,9 37,0

Pd 2,2 0,8 3,4 1,8 1,0 7,0 0,6 0,3 0,2 0,2 17,4

In 0,6 1,2 0,6 0,6 0,2 1,2 4,4

Co 0,6 0,2 0,6 0,5 0,5 2,0

Bp 1,2 1,0 1,6 1,2 1,0 2,0 1,0 0,8 2,2 1,0 0,4 13,2

Pts 16,6 12,8 12,4 9,0 7,0 6,6 4,6 4,5 4,0 3,5 1,2 79,2

% 55,9 38,9 33,3 32,0 40,0 50,0 23,5 63,6 33,3 25,0 100,0 40,4

3pts LF Rb Pd In Co 7-13 68,0 3,6 3,2 1,6 12-32 76,5 5,2 1,8 1,0 0-9 63,2 6,8 1,2 0,6 3-16 68,8 5,4 1,2 1,0 0,8 4-13 100,0 1,8 0,2 0,2 1-4 1,0 1,0 0,3 2-11 88,9 1,0 1,0 0,2 2,4 0,6 0,2 0,2 1-5 1,2 0,6 0,4 0-2 100,0 2,0 - - 1,8 0,3 - 30-105 69,1 34,6 10,6 5,4 1,0

Bp 2,6 4,0 2,0 1,0 1,0 1,3 1,4 1,4 0,2 0,3 0,5 16,6

Pts 18,0 13,4 10,4 9,2 5,4 4,3 3,6 2,8 1,4 1,0 0,5 67,8

Bp 2,6 2,2 1,4 2,6 1,3 0,4 3,0 0,6 0,3 1,0 2,0 1,3 15,2

Pts 24,6 11,2 9,2 8,2 6,8 5,8 4,5 3,6 2,5 1,5 1,3 1,0 74,4

13- BULGARIE (2-3)

Joueur E. Rowland F. Videnov D. Ivanov K. Ivanov C. Kostov P. Marinov B. Avramov N. Varbanov Z. Georgiev A. Georgiev T. Banev Total

MJ Min 5 33 5 30 5 31 5 27 5 21 3 14 5 13 5 14 5 9 3 11 4 8 5 -

Tirs 33-59 21-54 20-60 16-50 10-25 6-12 4-17 7-11 3-9 1-4 1-1 122-302

13- GRANDE-BRETAGNE (2-3)

Joueur L. Deng J. Freeland N. Reinking D. Clark K. Johnson M. Lenzly R. Archibald O. Adegboye A. Sullivan E. Boateng D. Van Oostrum A. Lawrence Total

MJ Min 5 37 5 25 5 27 5 24 4 17 5 20 2 16 5 14 4 16 4 9 3 17 3 6 5 -

Tirs 42-95 22-42 18-37 16-45 11-20 8-19 2-8 7-19 3-10 3-7 1-11 1-3 134-316

% 44,2 52,4 48,6 35,6 55,0 42,1 25,0 36,8 30,0 42,9 9,1 33,3 42,4

3pts 5-24 1-2 6-17 4-14 2-6 7-11 1-8 0-3 0-4 1-2 27-91

LF 85,0 73,3 100,0 71,4 75,0 85,7 50,0 60,0 66,7 50,0 75,5

Rb 9,4 5,8 1,4 7,2 2,5 0,8 5,0 0,6 1,5 2,0 1,7 0,7 36,2

Pd 3,6 0,4 0,6 1,4 0,3 1,2 1,5 1,4 0,3 0,3 3,0 0,7 12,0

In 1,6 0,2 0,8 1,0 1,0 0,4 0,8 0,5 0,5 2,0 7,6

Co 0,6 0,2 0,6 0,5 0,5 0,3 2,2


35

STATS CUMULées 13- ISRAËL (2-3)

Joueur L. Eliyahu G. Pnini D. Blu Y. Halperin E. Kadir Y. Naimy A. Nissim G. Mekel Y. Green Y. Ohayon T. Burstein U. Kokia Total

MJ Min 5 26 5 28 5 29 5 32 5 19 3 10 5 15 5 13 4 13 4 12 5 16 1 2 5 -

17- UKRAINE (2-3)

Joueur S. Bertt O. Kolchenko O. Pecherov S. Lishchuk V. Kravtsov D. Zabirchenko K. Fesenko D. Lukashov M. Pustozvonov O. Lypovyy D. Kozlov O. Saltovets Total

MJ Min 5 30 5 19 5 21 5 20 5 22 5 28 5 10 5 19 5 17 3 11 4 7 3 2 5 -

17- POLOGNE (2-3)

Tirs 38-65 21-51 24-44 21-48 10-19 6-14 10-23 5-21 3-7 4-11 4-17 146-320

% 58,5 41,2 54,5 43,8 52,6 42,9 43,5 23,8 42,9 36,4 23,5 45,6

3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts 0-1 66,7 5,6 1,8 0,6 0,4 1,4 16,4 10-29 93,3 2,2 0,6 0,2 - 0,4 13,2 12-23 66,7 3,2 0,6 1,2 - 0,8 12,8 7-23 100,0 2,6 2,0 1,6 - 1,6 11,8 64,3 5,0 1,8 0,8 - 1,6 5,8 1-5 75,0 0,3 1,0 - - 0,3 5,3 2-6 100,0 0,6 2,6 0,6 - 0,8 5,0 0-4 64,7 2,6 2,4 0,2 0,2 0,2 4,2 50,0 2,5 0,5 - - 1,3 3,8 0-1 75,0 1,8 1,3 0,5 - 1,0 2,8 3-8 1,8 1,0 0,8 - 0,6 2,2 - - - - 35-100 72,0 28,8 14,8 6,4 0,6 10,2 79,8

Tirs 22-60 13-27 15-39 13-27 11-18 10-24 10-15 7-20 8-19 3-4 1-4 0-1 113-258

% 36,7 48,1 38,5 48,1 61,1 41,7 66,7 35,0 42,1 75,0 25,0 43,8

3pts 5-20 4-14 7-18 2-3 6-15 5-10 3-8 1-2 0-1 33-91

LF 60,0 89,5 47,1 68,4 100,0 45,5 100,0 50,0 50,0 50,0 50,0 62,4

Rb 1,8 2,0 4,0 4,8 6,6 2,2 2,4 1,4 1,0 0,7 0,8 0,7 31,0

Pd 4,8 0,8 1,0 0,4 0,2 2,6 1,8 0,6 1,0 0,3 13,0

In 1,6 0,6 0,6 0,2 1,0 0,2 0,4 0,2 0,7 5,2

Co 0,4 1,6 0,8 0,2 3,0

Bp 2,8 2,4 1,4 1,4 2,0 1,8 0,6 1,2 1,0 0,5 16,0

Pts 11,6 9,4 7,4 7,2 7,0 6,0 5,0 4,2 4,0 2,7 0,8 0,7 64,4

Joueur MJ Min Tirs % 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts T. Kelati 5 33 22-49 44,9 8-25 88,2 3,8 3,2 2,0 - 3,2 13,4 D. Berisha 5 26 25-48 52,1 9-26 87,5 2,8 2,8 1,0 - 1,4 13,2 L. Koszarek 5 31 22-50 44,0 7-20 82,4 1,8 4,4 1,2 - 2,0 13,0 A. Hrycaniuk 5 25 22-43 51,2 57,9 6,0 1,2 0,8 - 1,8 11,0 S. Szewczyk 5 25 20-50 40,0 5-23 76,9 4,0 1,6 0,2 0,8 2,2 11,0 P. Leonczyk 5 19 12-22 54,5 77,8 3,2 1,0 - 0,2 0,6 6,2 R. Skibniewski 5 10 8-16 50,0 2-7 100,0 - 0,6 0,6 - 1,0 4,2 P. Pamula 4 8 4-9 44,4 4-9 0,3 0,3 0,3 - 0,5 3,0 L. Wisniewski 2 7 2-6 33,3 0-2 100,0 0,5 1,0 0,5 - 0,5 3,0 A. Lapeta 5 8 7-9 77,8 1,4 - 0,2 0,4 0,8 2,8 P. Szczotka 5 10 3-10 30,0 0-1 60,0 1,0 - 0,4 - 0,2 1,8 BASKET NEWS 212X140 A.AP Waczynski 4 4 0-2 0-2 sem38 - 16/09/11 0,3 - 0,8 Total 5 - 147-314 46,8 35-115 75,8 26,8 15,4 7,0 1,4 15,0 80,2

17- BOSNIE-HERZégovine (2-3)

Joueur M. Teletovic H. Domercant N. Dedovic K. Bajramovic E. Kikanovic S. Vasiljevic G. Ikonic N. Gordic M. Milosevic E. Bavcic A. Nesovic E. Jazvin Total

MJ Min 5 31 5 27 5 29 5 21 5 15 5 27 5 19 5 15 1 6 5 11 1 8 2 4 5 -

17- ITALIE (1-4)

Joueur A. Bargnani D. Gallinari M. Belinelli S. Mancinelli D. Hackett M. Mordente M. Carraretto A. Cinciarini L. Datome M. Cusin A. Maestranzi Total

MJ Min 5 34 5 31 5 32 5 28 5 28 5 13 5 13 4 10 4 5 5 7 4 8 5 -

Tirs 20-54 23-47 22-35 19-32 16-27 8-20 11-23 10-24 1-1 2-8 0-2 0-2 132-275

% 37,0 48,9 62,9 59,4 59,3 40,0 47,8 41,7 100,0 25,0 48,0

3pts 10-37 13-24 3-9 3-9 6-16 7-16 5-14 1-5 0-1 48-131

Tirs 41-88 25-66 19-55 22-48 14-34 5-12 4-7 2-4 2-4 2-3 0-5 136-326

% 46,6 37,9 34,5 45,8 41,2 41,7 57,1 50,0 50,0 66,7 41,7

3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts 7-20 83,3 7,4 0,8 0,4 1,6 1,2 22,8 5-23 84,0 6,4 1,0 1,2 0,6 2,0 15,2 9-32 76,5 2,8 3,2 1,2 - 1,4 12,0 1-9 100,0 5,8 0,8 1,6 - 1,2 9,4 3-8 88,9 2,8 3,0 0,2 - 1,2 7,8 3-9 100,0 0,8 1,0 0,6 - 0,6 3,8 1-2 100,0 0,4 0,6 0,2 - - 2,2 1-2 0,5 0,5 0,5 - - 1,3 1-3 0,8 - - 0,3 1,3 1,3 1,4 0,2 - 0,2 0,2 0,8 0-5 0,5 0,3 - - 0,5 31-113 84,6 33,4 11,2 5,8 2,6 9,8 76,0

% 57,9 54,1 39,5 39,6 32,4 43,5 50,0 27,3 54,5 25,0 33,3 11,1 42,4

3pts 6-17 6-22 7-22 0-8 0-3 5-18 3-6 2-3 0-6 29-105

21- MONTéNéGRO (1-4)

Joueur N. Pekovic V. Dragicevic G. Jeretin V. Dasic O. Cook M. Bjelica N. Vucevic M. Borisov V. Scepanovic B. Bakic S. Vranes V. Mihailovic 9:00 Page Total

1

MJ Min 5 27 5 21 5 22 5 29 5 33 5 15 5 14 5 15 4 9 5 9 3 8 5 7 5 -

Tirs 22-38 20-37 15-38 19-48 11-34 10-23 12-24 6-22 6-11 2-8 1-3 1-9 125-295

LF Rb 73,1 5,8 77,8 3,4 60,0 4,8 53,3 3,4 85,7 2,2 76,9 1,8 60,0 1,0 62,5 2,0 2,0 66,7 2,4 1,0 1,0 67,3 31,6

LF Rb 70,0 6,4 81,3 2,8 84,2 2,6 42,9 7,6 61,5 2,2 90,9 2,4 25,0 3,2 75,0 2,4 0,3 1,0 3,0 2,0 69,0 36,8

Pd 1,4 1,8 1,2 0,6 0,2 5,4 1,0 0,8 0,6 0,5 13,2

Pd 0,6 0,6 3,6 2,2 4,2 0,2 0,4 0,4 0,5 0,4 0,8 13,8

In 0,8 0,6 0,6 0,6 0,4 0,8 0,4 0,2 4,4

In 0,8 0,2 1,0 1,0 0,8 0,2 0,6 0,2 0,5 0,4 5,6

Co 0,2 0,2 0,2 0,6 0,2 0,2 1,6

Co 0,4 0,2 0,2 0,4 0,3 0,3 1,6

Bp 2,8 1,2 2,0 1,2 0,2 1,4 1,4 1,2 1,0 0,6 2,0 0,5 13,4

Bp 2,0 1,8 2,4 1,8 2,0 1,6 1,2 0,6 1,0 0,4 0,6 15,6

Pts 13,8 13,2 10,6 9,8 7,6 6,4 6,4 6,0 2,0 1,8 76,0

Pts 13,0 10,6 10,4 10,0 7,4 6,0 5,0 4,0 3,8 1,2 0,7 0,4 71,4

21- LETTONIE (0-5)

Joueur R. Kuksiks J. Blums R. Freimanis D. Bertans M. Meiers J. Strelnieks A. Selakovs D. Bertans A. Berzins M. Jurevicus M. Mejeris E. Jeromanovs Total

MJ Min 5 31 5 29 5 21 5 21 5 13 5 25 5 16 5 13 5 14 4 6 4 9 3 9 5 -

21- BELGIQUE (0-5)

Joueur C. Beghin M. Faison T. Van Den Spiegel S. Van Rossom D. Lauwers I. Mbenga R. Moors M. De Zeeuw B. Tabu-Eboma G. Muya J. Steinbach R. Oveneke Total

MJ Min 4 26 5 26 5 20 5 24 5 17 5 18 5 18 5 18 3 13 5 19 4 10 2 8 5 -

Tirs 27-55 27-57 21-40 15-30 9-19 10-32 13-24 10-27 3-9 1-7 0-4 0-5 136-309

% 49,1 47,4 52,5 50,0 47,4 31,3 54,2 37,0 33,3 14,3 44,0

3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts 18-31 72,7 4,2 1,2 1,0 - 1,0 16,0 13-31 76,5 3,2 4,0 0,4 - 2,6 16,0 2-7 70,0 5,6 0,2 - 0,2 1,8 10,2 7-15 100,0 1,8 2,0 - - 0,6 8,6 72,2 2,4 0,4 0,2 0,8 0,2 6,2 1-12 75,0 3,4 2,6 - - 2,2 6,0 23,1 5,4 0,6 0,4 0,2 1,0 5,8 3-17 55,6 2,0 0,2 - 0,4 0,8 5,6 0-3 40,0 1,4 0,6 0,4 - 0,2 2,0 0-1 50,0 0,3 - - - - 0,8 0-4 2,3 0,5 - 0,5 - 0-3 1,3 1,7 0,3 - 0,7 44-124 63,9 35,4 13,2 2,6 2,0 11,2 77,0

Tirs 18-34 13-33 17-31 12-33 11-23 13-32 7-23 6-17 4-11 7-12 1-9 0-5 109-263

% 52,9 39,4 54,8 36,4 47,8 40,6 30,4 35,3 36,4 58,3 11,1 41,4

3pts LF Rb Pd In Co 4-7 30,0 4,0 1,5 0,8 0,3 10-22 75,0 2,8 1,6 0,4 70,0 4,2 1,0 0,8 0,6 5-21 77,8 2,0 3,8 0,6 10-19 75,0 1,2 2,2 - 66,7 2,6 0,4 - 1,2 2-10 100,0 1,6 1,6 0,2 4-10 62,5 4,8 0,8 0,4 0-3 50,0 1,0 1,0 - 1-2 37,5 0,8 0,8 0,6 0-5 100,0 1,0 0,8 - 0-2 - - 36-101 64,9 27,8 14,6 3,6 2,0

Bp 2,3 1,6 0,6 2,2 1,6 1,2 2,0 1,4 0,7 1,0 0,8 0,5 16,8

Pts 10,8 8,4 8,2 7,2 7,0 5,6 4,4 4,2 3,7 3,6 1,8 60,8

% 41,5 44,4 34,9 37,2 35,5 41,9 30,0 25,0 25,0 55,6 10,0 36,2

3pts LF Rb Pd In 12-26 85,7 6,4 1,6 1,6 6-12 73,3 1,0 0,8 1,3 10-33 83,3 3,4 1,6 0,8 7-20 83,3 3,6 0,2 0,2 1-10 66,7 2,0 2,8 1,0 6,2 0,4 0,4 0-1 88,2 1,8 2,4 0,6 4-14 100,0 0,2 1,2 0,8 50,0 3,2 0,2 0-2 1,2 0,2 0,8 0-5 100,0 0,8 0,3 0-2 0,5 0,5 40-125 78,4 34,6 11,6 7,2

Bp 2,2 0,8 2,2 0,6 3,0 2,0 1,6 1,0 0,8 0,6 0,3 15,6

Pts 12,8 12,3 9,0 8,8 7,4 7,2 5,4 3,2 2,6 2,0 0,8 68,8

21- PORTUGAL (0-5)

Joueur C. Andrade A. Tavares M. Miranda J. Santos F. da Silva E. Evora M. Minhava J. Costa C. Fonseca M. Goncalves J. Silva F. Sousa Total

MJ Min 5 30 4 17 5 31 5 30 5 22 5 24 5 14 5 7 5 13 5 7 4 8 2 6 5 -

Tirs 17-41 16-36 15-43 16-43 11-31 18-43 6-20 4-16 5-20 5-9 1-10 0-3 114-315

NICOLA BATUM S

PARRA

- www.loran-g.com - 02 28 10 72 49

IN DU T OURN

r Rejoignez-nous su

facebook !

OI

o

nebasketg

/lamiecali

book.com www.face

Co 0,2 0,2 0,8 0,6 0,2 2,0


Spécia CHIFFRES l

36 FINALES

PREMIER TOUR

Boxes-scores

Samedi 17 septembre

GROUPE A Classement : 1- Espagne, Lituanie (4-1), 3- Turquie (3-2), 4- Grande-Bretagne, Pologne (2-3), 6- Portugal (0-6).

GROUPE B Classement  : 1- France (5-0), 2Serbie (4-1), 3- Allemagne (3-2), 4Israël (2-3), 5- Italie (1-4), 6- Lettonie (0-5).

GROUPE C Classement  : 1- Macédoine, Grèce (4-1), 3- Finlande, Croatie, Bosnie (2-3), 6- Monténégro (1-4).

GROUPE D Classement  : 1- Russie (5-0), 2Slovénie (4-1), 3- Géorgie, Bulgarie, Ukraine (2-3), 6- Belgique (0-5).

DEUXIÈME TOUR

MATCH POUR LA 7e PLACE Slovénie bat Serbie

72-68

MATCH POUR LA 5e PLACE Lituanie bat Grèce

73-69

Dimanche 18 septembre

MATCH POUR LA 3e PLACE Russie bat Macédoine

FINALE

Espagne bat France

72-68 98-85

CLASSEMENT FINAL 1

Espagne

10-1

2

France

9-2

3

Russie

10-1

4

Macédoine

7-4

5

Lituanie

8-3

6

Grèce

7-4

À Vilnius

7

Slovénie

6-5

GROUPE E

8

Serbie

5-6

9

Allemagne

4-4

-

Finlande

3-5

11

Turquie

3-5

-

Géorgie

2-6

13

Croatie

2-3

-

Bulgarie

2-3

-

Grande-Bretagne

2-3

Mercredi 7 septembre

Espagne bat Allemagne France bat Turquie Lituanie bat Serbie

77-68 68-64 100-90

Vendredi 9 septembre

Espagne bat Serbie Allemagne bat Turquie France bat Lituanie

84-59 73-67 73-67

Dimanche 11 septembre

Serbie bat Turquie 68-67 Espagne bat France 96-69 84-75 Lituanie bat Allemagne Classement  : 1- Espagne (4-1), 2-France (4-1), 3- Lituanie (3-2), 4- Serbie (2-3), 5-Allemagne (1-4), 6- Turquie (1-4).

-

Israël

2-3

17

Ukraine

2-3

-

Pologne

2-3

-

Bosnie-Herzegovine 2-3

GROUPE F

-

Italie

1-4

21

Monténégro

1-4

-

Lettonie

0-5

-

Belgique

0-5

-

Portugal

0-5

eudi 8 septembre

Macédoine bat Géorgie Russie bat Finlande Grèce bat Slovénie

65-63 79-60 69-60

Samedi 10 septembre

Finlande bat Géorgie Macédoine bat Slovénie Russie bat Grèce

87-73 68-59 83-67

Lundi 12 septembre

Slovénie bat Finlande 67-60 Grèce bat Géorgie 73-60 Russie bat Macédoine 63-61 Classement  : 1- Russie (5-0), 2-Macédoine (4-1), 3- Grèce (3-2), 4- Slovénie (2-3), 5-Finlande (1-4), 6Géorgie (0-5).

PHASE FINALE

L’Espagne et la France sont qualifiées pour les J.O. de Londres. La Russie, la Macédoine, la Lituanie et la Grèce disputeront le TPO.

TOP STATS POINTS Joueurs

Équipes

Moy.

1 Tony Parker

France

22,1

2 Bo McCalebb

Macédoine

21,4

3 Pau Gasol

Espagne

20,1

4 Dirk Nowitzki

Allemagne

19,5

À Kaunas

5 Juanca Navarro

Espagne

18,7

QUARTS DE FINALE

REBONDS Joueurs

Mercredi 14 septembre

Espagne bat Slovénie Macédoine bat Lituanie

86-64 67-65

Jeudi 15 septembre

France bat Grèce Russie bat Serbie

64-56 77-67

PLACES DE 5 à 7 Jeudi 15 septembre

Lituanie bat Slovénie

80-77

Vendredi 16 septembre

Grèce bat Serbie

87-77

DEMI-FINALES Vendredi 16 septembre

Espagne bat Macédoine France bat Russie

92-80 79-71

Équipes

Moy.

1 Chris Kaman

Allemagne

10,0

2 Ömer Asik

Turquie

8,5

3 Pero Antic

Macédoine

8,5

4 Pau Gasol

Espagne

8,3

5 Joakim Noah

France

8,0

- Viktor Sanikidze

Géorgie

8,0

PASSES DÉCISIVES Équipes

Moy.

1 Milos Teodosic

Joueurs

Serbie

5,7

2 Viktor Khryapa

Russie

5,1

3 Saras Jasikevicius Lituanie

4,6

4 Teemu Rannikko

Finlande

4,5

5 Tony Parker

France

4,4

14/9 Espagne J.Navarro* P.Gasol* J.Calderón* S.Ibaka R.Fernandez* M.Gasol* S.Llull F.Reyes F.San Emeterio R.Rubio V.Sada V.Claver Total Slovénie G.Dragic M.Begic* E.Lorbek* S.Ozbolt G.Jagodnik M.Smodis E.Muric* U.Slokar J.Lakovic* L.Rupnik S.Udrih Z.Dragic* Total

Espagne bat Slovénie 86-64 Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co BP Pts 26 11-16 4-8 - 2 - - - 4 26 28 6-17 0-1 7-7 16 - 2 3 1 19 21 4-6 1-2 - 6 3 3 - 2 9 15 3-3 - 3-4 3 - - 3 1 9 23 3-6 2-3 - 5 1 1 - 3 8 24 1-4 - 5-7 5 2 - 1 - 7 14 1-1 1-1 - 1 1 1 - 1 3 11 1-3 0-1 1-1 1 3 - - 2 3 18 1-3 0-2 - 1 3 1 - 1 2 14 0-2 0-1 - 4 3 1 - 2 5 0-1 0-1 - 1 - - - 1 2 0-1 0-1 - 1 - - - - - 31-63 8-21 16-19 47 16 9 7 18 86 Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co BP Pts 27 6-14 2-6 0-1 5 1 1 - 2 14 21 4-9 - 2-2 5 - - 1 1 10 20 3-11 1-4 - 2 - 1 - 2 7 16 2-4 1-3 1-2 2 - 1 - 1 6 14 1-5 0-3 4-4 1 - 1 - - 6 13 2-4 1-1 1-1 - 1 - - 1 6 17 2-4 0-1 - 1 - 3 - - 4 11 2-7 0-1 - 4 1 1 - - 4 16 1-6 1-5 - - 2 1 - 2 3 21 1-4 0-2 - 4 1 1 - 2 2 7 1-2 - 1 - - - 1 2 16 0-2 0-1 - 1 3 2 - 1 - 25-72 6-27 8-10 32 9 12 1 13 64

14/9 Macédoine B.McCalebb* V.Stojanovski* V.Ilievski* P.Antic* P.Samardziski* G.Chekovski D.Stojanovski D.Sokolov Total Lituanie R.Javtokas* D.Songaila* M.Kalnietis* S.Jasaitis* S.Jasikevicius R.Kaukenas* P.Jankunas J.Valanciunas M.Pocius K.Lavrinovic Total

Macédoine bat Lituanie Min Tirs 3pts LF Rb Pd 34 8-20 1-6 6-7 2 2 29 5-5 5-5 - 3 38 4-12 2-6 2-4 2 3 31 2-10 1-6 3-4 9 1 28 2-8 - 3-4 10 20 0-8 0-6 2-2 5 1 12 0-3 0-3 - 4 8 0-1 - 1 - 21-67 9-32 16-21 41 7 Min Tirs 3pts LF Rb Pd 18 6-6 - 1-2 6 29 6-15 0-1 - 2 28 4-10 1-5 - 9 4 28 4-9 1-4 - 6 20 3-5 0-1 1-2 5 5 22 3-5 - 3 1 13 1-6 0-2 2-3 2 2 14 1-3 - 1-1 6 22 1-2 - 1 6 0-2 0-2 - 1 - 29-63 2-15 5-8 44 12

In 2 1 1 1 5 In 1 1 2

67-65 Co BP Pts - 1 23 - - 15 - 1 12 - 3 8 1 1 7 - - 2 - - - - 1 8 67 Co BP Pts 1 1 13 - 1 12 - - 9 - - 9 - 4 7 - - 6 - 1 4 2 5 3 - 2 2 - - 3 14 65

15/9 Lituanie bat Slovénie Slovénie Min Tirs 3pts LF Rb Pd E.Lorbek* 31 6-12 1-4 3-4 5 1 G.Dragic 24 6-11 1-5 3-4 5 4 M.Begic* 29 5-10 - 1-2 4 Z.Dragic* 22 5-8 0-1 - 3 2 S.Ozbolt 28 3-7 3-5 - 1 1 M.Smodis 14 3-9 2-5 - 6 2 J.Lakovic* 25 3-6 1-2 - 3 4 E.Muric* 17 0-2 0-1 - 3 U.Slokar 6 0-1 - 1 S.Udrih 3 - - Total - 31-66 8-23 7-10 33 14 Lituanie Min Tirs 3pts LF Rb Pd M.Kalnietis* 25 6-15 2-5 3-4 3 4 D.Songaila* 24 5-8 - 2-2 3 S.Jasikevicius 17 4-6 - 4-4 2 7 R.Kaukenas* 33 4-11 - 2-2 4 4 R.Javtokas* 27 4-9 - 1-2 4 J.Valanciunas 13 3-5 - 2-2 6 2 M.Pocius 19 2-3 0-1 2-2 4 2 S.Jasaitis* 26 1-4 1-3 1-2 3 1 P.Jankunas 8 1-3 0-1 - 1 8 - 3 K.Lavrinovic Total - 30-64 3-10 17-20 38 20

In 3 1 2 2 8 In 2 1 3 1 1 8

80-77 Co BP Pts - 1 16 - 4 16 4 - 11 - - 10 1 4 9 - 1 8 - 1 7 - - - - - - 5 12 77 Co BP Pts - 2 17 - 1 12 - 2 12 - 1 10 1 1 9 1 1 8 1 2 6 - - 4 - - 2 - 1 3 11 80

15/9 France bat Grèce France Min Tirs 3pts LF Rb Pd T.Parker* 37 7-18 0-3 4-4 5 3 N.De Colo 26 6-8 2-3 2-2 2 1 N.Batum* 35 6-9 3-4 - 2 1 A.Traore 9 3-8 - 1 J.Noah* 27 1-8 - 3-4 8 F.Pietrus 14 1-2 - 0-1 6 1 C.Kahudi 7 1-2 - 2 B.Diaw* 31 0-1 - 4 3 M.Gelabale* 7 - 1 K.Seraphin 4 - - A.Albicy 3 - - Total - 25-56 5-10 9-11 34 9 Grèce Min Tirs 3pts LF Rb Pd I.Bourousis* 28 5-10 0-2 7-9 11 A.Fotsis* 32 2-4 2-4 3-4 5 1 N.Calathes* 31 3-8 1-3 - 1 2 N.Zisis* 34 2-8 0-4 2-2 4 5 K.Kaimakoglou* 22 2-5 0-2 2-2 6 1 K.Koufos 12 1-4 - 3-4 2 K.Papanikolaou 11 2-3 0-1 - - M.Bramos 12 0-4 0-2 2-2 - K.Vasileiadis 15 0-4 0-3 - 1 1 V.Xanthopoulos 3 - - K.Sloukas D.Mavroeidis Total - 17-50 3-21 19-23 30 10

In 2 1 1 1 1 6 In 2 1 1 1 1 6

64-56 Co BP Pts - 4 18 1 1 16 1 3 15 - - 6 1 1 5 - - 2 - - 2 1 1 - - - - - 1 4 11 64 Co BP Pts 2 4 17 - 1 9 - - 7 - 3 6 1 - 6 - 1 5 - - 4 - - 2 - - - - 3 10 56

15/9 Russie bat Serbie 77-67 Russie Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co BP Pts A.Kirilenko* 27 3-6 0-1 8-9 11 6 4 2 2 14 V.Khryapa* 34 4-9 3-6 0-2 5 4 2 - 3 11 A.Vorontsevich 16 5-7 1-3 - 3 1 - - 2 11 A.Shved 24 5-16 0-3 - 1 5 1 - 1 10 V.Fridzon 20 4-9 1-4 - 3 - 1 - 1 9 T.Mozgov* 21 4-8 - 0-2 3 - 1 3 1 8 S.Monya 17 2-4 1-3 - 1 1 1 - 2 5 A.Ponkrashov* 14 2-4 1-2 0-2 4 1 1 - 1 5 S.Bykov* 21 2-4 0-1 - 1 1 1 - - 4 S.Antonov 4 - 2 - - 1 - Total - 31-67 7-23 8-15 37 19 12 6 13 77 Serbie Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co BP Pts M.Teodosic* 38 6-15 2-10 6-8 4 3 - - 9 20 N.Krstic* 25 2-5 - 9-10 5 2 1 1 2 13 D.Savanovic* 26 4-11 1-4 - 3 1 1 - 2 9 K.Perovic 12 3-4 - 1-2 2 - - 1 - 7 M.Keselj* 32 2-5 2-4 - 5 1 2 - 1 6 M.Macvan 16 2-4 1-2 - 1 1 1 - - 5 N.Bjelica 10 2-2 1-1 - 1 - - - 2 5 S.Markovic 25 1-1 - 2 3 1 - 3 2 I.Paunic* 16 0-1 - 1 - 2 - - Total - 22-48 7-21 16-20 28 11 8 2 19 67

16/9 Grèce bat Serbie Grèce Min Tirs 3pts LF Rb Pd I.Bourousis* 27 10-16 2-4 5-5 6 N.Zisis* 26 7-13 1-4 3-3 1 5 A.Fotsis* 34 5-7 2-2 4-4 8 N.Calathes* 34 3-10 0-6 4-5 1 10 M.Bramos 22 1-3 0-1 4-4 - 1 K.Papanikolaou* 33 1-1 1-1 1-2 8 1 K.Koufos 10 1-3 - 2-4 1 D.Mavroeidis 3 1-1 - - K.Kaimakoglou 6 - 1 K.Vasileiadis 3 - - V.Xanthopoulos 2 0-1 - - Total - 29-55 6-18 23-27 30 17 Serbie Min Tirs 3pts LF Rb Pd M.Keselj* 31 7-13 3-9 5-5 4 3 N.Krstic* 22 7-11 - 1-4 3 M.Macvan 24 5-7 1-1 3-3 4 2 D.Savanovic* 19 4-9 1-4 - 2 2 M.Teodosic* 31 3-8 0-3 - 3 7 S.Markovic 26 1-6 1-4 1-2 - 2 I.Paunic* 18 1-2 1-2 - 1 K.Perovic 18 - 2-2 4 1 N.Bjelica 13 1-3 0-1 - 2 Total - 29-59 7-24 12-16 28 17

In 1 1 1 2 2 7 In 1 1 1 1 2 1 1 8

87-77 Co BP Pts 1 1 27 - 1 18 - - 16 - 3 10 - 1 6 - 3 4 - - 4 - 1 2 - 1 - - - - 1 12 87 Co BP Pts - - 22 - 1 15 - 2 14 - 1 9 - 6 6 - - 4 - 1 3 - 1 2 - 1 2 - 13 77

16/9 Espagne J.Navarro* P.Gasol* M.Gasol* S.Ibaka R.Rubio S.Llull J.Calderón* R.Fernandez* F.Reyes Total Macédoine B.McCalebb* P.Antic* V.Ilievski* P.Samardziski* V.Stojanovski* D.Stojanovski G.Chekovski D.Sokolov Total

In 2 1 1 4 In 1 2 1 1 5

92-80 Co BP Pts - 2 35 - 2 22 2 1 11 1 - 11 - - 5 - - 3 - 1 3 1 - 2 - - 4 6 92 Co BP Pts - 1 25 - 3 17 - - 15 1 1 12 - - 6 - - 3 - - 2 - 1 1 6 80

Espagne bat Macédoine Min Tirs 3pts LF Rb Pd 36 13-23 5-9 4-4 4 1 32 8-20 0-1 6-8 17 3 31 4-12 - 3-4 10 5 17 5-7 - 1-1 4 22 2-4 1-3 - 7 4 19 1-2 1-2 - 1 2 18 1-3 1-3 - 2 4 25 1-7 0-5 - 1 3 1 - - - 35-78 8-23 14-17 47 22 Min Tirs 3pts LF Rb Pd 34 11-19 0-3 3-4 3 5 40 6-15 3-8 2-4 9 3 40 6-12 1-3 2-4 3 2 23 6-9 - 5 27 3-5 - 4 13 1-3 1-2 - - 1 17 1-4 0-2 - 5 2 6 0-1 0-1 - - 1 - 34-68 5-19 7-12 32 14

16/9 France bat Russie 79-71 France Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co BP Pts T.Parker* 37 9-20 3-4 1-2 3 3 4 - 5 22 N.Batum* 34 6-8 3-5 4-4 7 4 1 2 1 19 N.De Colo 29 3-5 1-2 2-2 5 2 2 - 3 9 A.Traore 10 4-6 - 3 - - - 4 8 J.Noah* 30 2-5 - 3-4 8 2 1 - 1 7 B.Diaw* 34 3-9 0-1 - 3 1 2 - 4 6 F.Pietrus* 15 1-1 - 2-2 - 2 - - 1 4 C.Kahudi 8 1-1 - - - - - - 2 M.Gelabale 3 1-1 - - - - - - 2 Total - 30-56 7-12 12-14 35 14 10 2 19 79 Russie Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co BP Pts A.Kirilenko* 32 8-11 2-4 3-3 3 2 3 - - 21 T.Mozgov* 22 4-7 - 4-8 4 2 1 1 2 12 V.Khryapa* 32 2-6 1-3 4-4 3 5 2 2 3 9 S.Monya 20 3-9 2-4 - 2 1 1 - 1 8 S.Bykov* 31 3-5 1-3 - 1 2 - - 2 7 A.Shved 18 2-7 1-3 2-2 3 3 - - 3 7 S.Antonov 4 2-3 - 1 - - - - 4 V.Fridzon 14 1-4 1-2 - - 1 1 - 2 3 A.Vorontsevich 13 0-1 - - 1 1 - 1 A.Ponkrashov* 13 0-1 0-1 - 1 2 1 - 1 Total - 25-54 8-20 13-17 21 19 10 3 15 71 17/9 Slovénie bat Serbie 72-68 Slovénie Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co BP Pts G.Dragic 27 9-12 2-4 1-4 1 1 2 - 2 21 J.Lakovic* 28 5-9 5-6 - 5 2 - - 2 15 S.Ozbolt 28 3-9 3-7 - 2 4 1 - - 9 E.Lorbek* 23 2-9 0-3 4-4 5 3 1 - 2 8 E.Muric* 19 3-7 2-5 - 3 1 2 1 2 8 Z.Dragic* 18 2-5 0-1 2-3 2 - - - 3 6 M.Smodis 12 1-1 1-1 - 1 - - - 1 3 M.Begic* 31 1-6 - 9 1 1 6 2 2 G.Jagodnik 11 - 1 1 - - 1 U.Slokar 3 0-1 - - - - - - Total - 26-59 13-27 7-11 33 13 7 7 15 72 Serbie Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co BP Pts K.Perovic* 27 5-10 - 3-6 5 - - 1 2 13 N.Bjelica 35 5-9 2-4 0-1 9 5 1 - 2 12 M.Macvan 22 4-5 0-1 4-4 6 1 - - 1 12 D.Savanovic* 18 4-9 0-3 4-4 3 - 1 - 1 12 S.Markovic 29 4-9 1-4 - 4 5 1 1 3 9 M.Keselj* 28 2-7 0-2 1-1 3 - - - 2 5 M.Teodosic* 22 1-4 - 1-2 2 2 - - 3 3 B.Marjanovic 13 1-6 - 3 2 - - - 2 I.Paunic* 7 0-1 0-1 - - - 1 - 2 Total - 26-60 3-15 13-18 37 15 4 2 16 68

17/9 Lituanie bat Grèce Lituanie Min Tirs 3pts LF Rb Pd M.Pocius 18 5-8 3-5 - 3 1 D.Songaila 19 4-7 - 4-4 4 1 M.Kalnietis* 24 4-11 1-4 2-2 1 3 R.Javtokas* 31 5-10 0-1 0-2 10 1 R.Kaukenas* 25 4-9 - 2-3 3 2 P.Jankunas* 22 4-5 1-2 1-2 7 S.Jasaitis* 26 3-10 1-2 - 6 S.Jasikevicius 16 0-4 0-3 - 1 1 T.Delininkaitis 11 0-3 0-3 - - 1 J.Valanciunas 8 0-1 - 4 Total - 29-68 6-20 9-13 47 10 Grèce Min Tirs 3pts LF Rb Pd N.Calathes* 31 6-12 1-3 3-4 2 7 K.Koufos 22 6-11 - 2-4 3 1 A.Fotsis* 39 5-13 2-6 1-2 10 K.Vasileiadis 24 5-10 2-5 1-1 3 1 K.Papanikolaou* 27 2-5 0-2 5-6 5 3 I.Bourousis* 19 2-5 - 3 2 M.Bramos* 26 0-4 0-2 - 3 3 V.Xanthopoulos 6 - - K.Sloukas 6 0-1 0-1 - - Total - 26-61 5-19 12-17 29 17

In 1 1 1 1 4 In 3 1 2 2 8

73-69 Co BP Pts - 2 13 - - 12 - 3 11 1 1 10 - 3 10 - - 10 - - 7 - 4 - 1 - 1 1 15 73 Co BP Pts - 5 16 2 - 14 1 - 13 - 1 13 - 1 9 - - 4 - - - - - 1 3 8 69

18/9 Russie bat Macédoine Macédoine Min Tirs 3pts LF Rb Pd B.McCalebb* 36 8-16 1-1 5-6 4 3 V.Ilievski* 38 4-8 3-5 5-5 - 4 P.Antic* 39 3-12 1-5 6-6 5 1 P.Samardziski* 14 2-5 - 2-3 2 2 V.Stojanovski 22 1-5 1-4 2-2 1 G.Chekovski 26 2-8 0-6 - 4 D.Mirakovski 4 - 2-2 1 D.Stojanovski* 18 0-3 0-2 - 2 D.Sokolov 2 0-1 0-1 - - Total - 20-58 6-24 22-24 25 10 Russie Min Tirs 3pts LF Rb Pd A.Kirilenko* 38 4-10 3-6 7-8 7 2 S.Monya 32 3-9 3-7 1-2 8 2 T.Mozgov* 20 4-4 - 2-3 6 A.Vorontsevich* 18 4-7 0-2 2-2 7 V.Fridzon 17 3-8 1-6 - 3 2 S.Antonov 9 2-5 - 3-4 1 S.Bykov* 28 2-5 0-1 1-2 2 5 A.Shved 24 1-6 - 3-3 2 3 A.Ponkrashov* 14 0-1 - - Total - 23-55 7-22 19-24 43 14

In 4 2 1 1 1 9 In 3 1 1 1 6

72-68 Co BP Pts - 1 22 - 5 16 - 1 13 - - 6 - 1 5 1 1 4 - - 2 - - - 1 1 11 68 Co BP Pts 1 3 18 1 4 10 1 3 10 - 1 10 - 1 7 - - 7 - 2 5 1 2 5 1 1 5 18 72

18/9 Espagne J.Navarro* P.Gasol* J.Calderón* R.Fernandez* M.Gasol* S.Ibaka S.Llull V.Sada F.Reyes R.Rubio F.San Emeterio V.Claver Total France T.Parker* B.Diaw* J.Noah* N.Batum* M.Gelabale A.Traore K.Seraphin F.Pietrus* C.Kahudi N.De Colo A.Albicy S.Tchicamboud Total

Espagne bat France 98-85 Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co BP Pts 31 6-14 3-7 12-12 1 5 - - 3 27 27 6-12 1-2 4-4 10 4 1 3 1 17 24 8-12 1-3 - 4 2 4 - 1 17 36 7-13 0-5 - 4 1 1 - - 14 29 3-5 1-1 4-6 6 2 - 2 1 11 21 1-3 - 2-2 1 - - 5 - 4 6 2-2 - - 2 3 - - 4 10 1-1 - 1 1 - - - 2 1 1-1 - - 1 - - - 2 7 - 2 1 1 - 1 7 - - - - - 1 1 - - - - - - - 35-63 6-18 22-24 32 19 10 10 8 98 Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co BP Pts 39 9-20 2-5 6-7 5 5 1 - 5 26 28 5-8 2-3 - 4 7 - - 2 12 30 5-8 - 1-2 8 2 - 1 1 11 32 4-11 2-8 - 4 1 1 - 1 10 16 3-3 2-2 - - - - - 1 8 14 2-7 - 4 - - - 1 4 8 2-4 - 1 - - - 1 4 8 2-2 - 2 - - - 1 4 9 1-2 1-2 - - - - - - 3 14 0-3 0-2 2-2 - 1 2 - 2 2 1 - 1-2 - 1 - - - 1 1 - - - - - - - 33-68 9-22 10-13 32 17 4 1 15 85

LE 5 DE L’EuROBASKET Tony Parker Bo McCalebb Juan Carlos Navarro Andrei Kirilenko Pau Gasol


37

NBA 5 UNITED TOUR

C’ÉTAIT

SHOW !

Lock-out ? Et alors ? Les 17 et 18 septe mbre derniers, la NB passage à Paris à l’o A était de ccasion de l’étape française du NBA 5 tournée européenn United. Cette e de 5-contre-5 en extérieur est devenu années l’une des éta e au fil des pes incontournbables pour les ballers estiv recette est connue aux. La mais toujours aussi efficace : un tourno de multitides de jeu i aggrémenté x, d’animations, de concours… Le tout NBA ! Pour l’occas à la sauce ion, la place de l’Hôte l de Ville de Paris av transformée en un gigantesque playgrou ait été nd. Comme le beau de la partie, les partic temps était ipants sont venus en masse. Hormis le tou tenaient les tradition rnoi se naux concours de du nks, présenté par ad de trois-points, prése idas, et nté par Foot Locker. Débutant, amateur espoir, chacun a pu ou jeune montrer de quel bo is il se chauffait. Mêm petits ont pu trouver e les plus leur compte en ce we ek-end, des animati étant dédiées. Enfin ons leur , pour que le label NB A soit clairement ma danseuses des Bosto rqué, les n Celtics avaient fai t le déplacement. C’é c’était bien organisé tait fun, , c’était un peu de la NBA qui débarquait en France !

FLORENT MARTY

DIRECTEUR SÉNIOR PARTENARIAT MARKETING NBA EUROPE

« UN RECORD DE PARTICIPATION » Le NBA 5 United s’est imposé comme un tournoi de référence, c’est une satisfaction ? L’événement est très bien rôdé, ce programme existe en Europe depuis maintenant cinq ans et c’est la troisième fois que l’on se rendait à Paris. C’est une tournée européenne, avant d’arriver en France nous avions visité six autres villes, à savoir Rome, Milan, Istanbul, Barcelone, Madrid et Moscou. Paris était la septième et dernière étape de ce programme. Le lock-out NBA a-t-il été une menace pour la survie de l’événement ? Non, le NBA 5 United est pérenne, sa survie n’est pas liée à la saison NBA. C’est un événement cool, très urbain, avec de la musique, un MC, un DJ, des éléments de show comme la dance team des Boston Celtics, des surprises en termes d’entertainment, toutes les composantes NBA sont réunies. Et audelà du tournoi il y a des concours et un côté interactif qui plaît beaucoup. Quel bilan tirez-vous de cette nouvelle tournée ? On a enregistré un record de participation dans toutes les villes où nous nous sommes rendus. L’étape parisienne était complète. Pour le tournoi de 5-contre-5, le nombre d’équipes maximum, 60, a été atteint. Pour Moscou, on était moins limité en termes de place donc on a accueilli 320 équipes, et nous avons dû clore les inscriptions ! Alors pourquoi avoir choisi l’Hôtel de Ville comme étape parisienne ? On a fait le choix d’aller dans un lieu assez magique et central de Paris. C’est sûr que ça limite quelque peu le nombre d’équipes que l’on peut accueillir mais ça donne une résonnance sur l’événement tout autre que si l’on choisissait un endroit plus grand mais excentré. C’est une très bonne chose de terminer ici, à Paris. l Communiqué


38

entretien

« Je ne joue pas pour être  à la 13e place de la ligue »

Pascal Allée / Hot Sports

Tu en as voulu à l’ASVEL ou Vincent Collet ? Non, je ne suis pas en colère. J’étais déçu à l’époque mais je savais qu’il pouvait faire ça. Il a fait ce qu’il a cru bon. Ca arrive.

BOBBY DIXON REVIENT EN PRO A

« J’AI MONTRÉ QUE JE POUVAIS RÉUSSIR DANS CETTE LIGUE » Au Mans, il était arrivé tel Zorro, héros inattendu des deux trophées remportés par le MSB. À l’ASVEL, méconnaissable, il avait été remercié avant même le dernier tiers de la saison. Alors, quelle version de Bobby Dixon verra-t-on aux manettes de la JDA ? « Un joueur d’équipe », promet le meneur US qui, déjà, se refuse à ambitionner seulement le maintien du promu dijonnais. Propos recueillis par Jérémy BARBIER

I

l reste un peu plus de deux semaines avant la 1ère journée du championnat. Quel est ton état d’esprit ? Je suis confiant. Nous avons plutôt très bien joué pendant la présaison et je pense que nous serons prêts pour notre premier match. Tout ira bien. Comme toujours à cette époque, je suis impatient. Tu as choisi Dijon pour ton retour en France. Pour quelles raisons ? Sur le marché, c’était une bonne situation pour moi. Un club où je peux jouer mon jeu, gagner et, je l’espère, faire les playoffs. Et puis le club me voulait… Ta dernière expérience en France, à l’ASVEL, ne s’était pas bien terminée… (Il coupe) J’ai l’impression que je n’étais pas dans une bonne situation pour gagner. Nous avons perdu

quelques matches et, très vite, j’ai été désigné comme responsable. C’était compliqué. Entre Le Mans, où tu as gagné deux trophées, et l’ASVEL, club qui s’est séparé de toi, qu’estce qui avait changé ? Tout était différent. Les systèmes, le coaching et les joueurs qui étaient autour de moi. Au Mans, j’avais des joueurs talentueux autour de moi. C’était plus facile. Peut-être pas plus facile, mais j’étais dans une situation où je jouais avec confiance, j’étais très à l’aise. Les joueurs comptaient beaucoup sur moi. À l’ASVEL, ce n’était pas comme ça. Je n’avais pas beaucoup de talents autour de moi. Il y avait deux ou trois très bons joueurs dans l’équipe mais ce n’était pas du tout comme au Mans. Et les systèmes étaient complètement différents. À l’ASVEL, je n’ai pas eu l’impression d’être bien utilisé.

Tu sors d’une saison convaincante individuellement en Italie (12,6 points, 4,3 passes et 3,2 rebonds à Brindisi) mais ton club ne s’est pas maintenu en première division… (Il coupe) Encore une fois, il y avait une belle équipe sur le papier mais nous avons été incapables de le démontrer sur le parquet. Au début de la saison, le coaching n’était pas bon. Nous ne nous sommes pas préparés comme il aurait fallu et ça s’est vu. Nous avions quelques joueurs égoïstes, cela arrive. Je suppose que pour devenir meilleur, ce sont des expériences que tu dois vivre au cours de ta carrière. J’ai beaucoup appris. Reviens-tu en France avec un sentiment de revanche ? (Il réfléchit) Je reviens comme si j’étais prêt à prouver quelque chose mais … (Il hésite) Je n’ai pas vraiment le sentiment d’avoir quelque chose à prouver puisque j’ai déjà montré que je pouvais réussir dans cette ligue. Je vais simplement jouer mon jeu. Je viens pour gagner, c’est tout. Au Mans puis à l’ASVEL, tes équipes prétendaient au titre. À Dijon, tout juste de retour en Pro A, l’objectif immédiat sera probablement différent… (Il coupe) Je n’essaie pas de nous mettre de pression inutilement mais… (Il hésite) Je joue pour gagner un championnat (Il rit). Je ne joue pas pour être à la 13e place de la ligue. C’est mon approche du basket, je ne joue pas pour perdre. Après plus d’un mois de préparation, comment évalues-tu ton équipe ? (Enthousiaste) J’aime cette nouvelle équipe. Beaucoup. Nous avons de très bonnes pièces. Si chacun reste dans son rôle, je pense que nous serons pas mal. Nous jouons dur en défense et ça, c’est rassurant. Nous avons passé beaucoup de temps à travailler nos systèmes défensifs. Sur un plan individuel, quelles sont tes attentes pour cette nouvelle saison ? (Il rit) Déjà, je peux te dire que je n’envisage jamais de passer une mauvaise saison. Mais si je fais une mauvaise saison et que nous gagnons, ça m’ira très bien. Ce que je fais personnellement, cela n’a pas d’importance. Le coach attend de moi que je défende, que je dirige l’équipe, que je contrôle le tempo. Bref, je vais jouer mon jeu et c’est tout ce que je veux. Je suis un joueur d’équipe, un meneur scoreur, quelqu’un qui peut faire beaucoup de choses différentes sur un terrain. Peu importe ce dont l’équipe a besoin, je vais faire en sorte de lui donner. n


40

échos FRANCE L A L I G U E FÉ M I N I N E D E BA SK E T BA L L PR É SEN T E

UN US CHASSE UN AUTRE AU BCM

KIKI REVOIT SES PLANS

EN DIREC T SUR

Efficace lors des matches de préparation, «  irréprochable dans son comportement  » d’après le BCM, Osiris Eldridge a pourtant laissé sa place à un nouvel américain, Xavier Silas. Explications avec Christian Monschau.

I

CATHY

JOENNSDEZ-VOUS

E ONNE R ’ENVOI VOUS D COUP D N E L R U O PO IS A S A DE L 2 11-201 LFB 20

• L’arrivée d’un ailier non-JFL est en stand-by à Poitiers. Le PB 86 espère débloquer une enveloppe pour recruter ce joueur. En l’état, l’équipe de Ruddy Nelhomme va démarrer la saison avec 8 joueurs professionnels, dont seulement 4 joueurs sur les postes 1, 2 et 3… Toujours sans club, Thierry Rupert (2,02 m, 34 ans) devrait s’engager avec le SPO Rouen en Pro B, pour remplacer l’Américain Ivory Clark… Russell Robinson sur le départ à Nanterre ? Ce n’est pas à exclure après les propos de Pascal Donnadieu pendant le Tournoi de Massy « Je vais devoir me pencher sur (son) cas. Pour le moment il ne donne pas du tout satisfaction. »… L’international letton, Ingus Bankevics (1,97 m, 26 ans) va piger pendant 6 semaines à Boulogne-sur-Mer, en l’absence de Chris McCray, opéré du ménisque…Opéré en urgence de l’appendicite samedi dernier, Cédric Ferchaud (Bourg-en-Bresse) sera absent pendant au moins trois semaines.

LA PREMIÈRE JOURNÉE D E C H A M P I O N N AT L F B À PA R I S

24.25 SEPT 2011 PARIS COUBERTIN

RÉSERVATIONS SUR

WWW.BASKETLFB.COM OU WWW.FRANCEBILLET.COM ET POINTS DE VENTE HABITUELS : FNAC, CARREFOUR, GÉANT

Création graphique ©

EN BREF

01 71 33 13 90 - Crédits photos : Thomas Vallegeas

Chris Chambers/Getty Images

l se passe toujours quelque chose au BCM ! Marcus Landry partant à la fin du mois d’août et maintenant Osiris Eldridge. L’effectif de pré-saison du BCM est à géométrie variable. Le premier avait quitté le club nordiste pour raisons familiales, peu après la signature de J.K. Edwards. Osiris Eldridge a effectué un petit mois de préparation, avant d’être remercié. Entre temps, le BCM avait confirmé Pape Sy dans son effectif. Le staff nordiste, Christian Monschau en tête, ne cesse de revoir ses plans. La stratégie est parfaitement assumée. « On a toujours laissé des portes ouvertes en fonction de la pré-saison, à différents postes », souligne le coach du BCM. « Après le départ de Landry, on s’est Xavier Silas, nouvelle recrue du BCM. posé longtemps la question senior), shooteur très convenable (41,3% à 3-pts avec du profil. Il y avait également près de cinq tentatives par match) et superbe athlète. l’incertitude du lock-out, l’absence d’Albicy pour « Il peut évoluer à 2, voire 3 postes », poursuit de bonnes raisons. On avait du mal à jauger les Christian Monschau. Sécurité d’importance en ces manques au niveau des lignes arrières. » temps d’incertitude. « Pape Sy a intérêt à ce que Silas est plus polyvalent lock-out se lève rapidement parce qu’il aura plus de Dans un contexte un peu plus stable, Osiris Eldridge temps pour se montrer, et voir son contrat maintenu. aurait très bien pu être conservé. La valeur intrinsèque Mais pour nous, cela a des conséquences. Albicy de l’arrière US n’est pas remise en cause. « Osiris aura besoin de jeu. On aura un début de saison un est un excellent joueur, un très bon shooteur, mais peu délicat dans la répartition des rôles définitifs. » pas assez polyvalent. On gardera une vue sur lui à Le BCM tatonne encore, mais l’équipe n’a plus le l’avenir. » Pour le remplacer, Xavier Silas (1,93 m, temps. Plus qu’une semaine avant de s’attaquer au 23 ans), rookie en provenance de Northern Illinois. tournoi préliminaire de l’Euroleague à Vilnius. BCMUn joueur que Christian Monschau suivait depuis un ASVEL, c’est jeudi prochain ! n Antoine LESSARD moment, gros scoreur en NCAA (22,3 pts à 45,9% en

1 JOURNÉE................................... 11€* 1 PASS WEEK-END...................... 16€* *1€ reversé à la Fondation de l’Institut du Cerveau et de la Moelle Épinière sur chaque billet vendu


Abonnez-vous à BasketNews

Pour 9,90 € par mois

Votre cadeau LE LIVRE D’OR 2010 Edition prestige « Beau Livre » 120 pages, 180 photos

Réalisé pour la première fois par la rédaction de BasketNews !

+

1 BD basket dunk

Valeur : 29 €

Engagement d’un an minimum pour cette offre

1 an - 52 N°, soit 12 numéros gratuits

BULLETIN À RETOURNER À : NORAC PRESSE – SERVICE ABONNEMENTS – B.P. 25244 - 72005 LE MANS CEDEX 1 Je choisis mon abonnement et mon mode de paiement Mes coordonnées : Je m’abonne à BasketNews et je choisis le paiement par prélèvement automatique. Soit 9,90 $ par mois. Je remplis l’autorisation ci-contre et je joins un R.I.B. Je reçois en cadeau Le Livre d’Or du Basket 2010* et une BD Basket Dunk. Je m’abonne à BasketNews et je régle mon abonnement en une seule fois 99 $ par chèque bancaire ou postal ou par Carte Bancaire. Je reçois en cadeau Le Livre d’Or du Basket 2010*. La BD est réservé à l’abonnement par prélèvement automatique.

Recevez

+

Ou

Prénom :

Adresse :

Ville

Code postal

Tél. :

Né(e) le :

Paiement par carte bancaire

+

Je m’abonne à BasketNews + Maxi-Basket et je choisis le paiement par prélèvement automatique. Soit 10,90 $ par mois. Je remplis l’autorisation ci-contre et je joins un R.I.B. Je reçois en cadeau Le Livre d’Or du Basket 2010 et une BD Basket Dunk.

Je m’abonne à BasketNews + BAM et je choisis le paiement par prélèvement automatique. Soit 10,90 $ par mois. Je remplis l’autorisation ci-contre et je joins un R.I.B. Je reçois en cadeau Le Livre d’Or du Basket 2010 et une BD Basket Dunk.

Je m’abonne à BasketNews + Maxi-Basket et je règle mon abonnement en une seule fois 120 $ (- jusqu’à 46% de réduction) par chèque bancaire ou postal ou par Carte Bancaire. Je reçois en cadeau Le Livre d’Or du Basket 2010. La BD est réservé à l’abonnement par prélèvement automatique.

Je m’abonne à BasketNews + BAM et je règle mon abonnement en une seule fois 120 $ (- jusqu’à 46% de réduction) par chèque bancaire ou postal ou par Carte Bancaire. Je reçois en cadeau Le Livre d’Or du Basket 2010. La BD est réservé à l’abonnement par prélèvement automatique.

Expire fin

Clé* Clé : les 3 derniers chiffres figurant au dos de votre carte bancaire.

Autorisation de prélèvement J’autorise l’établissement teneur de mon compte à prélever sur ce dernier le montant des avis de prélèvements mensuels établis à mon nom, qui seront présentés par Norac Presse. Je vous demande de faire apparaître mes prélèvements sur mes extraits de compte habituels. Je m’adresserai directement à Norac Presse pour tout ce qui concerne le fonctionnement de mon abonnement. Titulaire du compte Organisme créancier : Norac Presse - 3, rue de l’Atlas - 75019 Paris NOM : N° national d’émetteur : 580138

Date et signature obligatoire :

PRÉNOM : ADRESSE :

VILLE : CODE POSTAL :

Le prélèvement automatique est réservé à la France métropolitaine (engagement minimum de 12 mois sur cette offre). Au-delà de 12 mois, mon abonnement sera reconduit tacitement sauf demande contraire adressée par courrier à : Norac Presse – Service Abonnements – BP 25244 – 72005 LE MANS CEDEX 1. Tarifs étranger et DOM TOM (par carte bancaire uniquement) : BasketNews 123 $. BasketNews + Maxi-Basket (ou + BAM) 150 $. Cadeau étranger : adresse française uniquement. Renseignements abonnés : 02-43-39-16-20 ou abonnement@tomar-presse.com

☛ Plus d’offres d’abonnements sur www.basketnews.net

BN 570

E-Mail :

Maxi-Basket ou BAM

pour 1 € de plus*

Nom :


43

échos FRANCE

DAMIR KRUPALIJA (HYÈRES-TOULON)

Stop ou encore ? I

l y a deux semaines, encore une fois, le HTV a été sauvé en dernier ressort par le maire Hubert Falco qui a injecté de la liquidité – une avance sur subvention – dans une trésorerie déficiente. C’est maintenant à Alain Weisz, le McGyver de la Pro A, de prouver que l’on peut accomplir l’impossible avec 650.000 euros de masse salariale – 750.000 si le bilan clôturé de l’année précédente est accepté par la DNCG –, encore une fois. Le coach varois n’est pas dupe que son équipe est un funambule qui marche sur un fil et qu’au moindre coup de vent, la chute est imparable. Et voilà justement que l’élément stabilisateur n’est pas certain d’être opérationnel. Il s’agit du Bosnien Damir Krupalija, un intérieur de 2,05m qui fut un temps en course la saison dernière pour le titre de MVP étranger. Ni plus, ni moins. « C’est notre pilier car au-delà de

ses statistiques qui sont déjà très bonnes (13,1pts, 8,9rbds, 3,9pds), c’est un gars qui donne la balle là où il faut, qui a toujours le petit truc qui permet de gagner le match, soit un panier, soit un rebond, soit une passe » analyse Alain Weisz, qui poursuit : « nous n’aurions jamais été 7e l’an dernier si nous n’avions eu qu’un joueur simplement correct. C’est lui qui change le standing de l’équipe. Damir permet à tout le monde d’être bon. Pour moi, avec John Linehan, c’était les joueurs qui avaient le plus d’impact dans leur équipe. »

Comme Maravic Seulement il apparaît que depuis quelque temps le Bosnien est en cristal. Une hernie discale a pourri son année 2011, le privant notamment de playoffs, et fait suite à une fracture de la main qui l’avait laissé sept mois sur le carreau. La JDA

Dijon l’avait payé au prix fort. Strasbourg, qui l’avait convoité cet été, a dû renoncer à la lumière d’une visite médicale. « Au niveau des radios, il n’y a pas grand-chose, mais c’est une gêne terrible pour jouer » explique Alain Weisz. Krupalija a consulté différents spécialistes et c’est un médecin slovène, celui-là même qui avait soigné le Palois Marko Maravic qui l’a remis en état. « Damir va beaucoup mieux, mais je pense qu’il lui faudra deux mois pour retrouver le terrain en compétition. Cela fait six mois qu’il n’a pas joué au basket, il a besoin de regagner des muscles. » Les Toulonnais sont à la recherche d’un pigiste médical pour faire le nombre mais le hasard ferait vraiment bien les choses si le forfait en principe temporaire du Bosnien n’était pas visible dans les résultats de l’équipe. « C’est un coup dur » répète Alain Weisz qui a vu que le calendrier du HTV

Jean-François Mollière

Alain Weisz est inquiet, l’avenir de sa pièce maîtresse, Damir Krupalija, est toujours en pointillé.

est favorable à la rentrée et qu’il serait bon d’engranger pour ne pas naviguer très vite en eaux troubles. Et puis, son mal de dos n’est-il pas pour Damir Krupalija, 32 ans, une défaillance chronique ? « On ne sait pas comment son dos va réagir quand il va reprendre le basket. Ça me contrarie beaucoup. C’est lui qui permet au HTV de faire une année sans frayeur, sinon on se retrouve avec une équipe qui ressemble à notre budget. » n Pascal LEGENDRE

BASKET BALL RENDEZ VOUS OCTOBRE

POUR LA REPRISE

PRO A

A CONSOMMER SANS MODERATION

2 MATCHS PAR SEMAINE EN DIRECT SUR VENDREDI A 19H30 SAMEDI EN FIN D'APRES MIDI

Hotel République 2011 - Studio Ze

DES LE


44

EUROCUP

CHALON ET LE MANS DÉBUTENT EN EUROCUP

PAS SIMPLE !

L’Eurocup commence dès mardi pour Chalon et Le Mans. L’Élan reçoit l’équipe croate du Cedevita Zagreb pendant que le MSB se déplace en Turquie, pour affronter le Pinar Karsiyaka. Si les Chalonnais peuvent se reposer sur les acquis collectifs de la saison dernière, les Manceaux naviguent à vue.

«

 Faire honneur à la wild-card ». Huitièmes de Pro A et quart-de-finaliste au printemps dernier, les Manceaux sont en mission. Le président Le Bouille souhaite que son équipe justifie son invitation dans les actes. Cela passe inéluctablement par deux performances lors de ce tour préliminaire. L’adversaire, Pinar Karsiyaka Izmir, joue peu ou prou dans la même cour que les Sarthois. Un adversaire à la portée – comprenez pas inaccessible – des Manceaux sur le papier. Dans son nouveau roster, largement modifié cet été, trois joueurs de standing : le meneur US Mire Chatman, qui opérait l’an passé aux côtés d’Allen Iverson à Besiktas, l’arrière bosnien Goran Ikonic (1,96 m, 31 ans) en provenance de Novo Mesto, et enfin Jovo Stanojevic (2,07 m, 34 ans), très expérimenté pivot serbe passé par quelques honorables maisons européennes (Étoile Rouge, Partizan, ALBA Berlin, Sopot..). À côté d’eux, quelques Turcs en devenir. L’ailier Birkan Batuk, le pivot Ilkan Karaman. Costaud oui, mais pas insurmontable a priori pour un MSB ayant l’avantage de recevoir au match retour. Problème de taille : ces deux matches arrivent beaucoup trop tôt pour les Manceaux. Alain Koffi et Antoine Diot pas encore revenus à ce jour, Charles Lombahé-Kahudi en Lituanie jusqu’au 19 septembre, Martial Kouguère arrivé seulement le 15 septembre après avoir connu des problèmes de visa, J.D. Jackson aura composé avec un effectif très réduit pendant l’essentiel de la préparation. « Avec 5 pros en moyenne, c’est compliqué de se mettre en place et de se projeter

Hervé Bellenger / IS

Jean-François Mollière

Par Antoine LESSARD

La saison commence pour les troupes de J.D. Jackson et de Greg Beugnot.

« Avec cinq pros en moyenne, c’est compliqué de se mettre en place »

sur cette échéance », déplore Christophe Le Bouille. « On travaille avec les nouveaux (Rochestie, Sommerville, Coleman et depuis peu Kouguere) mais ils ne connaissent Christophe Le Bouille pas leurs coéquipiers ! » Ceci explique, au moins en partie, pourquoi le MSB a connu quelques sérieux trous d’air en préparation (-25 à Cholet, -30 contre Nancy). À moins d’une semaine du premier rendezvous, en Turquie, les Sarthois ne sont pas prêts mais J.D. Jackson veut positiver : « Oui, c’est très frustrant d’avoir des cadres blessés, dans ces conditions c’est difficile de faire avancer l’équipe, mais soyons contents d’être qualifiés pour ce tour préliminaire, il faut avoir un esprit conquérant et positif. »

Cedevita, une grosse machine croate L’Élan Chalon a joué une bonne partie de la préparation sans meneur de métier – Tchicamboud à l’Euro, Ulysse Adjagba passe son bac –, connu son lot de petits pépins physiques (Lauvergne, Smith, Schilb) mais au moins Greg Beugnot a-t-il pu se reposer sur les acquis collectifs de la saison dernière,

Le programme

Aller mardi 27 septembre, retour mardi 4 octobre. Élan Chalon – Cedevita Zagreb (CRO) Pinar Karsiyaka (TUR) – Le Mans Les 8 vainqueurs du tour préliminaire rejoindront les 10 équipes directement qualifiées en Eurocup ainsi que les 14 éliminés des deux tournois préliminaires de l’Euroleague, soit 32 équipes au total.

avec un seul joueur à intégrer (Malcom Delaney). Les automatismes sont toujours là, le collectif bien plus avancé que l’an passé à pareille époque, Alade Aminu en grande forme. Chalon présente bien. Seulement, le tirage ne lui a pas été favorable. Si son nom n’est pas aussi prestigieux que d’autres clubs croates, le Cedevita Zagreb est un sérieux client. Championne de Croatie, demi-finaliste de l’Eurocup’11, l’équipe entraînée par Drazen Anzulovic possède des talents à tous les étages. Dontaye Draper, meneur titulaire de la sélection croate à l’Euro, Chris Warren (ex-Bilbao), Matjaz Smodis, une belle phalange croate (Marko Car, Marino Bazdaric, Vedran Vukusic). Face à cette belle machine, l’Élan part un peu dans l’inconnu. « On a du mal à trouver des vidéos d’eux », nous confiait dernièrement Greg Beugnot. Priorité du coach chalonnais avant la grande échéance, gérer la fatigue de son effectif. « On ne peut pas se permettre de relâcher (en intensité) mais peut-être réduire les durées d’entraînement. » Contrairement aux Manceaux qui joueront leur dernier match de préparation samedi au Tournoi Pro Stars, les Chalonnais se sont réservés une dernière semaine complète sans match pour préparer le rendez-vous. S’ils échouent à ce stade, Manceaux et Chalonnais seront reversés en EuroChallenge. Compétition pas forcément plus coûteuse, nous a expliqué Christophe Le Bouille, mais de plusieurs crans inférieure en terme d’image et de compétitivité. L’enjeu est d’importance. n


45

échos EUROPE

EUROLEAGUE : LES ADVERSAIRES DES FRANÇAIS

PAS ÉVIDENT

Le tirage aurait pu être clément, tout d’abord, on aurait pu éviter une confrontation franco-française au premier tour, de retrouver nos trois représentants dans le même groupe avec les deux favoris, Galatasaray et Lietuvos rytas, à domicile...

Lietuvos rytas avec son public

Frédéric TRIPODI

Rodolfo Molina/EB via Getty Images

De l’autre côté, dans la partie de tableau choletaise, se dresse Lietuvos rytas, club hôte de ce tour

qualificatif. Et quand on voit l’ambiance de folie qui régnait à l’EuroBasket, on peut se douter que les locaux pourront compter sur leurs supporters, encore tout chauds après la compèt’. L’expérience de leurs ouailles dans la compétition reine et l’arrivée (ou le retour) de joueurs tout aussi expérimentés feront d’eux un des favoris dans le chaudron de Vilnius. Les retours, ce sont ceux de Mindaugas Lukauskis (passé par l’ASVEL) et aussi de Marius Petravicius qui avait connu l’aventure Euroleague avec Rytas en 2008 et les deux saisons passées avec Milan. On ajoute à cela l’arrivée de Chuck Eidson, du scoreur bien nommé Tyrese Rice (17,2 points avec les Artland Dragons) et Lawrence Roberts en provenance d’Anadolu Efes. La tâche n’est donc pas des plus faciles pour Cholet, Vileurbanne et Gravelines, il n’y a pourtant qu’une place dans leur partie de tableau. Alors, mission impossible ou exploit en vue ? n

Le vainqueur d’ASVEL-BCM affrontera probablement le Galatasaray de Jaka Lakovic.

EN BREF

• Coup de pub ? Claudio Sabatini, président de la Virtus Bologne, déjà en négociations avec Manu Ginobili, voudrait faire venir « le meilleur joueur du monde.» Sans le dire, il parle de Kobe Byant, dont il souhaiterait faire payer l’assurance match par match, voire avec contribution des adversaires en déplacement… Après avoir convaincu à l’EuroBasket avec la Lettonie, Rihards Kuksiks a signé à Valencia… La Fortitudo Bologne enregistre l’arrivée du meneur Tre Kelley… Antonio Maestranzi rejoint Rome par un prêt d’un an… Adam Morrison a signé un contrat d’un an avec l’Étoile rouge de Belgrade… L’ancien Havrais Bingo Merriex a signé au Verviers-Pepinster… Vitoria, handicapé par les blessures à l’intérieur pourrait faire appel à Pero Antic, impressionannt avec la Macédoine à cet Euro…

F.T.

Hervé Bellenger / IS

M

ais avec des si… On refait le monde. Donc on fait avec. Dans la partie de tableau de Gravelines et l’ASVEL – qui se rencontrent pour le premier tour – le match suivant opposera le vainqueur de cette lutte française à Galatasaray, vice-champion de Turquie. Le mot d’ordre du club stambouliote cet été ? Ménage. Un cinq majeur totalement remanié par rapport à la saison passée qui voit quatre nouveaux joueurs arriver. Et les noms parlent, Cevher Ozer en provenance de Besiktas à l’intérieur, Jamon Gordon de l’Olympiakos à l’aile et le trio gagnant (attention, ça en jette) : Darius Songaila, le bon plan lock-out, Jaka Lakovic, poussé vers la sortie à Barcelone et le local Ender Arslan. Voilà de quoi faire peur à ceux qui se mettent sur le chemin de Galatasaray pour la course à l’Euroleague.


46

LA GAZETTE DU Échos LOCK-OUT NBA épisode 10

ÇA COINCE TOUJOURS ! Dissensions entre les joueurs ?

Nick Laham/Getty Images)

I

l y a dix jours, à la veille d’une nouvelle réunion au sommet, il se murmurait qu’un accord était sur le point d’être conclu. Selon Sports Illustrated, Derek Fisher avait même envoyé un SMS à certains de ses collègues pour les informer d’avancées significatives dans les négociations. Les cinq heures de meeting ont vite douché les espoirs des NBAers. Alors que ces derniers auraient accepté la baisse de leurs revenus, les propriétaires ont refusé de formuler une proposition. « Ils rejettent désormais tout compromis et ne veulent pas évoluer », expliquait le vice-président de l’association, Matt Bonner, sur les ondes d’une radio canadienne. « Aujourd’hui, il n’y a plus

Les joueurs (ici, Jermaine O’Neal) ne lâchent pas le morceau, la grève continue.

aucun progrès. » En attendant, dans une longue missive adressée à ses collègues, Derek Fisher révélait la réelle teneur des échanges. « Ce n’était pas un désaccord entre

TOUT L’ÉQUIPEMENT DE BASKETBALL EN LIGNE

joueurs et propriétaires. C’était un désaccord fondamental entre les propriétaires euxmêmes. Ils n’ont pu se mettre d’accord entre eux sur certains  points de leur proposition. »

En réalité, les joueurs ne seraient plus les seuls à contester l’instauration d’un hard cap puisqu’au moins deux propriétaires – Dan Gilbert (Cleveland) et Robert Sarver (Phoenix) – auraient posé leur veto. « Je ne sais pas ce qui fait croire ça à Derek », s’étonnait David Stern. « Mais je peux vous dire qu’une vaste majorité des propriétaires est en réalité en faveur d’un système avec un hard cap. » Les pontes de la ligue ne sont pas les seuls à multiplier les démentis. Pendant qu’une poignée des agents les plus influents usent des colonnes de la presse pour suggérer des dissensions entre les joueurs et militer en faveur d’une dissolution de l’association, le président Fisher prône l’unité. « Contrairement à ce qui a pu être rapporté, il n’y a pas de fracture ni de séparation dans notre groupe. » Et tant que le hard cap sera toujours au cœur des conversations, les joueurs promettent l’inflexibilité. « Je n’ai jamais vu cette union aussi forte », témoigne Jermaine O’Neal. Jusqu’à quel point ? n Jérémy BARBIER

*20 € offerts pour 90 € d’achats sur le site web casalbasket.com. **Port gratuit pour toute commande sauf transport express. Offre valable jusqu’au 30/10/2011.

Aux quelques déclarations optimistes ont vite succédé des réunions toujours infructueuses. Des tensions internes commenceraient même à diviser le camp des propriétaires…


47

Salut ! Ça va ?

Propos recueillis par Claire PORCHER

BORIS

R E G A N S E M H T ELISABE (BORDEAUX)

S

alut Boris, ça va ?

Ça va plutôt pas mal.

Tu as signé à Bordeaux, un retour en Pro B pour toi, quel est ton état d’esprit ?

Agence Photo

Focale Fixe

C’est très excitant, mes deux expériences en Pro B (à Quimper et Rouen) ont été excellentes. Je reviens avec un peu plus de maturité et d’expérience. J’ai plus souvent joué au poste 4 mais j’ai toujours voulu évoluer au poste 3. Claude Bergeaud va m’utiliser sur les deux. Cette opportunité est aussi quelque chose de très excitant. L’ambition des JSA, c’est qu’il y ait un autre grand club de haut niveau dans la région. C’est intéressant de participer à ce beau projet. Si jamais Boris Diaw et Ronny Turiaf rejoignent les rangs des JSA, c’est pour toi l’équipe parfaite ?

Pas loin ! (rires) Ce serait un privilège pour nous de jouer à leurs côtés, une belle opportunité sportive. Si le lockout dure, Boris a clairement annoncé la couleur, on sait ce qu’il en est. Ronny ne s’est pas encore prononcé, on verra. Pour l’instant on travaille sans compter sur eux.

VEC LES JSA » A T E J O R P U A « UN BE Et quand vous êtes tous ensemble avec

Cela bousculera l’équilibre de l’équipe...

Boris Diaw, tu as toi aussi un surnom ?

C’est sûr, on devra alors s’ajuster. Mais ce serait un problème de riches ! (rires)

Lui c’est souvent Babac et moi, c’est soit Bo ou Bobololo ! (rires) Je ne suis pas sûr d’avoir envie que ça paraisse dans BasketNews en fait !

Tu connais Boris et Ronny depuis longtemps ?

On ne choisit pas ses surnoms ! D’où vient

Une dizaine d’années. Avec Boris, on est arrivé aux États-Unis à peu près à la même période. J’étais à l’université avec son frère Martin. Il venait souvent nous rendre visite, nous aussi : c’est comme ça qu’on a lié des liens d’amitié. Avec Ronny, on s’est rencontré quand j’ai fini mon cursus universitaire. C’est marrant, on est Martiniquais, de la même année, on a de la famille de la même ville et on s’est rencontré à Los Angeles !

celui-ci ?

C’est Paco, le petit frère de Boris, qui m’a sorti ça un jour. C’est resté. Tu es président de Passion en action. Quels sont les objectifs de l’association ?

Avec Ronny (vice-président), on veut développer des actions en Martinique mais aussi dans toutes les Caraïbes et même à la Réunion où j’ai beaucoup d’attaches. Ça fait des années qu’on en parle. On a rendu visite cet été à tous

les acteurs du basket martiniquais et organisé une journée de camp et deux matches d’exhibition avec Ronny, Boris, Tony Parker... C’était l’occasion de montrer à la Martinique ce qui se fait de mieux au niveau du basket. Et donner un exemple aux jeunes, leur montrer que des Martiniquais réussissent dans le monde, mais qu’ils n’oublient pas leurs racines.

Un mot sur l’Euro. Comment as-tu réagi quand tu as appris la blessure de Ronny ?

Vraiment déçu. On a passé beaucoup de temps ensemble à la Martinique pour préparer notre événement. Ronny a fait venir son préparateur physique des États-Unis et tous les matins avant de commencer quoi que ce soit, on s’entraînait. Et ce travail là a payé. À Pau, j’ai vu qu’il était en bonne forme. Alors au dernier moment, quand il se blesse, ça m’a fait mal au cœur pour lui. Un pronostic avant le quart contre la

Vous allez développer des projets à tra-

Grèce ? Attention, l’article sort jeudi pro-

vers le basket uniquement ?

chain, les lecteurs verront si tu es tombé à

On s’est rapproché du service de cardiologie de Martinique pour mettre en place un partenariat pour aider les jeunes malades du cœur. On connaît tous l’histoire de Ronny, il avait envie de s’investir à ce niveau aussi. Dans tous les domaines, si on a l’opportunité d’aider la jeunesse martiniquaise, on le fera.

côté ou pas !

Je vais me faire chambrer toute ma vie après (rires) ! La France aux J.O, voilà mon pronostic. Le quart contre les Grecs et la demie contre la Russie on va gagner. Et on aura toutes nos chances de battre qui se présentera devant nous en finale. Allez, je les vois même champions ! n


TECHNOLOGIE TACTILE

TONY PARKER – Basketteur professionnel ÉDITION LIMITÉE 2011

Touchez la glace et vivez une expérience multisports unique avec ses 11 fonctions tactiles dont une boussole, un indicateur de marées, un chronographe split (temps intermédiaires) et un chronographe lap (temps au tour). 515€*

IN TOUCH WITH YOUR TIME**

Plus d’information sur www.t-touch.com

boussole

chronographe chronographe lap split *Prix public conseillé **En phase avec son temps

Flashez ce code avec votre smartphone ou rdv sur http://m.tissot.ch/fr/2


BasketNews 570