Page 1

l’hebdo du basketball

JEUDI 21 avril 2011 - N° 548

Limoges… Ona Embo… Shuler… Bordeaux… Kazan… Jordan… Batiste… Kidd… Emmeline Ndongue… Tsagarakis… Delauné

PLAYOFFS NBA, C’EST PARTI ! CHICAGO ET MIAMI ASSURENT LAKERS ET SPURS DÉJÀ DANS LE DUR

DOSSIER CHOLET

Photos : Jean-François Mollière, Pascal Allée / Hot Sports et Hervé Bellenger / IS

UNE DOMINATION JAMAIS VUE EN 15 ANS

L’ÉNIGME

DIOT, L’HOMME AUX MILLE VISAGES Parfois bon, parfois mauvais, souvent moyen, Antoine ne réussit pas la saison qu’on attendait de lui. Pourquoi ?

M 03252 - 548 - F: 3,00 E

BasketNews n°548 - jeudi 21 avril 2011

DOM avion : 4,20 € - BEL : 3,60 € - Port.cont : 4,30 €

3:www.basketnews.net HIKNMF=WUXUU^:?a@f@o@i@k;


02

médias

Télévision

Rodolphe Gaudin (France Télévision)

New York-Boston (NBA Playoffs)

01h15 MCS

Indiana-Chicago (NBA Playoffs)

04h30 Orange Sport Portland-Dallas (NBA Playoffs) 10h30 Canal+ Sport New York-Boston (NBA Playoffs Rediff) 15h30 MCS

Indiania-Chicago (NBA Playoffs Rediff)

20h25 Sport+

Roanne-ASVEL (Pro A)

Samedi 23 avril 08h10 Orange Sport Portland-Dallas (NBA Playoffs Rediff) 12h25 Sport+

Roanne-ASVEL (Pro A Rediff)

15h30 MCS

Atlanta-Orlando (NBA Playoffs Rediff)

17h55 Sport+

Real Madrid-Vitoria (ACB Rediff)

19h40 Sport+

Limoges-Cholet (Pro A)

20h25 Orange Sport NBA Playoffs 23h15 MCS

Portland-Dallas (NBA Playoffs Rediff)

Dimanche 24 avril 11h25 Sport+

Limoges-Cholet (Pro A Rediff)

21h15 Sport+

Philadelphie-Miami (NBA Playoffs)

Lundi 25 avril 00h00 Canal+ Sport Canal NBA 07h10 Orange Sport NBA Playoffs (Rediff) 08h55 Sport+ 18h45 Sport+ 21h15 MCS

Limoges-Cholet (Pro A Rediff) Philadelphia-Miami (NBA Playoffs Rediff) NBA Playoffs

Mardi 26 avril 02h15 MCS

NBA Playoffs

04h05 Orange Sport NBA Playoffs 16h00 Orange Sport NBA Playoffs (Rediff) 18h00 Canal+ Sport Canal NBA 20h25 Orange Sport The Association – LA Lakers (NBA Doc) 22h15 Orange Sport Planète NBA

Mercredi 27 avril 02h15 MCS

NBA Playoffs

01h30 Orange Sport NBA Playoffs 13h15 Orange Sport Planète NBA 15h30 Orange Sport NBA Playoffs (Rediff) 19h30 MCS

Tribune NBA

Journaliste reporter pour l’émission Stade 2, Rodolphe Gaudin s’explique sur la non-diffusion du reportage consacré à TP dimanche dernier, décision qui a enflammé les forums basket. Non seulement il sera à l’affiche du prochain Stade 2, mais il sera bientôt suivi d’une exclu avec Kobe Bryant.

A

nnoncé un peu partout, le reportage sur Tony Parker marquant le début des playoffs a finalement été mis aux oubliettes dimanche dernier dans Stade 2. Pourquoi ? Ce n’est pas vraiment un problème, le reportage est intemporel et l’émission Stade 2 est en direct. C’est même pratiquement la seule émission sportive en direct du PAF. Malheureusement, Bernard Lacombe (manager de l’Olympique Lyonnais) était l’invité principal football de l’émission et son train a pris du retard ce qui a bouleversé l’émission. Mon sujet fait 7 minutes et on ne peut pas le couper au milieu donc décision à été prise de le passer ce dimanche. Ce n’est pas si grave. Pourquoi prendre la décision d’aller voir Tony maintenant ? Parce que c’est la star et que les playoffs débutent, tout simplement. C’est l’un des sportifs français preféré des Français, il est dans le top trois des sportifs les plus connus et c’est normal d’aller à sa rencontre.

basket donc c’est plus l’homme. Ce qui m’intéresse, c’est d’aller à la rencontre de sportifs très connus, qu’ils nous ouvrent une partie de leur univers, parce que sinon, cela ne vaudrait pas le coup. Tony est connu de tous, ce n’est pas la peine de marquer son nom sous le reportage. Il est très populaire alors qu’il vit loin de chez nous, c’est le plus grand basketteur français de tous les temps.

ges

Vendredi 22 avril 02h05 Canal+

AE via Getty Ima

16h15 MCS

« Du Tony Parker et bientôt du Kobe Bryant »

Si nous à Stade 2 on ne va pas le voir deux à trois fois dans l’année, ce serait anormal, je ne comprendrais pas. Comment cela c’est passé ? Très bien. Je ne savais pas trop comment il allait m’accueillir car je ne l’avais pas vu depuis longtemps dans le cadre d’un tournage. Moi j’étais ravi et lui se rappelait de tous les reportages que l’on avait fait sur lui lors de son premier titre NBA. Tony à la reconnaissance du ventre et donc on a fait tout ce que l’on voulait faire et même bien plus. Il a dit oui à tout. C’est plus pour l’homme ou pour le basket ce genre de reportage ? Je ne suis pas du tout un spécialiste de

Rocky Widner/NB

OKC-Denver (NBA Playoffs) San Antonio-Memphis ; OKC-Denver (NBA Playoffs Rediff)

/Getty Images

San Antonio-Memphis (NBA Playoffs)

05h00 MCS

Doug Pensinger

Jeudi 21 avril 02h45 MCS

J’ai cru comprendre que tu as eu Kobe Bryant grâce à lui ? En effet, je devais avoir Bryant en tête à tête par le biais de la NBA mais apparemment il n’était pas au courant. C’est Tony qui l’a appelé pour lui dire que l’on voulait le voir, ils se connaissent bien et grâce à ce coup de fil je l’ai eu 5 minutes en tête à tête. Cela s’est très bien passé et je pense que la bouteille de vin que je lui ai offert a fait son effet. (Il sourit). Le sujet passera bientôt sur nos antennes, mais en attendant, pas d’inquiétude, tu peux rassurer les fans, le sujet sur Tony Parker passera bien ce dimanche. n Propos recueillis par Thomas FÉLIX

Lu, vu et entendu Haynes avant la victoire de

« Ce n’est pas mon année il faut l’accepter et continuer à travailler... »

Chalon à Cholet, qui invite sur Twitter ses fans outre-Atlantique à trouver des retransmissions de ses matches sur le net.

« Folie ! Faire toujours la même chose et s’attendre à un résultat différent. »

Marquez Haynes

De Nick Lewis, sur Twitter, un poil

Pascal Allée / Hot Sports

« Taper Élan Chalon Vs Cholet sur Google et trouvez un lien streaming pour voir mon match ! » De Marquez

Hervé Bellenger / IS

Hervé Bellenger

/ IS

D’Edwin Jackson sur son compte Twitter qui, lucide sur sa saison, bien que loin d’être terminée, n’en perd pas moins l’envie de revenir très vite à un niveau de jeu plus acceptable.

dépité après la défaite de son club de Strasbourg. Il n’a joué que 5 minutes.

Hervé Bellenger / IS

Edwin Jackson

« Je comprendrai jamais cette Andrew Albicy équipe, franchement saoulé de tout ça. »

Nick Lewis

D’Andrew Albicy, à 03h30 du matin, toujours sur Twitter, après la rouste du Paris Levallois au BCM. Le lendemain matin il se disait prêt à une grosse remise en question.


ZONE-MIXTE

03

Prises de position

La Pro B devrait-elle être une ligue de développement ? OUI

NON

Par Pascal LEGENDRE

Par Thomas FÉLIX

N

icolas Arteil et Nicolas Jolivert de Boulazac, Alexis Desespringalle de Nanterre, Xavier Octeville de Aix-Maurienne… Ils sont 15 joueurs français de 20 ans (nés en 1991 et après) à avoir foulé au moins une minute les parquets de Pro B cette saison. Pas un de plus. Seul Louis Labeyrie a eu un temps de jeu correct (10’ en moyenne), mais il n’est quand même que le 9e homme de Fos. La majorité n’a eu droit qu’à des poussières de secondes. La Pro B réservoir du basket français, tremplin pour jeunes loups aux dents longues ? Vous rigolez sans doute. Edwin Jackson, Adrien Moerman, Evan Fournier n’ont été que des arbres qui cachent le désert. La division est squattée par des étrangers de 3e zone et des Français qui n’ont pas leur place en Pro A. Pour quel intérêt ? À part le public local qui connaît les effectifs de Clermont, Quimper, Lille, donnés ici juste à titre d’exemple ? Faut-il le répéter sans cesse, la Pro B n’est pas un bon produit, invendable au delà d’un rayon de vingt kilomètres autour de ses bastions. Et que l’on ne me sorte pas l’argument de la concurrence étrangère, ces clubs-là ne jouent pas les coupes d’Europe et l’interpénétration avec la Pro A n’existe que pour d’obscurs matches de Coupe de France. J’ai compris depuis longtemps que les présidents et les partenaires en n’ont que faire de l’avenir du basket français, de développer de jeunes talents pour la gloire de ce sport, mais si leur championnat servait de vivier, si les Français y étaient vraiment valorisés, il serait tout simplement davantage identifiable, dix fois plus passionnant. Pour les fans de Charleville-Mézières, du Portel mais aussi d’ailleurs. Suivre l’évolution d’un prospect excite davantage les papilles que de savoir qui de Moses Sonko ou Andre Harris va en sortir top-scoreur. La méthode a doublement été profitable à Nanterre. Voici un club sans fortune en passe d’accéder à la Pro A et qui, depuis plusieurs années, est davantage exposé médiatiquement que le reste de la meute. n

B

en voyons ! La Pro B laissée aux mains de jeunes pousses, c’est vraiment de ça dont on parle ? Un championnat espoirs en somme, à peine rehaussé par la présence de quelques joueurs plus âgés cherchant une place au soleil de Pro A ? Allez donc dire ça aux présidents de club de Pro B ! Eux qui s’échinent à construire un club, une image, à implanter du basket dans certaines régions fort désertées du haut niveau, qui entretiennent l’espoir de créer un club pérenne dans l’élite ! Allez leur dire qu’ils vont devoir former une équipe composée uniquement de jeunes joueurs avec pour seule ambition de donner du temps de jeu sans se soucier plus que ça de la qualité du spectacle global ou du niveau de jeu. Des jeunes qui seraient là pour se développer, et donc de partir un jour. Charmante perspective. Et comment on fait pour les montées ? Parce qu’une ligue de développement en Pro B, ça donne un écart conséquent, financier et sportif, avec un club qui évolue en Pro A avec ses 5 Américains ? Alors, on ferme les deux ligues ? Et puis, comment faire également pour fidéliser un public et lui faire payer le droit de s’asseoir dans les gradins pour voir des jeunes en apprentissage ? Ce n’est pas parce que les joueurs seront français et jeunes que les salles vont se remplir miraculeusement… Que cette idée puisse ravir les défenseurs du basket français et de sa formation, je le comprends. Mais du point de vue d’un dirigeant de club, il s’agit d’une douce utopie. La Pro B, quoi qu’on en pense est aujourd’hui une ligue professionnelle, donc de compétition. Et c’est là tout l’enjeu, tout le sel du sport. La formation, c’est autre chose. La NCAA, c’est super ? Oui, mais les joueurs ne sont pas payés. Chez nous, même les espoirs sont payés ! Difficile de structurer un club, de le professionaliser et de fédérer des partenaires autour d’une équipe de bénévoles. Ce n’est tout simplement pas raisonnable. n

Sondage

Jean-Michel Sénégal

Qui va gagner la Coupe de France ? Pascal Allée / Hot Sports

35%

« On n’avait pas vu ça à Monaco depuis la Dream Team USA de 1992 ! » De Jean-Michel

Sondage réalisé sur www.basketnews.net. 1.214 réponses, décompte arrêté mardi.

22% 16%

D.R.

Sénégal, coach monégasque, qui a

vécu un week-end de rêve en gagnant le droit de jouer à Bercy la finale du trophée Coupe de France, contre Cognac, dans une salle comble et avec la présence du Prince Albert II de Monaco dans les tribunes.

Je ne m’intéresse pas à cette compétition

15%

12%


04

sommaire

DISPONIBLES

06 : LA DÉCEPTION ANTOINE DIOT

• Le meneur manceau marque clairement le pas cette saison. La dynamique est inquiétante pour le jeune international dont on attendait monts et merveilles. Pourquoi un tel coup d’arrêt ? Quelles conséquences pour la suite ? Analyse en profondeur.

#30

AVRIL 2011

POSTERS

TREMMELL DARDEN (NANCY) & NICOLAS BATUM (PORTLAND)

08 : LA GAZETTE DE LA 26e JOURNÉE

• L’exploit de Limoges, vainqueur à Nancy avec un Cedrick Banks retrouvé… Le bon visage de Carl OnaEmbo (Poitiers) face à Strasbourg… La perf de l’Élan Chalon à la Meilleraie… Jamal Shuler qui n’en finit plus d’être incandescent. Chaude la 26e journée !

64 ABDEL KADER SYLLA 74 ANCIENS INTERNATIONAUX 80 BEN WOODSIDE 82 MENDE 86 GIORGI SHERMADINI 94 JEAN-PIERRE GOISBAULT

LES MVP SECRETS

DE LA PRO A

VICIEUX, CHAMBREURS, SOUS-ESTIMÉS, HORS DE FORME, FLOP,PRIX ORANGE, PRIX CITRON…

10 : CHOLET LE BOSS

• Cholet est en passe d’accomplir ce qu’aucune équipe n’a réussi depuis 15 ans. S’adjuger la saison régulière deux années de suite en raflant au passage un titre de champion. Florent de Lamberterie décrypte cette domination sans partage.

DU CÔTÉ DE CHEZ DIDIER DOBBELS

ARRAS DINGUE DE SES FILLES

12 : INTERVIEW UCHE NSONWU

CHALON S’AMUSE,

13 : ÉCHOS FRANCE

© Hervé Bellenger / IS

CHALON GAGNE !

• C’est fait. Bordeaux est de retour en Pro B. Avec Bobo à la rentrée prochaine ?… Qui sont les joueurs en forme de la Pro A ? Ceux dans le trou ? Analyse chiffrée… Limoges ou Vichy sera en finale de la Coupe de France, étonnant non ?

M 03247 - 30 - F: 5,00 E

3:HIKNME=\UZUU^:?a@a@n@a@k;

Steed Tchicamboud

5,00

www.basketNews.net

MAXI BASKET N°30 - AVRIL 2011 DOM : 5,60 € - BEL : 5,40 € - Port.cont : 5,20 €

Chaque magazine

Seulement

En vente chez votre marchand de journaux

18 : ÉCHOS EUROPE

• Kazan a remporté l’Eurocup et jouera en Euroleague l’année prochaine… Ali Traoré a claqué 44 d’éval’ en Lega… Cette bonne brutasse de Chris Young (Alost) cartonne en ligue belge et a appelé son chien Stella. Devinez pourquoi ?

19 : PORTRAIT MIKE BATISTE

• L’intérieur du Pana est une incongruité dans le circuit européen, 8 saisons de bons et loyaux services dans la même équipe. Yann Casseville vous le raconte.

20 : PLAYOFFS NBA

• Les Lakers, les Spurs et le Magic dominés sur leur parquet. Les playoffs ont fait des dégats d’entrée. Tout va bien en revanche pour les Bulls, portés par le futur MVP : 75 points en deux matches pour D-Rose face aux Pacers.

26 : ÉCHOS NBA Nouvelle COUV’

Plus épaisse, plus belle !

28 : RÉFÉRENDUM DE LA LFB : NDONGUE SACRÉE

• Premier titre de MVP française pour Emmeline Ndongue qui a confié sa joie à Pascal Legendre. Mistie Bass (Challes) rafle la mise chez les étrangères. Esther Niamke-Moison chez les espoirs.

30 : PRO B : ANGELO TSAGARAKIS

• Depuis plusieurs semaines, l’arrière de la JL Bourg voit les cercles comme des bassines. Thomas Berjoan est allé à sa rencontre.

31 : SALUT ÇA VA CAROLE DELAUNÉ ? BasketNews

RÉDACTION AUX USA Jérémy BARBIER (Chicago), Pascal GIBERNÉ (New York).

Directeur Marketing et Promotion Frédéric CARON

Directeur de la publication : Gilbert CARON Directeur de la rédaction : Pascal LEGENDRE (p.legendre@tomar-presse.com) Rédacteur en chef : Fabien FRICONNET (f.friconnet@tomar-presse.com) Rédacteur en chef-adjoint : Thomas BERJOAN (t.berjoan@tomar-presse.com)

CORRESPONDANTS À L’ÉTRANGER  David BIALSKI (USA), Giedrius JANONIS (Lituanie), Kaan KURAL (Turquie), Pablo Malo de MOLINA (Espagne), Streten PANTELIC (Serbie), Bogdan PETROVIC (Serbie); Yannis PSARAKIS (Grèce), Sran SELA (Israël), Stefano VALENTI (Italie). Ont collaboré à ce numero : Yann CASSEVILLE, Samuel HAURAIX, Romain MOLINA et Rémi REVERCHON. Secrétaire de rédaction : Cathy PELLERAY (02-43-39-16-21 - c.pelleray@norac-presse.fr)

PUBLICITÉ RÉGIE Hexagone Presse – 12 rue Notre-Dame des Victoires – 75002 Paris Patrick GOHET (09-54-04-72-66), hexagone@hexagonepresse.com Loïc BOQUIEN (06-87-75-64-23), lboquien@hexagonepresse.com

BASKETNEWS est édité par SARL NORAC PRESSE

Siège Social : 3 rue de l’Atlas – 75019 PARIS. Capital : 25 000 euros Principaux associés : Print France Offset, Le Quotidien de Paris éditions, Investor. RÉDACTION DE PARIS 3 rue de l’Atlas - 75019 Paris / Téléphone : 01-73-73-06-40 / Fax : 01-40-03-96-76

RÉALISATiON GRAPHIQUE Conception charte graphique : Philippe CAUBIT (tylerstudio) Direction artistique : Thierry DESCHAMPS (Zone Presse)

JOURNALISTES Thomas BERJOAN, Thomas FÉLIX (06-47), Fabien FRICONNET, Florent de LAMBERTERIE (06-46), Pascal LEGENDRE (02-43-39-16-26), Antoine LESSARD, Pierre-Olivier MATIGOT, Laurent SALLARD.

ABONNEMENTS : Laurence CUASNET (02-43-39-16-20, abonnement@tomar-presse.com) Norac Presse – Service abonnements – B.P. 25244 – 72005 LE MANS CEDEX 1

IMPRESSION ROTO PRESSE NUMERIS – 36 Boulevard Schuman – 93190 Livry Gargan RÉGLAGE À JUSTE TITRES, Badice BENARBIA (04 88 15 12 42), b.benarbia@ajustetitres.fr COMMISSION PARITAIRE : 1110 K 80153 RCS : PARIS B 523 224 574. / ISSN : 1271-4534. Dépôt légal : à parution La reproduction des textes, dessins et photographies publiés dans ce numéro est la propriété exclusive de BasketNews qui se réserve tous droits de reproduction et de traduction dans le monde entier.


05

édito

LNB : envie de bouger Par Thomas BERJOAN

C

Pascal Allée / Hot Sports

ourant avril, Alain Béral, idée, c’est de « consolider les le candidat déclaré à la places fortes » et d’apporter présidence de la LNB, a « plus de sérénité lorsque envoyé aux présidents des clubs pro des investissements ont été de basket un document synthétisant produits ». Traduction ? Une les grandes lignes de son projet. Il ligue semi-fermée. Les « gros » se trouve que les soixante-douze bénéficieraient de certaines pages « power point » ont été assez garanties ? Peut-on imaginer, fines pour qu’on nous les glisse sous comme l’Euroleague l’a fait la porte de la rédaction, juste avant avec l’ASVEL et des autres, le bouclage. L’enveloppe anonyme des invitations sur plusieurs version internet. Les journalistes années pour protéger les invesétant d’indécrottables curieux, on tissements financiers du risque aurait largué un jeune agneau dodu sportif et de descente ? dans la fosse aux lions que la scène Critères de budget n’aurait pas été si différente ! et de salle Et qu’avait donc la pauvre bête dans Et dans le sens inverse, pour la le ventre ? Pour faire simple, l’idée montée, même chose : finir pregénérale, assez logique dans les mier de Pro B ne suffirait plus. intérêts d’une ligue, c’est de faire La réflexion est ouverte pour la apparaître les intérêts communs, formule finale du championnat au-delà de la compétition et des mais des prérequis sont déjà rivalités entre des clubs qui doivent posés : capacité minimale de désormais œuvrer ensemble. Le Alain Béral, candidat à la présidence de la LNB. salle, obligation de centre de futur président veut rassembler. Un formation et budget minimum. cliché ? Il va en avoir bien besoin ! En gros, les préconisations du Face à la compétition féroce que Livre Blanc, le projet de René Le Goff. Sauf livrent les autres sports collectifs, le rugby Maintenant qu’elles sont sur la table, déjà loin devant et le handball de plus en qu’en sera-t-il ? Rappelons pour finir que ce qu’il est impossible d’imposer règlementairement des critères de budget et de salle plus menaçant et offensif, le basket de projet doit passer devant l’AG de la ligue en France à club va devoir se mettre sérieusement en mi-mai puis les élections auront lieu au cause de la ordre de bataille s’il veut rayonner un peu comité directeur dans la seconde moitié loi Lamour. au-delà de ses cités-états, puissantes mais de juin. D’ici là, des modifications sont Donc, il autarciques. évidemment possibles… suffit d’un La grande question, c’est : cette fois, les Assez parlé, voici le projet ! Sur l’organiprésident pour contester et le projet tombe présidents de club vont-ils parler d’une sation sportive du championnat, la grosse à l’eau. Pour Alain Béral, cela augure d’un seule voix ? Pour le bien de tous ? Et donc, nouveauté, au-delà de l’interrogation sur travail d’équilibriste-diplomate pour mener au détriment de certains, forcément… un nombre de matches plus important, Aux As, l’UCPB de Jean-Pierre Goisbault c’est la fin du tout sportif. En effet, l’acces- à bien son bébé. Et c’est pourtant nécessaire. Ce genre de contraintes constitue et la LNB de Jean-Luc Desfoux avaient sion à l’élite se ferait « par le terrain, mais le socle qui a permis à la ligue espagnole juré que oui. C’était avant les propositions. aussi par le projet ». Le corollaire de cette

d’en être aujourd’hui là où elle est. C’est la contrainte qui permet de décider la sphère politique décisionnaire qui traîne bien souvent des pieds sur les dossiers des nouvelles salles. À suivre donc. Autres décisions, le projet Béral tient aux playoffs, un « marqueur » du basket français. Il tient aussi à la finale sèche qui donne une dimension événementielle au couronnement du champion. En revanche, les demi-finales pourraient être jouées au meilleur des 5 manches. D’après ce document, ce serait également la fin du championnat espoir comme on le connaît aujourd’hui. Les équipes de Pro A seraient tenues d’avoir un centre de formation dont l’équipe jouerait dans les championnats nationaux (N1, N2 ou N3). Moins cher, plus de compétition. Les équipes de Pro B qui n’auraient pas de centre seraient assujetties à un fonds de formation qui serait redistribué aux clubs formateurs qui mettent des jeunes sur le parquet en pro. Dernier volet, la Pro B. Le projet fait de la Pro B la ligue de Joueurs Formés Localement. Rapidement, la division n’autoriserait que 2 NJFL par équipe en 2013 et descendrait peut-être ensuite à 1 seul en 2015. Dans un deuxième temps seulement, quand le réservoir de JFL sera plein et opérationnel, alors la législation concernant les quotas de JFL en Pro A pourra évoluer. Bref, impossible de tout détailler ici, notamment le volet économique fondamental pour la ligue de développement de ses ressources, mais il se peut que les choses bougent bientôt. Il est temps. n

La grosse nouveauté, c’est la fin du tout sportif.


06

UN JOUEUR UNE QUESTION

ANTOINE DIOT

C’EST GRAVE, DOCTEUR ? À l’image de son équipe, le meneur du MSB réalise une saison en dents de scie. Son exercice n’est pas catastrophique (7e éval française, 2e intercepteur de Pro A). Il est simplement décevant eu égard à ,son immense potentiel et les hautes attentes placées en lui. Problème de fond ou simple accident de parcours ? Par Antoine LESSARD

«

Je pensais qu’il serait MVP français. Ça situe le delta. C’est douloureux.» Jacques Monclar n’était sans doute pas le seul à croire très fort en Antoine Diot à l’orée de cette saison. Pour sa quatrième année dans la Sarthe, le meneur international héritait des clés du camion. Une place de meneur titulaire, sans meneur US dans les pattes. La logique voulait que Diot franchisse de nouveaux paliers, gonfle ses stats, et participe à la lutte pour le trophée de MVP français (5e en 2010). « On l’avait défini comme l’année de l’éclosion, celle où il allait prendre les choses en main, c’était l’aboutissement du projet », concède J.D. Jackson. Les choses ne se sont pas passées comme prévu. Un événement essentiel, sa hernie discale survenue avant les playoffs 2010, a été minimisé. « Sa blessure a bousculé les plans », poursuit le coach. « Il a fait le maximum pour revenir, mais au niveau basket, il a pris un gros coup d’arrêt. »

Antoine a passé trois mois loin des parquets. Une première, évidemment, pour celui qui avait l’habitude d’enchaîner saison en club et équipe nationale depuis son plus jeune âge. « On sous-estime le temps réel qu’il faut pour revenir à 100% », admet-il aujourd’hui. « Cette période d’arrêt ne change pas la perception du jeu, mais on réagit un petit peu moins vite. »  À la reprise en août dernier, le MSB a veillé à ne pas abimer

Jean-François Mollière

Pas la même préparation


07

UN JOUEUR UNE QUESTION

son jeune joyau, à ne pas trop tirer sur la corde. « Consciemment ou non, il n’a pas eu la même charge de travail physique que les autres », observe Christophe Le Bouille. « Tout le monde a oublié qu’il y avait eu ce problème physique et qu’il n’avait pas eu la même préparation. Il s’est retrouvé dans le rouge rapidement. » Diot a perdu beaucoup de masse musculaire pendant sa convalescence. Un handicap sérieux pour celui qui basait une partie de son jeu sur son énergie et son volume physique. « C’est un athlète magnifique, Antoine, il est vite et haut », rappelle Jacques Monclar. Plus que d’autres, Diot a besoin d’être à son top physiquement pour s’exprimer. Il ne l’était pas

« Ce qu’on cherche toujours avec Antoine, c’est la constance, qu’il devienne vraiment un joueur mûr. » J.D. Jackson

du départ de Dewarick Spencer, qui était bien souvent l’arbre qui masquait la forêt. Et il n’y a pas que lui au Mans. Citez-moi un joueur du Mans qui fait une bonne saison ? » Diot a retrouvé des couleurs juste après la trêve. 10,7 points à 43,5%, 3,2 rbds, 4,0 pds entre la 12e et la 21e journée. 6v-4d pour le MSB sur cette période. « Cela a commencé à revenir physiquement, il a retrouvé des sensations, montré plus de vitesse. Il a été très consistant pendant deux mois quand on s’est remis dans la course », dit J.D. Jackson. « Dernièrement, il a rebasculé un peu vers le doute. » Son mauvais début de saison a affecté sa confiance. Ceci explique sa faillite au tir, secteur dans lequel Diot avait démontré d’immenses progrès depuis deux ans. « Je ne sais pas comment l’expliquer », dit Antoine. « Au début de ma carrière pro, je ne mettais pas dedans, et puis en équipe de France, j’étais presque considéré comme un shooteur. À l’entraînement, je suis plutôt adroit. Il faut simplement que je me relâche en match et que j’oublie le contexte. » 

Leader pour la première fois Que ce soit chez les Bleus en 2009 ou lors de ses premières années mancelles, Antoine Diot avait l’habitude d’apporter son énergie en sortant du banc. « Il n’avait pas ce poids des responsabilités », analyse Jackson. Pour la première fois, le Manceau doit assumer un rôle de leader. Celui que l’on montre du doigt lorsque l’équipe perd. À écouter son coach, Antoine n’a pas tout à fait franchi ce cap. « Ce qu’on cherche toujours avec Antoine, c’est la constance, qu’il devienne vraiment un joueur mûr. Qu’il puisse, même dans l’échec, rester lucide et trouver le moyen de faire gagner son équipe. C’est là que ces derniers temps, il y a une frustration. Pour devenir un vrai leader, il faut qu’il garde ses instincts, le côté intuitif de son jeu et qu’il devienne un joueur sous contrôle et constant. » Le constat n’a rien d’anormal, en fait, pour un joueur de 22 ans. Cependant, les attentes sont tellement élevées avec Diot qu’on oublie que ce meneur est en plein développement et que la progression des jeunes joueurs n’est jamais linéaire. « Il faut voir la façon de rebondir après les phases de stagnation », dit Antoine. Son président et son entraîneur sont d’accord sur ce point : cette saison difficile lui servira forcément.

avant Noël. « On voyait bien qu’il n’avait pas les mêmes appuis, qu’il défendait un peu plus loin pour ne pas se faire prendre de vitesse, qu’il finissait moins bien en contre-attaque », raconte le président Le Bouille. Après un bon tour préliminaire de l’Euroleague, le retour sur terre fut brutal en championnat : 7,8 pts à 37,2%, 3,9 rbds, 3,4 pds avant la trève. Diot a bien été invité au All-Star Game le 30 décembre. Mais uniquement pour participer au concours des meneurs. Son absence de la sélection française est autant justifiée par sa faible production que par le mauvais classement du MSB, 10e ex-aequo avant Noël avec 4 victoires en 11 matches.

« Citez-moi un joueur du Mans qui fait une bonne saison ? » 

« Les contacts à l’étranger sont un peu en stand-by » Aura-t-elle des conséquences fâcheuses quant à la suite directe de sa carrière ? Son agent, Bouna N’Diaye, ne cache pas que la cote d’Antoine a baissé auprès des franchises NBA. Photos : Jean-François Mollière

Problème de complémentarité à l’intérieur, faillite des leaders – Alex Acker, J.P. Batista– sur les premiers mois de compétition, le MSB a sérieusement pataugé jusqu’à la trêve. Et continue quatre mois plus tard, d’afficher un caractère cyclothymique pour le moins déroutant. Les quatre derniers matches de l’équipe (-3 contre le HTV, +11 à l’ASVEL, -24 contre Vichy, +40 à Orléans) le confirment. Joueur d’équipe par excellence, Diot n’est finalement que le reflet de cette faillite collective et du « syndrome Antarès. » Comme son équipe, le meneur est plus consistant à l’extérieur qu’à domicile. Comme son équipe, il souffre en attaque. « Oui, mais il en a fait souffrir aussi, parce qu’il avait un peu les clés du camion », objecte Jacques Monclar. L’œuf ou la poule ? Christophe Le Bouille est catégorique. « On ne me fera pas dire que c’est à cause de lui que l’équipe n’a pas tourné en début d’année. Il en est responsable comme d’autres. » Monclar avance une autre explication à sa baisse de régime : « Antoine a souffert complètement

SES STATS

Rien n’indique à ce jour que le Manceau puisse être drafté en juin prochain, pour sa dernière année d’éligibilité. « Il y aura une incidence sur la draft NBA. Les franchises prennent des joueurs qui sont en ascension. » S’il est sous contrat avec le MSB jusqu’en 2012, tout était prévu pour qu’Antoine quitte la Sarthe en juin 2011. « C’est le projet d’Antoine mais aussi du club, parce qu’on aimerait bien toucher un transfert », révèle J.D. Jackson. Parler de Diot au Mans la saison prochaine serait par conséquent un aveu d’échec pour toutes les parties. « Si je n’ai aucune proposition, je serai Manceau, ce n’est pas un problème », coupe Antoine. « Maintenant, dans mon envie d’évoluer, j’ai envie de connaître autre chose – la NBA ou une bonne équipe européenne –, partir pour me mettre en danger. » Comparé à l’an dernier, « les contacts à l’étranger sont un peu en stand-by », toujours d’après son agent. Antoine a encore quatre journées et très certainement les playoffs pour se refaire la cerise et faire remonter sa cote. C’est avec ce même objectif en tête qu’il participera au camp de Trevise du 11 au 13 juin, et s’envolera pour les États-Unis à la fin de sa saison mancelle afin de travailler et d’effectuer quelques work-outs. Autre dossier chaud, l’équipe de France. « S’il est dans le squad de Vincent (Collet), je suis persuadé qu’il a les moyens de se refaire la cerise en préparation, et peut-être arracher un ticket », estime Jacques Monclar. Sur ce qu’il a montré cette saison, le Manceau n’est plus le favori pour assurer le rôle de back-up de Tony Parker. Il reste néanmoins un candidat évident pour la liste des 24. Contacté par BasketNews, Vincent Collet n’a pas souhaité s’épancher sur le cas Diot, « pour ne pas donner des pistes de ce que sera la sélection (des 24) dans trois semaines. » Tout juste le sélectionneur nous fait remarquer que le plus grand espoir européen connaît les mêmes difficultés : Ricky Rubio. Le meneur espagnol de 21 ans est dans le dur, et traverse une vraie crise de confiance. Comme Diot, son pourcentage extérieur est en très net recul. « Des fois, je revoyais presque Yannick (Bokolo) 3 ans en arrière quand il était obligé de prendre le tir à trois-points sous la torture », décrit Collet à propos de Rubio. Antoine l’admet, « c’est rassurant de voir un Ricky qui avait un niveau exceptionnel connaître une panne un peu comme la mienne. » Contrairement à lui, Rubio n’a pas été blessé mais est sur la brèche 11 mois sur 12, équipe nationale comprise. Collet toujours : « Il est moins bon qu’il était il y a deux ans. C’est complètement incongru. À un moment donné, ça va repartir. » C’est tout ce qu’on souhaite à Rubio. Et à Antoine Diot. n

Équipe

MJ

Min

%

Pd

Int

Bps

Éval

Pts

Le Mans ’10

29

26

47,6

%3-pts Rb 41,3

2,8

3,8

1,5

1,6

11,7

8,6

Le Mans ’11

25

29

38,8

25,0

3,4

3,9

2,4

2,1

11,4

8,4


Gazette PRO A

NANCY 88 – LIMOGES 93

SMALLBALL GAGNANT Privé de Chris Massie, le CSP Limoges a misé sur ses petits gabarits et les shoots à trois-points pour s’imposer à Nancy. Le maintien est toujours possible.

J

Pour endiguer les flèches limougeaudes (13/32), JeanLuc Monschau a tenté de prendre le CSP à son propre jeu. Akingbala (17 minutes), Badiane (5) et Brun (8) ont ainsi regardé leurs « petits » coéquipiers courir derrière le score, en vain. « Notre adversaire a joué sans n°5. C’était compliqué pour nous. Nous avons eu du mal par rapport à la vitesse des Limougeauds », reconnaissait Linehan, en difficulté face au tandem Taylor-Wright (5 d’éval à 18).

Quel Ricain en tribunes ?

Hervé Bellenger / IS

ohn Linehan n’a pas cherché d’excuses après la deuxième défaite consécutive du SLUC contre un mal classé (93 à 83 au Paris-Levallois, la semaine précédente). « Limoges a été meilleur, c’est tout », concédait le meneur dans Le Républicain Lorrain. Pourtant, qui l’eut-cru ? Limoges, amorphe à Hyères-Toulon la semaine passée (défaite 82 à 56), se présentait sans son indispensable intérieur, Chris Massie, out jusqu’à la fin de saison à cause d’une fracture de la pommette. Sans pivot de rechange, Zare Markovski a été obligé d’improviser. Mardi dernier, lors de la victoire 81 à 69 contre Antibes (Pro B) en Coupe de France, le coach avait opté pour une paire Souchu-Salmon dans la raquette, et titularisé un revenant, Cedrick Banks. Blessé au mollet droit cet hiver, puis désigné comme le « JNFL » de trop, le pistolero a scoré 18 points contre les Antibois. Retour concluant. A Nancy, Markovski a accordé sa confiance au même cinq – Taylor, Banks, Hite, Souchu et Salmon – et appliqué les mêmes idées : pousser la gonfle dès que possible et profiter du moindre espace pour shooter. À ce jeu-là, Banks fut diabolique. Auteur des douze premiers points des siens, il termine le premier quart-temps à dix-huit unités, dont 6/7 à trois-points (22 pts au final et un coquet 8/12 aux tirs). Un autre ancien Lorrain, Aurélien Salmon, a fait parler la poudre. Le faux pivot plante un tir longue-distance décisif à la 37e, pour permettre aux siens de reprendre quatre points d’avance, et signe 16 points à 5/12 dont 4/11 derrière l’arc.

6/7 à trois-points pour Banks dans le premier quart

Néanmoins, malgré ce succès, Limoges reste bon dernier. À une victoire de Vichy (sans le point-average) et de Paris (avec point-average). À deux victoires de Strasbourg et de Poitiers (sans le point-average) et de Le Havre (avec le point-average) mais aussi d’Orléans. En outre, le CSP a un calendrier particulièrement épineux : réception de Cholet (23 avril) et Gravelines (3 mai) et déplacement à l’Asvel (30 avril) et Orléans (10 mai). Markovski peut-il se permettre de garder l’option small ball face à des grosses écuries ? Son groupe, où Robert Hite montre chaque semaine sa virtuosité (20 points, 7 passes, 6 rebonds et 4 interceptions à Nancy), semble taillé pour, avec la vaillance des pompiers de service Desroses ou Souchu et le grain de folie amené par Taylor ou Wright. Pour se couvrir et lutter contre les mastodontes, Dwayne Curtis (2,03 m – 25 ans), pigiste médical de Massie fraîchement débarqué en Limousin, sera envoyé au feu. Mais son arrivée condamne un joueur étranger aux tribunes. Choix difficile. n Romain MOLINA

Du Basket et des chiffres

2

Le nombre de lancers-francs tentés et réussis par Orléans dans la défaite contre Le Mans. Les Orléanais en tentent d’habitude près de 14 par match et n’avaient jamais tenté moins de 4 lancers cette saison.

5

Avec 23 points, 10 rebonds pour 30 d’évaluation, Pops Mensah-Bonsu décroche son 5e double-double de la saison. Il se place en cinquième position de la ligue derrière Chris Massie (11), Damir Krupalija, Davon Jefferson et Joseph Jones (7) et Akin Akingbala (5). Le tout en 8 matches seulement

14

Record de points en carrière pour Antoine Eito qui flambe dans la remontée fantastique de la JA Vichy. Avec 6 rebonds, 7 passes et 3 interceptions, il décroche sa deuxième éval en carrière (21).

32

Le nombre de passes décisives du BCM Gravelines face au Paris Levallois, dont 14 pour le seul Ben

Pascal Allée / Hot Sports

08

e 6 2 Journée

Woodside, record de la saison. Le précédent record (31) était détenu par l’ASVEL contre Vichy.

91,3

C’est le pourcentage de réussite aux lancers-francs de l’ASVEL. Et c’est sur la ligne que l’ASVEL gagne le match avec 21/23 contre 14/23 aux Havrais.

T.F.


09

Gazette PRO A

POITIERS 71 – STRASBOURG 66

CARL, RETOUR GAGNANT Derrière la tête de gondole Evan Fournier, Ruddy Nelhomme a tenté un autre pari : relancer Carl Ona Embo (21 ans, 1,83 m), jeune meneur français de retour d’exil européen.

Titulaire depuis la 15e journée, il joue près de 24 minutes et noircit agréablement toute la feuille de stat, une satisfaction pour lui. « On juge un meneur par rapport à sa gestion du match », détaille Carl. « J’essaye d’apporter partout où il le faut, aux points, à la passe, dans la gestion, c’est le rôle que je dois avoir et c’est le rôle qui me plaît. » Résultat, il émarge à 14,8 d’éval sur les trois derniers matches (8,5 en saison) et a fait preuve d’une grande maturité dans la gestion de match contre Roanne. Ce qu’a apprécié son coach. « Le dernier quart contre Roanne est parfait car il arrive à trouver les options pour lui et pour ses coéquipiers. Ça montre qu’il a compris son rôle et qu’il commence à l’affiner. » n

Jean-François Mollière

C

arl et Ruddy se connaissent depuis Cholet, où l’un était un cadet en formation et l’autre assistant coach. Depuis, Carl est passé par le Centre Fédéral puis a vu l’Italie et un bout d’Espagne mais Ruddy a toujours gardé un œil sur lui. Aujourd’hui réunis à Poitiers, Ruddy a réussi son pari de relancer Carl à la mène. « Il s’est forgé une culture basket à l’étranger, un mental », explique le coach pictave. « Mais il lui manquait la stabilité qu’il a trouvée ici et je pense que c’est pour ça qu’il réussi à stabiliser ses performances ». Revenu pour découvrir la Pro A, Carl Ona Embo effectue une très bonne deuxième partie de saison après une acclimatation au rythme du championnat et aux responsabilités du rôle de meneur.

Thomas FÉLIX

CHOLET 74 – CHALON 82

LA MALÉDICTION CHALON ? J amais deux sans trois ! En s’imposant vendredi dernier à la Meilleraie, Chalon a confirmé l’adage populaire après avoir déjà battu Cholet en championnat lors de la phase aller (92-69) et en 8e de Coupe de France (75-73) cette saison. Mais cette dernière victoire devait avoir une saveur particulière pour Greg Beugnot puisque l’Élan ne s’était plus imposé à l’extérieur depuis la fin février (à Strasbourg) et n’avait plus gagné à Cholet depuis 2006 ! Cholet qui, pourtant, restait sur une série de six victoires et qui, en Pro A, ne s’était incliné qu’une seule fois sur son terrain jusqu’ici (contre Roanne lors de la 7e journée.) La perf est d’autant plus remarquable qu’elle fut obtenue malgré un Blake Schilb curieusement transparent (6 pts à 3/9, 7 bps pour 2 d’éval en 28’). En l’absence de son leader habituel, les Bourguignons se sont reposés sur un JBAM ultra-productif (15 pts, 5 rbds, 17 d’éval en 16’), un Tchicamboud au four et au moulin (13 pts, 6 rbds, 5 pds) et une furia offensive qu’on ne lui connaissait plus hors de ses bases (74 tirs tentés contre 61,6 d’ordinaire à l’extérieur).

Pascal Allée / Hot Sports

Chalon (Haynes) l’emporte à Cholet (Falker)•

En face, les 27 points (à 8/13) de Samuel Mejia n’ont pas suffi, pas plus que le bon retour des locaux en fin de match (12-0, 69-72 à 4’ du terme). C’est un fait, quel que soit le contexte, Cholet n’arrive pas à battre Chalon cette année. « Je ne sais pas pourquoi on perd contre eux, mais je ne crois pas à une fatalité », balaye cependant Sammy Mejia. « Pour le moment, ils nous ont battus mais ça ne veut pas dire qu’on ne peut pas les battre. La saison n’est pas finie. » Et elle pourrait bien déboucher sur un nouvel affrontement entre les deux équipes. Pas sûr que les Choletais en seraient ravis. n Florent de LAMBERTERIE


10

ANALYSE

CHOLET SOLIDE LEADER

LE CHAMPION EST TOU Battu à domicile par le dauphin chalonnais (74-82), Cholet conserve néanmoins le leadership au classement. Avec encore quatre journées avant le début des playoffs, le champion en titre a toutes les cartes en main pour confirmer une vérité : cette année encore, l’étalon de la Pro A, c’est Cholet. Une domination jamais vue en quinze ans.

E

t de deux ! En perdant vendredi dernier contre Chalon, Cholet vient de connaître sa deuxième défaite à la Meilleraie en Pro A (après Roanne, lors de la 7e journée.) Un faux pas à domicile pas forcément plus inquiétant que cela mais qui confirme que cette saison, Chalon est bien la « bête noire » du club des Mauges qui, en trois confrontations (en comptant le 8e de finale de Coupe de France joué le 15 mars) s’est systématiquement incliné face à la bande de Greg Beugnot. Grâce à ce précieux succès et aussi grâce à la défaite de Nancy contre Limoges, Chalon réaffirme un peu plus son statut de dauphin et ne pointe désormais plus qu’à deux victoires de Cholet, avec le panier average qui plus est. De quoi relancer la course à la première place ? Peut-être, mais pas sûr pour autant. Car Cholet n’est pas un champion tout à fait comme les autres. Ce n’est pas nous qui le disons, ce sont les chiffres. Champion de France l’an dernier après avoir remporté la saison régulière, Cholet est à l’heure actuelle toujours en tête du classement. Si bien qu’à seulement quatre journées de la fin, les hommes d’Erman Kunter sont en passe de réussir un véritable petit exploit qui n’a plus été réalisé en Pro A depuis Pau-Orthez il y a de cela 14 ans (voir tableau). Un bail suffisamment long pour rappeler que le plus dur n’est pas de prendre le pouvoir mais bien de le conserver. « Oui, c’est dur. Il n’y a pas beaucoup d’équipes qui gagnent le championnat et qui terminent premières de la saison régulière derrière ça, de même qu’en France il n’y a pas beaucoup d’équipes qui ont réussi à faire l’Euroleague et à finir premières de la saison régulière », rappelle Erman Kunter, l’entraîneur du CB. « Ça démontre le caractère d’un groupe, on ne finit pas premier par hasard. »

Les anciens montrent la voie Non content de célébrer son titre, le premier de son histoire, Cholet est reparti au combat avec une seule envie, celle de rééditer son exploit. Et à la différence des champions

précédents, et c’est tout particulièrement vrai depuis l’instauration de la finale sur un match sec en 2005, Samuel Mejia et les siens ont su assumer leur statut. « C’est avant tout une question d’état d’esprit », juge le Dominicain. « Quand tu gagnes un titre, tu peux le prendre comme une grande satisfaction, une récompense qu’il faut savourer. Ou alors, tu essaies d’en gagner un autre, en dépit du fait que tout le monde t’attend au tournant. L’an dernier, personne ne pensait qu’on pouvait être champion alors que cette année, tout le monde nous attend. C’est un nouvel obstacle pour nous et si nous le surmontons, ça voudra dire quelque chose. » Pour être sûr de maintenir cet état d’esprit, le club s’est attelé à repartir sur des bases solides qui avaient fait leurs preuves, à savoir un quatuor de joueurs majeurs (Mejia, Causeur, Falker, et Robinson), qui représente aujourd’hui les quatre meilleures évaluations de l’équipe. « On a gardé le noyau, même si on a perdu des joueurs importants », reconnaît coach Kunter. « John Linehan, par son caractère, c’était un joueur très important. Pareil pour Mickaël Gelabale, on ne peut pas le nier, d’ailleurs, si on avait gardé “Mike” la saison régulière aurait déjà été finie. »

Des nouveaux qui ont faim Comprenez que Cholet aurait déjà validé la première place. Mais Mike, John et d’autres étant partis voir ailleurs, le club a joué la carte de la revanche pour être sûr de ne pas se tromper sur ses « nouveaux ». Romain Duport et Mérédis Houmounou – dont les rôles sont en retrait – mis à part, tous les nouveaux arrivants cette saison avaient quelque chose à prouver. Après avoir goûté à l’ivresse de l’ACB avec Valencia, Vule Avdalovic sortait d’une saison compliquée à Alicante. Idem pour DeMarcus Nelson qui, pour sa première vraie expérience européenne, a échoué aux portes des playoffs italiens avec Avellino. Luc-Arthur Vebobe et William Gradit avaient quant à eux totalement disparu du paysage de la Pro A. « Même Mamoutou Diarra sait qu’il peut gagner son premier titre de champion

Pascal Allée / Hot Sports

Par Florent de LAMBERTERIE

Bien que battu par Chalon (à droite, Eminu) le Cholet de Mejia reste leader.

de France avec nous », fait remarquer Kunter. Au total, un savant mélange de joueurs ayant fait leurs preuves et d’autres en quête de rédemption, totalement focalisés sur un seul but et dans lequel les « anciens » font figure d’exemples. « Nous savons comment gagner puisque nous l’avons fait », nous confie Samy Mejia. « C’est le message qu’on véhicule auprès des nouveaux en essayant de donner l’exemple, toujours à fond, toujours focalisé sur la victoire et quand on parle de l’an dernier, ça motive les autres, ça entraîne toute l’équipe. » Un collectif sacralisé à l’extrême qui passe avant toute chose. « Mes dirigeants m’ont proposé de prendre un étranger

L’équipe n’a jamais perdu deux fois de suite en championnat


11

ANALYSE

UJOURS LÀ

tant, hormis deux sorties de route en janvier (à Chalon et à Poitiers), Cholet n’a pas sombré.

« Pas d’excuse » Autre obstacle cette saison, la perte de Fabien Causeur fin novembre – toujours pas revenu aujourd’hui – et celle de Luca Vebobe pour deux mois, de janvier à mars. Deux joueurs majeurs, mais dont les absences n’ont pas eu d’incidences sur les résultats. Enfin, si le club des Mauges n’arrive pas forcément à renverser le cours d’un match cette saison comme il s’en était fait le spécialiste l’an dernier (rappelez-vous la demi-finale des playoffs à Gravelines !) Cholet a su néanmoins réagir comme il faut après une défaite, même large. Ce qui est arrivé plus d’une fois cette saison. Alors que l’année dernière, les Choletais avaient pris le large dès le début (4 victoires lors des 4 dernières journées), ils ont

« On ne finit pas premier par hasard » Erman Kunter

cette fois lourdement chuté dès la 2e journée, à Gravelines (-36). Idem lors de la 7e contre Roanne (-18) ou encore à Chalon, tout début janvier (-23). Des écarts conséquents mais dont l’équipe a su prendre la mesure. « L’an dernier, juste avant le début du championnat, on avait pris 50 points contre Tel-Aviv en préparation », se remémore Kunter. « Quelquefois, perdre avec un tel écart, ça aide. Quand tu perds de peu, c’est parfois difficile de voir la faiblesse du groupe, on peut toujours se dire que c’est l’arbitre, un ballon qui tape sur le cercle… Quand tu perds de 30 points, il n’y a pas d’excuse. » Et les Choletais n’en ont jamais cherché. Ils se sont remis à travailler et à gagner, si bien qu’aujourd’hui, l’équipe n’a toujours pas perdu deux fois de suite en championnat et pointe toujours à la première place, sans lâcher. Il n’y a donc pas de raison qu’elle lâche d’ici la fin de saison. n

L’HISTORIQUE DES CHAMPIONS

CHOLET DANS LE CLUB DES CINQ

• Depuis la création de la ligue, seulement quatre équipes ont réussi à finir 1er de la saison régulière deux années de suite tout en raflant le titre au passage. Cholet est bien placé pour rejoindre ce club très fermé qui, trois fois sur quatre, s’est adjugé un deuxième titre de champion de France dans la foulée.

Saison Club

Hervé Bellenger / IS

supplémentaire pour la Coupe d’Europe, un 6e étranger qui ne ferait que l’Euroleague », révèle Erman Kunter. « Mais j’ai dit non pace que dans cette situation-là, l’alchimie n’est pas bonne et je ne vois pas beaucoup d’équipes où ça marche. Pourtant, si on avait pris un 6e étranger, je suis sûr qu’on serait allé aux quarts de l’Euroleague. » La fin de l’aventure européenne fin décembre aurait pu faire basculer ce groupe. Ce ne fut pas le cas. La digue n’a pas cédé et pourtant, les occasions n’ont pas manqué à commencer par le passage de deux à un match par semaine. « Ça a été la partie la plus dure de la saison », avoue Mejia. « Quand tu joues deux fois par semaine, tu n’as pas le temps de réfléchir alors que là, tu as toute la semaine pour repenser au dernier match et te projeter sur le suivant, tu as le temps de te poser des questions. » Et pour-

Saison régulière

Saison suivante

Titré la 2e saison

1987-88 Limoges

1 (26-4)

1

Oui

er

er

1988-89 Limoges

1 (28-2)

1

Oui

1989-90 Limoges

1er (33-1)

3e

Non

1990-91 Antibes

1er (22-8)

5e

Non

1991-92 Pau-Orthez

3 (23-7)

3e

Non

1992-93 Limoges 1993-94 Limoges

er

e

er

1 (25-1)

er

1

Oui

1er (23-3)

2e

Non

1994-95 Antibes

1er (21-5)

4e

Non

1995-96 Pau-Orthez

1 (27-3)

1er

Non

1996-97 Paris

5 (21-9)

e

5

Non

1997-98 Pau-Orthez

2e (22-8)

1er

Oui Non

er

er e

1998-99 Pau-Orthez

1 (27-3)

3

1999-00 Limoges

2e (21-9)

Pro B*

Non

er

Non Non

er

e

2000-01 Pau-Orthez

2 (22-8)

1

2001-02 ASVEL

2e (23-7)

2e

2002-03 Pau-Orthez 2003-04 Pau-Orthez

e

1 (27-3)

2

e

Oui

2e (26-8)

6e

Non

2004-05 Strasbourg

3e (24-10)

3e

Non

2005-06 Le Mans

5e (22-12)

6e

Non

2006-07 Roanne

2 (24-10)

e

4

Non

2007-08 Nancy

2e (21-9)

4e

Non

2008-09 ASVEL

1 (22-8)

9

Non

2009-10 Cholet

1er (23-7)

1er**

er

e

er

e

*Limoges fut relégué administrativement en Pro B à l’issue de la saison 1999-00. **Après la 26e journée

?


12

ENTRETIEN

UCHE NSONWU

« ON SENT QU’ON S’AMÉLIORE » qu’il faut donner la balle aux intérieurs. Parce qu’ils shootent avec de hauts pourcentages de réussite. C’est logique ! (Rires). En même temps, quand la défense fait des prises à deux, je rends la balle pour un meilleur tir. Je ne vais pas forcer par-dessus deux défenseurs si un coéquipier est ouvert. Mais oui, je voudrais que plus de ballons passent par l’intérieur.

Le pivot de Roanne (2,08 m, 33 ans) parle comme il joue. Droit et fort. Le vieux sage, toujours aussi efficace, croit encore en son équipe pour cette fin de saison. Propos recueillis par Thomas BERJOAN

I

l y a 10 jours contre Gravelines, tu as marqué 30 points, ton record en Pro A, ça doit faire plaisir non ? C’est toujours bien mais c’est encore mieux quand on gagne le match. J’en suis à un point dans ma carrière où la victoire est plus importante que les réussites individuelles. Ce match-là, j’ai eu les opportunités.

Maxi-Basket t’a récemment élu le joueur le plus physique de Pro A. Est-ce que tu sens le respect des autres ? Oui. Mon travail est apprécié, par mon équipe et par mes adversaires. Ça fait plaisir. Tu as également été cité parmi les joueurs vicieux. Tu es d’accord ? C’est impossible de jouer physique sans que certains pensent que tu es vicieux ou méchant. Je ne vais pas brider ma qualité première ! Et comme je ne me retiens pas, certains peuvent penser que c’est méchant. Je me protège aussi. Parce qu’il y a beaucoup de fautes sur moi et pas forcément beaucoup de coups de sifflets. Mais je ne cherche pas à blesser les gens.

Contre Mo Sené, un des meilleurs pivots de la ligue, ça n’en a que plus de saveur, non ? J’essaye toujours d’être le meilleur, je joue à fond contre tout le monde. Et contre Mohammed, il n’y a pas de rivalité particulière. C’est un bon joueur, mais ils n’ont pas fait de prise à deux et j’ai montré ce que je peux faire. Cette victoire à domicile était importante pour vous. Votre deuxième partie de saison n’a pas été très bonne jusque là… Cette saison, on a eu des hauts et des bas. Surtout des hauts au début, et surtout des bas ensuite. On a subi des blessures, des changements de joueurs importants dans l’équipe. Mais là, on sent qu’on s’améliore, ça fait du bien. Disons qu’on a encore une chance de finir fort la saison. Maintenant, on a surtout envie de laisser le passé là où il est. On doit apprendre de ce qu’il s’est passé, mais le plus important, c’est le prochain match. On regarde vers le haut. Avec une équipe comme la nôtre, on doit viser le titre.

Te poses-tu, en raison de ton âge et de ton expérience, comme un leader dans l’équipe ? Oui. Je suis celui qui a le plus d’expérience en basket européen. Il faut que je guide et que je mène les plus jeunes. C’est normal, quand j’étais jeune, d’autres l’ont fait pour moi. Le public de Roanne semble t’avoir aimé dès le début. Comment l’expliques-tu ? C’est une expérience formidable. C’est génial, quand ils hurlent mon nom, je me sens mieux, plus fort ! Quand on est un peu fatigué, ça aide. C’est vraiment spécial.

aider. Dans le basket européen, il n’a pas à scorer 30 points. Il nous amène des choses positives et ça nous aidera pour la fin de saison.

Et l’intégration de Ricky Davis ? Ça a été compliqué. Mais il bosse dur. Sur le terrain, il fait ce qu’on attend de lui je trouve. Il progresse en défense et au rebond. Les gens doivent comprendre que de débarquer en cours de saison, ce n’est pas simple. Et les attentes pour lui étaient phénoménales. Il a eu quelques mauvais matches mais il a encore l’opportunité de montrer à quel point il est fort et de nous

On a parfois l’impression que tu ne touches pas assez le ballon. Sur certains matches, tu ne tires que 5, 6 ou 7 fois. Qu’en penses-tu ? Je pense que j’attire beaucoup l’attention. Donc, même si je ne shoote pas beaucoup, je participe à offrir de bons tirs aux autres. Mais de façon plus large, ma philosophie du basket, et je ne dis pas seulement ça pour moi, c’est

Hervé Bellenger / IS

Comment tu t’habitues à jouer aux côtés du nouveau poste 4, Ben McCauley ? On sait que les relations entre les deux intérieurs sont importantes dans votre attaque… Il commence à mieux jouer, à comprendre son rôle et sa position. En défense, il est magnifique et il crée de l’espace en attaque. Et j’en ai besoin. Avec encore un peu de temps, il va être de mieux en mieux en attaque.

« Quand ils hurlent mon nom, je me sens mieux, plus fort ! »

Il paraît que tu veux jouer pour le Nigéria cet été à la CAN, c’est vrai ? Oui, j’essaye de voir si c’est possible. Aujourd’hui, je sens que je peux aider mon pays, les jeunes et l’organisation du basket au Nigéria. J’ai envie. On aura une très bonne équipe. Rien que dans le championnat français, Cyril Akpomedah a un passeport, Junior Elonu de Pau, Akin Akingbala de Nancy et puis aussi Derrick Obasohan qui a longtemps joué en Pro A et puis Tony Skinn (ancien de Gravelines). Et puis on a des joueurs tout autour du monde, on peut avoir une équipe vraiment forte. L’objectif, j’imagine, c’est de gagner pour aller aux Jeux de Londres. Oui, c’est quelque chose que j’aimerais connaître. n


13

échos FRANCE

CAMP D’ETE 2011

LES DYNAMIQUES SUR LA PHASE RETOUR

SHULER TRANSFIGURÉ !

Camp de « perfectionnement » encadré par le Centre de Formation de la JA VICHY BASKET

Deux semaines de stage au CREPS DE VICHY session 1 : du 8 au 12 août (Catégories : benjamins, minimes et cadets) Jean-François Mollière

session 2 : du 15 au 19 août (Catégories : minimes, cadets et espoirs)

Inscriptions : 06.85.27.09.03 • Jamal Shuler faisait peine à voir en première partie de la saison ? L’arrière vichyssois est le meilleur scoreur du championnat sur la phase retour avec 20,1 points par match ! Il devance Sammy Mejia et Davon Jefferson s’il vous plaît. Plus globalement, son évaluation générale a progressé de près de 10 unités entre les matches aller et retour. Comme son coéquipier Antoine Eito, l’Américain est en pleine bourre. Il ne sont pas les seuls. Voyez plutôt. Un tableau plein d’enseignements.

LES 10 PLUS FORTES PROGRESSIONS* Joueur

Phase aller

Phase retour

Cedrick Banks (CSP) Jamal Shuler (JAV) Antoine Eito (JAV) Evan Fournier (PB86) Paccelis Morlende (HTV) Sammy Mejia (CB) John Cox (STB) Nobel Boungou Colo (HTV) Willie Deane (SLUC) Lamont Hamilton (PL)

5,8 pts à 27,3%, 1,3 d’éval en 25’ 12,3 pts à 40,9%, 9,8 d’éval en 33’ 4,7 pts à 30,8%, 3,7 d’éval en 17’ 3,3 pts à 34,4%, 3,0 d’éval en 13’ 3,2 pts à 32,7%, 2,2 d’éval en 12’ 17,3 pts à 49,7%, 16,3 d’éval en 32’ 12,1 pts à 38,4%, 10,2 d’éval en 35’ 5,3 pts à 46,9%, 7,3 d’éval en 16’ 9,2 pts à 44,2%, 7,9 d’éval en 26’ 14,1 pts à 50,0%, 13,9 d’éval en 26’

13,2 pts à 39,1%, 12,0 d’éval en 31’ 20,1 pts à 49,4%, 19,4 d’éval en 35’ 6,2 pts à 39,4%, 11,3 d’éval en 30’ 10,6 pts à 53,6%, 9,8 d’éval en 16’ 8,5 pts à 51,4%, 8,6 d’éval en 19’ 19,5 pts à 58,0%, 22,6 d’éval en 34’ 16,6 pts à 47,2%, 16,5 d’éval en 32’ 9,4 pts à 53,7%, 12,6 d’éval en 25’ 12,1 pts à 43,8%, 13,0 d’éval en 32’ 16,2 pts à 55,4%, 19,0 d’éval en 27’

Diff. à l’éval +10,7 +9,6 +7,6 +6,8 +6,4 +6,3 +6,3 +5,3 +5,1 +5,1

• Négatif parfait de Shuler, le Palois Demetric Bennett n’est plus que le fantôme de l’arrière aperçu jusqu’au mois de janvier. Contrairement aux Vébobe, Bokolo, Wright, Mendy et Linehan, présents dans ce Last 10, Bennett ne peut justifier sa baisse statistique par une quelconque blessure.

LES 10 PLUS FORTES RÉGRESSIONS* Joueur

Phase aller

Phase retour

Demetric Bennett (PAU) Luc-Arthur Vebobe (CB) Yannick Bokolo (BCM) Ben Woodside (BCM) Zack Wright (CSP) Paul Lacombe (ASVEL) Antoine Mendy (PAU) John Linehan (SLUC) Rasheed Wright (PB86) Alain Digbeu (SIG)

15,9 pts à 45,1%, 15,5 d’éval en 28’ 7,5 pts à 59,2%, 13,0 d’éval en 22’ 15,1 pts à 51,2%, 16,4 d’éval en 32’ 17,5 pts à 44,0%, 17,0 d’éval en 33’ 12,7 pts à 44,6%, 14,1 d’éval en 30’ 3,4 pts à 36,1%, 6,5 d’éval en 19’ 14,3 pts à 50,9%, 11,9 d’éval en 29’ 10,9 pts à 32,6%, 13,9 d’éval en 33’ 13,7 pts à 38,1%, 8,8 d’éval en 31’ 7,3 pts à 41,6%, 8,2 d’éval en 24’

9,8 pts à 36,7%, 6,2 d’éval en 23’ 2,4 pts à 61,0%, 4,9 d’éval en 11’ 11,3 pts à 39,4%, 9,5 d’éval en 29’ 11,9 pts à 35,8%, 11,3 d’éval en 32’ 6,3 pts à 41,3%, 8,6 d’éval en 22’ 1,6 pt à 31,6%, 1,9 d’éval en 9’ 8,7 pts à 43,8%, 7,8 d’éval en 26’ 8,1 pts à 37,3%, 10,0 d’éval en 25’ 8,1 pts à 31,9%, 5,0 d’éval en 23’ 3,6 pts à 32,4%, 4,8 d’éval en 17’

Diff. à l’éval -9,3 -8,1 -6,9 -5,7 -5,5 -4,6 -4,1 -3,9 -3,8 -3,4

*Ne figurent dans ces classements que les joueurs ayant disputé la moitié des matches lors de chacune des deux phases. Sont exclus de fait Saer Sene, Travon Bryant, Jonte Flowers ou encore David Noel. Les matches de la Semaine des As sont comptabilisés dans la phase retour. Antoine LESSARD

Renseignements :

WWW.JA-VICHY.COM (rubrique : CLUB / CAMP d’été)


14

échos FRANCE

COUPE DE FRANCE

En bref

SANS HIÉRARCHIE

Bourges fragilisé

Hervé Bellenger / IS

D

epuis que la finale du championnat de France se tient en une seule manche à Bercy, il y a eu autant de vainqueurs différents que d’éditions, soit six. Une révolution quand on pense aux séries du passé de Villeurbanne, Limoges et Pau. Et une tendance lourde car ce phénomène s’observe de la même manière sur la même période quant à la Coupe de France. Gravelines (2005) a été suivi de Dijon, Pau, Villeurbanne, Le Mans et Orléans. Si l’on pousse l’analyse un peu plus loin, on s’aperçoit que 17 équipes différentes ont atteint les demi-finales en sept éditions et seules celles de Gravelines et Strasbourg l’ont fait trois fois. Preuve supplémentaire de l’absence totale de respect de la hiérarchie : Vichy et Limoges se sont qualifiés la semaine dernière pour les demi-finales alors qu’ils occupaient les deux dernières places de la Pro A. Cholet, solide leader du championnat, avait été éliminé en huitièmes. Enfin, on est sûr que la tradition va

Ils ne sont plus que quatre pour succéder à Orléans vainqueur en 2010.

perdurer car aucun des quatre demifinalistes de 2011 n’est au palmarès depuis 2005. On n’oubliera pas quand même que Limoges a gagné l’épreuve une fois – en 2000, lors du triplé de légende championnat-coupe-Korac – et Vichy à deux reprises, en 1969 et 70. En fait, si le CSP n’a pas une armoire mieux garnie alors qu’il a fait longtemps

une razzia sur tout ce qui existait, c’est que la Coupe de France sous sa forme actuelle avait été interrompue pendant 26 ans. n Pascal LEGENDRE

Demi-finales Mardi 26 avril

Limoges (Pro A) – Vichy (Pro A) Nancy (Pro A) – Chalon (Pro A)

Un événement rare s’est produit dans le monde du basket féminin : le Bourges Basket a été battu deux fois de suite à domicile par des équipes françaises. La première fois, c’est lors de l’ultime journée de la saison régulière, par le même adversaire qui l’avait déjà accroché à son tableau de chasse à l’aller, Lattes-Montpellier (70-69 a.p.). Dans la foulée, les Tango se faisaient éliminer en demi-finale de la Coupe de France par Mondeville qui ne paraissait pourtant pas au mieux (85-79). Bourges a beau être n°1 en défense et n°2 en attaque derrière NantesRezé, il apparaît que gagner un 10e titre de champion de France ne sera pas une simple formalité, surtout que son adversaire en demi-finale des playoffs (les 21, 24 et 26 avril) est sa bête noire Lattes-Montpellier. Tarbes et Challes-les-Eaux complètent le plateau. Quant à la finale de la Coupe de France, elle opposera le 15 mai à Bercy Mondeville à LattesMontpellier et c’est la première fois que l’affiche ne comprendra pas Bourges ou Valenciennes depuis l’édition de 1999.

Un 11e au CSP 11, dont 10 Américains, c’est le nombre d’étrangers passés par Limoges cette saison. Le dernier en date est Dwayne Curtis (2,03m, 26 ans) qui vient de Lleida en Leb2 et qui remplace, en tant que joker médical, Chris Massie qui se fait opérer de la pommette.

P.L.

Nouveau sur www basketnews.net 17,90 Frais de port inclus

ÉcouteursrKesit mains lib 17,90

En exclusivité vente de produits NBA

Frais de port inclus

souris e d is p a T + is r Kit sou

Lanyard u) (tour de co Clé USB 4 GB

11,90 Frais de port inclus

24,90 Frais de port inclus

Déclinaison possible s, dans 4 équipes : Bull Heat, Spurs et Lakers

Commande sur www.basketnews.net (Rubrique ABO/CONTACT puis Boutique) ou par téléphone au 02.43.39.16.21


15

échos FRANCE

NATIONALE 1

BORDEAUX EN PRO B ! John Ford monte en Pro B avec les JSA.

Relégués en N1, les JSA Bordeaux ont survolé le championnat (27-4) pour retrouver, avec presque un mois d’avance, le chemin de la Pro B. Avec des ambitions nouvelles ! Restructuré, le club de Boris Diaw affiche humblement mais sûrement une soif d’élite.

« Boris est un gros point positif pour Bordeaux ! »

Pascal Allée / Hot Sports

U

n petit tour et puis remonte. C’est ce que voulait Bordeaux et c’est chose faite depuis le week-end dernier avec une victoire nette et sans bavure 84-60 sur Denain, leur premier poursuivant. Bordeaux quitte la N1 sans l’ombre d’un doute ni d’un regret. « Honnêtement oui, on n’a jamais douté cette saison », acquiesce Denis Lacampagne, manager général du club. « Et pourtant, on a vécu une intersaison difficile car on a perdu Tommy Davis notre entraîneur d’affilée ! Impressionnant. La vie a été belle pour des raisons personnelles et au 15 août, côté bordelais. « On a passé une saison agréon n’avait ni joueurs étrangers, ni entraîneur. able », sourit Denis Lacampagne. « Cela nous On était mal. » En panique, Bordeaux a a permis aussi de continuer à grandir en vue retrouvé son calme. Première décision, de la Pro B. » confier les rennes de l’équipe à Alexandre Palfroy, ex-assistant de Davis, qui malgré Diaw veut jouer sa jeunesse (32 ans) a réussi à rassembler à Jean Dauget son équipe autour du projet commun. Et puis Car pour Bordeaux, l’avenir sera profeslui donner confiance. « Il était paniqué car il pensait qu’on allait lui demander des résultats sionnel ou ne sera pas. Transfiguré depuis 2009, où le basket n’était qu’un tiroir dans immédiats », sourit le manager bordelais. « la commode des Jeunesses de SaintAlors, après les deux défaites d’entrée on lui Augustin, au milieu de la section bridge apporté le soutien qu’il fallait. » Ça marche. Bordeaux écrase de 30 points Roche lors de la et une multitude d’adhérents multisports, les JSA sont depuis passées en SASP, troisième journée et enchaîne onze victoires ont engagé un directeur sportif, Thomas de rang pour se placer en tête de la division, Darnauzan, et ont été marquées par une place qu’il ne quittera plus. l’investissement granLa machine est bien dissant du président huilée. Dans la raBoris Diaw. « Son quette, l’inusable John implication a été de Ford (33 ans, 2,07 m) plus en plus forte », rayonne et domine explique le manager. (16,7 pts et 7,3 rbds, Denis Lacampagne « Il a été un acteur 18,8 d’éval, 3e de la division). Les anciens majeur de toutes les de Pro A, Darrigand et Fellah, apportent de la décisions et c’est un gros point positif pour stabilité et de l’expérience à la mène, et Samy la recherche de partenariat et le côté méDriss amène sa folie sur les ailes. Romain Dar- diatique du club. Une chose est certaine, daine s’est révélé dans la peinture avec 12,6 Boris veut un grand club à Bordeaux. » points et 7,1 rebonds. Stable et sans faille, Pour la Pro B, le budget va devoir encore l’effectif bordelais passe des cartons. Sur les gonfler. De 900.000 euros, il va devoir attrois derniers matches les JSA s’imposent par teindre au moins 1,4 million pour vivre une un écart moyen de 27,3 points. Sur la saison, saison dans la sérénité d’après Lacaml’équipe a réussi deux séries de onze victoires pagne. Côté joueurs, les 4 D (Darrigand,

Doubal, Dardaine, Driss) sont encore sous contrat et salivent déjà de retrouver le deuxième niveau français. John Ford a annoncé vouloir rempiler et un renfort de poids est attendu sur les bords de Garonne… Boris Diaw himself ! Une cocasserie sans aucun doute, mais plausible avec la menace du lock-out NBA. « Il l’a dit lui-même », répond hilare Denis Lacampagne. « Et quand Boris a quelque chose dans la tête… Mais bon, même si cela se fait ce ne sera que pour quelques matches, donc on réfléchira à d’autres options. » En attendant de voir le président Diaw sur le parquet de la salle Jean Dauget, il sera bel et bien dans les tribunes le 7 mai prochain pour la réception du Puy, dans ce qui devrait être le feu d’artifice d’une très belle saison bordelaise. n Thomas FÉLIX


16

CHIFFRES

PRO A 26e journée Vendredi 15 avril

Chalon bat *Cholet

82-74

Samedi 16 avril

Le Mans bat *Orléans 90-50 Roanne bat *Pau-Lacq-Orthez 71-62 *Gravelines-Dk bat Paris Levallois 91-58 *Vichy bat Hyères-Toulon 82-75 71-66 *Poitiers bat Strasbourg Limoges bat *Nancy 93-88 102-97 *ASVEL bat Le Havre

Prochaine journée 27e journée Vendredi 22 avril

Roanne - ASVEL, 20h30 direct sur Sport+ Paris Levallois – Vichy Samedi 23 avril

Limoges – Cholet, 19h45 direct sur Sport+ Le Mans – Gravelines-Dk Chalon – Poitiers Hyères-Toulon – Nancy Strasbourg – Orléans Le Havre – Pau-Lacq-Orthez

Boxes-scores 15/4 Chalon bat *Cholet Cholet Min Tirs 3pts LF Rb Pd S.Mejia* 37 8-13 1-5 10-15 7 5 D.Nelson 24 5-10 1-2 3-4 4 2 A.Robinson* 36 5-12 1-3 - 8 1 R.Falker 30 2-5 - 3-4 3 1 M.Diarra 15 2-3 1-2 - 3 W.Gradit* 20 1-5 0-3 2-2 2 2 V.Avdalovic* 16 1-3 0-1 - 1 3 L.Vebobe 10 1-1 - - R.Duport* 5 1-3 - 2 C.Leonard 7 0-2 0-1 - 3 Total 200 26-57 4-17 18-25 33 14 Chalon Min Tirs 3pts LF Rb Pd M.Jean-Baptiste Adolphe 16 7-9 - 1-2 5 I.Evtimov* 30 5-13 3-9 - 5 3 S.Tchicamboud* 30 4-12 2-5 3-3 6 5 J.Lauvergne 17 4-5 1-1 - 4 M.Haynes* 24 2-8 1-4 3-4 2 5 A.Aminu* 17 3-4 - 1-4 5 B.Schilb* 28 3-9 0-4 - 5 B.Smith 24 3-8 0-2 - 2 2 N.Lang 14 2-6 1-5 - 2 Total 200 33-74 8-30 8-13 36 15

In 2 1 1 2 2 8 In 1 2 1 3 2 9

82-74 Co Bp Pts - 1 27 - 4 14 - 1 11 3 4 7 - - 5 - - 4 - 4 2 - - 2 - - 2 1 1 4 15 74 Co Bp Pts - - 15 - 1 13 1 1 13 - - 9 - 2 8 - 1 7 1 7 6 - - 6 - 1 5 2 13 82

16/4 *Vichy bat Hyères-Toulon 82-75 Vichy Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts J.Shuler* 32 7-10 3-4 5-6 2 7 1 2 2 22 A.Eito* 34 5-11 3-6 1-2 6 7 3 - 2 14 T.Larrouquis* 32 6-11 1-5 - 2 1 - - 1 13 F.Elegar* 29 4-6 - 3-5 6 1 6 - 2 11 D.Nichols* 34 4-17 0-3 2-2 8 3 2 2 1 10 R.Gaines 15 2-5 1-4 - 2 - - - - 5 N.De Jong 11 2-3 - 1-2 6 - - 1 - 5 B.Menama 2 1-1 - - - - - - 2 E.Brower 11 0-1 - 2 1 - 1 2 Total 200 31-65 8-22 12-17 34 20 12 6 10 82 Hyères-Toulon Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts R.Hughes* 40 12-19 0-1 3-3 8 2 - 1 3 27 K.Houston* 25 8-14 1-5 1-4 2 2 - - 3 18 S.Fein 21 3-6 2-5 2-2 2 1 1 - - 10 P.Morlende* 26 4-7 1-3 - 2 2 2 - 2 9 N.Boungou Colo* 29 3-6 1-1 0-2 7 2 - - 3 7 V.Masingue 21 2-6 - 6 - - - 2 4 A.Dobbins* 16 0-5 0-3 - 4 - - - - L.Legname 15 0-4 0-4 - 1 3 - - 1 C.Cavallo 7 - - - - - - Total 200 32-67 5-22 6-11 32 12 3 1 14 75

16/4 *ASVEL bat Le Havre ASVEL Min Tirs 3pts LF Rb Pd M.Walsh* 40 9-12 2-4 7-8 3 3 P.Mensah-Bonsu* 30 10-13 - 3-3 10 1 D.Jefferson* 31 6-10 1-1 6-6 4 1 M.Gelabale* 29 7-11 1-4 2-2 3 2 C.Hammonds* 37 4-8 2-3 2-2 1 7 E.Jackson 6 1-1 1-1 - - K.Tillie 18 0-2 - 1-2 2 1 P.Lacombe 5 0-2 0-1 - 1 L.Westermann 3 0-1 - - R.Deal 1 - - Total 200 37-60 7-14 21-23 24 15 Le Havre Min Tirs 3pts LF Rb Pd W.Wilkinson 28 7-11 2-5 4-4 6 N.Fox* 18 7-7 2-2 0-1 3 2 J.Cox* 32 5-6 0-1 4-6 2 4 N.Pope 22 6-12 1-4 1-3 5 1 Y.Sangare* 34 3-6 2-3 2-2 - 4 M.King* 32 4-7 0-1 0-2 2 1 J.Jones* 18 3-7 0-1 2-2 - 1 O.Camara 16 3-5 - 1-3 4 Total 200 38-61 7-17 14-23 22 13

In 3 2 1 1 1 1 9 In 1 2 2 3 1 9

102-97 Co Bp Pts 1 4 27 - 3 23 1 3 19 - - 17 - 1 12 - - 3 - - 1 - - - 1 - - 2 12 102 Co Bp Pts - - 20 - 2 16 - 6 14 - 1 14 - - 10 - 4 8 1 3 8 - 1 7 1 17 97

16/4 Limoges bat *Nancy Nancy Min Tirs 3pts LF Rb Pd W.Deane* 40 7-16 1-4 7-10 4 5 V.Samnick* 30 8-12 - 2-3 10 K.Grant* 25 4-10 1-7 2-2 1 1 J.Linehan 30 3-10 1-5 2-2 2 3 A.Akingbala* 17 4-7 0-1 1-1 6 2 T.Darden* 40 3-8 - 2-5 12 2 S.Brun 8 1-1 - 3-4 3 M.Badiane 5 1-3 - 1-2 3 T.Johnson 5 1-2 1-1 - 1 Total 200 32-69 4-18 20-29 42 13 Limoges Min Tirs 3pts LF Rb Pd C.Banks* 26 8-12 6-9 - 4 3 R.Hite* 36 7-15 1-3 5-6 6 7 A.Salmon* 34 5-12 4-11 2-2 6 1 R.Taylor* 24 1-7 1-4 6-8 4 4 R.Desroses 23 3-7 0-2 2-2 4 K.Souchu* 22 3-4 1-2 1-2 4 2 Z.Wright 19 2-6 0-1 3-4 5 2 N.Ebi 12 1-6 - 1-2 5 X.D’Almeida 4 - 1 Total 200 30-69 13-32 20-26 39 19

In 2 1 3 In 1 4 1 2 1 9

93-88 Co Bp Pts - 3 22 - 3 18 - 2 11 - 2 9 2 2 9 2 2 8 1 - 5 - 1 3 - - 3 5 15 88 Co Bp Pts - 1 22 1 2 20 - 1 16 - 2 9 - 1 8 - 1 8 1 2 7 - 1 3 - - 2 11 93

16/4 *Gravelines-Dk bat Paris Levallois 91-58 Gravelines-Dk Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts J.Johnson 24 7-13 1-5 2-4 4 - - - 1 17 J.Greer* 32 6-8 4-4 - 5 5 1 - - 16 B.Woodside* 39 6-13 1-6 2-3 3 14 5 - 3 15 D.Issa* 24 7-9 - 0-2 5 6 - - 2 14 S.Sene 18 4-6 - 4-8 7 - - 1 1 12 R.Jomby* 24 3-6 1-4 - 4 5 1 - 4 7 C.Akpomedah* 30 2-6 0-3 2-2 10 2 - 2 - 6 F.Zerbo 7 2-2 - - - - - 1 4 V.Bigote 2 - - - - - - Total 200 37-63 7-22 10-19 38 32 7 3 12 91 Paris Levallois Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts M.Sommerville* 36 7-10 1-2 - 5 - 3 1 3 15 J.Ball 18 5-7 2-3 - 1 2 2 - - 12 D.Noel* 27 4-8 1-4 - 1 1 - - 4 9 L.Hamilton 24 3-9 0-1 - 3 1 1 1 - 6 E.Chatfield* 27 2-9 0-2 1-2 2 5 2 - 1 5 V.Evtimov* 20 1-5 - 1-2 7 - - 1 1 3 M.Morandais 12 1-4 1-3 - 3 1 - - 3 3 W.Aka 7 1-1 1-1 - 1 - - - - 3 A.Albicy* 29 0-7 0-4 2-3 - 7 1 - 3 2 Total 200 24-60 6-20 4-7 23 17 9 3 15 58 16/4 Roanne bat *Pau-Lacq-Orthez 71-62 Pau-Lacq-Orthez Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts D.Bennett 25 6-10 4-6 - - 1 - - 3 16 T.Gipson* 38 4-8 1-4 1-2 2 6 1 - 4 10 S.Rimac* 37 3-8 0-3 2-2 2 3 1 - - 8 T.Bryant* 30 3-9 0-3 - 5 2 1 - - 6 C.Elonu 11 2-4 - 2-2 1 - - 1 1 6 37 2-5 - 1-2 6 6 2 - 3 5 G.Joseph* J.Morency* 14 2-4 1-2 - 3 - 2 - 1 5 F.Lesca 6 2-3 0-1 - - - - - 1 4 R.Lesca 2 1-1 - - - - - 1 2 Total 200 25-52 6-19 6-8 19 18 7 1 14 62 Roanne Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts U.Nsonwu-Amadi* 25 5-7 - 6-7 4 - 1 - 2 16 S.Diabate* 21 4-7 1-3 2-4 1 1 3 - 3 11 R.Davis* 28 4-9 1-3 - 3 - - - 3 9 P.Amagou* 18 3-5 1-2 2-2 2 3 - - 1 9 P.Braud 28 3-6 2-5 - 2 2 2 - - 8 D.Downey 19 2-7 1-1 3-6 - 1 2 - 2 8 B.McCauley* 28 1-6 0-2 3-4 9 - 2 - 1 5 J.Mipoka 7 1-3 1-1 - 2 1 - - - 3 A.Dunn 15 1-3 - 7 1 1 - - 2 A.Tanghe 11 0-1 0-1 - - - - - 1 Total 200 24-54 7-18 16-23 30 9 11 - 13 71

PRO A : CLASSEMENT 1 2 3 6 8 9 10 14 16

Équipe

MJ G-P Dom. Ext. Pour Contre Écart Série 5 der.

Cholet Chalon Roanne Nancy Gravelines-Dk Hyères-Toulon ASVEL Le Mans Pau-Lacq-Orthez Orléans Strasbourg Le Havre Poitiers Vichy Paris Levallois Limoges

26 26 26 26 26 26 26 26 26 26 26 26 26 26 26 26

20-6 11-2 9-4 18-8 11-2 7-6 17-9 9-3 8-6 17-9 10-4 7-5 17-9 11-2 6-7 15-11 9-4 6-7 15-11 9-4 6-7 12-14 6-7 6-7 11-15 8-5 3-10 10-16 5-8 5-8 10-16 7-6 3-10 10-16 7-6 3-10 10-16 8-5 2-11 9-17 7-6 2-11 9-17 7-6 2-11 8-18 6-7 2-11

77,2 78,1 79,0 78,2 76,8 78,0 77,5 73,9 75,0 71,4 73,7 73,9 70,8 71,5 73,5 74,8

71,5 73,8 74,3 76,7 69,5 77,4 76,7 73,0 77,0 71,9 76,8 75,4 74,3 75,2 81,3 78,5

+5,7 +4,3 +4,7 +1,5 +7,3 +0,6 +0,8 +0,9 -2,0 -0,5 -3,1 -1,5 -3,5 -3,7 -7,8 -3,7

1 d. 2 v. 2 v. 2 d. 1 v. 1 d. 3 v. 1 v. 4 d. 2 d. 3 d. 1 d. 1 v. 3 v. 1 d. 1 v.

4-1 3-2 3-2 2-3 3-2 3-2 4-1 2-3 1-4 1-4 1-4 2-3 3-2 4-1 1-4 3-2

16/4 *Poitiers bat Strasbourg 71-66 Poitiers Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts P.Guillard 29 6-8 0-1 - 3 2 1 - 1 12 K.Younger* 27 4-9 0-1 4-9 6 1 1 - 3 12 R.Wright* 22 4-6 3-3 0-2 4 - 1 - 3 11 C.Ona Embo* 22 1-3 0-2 6-7 5 2 2 - - 8 A.Grant 18 2-6 1-2 3-6 3 - - - - 8 G.Costentin* 21 2-5 2-5 1-2 4 4 - - 1 7 E.Fournier 8 2-4 0-1 1-2 2 1 - - 1 5 P.Badiane* 21 2-3 - 4 1 1 1 - 4 T.Gunn 20 1-5 1-2 - 2 2 - - 2 3 Y.Devehat 4 0-2 - 1-2 - - - - - 1 C.Gomez 8 0-1 0-1 - 1 1 1 - 3 Total 200 24-52 7-18 16-30 34 14 7 1 14 71 Strasbourg Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts R.Greer* 37 6-14 0-3 7-9 6 3 2 - 6 19 A.M’Baye* 26 5-13 2-6 0-1 2 1 2 - 1 12 P.Pasco* 34 5-7 - 0-6 6 1 1 - 2 10 J.McCord 26 4-6 1-2 1-1 6 2 - - 1 10 S.Essart 17 2-7 1-4 - 3 2 - - 1 5 A.Jeanneau* 21 2-4 0-2 - 1 3 2 - 1 4 J.Hawkins 14 0-6 0-2 3-6 7 1 1 - - 3 N.Lewis 5 1-2 1-2 - - - - - 1 3 A.Digbeu 11 0-1 0-1 - - - 1 - - S.Giffa* 9 0-2 0-2 - - - - - 1 Total 200 25-62 5-24 11-23 31 13 9 - 14 66 16/4 Le Mans bat *Orléans Orléans Min Tirs 3pts LF T.Porter 19 5-8 4-7 A.Moerman* 29 3-10 1-6 J.Reynolds 23 2-6 1-5 2-2 J.Smith 18 2-6 1-1 M.Lebrun* 14 2-6 1-3 L.Vaty* 22 2-9 E.Campbell 23 1-4 1-3 B.Pamba 12 1-3 1-3 M.N’Doye* 19 1-4 0-2 A.Curti* 21 0-5 0-3 200 19-61 10-33 2-2 Total Le Mans Min Tirs 3pts LF A.Acker* 29 7-11 2-5 2-2 J.P.Batista* 25 7-11 - 2-2 M.Kakiouzis* 28 5-9 3-7 C.Lombahe-Kahudi* 23 5-8 2-5 1-2 R.Lewin 21 4-4 - 2-3 M.Pellin 19 3-3 3-3 B.Dewar 17 3-5 1-2 A.Diot* 29 1-2 1-2 1-2 H.Kahudi 5 0-1 P.Drouault 4 Total 200 35-54 12-24 8-11

Rb Pd 3 2 4 1 2 3 2 2 1 3 1 3 - 2 23 6 Rb Pd 6 3 7 1 5 1 4 3 3 1 1 1 2 1 3 7 2 1 34 18

In 1 1 1 3 In 2 1 2 1 6

90-50 Co Bp Pts - 1 14 - 1 7 - 2 7 - 1 5 - 1 5 1 1 4 - - 3 - - 3 - 2 2 - 2 1 11 50 Co Bp Pts 1 1 18 - 3 16 1 1 13 - 1 13 - 1 10 - 1 9 - - 7 - - 4 - - - - 2 8 90

PRO B 30e journée Vendredi 15 avril

Boulazac bat *Aix-Maurienne *Clermont bat Antibes Fos bat *Lille *Nantes bat Charleville

82-71 71-70 69-68 107-82

Samedi 16 avril

*Nanterre bat Saint-Vallier Dijon bat *Rouen *Boulogne bat Le Portel *Bourg bat Évreux *Quimper bat Châlons-Reims

69-52 72-68 103-90 81-61 68-66

Samedi 23 avril

Évreux – Nanterre Boulazac – Lille Le Portel – Nantes Saint-Vallier – Aix-Maurienne Charleville – Quimper

Boxes-scores 15/4 Boulazac bat *Aix-Maurienne 82-71 Aix-Maurienne Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts J.Mathis* 35 8-13 0-1 5-12 6 4 - - 1 21 E.Joldersma* 32 3-7 2-6 5-6 1 3 3 - 2 13 T.Gipson 25 3-9 0-2 4-4 3 5 - - 3 10 S.Darnauzan* 31 4-9 1-5 - 2 8 2 - 3 9 T.Yvrande* 26 3-6 0-1 1-1 1 - 3 - 2 7 J.Ekanga-Ehawa* 17 3-6 0-3 1-2 2 1 1 - 2 7 M.Traoré 13 0-1 - 2-2 4 - 1 - 1 2 E.Andre 5 1-4 0-2 - 1 1 - - 1 2 J.Hoyaux 16 0-1 0-1 - 1 2 - - 1 Total 200 25-56 3-21 18-27 21 24 10 - 16 71 Boulazac Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts T.Dubiez* 34 10-15 5-6 - 3 1 2 - 1 25 C.Mélicie 26 4-5 1-1 5-8 7 1 1 - 4 14 B.Jacobson* 30 5-10 0-4 1-2 1 7 3 - 4 11 Y.Gaillou* 31 4-11 - 2-2 5 2 1 - 2 10 A.McKenzie* 16 5-7 - 4 1 2 - 1 10 M.Badiane* 32 3-7 - 2-2 11 - - 2 4 8 D.Diarra 10 1-2 - 1 - - 1 - 2 N.Keita 10 1-1 - 1 - - - 2 2 I.Soumahoro 11 0-1 - 1 - 1 - - Total 200 33-59 6-11 10-14 34 12 10 3 18 82 15/4 *Clermont bat Antibes 71-70 Clermont Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts S.Cisse* 28 5-9 2-2 2-4 1 2 - - 1 14 M.Guichard 30 5-8 2-3 1-2 2 3 2 - 2 13 K.Ouattara* 23 6-10 0-3 - 4 1 1 - - 12 O.Bassett* 36 2-6 1-3 3-6 5 2 - - 1 8 T.Ford 21 4-7 - 0-2 6 - - - 2 8 X.Delarue* 22 2-4 - 2-4 4 3 - - 4 6 P.Beye 10 3-4 0-1 - 1 1 - - 1 6 D.Bouldin* 26 2-4 0-2 - 3 2 - - 3 4 R.Wilson 4 0-2 0-1 - - - - - - Total 200 29-54 5-15 8-18 26 14 3 - 14 71 Antibes Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts S.Massot* 32 5-9 1-3 7-8 9 3 - - 1 18 D.Ramseyer* 35 7-10 0-1 3-4 8 - 2 - 2 17 J.Ingram* 36 5-15 3-11 3-4 1 3 - - 3 16 M.Bojovic* 20 3-6 0-1 3-4 1 - 1 - 1 9 S.Ho You Fat 22 3-6 1-3 - 3 - 1 - 5 7 M.Courby 25 1-5 1-4 - 1 - - - 2 3 L.Bengaber* 28 0-3 0-1 - 3 2 2 - 2 Y.Siegwarth 2 - - 1 - - 1 Total 200 24-54 6-24 16-20 26 9 6 - 17 70 15/4 Fos bat *Lille Lille Min Tirs 3pts S.Barnette* 33 8-17 1-4 A.Harris* 36 7-14 O.Gouez 22 4-4 B.Gillet 19 2-4 2-2 R.Chery* 24 2-2 1-1 N.Taccoen* 18 2-4 M.Abdul Hamid* 21 1-4 0-1 R.Malet 19 0-1 0-1 A.Defoe 4 0-1 M.Sy 4 0-1 Total 200 26-52 4-9 Fos Min Tirs 3pts M.Hachad* 37 5-10 3-7 S.Gay* 39 5-7 P.Haquet 22 6-13 0-1 L.Cummard* 28 5-11 2-6 Z.Bah* 30 4-9 0-1 M.Dia* 15 1-3 B.Cisse 10 1-1 K.Atamna 15 0-3 0-3 L.Labeyrie 4 Total 200 27-57 5-18 15/4 Nantes A.Charles* T.Downey* A.Cel J.James* N.Gayon* K.Barber* O.Bardet S.Dondon M.Maudeux B.Pierard F.Sahraoui Total

Prochaine journée 31e journée Vendredi 22 avril

Antibes – Rouen Bourg – Dijon Fos – Boulogne Châlons-Reims – Clermont

69-68 LF Rb Pd In Co Bp Pts 4-6 4 1 2 - 3 21 4-6 4 - - 1 2 18 2-4 5 1 1 - 2 10 - 1 - - - 1 6 - 1 1 - - - 5 0-2 6 2 - - 4 4 - 2 4 2 1 2 2 2-2 1 8 3 - 3 2 - - - - - 1 - 2 - - - 1 12-20 26 17 8 2 19 68 LF Rb Pd In Co Bp Pts 1-2 8 5 3 - 2 14 3-5 6 - 3 1 3 13 1-3 3 1 2 - - 13 0-2 4 2 2 - 3 12 2-2 5 2 3 - 2 10 2-2 2 - - 1 2 4 - - 1 1 - - 2 1-2 2 2 1 - 4 1 - - - - - - 10-18 30 13 15 2 16 69

*Nantes bat Charleville Min Tirs 3pts LF Rb Pd 31 10-16 6-9 3-6 6 4 31 7-14 4-9 - 2 8 17 5-7 1-1 2-2 10 1 23 5-10 - 1 4 21 3-5 2-4 2-2 4 1 21 3-4 - 2-4 6 1 18 2-2 2-2 2-2 2 4 19 2-6 - 2-2 3 1 2-3 1-1 - 1 9 0-5 0-4 - - 9 - 1 5 200 39-72 16-30 13-18 36 28

In 3 4 1 8

107-82 Co Bp Pts 1 1 29 - - 18 - - 13 1 3 10 - - 10 4 2 8 - - 8 - 1 6 - - 5 - - 1 1 7 8 107

PRO B : CLASSEMENT 1 2 4 6 9 11 12 13 17 18

Équipe

MJ G-P Dom. Ext. Pour Contre Écart Série 5 der.

Nanterre Rouen Dijon Évreux Fos Boulogne Bourg Le Portel Aix-Maurienne Châlons-Reims Boulazac Nantes Antibes Quimper Lille Saint-Vallier Clermont Charleville

30 30 30 30 30 30 30 30 30 30 30 30 30 30 30 30 30 30

22-8 13-2 9-6 19-11 13-2 6-9 19-11 10-5 9-6 18-12 12-3 6-9 18-12 11-4 7-8 17-13 11-4 6-9 17-13 13-2 4-11 17-13 9-6 8-7 16-14 9-6 7-8 16-14 10-5 6-9 15-15 11-4 4-11 14-16 6-9 8-7 12-18 9-6 3-12 12-18 10-5 2-13 12-18 7-8 5-10 11-19 7-8 4-11 9-21 5-10 4-11 6-24 3-12 3-12

82,1 79,0 74,5 77,2 75,1 79,3 78,1 79,2 78,6 77,3 72,9 76,7 71,7 72,5 71,1 76,3 72,3 68,4

73,4 76,5 67,4 76,9 73,4 78,1 75,9 78,0 80,5 76,0 72,4 77,4 76,3 74,9 70,0 78,2 78,3 78,7

+8,7 +2,5 +7,1 +0,3 +1,7 +1,2 +2,2 +1,2 -1,9 +1,3 +0,5 -0,7 -4,6 -2,4 +1,1 -1,9 -6,0 -10,3

4 v. 1 d. 4 v. 2 d. 2 v. 2 v. 3 v. 1 d. 4 d. 1 d. 1 v. 1 v. 1 d. 1 v. 2 d. 4 d. 1 v. 3 d.

4-1 1-4 4-1 2-3 3-2 4-1 4-1 2-3 1-4 2-3 2-3 3-2 2-3 3-2 2-3 1-4 2-3 2-3

Charleville C.Rouse* D.Kaba* G.Florimont J.McClark* Y.Akinocho Y.Zachee N.Boundy T.Peterson* D.Jean Joseph K.Morlende* Total

Min Tirs 33 15-22 21 5-11 19 3-6 19 2-5 8 3-4 19 2-6 9 2-5 28 1-5 16 1-4 28 0-7 200 34-75

3pts 2-4 0-1 1-2 1-5 1-2 0-3 5-17

LF 1-1 2-3 3-3 1-1 2-2 9-10

Rb Pd 12 1 5 1 3 3 5 - 1 2 3 1 3 - 1 1 2 32 12

In 1 1 1 2 2 7

Co Bp Pts 1 3 30 - 1 13 - 2 8 - 1 7 - - 7 - 1 5 - - 4 - 1 3 - 2 3 - 1 2 1 12 82

16/4 *Quimper bat Châlons-Reims 68-66 Quimper Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts V.Mouillard* 25 3-9 2-7 6-7 1 4 - - 2 14 M.Runkaukas* 35 1-7 1-7 10-12 2 2 2 - 1 13 N.Toto* 33 5-9 2-4 1-1 8 1 1 - 4 13 G.Lessort 16 4-7 - 0-1 2 - 1 - - 8 J.Volcy* 29 3-6 1-3 - 11 - 1 3 - 7 A.Rigaux 15 2-3 2-2 - - 1 - - 1 6 W.Molas 10 2-3 - 1 - - - 1 4 M.Jefferson* 26 1-7 - 1-2 5 1 1 - 3 3 F.Thibedore 11 0-3 0-2 - 4 1 - - 2 Total 200 21-54 8-25 18-23 34 10 6 3 14 68 Châlons-Reims Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts G.Chathuant* 36 4-12 3-4 2-4 9 3 2 - 1 13 G.Radonjic 32 4-11 3-9 2-4 3 1 1 - 2 13 B.Mullins* 34 4-9 1-4 2-4 4 8 3 - - 11 H.Jalce 32 5-8 - 1-2 6 - 1 - 2 11 C.Daniels* 8 2-2 - 3-3 3 - - - 2 7 D.Wilson* 16 1-3 0-2 2-2 1 - - - 3 4 J.Wampfler 10 1-2 0-1 2-5 3 - - - 2 4 K.Joss Rauze* 15 1-4 0-2 - - 1 1 - - 2 B.Mangin 17 0-1 - 1-2 - 1 2 - - 1 Total 200 22-52 7-22 15-26 29 14 10 - 12 66 16/4 *Boulogne bat Évreux 103-90 Boulogne Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts L.Milbourne* 31 10-16 2-2 - 6 1 - - - 22 E.Plateau 21 8-9 1-2 4-5 5 2 2 - - 21 D.Monroe* 35 6-12 0-1 3-4 6 2 4 - 1 15 L.Kante* 21 5-10 0-2 3-3 7 1 2 - 1 13 M.N’Diaye 15 3-7 0-3 3-6 2 1 - 1 1 9 K.Patiejunas* 37 3-4 2-3 - 3 13 - - 5 8 F.Raposo 17 3-3 - 2-4 5 1 - - - 8 T.Stanley* 18 2-8 0-4 - 1 1 1 - 2 4 K.Mondesir 1 1-2 - 1-2 - - - - - 3 B.Matanga 4 - - - - - 1 Total 200 41-71 5-17 16-24 35 22 9 1 11 103 Évreux Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts N.Wyatte* 31 8-13 - 13 4 1 - 1 16 I.Sy* 28 5-8 4-6 - 3 4 3 - 1 14 M.Labeyrie 28 5-12 1-4 2-2 3 - - - 1 13 A.Rowland 26 4-8 2-5 3-4 3 4 2 - 2 13 C.Davis* 32 5-17 1-6 1-3 6 2 2 1 2 12 E.Choquet* 20 4-7 2-5 - - 1 - - 3 10 J.Ludon* 18 4-7 0-1 - 2 1 1 - 1 8 F.N’Kembe 17 2-4 0-2 - 3 1 - - 2 4 Total 200 37-76 10-29 6-9 33 17 9 1 13 90 16/4 Bourg D.Monds* D.Coleman* D.Oliver* K.Corre* C.Ferchaud* C.Koma A.Tsagarakis J.Delhomme O.Da Silveira J.Sanchez Total Évreux D.Reed* L.Chelle C.Watson* D.Davis* T.Maizeroi B.Toffin* K.Dahak* M.Correa G.Filet Total

*Bourg bat Évreux 81-61 Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts 29 8-17 0-1 2-3 11 3 - 2 - 18 28 4-8 - 3-3 3 2 - - - 11 31 2-6 - 6-6 4 8 3 - 1 10 23 4-7 0-1 2-3 3 4 4 - 2 10 22 2-4 0-2 5-5 2 - 1 - 1 9 17 2-4 - 3-4 7 1 2 - 1 7 16 3-7 1-2 - 1 - 1 - 3 7 16 2-5 0-1 2-4 2 1 1 - 4 6 12 1-1 - 2 1 - 1 1 2 6 0-1 0-1 1-4 1 1 1 - 2 1 200 28-60 1-8 24-32 36 21 13 3 15 81 Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts 26 5-10 1-2 4-4 7 1 3 - - 15 34 1-6 0-4 10-11 3 3 1 - 4 12 16 4-10 2-3 - 2 1 1 - 3 10 30 3-9 0-3 2-3 4 3 - 1 4 8 16 2-8 1-6 1-1 2 1 - - 1 6 24 2-6 0-2 1-2 5 1 - - 4 5 34 1-3 1-1 0-2 2 1 - - 4 3 16 1-2 - 1 - - - 3 2 4 - - - - - - 200 19-54 5-21 18-23 26 11 5 1 23 61

16/4 *Nanterre bat Saint-Vallier 69-52 Nanterre Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts N.Carter* 28 6-8 - 6-9 5 2 2 1 2 18 M.Riley* 36 5-16 3-10 2-2 10 1 4 - 2 15 W.Daniels 19 4-6 0-1 5-6 2 2 - 1 3 13 J.Passave-Ducteil* 30 4-5 - 7 - 3 - 4 8 G.Pons 20 2-4 2-3 - 4 1 4 - 1 6 L.Akono* 34 2-8 1-5 - 4 6 3 - 3 5 M.Toti 6 1-3 0-2 - 1 - - - 1 2 J.Nzeulie 3 1-1 - - - - - - 2 M.Judith* 19 0-3 0-3 - - - 1 - - A.Gomis 4 - 1 - - - - A.Desespringalle 1 - - - - - - Total 200 25-54 6-24 13-17 34 12 17 2 16 69 Saint-Vallier Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts C.Bronchard* 32 3-7 1-1 7-7 6 2 1 - 3 14 B.Vounang* 31 4-9 - 2-4 5 1 1 - 5 10 K.Shiloh* 33 4-12 0-4 - 5 2 1 - 2 8 D.Denave 30 3-8 0-2 0-2 8 2 1 - 6 6 K.Bichard 11 2-4 2-4 - 1 1 - - 1 6 M.Tensorer* 18 2-4 0-2 - 2 - 1 - 2 4 D.Lyons* 18 1-5 1-2 - 2 - 1 1 - 3 Y.Zonnet 14 0-1 - 1-2 3 - 1 - 1 1 F.Tortosa 12 0-4 0-2 - 2 2 1 - - P.Landy 1 - - - - - - Total 200 19-54 4-17 10-15 34 10 8 1 20 52 16/4 Rouen J.Siggers* C.Thioune* D.Williams* S.Traore* P.Poupet* D.Giles W.Soliman K.Reid Total Dijon S.Dia* E.Bing* E.Craven* D.Melody* J.Leloup* F.Prenom B.Monclar L.Aboudou A.Christophe J.Tornato Total

Dijon bat *Rouen 72-68 Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts 34 8-15 0-2 1-2 3 5 2 - 4 17 34 4-7 2-5 2-2 - - 1 - 3 12 32 6-9 0-3 - 5 2 1 - 3 12 24 4-9 - 3-3 7 - 3 - 2 11 35 3-9 3-6 - 6 10 - - 3 9 14 2-3 - 1-1 6 - - - 1 5 10 1-3 - 4 1 1 2 1 2 17 0-3 0-1 - 1 3 - - 1 200 28-58 5-17 7-8 32 21 8 2 18 68 Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts 32 6-11 1-2 4-5 7 1 1 - 2 17 32 5-9 - 5-7 10 1 1 1 2 15 32 6-15 1-2 2-2 4 5 4 - 1 15 33 4-6 1-3 2-2 1 3 3 - 2 11 30 2-10 1-5 2-2 4 1 2 - 2 7 11 2-5 - 2 - 2 - - 4 15 1-3 - 1 - - - 3 2 4 - 1-2 2 - - - - 1 8 0-2 0-1 - - 2 - - 1 3 - - - - - 1 200 26-61 4-13 16-20 31 13 13 1 14 72


17

CHIFFRES

COUPE DE FRANCE Quarts de finale Vichy (Pro A) bat *ASVEL (Pro A) 80-72 Chalon (Pro A) bat *Bourg (Pro B) 81-69 Limoges (Pro A) bat *Antibes (Pro B) 81-69 *Nancy (Pro A) bat Le Havre (Pro A) 92-71

Demi-finales Mardi 26 avril

Limoges (Pro A) – Vichy (Pro A) Nancy (Pro A) – Chalon (Pro A)

ESPOIRS 26e journée *Cholet bat Chalon 84-74 Paris Levallois bat *Gravelines-Dk 75-58 Hyères-Toulon bat *Vichy 86-62 *ASVEL bat Le Havre 86-83 *Nancy bat Limoges 97-63 *Pau-Lacq-Orthez bat Roanne 76-71 Le Mans bat *Orléans 67-44 Classement : 1- Paris Levallois (233), 2- Nancy (22-4), 3- Le Mans (206), 4- Chalon, Gravelines-Dk (17-9), 6- Cholet (16-10), 7- Pau-Lacq-Orthez (15-11), 8- ASVEL (13-13), 9- HyèresToulon, Poitiers, Roanne, Le Havre, Vichy, Strasbourg (9-17), 15- Orléans (6-20), 16- Limoges (4-22).

NATIONALE 1

Pesaro bat *Montegranaro 66-56 86-85 *Sassari bat Rome *Varèse bat Milan 82-71 Bologne bat *Crémone 95-88 Avellino bat *Caserte 83-75 *Cantu bat Biella 82-77 Sienne - Trévise, le 27/04 Classement : 1- Sienne (22-2), 2Cantu (20-6), 3- Milan (18-8), 4- Trévise (13-12), 5- Avellino, Varèse, Bologne (13-13), 8- Sassari, Pesaro, Rome, Caserte (12-14), 12- Crémone (11-15), 13- Montegranaro (10-16), 14- Biella (9-17), 15- Brindisi (8-17), 18- Teramo (8-18).

EUROCUP FINALS À Trévise

Demi-finales Kazan bat Cedevita Zagreb Séville bat Trévise

87-66 75-63

Match pour la 3e place Cedevita Zagreb bat Trévise

59-57

Finale Kazan bat Séville 92-77 MVP : Marko Popovic (Kazan)

NBA Playoffs

31 journée

Premier tour

*Bordeaux bat Denain 84-60 *Angers bat Denek Bat 77-64 Centre Fédéral bat *Liévin 73-67 76-72 *Sorgues bat Saint-Chamond Brest bat *Roche a.p. 87-86 *Challans bat Blois 85-70 *Saint-Quentin bat GET Vosges 82-63 *Le Puy bat Souffelweyersheim 88-84 Saint-Étienne bat *Orchies 76-68 Classement : 1- Bordeaux (27-4), 2- Denain (22-9), 3- Sorgues, Brest, Angers (19-12), 6- Saint-Étienne, Saint-Quentin (18-13), 8- Challans (17-14), 9- Le Puy, Blois (16-15), 11- Orchies, Souffelweyersheim (1417), 13- Denek Bat, Saint-Chamond, Liévin (13-18), 16- GET Vosges (9-22), 17- Roche (7-24), 18- Centre Fédéral (5-26).

Chicago (1) – Indiana (8) : 2-0 16/04 : *Chicago bat Indiana 104-99 18/04 : *Chicago bat Indiana 96-90 21/04 : *Indiana – Chicago

LIGA ACB 29e journée *Saragosse bat Real Madrid 86-84 *Grenade bat Badalone 94-65 Valencia bat *Menorca 74-65 *Fuenlabrada bat Manresa 55-54 *Vitoria bat Bilbao 89-75 *Barcelone bat Valladolid 77-53 *Gran Canaria bat San-Sebastian 79-74 *Malaga bat Alicante 90-78 Séville - Estudiantes le jeudi 21/04 Classement : 1- Barcelone (24-6), 2- Real Madrid (23-7), 3- Valencia (21-9), 4- Vitoria (20-10), 5- Bilbao (18-12), 6- Malaga, Gran Canaria, Fuenlabrada (17-13), 9- Valladolid (16-14), 10- Estudiantes Madrid (1514), 11- Saragosse, Badalone (14-16), 13- Séville (13-16), 14- San-Sebastian (10-20), 15- Manresa (9-21), 16Alicante (8-22), 17- Grenade (7-23), 18- Menorca (6-24).

LEGA 26e journée *Brindisi bat Teramo

87-76

Memphis (8) – San Antonio (1) : 1-0 17/04 : Memphis bat *San Antonio 101-98 20/04 : *San Antonio – Memphis 23/04 : *Memphis – San Antonio 25/04 : *Memphis – San Antonio

NBA : SAISON régulière / CLASSEMENT FINAL CONFÉRENCE eST 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

Équipes

MJ V-D

Chicago Miami Boston Orlando Atlanta New York Philadelphia Indiana Milwaukee Charlotte Detroit New Jersey Washington Toronto Cleveland

82 62-20 82 58-24 82 56-26 82 52-30 82 44-38 82 42-40 82 41-41 82 37-45 82 35-47 82 34-48 82 30-52 82 24-58 82 23-59 82 22-60 82 19-63

%

75,6 70,7 68,3 63,4 53,7 51,2 50,0 45,1 42,7 41,5 36,6 29,3 28,0 26,8 23,2

Dom.

Ext.

Pour Contre Écart Série 10 der.

36-5 26-15 98,6 30-11 28-13 102,1 33-8 23-18 96,5 29-12 23-18 99,2 24-17 20-21 95,0 23-18 19-22 106,5 26-15 15-26 99,0 24-17 13-28 99,8 22-19 13-28 91,9 21-20 13-28 93,3 21-20 9-32 97,0 19-22 5-36 94,2 20-21 3-38 97,3 16-25 6-35 99,1 12-29 7-34 95,5

91,3 94,6 91,1 93,7 95,8 105,7 97,5 100,9 92,7 97,3 100,6 100,4 104,7 105,4 104,5

+7,3 +7,5 +5,4 +5,5 -0,8 +0,8 +1,5 -1,1 -0,8 -4,0 -3,6 -6,2 -7,4 -6,3 -9,0

9 v. 4 v. 1 v. 2 v. 6 d. 2 d. 2 d. 2 d. 3 v. 2 v. 1 v. 5 d. 1 d. 2 d. 2 v.

9-1 8-2 5-5 6-4 4-6 7-3 4-6 5-5 6-4 4-6 5-5 1-9 6-4 2-8 5-5

CONFÉRENCE OUEST 1 2 4 5 6 7 9 10 11 12 13 14 15

Équipes

MJ V-D

San Antonio L.A. Lakers Dallas Oklahoma City Denver Portland New Orleans Memphis Houston Phoenix Utah Golden State L.A. Clippers Sacramento Minnesota

82 61-21 82 57-25 82 57-25 82 55-27 82 50-32 82 48-34 82 46-36 82 46-36 82 43-39 82 40-42 82 39-43 82 36-46 82 32-50 82 24-58 82 17-65

%

74,4 69,5 69,5 67,1 61,0 58,5 56,1 56,1 52,4 48,8 47,6 43,9 39,0 29,3 20,7

Dom.

Ext.

Pour Contre Écart Série 10 der.

36-5 25-16 103,7 30-11 27-14 101,5 29-12 28-13 100,2 30-11 25-16 104,8 33-8 17-24 107,5 30-11 18-23 96,3 28-13 18-23 94,9 30-11 16-25 99,9 25-16 18-23 105,9 23-18 17-24 105,0 21-20 18-23 99,4 26-15 10-31 103,4 23-18 9-32 98,6 11-30 13-28 99,4 12-29 5-36 101,1

98,0 95,4 96,0 101,0 102,7 94,8 94,0 97,6 103,7 105,9 101,3 105,7 101,8 104,7 107,7

+5,7 +6,1 +4,2 +3,8 +4,8 +1,5 +0,9 +2,3 +2,2 -0,9 -1,8 -2,3 -3,1 -5,3 -6,6

27/04 : *San Antonio – Memphis 29/04 : *Memphis – San Antonio 01/05 : *San Antonio – Memphis Oklahoma City (4) – Denver (5) : 1-0 17/04 : *Oklahoma City bat Denver 107-103 20/04 : *Oklahoma City – Denver 23/04 : *Denver – Oklahoma City 25/04 : *Denver – Oklahoma City 27/04 : Oklahoma City – Denver 29/04 : Denver – Oklahoma City 01/05 : Oklahoma City – Denver New Orleans (7) – L.A. Lakers (2) : 1-0 17/04 : New Orleans bat *L.A. Lakers 109-100 20/04 : *L.A. Lakers – New Orleans 22/04 : *New Orleans – L.A. Lakers 24/04 : *New Orleans – L.A. Lakers 26/04 : *L.A. Lakers – New Orleans 28/04 : *New Orleans – L.A. Lakers 30/04 : *L.A. Lakers – New Orleans Dallas (3) – Portland (6) : 1-0 89-81 16/04 : *Dallas bat Portland 19/04 : *Dallas – Portland 21/04 : *Portland – Dallas 23/04 : *Portland – Dallas 25/04 : *Dallas – Portland 28/04 : *Portland – Dallas -30/04 : *Dallas – Portland

Féminines LFB

Conférence Ouest Premier tour

Conférence Est

e

23/04 : *Indiana – Chicago 26/04 : *Chicago – Indiana 28/04 : *Indiana – Chicago 30/04 : *Chicago – Indiana Atlanta (5) – Orlando (4) : 1-0 16/04 : Atlanta bat *Orlando 103-93 19/04 : *Orlando – Atlanta 22/04 : *Atlanta – Orlando 24/04 : *Atlanta – Orlando 26/04 : *Orlando – Atlanta 28/04 : *Atlanta – Orlando 30/04 : *Orlando – Atlanta Miami (2) – Philadelphia (7) : 2-0 16/04 : *Miami bat Philadelphia 97-89 18/04 : *Miami bat Philadelphia 94-73 21/04 : *Philadelphia – Miami 24/04 : *Philadelphia – Miami 27/04 : *Miami – Philadelphia 29/04 : *Philadelphia – Miami 01/05 : *Miami – Philadelphia Boston (3) – New York (6) : 1-0 87-85 17/04 : *Boston bat New York 19/04 : *Boston – New York 22/04 : *New York – Boston 24/04 : *New York – Boston 26/04 : *Boston – New York 29/04 : *New York – Boston 01/05 : *Boston – New York

2 d. 2 v. 4 v. 1 d. 1 d. 1 d. 3 d. 2 d. 1 v. 2 v. 2 v. 1 v. 1 v. 2 d. 15 d.

4-6 5-5 6-4 7-3 7-3 6-4 5-5 6-4 5-5 4-6 3-7 6-4 4-6 4-6 0-10

26e et dernière journée *Arras bat Toulouse 68-62 *Nantes-Rezé bat Aix 93-71 Lattes-Montpellier bat *Bourges a.p. 70-69 *Tarbes bat Saint-Amand 80-52 *Basket Landes bat Charleville 55-40 Challes bat *Calais 83-55 *Mondeville bat Villeneuve d’Ascq 73-65 Classement : 1- Bourges (24-2), 2Challes, Tarbes, Lattes-Montpellier (18-8), 5- Basket Landes (17-9), 6Nantes-Rezé (17-9, -1 pt), 7- Arras (1313), 8- Mondeville (12-14), 9- SaintAmand, Villeneuve d’Ascq, Charleville (10-16), 12- Aix (9-17), 13- Calais (4-22), 14- Toulouse (2-24).

Playoffs Demi-finales Jeudi 21 avril

Lattes-Montpellier – Bourges Dimanche 24 avril

Bourges – Lattes-Montpellier Mardi 26 avril, si nécessaire

Bourges – Lattes-Montpellier Jeudi 21 avril

Tarbes – Challes Dimanche 24 avril

Challes – Tarbes Mardi 26 avril, si nécessaire

Challes – Tarbes

Challenge Round Quarts de finale Mercredi 20 avril

Aix – Basket Landes Vendredi 23 avril

Basket Landes – Aix Mercredi 20 avril

Charleville – Nantes-Rezé Vendredi 23 avril

Nantes-Rezé – Charleville Mercredi 20 avril

Villeneuve d’Ascq – Arras Vendredi 23 avril

Arras – Villeneuve d’Ascq Mercredi 20 avril

Saint-Amand – Mondeville

Vendredi 23 avril

Mondeville – Saint-Amand

COUPE DE FRANCE Demi-finales Mondeville bat *Bourges 85-79 Lattes-Montpellier bat *Arras a.p. 61-54

Finale À Bercy, dimanche 15 mai

Mondeville – Lattes-Montpellier

Fantasy League

Participez sur BasketNews.net.

Pro A Les vainqueurs de la 26e journée Équipe 1 Bistrotaroro (Greg003) 2 BOSSTEAM PROA (BOSS) 3 team jeanpaulo (jeanpaulo) 4 USPEG-La Pomme (Guaiqueries) 5 BIGSHAKDADDY (puratos) 6 J.A.V team romu (romu03) 7 john rebus team (leto) 8 cigognes68 (cigognes68) 9 matxenzo (sp8ree) 10 stickteam21 (stick21) Classement général 1 sebus086 (sebus086) 2 Fantasio Team (Ilfantasio) 3 badaboum (bubulle the red)

Score 217,1 216,3 215,8 215,7 214,3 212,8 211,9 210,3 209,9 209,3 4633,7 4631,0 4625,5

Pro B Les vainqueurs de la 30e journée Équipe 1 souléou (liondus) 2 pif paf team (pistol faf) 3 La Bouilllabaisse (Guaiqueries) 4 paul (ramdamp) 5 MONSTARS (Lucas) 6 TREMPLIN (mabop) 7 NOUNOURS (bop) 8 Born to run (JK29) 9 BC GUILLAUME 974 (joaquim) 10 simpson team 2 (UJAPQP29) Classement général 1 Seb57 (sebastien) 2 MONSTARS (Lucas) 3 le cirque pinder (rami12)

Score 229,4 227,8 224,8 216,8 213,3 211,5 211,0 207,6 206,4 205,7 5125,2 5124,5 5124,4

NBA Classement général final Équipe 1 Team de Patlepirate (patlepirate) 2 Brocéliande (Basketo) 3 AntiPat (klment59) 4 Big shot team (sferanec) 5 AB Team (Mun su) 6 JDA Bergensen Team (Dijonnais21) 7 stickNBA (stick21) 8 Fox Team (Sir Charles) 9 Jabbar 4Ever (The Chief) 10 daveburn (daveburn)

Score 34897,3 34851,4 34745,3 33968,2 33923,0 33896,6 33866,6 33638,1 33604,6 33552,8

petites annonces c.pelleray@norac-presse.fr

Tél. : 02.43.39.16.21

Votre annonce doit nous parvenir au plus tard le vendredi pour une parution le jeudi. Rédigez-la sur papier libre et envoyez-la avec son règlement (par chèque à l’ordre de Norac Presse ou par carte bancaire) à : Norac Presse-Petites annonces 75 bLd Marie & Alexandre Oyon B.P. 25244 72005 LE MANS CEDEX 1 1 semaine (TTC) : 5 lignes : 22,90 € 10 lignes : 44,20 € / 15 lignes : 68,60 € 3 semaineS (TTC) : 5 lignes : 53,40 € 10 lignes : 103,70 € / 15 lignes : 126,50 €

AIX MAURIENNE BASKET (Pro B) organise détection Cadets France (1ère Div.)

le Mercredi 27 avril à AIX (73) & Espoirs NM2 (91 à 93). Inscription à

ludobask@yahoo.fr ou 06.17.36.57.43


18

échos EUROPE

CHRISTOPHER YOUNG

MASTONDONTE AUX MAINS EN OR Rodolpho Molina / EB via Getty Images

Christopher Young, le pivot d’Alost (2,05 m, 31 ans, 116 kg) est le meilleur joueur à l’évaluation du championnat belge (22,0). Grâce à son incroyable réussite aux tirs : 77,2% !

EUROCUP

INVINCIBLE KAZAN ! Facile vainqueurs de Zagreb en demi-finale (87-66), les Russes ont également dominé le Cajasol Sevilla en finale (92-77), pour s’adjuger leur deuxième trophée européen, après la FIBA Europe League en 2004.

E

vgeny Pashutin (42 ans), l’entraîneur, et son frère cadet Zakhar (36 ans), le joueur, se sont longuement congratulés avant la remise du trophée. Plus loin, Terrell Lyday et Ricky Minard faisaient de même. Si les images de liesse sont communes à chaque succès, la franche camaraderie et l’esprit collectif déployé le week-end dernier par Kazan sont rares, notamment pour une escouade de grands noms. « J’apprécie vraiment d’être dans cette équipe », s’enthousiasmait le MVP de ce Final Four, Marko Popovic. Auteur du record de passes décisives en finale de la compétition (11), le meneur croate a impulsé le bon rythme et planté des banderilles assassines (4/6 en demi puis 3/7 à trois-points en finale). Néanmoins, cette récompense individuelle aurait tout aussi bien pu revenir à Terrell Lyday, sniper impeccable (21,0 pts à 55,0%, 4,0 rbds et 3,5 ints sur le F4), Kelly McCarthy, bientôt 36 ans et toujours un incroyable athlète (18,0 pts à 77,0% et 6,0 rbds au F4) ou Maciej Lampe, intérieur de destruction massive (21,0 pts à 53,0% et 9,5 rbds en 2 matches).

En Euroleague l’an prochain En demi-finale, Kazan n’a fait qu’une bouchée de Zagreb, s’appuyant sur une adresse diabolique (11/24

à trois-points) et un jeu de transition léché. De son côté, Séville profitait des ratés de la Benetton (5/27 longue distance) pour s’imposer 75 à 63, avec 16 points de Tariq Kirksay, homme multifonction. Ailier, intérieur et meneur, l’international français ultra-actif (10 pts, 5 rbds et une multitude d’aides et d’écrans), a tout tenté pour annihiler le jeu de transition de Kazan. En vain. Le Cajasol s’est enfermé dans un jeu brouillon et individualiste (1 passe décisive à la pause) et a trainé comme un boulet son premier quart-temps cauchemardesque (32-16 pour Kazan). Malgré un retour au troisième quart (55-48 à la 25e), sous l’impulsion de Bullock (15 pts) et Triguero (10 pts et 9 rbds), les troupes de Joan Plaza n’ont pas réussi à endiguer les assauts russes. Le pressing tout terrain ou la zone n’ont pas perturbé Kazan, alternant parfaitement pick & roll, shoots à trois-points (7/15) et pénétrations. Qualifié pour l’Euroleague l’an prochain, le leader du championnat russe peut légitimement ambitionner de détrôner l’hégémonique CSKA dès cette année. Et pourquoi pas de suivre l’exemple de Valence, vainqueur en 2010, à condition de garder tout ce beau monde et de renforcer le banc à l’apport faiblard (7 pts en demi, 9 en finale). n Romain MOLINA

ALI PUISSANCE 44 !

Ali Traoré n’a pu empêcher la défaite des siens à Sassari (86-85), malgré une performance de mammouth.

• 30 points à 14/16 aux tirs, 12 rebonds et 4 contres en 30 minutes ! 44 d’évaluation. L’intérieur de Rome a explosé tous ses records en Lega. Auteur des six derniers points des siens, défaits dans les dernières secondes sur des lancers-francs de Travis Diener, le Français enchaîne les prestations de choix depuis son retour dans le cinq majeur, le 27 mars à Varese. En quatre rencontres, il pointe à 18,5 points à 75%, 7,3 rebonds et 2,0 contres en quasiment 30 minutes. De quoi susciter de réels espoirs de playoffs à Rome, huitième ex-æquo, après des débuts poussifs (deux victoires en huit matches). Après un début de saison un peu difficile qui faisait suite à un Mondial décevant, Ali retrouve toutes ses qualités offensives. R.M

• Le 6 avril, malgré la défaite des Okapi Aalstar contre Liège (95-91), Young a broyé la raquette liégeoise : 30 points à 11/11, 8/8 aux lancers, 8 rebonds, 2 passes et aucune balle perdue pour 46 d’évaluation en 33 minutes ! Monsieur 100%. L’Américain, disposant d’un passeport lituanien grâce à ses grands parents maternels, n’en était pas à son coup d’essai. Le 19 mars, il passe 22 points à 8/9 et 6/6 sur la ligne avec 10 rebonds (34 d’éval) contre les Leuven Bears. Puis 31 unités à 11/12 et 9/11 aux lancers le 5 mars contre Gent (43 d’éval). Pourtant, cette prodigieuse efficacité ne fait pas de ce gentil colosse un croqueur ou un scoreur invétéré. Il n’est que le quatorzième marqueur du championnat (14,0), ne prenant que 7,0 shoots par match. Ciblé par ses adversaires, Young aime charogner sous les cercles et tirer à mi-distance. Toutefois, son champ d’action se limite à la peinture, notamment en défense. « Je sers de mur et mange du rebond », expliquait-il au journal Le Soir. Adulé par les fans pour sa simplicité, ce maître d’un chien Golden Retriever nommé Stella, « comme la bière », espère que les siens, actuellement seconds, puissent titiller l’indéboulonnable Charleroi.

R.M.


19

PORTRAIT

MIKE BATISTE (PANATHINAIKOS)

THE BEAST* ! Une bête ! Son physique est celui d’un déménageur. Sa rage de vaincre au dunk n’a d’égal que son talent de basketteur. Après des années à courir après la NBA, Mike Batiste (2,04 m, 33 ans) s’est posé au Panathinaikos en 2003. Et l’Américain n’a plus quitté le club depuis.

Une statue à son effigie ?

M

décisif lors de la finale d’Euroleague contre le CSKA en 2007, un tir en reculant, à 4-5 mètres du panier, sur la tête de trois adversaires. Cette saison, si le Pana a éliminé Barcelone, c’est en grande partie grâce à son 6e homme de luxe (12,3 pts et 14,5 d’éval). Un personnage incontournable d’Euroleague.

La course à la NBA Batiste a un palmarès plus long que la circonférence de ses biceps. 7 titres de champion de Grèce (2004 à 2010), 5 Coupes nationales (2005 à 2009) et 2 Euroleague (2007 et 2009). Grâce au Pana. Avant Athènes, Mike menait une carrière décousue, courant désespérément derrière un rêve qui semblait le narguer : la NBA. Quand il sort de l’université d’Arizona State en 1999, Michael James Batiste, né à Long Beach en Californie, le 23 septembre 1977, voit ses espoirs de grande ligue s’étioler : il n’est pas drafté. « Il manque de taille pour jouer power forward et il ne peut pas être shooting forward à temps plein », peut-on lire dans un rapport de scout de l’époque. Mike s’apprête à s’engager avec Trieste avant que le club italien ne le renvoie chez lui, la faute à un problème de genou.1999-00, année blanche. Une carrière qui ne décolle pas. L’été, il repart dans sa quête de NBA avec une summer league pour Milwaukee. Il sera

« Qui aime le basket aime aussi Mike » Zeljko Obradovic

Batiste dispute 75 matches NBA avec les Grizzlies pour des moyennes honorables (6,4 pts et 3,4 rbds en 17’). Mais l’été arrive, portant avec lui le même refrain : la summer league, encore, pour gagner sa place, encore. Sans doute fatigué de suer et de courir après une chimère, Mike met les voiles, direction Athènes. Nous sommes en 2003. Il se pose enfin, à 26 ans. Huit ans plus tard, il n’a pas bougé. Huitième saison au Pana. « La Bête » a séduit toute une ville. Une pétition a récemment été envoyée aux dirigeants du club afin qu’une statue à l’effigie de l’Américain soit construite lorsqu’il se retirera des parquets. La suite logique voudrait qu’il prenne sa retraite à Athènes, où il émargeait l’an dernier à 1,5 million d’euros la saison – il aurait refusé à l’été 2010 une offre de 4 millions d’euros sur 2 ans du Real. « Après ma première année à Athènes, j’ai pensé que la meilleure option pour moi était de rester ici. J’ai reçu plusieurs offres en NBA mais la situation n’était pas bonne. Après la deuxième saison les gens ont commencé à croire en moi. Mes coéquipiers me traitent comme un frère et me font me sentir à Athènes comme à la maison. Je voudrais terminer ma carrière ici. » Un discours à l’image du bonhomme. La qualité qu’il apprécie le plus chez les autres ? « La loyauté. » La Bête a trouvé sa belle, et elle s’appelle Athènes. n (* La bête)

Yorgos Matthaios/EB via Getty Images

Yorgos Matthaios/EB via Getty Images

Par Yann CASSEVILLE

ichael Jordan était « His Airness ». Mike Batiste n’est évidemment pas un basketteur du même calibre que MJ, son idole, mais lui aussi porte et mérite son surnom. Batiste est « The Beast ». La bête. Tapez « Batiste Ozbolt » dans le moteur de recherche sur le site YouTube et vous comprendrez. En novembre dernier en Euroleague, Ljubljana accueille le Panathinaikos. Le pivot des Grecs part au lay-up, Saso Ozbolt se place pour provoquer le passage en force. Courageux. Suicidaire même. Batiste le char d’assaut, Batiste le panzer US ne s’arrête pas. Genou en avant il escalade le Slovène – qui s’étale de tout son long – mais rate son tir. Alors que Ljubljana part en contre, Mike écrase la tête d’Ozbolt contre le parquet d’un violent coup de pied. Sur le parquet, la bête est… bestiale ! Quand elle prend un rebond, elle l’arrache férocement. Quand elle marque un panier, elle exulte. En Euroleague, son record de passes est de seulement 4. Car balle en main, le gaillard enfonce son visà-vis et arrive quasiment toujours sous le cercle. Mais Batiste n’est pas qu’une bête, il est aussi un monstre technique. Après sa faute antisportive contre Ozbolt, son coach Zeljko Obradovic l’a défendu : « Tout le monde connaît Mike, et qui aime le basket aime aussi Mike. » Un formidable joueur qui répond présent dans les moments importants. En témoigne son turn around jumper

drafté… en ABA. À l’automne, Mike débute finalement sa carrière en Belgique, à Charleroi. Il retente sa chance à la ligue d’été des Bucks, en vain, et le voilà reparti pour une saison d’exil, en Italie cette fois, à Biella. L’été 2002, Mike continue de s’échiner en summer league, avec les Clippers pour changer. L.A. le laisse libre à quelques jours du début de la saison, mais il trouve finalement preneur : Memphis, pour un an et moins de 350.000 dollars. Salaire minimum. Le prix du rêve.


LA GAZETTE DES

PLAYOFFS

20

LesChiffres

Victoire surprise des Hornets de Chris Paul face aux Lakers de Kobe Bryant lors du Game 1.

3

Oklahoma est devenu la troisième équipe dans l’histoire de la NBA à compter un joueur à 40 points (Kevin Durant, 41) et un autre à 30 (Russell Westbrook, 31) dans un match d’ouverture de playoffs.

7

Lors du Game 1 à L.A., Chris Paul a capté 7 rebonds. Une performance somme toute ordinaire mais qui mérite une mise en perspective. CP3 (1,83 m) a pris autant de rebonds que Pau Gasol (2,13 m) et Lamar Odom (2,08 m) !

13

Noah Graham/NBAE via Getty Images

Le nombre de lancers-francs réussis et tentés par Dirk Nowitzki dans le seul quatrième quart-temps du Game 1 face aux Blazers. Depuis 15 ans, pas un seul joueur n’en avait réussi autant dans le money-time. L’intérieur des Mavs n’avait pas obtenu un seul lancer dans les trois quart-temps précédents.

L.A. LAKERS 0 – NEW ORLEANS 1

EXCÈS DE CONFIANCE Médiocres en fin de saison régulière, les Lakers devaient se transformer en machine de guerre pour les playoffs. Les pauvres Hornets allaient juste servir de sparring partner. Sauf que Chris Paul n’était pas du tout d’accord.

«

On va peut-être revenir aux séries à trois matches, tant les Hornets risquent de vouloir abandonner quand ils seront menés 3-0 ! » Sur ESPN Radio, le matin de ce premier match entre Los Angeles et la Nouvelle-Orléans, le présentateur est de bonne humeur. En Californie, on ne doute pas : les Lakers ne vont faire qu’une bouchée de leurs adversaires, privés de leur meilleur marqueur David West, blessé au genou. La fête foraine s’est installée en face du Staples Center, Matt Barnes sort sa somptueuse nouvelle coupe Mohawk, les fans arrivent au match avec 15 minutes de retard. Bref, tout allait bien en ce dimanche matin à Los Angeles. Jusqu’à ce que le match ne commence. « La plupart des gens nous voyaient déjà battu avant le Game 1 », avouait Carl Landry, l’intérieur des Hornets. Sauf que voilà, avec une véritable démonstration de basket, Chris Paul en avait décidé autrement. 33 points, 14

passes, 7 rebonds, CP3 permet à son équipe de créer la surprise en venant remporter le premier match de la série, sur le parquet des Lakers, 109-100. « La performance de Chris Paul devrait être gravée sur DVD, et montrée dans les camps de basket pour l’éternité, » écrivait Bill Simmons, journaliste chez ESPN, sur Twitter. Parfait gestionnaire pendant les trois premiers quart-temps, permettant à son équipe d’être toujours devant, Paul se transforme en scoreur dans la dernière période. 17 points à lui tout seul dans ces 12 dernières minutes, dont deux shoots complétement clutchs sur Pau Gasol et Derek Fisher, et voilà le meneur de retour sur le devant de la scène : « J’ai lutté toute la saison, à essayer de trouver mes spots de prédilection. Mais maintenant on est en playoffs. C’est une énergie complètement différente. » Après seulement un match, les doubles champions en titre se retrouvent donc déjà sous pression. Si Kobe Bryant (34 pts à 13/26)

et Ron Artest (16 pts, 11 rbds) réussissent leur premier match, le gros point d’interrogation porte sur la raquette. Pau Gasol (8 pts à 2/9) complètement perdu, Lamar Odom qui ne prend qu’un rebond, Andrew Bynum qui revient doucement de blessure… Syndrome des grosses équipes, le doute s’installe très vite après une défaite. « Quand je regarde la personnalité de notre équipe, je me dis que c’est une bonne chose pour nous, de se faire remettre en place comme ça », expliquait Odom après le match. Même constat du côté de Gasol : « Je suis déçu, bien sûr. Mais aussi étonné, surpris. On est les seuls responsables de ce résultat. » Les egos maintenant bien dégonflés, tout Los Angeles attendait une réaction mercredi soir (hors délais de bouclage) pour remettre les Lakers dans le bon sens avant d’aller en Louisiane. Pour le prétendant numéro un au titre, c’est bien la moindre des choses. n Rémi REVERCHON, à Los Angeles

14-0

C’est le bilan des Lakers cette saison lorsque Kobe Bryant prend 15 shoots ou moins dans un match. Dimanche, le MVP 2008 a pris 26 shoots et son équipe a perdu. Quand Bryant prend au moins 25 shoots, L.A. est à 9v-9d. À bon entendeur...

47

Pour tenter de compenser une adresse extérieure médiocre (40%), les Spurs ont obtenu 47 lancers-francs lors du Game 1 face à Memphis. À l’origine de ce record de saison, Georges Hill et Tony Parker, maladroits aux tirs (6/23 en cumulé), ont converti 23 de leurs 29 tentatives, faisant mieux que tous les Grizzlies réunis (21/33). Ça n’a pas suffi.

1983-84

La nuit de dimanche restera dans l’histoire des playoffs NBA. C’était la première fois depuis la saison 1983-84 et le passage aux playoffs à 16 équipes que les équipes qualifiées en première et seconde position au sein d’une même conférence (Spurs et Lakers) perdaient leur premier match.

S.H.


21 DALLAS 1 – PORTLAND 0

SAN ANTONIO 0 – MEMPHIS 1

GOOD OLD KIDD ! DÉPUCELÉS ! J

ason Kidd est décidément éternel. Il a géré la saison régulière comme un sénateur, parfois discret, se contentant de faire jouer. Mais le deuxième meilleur passeur de l’histoire de la ligue (derrière John Stockton) est encore capable de changer le cours d’un match. Lors d’un Game 1 extrêmement disputé, avec des Blazers clairement en position de venir voler une victoire, Kidd a sorti la plus grosse performance de sa saison : 24 points à 6/10 à trois-points ! « Les coaches

veulent que je sois plus agressif », racontait le numéro 2 des Mavs après la rencontre. « On sait tous que Dirk et Terry sont des joueurs portés sur l’attaque, capables de scorer. Mais en playoffs, il faut trouver d’autre gars capables d’être dangereux. Je sais que les autres équipes vont souvent me laisser ouvert, donc il faut que je sois capable de rentrer mes shoots. » Et pour le coup, quelle réussite ! Alors que Mark Cuban, propriétaire fantasque des Mavericks, passe le quatrième quart-temps à s’arracher

les cheveux, Kidd et Nowitzki (28 pts, 10 rbds) permettent à Dallas de remporter le premier match, 89-81. Résultat qui fait dire à John Canzano, journaliste pour The Oregonian, quotidien de Portland : « Jason Kidd n’est pas lent, il ne demande pas à sortir comme le ferait tout joueur de 38 ans. C’est Benjamin Button ! » Cette série est en tout cas bien lancée et pourrait durer, avec des Blazers qui ont prouvé leur envie de victoire. Nicolas Batum, solide sur ce premier match (14 points, 4 passes), peut sans doute apporter encore plus. Coté Dallas, les Frenchies ont tout à prouver. Rodrigue Beaubois, légèrement touché au pied, a suivi le premier match en costume. Ian Mahinmi, lui, n’a pas joué une seconde. n Rémi REVERCHON, à Los Angeles

• En Shane Battier, Memphis s’est peut-être bien trouvé un Robert Horry version contemporaine. Un vétéran gentleman, même dégaine et même capacité à rentrer les shoots cruciaux. Lors du Game 1 face aux Spurs, c’est un trois-points à 20 secondes de la fin qui offre aux Grizzlies un petit moment d’histoire : pour la première fois en 16 ans d’existence, la franchise décroche enfin une victoire en playoffs, 101-98. Battier et Gasol (Memphis) Après 3 sweeps consécutifs concédés au premier tour ! « Quelque part, c’est agréable de se débarrasser de ça », rigolait Lionel Hollins, coach de Memphis, après le match. « Ça m’ennuyait déjà, à l’avance, de devoir répondre à vos questions sur une nouvelle défaite en playoffs ! » Du coup San Antonio, numéro un à l’Ouest, tombe donc d’entrée. Touché au coude, Manu Ginobili, qui semblait pourtant remis, n’a pas joué. Un choix de Gregg Popovich : « Vous savez très bien qu’il m’en veut. Vous savez très bien qu’il voulait être sur le parquet. Mais c’est ma décision. » Forcément refroidi par ce résultat, le coach des Spurs n’était pas d’humeur à disserter après la rencontre… À Tony Parker et compagnie de réagir dès le Game 2 (mercredi soir, hors délais de bouclage). R.R.

Jonathan Daniel/Getty Images

38 ans, 17 saisons NBA, 122 matches de playoffs à son C.V., et Jason Kidd peut encore faire mal ! Ses 24 points dans le Game 1 face à Portland ont été déterminants. Reste à savoir s’il pourra durer.

OKLAHOMA CITY 1 – DENVER 0

1

0

8

1

4

1

7

0

3

1

6 2 7

Playoffs 0 0

1

Russell Westbrook (Thunder)

• Pour la première fois de son histoire, le Thunder attaque une série de playoffs en position de favori. Et grâce à son duo explosif, Durant-Westbrook, Oklahoma City a tout pour s’en sortir. Lors du premier match, les deux hommes ont combiné 72 points : 41 pour Kevin Durant, 31 pour Russell Westbrook ! Un record personnel de playoffs pour chacun. Une stat qui plaît évidemment au public de « Loud City », la ville bruyante – surnom acquis l’an passé, lors de la série face aux Lakers. Mais au-delà de l’aspect purement statistique, c’est le leadership des deux hommes qui donne espoir au Thunder pour la suite des événements. Entre un Durant enfin expressif, et un Westbrook décisif dans le money-time, à l’image de ce dernier lancer-franc réussi à 5 secondes du buzzer du premier match, le duo semble profiter de sa première expérience en playoffs l’an passé. « C’est pour ça qu’ils reçoivent un bon paquet de dollars », commentait, lucide, Kendrick Perkins. « Parce qu’ils sont énormes les soirs comme ça. » R.R. Dilip Vishwanat/Getty Images

Ronald Martinez/Getty Images

72 À DEUX !


LA GAZETTE DES

PLAYOFFS

22 BOSTON 1 - NEW YORK 0

QUI EST LE LEADER ? Amaré Stoudemire avait la victoire au bout des doigts à Boston. Carmelo Anthony ne lui a pas laissé le soin d’en profiter.

«

Stoudemire oublié face aux Celtics de Garnett.

0

Pendant que Dwight Howard enfilait les paniers comme des perles (46 points à 16/23), ses deux ministres de l’intérieur rendaient une copie nulle et vierge. Transparents, Brandon Bass (0/4) et Ryan Anderson (0/2) confirmaient l’idée qu’Orlando n’a certainement pas le matos nécessaire dans la raquette pour briller en playoffs.

8

Les points marqués par les quatre remplaçants des Celtics lors de la première levée à BeanTown. Jeff Green (4 points) et Nenad Krstic (0 point) ont raté leur première sortie de playoffs sous leur nouveau maillot, Glen Davis s’est troué dans les grandes largeurs (2 points, 1/8). Sans conséquence cette fois pour les C’s. Ce ne sera pas toujours le cas…

Brian Babineau/NBAE via Getty Images

Nous aurions dû gagner ce match. » Mike D’Antoni risque de longtemps regretter la gestion douteuse des ultimes possessions du Game 1. Avec 12 points d’avance à la pause et une défense enfin efficace (39 points encaissés à la mi-temps), les Knicks avaient posé une main sur ce premier duel. C’était avant le réveil de Jermaine O’Neal (12 points à 100%, 4 rebonds, 4 contres), les approximations tactiques des New-Yorkais et le tir assassin de Ray Allen à 12 secondes du buzzer. « Ils n’ont rien fait de spécial », maugréait Melo, auteur d’un exécrable 1/11 aux tirs en deuxième période. « Ils ont gagné le Game 1 sur leur parquet. Ils ont fait ce qu’ils étaient supposés faire. » Tout l’inverse des Knicks et de leur ailier vedette, incapables de s’en remettre à Amaré Stoudemire (28 points, 11 rebonds) dans le money-time. Impérial face à Garnett au début du dernier acte (12 points à 6/7 sur les 9 premières minutes du quart temps), l’intérieur ne recevait plus aucune munition lors des trois dernières minutes. «Je pense que nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir pour amener la balle jusqu’à Amaré », osait pourtant Melo. « Cette soirée était la sienne. Il est le gars par lequel nous voulons passer quand il est à ce niveau. » Las, l’ex-Nugget n’a pas joint le geste à la parole. Dans les 55

LesChiffres

dernières secondes, le All-Star manquait un premier triple, commettait une faute offensive puis sabrait l’ultime opportunité en précipitant un nouveau shoot à huit mètres. Avec trois secondes sur l’horloge et deux points de débours, Stoudemire ne pouvait qu’espérer capter un improbable rebond offensif. « Je suppose que nous n’avons tout simplement pas pu lui donner le ballon », regrettait diplomatiquement Mike D’Antoni. « Notre plan de jeu n’était pas de passer à côté d’Amaré, c’est simplement ce qui est arrivé ». Critiqué par la presse de Big Apple pour ne pas

avoir ordonné des systèmes à l’attention de son power forward, le technicien refusait de se réfugier derrière l’individualisme d’Anthony. « Je ne vais jeter personne sous les roues du bus. » Même son de cloche chez Stoudemire, bien conscient qu’une tension naissante n’apporterait rien de bon aux Knicks. « La balle était du côté de Carmelo et il était ouvert. Nous sommes à l’aise avec l’idée que Carmelo prenne le tir à la fin. Il a fait cela tout au long de sa carrière et si le ballon était venu à moi, cela aurait été la même chose. » Avec une issue différente ? n Jérémy BARBIER

9

Le nombre de shoots tentés et manqués par Derrick Rose derrière l’arc au Game 1. Comme Chicago s’est imposé et que le meneur a par ailleurs récité une partition de MVP (39 points, 6 passes, 6 rebonds), personne n’osait lui reprocher cette faillite passagère.

14

Les rebonds captés par LeBron James au Game 1, son record cette saison sous le maillot du Heat. Un chiffre crucial selon D-Wade. « LeBron n’était pas très

CHICAGO 2 – INDIANA 0

Marc Serota/Getty Images

UN TRAITEMENT DE MVP ?

Jonathan Daniel/Getty Images

Les 21 lancers accordés à Derrick Rose au Game 1 ont sauvé les Bulls sur le fil. • « Personne ne joue selon les règles en playoffs », prévenait coach Vogel avant le premier déplacement de sa troupe à Chicago. « Sur la route, vous n’obtenez pas les coups de sifflet. » Plus que les fautes provoquées par les deux formations (52 pour Chicago, 45 par Indiana), le nombre de lancers (66 contre 44) accréditait cette thèse. Attiré par le cercle comme un aimant, Derrick Rose terminait le Game 1 avec quatre lancers de plus que tous les Pacers réunis (11/17). « Le fait qu’il se rende 21 fois sur la ligne prouve toute son agressivité », estimait Tom Thibodeau. « Il aurait même probablement pu y aller un peu plus. » Une version évidemment niée par le camp adverse. Interrogé sur le sujet, Vogel se mordait les lèvres pour ne pas déraper. « Je ne sais pas si je suis autorisé à répondre à cette question… La règle dit que si vous sautez droit et qu’un joueur vous rentre dedans, il ne devrait pas y avoir de coup de sifflet. » D-Rose est-il favorisé par les officiels ? Les images n’abondent pas forcément dans ce sens. En saison régulière, le futur MVP n’avait d’ailleurs shooté qu’une seule fois plus de vingt lancers au cours du même match, le 18 mars dernier contre…Indiana (18/21). J.B.

adroit (ndlr : 4/14) mais il a trouvé un moyen d’aider son équipe. C’est tout ce qui compte à cette période de l’année. »

19

Le différentiel de points marqués sur la ligne entre le Heat (31/39 aux lancers) et les Sixers (12/15). Battu sur le fil en ouverture, Doug Collins préférait en rire. « Je pourrais parler de cet écart mais si je le fais, mes petits-enfants perdront leurs économies pour l’université. »

J.B.


23 ORLANDO 0 – ATLANTA 1

SUPERMAN NE SUFFIRA PAS A

vec 46 points à 69,0% de réussite et 19 rebonds dont 6 offensifs, Dwight Howard

n’imaginait certainement pas quitter l’Amway Center avec une défaite dans la besace. En ordonnant à ses joueurs de ne pas

J. Meric/Getty Images

Dwight Howard bien seul face aux Hawks.

1

2

8

0

4

0

7

1

3

1

6 2 7

Playoffs 0 2

0

prendre à deux le pivot du Magic, Larry Drew savait qu’il exposait sa défense au festival offensif du meilleur défenseur NBA. Un pari risqué ? Tout l’inverse puisque en playoffs, le Magic présente un bilan négatif lorsque sa star marque 30 points ou plus (3v-4d). Sans jamais vraiment chercher à gêner Howard, les Hawks ont parfaitement respecté le plan de jeu du coach rookie, dominant chaque duel individuel. L’alternance entre la puissance de Superman et le secteur extérieur ? Inexistante, tuée dans l’œuf par des Hawks parfaitement placés sur la route des snipers du Magic. Même le coup de chaud de Jameer Nelson – 20 points dans le seul troisième quart, record de franchise – n’a pas propulsé Orlando aux commandes ! Derrière l’axe meneur-pivot, les sept joueurs utilisés par Stan Van Gundy ont cumulé 20 petits points (8/34 aux tirs), quatre de moins que Jamal Crawford, la première rotation des Hawks. Hedo Turkoglu (2/9) et Jason Richardson (2/8) ont joué à contretemps, les remplaçants Arenas et Redick n’ont pas pesé sur la rencontre. « Nous devons trouver un moyen pour impliquer un peu plus les autres gars dans le match », constatait Van Gundy. « Évidemment, ils doivent mettre les shoots qu’ils obtiennent. Nous n’allons pas y arriver avec deux gars. » Surtout si Atlanta continue d’attaquer à l’unisson. Dans le sillage d’un Joe Johnson impeccable (25 points, 5 rebonds, 5 passes), les Hawks ont trouvé une contribution à chaque poste (5 joueurs à 13 points ou plus). Sans forcer leur talent (51,4% de réussite). n Jérémy BARBIER

Marc Serota/Getty Images

La défaite du Magic au Game 1 a mis en évidence les limites du supporting cast. Starters et role players doivent se mettre au niveau de leur leader.

MIAMI 2 – PHILADELPHIA 0

BOSH AU RENDEZ-VOUS L’intérieur avait encore tout à prouver en playoffs. Ses deux double-double ont parfaitement lancé le Heat dans la série. • Il n’avait plus joué un match de postseason depuis trois ans, fessé à l’époque par le Magic de Dwight Howard. Son bilan en carrière ? Deux séries disputées (2007, 2008), huit défaites et seulement trois petits succès, une expérience bien maigrelette en comparaison des prouesses réalisées par James et Wade depuis les débuts professionnels des Three Amigos. Souvent considéré comme la troisième roue du carrosse à Miami, l’exRaptor a prouvé qu’il serait bien plus que le facteur X du Heat au printemps. Pendant que James et Wade se débattaient dans la défense des Sixers au Game 1 (10/27 aux tirs), CB assurait le gros du travail (25 points, 12 rebonds) et amorçait le come-back des siens après un premier quart très mal négocié. « Il est le joueur le plus important de notre équipe », assurait James après cette première victoire. « Quand il joue de manière agressive, qu’il shoote bien et qu’il prend des rebonds, nous sommes une très très bonne équipe. » « Il y aura des matches ou il sera celui qui nous montre le chemin », poursuivait Wade. Une prémonition confirmée dès le Game 2 (21 points à 9/13, 11 rebonds). Mis en confiance par une défense excellente sur le râble d’Elton Brand, Bosh, agressif comme jamais, n’en finissait plus de réclamer la gonfle sous le cercle. « Normalement, quand j’attaque, de bonnes choses arrivent pour moi et l’équipe. » Thaddeus Young, maltraité comme Brand, ne pouvait que confirmer. « Il est vraiment dur à défendre. Cela va être difficile de jouer contre un gars comme lui chaque soir. » J.B.


24 1 - CHICAGO BULLS (62-20)

Joueur Derrick Rose Carlos Boozer Luol Deng Joakim Noah Kyle Korver Taj Gibson Ronnie Brewer C.J. Watson Keith Bogans Kurt Thomas Omer Asik Rasual Butler Brian Scalabrine John Lucas James Johnson* Total

MJ 81 59 82 48 82 80 81 82 82 52 82 6 17 2 13 82

Min 37 32 39 33 20 22 22 13 18 23 12 4 5 5 10 -

Tirs 711-1597 431-845 531-1155 211-402 242-557 234-502 205-427 146-394 124-307 95-186 78-141 6-11 10-19 1-3 17-41 3042-6587

2 - MIAMI heat (58-24)

Joueur LeBron James Dwyane Wade Chris Bosh Udonis Haslem Mike Bibby Eddie House Mario Chalmers James Jones Mike Miller Zydrunas Ilgauskas Erick Dampier Juwan Howard Joel Anthony Jamaal Magloire Dexter Pittman Carlos Arroyo* Jerry Stackhouse* Total

MJ 79 76 77 13 22 55 70 81 41 72 51 57 74 18 2 49 7 82

Min 39 37 36 27 26 18 23 19 20 16 16 10 20 9 6 20 7 -

Tirs 758-1484 692-1384 524-1056 44-86 55-126 128-322 155-388 146-346 81-202 162-319 52-89 55-125 53-99 13-22 1-3 109-238 3-12 3031-6301

% 44,5 51,0 46,0 52,5 43,4 46,6 48,0 37,1 40,4 51,1 55,3 54,5 52,6 33,3 41,5 46,2

3pts LF 128-385 476-555 - 171-244 115-333 253-336 0-1 139-188 120-289 77-87 1-8 100-148 6-27 87-133 44-112 69-93 90-237 21-32 1-1 20-32 73-145 4-7 0-5 0-1 0-2 2-9 6-13 511-1415 1492-2008

Rb 4,1 9,6 5,8 10,4 1,8 5,7 3,2 1,1 1,8 5,8 3,7 0,2 0,5 1,8 44,2

Pd 7,7 2,5 2,8 2,2 1,5 0,7 1,7 2,3 1,2 1,2 0,4 0,4 0,5 1,1 22,3

In 1,0 0,8 1,0 1,0 0,4 0,5 1,3 0,7 0,5 0,6 0,2 0,2 0,6 7,2

Co 0,6 0,3 0,6 1,5 0,2 1,3 0,3 0,1 0,1 0,8 0,7 0,2 0,7 5,7

Bp 3,4 2,5 1,9 1,9 0,7 0,9 0,7 0,9 0,5 0,8 0,8 0,3 0,3 1,4 13,5

Pts 25,0 17,5 17,4 11,7 8,3 7,1 6,2 4,9 4,4 4,1 2,8 2,7 1,2 1,0 3,2 98,6

% 51,1 50,0 49,6 51,2 43,7 39,8 39,9 42,2 40,1 50,8 58,4 44,0 53,5 59,1 33,3 45,8 25,0 48,1

3pts LF 92-279 503-663 63-206 494-652 6-25 384-471 16-20 40-88 10-16 68-175 38-40 83-231 54-62 123-287 60-72 43-118 23-34 0-1 36-46 0-1 24-44 29-35 47-73 9-18 28-64 28-35 1-4 5-7 547-1479 1760-2288

Rb 7,5 6,4 8,3 8,2 2,2 1,7 2,1 2,0 4,5 4,0 3,5 2,1 3,6 3,4 1,5 1,6 1,0 42,1

Pd 7,0 4,6 1,9 0,5 2,5 1,1 2,5 0,5 1,2 0,4 0,4 0,4 0,3 0,2 2,0 0,4 20,0

In 1,6 1,5 0,8 0,5 0,5 0,6 1,1 0,4 0,5 0,3 0,3 0,2 0,1 0,2 0,3 6,6

Co 0,6 1,1 0,6 0,2 0,1 0,1 0,1 0,2 0,0 0,8 0,9 0,1 1,3 0,1 0,0 0,3 5,3

Bp 3,6 3,1 1,8 1,1 1,5 0,5 1,3 0,3 1,0 0,7 0,6 0,4 0,5 0,3 1,0 0,9 0,3 13,2

Pts 26,7 25,5 18,7 8,0 7,3 6,6 6,4 5,9 5,6 5,0 2,5 2,4 2,1 1,9 1,0 5,6 1,7 102,1

3pts LF 111-297 386-449 168-378 193-219 1-5 187-217 2-15 195-265 10-43 75-132 8-27 50-63 73-131 60-80 12-33 13-15 0-1 29-43 18-67 32-38 1-10 11-13 3-5 11-12 5-10 2-5 23-40 63-192 33-40 4-21 39-57 34-54 2-10 5-8 0-5 6-12 2-2 408-1119 1459-1895

Rb 5,4 3,4 8,9 5,5 4,3 3,3 4,8 5,3 1,6 3,7 0,9 2,2 1,5 0,8 8,1 1,6 2,3 2,9 2,0 0,6 1,2 38,8

Pd 3,2 2,7 2,4 1,2 11,2 0,7 0,7 0,3 2,7 0,5 0,6 0,4 1,7 0,2 0,8 1,9 1,3 0,5 0,4 0,4 0,2 23,4

In 1,0 1,0 1,4 1,0 2,2 0,5 0,4 0,4 0,8 0,1 0,3 0,5 0,5 0,3 0,2 0,5 0,8 0,4 0,1 0,3 8,2

Co 0,6 0,2 0,8 0,4 0,2 0,6 1,1 0,3 0,4 1,2 0,1 0,1 0,9 0,1 0,4 0,6 0,3 0,8 4,2

Bp 2,2 1,5 1,6 1,1 3,4 0,9 1,5 1,0 1,2 1,1 0,4 0,4 1,1 0,4 2,0 1,2 0,8 0,9 0,2 0,6 0,5 13,6

Pts 18,9 16,5 14,9 11,7 10,6 9,8 9,2 9,1 5,6 5,4 3,3 2,6 2,4 1,8 7,2 7,1 5,5 4,1 2,3 1,9 1,5 96,5

3pts LF 0-7 546-916 127-330 61-87 119-297 130-162 86-213 80-120 0-2 190-233 134-340 95-117 87-219 112-128 50-182 64-86 42-146 33-44 0-5 22-37 13-52 14-25 1-2 27-78 56-75 44-120 34-45 34-87 3-6 12-18 7-23 770-2101 1453-2101

Rb 14,1 4,0 3,0 4,6 5,6 5,6 1,9 2,4 3,2 2,5 1,1 1,9 4,1 4,2 2,6 4,7 1,5 43,2

Pd 1,4 2,0 6,0 5,1 0,8 0,8 1,7 3,2 0,7 0,2 2,4 0,2 2,9 1,2 0,5 0,7 1,6 20,0

In 1,4 1,2 1,0 1,0 0,4 0,5 0,5 0,9 0,4 0,2 0,3 0,1 0,9 0,9 0,5 0,3 0,5 6,7

Co 2,4 0,2 0,0 0,4 0,7 0,6 0,1 0,2 0,1 0,5 0,0 0,2 0,1 0,4 0,2 0,8 4,7

Bp 3,6 1,2 2,6 1,8 1,3 0,8 0,9 2,2 0,6 0,8 1,2 0,2 1,6 1,4 0,7 0,7 0,7 14,4

Pts 22,9 13,9 13,1 11,4 11,2 10,8 10,1 8,0 4,4 4,1 2,6 1,4 15,1 12,2 6,7 4,0 2,2 99,2

3pts LF 89-300 195-243 51-154 229-316 2-4 150-188 119-349 222-260 37-110 147-174 32-76 14-21 18-48 77-97 - 135-179 0-1 36-45 2-10 40-56 12-15 0-1 3-3 1-1 27-41 1-1 2-10 113-256 29-46 28-89 24-28 9-27 4-6 502-1427 1346-1728

Rb 4,0 8,5 9,3 1,7 4,8 2,2 1,5 4,2 2,5 1,8 1,8 1,0 2,1 1,5 2,6 1,8 1,8 39,3

Pd 4,7 3,3 3,4 3,2 1,4 3,2 2,0 0,7 0,4 0,8 0,2 0,7 0,5 0,4 3,6 0,6 0,9 22,0

In 0,7 1,3 0,8 0,8 0,5 0,8 0,7 0,4 0,1 0,5 0,1 0,3 0,2 0,3 0,7 0,3 0,2 6,1

Co 0,1 1,6 1,0 0,2 0,4 0,3 0,4 0,3 0,1 0,2 0,3 0,2 0,5 0,1 0,1 4,2

Bp 2,0 2,6 1,5 1,9 1,0 1,5 0,9 0,9 1,0 0,4 0,4 1,0 0,5 0,3 1,2 0,3 0,9 12,8

Pts 18,2 16,5 15,3 14,2 10,4 8,6 5,2 4,4 4,1 3,6 2,5 2,3 2,0 1,4 9,4 4,5 4,2 95,0

3 - BOSTON CELTICS (56-26)

Joueur Paul Pierce Ray Allen Kevin Garnett Glen Davis Rajon Rondo Jeff Green Shaquille O’Neal Nenad Krstic Delonte West Jermaine O’Neal Von Wafer Troy Murphy Carlos Arroyo Aleksandar Pavlovic Kendrick Perkins* Nate Robinson* Marquis Daniels* Semih Erden* Luke Harangody* Avery Bradley* Chris Johnson* Total

MJ 80 80 71 78 68 26 37 24 24 24 56 17 15 17 12 55 49 37 27 27 4 82

Min 35 36 31 30 37 24 20 23 19 18 10 11 13 9 26 18 19 14 9 6 8 -

Tirs 507-1021 480-978 434-822 359-801 318-670 98-202 134-201 79-147 55-120 50-109 67-159 16-38 11-35 12-26 32-59 146-361 114-232 58-97 28-71 23-67 2-3 3023-6219

% 49,7 49,1 52,8 44,8 47,5 48,5 66,7 53,7 45,8 45,9 42,1 42,1 31,4 46,2 54,2 40,4 49,1 59,8 39,4 34,3 66,7 48,6

4 - ORLANDO magic (52-30)

Joueur Dwight Howard Jason Richardson Jameer Nelson Hidayet Turkoglu Brandon Bass Ryan Anderson J.J. Redick Gilbert Arenas Quentin Richardson Earl Clark Chris Duhon Malik Allen Vince Carter* Rashard Lewis* Mickaël Piétrus* Marcin Gortat* Jason Williams* Total

MJ 78 55 76 56 76 63 59 49 56 33 49 17 22 25 19 25 15 82

Min 38 35 31 34 26 23 26 22 17 12 16 10 30 32 22 16 11 -

Tirs 619-1044 289-666 374-838 237-529 332-645 226-523 197-447 139-404 87-255 56-127 49-129 11-31 125-266 113-270 45-115 44-81 13-38 2956-6408

% 59,3 43,4 44,6 44,8 51,5 43,2 44,1 34,4 34,1 44,1 38,0 35,5 47,0 41,9 39,1 54,3 34,2 46,1

5 - ATLANTA HAWKS (44-38)

Joueur Joe Johnson Josh Smith Al Horford Jamal Crawford Marvin Williams Kirk Hinrich Jeff Teague Zaza Pachulia Josh Powell Damien Wilkins Etan Thomas Pape Sy Jason Collins Hilton Armstrong Mike Bibby* Maurice Evans* Jordan Crawford* Total

SAISON régulière

STATS CUMUlées

MJ 72 77 77 76 65 24 70 79 54 50 13 3 48 11 56 47 16 82

Min 35 34 35 30 29 29 14 16 12 14 6 7 12 7 30 18 10 -

Tirs 514-1161 497-1041 513-921 368-874 246-537 80-185 133-304 107-232 94-208 69-137 10-21 2-6 34-71 6-12 192-441 79-201 27-77 2971-6429

% 44,3 47,7 55,7 42,1 45,8 43,2 43,8 46,1 45,2 50,4 47,6 33,3 47,9 50,0 43,5 39,3 35,1 46,2

6 - NEW YORK KNICKS (42-40)

Joueur Carmelo Anthony Amaré Stoudemire Chauncey Billups Toney Douglas Landry Fields Shawne Williams Bill Walker Anthony Carter Derrick Brown Ronny Turiaf Shelden Williams Roger Mason Jared Jeffries Andy Rautins Renaldo Balkman Raymond Felton* Wilson Chandler* Danilo Gallinari* Anthony Randolph* Timofei Mozgov* Total

MJ 27 78 21 81 82 64 61 19 8 64 19 26 24 5 3 54 51 48 17 34 82

Min 36 37 32 24 31 21 13 16 11 18 11 12 19 5 6 38 34 35 8 13 -

Tirs 247-536 744-1483 104-258 314-753 299-602 164-385 104-236 35-76 12-18 103-163 21-41 26-77 19-50 3-7 1-4 339-801 328-712 211-509 14-45 52-112 3140-6868

% 46,1 50,2 40,3 41,7 49,7 42,6 44,1 46,1 66,7 63,2 51,2 33,8 38,0 42,9 25,0 42,3 46,1 41,5 31,1 46,4 45,7

3pts LF 53-125 164-188 10-24 473-597 41-125 119-132 143-382 85-107 86-219 113-147 85-212 41-49 59-153 31-44 8-28 6-6 3-4 7-13 61-98 0-1 24-29 16-44 7-10 1-3 8-19 1-4 1-2 1-2 88-268 157-181 86-245 96-119 83-239 259-290 1-4 6-12 31-44 765-2082 1689-2087

Rb 6,7 8,2 3,1 3,0 6,3 3,7 2,0 2,1 1,9 3,2 2,7 1,7 3,4 0,2 1,0 3,6 5,9 4,8 2,4 3,1 40,4

Pd 3,0 2,6 5,5 3,0 1,9 0,7 0,6 2,3 0,5 1,4 0,7 0,8 1,0 0,6 9,0 1,7 1,7 0,4 0,4 21,4

In 0,9 0,9 0,9 1,1 1,0 0,6 0,3 0,9 0,5 0,5 0,3 0,2 1,0 0,2 0,3 1,8 0,7 0,8 0,2 0,4 7,6

Co 0,6 1,9 0,1 0,0 0,2 0,8 0,1 0,3 0,2 1,1 0,2 0,1 0,6 0,2 1,4 0,4 0,5 0,7 5,8

Bp 2,4 3,2 2,3 1,1 1,3 0,7 0,6 1,3 0,9 0,6 0,3 0,2 0,7 1,4 0,3 3,3 1,3 1,2 0,6 0,9 13,3

Pts 26,3 25,3 17,5 10,6 9,7 7,1 4,9 4,4 4,2 4,2 3,5 2,9 2,0 1,6 1,0 17,1 16,4 15,9 2,1 4,0 106,5

3pts LF 0-1 213-273 61-181 208-300 81-222 172-209 88-253 293-356 6-22 123-174 138-348 152-170 14-44 101-125 9-37 47-88 42-118 49-61 1-4 55-73 0-5 2-3 8-14 2-4 0-2 2-2 1-8 1-2 443-1248 1426-1851

Rb 8,3 5,8 4,0 2,0 5,3 2,3 3,9 5,7 3,2 3,3 1,3 2,6 1,0 1,2 0,7 41,8

Pd 1,5 6,3 6,5 3,4 1,0 1,1 2,0 1,5 0,8 0,5 0,3 0,3 0,2 0,5 0,3 22,7

In 1,1 1,5 1,5 0,6 1,1 0,9 0,6 0,4 0,3 0,1 0,3 0,1 0,1 7,6

Co 1,3 0,6 0,4 0,2 0,3 0,1 0,2 0,9 0,3 0,3 0,4 0,1 4,3

Bp 1,2 2,1 2,7 1,4 1,2 0,8 1,0 1,2 0,9 0,6 0,3 0,4 0,2 0,1 12,2

Pts 15,0 14,1 14,0 13,7 12,7 10,5 7,2 7,2 6,2 5,4 2,7 2,6 1,6 1,5 1,1 99,0

3pts LF 157-407 395-466 41-124 202-232 0-4 205-275 102-254 100-125 0-2 197-253 93-223 80-106 41-138 77-101 23-60 88-119 41-149 54-81 14-39 69-90 6-32 35-48 67-211 11-15 0-1 41-62 0-3 27-48 0-5 11-14 585-1652 1592-2035

Rb 5,4 2,8 7,5 4,5 5,2 3,2 3,7 5,3 1,4 1,4 2,0 3,0 2,9 6,2 1,5 43,5

Pd 2,6 5,1 2,0 1,7 0,6 0,9 1,1 2,1 2,2 0,7 3,4 0,7 0,8 0,8 1,8 19,6

In 1,1 1,1 0,4 0,7 0,5 0,6 1,0 0,7 0,6 0,4 0,9 0,5 0,3 0,4 0,3 7,1

Co 0,8 0,2 1,7 0,5 0,2 0,5 0,4 0,8 0,0 0,2 0,2 0,1 0,6 0,6 5,5

Bp 2,6 2,5 2,3 1,1 1,1 1,0 1,1 1,3 1,1 0,7 1,5 0,5 0,9 0,5 1,3 14,8

Pts 20,5 13,2 12,7 11,2 11,0 9,1 7,8 7,4 6,5 6,3 5,4 4,9 3,6 3,3 3,1 99,8

Rb 3,7 3,6 11,1 3,6 4,1 6,8 6,1 2,0 1,0 1,5 5,3 0,8 3,0 3,0 3,1 0,7 40,8

Pd 4,8 3,5 2,0 1,3 2,3 1,3 0,9 1,1 2,5 3,0 0,9 1,2 0,3 0,3 0,6 0,7 18,8

In 1,5 1,0 0,7 0,3 1,6 0,6 0,8 0,7 0,7 0,7 0,9 0,2 0,4 0,2 0,3 0,1 7,5

Co 0,3 0,4 2,6 0,1 0,2 0,5 0,4 0,3 0,1 0,0 0,4 0,1 1,2 0,0 0,3 0,1 4,9

Bp 2,3 1,9 1,9 1,9 1,2 1,3 1,0 0,8 0,9 1,1 1,0 0,4 0,6 0,4 0,3 0,2 12,5

Pts 16,2 14,0 12,8 12,0 11,5 11,3 9,5 7,3 7,3 7,1 6,7 4,4 4,3 2,2 5,1 1,9 91,9

Rb 4,5 2,7 5,0 5,5 3,0 4,0 4,4 6,8 2,0 1,3 3,8 1,2 1,5 4,8 2,7 8,2 4,9 2,0 0,3 40,1

Pd 3,6 6,1 4,1 0,7 1,5 0,6 0,6 0,7 2,2 0,4 0,8 2,0 0,6 0,5 2,4 0,3 0,7 0,5 21,1

In 1,2 0,7 0,9 0,7 0,7 0,7 0,2 0,4 0,6 0,3 0,2 0,8 0,4 0,3 1,2 0,3 0,4 0,1 6,4

Co 0,4 0,0 0,5 1,6 0,5 0,5 0,5 0,6 0,4 0,1 0,6 0,3 0,2 0,2 1,0 1,0 0,9 0,2 5,3

Bp 3,1 1,9 2,0 1,6 0,9 0,8 0,3 1,0 1,2 0,4 0,5 1,7 0,4 1,4 0,7 2,1 1,0 0,7 0,2 13,7

Pts 18,5 14,4 11,3 10,2 9,6 9,0 8,5 7,9 6,6 4,4 3,3 3,2 2,2 1,8 1,3 15,6 7,3 3,7 1,1 93,3

7 - PHILADELPHIA 76ers (41-41)

Joueur Elton Brand Andre Iguodala Jrue Holiday Louis Williams Thaddeus Young Jodie Meeks Evan Turner Spencer Hawes Andres Nocioni Marreese Speights Craig Brackins Tony Battie Darius Songaila Antonio Daniels Jason Kapono Total

MJ 81 67 82 75 82 74 78 81 53 64 3 38 10 4 15 82

Min 35 37 35 23 26 28 23 21 18 12 11 10 7 9 7 -

Tirs 502-981 338-759 446-999 323-795 458-847 242-570 225-529 264-568 118-277 144-291 4-16 45-96 7-15 2-5 7-28 3125-6776

% 51,2 44,5 44,6 40,6 54,1 42,5 42,5 46,5 42,6 49,5 25,0 46,9 46,7 40,0 25,0 46,1

8 - INDIANA PACERS (37-45)

Joueur Danny Granger Darren Collison Roy Hibbert Mike Dunleavy Tyler Hansbrough Brandon Rush Paul George Josh McRoberts A.J. Price Dahntay Jones T.J. Ford James Posey Solomon Jones Jeff Foster Lance Stephenson Total

MJ 79 79 81 61 70 67 61 72 50 45 41 49 39 56 12 82

Min 35 30 28 28 22 26 21 22 16 13 19 17 14 17 10 -

Tirs 535-1259 398-870 410-890 240-520 285-613 217-515 179-395 211-387 114-320 100-214 91-236 81-241 49-121 80-167 13-39 3003-6787

% 42,5 45,7 46,1 46,2 46,5 42,1 45,3 54,5 35,6 46,7 38,6 33,6 40,5 47,9 33,3 44,2

9 - MILWAUKEE BUCKS (35-47)

Joueur Brandon Jennings John Salmons Andrew Bogut Corey Maggette Carlos Delfino Drew Gooden Ersan Ilyasova Chris Douglas-Roberts Earl Boykins Keyon Dooling Luc Richard Mbah A Moute Michael Redd Larry Sanders Jon Brockman Earl Barron* Garrett Temple* Brian Skinner* Total

MJ 63 73 65 67 49 35 60 44 56 80 79 10 60 62 7 9 2 82

Min 34 35 35 21 33 25 25 20 15 22 27 14 15 11 12 9 2 -

Tirs 361-926 373-898 367-742 253-559 200-513 156-362 221-507 117-273 156-352 206-519 198-428 18-45 116-268 48-94 17-37 7-21 2814-6544

% 39,0 41,5 49,5 45,3 39,0 43,1 43,6 42,9 44,3 39,7 46,3 40,0 43,3 51,1 45,9 33,3 43,0

3pts LF 98-303 199-246 83-219 195-240 0-4 96-217 28-78 271-325 105-284 60-75 3-20 81-102 36-121 93-104 15-46 74-89 27-71 69-82 81-234 78-94 0-7 133-188 4-17 4-4 28-50 40-59 2-2 3-10 0-4 483-1414 1423-1881

10 - CHARLOTTE BOBCATS (34-48)

Joueur Stephen Jackson D.J. Augustin Boris Diaw Tyrus Thomas Gerald Henderson Dante Cunningham D.J. White Kwame Brown Shaun Livingston Matt Carroll Dominic McGuire Garrett Temple Eduardo Najera Joel Przybilla Desagana Diop Gerald Wallace* Nazr Mohammed* Derrick Brown* Sherron Collins* Total

MJ 67 82 82 41 68 22 24 66 73 53 52 12 31 5 15 48 51 41 16 82

Min 36 34 34 21 24 24 19 26 17 11 15 10 12 15 12 39 17 12 4 -

Tirs 435-1060 399-958 381-774 156-331 259-570 92-181 81-154 194-375 185-397 89-199 72-182 12-42 26-72 4-10 8-24 252-582 159-317 62-113 7-25 2873-6366

% 41,0 41,6 49,2 47,1 45,4 50,8 52,6 51,7 46,6 44,7 39,6 28,6 36,1 40,0 33,3 43,3 50,2 54,9 28,0 45,1

3pts LF 121-359 249-305 111-333 269-297 78-226 84-123 0-3 107-136 7-36 128-163 1-9 13-17 0-2 41-54 - 136-231 1-4 108-125 17-46 40-52 0-2 30-39 7-26 7-11 11-34 6-11 1-4 4-11 35-106 210-284 0-1 52-88 2-6 25-47 2-10 1-1 393-1203 1511-1999

11 - DETROIT PISTONS (30-52)

Joueur Rodney Stuckey Richard Hamilton Tayshaun Prince Ben Gordon Charlie Villanueva Greg Monroe Tracy McGrady Will Bynum Austin Daye Chris Wilcox Jason Maxiell Dajuan Summers Ben Wallace Total

MJ 70 55 78 82 76 80 72 61 72 57 56 19 54 82

Min 31 27 33 26 22 28 23 18 20 17 17 10 23 -

Tirs 363-827 288-671 473-1001 339-770 313-708 302-549 228-515 182-406 193-471 187-322 93-189 28-69 67-149 3056-6647

% 43,9 42,9 47,3 44,0 44,2 55,0 44,3 44,8 41,0 58,1 49,2 40,6 45,0 46,0

3pts LF 26-90 330-381 55-144 146-172 34-98 118-168 107-266 136-160 125-323 89-116 0-1 145-233 30-88 90-129 16-50 102-122 69-172 82-108 0-1 50-89 51-99 9-21 9-20 1-2 19-57 472-1256 1367-1854

12 - NEW JERSEY NETS (24-58)

Joueur Brook Lopez Devin Harris* Deron Williams Anthony Morrow Alexander Vujacic Kris Humphries Jordan Farmar Travis Outlaw Sundiata Gaines Damion James Ben Uzoh Mario West Brandan Wright Johan Petro Stephen Graham Dan Gadzuric Joe Smith Terrence Williams* Derrick Favors* Troy Murphy* Quinton Ross* Orien Greene* Total

MJ 82 54 12 58 56 74 73 82 10 25 42 6 16 77 57 14 4 10 56 18 34 3 82

Min 35 32 38 32 28 28 25 29 15 16 10 19 11 12 17 12 6 20 19 16 10 2 -

Tirs 644-1309 260-612 59-169 279-620 231-572 307-582 255-651 274-730 20-48 46-103 61-143 9-21 22-54 129-290 81-200 17-41 1-4 29-73 141-276 26-76 26-59 1-2 2918-6635

% 49,2 42,5 34,9 45,0 40,4 52,7 39,2 37,5 41,7 44,7 42,7 42,9 40,7 44,5 40,5 41,5 25,0 39,7 51,1 34,2 44,1 50,0 44,0

3pts LF 0-1 385-489 33-110 258-307 16-59 46-58 110-260 96-107 94-255 80-94 0-1 127-191 109-304 82-100 76-252 132-171 4-17 11-20 0-3 18-28 3-8 33-56 1-4 3-5 14-17 0-4 15-28 5-21 31-38 5-13 4-12 5-10 71-116 4-23 9-17 0-3 5-14 1-2 459-1337 1427-1881

13 - WASHINGTON Wizards (23-59)

Joueur Nick Young Andray Blatche John Wall Jordan Crawford Rashard Lewis JaVale McGee Maurice Evans Josh Howard Larry Owens Othyus Jeffers Yi Jianlian Trevor Booker Kevin Séraphin Mustafa Shakur Hamady N’Diaye Gilbert Arenas* Kirk Hinrich* Al Thornton* Cartier Martin* Alonzo Gee* Lester Hudson* Hilton Armstrong* Mike Bibby* Total

MJ 64 64 69 26 32 79 26 18 5 15 63 62 58 22 16 21 48 49 51 9 9 41 2 82

Min 32 34 38 33 32 28 27 23 22 21 18 17 11 7 5 35 31 22 11 14 8 10 14 -

Tirs 412-935 426-957 398-972 165-423 139-312 332-604 98-223 58-162 12-26 30-62 145-347 139-253 66-147 21-59 4-5 130-330 198-438 154-327 71-182 12-27 6-24 31-64 1-9 3048-6888

% 44,1 44,5 40,9 39,0 44,6 55,0 43,9 35,8 46,2 48,4 41,8 54,9 44,9 35,6 80,0 39,4 45,2 47,1 39,0 44,4 25,0 48,4 11,1 44,3

3pts LF 105-271 186-228 4-18 220-283 34-115 301-393 24-101 69-78 43-124 43-51 0-3 134-229 27-78 28-30 7-29 29-47 5-10 2-5 1-4 30-46 3-13 62-91 0-1 68-102 22-31 1-10 8-15 6-12 47-145 56-67 43-112 92-105 4-25 81-107 39-99 28-40 0-2 8-12 4-15 2-4 1-3 14-23 0-4 392-1182 1489-1999

14 - TORONTO RAPTORS (22-60)

Joueur Andrea Bargnani DeMar DeRozan Leandro Barbosa Linas Kleiza Jerryd Bayless Jose Manuel Calderon Amir Johnson Sonny Weems James Johnson Ed Davis Alexis Ajinça Reggie Evans Julian Wright Joey Dorsey Solomon Alabi Jarrett Jack* Predrag Stojakovic* Sundiata Gaines* David Andersen* Trey Johnson* Marcus Banks* Ronald Dupree* Total

MJ 66 82 58 39 60 68 72 59 25 65 24 30 51 43 11 13 2 6 11 7 3 2 82

Min 36 35 24 26 22 31 26 24 28 25 11 26 15 12 6 27 11 15 14 12 7 6 -

Tirs 524-1172 539-1154 294-653 178-406 201-468 262-596 281-495 228-513 91-196 215-373 47-101 42-103 82-160 52-99 3-15 49-123 7-10 15-35 23-47 10-30 0-2 1-4 3144-6755

% 44,7 46,7 45,0 43,8 42,9 44,0 56,8 44,4 46,4 57,6 46,5 40,8 51,2 52,5 20,0 39,8 70,0 42,9 48,9 33,3 0,0 25,0 46,5

3pts LF 77-223 287-350 5-52 327-402 72-213 109-137 39-131 41-65 46-132 153-189 57-156 88-103 0-1 126-160 17-61 72-94 6-25 41-58 71-128 9-27 11-15 0-1 48-88 2-10 22-43 31-65 0-2 4-24 40-46 4-6 2-2 3-15 2-6 3-10 7-7 1-3 7-8 6-8 0-1 345-1091 1491-1976

15 - CLEVELAND CAVALIERS (19-63)

Joueur Antawn Jamison Baron Davis J.J. Hickson Ramon Sessions Daniel Gibson Anderson Varejao Anthony Parker Samardo Samuels Alonzo Gee Christian Eyenga Luke Harangody Manny Harris Ryan Hollins Joey Graham Semih Erden Mo Williams* Leon Powe* Jamario Moon* Jawad Williams* Total

MJ 56 15 80 81 67 31 72 37 40 44 21 54 70 39 4 36 14 40 26 82

Min 33 25 28 26 28 32 29 19 24 21 19 17 17 15 16 30 13 19 15 -

Tirs 374-876 75-178 429-935 362-776 264-660 114-216 220-552 110-241 108-233 130-306 51-135 108-288 131-219 82-179 4-14 178-462 29-59 76-189 41-126 2886-6644

% 42,7 42,1 45,9 46,6 40,0 52,8 39,9 45,6 46,4 42,5 37,8 37,5 59,8 45,8 28,6 38,5 49,2 40,2 32,5 43,4

3pts LF 91-263 171-234 36-87 22-27 0-5 247-367 3-15 348-423 118-293 136-165 0-2 54-81 86-227 72-93 0-3 68-110 17-49 64-80 25-91 18-28 14-56 14-18 34-92 71-93 - 111-163 9-30 29-36 5-6 36-136 85-102 12-26 27-95 10-11 13-45 9-12 509-1489 1546-2075

Rb 3,1 2,3 4,2 2,4 3,9 7,5 3,5 1,2 3,8 4,8 3,1 0,6 6,5 38,6

Pd 5,2 3,1 2,8 2,1 0,6 1,3 3,5 3,2 1,1 0,8 0,3 0,1 1,3 21,1

In 1,1 0,7 0,4 0,6 0,6 1,2 0,9 0,9 0,5 0,5 0,4 0,2 1,0 7,3

Co 0,1 0,1 0,5 0,2 0,6 0,6 0,5 0,1 0,5 0,3 0,4 0,1 1,0 4,0

Bp 2,2 1,6 1,1 1,7 0,9 1,0 1,4 1,4 0,8 0,8 0,8 0,7 0,8 12,2

Pts 15,5 14,1 14,1 11,2 11,1 9,4 8,0 7,9 7,5 7,4 4,2 3,9 2,9 97,0

Rb 6,0 2,4 4,6 3,0 3,2 10,4 2,4 4,0 2,4 3,4 1,5 1,8 3,0 2,8 2,2 3,5 0,8 3,6 5,3 4,1 0,9 40,8

Pd 1,6 7,6 12,8 1,2 2,3 1,1 5,0 1,0 2,5 0,8 1,6 1,7 0,4 0,6 0,7 0,2 0,2 3,1 0,4 0,9 0,3 0,3 21,0

In 0,6 1,1 1,2 0,3 0,9 0,5 0,8 0,4 0,9 0,6 0,3 1,2 0,5 0,4 0,2 0,2 0,5 0,3 0,4 0,1 0,3 5,6

Co 1,5 0,1 0,2 0,1 0,1 1,1 0,1 0,5 0,4 0,2 0,4 0,4 0,0 0,8 0,7 0,1 0,2 4,7

Bp 2,1 2,9 3,6 0,9 1,1 1,4 1,9 0,9 1,3 1,0 0,6 0,3 0,2 0,6 0,7 0,6 0,5 2,5 1,0 0,7 0,2 13,0

Pts 20,4 15,0 15,0 13,2 11,4 10,0 9,6 9,2 5,5 4,4 3,8 3,7 3,6 3,5 3,5 2,8 0,5 6,7 6,3 3,6 1,7 1,0 94,2

Rb 2,7 8,2 4,6 3,0 5,8 8,0 2,8 4,1 2,2 4,3 3,9 4,0 2,6 1,0 0,4 3,3 2,7 3,2 1,5 2,4 0,6 2,8 1,5 41,3

Pd 1,2 2,2 8,3 3,9 2,0 0,5 0,6 1,3 1,4 1,3 0,4 0,6 0,2 1,1 5,6 4,4 1,0 0,4 0,6 1,9 0,2 4,0 19,4

In 0,7 1,5 1,8 1,4 0,9 0,5 0,7 0,7 1,4 1,1 0,4 0,5 0,3 0,2 0,1 1,4 1,2 0,6 0,4 0,8 0,4 0,4 0,5 8,1

Co 0,3 0,8 0,5 0,1 0,6 2,4 0,3 0,3 1,0 0,5 0,7 0,5 0,1 0,3 0,6 0,2 0,2 0,1 0,1 0,4 6,1

Bp 1,4 2,7 3,8 2,6 1,6 1,3 0,7 1,1 1,0 0,9 0,8 0,6 0,7 0,8 0,2 3,4 1,8 0,9 0,3 0,9 0,8 0,6 0,5 14,7

Pts 17,4 16,8 16,4 16,3 11,4 10,1 9,7 8,4 6,2 6,1 5,6 5,6 2,7 2,3 0,9 17,3 11,1 8,0 4,1 3,6 2,0 1,9 1,0 97,3

Rb 5,2 3,8 1,7 4,5 2,5 3,0 6,4 2,6 4,7 7,1 2,5 11,5 2,3 4,4 1,3 3,2 1,5 1,3 3,1 1,0 0,3 1,5 40,3

Pd 1,8 1,8 2,0 1,0 4,0 8,9 1,1 1,8 3,0 0,6 0,3 1,3 1,1 0,6 0,2 4,5 0,5 1,8 0,6 1,6 1,0 0,5 21,9

In 0,5 1,0 0,9 0,5 0,6 1,2 0,7 0,6 1,0 0,6 0,3 1,0 0,8 0,6 0,2 1,1 0,7 0,3 0,1 0,3 7,1

Co 0,7 0,4 0,1 0,2 0,1 0,1 1,2 0,0 1,1 1,0 0,6 0,2 0,4 0,4 0,2 0,2 0,3 0,1 4,3

Bp 2,3 1,8 1,4 1,7 1,8 2,2 1,0 1,5 1,8 0,7 0,7 1,3 0,8 0,9 0,3 2,6 1,0 1,3 0,7 0,7 0,7 14,0

Pts 21,4 17,2 13,3 11,2 10,0 9,8 9,6 9,2 9,2 7,7 4,8 4,4 3,7 3,1 0,5 10,9 10,0 5,8 5,1 4,0 2,0 1,0 99,1

Rb 6,7 2,4 8,7 3,1 2,6 9,7 3,0 4,2 3,9 2,8 4,2 2,6 2,7 2,2 2,8 2,7 2,7 3,0 1,8 40,3

Pd 1,7 6,1 1,1 5,2 3,0 1,5 3,0 0,5 0,8 0,8 1,0 1,6 0,4 0,5 0,2 7,1 0,1 1,1 0,8 21,0

In 0,9 1,1 0,6 0,7 0,7 0,9 0,9 0,4 0,8 0,8 0,5 0,6 0,3 0,2 0,5 0,9 0,5 0,6 0,3 6,6

Co 0,5 0,4 0,7 0,1 0,3 1,2 0,1 0,5 0,4 0,6 0,5 0,1 0,6 0,2 0,8 0,3 0,2 0,7 0,1 4,2

Bp 1,4 2,6 2,2 2,2 1,2 1,3 1,1 1,4 1,1 1,1 0,5 1,2 1,0 0,7 0,5 2,9 0,4 0,4 0,6 13,7

Pts 18,0 13,9 13,8 13,3 11,7 9,1 8,3 7,8 7,4 6,9 6,2 5,9 5,3 5,2 3,2 13,2 5,0 4,7 4,0 95,5


25

STATS CUMUlées 1 - SAN ANTONIO SPURS (61-21)

Joueur Tony Parker Manu Ginobili Tim Duncan George Hill Richard Jefferson Gary Neal DeJuan Blair Matt Bonner Daniel Green Antonio McDyess Tiago Splitter Steve Novak James Anderson Chris Quinn Othyus Jeffers* Larry Owens* Ime Udoka* Alonzo Gee* Garrett Temple* Bobby Simmons* Total

MJ 78 80 76 76 81 80 81 66 7 73 59 23 24 39 1 7 17 3 3 2 82

Min 32 30 28 28 30 21 21 22 13 19 12 9 12 8 8 4 8 6 7 8 -

Tirs 555-1069 441-1018 419-838 287-633 304-642 285-632 292-583 172-371 17-35 169-344 101-191 31-59 31-81 33-91 1-3 3-6 5-21 1-3 1-5 0-3 3148-6628

% 51,9 43,3 50,0 45,3 47,4 45,1 50,1 46,4 48,6 49,1 52,9 52,5 38,3 36,3 33,3 50,0 23,8 33,3 20,0 0,0 47,5

3pts LF 25-70 233-303 154-441 357-410 0-4 184-257 77-204 233-270 135-307 148-195 129-308 84-104 0-2 90-137 105-230 32-43 7-19 0-1 52-77 0-1 76-140 23-42 8-8 18-46 14-18 11-37 4-8 1-3 2-4 0-8 4-8 0-1 0-2 0-3 685-1727 1521-1984

MJ 82 82 82 54 82 82 82 53 1 79 19 41 54 11 10 8 82

Min 34 37 32 28 19 29 28 19 13 20 6 5 9 4 7 7 -

Tirs 740-1639 593-1120 473-893 237-413 273-643 261-658 206-529 131-279 2-3 110-306 21-51 32-65 38-116 2-12 1-6 8-23 3128-6756

% 45,1 52,9 53,0 57,4 42,5 39,7 38,9 47,0 66,7 35,9 41,2 49,2 32,8 16,7 16,7 34,8 46,3

MJ 73 82 29 80 74 81 25 28 80 72 13 72 55 55 18 10 10 6 82

Min 34 31 30 28 28 20 20 18 33 16 11 18 9 11 8 16 8 3 -

Tirs 610-1179 492-1091 170-378 434-834 266-407 285-649 79-184 94-223 215-596 128-330 25-51 128-223 55-98 43-101 14-45 15-35 12-32 4-8 3069-6464

% 51,7 45,1 45,0 52,0 65,4 43,9 42,9 42,2 36,1 38,8 49,0 57,4 56,1 42,6 31,1 42,9 37,5 50,0 47,5

MJ 78 82 82 82 24 43 17 79 71 82 4 13 23 18 4 49 47 23 82

Min 39 35 27 27 18 14 25 26 21 15 8 6 7 8 6 37 22 10 -

Tirs 711-1538 614-1390 298-684 335-617 75-131 79-181 35-71 157-333 137-242 134-333 4-15 9-28 16-38 8-15 2-5 270-618 152-305 30-65 3066-6609

% 46,2 44,2 43,6 54,3 57,3 43,6 49,3 47,1 56,6 40,2 26,7 32,1 42,1 53,3 40,0 43,7 49,8 46,2 46,4

5 - DENVER NUGGETS(50-32)

Joueur Danilo Gallinari Nene Hilario Arron Afflalo Wilson Chandler J.R. Smith Ty Lawson Raymond Felton Al Harrington Kenyon Martin Chris Andersen Gary Forbes Kostas Koufos Timofei Mozgov Melvin Ely Carmelo Anthony* Chauncey Billups* Shelden Williams* Renaldo Balkman* Anthony Carter* Total

MJ 14 75 69 21 79 80 21 73 48 45 63 11 11 30 50 51 42 5 14 82

Min 31 31 34 31 25 26 32 23 26 16 13 9 6 12 35 32 17 9 11 -

Tirs 54-131 402-654 312-627 101-241 341-784 346-688 88-204 281-675 185-362 82-137 124-273 21-42 11-21 28-51 437-967 235-536 82-181 5-9 10-30 3145-6613

% 41,2 61,5 49,8 41,9 43,5 50,3 43,1 41,6 51,1 59,9 45,4 50,0 52,4 54,9 45,2 43,8 45,3 55,6 33,3 47,6

Min 40 34 36 33 32 28 23 12 26 19 8 11 6 20 14 7 9 5 -

Tirs 707-1415 440-979 134-269 388-844 367-806 209-523 213-575 135-328 117-294 3-11 46-100 14-36 15-55 126-291 21-34 19-44 3-5 1-6 2958-6615

% 50,0 44,9 49,8 46,0 45,5 40,0 37,0 41,2 39,8 27,3 46,0 38,9 27,3 43,3 61,8 43,2 60,0 16,7 44,7

Co 0,0 0,4 1,9 0,3 0,4 0,0 0,5 0,3 0,1 0,5 0,3 0,2 0,2 0,0 0,1 0,7 0,3 4,5

Bp 2,6 2,2 1,6 1,3 1,1 1,0 1,4 0,4 0,7 1,0 0,5 0,2 0,5 0,3 1,0 0,3 1,0 0,3 12,9

Pts 17,5 17,4 13,4 11,6 11,0 9,8 8,3 7,3 5,9 5,3 4,7 4,0 3,9 2,1 2,0 1,3 0,8 0,7 0,7 103,7

Rb 5,1 10,2 8,7 9,4 1,9 3,3 1,9 4,3 2,0 1,4 1,0 1,2 1,6 1,3 0,5 44,0

Pd 4,7 3,3 3,0 1,4 1,2 2,1 2,7 1,3 2,2 0,1 0,2 1,1 0,3 0,3 0,6 22,0

In 1,2 0,6 0,6 0,4 0,8 1,5 1,2 0,7 0,5 0,2 0,1 0,2 0,2 0,1 7,4

Co 0,1 1,6 0,7 2,0 0,2 0,4 0,1 0,4 0,0 0,3 0,2 0,1 0,4 0,5 5,1

Bp 3,0 1,7 1,7 1,4 0,9 1,1 0,9 1,1 0,9 0,3 0,5 0,6 0,3 0,3 0,6 12,6

Pts 25,3 18,8 14,4 11,3 8,7 8,5 6,8 6,7 6,0 4,0 3,3 2,0 1,7 0,5 0,2 2,5 101,5

Rb 7,0 1,9 4,0 6,9 9,4 2,0 2,6 1,9 4,4 1,5 1,8 5,2 2,2 1,1 1,4 1,2 1,7 0,8 41,4

Pd 2,6 4,1 1,6 1,4 0,4 3,9 0,9 2,3 8,2 1,1 0,9 0,3 0,1 0,7 1,1 0,7 0,2 23,8

In 0,5 1,1 1,0 0,8 0,5 0,4 0,4 0,7 1,7 0,3 0,8 0,2 0,3 0,4 0,3 0,5 0,3 6,8

Co 0,6 0,2 0,3 0,6 1,1 0,0 0,1 0,3 0,4 0,1 0,2 1,0 0,3 0,1 0,2 0,3 0,5 4,3

Bp 1,9 2,0 1,7 1,6 1,2 1,7 0,4 1,7 2,2 0,6 0,8 0,7 0,5 0,3 0,6 0,5 0,1 13,5

Pts 23,0 15,8 15,0 12,5 10,1 9,5 8,6 8,4 7,9 5,3 5,3 4,4 3,1 2,6 2,3 4,1 2,9 1,8 100,2

3pts LF 145-414 594-675 34-104 531-631 113-324 289-343 0-1 138-184 15-24 65-154 16-20 17-32 28-102 59-79 55-73 37-96 43-59 2-8 3-4 7-14 7-16 2-2 2-4 0-1 56-184 148-181 53-66 5-10 487-1404 1977-2401

Rb 6,8 4,6 3,1 7,6 4,8 1,7 7,9 4,4 4,5 1,5 0,2 1,8 0,7 1,9 0,8 5,6 4,4 2,3 42,8

Pd 2,7 8,2 2,1 0,3 0,2 0,5 0,9 1,4 1,0 2,9 1,5 0,3 0,2 0,2 1,8 0,4 0,2 20,4

In 1,1 1,9 1,1 0,4 0,7 0,3 0,4 1,2 0,6 0,4 0,2 0,3 0,3 0,8 0,4 0,3 8,0

Co 1,0 0,4 0,3 2,4 0,4 0,0 0,9 0,5 0,4 0,1 0,2 0,1 0,4 0,4 0,4 0,3 6,0

Bp 2,8 3,9 1,3 0,9 0,8 0,4 1,8 0,7 0,8 0,9 0,5 0,6 0,2 0,4 1,6 0,7 0,3 13,5

Pts 27,7 21,9 12,2 9,9 6,9 5,6 5,1 5,1 4,6 4,2 3,2 1,9 1,8 1,0 1,0 15,2 7,6 2,8 104,8

Joueur Kevin Martin Luis Scola Kyle Lowry Yao Ming Chase Budinger Courtney Lee Chuck Hayes Goran Dragic Brad Miller Patrick Patterson Jordan Hill Terrence Williams Hasheem Thabeet Aaron Brooks* Shane Battier* Jermaine Taylor* Ishmael Smith* Mike Harris* Jared Jeffries* DeMarre Carroll* Total

3pts LF 20-54 78-101 1-5 286-402 105-248 138-163 26-75 34-42 124-318 163-221 69-171 172-225 28-61 37-60 117-328 86-117 2-9 42-72 0-1 86-135 19-58 59-87 12-19 6-8 13-21 42-126 343-417 105-239 265-287 34-46 3-4 4-12 2-2 662-1705 1859-2429

Rb 5,4 7,6 3,6 5,0 4,1 2,6 3,6 4,5 6,2 4,9 1,8 3,0 1,5 2,5 7,6 2,5 5,3 0,8 0,9 42,0

Pd 1,6 2,0 2,4 1,6 2,2 4,7 6,5 1,4 2,3 0,4 0,8 0,5 2,8 5,3 0,5 0,4 1,9 22,1

In 0,9 1,1 0,5 0,7 1,2 1,0 1,3 0,5 0,9 0,5 0,4 0,2 0,1 0,1 0,9 1,0 0,4 0,6 0,6 7,4

Co 0,6 1,0 0,4 1,1 0,2 0,0 0,1 0,7 1,3 0,1 0,5 0,2 0,4 0,6 0,2 0,5 0,4 0,1 4,3

Bp 1,8 1,8 1,0 1,8 1,3 1,7 2,1 1,5 1,2 0,6 0,7 0,5 0,3 0,5 2,8 2,5 0,9 1,0 13,8

Pts 14,7 14,5 12,6 12,5 12,3 11,7 11,5 10,5 8,6 5,6 5,2 4,9 2,5 2,3 25,2 16,5 4,7 2,6 1,9 107,5

10 - PHOENIX SUNS (40-42)

3pts LF 115-356 483-583 1-3 354-430 68-178 166-246 - 138-209 74-212 92-101 83-233 92-136 63-159 83-103 34-107 60-77 2-2 73-193 26-30 2-5 18-23 17-24 8-34 7-10 2-2 0-2 3-7 1-2 524-1487 1541-1980

3pts LF 66-168 395-443 127-351 182-214 28-65 68-88 5-32 126-164 - 216-295 66-189 133-157 42-105 15-16 25-83 23-30 133-391 67-77 94-249 33-43 4-13 15-21 0-1 64-177 0-2 63-82 42-88 17-18 0-4 14-17 7-16 4-5 3-7 2-3 3-4 645-1768 1437-1850

4 - OKLAHOMA CITY THINDER (55-27)

Joueur Kevin Durant Russell Westbrook James Harden Serge Ibaka Nazr Mohammed Daequan Cook Kendrick Perkins Thabo Sefolosha Nick Collison Eric Maynor Nate Robinson Byron Mullens Royal Ivey Cole Aldrich Morris Peterson* Jeff Green* Nenad Krstic* D.J. White* Total

MJ 81 82 23 81 80 47 78 64 59 2 36 20 22 56 31 28 5 5 82

In 1,1 1,5 0,7 0,9 0,5 0,3 1,2 0,4 0,3 0,5 0,5 0,0 0,1 0,1 0,3 0,5 0,3 7,3

3 - DALLAS MAVERICKS (57-25)

Joueur Dirk Nowitzki Jason Terry Caron Butler Shawn Marion Tyson Chandler José Juan Barea Predrag Stojakovic Rodrigue Beaubois Jason Kidd Deshawn Stevenson Corey Brewer Brendan Haywood Ian Mahinmi Brian Cardinal Dominique Jones Aleksandar Pavlovic* Alexis Ajinça* Steve Novak* Total

Joueur LaMarcus Aldridge Wes Matthews Gerald Wallace Andre Miller Nicolas Batum Brandon Roy Rudy Fernandez Patrick Mills Marcus Camby Earl Barron Armon Johnson Chris Johnson Luke Babbitt Dante Cunningham* Joel Przybilla* Sean Marks* Fabricio Oberto* Jarron Collins* Total

Pd 6,6 4,9 2,7 2,5 1,3 1,2 1,0 0,9 0,3 1,2 0,4 0,1 0,8 1,1 1,0 0,1 0,8 0,7 1,0 22,4

2 - LOS ANGELES LAKERS (57-25)

Joueur Kobe Bryant Pau Gasol Lamar Odom Andrew Bynum Shannon Brown Ron Artest Derek Fisher Matt Barnes Trey Johnson Steve Blake Devin Ebanks Derrick Caracter Luke Walton Joe Smith Theo Ratliff Alexander Vujacic* Total

6 - PORTLAND TRAIL BLAZERS (48-34)

Rb 3,1 3,7 8,9 2,6 3,8 2,5 7,0 3,6 2,1 5,4 3,4 1,0 0,9 0,6 2,0 0,6 1,1 1,0 0,7 41,9

3pts LF 4-23 351-444 154-378 266-315 27-80 69-90 4-37 249-292 118-342 138-164 38-114 117-138 116-361 126-146 47-133 36-47 0-1 43-70 1-2 5-12 13-22 26-36 3-16 3-9 0-4 32-45 13-23 2-2 5-8 1-2 518-1503 1489-1853

Rb 8,8 3,1 7,7 3,7 4,5 2,6 2,2 0,8 10,3 7,0 1,0 2,7 1,4 3,4 3,9 1,4 1,4 1,4 39,7

Pd 2,1 2,0 2,5 7,0 1,5 2,7 2,5 1,7 2,1 1,5 1,2 0,2 0,3 0,5 0,4 0,1 0,2 21,2

In 1,0 1,2 2,0 1,4 0,8 0,8 1,1 0,4 0,7 0,1 0,3 0,1 0,7 0,2 0,1 8,1

Co 1,2 0,1 0,7 0,1 0,6 0,3 0,2 0,0 1,6 0,0 0,6 0,1 0,6 0,5 0,2 4,5

Bp 1,9 1,7 2,3 2,4 1,0 1,2 1,1 1,0 1,1 1,5 1,1 0,8 0,4 0,6 0,7 0,4 0,6 0,4 12,5

Pts 21,8 15,9 15,8 12,7 12,4 12,2 8,6 5,5 4,7 3,5 3,1 2,7 1,6 5,1 1,8 1,6 1,4 0,4 96,6

Rb 7,6 4,1 4,1 5,4 1,9 9,5 2,1 1,9 3,1 4,2 1,3 1,7 2,1 0,3 2,8 1,0 1,4 1,5 1,6 40,1

Pd 2,3 9,8 0,6 2,2 1,2 0,6 1,0 2,6 0,5 0,4 0,4 0,2 0,1 0,3 0,9 1,0 2,5 1,5 0,3 20,6

In 1,0 2,3 0,4 1,6 0,5 0,6 0,5 0,6 0,3 0,3 0,3 0,1 0,1 0,4 0,3 0,2 7,6

Co 0,9 0,1 0,5 0,4 0,1 1,8 0,2 0,1 0,4 0,3 0,2 0,2 0,7 0,1 0,1 0,1 1,0 4,4

Bp 2,0 2,2 1,2 1,6 1,0 1,7 0,9 1,1 0,7 0,8 0,2 0,5 0,5 0,1 0,8 0,7 1,5 0,2 0,3 12,2

Pts 18,9 15,8 11,8 11,0 10,4 10,3 8,7 8,5 4,3 3,2 2,8 2,7 1,4 0,4 7,8 7,5 4,5 1,0 0,3 94,9

LF 300-396 194-241 181-247 220-294 99-131 109-134 137-182 89-116 28-46 15-17 33-52 34-44 15-23 5-11 2-2 19-35 6-10 1486-1981

Rb 12,2 6,2 3,0 7,0 2,4 4,3 2,7 2,4 1,6 4,0 1,0 1,1 2,3 0,7 0,3 1,1 1,7 1,0 0,5 41,0

Pd 2,2 2,8 6,5 2,5 2,0 0,7 1,5 0,9 0,3 1,4 0,5 2,2 0,2 2,5 1,0 0,3 0,1 1,3 20,6

In 0,8 1,7 1,8 0,9 1,0 0,6 1,8 0,9 0,2 0,7 0,3 0,3 0,1 0,3 0,3 0,1 0,2 0,4 0,5 9,4

Co 0,3 1,1 0,2 1,7 0,4 0,8 0,6 0,3 0,1 0,4 0,1 0,1 0,4 0,1 0,1 0,3 5,4

Bp 2,0 2,5 2,2 1,8 1,4 1,1 1,2 0,8 0,4 0,7 0,4 1,0 0,4 0,6 0,5 0,4 0,9 13,4

Pts 20,1 19,8 13,7 11,7 11,3 9,1 9,1 7,3 5,5 5,0 4,5 3,6 2,6 1,9 1,8 1,4 1,2 1,1 1,0 99,9

3pts LF 176-459 594-669 0-3 214-290 129-343 192-251 15-16 89-274 118-138 71-174 95-120 0-2 94-142 28-54 24-36 40-107 78-94 0-2 30-42 0-2 60-85 2-10 9-11 48-169 78-83 88-225 49-76 2-5 5-6 3-8 7-10 2-4 1-6 4-10 677-1843 1668-2083

Rb 3,2 8,2 4,1 5,4 3,6 2,6 8,1 2,5 3,7 3,8 4,2 1,4 1,5 4,7 1,1 1,5 1,2 2,1 42,8

Pd 2,5 2,5 6,7 0,8 1,6 1,2 2,7 2,5 2,4 0,8 0,4 0,6 3,8 2,6 0,2 2,3 0,2 0,6 0,4 23,8

In 1,0 0,6 1,4 0,5 0,7 1,1 0,6 0,5 0,3 0,2 0,4 0,6 0,9 0,2 0,5 0,4 7,1

Co 0,2 0,6 0,3 1,6 0,2 0,2 0,7 0,2 0,4 0,7 0,7 0,5 0,1 1,2 0,2 0,1 0,2 0,2 4,5

Bp 2,3 2,0 2,1 1,4 0,9 0,8 1,2 1,0 0,9 0,6 0,9 0,7 1,6 1,1 0,8 0,9 0,2 0,2 12,8

Pts 23,4 18,3 13,5 10,2 9,8 8,3 7,9 7,7 6,4 6,3 5,6 3,5 11,6 8,6 4,9 2,6 2,0 1,6 105,9

3pts LF 81-205 227-249 89-243 72-98 45-114 213-257 1-4 128-175 171-439 89-107 105-253 162-218 22-67 46-57 1-11 212-294 51-149 36-51 74-100 3-10 16-17 1-16 29-59 11-22 62-148 55-72 41-97 26-36 28-101 59-97 5-10 12-20 701-1857 1472-1939

Rb 3,5 3,6 4,2 9,3 6,7 3,9 1,1 3,7 2,0 3,2 0,8 2,9 1,4 4,4 4,0 1,8 2,4 3,3 40,2

Pd 11,4 1,6 2,5 1,0 1,2 1,3 4,2 0,9 0,6 0,1 2,1 0,8 0,2 1,4 2,3 3,1 0,6 0,3 23,7

In 0,6 0,9 0,8 0,5 0,6 1,1 0,5 0,4 0,5 0,3 0,8 0,6 0,0 1,1 0,7 0,8 0,1 0,5 6,6

Co 0,1 0,3 0,4 1,3 1,0 0,2 0,0 0,1 0,5 0,7 0,1 0,4 0,2 0,1 0,6 0,1 0,4 0,3 4,4

Bp 3,5 1,1 1,7 1,2 0,9 0,9 1,8 1,0 0,7 0,7 1,2 0,8 0,5 1,2 1,2 2,0 0,3 0,9 13,6

Pts 14,7 13,5 13,2 13,0 12,7 10,6 9,6 8,4 7,4 6,4 5,0 5,0 2,2 19,3 9,5 7,4 4,1 3,0 105,0

7 - NEW ORLEANS HORNETS (46-36)

Joueur David West Chris Paul Carl Landry Trevor Ariza Marco Belinelli Emeka Okafor Willie Green Jarrett Jack Jason Smith Aaron Gray Quincy Pondexter David Andersen Didier M’Benga Patrick Ewing Jr Marcus Thornton* Predrag Stojakovic* Jerryd Bayless* Aleksandar Pavlovic* Pops Mensah-Bonsu* Total

MJ 70 80 23 75 80 72 77 70 77 40 66 29 41 7 46 6 11 4 7 82

Min 35 36 26 35 24 32 22 20 14 13 11 8 8 3 16 15 13 12 5 -

Tirs 528-1040 430-929 107-203 303-762 302-690 300-524 270-609 212-515 136-307 56-99 73-180 33-74 23-49 0-5 137-334 14-33 17-49 2-11 1-3 2944-6416

% 50,8 46,3 52,7 39,8 43,8 57,3 44,3 41,2 44,3 56,6 40,6 44,6 46,9 0,0 41,0 42,4 34,7 18,2 33,3 45,9

3pts LF 2-9 264-327 71-184 337-384 0-1 58-73 82-271 138-197 134-323 98-125 0-1 145-258 54-155 78-100 29-84 142-168 0-2 59-70 17-34 18-50 24-34 5-13 7-15 13-18 0-2 3-4 35-93 50-66 11-25 6-7 3-14 13-17 0-5 444-1232 1452-1897

8 - MEMPHIS GRIZZLIES (46-36)

Joueur Zach Randolph Rudy Gay Mike Conley Marc Gasol O.J. Mayo Darrell Arthur Tony Allen Sam Young Leon Powe Shane Battier Xavier Henry Greivis Vasquez Hamed Haddadi Jason Williams Ishmael Smith DeMarre Carroll* Hasheem Thabeet* Acie Law* Rodney Carney* Total

MJ 75 54 81 81 71 80 71 78 16 23 37 70 29 11 15 7 44 11 2 82

Min 36 40 35 32 26 20 21 20 9 24 14 12 6 11 8 6 8 9 2 -

Tirs 598-1187 409-869 423-953 364-691 304-747 310-624 251-492 233-494 30-60 43-101 65-160 95-233 30-58 9-29 11-32 4-9 17-39 3-19 1-3 3200-6800

% 50,4 47,1 44,4 52,7 40,7 49,7 51,0 47,2 50,0 42,6 40,6 40,8 51,7 31,0 34,4 44,4 43,6 15,8 33,3 47,1

3pts 8-43 57-144 80-217 3-7 96-264 0-6 4-23 17-50 0-2 14-42 2-17 25-86 0-1 3-15 0-2 0-6 0-1 309-926

9 - HOUSTON ROCKETS (43-39)

Joueur Steve Nash Vince Carter Grant Hill Marcin Gortat Channing Frye Jared Dudley Aaron Brooks Hakim Warrick Mickaël Piétrus Robin Lopez Zabian Dowdell Josh Childress Garret Siler Gani Lawal Jason Richardson* Hidayet Turkoglu* Goran Dragic* Earl Clark* Earl Barron* Total

MJ 80 74 75 5 78 81 74 22 60 52 72 11 2 34 59 8 28 4 17 5 82 MJ 75 51 80 55 77 82 25 80 38 67 24 54 20 1 25 25 48 7 12 82

Min 33 33 34 18 22 21 28 17 17 17 16 8 2 24 31 10 12 4 8 2 Min 33 27 30 30 33 26 19 18 18 15 12 17 5 2 32 25 18 10 15 -

Tirs 553-1267 569-1129 345-809 18-37 279-656 253-576 244-463 59-125 132-296 149-267 173-352 14-42 0-1 134-387 186-408 16-32 32-83 3-6 11-36 0-3 3170-6975 Tirs 399-811 264-625 399-825 294-522 358-828 300-629 86-200 228-446 98-250 179-357 51-125 121-214 17-31 183-389 85-193 133-316 12-31 12-51 3219-6843

% 43,6 50,4 42,6 48,6 42,5 43,9 52,7 47,2 44,6 55,8 49,1 33,3 0,0 34,6 45,6 50,0 38,6 50,0 30,6 0,0 45,4

% 49,2 42,2 48,4 56,3 43,2 47,7 43,0 51,1 39,2 50,1 40,8 56,5 54,8 47,0 44,0 42,1 38,7 23,5 47,0

11 - UTAH JAZZ (39-43)

Joueur Al Jefferson Paul Millsap Devin Harris C.J. Miles Andrei Kirilenko Derrick Favors Raja Bell Gordon Hayward Mehmet Okur Earl Watson Jeremy Evans Ronnie Price Francisco Elson Kyrylo Fesenko Deron Williams* Kyle Weaver* Marcus Cousin* Total

MJ 82 76 17 78 64 22 68 71 13 80 50 59 61 53 53 5 4 82

Min 36 34 31 25 31 20 31 17 13 20 9 12 10 9 38 14 4 -

Tirs 654-1319 525-989 83-201 366-898 253-542 74-140 191-467 142-293 22-62 126-307 76-115 74-210 54-113 44-100 369-805 9-25 2-3 3064-6589

% 49,6 53,1 41,3 40,8 46,7 52,9 40,9 48,5 35,5 41,0 66,1 35,2 47,8 44,0 45,8 36,0 66,7 46,5

3pts LF - 220-289 9-24 256-338 25-70 77-95 109-338 159-196 36-98 208-270 32-57 68-193 91-102 35-74 69-97 5-16 15-20 36-107 55-82 0-1 26-37 20-69 29-39 26-31 0-1 18-46 89-257 302-354 3-7 7-8 435-1255 1590-2061

12 - GOLDEN STATE WARRIORS (36-46)

Joueur Monta Ellis Stephen Curry David Lee Dorell Wright Reggie Williams Al Thornton Acie Law Vladimir Radmanovic Andris Biedrins Louis Amundson Ekpe Udoh Dan Gadzuric Jeremy Lin Jeff Adrien Charlie Bell Rodney Carney* Brandan Wright* Total

MJ 80 74 73 82 80 22 40 74 59 46 58 28 29 23 18 25 20 82

Min 40 34 36 38 20 14 16 16 24 15 18 11 10 8 10 13 10 -

Tirs 726-1611 505-1053 496-978 485-1146 268-571 51-104 78-167 137-318 142-266 83-183 97-222 37-88 28-72 23-54 12-43 45-107 38-63 3251-7046

% 45,1 48,0 50,7 42,3 46,9 49,0 46,7 43,1 53,4 45,4 43,7 42,0 38,9 42,6 27,9 42,1 60,3 46,1

3pts LF 137-379 340-431 151-342 212-227 1-3 210-267 194-516 180-228 102-240 100-134 0-1 29-35 6-30 41-54 70-173 30-34 10-31 34-87 42-64 0-1 5-14 1-5 19-25 11-19 6-21 2-4 17-37 18-27 7-14 685-1748 1290-1695

13 - LOS ANGELES CLIPPERS (32-50)

Joueur Blake Griffin Eric Gordon Mo Williams Chris Kaman Randy Foye Ryan Gomes DeAndre Jordan Eric Bledsoe Ike Diogu Al-Farouq Aminu Craig Smith Brian Cook Jamario Moon Willie Warren Baron Davis* Rasual Butler* Jarron Collins* Total

MJ 82 56 22 32 63 76 80 81 36 81 48 40 19 19 43 41 23 82

Min 38 38 33 26 25 28 26 23 13 18 12 11 15 7 30 18 7 -

Tirs 696-1376 427-949 113-268 177-376 206-531 207-505 234-341 206-486 83-148 160-406 104-188 72-170 25-59 13-35 214-515 73-226 5-15 3015-6594

% 50,6 45,0 42,2 47,1 38,8 41,0 68,6 42,4 56,1 39,4 55,3 42,4 42,4 37,1 41,6 32,3 33,3 45,7

3pts LF 7-24 446-695 106-291 287-348 43-108 66-75 43-57 71-217 133-149 72-211 61-85 0-1 98-217 32-116 99-133 41-62 45-143 92-119 0-5 50-68 34-79 15-24 11-28 5-6 5-15 6-8 45-152 79-104 42-129 18-27 7-10 513-1519 1546-2187

14 - SACRAMENTO KINGS (24-58)

Joueur Marcus Thornton Tyreke Evans DeMarcus Cousins Beno Udrih Francisco Garcia Jason Thompson Omri Casspi Samuel Dalembert Jermaine Taylor Donte Greene Pooh Jeter Darnell Jackson Hassan Whiteside Carl Landry* Luther Head* Antoine Wright* Total

MJ 27 57 81 79 58 75 71 80 26 66 62 57 1 53 33 6 82

Min 38 37 29 35 24 23 24 24 16 17 14 9 2 27 18 5 -

Tirs 213-473 382-933 433-1006 412-824 207-475 271-534 224-545 268-567 78-164 156-386 106-259 77-157 238-484 68-164 1-8 3134-6979

% 45,0 40,9 43,0 50,0 43,6 50,7 41,1 47,3 47,6 40,4 40,9 49,0 49,2 41,5 12,5 44,9

3pts LF 53-147 95-118 43-148 205-266 3-18 276-402 65-182 197-228 81-224 65-76 0-3 121-200 92-247 68-101 0-2 108-148 12-40 16-22 45-154 43-65 6-30 37-41 3-11 30-49 0-3 155-215 25-64 39-50 0-4 428-1277 1455-1981

15 - MINNESOTA TIMBERWOLVES(17-65)

Joueur Kevin Love Michael Beasley Luke Ridnour Anthony Randolph Martell Webster Wesley Johnson Darko Milicic Sebastian Telfair Anthony Tolliver Wayne Ellington Nikola Pekovic Jonny Flynn Lazar Hayward Corey Brewer* Maurice Ager* Kostas Koufos* Sundiata Gaines* Total

MJ 73 73 71 23 46 79 69 37 65 63 65 53 41 56 4 38 8 82

Min 36 32 30 20 24 26 24 19 21 19 14 19 10 24 7 9 8 -

Tirs 482-1026 561-1246 319-681 109-219 152-341 271-682 271-578 97-241 141-313 160-397 136-263 108-296 55-154 168-437 6-11 47-108 7-22 3090-7015

% 47,0 45,0 46,8 49,8 44,6 39,7 46,9 40,2 45,0 40,3 51,7 36,5 35,7 38,4 54,5 43,5 31,8 44,0

3pts LF 88-211 424-499 60-164 219-291 81-184 121-137 52-74 55-132 94-122 103-289 64-92 64-115 28-78 44-60 47-115 105-131 48-121 42-53 87-114 31-100 32-42 17-60 33-42 26-99 121-171 3-4 0-2 12-24 2-6 5-10 589-1565 1519-1977

Rb 9,7 7,6 2,4 3,3 5,1 5,2 2,6 2,0 2,3 2,3 1,9 1,0 1,9 2,0 3,9 2,0 0,8 39,5

Pd 1,8 2,5 5,4 1,7 3,0 0,8 1,7 1,1 1,5 3,5 0,5 0,9 0,5 0,3 9,7 1,4 23,4

In 0,6 1,3 0,8 1,0 1,3 0,5 0,8 0,4 0,3 0,8 0,3 0,7 0,3 0,1 1,2 0,4 7,7

Co 1,9 0,9 0,1 0,5 1,2 1,2 0,2 0,3 0,3 0,2 0,3 0,1 0,2 0,3 0,2 0,4 0,2 5,9

Bp 1,3 1,9 2,9 1,2 1,8 1,0 0,9 1,0 0,5 1,4 0,4 0,9 0,5 0,5 3,5 1,4 0,2 13,6

Pts 18,6 17,3 15,8 12,8 11,7 8,2 8,0 5,5 4,9 4,3 3,6 3,3 2,2 2,0 21,3 5,6 1,0 99,4

Rb 3,5 3,9 9,8 5,3 2,7 2,6 1,3 2,9 7,2 4,0 3,1 3,1 1,2 2,5 1,0 1,9 2,0 40,5

Pd 5,6 5,8 3,2 3,0 1,5 0,5 1,8 1,1 1,0 0,4 0,7 0,4 1,4 0,4 0,7 0,4 0,2 22,5

In 2,1 1,5 1,0 1,5 0,4 0,3 0,7 0,6 0,9 0,3 0,4 0,4 1,1 0,2 0,3 0,4 0,2 9,0

Co 0,3 0,3 0,4 0,8 0,0 0,1 0,6 0,9 0,7 1,5 0,6 0,3 0,2 0,1 0,2 0,5 5,0

Bp 3,2 3,1 2,3 1,6 0,7 0,9 0,8 0,8 1,0 0,5 0,8 0,8 0,6 0,4 0,3 0,6 0,5 14,1

Pts 24,1 18,6 16,5 16,4 9,2 6,0 5,1 5,1 5,0 4,3 4,1 2,8 2,6 2,5 1,8 5,0 4,2 103,4

Rb 12,1 2,9 2,5 7,0 1,6 3,3 7,2 2,8 3,2 3,3 2,4 2,4 2,5 0,6 2,8 1,9 0,7 42,1

Pd 3,8 4,4 5,6 1,4 2,7 1,6 0,5 3,6 0,1 0,7 0,6 0,4 0,4 1,4 7,0 0,7 0,0 22,1

In 0,8 1,3 0,9 0,5 0,7 0,8 0,5 1,1 0,1 0,7 0,3 0,3 0,2 0,3 1,4 0,2 0,2 7,1

Co 0,5 0,3 1,5 0,3 0,2 1,8 0,3 0,1 0,3 0,1 0,3 0,3 0,5 0,4 0,0 4,9

Bp 2,7 2,7 3,0 1,8 1,5 0,7 1,3 2,4 0,6 1,3 0,7 0,6 0,3 0,4 2,5 0,5 0,2 15,5

Pts 22,5 22,3 15,2 12,4 9,8 7,2 7,1 6,7 5,8 5,6 5,4 4,8 3,5 1,9 12,8 5,0 0,7 98,6

Rb 4,7 4,8 8,6 3,4 2,3 6,1 4,3 8,2 2,0 2,2 1,1 1,6 4,8 1,8 0,5 43,9

Pd 3,4 5,6 2,5 4,9 1,2 1,2 1,0 0,8 1,2 0,7 2,6 0,2 0,9 2,1 20,4

In 1,7 1,5 1,0 1,2 0,9 0,4 0,8 0,4 0,5 0,5 0,5 0,2 0,6 0,3 0,2 7,4

Co 0,2 0,5 0,8 0,1 0,8 0,6 0,2 1,5 0,1 0,3 0,0 0,1 0,4 0,3 4,8

Bp 2,1 3,2 3,3 1,8 0,8 1,3 1,0 1,6 1,5 0,9 0,8 0,4 1,5 1,0 0,2 15,6

Pts 21,3 17,8 14,1 13,7 9,7 8,8 8,6 8,0 7,1 6,1 4,1 3,3 11,9 6,1 0,3 99,4

Rb 15,2 5,6 2,8 5,2 3,2 3,0 5,2 1,5 4,5 1,7 3,0 1,5 1,7 2,7 0,5 2,6 0,8 44,4

Pd 2,5 2,2 5,5 1,2 1,2 1,9 1,5 3,0 1,2 1,1 0,4 3,4 0,7 1,4 0,2 0,2 0,8 20,1

In 0,6 0,7 1,3 0,8 0,6 0,7 0,8 0,7 0,4 0,4 0,3 0,6 0,3 1,6 0,2 0,2 0,4 7,2

Co 0,4 0,7 0,1 0,7 0,2 0,7 2,0 0,1 0,4 0,0 0,5 0,1 0,2 0,2 0,5 5,2

Bp 2,1 2,7 2,2 1,9 1,3 1,2 2,2 1,7 0,8 0,8 1,4 2,1 0,5 1,4 1,0 0,7 0,8 16,5

Pts 20,2 19,2 11,8 11,7 9,8 9,0 8,8 7,2 6,7 6,5 5,5 5,3 3,9 8,6 3,8 2,8 2,6 101,1


26

échos NBA

En bref 71 MILLIONS POUR RANDOLPH Au sortir de l’une de ses meilleures saisons, le vétéran fort de dix campagnes dans la grande ligue, a prolongé pour quatre ans avec la franchise du Tennessee. Avec une production de 20,1 points et 12,2 rebonds, Randolph (29 ans) a porté les Grizzlies sur ses épaules pendant toute la saison et a assumé un rôle inattendu de leader. Avant de signer son contrat Randolph aurait toutefois demandé à la direction des garanties sur la resignature annoncée de Marc Gasol, sur le point de devenir free agent.

Jonathan Daniel/Getty Images

ODOM VOULAIT ARRÊTER

CHARLOTTE BOBCATS

JORDAN POSITIVE A

ccusé d’avoir dévasté son équipe pour économiser de l’argent quand il a transféré Gerald Wallace à Portland contre Joel Przybilla, le propriétaire de Charlotte a tenu à expliquer son managérat lors d’un entretien accordé au Charlotte Observer. « Je ne veux pas que les gens pensent que nous ne sommes pas disposés à dépenser », a affirmé Jordan. « Je veux dépenser de l’argent pour une équipe qui va nous permettre d’être dans le top 4 ou le top 3 de la conférence Est. Nous n’avons pas été en mesure de

le faire à cause des contrats que l’on avait. Mais désormais, cet été, nous serons pour la première fois en position d’avoir une certaine flexibilité financière. Nous voulons investir. Nous sommes l’une des équipes pouvant être une destination possible pour les free agents en devenir. Nous voulons construire un bon programme de basket. Et gagner est une part importante de ce programme. Nous faisons tout notre possible pour être des gagnants. » n Pascal GIBERNÉ, à New York

PROSPECTION

WORKOUT XXL AUX NETS • La franchise du Garden State, associée à Houston et aux New York Knicks, va mettre en place un workout pour environ 40 candidats à la draft, les 7 et le 8 mai prochain. L’entraînement va avoir lieu dans le centre d’entraînement des Nets et sera ouvert aux 30 franchises de l’Association. Alors qu’en général ce genre d’évaluation regroupe 6 joueurs par session, les franchises NBA ont été forcées de s’adapter à la nouvelle règle édictée par la NCAA, obligeant les freshman, les sophomores et les juniors à retirer leurs noms de la draft le 8 mai au plus tard, s’ils

espèrent conserver leur éligibilité universitaire. La deadline pour s’inscrire à la draft ayant été fixée au 24 avril par la NBA, cela laisse donc très peu de temps aux franchises NBA pour évaluer les futurs prospects. « Avec si peu de temps, il ne sera pas possible pour toutes les équipes d’auditionner beaucoup de joueurs », a expliqué un dirigeant dans Sports Illustrated. « Et ces derniers ne

pourront pas se rendre aux quatre coins du pays. En faisant ce genre de workout on perd l’avantage que l’on avait en faisant venir un joueur pour un entraînement individuel. » Les joueurs vont effectuer des cinq contre cinq au lieu du trois contre trois habituel quand les équipes ne pouvaient accueillir qu’un maximum de six joueurs lors des workouts. P.G.

Alors que son show de télé-realité « Khloe and Lamar » (qui suit les péripéties d’Odom et de sa jeune femme, la socialite Khloé Kardashian, sœur de Kim) a débuté il y a trois semaines, l’ailier des Lakers a avoué avoir songé à arrêter trois jours après le début du tournage. « Je pensais que cela allait être facile mais c’est épuisant d’avoir les caméras chez soi, à longueur de journée », a expliqué Odom récemment sur le plateau de l’émission télé Ellen. « J’ai demandé à Khloé s’il y avait un moyen de casser le contrat mais elle a refusé : elle m’a dit : non on s’est engagé, il faut continuer. » Le show bénéficie d’une bon buzz et permet surtout de découvrir l’univers relativement normal d’un joueur méconnu du public.

LE GARDEN SOLD OUT Trente minutes. C’est le temps qu’il a fallu pour vendre l’intégralité des tickets du Game 3 et du Game 4 du premier tour entre les Knicks et les Celtics devant se jouer au Madison Square Garden.

UNC FAVORI EN 2012 ? À l’instar de Tyler Zeller et John Henson, Harrison Barnes, l’ailier des Tarheels a décidé de rempiler pour une nouvelle saison à North Carolina. Après des débuts laborieux, le freshman que tout le monde annonçait si haut avait finalement relevé la tête en début d’année pour ensuite briller lors de la March Madness. Il était attendu dans le top 10 de la prochaine draft. « Je suis là pour profiter de ma vie universitaire, grandir et recevoir une bonne éducation dans l’un des plus grandes familles du sport NCAA. » a expliqué Barnes. Les Tar Heels conservent leur cinq majeur et leurs sept meilleurs scoreurs de la saison passée. « On se prépare pour une saison spéciale », affirme Barnes. « Je vais travailler mes fondamentaux pendant l’été pour atteindre mon objectif en 2012, ramener un titre de champion NCAA à UNC. » P.G.


27

échos NBA

 BASKET 





 

 



BASKET

Pour des VACANCES SPORTIVES et EDUCATIVES inoubliables !!!



Kent Smith/NBAE via Getty Images

phé studio rodez





Un concept original Un état d’esprit unique  Des moyens  exceptionnels



STAGES BASKET 10/17 ans



RÉGLEMENT DE COMPTE

JACKSON DÉÇU PAR BROWN L ors d’une interview donnée au Charlotte Observer, l’arrière des Bobcats est revenu sur les événements ayant entraîné le renvoi de Larry Brown en décembre dernier. « J’ai eu un entretien avant le début de la saison avec Larry et il m’a dit que nous n’allions pas être bons et que notre équipe n’avait pas le temps pour se qualifier en playoffs. » L’honnêteté de son entraîneur et surtout son manque d’ambition avaient choqué Jackson après une année 2009-10 où les Bobcats s’étaient qualifiés pour les phases finales pour la première fois de l’histoire de la franchise, avec un bilan de 44 victoires pour 38 défaites. « Je n’accepte ce genre de discours de la part

de personne. M’annoncer avant même le début de la saison que nous n’allions pas être bons, cela m’a brisé. J’ai perdu confiance en lui à cet instant. J’ai perdu tout respect pour lui. C’est difficile de partir au combat pour un type comme ça. C’est à ce moment qu’il a perdu l’équipe. Nous n’avions pas confiance en nous. On ne se sentait pas bien avec le maillot des Bobcats sur les épaules avant l’arrivée de coach Silas. » Les Bobcats ont débuté avec un bilan de 9 victoires pour 19 défaites et Michael Jordan a dû se résoudre à renvoyer Brown pour finalement engager Paul Silas. n Pascal GIBERNÉ, à New York

PAS COOL

Gary Dineen/NBAE via Getty Images

SKILES SULFATE !

• Connu pour son manque de diplomatie, l’entraîneur de Milwaukee s’est plaint de l’absence totale de leadership au sein de sa formation cette saison. Belle surprise l’année passée, réussissant même à se distinguer en playoffs, les Bucks se sont écroulés en 2010-2011. « Il est juste de dire que nous n’avons pas eu de leader cette année pour motiver les troupes. Mais ce n’est pas facile de donner ce genre de responsabilités. On ne peut pas dire : ce type va devenir notre leader. Il est parfois choquant de l’intérieur de voir combien il est difficile de trouver un vrai meneur d’hommes. On ne peut pas transformer un joueur en un leader. C’est une qualité naturelle, que l’on a en soi. Une fois que l’on a un bon leadership dans une équipe, il faut aussi avoir des joueurs prêts à suivre le leader. » Andrew Bogut et Brandon Jennings ont dû apprécier… P.G.

www.sportselitejeunes.fr OFFRE SPÉCIALE : FRAIS

DE DOSSIER OFFERTS !

Rappelez la référence : BN4 lors de votre réservation


28

référendum

Considérée comme un défenseur hors pair, Emmeline Ndongue s’est construit au fil des années un arsenal offensif qui l’a amenée à être dangereuse de l’autre côté du terrain. À 28 ans - le 25 avril - la Berruyère de - presque - toujours gagne un trophée de MVP, sans aucune contestation, et Bourges reprend le pouvoir en réalisant le doublé avec la deuxième place de Endy Miyem. Par Pascal LEGENDRE

LA CONSÉCRATION EMMELINE NDONGUE FRANÇAISES

MODE D’EMPLOI Qui vote ? Tous les coaches et capitaines de Ligue Féminine, ainsi qu’un panel de journalistes spécialisés. Comment ? En classant les joueuses par ordre préférentiel de 1 à 5, avec interdiction de voter pour une joueuse de son équipe. Cinq points sont accordés à la première, quatre à la deuxième, etc. Depuis quand existe ce référendum ? Maxi-Basket a lancé le référendum féminin en 1984. La Ligue Féminine y est associée depuis 2001. BasketNews a pris le relais il y a deux ans.

Joueuse Club Pts 1ère pl. 1 Emmeline Ndongue Bourges 79 14 2 Endy Miyem Bourges 34 5 3 Aurélie Bonnan Mondeville 31 5 4 Djene Diawara Charleville 22 5 Florence Lepron Tarbes 19 2 6 Caroline Aubert Nantes-Rezé 18 2 7 Ana Cata-Chitiga Tarbes 16 8 Marielle Amant Arras 15 9 Sylvie Gruszcynski Calais 12 10 Clémence Beikes Hainaut 10 Johanne Gomis Arras 10 Ont également obtenu des voix : Magali Lacroix (Aix, 9), Marion Laborde (Basket Landes, 7), Gaëlle Skrela (Lattes-Montpellier, 7), Fatimatou Sacko (Lattes-Montpellier, 7, 1), Sarah Ouerghi (Charleville, 4), Mame Marie Sy Diop (Nantes-Rezé, 4), Amel Bouderra (Charleville, 3), Laetitia Kamba (Hainaut, 3), Camille Aubert (Nantes-Rezé, 1), Clarisse Costaz (Challes, 1), Yacine Sené (Mondeville, 1).

• Les départs à l’étranger des trois dernières lauréates (Sandrine Gruda, Céline Dumerc puis Isabelle Yacoubou) ont laissé le champ libre à deux autres titulaires de l’équipe nationale. D’ailleurs Endy Miyem fait un retour en force après une saison 2009-10 un peu en dedans. Top-rebondeuse du championnat, Aurélie Bonnan s’installe sur la troisième marche du podium. Djene Diawara dispose d’un passeport français tout en étant internationale malienne. Florence Lepron change de statut. Caroline Aubert est bien revenue après une maternité et une grave blessure. Bonne poussée de Ana Cata-Chitiga, 22 ans. Marielle Amant est la seule survivante d’une équipe d’Arras finaliste de l’EuroCup mais qui s’est affaissée en LFB.

ÉTRANGÈRES

Joueuse Club Pts 1ère pl. 1 Mistie Bass Challes 93 17 2 Jelena Dubjlevic Tarbes 58 6 3 Jennifer Humphrey Basket Landes 39 4 Kristen Mann Charleville 24 5 Catherine Joens Bourges 22 6 Styliani Kaltsidou Bourges 18 2 7 Nathalie Hurst Aix 15 2 8 Iva Perovanovic Lattes-Montpellier 12 9 Kristen Brooke Sharp Mondeville 9 1 10 Romy Bar Challes 9 Ont également obtenu des voix : Katerina Manic (Basket Landes, 7, 1), Leilani Mitchell (Arras, 4), Emilija Podrug (Nantes-Rezé, 4), Hollie Grima (Aix, 3), Pauline Akonga-Nsimbo (Arras, 1), Erin Thorn (Tarbes, 1).

• Connaissez-vous Chubby Checker ? Ce chanteur américain a rencontré un immense succès avec « Let’s twist again » au tout début des années 60. Un demi-siècle plus tard, c’est sa fille Mistie Bass qui a tordu toutes les défenses de la LFB, s’imposant comme la numéro 1 à l’évaluation et au scoring. Issue de Duke, Mistie (1,91 m, 86 kg, 27 ans) a passé cinq étés en WNBA (3,6 pts en 120 matches) et portait l’an dernier le maillot de Jérusalem. La fougueuse Monténégrine Jelena Dubljevic - six saisons en Espagne - vient se positionner entre quatre Américaines. MVP 2010, Leilani Mitchell a disparu de la scène.

FIBA Europe / Figurski

MVP FRANÇAISE 2011


29

référendum

Les 10 dernières MVP

EMMELINE NDONGUE

« JE N’AIME PAS ME METTRE EN AVANT » S

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011

athlétiques que nous, les filles, on joue plus collectif, c’est dû au fait qu’à la base, on pense plus collectif. Cathy Joens, c’est notre shooteuse à 3-pts. Elle pourrait shooter de n’importe où, n’importe quand, seulement elle a une vision du jeu, elle fait des passes, elle part en dribbles, elle défend aussi. On ne pense pas qu’à sa gueule.

urprise d’être élue MVP française ? Oui, il y a d’autres bonnes joueuses dans le championnat. Je suis contente aussi car je suis intérieure, un défenseur, et ça met en avant ces qualités-là en général. D’habitude les MVP ce sont de gros scoreurs. Ceci dit, la défense c’est bien mais il faut aussi savoir apporter offensivement. Ça fait deux ans que je regarde le panier et ça peut changer les choses. Pierre (Vincent) n’a pas arrêté de me dire que si le défenseur sait en face que je vais tout le temps passer, il va s’adapter. C’est important de tirer de temps en temps, de marquer des points.

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011

FIBA Europe

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011

« J’espère qu’on n’aura pas que ça à fêter au champagne. »

Et puis c’est la preuve que l’on peut être professionnelle, jouer l’EuroLeague, en équipe de France et faire des études (en communication)? Tout à fait (rires). C’est une question de volonté, d’organisation du temps. Il y a une différence entre suivre des cours par correspondance et réellement y aller. Par correspondance, je l’ai vécu, il n’y a personne pour te pousser au cul et te dire de te mettre à bosser. Quand tu vas en cours avec des profs, des camarades, c’est plus motivant. Même si j’y ai toujours pensé depuis que j’ai commencé le basket professionnel, je suis arrivée à un moment de ma vie où il faut envisager la reconversion. Et on n’y pense pas assez dans le basket en général, féminin en particulier.

Ce trophée, c’est quelque chose dont vous parlez entre joueuses, qui vous préoccupe ? Du tout. Sans doute parce que le basket est plus collectif chez les filles. À Bourges, la meilleure joueuse est élue à chaque match, on est contente pour la fille qui a la récompense, on est contente pour soi quand ça arrive, mais ce qui est important c’est que l’équipe gagne. On sait que sans la passe de sa coéquipière, on n’aurait pas mis ses points. Ce n’est pas parce qu’on a moins de qualités

Playoffs, puis championnat d’Europe où vous avez un titre à défendre et une qualification pour les J.O. à gagner, c’est maintenant que la saison commence réellement pour une MVP ? C’est exactement ça. Depuis que nous avons été éliminées en quarts de finale de l’EuroLeague, nous nous sommes retrouvées avec 6 matches d’avance sur tout le monde, les matches de fin de championnat ne comptent plus pour grand chose, et même si on est des compétitrices, il faut trouver la motivation. Comme il y a des semaines sans matches, on s’entraîne beaucoup et de ça, on n’en a pas forcément envie. Donc c’était une période un peu plus calme et là, on rentre dans le vif du sujet, de ce que l’on attend depuis le début de la saison. Après il faudra arriver au championnat d’Europe avec plein d’énergie et partir au combat pour aller chercher une place aux J.O. n

Propos recueillis par P.L.

Bourges Aix-en-Provence Valenciennes Valenciennes Valenciennes Valenciennes Bourges Tarbes Tarbes Bourges

Alliston Feaster Alliston Feaster Alliston Feaster Grace Daley Tamika Whitmore Hamchétou Maïga-Ba Belinda Snell Tanisha Wright Leilani Mitchell Mistie Bass

Valenciennes Valenciennes Valenciennes Mondeville Mourenx Mondeville Bourges Tarbes Arras Challes

Espoirs

Que penses-tu de Mistie Bass qui est élue meilleure étrangère ?

Je suis contente. Une très bonne joueuse offensivement. C’est très dur de défendre contre elle quand elle s’approche du panier, j’en sais quelque chose. Quand on a une fixation intérieure comme ça, ça amène énormément. On a toujours beaucoup d’étrangères qui se démarquent offensivement, c’est pour ça qu’on les recrute. Après, elles peuvent être moins performantes défensivement. Mistie Bass peut défendre, on ne va pas jouer tous les ballons sur elle sachant qu’elle ne défend pas, mais on sait aussi qu’elle ne va pas empêcher l’intérieure en face de scorer.

Nicole Antibe Lucienne Berthieu Audrey Sauret Sandra Le Dréan Sandrine Gruda Sandrine Gruda Céline Dumerc Isabelle Yacoubou-Dehoui Isabelle Yacoubou-Dehoui Emmeline Ndongue

Étrangères

Endy Miyem est deuxième. Vous allez fêter ça au champagne ou au café liégeois ? Champagne ! (rires) Et j’espère qu’on n’aura pas que ça à fêter au champagne.

Tu as plus de deux fois plus de points que la deuxième, on peut parler de triomphe ? Waouh ! (Rires) On ne va pas aller jusque-là. Je n’aime pas en règle générale me mettre en avant. C’est toujours d’abord l’équipe, son bien-être. Ça récompense son travail et celui de Pierre que j’ai comme coach depuis quelques années maintenant ! C’est bien.

Françaises

ESPOIRS (Nées en 1991 et après) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Céline Dumerc Sabrina Réghaissïa Elodie Godin Elodie Godin Sandrine Gruda Sandrine Gruda Endéné Miyem Marielle Amant Alexia Plagnard Esther Niamke-Moison

Joueuse Esther Niamke-Moison Lola De Angelis Touty Gandega Margaux Okou Zouzouo Isabelle Strunc Mélanie Devaux Adja Konteh Eléonore Grossemy Romane Bernies Lou Mataly Anaïs Viale

Club Mondeville Toulouse Mondeville Aix Aix Calais Arras Charleville Bourges Toulouse Aix

Tarbes Villeneuve-d’Ascq Bourges Bourges Valenciennes Valenciennes Bourges Arras Lattes-Montpellier Mondeville

Pts 58 56 52 31 28 15 10 9 4 3 3

1ère pl. 8 8 7 4 1

Ont également obtenu des voix : Florine Basque (Nantes-Rezé, 1), Margaux Galliou (Bourges, 1), Marion Pujos (Basket Landes, 1). Rarement scrutin aura été aussi serré et c’est le jour même de la fermeture du bureau de votes que la balance a penché du côté d’Esther Niamke-Moison. Esther (1,64 m), née en Côte d’Ivoire a porté les couleurs de deux autres clubs normands, Rouen et Bihorel. Elle et Lola De Angelis ont été finalistes du Championnat du monde U-17 l’été dernier. Ce qui est remarquable, c’est donc qu’elles sont nées toutes les deux en 1993, et Lola en décembre. À 17 ans, la Toulousaine a passé 24 minutes en moyenne en Ligue ! Placer deux joueuses sur le podium est pour Mondeville une consolation après une saison décevante.


30

Pro B

PORTRAIt

temps pour qu’il comprenne ça et pour qu’on le mette en place. Depuis, il est totalement rentré dans son basket qui est fait d’agressivité, de prises de risque qu’on accepte et la réussite est là. Dans un équilibre complet, il est aujourd’hui capable de tirer profit des espaces offerts par une défense qui se concentre beaucoup sur Cédric (Ferchaud) et Dan (Coleman). Et puis, c’est un joueur qui a une force mentale parce qu’il ne doute pas. » Angelo se comporte sur le terrain désormais comme un joueur mature. « Je ne me pose plus de question, je laisse parler mes qualités », nous confie ce très fort shooteur. « La clé était mentale. Je veux rester maître de mes émotions. Pas euphorique mais pas trop bas non plus. J’essaye de bien gérer la réussite individuelle sans m’écarter de l’objectif collectif. Là, on monte en puissance au moment idéal pour nous. Si on pouvait faire comme le Pana en Euroleague, qui rate sa première phase et qui tape le Barca en quarts de finale, ce serait parfait. » Quand il parle du Pana et de l’Olympiakos, le visage d’Angelo s’illumine. Les sonorités de son nom renvoient évidemment aux origines grecques de son père. Mais rapidement, Angelo redevient sérieux. Le garçon en veut. « Je prends le positif mais je ne suis pas encore satisfait de moi-même. Je sais que je peux faire mieux. » Son coach est d’accord. «  C’est un joueur qui pourrait facilement être aujourd’hui un vrai joker pour de la Pro A », avance Courcier. Ça tombe bien, les playoffs pour la montée commencent bientôt ! n

L’HOMME QUI BOOSTE LA JL

LE FACTEUR

X

Bourg a gagné 9 de ses 11 derniers matches. Depuis qu’Angelo Tsagarakis (1,90 m, 26 ans) ne rate plus rien, l’attaque de la JL est redoutable. Et ce baroudeur au parcours atypique joue enfin à son vrai niveau.

Exode US Pour sa troisième saison complète en Pro B, après un parcours atypique (Poissy en N3 puis lycée US et deux facs différentes en NCAA, avec un passage en équipe de France des moins de 20 en 2004), le Français né à Mantes-la-Jolie se révèle enfin. « Je me sens bien dans l’équipe, dans le club. Les gens ici sont très accueillants et très positifs à mon égard. »

Pascal Allée / Hot Sports

I

l reste un peu plus de 9 minutes à jouer quand Evreux revient à deux longueurs de Bourg (5755). Le match est crucial entre deux équipes engagées dans le sprint final directions les playoffs. Même privés de leur meneur Philippe Da Silva, les visiteurs s’accrochent du mieux qu’ils peuvent. Ils font le boulot en défense. Angelo Tsagarakis, l’homme en forme du moment qui reste sur un match fantastique à Saint-Vallier la semaine précédente (30 pts à 9/11 aux tirs dont 7/8 à trois-points), est toujours capot. Il serre les dents. Depuis le milieu de semaine, son dos est raide. Il joue avec une ceinture de contention. Coach Fabrice Courcier le lance quand même dans le money time. En trois actions, le shooteur de Bourg va plier l’affaire. Trois flèches longue distance, trois tirs difficiles. En quatre minutes, Tsagarakis marque 7 points sur le 10-0 infligé par Bourg. Le rideau tombe. Angelo retourne sur le banc pendant que ses partenaires vont chercher le point average. Depuis 11 matches, l’arrière est en feu (16,2 pts à 49% dont 48,6% à 3-pts sur plus de 6 tentatives par match, 2,1 rbds et 2,0 pds). Résultat, entre lui (11,7 pts sur la saison), Dan Coleman l’ailier de grande taille au physique superbe (13,0 pts) et Cédric Ferchaud le shooteur (10,4 pts), Bourg peut compter sur une rotation de très haut niveau à l’extérieur. L’attaque grippée de début de saison est désormais redoutable (80,8 pts sur les 11 derniers matches). « Il a été hyper important dans les victoires », nous explique coach Fabrice Courcier. « On ne s’attendait pas forcément à ce qu’il puisse être aussi productif. Il n’avait jamais été présent à ce niveau aussi longtemps depuis le début de sa carrière. Ça fait 5-6 mois qu’il est bon. »

Il a marqué au moins un triple sur les 11 derniers matches !

C’est à Bourg déjà fin 2008 qu’Angelo avait posé ses valises en revenant des États-Unis. Au départ, uniquement pour s’entraîner. Puis coach Sénégal lui offre une place dans l’équipe juste avant les playoffs (10,0 pts en 6 matches). Paris le signe alors mais ça ne se passe pas bien. « (Coach) Dupraz ne m’a pas donné d’opportunité de réussir. Ça me frustre de repenser à cette épisode. » Le PL retrouve la Pro A mais il part. « La saison dernière à Saint-Vallier, coach Pluvy a été très positif, et même si individuellement ce n’était pas magnifique (8,0 pts en 21’), le club a fait la meilleure saison de son histoire. Je me suis enrichi de ces expériences collectives positives et j’ai continué à travailler dans l’ombre pour pouvoir être un élément majeur d’une équipe qui gagne. J’espère avoir apporté ça à Bourg. » « C’est un joueur qui demande une certaine liberté parce qu’il est créateur de son propre jeu », prévient coach Courcier. « Mais il faut que ce soit encadré dans un projet de l’équipe. Ça a pris un peu de

Thomas BERJOAN, à Bourg


31

Salut ! Ça va ?

Propos recueillis par Samuel HAURAIX

Carole

Delau(ARnBITéRE

) PROFESSIONNELLE

S

vrai que je discute beaucoup avec elle, et profite de son expérience. Cela fait plus de quinze ans qu’elle est là. Sur le terrain, comment les joueurs et coaches se comportent avec toi ?

La manière de s’adresser de certains joueurs, est plus calme, plus réfléchie, moins agressive. Mais bon, homme ou femme, si le joueur veut s’exprimer, il s’exprime. Un joueur a déjà tenté de te draguer durant un match ?

Ah oui ! C’est arrivé, c’était marrant d’ailleurs ! Je ne vais pas dire son nom, par respect pour lui ! (Rires) J’ai eu une fois, après, une discussion avec un joueur, un « I love you » qui m’a bien fait rire !

alut Carole, ça va ?

Ça va très bien ! Je passe une bonne saison, tant en France qu’au niveau international.

Tu te maquilles avant les matches ?

Jamais ! Je suis très nature.

Ton arbitrage du week-end dernier à Paris Levallois s’est bien passé ?

Match à enjeu, surtout pour Paris qui était dans une phase un peu compliquée. Donc un peu de pression sur les épaules des Parisiens, qui ont, je trouve, bien négocié ce match.

Tu apprécies les tenues que vous portez ?

Tu aimes arbitrer les matches à pression ?

Tu gardes des réflexes d’arbitre en dehors du

Bien sûr. Je suis une compétitrice avant tout. Je suis ancienne joueuse professionnelle (Mondeville), donc la compétition, c’est ce qui m’anime. On préfère les matches à pression, qui se terminent à peu de points, pour l’adrénaline.

terrain ?

Qu’est-ce qui t’as fait basculer ?

Yvan Mainini était arbitre. Tu crois que l’arbi-

Pour différentes raisons, j’ai arrêté de jouer. J’avais toujours dit que je reprendrais l’arbitrage quand mon emploi du temps me le permettrait.

trage ouvre des débouchés ?

C’est vrai qu’au niveau des tailles... On n’a pas les mêmes morphologies. Ce serait bien de s’adapter aux femmes. On ressemblerait peut-être moins à des sacs ! (Rires)

Effectivement, j’aime bien diriger. Dans cette activité, on se doit de prendre des décisions, des responsabilités. C’est quelque chose que l’on a autant dans l’arbitrage que dans notre vie privée.

Arbitre, c’est un poste à responsabilités. Pour l’instant, je n’ai aucune ambition au niveau politique sportive, dans les différentes fédérations. Je profite du moment présent. Advienne que pourra.

Le fait d’avoir été professionnelle t’aide ?

Cela m’a beaucoup facilité la tâche quand je suis arrivée. La connaissance du jeu, pouvoir anticiper... D’ailleurs la formation des arbitres depuis 5-6 ans tend vers la pratique du jeu pour mieux connaître.

Tu suis le basket en général ?

Bien sûr, je suis une fana de tous les baskets. Un joueur préféré en France ou aux États-Unis ?

Je peux pas dire en France ! Sinon, on pourrait croire que je le favorise quand je l’arbitre. (Rires) La référence pour moi, c’est toujours Michael Jordan bien sûr. Aujourd’hui, on ne peut pas rester indifférent à des Kobe Bryant... J’aime beaucoup Joakim Noah aussi, pour son éthique de travail.

Pour toi, on dit un ou une arbitre de basket ?

(Rires) Les deux se disent ! Plutôt « une », pour une fois qu’on peut mettre au féminin ! C’est important, même si sur le terrain, homme ou femme, je ne suis pas sûre que les coaches et les joueurs regardent. On est des arbitres avant tout.

féminine ?

Que l’on soit homme ou femme, on est tous solidaires. Il n’y a pas plus de solidarité avec Chantal Julien ou mes collègues masculins. C’est

Les playoffs NBA débutent. Un

« Oui, un joueur a déjà tenté de me draguer en match ! »

pronostic ?

Un petit Boston-San Antonio en finales, ce serait pas mal. Faudrait que cela se renouvelle. Les Lakers en ont assez gagné ! (Rires)  n

Dorothée Diop / FFBB

Existe-t-il une forme de solidarité


Abonnez-vous à BasketNews

Pour 9,90 € par mois

Votre cadeau LE LIVRE D’OR 2010 Edition prestige « Beau Livre » 120 pages, 180 photos

Réalisé pour la première fois par la rédaction de BasketNews !

+

1 BD basket dunk

Valeur : 29 €

Engagement d’un an minimum pour cette offre

1 an - 52 N°, soit 12 numéros gratuits

BULLETIN À RETOURNER À : NORAC PRESSE – SERVICE ABONNEMENTS – B.P. 25244 - 72005 LE MANS CEDEX 1 Je choisis mon abonnement et mon mode de paiement Mes coordonnées : Je m’abonne à BasketNews et je choisis le paiement par prélèvement automatique. Soit 9,90 $ par mois. Je remplis l’autorisation ci-contre et je joins un R.I.B. Je reçois en cadeau Le Livre d’Or du Basket 2010* et une BD Basket Dunk. Je m’abonne à BasketNews et je régle mon abonnement en une seule fois 99 $ par chèque bancaire ou postal ou par Carte Bancaire. Je reçois en cadeau Le Livre d’Or du Basket 2010*. La BD est réservé à l’abonnement par prélèvement automatique.

Recevez

LES MVP SECRETS

80 BEN WOODSIDE 82 MENDE 86 GIORGI SHERMADINI 94 JEAN-PIERRE GOISBAULT

pour 1 € de plus*

DE LA PRO A

DU CÔTÉ DE CHEZ

DIDIER DOBBELS

ARRAS DINGUE DE SES FILLES

CHALON GAGNE !

© Hervé Bellenger / IS

+

CHALON S’AMUSE, MAXI BASKET N°30

Steed Tchicamboud - AVRIL 2011 DOM : 5,60 € - BEL : 5,40

€ - Port.cont : 5,20 €

M 03247 - 30 - F: 5,00 E

3:HIKNME=\UZUU^:?a@a@n@a@k;

www.basketNews.net

Ou

Adresse :

Ville

Code postal

Tél. :

Né(e) le :

Paiement par carte bancaire

+

Je m’abonne à BasketNews + Maxi-Basket et je choisis le paiement par prélèvement automatique. Soit 10,90 $ par mois. Je remplis l’autorisation ci-contre et je joins un R.I.B. Je reçois en cadeau Le Livre d’Or du Basket 2010 et une BD Basket Dunk.

Je m’abonne à BasketNews + BAM et je choisis le paiement par prélèvement automatique. Soit 10,90 $ par mois. Je remplis l’autorisation ci-contre et je joins un R.I.B. Je reçois en cadeau Le Livre d’Or du Basket 2010 et une BD Basket Dunk.

Je m’abonne à BasketNews + Maxi-Basket et je règle mon abonnement en une seule fois 120 $ (- jusqu’à 46% de réduction) par chèque bancaire ou postal ou par Carte Bancaire. Je reçois en cadeau Le Livre d’Or du Basket 2010. La BD est réservé à l’abonnement par prélèvement automatique.

Je m’abonne à BasketNews + BAM et je règle mon abonnement en une seule fois 120 $ (- jusqu’à 46% de réduction) par chèque bancaire ou postal ou par Carte Bancaire. Je reçois en cadeau Le Livre d’Or du Basket 2010. La BD est réservé à l’abonnement par prélèvement automatique.

Expire fin

Clé* Clé : les 3 derniers chiffres figurant au dos de votre carte bancaire.

Autorisation de prélèvement J’autorise l’établissement teneur de mon compte à prélever sur ce dernier le montant des avis de prélèvements mensuels établis à mon nom, qui seront présentés par Norac Presse. Je vous demande de faire apparaître mes prélèvements sur mes extraits de compte habituels. Je m’adresserai directement à Norac Presse pour tout ce qui concerne le fonctionnement de mon abonnement. Titulaire du compte Organisme créancier : Norac Presse - 3, rue de l’Atlas - 75019 Paris NOM : N° national d’émetteur : 580138

Date et signature obligatoire :

PRÉNOM : ADRESSE :

VILLE : CODE POSTAL :

Le prélèvement automatique est réservé à la France métropolitaine (engagement minimum de 12 mois sur cette offre). Au-delà de 12 mois, mon abonnement sera reconduit tacitement sauf demande contraire adressée par courrier à : Norac Presse – Service Abonnements – BP 25244 – 72005 LE MANS CEDEX 1. Tarifs étranger et DOM TOM (par carte bancaire uniquement) : BasketNews 123 $. BasketNews + Maxi-Basket (ou + BAM) 150 $. Cadeau étranger : adresse française uniquement. Renseignements abonnés : 02-43-39-16-20 ou abonnement@tomar-presse.com

☛ Plus d’offres d’abonnements sur www.basketnews.net

BN 548

Maxi-Basket ou BAM

#30

VICIEUX, CHAMBREURS , SOUS-ESTIMÉS, HORS DE FORME, FLOP,PRIX ORANGE, PRIX CITRON…

Prénom :

E-Mail :

AVRIL 2011

POSTERS

TREMMELL DARDEN (NANCY) & NICOLAS BATUM (PORTLAND)

64 ABDEL KADER SYLLA 74 A NCIENS INTERNATIONAUX

Nom :

BasketNews 548  

L'hebdo du basket