Issuu on Google+

l’hebdo du basketball

JEUDI 21 octobre 2010 - N° 522

Souvré

… Divac Raconte Petrovic… Sorgues… Saint-Vallier… Cholet… Strasbourg… Iverson…

ASVEL LE FUSIBLE C’EST VASSALLO

SPÉCIAL NBA

Photos : Jennifer Pottheiser et Noah Graham/NBAE via Getty Images, Hervé Bellenger / IS, Pascal Allée / Hot Sports et FIBA Europe

LAKERS-HEAT

LA GUERRE DES ÉTOILES SCIARRA

IL N’A PAS DIT SON DERNIER MOT BasketNews n°522 - jeudi 21 octobre 2010

DOM avion : 4,20 € - BEL : 3,60 € - Port.cont : 4,30 €

M 03252 - 522 - F: 3,00 E

3:www.basketnews.net HIKNMF=WUXUU^:?a@f@m@c@k;


02

Télévision

Médias

Jeudi 21 octobre 18h30 ESPN

« Mesurer le chemin parcouru »

NBA Action

Vendredi 22 octobre 20h30 Sport+

Pro A : Limoges – Pau-Lacq-Orthez

Samedi 23 octobre 07h45 Sport+

Pro A : Limoges – Pau-Lacq-Orthez

10h30 NASN

NBA Fast Break

12h00 ESPN

Valenciennes –Gdnya (EL 2001-02)

20h30 Sport+

Pro A : Chalon – Roanne

Témoin privilégié du basket nordiste, journaliste aux services des sports à La Voix du Nord de 1980 à 2000, Hervé Leroy a suivi l’évolution du BCM Gravelines-Dunkerque depuis sa création. Avec son compère Jean-Charles Bayon, photographe, il est l’auteur de « Les Coulisses du rêve » qui revient sur les 25 ans du club phare du Nord de la France.

Dimanche 24 octobre

22h15 Eurosport 2

Olympiakos – AEK Athènes (Esake)

Mardi 26 octobre 10h00 Eurosport 2

Olympiakos – AEK Athènes (Esake)

Mercredi 27 octobre 18h00 Eurosport 2

Prague – Salamanque (féminines)

21h00 Sport+

Cholet – Barcelone (Euroleague)

Fantasy League Participez aux Pro A et Pro B Fantasy sur BasketNews.net.

Pro A

Les vainqueurs de la1ère journée Équipe

Score

1

poisson panet (antoeldiablo)

201,6

2

bistrotaroro (Greg003)

201,0

3

bigbenj1 (BBj1)

197,7

4

Mister Stats (mike21)

200,4

5

NALU #14 (STEALS#14)

198,1

6

Redeem Team (Fifo)

197,5

7

les veterans (lula)

197,1

8

Seuillet A (FredZ03)

196,8

9

Eiji09’s team (eiji09)

196,3

10

Hoopers (JC4)

195,7

Classement général Équipe

Score

1

bigbenj1 (BBj1)

378,0

2

NALU #14 (STEALS#14)

375,4

3

Mithlond Findus Basket (Gildaris)

373,7

4

bistrotaroro (Greg003)

368,3

5

LIMOGES 2011 (15041993)

367,3

Pro B

Les vainqueurs de la 3e journée Équipe

Score

1

NGUYEN PHOTOGRAPHIES (Ngtuan)

217,9

2

st clet team (mat)

210,0

3

billicole82 (billi cole)

206,6

4

teamsamu (SAMU)

203,1

5

Kobe64 PROB Team (Kobe64)

203,0

6

Ness TEAM (Ness)

202,1

7

APACHES (yakari)

201,6

8

BC Totoche (Pierrot le loup)

201,5

9

verniermeyrin (djélasdé)

196,9

10

stickjda (stick21)

196,7

Classement général Équipe

Score

1

DOCKER-FOS (Sheed13)

545,6

2

EncycloCsP (creusois)

515,8

3

OOOOOOuuuuuuuhhhhhh !!!!! (mr ooouuuhhh)

513,4

4

DomB’Team (dombig)

511,1

5

you29proB (you)

509,4

Pourquoi un livre sur le BCM ? Tout simplement car le BCM a une histoire, une longévité en Pro A, troisième club le plus vieux derrière Villeurbanne et Cholet, et une constance au plus haut niveau. On a voulu montrer aussi qu’il y a une culture du basket dans le Nord Pas de Calais qui vient de loin avec Berck et Denain, et que le BCM est en quelque sorte l’héritier de cette culture. Comme il y a le basket des Mauges avec Cholet il y a le basket du Nord avec GravelinesDunkerque. Ensuite le club a été créé en 1984, vient de fêter ses 25 ans et a connu une année faste la saison dernière, c’était donc le bon moment de faire ce livre.

Quel est l’impact du BCM sur la région ? On a pu l’observer pour les 25 ans du club, avec un match de gala faisant le plein au Sportica. Ensuite, une étude montre qu’en termes de notoriété le club se situe juste derrière les trois clubs de foot, Lille, Valenciennes et Lens, dans toute la région Nord, c’est dire si le BCM est reconnu dans le Nord.

Pour grandir encore un peu, il était temps pour le BCM que quelqu’un raconte son histoire ? C’est exactement ça. Avec la nouvelle salle à l’horizon 2013, le club est à un moment charnière, on sent que c’est l’outil nécessaire pour que ce club franchisse

la dernière marche pour devenir un grand club français. Ce livre permet donc de se retourner pour se rendre compte du chemin parcouru et continuer à avancer puisque pour l’instant le BCM n’a qu’une Coupe de France en 2005 à son palmarès.

Où va-t-on pouvoir se procurer ce livre ? Il va être diffusé sur la région Nord Pas de Calais seulement pour l’instant mais on peut aussi le commander sur le site du club donc avec une résonance plus nationale. Mais nous n’avons pas de réels objectifs de vente car, avec Jean-Charles Bayon, le photographe, le BCM a traversé toute notre vie et c’est d’abord pour cette raison que nous avons décidé de nous lancer dans l’écriture de ce livre. Nous avons grandi avec ce club et c’est l’aventure humaine que nous avons voulu raconter, mais nous espérons qu’il plaise le plus possible. Propos recueillis par Thomas FÉLIX

Lu, vu et entendu La NBA le 15 novembre sur Canal+ Sport C’est ce que nous a confirmé Bruno Poulain, directeur des sports du groupe Canal. Suite à l’abandon de l’émission American Dream, c’est sur Canal+ Sport que l’on va pouvoir se gaver d’images NBA tous les lundi soirs. Autour des deux consultants vedettes, Jacques Monclar et Georges Eddy, Vincent Radureau animera une émission faite d’images, de reportages, de résumés de matches 100% NBA. Rendez-vous le 15 novembre à 20h45 pour la première. À ne pas louper, car aucune rediffusion n’est prévue.

« Pas l’ASVEL ! »

Néo-Havrais, Yohan Sangaré est clair et ne voit pas son ancien club succéder à Cholet à la fin de la saison. Une interview datée du 13 octobre dernier et à lire sur basketmag. canalblog.com, blog d’obédience nordiste tenu par Baptiste Desgardin, passé par la rédaction de BasketNews.

Mollière

Pro A : Chalon – Roanne

Lundi 25 octobre

Jean-François

09h30 Sport+

é

Yohan Sangar

h


ZONE-MIXTE

03

Prises de position

Fallait-il écarter Vassallo ? Oui

O

NON

Par Yann CASSEVILLE

Q

n peut se dire que l’ASVEL lance une vulgaire chasse aux sorcières, qu’elle cherche à tirer une croix sur ses démons, à se donner l’illusion de les oublier d’un simple revers de main plus qu’à les exorciser. Mais au moins elle essaie, elle réagit ! Les fondations de la Maison Verte sont fissurées, mais cette illustre baraque ne veut pas s’affaisser encore. Pas cette fois.

Par Florent de LAMBERTERIE

ui a souvenir d’un joueur viré après deux journées de Pro A ? Pas d’un obscur US débarqué de NCAA mais d’un joueur de Pro A, qui sort d’une très bonne saison où il a emmené son équipe en playoffs et fini 4e au scrutin du MVP étranger. D’une valeur sûre, en fin de compte. Personnellement, je ne vois pas de précédent, du moins dans l’histoire récente de la LNB.

Jean-François Mollière

La saison passée, l’ASVEL se retrouvait le short aux chevilles quasiment match après match et le déclic n’avait pas eu lieu. Le train des playoffs était parti avec un champion en titre encore à quai. Aussi, que Vassallo ait manqué de respect ou non à Gilles Moretton, qu’il ait eu ou non une attitude arrogante et égoïste, sa mise à l’écart est significative du changement de caractère du staff, qui se veut plus offensif – ou tout au moins qui se force à le paraître. Ensuite, que ce staff ait appris ou non de ses erreurs, il n’a pas oublié le seul rayon de soleil apparu en 2009-10 : la victoire aux As… juste après avoir montré la porte de sortie à Bobby Dixon. L’ASVEL avait gagné grâce à une cohésion retrouvée, un état d’esprit revanchard. Tout ce qui manque aujourd’hui. La venue d’un Bogavac s’inscrit dans cette lignée, cette volonté de retrouver ces satanées « vraies valeurs ». Utopique ? Peut-être. Il est évident que toute la bonne volonté du monde ne remplace pas le talent, qui peut se substituer à terme par une seule chose : un autre talent. Aussi, la mise à l’écart d’A.D. n’est qu’une solution de repli, et je souhaite bien du courage à l’ASVEL pour dénicher un extérieur d’un tel calibre. Mais en tous les cas le premier fusible a sauté, de quoi, peut-être, déclencher un électrochoc. n

Alors pourquoi tant d’empressement ? Le joueur aurait jeté son maillot aux pieds du président Moretton, de dépit, après une nouvelle branlée, concédée cette fois à domicile. Ok, c’est une faute. Mais ça mérite une amende, ou une mise à pied temporaire, certainement pas un licenciement comme cela en prend la forme. Ou alors, cela veut dire que ce n’est pas la première fois que l’incident arrive et là, c’est nettement plus grave et il aurait fallu réagir avant. Autre argument, Vassallo tirerait la couverture à lui, se concentrant davantage sur le scoring que sur le dévouement au collectif. Mais ça, tout le monde le sait ! Quand on embauche un scoreur comme Vassallo, ce n’est pas pour en faire un Aymeric Jeanneau, c’est pour le faire scorer, pour que l’équipe joue pour lui et non l’inverse, comme c’était le cas l’année dernière au Paris Levallois où le Portoricain, d’ailleurs, n’a jamais causé de problème d’ordre disciplinaire. Enfin virer Vassallo ok, mais pour prendre qui ? J’adore Bogavac mais bon, il ne va pas révolutionner l’ASVEL non plus. Le banc, c’est soit trop jeune, soit simplement pas assez talentueux, du moins à ce poste-là. Et quand on veut faire une bonne saison, c’est à dire au moins retrouver les playoffs dans le cas de l’ASVEL, on a besoin avant toute chose de talent. Or Vassallo a du talent, l’un des plus beaux de la Pro A. n

Sondage

Qui sera champion NBA ?

39%

22%

http://www.yout

Fast don’t Lie…

ube.com/watch

?v=O-a9lx3pOC

4

À voir ou à revoir, la dernière petite folie de Dwight Howard, doux dingue en concurrence avec le Shaq pour le rôle du pivot le plus déjanté de la grande ligue. T.F.

Sondage réalisé sur www.basketnews.net (1161 réponses, décompte arrêté mardi)

19%

7% 6% 5% Los Angeles

Lakers

Boston

Celtics

Miami

Heat

San Antonio

Spurs

Orlando

Magic

2% Dallas

Autres Mavericks


04

sommaire

DISPONIBLES

06 SPÉCIAL NBA Présentation de la saison • Mardi prochain, c’est reparti. La saison NBA s’ouvre sur un alléchant BostonMiami, match entre deux des équipes les plus en vue. BasketNews livre une analyse des 30 équipes, ainsi que les rosters.

15 ÉCHOS NBA

• En marge de l’ouverture de la saison, les déclarations vont bon train. Celle du syndicat des joueurs, qui n’entend pas laisser passer les nouvelles règles arbitrales, à la limite du « liberticide ». Celle de Flip Saunders, le coach de Kevin Séraphin à Washington, qui prévient que son rookie aura du mal à trouver du temps de jeu. Celle du médecin de Yao Ming, qui annonce que le pivot chinois n’aura que 24 minutes dans les jambes.

18 LA GAZETTE DE LA 2e JOURNÉE

• Ça ne s’arrange pas pour l’ASVEL, largement dominée, à domicile, par Strasbourg. La cote d’alerte est atteinte. Pour la SIG, c’est tout le contraire. En attendant l’arrivée d’un intérieur supplémentaire, l’équipe de Fred Sarre fait le plein de victoires. À Cholet, on n’a pas bien compris ce qui s’était passé contre Gravelines samedi (défaite de 36 points !) alors que se profile l’Euroleague !

20 NATIONALE 1 : SORGUES Chaque magazine

5,00 €

Seulement

• Le club du Vaucluse arrive tout droit de Nationale 2 mais il n’a pas froid aux yeux. Cinq victoires pour entamer le championnat et une deuxième place au classement. Étonnant !

En vente chez votre marchand de journaux

22 PRO B : SAINT-VALLIER

• À Saint-Vallier, on n’a pas beaucoup de sous, mais on a des idées et un recruteur hors paire, le coach Laurent Pluvy. Encore une fois, « La Pluv » a visé juste et le SVBD est invaincu ! Explications.

23 FÉMININES

• L’Open LFB est fini, place à l’EuroLeague. Les trois coaches concernés, Hervé Coudray, Pierre Vincent et Alain Jardel, nous livrent leur sentiment.

24 LE PORTRAIT : Laurent Sciarra

• Il a 37 ans mais il ne cale pas. Laurent Sciarra, plus grande gueule du basket français, est aux commandes de l’Élan Béarnais, un club avec lequel il avait toujours raté ses rendez-vous, au fil de sa carrière. Frédéric Gonella est allé à sa rencontre.

26 « ENTRE NOUS » : Yannick Souvré

• L’ancienne meneuse de Bourges et des Bleues occupe un poste à responsabilités au sein des instances dirigeantes du basket européen, puisqu’elle est directrice générale de « FIBA Europe Properties ». Pascal Legendre fait le point avec elle.

30 ÉCHOS EUROPE

• Allen Iverson est gonflé : il négocie avec Besiktas le montant de ses… amendes à venir ! Il annonce la couleur !

31 SALUT ÇA VA, GORJAN RADONJIC BasketNews Directeur de la publication : Pierre-Olivier MATIGOT (po.matigot@tomar-presse.com) Directeur de la rédaction : Pascal LEGENDRE (p.legendre@tomar-presse.com) Rédacteur en chef : Fabien FRICONNET (f.friconnet@tomar-presse.com) Rédacteur en chef-adjoint : Thomas BERJOAN (t.berjoan@tomar-presse.com) RÉDACTION DE PARIS 3 rue de l’Atlas, 75019 Paris / Téléphone : 01-73-73-06-40 – Fax 01-40-03-96-76 JOURNALISTES  Thomas BERJOAN, Thomas FÉLIX (06-47), Fabien FRICONNET, Florent de LAMBERTERIE (06-46), Pascal LEGENDRE (02-43-39-16-26), Antoine LESSARD, Pierre-Olivier MATIGOT, Laurent SALLARD. RÉDACTION AUX USA Jérémy BARBIER (Chicago), Pascal GIBERNÉ (New York).

CORRESPONDANTS À L’ÉTRANGER  David BIALSKI (USA), Giedrius JANONIS (Lituanie), Kaan KURAL (Turquie), Pablo Malo de MOLINA (Espagne), Streten PANTELIC (Serbie), Bogdan PETROVIC (Serbie); Yannis PSARAKIS (Grèce), Sran SELA (Israël), Stefano VALENTI (Italie).

PUBLICITÉ RÉGIE Hexagone Presse – 12 rue Notre-Dame des Victoires – 75002 Paris Patrick GOHET (01-42-60-36-35), hexagonesport@gmail.com Loïc BOQUIEN (01-73-73-06-40), l.boquien@tomar-presse.com

ONT COLLABORÉ À CE NUMERO Vincent BONNAY, Yann CASSEVILLE. Secrétaire de rédaction : Cathy PELLERAY (02-43-39-16-21).

IMPRESSION ROTO PRESSE NUMERIS – 36 Boulevard Schuman – 93190 Livry Gargan

RÉALISATiON GRAPHIQUE  Conception charte graphique : Philippe CAUBIT (tylerstudio) Direction artistique : Thierry DESCHAMPS (t.deschamps@tomar-presse.com). Maquettiste : Émilie CAILLAUD-HOUËL ABONNEMENT : Laurence CUASNET (02-43-39-16-20, abonnement@tomarpresse.com) Tomar Presse – Service abonnementsB.P. 25244 – 72005 LE MANS CEDEX 1

RÉGLAGE À JUSTE TITRES (Benjamin Boutonnet) 04-88-15-12-41 (b.boutonnet@ajustetitres.fr) COMMISSION PARITAIRE : 1110 K 80153 RCS : Paris B 432 886 349. / ISSN : 1271-4534. Dépôt légal : à parution La reproduction des textes, dessins et photographies publiés dans ce numéro est la propriété exclusive de BasketNews qui se réserve tous droits de reproduction et de traduction dans le monde entier.


05

édito

LE WEEK-END DE LA PEUR Par Fabien FRICONNET

Limoges (à gauche Karim Souchu) face à Pau (à droite Mike Bauer) c’est vendredi. Malheur au perdant.

MONCLAR N’Y VA PAS

Hervé Bellenger / IS

N

on, la « pression » n’est pas un truc qu’on met dans les pneus. Ça n’est pas qu’un mot, une vue de l’esprit, un pur concept. C’est ce qui précède ou accompagne la « crise », quand la « confiance », elle, n’est, pour le coup, plus qu’un mot. La Pro A 2010-11 est encore jeune mais la pression est déjà clairement montée d’un cran à Villeurbanne, sans aucun doute à Limoges, et très probablement à Pau et Poitiers. Ces quatrelà se partagent aujourd’hui la dernière place du championnat, deux défaites en deux matches. Les Pictaviens sont ceux qui s’en sortent presque le mieux au bilan (-4 et -12) mais ils ont déjà failli contre deux équipes de leur « niveau » (à Toulon et contre le PL), et s’en vont défier le terrible SLUC samedi à Gentilly. Chez les « historiques », l’affaire est plus corsée. Pau-Lacq-Orthez doit oublier l’addition (-38 puis -19) du fait de la valeur de l’opposition (à Cholet puis contre Le Mans) et du contexte (équipe encore en chantier) qui lui offrent de parfaites justifications, à défaut d’oxygène. Pour Limoges, il en va différemment. Perdre contre Orléans, même à domicile, n’a rien d’infamant (-8) mais l’effondrement contre l’équipe

de Philippe Hervé après la pause (+16 en première mi-temps, -16 en deuxième) s’est répété à Vichy (+2 à la mi-temps, -14 au final), ce qui n’est jamais très bon signe. Et que croyez-vous que réserve la

cher, très cher. Le perdant saura à quoi s’en tenir : une saison galère à gratter match après match pour espérer respirer l’air du maintien. Et que dire de l’ASVEL ? La formation de Vincent Collet a dérapé à Paris en ouverture (-17), sans que l’on discerne trop, à l’époque, la part de responsabilité du PL (excellent, avec un Albicy sur un nuage) et celle de l’ASVEL. Depuis samedi soir, on est fixé. Contre Strasbourg, le champion

Limoges-Pau, le perdant saura à quoi s’en tenir troisième journée ? Un bon vieux Limoges-Pau, vendredi soir, sur des charbons ardents et devant les caméras de Sport+. Un match qui vaut

2009 n’a pas existé. Autant au score (-9 après un quart-temps, -15 à la 30e, -21 à la 36e) que dans l’attitude. D’équipe, il n’y en avait pas sur le terrain du côté des Verts. Le spectre de la saison dernière écarte d’emblée le recours à la patience, qui fut de mise il y a tout juste un an, et les grandes manœuvres ont déjà commencé (voir pages 18-19). Samedi, l’ASVEL rend visite à Hyères-Toulon. Et elle n’a pas beaucoup le choix… Elle a la pression, quoi. n

Après réflexion, Jacques Monclar a décidé de ne pas briguer la présidence de la Ligue Nationale de Basket, dont il reste toutefois membre, et pour laquelle il interviendra, notamment dans le cadre des relations avec l’Euroleague. Consultant – avec le statut de prestataire – pour le groupe Canal (ainsi que pour RMC), il a souhaité poursuivre dans cette voie, balayant ainsi les soupçons de conflits d’intérêts qui lui ont été adressés a priori et qu’il n’a, fort logiquement, pas appréciés. On peut regretter, pour l’intérêt du basket, qu’un candidat de cette trempe ne se maintienne pas mais on comprend et respecte son choix. Et on ne peut que souhaiter – même si l’on n’en doute pas une seconde – que sa voix continue de se faire entendre sur les grands sujets. F.F.

Hervé Bellenger / IS

« La pression, c’est un truc qu’on met dans les pneus » Charles Barkley


Spécial

06

présentation

DÉBUT MARDI : MIAMI À BOSTON

PHIL, PAT, DOC, ERIK ET LES AUTRES Trois machines de guerre surdimensionnées. Lakers, Celtics et Heat. Trois coaches sur la passerelle. Phil Jackson, Doc Rivers et Erik Spoelstra. Et un quatrième, Pat Riley, en coulisses, prêt à jeter le sans-grade Spoelstra par-dessus bord. Plus que jamais, la grande explication aura également lieu sur les bancs. Là où se tirent les ficelles. Riley est un maître dans l’exercice. Par Fabien FRICONNET

Combien de temps Erik Spoelstra (à gauche) tiendra-t-il avant que son président à Miami, Pat Riley (à droite), reprenne l’équipe en main ?

L

a NBA est une ligue de joueurs, diton. Sous-entendu : pas une ligue de coaches. C’est globalement vrai. Mais puisqu’il s’agit encore de sport, le corollaire à cela – en apparence paradoxal, mais seulement en apparence – est que, au bout du bout, ce sont les coaches qui font la différence. Plus lourd et précieux est le supertanker, plus sûr de lui, savant et respecté doit être l’entraîneur. La question ne se pose pas pour Jackson et Rivers, rompus à l’exercice et « invirables ». Pour Spoelstra, talentueux jeune technicien, qui aura 40 ans le 1er novembre, la problématique est toute différente. Pat Riley a été étonnement discret cet été ; avant les manœuvres d’assemblage du nouveau « Big Three » – Wade, James et Bosh –, ce qui se comprend, mais aussi après. Le président du Miami Heat a refusé la plupart des demandes d’interviews. Pour tout l’été, il en a accordées trois lui qui, pourtant, a toujours su chercher du regard la caméra. Et lorsqu’il a jacté, il est resté extrêmement prudent. Cela ne peut être qu’une stratégie. Soit il souhaite refroidir au maximum le buzz

autour de « son » équipe ; soit il a délibérément laissé les autres gazouiller et critiquer, ce qui n’a pas manqué d’arriver puisque, de Jordan à Magic, en passant par Barkley et Stan Van Gundy, tout le monde y est allé de sa petite phrase. La plus remarquable d’entre elles est venue du coach des Lakers, que le silence ennuie : « Cela m’évoque le transfert de Wilt Chamberlain aux Los Angeles, lorsque les Lakers avaient additionné Chamberlain, Elgin Baylor et Jerry West, à savoir trois des meilleures scorers de l’histoire de la NBA, sans pour autant réussir à gagner un titre en quatre ans passés ensemble. » Riley aurait pu répondre, ne serait-ce que pour conforter la position de son « poulain » Spoelstra. Il s’est contenté de ceci : « Je ne sais pas pourquoi on nous critique tellement. Et honnêtement, je m’en fous. » Les attaques n’affecteront pas son équipe, estime-t-il. Mieux, elles pourraient aider. Le « nous contre le reste du monde » est un souvent puissant ressort de motivation. La troisième raison de son silence est qu’il lui permet de rester à distance. Ce qui, à l’évidence, met une pression considérable sur Spoelstra. C’est pourtant Riley, 65 ans, qui tire les ficelles. Toutes les ficelles. C’est lui qui a déposé devant LeBron James un

le banc. Pour le meilleur puisque le Heat, qui pointait à seulement 11 victoires en 21 matches alors, avait décroché son premier titre en juin 2006. Avant sa liquidation, Van Gundy avait fait du bon travail pendant deux ans. Il en va de même pour Spoelstra, deux fois cinquième à l’Est (43-39 puis 47-35) depuis sa prise de fonction en 2008-09, avec une équipe qui ne pouvait guère espérer mieux (défaites au premier tour des playoffs, contre Atlanta, 3-4, puis Boston, 1-4). Malgré tout, comment, quand on est dans la peau de Riley, ne pas se demander si Spoelstra est l’homme de la situation ? Quand le président sortira de son silence, cela sera sans doute mauvais signe pour le coach… Les positions de Phil Jackson et Doc Rivers, on l’a dit, sont plus confortables. Le Zen Master, 65 ans, n’a finalement qu’à « gérer » une mécanique qui tourne toute seule autour de son moyeu, Kobe Bryant, et de son chef de vestiaire, Derek Fisher. Jackson arrêtera à la fin de la saison et il ne s’agit plus, pour lui, « que » de boucler la boucle en réussissant un quatrième « threepeat », dans une superbe symétrie : deux avec les Bulls (91, 92, 93 puis 96, 97, 98) et deux avec les Lakers (00, 01, 02 puis 09, 10 et 11). Le Doc, 49 ans, est dans une situation comparable. Son quarteron de leaders (Garnett, Pierce, Allen et Rondo) sait comment s’y prendre et il ne s’agit dès lors que d’espérer que les trois premiers cités ne seront pas en déclin trop avancé et de re-régler la machine après y avoir intégré deux nouvelles pièces, un peu usagées, à savoir les deux O’Neal, Jermaine et Shaquille. Pour Rivers aussi, c’est sans doute la dernière danse, à Boston s’entend. n

« Je ne sais pas pourquoi on nous critique tellement. Et honnêtement, je m’en fous » Pat Riley

sac contenant ses 21 bagues de champions – chacune de ses sept bagues est « disponible » en trois versions : or, argent et platine (*) – et qui lui a proposé d’en essayer une, pour voir…

Quatrième « threepeat » pour Jackson ? Le 12 décembre 2005, il n’avait pas fait de sentiment au moment de déposer Stan Van Gundy – qui lui voue depuis une haine évidente – et de lui prendre son siège sur

(*) Cinq en tant que coach (Lakers ’82, 85, 87, 88, Heat ’06), une en tant que joueur (Lakers ’72) et une en tant qu’assistant (Lakers ’80).


Spécial

07

présentation

TEAM BY TEAM

Shaquille O’Neal

Josh Powell

Chicago Bulls

• Le départ clé : Kirk Hinrich • La recrue phare : Carlos Boozer • La force : Le cinq majeur • Une fois réunis, Carlos Boozer et Joakim Noah ne seront pas bons à venir chatouiller sous les cercles. Derrick Rose découvrira les joies du pick and roll et Luol Deng trouvera des positions sans opposition.

Scott Cunningham/NBAE via Getty Images

répondre. Doc Rivers devra contenter tout le monde pour éviter les mutineries internes. • La question : Les Celtics peuvent-ils se permettre de « gérer » la saison régulière ?

Heat

• Le départ clé : Michael Beasley • Les recrues phares : LeBron James, Chris Bosh • La force : Les Three Amigos • Leur association ne pouvait pas mieux tomber, les trois stars de la cuvée 2003 arrivent individuellement dans leurs meilleures années. Basketteurs intelligents, ils laisseront leur ego au vestiaire. Au moins pour un an… • La faiblesse : Les pivots en préretraite • Il semble acquis que Joel Anthony débutera les parties. Ce ne serait pas très grave si Erik Spoelstra avait en sortie de banc des remplaçants plus saignants qu’Ilgauskas ou Magloire. Les vétérans seront un peu légers face à Dwight Howard ou Pau Gasol. • La question : Si besoin, laquelle des trois stars shootera la dernière possession ?

Boston

Orlando Magic

• Le départ clé : Matt Barnes • La recrue phare : Quentin Richardson • La force : Dix joueurs majeurs • La deuxième escouade pourrait tenir en respect de nombreux titulaires NBA. Stan Van Gundy a sous la main une bonne doublure à chaque poste, et a priori, le départ de Matt Barnes a été compensé avec l’arrivée de Quentin Richardson. • La faiblesse : Pas de tueur • Avec des moyens limités, Charlotte a montré en playoffs qu’il était possible de couper Howard du jeu. Qui prendra le relais le jour où l’adversaire sera plus fort que les Bobcats ? Vince Carter manque de gnac, Jameer Nelson est irrégulier et Rashard Lewis trop fébrile. • La question : Dwight Howard peut-il développer un arsenal de MVP ?

Celtics

Sam Greenwood / Getty Images

• Le départ clé : Rasheed Wallace • La recrue phare : Shaquille O’Neal • La force : Une peinture XXL • En attendant le retour de Kendrick Perkins, Boston gérera sans mal les affaires courantes avec ses deux O’Neal. Semih Erden se dévouera pour donner six fautes si besoin. Garnett est annoncé au meilleur de sa forme, Glen Davis est chaque année un peu plus fort. • La faiblesse : Les egos • Depuis quelques saisons, Shaq met le foutoir à peu près partout où il passe. Avec K.G., Perkins ou Rondo, il aura des clients pour lui

Dwight Howard

Fernando Medina/NBAE via Getty Images

Miami

Steve Babineau / NBAE via Getty Images

Marc Serota/Getty Images

Joakim Noah

• La faiblesse : Les blessures • Si ce grand maladroit de Boozer ne trébuche plus et que la voûte plantaire de Noah se tient à carreau, tout ira bien. Attention tout de même : Kurt Thomas n’a plus 20 ans, Ronnie Brewer était out à Memphis et Luol Deng tient à sa visite annuelle chez les infirmières. • La question : Sans Boozer, les Bulls pourront-ils suivre le rythme des ténors de leur conférence ?

Atlanta Hawks

• Le départ clé : Mike Woodson • La recrue phare : Josh Powell • La force : Une cohésion remarquable • En progression constante depuis 2004, la franchise a payé le prix pour retenir Joe Johnson en Georgie. Autour du leader, des cadres inchangés assureront un exercice comptable à 50 victoires. L’équipe sait également comment atteindre un deuxième tour de playoffs. • La faiblesse : Aucun renfort • À sec, les Hawks n’ont pu s’aligner sur l’offre faite par les Suns à Josh Childress. Secteur faible de l’équipe, la raquette accueille Josh Powell et Etan Thomas. Pas une révolution !

• La question : Avec un effectif identique, le néophyte Larry Drew peut-il faire mieux que Mike Woodson ?

Milwaukee Bucks

• Le départ clé : Jerry Stackhouse • La recrue phare : Corey Maggette • La force : Un bon recrutement • Leader inattendu des Bucks en deuxième partie de saison, John Salmons n’a pas volé sa prolongation. Recrutés à moindres frais, Corey Maggette et Chris Douglas-Roberts animeront une attaque trop prévisible en 2010. L’intermittent Drew Gooden veut simplement défaire ses valises. • La faiblesse : Le physique de Bogut • Au somment de son art avant sa blessure, l’Australien a annoncé qu’il ne serait certainement pas de retour à 100% cette saison. Sans le big man à son meilleur niveau, Milwaukee aura du mal à tenir la distance. • La question : Brandon Jennings peut-il shooter à plus de 40% ? John Salmons

Scott Cunningham/NBAE via Getty Images

LeBron James

Par Jérémy BARBIER, à Chicago


Spécial

08

présentation

D.J. Augustin

• La question : Les Cavs ont-ils assez d’orgueil pour décrocher un spot en playoffs ? Antawn Jamison

• La question : Décevant en pré-saison, Derrick Favors a-t-il le niveau d’un troisième choix de la Draft  ?

New York Knicks

• Le départ clé : David Lee • La recrue phare : Amare Stoudemire • La force : Une star en ville • Parce qu’il aura les pleins pouvoirs au sein d’un système qu’il connaît déjà par cœur, Stoudemire se prépare à vivre une folle saison statistique. Reste à savoir si son leadership sera assez fort pour entraîner Randolph et Gallinari dans son sillage.

Anthony Morrow

• Le départ clé : Raymond Felton • La recrue phare : Matt Carroll • La force : La stabilité • Après l’avoir façonné selon ses volontés, Larry Brown repart avec un collectif bien huilé et une défense solide comme fond de commerce. La qualification en playoffs est un minimum syndical et Charlotte pourrait surprendre à l’allumage. • La faiblesse : Un poste 1 fragile • Les Bobcats ont essayé, en vain, de récupérer José Calderon cet été. Davantage utilisé en tant que joker offensif la saison dernière, D.J. Augustin doit se muer en gestionnaire. Shaun Livingston ne lui fera pas d’ombre, mais Larry Brown sera très exigeant. • La question : Tyrus Thomas justifiera-til son nouveau contrat ?

Wizards

• Le départ clé : Mike Miller • La recrue phare : John Wall • La force : Le n°1 de la Draft • Après un grand nettoyage (Jamison, Butler), la franchise repart sur de bons rails en accueillant le phénomène John Wall. Excellent en summer league et en pré-saison, le meneur justifie la hype qui entoure sa sélection. • La faiblesse : Le vestiaire • Arenas n’est plus concerné par le destin des Wizards. S’il le décide, l’Agent Zéro peut encore pourrir le locker et pervertir les jeunes têtes brûlées que sont Andray Blatche ou Nick Young. Flip Saunders devra rester zen. • La question : Faut-il que les sorciers fassent disparaître Arenas de D.C ? John Wall

Cleveland Cavaliers

• La faiblesse : Les remplaçants • Wilson Chandler, Bill Walker, Eddy Curry, Timofey Mozgov, Roger Mason... À Phoenix, Mike D’Antoni aimait s’appuyer sur une rotation à sept ou huit joueurs. Bon gré mal gré, il devra encore le faire avec ses Knicks cette saison. • La question : L’arrivée de Stoudemire à Big Apple suffira-t-elle pour retrouver les playoffs  ?

Indiana Pacers

• Le départ clé : Troy Murphy • La recrue phare : Darren Collison • La force : Enfin un bon meneur • Le poste est en chantier depuis la fin de l’ère Carlisle. T.J. Ford, Earl Watson ou Jarrett Jack n’ont pas eu les épaules ou simplement le talent pour s’imposer. Titulaire par intérim aux Hornets (18,8 points et 9,1 Danny Granger

New Jersey Nets

Ned Dishman/NBAE via Getty Images

• Le départ clé : LeBron James • La recrue phare : Ramon Sessions • La force : Les cadres sont restés • La perte de James est irremplaçable, mais il y a toujours de quoi faire une saison très convenable grâce au trio Williams/ Jamison/Varejao. Il a souvent pointé le bout du nez en 2010, J.J. Hickson sera à surveiller de très près. • La faiblesse : Une grosse déprime • Mo Williams s’est demandé s’il devait raccrocher. Après s’être extirpé d’un joli bourbier à D.C, Jamison doit lui se sentir un peu lésé. Candidats au titre il y a encore quelques mois, les vétérans auront du mal à adhérer au nouveau projet.

Jesse D. Garrabrant/NBAE via Getty Images

Washington

• Le départ clé : Yi Jianlian • La recrue phare : Anthony Morrow • La force : Tout est neuf • Proprio, GM, coach, salle : tout a changé à New Jersey. Mikhail Prokhorov a déjà promis aux fans un titre dans cinq ans. En attendant l’emménagement à Brooklyn, le revenant Avery Johnson dirigera à Newark un effectif où 10 nouveaux joueurs ont débarqué. • La faiblesse : Les ailiers • Très moyen aux Clippers en 2010, Travis Outlaw a trouvé une place inespérée de titulaire. Son back-up Stephen Graham n’a pas fait de folies avec les Bobcats et Quinton Ross joue déjà à peine en préparation.

Bill Baptist/NBAE via Getty Images

Bobcats

Nathaniel S. Butler / NBAE via Getty Images

Charlotte

Glenn James/NBAE via Getty Images

David Liam Kyle/NBAE via Getty Images

Danilo Gallinari

passes), Collison est une star en puissance. Roy Hibbert attend déjà les caviars. • La faiblesse : Pas de défense • Dahntay Jones se sent bien seul. Toujours partants pour foncer tête baissée, les Pacers aiment nettement moins protéger leur panier (103,8 points encaissés). Danny Granger doit montrer l’exemple. • La question : Jim O’Brien sera-t-il le premier coach viré cette saison ?


Spécial

09

présentation

Linas Kleiza

Philadelphia ers 76

Ron Turenne/NBAE via Getty Images

• Le départ clé : Samuel Dalembert • La recrue phare : Evan Turner • La force : Une nouvelle philosophie • De retour sur un banc de touche, Doug Collins a promis de lâcher la bride aux jeunes Sixers. Avec sous la main des athlètes nommés Iguodala, Holiday, Young ou Turner, le jeu rapide semble en effet le mieux approprié. • La faiblesse : Elton Brand • En bout de course, le vétéran n’assume plus un contrat qui plombera les finances du club jusqu’en 2013. Brand est difficile à transférer et pourtant, Phila aurait bien besoin de centimètres pour renforcer une

TEAM BY TEAM Los Angeles Lakers

• Le départ clé : Jordan Farmar • La recrue phare : Matt Barnes • La force : Un banc plus fort

Andrew D. Bernstein/NBAE via Getty Images

Kobe Bryant

• Parfois en deçà des adversaires l’an passé, la second unit des Lakers a été grandement renforcée. Matt Barnes à l’aile, Steve Blake à la mène, Theo Ratliff à l’intérieur… Avec en plus Lamar Odom et Shannon Brown, le banc des Lakers vaut bien quelques cinq majeurs de NBA. • La faiblesse : Le prix • Le luxe à un coût. Pas loin de 95 millions de dollars, soit l’équipe la plus chère de toute la NBA. Un assemblage qui pourrait bien exploser dans un an, une fois les accords salariaux renégociés. • La question : La « der » de Phil Jackson ?

Dallas

Mavericks

• Le départ clé : Erick Dampier • La recrue phare : Tyson Chandler • La force : Le poste de pivot • Faiblesse récurrente des Mavs ces dernières années, le poste 5 ressemble enfin

Tracy McGrady

raquette sous-dimensionnée, notamment au poste 5. • La question : Andre Iguodala a-t-il encore un avenir aux Sixers ?

Detroit Pistons

• Le départ clé : Kwame Brown • La recrue phare : Tracy McGrady • La force : Une relève qui en veut • Austin Daye montre actuellement qu’il sautera bientôt sur la place de Tayshaun Prince. Arrivé directement de Georgetown,

Marc Serota / Getty Images

• Le départ clé : Chris Bosh • La recrue phare : Linas Kleiza • La force : Les nouveaux internationaux • Kleiza a prouvé au Mondial qu’une petite saison en Grèce lui avait fait le plus grand bien. Usé à Phoenix, Leandro Barbosa avait besoin d’un nouveau challenge. Au regard des forces en présence, David Andersen ne dépareille pas dans la raquette.

l’usine à pivots, Greg Monroe soulage déjà pas mal Ben Wallace. La blessure de Jonas Jerebko plombe un peu le tableau. • La faiblesse : L’embouteillage à l’arrière • 1 ballon et 48 minutes à partager, 3 stars à contenter. On souhaite bon courage à John Kuester pour résoudre l’équation. Même pour une bouchée de pain, les Pistons avaient-ils vraiment besoin de T-Mac sur un poste déjà partagé par Hamilton et Gordon  ? • La question : Hamilton et Prince serontils enfin transférés ?

Andre Iguodala

Par Florent de LAMBERTERIE

• Dallas porte très beau cette année mais il faut être honnête : étant donné le passif de la franchise, on imagine mal les Texans réussir enfin à ne pas craquer dans les instants cruciaux. • La question : Beaubois va-t-il gagner sa place dans le 5 de départ  ?

Tyson Chandler

Glenn James/NBAE via Getty Images

Raptors

• La faiblesse : Des trous dans la rotation • Sonny Weems est le seul véritable back-up à l’aile. Au centre, ce sont deux big men un peu trop mobiles (Bargnani, Andersen) qui défendront le cercle. Toronto prendra encore des tonnes de points dans la peinture. • La question : Bosh parti, Andrea Bargnani portera-t-il la franchise sur ses épaules  ?

David Dow/NBAE via Getty Images

Toronto

à quelque chose avec le binôme Brendan Haywood/Tyson Chandler. L’un au sol et défensif, l’autre vertical et davantage scoreur. Reste à savoir qui de Ian Mahinmi ou d’Alexis Ajinça fera le troisième larron. • La faiblesse : La « loose »

Portland

Trailblazers

• Le départ clé : Martell Webster • La recrue phare : Wesley Matthews • La force : La continuité • Très peu de retouches cette année pour un groupe talentueux à souhait mais malheureusement fortement touché par les blessures l’an dernier. Si le sort reste clément, Portland devrait reprendre sa marche en avant. • La faiblesse : Greg Oden • Seulement 88 matches en trois ans pour Oden, censé être le pivot du futur et


Spécial

10

Spurs

Sam Forencich/NBAE via Getty Images

• Le départ clé : Roger Mason • La recrue phare : Tiago Splitter • La force : Le repos estival • Tour à tour blessés l’an dernier, Manu Ginobili et Tony Parker ont fait l’impasse sur le Mondial pour attaquer la saison à bloc. Les Spurs ne peuvent qu’en tirer bénéfice. • La faiblesse : La logique sportive • Popovich est sûr que son équipe peut jouer le titre mais les Spurs sortent de leur Tony Parker

Thunder

• Le départ clé : Aucun • La recrue phare : Cole Aldrich • La force : Le duo Durant/Westbrook • 22 ans chacun, 5 saisons de NBA à eux deux, un titre de champion du monde partagé et 46,2 points de moyenne l’an dernier. Peut-être pas encore la meilleure paire du monde mais sans doute celle avec le plus beau potentiel. Kevin Durant

• Le départ clé : Aucun • La recrue phare : Al Harrington • La force : La puissance offensive • Sans départ important et avec l’arrivée d’Al Harrington (17,7 pts en 2009-10) dans le groupe, Denver (3e attaque de NBA l’an dernier avec 106,5 pts) devrait scorer encore plus cette saison. Carmelo Anthony

plus mauvaise saison (50v-32d) de la décennie, avec le seul Tiago Splitter comme renfort d’impact. Difficile de croire que ce sera suffisant. • La question : Prolongé à prix d’or (39 millions sur 4 ans), Richard Jefferson peutil retrouver son niveau d’antan  ?

Houston

• La faiblesse : Les pivots • Le rookie Cole Aldrich (11e choix de Draft) est-il si fort que cela ? On l’espère parce que derrière, Nenad Krstic, Nick Collison et Byron Mullens, ça ne fait quand même pas franchement rêver. • La question : 3e choix de Draft 2009, James Harden (plus de 17 pts en préparation) va-t-il être le prochain à exploser ?

• Le départ clé : Trevor Ariza • La recrue phare : Brad Miller • La force : Le retour de Yao Ming • Même après un an de blessure, même limité à une vingtaine de minutes par match, même avec des risques de rechute, Yao reste Yao, soit le meilleur pivot du monde Yao Ming

Jazz

• La faiblesse : Trop de caractère(s) • Carmelo Anthony, J.R. Smith, Chris Andersen et Kenyon Martin. Le premier veut partir, le second n’en fait parfois qu’à sa tête, le troisième est « borderline » et le quatrième prend des fautes techniques à la pelle. Coach Karl risque bien de ne pas rigoler tous les jours. • La question : Carmelo Anthony peut-il encore être motivé à Denver  ?

• Le départ clé : Carlos Boozer • La recrue phare : Al Jefferson • La force : Jerry Sloan • Présent sur le banc depuis 1988, coach Sloan a résisté à tout : les départs de Stockton et Malone, les années sans playoffs et même un cancer. Si l’art c’est de durer, alors Jerry Sloan est bien le meilleur coach de toute la ligue. • La faiblesse : Un gros turnover • Carlos Boozer, Kyle Korver, Ronnie Brewer et Wesley Matthews. Mine de rien, le Jazz a perdu pas mal de joueurs importants Al Jefferson

Phoenix Suns ChinaFotoPress/Getty Images

Layne Murdoch/NBAE via Getty Images

Rockets

de la défense, les postes 2 et 3 sont ultra complets. • La faiblesse : La raquette • C’était déjà le point faible l’année dernière, les pertes d’Amare Stoudemire et Louis Amundson n’arrangent rien. Et on a du mal à croire qu’Hakim Warrick ou que le rookie Gani Lawal révolutionnent la chose. • La question : Türkoglu va-t-il relever la pente après sa triste saison à Toronto  ?

Utah

Ezra Shaw/Getty Images

Oklahoma City

Josh Childress

Denver Nuggets

Chris Covatta/NBAE via Getty Images

toujours convalescent à l’heure actuelle. Drafté au premier rang en 2007 devant Kevin Durant, force est de constater que Greg Oden est un gros flop. • La question : Rudy Fernandez va-t-il vraiment rester après avoir clamé son désir de partir  ?

avec Dwight Howard. Avec lui, les Rockets peuvent y croire. • La faiblesse : Les rotations intérieures • Avec, quoi qu’il arrive, un Yao limité à 24 minutes par match – au mieux –, les Rockets auront besoin de soutien en backup. Brad Miller et ses 34 ans peuvent-ils assurer ce rôle ? Il faudra bien. • La question : Forcément, il n’y en a qu’une : Yao tiendra-t-il une saison entière  ?

Rocky Widner/NBAE via Getty Images

San Antonio

• Les départs clés : Amare Stoudemire et Leandro Barbosa • La recrue phare : Hedo Türkoglu • La force : Les ailes • Jason Richardson, Josh Childress, Hedo Türkoglu, Grant Hill, Jared Dudley... De l’expérience, du scoring, des qualités athlétiques, de l’adresse, du Q.I. basket,

Melissa Majchrzak/NBAE via Getty Images

Greg Oden

présentation


Spécial

11

présentation

Rudy Gay

Clippers

• Le départ clé : Corey Maggette • La recrue phare : David Lee • La force : Les intérieurs • Cantonné au small ball depuis trop longtemps, Golden State a rééquilibré sa raquette. David Lee et Andris Biedrins en titulaire, Louis Admunson, Dan Gadzuric et les prometteurs Ekpe Udoh et Brandan Wright sur le banc, ça tient carrément la route.

et Cousins) qui cumulent 41 ans et une seule saison de NBA, il ne va pas falloir s’attendre à beaucoup de miracles chez les Californiens cette saison encore. • La question : Les rumeurs de déménagement ne vont-elles pas peser sur le climat  ?

David Lee

Minnesota

New Orleans

Timberwolves

Hornets

• Le départ clé : Darren Collison • La recrue phare : Trevor Ariza • La force : Le tir longue distance • Déjà performants dans l’exercice l’an dernier (36,3% à 3-pts, 8e en NBA), les Hornets ont encore consolidé leur artillerie. Marco Belinelli, Peja Stojakovic, Marcus Thornton, Chris Paul…. Il va pleuvoir à la Nouvelle-Orléans. • La faiblesse : L’apport offensif du poste 5 • Difficile de trouver des points sous le panier à New Orleans. Okafor est certes vaillant au rebond mais, en attaque c’est une autre histoire. Alors quand, derrière,

• La faiblesse : Le poste 3 • Autant les autres postes sont intéressants, autant là… Radmanovic joue par intermittence et ne défend pas et Dorrell Wright est tout le temps blessé. Reste Reggie Williams, la bonne surprise de la fin de saison dernière, qui doit confirmer. • La question : Don Nelson enfin viré, le move de l’année ?

Chris Paul

• Le départ clé : Al Jefferson • La recrue phare : Michael Beasley • La force : Un groupe jeune • Jonny Flynn, Corey Brewer, Michael Beasley, Kevin Love, Nikola Pekovic… À chaque poste, les Wolves comptent au moins un jeune de grand talent. Il y en a bien un ou deux qui va véritablement exploser. • La faiblesse : Pas de franchise player • Il manque quand même un vrai gros scoreur à cette équipe, un go-to-guy qui peut porter la franchise quand il le faut. Jonny Flynn est trop brouillon, Beasley trop déjanté, Brewer trop limité et Love pas assez athlétique pour rivaliser avec les meilleurs. • La question : Combien de temps Kurt Rambis va-t-il supporter Beasley  ? Kevin Love

Sacramento

Memphis

Kings

Chris Graythen/Getty Images

Grizzlies

• Le départ clé : Aucun • La recrue phare : Xavier Henry • La force : La re-signature de Rudy Gay • Très demandé cet été, l’ailier a finalement choisi de rempiler pour 84 millions sur cinq ans. Un prix élevé mais justifié pour le néo-champion du monde, qui forme avec O.J. Mayo une paire de pistoleros parmi les plus prolifiques de la ligue. • La faiblesse : L’inexpérience

Warriors

• Le départ clé : Andres Nocioni • La recrue phare : DeMarcus Cousins • La force : La raquette • L’excellent Carl Landry, la jeunesse de Jason Thompson, l’expérience de Samuel Dalembert et le talent du rookie DeMarcus Cousins. Ce n’est pas encore le top niveau NBA mais la raquette des Kings a déjà plus belle allure que bon nombre de ses rivales. • La faiblesse : L’immaturité • Avec un duo de leaders attendus (Evans

Ron Hoskins/NBAE via Getty Images

Eric Bledsoe et Willie Warren va-t-elle le booster ? • La question : Eric Gordon sera-t-il AllStar cette saison ?

Golden State

Rocky Widner/NBAE via Getty Images

Noah Graham/NBAE via Getty Images

Blake Griffin

• Seuls cinq joueurs ont déjà goûté à la postseason et seuls Acie Law et Tony Allen ont déjà passé un premier tour. Autant dire que même en cas de qualification, il ne faudra pas attendre grand-chose des Grizzlies en playoffs. • La question : Hasheem Thabeet est-il autre chose qu’un Tanzanien de 2,21 m  ?

DeMarcus Cousins

Rocky Widner/NBAE via Getty Images

Los Angeles • Les départs clés : Steve Blake et Drew Gooden • La recrue phare : Al-Farouq Aminu • La force : Le retour de Blake Griffin • Numéro 1 de la Draft 2009, Blake Griffin va enfin faire ses débuts NBA après une saison blanche suite à son opération du genou. Les Clippers l’attendent comme le messie. • La faiblesse : Baron Davis • Arrivé il y a deux ans après un gros passage aux Warriors, le Baron ne justifie pas son contrat pharaonique (13 millions par an). Des stats en baisse, un leadership inexistant... La concurrence des rookies

vous avez Aaron Gray, Jason Smith et Didier M’Benga… • La question : Chris Paul ira-t-il voir ailleurs à la fin de saison  ?

Layne Murdoch/NBAE via Getty Images

cet été. Les nouveaux ne sont pas des tocards, loin de là, mais pas sûr qu’ils aient la même réussite. • La question : Kirilenko, Fesenko, Hayward… Les Jazz ne doivent-ils pas changer de coiffeur ?


Spécial

12

présentation

rosters

Taille Âge Pos.

Mike Bibby 1,89 Jamal Crawford 1,99 Jeff Teague 1,88 Pape Sy 1,95 Joe Johnson 2,03 Jordan Crawford 1,95 Marvin Williams 2,06 Maurice Evans 1,96 Josh Smith 2,05 Josh Powell 2,05 Al Horford 2,03 Etan Thomas 2,07 Zaza Pachulia 2,10 Jason Collins 2,13 Coach : Larry Drew

32 30 22 22 29 21 24 32 24 27 24 32 26 31

1 1-2 1-2 1-2 2 2 3 3 3-4 4 4-5 4-5 5 5

Nat.

USA USA USA FRA USA USA USA USA USA USA DOM USA GEO USA

Boston Celtics Joueur

Taille Âge Pos.

Nat.

Rajon Rondo Nate Robinson Avery Bradley Ray Allen Delonte West Paul Pierce Marquis Daniels Stephane Lasme Kevin Garnett Glen Davis Luke Harangody Jermaine O’Neal Shaquille O’Neal Kendrick Perkins Semih Erden Coach : Doc Rivers

1,85 1,76 1,90 1,96 1,90 2,01 1,98 2,03 2,12 2,05 2,05 2,12 2,17 2,08 2,10

USA USA USA USA USA USA USA CGO USA USA USA USA USA USA TUR

24 1 26 1 20 1 35 2 27 2 33 3 29 3 27 3-4 34 4 24 4 22 4 32 4-5 38 5 25 5 24 5

Charlotte Bobcats Joueur

Taille Âge Pos.

D.J. Augustin 1,83 Shaun Livingston 2,01 Sherron Collins 1,82 Gerald Henderson 1,93 Stephen Jackson 2,04 Matt Carroll 1,98 Dominic McGuire 2,03 Gerald Wallace 2,01 Eduardo Najera 2,04 Derrick Brown 2,00 Boris Diaw 2,03 Tyrus Thomas 2,00 Kwame Brown 2,11 Nazr Mohammed 2,09 DeSagana Diop 2,13 Coach : Larry Brown

Joueur

Miami Heat

Taille Âge Pos.

Derrick Rose 1,88 C.J. Watson 1,87 John Lucas 1,78 Kyle Korver 2,01 Ronnie Brewer 2,00 Keith Bogans 1,96 Luol Deng 2,03 James Johnson 2,03 Kyle Weaver 1,95 Carlos Boozer 2,06 Taj Gibson 2,05 Brian Scalabrine 2,06 Joakim Noah 2,10 Kurt Thomas 2,07 Omer Asik 2,11 Coach : Tom Thibodeau

22 1 26 1 27 1 29 2 25 2 30 2 25 3 23 3 24 3 28 4 25 4 32 4 25 4-5 38 4-5 24 5

22 25 23 22 32 30 24 28 34 23 28 24 28 33 27

1 1 1 2 2-3 2-3 2-3 3 3 3 3-4 4 4-5 4-5 5

Nat.

USA USA USA USA USA USA USA USA MEX USA FRA USA USA USA SEN

Joueur

Taille Âge Pos.

Joueur

USA USA USA USA USA USA GBR USA USA USA USA USA FRA USA TUR

Mario Chalmers 1,85 Carlos Arroyo 1,88 Patrick Beverley 1,85 Eddie House 1,86 Dwyane Wade 1,92 Mike Miller 2,04 LeBron James 2,03 James Jones 2,04 Da’Sean Butler 2,03 Chris Bosh 2,11 Udonis Haslem 2,07 Juwan Howard 2,07 Zydrunas Ilgauskas 2,22 Joel Anthony 2,05 Jamaal Magloire 2,09 Coach : Erik Spoelstra

Nat.

Joueur

USA USA USA USA USA CGO USA USA USA USA USA USA BRA JAM USA

Brandon Jennings 1,85 Keyon Dooling 1,91 Earl Boykins 1,66 Michael Redd 1,99 Darington Hobson 2,03 Carlos Delfino 2,00 Corey Maggette 1,99 Chris Douglas-Roberts 1,98 John Salmons 2,01 Luc Richard Mbah A Moute 2,00 Ersan Ilyasova 2,05 Jon Brockman 2,00 Drew Gooden 2,10 Brian Skinner 2,06 Andrew Bogut 2,13 Coach : Scott Skiles

Taille Âge Pos.

Nat.

27 24 21 24 35 21 28 30 27 34 22 26 28 21 26

Will Bynum 1,80 Rodney Stuckey 1,93 Ben Gordon 1,86 Richard Hamilton 1,99 Terrico White 1,96 Tracy McGrady 2,04 Tayshaun Prince 2,05 Dajuan Summers 2,03 Austin Daye 2,10 Charlie Villanueva 2,10 Jonas Jerebko 2,08 Jason Maxiell 2,01 Chris Wilcox 2,10 Ben Wallace 2,07 Greg Monroe 2,12 Coach : John Kuester

Joueur

USA PUR USA USA USA USA USA USA USA USA USA USA LTU CAN CAN

Jameer Nelson 1,83 Jason Williams 1,86 Chris Duhon 1,85 J.J. Redick 1,93 Vince Carter 2,01 Mickaël Piétrus 1,98 Quentin Richardson 1,96 Stanley Robinson 2,06 Rashard Lewis 2,09 Brandon Bass 2,04 Ryan Anderson 2,08 Malik Allen 2,08 Daniel Orton 2,10 Dwight Howard 2,11 Marcin Gortat 2,13 Coach : Stan Van Gundy

27 24 27 32 20 31 30 22 22 26 23 27 28 36 20

1 1-2 2 2 2 2-3 3 3 3-4 4 4 4 4-5 5 5

USA USA GBR USA USA USA USA USA USA DOM SWE USA USA USA USA

Joueur

Taille Âge Pos.

23 1 24 1 27 1 25 2 20 2 27 2-3 29 2-3 30 3 33 3 20 3 24 4 23 4 26 4-5 23 5 33 5

28 34 28 26 33 28 30 22 31 25 22 32 20 24 26

1 1 1 2 2-3 2-3 2-3 3 3-4 3-4 4 4 4-5 5 5

Nat.

USA USA USA USA USA FRA USA USA USA USA USA USA USA USA POL

Nat.

Joueur

1 1 1 2 2 2-3 2-3 2-3 3 3 4 4 4-5 4-5 5

USA USA USA USA USA ARG USA USA USA CMR TUR USA USA USA AUS

Jrue Holiday 1,90 Chris Quinn 1,87 Louis Williams 1,85 Evan Turner 2,03 Jodie Meeks 1,93 Andre Iguodala 1,98 Jason Kapono 2,04 Andres Nocioni 2,00 Thaddeus Young 2,03 Elton Brand 2,04 Darius Songaila 2,03 Craig Brackins 2,08 Marreese Speights 2,10 Spencer Hawes 2,13 Tony Battie 2,12 Coach : Doug Collins

Taille Âge Pos.

Nat.

Joueur

Taille Âge Pos.

Nat.

USA USA USA USA USA USA USA USA USA USA USA USA USA USA FRA

Jarrett Jack José Manuel Calderon Marcus Banks Leandro Barbosa Sonny Weems DeMar DeRozan Julian Wright Linas Kleiza Amir Johnson Ed Davis Reggie Evans Joey Dorsey Andrea Bargnani David Andersen Solomon Alabi Coach : Jay Triano

1,90 1,90 1,83 1,89 1,98 2,00 2,03 2,04 2,07 2,08 2,04 2,05 2,09 2,13 2,18

USA ESP USA BRA USA USA USA LTU USA USA USA USA ITA AUS NGR

Nat.

Joueur

USA USA CAN GBR USA USA USA USA USA ITA USA USA RUS FRA USA

John Wall 1,95 Gilbert Arenas 1,91 Kirk Hinrich 1,91 Nick Young 1,98 Cartier Martin 2,03 Josh Howard 1,98 Al Thornton 2,00 Adam Morrison 2,03 Andray Blatche 2,10 Sean Marks 2,09 Trevor Booker 2,03 Yi Jianlian 2,12 JaVale McGee 2,13 Hilton Armstrong 2,10 Kevin Seraphin 2,05 Coach : Flip Saunders

21 30 34 31 23 28 30 23 30 24 23 23 29 34 25

Devin Harris 1,89 Jordan Farmar 1,87 Anthony Morrow 1,95 Terrence Williams 1,98 Ben Uzoh 1,91 Quinton Ross 1,98 Travis Outlaw 2,07 Stephen Graham 1,98 Damion James 2,03 Derrick Favors 2,10 Kris Humphries 2,00 Joe Smith 2,09 Troy Murphy 2,11 Brook Lopez 2,13 Johan Petro 2,12 Coach : Avery Johnson

Nat.

Joueur

USA USA USA USA USA USA USA USA USA USA USA USA USA USA USA

Raymond Felton 1,85 Toney Douglas 1,85 Andy Rautins 1,95 Kelenna Azubuike 1,96 Roger Mason 1,95 Landry Fields 2,01 Wilson Chandler 2,03 Bill Walker 1,98 Patrick Ewing Jr 2,03 Danilo Gallinari 2,04 Amaré Stoudemire 2,05 Anthony Randolph 2,10 Timofei Mozgov 2,15 Ronny Turiaf 2,06 Eddy Curry 2,11 Coach : Mike D’Antoni

27 1 23 1 25 2 23 2 22 2 29 2-3 26 3 28 3 23 3-4 19 4 25 4 35 4 30 4-5 22 5 24 5

20 27 23 22 23 26 29 30 22 31 32 23 23 22 34

1 1 1-2 1-2 2 2-3 2-3 3 3-4 4 4 4-5 5 5 5

Nat.

USA USA USA USA USA USA USA ARG USA USA LTU USA USA USA USA

26 29 28 27 24 21 23 25 25 21 30 26 24 30 22

1 1 1 1-2 2 2-3 3 3-4 4 4 4 4 4-5 4-5 5

Washington Wizards

Taille Âge Pos.

24 24 23 26 30 22 23 23 26 22 27 21 24 27 28

Taille Âge Pos.

Toronto Raptors

New York Knicks

Taille Âge Pos.

Taille Âge Pos.

Philadelphia 76ers

New Jersey Nets

Indiana Pacers Darren Collison 1,83 A.J. Price 1,87 T.J. Ford 1,74 Brandon Rush 1,98 Lance Stephenson 1,96 Danny Granger 2,04 Dahntay Jones 1,96 Mike Dunleavy 2,06 James Posey 2,04 Paul George 2,03 Tyler Hansbrough 2,05 Josh McRoberts 2,08 Solomon Jones 2,08 Roy Hibbert 2,18 Jeff Foster 2,12 Coach : Jim O’Brien

24 1 31 1 22 1 32 1-2 28 2 30 2-3 25 3 30 3 23 3 26 4 30 4 37 4 35 5 28 5 32 5

Nat.

Milwaukee Bucks

Detroit Pistons

Joueur

Taille Âge Pos.

1 1 1 1-2 2-3 2-3 3 3-4 3-4 4 4 4 4-5 4-5 5

Mo Williams 1,83 Ramon Sessions 1,90 Manny Harris 1,96 Daniel Gibson 1,87 Anthony Parker 1,99 Christian Eyenga 1,98 Joey Graham 2,00 Jamario Moon 2,03 Jawad Williams 2,06 Antawn Jamison 2,06 J.J. Hickson 2,08 Leon Powe 2,03 Anderson Varejao 2,09 Samardo Samuels 2,08 Ryan Hollins 2,13 Coach : Byron Scott

Joueur

Orlando Magic

Nat.

Cleveland Cavaliers

Atlanta Hawks Joueur

Chicago Bulls

1 1-2 1-2 2 2 2-3 3 3 3 3-4 4 4-5 5 5 5

Taille Âge Pos.

20 28 29 25 25 30 26 26 24 35 22 22 22 25 20

1 1-2 1-2 2 2-3 3 3 3 4 4 4 4-5 5 5 5

Nat.

USA USA USA USA USA USA USA USA USA NZL USA CHN USA USA FRA


Spécial

13

présentation

rosters

Dallas Mavericks Joueur

Taille Âge Pos.

Jason Kidd 1,94 Dee Brown 1,82 Rodrigue Beaubois 1,82 Jose Juan Barea 1,77 Jason Terry 1,89 Dominique Jones 1,93 DeShawn Stevenson 1,96 Caron Butler 2,01 Steve Novak 2,08 Shawn Marion 2,01 Dirk Nowitzki 2,14 Alexis Ajinca 2,12 Ian Mahinmi 2,06 Brendan Haywood 2,15 Tyson Chandler 2,13 Coach : Rick Carlisle

37 26 22 26 33 22 29 30 26 32 32 22 24 30 28

Nat.

1 1 1-2 1-2 2 2 2-3 3 3 3-4 4 4-5 4-5 5 5

USA USA FRA PUR USA USA USA USA USA USA GER FRA FRA USA USA

Taille Âge Pos.

Nat.

Denver Nuggets Joueur

Chauncey Billups 1,91 Ty Lawson 1,80 Anthony Carter 1,86 J.R. Smith 1,98 Arron Afflalo 1,95 Gary Forbes 1,98 Carmelo Anthony 2,00 Al Harrington 2,07 Renaldo Balkman 2,03 Kenyon Martin 2,07 Shelden Williams 2,05 Nene Hilario 2,05 Chris Andersen 2,08 Melvin Ely 2,10 Eric Boateng 2,08 Coach : George Karl

34 22 35 24 25 25 26 30 26 33 26 28 32 32 24

1 1 1 2 2 2-3 3 3-4 3-4 4 4 4-5 4-5 4-5 5

USA USA USA USA USA USA USA USA PUR USA USA BRA USA USA GBR

Golden State Warriors Joueur

Taille Âge Pos.

Stephen Curry 1,90 Jeremy Lin 1,91 Charlie Bell 1,91 Monta Ellis 1,89 Reggie Williams 1,95 Dorell Wright 2,00 Rodney Carney 2,00 Vladimir Radmanovic 2,06 David Lee 2,06 Louis Amundson 2,05 Brandan Wright 2,08 Jeff Adrien 1,98 Ekpe Udoh 2,10 Andris Biedrins 2,08 Dan Gadzuric 2,11 Coach : Keith Smart

22 22 31 24 24 24 26 29 27 27 25 24 23 24 32

1 1 1-2 2 2-3 3 3 3-4 4 4 4 4 4-5 5 5

Nat.

USA USA USA USA USA USA USA SRB USA USA USA USA NGR LAT NED

Houston Rockets Joueur

Taille Âge Pos.

Aaron Brooks 1,82 Kyle Lowry 1,85 Kevin Martin 1,95 Jermaine Taylor 1,93 Courtney Lee 1,95 Shane Battier 2,03 Chase Budinger 2,00 Luis Scola 2,06 Chuck Hayes 2,01 Patrick Patterson 2,08 Jared Jeffries 2,10 Jordan Hill 2,08 Yao Ming 2,30 Brad Miller 2,12 Alexander Johnson 2,08 Coach : Rick Adelman

25 1 24 1-2 27 2 23 2 25 2-3 32 3 22 3 30 4 27 4 21 4 28 4 23 4-5 30 5 34 5 27 5

Minnesota Timberwolves

Portland TrailBlazers

Nat.

Joueur

Joueur

USA USA USA USA USA USA USA ARG USA USA USA USA CHN USA USA

Jonny Flynn 1,83 Luke Ridnour 1,86 Sebastian Telfair 1,83 Jason Hart 1,91 Wayne Ellington 1,93 Corey Brewer 2,03 Wesley Johnson 2,01 Martell Webster 2,01 Lazar Hayward 2,00 Michael Beasley 2,06 Kevin Love 2,08 Anthony Tolliver 2,05 Darko Milicic 2,12 Nikola Pekovic 2,08 Kostas Koufos 2,13 Coach : Kurt Rambis

Los Angeles Clippers Joueur

Taille Âge Pos.

Baron Davis 1,89 Eric Bledsoe 1,87 Randy Foye 1,93 Eric Gordon 1,92 Willie Warren 1,93 Marqus Blakely 1,97 Rasual Butler 2,01 Ryan Gomes 2,01 Blake Griffin 2,08 Al-Farouq Aminu 2,06 Craig Smith 2,00 Brian Cook 2,10 Jarron Collins 2,11 Chris Kaman 2,13 DeAndre Jordan 2,13 Coach : Vinny Del Negro

31 20 27 21 20 21 31 27 21 20 26 29 31 28 22

1 USA 1-2 USA 1-2 USA 2 USA 2 USA 2-3 USA 3 USA 3-4 USA-CPV 4 USA 4 USA 4 USA 4 USA 4-5 USA 5 USA-GER 5 USA

Taille Âge Pos.

Derek Fisher 1,86 Steve Blake 1,91 Shannon Brown 1,93 Kobe Bryant 2,01 Sasha Vujacic 1,98 Ron Artest 2,01 Matt Barnes 2,01 Luke Walton 2,04 Devin Ebanks 2,08 Lamar Odom 2,09 Pau Gasol 2,15 Theo Ratliff 2,09 Derrick Caracter 2,08 Andrew Bynum 2,13 Andrew Naymick 2,08 Coach : Phil Jackson

36 30 24 32 26 30 30 30 20 30 30 37 22 22 25

1 1 1-2 2 2 3 3 3 3 3-4 4-5 4-5 4-5 5 5

23 22 25 23 28 20 30 24 25 24 29 22 25 23 25

USA USA USA USA USA USA USA USA USA USA USA USA SRB MNE GRE

Joueur

Taille Âge Pos.

Chris Paul 1,81 Mustafa Shakur 1,90 Willie Green 1,92 Marcus Thornton 1,93 Marco Belinelli 1,94 Trevor Ariza 2,04 Predrag Stojakovic 2,07 Quincy Pondexter 2,00 Joe Alexander 2,00 David West 2,03 Jason Smith 2,13 Pops Mensah-Bonsu 2,06 Emeka Okafor 2,07 Didier M’Benga 2,13 Aaron Gray 2,13 Coach : Monty Wiliams

25 1 26 1 29 1-2 23 2 24 2 25 3 33 3 22 3 23 3 30 4 24 4 27 4 28 4-5 29 5 25 5

Nat.

USA USA USA USA ITA USA SRB USA USA USA USA GBR USA BEL USA

Nat.

Joueur

USA USA USA USA SLO USA USA USA USA USA ESP USA USA USA USA

Russell Westbrook 1,88 Eric Maynor 1,90 Royal Ivey 1,89 Kevin Durant 2,06 James Harden 1,96 Daequan Cook 1,96 Morris Peterson 1,99 Thabo Sefolosha 1,99 Jeff Green 2,03 D.J. White 2,05 Nick Collison 2,07 Serge Ibaka 2,08 Nenad Krstic 2,15 Cole Aldrich 2,12 B.J. Mullens 2,13 Coach : Scott Brooks

Taille Âge Pos.

21 23 28 22 21 23 33 26 24 24 29 21 27 21 21

1 1 1-2 2 2 2 2-3 2-3 3 4 4-5 4-5 5 5 5

Nat.

USA USA USA USA USA USA USA SUI USA USA USA CGO SRB USA USA

1 1-2 1-2 1-2 2 2-3 2-3 3 3 3 4 4 5 5 5

Nat.

Joueur

USA USA USA VEN USA USA USA USA USA USA USA USA ESP TAN IRI

Steve Nash 1,91 Goran Dragic 1,88 Zabian Dowdell 1,90 Matt Janning 1,93 Jason Richardson 1,98 Hidayet Turkoglu 2,07 Grant Hill 2,04 Josh Childress 2,01 Hakim Warrick 2,04 Earl Clark 2,05 Jared Dudley 2,00 Channing Frye 2,10 Gani Lawal 2,08 Robin Lopez 2,13 Dwayne Jones 2,11 Coach : Alvin Gentry

Taille Âge Pos.

Andre Miller 1,89 Jerryd Bayless 1,88 Wes Matthews 1,96 Brandon Roy 1,98 Armon Johnson 1,91 Elliot Williams 1,96 Nicolas Batum 2,04 Rudy Fernandez 1,96 Luke Babbitt 2,06 Dante Cunningham 2,05 LaMarcus Aldridge 2,08 Jeff Pendergraph 2,08 Marcus Camby 2,12 Greg Oden 2,13 Joel Przybilla 2,14 Coach : Nate McMillan

34 22 24 26 21 21 21 25 21 23 25 23 36 22 31

Nat.

1 1 1-2 2 2 2 2-3 2-3 3 3 4 4 4-5 5 5

USA USA USA USA USA USA FRA ESP USA USA USA USA USA USA USA

Taille Âge Pos.

Nat.

Sacramento Kings Joueur

Beno Udrih 1,92 Pooh Jeter 1,80 Tyreke Evans 1,98 Luther Head 1,89 Francisco Garcia 2,01 Omri Casspi 2,06 Donte Greene 2,06 Antoine Wright 2,01 Darnell Jackson 2,03 DeMarcus Cousins 2,13 Carl Landry 2,00 Jason Thompson 2,05 Samuel Dalembert 2,11 Hassan Whiteside 2,13 Coach : Paul Westphal

28 26 21 27 28 22 22 26 24 20 27 24 29 21

1 SLO 1 USA 1-2 USA 1-2 USA 2-3 USA-DOM 3 ISR 3 USA 3 USA 4 USA 4-5 USA 4-5 USA 4-5 USA 5 HAI 5 USA

San Antonio Spurs Joueur

Taille Âge Pos.

Tony Parker 1,86 Curtis Jerrells 1,85 George Hill 1,87 Garrett Temple 1,95 Manu Ginobili 2,01 Gary Neal 1,93 Alonzo Gee 1,95 Richard Jefferson 2,01 Bobby Simmons 2,01 James Anderson 2,04 Tim Duncan 2,14 Matt Bonner 2,10 Antonio McDyess 2,07 DeJuan Blair 2,01 Tiago Splitter 2,10 Coach : Gregg Popovich

Nat.

28 1 FRA 23 1 USA 24 1-2 USA 24 1-2 USA 33 2 ARG 26 2 USA 23 2 USA 30 3 USA 30 3 USA 21 3 USA 34 4 USA-ISV 30 4 USA 36 4-5 USA 21 5 USA 25 5 BRA

Utah Jazz

Phoenix Suns

Taille Âge Pos.

Mike Conley 1,85 O.J. Mayo 1,93 Acie Law 1,90 Greivis Vasquez 1,98 Tony Allen 1,93 Xavier Henry 2,00 Damien Wilkins 2,00 Rudy Gay 2,05 Sam Young 1,98 DeMarre Carroll 2,00 Zach Randolph 2,06 Darrell Arthur 2,06 Marc Gasol 2,15 Hasheem Thabeet 2,21 Hamed Haddadi 2,18 Coach : Lionel Hollins

1 1 1 1 2 2-3 2-3 3 3 3-4 4 4 4-5 5 5

Oklahoma City Thunder

Memphis Grizzlies Joueur

21 29 25 32 22 24 23 23 23 21 22 25 25 24 21

Nat.

New Orleans Hornets Nat.

Los Angeles Lakers Joueur

Taille Âge Pos.

Taille Âge Pos.

36 24 26 22 29 31 38 27 28 22 25 27 21 22 27

1 1-2 1-2 2 2-3 3 3 3 3-4 3-4 3-4 4-5 4 5 5

Nat.

CAN SLO USA USA USA TUR USA USA USA USA USA USA USA USA USA

Joueur

Taille Âge Pos.

Deron Williams 1,88 Ronnie Price 1,88 Earl Watson 1,85 Sundiata Gaines 1,85 C.J. Miles 1,98 Raja Bell 1,96 Othyus Jeffers 1,95 Gordon Hayward 2,05 Jeremy Evans 2,06 Andrei Kirilenko 2,07 Paul Millsap 2,03 Al Jefferson 2,10 Francisco Elson 2,12 Mehmet Okur 2,11 Kyrylo Fesenko 2,10 Coach : Jerry Sloan

Nat.

26 1 USA 27 1 USA 31 1 USA 24 1 USA 23 2 USA 34 2 USA-ISV 25 2 USA 20 3 USA 22 3 USA 29 3-4 RUS 25 4 USA 25 4-5 USA 34 4-5 NED 31 5 TUR 23 5 UKR


Abonnez-vous à BasketNews

Pour 9,90 € par mois

1 an - 52 N°, soit 12 numéros gratuits

Votre cadeau LE LIVRE D’OR 2010 Edition prestige « Beau Livre » 120 pages, 180 photos

Réalisé pour la première fois par la rédaction de BasketNews !

+

Les DVD BasketNews

exclusifs Les reportagesction de la réda

Valeur : 29 €

BULLETIN À RETOURNER À : NORAC PRESSE – SERVICE ABONNEMENTS – B.P. 25244 - 72005 LE MANS CEDEX 1 Je choisis mon abonnement et mon mode de paiement Mes coordonnées : Je m’abonne à BasketNews et je choisis le paiement par prélèvement automatique. Soit 9,90 $ par mois. Je remplis l’autorisation ci-contre et je joins un R.I.B. Je reçois en cadeau Le Livre d’Or du Basket 2010*.

Nom :

Prénom :

Adresse :

Je m’abonne à BasketNews et je régle mon abonnement en une seule fois 99 $ par chèque bancaire ou postal ou par Carte Bancaire. Je reçois en cadeau Le Livre d’Or du Basket 2010*. Ville

Recevez

+

Ou

Tél. :

Né(e) le :

Paiement par carte bancaire

+

Je m’abonne à BasketNews + Maxi-Basket et je choisis le paiement par prélèvement automatique. Soit 10,90 $ par mois. Je remplis l’autorisation ci-contre et je joins un R.I.B. Je reçois en cadeau Le Livre d’Or du Basket 2010*.

Je m’abonne à BasketNews + BAM et je choisis le paiement par prélèvement automatique. Soit 10,90 $ par mois. Je remplis l’autorisation ci-contre et je joins un R.I.B. Je reçois en cadeau Le Livre d’Or du Basket 2010*.

Je m’abonne à BasketNews + Maxi-Basket et je règle mon abonnement en une seule fois 120 $ (- jusqu’à 46% de réduction) par chèque bancaire ou postal ou par Carte Bancaire. Je reçois en cadeau Le Livre d’Or du Basket 2010*.

Je m’abonne à BasketNews + BAM et je règle mon abonnement en une seule fois 120 $ (- jusqu’à 46% de réduction) par chèque bancaire ou postal ou par Carte Bancaire. Je reçois en cadeau Le Livre d’Or du Basket 2010*.

(*) : Cadeau, envoi à partir du 30 octobre. Sortie du livre en librairie le mercredi 10 novembre 2010.

Expire fin

Clé* Clé : les 3 derniers chiffres figurant au dos de votre carte bancaire.

Autorisation de prélèvement J’autorise l’établissement teneur de mon compte à prélever sur ce dernier le montant des avis de prélèvements mensuels établis à mon nom, qui seront présentés par Norac Presse. Je vous demande de faire apparaître mes prélèvements sur mes extraits de compte habituels. Je m’adresserai directement à Norac Presse pour tout ce qui concerne le fonctionnement de mon abonnement. Titulaire du compte Organisme créancier : Norac Presse - 3, rue de l’Atlas - 75019 Paris NOM : N° national d’émetteur : 828046

Date et signature obligatoire :

PRÉNOM : ADRESSE :

VILLE : CODE POSTAL :

Le prélèvement automatique est réservé à la France métropolitaine (engagement minimum de 12 mois sur cette offre). Au-delà de 12 mois, mon abonnement sera reconduit tacitement sauf demande contraire adressée par courrier à : Norac Presse – Service Abonnements – BP 25244 – 72005 LE MANS CEDEX 1. Tarifs étranger et DOM TOM (par carte bancaire uniquement) : BasketNews 123 $. BasketNews + Maxi-Basket (ou + BAM) 150 $. Cadeau étranger : adresse française uniquement. Renseignements abonnés : 02-43-39-16-20 ou abonnement@tomar-presse.com

☛ Plus d’offres d’abonnements sur www.basketnews.net

BN 522

E-Mail :

Maxi-Basket ou BAM

pour 1 € de plus*

Code postal


15

échos NBA

QUAND DIVAC RACONTE PETROVIC D

Recueillement à Zagreb Les deux hommes ne sont jamais vraiment reparlés ensuite, Petrovic décédant dans un accident de voiture en 1993. Divac ne s’en est jamais vraiment remis. « Dans ma tête j’ai toujours pensé que la guerre se terminerait et que l’on finirait pas parler avec Drazen », explique le pivot serbe. « Mais ce

YAO EN MODE RECONSTRUCTION

l Les premiers pas timides de Yao Ming en pré-saison ont permis de découvrir un joueur convalescent encore loin de son niveau All-Star. Le pivot des Rockets s’adapte encore à son nouveau pied gauche, qui a été complètement refait afin de lui permettre de rejouer au basket. « Il a deux pieds différents », explique, dans Sports Illustrated, le chirurgien orthopédique, Kenneth R First. « Il essaye de jouer au basket pro et le pauvre à deux pieds différents. » Prudente, la direction des Rockets ne compte utiliser sa star que 24 minutes en moyenne tout au long de la saison régulière. Les Texans sont confiants car Zydrunas Ilgauskas a subi la même procédure en 2001 et n’a pas disputé moins de 64 matches depuis la saison 2002-2003. P.G.

SÉRAPHIN

Nathaniel S. Butler/NBAE via Getty Images

ans la scène d’ouverture de l’excellent et émouvant documentaire « Once Brothers » diffusé sur ESPN la semaine dernière, Vlade Divac (serbe) explique comment sa forte relation avec Drazen Petrovic (croate) s’est soudain terminée : « Pour construire une amitié cela prend des années. Pour la détruire, il suffit d’une seconde. » Membres de l’équipe nationale yougoslave, frères dans la vie de tous les jours, les deux hommes étaient les leaders d’une formation qui dominait sans partage le basket international à la fin des années 80 et au début des années 90. Tout est tombé à l’eau après la médaille d’or des Yougoslaves lors du championnat du monde en Argentine en 1990. Alors que la guerre civile « au pays » faisait rage, un fan brandissant le drapeau croate s’approche de Divac et lui offre le drapeau. Le pivot le repousse puis arrache le drapeau et le jette de côté. Divac explique dans le documentaire avoir agi de la sorte car l’équipe nationale représentait tout le pays, mais ce bref épisode venait de détruire à jamais sa relation avec Petrovic.

Danny Bollinger/NBAE via Getty Images

HOMMAGE

PATIENCE MAIS PAS DE D-LEAGUE

Drazen Petrovic avec les Nets en 1993.

jour n’est jamais arrivé. » Dans le documentaire, Divac remet les pieds pour la première fois en Croatie, à Zagreb, rencontre la famille de Petrovic et va ainsi se recueillir sur la tombe de son ancien partenaire. Projet intense en émotion, « Once Brothers » nous permet de découvrir les talents de Drazen Petrovic le basketteur. Sous les couleurs des New Jersey Nets, on le voit ainsi littéralement humilier Joe Dumars, Reggie Miller et même His Airness, Michael Jordan.

Dans un extrait, on peut observer Jordan tenter de reprendre son souffle après un duel acharné en défense en tentant de contenir Petrovic. De Kukoc à son ancien partenaire aux Nets, Kenny Anderson, les témoignages s’enchaînent, le plus vibrant provenant de Radja : « C’est le seul type que j’ai connu capable de battre une équipe à lui tout seul. » Disponible sur « Youtube », ce documentaire est à consommer sans modération. n

• À l’issue de la défaite de Washington contre les Knicks, dimanche dernier à New York, l’entraîneur des Wizards a confié à BasketNews ne pas attendre grand-chose de son rookie cette année. « Il apprend encore l’anglais et essaye d’être à l’aise dans notre système de jeu », a souligné Sanders. « J’aime son intensité en défense, mais il fait encore des erreurs, c’est normal. Kevin ne sera cependant pas envoyé en D-League, je ne crois pas que cela lui serait profitable. » Impatient, logé dans le même complexe que John Wall, le Guyanais avoue cependant se lasser de ne pas jouer actuellement. P.G.

Pascal GIBERNÉ, à New York

HARO !

• La décision de la NBA de condamner d’une faute technique tout joueur protestant avec trop d’emphase gestuelle et verbale les coups de sifflets des arbitres n’a pas fini d’alimenter les débats. Si certains entraîneurs et joueurs approuvent cette règle, destinée à réduire les jérémiades des joueurs, d’autres lui reprochent d’être castratrice et de réduire les joueurs à l’état de robots dénués de toute émotion. Les fautes techniques ont plu sans rémission la semaine dernière, provoquant l’expulsion du trash talker Kevin Garnett lors d’un match de pré-saison ! Le syndicat des joueurs a entamé une action en justice contre ce nouveau règlement. À suivre… P.G.

Issac Baldizon/NBAE via Getty Images

NOUVELLES RÈGLES ARBITRALES


16

CHIFFRES

PRO A 1ère journée Joué le mardi 12 octobre

Le Havre bat *Le Mans

58-55

Prochaine journée 2e journée Vendredi 15 octobre

Nancy bat *Orléans Le Mans bat *Pau-Lacq-Orthez

76-65 87-68

Samedi 16 octobre

Strasbourg bat *ASVEL *Gravelines-Dk bat Cholet Paris Levallois bat *Poitiers Chalon bat *Le Havre *Roanne bat Hyères-Toulon *Vichy bat Limoges

82-67 88-52 75-63 72-64 98-76 72-58

Prochaine journée 3e journée Vendredi 22 octobre

Limoges – Pau-L.O. 20h30 direct sur Sport+ Samedi 23 octobre

Chalon – Roanne 20h30 direct sur Sport+ Gravelines-Dk – Vichy Hyères-Toulon – ASVEL Nancy – Poitiers Paris Levallois – Le Havre Strasbourg – Le Mans Dimanche 24 octobre

Cholet – Orléans

Boxes-scores 1210 Le Havre bat *Le Mans Le Mans Min Tirs 3pts LF A.Koffi* 30 10-16 0-0 0-0 C.Lombahe-Kahudi* 23 3-4 1-2 3-4 A.Acker* 25 2-10 1-4 2-2 R.Covile 20 3-5 0-0 1-2 J.Batista* 19 2-10 0-0 1-2 M.Pellin 23 2-4 0-1 0-2 T.Rupert 12 1-3 0-0 0-0 B.Dewar 25 0-5 0-4 0-0 A.Diot* 23 0-5 0-3 0-0 Total - 23-62 2-14 7-12 Le Havre Min Tirs 3pts LF J.Cox 24 4-14 2-6 6-8 B.King* 40 5-13 2-6 0-2 M.Zianveni 23 3-6 0-0 2-2 J.Jones* 21 4-7 0-0 0-4 Y.Sangare* 31 2-8 1-3 0-0 W.Wilkinson* 18 2-8 1-4 0-0 N.Pope* 25 1-8 0-4 0-0 O.Camara 18 1-4 0-0 0-0 Total - 22-68 6-23 8-16 15/10 Orléans T.Bell* J.Reynolds A.Moerman* A.Curti* M.N’Doye Z.Moss J.Smith* A.Sy* W.Hervé Total Nancy T.Darden* R.Mims* J.Linehan* A.Akingbala V.Samnick* S.Brun S.N’Joya M.Badiane* Total

58-55 Rb Pd In Co Bp Pts 13 2 2 0 2 20 3 0 0 0 2 10 8 0 3 0 2 7 4 0 0 0 0 7 6 1 0 0 1 5 3 0 4 0 1 4 0 0 0 0 1 2 2 0 0 3 0 0 1 0 3 0 3 0 40 3 12 3 12 55 Rb Pd In Co Bp Pts 0 0 1 1 1 16 8 0 5 0 2 12 8 0 0 2 5 8 7 1 0 2 0 8 3 0 1 2 0 5 5 1 1 0 3 5 4 0 1 0 0 2 4 0 0 0 0 2 39 2 9 7 11 58

Nancy bat *Orléans Min Tirs 3pts LF Rb Pd 27 5-9 4-6 6-7 5 3 27 6-12 3-6 1-1 5 2 24 3-9 0-2 2-2 6 27 2-7 2-4 - 3 2 22 2-8 1-4 - - 1 14 2-4 - 3 1 27 1-7 0-1 1-2 7 1 25 1-7 0-2 1-1 4 1 7 0-1 0-1 - - - 22-64 10-26 11-13 33 11 Min Tirs 3pts LF Rb Pd 40 8-12 3-4 1-1 6 3 39 7-17 5-12 1-1 5 34 4-8 0-2 6-6 2 7 30 3-6 - 7-7 16 19 3-10 0-2 1-2 3 2 27 1-6 0-5 - 9 6 7 0-1 0-1 - - 1 4 - 1 - 26-60 8-26 16-17 42 19

In 2 1 1 1 1 2 3 11 In 2 5 1 8

76-65 Co Bp Pts 1 4 20 - 2 16 - 1 8 - 1 6 - - 5 - - 4 - 4 3 - 2 3 - - 1 14 65 Co Bp Pts 1 2 20 - 4 20 - 3 14 2 1 13 - 4 7 1 3 2 - 1 - - 4 18 76

15/10 Le Mans bat *Pau-Lacq-Orthez Pau-Lacq-Orthez Min Tirs 3pts LF Rb Pd A.Mendy* 30 7-14 1-3 2-2 2 1 S.Rimac 25 7-12 1-3 1-1 2 T.Bryant* 29 4-7 - 1-2 5 1 D.Bennett* 17 3-6 1-4 - 2 3 T.Ford 9 3-5 - 1-1 - 1 J.Morency 8 1-2 0-1 2-4 1 1 M.Bauer 18 1-5 1-4 - 2 1 F.Moncade 16 1-3 1-2 - 2 2 M.Var* 20 0-2 0-1 2-2 2 2 L.Sciarra* 26 0-2 0-2 - 3 4 T.Ramassamy 2 - - 1 Total - 27-58 5-20 9-12 21 17 Le Mans Min Tirs 3pts LF Rb Pd B.Dewar* 34 8-13 4-9 - 2 A.Koffi* 31 6-10 - 7-10 10 A.Acker* 28 4-6 3-4 2-2 - 4 A.Diot* 25 4-8 3-6 1-2 2 2 R.Covile 19 3-7 - 3-4 6 2 M.Pellin 22 3-4 - 2-4 4 5 T.Rupert 6 1-1 - - 1 J.Batista* 24 1-3 - 2 2 H.Kahudi 2 1-1 - - C.Lombahe-Kahudi 9 - 1 Total - 31-53 10-19 15-22 27 16

In 2 1 1 2 3 9 In 1 4 4 2 11

87-68 Co Bp Pts - - 17 - 3 16 - 1 9 - 2 7 - - 7 - 2 4 1 4 3 - - 3 - 1 2 - 3 - - 1 16 68 Co Bp Pts - 1 20 4 3 19 1 3 13 - - 12 1 2 9 - 2 8 - - 2 - 2 2 - - 2 - 2 6 15 87

16/10 *Gravelines-Dk bat Cholet 88-52 Gravelines-Dk Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts C.Akpomedah* 27 8-10 2-2 2-3 4 2 1 1 3 20 B.Woodside* 32 6-13 1-2 4-5 3 4 2 - 4 17 Y.Bokolo* 32 6-8 3-4 1-2 5 8 2 - 3 16 C.Owens 15 2-6 0-1 4-4 5 1 - - 1 8 D.Issa* 29 3-3 - 2-4 12 4 1 1 - 8 R.Jomby* 21 3-4 1-2 - 4 1 2 - 2 7 J.Johnson 15 2-4 2-4 - 1 - - - 2 6 J.Greer 17 1-3 0-1 - 2 1 1 - 2 2 F.Zerbo 1 1-1 - - - - - - 2 M.Fraser 8 1-2 - - - - - 1 2 J.Rousselle 2 - - 1 - - - C.Cairo 1 0-1 - 1 - - - - Total - 33-55 9-16 13-18 37 22 9 2 18 88 Cholet Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts F.Causeur* 28 4-11 3-3 - 4 2 1 - 3 11 A.Robinson* 28 5-15 0-4 - 2 2 - - 1 10 S.Mejia* 28 4-11 0-4 - 5 3 1 - 2 8 L.Vebobe 22 3-4 0-1 1-2 5 2 3 3 4 7 R.Falker* 25 2-7 - 1-3 5 1 2 1 1 5 V.Avdalovic* 24 2-7 1-3 - - 2 1 - 3 5 D.Nelson 17 2-7 0-3 - 2 1 1 - 2 4 M.Diarra 16 1-2 0-1 - - - - - 1 2 C.Marquis 4 0-3 - 3 - - - - C.Leonard 8 0-1 0-1 - - - - - - Total - 23-68 4-20 2-5 26 13 9 4 17 52 16/10 Strasbourg bat *ASVEL 82-67 ASVEL Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts C.Hammonds* 40 6-10 2-5 1-1 4 5 1 2 1 15 D.Jefferson* 30 6-9 - 1-2 5 - 1 1 1 13 A.Vassallo* 27 3-13 2-7 5-5 4 3 2 - 3 13 K.Tillie 18 3-4 - 2-2 5 3 - - 4 8 M.Gelabale* 27 3-7 1-3 - 3 3 - 2 5 7 A.Zizic* 20 3-4 - 2 1 - - - 6 P.Lacombe 15 1-4 0-2 1-4 2 3 2 - - 3 L.Westermann 2 - 2-2 - 1 - - - 2 B.Fofana 8 - 3 - - - - 13 0-4 0-2 - 3 1 - - 3 E.Jackson Total - 25-55 5-19 12-16 31 20 6 5 17 67 Strasbourg Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts A.Mbaye 20 5-8 3-4 5-6 1 1 1 - 1 18 R.Greer* 35 7-11 2-5 2-2 6 - 1 - 3 18 J.Hawkins* 25 6-11 1-2 4-5 3 2 4 - 3 17 A.Digbeu* 30 3-7 3-7 2-6 3 3 4 1 2 11 J.McCord 21 4-8 - 6 - 2 - 1 8 S.Essart 15 2-6 1-3 - 1 2 1 - 1 5 A.Jeanneau* 25 1-7 0-4 2-2 1 7 - - 3 4 P.Pasco* 28 0-1 - 1-2 8 1 - 1 - 1 I.Soumahoro 1 0-1 0-1 - - - - - - Total - 28-60 10-26 16-23 29 16 13 2 14 82 16/10 Chalon bat *Le Havre Le Havre Min Tirs 3pts LF Rb Pd W.Wilkinson* 26 5-10 3-7 4-4 8 Y.Sangare* 37 5-14 0-5 2-4 4 3 J.Jones* 25 5-10 - 1-4 11 B.King* 33 2-13 0-7 4-5 3 7 N.Pope* 24 3-9 0-4 1-2 7 M.Zianveni 8 2-6 - 1-2 2 F.Paschal 5 2-4 - 3 J.Cox 30 0-6 0-4 - 4 3 G.Pitard 3 - 1 O.Camara 9 0-1 - 1 Total - 24-73 3-27 13-21 44 13 Chalon Min Tirs 3pts LF Rb Pd S.Tchicamboud* 33 4-8 1-4 7-10 5 7 M.Haynes* 33 5-12 2-4 2-2 4 1 I.Evtimov* 31 4-10 3-8 2-2 10 1 B.Schilb* 31 4-11 0-2 2-2 4 5 A.Aminu 16 3-6 - 3-4 4 1 M.J.-B. Adolphe* 21 3-7 - 4 N.Lang 17 1-2 0-1 - 2 1 J.Lauvergne 12 1-5 0-2 0-2 2 2 B.Smith 5 - 2 J.Aboudou 1 0-1 0-1 - - - 25-62 6-22 16-22 37 18 Total

In 2 2 2 6 In 2 2 1 1 1 1 1 1 10

72-64 Co Bp Pts 1 - 17 - 2 12 - 1 11 1 1 8 - 3 7 - 2 5 1 1 4 - 2 - - - 2 3 14 64 Co Bp Pts - 1 16 - 2 14 - 2 13 - 3 10 2 3 9 1 - 6 - - 2 - - 2 - 1 - - 3 12 72

16/10 Poitiers R.Wright T.Gunn* K.Younger* P.Badiane* C.Ona Embo* P.Guillard Y.Devehat G.Costentin* C.Gomez E.Fournier Total Paris Levallois D.Noel* A.Albicy L.Hamilton* G.Yango J.Ball* M.Sommerville* B.Wright* W.Aka N.Wyatte Total

In 4 1 1 2 8 In 1 2 1 1 1 6

75-63 Co Bp Pts - 2 16 2 1 14 - - 10 1 2 8 - 3 8 - 1 5 - - 2 - - - 1 - 1 3 11 63 Co Bp Pts 1 2 22 - 3 16 - 2 14 2 - 8 - 2 7 - 1 4 1 2 4 - 1 - 1 4 14 75

Paris Levallois bat *Poitiers Min Tirs 3pts LF Rb Pd 31 6-17 2-9 2-2 2 1 25 5-13 2-4 2-2 2 1 29 2-6 1-2 5-6 4 5 29 3-7 - 2-4 5 21 4-9 0-4 - 5 18 2-4 1-2 - 5 5 1-1 - - 15 0-1 0-1 - 2 24 0-1 0-1 - 1 7 3 - - - 23-59 6-23 11-14 26 14 Min Tirs 3pts LF Rb Pd 35 8-12 4-6 2-4 6 1 28 4-7 2-3 6-6 3 8 27 6-8 0-1 2-4 7 2 13 2-3 - 4-5 4 1 22 3-7 1-2 - 3 3 32 1-7 0-4 2-2 8 4 31 2-5 0-2 - 2 4 0-1 0-1 - - 8 0-1 0-1 - - - 26-51 7-20 16-21 33 19

16/10 *Roanne bat Hyères-Toulon Roanne Min Tirs 3pts LF Rb Pd K.Rivers* 26 7-13 3-8 - 3 2 L.Bogdanovic* 27 6-12 3-8 2-2 3 3 A.Tanghe 14 4-6 2-2 0-1 3 A.Dunn 18 4-6 - 2-2 6 2 P.Amagou* 19 3-6 - 3-4 - 6 A.Gordon 20 2-6 1-5 4-4 1 5 P.Braud 20 4-9 1-4 - 4 S.Diabate* 20 3-3 - 1-2 2 7 J.Mipoka 14 2-5 0-1 2-2 4 U.Nsonwu-Amadi* 22 2-2 - 7 Total - 37-68 10-28 14-17 33 25 Hyères-Toulon Min Tirs 3pts LF Rb Pd R.Hughes* 31 7-13 - 7-7 8 1 T.Washam* 36 8-19 2-6 2-3 7 1 K.Houston* 25 6-14 0-1 0-2 2 3 J.Flowers* 30 3-5 - 3-4 5 D.Krupalija* 31 3-8 1-4 - 5 5 P.Morlende 15 2-6 0-1 - 2 2 V.Masingue 9 1-2 - 1-3 3 S.Fein 11 0-1 - 3 1 L.Legname 4 0-1 - - N.Boungou Colo 8 0-1 - 2 Total - 30-70 3-12 13-19 37 13

In 1 1 2 2 3 1 10 In 3 1 1 1 1 1 8

98-76 Co Bp Pts 1 2 17 - - 17 1 - 10 3 1 10 - 1 9 - 2 9 - 2 9 1 3 7 - 2 6 - 1 4 6 14 98 Co Bp Pts - 3 21 - 2 20 - 3 12 1 1 9 - 2 7 - 2 4 - 1 3 - - - - - 1 1 15 76

16/10 Vichy K.Reid* F.Elegar* C.Sumpter* E.Brower* J.Shuler* T.Larrouquis J.Djimrabaye J.Aka N.De Jong A.Eito Total Limoges C.Massie* C.Banks* R.Desroses* Z.Wright* A.Salmon R.Guinn* F.Weis T.Bennett K.Souchu X.D’Almeida Total

In 1 3 1 1 2 1 1 10 In 1 1 2 1 5

72-58 Co Bp Pts - 1 19 4 1 14 1 2 13 1 2 9 - 1 6 - - 5 - - 2 1 1 2 - - 2 - - 7 8 72 Co Bp Pts 1 - 17 - 3 10 - 1 10 - 5 9 - 1 6 - 2 4 1 - 2 - - - - - 2 2 14 58

*Vichy bat Limoges Min Tirs 3pts LF Rb Pd 32 8-15 3-7 0-2 2 7 36 6-9 - 2-2 4 26 5-12 1-3 2-2 6 1 31 4-7 - 1-1 8 3 25 3-9 0-3 - 3 3 20 1-5 1-2 2-4 3 1 1 - 2-2 - 13 0-2 - 2-2 4 1 4 1-2 - 1 12 0-4 0-4 - 1 - 28-65 5-19 11-15 32 16 Min Tirs 3pts LF Rb Pd 36 7-14 - 3-6 8 1 32 4-11 2-7 - 3 3 26 3-8 2-5 2-2 6 25 4-11 - 1-2 4 5 9 2-6 2-4 - 1 21 2-8 0-2 - 8 10 1-1 - 2 11 0-2 0-1 - 2 9 0-1 0-1 - 2 1 21 0-1 - 1 2 - 23-63 6-20 6-10 37 12

PRO B 3e journée Vendredi 15 octobre

Lille bat *Aix-Maurienne *Évreux bat Quimper *Le Portel bat Châlons-Reims *Fos bat Antibes

77-68 73-70 97-72 85-71

Samedi 16 octobre

*Boulazac bat Rouen Dijon bat *Charleville *Saint-Vallier bat Clermont *Bourg bat Nantes *Nanterre bat Boulogne

94-62 78-61 89-77 80-68 72-70

Prochaine journée 4e journée Vendredi 22 octobre

Antibes – Boulazac Châlons-Reims – Fos Clermont – Évreux Nantes – Nanterre Samedi 23 octobre

Charleville – Le Portel Dijon – Lille Rouen – Saint-Vallier Quimper – Bourg Boulogne – Aix-Maurienne

1 5 13 -

Paris Levallois Nancy Strasbourg Chalon Gravelines-Dk Le Mans Roanne Vichy Cholet Orléans Le Havre Hyères-Toulon Poitiers Limoges ASVEL Pau-Lacq-Orthez

2-0 2-0 2-0 2-0 1-1 1-1 1-1 1-1 1-1 1-1 1-1 1-1 0-2 0-2 0-2 0-2

1-0 1-0 1-0 1-0 1-0 0-1 1-0 1-0 1-0 0-1 0-1 1-0 0-1 0-1 0-1 0-1

1-0 1-0 1-0 1-0 0-1 1-0 0-1 0-1 0-1 1-0 1-0 0-1 0-1 0-1 0-1 0-1

80,0 77,0 77,5 74,0 79,0 71,0 83,5 70,5 70,5 72,0 61,0 72,0 63,5 64,5 67,5 59,5

65,5 67,5 68,0 66,5 65,0 63,0 74,5 67,0 69,5 73,5 63,5 81,0 71,5 75,5 83,5 88,0

+14,5 +9,5 +9,5 +7,5 +14,0 +8,0 +9,0 +3,5 +1,0 -1,5 -2,5 -9,0 -8,0 -11,0 -16,0 -28,5

In 2 2 1 1 1 7 In 7 1 1 1 1 11

97-72 Co Bp Pts - 1 18 - 2 18 - 4 17 - 3 15 - 3 8 - 3 8 - - 7 1 1 4 - - 2 1 17 97 Co Bp Pts - 1 23 - 1 14 - 2 8 - 1 7 - 2 6 - 1 5 - 1 4 - 1 3 - 1 2 - - - 11 72

15/10 Fos S.Gay* L.Cummard* Z.Bah* M.Dia* M.Hachad* B.Cisse C.Humbert A.Hamza K.Atamna L.Labeyrie Total Antibes S.Massot* M.Bojovic* L.Sambe S.Ho You Fat* L.Bengaber* J.Ingram* D.Ramseyer J.Casseus M.Courby Total

Rb Pd 6 1 8 3 2 7 8 6 7 1 5 - 1 - 3 3 1 35 27 Rb Pd 7 3 3 4 2 7 2 2 2 2 3 - - 26 11

In 1 1 1 3 1 1 8 In 1 1 3 1 1 7

85-71 Co Bp Pts 1 2 26 - 3 18 - 3 12 1 1 11 1 1 10 - 2 6 - - 2 - 1 - - - - 3 13 85 Co Bp Pts 1 1 19 2 3 15 - 1 10 1 1 10 - 4 7 - 1 4 - 2 4 - - 2 - - 4 13 71

15/10 *Évreux bat Quimper Évreux Min Tirs 3pts LF Rb Pd D.Reed* 35 6-11 0-3 4-8 5 2 D.Davis* 30 6-9 1-3 2-4 5 3 S.Traore* 29 4-7 0-1 4-4 8 C.Watson 30 4-11 2-7 1-2 6 6 P.Da Silva* 32 3-10 1-4 2-2 2 9 L.Chelle* 20 2-5 1-3 - 1 T.Maizeroi 16 1-5 1-4 - 2 K.Dahak 8 0-2 0-1 2-2 1 1 Total - 26-60 6-26 15-22 30 21 Quimper Min Tirs 3pts LF Rb Pd M.Runkaukas* 26 8-14 4-7 1-1 2 2 M.Jefferson* 33 8-16 - 8 3 A.Toto N’Koté* 34 6-10 0-2 0-1 12 3 V.Mouillard* 26 2-6 2-4 - 4 2 J.Volcy* 31 3-10 0-4 0-1 7 2 J.Bernage 13 1-3 1-1 - 1 1 G.Lessort 6 1-3 - 3 A.Rigaux 13 1-1 - - 2 W.Molas 10 1-2 - - F.Thibedore 8 0-2 0-1 - - 1 Total - 31-67 7-19 1-3 37 16

In 1 3 3 2 1 10 In 3 1 2 1 1 8

73-70 Co Bp Pts - 5 16 - 2 15 2 1 12 - 2 11 - 1 9 - 2 5 - 3 3 - 1 2 2 17 73 Co Bp Pts - 1 21 - 6 16 - 2 12 - 1 6 - 1 6 - - 3 - 2 2 - 4 2 1 2 2 - 1 1 20 70

*Fos bat Antibes Min Tirs 3pts 40 11-17 1-3 31 8-12 2-4 28 4-6 3-4 27 5-8 1-2 27 4-8 1-2 16 1-3 7 1-4 1 17 0-3 0-2 6 0-2 - 34-63 8-17 Min Tirs 3pts 32 8-13 3-5 33 6-13 0-2 22 4-7 2-4 28 4-6 1-3 23 2-6 1-5 34 2-10 0-4 16 2-5 4 1-2 8 0-1 - 29-63 7-23

Équipe

MJ G-P Dom. Ext. Pour Contre Écart Série 5 der.

2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2

15/10 *Le Portel bat Châlons-Reims Le Portel Min Tirs 3pts LF Rb Pd I.Sy* 33 5-9 4-6 4-6 6 1 E.Choquet 27 5-9 2-5 6-6 5 3 M.Campbell 24 7-9 - 3-4 15 1 M.Labeyrie* 21 5-11 1-4 4-6 4 T.Williams* 29 3-5 2-2 - 4 7 C.Davis* 29 3-10 0-3 2-3 1 4 J.Ludon 22 2-4 1-3 2-2 6 1 G.Leburgue* 13 2-4 - 1 C.Copin 2 1-1 - - 1 Total - 33-62 10-23 21-27 42 18 Châlons-Reims Min Tirs 3pts LF Rb Pd C.Daniels* 32 11-22 - 1-1 6 1 B.Mullins* 35 3-6 1-2 7-8 1 5 N.Diakite* 22 3-9 - 2-2 3 G.Chathuant* 25 2-7 1-1 2-2 2 H.Jalce 12 2-4 - 2-5 7 D.Wilson* 22 2-3 0-1 1-1 3 G.Radonjic 22 2-8 0-3 - 1 J.Bestron 14 1-4 1-2 - 2 R.Joss 11 1-1 - 1 B.Mangin 5 0-4 - - 1 Total - 27-68 3-9 15-19 26 7

LF 3-4 1-2 1-2 4-4 0-2 9-14 LF 3-5 1-3 2-2 6-10

15/10 Aix-Maurienne M.Sonko* D.Sneed* J.EkangaEhawa* S.Darnauzan* J.Hoyaux T.Yvrande* C.Matthews E.Joldersma M.Traoré Total Lille S.Barnette* K.Bradley* R.Chery* A.Harris* N.Taccoen* A.Defoe R.Malet O.Gouez M.Sy B.Gillet Total

Lille bat *Aix-Maurienne 77-68 Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts 40 7-14 1-2 5-5 11 2 2 1 2 20 34 6-11 - 4-8 11 3 1 - 3 16 24 4-10 3-6 33 14 21 25 5 4 Min 33 25 27 37 22 10 15 11 2 18 -

3-9 1-3 1-2 1-6 0-1 23-56 Tirs 8-11 5-13 4-13 3-11 3-4 2-3 1-4 1-3 0-3 27-65

0-4 1-1 0-1 0-3 5-17 3pts 3-3 1-3 1-9 0-1 0-1 0-1 0-3 5-21

3-3 2 1 1 - 6 14 1-1 1 6 1-2 2 2-2 6 2 1-2 1 2 - - 1 - 1 17-23 35 17 LF Rb Pd 12-16 8 1 6-6 - 1 - 3 - 9 3 0-1 8 0-1 4 - - 3 - 5 1 - 1 - - 3 18-24 38 12

2 1 1 8 In 3 2 1 4 2 2 14

- 4 7 - 1 4 - 4 4 - 1 3 - - - - 1 21 68 Co Bp Pts - 4 31 - 2 17 - 1 9 1 2 6 - - 6 - - 4 - 4 2 - - 2 - - - 1 1 14 77

16/10 Dijon bat *Charleville 78-61 Charleville Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts C.Rouse* 37 9-15 0-2 1-2 13 - 1 1 4 19 D.Kaba* 30 5-10 1-4 4-4 1 1 1 - 2 15 J.McClark* 34 4-8 2-4 4-8 5 3 2 - - 14 J.Doyne* 28 1-3 1-2 2-2 3 3 3 - 3 5 K.Morlende* 38 1-3 0-2 3-4 3 4 - - 1 5 Y.Zachee 7 1-3 - 2 - 1 - 2 2 D.Jean-Joseph 17 0-3 0-2 1-2 2 1 1 - 1 1 N.Boundy 9 0-1 0-1 - - - - - - Total - 21-46 4-17 15-22 29 12 9 1 13 61 Dijon Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts D.Melody* 35 8-13 6-9 0-1 5 4 - - 2 22 E.Craven* 33 5-10 1-4 6-7 4 2 3 1 4 17 J.Leloup* 34 5-8 3-5 - 2 1 2 - - 13 E.Mendy* 25 5-10 3-6 - 1 2 2 - 3 13 S.Dia 15 2-5 0-2 - 1 - - - - 4 E.Bing* 32 1-4 - 2-4 10 2 2 1 1 4 A.Christophe 8 1-1 1-1 - 1 3 - - - 3 J.Tornato 8 1-2 - 2 - - - 1 2 B.Monclar 10 - 1 1 1 - 2 Total - 28-53 14-27 8-12 27 15 10 2 13 78 16/10 Bourg C.Koma K.Corre* D.Monds* A.Tsagarakis J.Delhomme J.Sanchez C.Ferchaud* O.Da Silveira D.Coleman* P.Bitee* Total Nantes K.Barber* O.Bardet* D.Gonzalvez* F.Sahraoui* N.Gayon A.Farmer A.Charles S.Dondon B.Pierard A.Cel* Total

*Bourg bat Nantes Min Tirs 3pts LF Rb Pd 21 5-7 - 4-7 3 2 24 4-6 1-1 3-3 4 26 5-8 - 2-4 9 2 22 4-9 2-5 - - 2 21 3-5 3-5 - 1 4 15 3-3 2-2 - 4 2 24 2-8 2-7 0-2 1 1 5 1-1 1-1 2-4 - 23 1-7 - 0-1 6 3 19 1-5 0-1 - 1 5 - 29-59 11-22 11-21 29 21 Min Tirs 3pts LF Rb Pd 34 6-8 - 4-5 11 2 29 4-7 2-4 4-5 4 1 23 4-12 0-1 2-5 3 24 3-3 1-1 2-2 1 18 2-3 - 4-4 - 5 7 2-2 - 1 17 2-3 - 2 1 17 0-3 - 3-4 3 2 - - 1 29 0-8 - 6 1 - 23-49 3-6 19-25 31 11

In 1 3 1 1 2 8 In 2 1 1 1 5

80-68 Co Bp Pts - - 14 1 3 12 1 1 12 - 1 10 - - 9 - 2 8 - 1 6 - - 5 - 3 2 - - 2 2 11 80 Co Bp Pts - 2 16 - 3 14 - - 10 - 6 9 - - 8 - - 4 - 2 4 - - 3 - - 2 - 2 13 68

PRO B : CLASSEMENT

PRO A : CLASSEMENT Équipe

Boxes-scores

2 v. 2 v. 2 v. 2 v. 1 v. 1 v. 1 v. 1 v. 1 d. 1 d. 1 d. 1 d. 2 d. 2 d. 2 d. 2 d.

2-0 2-0 2-0 2-0 1-1 1-1 1-1 1-1 1-1 1-1 1-1 1-1 0-2 0-2 0-2 0-2

1 5 10 15 -

Dijon Saint-Vallier Évreux Lille Fos Boulazac Nanterre Antibes Rouen Le Portel Boulogne Bourg Clermont Châlons-Reims Quimper Aix-Maurienne Charleville Nantes

MJ G-P Dom. Ext. Pour Contre Écart Série 5 der.

3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3

3-0 3-0 3-0 3-0 2-1 2-1 2-1 2-1 2-1 1-2 1-2 1-2 1-2 1-2 0-3 0-3 0-3 0-3

1-0 2-0 2-0 1-0 2-0 2-0 2-0 1-0 1-0 1-1 1-0 1-1 1-0 1-1 0-1 0-1 0-2 0-1

2-0 1-0 1-0 2-0 0-1 0-1 0-1 1-1 1-1 0-1 0-2 0-1 0-2 0-1 0-2 0-2 0-1 0-2

79,0 86,7 82,3 74,7 81,3 76,3 77,7 74,3 73,3 80,0 80,0 77,7 69,0 64,7 73,3 71,3 62,0 64,7

58,0 73,7 71,0 68,7 70,3 68,0 72,0 73,0 80,7 75,3 79,7 78,0 78,0 77,7 78,7 85,7 77,0 83,0

+21,0 +13,0 +11,3 +6,0 +11,0 +8,3 +5,7 +1,3 -7,4 +4,7 +0,3 -0,3 -9,0 -13,0 -5,4 -14,4 -15,0 -18,3

3 v. 3 v. 3 v. 3 v. 1 v. 1 v. 1 v. 1 d. 1 d. 1 v. 1 d. 1 v. 1 d. 1 d. 3 d. 3 d. 3 d. 3 d.

3-0 3-0 3-0 3-0 2-1 2-1 2-1 2-1 2-1 1-2 1-2 1-2 1-2 1-2 0-3 0-3 0-3 0-3


17

CHIFFRES 16/10 Saint-Vallier D.Denave B.Vounang* C.Bronchard* Y.Holland K.Bichard* K.Shiloh* F.Tortosa Y.Zonnet P.Landy M.Tensorer* Total Clermont M.Guichard O.Bassett* D.Bouldin* R.Wilson* M.Drame A.N’Diaye* K.Ouattara X.Delarue* P.Beye Total

*Saint-Vallier bat Clermont Min Tirs 3pts LF Rb Pd 31 9-11 4-6 2-2 6 4 23 8-12 - 1-1 6 1 34 6-13 0-1 1-1 6 3 22 5-6 2-3 1-2 6 2 32 5-11 0-4 2-3 3 3 34 3-10 0-2 0-2 5 6 7 1-2 - 3 1 1 1-1 - 0-1 - 1 - - 15 0-3 0-2 - 2 2 - 38-69 6-18 7-12 37 22 Min Tirs 3pts LF Rb Pd 33 6-11 1-1 3-4 1 2 32 6-16 2-3 2-2 6 2 33 4-10 2-7 2-3 6 2 23 4-11 1-3 1-1 3 4 20 3-6 1-2 2-4 1 24 4-5 - 1-2 6 16 1-2 - 1-1 3 2 14 1-3 - 0-1 - 5 0-2 - 1 - 29-66 7-16 12-18 27 12

16/10 Nanterre N.Carter* J.PassaveDucteil* G.Pons A.Gomis X.Corosine* M.Riley* L.Akono* M.Judith Total Boulogne T.Stanley* D.Monroe* L.Milbourne* K.Patiejunas* L.Kante* E.Plateau M.N’Diaye F.Raposo R.Ba Total

*Nanterre bat Boulogne 72-70 Min Tirs 3pts LF Rb Pd In Co Bp Pts 35 11-18 0-1 2-2 8 2 1 - 1 24 - 4 5 2-4 7 - - 5 - 8 4 - 3 4 - - 8-13 37 21 LF Rb Pd 2-3 7 1 3-4 8 2 2-3 4 2 2-2 2 6 - 2 1 - 2 1 2-4 - - 7 1 - 1 11-16 33 14

1 5 3 13 In 1 2 1 2 1 7

- 5 12 - 2 5 - 4 5 1 2 5 - 2 3 - - 1 17 72 Co Bp Pts - 2 15 - 1 15 1 4 14 - 2 7 - - 6 - 3 6 - 2 5 - 3 2 - - 1 17 70

16/10 Boulazac T.Dubiez* Y.Gaillou C.McIntosh* F.Adjiwanou A.McKenzie* M.Badiane* W.Gradit* A.Kerckhof D.Diarra Total Rouen J.Siggers* D.Williams W.Soliman* N.Samake P.Poupet D.Giles* C.Thioune* R.Taylor* M.Diakite Total

*Boulazac bat Rouen Min Tirs 3pts LF Rb Pd 33 8-14 5-7 1-2 5 2 20 6-7 0-1 4-5 - 1 33 5-11 1-3 5-8 2 11 29 5-9 - 5-8 11 4 23 3-5 0-2 2-4 8 1 26 4-9 0-1 - 9 27 3-4 1-1 - 3 2 7 - 2-2 1 2 0-1 - - - 34-60 7-15 19-29 39 21 Min Tirs 3pts LF Rb Pd 34 6-15 2-9 1-2 5 2 26 3-7 2-5 2-3 8 1 19 4-9 0-1 1-1 4 7 3-4 - 1-2 3 29 2-7 2-5 - - 6 28 2-9 0-2 2-2 2 1 34 2-5 0-2 1-3 3 18 1-6 0-3 - 2 2 5 1-2 0-1 - - 1 - 24-64 6-28 8-13 27 13

In 1 2 1 2 6 In 3 1 1 1 6

94-62 Co Bp Pts - - 22 - 4 16 1 2 16 1 1 15 - 3 8 - 3 8 - - 7 - 1 2 - - 2 14 94 Co Bp Pts - 1 15 1 1 10 - 2 9 - - 7 - 1 6 - 3 6 - 1 5 - 4 2 - 1 2 1 14 62

30 7-8 29 13 37 37 14 5 Min 35 33 26 33 22 17 12 20 2 -

5-8 1-5 2-11 2-6 1-4 29-60 Tirs 5-15 6-9 6-16 2-5 2-3 2-8 1-3 1-4 25-63

2-3 1-2 1-7 1-3 1-4 6-20 3pts 3-10 0-2 1-2 2-3 2-6 1-2 9-25

In 1 2 5 2 10 In 1 1 1 1 2 1 7

89-77 Co Bp Pts - 2 24 - 2 17 - 2 13 1 1 13 - 3 12 - 2 6 - - 2 - - 2 - - 1 2 2 14 89 Co Bp Pts - 2 16 - 5 16 - 2 12 - 1 10 - 2 9 2 1 9 - 1 3 - - 2 - - 2 14 77

4-7 7 1 3 - 1 18

Espoirs 2e journée Nancy bat *Orléans 77-70 *Gravelines-Dk bat Cholet 71-61 *Pau-Lacq-Orthez bat Le Mans 77-74 73-60 *ASVEL bat Strasbourg *Poitiers bat Paris Levallois 57-53 *Le Havre bat Chalon 88-77 *Roanne bat Hyères-Toulon 86-63 Limoges bat *Vichy 78-69 Classement : 1- Roanne, Nancy (2-0), 3- Hyères-Toulon, GravelinesDunkerque, Le Mans, Cholet, PauLacq-Orthez, Poitiers, Paris Levallois, Le Havre, Orléans, Limoges, Chalon, ASVEL (1-1), 15- Strasbourg, Vichy (0-2).

NATIONALE 1 7e journée *Bordeaux bat Denek Bat Brest bat *GET Vosges

80-59 77-65

*Denain bat Blois 96-87 Challans bat *Sorgues 83-78 Saint-Étienne bat *Saint-Chamond 77-58 Roche bat *Liévin 78-75 *Saint-Quentin bat Orchies 75-53 Angers bat *Le Puy 77-66 *Souffelweyersheim bat Centre Fédéral 70-57 Classement : 1- Denain (7-0), 2Sorgues, Blois, Saint-Étienne, Brest, Bordeaux, Saint-Quentin (5-2), 8- Saint-Chamond (4-3), 9- Angers, Challans, Souffelweyersheim, GET Vosges (3-4), 13- Le Puy, Liévin, Roche, Denek Bat, Orchies (2-5), 18- Centre Fédéral (0-7).

LIGA ACB

13octobre 2010, à Memphis

Memphis Grizzlies bat Vitoria

110-105

13 octobre 2010, à Oklahoma City

OKC Thunder bat CSKA Moscou 97-89 108-85

16 octobre 2010, à Cleveland

CSKA bat Cleveland Cavaliers

90-87

EUROLEAGUE

3 journée *Vitoria bat Gran Canaria 82-61 Real Madrid bat *Bilbao 75-73 78-69 Barcelone bat *Valence *Saragosse bat Grenade 89-75 Saint-Sébastien bat *Menorca 96-87 Valladolid bat *Manresa 76-72 *Séville bat Alicante 65-49 *Fuenlabrada bat Malaga 84-74 Badalone bat *Estudiantes Madrid 77-66 Classement : 1- Barcelone, Real Madrid, Fuenlabrada (3-0), 4- Vitoria, Bilbao, Badalone, Saint-Sébastien, Séville, Valladolid, Malaga (2-1), 11- Valence, Saragosse, Menorca, Gran Canaria, Estudiantes, Granada, Manresa, Alicante (0-3).

Joué le mercredi 20 octobre

Khimki Moscou – Gdynia Kaunas – Partizan Vitoria – Maccabi

2 journée Mercredi 27 octobre

Gdynia – Vitoria Partizan Belgrade – Khimki Moscou

89-83 71-68 88-76 68-66 91-87 86-61 88-70 87-78

NBA EUROPE LIVE AMERICAN TOUR ‘10

2e journée

GROUPE A

Mercredi 27 octobre

Mercredi 27 octobre

Efes Pilsen – Valence

Mondeville – Cracovie Jeudi 28 octobre

Panathinaikos – CSKA Moscou Milan – Olimpija Ljubljana

Pecs – Riga Tarente – Kosice

Féminines

GROUPE B Mercredi 27 octobre

Gospic – Ekaterinbourg Jeudi 28 octobre

Open LFB – 1e journée

GROUPE B 1ère journée Joué le lundi 18 octobre

82-66

Joué le mercredi 20 octobre

Rome – Bamberg Jeudi 21 octobre

Mercredi 27 octobre

Bamberg – Olympiakos Jeudi 28 octobre

Charleroi – Rome Real Madrid – Malaga

GROUPE C 1ère journée

Mondeville bat Calais 81-51 Challes bat Arras 70-66 60-57 Tarbes bat Charleville Aix-en-Provence bat Toulouse 86-80 Nantes-Rezé bat Lattes-Montpellier 66-49 Bourges bat Hainaut 59-48 Basket Landes bat Villeneuve d’Ascq 68-65

L2

Gdynia – Sopron Madrid – Fenerbahçe

GROUPE C Mercredi 27 octobre

Prague – Salamanque Kaunas – Spartak Moscou Jeudi 28 octobre

Galatasaray – Tarbes

GROUPE D

6e journée

Mercredi 27 octobre

*Strasbourg bat Rennes Limoges bat *Le Havre Roche bat *Dunkerque Angers bat *Pau-Lacq-Orthez

71-61 68-66 81-68 57-51

Orenbourg – Valence Bourges – Gorzow Jeudi 28 octobre

Schio – Brno

DEMARQUEZ-VOUS !

Joué le mercredi 20 octobre

Fenerbahçe – Lietuvos rytas Jeudi 21 octobre

12 octobre 2010, à Miami

Miami Heat bat CSKA Moscou

1ère journée

LFB

Jeudi 28 octobre

Maccabi – Kaunas

2 journée

Milan bat *Teramo Sienne bat *Crémone *Montegranaro bat Sassari *Bologne bat Cantu Biella bat *Caserte *Rome bat Brindisi *Trévise bat Avellino *Varèse bat Pesaro

EUROLEAGUE

CSKA Moscou – Milan Valence – Panathinaikos

Jeudi 28 octobre

e

e

1e journée

GROUPE D 1e journée

Jeudi 21 octobre

Malaga – Charleroi

LEGA

Cibona Zagreb – Fenerbahçe

Joué le mercredi 20 octobre

GROUPE A 1ère journée

Olympiakos bat Real Madrid

Lietuvos rytas – Sienne Cholet – Barcelone

Ljubljana – Efes Pilsen

Jeudi 21 octobre

e

Lyon bat *Perpignan 59-52 Reims bat *Pleyber Christ 72-65 *Armentières bat Centre Fédéral 66-47 *Voiron bat Nice 83-75 Classement : 1- Lyon, Reims (6-0), 3- Roche (5-1), 4- Limoges (4-2), 5- Angers, Voiron, Dunkerque, Armentières, Pleyber Christ (3-3), 10Perpignan, Strasbourg, Rennes, Nice, Centre Fédéral (2-4), 15- Pau-LacqOrthez, Le Havre (1-5).

Mercredi 27 octobre

Jeudi 28 octobre

16 octobre 2010, à San Antonio

San Antonio Spurs bat Vitoria

2e journée

96-85

Barcelone – Cibona Sienne – Cholet

petites annonces E-mail : l.boquien@tomar-presse.com Tél. : 01-73-73-06-40

Votre annonce doit nous parvenir au plus tard le vendredi pour une parution le jeudi. Rédigez-la sur papier libre et envoyez-la avec son règlement (par chèque à l’ordre de Tomar Presse ou par carte bancaire) à : BASKETNEWS - Petites Annonces - 3 rue DE L’ATLAS - 75019 PARIS 1 semaine (TTC) : 5 lignes : 22,90 € / 10 lignes : 44,20 € / 15 lignes : 68,60 € 3 semaineS (TTC) : 5 lignes : 53,40 € / 10 lignes : 103,70 € / 15 lignes : 126,50 €

Créez vos tenues de basket-ball grâce à notre configurateur en ligne 30 modèles de tenues disponibles

1ère e-boutique française 100 % basket-ball + de 1000 références basket disponibles


18

e 2 Journée

Gazette PRO A

Du Basket et des chiffres 0

Le nombre de titularisation en 2 matches pour Andrew Albicy, 4e évaluation de Pro A (25,5) qui a encore livré un match monstrueux à Poitiers (16 pts à 4/7, 8 pds, 3 rbds, 2 ints).

L’ASVEL VIRE VASSALLO

C’EST GONFLÉ ! Déjà dans les cordes après sa cuisante défaite contre Strasbourg à la maison (67-82), l’ASVEL a pris une décision forte, c’est le moins qu’on puisse dire : virer A.D. Vassallo, son scoreur, l’une de ses recrues stars. Ça passe ou ça casse. Par Fabien FRICONNET, à Villeurbanne

2

Pascal Allée / Hot Sports

Le nombre de double-doubles en 2 matches pour un Alain Koffi ébouriffant (20 pts et 13 rbds puis 19 pts et 10 rbds le week-end dernier, 26,5 d’évaluation moyenne.)

13

L’éval. moyenne de Stephen Brun, peu marqueur (5,5 pts) mais très actif (9,0 rbds et 4,5 pds). Quand son tir à trois-points va tomber dedans (1/8 jusque-là), attention !

36

L’écart entre Gravelines à domicile et Cholet (88-52). Il s’agit de la plus large défaite concédée en championnat pour Erman Kunter depuis son arrivée dans les Mauges. Le « record » datait de la 34e journée, saison 2006-07 (défaite 90-61 à Nancy).

57

Le nombre de points inscrits en deuxième mitemps par la Chorale de Roanne (victoire 98-76 face à Toulon). Les années se suivent mais le festival offensif se poursuit à Vacheresse !

80

Le nombre de minutes jouées en 2 matches par l’ailier de Nancy Tremmell Darden. Avec 26,0 d’évaluation moyenne, pourquoi se priver ?

T.B.

le coach normand avait bel et bien cité sa star portoricaine à plusieurs reprises, ce qui lui ressemble tellement peu que cela démontre un évident malaise.

Parole contre parole

Jean-François Mollière

Pascal Allée / Hot Sports

S

ix matches officiels, quatre défaites (*) et un joueur coupé. Tout cela en moins d’un mois. Spectaculaire. L’ASVEL, incontestablement, a repensé à la saison dernière et n’a pas eu envie d’attendre. Le coach, Vincent Collet, conforté – « C’est Vincent le décideur », dit Antony Thiodet, le directeur exécutif, dans Le Progrès – a tranché. A.D. Vassallo a été mis à pied et convoqué à un entretien préalable à licenciement, ce qui ne signifie pas automatiquement licenciement – la loi impose une procédure précise – mais y ressemble fortement. Étant donné le portrait qui a été dressé du Portoricain, on voit mal les choses s’arranger. D’un côté comme de l’autre. Couper l’une des recrues stars, celui qui devait être l’arme offensive numéro 1, est donc la solution choisie, sachant que la signature comme pigiste (médical, pour Laurent Foirest) de Nebojsa Bogavac (37 ans dans moins de deux mois) n’est qu’un pis-aller, un léger renfort et un message. Ce qui est reproché au tatoué ? Une attitude désagréable, est-il suggéré, une indiscipline vis-à-vis des consignes, et aussi d’avoir jeté son maillot « aux pieds » de Gilles Moretton, le président, après la catastrophique prestation de l’ASVEL contre Strasbourg samedi, conclue par les sifflets d’une Astroballe pourtant généralement débonnaire avec les siens. On ne peut pas croire que Vincent Collet visait exclusivement Vassallo, en conférence de presse, après Strasbourg, lorsqu’il parlait de « fondamentaux à respecter. Les démarquages, les remontées d’écran… Ça s’appelle la rigueur. On ne respecte pas les basiques » ; lorsqu’il s’interrogeait ainsi : « Où est la dureté ?

Notre adversaire conteste le jeu sans ballon, et nous presque pas. Tu joues balle en main, balle arrêtée, donc tu es obligé de faire des exploits. J’ai vu qu’on avait fait 20 passes décisives, je me demande comment. Le statisticien peut-être... Notre jeu de passes est pauvre » ; ou lorsqu’il

« C’est Vincent le décideur » Antony Thiodet

fustigeait le fait que « beaucoup de joueurs sont trop centrés sur leurs problèmes au lieu de donner leur corps et leur âme à l’équipe. (…) J’ai des flashs, des images… Nos attitudes défensives à l’opposée de la balle sur les situations de pick-and-roll, c’est pas possible ! Quand on voit le temps qu’on y passe à l’entraînement ! Pour moi, c’est se foutre du monde. Je ne suis pas méchant mais il y a quand même des limites. C’est inadmissible. » En revanche,

Alors, Vassallo ingérable ? Si l’on en croit François Lamy, l’agent du joueur, l’affaire a été montée en épingle. « A.D. ne s’est aucunement montré outrancier envers M. Moretton, et n’a absolument pas « jeté son maillot aux pieds du Président » comme il a pu être rapporté », explique le représentant. « Il est déplorable que des faits de vestiaire déformés puissent se retrouver en première ligne et rappellent malheureusement un épisode estival peu glorieux avec les conclusions hâtives qui peuvent guider à des jugements à l’emporte-pièce. » « Je souhaite signaler qu’A.D. n’a jamais eu le moindre problème de comportement en université, et ce dans un programme réputé, et n’a jamais eu le moindre geste malheureux lors de sa saison rookie avec le Paris Levallois », ajoute François Lamy. « À titre personnel, je tiens à ajouter que je n’ai jamais eu de remarques déplacées de la part d’A.D. depuis son arrivée en France. Je lui reconnais un caractère fort, mais il fait partie d’une personnalité forte que je respecte, puisque je l’estime nécessaire dans une carrière à haut niveau, particulièrement vu le style de jeu qui l’identifie. Par ailleurs cette forte personnalité lui confère une assurance sur le terrain, qu’il me semble beaucoup d’observateurs ont apprécié en France, et notamment à l’ASVEL lors du tour qualificatif d’Euroleague. » Évidemment, dans l’histoire, c’est parole contre parole, et on imagine que ce sont d’autres instances qui trancheront si, d’aventure, l’ASVEL allait au bout de sa procédure. En attendant, le plus gros des fusibles ayant sauté avec fracas, il faut désormais aller gagner à Hyères-Toulon, sans Vassallo, donc. Puis contre Nancy. Puis à Cholet. Puis contre Orléans. Et juste après, c’est l’Eurocup qui démarre… n (*) À Podgorica et au Mans en tour préliminaire d’Euroleague, à Paris et contre Strasbourg en championnat.


19

Gazette PRO A

APRÈS LA DÉROUILLÉE À GRAVELINES

KUNTER :

« JE N’OUBLIERAI PAS FACILEMENT »

Hervé Bellenger / IS

Arrivé en conférence de presse plus de 30 minutes après la fin du match contre Gravelines (défaite de Cholet 52-88), l’entraîneur des Mauges l’avait sacrément mauvaise à cinq jours d’entamer l’Euroleague, ce soir à Sienne.

Abdou M’Baye décisif avec la SIG face à l’ASVEL (18 points).

STRASBOURG GAGNE À L’ASTRO

FINALEMENT, C’EST FORT ! «

 On est des trentenaires, il faut que le coach s’en souvienne… » Petit sourire d’Alain Digbeu. Le coach ? Il est juste à côté. « Message ! », chuchote Fred Sarre, dans un clin d’œil, à l’adresse des journalistes. Il sourit aussi. Il y a de la gaîté à la SIG. Normal, Strasbourg vient de dominer, sans aucune contestation (82-67), une ASVEL à la ramasse, une semaine après avoir cueilli Roanne (73-69). Et a dévoilé ses armes : expérience, mental, défense, rigueur, multiplicité des dangers dans une rotation serrée et cohérente, malgré le grand bazar en interne et l’absence d’un troisième intérieur de métier derrière Pervis Pasco et John McCord. À Villeurbanne, Strasbourg a respecté à merveille son plan de jeu : mettre la tête sous l’eau à l’ASVEL. « La première des choses, c’était de ne pas enlever la pression qu’ils pouvaient avoir », explique Sarre. « Donc si on commençait à défendre à 20 mètres, si on laissait dérouler le jeu de Villeurbanne, on était sûr que ça allait mal se passer pour nous. Il fallait s’engager, par la défense et par l’impact, quoi ! L’idéal, ce qui s’est produit, était d’être devant. »

SIG cherche joueur « idoine » De fait, la SIG, portée par un superbe Justin Hawkins (17 points et 4 interceptions, toutes dans le premier quart-temps) et un Ricardo Greer, positionné

à 100% au poste 4, qui n’en a jamais trop fait (18 points et 6 rebonds), a pris les devants (22-13, 10e) et ne s’est jamais retournée (+21 à la 36e). Et quand l’ASVEL a tenté de se secouer un peu, Abdou M’Baye a joué l’exécuteur en sortant du banc : 18 points en 19’30. Un match « du feu de Dieu » pour Abdou, dixit son entraîneur. « Nous avons cinq combattants sur le terrain à tout instant », pointe Digbeu. « Ça fait du bien, surtout pour ceux qui étaient là la saison dernière, au terme de laquelle nous avions sauvé notre tête au ras des pâquerettes. » Et Alain, lui-même excellent (11 points, 3 rebonds, 3 passes et 4 interceptions), de calmer les ardeurs en rappelant l’exemple dijonnais de 2010, vainqueur à l’Astroballe en ouverture du championnat avant de sombrer. Et dire que la SIG n’est pas au complet ! Un autre intérieur doit arriver mais Sarre ne veut pas se précipiter. Changer pour changer n’est pas un bien. « Je sais qu’il ne va pas falloir trop tarder. Maintenant, est-ce qu’il y a urgence urgence ? Je ne voudrais pas agir dans la précipitation et me planter dans le choix du joueur. Il est fondamental de trouver le joueur idoine, pour ce que j’ai en tête. » Si le joueur est effectivement idoine, attention ! n Par Fabien FRICONNET à Villeurbanne

Pascal Allée / Hot Sports

La SIG a beau être en reconstruction accélérée, après les rocambolesques épisodes Prowell-Wiliams-Greer-Hawkins, elle n’est pas bonne à prendre. Le Mans, en déplacement au Rhénus samedi, est prévenu.

Comment analyses-tu cette défaite ? Il y a une manière de perdre et ce n’est pas ça. Je n’ai pas vu l’équipe comme ça depuis trois ou quatre ans. Peut-être qu’on n’a pas bien compris que le championnat commençait parce qu’on a joué le match des champions, un match un peu particulier, et après on a joué contre Pau qui avait quatre joueurs blessés. Gravelines nous attendait, ils étaient prêts après la demi-finale de l’an dernier. On pensait que le championnat n’avait pas commencé, là on a bien compris je pense. C’est un match que je n’oublierai pas facilement. Un telle défaite est-elle inquiétante juste avant d’attaquer l’Euroleague ? Gravelines joue le haut de tableau, c’est sûr, mais Sienne, Barcelone, c’est autre chose. Alors si on peut approcher ce niveau, on pourra dire qu’on était trop concentré sur l’Euroleague mais aujourd’hui je ne peux pas le dire. Est-ce qu’on est aussi nul que ça ? Je ne sais pas. Notre problème, c’est que lors du match des champions et contre Pau, on n’a pas pu tester notre niveau et on a vu ce soir où on en était. Ce match était un vrai test et on a pris un coup. Tes joueurs ont-ils compris que ce soir, ce n’était pas normal ? Ah oui ça c’est sûr ! Ils vont comprendre demain de toute façon (dimanche, ndlr), c’est pas un problème. n Propos recueillis par Florent de LAMBERTERIE, à Gravelines


20

échos FRANCE

NATIONALE 1

Sorgues, c’est l’anomalie du début de saison en Nationale 1. Tout juste auréolé du titre de champion de France de N2, le petit promu tient la dragée haute aux clubs phares de N1. Et malgré deux défaites de rang, le club du Vaucluse pointe en deuxième position grâce à ses cinq victoires acquises en début de championnat.

P

our monter en N1, Sorgues à tout changé. De statut d’abord, passant de terreur de N2 à promu en N1 suite au titre de champion de France acquis la saison dernière. De monde technologique également puisque le club annonce fièrement sur sa page web avoir fait l’acquisition d’un ordinateur, d’une imprimante et d’une clé 3G pour pouvoir mettre en direct les statistiques de ses matches à domicile (une des conditions pour pouvoir jouer en Nationale 1). Et enfin de joueurs, car en montant de division pas moins de sept joueurs ont débarqué dans le Vaucluse. « On possède un groupe profondément remaniéAP», 235x152 avoue sans peine Stéphane BASKETNEWS 3e journee PROA

Dao, coach sorguais et fils de Pierre Dao, entraîneur de l’équipe de France à la fin des années 70 et au début des années 80. « Mais c’est une pratique intéressante du métier que de monter une équipe cohérente à l’intersaison, donc je ne me plains pas. »

Capitaliser sur le bon départ Et de la cohérence, Stéphane Dao a réussi à en donner à son groupe. Autour d’un axe meneur-pivot fort, constitué de Yassine Bassine (11,8 pts et 2,6 pds) et Slobodan Ocokoljic (10,7 pts et 7,0 rbds), les deux seuls joueurs à avoir déjà tâté de la N1, l’entraîneur sorguais s’est entouré de joueurs de N2 qui voulaient prouver qu’ils avaient le niveau. Arnauld 1Thinon à la mène16:07 (13,3 pts et 3,5 pds), .ai 05/10/10

http://sorguesbasketclub.free.fr

SORGUES ÉTONNE François Pehoua sur les ailes (10,8 pts et 4,0 rbds) ou encore Xavier Pasut à l’intérieur (12,5 pts et 6,8 rbds) sont autant de paris réussis. Résultats, après avoir réussi à chiper le match d’ouverture à Bordeaux (76-71), les Sorguais ont collé quelques belles roustes (+29 contre Saint-Quentin, + 24 contre Le Puy) surfant sur une mécanique bien huilée et une adresse redoutable. Après cinq journées, les petits poucets sont même leaders avec Denain. Depuis, la cadence a freiné avec deux défaites de rang suite à la blessure de Bassine, rouage essentiel, mais le départ est bel et bien là pour pouvoir sereinement envisager

Debouts : Xavier Pasut (#14), Yassine Bassine (#5), Dawn Obadina (#12), Christophe Dos Santos (#9), Vincent Ateba (#10), Slobodan Ocokoljic (#15) Accroupis : Arnaud Thinon (#4), Nicolas Fraganti (#13), Fernando Cardenas (#8), François Pehoua (#6)

la suite. « Je savais que nous allions perdre », détaille le coach. « Nous avons perdu notre adresse contre Roche, et Challans est une grosse équipe. Ce que j’espère c’est pouvoir capitaliser sur notre départ pour que le groupe se reprenne. Mais nous n’avons jamais d’autre prétention que le maintien et je suis pour l’instant pleinement satisfait de mon groupe. » Un maintien pour une première année en N1, c’est bien entendu la voie de la raison pour le président Jean Bellucci qui, s’il se verrait bien en Pro B un jour, ne donne pour l’instant de la voix que dans sa salle pour soutenir ses petits. n Thomas FÉLIX

QUE LE SPECTACLE COMMENCE 3ème journée de Pro A Rendez-vous sur Limoges - Pau-Lacq-Orthez Vendredi 22 octobre - 20h30

www.LNB.fr

BASKET

Chalon-sur-Saône - Roanne Samedi 23 octobre - 20h30

- 2010. © Corbis, Shutter.

SAISON 2010 - 2011


Tarif spécial en pré commande réservé aux lecteurs

LE LIVRE D’OR 2010 Réalisé pour la première fois par la rédaction de BasketNews !

Immanquable, la version 2010 du traditionnel Livre d’Or du Basket, édité par Les éditions Solar et qui a subi un relookage. Sur 120 pages copieuses, les auteurs revisitent la saison 2009-2010 et les deux Mondiaux. De la chevauchée des Lakers à celle de Cholet, des coups de gueule aux coups de sang, des salaires aux révélations, du Final Four de Bercy à l’aventure de Tarbes, le Livre d’Or raconte les petites et les grandes histoires d’une saison riche.

25€

seulement

Édition prestige « Beau Livre » 120 pages, 180 photos

Sortie le 10 novembre 2010 prix public en librairie : 29€ POUR VOUS : 25€

Dont frais port offerts 8€ Livraison à partir du 30 octobre 2010

Bon de commande à retourner avec mon règlement à : TOMAR PRESSE - LIVRE D OR 2010 - BP25244 - 72005 LE MANS CEDEX (France métropolitaine uniquement)

LE LIVRE D’OR 2010

Qté

Prix unitaire

Total

Prix normal 29€ plus 8€ frais de port

Pour vous 25€ (port compris)

Abonnez-vous à

BasketNews et recevez

LE LIVRE D’OR 2010 en cadeau ! (voir bulletin page 16 de ce numéro)

Je choisis mon mode de paiement ❑ Chèque à l’ordre de Tomar Presse ❑ Paiement par carte bancaire : N° Expire fin

Clé* *clé : les 3 derniers chiffres figurant au dos de votre carte bancaire.

Mes coordonnées : Nom :

Prénom :

Adresse :

Ville :

Code postal :

E-Mail : Tél. :

Commande par téléphone (CB uniquement) : 02-43-39-16-21

Né(e) le :

BN522

Ma commande


22

échos FRANCE

EN BREF JUILLOT CANDIDAT ?

LAURENT PLUVY (SAINT-VALLIER)

LES PETITES COMBINES À LOLO À force de composer des rosters compétitifs avec des bouts de ficelle, Laurent Pluvy se bâtit une bonne petite réputation de découvreur de talents et de recruteur hors pair (Barnette, Eziukwu, McIntosh, Denave, c’était lui). Les résultats sont au rendez-vous. Son SVBD, petit poucet du championnat, est invaincu après trois journées !

2

82.000 euros sur un budget de 800.000 : l’enveloppe allouée cet été à coach Pluvy pour bâtir, presque de fond en comble, son nouveau roster. C’est bien simple, de l’équipe parvenue aux portes des playoffs, seul David Denave est resté. Éternel recommencement pour le club drômois qui n’a pas les moyens financiers de construire sur le moyen terme. Lolo Pluvy, troisième saison au club, ne s’en formalise pas, cela fait partie des règles du jeu. « Pendant 15 jours, 3 semaines, c’est très frustrant de se dire qu’il va falloir tout refaire. Mais c’est le deal qu’on passe avec les mecs dès le départ. Ils savent qu’ils viennent gagner un peu moins d’argent pendant un an, mais ils trouvent un confort, un état d’esprit à Saint-Vallier, et puis une visibilité et du temps de jeu. Après, s’ils peuvent aller chercher un meilleur contrat dans un club plus ambitieux, je suis très content pour eux. » Pluvy s’est remis au travail, démontrant une nouvelle fois ses talents de recruteur. Première règle pluvyienne : viser de bons joueurs français de N1 en quête d’exposition. « Cela fait deux ans de suite qu’on a la chance

de récupérer pratiquement le meilleur joueur de N1 ». David Denave l’an passé, Kévin Bichard cette année. Le premier fait partie des JFL les plus rentables du championnat (17,0 d’éval après 3 journées). Bichard est prêt à suivre la même trajectoire (10,7 pts et 11,7 d’éval en 29’). Une franche réussite.

L’aubaine Vounang Deuxième règle, réserver une enveloppe intéressante – par rapport aux moyens du club – pour ferrer un bon intérieur français. CharlesHenri Bronchard, toujours rentable sur de petits temps de jeu avec la JL Bourg, a retrouvé une belle ampleur statistique (14,0 pts et 7,0 rbds en 31’). Pour boucler, enfin, le quota de JFL

Restaient 100-110.000 euros pour recruter trois non-JFL. « Les Ricains, c’est la pièce en l’air », dit Pluvy. Alors, pour limiter les risques, il a privilégié un meneur US possédant déjà une expérience européenne, Kyle Shiloh. « On a été obligé de faire des paris sur les deux Ricains intérieurs (Newell et Hugee) qui sortaient d’université… et on s’est planté complètement », avoue-t-il, « mais on a rectifié rapidement fin août.» Il se trouve qu’à cette époque, Brice Vounang se trouvait sur le marché. Une aubaine. « On n’a pas hésité une seconde et on est super content. » Le pivot camerounais, blessé une partie de la saison à Brest, a retrouvé ses sensations (15,7 pts à 59,4% et 6,3 rbds). Dernière arrivée, celle de Yuanta Holland, ex-Boulazac et Saint-Étienne, en tant que pigiste d’Anthony Dill, ce dernier s’étant fracturé le pied la veille de l’ouverture. « Yuanta s’entraînait avec Zurich mais n’avait pas de contrat. Il s’est très bien fondu dans le groupe. Humainement, on a trouvé une perle. » Encore un joli coup pour Lolo la combine. n

« Les Ricains, c’est la pièce en l’air » à moindre coût, Pluvy a obtenu les prêts de joueurs espoirs dominants. « Cette année, on a vraiment fait un gros choix avec Florent Tortosa et Yann Zonnet. Les deux étaient susceptibles de rester en Pro A. » Tortosa, ex-international chez les U20, répond au-delà des espérances : 9,3 d’éval en 12 minutes !

Antoine LESSARD

président de l’Élan Chalon et membre du comité directeur de la Ligue, a déclaré dans le Journal de Saône-et-Loire « ne pas exclure de se porter candidat s’il ressent un large consensus. » Juillot a confié avoir « été sollicité à plusieurs reprises pour se porter candidat, notamment par Yvan Mainini et René Le Goff. »

MAX KOUGUERE À GENÈVE Inventorié comme chômeur par le SNB – cf interview d’Aymeric Jeanneau dans le BN n°521 –, Max Kouguere a signé en septembre avec les Lions de Genève (LNAB).

Pascal Allée / Hot Sports

Jean-François Mollière

Pascal Allée / Hot Sports

Jacques Monclar ne sera pas candidat à la présidence de la LNB, préférant continuer à se consacrer à ses activités radio et télé. Son contrat avec le groupe Canal a été reconduit jusqu’en juin 2013. En revanche, Dominique Juillot,

« Son engagement avec Genève prévoit une clause libératoire immédiate (délai d’une semaine) pour tout club du championnat LNB », nous précise son agent, Maïk Prime. Le Congolais est par ailleurs en attente d’un recours devant la chambre d’appel de la FFBB pour l’obtention du statut de Joueur Formé Localement.

A.L.


23

événement

Photos : Hervé Bellenger / IS-FFBB

Après l’Open LFB, Bourges (ici Paoline Salignac), Mondeville (Aurélie Bonnan) et Tarbes (Jelena Dubljevic) s’attaquent à l’EuroLeague.

LES POULES Groupe A Good Angels Kosice Wisla Can-Pack Cracovie Pecs 2010

AVANT L’EUROLEAGUE, L’OPEN LFB

ON SE RODE PIERRE VINCENT (BOURGES) « Final Four, possible mais compliqué »

HERVÉ COUDRAY (MONDEVILLE) « Pas une mauvaise poule »

Premier match le 27/10 :

Bourges – Gorzow « Le premier match arrive rapidement et on fait comme on peut. On devrait s’entraîner beaucoup, mais on ne peut pas car tout le monde est fatigué. Pour la cohésion d’équipe c’est compliqué, pour la gestion du physique également. On va faire avec notre expérience de l’année dernière et un effectif peu remanié. L’année dernière, on est mort avec les honneurs en 8e, on veut aller en poule finale cette année. Je sais que le niveau est fort, que nos concurrents sont forts, mais mon inquiétude c’est que la compétition commence très tôt et donc il ne faut pas se louper. On peut envisager, peut-être, le Final Four, c’est possible mais c’est très compliqué. »

TTT Riga USO Mondeville Cras Basket Taranto GROUPE B Fenerbahce SR Istanbul Lotos Gdynia

ALAIN JARDEL (TARBES) « La poule la plus dure »

UMMC Ekaterinburg

Premier match le 27/10 :

Premier match le 27/10 :

Rivas Ecopolis

Mondeville – Wisla Cracovie « Le club a déjà participé trois années consécutives à cette compétition, et personnellement je l’ai déjà connue avec Valenciennes. On ne part donc pas dans l’inconnu, on sait que les intensités sont plus importantes, mais on n’a pas une mauvaise poule, on évite de fortes équipes. Cracovie, c’est sûrement l’équipe la plus forte, et si elle va vite nous mettre au parfum, on a bon espoir quand même d’autant que le coach était au championnat du monde avec l’Espagne et que l’on sait que quand le coach n’est pas là c’est plus compliqué. On ne part pas la peur au ventre, c’est une chance énorme, pour le club et pour les joueuses, on va participer le mieux possible, et garder dans un coin de la tête que l’on peut passer en 8e. »

Galatasaray – Tarbes « L’EuroLeague arrive très tôt c’est vrai, d’autant que nous sommes une équipe complètement différente de l’année dernière, coach y compris. Je constate tout d’abord que si le niveau est très élevé partout en EuroLeague, nous ne sommes pas loin d’avoir la poule la plus dure. C’est un groupe extrêmement compliqué avec Moscou, le champion en titre, Salamanque qui a quand même éliminé Bourges l’année dernière, donc on ne peut pas partir avec de réels objectifs. On va découvrir et on va essayer de voir ce que l’on peut faire au fil de la compétition. »

MKB Euroleasing Sopron Gospic Croatia Osiguranje

GROUPE C Halcon Avenida Salamanca Spartak Moscou Galatasaray Istanbul Tarbes Gespe Bigorre Vici Aistes Kaunas ZVVZ USK Prague GROUPE D Frisca Sika Brno Ros Casares Valencia Bourges Basket TKSSSE Gorzow Nadezha

Propos recueillis par Thomas FÉLIX

Beretta Famila Schio


24

PORTRAIT

LAURENT SCIARRA À L’ÉLAN

DOYEN AU COEU Il était naguère l’ennemi préféré du public palois, à l’instar de Richard Dacoury avant lui. Après avoir si souvent flirté avec le club, Laurent Sciarra a finalement endossé le maillot vert et blanc de l’Elan Béarnais. À 37 ans, le doyen français de la Pro A, grande gueule devant l’éternel, n’a pas dit son dernier mot. Par Frédéric GONELLA, à Pau

Pascal Allée / Hot Sports

C

’était il y a dix ans, presque jour pour jour, sur le plateau de « Tout le monde en parle ». Fraîchement médaillé d’argent à Sydney, auréolé du titre de meilleur marqueur de la finale olympique face aux Etats-Unis, Laurent Sciarra fait face à Thierry Ardisson. « On dit que tu es une grande gueule », interroge l’ancien animateur vedette des samedis soirs de France 2. Assis aux côtés de Claude Allègre, ancien basketteur et ministre de l’Education, Lolo fait la moue. « Si c’est dire tout haut ce que les autres pensent tout bas, alors oui, je suis une grande gueule. Je ne le prends pas mal qu’on dise cela de moi, même si c’est un peu pénible à la longue. Je dis fort les choses, c’est tout ». C’était il y a dix ans et depuis, beaucoup de ballons ont rebondi sur les parquets. Mais une chose n’a pas vraiment changé : Laurent Sciarra, 37 balais, parle toujours haut et fort. Il n’a fallu qu’une semaine et deux matches au nouveau capitaine de route palois pour pousser sa première quinte. Pulvérisé à Cholet en ouverture (-38), dominé à domicile par Le Mans le week-end passé (-19), l’Elan Béarnais a retrouvé l’élite de travers, scotché à la dernière place du classement après deux journées. Bien sûr, la brutale série de blessures enregistrées durant la préparation, qui a dépeuplé le secteur intérieur (Bryant, Bauer, Maravic, Joseph), offre des circonstances atténuantes. Surtout que les champions de Pro B ont démarré leur saison face aux deux finalistes 2010 de Pro A. Mais après le revers subi vendredi dernier face au MSB, Sciarra ne voulait pas chercher d’excuse. « Ce qu’on n’a pas bien compris, c’est que sans se faire de passes, sans faire les efforts les uns pour les autres, contre ce style d’équipe, on en prendra minimum 20, à la

maison comme à l’extérieur », considéraitil avec agacement. « Soit on joue en équipe et on peut s’en sortir, soit on reste dans un basket « moi + moi + moi » et on va direct en Pro B. Il ne faut pas attendre pour tirer la sonnette d’alarme ». C’est donc déjà fait.

Retrouvailles avec Dobbels Etonné par un coup de sang aussi précoce dans la saison, l’entraîneur Didier Dobbels souhaitait toutefois modérer les propos de son meneur fétiche après coup. « Le discours de Laurent me surprend un peu. Parler de Pro B après deux journées, c’est un peu fort, même si c’est après deux claques, et même si on ne joue pas bien au basket. La saison est longue, on savait qu’elle allait être difficile. Ce n’est pas avec ce genre de propos qu’on va avancer. » Ambiance de crise, déjà ? Non. Mais au crépuscule de sa longue carrière – 20 ans de professionnalisme tout de même – Sciarra n’a plus de temps à perdre et il veut le faire savoir. Et puis le coach à moustaches connaît trop bien le personnage pour s’offusquer de ce genre de saillie. Si après tant de rendez-vous manqués, Lolo a finalement posé son baluchon à Pau cet été, c’est en bonne partie pour retrouver Dobbels, l’entraîneur avec lequel il a décroché son seul titre de champion de France, en 1997, avec le Racing PSG. « Je ne dépasserai jamais la ligne avec lui », avertit le Niçois. « Je sais tout ce que je lui dois et tout ce

couronnées par le premier trophée de l’histoire du club, la Coupe de France décrochée en mai à Bercy, Sciarra voulait relever un dernier défi. Et comme pour boucler la boucle en quelque sorte, c’est lui-même qui a contacté Dobbels durant l’intersaison. « À Orléans, je savais très tôt que je ne voulais pas rester une troisième année. Je m’étais préparé à rester inactif et à ne pas avoir de club de suite. Après, j’ai eu Didier plusieurs fois au téléphone et je lui ai dit : à partir du moment où tu montes, et que tu cherches un deuxième meneur derrière un Ricain, sache que je suis intéressé. Après, tout s’est accéléré avec l’affaire Gipson ». Alors qu’il souhaitait conserver son meneur US, l’Elan Béarnais se retrouve au début de l’été le bec dans l’eau suite à l’étrange histoire dans laquelle est impliquée le MVP étranger de Pro B (prêt d’urine à un coéquipier avant un contrôle antidopage). Du coup, Sciarra se retrouve propulsé meneur titulaire d’une formation avec laquelle il avait souvent flirté par le passé, sans jamais parvenir à concrétiser. Une relation « je t’aime… moi non plus » marquée par quelques passes d’armes qui sont restées dans les mémoires.

« À mort Sciarra » « L’histoire avec Sciarra, c’est qu’on s’est loupé à deux reprises », raconte Pierre Seillant, l’ancien direx du club aujourd’hui président d’honneur. « La première fois, c’était au tout début de sa carrière, il était encore à Hyères-Toulon. Son agent m’avait appelé pour me le proposer alors qu’il avait déjà signé un précontrat avec Paris. Donc ça s’est mal passé au moment de signer. Biétry, qui était président du PSG, l’avait très mal pris ». Les prémices d’une saga mouvementée. L’histoire prend une première fois une tournure résolument passionnelle en 1997, lorsque Pau-Orthez affronte le PSG en demi-finale des playoffs. Malgré les blessures de Rigaudeau et de Funder-

« L’histoire avec Sciarra, c’est qu’on s’est loupé à deux reprises » Pierre Seillant

qu’il m’a amené à la fin des années 1990 et début 2000. Maintenant, ce n’est pas une situation simple pour lui non plus parce qu’il n’a pas l’effectif au complet et ce n’est jamais facile de monter de Pro B en Pro A. Si on a des choses à dire, lui comme moi, on n’hésitera pas. » Après deux années marquantes à Orléans,


25

PORTRAIT

UR VERT

Comme quoi… » La roue tourne. petit à petit, peut-être pas aussi vite qu’il Quatre ans plus tard d’ailleurs, les deux l’espérait », admet Dobbels. « Laurent est parties sont tout proches d’accorder leurs le patron de l’équipe derrière, au même violons. Au sortir d’une saison compliquée titre que Fred Moncade. Ils ont un rôle de à l’ASVEL, Sciarra souhaite rejoindre les gestionnaire, mais doivent aussi s’occuper Pyrénées-Atlantiques, et Seillant s’y monde leur jeu, pas seulement des autres ». tre favorable. Mais après d’interminables Joueur de rotation à Orléans, Sciarra discussions, l’affaire capote finalement. doit en quelque sorte réapprendre à être « Je pense que ce sont toujours les gens un élément majeur, au-delà du leaderproches de M. Seillant qui ont œuvré pour ship et de l’incommensurable expérience ne pas que je vienne. Sur ce sujet-là, je qu’il apporte. À 37 ans, pour ce qui est pense qu’il a toujours été sensible à l’avis peut-être sa tournée d’adieu (il n’a signé de sa garde rapprochée », estime le joueur. que pour un an), le défi est de taille, mais L’échec des négociations remet alors le feu ne semble pas insurmontable. Car le feu aux poudres, et les déclarations fusent par sacré brûle toujours. Si les jambes n’ont presse interposée. plus 20 ans, le cœur et l’esprit restent Seillant jette ainsi un pavé dans la mare verts. « Il a toujours une passion dévorante (aux canards) en déclarant : « de toute façon, pour le jeu », observe Moncade. « Il adore Sciarra, il n’a jamais cassé trois pattes à un être avec les mecs, échanger. On m’avait canard ». Une phrase restée fameuse mais dit qu’humainement, il était super bien, et qu’il regrette aujourd’hui. « Sciarra avait dit : c’est la vérité. C’est vrai qu’il gueule un Seillant m’a mis une carotte, ceci cela… peu sur les jeunes, mais c’est rare qu’un Et moi, j’ai eu le malheur de dire ça. Alors mec avec une telle carrière soit aussi oui, c’est une phrase proche d’eux. Il malheureuse, que leur rend pleins de je regrette parce services en dehors qu’elle ne correspondu terrain, c’est dait pas à la réalité. le premier copain Je ne lui en veux pas aussi. C’est pour Laurent Sciarra du tout. C’était une ça qu’ils acceptent. grande gueule et C’est déjà le chef. » comme je dis, moi, je ne l’avais pas petite. Un patron qui va devoir montrer la voie C’est ce qui faisait le piment du basket, dans la fureur de Beaublanc vendredi, comme les disputes avec les Limougeauds ». face au grand rival limougeaud, qui est également toujours à la recherche de son À Beaublanc vendredi premier succès de la saison. Des retrouTout cela fait aujourd’hui partie de la légende vailles qui s’annoncent volcaniques à plus du basket français, le temps a arrondi les d’un titre. En avril dernier, après la victoire angles. Vendredi, pour sa première apparition d’Orléans sur le parquet de Beaublanc officielle au Palais des Sports, le public a en quart de finale de la Coupe de France, réservé à l’ancien Parisien le même accueil Sciarra avait en effet été impliqué dans qu’aux autres joueurs de l’équipe, une récepune vilaine altercation avec un supporteur tion assez molle et tiède. Mais au-delà des limougeaud un peu trop excité. À la veille résultats décevants de ce début de saison, du grand rendez-vous, il ne souhaite le Niçois ne boude pas son plaisir. « Je suis toutefois pas jeter d’huile sur le feu, et en très content d’être ici. Ce qui me gêne, c’est appelle plutôt à la réaction de ses troupes. qu’on ne joue pas un basket auquel je prends « C’est Limoges, le clasico, on sait qu’il va le plus de plaisir. Mais c’est vrai que c’est y avoir une grosse ambiance, qu’ils vont une région qui m’a toujours plu. J’ai y fait gueuler. Mais qu’importe. On est dans le de belles troisièmes mi-temps avec Lolo dur, et il y a déjà un peu urgence à réagir. (Foirest). Biarritz n’est pas loin. Et puis ce sont Je reste persuadé qu’il y a de quoi faire des souvenirs d’enfance, Freddy Hufnagel, avec cette équipe à partir du moment où on Paul Henderson, les matches tardifs le soir, acceptera de quand ton père vient te réveiller pour regarder jouer les uns la coupe d’Europe. Je suis du Sud-est et par pour les autres. rapport à mes racines, c’est un club et une Si on ne fait région qui me ressemblent un peu ». pas ça, on va Sur le terrain, le vétéran doit en revanche se faire chier encore trouver la bonne carburation, à toute l’année ». l’image de l’ensemble de l’équipe. Malgré Grande un temps de jeu supérieur à celui qu’il avait gueule ? bien ces dernières saisons à Orléans, son rende- sûr, toujours. ment est pour l’heure assez minimaliste, Et tant mieux surtout d’un point de vue offensif (1,5 pt, pour le basket 3,0 rbds, 4,5 pds). « Son intégration se fait français. n

burke, les Béarnais arrachent la première manche à domicile. Au retour, à Coubertin, l’ambiance est survoltée, la fin de match au couteau. Et sur une action loin du ballon, c’est le dérapage. « J’ai mis une poire à Didier Gadou et voilà », synthétise Sciarra. L’ailier landais, aujourd’hui directeur exécutif du club, lui rend alors la politesse et se voit sanctionner par les arbitres, alors que le meneur parisien passe entre les gouttes. Lors de la belle, le public palois est chauffé à blanc. « Avant le match, un supporter à brandi une pancarte assassine, du genre : À mort Sciarra », se souvient Seil-

lant. « Biétry n’était pas content, et je l’ai faite enlever avant le début. Il faut dire que Sciarra ne laissait personne indifférent. C’était quand même un personnage ». Treize ans après, les belligérants ont bien entendu enterré la hache de guerre. « Didier y a fait allusion le soir où il a présenté l’équipe aux partenaires », rapporte le meneur. « Mais bon, c’est du passé. Et puis Didier, il en a mis des tartes aussi ! Entre lui, son frère et Freddy Fauthoux, ils ne se sont pas gênés pour envoyer. Biétry m’avait félicité le soir du match et en juillet il avait voulu me virer parce que j’étais un voyou.

Pascal Allée / Hot Sports

Pascal Allée / Hot Sports

« On sait qu’ils vont gueuler.  Mais qu’importe… »


26

Entre

Castoria / FIBA Europe

SOUVRÉ NOUS YANNICK (DIRECTRICE GÉNÉRALE DE « FIBA EUROPE PROPERTIES »)

« EN FRANCE, LE BASKET A LA PLACE DU PAUVRE » L’ancienne capitaine de l’équipe de France et de Bourges est depuis sept ans à Munich où elle occupe à la FIBA Europe un poste à responsabilités. Peu fréquent pour un Français. A fortiori une femme. Propos recueillis par Pascal LEGENDRE

Sept ans que tu es à Munich à la FIBA Europe, c’est donc que tu t’y plais ? Oui. Je me considère comme étant très chanceuse de faire de ma passion mon travail. C’est Nar Zanolin, le secrétaire général de la FIBA Europe, qui m’a fait venir comme directrice du marketing et qui m’a promu ensuite directrice générale de la FIBA Europe Properties. J’ai neuf personnes directement sous mes ordres alors que nous sommes une bonne trentaine dans les bureaux de Munich à la FIBA Europe. Combien de Français ? Une ! Tout cela est un concours de circonstances, je n’ai pas été prise parce que j’étais française mais parce que Zanolin a eu un flash et s’est dit : « celle-là, elle pourrait être intéressante à ce poste-là » et parce que je parlais anglais. Si j’avais été Espagnole, Polonaise ou Russe, ça n’aurait rien changé. Ce qui a plu à Zanolin c’est ce que j’étais, pas le fait d’être française. J’étais la bonne personne au bon moment. Il m’avait vu jouer, me lancer sur tous les ballons et il s’est dit « celle-là, elle est obstinée », et puis je l’avais déjà rencontré puisque j’avais représenté les joueuses à

une réunion avec les clubs d’EuroLeague. En 2002, Yvan Mainini m’avait proposé d’être la présidente de la commission du basket féminin mondial. Je l’ai été le temps d’une réunion puisque, ensuite, j’ai été embauchée ici. Pour revenir à la question, j’ai reçu quelques CV de Français et si je ne les ai pas embauchés, c’est qu’ils ne convenaient pas vis-à-vis du profil que je recherchais. C’est aussi pratique d’embaucher des Allemands car ils parlent très bien anglais et, comme ils sont sur place, tu sais qu’ils vont s’acclimater. J’ai embauché un Américain, le gars ne s’est pas plu et il est reparti. Et toi, tu t’es acclimatée sans problème ? À l’entreprise FIBA Europe, sans soucis. Probablement du fait que comme basketteuse, j’avais déjà travaillé en équipe et avec des gens de plusieurs nationalités. Et ça, c’est le côté le plus enrichissant de mon travail. Cela demande une ouverture d’esprit que tu n’as pas naturellement, accepter qu’en Italie, en Espagne, en Russie, on ne réagit pas de la même façon. Ici, j’ai un Allemand qui est Croate d’origine serbe, un Grec qui est marié avec une Tchèque,

qui a vécu en Angleterre. C’est l’anglais qui relie tout le monde, tu dois le parler et l’écrire parfaitement. On essaye de couvrir le maximum de langues. Au service com’, sur trois gars, ça parle tchèque, grec, espagnol, français, russe, polonais… L’inconvénient, c’est que je n’ai pratiquement pas progressé en allemand depuis que je suis là. Au boulot, c’est anglais et, à la maison, c’est français. À part avec la femme de ménage et la bouchère, je ne parle pas allemand. Ça va me poser problème lorsque mon fils de seize mois va me parler en allemand ! As-tu la sensation que le basket français est bien représenté au niveau des élus ? Oui, la France est très bien placée dans les commissions. C’est basé sur deux choses. Le fait que les gens se présentent comme Yvan Mainini pour l’élection à la présidence de la FIBA. Ou le fait que leurs fédérations les proposent par le biais d’élections, de décisions très politiques. Il ne faut pas oublier que Robert Busnel a été président de la FIBA (1984-90) et que Yvan Mainini avait été président de la zone Europe.

➔➔➔


27

« Je suis contre le fait de baisser les panneaux pour les femmes »


Entre

NOUS

Et souvent des déplacements ? Je ne suis pas sur tous les événements, c’est impossible. Je vais là où c’est le plus intéressant au niveau marketing. Cet été, je suis allée aux championnats des moins de 18 ans et moins de 20 ans garçons car j’ai signé un deal avec une boîte qui revend les droits TV. Je veux que l’on vende les droits TV des championnats d’Europe de jeunes. Il y a trois ans, jamais on n’aurait pu imaginer imposer aux organisations locales des championnats d’Europe de jeunes, moins de 18 ans et moins de 20 ans garçons, de faire une production télé. Aujourd’hui, c’est obligatoire. Quelle est la place de Canal+ dans le paysage audiovisuel européen ? Le contrat français est très important, l’un des trois-quatre plus gros. Il faut savoir que la FIBA Europe vit pendant deux ans grâce aux deux semaines de compétition de l’EuroBasket. Sur le reste, entre guillemets, on perd de l’argent. Ça fait partie de notre rôle, on se considère comme une organisation de service public. Nos clients, ce sont les fédérations, même si ce n’est pas le sentiment qu’elles ont. Donc l’EuroBasket permet de donner de l’argent aux organisateurs d’un championnat d’Europe cadettes comme de payer mon avion pour aller à tel endroit. Et là-dedans, il y a les droits télé et le marketing. Le marketing, c’est peut-être un tiers des revenus. Et si l’on compare la place du basket en France vis-à-vis des autres pays ? Pour moi, suivant les connaissances qui sont en ma possession, oui, le basket a en France la place du pauvre. Il y a des pays où ça va beaucoup mieux. L’exemple numéro un, c’est la Lituanie où le basket est devant le foot. En Hongrie, l’EuroLeague féminine passe sur une chaîne nationale sportive publique. En France, Pierre Fosset (le président de Bourges) est obligé de pleurer pour que son équipe passe sur Sport+ pour un quart de finale d’EuroLeague. D’un autre côté, Sport+ achète les droits quand une équipe française est au Final Four. D’ailleurs, pour prendre conscience de la place de Sport+, il suffit de voir l’heure à laquelle joue la France dans les grandes compétitions.

En quarts de finale du Mondial féminin, la France a joué à 20h30, un horaire approprié aux chaînes de

télé sportives. Pourquoi des matches en streaming sur le site de FIBA Europe ? On veut montrer du basket et c’est une alternative à la télévision. Dixit les spécialistes, ça sera même rapidement davantage qu’une alternative, même si je trouve que ça n’explose pas comme on me l’avait prédit. On fait ce que l’on appelle du geoblocking, on interdit la diffusion dans les zones où les droits télé ont été achetés. Au niveau de la qualité, c’est formidable. J’ai suivi les Championnats du monde comme si je les avais vus à la télé. Habitant en Allemagne, j’ai pu regarder tous les matches de l’équipe de France en Turquie. FIBA Monde a fait payer un prix ridiculement bas. En revanche, tu n’as pas David Cozette et Jacques Monclar, les commentaires sont en anglais. C’est vrai que l’on s’adresse ainsi à des spécialistes. Moi-même, je n’irais pas regarder du tennis sur Internet. À l’heure actuelle, on ne produit pas les images. Si on a le championnat d’Europe des moins de 18 ans qui se déroule en Lituanie et que la télévision produit les deux demifinales et les deux finales, on va utiliser le signal télé par le biais d’Internet. Et le but c’est qu’un jour, quand il n’y aura pas de production télé, on puisse, comme l’a fait la ligue féminine française, produire nos propres images. Mais on veut que ça soit un bon produit, pas des images de piètre qualité, et ça coûte beaucoup d’argent. On est sur des solutions à court terme…On a passé cet été quatre matches des moins de 18 ans, quatre des moins de 20 ans, les finales des moins de 16 ans, moins de 20 ans filles et moins de 18 ans filles. Que penses-tu du niveau de jeu actuel de l’équipe de France féminine vis-àvis de ton époque ? Pouf ! À l’heure actuelle, je ne pourrais plus jouer. J’ose croire que je pourrais gérer la fin d’un match car ça, je n’étais pas trop mal mais, physiquement, je n’aurais pas tenu le choc. Ça a pris une envergure

Castoria / FIBA Europe

➔➔➔

Quelles sont tes responsabilités en tant que directrice de FIBA Europe Properties ? Directement, le marketing et les droits TV. En le manageant, tout le service événementiel et le service communication, faire le dernier spot pour promouvoir l’EuroLeague femme comme de s’occuper des relations avec les médias.

Castoria / FIBA Europe

28

l’aile et c’était dur. Techniquement, ça a progressé aussi. On disait d’Odile Santaniello qu’elle jouait comme un mec… Diana Taurasi, elle joue vraiment comme un mec. Je suis impressionnée par son physique, sa technique, alors que son gabarit n’est pas hors du commun. J’en ai discuté avec Ilona Korstine, il n’y a pas de secrets dans la vie : Diana Taurasi, c’est la première arrivée à l’entraînement et la dernière partie. Il paraît qu’elle bosse comme une dératée.

« Canal+, c’est l’un des trois-quatre plus gros contrats européens » physique chez les filles, pffft… Dans l’équipe américaine, tu as trois joueuses qui dunkent dont Angel McCoughtry qui fait 1,85 m ! Je ne touchais même pas le cercle. L’évolution, je l’avais vu au cours de ma carrière. J’ai joué avec Martine Campi, pivot à 1,87 m. Elle faisait partie des filles hyper baraquées. Elle a fini sa carrière dans

Est-ce que « l’année du basket féminin » (2006 à 2007) s’est traduite par des effets bénéfiques en Europe ?

Oui. Je pense qu’il y a plus d’arbitres féminins. Bon, on n’a pas un million de plus dans la poche en ayant fait ça. En revanche, c’est peut-être par le biais de notre action que les Biélorusses ont joué en robe… Même si nous, on était contre la robe ou le body qu’on nous avait proposés. Nous, on considère que le basket féminin ne doit pas jouer avec un panneau plus bas, on n’est pas là pour le dénaturer, mais pour faire une belle image afin d’avoir un peu plus de chances d’être reconnu. Ce que l’on préconise, c’est une tenue de basket appropriée dans la tendance actuelle du monde du sport. On le voit au rugby masculin. Ils ont une tenue bien plus moulante, adaptée. On travaille sur des prototypes depuis trois ans avec Tuta, une marque


29 lituanienne. Un maillot, un short près du corps mais adaptés au basket. Le but est de définir un règlement qui va donner une identité au basket féminin européen. Comme à un moment donné toutes les équipes australiennes jouaient avec une combinaison. On ne met pas à l’écart les autres équipementiers puisque nous avons consulté Nike, Adidas, Champion, etc. L’idée, c’est d’établir un règlement qui va définir la tenue de l’EuroLeague femme pour la saison prochaine. Si demain un équipementier a envie d’acheter l’EuroLeague femme - on le cherche - on a l’autorisation des clubs pour le faire.

et ça sera ma revanche sur mes années difficiles au lycée ! Ça va m’ouvrir un réseau et ça va m’apporter une connaissance théorique de mon boulot. Le côté difficile, c’est que ça m’enlève du temps avec ma famille et mon petit garçon. Ce sont neuf cessions de cinq jours sur dix-huit mois, à Paris, Genève, Londres, Barcelone, Francfort, New York et Nyon. C’est lourd car il y a du travail entre les cessions. Il y a des choses très intéressantes comme la présentation de

l’agence anti-dopage (AMA) par M. Pound. C’est un vrai challenge.

FIBAEUROPE.COM

• Le site fibaeurope.com a connu 11,5 millions de visiteurs pour la saison 2009-10. La pointe se situe en août (près de 3,5 millions) à l’occasion des différents championnats de jeunes.

Dans sept ans, tu es toujours munichoise ? Aucune idée. Il y a sept ans je venais d’acheter une maison à Bourges et j’étais persuadée que j’y resterais jusqu’à la fin de mes jours. Depuis ce moment-là, je me dis que je ne sais pas ce dont sera fait demain, ce qui est extrêmement difficile pour quelqu’un comme moi qui a un besoin excessif d’organisation dans sa vie. Je suis sur un poste de manager, de cadre. Mon patron, Nar Zanolin, a re-signé jusqu’en 2014, mais il se peut que son remplaçant décide ensuite de ne pas me garder. n

« Ça a pris une envergure physique chez les filles… Je ne pourrais plus jouer »

Donc tu n’es pas favorable au fait de baisser le cercle pour les femmes ? C’est un sujet redondant. La seule fois où j’ai été présidente de la commission du basket féminin, Aldo Corno (l’actuel coach de Challes-les-Eaux) avait amené ce sujetlà en discussion, ainsi que celui du petit ballon. Ils avaient fait le test en Italie et il disait que c’était très probant. Moi, le petit ballon (6 au lieu de 7 pour les garçons), j’étais pour car je l’avais expérimenté aux États-Unis lors de mon année universitaire. C’est tout simplement adapté à nos mains plus petites. C’est donc passé en 2004. Mais ce n’est pas parce qu’on va changer les règles que l’on va être diffusé davantage à la télé, c’est un faux débat.

84,5% des visiteurs ont comme provenance l’Europe dont 5,7% la France, qui se situe en deuxième position après la Pologne et à égalité avec l’Espagne.

EUROBASKET’09

• 128.478 spectateurs ont assisté en 2009 à l’EuroBasket en Pologne. 429 journalistes de la presse écrite et Internet, 300 de la télévision et 209 de la radio étaient accrédités. Cumulée, l’audience fut de 167 millions de téléspectateurs représentant 132 pays. Parmi les 124 diffuseurs, 13 appartenaient au service public donc proposaient des retransmissions accessibles à tous - dont les pays de l’ancienne Yougoslavie, l’Italie (RAI) et la Grèce (ERT). FIBAEuropeTV.com a généré 300.000 visiteurs uniques pour les matches en streaming.

Et comment faire pour avoir deux types de paniers dans toutes les salles, sur les cinq continents ? Si les gens qui imaginent ça connaissaient la souffrance qu’ont les gens avec le changement de lignes, la galère dans laquelle on met les fédérations, les clubs, les mairies… Les filles ne pourraient plus jouer dans les mêmes salles ! S’ils pensent que ça va améliorer le pourcentage de réussite aux tirs, à ce moment-là, il ne faut pas reculer la ligne à trois points. On s’imagine qu’avec deux dunks de plus, le basket féminin va devenir un énorme phénomène ? Je suis contre. Il ne faut pas vendre le basket féminin comme on vend le basket masculin. C’est un produit différent.

Hervé Bellenger / IS

Tu fais le MESGO (Executive Master in European Sport Governance). Qu’estce que c’est ? Dans quel but ? C’est une formation qui a été mise en place suite au regroupement des fédérations européennes de sport collectif avec le concours du Centre de Droit et d’Économie du Sport de Limoges. Je pense qu’ils ont envie qu’il y ait des gens qui soient formés à la spécificité du sport européen. Je l’ai fait surtout car ça va me donner un diplôme délivré par Sciences Po, ce qui n’est pas négligeable,

EUROBASKET ET EUROLEAGUE FéMININE

En 2000 aux J.O. de Sydney, avec l’équipe de France

• Même si on l’écrit souvent en France « Euroligue », l’appellation appropriée pour la compétition majeure des clubs féminins est « EuroLeague » avec le « L » majuscule. Comme pour EuroBasket et EuroChallenge. Tout ça afin de permettre à la FIBA Europe de déposer les noms et qu’ils soient protégés à l’instar des logos. Sauf que cela fait cinq ans que le dossier « EuroBasket » est en instance d’être officialisé du fait qu’une marque espagnole de pyjamas a déjà déposé le mot « basket ».


30

échos EUROPE

Le tirage au sort de l’Eurocup, qui avait lieu jeudi dernier à Barcelone, a envoyé l’ASVEL dans le même groupe que le Besiktas au premier tour de l’Eurocup. Au moment de boucler ces lignes, le club stambouliote était toujours en négociations avancées avec Allen Iverson.

M

que l’intérieur turc Cevher Özer, qui figurait parmi les derniers joueurs coupés avant le Mondial. Les autres formations de ce groupe B auront aussi leur mot à dire, Vrsac pouvant compter sur un Milan Macvan incandescent depuis le début de saison, et Göttingen étant le vainqueur de l’EuroChallenge la saison dernière.

Jesse D. Garrabrant/NBAE via Getty Images

ardi 30 novembre. Notez cette date dans vos agendas. Elle marquera peut-être la venue d’Allen Iverson, ancien MVP NBA, à l’Astroballe pour y affronter l’ASVEL sous le maillot du Besiktas Istanbul. À l’heure de notre bouclage, les deux parties semblaient avoir trouvé un accord sur un contrat de 1,5 million de dollars sur un an, avec une prime de 500.000 dollars en cas de titre de champion de Turquie, ou de qualification aux Finals de l’Eurocup. Si « The Answer » tournait finalement le dos au club stambouliote, celui-ci aurait toujours des arguments à faire valoir avec l’ancien Palois Mire Chatman, l’ailier polonais Michal Ignerski, le jeune pivot australien Andrew Ogilvy, ainsi

GROUPE A UNICS Kazan Le Mans Sarthe Basket Banvit BK EWE Baskets Oldenburg GROUPE B Hemofarm Stada Vrsac Besiktas Istanbul ASVEL Lyon-Villeurbanne BG Göttingen GROUPE C Benetton Treviso Estudiantes Madrid PAOK Salonique Chorale Roanne

Le Mans retrouve Banvit Les Manceaux ont également été gâtés dans le groupe A avec deux équipes issues du tour préliminaire de l’Euroleague : Kazan et Banvit – sorti par le MSB. Mais aussi Oldenbourg, qui disputait l’Euroleague la saison dernière. C’est a priori la Chorale qui a hérité du groupe le plus abordable avec Trévise, l’Estudiantes Madrid – 0-3 en Liga ACB – et le PAOK Salonique. Début des hostilités le mardi 16 novembre. n Laurent SALLARD

GRÈVE EN GRÈCE La première journée du championnat grec n’a pas eu lieu le week-end dernier, et a été repoussée à ce vendredi. Un report dû à la grève des joueurs grecs, appelée par le PSAK, syndicat présidé par Lazaros Papadopoulos. « Le

basket est mort en Grèce et personne ne s’en est rendu compte », a déclaré l’ancien international. « Dans cette ligue, les droits constitutionnels de la moitié des joueurs ne sont pas respectés. » Les joueurs grecs veulent être assurés par leurs clubs, payés en temps et en heure, et souhaitent que la ligue prenne des mesures pour lutter contre la violence dans les salles. L’ESAKE n’entend pas se laisser faire et menace de prendre des sanctions contre les grévistes, voire de jouer les matches avec les seuls étrangers.

L’ITALIE RENONCE À L’EURO 2013 La fédération italienne a annoncé en fin de semaine dernière qu’elle retirait sa candidature à l’organisation de l’Euro 2013, estimant qu’elle ne serait pas en mesure de répondre aux exigences de la FIBA Europe dans les délais imposés. La Slovénie est désormais seule en lice pour accueillir le championnat d’Europe. Décision en décembre.

TRANSFERTS

LIGA ACB

VALENCE BATTU SANS DE COLO

• Défait la saison dernière sur un panier à trois-points au buzzer de Rafa Martinez, le Barça a pris samedi sa revanche en s’imposant 78-69 à Valence grâce au duo Juanca Navarro (22 pts) – Fran Vazquez (16 pts, 8 rbds). De retour à Valence où il a signé un contrat de deux mois, Florent Piétrus n’était pas qualifié, alors que Nando De Colo était blessé, victime d’une luxation d’un orteil, et incertain pour la réception ce jeudi du Panathinaikos en Euroleague. Fuenlabrada a pour sa part remporté un troisième succès, tombeur de Malaga 84-74, et partage la tête du classement avec Barcelone et le Real Madrid, vainqueur 75-73 à Bilbao. L.S.

EUROLEAGUE

LA REVANCHE DE

L’OLYMPIAKOS

Teodosic et l’Olympiakos remportent une 1ére victoire face au Real.

Le Partizan, qui a concédé une deuxième défaite en Ligue Adriatique, se renforce sur le tard. Après avoir engagé le meneur Oliver Lafayette (1,88 m, 26 ans), laissé libre par les Boston Celtics et présentant un profil proche de celui de Bo McCalebb, le club serbe s’intéresse de près à James Gist (2,03 m, 24 ans), qui devait être sous peu libéré par les San Antonio Spurs.

Panagiotis Moschandreou/EB via Getty Images

ALLEN IVERSON À L’ASTROBALLE ?

EN BREF

EB via Getty Images

EUROCUP

I

l y a dix ans, pour le premier match de l’histoire de l’Euroleague, le Real Madrid avait battu à domicile l’Olympiakos. Mais lundi ce sont les Reds qui l’ont emporté 82-66 au Pirée face aux Madrilènes en ouverture de la saison, grâce à un 15-0 à cheval sur les deux derniers quarts. Un succès que Dusan Ivkovic, de retour sur le banc du Pirée, a en partie attribué à sa défense de zone, avec Rasho Nesterovic et Yannis Bourousis dessous. Le pivot grec a également été décisif de l’autre côté du parquet avec 16 points, 7 rebonds et 3 passes. Vassilis Spanoulis a ajouté 16 points, et Milos Teodosic 15 points et 7 rebonds. Pablo Prigioni blessé et Sergio Rodriguez en déroute (6 pts à 3/13, -10 d’éval), Sergio Llull a totalisé 18 points, 3 rebonds et 3 passes pour le Real, Carlos Suarez terminant à 12 points et 5 rebonds. Le Real n’aura pas le droit à l’erreur jeudi prochain à domicile face à Malaga lors de la deuxième journée. n Laurent SALLARD

LEGA

SIENA A EU CHAUD

• La première journée de la Lega a confirmé que la Montepaschi ne survolerait pas le championnat cette saison comme elle l’a fait depuis quatre ans. Les joueurs de Simone Pianigiani ont en effet compté jusqu’à 16 points de retard à Crémone avant de s’imposer 71-68 grâce à Ramunas Kaukenas (21 pts) et Bo McCalebb (17 pts). Milan a également souffert, ayant eu recours à une prolongation pour l’emporter 89-83 à Teramo avec 27 points et 7 rebonds de Stefano Mancinelli. Rome a en revanche assuré en battant le promu Brindisi 86-61, malgré 18 points de Yakhouba Diawara. Ali Traoré a inscrit 6 points en 20 minutes pour les Romains, tandis que Hervé Touré n’était même pas dans le groupe. L.S.


Salut ! Ça va ? Propos recueillis par Pascal LEGENDRE

! E L B A S N E P S I IND 1 SA IS O N 20 10 -2 01 LE G U ID E D E LA L L’O F F I C I E T D U BAS K E 4 7 Page1 1 16/09/10 13:0 XP_Mise en page

COUV OKbis.Q

GORjAN

radonjic

,90

SEULEMENT

S) (CHÂLONS-REIM

S

alut Gorjan, comment ça va ?

176 pages joueurs de Pro A, Les portraits des ! B LF NBA et Les calendriers tionale 1, NBA Pro A, Pro B, Na Ligue Féminine Les infos des clubs aces + Les cases- F:dé4,90dicE - AL

Vraiment bien. Ça fait plaisir d’être en France, de jouer ici. Une envie irrésistible de champagne ?

M 04806 - 1 H

3:HIKOSA=[UY^UV:?a@k@k@b@f;

SAISON 11 0 2 0 1 0 2 DE 176 PAGES E U IQ N U E ID GU

Châlons-Reims

Après des aventures en Serbie, en Bosnie et en Pologne, j’avais envie de revenir en France. J’ai encore 6-7 ans de basket devant moi. Et c’est vrai que le champagne est bon à Reims, je l’ai déjà goûté. Quand tu es dans les Balkans, la France te manque et quand tu es en France, tu as la nostalgie de ton pays d’origine ?

s mon n a d é m r fe n is e rs » « Je me su u o j x u e d t n a d n appartement pe

Tout à fait. C’est impossible de trouver un moyen de satisfaire ces deux envies. Tu es un Serbe de Bosnie, et tu as quitté Sarajevo à 11 ans avec ton père Goran, l’ancien arbitre international, pour fuir la guerre ?

Ce n’était pas évident à l’époque de quitter la ville. Je suis parti un mois à Prague et puis à Belgrade. J’y suis resté cinq ans avant de venir en France. Mon père est venu en France dès qu’il est sorti de Sarajevo en 93. Pour ma part je suis arrivé à l’INSEP en 97 à 16 ans et je ne parlais pas du tout français. Là, ce qui m’a défavorisé, c’est que je suis parti depuis cinq ans et j’ai un peu perdu le vocabulaire et l’habitude de le parler. Ça revient petit à petit. Tu as donc joué à l’INSEP et dans cinq clubs pros français, dans des clubs serbes et bosniaques, alors personne n’est mieux placé que toi pour faire une comparaison entre les deux baskets ?

Le plus grande différence, c’est que chez nous, en ex-Yougoslavie, on considère le basket comme la

vie. En France, c’est un jeu. Un exemple. On a perdu ici contre Dijon de 30 points (42-72) et les gens de mon entourage à Reims ont pris cette défaite comme une chose normale. « C’est un jeu, on va gagner la prochaine fois. » Alors que moi je me suis enfermé dans mon appartement pendant deux jours, j’avais honte de sortir dans la rue. J’étais déçu, énervé et j’ai pris ça comme une défaite personnelle. Pour moi ce n’est pas un jeu. Je me suis dit qu’il fallait que je travaille très fort pour que l’équipe gagne le prochain match. Il y a cinq ans, tu étais à près de 11 points de moyenne dans le championnat serbe avec l’OKK Belgrade, tu avais trouvé LE club qui te convenait ?

On avait une très bonne équipe avec des moyens financiers très faibles. J’étais payé 4.000 euros alors que mon salaire était largement supérieur aux autres. On a raté la qualification pour l’Adriatic League sur un panier à trois-points à la dernière seconde. J’étais même à 15 points de moyenne lorsque je me suis blessé. La deuxième année, le coach a changé et ça ne s’est pas

très bien passé. Et puis au milieu de la deuxième saison, je me suis gravement blessé à l’avant-bras. Je n’ai pas touché le ballon pendant dix-huit mois. Plusieurs médecins m’ont même dit que je ne pourrais plus jouer au basket.

B ● PRO A ● PRO NBA ● NM1 ● LFB ●

TOUS LESS EFFECTIF

Complet.QXP_LFB

Page135 16/09/10 13:13

Jerry Reinsdorf

General Manager Coach :

:

Même en France tu es partagé entre deux villes. Tu habites à Reims ou à Châlons ?

À Reims. On s’entraîne à Reims et à Châlons en alternance. Six mecs habitent à Reims, quatre à Châlons. On voyage entre les deux villes mais ce n’est pas un problème ; il n’y a que vingt-cinq minutes en voiture entre les deux salles. Lorsque je jouais au Paris Basket Racing, j’habitais à Nation et parfois je passais une heure dans les embouteillages. n

United Center (21.711

places)

Jannero PARGO#2 1,85 m. Né le 22/10/1979. Poste 2. Américain. Saisons NBA : 7. Club 2009-10 : Chicago Bulls.

Derrick ROSE#1 1,91 m. Né le 04/10/1988. Poste 1. Américain. Saisons NBA : 2. Club 2009-10 : Chicago Bulls.

Luol DENG#9 2,06 m. Né le 16/04/1985. Poste 3. Britannique. Saisons NBA : 6. Club 2009-10 : Chicago Bulls.

Keith BOGANS#6 1,96 m. Né le 12/05/1980. Poste 2-3. Américain. Saisons NBA : 7. Club 2009-10 : San Antonio Spurs.

Taj GIBSON#22 2,06 m. Né le 24/06/1985. Poste 4. Américain. Saisons NBA : 1. Club 2009-10 : Chicago Bulls.

Carlos BOOZER#5 2,06 m. Né le 20/11/1981. Poste 4. Américain. Saisons NBA : 8. Club 2009-10 : Utah Jazz.

Omer ASIK#3 2,13 m. Né le 04/07/1986. Poste 5. Turc. Saisons NBA : 0. Club 2009-10 : Fenerbahçe (Turquie).

Kyle KORVER#26 2,01 m. Né le 17/03/1981. Poste 2-3. Américain. Saisons NBA : 7. Club 2009-10 : Utah Jazz.

2e JOURNÉE : 16 ... RG. . . . . . . . . . . ASVEL - STRASBOU .. RQUE - CHOLET GRAVELINES-DUNKE . .............. LE HAVRE - CHALON. ... .............. ORLÉANS - NANCY

Joakim NOAH#13 2,11 m. Né le 25/02/1985. Poste 5. Français. Saisons NBA : 3. Club 2009-10 : Chicago Bulls.

Ronnie BREWER#11 2,01. Né le 20/03/1985. Poste 3. Américain. Saisons NBA : 4. Club 2009-10 : Memphis Grizzlies.

C.J. WATSON#32 1,88 m. Né le 17/04/1984. Poste 1. Américain. Saisons NBA : 3. Club 2009-10 : Golden State Warriors.

. .............. LIMOGES - ORLÉANS ... ES-DUNKERQUE NANCY - GRAVELIN .... - ASVEL. . . . . . . PARIS LEVALLOIS ............ STRASBOURG - ROANNE

V D DIFF. PTS Classement _________ V D DIFF. PTS __________________ _ 19 _________ _________ Classement __________________ __________________ _ 10 _________ _________ 1 __________________ __________________ __________________ _ 11 _________ _________ 2 __________________ __________________ __________________ _ 12 _________ _________ 3 __________________ __________________ __________________ _ 13 _________ _________ 4 __________________ _________ _________ _________ _________ _ 14 _________ _________ 5 __________________ __________________ __________________ _ 15 _________ _________ 6 __________________ _________ _________ _________ _________ _ 16 _________ 7 __________________ __________________ 8 __________________

Tom Thibodeau

www.chicagobulls.com

Salle :

:

Gar Forman

t Bourges Baske

135

13:15 Page14 _LFB 16/09/10

Catherine JOENS 1,80 m. Née le 12/02/82. Poste 2. Américaine. 1. Saison en LFB : Club en 2009 : Rivas Ecopolis (ESP)

.. - LE MANS . . . . . PAU-LACQ-ORTHEZ .... LEVALLOIS . . . . POITIERS - PARIS .. OULON . . . . . . . ROANNE - HYÈRES-T .... .............. VICHY - LIMOGES

Ilona BURGROVA 1,96 m. Née le 15/03/84. Poste 5. Tchèque. 1. Saison en LFB : Club en 2009 : Bourges

Styliani KALTSIDOU 1,88 m. Née le 12/01/83. Poste 3. Grecque. 1. Saison en LFB : Club en 2009 : Bourges

Maja MILJKOVIC 1,75 m. Née le 11/04/88. Poste 1. Serbe. 0. Saison en LFB : Club en 2009 : Sopron

Margaux GAILLOU-LOKO 1,82 m. Née le 12/04/93. Poste 3. Française. 0. Saison en LFB : Club en 2009 : Bourges

(HON)

107

13:16 Page71 oB_LFB 16/09/10 FBB p58A75-Pr photos : Bellenger/IS/F

NANTERRE des Jeunesse Sportive

Var Basket places) de Toulon (4500 Hyères Toulon : Palais des Sports Salle places) à Hyères (2200 et Espace 3000 Aubry Président : Philippe : Francis Beaux General Manager

avenue du Maréchal Adresse : 14 92000 Nanterre .85 Tel : 01.47.24.31 .58 Fax : 01.47.24.64 : Site Internet www.jsfnanterre.com

Rick HUGHES # 2,04 m. Né le 22/08/73. Poste 5. Américain. 2. Saison en LNB : Club 2009-10 : Apoel Nicosia (CHY)

# Damir KRUPALIJA 2,05 m. Né le 13/06/79. Poste 4-5. Bosniaque. 3. Saison en LNB : Dijon Club 2009-10 :

Joffre

E-mail : doo.fr esn-jsfn.basket@wana

Coach : Alain Weisz : Assistant coach Miguel Calero

des Sports Salle : Palais (1500 places) Donnadieu Président : Jean : Pascal Donnadieu Général Manager Coach : Pascal Donnadieu : Assistant coach Goff Le Franck

Zeb Cope (arrêt), (Boulazac), Malick Badiane (Dijon), Jonathan Tornato Pro A) Evan Fournier (Poitiers,

#7 Antoine GOMIS 2,05 m. Né le 02/04/89. Poste 4. Français. : 2. Saison en LNB Club 2009-10 :

Nanterre

Nanterre

Mykal RILEY #10 1,98 m. Né le 14/07/85. Poste 3. 1. Saison en LNB : Club 2009-10 :

#8 Guillaume PONS 1,98 m. Né le 13/11/79. Poste 2-3. 10. Saison en LNB : Club 2009-10 :

# Kevin HOUSTON 1,79 m. Né le 21/06/85. Poste 1. Américain. 3. Saison en LNB : Rouen Club 2009-10 :

COLO #10 Nobel BOUNGOU 2,02 m. Né le26/04/88. . Poste 2. Franco-congolais 3. Saison en LNB : Club 2009-10 :

Nanterre

Nanterre

Hyères-Toulon

#15 Wills DANIELS 2,03 m. Né le 21/04/86. Poste 3-4. Américain. 0. Saison en LNB : Club 2009-10 : Bakersfield (NBDL)

COACH :

Hyères-Toulon

Départs :

# Paccelis MORLENDE 1,89 m. Né le 19/04/81. Poste 1-2. Français. 7. Saison en LNB : Club 2009-10 :

(Zadar, CRO), Hrovje Perincic B), (Saint Vallier, Pro Florent Tortosa (Trabzonspor, Derrick Obasohan (Aris, GRE), TUR), Pierre Pierce (Charleroi, BEL), Mouhamed Sene UKR), Curtis Millage (Khimik, Thomas Terrell FBB photos : Bellenger/IS/F

Nanterre

Nanterre

#9 Xavier COROSINE 1,83 m. Né le 12/03/85. Poste 1-2. 8. Saison en LNB : Club 2009-10 :

Hyères-Toulon

#9 Laurent LEGNAME 1,85 m. Né le 13/08/77. Poste 1-2. Français. 14. Saison en LNB : Club 2009-10 :

Marc JUDITH #5 1,93 m. Né le 19/01/87. Poste 2. Français. : 1. Saison en LNB Club 2009-10 : Loïc AKONO #6 1,76 m. Né le 01/06/87. Poste 1. Français. : 6. Saison en LNB Club 2009-10 :

# Tony WASHAM 1,98 m. Né le 07/01/82. Poste 3. Américain. 0. Saison en LNB : Club 2009-10 : (ISR) Elitzur Maccabi Netanya

# Jonte FLOWERS 1,96 m. Né le 12/04/85. Poste 2. Américain. 1. Saison en LNB : Vichy Club 2009-10 :

#13 Vincent MASINGUE 2,04 m. Né le 31/01/76. Poste 5. Français. 16. Saison en LNB : Club 2009-10 :

Nanterre Fontenelles de

Départs :

Entrées : Ducteil Johann Passave (Limoges), Will Daniels (Bakersfield, NBDL)

SIGNE LE LIVRE D’OR...

Entrées : (Rouen), Kevin Houston (-), Paccelis Morlende B), Pro Shaun Fein (Fos, Jonte Flowers (Vichy),Maccabi Tony Washam (Elitzur Netanya, ISR), (Dijon), Damir Krupalija Nicosia, CHY) Rick Hughes (Apoel

Jennifer DIGBEU 1,90 m. Née le 14/04/87. Poste 3-4. Française. 5. Saison en LFB : Club en 2009 : Bourges

40

LON HYÈRES-TOU

Shaun FEIN # 1,91 m. Né le 13/07/78. Poste 2-3. Américain. 9. Saison en LNB : Club 2009-10 : Fos (Pro B)

Paoline SALAGNAC 1,76 m. Née le 13/03/84. Poste 2. Française. 7. Saison en LFB : Club en 2009 : Bourges

Endéné MIYEM 1,88 m. Née le 15/05/88. Poste 4. Française. 4. Saison en LFB : Club en 2009 : Bourges

photos

E-mail : fbeaux@yahoo.fr

Anaël LARDY 1,70 m. Née le 24/10/84. Poste 1. Française. 5. Saison en LFB : Club en 2009 : Bourges Emmeline NDONGUE 1,90 m. Née le 25/04/83. Poste 5. Française. 10. Saison en LFB : Club en 2009 : Bourges

oA-OK.QXP p08a39_Pr : D.R.

Toulon 420 des Sports de Adresse : Palais Toulon Aube – 83000 avenue Amiral 15 94 Tel : 04 94 15 15 95 Fax : 04 94 15 : Site Internet www.htv-basket.com

SIGNE LE LIVRE D’OR...

r Le 5 Majeu

OCTOBRE 2010

V D DIFF. PTS Classement _________ V D DIFF. PTS __________________ _ 19 _________ _________ Classement __________________ __________________ _ 10 _________ _________ 1 __________________ __________________ __________________ _ 11 _________ _________ 2 __________________ __________________ __________________ _ 12 _________ 3 __________________ __________________ __________________ __________________ 13 _ _________ 4 __________________ __________________ __________________ _ 14 _________ 5 __________________ __________________ __________________ __________________ 15 _ _________ 6 __________________ __________________ __________________ _ 16 _________ 7 __________________ __________________ 8 __________________

Ronald MURRAY# 1,91 m. Né le 29/07/1979. Poste 1-2. Américain. Saisons NBA : 8. Club 2009-10 : Chicago Bulls.

places) Salle : du Prado (3100 Palais des Sports Président : Pierre Fosset Coach : Pierre Vincent : Assistant Coach Hervé Bouty

Adresse : – 18000 Bourges 6 rue du Pré Doulet .29 Tél : 02.48.70.13 3.37 Fax : 02.48.70.5 : Site Internet om www.bourgesbasket.c E-mail : sket.com secretbb@bourgesba

9 OCTOBRE 2010

.... .............. CHALON - VICHY. .. -ORTHEZ . . . . . . CHOLET - PAU-LACQ .... - POITIERS. . . . . HYÈRES-TOULON . .............. LE MANS - LE HAVRE

Président :

Site Internet

Non, pas du tout. Si vous voulez devenir un bon arbitre, il faut commencer jeune. Moi, j’ai toujours pensé à jouer. J’ai grandi en regardant Vlade Divac, Drazen Petrovic et Toni Kukoc, les grandes stars de l’ex-Yougoslavie. Être arbitre, ça ne me plaisait pas !

1re JOURNÉE :

CHICAGO BULLS West Madison Street, United Center, 1901 60612, USA Chicago, Ilinois,

BOURGES

dr11ier Calen SAISON 2010-20

BULLS Adresse :

Avec un père comme le tien, tu n’as pas envie de devenir arbitre ?

13:11 Page107 FB 16/09/10

P107_Bourges.QXP_L

13:11 Page40 LFB 16/09/10

p40-54 Calendrier_

P132a161NBA

Le 5 Majeur

Alain WEISZ Né le 29/05/53. 11. Saison en LNB : Club 2009-10 : Hyères-Toulon

Nate CARTER #4 1,99 m. Né le 27/11/83. Poste 5. 2. Saison en LNB : Club 2009-10 :

DUCTEIL #13 Johan PASSAVE 2,00 m. Né le 13/07/85. Poste 5. Français. : 7. Saison en LNB Club 2009-10 : Limoges

LE #12 Alexis DESEPRINGAL 1,92 m. Né le 31/01/91. Poste 2. Français. : 2. Saison en LNB Club 2009-10 : Nanterre

Nanterre

r Le 5 Majeu

15

FBB photos : Bellenger/IS/F

EZ VOTRE ! EN VENTE CH OURNAUX J E D D N A H C R MA 14

4,90 €

Seulement

71



BasketNews-522