Issuu on Google+

1. 2


Qu’il est difficile de se réveiller durant un rêve, le genre de rêve ou vous ne savez pas si c’est le monde réel ou pas, seul le réveil vous permet de manière brutale de vous rendre compte qu’il ne s’agissait que de votre imagination. Cette horrible sensation, je l’ai ressentie lorsque j’ai dû prendre le bus allant de Séoul centre jusqu’à l’aéroport d’Incheon international. A ce moment là il est 20h, j’attends le bus dans le quartier où j’ai vécu pendant six mois, et je le sais très bien, 20h dans ce quartier ce n’est pas la bonne heure pour

partir, surtout un vendredi. Ce quartier se nomme Hongdae, c’est là où se trouve notre université, mais il est surtout connu pour être le quartier de la fête, le vendredi et le samedi des milliers de personnes sortent des voies de métro pour passer la soirée ici, bars, pubs, restaurants, club, Karaoke,... on y trouve à peu près tout ce qu’on veut pour faire la fête. C’est donc avec mes deux valises que je me dirige à contre courant vers l’arrêt de bus face aux rues noires de monde d’Hongdae. Ce n’est pas mon premier voyage, généra-

lement on est toujours triste de quitter un endroit rempli de bons souvenirs, mais cette fois-ci c’est différent. Mes autres voyages se sont tous terminés de la même façon, une certaine tristesse, mais aussi un besoin de retourner en France, le pays m’a toujours manqué, que ce soit pour revoir la famille et les amis ou tout simplement le mal du pays, mais cette fois-ci je n’ai vraiment pas envie de retourner en France, comme si rien de bon ne m’attendait là-bas. C’est horrible de dire ça alors que ma famille et certains de mes amis m’attendent depuis un long moment, certainement qu’ils me

Isn't it difficult to wake up himself during a dream, the kind of dream you can't know if it's the real world or not. The wake up is the only thing which is saying you in a heavy way that everything was not real, it was just your imagination. This horrible sensation, I felt it when I had to take the bus from Seoul to Incheon International Airport. At this time it's 8pm, I'm waiting the bus in the area where I lived during six months,

and Iiknow it very well, 8pm in this area is not the best hour to leave it, especially friday. This area is named Hongdae, our university is located in this area, but it's a very famous place especially to be the best place for parties, friday and saturday evening thousands of people are coming out by the subway exit ways to spend the evening here, bars, pubs, restaurant, club, karaokes,... you can find everything you want to make party.

Finally I'm going in the wrong way and with my two luggages towards the bus stop in front of the « packed » streets of Hongdae. This not my first travel, generally we are always sad to leave a place, a country with a lot of good memories, but this time it's different. My others travels have everytime the same end, a kind of sadness, but also a kind of need to come back in France, but this time I really don't want to come back in France, as if nothing good was expecting 1. 2


2

manquent tous, depuis six mois j’aimerais les revoir, c’est sûr, j’aimerais aussi manger un bon plat français et revoir la Provence, mais tout cela sur le moment n’a plus aucune importance pour moi, je vais quitter Seoul, la Corée et ça sur le coup, je ne peux pas le supporter. Mais que s’est-il passé durant ces six mois? Que m’est-il arrivé pour que je ne veuille plus quitter un pays qui m’était totalement étranger quelques mois auparavant? Si je devais résumer mon voyage en quelques lignes, que devrais-je écrire? Je me pose souvent cette question quand je man-

que d’inspiration à propos d’un sujet, sauf qu’ici ce n’est pas le cas, je cherche au contraire par où commencer, et du coup cette même question va peut être pouvoir m’aider dans ce sens là aussi.

ler où on veut à l’heure qu’on veut, nous n’aurons jamais le sentiment d’insécurité ou de danger. Je pourrais continuer cette liste pendant un moment, mais l’exercice perdrait alors son sens.

Si je devais résumer mon voyage en quelques mots, je dirais que l’élément le plus important de ce voyage fût les rencontres que j’ai pu y faire, beaucoup d’amitié que le temps aura du mal à effacer, c’est aussi un rythme, un mode de vie tellement différent du nôtre, rien n’est pareil, la vie ne s’arrête jamais à Séoul, et puis il est possible d’al-

Il faut que je me concentre plus sur mes journées, résumer mon voyage, le découper; il y a eu en effet trois grandes phases durant ce voyage, la première durant le mois d’août fût la partie «  touriste  », avec Romain et Cédric nous avons avant les cours décidé de voir le plus de choses possibles sur Séoul, nous avons donc enchaîné les vi-

me. It's horrible to say that whereas my familly and my friends are waiting for me for a long time now, I certainly miss them, after six month I would like to see them, for sure, I would like to eat a great french meal too and see my country « la Provence », but right now, nothing of this is important for me, I am gonna to leave Seoul, Korea in a couple of hours and I can't stand it. What is going on during these six months? What the matter with me, why I don't want

to leave a country I didn't know a couple of months ago? If I had to resume my trip in a few lines, what should I write? I'm asking me this question when I need some inspiration about a topic, except than in this case I don't need it, on the contrary I have to much things to say and I don't know how to start. So I hope this question could help me in this way too. If I had to resume my travel in few words, I would say that the most important thing of

this trip was the meetings I had during it, a lot of strong and real friendships, it's also a kind of rythm, a way of life so different of our, nothing are similar, life is never stopped in Seoul, also it's possible to go wherever you like in the middle of the night, you will never feel unsafety or danger. I could continue this list but the exercise will loose its meaning. I need to focus it on my days, to try to resume my journey, to cut it in different parts; The1. 3


sites de temples, de musées, de spectacles et expositions sur la capitale. Durant cette période j’ai eu le sentiment d’être vraiment différent de ce monde, nous étions parmi les touristes, aucun lien fort ne s’est créé durant ce mois d’août. Nous avons fait la connaissance de Jeong Ha et Seung Youn, deux étudiantes en dernière année à l’Idas, elles sont toutes les deux venues six mois en France étudier à l’EDNA, et ce sont des étudiants partis l’année passée en Corée qui nous ont donné leurs email. Ce fût les premiers vrais liens que nous avons tissés avec la Corée.

La rentrée à l’IDAS début septembre clôturera la première partie du voyage, s’en suivra le semestre à l’IDAS, synonyme de nombreuses rencontres, de la découverte et apprentissage de nouvelles techniques notamment en vidéo, et d’un sentiment bien différent de celui des premières semaines, à la fin de ces quelques mois de cours, l’impression d’être complètement intégré au pays en bien là. Puis, finalement, viendra la dernière partie du voyage, l’après IDAS, de nombreux amis en plus, de nombreuses visites, accompagnés d’amis coréens, un road-trip encadré

re was three main phases during this trip, the first one during august named « tourist part », with Romain and Cédric, before the start of the school year, we decided to see the most of things we can in Seoul, so we visited a lot of temples, palaces, museum, exhibitions in the capital. During this period I feel me as a stranger, so different in this new world, we were everytime surrounded by others tourists, I hadn't not any special links with Korea during august.

We met Jeong Ha and Seung Youn, two student who are studying in the last year in IDAS, both of them are came six months in France to study design in EDNA. This is the french student who studied in Korea last year who gave us their email. These two first friends had been the first real link we had with Korea. The start of the school year in IDAS at the beginning of september will finish the first part of the Korea adventure, one semester in IDAS will follow it, synonym 1. 2


par trois d’entre eux durant quelques jours, des liens très forts avec certains amis, et des souvenirs difficiles à effacer...

of a lot of meetings, discovery and learning of some new techniques in particular in motion. The feeling during this semester will change compare to the first part, at the end of this couple of classes months, I could feel me completely include to this country. Then, finally, will come the last part of my journey, the « after IDAS », composed by a lot of new friends, a lot of visits all around Korea with some of these friends as a road trip with three very good friends during a couple of days. To conclude some very strong links with some friends, with some areas and some memories difficult to forget. 2

1. 3


La vie sur place

Life in Korea

Dire qu’il ne faut pas quelques jours pour s’habituer à la vie en Corée serait faux, les premiers jours ne sont pas les plus évidents, on a voyagé pendant plus de 20h, c’est la première fois que je mets un pied dans un pays asiatique, ce n’est pas comme aller en Grèce pendant une semaine. Tout semble différent, les repères ne sont pas évidents à poser, dès la sortie de l’aéroport on prend une première claque dûe à la chaleur qui fait sur place et surtout au taux d’humidité qui fait peser sur nos épaules un poids énorme. En moins de 2 minutes on se retrouve complètement trempés alors que les coréens n’ont pas une goutte sur le front. Globalement, 4-5 jours après être arrivés on commence à s’acclimater, nous sommes Cédric, Romain et moi logés dans un goshitel, nous y resterons durant tout le semestre à l’IDAS. Avoir un logement fixe était une étape importante pour commencer à pouvoir se sentir un peu chez soi. Comment vont ensuite se passer ces quel-

It could be a mistake to say that in few days it is possible to be used to live in Korea, the first days are not easy, we travelled during more than twenty hours, it is the first time I am going to an asian country, and it is not like to go in Greece for one week. Everything seems different, it’s not easy to feel good, as soon as we gone out of the airport it was a kind of shock because of the weather, very warm and humid which are very hard to stand. After two minuts spent outside I was completely soaked whereas korean people were not. Around four or five days after our arrival in Korea we start to acclimate ourselves, Cédric, Romaine and me are now living in a goshitel, we will stay here during all the semester in IDAS. To have a accomodation which is not changing everydays was an important step to start to feel at home. How will evoluate these some months in Korea? 1. 4


ques mois en Corée? Nous sommes comme je l’ai dit précédemment logés à Hongdae, à 5 minutes à pied de notre université, autour de notre goshitel se trouve 5 bars à hôtesses et boîtes de strip-tease, un nombre hallucinant de clubs, de bars et restaurants, le tout est quasiment ouvert 24h/24, comme les mini-shop qui se trouvent à chaque coin de rues. Un portrait du quartier dressé de cette manière pourrait faire penser à un lieu non sain où il ne fait franchement pas bon vivre en dehors des sorties nocturnes, mais étrangement il m’a fallu écrire cette phrase puis la relire pour m’en rendre compte, sur place il n’a jamais été question d’insécurité ou autre, le soir les rues sont recouvertes de détritus en tout genre mais le matin à 10h il est possible de manger sur les trottoirs. Je n’ai jamais regretté d’être dans ce quartier et si je devais retourner à Séoul je choisirais très certainement Hongdae. Parlons un peu de ce quartier, sur Séoul il y trois ou quatre grandes places pour faire la fête, Hongdae arrive en tête de classement, on peut aussi noter Ayewha ou bien 4

We are in Hongdae as I already said before, by feet we need five minutes to go to our university, around our goshitel there are five sexy bars and strip-tease clubs, a lot of clubs, bars and retaurants, and almost everything are open 24/24h, as the mini-shop which are everywhere. When I describe this area like that it could give a bad impression of it, as an unsafe place which is not a good place to live except to hang out, but strangely I needed to write and read these lines to catch it, when I was there I never feel insecurity or danger, the night streets are full of garbages but next morning at 10 you can eat on the floor. I never regret to live in this area and if one of this day I have to go back to Korea I will certainly choose Hongdae. To speak a bit about this place, on Seoul there are 3 or 4 main places to do party, Hongdae is the biggest one, the other one are Hyehwa or Gangnam. Hongdae have some kinds of invisible rules, monday is a empty day, nobody in the streets, thuesday it’s possible to go out and 1. 5


Gangnam. Hongdae est en quelques sorte régie par des règles invisibles, le lundi il n’y aura personne dans les rues, le mardi on pourra sortir et trouver de bons endroits sans soucis, le reste de la semaine jusqu’au dimanche ce sera noir de monde tous les jours, de 19h jusqu’à tard dans la nuit. Les coréens sortent généralement du travail vers 18h et juste après s’en vont entre collègues manger et boire. Les jeunes se retrouvent de la même manière après leurs cours pour faire la fête. Au sujet de la nourriture, de nombreux ty-

find some good open places, the other days until sunday the streets are full between 7pm until middle of the night. Koreans generaly finished their work at 6pm and just after they go out between colleague to eat and drink something. Young people are meeting them in the same way after class to do party. About food, a lot of kind of restaurant can be find, everyone can find something to eat, Korean BBQ, ramion, fastfoods... We tried almost all the different kind of retaurants, but I often needed to eat a burger just for the small steack. Indeed most of the

1. 6


pes de restaurants peuvent être trouvés, il y en a pour tous les goûts, du Korean BBQ aux Ramion en passant par toutes les chaînes de fastfoods américains. Nous avons testé un peu toutes les sortes de restaurants, j’avoue avoir eu besoin fréquemment d’aller manger un burger ne serait-ce que pour le maigre steack qui se trouve à l’intérieur. En effet la plupart des plats coréens ne contiennent pas de boeuf, ou bien en petite quantité et relativement cher. Parlons un peu argent, fin 2008 début 2009, c’est la crise partout dans le monde, l’Europe s’enfonce, les Etats-unis parlent d’une crise qui pourrait avoir les mêmes répercussions que la crise des années 30, et bien en Corée c’est la même, des firmes entières sont obligées de fermer, et volontairement ou pas l’Etat sud coréen décide de baisser le cours du Won peut-être dans le but de favoriser les exports. Quoiqu’il en soit, un étudiant européen en Corée devient du coup millionnaire très rapidement, le Mcdo descend à 1.50 euros, on peut manger dans la plupart des restaurants pour moins de 5 6

korean meal don’t have beef or just a little and very expensive. To speak about money, during the end of 2008 and beginning of 2009 it’s the economic crisis all around the world, Europe is in a very bad way, USA speaks about a crisis such as the 30’s crisis, and well in Korea it’s the same, some big industries have to close, and the korean government decide deliberately or not to dicrease the Won rate maybe to help exports. Anyway, because of or thanks to this, an european student become millionnaire in a very fast way, the big Mac menu cost 1.50 euros, it’s possible to eat in most of the restaurant for less than 5 euros. Clothes are very interesting too, take a taxi cost approximately 7€ to cross Seoul and to take the subway you have to pay 50 cents. After a good dish it’s time to go back to the goshitel, beautiful little accomodation (8 square meters) with a desk, a bed, a bathroom (wc, shower and washbasin in the same square meter). Space are very small but finally it’s not so bad, it’s clean, there is 1. 7


euros. Les vêtements ne coûtent guère plus chers, il faut compter environ 7€ pour traverser Séoul en taxi, et un peu moins de 50 centimes d’euros pour prendre le métro. Après un bon repas, il est l’heure de regagner son goshitel, merveilleux petit studio d’à peine 8m² comprenant un bureau, lit, salle de bain « tout en un » (WC, douche et lavabo sur un seul et même mètre carré). L’espace est vraiment restreint mais on s’y fait assez vite, les pièces sont propres, chaque chambre est équipée d’un écran plat de télévision, d’un frigo et d’une armoire, en résumé un espace optimisé et plutôt bien pensé. A Séoul on est très vite amené à utiliser le métro, il dessert très bien toute la ville et promène des milliers de citadins tous les jours à travers la mégalopole. Il est très aisé de prendre le métro de Séoul, surtout après avoir connu le métro parisien ou new-yorkais. Les quais sont immenses et présentent des indications claires qui permettent de s’y retrouver facilement. Autre point important de la vie à Séoul,

c’est la sécurité, je l’ai déjà mentionné précédemment et c’est un point très important, il peut être 4h du matin partout dans Séoul, il ne vous arrivera absolument rien. En contre partie de cette sur-protection tant appréciable, il faut accepter d’être filmer sans cesse par les milliers de caméras qui balaient les rues comme les couloirs de votre résidence, tout à un prix...

recording us everytime and everywhere...

a LCD screen tv, a fridge and a closet, to resume a very well thinked place. When you are in Seoul you have to use the subway, with it you can go everywhere you want in the city, thousands of citydwellers are using it everydays. It’s very easy to take the subway in Seoul, especially when you tried before the parisian subway. Subway stations are impressives, very huge, clean and clear, it’s difficult to be lost. Another good point is the safety in Seoul, I already mention it before and it’s one of the most important thing for me, at 4am in the morning you can walk everywhere in Seoul, nothing will happen to you. In return to this safety shield, thousands of video cameras 1. 8


8

1. 9


L’école Au centre du merveilleux quartier d’Hongdae (aussi appelé Hongik University) il y a bien sûr l’université où nous avons travaillé durant ces quatre mois. Hongik university c’est l’université de Séoul la plus cotée dans le domaine des arts (design, architecture, arts appliqués,...). Tout le monde connait cette université peut être aussi grâce au quartier qui amène chaque vendredi et samedi quelques milliers de gens prêts à faire la fête une bonne partie de la nuit. Dans tous les cas l’université abrite The school In the center of the marvellous hongdae’s area (also called Hongik University) of course there is the university where we studied for 4 months. Hongik Univ. is the best art school of Seoul (design, architecture, arts,...). Everyone know this university also maybe because of the area around the building which bring every friday and saturday night thousands

des milliers d’étudiants dans différents bâtiments et de niveaux différents. C’est une université mixte, je le précise car ce n’est pas le cas de toutes les universités à Séoul bien au contraire, par exemple la plus prestigieuse université pour femme se nomme Ewha Women’s University et accueille des dizaines de milliers d’étudiantes. Revenons à Hongdae, le bâtiment de l’école compte seize étages, deux sont loués à l’IDAS (def...) l’étage 11 et 12. L’IDAS était, juste avant notre semestre, dans un autre building situé dans le quartier d’Ayehwa, il fut détruit parce que trop vieux, et l’école a

donc du migrer vers une autre plate forme d’accueil. Le nouveau bâtiment est réellement impressionnant, gigantesque, formant un énorme « U » inversé laissant une route passer dessous en direction du stade qui borde les murs de l’immense bâtiment. Bâtiment aussi troublant de l’extérieur que de l’intérieur, malgré le signe « University » juste devant, on y trouve un supermarché d’art au premier étage, un magasin vraiment immense où l’on peut trouver tout et n’importe quoi, ainsi que des restaurants, des mini-shops, cafés,...

of people ready to do party all the night. In any case the university have thousands of students in different buildings and different levels. It’s an mixed school, it’s not everytime like this, for example the most famous and important women university is named Ewha Women’s Univ. and have some ten thousands of student girls. Let’s go back in hongdae, the university building have 16 floor, 2 of them are used by IDAS (11th and 12th floors). IDAS was

in another building before our semester, in Hyewha’s area. It was moved because the last one was too old, the new building is really impressive, very huge, with a shape as a turn over «  U  », a street underneath it which is going to the stadium near the main building. A very strange building also inside, you can find an art supermarket in the lobby, it’s a very big market, it’s possible to find everything you want, there are also some restaurants, mini-shops, coffees,... 1. 10


10

1. 11


On arrive aux étages réservés à l’IDAS, une atmosphère clinique pèse, les murs sont tous blancs, sans une seule tâche ou papier collé dessus, le sol brille comme s’il venait d’être posé, pas un papier ou gobelet traîne par terre. Certes, travailler dans un environnement propre c’est bien, mais quand il s’agit d’une école d’art c’est tout de même difficile à imaginer. Au niveau du matériel chaque poste est équipé d’une dalle LCD 24 pouces, chaque salle d’un video projecteur et l’école d’une salle de conférence toute équipée. L’école prête aussi juste en échange de votre nom et numéro d’étudiant du matériel tels que Reflex numérique pro, objectifs de tout type, tables de mixage, caméra Full HD ou 3CCD pro, bref de quoi travailler dans de très bonnes conditions. L’IDAS comporte trois sections, trois diplômes, produit, management et media, tous les cours sont en anglais (sauf quelques exceptions), les professeurs sont en majorité étrangers, l’équipe pédagogique en charge de la section media par exemple est constituée d’un professeur de Digital Media

On the IDAS floors there is a strange clinic atmosphere, walls are white, without any patch or papers, floors are shiny as if it was new, not a paper or a tumbler are on it. Work in a clean place is a good thing but for a school art it’s a bit weird. About the equipment each computer have a big LCD screen, each class a video projector and the school have a meeting room well equiped. We can ask for some equipment to bring and use it outside as some pro digital camera (REFLEX), manu lenses, mixtables, Full HD or 3CCD digital video cameras, to resume, we have everything needed to work. IDAS have three differents sections, three differents diploma which are product design, management design and media design, each classes are in english (except some exceptions), teachers are generally come from abroad, the media team is made up with a Digital Media Design Studio professor who come from Italy (Simone Carena) who is an architect, an Experimental Interaction professor (David Hall) who works in a lot of media works. There is also an Post1. 12


Design Studio en provenance d’Italie (Simone Carena) qui en dehors de l’école est architecte, d’un professeur d’Experimental Interaction (David Hall) qui a travaillé dans de nombreux domaines liés au media dans son sens le plus large. Nous avions aussi un professeur de Postproduction en provenance de Los Angeles aux Etats-Unis, et un professeur de 4D Design (Boyeun Kim) qui elle était coréenne. Globalement les sujets traités étaient intéressants, ils mettaient en avant la démarche créative plus que toute autre compétence, sachant que tous les rendus ont mené à une vidéo en production finale, et cela toutes matières confondues. Je n’avais pas vraiment l’impression de travailler sur des projets « design » avec une logique de production comme celle que nous enseigne l’EDNA. A l’IDAS une grosse partie du temps était réservée à la recherche d’une idée (sans pour autant passer par une recherche de l’existant) et ensuite le moyen de la réaliser. Il s’agissait plus d’une école d’art média qu’une école de media design, aucun cours technique n’est enseigné 12

«She was» postproduction

production professor who come from Los Angeles (USA) and finally an 4D Design professor (Boyeun Kim) who is korean. On the whole, topics was interesting, they asked a real creative step, more than the other skills. All the final rendered finished by a motion video or a video, in every classes. I never feel to work on design projects, we never worked with the same approach we had in the EDNA. In IDAS classes most of the time was dedicated to work and find the idea (without any existing searchs), after we had to think about the way to produce it. It was more than a art school or media school than a media design school, there were not techniques classes (except 3d animation), the other skills was certainly learnt before IDAS or students had to learn it by themselves. As in the EDNA there are not some classes to learn some softwares like AfterEffect, I had to do a lot of tutorials on the web to finally do what I wanted to do. Finally I learnt a lot of interesting thing by myself, after these four months I am very positive about it, for an hypermedia student learn a software like AfterEffect is really ne1. 13


(sauf un cours d’animation 3D), le reste on suppose que les étudiants l’ont appris avant d’entrer à l’IDAS ou bien de manière autodidacte. Comme l’EDNA n’a jamais proposé d’apprentissage à des logiciels comme After Effects, il a fallu enchaîner les tutoriaux sur le web pour finalement arriver au résultat escompté. C’est finalement par soi-même qu’on apprend le mieux, je ne suis pas mécontent de ces quatre mois au contraire, pour la section hypermedia (ou interactivité) la connaissance d’un software comme After Effect semble vraiment nécessaire. Les trois cours auxquels je participais

avaient des rythmes différents, la Post-Production nous a demandé Quatre rendus, le Digital Studio deux rendus et la 4D design trois. Ces trois classes ne représentaient que deux jours de cours dans la semaine mais le travail personnel était relativement conséquent, surtout quand on découvre le software au fur et à mesure. La classe média comptait en moyenne 1516 personnes (dont les 7 français), une finlandaise faisait partie du groupe, nous étions les seuls étrangers dans l’école ce semestre ci. Le reste de la classe était constitué d’étudiants coréens, tous bien

cessary. The three classes I took had different rhythm, post-production asked us four works, Digital studio class only two, and 4d Design three works. These three classes were organized monday and wednesday, but a lot of homework was needed to do some good works. There was only 15-16 media students (including 7 french), one finland girl was in hour class, we were the only foreigners this semester. The other students were korean,

all of them much more older than us (becareful, it’s very difficult to guess their ages!). It was easy to know them, some korean student came to talk to us quickly, they invited us to eat with them at lunch time or after class. In a few time we knew the most of the student in our class and thanks to parties we met some new friends in product or management design, it’s well known, alcohol is a good way to meet people.

plus vieux que nous (attention les apparences sont trompeuses!), il n’a pas été difficile de s’intégrer, certains des étudiants sont naturellement venus nous parler et nous inviter à manger avec eux le midi ou après les cours. En peu de temps nous connaissions donc une bonne partie de la classe et petit à petit au cours de soirées de nombreux étudiants en produit ou management, c’est bien connu, un verre d’alcool est l’un des meilleurs facteurs pour créer des liens...

1. 14


Design & innovation Etant des touristes émérites nous avons écumé tous les musées de Séoul, certains même plusieurs fois pour accéder à différentes expositions. En ce moment et pendant quelques temps encore, Séoul est en ébullition, expositions toutes les semaines, feux d’artifices, concours, (...) et tout cela grâce à la Seoul Design Capital 2010, en effet la mégalopole s’est vue choisie comme la future capitale du design après Turin (Italie). Cet événement n’arrive pas tout seul, la ville a décidé de faire ça en grand Design & innovation As the perfect tourist we saw every little museum in Seoul, sometimes 2 or 3 times to see the different exhibitions. Actually and the next years, Seoul is really interesting, exhibitions every weeks, fireworks, competitions, (...) all of this thanks to the Seoul Design Capital 2010, indeed Seoul has been choose as the next design capital after Turino (Italy). This event will change the city 14

lançant des projets pharaoniques partout dans la ville. Ainsi les quais de la Han River seront en grande partie réaménagés, le stade de Dongdaemun s’est vu détruire en vue d’un nouveau bâtiment aux formes organiques dans lequel prendra place un musée du design. Il est donc impossible de s’ennuyer lorsqu’on habite à Séoul, et un point positif pour nous hypermedia (intéractif...), beaucoup de ces expositions nous concernaient directement, comme avec l’exposition Turn & Widen, une exposition numérique tournant autour de plusieurs notions clés comwith some pharaonics projects everywhere in Seoul. In this way Han River coasts will be completely changed, the Dongdaemun Stadium had been destroyed for a new building with a kind of organic shape to create a design museum. To conclude it’s difficult to get bored when you live in Seoul, a good point for an hypermedia student, a lot of these exhibitions are very interesting, as the «  Turn & Widen  » exhibition, an digital exhibition with some 1. 15


me la lumière ou bien la communication (on a même retrouvé une oeuvre exposée quelques mois plutôt à Laval Virtual 2008). Nous avons pu voir aussi les « Seoul Design Olympiad 2008 », sorte d’énorme salon du design installé dans le stade olympique de Séoul. Une seule après-midi n’a pas suffit pour tout voir nous y sommes donc retournés une deuxième fois et puis même une works on light, communication or sound (we saw a work which was exhibited in Laval Virtual 2008 few month before). We also saw the «  Seoul Design Olympiad 2008  », a kind of huge design show in the Olympic Stadium of Seoul. An half-day was too short to see everything, so we came back

troisième avec la classe. Au programme de cette exposition, des travaux d’étudiants, des villes représentées (Paris, Turin, Beijing,...), des professionnels coréens comme étrangers, de nombreux stands d’architectes proposant des projets plus fous les uns que les autres (notamment sur la ville chantier du Katar), des conférences, des concerts, animations, expositions à thètwo times more to finish it. Student works, cities show (Paris, Turino, Beijing,...), professional shows (foreigners and koreans), a lot of architects projects showing some crazy works (Katar,...), lectures, concerts, animations, themes exhibitions, (...). Another good point, generally the ticket to

mes,...). Un gros point positif, toutes les entrées de musées ou d’expositions sont peu coûteuses voir gratuites (en moyenne il faut compter 2€). Plus généralement, l’innovation prend place partout dans la ville, tout d’abord technologiquement, comme par exemple certains buildings qui sont recouverts intégralesee an exhibition or enter in a museum was very unexpensive or free (~2 euros). Most of the time, innovation takes place everywhere in Seoul, firstly technically, as some buildings which are completely covered by some huges high resolution screens or another example with the Ubiquitous

1. 16


ment d’un mur écran haute résolution, ou bien encore avec les services Ubiquitous disponibles gratuitement à City Hall et qui permettent de consulter des données sur un écran immense tactile de type Microsoft Surface. Si on s’éloigne encore un peu plus, on peut voir deux géants de l’innovation technologique dans des domaines de pointe puisque LG et Samsung sont deux firmes coréennes. services available for free in City Hall and allow to watch and read some informations on a big touchscreen as «  Microsoft Surface ». In another scale there are also two gigantic companies which are working on the technical innovations, LG and Samsung are two korean brands.

16

1. 17


1. 18


18

La culture

Culture & heritage

Elargissons cela à la culture, les efforts coréens sont très nombreux sur ce domaine. Tout d’abord un peu d’histoire, la Corée a été en guerre contre le Japon, contre la Corée du Nord embarquée dans une guerre contre la Chine communiste. Les positions militaires américaines, l’invasion japonaise, les combats ont plus ou moins effacé une énorme partie du patrimoine culturel. L’occupation japonaise a particulièrement été difficile pour la Corée, ils se sont en premier attaqués aux temples, palais et sanctuaires, pour les transformer en Zoo ou tout simplement les détruire. Tout cela pour dire que la Corée est actuellement entrain de courir après son histoire, beaucoup de temples ont été reconstruits, ce qui donne lieu à de magnifiques bâtiments aux couleurs aussi brillantes qu’il y a des centaines d’années. Aujourd’hui on trouve sur Séoul et partout autour de la Corée un nombre impressionnant de temples et palais, la plupart peuvent être visités dans leur intégralité et bien souvent gratuitement ou pour une somme

Let’s take a look to the culture, the korean make a lot of efforts about that. Firstly a little bit of history, Korea was in war against japan, north Korea pushed by the communist China. The american occupation, the japanese invasion, the fights erase a big part of the korean cultural heritage. The japanese occupation was particularly difficult, they first took temples and palaces to destroyed it or transform it into zoo. Just to say that actually Korea tried to get back its history and heritage, a lot of temples has been rebuilt, so now we can see some beautiful temples colorful and very impressives. Actually we can find in Seoul and everywhere around Korea a lot of beautiful temples and palaces, most of them can be completely visited and most of the time for free or for 2€. The most beautiful temple I ever seen in South Korea is located on Jeju island, a kind a paradise on the south-west of the korean coasts, a huge temple situated on the bottom of a mountain, very impressive by its size and the beauty of its sculptures

symbolique. Le plus beau temple que je retiendrai de la Corée du Sud est celui situé sur l’île paradisiaque de Jeju, au sud Ouest des côtes coréennes, un énorme temple placé en flanc de montagne, très impressionnant par sa taille et le degré de précision des sculptures et peintures qui ornent and paintings which are entierly covering the thirs floors of the temple. We also can see sometime a buddha, the biggest one was in the stone in a cliff at the end of a path and after 1 hour and five hundreds meter of dip in the east of Korea not so far of Gyeongju in Gyeongsangbuk-do.

1. 19


entièrement ce temple de trois étages. On croise aussi de temps en temps un Bouddha, le plus gros vu étant taillé dans une falaise au bout d’un sentier d’une petite heure de marche à 500 mètres de dénivelé dans l’est de la Corée pas très loin de Gyeongju dans Gyeongsangbuk-do. Les bouddhistes sont nombreux en Corée du Sud, le premier mois de mon voyage j’ai pu voir par chance un rassemblement de bouddhistes en plein coeur de la capitale, sur la Séoul Plaza. Le nombre de manifestants a été estimé à plusieurs dizaines de milliers, la police avait bloqué les artères principales de circulation de la ville pour encadrer le cortège. Les manifestants étaient le plus pacifique possible, aucun mouvement de foule ou discours enflammés, seulement des milliers de croyants venus s’asseoir pour soutenir leurs dirigeants religieux qui essaient de faire pression sur le gouvernement coréen afin d’essayer de le raisonner sur une nouvelle loi qu’il veut faire passer et qui serait répressive envers les bouddhistes. Le président actuel est catholique et tente depuis son mandat

There is a lot of buddhists in South Korea, the first month of my journey, I saw a buddhist meeting in Seoul plaza, the heart of Seoul. There was thousands and thousands people, the police blocked the main streets in the center of Seoul to surrounded the manifestation. It was really peaceful, nobody was moving or shouting, only thousands of believers sit down and just listening the leader who tried to do pressure on the korean government about some problem laws between the buddhists and the governement. The actual president is catholic and want to dicrease the bouddhists power in Korea, in the asian culture, express in the street a problem isn’t usual and it’s a bad thing because some other people can have some problems because of them , so to see this kind of demonstration, a very big problem is needed. This duty culture is everywhere, the respect is very important and theft cannot be imagine. Maybe we can find some risky areas but it’s not the same thing as in France, and most of the safety problems are made by foreigners. Because of the war, korean peo1. 20


de restreindre le pouvoir des bouddhistes, dans la culture asiatique, manifester ou faire la grève n’est pas courant, et est plus ou moins mal vu car peut engendrer des problèmes aux autres personnes, pour en arriver là il faut vraiment que la raison et les problèmes soient forts. Cette culture du devoir et de la bienséance se ressent vraiment, le manque de respect envers autrui est un acte grave, le vol n’est même pas imaginé. Certes on peut trouver des quartiers à « risques », mais cette notion de « risques » n’est pas la même que chez nous et étrangement la majorité des actes de délinquance survenus en Corée du Sud sont causés par des étrangers. A cause de la guerre entre les deux pays, les coréens haïssent les japonais, mais en même temps ils copient le modèle japonais à la lettre. La Corée du Sud est en quelque sorte un melting pot entre une culture chinoise très prononcée et une culture japonaise imposée durant des années. Si pour les occidentaux la Corée du Sud n’est pas une destination très populaire, il y a par contre énormément de chinois, taiwanais, 20

ple hate japanese people but, in the same time, it’s a kind of model for them. Korea is a kind of melting pot between two very different culture, chinese ans japanese. If for an occidental Korea isn’t a very popular destination, at the opposite chinese, taiwanese, malaysian, japanese, (...) people come to Korea to see this melting pot. The Hangeul, the korean language is very recent, it’s only based on the phonetic, there is only one tone, chinese or japanese are using different tones, so korean could be more easier than the other languages,by the way it’s possible to read (without comprehension) hangeul very fast. I said it could be more easier because the prononciation and oral comprehension are very difficult for a western people. A mixed culture, a young language, this is the kind of sign of a recent culture which try to write its story. Today what is the main pillars of the culture? Korea is known for different things, the most famous because of the TV is the Drama, they produced hundreds of Dramas , the koreans are loving it and you can find it everywhere in the world. 1. 21


malaysiens, japonais, (...) qui viennent visiter ce mélange de culture. Le Hangeul, la langue parlée par les coréens est très récente, sa construction s’appuie uniquement sur de la phonétique, il n’y a pas comme avec le mandarin ou le japonais différents degrés de tons, et serait théoriquement facile à parler, il est d’ailleurs possible de lire (sans comprendre) l’Hangeul en quelques heures de travail. J’ai dit théoriquement car la prononciation et du coup la compréhension orale est très difficile pour un occidental. Une mixité de cultures, un langue récente, ce sont là des signes d’une culture neuve qui tente de se créer une histoire. Aujourd’hui de quoi se constitue cette culture? La Corée est connue pour différentes choses, la plus médiatique est le Drama, il en existe des centaines, les coréens sont fans de ça et cela s’exporte partout dans le monde. Tout d’abord, qu’est-ce que le Drama, en quelques mots c’est une sorte de Soap-opera, une série proche d’Hélène et les garçons avec des acteurs franchement mauvais et des histoires très légères traitant de sujets

What is a Drama? It’s a kind of soap opera, a TV show close too «  Dallas  » with some very bad actors and stories. I tried and I dislike it. In France we can find on the web some dramas for free. Anyway, chinese and japanese people really like it, I met som chinese, taiwanese and japanese tourists who were in Korea to see the place of their favorite drama. I think the dramas are come from Japan, it’s a kind of movie adaptation of some originals mangas, by the way the famous japanese comic book will be copied and called in Korea Manwha. These Manwhas are now very popular, you can easily find it in France, the stories are generaly more sad and heavy than the mangas, it’s very close to the reality. For example some Manwha speaks about war, actual and social problems, and generaly it’s not for children. Severals subjects and sad stories with generally an sad end, and we can also find this sorrow culture in the theater too, I saw two times some korean plays, the first time was a comedy, which was easy to understand eventhough you can’t understand the

très graves... J’ai essayé, je n’aime vraiment pas, cela peut expliquer la définition que j’en ai donné. On trouve en France des centaines de drama coréens ou japonais sur le net et cela gratuitement. Quoiqu’il en soit les chinois et japonais adorent ces séries, j’ai même rencontré des touristes chinois, taiwanais ou bien encore japonais qui venaient visiter les différents lieux de tournage de leur drama favoris. Il me semble que le drama vient du Japon, c’est en quelque sorte une adaption dialogues, it was really caricaturale. Story starts in the 50-60’s Korea is free and have some peaceful time, the story is about some friends and the relation between them. Will come the war and the separation between north and south Korea which will separate the group and will change it forever. The end is sad, the childhood couples are destroyed, ambitions and personalities are changed, finally I loved this play but for me it’s not a comedy... The second one I saw in Korea is a little bit different, my korean friend who invited me is in a theater club, 1. 22


de mangas originaux, par ailleurs la bande dessinée japonaise sera aussi reprise à la sauce coréenne et nommée Manwha. Ces Manwha sont de plus en plus populaires, on en trouve plusieurs publications en France, les thèmes abordés sont en général plus graves que ceux des mangas, beaucoup s’adressent à un public adulte et traitent de la guerre, de la reconstruction de la Corée, ou des problèmes sociaux que certaines personnes peuvent rencontrer notamment à cause du capitalisme qui régit la Corée du Sud depuis quelques années maintenant. Des sujets et des histoires qui finissent en général mal donc, on retrouve cette culture de la douleur dans le théatre aussi, par deux fois j’ai pu assister à des pièces de théatre coréennes, la première fois une comédie, qui même sans comprendre les paroles reste abordable pour un étranger car très caricaturale. L’histoire commence dans les années 50-60 ou la Corée libre profite de la paix et vit à son rythme, l’histoire tourne autour d’un groupe d’amis et les liens qui s’y tissent. Viendra ensuite la 22

the same who was playing in the first play, but this time it’s a kind of Christmas party between them, each actors played one or severals short plays, maybe 10. To resume it different themes had been touch on, as loneliness, conflictual relations in a couple, between traditions and modernism... This party will finish around a table with the group in a korean traditionnal restaurant, games, presents for each members, for me the opportunity to congratulate the actors and to speak a little with them, finally some very nice memories few days before christmas. Parties, doesn’t have the same signification in France and in Korea, there is not a special day to hang out in Korea, it’s normal to go to drink at 6pm during the week after work as I already said. Korean people doesn’t do parties at home, it’s not usual to invite some friends at home to drink or eat something, generally you meet some of your friends outside in a bar or restaurant. At the beginning of the semester, a korean friend of us invited all the class in her home, she lives with her boyfriend, she is not married 1. 23


guerre et la séparation entre les deux Corées qui vont séparer le groupe d’amis et les transformer en ennemis. La fin est triste, les couples formés durant l’enfance sont détruits, les ambitions comme les caractères de chacun ont changé, j’ai adoré mais je n’aurais pas appelé cela une comédie... La deuxième fois fût un peu différente, l’amie and she is older than 30 years old. It’s not so strange for western people, but in Korea it’s really bad to do it. Anyway, it was just to say that this friend is not traditional, she traveled a lot in Europe, she perfectly speaks english and does’nt follow the korean rules. So we are invited by Gaetoe (nickname), all of the french and almost 10 other korean guys. Finally it was a very european party,

coréenne qui m’a invité fait partie du club de théâtre qui a fait la première représentation et cette fois-ci il s’agit de la fin d’année du club, c’est une sorte de soirée avec tous les membres du club, chacun avait préparé de courtes pièces, un dizaine au total, pour faire un résumé des différents thèmes abordés il y a eu la solitude, les relations a meal, then korean drinks, the only difference, we didn’t have a table as usual, but a short one and a carpet to sit down on the floor. How can I describe korean streets? Noise and light culture are everywhere present in the capital, streets are full of advertising signs which are blinking everytime, TV screens with a huge size and luminosities

conflictuelles d’un couple entre traditions et modernisme,... Cette soirée se finira autour d’une table avec toute la troupe, un repas coréen traditionnel, des jeux et des cadeaux pour chacun des membres, l’occasion pour moi de pouvoir féliciter les artistes et d’échanger quelques mots avec eux, en somme de très are also normal things here. Each shops, restaurants, bars, clubs have at least a speaker outside in the street, so it’s a mix between some different musics each time we’re going out. First it’s a bit difficult to support it, but after some days it becomes usual and finally the silent french streets prevent me from sleep for the first days after my come back.

1. 24


24

bons souvenirs quelques jours avant noël. La fête, les soirées n’ont pas du tout le même sens qu’en France, il n’y a pas de jours pour sortir, il est fréquent d’aller boire après le travail comme je l’ai déjà raconté précédemment. Les coréens ne font pas de soirées chez eux, ils n’invitent que très rarement des amis chez eux pour faire la fête, tout se passe dehors dans un restaurant ou bar. En début d’année scolaire nous avons eu l’occasion d’être invités par une camarade de classe, elle habite avec son copain, elle n’est pas mariée et a pourtant plus de 30 ans. Tout cela ne choquerai pas

un occidental mais ne pas être marié à 30 ans et qui plus est habiter avec son copain sans être marié est très mal vu. Tout ça pour dire que cette amie n’est pas dans le moule coréen, elle a voyagé partout en Europe, parle parfaitement anglais et ne suit pas les règles coréennes. Nous voilà donc invités chez Gaetoe (surnom), les sept français et une dizaine d’autres coréens. Ce fût une soirée très européenne,un repas puis de la boisson coréenne, seule différence, pas de table haute, seulement une table basse où tout le monde s’agglutinera autour. A quoi ressemblent les rues coréennes? La

Much more crazy, South Korea could be the world games capital, everybody plays games, korean government gives a lot of money to offer some free online free games (MMORPG) to the korean, as for example « World Of Warcraft ». Video games is parts of the korean culture, for example severals private TV channels speaks only about one game which is named «  StarCraft », a very famous strategy game older than 10 years and always so popular thanks

to its gameplay and its many possibilities. These channels shows during all the day some fights between players, in Korea it’s a sport, players are on a set, 3 presenters show the statistics and records of the gamers who are covered by sponsors and wearing leathers as a Formula 1 racing driver. They have a kind of cockpit, they plug in their personal keyboards and mouses as a tennis player will bring its racket and finally the match begin. With cédric we saw

culture du bruit et de la lumière est présente partout dans la capitale, des rues entières remplies de signes publicitaires clignotants dans tous les sens, d’écrans de télévisions avec des tailles et des luminosités défiant toute concurrence. Chaque magasin, restaurant, bar, club a une ou plusieurs enceintes donnant sur la rue, c’est donc un bouquet de décibel qui nous attend à chaque one of these match in real, a huge place with hundreds of fans, some large screens shows the match, this place is located on the last floor of a huge building in which one you can find one of the most important TechnoMart (big electronics supermarket), to resume a « nerd » place. To conclude, a very young culture, so diffe-

1. 25


fois qu’on sort dehors. Au début il est peut être un peu difficile de le supporter, mais on s’y fait plutôt rapidement et le silence des rues françaises m’a empêché de dormir les premiers jours de mon retour au pays. Encore plus fou, la Corée du Sud pourrait être la capitale du jeu video, tout le monde y joue, le gouvernement paye cher pour offrir aux coréens de nombreux jeux online gratuits de type MMORPG (Massive Multiplayer Online Real Player Game, comme «  World of Warcraft  » par exemple). Le jeu video est complètement entré dans les moeurs, plusieurs chaînes payantes sont mêmes entièrement dédiées à des jeux, deux ou trois sont dédiées à Star Craft, le célèbre jeu de stratégie sortit il y a des années et qui est toujours aussi populaire grâce à sa jouabilité et ses possibilités de jeu quasiillimitées. La chaîne passe donc toute la journée des combats entre des joueurs, en Corée c’est un sport, les joueurs arrivent sur un plateau, trois commentateurs sont présents et présentent le palmarès et les statistiques de chacun des joueurs, ces derniers sont recouverts de sponsors de

la tête aux pieds, dans une combinaison proche de celles des coureurs de Formule 1. Ils s  ‘installent dans un cockpit, branchent leurs claviers et souris personnelles, comme un joueur de tennis aurait amené sa raquette sur le terrain, et le combat commence. Nous avons assisté avec Cédric à un de ces matchs dans le studio TV, une immense salle où s’agglutinent des centaines de fans, des écrans géants retransmettent le match de chaque côté de la salle, et tout cela se trouve au dernier étage d  ‘un immense building comprenant l’un des plus importants techno Mart (immense centre commercial uniquement tourné sur l’informatique et l’électronique), en gros un gigantesque repère à geek. Pour conclure, une culture très jeune, très différente de la notre, balancée entre la culture chinoise, japonaire, américaine, tout cela forme un tout très attachant, à l’image du Kawaii style, une autre spécialité japonaise très ancrée en Corée du Sud, celle du tout mignon, qui passe par des styles vestimentaires et accessoires, mais aussi dans des attitudes.

rent of our and mixed between the chinese, japanese, american culture. All of this forms something very attractive and lovable, as the «  Kawaii style  », another japanese speciality so present in South Korea, everything have to be sweet, wears, accessories and also attitudes.

1. 26


26

1. 27


Les amis Durant mon séjour j’ai pu rencontrer différentes personnes, beaucoup de coréens mais aussi des backpackers ou étudiants comme nous. Tout d’abord notre classe: à la fin du semestre nous connaissions plus ou moins toute la classe avec des affinitées plus fortes avec certaines personnes il en va de soi. Comment se créé le contact avec les coréens? C’est différent de la France, il est facile d’aller manger le midi avec un groupe sans pour autant devenir amis. Friends During my journey I met different kind of persons, some koreans but also backpackers or students as us. Firstly in our class, at the end of the semester we knew almost all the student with some very good friends. How was the first contact we the korean? It’s so different of France, it’s easy to eat for the lunch time with them, but much more difficult to really

Les personnes que je connais le plus dans la classe sont les personnes avec qui j’ai travaillé durant ce semestre, l’occasion de les voir à l’extérieur de l’école, dans un cadre plus décontracté et les aider dans leur travail, le plus souvent en participant à leurs projets vidéos. C’est ainsi que Gaetoe, Soojin Min, Han Heseok devinrent des amis proches. Durant ce semestre nous organiserons de nombreuses soirées en bar ou club pour essayer de se familiariser avec les autres personnes de la classe, mais un écart avec beaucoup d’entre eux restera know them. My best friends in our class are the person who works with me for a project because I could see them outside of the school, in a different way and help them in their work, many times I had to play in a short movie or video. In this way Gaetoe, Soojin Min, Han Heseok became very close friends. During this semester we organized some parties in a bar or club to try to know the other persons in the class, but it will be dif1. 28


jusqu’au bout, de manière générale toutes les personnes avec qui j’ai tissé une réelle amitié sont des personnes qui ont voyagé en dehors de la Corée du Sud, qui ont vu d’autres pays, la culture occidentale ou ne serait-ce le Japon qui s’avère être bien différent de la Corée du Sud. Un autre facteur qui peut jouer son rôle est la différence d’âge entre eux et nous, la moyenne d’âge des étudiants coréens devait être d’environ vingt-six ans, je suis arrivé en Corée du Sud avec vingt et une pauvres petites années à mon actif, la différence est tout de même de cinq ans voir plus. Je me suis posé la question de savoir comment il pouvait y avoir une telle différence d’âge entre eux et nous, tout d’abord l’IDAS est une post-graduate school, c’est donc après avoir fait un certain nombre d’années à la faculté qu’ils intègrent ce genre d’école. De plus, pour les hommes, il faut compter deux ans de service militaire obligatoire, ce qui ne doit pas être aisé à gérer lorsqu’on décide de poursuivre ses études. Min Su, Gaetoe, Soojin, Stacy, Han, Linda, Goyeun, Lee, en plus des français sont 28

ficult for some of them and finally after 6 months I don’t know them really well. Most of the good friend I met traveled outside of Korea, in Europe, America or Japan, they saw another cultures so different of Korea’s way of life. When I arrived in Korea and during the beginning of the semester I was 21 years old, most of the korean students were 24 or 26 years old, the age difference was also a difficulty to know them, but finally easily forgotten. How is it possible to have this age difference? First, IDAS is a postgraduate school, so it’s after unviersity. Also men have to do their military service, two years difficult when you want to continue your studies after. Min Su, Gaetoe, Soojin, Stacy, Han, Linda, Goyeun, Lee, the french, are some person in the class with who I had a really nice and unforgetable semester in IDAS. But as already I said before, korean adventure starts after this class semester, first a trip on the east coast of Korea for two days with Cédric and 3 korean friends. A road trip by car, an hotel just near the beach and a big common room without bed but with 1. 29


quelques noms de personnes de la classe avec qui je m’entendais bien et qui m’ont permis de passer un inoubliable semestre à l’IDAS. Mais comme j’ai déjà du le dire, l’aventure coréenne commence après ce semestre de cours, tout d’abord un voyage autour de la Corée pendant deux jours avec Cédric et trois amis coréens, un road trip en voiture jusqu’à la côte Est de la Corée, puis un hôtel en bord de plage avec une grande pièce commune et des futons au sol. s’en suivra la redécouverte de Séoul grâce à des guides hors pair, et de nombreuses autres rencontres faites dans les backpacks ou autres auberges de jeunesse, ou bien encore durant des soirées. Pour resituer le contexte notre semestre de cours s’est terminé aux alentours du 10 décembre, tous les français à l’exception de Cédric et moi sont repartis le 20 décembre, c’est aussi un des éléments qui nous a permis de connaître beaucoup de nouvelles têtes, lorsque nous étions sept français, il était plus fréquent que nous sortions entre français, et lorsqu’on s’est retrouvé à deux,

some « futons » on the floor. After this trip I will discover Seoul again thanks to some really greats korean guides and friends, I will meet some other friends in the backpackers, or dunring some parties. Our semester was finished on the december 10th all the french left Seoul around december 20th except me and cedric, it’s also something which help us to have new friends, when we were 7 french it was easier to go out together, but when we were only two we had to hang out with our korean friends so meet some new people, the friend of our friend... During december, we will meet Ji youn, a really good friend with who we will do a lot of different things in Seoul until we come back to France in february. Korean winter isn’t the good time to go out, generally the temperatures are surrounding minus ten degree during the day, the most cold day we had was minus seventy degree some evenings, these extreme temperatures are the reason of an usual and also very strange thing, we named it « hibernation ». In fact after the end of the semester we saw 1. 30


il a fallu chercher à sortir avec les gens sur place, et donc être amenés à connaître l’ami de notre ami, etc... Durant le mois de décembre nous ferons la connaissance de Ji Youn qui nous promènera et sortira avec nous de nombreuses fois jusqu’à notre départ à la mi-février. Une chose à savoir, l’hiver coréen n’est pas propice à la sortie, il fait généralement entre -5° et -10° durant la journée, ça peut descendre jusqu’à -17° certaines soirées, ces températures extrêmes expliquent un phénomène typiquement coréen, on l’a surnommé l’hibernation. Je m’explique, à la a lot our korean friends, we traveled with some of them and after that nothing more. It was difficult to call them, MSN and Skype were logged off, they didn’t want to go out each time we asked. So we tried to know what was the reason, we asked questions, we wanted to know if it was because of us, maybe we did something bad, also it’s difficult to know all the korean rules... Anyway, we finally discovered the reason of the hibernation, it was not our fault, in fact it’s just 30

1. 31


fin des cours nous sommes pas mal sortis avec nos amis coréens, nous avons voyagé avec certains d’entre eux puis après ça plus rien. Difficile de les joindre, MSN coupé, son homologue Skype de même, ne répondant que rarement au téléphone et ne voulant jamais sortir. Nous avons alors posé des questions, cherché à savoir ce qu’il se passait, était-ce notre faute, avons nous fait quelque chose d’inadmissible, il est difficile de connaître toutes les règles de bienséance coréenne... Bref tout ça pour découvrir finalement que non, c’est normal pour beaucoup d’étudiants coréens de s’enfermer durant un mois ou plus et de ne rien faire de leurs journées à par jouer à World Of Warcraft, ou lire des Manhwa. Du coup nous nous concentrons sur les quelques personnes qui veulent bien sortir de chez elles pour venir avec nous. Toujours présentes et motivées Seung Youn et Jeong Ha, les deux étudiantes qui nous ont accueillis les premiers jours quand nous sommes arrivés en Corée, qui nous ont emmenés au cinéma, au théâtre, dans toutes sortes de restaurants coréens, sont tou-

normal for a lot of korean student during winter to stay in their room and never go outside during winter holidays, they just play online games or read some Manhwa. So we focus us on the few persons who still want to go out with us. Everytime ok to come with us, Seung Youn and Jeong Ha, the two first persons we met in Korea, they bring us to the cinema, theater, all kinds of korean restaurants. When they are not working they always are agree to come with us to drink a coffee, eat something or go to club. During a moment, korean adventure has been stop for a while, december 28th Cédric and me are going to Japan for two weeks. I’ll talk about it later, we’ll meet a lot of people in Japan too, but especially foreigners in the differents backpackers. Also we saw Cécile who was studying in Kyoto in product design and Quentin also came in Japan to see Cécile. It was the opportunity to discuss about our different asian experiences, finally so different. January 11th we’re back to home, Seoul doesn’t change in 2 weeks. Before to go to 1. 32


jours d’attaque pour venir avec nous boire un café, manger quelque chose ou faire la fête. L’aventure coréenne a du s’arrêter un moment, le 28 décembre nous nous envolons avec Cédric pour le Japon, et cela pendant deux semaines. J’en parlerai un peu plus tard, nous rencontrerons beaucoup de monde aussi mais finalement peu de japonais et beaucoup de Backpackers venant de tous les pays. Ce sera aussi l’occasion de rendre visite à Cécile qui étudie à la faculté des arts de Kyoto en section produit et Quentin venu

aussi faire un tour au pays du soleil levant pour voir Cécile. L’occasion de discuter de nos différentes expériences, finalement si différentes les unes des autres. Le 11 janvier nous voilà de retour à la maison, Séoul ne change pas en deux semaines, il faut le noter... Avant de partir pour le Japon nous rendons notre magnifique Goshitel avec un petit pincement au coeur, c’est donc sans logement que nous arrivons dans la capitale coréenne. Le reste du voyage se fera donc d’auberges de jeunesse en backpacks, l’occasion de nouvelles rencontres, et d’amitiés éphé-

doing a trip around Asia and just wanted to see Seoul for 2 days, some americans just came to eat some cheap Mcdo (...), canadians, australians, some of them came in korea to teach english un universities. I thought after our class semester and Japan it could be more quiet and relax but it’s really not, a lot of trips aournd Korea and some break in Seoul between them. To finish about relationships I had in Korea during these 6 months, more than the kind of extraordinary experience I had to meet so much people, this is some real friendships and I’ll do everything to keep it.

Japan we left our beautiful goshitel, so now we don’t have any place to sleep in the capital. The last month we will choose to sleep in different backpackers in Seoul and during our differents travel, the opportunity to meet some new people, to be friend for only two or three days. Kate, a malaysian girl who is living and working in Shangai in China, two taiwanese student come to Seoul to visit and do party every single day, some european who are 32

1. 33


mères, le temps de quelques jours. Kate, une malaisienne vivant et travaillant à Shangai en Chine, deux étudiantes tawainaises venues visiter Séoul et faire la fête, des européens de passage à Séoul, l’une des étapes de leur voyage autour de l’Asie, des américains venus boire et manger des Mcdo pas chers (...), des canadiens, australiens, beaucoup venus enseigner l’anglais dans les lycées ou universités. Nous pensions avec Cédric avoir un rythme plus détendu après la fin des cours et le voyage au Japon mais c’est une sorte de marathon qui nous attend entre de nombreux voyages tout autour de la Corée et les étapes à Séoul entre chaque road trip. Pour finir sur les liens relationnels qu’il m’a été possible de tisser durant ces 6 mois, au-delà de l’expérience extraordinaire de rencontrer tant de monde, ce sont des contacts qui ne s’effaceront pas de si tôt, du moins je ferai tout ce que je peux pour les préserver. Quelle drôle de sensation que de se sentir plus proche, plus attiré par une culture, une mentalité, un rythme de vie découvert six mois plus tôt et totalement

différent du nôtre. Isn’t it a strange feeling to be more closer to a culture, mentality and way of life I just discovered 6 months ago and totally different of ours?

1. 34


34

1. 35


Voyages

Trips

Nous sommes à Séoul, en Asie, à l’autre bout du monde, il y a huit heures de décalage avec la France, et nous sommes à un peu moins de deux heures d’un des pays les plus énigmatiques et qui m’a depuis, tout petit attiré, le Japon. Après quelques temps en Corée, deux objectifs sont clairs pour moi, passer quelques jours au Japon est une évidence, et visiter de fonds en combles la Corée du Sud. J’aurais aussi aimer voir la Chine et les autres pays du dragon mais le budget et le temps sur place ne me permettra pas d’en faire davantage.

We are in Seoul, in Asia, on the other side of the Earth, there is 8 hours of difference with France and we also are very close to Japan, the country I always wanted to see. After sometimes in Korea, there is two things want to do, spend some time in Japan of course, and visit every places in South Korea. I wanted to visit China and the other Asian countries, but because of time and money I couldn’t.

Carnet de voyage « allons au Japon » Le Japon, nous partons un dimanche matin, la veille nous avions du déposer le gros de nos affaires chez une amie le temps du voyage, car nous quittons notre goshitel aujourd’hui même. Il est quatre heures du matin quand nous nous levons pour prendre le bus qui nous amènera à l’aéroport international de Séoul. Vers 8h notre avion

Travel journal « Let’s go to Japan » We decided to go to Japan a sunday morning, the day before we had to drop our luggages into a friend’s house because we left our goshitel before to go to Tokyo. It’s 4 am we wake up take the bus who will bring us to the international airport of Seoul. At 8am our flight is leaving Seoul, 2 hours later we are at the internation airport of Tokyo. The weather is beautiful, temperatures are higher than in Korea, we have to spend the security control, with a lot of problems, ja1. 36


décolle pour atterrir environ deux heures plus tard sur le sol nippon. Il fait un temps superbe, les températures sont nettement supérieures qu’en Corée du Sud, nous passons les contrôles de sécurité multiples en rencontrant quelques problèmes, en effet les japonais sont assez stricts et aiment que tout soit bien fait, par exemple le fait de ne pas savoir où nous allons dormir le soir même n’était pas pensable pour l’employé de l’immigration qui nous a contrôlés. Une fois les services de sécurité passés il nous reste à planifier notre journée, la priorité étant de trouver un endroit où dormir, panese are very stricts, they like when everything is well done and for example when we said we didn’t have a place to sleep tonight it was a problem. After that we have to plan our day, first is to find a place to sleep tonight, which is not easy 3 days before the new year in Tokyo. So first idea we had to find an hotel was to go to the tourist information office in the airport. 3 ladies helped us they called the hotel, made the reservation, printed us a 36

1. 37


ce qui n’est pas forcément chose évidente trois jours avant le jour de l’an sur Tokyo. Etant français le premier réflexe que nous avons est d’aller au service information de l’aéroport. Trois employées qui semblaient s’ennuyer vont alors se mettre au travail avec une efficacité impressionnante, après avoir écouté notre requête. Une demie heure plus tard nous avions nos références de réservations pour les six prochains jours sur la capitale, avec même une nuit en capsule pour le jour de l’an, ce type d’hôtel typiquement japonais qui consiste à dormir dans des sortes de dortoirs composés de nombreuses capsules individuelles superposées. Après avoir acheté une carte de transport permettant de voyager dans les différentes compagnies de métro de la capitale nous nous dirigeons vers Tokyo via un métro express dérivé du célèbre Shinkansen. Les sakuras hôtel sont un bon plan pour les voyageurs qui aiment s’y prendre au dernier moment, c’est une chaîne d’hôtel de bonne facture qui compte un nombre hallucinant de chambres sur Tokyo. Après avoir pris un peu de repos, nous partons

map for the next 6 days! We also asked if it was possible to have a night in a capsule hotel so january 1st we will sleep in a capsule, thins kind of hotel only used in Japan, a kind of dormitory with many individual capsules. We also bought a subway card usable in the different subway companies in Tokyo we took a train to Tokyo center. Sakura’s hotel are well known to be nice and to have a lot of rooms in the capital. We took some rest and after we had to find our bank to have some cash and in this way pay the hotel and dinners. It’s the afternoon so we decided to go out and start to visit some place in Tokyo. I don’t want to speak about everything I did in Tokyo but Shibuya special, we can call it the « sign » area, there are a lot of famous brand shops, bars and clubs. You can see in this area som cosplays, some japanese wearing mangas wears, also some gothics or dolls in an area full of people. The most famous area of Shibuya is an intersection between 4 main streets and every 5 minutes thousands of people cross the streets in all directions, you can see this famous place in 1. 38


à la recherche de notre banque pour pouvoir retirer des Yen et ainsi payer les nuits d’hôtels ainsi que les prochains repas. Nous commençons alors les visites dans les quartiers avoisinant le nôtre, Shibuya fût bien sûr une des étapes de notre première journée à Tokyo. Je ne vais pas détailler toutes les visites et les quartiers de Tokyo, mais Shibuya mérite tout de même de s’y attarder quelques peu, c’est le quartier aux néons, aux magasins

the movie « Lost in translation » (Sofia Coppola). The next days we played the perfect tourists, we took five hundreds pictures per hour of famous buildings, places, also the Tokyo Tower, Odeibo, Ikebukuro, Akihabara, Tokyo Station, Mory Tower and its exhibition, etc... For december 31th we decided to spend the day in an Onsen, the most famous Onsen in Tokyo located in the artificial island Odeibo. Onsens are a kind of public bath

à la mode, aux bars et clubs. On y voit des japonais habillés comme leur personnage de manga favoris, de magnifiques cosplays, mais aussi des gothics, des dolls, et tout cela dans un quartier noir de monde. L’endroit le plus connu du quartier est un croisement de rues, qui laisse toutes les cinq minutes un flot de milliers de personnes traverser dans tous les sens, on le voit à plusieurs reprises dans le film de Sofia Coppola « Lost in translation ». Les jours suivants nous faisons sagement notre devoir de touriste, nous prenons cinq cents photos à l’heure des monuments et or hotsprings with some inside baths, outside ones, but also massages, saunas, feet baths (Mr Fish), restaurant, bars, sleeping rooms. It was one of the best days spend it Tokyo, the capital is stressful also for a tourist so when we arrived here in the Onsen, it was a kind of paradise. At the end of the afternoon we decided to go back in our hostel then go to Shibuya to spend the most crazy new I ever had in my life. Thousands of young people in the

38

1. 39


places connues de la capitale, ainsi la Tokyo Tower, Odeibo, Ikebukuro, Akihabara, Tokyo Station, la Mory Tower et son exposition, etc... Pour le trente et un décembre nous décidons de passer la journée dans un Onsen, le plus grand et connu de Tokyo, situé sur l’île artificielle d’Odeibo. Les onsen sont des bains publics qui proposent différents bains, intérieurs, extérieurs, mais aussi des massages, sonas, bains de pieds, restaurants, bars, salles de repos. Ce fût l’un des meilleurs jours du voyage, Tokyo est une ville assez stressante même pour un touriste, alors lorsque nous sommes arrivés dans l’onsen ce fût un peu comme le paradis sur terre. En fin d’après-midi il est temps de rentrer à l’hôtel puis de repartir pour Shibuya, le quartier dans lequel je vais passer le plus fou des jours de l’an que j’ai jamais fait. Des milliers de jeunes dans les rues, les bars et clubs remplis à craquer, du bruit partout, beaucoup d’étrangers, une situation vraiment troublante. Nous finirons par rentrer dormir dans la

streets, bars, clubs, a lot fo noise everywhere, also a lot of strangers, a very strange time. Finally we will go back to our capsule checked for the night, but only for two hours because at 10am we have to be outside of the hotel and the last night was very long. So, after two hours we left this hotel for a new one, then we called Cécile Guillet who is also in holidays in Tokyo with Quentin Tableau. Isn’t a strange thing to talk with two french friends on the other side of the earth after left France so much time ago! Of course we have a lot of things to say, 3 differents experiences in 3 close coutries but also so differents. Few days later we meet Cécile again but this time in the beautiful city of Kyoto. We arrived at 6am after traveled all the night by bus. The day before we made a reservation in a backpack recommended by Cécile, located in the east of Kyoto in a traditional area where you can see with luck some geishas who are walking in the streets. Kyoto was really impressive, this city is the cultural capital of Japan, it’s very different of Kyoto. There are no buildings, but hun1. 40


40

capsule réservée le jour de notre arrivée, mais seulement pour deux heures car il faut avoir quitté les lieux à 10 heures et la nuit précédente nous aura poussés à rester éveillés jusqu’au petit matin. Après deux petites heures de sommeil donc, nous partons dans notre prochain hôtel puis contactons Cécile Guillet qui est elle aussi en vacances sur Tokyo en compagnie de Quentin Tableau. Quelle étrange situation que de retrouver deux collègues français à l’autre bout du monde après avoir quitté tout le monde il y a si longtemps! Nous avons évidemment beaucoup

de choses à nous dire, trois expériences bien différentes, dans des pays si proches et si différents. Quelques jours et visites plus tard nous rencontrons Cécile de nouveau, mais cette fois dans la magnifique ville de Kyoto. Nous sommes arrivés à six heures du matin après avoir voyagé toute la nuit dans un bus. Nous avons la veille fait une réservation dans un backpack que nous a conseillé Cécile, à l’est de Kyoto dans le quartier traditionnel où l’on peut voir avec un peu de chance des geishas se promener dans les rues. Kyoto fût vraiment un coup de foudre, cette

ville est la capitale culturelle du Japon, elle a un tout autre charme que Tokyo. Ici aucun buildings, mais des centaines de temples, pagodes ou jardin zen. Les quartiers traditionnels sont vraiment exceptionnels, on y croise grâce aux fêtes de fin d’année de nombreuses personnes portant le Kimono et la nuit tombante des lampions illuminent les temples et les rues remplies de marchands d’offrandes ou de portes bonheurs. Durant cette semaine sur Kyoto nous visiterons des dizaines de temples et palais, quelques jardins zen, des bouddhas gigantesques, des cimetières bien différents

dreds of temples, pagodas or zen gardens. Traditional areas are really extraordinaries, you can see, because of the new year, some persons wearing a Kimono and when the night is coming some paper lantern are lighting temples, streets full of merchants who are selling some offerings or luckycharms. During this week in Kyoto we visited a lot of temples and palaces, some zen gardens, some huge buddhas, some cemetaries so different as ours. For one days we visited Kyoto by bikes, we visited the impe-

rial palace and gardens, the International Mangas Museum of Kyoto and also the traditional area located in the south-west of Kyoto to finish at the top of the monkeys hill (because of the hundreds of monkeys which are living here). We also visited Cécile’s school, also it was possible to enter in the mangas class of the school and see the student during their works. After that we went in a small familial japanese restaurant, we eat a dish which is looks like a pancake with some eggs and

grilled meat. Kyoto have around ten different sites which are entered in the mondial UNESCO heritage, as the gold pavillon (Kinkaku-ji), Nijo castle (Nijo-jo) and one of the most famous, Kiyomizu-dera temple perched on wood structures and overhanging Kyoto. Compare to Tokyo, Kyoto is much more pleasant to live, city seems less faster than Tokyo, it’s surrounded by mountains, which is giving quiet and safety feelings. Life is really less expensive, restaurants as back1. 41


des nôtres. Nous parcourrons durant une journée entière les rues de la capitale historique en vélo, à la recherche du musée international du manga, du palais impérial, ou bien encore du quartier traditionnel au Sud ouest de la ville pour finir en haut de la colline aux singes (c’est le nom qu’on lui a donné à cause des centaines de singes qui s’y trouvent en liberté). Cécile nous fera aussi visiter son école, nous aurons même l’occasion de faire un tour dans la classe manga de l’établissement et après cela aller diner dans un petit restaurant familial un repas typiquement japonais packers. Subway have few line, it’s very easy to move in Kyoto, also a lot of japanese use a bike. A week is very short, I wanted to stay more but everything have a end, normally we had to take a night bus to came back to Tokyo but finally we took the Shinkansen, this high speed train have the particularity to fly during the travel, thanks to magnets. We arrived in Tokyo at 8am we have an half day in the capital before to go to the airport, so I 1. 42


à base d’oeuf et de viande grillés en forme de pancake sur la table. La ville de Kyoto compte plus d’une dizaine de sites inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO, comme le pavillon d’or (Kinkaku-ji), le château Nijo (Nijo-jo) et l’un des plus visité, le temple Kiyomizu-dera suspendu sur des structures en bois et surplombant Kyoto. Pour parler rapidement de la vie sur place, comparé à Tokyo il fait meilleur vivre, la ville semble aller moins vite que dans la capitale, la ville est encerclée par une chaîne de montagnes, chose qui donne indirectement une sensation de calme et sécurité. La vie est relativement moins chère, les restaurants comme les hotels/backpacks. Le métro n’a que quelques lignes, il est vraiment facile de circuler dans Kyoto, beaucoup de japonais préfèrent le vélo aux bus ou métros, on peut aussi aperçevoir des sortes de pousse-pousse dans certains quartiers comme le quartier Gion, le quartier des Geishas. Une semaine passe vite, j’aurais aimé plus, mais il faut savoir s’arrêter, le retour sur Tokyo est programmé en bus, nous prendrons 42

1. 43


finalement le Shinkansen, le TGV japonais qui a la particularité de faire une partie du trajet en volant à trente centimètres au-dessus des rails après avoir rentré ses roues, grâce à des aimants et au champ magnétique produit. Nous arrivons vers huit heures du matin sur Tokyo, il nous reste une matinée avant de prendre le chemin de l’aéroport international de Tokyo, je traîne alors Cédric jusqu’à Todai, l’université de Tokyo très connue pour être souvent présente dans les mangas et animés japonais. Pour clore sur ce voyage, voici un petit listing des curiosités japonaises: -Les barmaids Sorte de petit bar où il est possible de boire et manger, généralement du sucré, mais avec une particularité, les serveuses sont déguisées en cosplays, généralement en soubrette à la sauce manga, et vous appelle « maître » lorsqu’elles s’adressent au client... C’est assez étrange pour être tenté au moins une fois!

decided to see Todai, the famous university of Tokyo so manytimes see in mangas and japanese animes. To finish about this travel, this is a listing about japanese curiosities: -The barmaids A kind of small bar where it’s possible to drink and eat something, generaly sweet things, but with a particularity, the waitress are wearing cosplays, generally in mangas maids. They call you «  master  »... enough strange to be tried at least one time! -arcade games This is the kind of place in 6 or 7 floors with lan games, rhythm games (Dance Dance Revolution), interactive cards game,... A lot of people, every ages and some professional gamers. -J-pop J-pop, J-rock, Visual Key are some kinds of japanese music (« J » as Japan). We don’t have these kind of music in France except 1. 44


-Les arcades Ces salles de jeux peuvent s’étendre sur six ou sept étages, proposent des jeux en réseaux, des jeux de rythmes comme le DDR (Dance Dance Revolution), des jeux de cartes intéractifs,... En résumé énormément de monde, de tout âge et des joueurs franchement impressionnants à regarder jouer. -La J-pop La J-pop ou autres J-rock, Visual Key, sont des styles de musiques en provenance du Japon (« J » voulant dire Japan). Nous on Internet, and it’s sad especially about J-pop! Visual key is very popular thanks to the singers who are completely transformed... crazy! -Mandarakes Mandarakes or another huge mangas shops are everywhere in Tokyo, the biggest one is in Nakano area. This is a kind of supermarket which is only selling mangas organized by styles. Doors are opened and hundreds of people entered until closing. Another 44

n’avons pas la chance d’écouter ça en France, et pourtant cela vaut le détour, surtout en ce qui concerne la J-pop. La grosse particularité du visual key est le look des chanteurs qui se métamorphosent complètement.. A voir! -Les mandarakes Les mandarake ou autres magasins immenses de mangas se trouvent un peu partout dans la capitale, la plus grande succursale étant dans le quartier de Nakano. Ce sont des supermarchés du manga, sur plusieurs étages on y trouve des dizaines de milliers shop close to the mandarake buy the used books to after sell them with a second hand price. Manga is really not expensive in Japan and it’s 40% of the sells books in the country. -Pachinko This is this strange game between a jackpot and a flipper, it’s an individual game with metal balls, the gamer can choose different ways for these ball. This is a luck game, the noise produced by a machine is horrible, 1. 45


de mangas triés par styles. Dès l’ouverture l’endroit grouille de monde et cela jusqu’à sa fermeture. On a même quelques mètres plus loin un magasin qui rachète les mangas au poids pour les revendre un peu plus loin dans un magasin d’occasion. Le manga ne coûte pas cher au Japon et représente 40% des ventes de livres au Japon. -Le Pachinko C’est ce drôle de jeu ressemblant étrangement à un Jackpot de casino mélangé avec un flipper, on y joue seul face à la machine qui va lâcher des billes en métal qui vont devoir suivre un parcours sur lequel le joueur va pouvoir interagir. La part de chance dans ce jeu semble tout de même importante, le bruit qu’une machine fait est assourdissant, et généralement les lieux de pachinko comptent des dizaines de machines collées les unes contre les autres avec une musique assourdissante par dessus. C’est le jeu le plus populaire du Japon, les salles sont remplies en permanence, ce qui peut paraître étrange car les jeux d’argent étant interdits au Japon le joueur ne gagne

and generally in a pachinko room there are a lot of machines with an heavy music. It’s the most popular game in Japan, rooms are everytime full, and this is very strange for western people because you can’t win money at the end, money game are forbidden in Japan so the player just can exchange his metal balls against small things (cigarettes for example). -Television Luckily sometimes we could watched tv in backpackers or coffees. Each time it was really fun, it was some kinds of tv shows with some strange games between different challengers. French tv is worst and worst? Japanese tv is completely crazy, much more worst. -Yen During our trip yen was very expensive compare to euro. So we spend a lot of money for this 2 weeks trip, more than the price of 5 weeks in Korea. Price in Korea was approximately a bit more expensive than in France, after 5 months in Korea, it’s not 1. 46


rien à la fin, il peut juste échanger ses billes contre de petits lots. -La télévision Nous avons eu la chance à plusieurs reprises de pouvoir regarder la télévision que ce soit dans notre hôtel où dans certains barscafés. A chaque fois ce fut de grands instants, le plus souvent nous sommes tombés sur des divertissements mettant en scène une sorte de compétition entre différents concurrents, devant se surpasser dans des jeux complètement loufoques. La télévision française est une télé-poubelle? On en est loin encore! -Le Yen Durant notre passage au pays du soleil levant le Yen atteignait des sommets tandis que notre cher euro nettoyait le plancher. Résultat, nous avons dépensé pour ce voyage l’équivalent du budget de cinq semaines de vie en Corée du Sud, et cela pour deux petites semaines. Globalement et pour donner une idée, la vie au Japon revenait un peu plus cher qu’en France, et 46

New year - Shibuya 1. 47


1. 48


48

cela après 5 mois de vie en Corée du Sud, c’est dur...

easy...

Peu de temps après le périple au Japon nous décidons de quadriller la Corée du Sud, nous commençons notre road trip par visiter une petite île au nord ouest du pays très proche des côtes de la Corée du nord. Au programme des champs, des villes fantômes, des love hotels assez sinistres mais franchement pas cher, de la randonnée, des panoramas, bref une bouffée d’air frais relativement proche de la capitale quelque peu étouffante par moments. Le nom de cette île est Ganghwa, nous y avons croisé de nombreux militaires, c’est une zone très surveillée, les côtes sont balayées en permanence par des hélicoptères, les centres de contrôle sont très fréquents. Nous y resterons deux jours puis nous rentrerons sur Séoul pour un court moment avant de repartir une journée pour Suwon. Suwon fait quasiment partie de la métropole séoulite, cette ville se situe au sud de Séoul et propose un centre ville entièrement entouré

Few times after the Japan trip we decided to visit South Korea, we started this new road trip by a small island in the north west, close to North Korea coast. Empty small cities, strange love hotels, hiking, panoramas and nature can describe this island so different of Seoul. This island is named Ganghwa, we saw a lot of soldiers, it’s an area very well protected, helicopters and controls are very frequents. We stayed 2 days on this Island then we came back to Seoul for a short time before to leave to Suwon for a day. Suwon is very close to Seoul, located on the South of the capital and have an fortified down town surrouded by a great wall. This small town have a lot of markets street, a very nice place. This city was a great surprise, and very close to Seoul, it’s possible to take the subway to go here.

d’immenses fortifications avec de nombreuses tours de contrôles. Cette petite ville fortifiée accueille des marchands de rues qui proposent un peu de tout, le tout formant une ambiance plutôt chaleureuse. Je retiendrai finalement cette ville qui a véritablement été une bonne surprise et qui est directement reliée à Séoul via le métrotrain.

1. 49


Nouvelle escale à Séoul avant de repartir pour environ deux semaines sur les routes de la Corée du sud. Cette fois-ci nous allons à Pusan, la deuxième plus grande ville de Corée se situant au sud-est. Cette ville portuaire propose de nombreuses particularités comme son marché au poisson véritablement impressionnant au bord des quais. C’est une miniville qui s’active sans cesse, les bateaux déposent leur pêche sur les quais, une équipe prend en charge le contenu avant de le distribuer aux vendeurs. Les vendeurs sont d’ailleurs essentiellement des femmes, certainement les femmes des pêcheurs embarqués sur les bateaux. On y voit des choses étranges, des requins, des poulpes un petit peu trop gros selon moi, des vers de sables, des moules de 40cm, etc... Pour parler un peu de Pusan, l’ambiance qui y règne est bien différente de Séoul, la population paraît plus vieille et plus riche, contradictoirement la ville paraît plus sale, par contre il n’y a pas de buildings comme ceux qui surplombent certains quartiers de Séoul. Nous avons logé dans un backpack

Another step in Seoul before to travel for two weeks. This time we are going to Pusan, the second bigest city in Korea located in the south east. This port city have some particularities, as a fish market very impressive close to the docks. It ‘s a micro city which is everytime moving, ships unload merchandise, a team give this goods to the sellers. A lot of these sellers are womens, certainly the wifes of the fishermen. We saw some strange things, sharks, huge octopus, big worms, 40cm mussels, etc... To speak about Pusan, it’s a very different city compare to Seoul, people seems more older and rich, and strangely more dirty, also there are no buildings as in Seoul. We stayed in a very nice backpacker managed by a young guy, in fact it was a big appartment with 2 rooms transformed in dormitories. Six beds per rooms a big lounge and a common kitchen, it seems more like an appartment than a guesthouse. June the manager of this guesthouse prepared a planning for our 4 days in Pusan, thanks to 1. 50


50

vraiment agréable, géré par un jeune, il s’agit en fait d’un grand appartement dont deux des trois chambres ont été reconverties en dortoirs. Six lits par chambres, un salon et une cuisine commune, l’ambiance d’un appartement et non d’une guesthouse. June notre hôte nous a préparé un planning

de visites pour quatre jours, nous avons pu voir les principaux sites en peu de temps grâce à lui. Je retiendrai de Pusan un temple surplombant la mer en bord de falaise, vraiment impressionnant et le meilleur souvenir restera le Jiljimbang (bains publics, sorte de SPA ou centre de thalassothéra-

pie) de Pusan qui s’étend sur quatre étages avec une dizaine de bains différents des salles de massages, des cascades et jets d’eau massants, des salles de repos, des saunas, ou bien encore des salles chauffées au charbon permettant de soigner les problèmes respiratoires. Evidemment nous

him we saw the best places in Pusan during these days. The best places were a temple near the sea built on the cliff, very impressive, the best memory I have is the Jiljimbang (hotsprings) located in the north of Pusan. It’s an huge hotsprings with 4 different floors, a lot of baths, massages, sau-

nas,... Of course we tried everythings, also the restaurant of the building.

completely white. A car was waiting for us to go to our backpacker which was not really a backpacker... Each time we wanted to move outside, a car brought us to the bus station and we had a kind of individual small house with a kitchen. As everywhere in Korea we also had Internet, tv, if we wan-

From Pusan we took a night ferry to go to Jeju island, known to be the most beautiful island of Korea. The day we arrived the weather was snowing so the island was

1. 51


avons tout testé, jusqu’au restaurant de l’établissement... De Pusan nous avons pris un ferry de nuit qui nous a mené à Jeju island, connue pour être la plus belle île de Corée du Sud. Passons le voyage quelque peu difficile, nous arrivons sous la neige et découvrons une île entièrement blanche. Une voiture nous attend pour nous emmener à notre backpack, qui à vrai dire n’a plus grand chose de l’image que l’on peut se faire du backpack. Tout nos déplacements sont fait en voiture sur demande, nous logeons dans une petite maison individuelle où il est même possible de cuisiner. Comme partout en Corée on a Internet, le câble, de quoi pouvoir passer les 5 jours enfermés sans s’embêter... Nous choisissons tout de même de visiter les lieux, les deux premiers jours nous décidons d’essayer de nous débrouiller tout seul pour les transports mais nous découvrons assez vite que sur Jeju les transports ne sont vraiment pas adaptés aux touristes, c’est pourquoi, un peu à reculons, nous décidons de poursuivre nos aventures sur l’île avec un tour touristique. Ce sera fina-

ted it was possible to stay five days inside and don’t feel bored... We chose to visit some places, the two first days we tried to do it by ourselves but we saw it was really difficult to move on Jeju island for a foreigner. Finally we took a tourist tour by car and it was a good thing, after the first day we decided to take another one. We visited 8 places per days the best places on the island, parks, temples, the most beautiful temple I ever seen in Korea, this is a really nice island, and snow was really magical, it gave a big contrast between moutains and coasts. After five days spent on this amazing island, we decided to go back by boat to Mokpo, a smell city on the south-east coast of Korea. After 4 hours of boat we almost are in Mokpo, a fisher city surrounded by a lot of islands. We eat the best Ttopuki we ever eat in Korea, also we will find some time to hike a bit, just to see a panorama of Mokpo and the islands. I say goodbye to cédric for a while, I decided to go back to Seoul to see my friends and also to take some rest after 1. 52


lement une bonne expérience, nous ferons deux jours de visites comme cela à raison de 8 visites pas jour. Nous verrons les plus beaux spots, parcs, temples, palais jamais vus en Corée, cette île est vraiment magique, le fait qu’il ait neigé a recouvert les terres et les hauteurs de blanc, le contraste entre la côté et les montagnes avait donc quelque chose de particulier. Après cinq jours passés sur cette très surprenante île nous décidons de repartir par bateau pour Mokpo, une petite ville portuaire du sud-ouest de la Corée. Après quatre heures de traversée nous arrivons à Mokpo une ville de pêcheur entourée de dizaines d’îles. Nous mangeons les meilleurs Ttopuki jamais mangés en Corée, nous ferons même une randonnée qui nous mènera au sommet de la ville, un panorama surplombant la région et l’amas d’île tout autour de Mokpo. Avec Cédric nos chemins se séparent pour quelques jours, je décide de rentrer un peu plus tôt sur Séoul pour voir du monde et surtout récupérer un peu du voyage. 52

the trip. In this way my last road trip is finished, it’s arround the 20th of january and I decide to stay in Seoul and have some good times during my two last week I have to see my friends in Korea. To resume all of these korean road trip, we used almost all the different transportations, subway, car, bus, boat, taxi, train, highspeed train. To have an idea, to go to Pusan and so cross over Korea, we took the high speed train (which is french) and it cost about 30€ per person. It’s very easy, fast and cheap to travel in Korea.

Ainsi se termine mon dernier road trip autour de la Corée, nous sommes aux alentours du 20 janvier, je décide pour la suite de rester sur Séoul et de profiter des deux dernières semaines qu’il me reste pour voir les amis. Bilan de tous ces voyages en Corée, nous avons utilisé à peu près tous les moyens de locomotion possible, le métro, le car, le bus, le bateau, la voiture, le taxi, le train et le tgv. Pour donner un ordre d’idée, pour descendre sur Pusan et donc traverser en diagonale la Corée, nous avons pris le TGV (qui est français d’ailleurs) et cela nous est revenu à environ 30€ par personne. Il est vraiment aisé, rapide et pas cher de voyager en Corée.

1. 53


J’ai finalement fait le tour de mon voyage, me voilà revenu au début de ma narration, je suis devant l’arrêt de bus qui m’amènera dans quelques minutes à l’aéroport, le temps pour moi d’énumérer les quelques bizarreries coréennes, comme je l’ai fait pour le Japon. Cela fera office de conclusion car je ne pense pas avoir fini mon histoire avec la Corée, et il est difficile de poser une conclusion sans en connaître la fin... Je sais très bien que la prochaine fois que je rencontrerai à nouveau la Corée le contexte sera totalement différent, j’espère juste qu’elle ou moi n’aura pas trop changé et qu’il sera encore possible de passer de si bons moments. Il n’est pas difficile pour moi de dire que ces six mois furent les plus marquants de ma petite existence, le mois passé en France depuis mon retour a été difficile, le fait de revoir la famille et les amis m’a aidé à me réanimer, la reprise des cours a aussi joué son rôle, mais il ne se passe pas un jour sans que des souvenirs qui me paraissent maintenant irréels remplissent mes pensées...

Finally I finished my story by the beginning of my narration, I’m in front of the bus stop which will bring me at the airport in a couple of minutes, just the time for me to remember some strange things I saw in Korea, as I did for the Japan. It will be a kind of conclusion because I think I didn’t finished my story with Korea, and it’s difficult to write a conclusion before to know the end... I know that the next time I’ll meet Korea, the context will be completely different, I just hope that me or she will not change too much during this time and I hope it will be possible to spend again some very nice moments. It’s not difficult for me to say that these six months were the best time in my life. The come back in France was very difficult, to see my family and my friends helped me to feel better, the second semester too, I didn’t have time to think about it, but there is not one day without unreal memories which are filling my mind...

1. 54


Jimjilbang: J’en ai déjà parlé ce sont des sortes de bains public, il y en a partout, cela ne coûte vraiment pas cher et on peut y passer autant de temps qu’on veut, il y a des salles de repos et tout le nécessaire pour se relaxer, une très bonne expérience.

54

tos par mois, il achètera un appareil qui en France vaut le prix d’une voiture...

Jimjilbang: I already talked about it, this is a kind of public bath or hotsprings, you can find it everywhere and it’s very unexpensive. You can stay inside the time you want, there is some different rooms, everything to be relax, it’s a very good experience.

Norebang: C’est le terme coréen pour les karaoke, les coréens en sont fans, il y en a partout aussi, certaines pièces donnent directement sur la rue, on peut donc admirer les coréens danser et chanter depuis la rue. C’est très peu coûteux on y commande ce qu’on veut et c’est ouvert non stop.

Norebang: It’s the korean word for Karaoke, korean people love it, it’s everywhere in korea too, some rooms have some big windows on the main street so we can see the korean who are dancing and singing. It’s very cheap, it’s possible to ordered a lot of different dishes and drinks and it’s open everytime.

« Le coréen ne fait jamais les choses à moitié »: J’ai arrêté de compter le nombre de fois ou nous avons dit cette phrase qui est sacrément vraie. Qu’il soit entrain de faire du vélo, jouer à un jeu d’arcade, construire un immense building, le coréen fait tout en grand, il ne lésine jamais sur l’équipement, même s’il ne prend qu’une ou deux pho-

« XXL Korea »: We said these phrase so many times, and it’s really true, when he practise sports, play a game or build an huge building, the korean doing it in XXL. Everytime he use the best equipment he can, also if sometime he wants to shoot some pictures, he will buy the biggest and best camera in the shop... 1. 55


1. 56


Maxence Mauduit - Korea Memories