Issuu on Google+

epi so de 1

création graphique : http://dwemma.fr / travail photographique : www. vjoncheray.fr

2, Cours du Champ de Mars BP 60827 44008 NANTES Cedex 1 Tél : 02 40 84 14 18 http://www.auran.org

une conversation qui va durer 2 ans

AURAN

Agence d’Urbanisme de la Région Nantaise

1

les premiers mots du débat

ep iso de

les premiers mots du débat une conversation qui va durer 2 ans


«le projet est le brouillon de l'avenir. Parfois, il faut à l'avenir des centaines de brouillons»Jules Renard

En exclusivité sur

1


Avant propos par Thierry Violland Directeur général de l’Agence d'Urbanisme de la Région Nantaise (Auran) Coordinateur général de la démarche

« Ma Ville demain » Inventons la métropole nantaise de 2030

2


Les élus de Nantes Métropole, sous la responsabilité des 24 maires de l’agglomération, ont confié à l'Agence d'urbanisme de la Région Nantaise (Auran) la mission de conduire une vaste mise au débat de l’avenir de la métropole à l'horizon 2030 avec l’ensemble des habitants et des acteurs, socio-économiques, associatifs, culturels… L'enjeu  ? Réfléchir ensemble sur la vie que nous souhaitons pour les 20 ans qui viennent. Elaborer un projet collectif largement partagé qui inspire et oriente l'action de tous et de chacun, citoyens, élus, décideurs publics et privés. Troisième métropole de France pour sa dynamique de création d’emplois, l’agglomération nantaise connaît depuis vingt ans un formidable développement. Celui-ci s'est notamment traduit par une croissance importante de sa population. Dans le même temps, elle est devenue un territoire de référence en matière de qualité de vie, comme en témoigne la récente décision de la Commission européenne de choisir Nantes Métropole comme Capitale Verte Européenne en 2013. Pourquoi, dans ces conditions, engager une telle démarche  ? Parce que, comme nous le montre la crise actuelle, aucune dynamique n’est jamais définitivement acquise. Parce que nous devons veiller à ce que chacun trouve sa place dans la dynamique métropolitaine. Parce que nous avons des défis nouveaux à relever dans un monde incertain et en mutation profonde. Pour continuer à écrire notre destin, être acteurs de notre avenir, nous devons réaffirmer et renouveler notre ambition collective. Cela passe par la construction d’un nouveau projet pour la métropole. Il ne s’agit pas de jouer les devins en prétendant prédire le futur, mais de préparer l'avenir, de définir ce que nous souhaitons collectivement pour notre territoire et ses habitants et agir tout de suite en ce sens. 2030 peut paraître lointain au moment où, dans le contexte actuel, beaucoup d'entre nous sont d'abord préoccupés par les difficultés du quotidien. Mais 2030 c'est demain : les enfants qui naissent aujourd'hui auront tout juste 20 ans.

3


Alors, quels progrès réaliser, quelles innovations conduire, quelles pistes nouvelles ouvrir pour développer notre métropole et améliorer la qualité de notre vie quotidienne ? Chaque habitant de l'agglomération doit avoir voix au chapitre, pouvoir débattre et proposer. C’est en réfléchissant ensemble, en confrontant nos points de vue, en interrogeant l’héritage et les valeurs profondes de notre agglomération, que nous pourrons nous projeter pour mieux penser, dessiner, co-construire notre métropole à l’horizon 2030. Confrontant les avis des habitants, ceux des experts et des acteurs, alliant tous les modes d'expression, de l’oral à l'écrit, du raisonnement à la créativité, la démarche que nous engageons durera deux ans. Elle se déroulera en trois phases : Première phase (fin 2010 – printemps 2011) : installation de la démarche et préparation du débat public. C’est la « mise en mouvement » de « Ma Vi(ll)e demain ». Deuxième phase (printemps – rentrée 2011) : autour de quelques grandes questions la parole est à tous ceux qui désirent la prendre. C'est le « temps des idées ». Troisième phase (rentrée 2011 – été 2012) : place à la créativité et à l’imagination. Viendront ensuite les synthèses, les restitutions, le débat de clôture et les décisions d'orientation pour l'avenir qui reviendront aux élus. Aujourd'hui, dans la première phase, il s'agit d’abord de recueillir votre regard sur le « territoire souhaité » et de décider des questions que nous devons nous poser. Elles sont à l'évidence nombreuses et multiples. Mais quelles sont les bonnes questions  ? Quelles sont celles qui sont porteuses d'avenir pour chacun et pour tous et que nous devons nous poser ensemble ?

4


Une consultation sur la ville idéale et les pistes pour y parvenir est en cours. Vous pouvez trouver le questionnaire sur le site www.mavilledemain.fr. Il fera par ailleurs l’objet d’une diffusion large. Il ne s'agit évidemment pas de renvoyer aux citoyens toutes les responsabilités dans cette démarche. Il s’agit d'être à l'écoute, de sentir les mouvements de nos territoires pour, d'une certaine façon, co-élaborer les termes du débat qui s'ouvrira au printemps. C'est aussi le rôle de l'Abcd'ère. Ce document, ludique parfois, sérieux toujours, a pour objectif de donner des repères auxquels chacun pourra se référer tout au long de la démarche. L'Abcd'ère est le document guide pour la démarche, que nous avons souhaité vivant. Il est, par sa conception même, incomplet et destiné à être enrichi. Chacun est en effet invité à réagir, par courrier ou par l'envoi de messages sur le site internet www.mavilledemain.fr Compléter les définitions, proposer de nouveaux mots, proposer de nouvelles questions. Ces contributions seront rendues publiques avec votre accord. Ainsi, cet Abcd'ère, non exhaustif, s’inscrit pleinement dans l’esprit de la démarche, que nous voulons participative et créative. Il sera accompagné d'autres formes de consultations pour organiser les réflexions qui s'engageront au printemps 2011, au plus près de vos préoccupations et des enjeux qui sont au cœur de notre avenir. Construisons ensemble les termes du débat. Cet Abcd'ère est le vôtre : en l'amendant, en le complétant, participez à son élaboration ! En espérant que vos réactions seront nombreuses, je vous en souhaite bonne lecture…

5


Sommaire

6


Repères L'agglomération nantaise

p 10

Les 24 communes

p 12

Les mots du débat Mode d'emploi

p 38

Index

p 42

Les Mots

p 44

Sources

p 223

7


l'agglomĂŠration na Bouaye bouguenais pelle-sur-erdre (la) sur-loire montagne lerin (le) rezĂŠ sain saint-herblain saint lĂŠger-les-vignes s sainte-luce-sur-loire 8


s e r è p re

antaise Basse-Goul brains carquefou couëron indre mau e (la) nantes orvault nt-aignan-de-grand t-jean-de-boiseau s saint-sébastien-surre sautron sorinières En exclusivité sur

9


L'agglomération nantaise

Basse-Goulaine Bouaye bouguenais brains carquefou chapelle-sur-erdre (la) couëron indre mauves-sur-loire montagne (la) nantes orvault pellerin (le) rezé saint-aignan-degrand-lieu saint-herblain saint-jean-de-boiseau saint-léger-les-vignes saint-sébastien-sur-loire sainte-luce-sur-loire sautron sorinières (les) thouaré-sur-loire vertou

www.nantesmetropole.fr

Nantes Métropole aujourd’hui 24 communes 590 000 habitants 25 % de moins de 20 ans 56 % de 20 à 60 ans 19 % 60 ans et plus 52 350 hectares dont : 32 % urbanisés 7 % pour l’urbanisation future 61 % d’espaces naturels

49 000 étudiants 280 300 actifs 105 700 retraités (ou pré-retraités) 310 000 emplois 32 500 établissements économiques 2 millions de déplacements par jours dont 15 % en transports collectifs

Repères chiffrés pour demain Nantes Métropole : 100 000 habitants supplémentaires en 2030 Dans le Programme Local de l’Habitat (P.L.H.), Nantes Métropole se fixe des objectifs de 4 500 à 5 000 logements à construire chaque année, dont 25 % de logements locatifs sociaux et 25  % de logements abordables. En terme de déplacements, dans le Plan de Déplacements Urbains (P.D.U.), Nantes Métropole se fixe des objectifs pour 2030 : transports collectifs 16 % des déplacements

10

(15  % aujourd’hui), marche 30  % (contre 24  % aujourd’hui), vélo 12 % (contre 2 % aujourd’hui)  ; la part de la voiture devrait quant à elle passer de 47  % aujourd’hui à 31 % en 2030. Avec son plan climat territorial, Nantes Métropole s’est engagée à réduire de moitié ses émissions de gaz effet de serre d’ici 2025, soit d'un million de tonnes.


Nantes Métropole 24 communes

Sautron

Saint Jean de Boiseau Brains Saint Léger les Vignes

Mauves sur Loire

Thouaré sur Loire Sainte Luce sur Loire

Couëron

Le Pellerin

Orvault

Carquefou

La Chapelle sur Erdre

Saint Herblain

Nantes Basse Saint Sébastien Goulaine sur Loire

Indre La Montagne Rezé

Bouguenais Bouaye

Vertou Les Sorinières

Saint Aignan de Grand Lieu $85$1

Nantes Métropole en Europe

11


Basse-Goulaine

bouaye bouguenais brains carquefou chapelle-sur-erdre (la) couëron indre mauves-sur-loire montagne (la) nantes orvault pellerin (le) rezé saint-aignan-de-grand-lieu saint-herblain saint-jeande-boiseau saint-léger-les-vignes saint-sébastien-sur-loire sainte-luce-sur-loire sautron sorinières (les) thouaré-sur-loire vertou

Basse-Goulaine tient son nom de la rivière de Goulaine qui traverse la commune au nord-est.

www.basse-goulaine.fr

Les habitants :

les Goulainaises et les Goulainais 2 869 logements 2 828 emplois 70 naissances / an depuis 2000

La superficie de Basse-Goulaine est de 1 374 hectares, dont : 34 % 8 % 13 % 34 % 11 %

urbanisés urbanisables agricoles protégés de loisirs 7 927 habitants

Évolution de la population depuis 1800

12

aujourd’hui


Bouaye

Basse-Goulaine bouguenais brains carquefou chapelle-surerdre (la) couëron indre mauves-sur-loire montagne (la) nantes orvault pellerin (le) rezé saint-aignan-de-grand-lieu saint-herblain saint-jean-de-boiseau saintléger-les-vignes saint-sébastien-sur-loire sainte-luce-sur-loire sautron sorinières (les) thouaré-sur-loire vertou

Le nom de Bouaye est mentionné pour la première fois dans un document en 1115 citant la paroisse de Boia, puis Boae en 1325, Boaye en 1426.

www.mairie-bouaye.fr

Les habitants :

les Boscéennes et les Boscéens 2 231 logements 1 766 emplois 57 naissances / an depuis 2000

La superficie de Bouaye est de 1 383 hectares, dont : 25 % 7 % 48 % 18 % 2 %

urbanisés urbanisables agricoles protégés de loisirs

5 672 habitants

aujourd’hui

Évolution de la population depuis 1800

En exclusivité sur

13


Bouguenais

Basse-Goulaine bouaye brains carquefou chapellesur-erdre (la) couëron indre mauves-sur-loire montagne (la) nantes orvault pellerin (le) rezé saint-aignan-de-grand-lieu saint-herblain saint-jean-de-boiseau saint-léger-les-vignes saint-sébastien-sur-loire sainte-luce-sur-loire sautron sorinières (les) thouaré-sur-loire vertou

Bouguenais (Bougonae en gallo) est située sur la rive sud de la Loire, à 6 km du centre ville de Nantes.

www.ville-bouguenais.fr

Les habitants :

les Bouguenaisiennes et les Bouguenaisiens 6 468 logements 10 679 emplois 235 naissances / an depuis 2000

La superficie de Bouguenais est de 3 150 hectares, dont : 33 % 10 % 30 % 20 % 7 %

urbanisés urbanisables agricoles protégés de loisirs

16 698 habitants

Évolution de la population depuis 1800

14

aujourd’hui


Brains

Basse-Goulaine bouaye bouguenais carquefou chapelle-surerdre (la) couëron indre mauves-sur-loire montagne (la) nantes orvault pellerin (le) rezé saint-aignan-de-grand-lieu saint-herblain saint-jean-de-boiseau saintléger-les-vignes saint-sébastien-sur-loire sainte-luce-sur-loire sautron sorinières (les) thouaré-sur-loire vertou

      

Le radical gaulois Nemus Brenno (“forêt de Brenno”) est établi par un document du chartrier de Buzay dès 1179.

www.mairie-brains.fr

Les habitants :

les Brennoises et les Brennois (Brainnoises et Brainnois) 955 logements 309 emplois 35 naissances / an depuis 2000

La superficie de Brains est de 1 531 hectares, dont : 7 % urbanisés 2 % urbanisables 73 % agricoles 17 % protégés 1 % de loisirs

2 523 habitants

aujourd’hui

Évolution de la population depuis 1800

En exclusivité sur

15


Carquefou

Basse-Goulaine bouaye bouguenais brains chapelle-surerdre (la) couëron indre mauves-sur-loire montagne (la) nantes orvault pellerin (le) rezé saint-aignan-de-grand-lieu saint-herblain saint-jean-de-boiseau saintléger-les-vignes saint-sébastien-sur-loire sainte-luce-sur-loire sautron sorinières (les) thouaré-sur-loire vertou

Au moyen-âge : Carcafagum, nom du château fort qui signifie «endroit planté de hêtres» Au XVe siècle : remplacé par Quercufolio, «chêne au feuillage épais» d’où la devise «quercus foliata semper virens» signifiant «chêne feuillu toujours vert.

www.carquefou.fr

Les habitants :

les Carquefolliennes et les Carquefolliens 7 105 logements 17 772 emplois 175 naissances / an depuis 2000

La superficie de Carquefou est de 4 342 hectares, dont : 22 % 6 % 51 % 17 % 4 %

urbanisés urbanisables agricoles protégés de loisirs

17 956 habitants

Évolution de la population depuis 1800

16

aujourd’hui


Basse-Goulaine bouaye bouguenais brains carquefou Chapellesur-Erdre (la) couëron indre mauves-sur-loire montagne (la) nantes orvault pellerin (le) rezé saint-aignan-de-grand-lieu saint-herblain saint-

jean-de-boiseau saint-léger-les-vignes saint-sébastien-sur-loire sainte-luce-surloire sautron sorinières (les) thouaré-sur-loire vertou

La Chapelle-sur-Erdre vient du latin «capella» (chapelle) et du celte «erdam» (petite rivière)

www.la chapellesurerdre.fr

Les habitants :

les Chapelaines et les Chapelains 6 495 logements 7 332 emplois 182 naissances / an depuis 2000

La superficie de La Chapellesur-Erdre est de 3 342 hectares, dont : 24 % urbanisés 5 % urbanisables 41 % agricoles 26 % protégés 4 % de loisirs 16 816 habitants

aujourd’hui

Évolution de la population depuis 1800

En exclusivité sur

17


Couëron

Basse-Goulaine bouaye bouguenais brains carquefou chapelle-sur-erdre (la) indre mauves-sur-loire montagne (la) nantes orvault pellerin (le) rezé saint-aignan-de-grand-lieu saint-herblain saint-jean-de-boiseau saint-léger-les-vignes saint-sébastien-sur-loire sainte-luce-sur-loire sautron sorinières (les) thouaré-sur-loire vertou

L’origine du nom Couëron provient d’une ancienne orthographe inscrite dans le cartulaire de Redon qui rattache le nom de Couëron à la première migration celte bien avant l’ère chrétienne. Il s’agit de la racine indo-européenne «Koria» qui a donné le mot latin «curia» désignant le centre administratif d’une ville.

www.mairie-coueron.fr

Les habitants :

les Couëronnaises et les Couëronnais 7 329 logements 5 395 emplois 216 naissances / an depuis 2000

La superficie de Couëron est de 4 403 hectares, dont : 15 % 5 % 39 % 39 % 2 %

urbanisés urbanisables agricoles protégés de loisirs

18 392 habitants

Évolution de la population depuis 1800 aujourd’hui

18


Indre

Basse-Goulaine bouaye bouguenais brains carquefou chapelle-sur-erdre (la) couëron mauves-sur-loire montagne (la) nantes orvault pellerin (le) rezé saint-aignan-de-grand-lieu saint-herblain saint-jean-de-boiseau saintléger-les-vignes saint-sébastien-sur-loire sainte-luce-sur-loire sautron sorinières (les) thouaré-sur-loire vertou

Indre présente la spécificité d’avoir un territoire reparti sur les deux rives de la Loire : Basse-Indre et HauteIndre au nord et Indret au sud

www.indre44.fr

Les habitants :

les Indraises et les Indrais 1 742 logements 2 259 emplois 58 naissances / an depuis 2000

La superficie d'Indre est de 472 hectares, dont : 34 % 6 % 46 % 14 %

urbanisés urbanisables protégés de loisirs

3 761 habitants

aujourd’hui

Évolution de la population depuis 1800

En exclusivité sur

19


Mauves-sur-Loire

Basse-Goulaine bouaye bouguenais brains carquefou chapelle-sur-erdre (la) couëron indre montagne (la) nantes orvault pellerin (le) rezé saint-aignan-de-grand-lieu saint-herblain saint-jeande-boiseau saint-léger-les-vignes saint-sébastien-sur-loire sainte-luce-sur-loire sautron sorinières (les) thouaré-sur-loire vertou

1920 Mauves prend le nom de Mauves sur Loire en raison d’ erreurs fréquentes de livraison deux autres communes de France portent le même nom, Mauves en Ardèche et Mauves sur Huisne. Des années 1930 à 1960, Mauves est la station de villégiature de nombreux nantais.

www.mauvessurloire.fr

Les habitants :

les Malviennes et les Malviens 1 111 logements 522 emplois 44 naissances / an depuis 2000

La superficie de Mauves-sur-Loire est de 1 475 hectares, dont : 9 % 3 % 50 % 37 % 1 %

urbanisés urbanisables agricoles protégés de loisirs

2 931 habitants

Évolution de la population depuis 1800

20

aujourd’hui


Montagne (la)

Basse-Goulaine bouaye bouguenais brains carquefou chapelle-sur-erdre (lacouëron Indre mauves-sur-loire nantes orvault pellerin (le) rezé saint-aignan-de-grand-lieu saint-herblain saint-jeande-boiseau saint-léger-les-vignes saint-sébastien-sur-loire sainte-luce-sur-loire sautron sorinières (les) thouaré-sur-loire vertou

Entre 1839 et 1841, Aristide Demangeat, fils cadet de l’ex-directeur de l’Arsenal d’Indret, fait construire sur le point culminant du coteau une demeure bourgeoise, entourée d’un parc et de dépendances, qu’il nomme Villa La Montagne. Le village qui se constitue autour devient tout naturellement La Montagne. Création officielle de La Montagne en 1877

www.ville-lamontagne.fr

Les habitants :

les Montagnardes et les Montagnards 2 496 logements 1 541 emplois 77 naissances / an depuis 2000

La superficie de la Montagne est de 364 hectares, dont : 53 % 14 % 26 % 7 %

urbanisés urbanisables protégés de loisirs

5 999 habitants

création de la Montagne

aujourd’hui

Évolution de la population depuis 1800

En exclusivité sur

21


Nantes

Basse-Goulaine bouaye bouguenais brains carquefou chapelle-sur-erdre (la) couëron indre Mauves-sur-Loire montagne (la) orvault pellerin (le) rezé saint-aignan-de-grand-lieu saint-herblain saint-jean-de-boiseau saint-léger-les-vignes saint-sébastien-sur-loire sainte-luce-sur-loire sautron sorinières (les) thouaré-sur-loire vertou

La ville remonte à l’époque gauloise (Condevicnum) et est la ville principale du peuple des Namnètes, conquis par César en 56 av. J.-C. Sous l’Empire romain, elle est appelée Portus Namnetum et est le chef-lieu de la cité des Namnètes.

www.nantes.fr

Les habitants :

les Nantaises et les Nantais 154 460 logements 165 241 emplois 3 835 naissances / an depuis 2000

La superficie de Nantes est de 6 519 hectares, dont : 70 % 7 % 11 % 12 %

urbanisés urbanisables protégés de loisirs

283 025 habitants

Évolution de la population depuis 1800 aujourd’hui

22


Orvault

Basse-Goulaine bouaye bouguenais brains carquefou chapelle-sur-erdre (la) couëron indre mauves-sur-loire montagne (la) nantes pellerin (le) rezé saint-aignan-de-grand-lieu saint-herblain saint-jean-de-boiseau saint-léger-les-vignes saint-sébastien-sur-loire sainte-luce-sur-loire sautron sorinières (les) thouaré-sur-loire vertou

Les premières mentions d’Orvault remontent à l’an 850, sous le nom d’Ormedo, modifié ou déformé au fil des ans en Oisraldum et Orsvaldum. La signification la plus répandue de ces appellations serait Vallée d’Or ou Val d’Or.

www.orvault.fr

Les habitants :

les Orvaltaises et les Orvaltais 10 684 logements 11 475 emplois 256 naissances / an depuis 2000

La superficie d'Orvault est de 2 767 hectares, dont : 30 % 7 % 40 % 21 % 2 %

urbanisés urbanisables agricoles protégés de loisirs

24 564 habitants

aujourd’hui

Évolution de la population depuis 1800

En exclusivité sur

23


Pellerin (le)

Basse-Goulaine bouaye bouguenais brains carquefou chapelle-surerdre (la) couëron indre Mauves-sur-Loire montagne (la) nantes orvault rezé saint-aignan-de-grand-lieu saint-herblain saint-jean-de-boiseau saint-léger-les-vignes saint-sébastien-sur-loire sainteluce-sur-loire sautron sorinières (les) thouaré-sur-loire vertou

Ce nom unique est exprimé dans les vieux actes par le mot latin «peregrinum» ou «peregrino», selon le cas, qui veut dire voyageur ou pèlerin. On parle pour la première fois semble-t-il du Pellerin en 1040

www.ville-lepellerin.fr

Les habitants :

les Pellerinaises et les Pellerinais 1 777 logements 887 emplois 54 naissances / an depuis 2000

La superficie du Pellerin est de 3 065 hectares, dont : 5 % 2 % 23 % 68 % 2 %

urbanisés urbanisables agricoles protégés de loisirs

4 214 habitants

Évolution de la population depuis 1800 aujourd’hui

24


Rezé

Basse-Goulaine bouaye bouguenais brains carquefou chapelle-sur-erdre (la) couëron indre mauves-sur-loire montagne (la) nantes orvault pellerin (le) saint-aignan-de-grand-lieu saint-herblain saint-jean-de-boiseau saint-léger-les-vignes saint-sébastien-sur-loire sainte-luce-sur-loire sautron sorinières (les) thouaré-sur-loire vertou

Rezé est née voici 2000 ans. L’ancêtre gallo-romain de Rezé, Ratiatum, est fondée entre l’an 10 avant notre ère et l’an 10 de notre ère, sur la rive gauche de la Loire.

www.reze.fr

Les habitants :

les Rezéennes et les Rezéens 17 695 logements 12 676 emplois 519 naissances / an depuis 2000

La superficie de Rezé est de 1 378 hectares, dont : 63 % 15 % 1 % 12 % 9 %

urbanisés urbanisables agricoles protégés de loisirs

37 846 habitants

aujourd’hui

Évolution de la population depuis 1800

En exclusivité sur

25


Saint-Aignan-de-Grand-Lieu

Basse-Goulaine bouaye bouguenais brains carquefou chapelle-sur-erdre (la) couëron indre mauves-sur-loire montagne (la) nantes orvault pellerin (le) rezé saintherblain saint-jean-de-boiseau saint-léger-les-vignes saint-sébastien-sur-loire sainte-luce-sur-loire sautron sorinières (les) thouaré-sur-loire vertou

Le nom de Saint-Aignan-Grandlieu vient de Saint Aignan d’Orléans, évêque d’Orléans, et du Lac de Grand-Lieu voisin de la ville.

www.saint-aignan-grandlieu.fr

Les habitants :

les Aignanaises et les Aignanais 1 287 logements 3 627 emplois 34 naissances / an depuis 2000

La superficie de Saint-Aignan-deGrand-Lieu est de 1 794 hectares, dont : 19 % 6 % 41 % 33 % 1 %

urbanisés urbanisables agricoles protégés de loisirs 3 480 habitants

Évolution de la population depuis 1800

26

aujourd’hui


Saint-Herblain

Basse-Goulaine bouaye bouguenais brains carquefou chapelle-sur-erdre (la) couëron indre mauves-sur-loire montagne (la) nantes orvault pellerin (le) rezé saint-aignan-de-grand-lieu saint-jean-deboiseau saint-léger-les-vignes saint-sébastien-sur-loire sainte-luce-sur-loire sautron sorinières (les) thouaré-sur-loire vertou

La légende raconte que Saint-Herblain a été fondée par Hermeland, moine bénédictin né et décédé entre 640 et 720

www.saint-herblain.fr

Les habitants :

les Herblinoises et les Herblinois 19 604 logements 35 487 emplois 603 naissances / an depuis 2000

La superficie de Saint-Herblain est de 3 002 hectares, dont : 47 % urbanisés 15 % urbanisables 6 % agricoles 12 % protégés 20 % de loisirs

43 516 habitants

aujourd’hui

Évolution de la population depuis 1800

En exclusivité sur

27


Basse-Goulaine bouaye bouguenais brains carquefou chapelle-surerdre (la) couëron indre mauves-sur-loire montagne (la) nantes orvault pellerin (le) rezé saint-aignan-de-grand-lieu saint-herblain saint-léger-les-vignes saint-sébastien-sur-loire sainte-luce-sur-loire sautron sorinières (les) thouarésur-loire vertou

Saint-Jean-de-Boiseau Saint-Jean-de-Boiseau prend officiellement son nom lors de la transformation des paroisses en communes en 1790 (Saint-Jeande-Bouguenais jusqu’en 1790)

www.saint-jean-de-boiseau.fr

Les habitants :

les Boiséennes et les Boiséens 1 821 logements 536 emplois 66 naissances / an depuis 2000

La superficie de Saint-Jean-de-Boiseau est de 1 140 hectares, dont : 17 % 5 % 34 % 42 % 2 %

urbanisés urbanisables agricoles protégés de loisirs

4 716 habitants

Évolution de la population depuis 1800 aujourd’hui

28


Basse-Goulaine bouaye bouguenais brains carquefou chapelle-sur-erdre (la) couëron indre mauves-sur-loire montagne (la) nantes orvault pellerin (le) rezé saint-aignan-de-grand-lieu saint-herblain saint-jean-de-boiseau saint-sébastien-sur-loire sainte-luce-sur-loire sautron sorinières (les) thouaré-sur-loire vertou

Saint-Léger-les-Vignes

Un acte de complant daté de 1180 permet de constater que la culture de la vigne est déjà très développée sur la commune de Saint-Léger. C’est en 1923 que les mots Les Vignes furent ajoutés à Saint-Léger, suite à une décision municipale de 1918, pour se différencier de ses homonymes.

www.mairie-saintlegerlesvignes.fr

Les habitants :

Légériennes et les Légériens 516 logements 100 emplois 17 naissances / an depuis 2000

La superficie de Saint-Léger les Vignes est de 649 hectares, dont : 12 % 4 % 70 % 13 % 1 %

urbanisés urbanisables agricoles protégés de loisirs

1406 habitants

aujourd’hui

Évolution de la population depuis 1800

En exclusivité sur

29


Basse-Goulaine bouaye bouguenais brains carquefou chapelle-sur-erdre (la) couëron indre mauves-sur-loire montagne (la) nantes orvault pellerin (le) rezé saint-aignan-de-grand-lieu saint-herblain saint-jean-de-boiseau saint-léger-lesvignes sainte-luce-surloire sautron sorinières (les) thouaré-sur-loire vertou

Saint-Sébastien-sur-Loire

Jusqu’en 1789, la paroisse s’appelait Saint Sébastien d’Aigne. Ensuite, le nom usuel de la commune est Saint-Sébastien (Sébastien de 1793 à 1801), jusqu’en 1920 où le nom de Saint-Sébastien-sur-Loire est adopté par la municipalité.

www.saintsebastien.fr

Les habitants :

les Sébastiennaises et les Sébastiennais 10 998 logements 6 965 emplois 293 naissances / an depuis 2000

La superficie de Saint-Sébastien est de 1 166 hectares, dont : 61 % 5 % 19 % 15 %

urbanisés urbanisables protégés de loisirs

24 724 habitants

Évolution de la population depuis 1800 aujourd’hui

30


Basse-Goulaine bouaye bouguenais brains carquefou chapelle-sur-erdre (la) couëron indre mauves-sur-loire montagne (la) nantes orvault pellerin (le) rezé saint-aignan-de-grand-lieu saint-herblain saint-jean-de-boiseau saint-léger-lesvignes saint-sébastien-sur-loire sautron sorinières (les) thouaré-sur-loire vertou

Sainte-Luce-sur-Loire

Au Moyen Age, le territoire qui constitue la commune actuelle de Sainte-Luce-sur-Loire était appelé paroisse de «Chefsail» ou «Chesail». Progressivement, le nom de SainteLuce va se substituer au nom de Chesail. Après la Révolution, les paroisses devinrent communes mais le nom de Sainte-Luce fut conservé.

www.mairie-sainte-luce-loire.fr

Les habitants :

les Lucéennes et les Lucéens 4 582 logements 5 700 emplois 108 naissances / an depuis 2000

La superficie de Sainte-Lucesur-Loire est de 1 145 hectares, dont : 42 % urbanisés 10 % urbanisables 14 % agricoles 24 % protégés 10 % de loisirs

11 665 habitants

aujourd’hui

Évolution de la population depuis 1800

En exclusivité sur

31


Basse-Goulaine bouaye bouguenais brains carquefou chapelle-sur-erdre (la) couëron indre mauves-sur-loire montagne (la) nantes orvault pellerin (le) rezé saint-aignan-de-grand-lieu saint-herblain saint-jean-de-boiseau saint-léger-lesvignes saint-sébastien-sur-loire sainte-luce-sur-loire sorinières (les) thouaré-sur-loire vertou

Sautron

Les historiens font mention de Sautron en 1025 à propos de sa forêt. Le titre le plus ancien qui nomme cette paroisse, en date de 1123, la désigne par le mot latin « Saltera », mot qui désignerait une éminence entourée de sources. Saultron ou Soultron semble tirer son étymologie de deux racines celtiques qui signifient soleil et vallon. La première mairie date de 1790.

www.sautron.fr

Les habitants :

les Sautronnaises et les Sautronnais 2 725 logements 2 371 emplois 46 naissances / an depuis 2000

La superficie de Sautron est de 1 728 hectares, dont : 23 % 4 % 56 % 11 % 6 %

urbanisés urbanisables agricoles protégés de loisirs

6 806 habitants

Évolution de la population depuis 1800 aujourd’hui

32


Basse-Goulaine bouaye bouguenais brains carquefou chapelle-sur-erdre (la) couëron indre mauves-sur-loire montagne (la) nantes orvault pellerin (le) rezé saint-aignan-de-grand-lieu saint-herblain saint-jean-de-boiseau saint-léger-les-vignes saint-sébastien-sur-loire sainte-luce-sur-loire sautron thouaré-sur-loire vertou

Sorinières (les)

C’est le Conseil général de Loire-Inférieure qui, en 1862, imposera la création de la commune des Sorinières… Le 31 mai 1865, un décret de Napoléon III officialise la naissance de la commune des Sorinières.

www.ville-sorinières.fr

Les habitants :

les Soriniéroises et les Soriniérois 2 697 logements 2 293 emplois 76 naissances / an depuis 2000

La superficie des Sorinières est de 1 302 hectares, dont : 25 % 11 % 51 % 6 % 7 %

urbanisés urbanisables agricoles protégés de loisirs

7 259 habitants

création des Sorinières

aujourd’hui

Évolution de la population depuis 1800

En exclusivité sur

33


Basse-Goulaine bouaye bouguenais brains carquefou chapelle-sur-erdre (la) couëron indre mauves-sur-loire montagne (la) nantes orvault pellerin (le) rezé saint-aignan-de-grand-lieu saint-herblain saint-jean-de-boiseau saint-léger-lesvignes saint-sébastien-sur-loire sainte-luce-sur-loire sautron sorinières (les) vertou

Thouaré-sur-Loire Sa première appellation au temps gallo-romain fut Tauriacus puis elle se francisa au cours du Moyen-Age pour donner Thoaré, Thoyré, Touaré, Thoairé puis enfin Thouaré.

www.thouare.fr

Les habitants :

les Thouaréennes et les Thouaréens 2 750 logements 3 212 emplois 76 naissances / an depuis 2000

La superficie de Thouaré est de 1 276 hectares, dont : 28 % 9 % 22 % 39 % 2 %

urbanisés urbanisables agricoles protégés de loisirs

7 407 habitants

Évolution de la population depuis 1800

34

aujourd’hui


Basse-Goulaine bouaye bouguenais brains carquefou chapelle-sur-erdre (la) couëron indre mauves-sur-loire montagne (la) nantes orvault pellerin (le) rezé saint-aignan-de-grand-lieu saint-herblain saint-jean-de-boiseau saint-léger-lesvignes saint-sébastien-sur-loire sainte-luce-sur-loire sautron sorinières (les) thouaré-sur-loire

Vertou

Vertou vient du latin «Vertavum» ou du celtique «Vertaw» : de «ver» (ruisseau) et de «taw» (paix).

www.mairie-vertou.fr

Les habitants :

les Vertaviennes et les Vertaviens 8 716 logements 8 074 emplois 184 naissances / an depuis 2000

La superficie de Vertou est de 3 568 hectares, dont : 28 % 6 % 45 % 16 % 5 %

urbanisés urbanisables agricoles protégés de loisirs

21 199 habitants

aujourd’hui

Évolution de la population depuis 1800

En exclusivité sur

35


Accessibilité Accessio tif Aéroport Agricul tation Aménagement tement/maison Arch Biodiversité Bonne i BTP Budget des ména professionnelle Cen Classe sociale Comm logement Créativité phique Culture Déch cement Dimanche Di présentielle Econom En exclusivité sur

36


s t o at m lesu déb d

on à la propriété A lture Aîné Air Alimen t du territoire Appa hitecture Associatio idée oubliée Bretagn ages Catégorie soci ntre ville Chômag merce Construction d Croissance démogr hets Démocratie Dépl iversité Eau Econom mie sociale et solidai En exclusivité sur

37


« Ch acu n se s idé es, m ais d es m ots en

Mod e d'e mpl com mun oi pou r les expr imer »

« L’Abcd'ère » est un outil indispensable qui permet de s’accorder sur «  les termes et les mots » afin d’exprimer au mieux ses propres idées et de les partager avec le plus grand nombre. Il permet également de prendre appui sur quelques grands repères du territoire pour alimenter le débat. Sa forme et son contenu permettent une lecture variée, accessible et divertissante. « L’Abcd'ère » est présent dans certains lieux publics (liste consultable sur le site internet), chacun des lieux de débat ou d’exposition durant la démarche. Il est également consultable et téléchargeable sur le site internet de la démarche : www.mavilledemain.fr Vous pouvez également en faire la demande auprès de l���Auran 2 cours du Champ de Mars BP 60827 44008 NANTES Cedex 1 Tél. 02.40.84.14.18 – 2030@auran.org

I… Comme Interactif

Il n’a pas vocation à être exhaustif, et est ouvert à la coproduction. Aussi, vous pouvez contribuer à cet ouvrage en apportant de nouvelles définitions, compléter les entrées déjà présentes, illustrer les points de vue. Pour ce faire, il vous suffit de vous rendre sur le site internet de la démarche et d’accéder à la rubrique  « Abcd'ère ». Laissez-vous guider et en quelques clics, vous soumettrez vos réactions à l’équipe de la démarche qui se charge de collecter toutes les contributions. La charte éthique de la démarche est consultable sur le site www.mavilledemain.fr Si vous ne disposez pas d’une connexion internet, vous pouvez nous faire parvenir vos productions ou vos questions par voie postale à  : Equipe projet 2030 - Agence d’Urbanisme de la Région Nantaise (Auran) 2 cours du Champ de Mars - BP 60827 44008 NANTES Cedex 1 38

D'un épisode à un autre

Episode I. « La mise en mouvement » (automne 2010 - printemps 2011) Cette publication va devenir un principe central de la démarche puisqu’elle permet à tous de réagir et de s’accorder sur les termes du débat avant le lancement du « temps des idées ». Episode II. «  Le temps des idées  » (printemps 2011 – rentrée 2011) Une fois cet Abcd'ère complété, enrichi de nouvelles thématiques et de contributions en tous genres, il se transformera pour devenir le « Guide du débat » dans lequel nous retrouverons nos mots, les règles du débat, les renseignements pratiques, etc.

La co-construction

La plupart des démarches prospectives actuelles utilisent un socle de contributions d’experts pour soumettre des pistes possibles à la population. La singularité de l’initiative « Ma Vi(ll)e De-


main  » repose sur la co-construction de l’idéal de vies et de villes. Les préoccupations des habitants et des acteurs servent de fondations au projet, pour ensuite définir les questionnements et les traduire en pistes d’avenir.

A quoi servent vos contributions ?

L’ensemble des contributions que vous apportez permet de définir les enjeux de la vi(ll)e de demain, établir les questions prioritaires à se poser, alimenter les groupes de réflexion de la démarche, préparer la phase de débat. Chaque fois que vous nous adressez une production, elle est analysée par notre équipe, peut être publiée sur le site internet si vous le souhaitez et si elle respecte la charte éthique de la démarche, et elle nourrit la réflexion prospective.

site, en participant aux débats, a l’occasion de dire quelles sont pour lui les questions porteuses d’avenir. Chacun a la possibilité de faire entendre son point de vue sur les évolutions de notre territoire. Tous les citoyens, les acteurs économiques, associatifs, culturels, les étudiants ou écoliers peuvent librement donner leur vision de la métropole souhaitable à horizon 2030.

A vos plumes ou souris !

Tous concernés

Plus de 15 ans pour un pont, 10 ans pour un Zénith… Le développement du territoire nécessite un temps très important. Aussi, l’avenir de la métropole à l’horizon 2030 se dessine à partir d’aujourd’hui. La mise au débat de l’avenir du territoire nous concerne tous. Les 24 maires de l’agglomération ont souhaité que tous puissent s’exprimer et participer à la construction d’un projet commun pour demain. Chacun à sa manière, en réagissant à l’Abcd'ère, en visitant le 39


Mod e d'e mpl oi

1

0ROSPECTIVE SON IRßLUI MoMEߧß(ENRIß"ERG LUSßFmCONDEßQUEßL´AVEN ¦ß,´IDmEßDEßL´AVENIRßESTßP

2

les et de représenter eur pose d’imaginer soci Discipline qui se proes e été ou d'un sect d'un es sibl pos form des les et mutations et gné, et de définir des choix d'activité dans un avee.nir éloi objectifs à long termprédire le futur mais de s’interroger sur Il ne s’agit pas de . ginaire d’un ce qu’il peut advenir l’utopie, construction ima Elle peut s’appuyerétésur le. idéa futur ou d’une soci

3

4

5

CHIFFRESßCLmS

mLmMENTSßDEßDmBAT sur la capacité La prospective est fondàéedévelopper une d’un groupe humain les sujets qui le expertise collective sur concernent. nir dans un Comment imaginer l’ave ions de plus contexte de transformat sibles de nos en plus rapides et imprévi mondiale… modes de vie, de l’économie ux auxquels Quels sont les grands enje s les années nous auront à répondre dan à venir ? stions à se Quelles sont les bonnes que poser ? nt ce qui peut « L’avenir n’est pas seuleme a le plus de qui ce ou ) ible poss (le er arriv able). Il est chance de se produire (leonprob qui ne cesse de aussi, dans une proporti ns voulu qu’il soit croître, ce que nous auro (le souhaitable). » ER

rministé1960 : premier Comité inte itoire riel d'aménagement du terr les d'équi1963 : choix de 8 métropo zaire libre dont Nantes - Saint-Na table 1970 : Le scénario de l'inaccep Gérard-François Dumont 0 2010: démarche Territoire 204

6 PISTESßß DEßß LEXION REFß

Gaston BERG

ETßSIߨ

¨ nous n’étions pas assez ambitieux ?

¨ on voyait très grand pour 7

demain ?

¨

SSI AßLIREßAU

Ailleurs dans l’abcd'ère , bonne idée oubliée, n, NTIC, Aménagement du territoire énergie, europe, gros mots administratifs, mondialisatio croissance démographique, vie… de qualité de vie, rythme

8

En exclusivité sur

177

40


1 

2 

3 

4 

5 

1 Titre

6 

7 

8

Le mot ou le terme en question.

2 Chapeau C’est un texte court qui coiffe la définition de l’article. Parfois décalé voire impertinent, il est là pour vous faire réagir et vous donner envie de plonger dans l’article.

3 Définition Elle synthétise en quelques phrases l’entrée de l’Abcd'ère. Elle arbore un caractère souriant, quand le sujet s’y prête… Elle n’est pas une définition de dictionnaire  ! C’est grâce à elle que nous nous accordons sur les termes du débat.

4 Eléments de débat Ils résument les problématiques actuelles en présentant quelques points de vue ou partis pris.

5 Chiffres clés Tantôt pourcentages, tantôt dates, tantôt repères, ces éléments illustrent la réalité de notre territoire. Ils s’appuient sur des sources très variées que vous retrouverez à la fin de l’Abcd'ère.

6 Pistes de réflexion Elles nous projettent dans l’avenir. Anecdotiques ou fondamentales, probables ou utopiques, elles sont avant tout une invitation à la réflexion.

7 Ailleurs dans l'abcd'ère Ces propositions ont pour objectif d’établir des liens entre les articles et des ponts entre les notions.

8 En exclusivité sur Vous trouverez sur le site internet de « Ma Vi(ll)e Demain » une multitude de références vers des ouvrages, de publications, études, etc. 41


inde x Accessibilité Accession à la propriété Actif Aéroport Agriculture Aîné Air Alimentation Aménagement du territoire Appartement/maison Architecture Association

Biodiversité Bonne idée oubliée Bretagne BTP Budget des ménages

Catégorie socioprofessionnelle Centre ville Chômage Classe sociale Commerce Construction de logements Créativité/innovation Croissance démographique Culture

Déchets Démocratie Déplacement Dimanche Diversité

Eau Economie présentielle Economie sociale et solidaire Ecoquartier Egalité Elève Embouteillage Emploi Empreinte écologique 42

Energie Enfant Entreprise Environnement Equipement collectif Espace public Estuaire de la Loire Etalement urbain Etudiant Europe Exclu

Famille Femme/homme Homme/femme Festival Filière d'excellence Forêt urbaine Formation Forme urbaine Fraternité

Grand Ouest Gros mot administratif


Habitat

(N)TIC

Identité nantaise Immobilier de bureau Industrie Intercommunalité International Isolement/solitude

Partage Paysage Pays de la Loire Périphérique Périurbain Plan climat Pollution Pont Port Précarité Prospective

Jardin familial Jeune

Santé Sécurité Ségrégation urbaine Services Solidarité Sport Syndicat de salariés

Temps de la ville Touriste Train Trame verte et bleue Tramway Transport collectif Travail atypique

Qualité de vie Liberté Lieu de mémoire Logement locatif privé Logement locatif social Loire Atlantique Loisir

Marche Métropole Nantes - Saint-Nazaire Migration domicile-travail Mobilité résidentielle Mondialisation Musique

Urbain Religion/laïcité Renouvellement urbain Réseau social Revenu Risque naturel et technologique Rural Rythme de vie

Vacances Vélo Vie citoyenne Vie sociale de quartier Ville la nuit Voiture Voiture autrement Vote

43


Accessibilité En pleine forme, au volant de ma voiture… je suis le roi du pétrole ! Enfin, tant qu’il n’y a pas trop de monde en même temps que moi sur les routes. Et tant que je suis en pleine forme…

L’accessibilité, au sens physique du déplacement dans l’espace, est la capacité à accéder à un lieu, en fonction de moyens techniques et financiers, d'un état ou d'une situation personnelle, de l’organisation des transports, de la disponibilité d'infrastructures, d’équipements adaptés… L’accessibilité des transports est aussi une exigence sociale et réglementaire. La loi Handicap de 2005 la définit comme la possibilité pour tous d’accéder aux systèmes de transport. Elle impose en particulier que soit aménagé l’intégralité de la chaîne du déplacement pour les personnes à mobilité réduite. On parle aussi d’accessibilité pour un territoire : c’est dans ce cas un facteur majeur d’attractivité. chiffres clés Plus de 130 000 véhicules/jour : c’est le trafic sur le périphérique nantais les jours de forte affluence sur les parties les plus empruntées 84 000 actifs viennent chaque jour de l’extérieur travailler dans l’agglomération L’agglomération nantaise compte 6 331 personnes bénéficiant de l’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH) en 2015, l’ensemble du matériel roulant et des points d’arrêts du réseau TAN seront accessibles aux personnes en situation de handicap et aux personnes à mobilité réduite (schéma directeur d’accessibilité des transports collectifs de Nantes Métropole). On considère que 10 à 30  % (selon la définition) de la population de l’agglomération nantaise sont des personnes à mobilité réduite, soit au minimum 60 000 personnes.

44

éléments de débat Dans une métropole, l’accessibilité se mesure sous de multiples dimensions. Elle dépend de la facilité des déplacements, et donc de l’offre de transports collectifs mais aussi de la fluidité des modes individuels : voiture, deux-roues. La dégradation de la circulation sur le périphérique peut ainsi remettre en cause l’accessibilité de l’agglomération nantaise à certaines heures… alors même que l’aménagement routier peut s’opposer aux objectifs de la « mobilité durable ». Au sein de la métropole, l’accessibilité des personnes à mobilité réduite (personnes en situation de handicap, femmes enceintes, poussettes…) aux transports collectifs est impérative. Quel est le niveau global d’accessibilité aux services, publics ou privés, dont a besoin la population dans son ensemble  ? L’aménagement de l’espace public permet-il de concilier toutes les formes de mobilité  ?


pistes de reflexion

… la métropole nantaise devenait un cul-de-sac  ?

la métropole nantaise était le carrefour de l’O uest de l’Europ

e  ? et si … conséquences … il fallaitdemielauxcroigérssaner les ce que le déclin  ? … nous comprenions que nous somme des personnes à mobilité réduit e ?

s tous potentiellement

… on ne pouvait plus accéder en voiture dans la mét

ropole  ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Aéroport, centre-ville, déplacement, embouteillage, environnement, étalement urbain, migration domicile-travail, périphérique, périurbain, pont, santé, train, vélo, voiture…

a lire aussi

En exclusivité sur

45


Accession à la propriété Home sweet home !

Devenir propriétaire de son logement est un souhait largement partagé. Or, face à la flambée des prix de l’immobilier, et malgré la baisse des taux et les aides diverses, certains ménages ont du mal à tenir leurs échéances de remboursement d’emprunt qui peuvent s'étaler jusqu’à 25 ou 30 ans. Et le véritable enjeu pour les plus modestes est celui du logement, pas celui de la propriété. chiffres clés

éléments de débat

À Nantes Métropole 8 800 ménages achètent un logement chaque année, dont 15 % un logement neuf. En 10 ans, les prix des maisons anciennes ont été multipliés par plus de 2 : passant de 105 950 en moyenne à 217 900 euros Nantes Métropole Evolution des prix de l'immobilier et des revenus des habitants (base 100 : 1997) 1 2

3

Tous propriétaires, « un toit pour tous »  : deux doctrines qui s’opposent   ? En tout cas, il n’est pas facile de maintenir les conditions d’une accession à la propriété abordable dans une grande agglomération. Aujourd’hui, l’achat d’une maison représente sept années de revenus d’un ménage, contre trois années en 2000. Localement, comment peut-on vraiment aider à l’accession, quelles expérimentations sont possibles (auto-construction, assouplissement des réglementations) pour faire baisser les prix, comment créer des logements plus abordables  ? 1 Maisons anciennes 2 Appartements neufs 3 Revenu des habitants

… les prix retrouvaient leur niveau d’il y a 10 ans  ? occupe ? on était tous propriétaires du logement qu’on

… être locataire était plus séduisant

… on devait s’endetter sur

qu’être propriétaire ?

pistes de reflexion

et si …

plusieurs générations pour devenir propriétair es de son logement  ?

a lire aussi

46

Ailleurs dans l’abcd'ère Appartement/maison, budget des ménages, centre-ville, étalement urbain, construction de logements, habitat, logement social…


Actif Tout le monde est actif car tout le monde agit !

Selon l’Insee, et selon le Bureau international du travail, la population active regroupe la population active « occupée » (ceux qui ont un emploi) et les « chômeurs » (qui n’ont pas d’emploi et en cherchent un). chiffres clés

éléments de débat

Sur le territoire de Nantes Métropole, on compte aujourd’hui 280 300 actifs. Ce nombre a progressé de + 1,2 % par an entre les deux derniers recensements, deux fois plus vite que la population. En 2007, 71 % des 15-64 ans sont actifs (68 % en 1999) 74 % des hommes et 68 % des femmes sont actifs. Chez les 15/24 ans, 30 % travaillent  ; 82 % chez les 25-54 ans  ; 41 % chez les 55-64 ans.

pistes de reflexion

et si …

La notion même de population active est en question. De forts phénomènes démographiques et sociologiques sont à l’œuvre : départ à la retraite des générations du baby boom, jeunes qui arrivent plus tard sur le marché du travail, âge du départ à la retraite tendant à être repoussé… la part des retraités actifs va augmenter de façon importante dans les prochaines années. Les évolutions montrent que le concept de population active colle mal avec l’organisation réelle de la société.

… le revenu n’était plus lié au travail  ?

… les jeunes entraient plus tôt sur le marché du trav

… le départ à la retraite se faisait par étape  ?

ail  ?

foyer et les bénévoles étaient … les femmesmeauactif s  ? comptés com

ation, on alternait travail, form … des , année sabbatique, tout au long étu de la vie  ?

… la frontière entre le travail et le non-travail éta

it toujours plus floue  ?

a lire aussi Ailleurs dans l’abcd'ère Chômage, emploi, croissance démographique, retraité, revenu…

En exclusivité sur

47


Aéroport Port aérien

Un aéroport est un ensemble de piste(s), bâtiments, équipements et parkings nécessaires au trafic des avions et de leurs passagers. L'aéroport de Nantes Atlantique existe depuis 1932. Son transfert à Notre-Dame-des-Landes est prévu pour 2017.

chiffres clés

éléments de débat

Aéroport de Nantes Atlantique : 2 700 000 passagers en 2009 Le fret avionné a atteint 8 000 tonnes en 2009 Actuellement, 50 % des vols à l’atterrissage survolent le centre ville de Nantes. Nombre de destinations directes régulières en 2009 : 41

pistes de reflexion

et si …

Même si la métropole doit être reliée rapidement à l’Europe et au monde par l’avion, le déplacement de l’aéroport actuel nécessite des réflexions approfondies : - sur l’impact du nouvel équipement et son intégration dans la métropole, ses liaisons avec les grands équipements (la gare, la cité des congrès…), - sur l’avenir du site actuel à Bouguenais, - sur la connexion, notamment ferroviaire, du futur aéroport du Grand Ouest à l'échelle des deux régions Bretagne et Pays de la Loire.

… les avions polluaient moins  ?

ait comme grande la métropole nantaise s’impos … tina  ? ique rist tou tion des

… Les compagnies aériennes affrétaient

des trains  ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Accessibilité, énergie, aménagement du territoire, agriculture, équipement, international, touriste, vacances …

a lire aussi

En exclusivité sur

49


Agriculture Hier, tout le monde avait un grand-père paysan. Et aujourd’hui ?

Activité économique ayant pour objet la transformation et la mise en valeur du milieu naturel afin d’obtenir les produits végétaux et animaux utiles à l’homme, en particulier à son alimentation. Filière complète et complexe, l’agriculture est faite d'exploitants agricoles, d’ouvriers agricoles, de saisonniers, de sièges d’exploitation, de productions… Avec un fort paradoxe : avec seulement 4 % des actifs de Nantes Métropole, l’agriculture occupe un tiers du territoire de l'agglomération. Au-delà de sa définition « économique », l’agriculture structure le territoire sur plusieurs dimensions : le paysage, l’identité, l’environnement, les loisirs…

éléments de débat Longtemps utilisé comme simple variable d’ajustement du développement urbain, l’espace agricole et naturel est aujourd’hui considéré comme une « infrastructure naturelle ». Il est une composante essentielle de l’armature verte de la ville, un espace à préserver, dans une stratégie globale d’économie d’espace et de renouvellement urbain qui doit s’affirmer. Quelles limites à la ville  ? L’agriculture, activité économique, a besoin de lisibilité pour investir et fonctionner. La ville doit donc conforter des espaces agricoles pérennes, à un horizon d’au moins 20 ans. Le traitement urbain des limites de la ville est posé. Elément de valorisation comme peut l’être un front de mer, cette lisière est-elle à traiter comme un littoral  ?

50

chiffres clés Espace agricole : 17 000 ha  ; 31 % du territoire de Nantes Métropole 68 agriculteurs de l’agglomération identifiés comme producteurs en vente directe Quel rôle pour les habitants  ? La forte demande de produits locaux exprimée par les consommateurs permet d’espérer un développement conséquent de l’approvisionnement alimentaire en circuits courts. Un phénomène a priori positif dans un contexte de recherche d’amélioration du bilan carbone et d’attachement aux valeurs du terroir et à l’identité du territoire. Cependant, ce type de production n’occupera pas tout l’espace agricole de l’agglomération.


pistes de reflexion

et si … …

ent urbain consommait tout … leacedévagrelopicolpem e  ? l’esp

l’espace agricole devenait, faute d’a ulteurs, un vaste parc entrete nu par la collectivitégric  ? nourrir ses habitants  ? la métropole nantaise parvenait à

l’espace agricole éta réellem ent considéré comme l’armature naturelle duitterr itoire  ?

…l’agriculture était un nouveau gisement d'emploi

s  ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Actif, alimentation, commerce, emploi, économie sociale et solidaire, environnement, trame verte et bleue…

a lire aussi

En exclusivité sur

51


Aîné Les seniors de 2030 sont les quadragénaires triomphants de 2010, juste un peu plus mûrs...

Dans le langage courant, les aînés sont des personnes d’un certain âge, plus ou moins avancé... qui se situe autour de l’âge (fluctuant) de la retraite. Et tout dépend du point de vue... Pour les « jeunes » de moins de 25 ans, l’aîné a 50 ans. Mais si vous posez cette même question aux soi-disant aînés de 50 ans, ils vous répondent avec précision « 62 ans ». L’âge est une question sensible, semble t-il. éléments de débat

chiffres clés Aujourd’hui, l’agglomération nantaise compte 107 400 personnes âgées de 60 ans et plus, dont 10 700 ont plus de 85 ans. D’ici 2030, le nombre de personnes de plus de 60 ans devrait s’accroître de 64 500 unités. Nantes Métropole Projection de la population des 60 ans et + à l'horizon 2030 60 ans à 74 ans

75 ans à 84 ans 85 ans et plus

En France, on a tendance à parler des aînés ou des seniors comme d’une catégorie à part, dont personne ne ferait vraiment partie. Pourtant, l’augmentation très sensible du nombre de personnes de 60 ans et plus à l’horizon 2030, due à l’allongement de l’espérance de vie et à l’arrivée à 60 ans de générations nombreuses, va bouleverser la structure de la société. Tout en étant inéluctable, ce bouleversement peut être une opportunité, tant économique, culturelle que sociale. Quand on parle de « vieillissement de la population », on entend souvent en écho le problème de la dépendance des personnes âgées… Rappelons qu’à l’âge de 90 ans, seulement 40  % des femmes et 20  % des hommes sont dépendants.

… le rôle des aînés auprès des enfants …

se développait de plus en plus

s ? on écoutait davantage les aîné

… on avait tous envie de vieillir ?

… on accueillait nos aînés chez nous ? a lire aussi

52

pistes de reflexion

et si …

Ailleurs dans l’abcd'ère Actif, construction de logements, famille, isolement/solitude, jeune, marche, santé, solidarité, vie sociale de quartier…


Air « Atmosphère, atmosphère …» Arletty

L’air est un mélange inodore et incolore de gaz, constituant l’atmosphère de la Terre. Une définition restrictive, qui ne suffit pas à expliquer que l’air est indissociable de la notion de cadre de vie. Inodore et incolore… des qualificatifs pas vraiment adaptés en ville où se mélangent aux gaz d’échappement une multitudes d’odeurs, de parfums et de rejets gazeux divers, jusqu’à la pollution : ozone, monoxyde ou dioxyde d’azote, monoxyde de carbone, poussière fine… chiffres clés 307 jours pendant lesquels la qualité de l'air a été bonne en 2009 à Nantes (chiffre le plus élevé parmi les grandes métropoles françaises)

pistes de reflexion

et si …

Un réseau de neuf sites de mesure est implanté dans l’agglomération nantaise : 2 sites de mesures « périurbains », 4 sites de mesures « urbains », 3 sites de mesures « trafic ».

… notre chance était l'estuaire de la Loire  ? … nous adoptions tous le masque anti-pollution  ?

… l'agglomération nantaise devenait und’ae irstaputior  ?n

… une pollution atmosphérique maj…eure touchait

l’agglomération  ?

Nantes était reconnue pour la qua

lité de son air  ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Déplacement, écoquartier, empreinte écologique, estuaire de la Loire, forêt urbaine, plan climat, pollution, risque naturel et technologique, santé, touriste, trame verte et bleue, voiture…

a lire aussi

En exclusivité sur

53


Alimentation Faut-il vivre pour manger ou manger pour vivre ? en tout cas il faut alimenter… les débats

L’alimentation est l’activité humaine qui consomme le plus d’énergie tant en ressources qu’en travail. Le marché de l’alimentation est une réalité économique de premier ordre tant en termes de production (maraîchage, polyculture-élevage, pêche, conchyliculture…), de transformation (industries agro-alimentaires, restauration…) ou de distribution (transport, hypermarché, petit commerce de détail …). chiffres clés

éléments de débat L’émergence d’une nouvelle demande, notamment citadine, façonne-t-elle un nouveau modèle agricole (associations pour le maintien d'une agriculture paysanne, vente directe, circuits courts…)  ? Et quelles conséquences pour l’agglomération nantaise et l’agriculture départementale, notamment périurbaine ? Pour le lait, la viande bovine et le porc (et sans parler du maraîchage), l’agriculture produit plus que ce qu'on ne consomme dans le département ! Et pourtant les produits en provenance de l’étranger (mais à moindres coûts) sont fortement présents dans notre alimentation. Comment vraiment favoriser la proximité ? Nos modes de vies modifient notre alimentation. Ainsi, dans les grandes agglomérations, la tendance est au grignotage dans la voiture, au travail, dans la rue ou les transports en commun, pour la plus grande joie de la restauration rapide : boulangeries, fast-foods, traiteurs, boutiques disposant

d'un coin-café... On estime que 32 % de la population prend son repas de midi sans se mettre à table.

… la métropole produisait les aliments qu'elle consomme  ?

le bio était accessible à tous  ?

… le bio deve nait incontournable alimentation  ? dans notre

a lire aussi

54

La part de l'alimentation dans le budget des ménages (18  %) est quasi équivalente à celle consacrée aux transports. Mais cette part cache de réelles disparités. Ainsi, pour de nombreux foyers modestes, elle peut être bien supérieure (de 20 à 25 %). A titre de comparaison, le budget des ménages consacré à l’alimentation est de 41 % au Maroc. 50 Associations pour le maintien d'une agriculture paysanne (AMAP) sur l’agglomération nantaise. Loire-Atlantique  : 1er département français pour le foncier agricole bio 1 prix Charles Monselet pour récompenser les bonnes tables de la métropole nantaise

pistes de reflexion

et si …

Ailleurs dans l’abcd'ère Agriculture, budget des ménages, eau, paysage, transport, aménagement du territoire, actif, pollution…


Aménagement du territoire « C'est la recherche dans le cadre géographique de la france d'une meilleure répartition des hommes en fonction des ressources naturelles et des activités économiques » Eugène Claudius-petit

Comment organiser les activités humaines, les équipements, les moyens de communication sur un espace, en prenant en compte toutes les contraintes et les qualités de cet espace ? L’ aménagement du territoire répond à cette question. Il sous-entend que l’on ait une vision prospective et stratégique. L’échelle de réflexion et d’aménagement peut être nationale, européenne, régionale, départementale, métropolitaine. A l’échelle de la commune, on quitte l’aménagement du territoire pour passer à l’urbanisme. éléments de débat Nantes Métropole travaille son positionnement à toutes les échelles dans son espace départemental, régional, dans le Grand Ouest, en France, en Europe. Après le rapprochement de Nantes et de SaintNazaire, les rapprochements avec Rennes mais aussi Brest et Angers constituent des

pistes de reflexion

et si …

échelles à explorer dans une vision partagée de l’aménagement des territoires. A une autre échelle, l’amélioration des liaisons ferroviaires vers Lyon, Bordeaux et l'Europe du Sud constitue un autre enjeu majeur d’aménagement du territoire.

… on mettait en place une réflexion prospe

est ? e de l’aménagement du Grand Ou

et stratégiqu

Ailleurs dans l’abcd'ère Aéroport, Bretagne, estuaire de la Loire, empreinte écologique, gros mot administratif…

ctive

a lire aussi

En exclusivité sur

55


Appartement Maison « Toit, toi, mon toit »

Un appartement est une habitation dans un immeuble collectif. On l’oppose souvent à la maison qui, elle, est considérée comme habitat individuel. Et entre les deux, est apparu depuis quelques années l’habitat intermédiaire. Ni appartement, ni maison, mêlant les principes de « petit collectif » et d’espaces partagés… Le seul moyen d’arriver à le définir est d’aller le visiter. éléments de débat En décalage avec la réalité de la construction, le logement idéal de 80 % des ménages de l’agglomération reste la maison avec jardin. L’appartement ne séduit que 20  % de la population. Pour réagir à un tel écart, il faudrait imaginer de nouvelles formes d’habitat, afin de proposer des logements qui correspondent à la fois au désir de maison individuelle et aux enjeux collectifs de maîtrise de l’étalement urbain. Une agglomération plus dense permet de gérer l’offre de services à la population, dont l’organisation des transports.

chiffres clés 57 % des logements de Nantes Métropole sont des appartements, 43 % sont des maisons, Depuis 2000, 72 % des logements construits sont des appartements.

pistes de reflexion

… tous les appartements avaient un jardin  ?

et si …

… on ne construisait que des tours  ? … on empilait des maisons avec jardins  ?

… l’appartement devenait le logement idéal des Fran

çais  ?

a lire aussi

56

Ailleurs dans l’abcd'ère Accession à la propriété , architecture, budget des ménages, construction de logements, écoquartier, forme urbaine, habitat, mobilité résidentielle…


Architecture De l’architecture baroque à l’architecture contemporaine, de l’ architecture vernaculaire à l’ architecture du prince, de l’architecture protectrice à l’architecture tape à l’œil, du pavillon sur catalogue à l’immeuble haussmannien, de l’auto-construction à l’ architecte roi, de l’art du concevoir à la science de bâtir…

L’architecture est présente au quotidien et partout dans la ville : elle est une notion difficile à cerner car elle peut être tout et son contraire. Des façons de « faire » l’architecture, il y en a beaucoup, et pour tous les goûts. Dans tous les cas, l’architecture se définit par des notions d’espace, d’usage, de forme, de symbolique et de construction.er Vitruve, architecte romain du 1 siècle avant Jésus Christ, résumait l’architecture en trois concepts : « beauté - solidité - utilité ». éléments de débat - Entre technique, contexte économique, réglementation… quelle liberté d’inventer ? - La meilleure architecture est-elle celle qui se voit ou celle qui ne se voit pas ? - Entre architecture internationale et architecture régionaliste doit-on choisir ? - Quelle est la bonne couleur en architecture ?

pistes de reflexion

et si …

… on enseignait l’architecture dès l’école primaire

… l’architecture devenait virtuelle ?

 ?

… l’architecture devenait intemporelle ?

… tout était permis en architecture ? … l'agglomération nantaise était reconnue dans

pour la qualité de ses bâtiments

 ?

le monde entier

Ailleurs dans l’abcd'ère BTP, construction de logements, créativité, culture, écoquartier, équipement, espace public, forme urbaine, habitat, lieu de mémoire, paysage, projet urbain, qualité de vie, renouvellement urbain, touriste…

a lire aussi

En exclusivité sur

57


Association « Le rassemblement des citoyens dans des (…) associations (…) est une condition nécessaire au fonctionnement de toute société civilisée bien structurée. » Vaclav Havel

Société de personnes de droit privé dont l'objet social ne doit être ni commercial ni lucratif. Les champs couverts par le monde associatif sont vastes : loisirs, culture, éducation, social… Les associations font partie, avec les coopératives et les mutuelles, des formes sociétales de l'économie sociale et solidaire qui ont en commun de participer à la vie économique sans rechercher le profit. Le terme recoupe une très large diversité de situations : organisations non gouvernementales, associations reconnues d’utilité publique, associations de défense d’intérêts particuliers, associations d’anciens élèves… chiffres clés Sur Nantes Métropole : Plus de 10 000 associations 141 000 bénévoles, soit environ 9 400 équivalents temps plein, 24 000 salariés.

pistes de reflexion le modèle l’association étaitdom inant ? e iqu nom éco

et si …

… les bénévoles étaient considérés com

me des actifs ?

… les associations étaient un contre pouvoir ? … les associations devenaient de plus en plus forc

e de proposition ?

a lire aussi

58

Ailleurs dans l’abcd'ère Economie sociale et solidaire, loisir, partage, solidarité, vie sociale de quartier, vie citoyenne…


Biodiversité La biodiversité, c’est la vie ! Si ce terme n’est grand public que depuis le Sommet de la Terre à Rio en 1992, il recouvre à la fois une priorité évidente de l’action publique et une urgence… vitale.

La biodiversité représente la diversité des êtres vivants et des écosystèmes : la faune (les animaux), la flore (les plantes) et les milieux (océans, forêts, prairies…). On évalue ainsi la biodiversité à trois niveaux : la diversité génétique au sein de chaque espèce, la diversité des espèces dans les écosystèmes, la diversité des écosystèmes. éléments de débat « Si les abeilles disparaissaient de la surface du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre. » (A.Einstein) La perte de biodiversité est un appauvrissement du patrimoine génétique, faisant même peser un risque sur les conditions de notre existence. Une grande agglomération, générant consommation d’espace et activités génératrice de CO2, ne peut s’exonérer de ce débat. L’emblématique protection de la fritillaire pintade, du râle des genêts ou de l’angélique des estuaire de la Loire, de même qu’une forte présence de la nature en ville, ne peuvent suffire. Il faut inventer un développement métropolitain qui assure le respect de la biodiversité. La lutte contre les espèces invasives est un véritable enjeu et doit trouver un relais auprès de chaque habitant.

chiffres clés 13 000 ha d’espaces protégés dans l’agglomération nantaise, 193 espèces animales protégées dont 15 espèces rares ou menacées sur le territoire de l’agglomération, 127 plantes rares ou menacées, 47 protégées, 4 Sites Natura 2000, 33 Zones naturelles d’intérêt écologique, faunistiques et floristiques (ZNIEFF), 4 Zones importantes pour la conservation des oiseaux (ZICO), A l’échelle mondiale, 23 % des mammifères, 32 % des amphibiens, 12 % des oiseaux sont actuellement menacés d’extinction.

… nos jardins étaient des hauts lieux de la biodiversité  ?

interdisait … l’urbanisme decerdemtaiain nes espèces  ?

pistes de reflexion

et si …

… plus aucun espace n’était protégé  ?  ? … chaque citoyen se préoccupait des espèces invasives (jussie, myriophylle) … au contraire l’urbanisme obligeait la présence de certaines espèces  ? a lire aussi

60

Ailleurs dans l’abcd'ère eau, écoquartier, empreinte écologique, énergie, environnement, espace public, étalement urbain, forêt urbaine, trame verte et bleue…


Bonne idée oubliée Le tramway était ringard… avant de redevenir incontournable ! Avons-nous d’autres bonnes idées à remettre au goût du jour ?

Après la deuxième guerre mondiale, place au tout-voiture, Nantes avait oublié le tramway. Au début des années 1980, elle l’a remis sur les rails, pour devenir aujourd’hui la troisième agglomération française pour la fréquentation de transport collectif (après Paris et Lyon).

pistes de reflexion

et si …

Transport, habitat, services, commerce… Au delà des modes et des tendances, il faut peut-être fouiller notre mémoire collective pour retrouver de vieilles façons de faire qui ne seraient pas si bêtes aujourd’hui.

… on habitait sur les ponts  ?

… on recréait la Venise de l’Ouest  ?

… on redonnait vie au Transbordeur  ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Aménagement du territoire, jardin familial, lieu de mémoire, renouvellement urbain, vie sociale de quartier, voiture autrement…

a lire aussi

En exclusivité sur

61


Bretagne Naoned, objet de polémique depuis François II

Région administrative et culturelle de l’Ouest de la France.

éléments de débat La Loire-Atlantique et Nantes font historiquement partie de la Bretagne, détachées d’elle par un acte administratif. Pour autant, Nantes est depuis devenue capitale des Pays de la Loire, région qui peine à affirmer une identité alors qu'en parallèle le débat sur le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne revient régulièrement sur le devant de l'actualité. Certains en Loire Atlantique peuvent estimer que l’affirmation de l'identité bretonne la rendrait plus visible, en particulier à l’étranger. En parallèle, les coopérations métropolitaines le réseau Loire-Bretagne où coopèrent Nantes, Saint-Nazaire, Rennes, Angers et Brest -, atténuent ces clivages. Pour Nantes, l'enjeu est de concilier un sentiment d’appartenance culturelle au monde

dates et chiffres clés 1532 : la Bretagne est une « province réputée étrangère » unie à la France. 1790 : division de la Bretagne en cinq départements, dont la Loire inférieure. 1956 : création des Pays de la Loire avec rattachement de la LoireAtlantique. 8 % des habitants de Nantes Métropole sont nés en Bretagne. breton, sa vocation ligérienne, sa tradition portuaire et d'ouverture au monde avec une volonté assumée d'être le moteur de tout le Grand Ouest.

… une région Grand Ouest était créée  ? …

pistes de reflexion

et si …

éral  ? la France devenait un Etat féd la question du rattachement n’avait plus d’imp ortan

ce  ?

… Rennes et Nantes ne formaient qu’une seule métropole  ? a lire aussi

62

Ailleurs dans l’abcd'ère Grand Ouest, identité nantaise, lieu de mémoire, Loire-Atlantique, Pays de la Loire, touriste…


BTP Quand le bâtiment va, tout va ?

BTP est un sigle qui désigne le Bâtiment et les Travaux Publics. Il regroupe toutes les activités de mise en œuvre ou d’installation de chantier pour des travaux neufs, de rénovation, de réparation ou de maintenance. Il inclut la construction de bâtiments (maisons, immeubles, bureaux, établissements d’entreprises…) et d’infrastructures (routes, équipements, digues…). chiffres clés

éléments de débat Le BTP est un secteur économique important, notamment en matière d’emploi, singulièrement pour des métiers ne nécessitant pas obligatoirement un niveau élevé de qualification. Ce secteur dépend beaucoup de l’investissement public, et en particulier des collectivités locales.

pistes de reflexion

et si …

Le BTP à Nantes Métropole 9 % des établissements économiques 6 % des emplois salariés (et ce secteur comprend aussi une part importante d’entreprises sans salarié) 21 % : taux de création d’entreprises dans le secteur en 2009 (19 % à l’échelle nationale) 1 Pôle Génie Civil Ecoconstruction destiné à faire émerger des projets innovants en direction des marchés de la construction par la collaboration des établissements d'enseignement supérieur, de laboratoires et d'entreprises.

les se réduisa la demande des collectivités loca …faço  ? nte orta n imp

it

de

… le BTP manquait très fortement de main d’œuvr

… le BTP était de plus en plus à la pointe

e  ?

de l'innovation  ?

entales donnaie … les nouvelles normes envnouironvelnem élan au secteur du BTP  ? nt un

Ailleurs dans l’abcd'ère Actif, catégorie socioprofessionnelle, construction de logements, écoquartier, équipement collectif, emploi, forme urbaine, habitat, pont, tramway…

a lire aussi

En exclusivité sur

63


Budget des ménages Dans notre civilisation, il devient presque inévitable de vivre à crédit, notamment chez les jeunes ménages. Même s’il peut paraître théoriquement absurde de s’endetter pour satisfaire des besoins imposés par la société de consommation. De fait, s’éloigne la sereine gestion du budget « en bon père de famille »…

Mot anglais inspiré de l’ancien français « bougette » (qui désigne, au Moyen Age, le sac servant de porte-monnaie pendu à la ceinture), le budget des ménages désigne aujourd’hui le « panier » des dépenses de consommation des familles. En 1960, l’alimentation est reine dans les dépenses des Français. En 1970, c’est la voiture qui s’installe « durablement »… En 1980, le soda et d’autres innovations alimentaires font leur apparition. En 1990, c’est l’arrivée des consoles de jeu et du téléphone portable… Depuis 2000, internet et ordinateurs, lecteurs Mp3 et autres « smart phones » envahissent les foyers français. Le poste « loisirs » grandit sans cesse. Avec la production et la consommation de masse mais aussi avec le rythme accéléré de l’innovation technologique, les besoins et les habitudes de consommation des ménages évoluent. Certains produits et pratiques se sont « démocratisés ».

En même temps, de nouveaux champs de dépense se créent et bouleversent la structure des budgets familiaux. La structure des dépenses d’un ménage varie selon les revenus dont il dispose. Pour un ménage aisé, le poste « logement » représente un poids moins important que pour un ménage modeste, même si le montant dépensé est supérieur. De même, les ménages ne sont pas égaux face aux dépenses énergétiques. Elles pèsent plus fortement sur le budget des familles modestes, qui occupent souvent un logement moins performant énergétiquement.

France Répartition du budget des ménages selon les postes de dépenses

1

2

3

4

5

6

7

8

1 Alimentation 2 Habillement et chaussures 3 Logement 4 Santé 5 Transport 6 Communication 7 Education, loisirs et culture 8 Autres biens et services

64


pistes de reflexion

et si …

… lefoislectplueurs  ?DVD coûtait 2 euros, et la baguette dix

… le plus cher dans la maison c'était la voiture  ?

… le coût de l’alimentation empêchait d’accéder aux loisirs  ?

…le coût des loisirs empêchait de bien se nourrir  ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Accession à la propriété, alimentation, classe sociale, loisir, revenu, ségégation urbaine, touriste, vacances…

a lire aussi

En exclusivité sur

65


Catégorie socioprofessionnelle Oubliés les ouvriers et les artisans dans la métropole ? Si on s’en tient aux Catégories socioprofessionnelles (CSP), qui mêlent les notions d’activité et de revenu, l’agglomération nantaise a une population active diversifiée.

Le classement de la population française, réalisé par l’Insee, désigne différentes catégories socioprofessionnelles, les CSP (depuis 1982, l’Insee préfère le terme de PCS, professions et catégories socioprofessionnelles). Un classement discuté : social, pourquoi pas  ? Professionnel, sans doute. Mais socioprofessionnel, qu’est-ce que cela veut dire  ? C’est en fait une manière de regrouper les professions en grandes catégories de professions. Dans son niveau le moins détaillé, elle comporte six catégories : Agriculteurs exploitants  ; Artisans, commerçants et chefs d’entreprise  ; Cadres et professions intellectuelles supérieures  ; Professions intermédiaires  ; Employés  ; Ouvriers. chiffres clés Par rapport à la moyenne française, le territoire de Nantes Métropole a des spécificités : une part de cadres et de professions intermédiaires plus importante (48 % contre 40 %), une proportion d’employés identique (28 %),

une part d’ouvriers (19 % contre 24 %), d’agriculteurs exploitants et d’artisans, commerçants, chefs d’entreprise plus faible. Les cadres et les professions intermédiaires ont progressé fortement ces dernières années, les autres catégories restant stables, contrairement à certaines autres grandes métropoles où elles diminuent.

Nantes Métropole

Evolution de la population active par catégorie socio-professionnelle

1

2

3

4

5

6

1 Agriculteurs exploitants 2 Artisans, commercants, chefs d'entreprise 3 Cadres et professions intellectuelles supérieures 4 Professions intermédiaires 5 Employés 6 Ouvriers

66


éléments de débat L'évolution des modes de production a fortement réduit le nombre d'agriculteurs et le développement du secteur des services (« tertiaire ») a entraîné une forte augmentation des professions intellectuelles et intermédiaires. Ce mouvement va-t-il se poursuivre, dans la métropole nantaise comme ailleurs  ? En effet, à la différence d’autres territoires, le nombre d’employés et d’ouvriers reste stable dans l’agglomération.

… Les cadres désertaient l'agglomération ?

eloppait encore … l’activis l’ag té industrielle et artisanale se dév glomération ? plus dan

pistes de reflexion

et si …

Nantes Métropole était l'agglom ération la plus diversifiée  ?

ération il n’y avait plus que … dans l’agglom des cadres et des cols blancs  ?

… les artisans désertaient l’agglomération  ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Actif, agriculture, chômage, classe sociale, commerce, famille, emploi, retraité, revenu, travail atypique…

a lire aussi

En exclusivité sur

67


Centre ville Le centre-ville est le lieu de tous les possibles, de toutes les rencontres…

Aller en ville est synonyme, à l’adolescence, d’émancipation, d’accès et d’ouverture sur le monde. Les centresvilles constituent, pour nos territoires, des lieux d’exception parce qu’ils rassemblent sur un espace restreint l’ensemble des fonctions essentielles à la vie de la cité, le « patrimoine urbain » au sens large. Cœurs de la vie urbaine, les centres-villes sont fédérateurs des territoires. Ils possèdent le potentiel pour être les hauts lieux de la vie sociale, en permettant la rencontre et l’échange. L’agglomération nantaise est organisée autour de nombreux centres  : au centre-ville de Nantes, d’influence régionale/européenne, s’ajoutent les centres-villes et bourgs des communes, et les pôles de quartiers indispensables à la vie locale. repères Centre-ville de Nantes 28 000 habitants (10 % de la population de Nantes – 5 % de la population de Nantes Métropole) 46 % de la population a entre 15 et 29 ans. 19 100 logements (12 % des logements de Nantes) 35 000 emplois salariés (près de 25 % des emplois salariés de Nantes) Le centre-ville de Nantes Il participe au rayonnement de l'agglomération en confortant sa dimension européenne. Il associe un ensemble de fonctions (pôle de soin et de santé, fonction administratives, commerciales, patrimoniales, architecturales, culturelles, touristiques, événementielles…) et rassemble donc des équipements structurants au-delà de l'échelle métropolitaine  : Château, musées, Lieu Unique, Théâtre

68

Graslin, Préfecture, Hôtel de région, CHU, Cité internationale des Congrès, Institut d'Etudes Avancées, Machines de l'Ile… L’attractivité régionale du pôle centre s’appuie évidemment sur une offre commerciale diversifiée dont les points forts sont l’équipement de la personne, le bien-être et la culture/loisirs. Plus de 75 centres-villes , bourgs et pôles de quartier Ils assurent un maillage fin du territoire métropolitain et constituent, pour les communes et quartiers, des lieux de vie, d’animation et de services favorisant le lien social. Ces pôles mixent habitat, équipements, services et un nombre minimum de commerces traditionnels associés ou non à une moyenne surface de type supermarché ou supérette. Ils répondent principalement aux besoins de la vie quotidienne des populations résidantes, et parfois d’une clientèle d’itinéraire. Le point d’orgue de la vie locale peut être associé à un marché hebdomadaire.


éléments de débat Le paradoxe du temps en centre-ville. Comment rendre le centre ville vivant toute l'année tout en respectant les temps collectifs de repos comme les dimanches et jours fériés  ? Un accès nécessaire mais pas si évident. Les centres-villes possèdent le potentiel caractéristique de la ville durable en associant

pistes de reflexion

les différentes fonctions urbaines, dans des espaces de proximité denses. Il est donc nécessaire d’en conforter la vitalité et l'adaptation à la vie quotidienne, tout en y assurant l’accès au plus grand nombre. Pôles de proximité : de nouveaux équilibres. Comment faire pour que les pôles de quartier soient fréquentés par l'ensemble de la population  ? Leur pérennisation est en effet une réponse à l'enjeu du vieillissement de la population.

… Atlantis devenait le centre-ville de l’agglomérat

ion  ? et si … mération  ? … on venait de Londres pour flâner dans le centre-ville de l’agglo … le piéton était prioritaire dans les centres

-villes  ?

me les autres ?

… le centre-ville de Nantes devenait un quartier com

a lire aussi

Ailleurs dans l’abcd'ère Accessibilité, commerce, dimanche, emploi, équipement collectif, espace public, habitat, services, temps de la ville, vie sociale de quartier, ville la nuit…

En exclusivité sur

69


Chômage A l'évidence, personne ne s’habitue jamais à n’avoir ni travail, ni argent, ni reconnaissance sociale… Depuis 35 ans, le chômage fait pourtant partie de notre paysage quotidien.

Le chômage désigne une période d’interruption du travail pendant laquelle une personne est privée d’emploi. Plusieurs formes de chômage… relevant de causes différentes : Conjoncturel : contexte économique défavorable Structurel : évolution des organisations des entreprises Technologique : nouvelles technologies remplaçant les savoir-faire de l’homme Frictionnel : de durée généralement courte, lié au passage d’un emploi à un autre Inadéquation : les emplois des entreprises ne correspondent pas aux compétences de la main d’œuvre locale Technique : baisse d’activité momentanée… éléments de débat

chiffres clés

Depuis le choc pétrolier des années 1970, le chômage s’est installé dans la société française. Il a reculé parfois au fil d’actions politiques volontaristes ou de périodes de croissance, mais sans jamais retomber au-dessous de 7 % de la population active. Il s’est ainsi installé en particulier dans les villes, où l’attractivité économique attire la population, et touche durement certains publics : les jeunes et les seniors, mais aussi, dans une moindre mesure, les femmes. … le chômage était éradiqué

Au 1er janvier 2010, l’agglomération nantaise comptait 43 200 chômeurs dont 26 700 de catégorie A (les demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, sans emploi). En 1 an, le nombre de chômeurs de catégorie A a progressé de + 23 % sur l’agglomération (+ 27 % en Loire-Atlantique).

 ?

… le chômage était remplacé par un droit à l’activité  ?

… le chômage n’était plus une variable d’ajustement de l’économie  ? a lire aussi

70

pistes de reflexion

et si …

Ailleurs dans l’abcd'ère Actif, emploi, entreprise, exclu, formation, ségrégation urbaine, solidarité, syndicat de salariés…


Classe sociale Entre les classes aisées et les classes populaires, il y a les classes moyennes, avec souvent le sentiment de n’être ni assez riches pour vivre bien, ni assez pauvres pour être aidées.

Il existe autant de définitions de la classe sociale qu’il existe d’historiens, de sociologues, d’économistes... Retenons celle du dictionnaire Larousse  : « ensemble d’individus défini en fonction d’un critère économique, historique, sociologique ». chiffres clés

éléments de débat Derrière la notion de classe sociale apparaît en filigrane les notions de classement et d’inégalités. En France, un certain nombre d’aides relatives au logement, à la famille ou à l’emploi soutiennent les classes les plus modestes face aux difficultés de la vie quotidienne. Par un effet de seuil, une partie de la classe moyenne s’en trouve exclue, avec un risque d'appauvrissement ou de précarisation. Au terme de classe sociale, on associe celui d’ascenseur social, le plus souvent pour en désigner la « panne », l’incapacité pour les enfants d’une classe sociale de prétendre à une classe plus élevée une fois adultes. On parle aujourd’hui de « crainte du déclassement ». Historiquement, une classe sociale se

pistes de reflexion

19 % des ménages de Nantes Métropole ont le sentiment de vivre dans un quartier où habitent plutôt des catégories modestes. 60 % dans un quartier où vivent plutôt des catégories moyennes, 15 % dans un quartier où vivent plutôt des catégories aisées, pour 5 % des ménages, aucune catégorie sociale n’est plus représentée qu’une autre dans leur quartier, 1 % de ne prononce pas. caractérise par une conscience commune, une identité de classe. Qu'en est-il aujourd'hui  ?

ses moyennes l’appauvrissement des clasains …cha ssait des territoires urb  ?

et si … … les on ne classait plus les gens selon leurs revenus  ? glomération  ?

… certaines classes sociales disparaissaient de l’ag

Ailleurs dans l’abcd'ère Actif, budget des ménages, catégorie socioprofessionnelle, chômage, égalité, emploi, logement social, précarité, ségrégation urbaine…

a lire aussi

En exclusivité sur

71


Commerce Nantes a toujours été une cité marchande délibérément ouverte sur le monde et l’échange.

Techniquement, le commerce est une activité professionnelle consistant principalement à acheter pour revendre avec profit. Par extension, le terme désigne aussi le lieu où se pratique l’acte d’achat/vente. On parle de commerce de « gros » lorsqu’une majeure partie du chiffre d’affaires est réalisée auprès d’une clientèle professionnelle, de « détail » lorsque l’activité principale concerne les particuliers. éléments de débat Le commerce de l'agglomération aborde des tournants majeurs, liés aux conditions locales et aux évolutions du secteur. La « centralité commerciale » bouge. Le commerce de centre-ville est concurrencé par les ensembles commerciaux positionnés sur le périphérique, profitant des mouvements de population (étalement urbain, montée de l’habitat périurbain). Quels sont les fonctionnements liés à ces nouvelles centralités commerciales, quelles différences par rapport au centre-ville  ? Les nouvelles formes de commerce. Comment

72

le commerce traditionnel et de proximité peut-il s’adapter à la montée en puissance de nouveaux modes de consommation : achats sur internet (plus de 20 % du chiffre d’affaires dans des secteurs comme la culture ou l’équipement de la personne), émergence des circuits courts de distribution qui rapprochent le consommateur du producteur (Associations pour le maintien d'une agriculture paysanne, vente directe à la ferme)… ? Les services à caractère commercial. La part des services dans le budget des ménages est en forte augmentation : on n’achète plus un téléphone mais des minutes de conversation  ; on n’achète plus sa voiture, on la loue…


chiffres clés Sur la métropole nantaise près d’un établissement sur cinq exerce une activité de commerce. 4 100 points de vente surface commerciale totale : 872 600 m2 2e marché d'intérêt national français

pistes de reflexion

et si …

La densité commerciale pour 1 000 habitants dépasse les 1 500 m2, soit l'équivalent d’un supermarché moyen. Les trois lieux d’achat les plus fréquentés par les habitants de l’agglomération nantaise sont les supermarchés, fréquentés par 63 % des habitants, les centres commerciaux (43 %) et les marchés (39 %).

it remplacé par le commerce de proximité éta … acti icile  ? des vités de services à dom … tout était commandé sur internet  ?

… les hypermarchés devenaient les centres-villes

de demain  ?

le commerce était un ur d'attractivité majeur de l'agglomérationfacte nantaise  ?

… l’achat de services se substituait à l’achat de biens  ?

… les hypermarchés disparaissaient au profit d’en

trepôts  ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Actif, emploi, entreprise, exclu, formation, ségrégation urbaine, solidarité, syndicat de salariés, vacances…

a lire aussi

En exclusivité sur

73


Construction de logements

Décris-moi ton logement, je te dirai qui tu es… Outre que le poste logement est un des plus lourds du budget des ménages, il y a derrière l’appartement ou la maison qu’on possède ou qu’on loue des grandes questions d’image de soi et de vie sociale.

Dès le plus jeune âge, les enfants s’amusent à construire des cabanes. Une fois adultes, ils continuent à le faire « pour de vrai » avec des urbanistes, des architectes, des maçons… Mais là, tout est bien plus complexe. La construction de logements sous-tend de forts enjeux économiques, sociaux et environnementaux . chiffres clés 38 000 logements ont été construits dans l’agglomération depuis 2000 : 72 % d’appartements et 28 % de maisons 41 % occupés par leur propriétaire, 59 % par un locataire (parcs privé et social)

15 600 ménages originaires de Nantes Métropole ont fait construire une maison depuis 2000 en Loire-Atlantique : 39 % sur l’agglomération 61 % ailleurs en Loire-Atlantique

Programme Local de l’Habitat (PLH) de Nantes Métropole pour 2010-2016 : 4 500 à 5 000 logements à construire par an, dont 25 % de logements locatifs sociaux 25 % de logements abordables (locatifs et accession)

74


éléments de débat Le revenu des ménages qui emménagent dans les logements neufs (propriétaires et locataires) est plus élevé que celui de l’ensemble des ménages. Autrement dit, il faut de plus en plus d’argent pour accéder à un logement neuf… La construction de logements doit évidemment être en adéquation avec les besoins et les aspirations des habitants. Mais il faut analyser très précisément ces phénomènes : l’offre de construction doit être adap-

tée à l’évolution des revenus des familles et à leurs parcours de vie. Il ne peut y avoir un seul type de logement construit, et il faut donc privilégier au contraire la plus grande diversité. Il faut également veiller aux aspects humains, sociaux et environnementaux dans la construction : si on n’y prend garde, on peut générer certaines concentrations de populations et par là même des ségrégations sociales.

Nantes Métropole Nombre de logements mis en chantier depuis 1975

1 Appartements

Maisons

pistes de reflexion

et si …

n des t devenait modulable en fonctio … les delogesesmen le de la famille  ? habitants, de leur âge, de la tail évolu-

tion

… on construisait soi-même son logement  ? qu’on doive emprun … les prix progressaient tanrtach eter son logement ? sur plusieurs générations pou … la conception des logements favorisaient ter

les échanges et les rencontres

 ?

a lire aussi

Ailleurs dans l’abcd'ère Accession à la propriété, appartement/maison, budget des ménages, B.T.P., étalement urbain, forme urbaine, habitat, renouvellement urbain, revenu, écoquartier, ségrégation urbaine…

En exclusivité sur

75


Créativité / innovation « une personne qui n'a jamais commis d'erreur n'a jamais tenté d'innover » Albert Einstein

La créativité est notre capacité à imaginer et mettre en œuvre des solutions originales. D’un point de vue territorial, la créativité favorise le rayonnement national et international, crée du lien social et entretient un climat de tolérance et d’ouverture à la diversité. D’un point de vue économique, dans un modèle fondé sur la connaissance, la créativité est à rapprocher de l’innovation. Les compétences créatives sont considérées comme cruciales pour la production intensive d’innovations, élément déterminant de la compétitivité des entreprises. Sans oublier que l'innovation est aussi sociale (éducation…). chiffres clés

éléments de débat

L’INSEE a défini le concept de « classe créative  ». Il s'agit d'une catégorie qui regroupe l’ensemble des individus engagés dans des processus créatifs ou d’innovation dans le cadre de leur profession. La région Pays de la Loire est classée au 13ème rang national avec 12  % des emplois dans la «  classe créative » (alors que la région est au 5ème rang national pour le nombre total d’emplois) . Lancement en 2009 du quartier de la création sur l’Ile de Nantes.

Spécialisée notamment dans les activités de télécommunications, la métropole nantaise concentre près de la moitié des emplois innovants de la région. Quoiqu'en forte progression, elle a, en proportion de sa taille, un léger retard par rapport aux autres grandes métropoles françaises. Comment garder les créatifs formés sur le territoire ? En agissant à la fois sur le levier culturel car l’art et la culture favorisent l'attractivité des territoires et contribuent à leur identité, et sur le levier technologique, car la créativité c’est aussi l’innovation technique et la création d’emplois dans l’ingénierie de pointe.

l'innovation sociale était la con dition du bien vivre ensemble  ? Nantes était une capitale européenne de la créativité  ?

la créativ istique et l’innovation tecitéhnart ologique

ie de r devenir le moteur de l’économ s’associaient pounan ? l’agglomération taise  … la créativité des habitants était a lire aussi

76

pistes de reflexion

et si …

en compte dans l'agglomération  ? encore plus prise

Ailleurs dans l’abcd'ère Bonne idée oubliée, culture, entreprise, espace public…


Croissance démographique 590 000 habitants dans l’agglomération… et moi, et moi, et moi !

Evolution, positive, de la population d’un territoire, qui s’appuie à la fois sur les naissances et les nouveaux arrivants.

chiffres clés

éléments de débat

La population de Nantes Métropole 590 000 habitants, + 0,6 % par an depuis 1999, + 3 238 habitants/an mais en décélération par rapport aux années 90 : + 1,0 % par an entre 1990 et 1999, + 5 503 hab/an, 5e agglomération de France par sa croissance démographique, La population a été multipliée par 5 en deux siècles.

Au cours des vingt dernières années, Nantes Métropole a gagné près de 85 000 habitants. Dans les vingt prochaines années, sa population devrait s’accroître de 100 000 habitants. La croissance démographique de Nantes Métropole est due au « solde naturel » (différence entre les naissances et les décès) et au solde migratoire (différence entre les arrivées et les départs).

Nantes Métropole Evolution de la population depuis 1800

pistes de reflexion

aujourd’hui

… la métropole devenait de plus en plus attractive  ? …

la croissance économ était une condition du développemique ent économique ?

et si …

ise n'était plus attractive … la métropole nanta pour les jeunes et les actifs  ? … Nantes Métropole perdait des habitants  ?

… on devait choisir entre qualité de vie et croissan …

a lire aussi

78

ce démographique  ?

 ? on voulait freiner la croissance démographique

… on décidait de vivre entre nous  ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Actif, aîné, catégorie socioprofessionnelle, classe sociale, enfant, entreprise, environnement, étalement urbain, déplacement, jeune, pollution, revenu…


Culture « Si vous trouvez que la culture coûte cher, essayez l’ignorance ». Abraham Lincoln

Le mot « culture » possède deux acceptions différentes : la culture individuelle de chacun (on parle alors parfois de « culture générale »), et la culture collective, d’un peuple ou d’un groupe. Elle est alors le « champ commun de savoirs et d’usages propres à un groupe », affirme au plus large le dictionnaire. chiffres clés

éléments de débat

Chaque année : un Français sur cinq va au moins une fois au théâtre plus d’un Français sur deux passe plus de 2 heures par jour devant la télévision Dans l’agglomération nantaise, 58 % des habitants se rendent à une manifestation culturelle au moins 2 à 3 fois, 42 % dans un musée, 31 % dans un théâtre.

pistes de reflexion

et si …

L’offre et les pratiques culturelles apparaissent désormais comme un critère de qualité de la vie. C’est pour cela que les collectivités locales sont amenées à jouer un rôle en la matière, même si certains critiquent philosophiquement l’implication de la puissance publique. Les collectivités s’attachent en général à favoriser l’accès du public à la culture, ainsi qu’à aider la création et les artistes tout autant que la diffusion des œuvres. L’offre culturelle contribue au rayonnement et à l’attractivité d’un territoire, impliquant au passage des enjeux économiques non négligeables. Enfin, si le débat sur le coût de la culture est légitime (encore faut-il estimer le coût de l’inculture…), la place de la culture est fondamentale dans n’importe quelle société pour son rôle intégrateur, notamment envers les jeunes générations, comme pour l’épanouissement personnel et le plaisir qu’elle procure.

… la culture favorisait les rencontres  ?

… les spectacles et les musées étaient gratuits  ? er les pratiques culturelles  ? … on laissait le marché régul … on

n’avait plus le droit de faire de la musique la

Ailleurs dans l’abcd'ère Créativité/innovation, équipement collectif , festival, jeune, liberté, loisir…

nuit  ?

a lire aussi

En exclusivité sur

79


Déchet Je pense donc je trie !

« Le déchet : c’est ce que je décide de jeter », disait le sociologue et économiste Gérard Bertolini. Ordures ménagères résiduelles, verre, papier et carton, déchets verts, bois, gravats … Une partie de ces déchets fait l’objet d’un tri sélectif et d’un recyclage, qui leur donnent une « nouvelle vie ». Une autre partie (la plus importante) est soit incinérée, soit stockée sur des sites spécifiques. Mais les déchets sont aussi au démarrage de nouvelles pratiques sociales, illustrées par le phénomène grandissant des « glaneurs », par force ou par choix, de nos poubelles. chiffres clés

éléments de débat

Les emballages (bouteilles, cartons, boîtes de conserve, sacs...) représentent le tiers du contenu d’une poubelle Le plastique représente plus d’un emballage ménager sur deux. Nantes Métropole : 1 usine de tri sélectif, un réseau de 12 déchèteries et 4 minidéchèteries (écopoints), 2 usines d’incinération, 310 000 tonnes de déchets ménagers collectés chaque année dans l’agglomération soit 530 kg par habitant et par an.

Le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas. Le tri sélectif fait l’unanimité : mais n’est-il pas trop facile de s’en contenter sans changer nos attitudes de consommation et nos mentalités  ? L’implantation de sites de traitement des déchets est mal perçue localement. Personne ne souhaite de décharge ou d’usine d’incinération près de chez lui. Comment faire accepter par les populations ces équipements nécessaires  ?

pistes de reflexion

… on taxait le suremballage  ? et si … publiques … les poubeelles nos déchets  ?

nous permettaient de trier davantag

… chaque habitant avait les moyens de réaliser son compost  ? … les déchets devenaient un matériau de construction  ? … on considérait le déchet comme une ressource  ?

a lire aussi

80

Ailleurs dans l’abcd'ère Eau, économie présentielle, écoquartier, empreinte écologique, environnement, pollution, risque naturel et technologique…


Démocratie « La démocratie est le pire des régimes à l'exception de tous les autres ». Winston Churchill

La démocratie est le régime politique dans lequel le pouvoir est détenu ou contrôlé par le peuple, suivant le principe de souveraineté. En règle générale, les démocraties sont représentatives, le pouvoir s’exerçant par l’intermédiaire de représentants désignés lors d’élections au suffrage universel. éléments de débat Au terme « démocratie » s’ajoutent le plus souvent des qualificatifs : démocratie représentative, démocratie participative, démocratie directe… Ce qui signifie que la démocratie est multiforme. Au-delà d’un socle de principes fondamentaux intangibles, les modalités d’exercice de la vie démocratique sont multiples et font l’objet de débats et d’initiatives incessantes. Avec la décentralisation et la place nouvelle donnée aux collectivités locales, la démocratie locale a pris une place croissante dans ces dernières années.

pistes de reflexion

et si …

La participation citoyenne est désormais au cœur de la vie locale et des prises de décision par les élus. Les instances démocratiques font partie de notre patrimoine, ce sont des passages obligés qui garantissent l’accès aux droits fondamentaux. L’exercice démocratique pose aujourd’hui deux questions importantes : - La place de la population dans toute sa diversité sociale et culturelle, - Le principe d’égalité, cher aux fondateurs de la République, trouve là en pratique une de ses limites.

… on imaginait de nouvelles modalités de particip

ation ?

… l’abstention devenait quasi-nulle ?

… l’abstention continuait à chaque élection de gag …

ner du terrain ?

enait un modèle  ? la démocratie à la nantaise dev

Ailleurs dans l’abcd'ère Europe, espace public, intercommunalité, vie citoyenne, vote…

a lire aussi

En exclusivité sur

81


Déplacement Conjuguons la mobilité : je marche, tu conduis, il prend le train, elle pédale, nous montons dans le bus, vous enfourchez un bicloo, ils attendent le tram, elles covoiturent…

Un déplacement caractérise l’action d’une personne allant d’un lieu à un autre. Pour un bien, une marchandise, on préfère le terme de mouvement. Dans une journée, ce sont nos motifs de déplacements (le travail, les achats, les loisirs…) qui permettent d’identifier le nombre déplacements que nous réalisons. À chaque nouveau motif, un nouveau déplacement. Il y a donc dans une journée autant de déplacements que de raisons de se déplacer. Dans le cas où plusieurs modes de transport sont utilisés, on parle de déplacement multimodal. éléments de débat L’accroissement de la population de l’agglomération nantaise entraîne une augmentation continue du nombre de déplacements. Comment répondre à la demande actuelle, comment anticiper la demande supplémentaire  ? - Près de la moitié des déplacements ont lieu aux heures de pointe, du matin et du soir. - Malgré des tendances encourageantes, les pratiques de déplacements restent fortement contrastées selon les territoires. Dès lors qu’on habite au delà du périphérique, la voiture est utilisée dans plus de 7 déplacements sur 10… Il n’est plus possible de dissocier déplacements et urbanisme. - La pratique de la marche est en progression, mais reste largement inférieure à Nantes Métropole par rapport à celle des agglomérations comparables. Comment agir   ? Favoriser une plus grande proximité  ? - L’avènement de l’automobile a fait fortement reculer la pratique des deux roues.

a lire aussi

82

chiffres clés L'agglomération et la 3e en France pour l'usage des transports collectifs. Dans l’agglomération nantaise : un habitant se déplace en moyenne une heure par jour sur 24 km. un déplacement : en moyenne 6,6 km et 17 mn. la moitié des déplacements font moins de 3,3 km. Malgré un récent retour en grâce, comment redonner à ces derniers une place prépondérante dans l’espace urbain  ? - La crise économique a un impact direct sur le coût de transport, et donc sur les budgets des ménages. Quelles solutions apporter à ceux qui ne trouvent pas dans l’offre existante une alternative à l’automobile  ? - La baisse des ressources financières des collectivités locales impose l’optimisation de l’existant plutôt que la création de grandes infrastructures de transport.

Ailleurs dans l’abcd'ère Budget des ménages, centre-ville, économie présentielle, embouteillage, forme urbaine, marche, paysage, périphérique, pont, tram, train, transport collectif, urbain, vélo, voiture…


Nantes Métropole Evolution des déplacements selon le mode depuis 1980 2 061 000 déplacements

579 000 habitants en 2006

voiture

marche à pied transport collectif deux roues

Nantes Métropole Pourquoi se déplace t-on ? Motif

Part dans l’ensemble des motifs

24 % 13 % 19 % 25 % 19 %

travail formation achats loisirs affaires personnelles

 ? ou plus … on devenait moins mobilesmo biles  ?

… la voiture devenait rapidement propre

pistes de reflexion

et si …

et peu coûteuse  ?

… le coût du pétrole augmentait encore plus

rapidement que prévu  ?

eau mode de transport faisait … unappanouv ville  ? rition, bouleversant notre façon de penser la son

… on anticipait la fin du pétrole  ?

… on déplaçait des emplois  ? … on ne pouvait plus se déplacer  ? En exclusivité sur

83


Dimanche « Yes week end ! »

Le jour de repos hebdomadaire est un fait de société considéré aujourd’hui comme un acquis social. En France, héritage chrétien et tradition obligent, le jour chômé est le plus souvent le dimanche, synonyme de repas familial, de repos, de sieste, de promenade, de sport… éléments de débat Certaines professions impliquent de travailler le dimanche (infirmiers, policiers, dans certaines industries…). En matière commerciale, les maires peuvent accorder chaque année cinq dérogations à la règle du repos dominical. L’agglomération nantaise se prononce néanmoins depuis plusieurs années contre l’ouverture les dimanches précédant les fêtes de fin d’année. Trois raisons sont avancées : la pertinence économique n’est pas prouvée   ; la nécessité de préserver l’équilibre économique entre centre-ville,

pistes de reflexion

périphérie et commerce de proximité  ; et la nécessité de préserver les liens familiaux, associatifs et sociaux. Le mouvement d’accélération qui caractérise nos sociétés contemporaines (se traduisant par un sentiment répandu que nous courons tous après le temps) se double d’une désynchronisation à l’œuvre dans nos sociétés, dont le débat sur le travail le dimanche est une illustration. Faut-il laisser la possibilité de travailler le dimanche ou la société doit-elle imposer des temps collectifs de repos afin de préserver la cohésion sociale et la qualité de vie et de protéger les salariés  ?

… on appréciait de s’ennuyer le dimanche  ?

et si …

… chacun pouvait choisir son dimanche

 ?

damentale, primant … la cohésion sociale était fon civilisation « supermarché »  ? sur la

a lire aussi

84

Ailleurs dans l’abcd'ère Centre-ville, commerce, culture, économie présentielle, loisir, rythme de vie, temps de la ville, vacances …


Diversité Dans une métropole, la mixité c’est la diversité en partage.

Quand on parle de diversité on pense Black, Blanc, Beur. Bien sûr, la diversité ce sont aussi les personnes âgées, les jeunes qui entrent dans la vie active, les travailleurs saisonniers, les familles monoparentales, les personnes en situation de handicap …

éléments de débat Par définition, une métropole attractive est au croisement de flux très divers de populations arrivant selon des séquences et pour des durées variées. Chaque habitant a son propre rythme de vie, ses propres besoins, ses propres façons de vivre dans l’agglomération. Les réponses que la collectivité doit leur apporter sont donc extrêmement variées  : en termes d’habitat (maison de retraite, foyer de jeunes travailleurs, aire d’accueil pour les gens du voyage…), d’équipement, de transport…

pistes de reflexion

et si …

Dans le respect de la loi républicaine et dans la volonté de favoriser le vivre ensemble, Nantes Métropole, les 24 communes qui la composent et tous leurs partenaires ajustent en permanence leurs actions (politique de la ville, programme local de l'habitat, plan de déplacement urbain, maison de l'emploi, Conseil nantais de la citoyenneté des étrangers …) Comment faire en sorte que tout le monde soit écouté et se sente à part entière membre de la cité  ?

… on réussissait le pari de l’intégration  ?

… la métropole nantaise était reconnue

pou respect de la diversritéson  ?

de richesse sociale … la diversité étaitetsynculonyturme elle, et d’attractivité ?

… on réussissait le pari de l’intégration de toutes les populations  ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Aîné, égalité, étudiant, exclu, fraternité, isolement/solitude, précarité, santé, solidarité…

a lire aussi

En exclusivité sur

85


Eau L’eau c’est la vie ! Et à Nantes Métropole, l’eau c’est la Loire et tous ses af fluents. L’eau que l’on boit, les eaux usées, mais aussi l’eau des loisirs et des transports…

D’où vient l’eau qui coule du robinet, où va l’eau que nous rejetons  ? Sur l’agglomération nantaise, la réponse est évidente : la Loire. L’eau est partout présente dans l’agglomération, avec le réseau des rivières et de leurs « coulées vertes » qui ont souvent guidé le développement urbain : vallées de l’Erdre, de la Chézine, du Cens, du Gesvres, de la Sèvre… sans oublier les petits affluents (Aubinière, Johardière, Gohards, Ilette, Chaffault…). Dans l’agglomération nantaise, l’eau c’est également la navigation – de commerce, de transport de voyageurs, de loisirs… – et la détente : la pêche, la baignade autrefois… éléments de débat chiffres clés Ce sont des textes européens qui fixent certaines obligations réglementaires sur l’eau, notamment celle d’atteindre le bon état écologique des cours d’eau en 2015. Sur l’agglomération nantaise, une politique publique active est menée depuis plus de vingt ans (programmes Neptune). Des paramètres complexes et parfois extérieurs (développement urbain et activité économique, populations peu sensibilisées, positionnement aval de Nantes dans les bassins versants, interaction avec les entrées estuariennes…) limitent l’impact des actions engagées. Le captage de l'eau potable dans la Loire (Mauves) est confronté à la remontée du bouchon vaseux, d'où l'ouverture d'une seconde prise d'eau dans l'Erdre afin de sécuriser la ressource en eau potable de l'agglomération.

… …

Le volume de 2 tours de Bretagne : consommation quotidienne des 590 000 habitants de Nantes Métropole 46 millions de m3 d’eaux usées (dont une partie d’eau de pluie) : volume traité annuellement par les 10 stations d’épuration de l’agglomération 3 schémas d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE) : bassins versants de la Loire (et de son estuaire de la Loire), de la Sèvre nantaise et du lac de Grand Lieu.

l'eau devenait un facteur d'attractivité majeur de la métropole ? le transport collectif par voie d’eau se développa it  ?

… l’eau devenait le pétrole de demain  ?

a lire aussi

86

pistes de reflexion

et si …

… les pollutions empêchaient la pratique des loisirs nautiques  ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Biodiversité, environnement, estuaire de la Loire, loisir, paysage, pollution, trame verte et bleue…


Economie présentielle Vivre ici, c’est dépenser ici… et faire vivre son voisin, artisan, ouvrier, commerçant, employé de bureau… Un cercle fermé ou un cercle vertueux ?

Toute personne qui vit sur un territoire effectue des dépenses pour se nourrir, se loger, se distraire, se déplacer… L’économie résidentielle désigne l’ensemble des activités destinées à satisfaire les besoins des populations locales. Quand on prend en compte également les personnes qui dépensent sur un territoire sans y habiter (tourisme d’agrément, tourisme d’affaires), on parle d’économie présentielle. éléments de débat

chiffres clés

Quelle est la nature de l’économie de l’agglomération   ? Produit-on ici majoritairement pour la consommation locale ou pour une population plus large  ? Connaître la nature et l’origine des revenus des habitants, mais aussi les caractéristiques de l’économie de production et les flux monétaires qu'elle génère permet de répondre à ces questions d’avenir. L’économie de la métropole nantaise est équilibrée entre les trois sphères productive, résidentielle et publique. Cet équilibre permet une certaine résistance aux fluctuations du contexte économique.

Sur Nantes Métropole l’économie présentielle concerne 63 % des établissements économiques et 67 % des emplois salariés, dont un tiers d’emplois publics (respectivement 59 % et 66,5 % en France). Nantes Métropole a gagné 36 000 emplois salariés présentiels entre 1999 et 2007, dont 15 500 sur Nantes et 20 500 sur les autres communes de l'agglomération.

pistes de reflexion

et si …

ie de l’agglomération reposar it ? … l’écontienom llement sur le secteur financie esse

… tout ou partie des habitants étaient obligés de se procurer leurs revenus ailleurs  ?

seulement … l’économieliée de l’agglomération étaithabi tants  ? à la présence de ses … l’économie productive raissait de l’agglomération  ?

(industrie, services aux entreprises…) dispa

a lire aussi

Ailleurs dans l’abcd'ère Budget des ménages, commerce, construction de logements, croissance démographique, services, touriste, vacances, vie sociale de quartier… En exclusivité sur

87


Economie sociale et solidaire Une troisième voie, ou une autre voix ? L’économie sociale et solidaire couvre une part de l’activité économique qui ne dépend ni vraiment du marché, ni totalement du secteur public.

L’économie sociale et solidaire rassemble des structures qui affirment les principes de l’égalité des personnes, de la solidarité entre membres et de l’indépendance économique. Grandes entreprises (banques, mutuelles…) ou structures plus petites (coopératives, associations, syndicats, fondations), elles expérimentent des règles nouvelles de fonctionnement. Leur objectif n’est pas de rétribuer des actionnaires mais de réinvestir les gains dans l’activité.… chiffres clés

éléments de débat

Sur le territoire de Nantes Métropole 2 400 établissements économiques 32 000 personnes employées +19 % pour l’emploi en sept ans des champs d'intervention diversifiés : éducation, insertion, social, sport, aide à domicile, activités artistiques, coopération internationale, environnement…

Elle propose des réponses aux enjeux de transformation de la société et de maintien du lien social et peut permettre le maintien de la vie active de personnes en difficultés momentanées ou prolongées. Elle joue souvent un rôle d’expérimentation sur des pratiques ou des marchés émergents. Quand ces niches deviennent matures et/ ou rentables, elles attirent les entreprises du secteur concurrentiel.

pistes de reflexion

… l’économie sociale et solidaire devenait le modèle économique de référence  ?

public  ? l’économie sociale et solidaire devenait un service

et si …

… l’entreprise préférait son impact social à son pro

fit maximum  ?

a lire aussi

88

Ailleurs dans l’abcd'ère Actif, association, entreprise, solidarité, travail atypique, vie citoyenne…


Ecoquartier Écologique, social, participatif : l’écoquartier préfigure la ville idéale. Utopie ?

L’écoquartiere est un nouveau mode d’urbanisation, apparu à la fin du 20 siècle dans le Nord de l’Europe. Il s’appuie sur les trois piliers du développement durable que sont l'économique, le social et l'environnemental : mixité sociale, démocratie participative, gestion des déplacements et des ressources (surface, eau, air, énergie…), préservation de la biodiversité, et, le cas échéant, intégration d’activités économiques. chiffres clés

éléments de débat Les écoquartiers déjà réalisés montrent la difficulté de mettre en œuvre des objectifs qui parfois se révèlent contradictoires : par exemple, la construction à haute qualité environnementale coûte cher, voire trop cher pour les budgets du logement social… Face à des choix qui se révèlent difficiles, les décideurs politiques et économiques voudraient disposer d’outils leur permettant de nourrir leur réflexion. Ainsi apparaissent des projets de réglementation, labellisation ou charte des écoquartiers… dont on peut craindre qu’ils ne limitent la créativité et l’innovation.

pistes de reflexion

et si …

Trois quartiers ont été labellisés « EcoQuartier » par le ministère de l'Ecologie et du Développement durable sur le territoire de l’agglomération : Bottière-Chénaie à Nantes, Prairie Aux Ducs sur l’Ile de Nantes et Les Perrières à La Chapelle-sur-Erdre. Plus généralement, quelle est la demande sociale pour ces nouveaux quartiers   ? Répondent-ils aux aspirations d’une majorité d’habitants, ou seulement à celle d’une minorité de militants  ?

… les écoquartiers ne pouvaient pas s’adapter aux évolutions de la vie  ?

nt … les quareme tiers durables de demain étaie nt différents d'aujourd'hui  ? complèt

… le principe d’écoquartiers s’appliquait sur l’ensem

ble du territoire urbain  ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Biodiversité, classe sociale, commerce, déplacement, énergie, équipement collectif, forme urbaine, habitat, service, vie sociale de quartier…

a lire aussi

En exclusivité sur

89


Egalité « L’égalité n’est jamais acquise, c’est toujours un combat. » François Mitterrand

Inscrite sur les frontons de toutes les mairies de France à côté de ses consœurs Liberté et Fraternité, l’égalité est une valeur fondamentale de notre démocratie. C’est néanmoins une notion plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord car difficile à traduire concrètement. Deux conceptions dominent. La première vise à réduire les inégalités et la seconde à faciliter la promotion sociale. La première s’attaquera aux facteurs d’inégalités pour tenter de les résorber (revenus, conditions de vie, accès aux services, à la sécurité…). La seconde privilégiera l’égalité des chances, selon le principe de méritocratie. Ces deux conceptions ne sont pas antinomiques. chiffres clés

éléments de débat

Nuit du 4 août 1789  : abolition des privilèges 26 août 1789 : Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Article 1 : « les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit ». 4 octobre 1958  : adoption de la Constitution de la République française, toujours en vigueur. Extrait de l’article 1 : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. »

Avec la liberté, l’égalité de droit est le premier pas vers la démocratie, mais la faire vivre est difficile. Selon que nous choisirons prioritairement la lutte contre les inégalités ou l’égalité des chances, nous favoriserons plutôt le collectif que l’individu.

… on créait un indice d'égalité pour les territoires ? ens … on considérait normal de mettre pluas deplumoy s de difficultés  ?

pistes de reflexion

et si …

là où il y

… l'égalité se réinventait en permanence ?

90


Ecarts entre les revenus les plus élevés et les plus faibles dans les principales métropoles françaises Rapport interdéciles des revenus fiscaux par unité de consommation en 2007

Marseille-Aix Paris

Lille

Douai/Lens Nice Toulon

Strasbourg Lyon

Rouen

Toulouse Nantes Bordeaux Grenoble Angers Saint-Nazaire Rennes Brest

Ailleurs dans l’abcd'ère Exclu, femme/homme, fraternité, liberté, précarité, ségrégation urbaine…

a lire aussi

En exclusivité sur

91


Elève « Les maîtres d’école sont des jardiniers en intelligences humaines. » Victor Hugo

Un élève est celui qui reçoit ou qui a reçu l’enseignement d’un établissement scolaire ou spécialisé. L’élève peut être un enfant, un jeune mais également un adulte. Car l’apprentissage s’exerce tout au long de la vie, et pas seulement à l’école. Parfois, l’élève en vient alors à dépasser son maître… éléments de débat

chiffres clés À la rentrée 2009, Nantes Métropole comptait 21 300 élèves inscrits en écoles maternelles (publiques et privées), 34 400 en écoles primaires (publiques et privées) 63 900 collégiens et 53 200 lycéens (public et privé). Après avoir été très forte (- 587 élèves par an entre 2003 et 2006), la baisse des effectifs des écoles maternelles et élémentaires de Nantes Métropole a ralenti (- 278 élèves par an entre 2006 et 2009).

L’aménagement du territoire… Après une diminution continue depuis plusieurs années, on observe une stabilisation des effectifs scolaires de Nantes Métropole. Cela signifie-t-il que les familles restent plus durablement sur le territoire  ? Que l’étalement urbain ralentit  ? Les inégalités… Existantes dès l’école maternelle, les inégalités entre élèves ne disparaissent pas et s’accentuent même au fur et à mesure de la vie scolaire. Elles sont en grande partie liées aux inégalités sociales, entre modes de vie (situations familiales, loisirs, pratiques culturelles) et connaissance du système éducatif. Certains arrivent pourtant à surmonter ces inégalités…

… l’école devenait virtuelle  ?

s … l’école iné ne reproduisait plu galités sociales  ?

pistes de reflexion

les

… l’école mettait en valeur les talents de

chaque élève ?

et si …

… on était élève toute sa vie  ? a lire aussi

92

Ailleurs dans l’abcd'ère Ainé, actif, chômage, classe sociale, enfant, étudiant, étalement urbain, formation, jeune…


Embouteillage Congestion, artère bouchée, encombrement, mauvaise circulation … Le vocabulaire médical décrit parfaitement l’un des principaux maux de nos grandes agglomérations : l’embouteillage.

Un trafic automobile urbain très dense, notamment aux heures de pointe… Un accident ou événement climatique engendre aussitôt des ralentissements voire une situation de blocage, partiel ou total. Et alors… en vélo, on dépasse les autos  ! Lorsque l’on parle de remède à l’« auto-immobile », la batterie des médicaments est connue : transport collectif, covoiturage, régulation des vitesses, promotion des modes doux et notamment du vélo, horaires décalés, voire péage urbain, en respectant la posologie du plan de déplacement urbain (PDU) ou d‘entreprise (PDE)… éléments de débat

chiffres clés

L’embouteillage fait partie du quotidien de l'agglomération nantaise. Connaît-on pour autant ses mécanismes  ? Est-il aussi important qu’on en a l’impression  ? La plupart des centres-villes d’Italie sont des zones à trafic limité (ZLT) où la circulation est soumise à condition. Une telle solution n’est-elle pas une alternative au péage urbain  ? Existe-t-il une circulation essentielle et une autre « accessoire », qui serait reportée hors heures de pointe  ?

pistes de reflexion

et si …

Les embouteillages ont un coût  : économique, social, sociétal, environnemental, sanitaire : 2 % du PIB dans l’Union annonce l’Union européenne, 0,12  % du PIB répond en écho l’économiste Rémy Prud’Homme. Le coût, même incertain et variable selon les paramètres intégrés, est réel. Aux heures de pointe, sur le pont de Cheviré les trafics enregistrés sont supérieurs à la capacité maximale théorique de la voirie. 20 heures sur 24, le périphérique est fluide.

plexant l’usager » voiture propre, en « décom … laacce teillage  ? ntuait les phénomènes d’embou

on mettait en place des voies réservées aux « véhicules multioccupant s » comme en Ontario ?

… nous finissions dans des bouchons… de vélos  ?

… les voitures étaient deux fois plus petites  ?

a lire aussi

Ailleurs dans l’abcd'ère Accessibilité, déplacement, migration domicile-travail, pont, train, vélo, voiture…

En exclusivité sur

93


Emploi L’emploi n’est pas seulement une façon de gagner sa vie. C’est également une façon d’exister dans la société, ou aux yeux de la société.

L’emploi désigne une activité ou une occupation, un travail, dont une personne tire un revenu, sur la base d’un contrat avec un employeur. Au niveau macroéconomique, l’emploi se mesure par l’ensemble de la population active qui n’est pas au chômage. Principalement salarié, l’emploi évolue. Il est multiforme, salarié ou non, dans le public ou le privé, dans une très petite entreprise, une PME ou dans un grand groupe. Au-delà de la garantie d’un revenu, l’emploi est aussi un facteur essentiel de socialisation de l’individu.

chiffres clés Dans l’agglomération nantaise on compte près de 310 000 emplois, un chiffre légèrement supérieur au nombre d’actifs. 92 % des emplois sont des emplois de salariés (88 % en moyenne en France) 48 % des emplois sont occupés par des femmes (47 % en moyenne en France)

Nantes Métropole Répartition des établissements et des salariés par taille d'établissement en 2007

94

23 % des emplois salariés sont des emplois publics (24 % en moyenne en France). Les établissements de 100 salariés ou plus concentrent 49 % des emplois (41 % en moyenne en France)


éléments de débat L'emploi est la résultante du dynamisme économique des entreprises présentes sur le territoire, mais aussi de la présence plus ou moins développée de services publics. On en fait donc un indicateur du dynamisme local. Les collectivités œuvrent pour créer un environnement favorable au développement de l'emploi (accueil des entreprises, infrastructures, transports collectifs, déchets, aide à l'in-

pistes de reflexion

et si …

sertion des publics en difficulté…), mais le principal acteur public reste l’État, qui choisit le positionnement de son action face au marché. L’enjeu principal est le développement des entreprises. En période de crise, l’emploi est gravement affecté, entraînant les pouvoirs publics à intervenir avec plus de force. L’emploi est un vecteur de vie sociale. Les jeunes, les seniors ou les femmes, qui ont le plus de mal à accéder à l’emploi constituent les publics prioritaires des politiques de l’emploi.

… tout le monde avait un emploi  ? … la priorité était donnée à l’emploi des jeunes et

… le revenu n’était plus lié à l’emploi  ?

… les femmes étaient les égales des hommes face

des seniors ?

à l’emploi  ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Actif, catégorie socioprofessionnelle, chômage, entreprise, femme/homme, industrie, précarité, revenu, syndicat de salariés, travail atypique…

a lire aussi

En exclusivité sur

95


Empreinte écologique Qu’allons-nous léguer aux générations futures ? Ce que nous avons bâti ou ce que nous avons détruit ?

Mesure de nos comportements et habitudes de consommation. Correspond à la surface de territoire théoriquement nécessaire pour couvrir nos besoins en ressources naturelles. Moins notre comportement est respectueux de l‘environnement, plus notre empreinte écologique est forte. chiffres clés

éléments de débat

Si tous les humains vivaient comme les Français, il faudrait trois planètes pour entretenir la population mondiale… L’alimentation représente en moyenne 30 % de l’empreinte écologique d’un Français. La viande et le poisson, pour moins de 20 % du poids d’un repas, représentent 70 % de son empreinte. Par an, l’empreinte écologique d’une personne qui se rend à son travail est de 120 m² si elle se déplace à vélo, 420 m² en bus, 2 000 m² en voiture (10 km par jour).

pistes de reflexion

Quelle est l’empreinte écologique de l’agglomération nantaise   ? Et comment peut-on agir sur elle  ? Une ville comme Londres, par exemple, a besoin de 125 fois sa surface pour subvenir durablement à tous ses besoins. Où en sommes-nous dans l'agglomération nantaise  ? Développer le covoiturage et le transport collectif, densifier la ville, c’est fortement réduire l’empreinte écologique de la ville.

… l’empreinte écologique était une responsabilité

collective, partagée par les hab les entreprises, les collectivitéitants, s… ? pait elop dév on si et loi, on rapprochait habitat et emp  ? ail trav le télé

… et si … écologique de chacun  ? … l’impôt reposait sur l’empreinontepréfé rait les produits de saison et les … notre alimentati circuits courts  ? … l'empreinte écologique de la métropol e nantaise devenait une des plus basses d'E urope  ?

… on avait une compensation carbone pour chaque

projet métropolitain  ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Alimentation, aménagement du territoire, eau, écoquartier, environnement, étalement urbain, forme urbaine, plan climat, pollution, trame verte et bleue, transport collectif…

a lire aussi

En exclusivité sur

97


Energie La nature déborde d’énergies… Nous sommes en train d’apprendre à en prof iter, désormais sans épuiser les ressources.

Pour en produire, il fallait hier aller au charbon. Aujourd’hui, elle est souvent issue d’une usine à gaz ou d’une centrale nucléaire. Désormais pour être branché, il est plus tendance de brasser de l’air ou de s’exposer au soleil, voire de faire feu de tout bois. L’énergie était exclusivement fossile ou nucléaire, elle devient progressivement renouvelable ou de récupération. chiffres clés En 2009, la production d'énergie renouvelable en France atteignait 19 Mtep (mégatonne équivalent pétrole), soit près de 14 % du total national. Le bois et l'hydraulique représentent encore plus de 75  % de ces énergies renouvelables, malgré une forte poussée de l'éolien (+ 40  % en un an) et surtout des agrocarburants (+ 78  %). Les réseaux de chaleur (systèmes de chauffage urbain) sont peu utilisés en France, où ils ne desservent que 6    % des foyers environ, contre plus de 50  % dans certains pays du nord de l’Europe. Ils sont pourtant un des principaux outils à disposition pour mobiliser massivement certaines énergies renouvelables, comme le bois ou la géothermie profonde. Sur l’agglomération nantaise, trois réseaux de chaleur existent : Bellevue (chaufferie mixte bois/fioul) Beaulieu-Malakoff (usine d'incinération d’ordures ménagères)

98

éléments de débat Avec les déchets de 7 familles, on en chauffe une  ! Cette chaleur étant de toute manière produite lors de l’incinération, son coût en tant que chaleur récupérée pour le réseau de chaleur est parmi les plus bas. L’éolien et le solaire présenteraient de fortes potentialités. Leur développement reste cependant encore confidentiel sur le territoire de Nantes Métropole : un seul projet de parc éolien à la Chapelle-sur-Erdre et 2  500 m2 de panneaux photovoltaïques installés à ce jour (centre commercial de Beaulieu, patinoire du Petit Port). Saint-Jean de Boiseau (chaufferie mixte bois/gaz), permettant d’assurer le chauffage et l’eau chaude sanitaire pour plus de 22 000 logements. Le Plan Climat de Nantes Métropole affiche une ambition de 20 000 m2 de panneaux photovoltaïques d’ici 2012.


Métropole nantaise ATLAS EOLIEN potentiel éolien à 60m de hauteur

pistes de reflexion

et si …

solaire ne permettaient … l’éolienpasetdelerép ondre aux attentes  ?

… les énergies fossiles disparaissaient totalement

 ?

… la métropole nantaise produisait l'énergie qu'elle consom … la Loire permettait de produire de l’énergie ?

me ?

… tous les toits se couvraient de panneaux photovoltaïques ?

… le charbon, aux réserves supérieures à celles du

pét et du gaz, revenait sur devant de la scène, avecrole de nouvelles technologiesle  ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Aménagement du territoire, construction de logements, déchet, écoquartier, empreinte écologique, environnement, équipement collectif, plan climat, pollution…

a lire aussi

En exclusivité sur

99


Enfant « Pour qu’un enfant grandisse, il faut tout un village », proverbe africain

Un enfant, ou « petit d’homme», est un être humain dans sa période de développement entre la naissance et l’adolescence. On parle aussi de : marmot, gamin, bambin, môme, minot, gosse… L’enfant désigne aussi un lien de filiation, généalogique ou symbolique : on est l’enfant de. chiffres clés

éléments de débat Le « village de l’enfant », ce sont d’abord les parents, puis les enseignants, des éducateurs, des médecins, parfois des voisins. Autour de l’enfant et de sa famille, s’organise tout une palette d’activités  : écoles, loisirs, sports, littérature, mode… Mais l’enfant doit aussi être protégé : les Nations Unies ont adopté en 1989 la convention internationale des droits de l’enfant. Pour accompagner les familles et marquer la place qu’elles donnent aux enfants dans la cité, les villes développent de nombreux services en direction de l’enfance : crèches, cantines, accueils de loisir, piscines, espaces de jeux dans les jardins… Certaines adhérent au réseau des « villes amies des enfants » porté par l'UNICEF ou à la charte des « villes éducatrices » mise en place par les collectivités locales. La thématique de l’enfance entraîne au moins trois enjeux pour les villes de demain.

L’agglomération nantaise compte 103 000 enfants de 0 à 14 ans soit près d’un habitant sur cinq. Un enfant sur cinq vit dans une famille monoparentale. Dans l’agglomération, le taux de natalité s’élevait en 2007 à 12,9 naissances pour 1 000 habitants (12,8 à l’échelle nationale). Chaque jour, 20 enfants naissent dans l’agglomération (28 dans l’aire urbaine de Nantes). > Comment concevoir des villes « habitables » pour les enfants et leurs parents  ? > Y aura-t-il autant d’enfants en 2030 qu’en 2010  ? > Comment prévenir les inégalités qui prennent ancrage dès l’enfance  ?

Nantes Métropole Enfants de moins de 15 ans en 2007

Moins de 3 ans

100

3 à 5 ans

6 à 10 ans

11 à 14 ans


pistes de reflexion

et si …

… il n’y avait plus d’enfants dans les villes  ?

… on éradiquait la pauvreté dès l’enfance  ? jourd’hui  ?

… on donnait rendez-vous en 2030 aux enfants d’au

Ailleurs dansl’abcd'ère Construction de logements, croissance démographique, élève, équipement collectif, famille, formation…

a lire aussi

En exclusivité sur

101


Entreprise Les entreprises sont le lieu de la création de la richesse.

Une entreprise est une structure économique et sociale qui regroupe des moyens humains, matériels, immatériels et financiers pour fournir des biens ou des services. Elle peut s’organiser selon divers statuts juridiques (auto-entrepreneur, entreprise individuelle, SARL, SA, coopérative, société publique…). chiffres clés Les entreprises sur Nantes Métropole 28 300 entreprises, soit 49 entreprises pour 1 000 habitants 5 400 entreprises créées en 2009 soit un taux de création de 19 % (moyenne des 10 premières agglomérations hors Paris : 19 %). Répartition des entreprises par secteur d’activité Commerce, transport, hébergement et restauration : 26 %

Activités spécialisées, scientifiques et techniques, activités de services administratifs et de soutien : 17 % Administration publique, enseignement, santé et action sociale : 17 % Construction : 9 % Autres services : 10 % Finances et assurances : 5 % Industrie : 5 % Immobilier : 5 % Information et communication : 3 % Agriculture, sylviculture et pêche : 2 %

Nantes Métropole Répartition des entreprises par taille

pas de salarié de 1 à 5 salariés de 6 à 9 salariés de 10 à 19 salariés de 20 à 49 salariés de 50 à 99 salariés plus de 100 salariés

102


éléments de débat En région Pays de la Loire, comme à Nantes Métropole, la diversité du tissu économique permet de résister plutôt mieux qu'ailleurs aux crises qui frappent tel ou tel secteur donné. Si l’économie locale bénéficie de moins de spécialisations que d’autres territoires, l’agglomération nantaise ambitionne

pistes de reflexion

et si …

d’être en pointe sur quelques secteurs d’avenir, comme les biothérapies, l’informatique, les matériaux composites, l’aéronautique… Les investissements étrangers sont particulièrement faibles dans l’Ouest. On y voit d’une part le signe d’un déficit d’attractivité internationale, et d’autre part la garantie d’une indépendance plus forte face aux décisions de sièges sociaux extérieurs à notre territoire.

… l’entreprise cessait d’être un lieu  ?

ital social  ?

… le capital essentiel de l’entreprise devenait le cap

… la génération internet réinventait l’entreprise  ? … les circuits courts concernaient aussi le monde

de l’entreprise  ?

Ailleurs dansl’abcd'ère Actif, BTP, budget des ménages, catégorie socioprofessionnelle, chômage, commerce, créativité/innovation, économie présentielle, économie sociale et solidaire, emploi, filière d’excellence, industrie, international, NTIC, réseau social…

a lire aussi

En exclusivité sur

103


Environnement L’environnement… nous entoure ! Une évidence qui ne coule finalement pas de source, tant est récente la préoccupation de sa préservation.

L’environnement peut être défini comme l’ensemble des conditions naturelles (physiques, chimiques, biologiques) et culturelles qui agissent sur les organismes vivants et les activités humaines . Notre environnement est composé d’espaces naturels et agricoles mais également d’espaces urbanisés, supports d’activités humaines qui génèrent des impacts sur les différentes composantes de la nature (biodiversité, eau, air, sol, sous-sol…). Nantes Métropole a reçu de la commission européenne le prix octobre 2010. « Nantes Capitale verte de l’Europe » 2013 à Stockholm le 21 Un titre qui récompense les bonnes pratiques de développement durable.

éléments de débat

chiffres clés

Comment faire en sorte que la nature préserve ou retrouve ses droits en ville  ? Faut-il imposer ou convaincre, intervenir avec volontarisme ou provoquer des prises de conscience  ? Les actions de sensibilisation provoquent-elles de saines réactions, les propositions de bonnes pratiques ontelles un impact auprès de tous, ou les « écogestes » ne sont-ils réservés qu’à une minorité…  ?

pistes de reflexion

L’environnement de Nantes Métropole 32 % d’espaces urbanisés 7 % d’espaces à urbaniser 61 % d’espaces naturels dont 24 % d’espaces protégés Plus de 250 km de cours d’eau et 9 500 ha de zones humides

… quelques espaces préservés suffisaient à satisfaire le « besoin » d’environnement  ?

sait ntarisme des citoyens ne suffi … le volopas à préserver l’environnement  ?

et si … de la conciliation … l’agglomronn ération devenait un exemple ement et développement de la métropole ? entre envi

… la préservation de l'environnement nous emmenait vers un repli sur soi

rd par le changement la préservation de l’environnement passait d’abo de nos habitudes  ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Agriculture, biodiversité, déchet, écoquartier, forêt urbaine, plan climat, pollution, qualité de vie, risque, trame verte et bleue…

 ?

a lire aussi

En exclusivité sur

105


Equipement collectif À l’origine, c’était un terme de marine : on équipait un vaisseau, une Flotte.

Aujourd’hui, on a élargi la définition. Dans la vie de la cité, on désigne ainsi comme équipements collectifs les structures ou bâtimentspublicsouprivésutilesàlacollectivité,quirépondentauxbesoins des habitants : formation, santé, culture, loisirs, mobilité, déchets, eau, événements… Ils s’inscrivent donc au cœur des choix d’urbanisme. chiffres clés

éléments de débat Exigeant le plus souvent de lourds investissements, les équipement collectifs doivent être conçus pour durer. Or, la population évolue et se déplace, de même que ses intérêts et ses besoins. Doit-on adapter les équipements à la demande, ou au contraire faut-il faire en sorte que les politiques d’habitat permettent de rentabiliser et de pérenniser les équipements existants  ? On sait ainsi qu’une école ne fermera pas si la population du quartier se renouvelle, ce qui dépend pour partie des stratégies publiques d’urbanisme et d’habitat… Au fil de leur vie, la gestion des équipements publics recèle également de lourds enjeux. Quand un parc est vieillissant, sa rénovation

Sur Nantes Métropole on compte 16 piscines, 14 cinémas, près d'une trentaine de salles de spectacle, près de 120 gymnases, stades et salles de sport … devient incontournable. Les gestionnaires d’équipement publics travaillent également à trouver des utilisations complémentaires aux équipements spécialisés, afin d’améliorer leur taux d’occupation mais aussi leur insertion dans la vie locale : utiliser les crèches et les écoles le week-end…

… certains équipements ne servaient plus  ?

permettaient plus de créer les finances publiques nevoir e d’entretenir s, ent de nouveaux équipem ts  ? les équipements existan

pistes de reflexion

… la gestion des équipements était confiée aux citoyens  ?

a lire aussi

106

et si …

vite besoins de la population évoluaienttsplus … lesla capac ité à construire les équipemen  ? que

Ailleurs dans l’abcd'ère Aménagement du territoire, culture, écoquartier, espace public, étalement urbain, formation, loisir, renouvellement urbain, santé, services, solidarité, sport, temps de la ville, vie sociale de quartier…


Espace public Dans la cité grecque, l’espace public est le lieu d’échange et de décision collective, plus important que l’espace privé. Aujourd’hui, l’espace public est parfois source de tensions, et l’ agora de plus en plus sur internet…

Espace non bâti, bien commun, où s’exercent diverses fonctions nécessaires à la vie urbaine. De l’agora grecque à nos espaces publics contemporains, le lieu civique disparaît de plus en plus au profit de l'espace fonctionnel plus ou moins paysager et aménagé selon des usages définis : déambulation, promenade, déplacement, repos, convivialité, récréation, respiration, représentation, information, histoire, consommation (marché, étals, terrasses…)… éléments de débat

chiffres clés L’espace public représente 20  % du territoire de l’agglomération. Selon la morphologie du quartier, les espaces publics ou assimilés représentent de 14 à 97 % de la surface du quartier.

pistes de reflexion

et si …

L’espace public reste potentiellement le lieu pour l’échange et la rencontre entre tous les citoyens. À ce titre, il continue de jouer un rôle fondamental dans le développement de la cohésion sociale et des solidarités. Mais l’espace public est également soumis à des conflits d’usage, des tensions entre générations, modes de vie, activités publiques ou privées… Dans les nouvelles opérations d’urbanisation, la volonté de mettre en œuvre de nombreux espaces publics implique pour la collectivité de déployer des moyens adaptés pour leur gestion et leur entretien.

s étaient de vrais … les places publique lieux de rencontre  ?

… les espaces publics étaient des lieux d’expression ?

l’espace public, lieu d’échange, disparaissait au profit d’internet  ? les rues et les places ient le lieu privilégié pour la préservation de laéta nature  ? les l’espace public, bien commun, était géré par habitants, plus que par la collectivité  ?

a lire aussi

Ailleurs dans l’abcd'ère Déplacement, écoquartier, équipement, forêt urbaine, forme urbaine, jardin familial, liberté, lieu de mémoire, marche, partage, paysage, trame verte et bleue… En exclusivité sur

107


Estuaire de la Loire Ce n’est plus le fleuve, ni déjà la mer…

L’estuaire de la Loire est le lieu de rencontre où cohabitent les activités humaines, le trafic portuaire, des nourriceries de poissons, les zones humides… Bref, un lieu de conflit traditionnel, et un lieu d’enjeu pour notre grande métropole estuarienne, Nantes - Saint-Nazaire. chiffres clés

éléments de débat Territoire d’exception, l’estuaire de la Loire est bordé sur ses deux rives par des grands territoires de projet, la métropole Nantes - SaintNazaire et le Pays de Retz. Ces derniers sont confrontés à l’enjeu majeur de concilier développement économique et pr��servation d’un environnement exceptionnel. Les conflits d’usage, nés notamment de la question de la préservation des zones humides face au développement du port autonome de Nantes - Saint-Nazaire, ont fait place à la concertation, qui constitue la nouvelle règle du jeu de l’estuaire de la Loire. Espace naturel, l’estuaire de la Loire est aussi un lieu essentiel pour le développement des projets urbains    ; le programme Rives de Loire a contribué à mettre en valeur les rives du fleuve dans l’agglomération nantaise et aujourd’hui l’Ecométropole Nantes - SaintNazaire propose une dynamique de projets ayant la Loire comme fil conducteur. L’identité estuarienne est sans cesse redécouverte  : hier les charmes des chalands, aujourd’hui la mise en valeur de points de

L’estuaire de la Loire de la Loire, débouché d’un bassin versant réunissant 10 millions d’habitants sur 1000 km 60 km de Nantes à Saint-Nazaire 22 communes riveraines de Nantes à Saint-Nazaire 16 œuvres pérennes d’art contemporain sur les deux rives du parcours Estuaire de la Loire Les principaux terminaux du port Nantes - Saint-Nazaire : Nantes (la Roche Maurice et Cheviré), le Pellerin, Donges, Montoir-de-Bretagne, Saint-Nazaire Une centrale thermique à Cordemais vue et de paysages sur les bords de Loire (reconquête des quais, créations d’œuvres…). Avec la biennale du même nom, l’estuaire devient même un lieu privilégié pour des expositions d’œuvres permanentes comme temporaires. Entre la nature et la culture, il n’y a qu’un pas…

… le développement urbain se faisait sur l’estuaire de

la Loire paysage et du milieu  ?  ? sité en France lieu le plus vi

par des formes respectueuses du ire était le

la Lo … l'estuaire de… l’estuaire de la

a lire aussi

108

pistes de reflexion

Loire devenait un vaste centre d’attraction et d’exposition ?

et si …

Ailleurs dans l’abcd'ère Agriculture, aménagement du territoire, biodiversité, eau, étalement urbain, forme urbaine, métropole Nantes - Saint-Nazaire, port…


Etalement urbain De l'expansion à l'étalement ?

Expression désignant le phénomène de développement des surfaces urbanisées en périphérie des grandes villes. On parle d’étalement urbain quand l’urbanisation est plus rapide que la croissance de la population. éléments de débat

chiffres clés

Généré en grande partie par le coût de l’immobilier en ville, qui entraîne les jeunes ménages à s’éloigner pour acquérir leur logement, l’étalement urbain porte en germe de nombreuses conséquences : - usage important de la voiture, recul des milieux naturels, banalisation des paysages, mitage de l'espace agricole, perte de la ruralité … - surcoûts à moyen terme pour les ménages qui s’étaient éloignés de la ville pour acquérir un logement moins cher… - déséquilibre dans la gestion des équipements et services collectifs : hausse des dépenses en zone périurbaine, équipements de centre-ville en risque de sous-utilisation. La lutte contre l’étalement urbain et la promotion de nouvelles formes urbaines, économes en espace et à prix abordable, est un enjeu majeur pour une ville « post carbone ».

L’équivalent d’un département de taille moyenne est urbanisé tous les 7 ans en France. Depuis les années 1990, 170 hectares de terre sont urbanisées chaque année sur Nantes Métropole, dont deux tiers pour l'habitat et un tiers pour les activités. La densité moyenne à Nantes Métropole est de 16 logements par hectare urbanisé. Ce taux varie de 6 à 187 logements par hectare selon les quartiers de l’agglomération. Le bassin de vie de Nantes est passé de 65 communes en 1990 à plus de 110 aujourd’hui.

les nouvell ages n’étaient pas séduits par … lesesmén denses de construction  ? … on

es

form

pistes de reflexion

et si …

gravait dans le marbre les lim ites

… Nantes Métropole construit plus et plus dense,

de la ville  ?

la périurbanisation s’arrêterait-t-elle ?

itif, que du carburant devient prolehib … lentprix périurbain  ? s dan s gné éloi s age mén les fero

Ailleurs dans l’abcd'ère Agriculture, appartement/maison, construction de logements, déplacement, équipement collectif, estuaire de la Loire, forme urbaine, habitat, migration domicile-travail, périphérique, périurbain, voiture…

a lire aussi

En exclusivité sur

109


Etudiant Passe ton bac d’abord !

Personne qui fait des études supérieures, c'est-à-dire postbac, à l’université, dans un établissement d’enseignement supérieur ou au lycée. La qualité et le rayonnement de la vie universitaire sont révélateurs du dynamisme et de l’attractivité d’une ville : activités de recherche et de formation, vie culturelle, ouverture internationale… chiffres clés Près de 49 000 étudiants dans l’agglomération nantaise dont : 60 % à l’Université de Nantes 8 % en écoles d’ingénieur 14 % en STS-CPGE (Section Technique Supérieure - Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles) 18 % dans une autre formation de l'enseignement supérieur (écoles de commerce, Beaux-Arts, école vétérinaire…) Les Pays de la Loire sont la première région de France pour la mobilité étudiante à l’étranger et pour l’augmentation des effectifs étudiants sur 5 ans. Nantes est la 10e ville universitaire française hors Île de France. Quelques grandes écoles reconnues  : Audencia, Centrale, Ecole des Mines, Ecole

110

éléments de débat Ville universitaire relativement récente puisque qu'elle a été réouverte en 1962, Nantes met les bouchées doubles pour rattraper son retard, avec une armature de grandes écoles et une université qui se sont associées au sein du PRES UNAM (Pôle de recherche et d'enseignement supérieur université Nantes Angers Le Mans). Par sa volonté de multiplier ses liens à l’international, la métropole mène une stratégie d’accueil de chercheurs et d’étudiants de haut niveau. du Bois, SciencesCom, Ecole de Design, Ecole nationale supérieure d’architecture, école vétérinaire…


Nantes Métropole Evolution des effectifs de l'enseignement supérieur depuis 1986

Université de Nantes > Ecole d'ingénieurs > STS-CPGE > Autres formations de l'enseignement supérieur >

pistes de reflexion

et si …

parcours diant construisait son propre … l’étu  ? ent nem seig

… tous les cursus comprenaient un passage d’en

obligatoire par l'étranger  ? métropole nantaise accueillait de nombreux la étudiants étrangers  ?

it un pôle d’enseignem … la métropole nantaissupe éta érieur de tout premier ordre ? ent

Ailleurs dans l’abcd'ère Centre-ville, diversité, équipement collectif, Europe, formation, isolement/solitude, NTIC, réseau social, ville la nuit…

a lire aussi

En exclusivité sur

111


Europe Princesse phénicienne enlevée par Zeus, transformé pour l'occasion en taureau blanc.

Un des six continents ou partie occidentale du supercontinent Eurasie. Association de 27 Etats dont certains partagent une monnaie commune, l'euro. Horizon des grandes métropoles françaises. éléments de débat A l’échelle européenne, la métropole nantaise est une agglomération en forte croissance, mais de taille moyenne et excentrée par rapport aux centres décisionnels (situés dans la fameuse « banane bleue », dorsale des métropoles qui traverse l’Europe du Lancashire à la Toscane en passant par l’Allemagne). Afin de devenir plus visible sur la scène internationale, Nantes unit ses forces avec

pistes de reflexion

et si … …

d’autres territoires, comme SaintNazaire ou Rennes mais aussi Brest et Angers. La métropole s’investit aussi dans les réseaux majeurs européens, comme Eurocities dont elle accueillera l’assemblée générale en 2012 ou encore le Conseil des communes et régions d’Europe dont elle est trésorière et dont l’objectif est d’influencer la législation européenne en faveur des collectivités locales.

… l’Europe éclatait  ?

les Etats disparaissaient au pro fit d’une Europe intégrée  ?

… les littoraux étaient au cœur de l’Europe de demain  ?

Nantes devenait l'un cardinaux de l'Europe  ? des quatres points gens  ? L'Europe entrait dans le coeur des

a lire aussi

Ailleurs dans l’abcd'ère Accessibilité, aéroport, aménagement du territoire, étudiant, filière d’excellence, Grand Ouest, mondialisation, touriste…

En exclusivité sur

113


Exclu « L’enfer, c’est les autres, écrivait Sartre. Je suis intimement convaincu du contraire. L’enfer, c’est soi-même coupé des autres. » Abbé Pierre

Personne qui est rejetée d’un groupe. L’exclu est considéré comme un membre à part de la société, en dehors du système… presque invisible. Ilexisteunemultituded’exclusions :dusystèmescolaire,dumondedu travail, du logement, de la santé, de la vie sociale… chiffres clés

éléments de débat

La France compte 100 000 personnes sans domicile fixe dont 18 600 enfants. 830 000 personnes ont été accueillies aux « restos du cœur » au cours de l’hiver 2009/2010 dont 30 000 enfants de moins d’un an. Dans l’agglomération, avant la mise en place du RSA (1er janvier 2009), plus de 15 % des ménages bénéficiaires du RMI étaient dans le dispositif depuis plus de 10 ans (soit plus de 1 500 ménages).

En général, une personne ne subit pas qu’un seul type d’exclusion mais plusieurs en même temps. Il est bien évidemment difficile de trouver un logement lorsque l’on est à la recherche d’un travail. Les plus exclus, les personnes concernées par la « grande exclusion », sont très difficiles à appréhender et dénombrer. Ces personnes sont souvent sans domicile, et n’ont pas recours aux prestations sociales auxquelles elles auraient droit. Les actions en direction de ces publics pour ainsi dire « invisibles » restent par conséquent particulièrement difficiles à mettre en œuvre.

… les communautés connaissaient un essor sans précédent  ?

… plus personne ne dormait dans la rue  ? … l’exclusion prenait le pas sur l’intégration

114

et si …

 ? toujours plus de personnes  ? rnait le « quart monde » conce

… l'agglomération nantaise était reconnue pour la a lire aussi

pistes de reflexion

qualité de son lien social  ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Actif, chômage, isolement/solitude, précarité, réseau social, solidarité, travail atypique…


Famille Institution bousculée, la famille se conjugue certes au pluriel mais toujours au présent.

Entre la définition de l’Insee (ensemble constitué par un couple avec ou sans enfants ou par un adulte vivant avec un ou plusieurs enfants) et les réalités vécues des familles, l’écart est important. Qu’elle soit nucléaire (couple avec enfants), élargie (avec grands-parents, oncle, cousins…), recomposée, monoparentale, homoparentale, éclatée (conjoints travaillant dans des villes différentes, enfants étudiant ailleurs…), la famille reste une valeur de référence. chiffres clés

éléments de débat La famille est le cercle par définition des relations inter-générationnelles, synonymes de solidarités familiales. Aujourd’hui, avec l’allongement de la durée de la vie mais aussi la mobilité géographique, la précarisation des classes moyennes et la flambée des prix de l’immobilier en centre-ville, certains phénomènes apparaissent  : la co-existence de quatre générations qui oblige à gérer à la fois la prise en charge d’enfants étudiants et de parents vieillissants et/ou dépendants  ; la difficulté d’accès au logement et les déménagements des familles en périphérie  ; la multiplication du nombre de familles isolées de leurs origines…

pistes de reflexion

et si …

Sur l’agglomération nantaise en 2007 : 262 700 ménages environ 86 800 familles avec enfant(s) dont 20 500 familles monoparentales et 66 300 couples avec enfant(s) environ 64 600 couples sans enfant 2,15 personnes par ménage En relation avec la sphère professionnelle, la vie familiale provoque également des besoins sociaux spécifiques  : garde de nourrissons et d’enfants, accueil périscolaire, accompagnement des parents vieillissants, transports…

… on (ne) faisait plus d’enfant(s)  ? … la solidarité primait sur l’individualisme  ?

…la ville se construisait autour de la famille  ? … on choisissait sa famille  ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Actif, culture, déplacement, femme/homme, habitat, logement locatif social, solidarité, transport collectif…

a lire aussi

En exclusivité sur

115


Femme / homme homme / femme Il y a autant d’hommes que de femmes sur la métropole ! Pourtant, cette parité statistique ne cache pas les vraies disparités, économiques et sociales, qui existent dans notre société quand on la scrute sous le prisme du « genre ». Parmi ces inégalités, certaines semblent s’infléchir, d’autres résistent encore et toujours.

En dépit des avancées sociales réalisées depuis une cinquantaine d’années, les inégalités économiques entre les hommes et les femmes demeurent : emploi, carrière, salaire, retraite… Mais l’inégalité est tout aussi évidente à l’école, à la maison, dans les transports, dans le domaine de la santé… éléments de débat A l’école  ? Les filles réussissent mieux que les garçons, du primaire jusqu’au bac, même jusqu’au master. Mais elles ne représentent qu’un quart des élèves des écoles d’ingénieur, et un tiers des classes préparatoires scientifiques. À la maison   ? Les femmes consacrent en moyenne 3h26 par jour aux tâches domestiques (cuisine, ménage, linge, démarches administratives, courses…) contre 2h01 pour les hommes. Cette inégalité s’accroît avec l’arrivée du premier enfant. Toutefois, chez la nouvelle génération, il semble que ces inégalités « domestiques » s’amenuisent. Au travail  ? Si les hommes et les femmes sont égaux devant le chômage, leurs conditions d’emplois, leurs revenus et leur statut les opposent. Dans l’agglomération, 34  % des femmes travaillent à temps partiel (choisi ou non) contre 8 % des hommes. Les femmes représentent deux-tiers des employés mais seulement un tiers des cadres. A poste, expérience et temps de travail équivalents, les femmes gagnent 10 % de moins que les hommes.

a lire aussi

116

Dans les transports  ? Pour se rendre au travail, 22 % des femmes utilisent les transports en commun, et 13 % des hommes. Face à la mort  ? Aujourd’hui, l’espérance de vie est de 84 ans pour les femmes et de 77 ans pour les hommes. Mais cet écart a tendance à se réduire. Les générations passant, les inégalités entre hommes et femmes se réduisent… du moins dans les mentalités, pas forcément dans toutes les réalités. Le schéma de la famille entendu comme un couple avec enfants n’étant plus la seule référence sociale, les statuts et les rôles de l’homme et de la femme évoluent. Ils peuvent s’équilibrer, se renverser même, mais se cherchent aussi un peu parfois. Du côté de la vie publique, le droit de vote des femmes n’a que 66 ans en France. De même, la loi Veil autorisant l’interruption volontaire de grossesse n’a que 35 ans. Les avancées vers l’égalité entre homme et femme sont finalement très récentes.

Ailleurs dans l’abcd'ère Actif, égalité, enfant, famille, jeune, revenu …


Nantes Métropole Catégories socioprofessionnelles selon le sexe

1

2

3

4

5

6

1 Agriculteurs exploitants 2 Artisans, commerçants, chefs d'entreprise 3 Cadres 4 Professions intermédiaires 5 Employés 6 Ouvriers

pistes de reflexion

… il y avait une journée de l’homme  ?

et si … … une femme au foyer était un « actif » pour les statistiques  ? … les rôles entre hommes et femmes éta ient inversés : on regretterait quoi  ?

En exclusivité sur

117


Festival « Mon manège à moi c’est toi » Edith Piaf

Succession dense de manifestations artistiques liées à une période de l’année, un thème et un endroit, qui se déroule dans des lieux qui ne sont généralement pas réservés à l’art (rues, monuments, châteaux…). Souvent associé à l’été, le festival peut concerner la musique, les arts de la rue, le théâtre, la lecture… Des festivals sur l’agglomération nantaise : La Folle Journée, Les rendez-vous de la plage, Scopitone, Les rendez-vous de l’Erdre, Soleils bleus, le festival des trois continents, TisséMétisse, les Goûts Uniques, le festival du cinéma espagnol, A l’Asso, Hip Opsession, Les Utopiales… éléments de débat Les festivals ne sont pas que des mouvements de divertissement. Ils sont devenus des éléments centraux de la vie culturelle dont on attend diversification des publics et découverte de nouveaux talents, mais aussi

attractivité touristique et retombées économiques… Les festivals sont un outil de la politique culturelle des territoires, étant entendu qu’ils participent à leur rayonnement, favorisent le lien social et la créativité locale.

les New-Yorkais venaient à Nan tes pour assister à un festival  ?

… il y avait trop de festivals à Nantes  ?

… vraiment tout le monde avait son festival  ?

a lire aussi

118

pistes de reflexion

et si …

Ailleurs dans l’abcd'ère Budget des ménages, culture, créativité, espace public, loisir, musique, ville la nuit


Filière d’excellence Marque de fabrique du territoire

Secteur d’activité dans lequel un territoire dispose d’atouts indéniables (savoir-faire pointus, entreprises, laboratoires…), offrant une forte valeur ajoutée grâce à sa grande capacité d’innovation. Les pouvoirs publics sont très attentionnés pour les filières d’excellence : ils mettent sur pied des technopôles et autres pôles de compétitivité afin de les soutenir et de les valoriser. Des exemples de filières d’excellence dans la métropole nantaise : les biotechnologies, les matériaux composites, les technologies de l’information et de la communication, la construction navale, le meuble, le génie civil…

pistes de reflexion

et si …

jourd’hui étaient les piliers …lesnomnichiqueessd’au de demain  ? éco

… Nantes était au cœur d’un grand progra

laboratoires …etentunirepversriseités, trav aillaient

de recherche ensemble naturellement  ?

mme de recherche international  ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Actif, BTP, étudiant, Europe, formation, industrie, international, services…

a lire aussi

En exclusivité sur

119


Forêt urbaine La forêt urbaine : une nouvelle génération d’espace naturel, un nouveau type d’espace public !

Sur l’agglomération nantaise, l’idée de forêt urbaine remonte à 1995, faisant écho au constat d’une offre en espaces forestiers particulièrement limitée. Les objectifs sont multiples : permettre la préservation d’espaces naturels, piéger le CO2 (même de manière modeste), constituer une ceinture verte autour de l’agglomération, offrir des habitats pour la faune et la flore, proposer un espace de loisirs et de détente aux habitants, développer, à terme, la filière bois. chiffres clés

éléments de débat Le projet de ville dense, la ville des courtes distances, nécessitent que les habitants disposent, à proximité de leur domicile, d’un ensemble de services et d’espaces de loisirs accessibles. Avec l’ensemble des espaces verts et naturels, la forêt urbaine participe à dessiner la ville de demain. Pour aménager ces forêts, la notion de temps est prépondérante. Entre la planification, à travers les documents d’urbanisme, et la réalisation des plantations au rythme moyen de 40 hectares par an, la finalisation des projets est de l’ordre de 20 à 25 ans. Dans le même temps, la forêt urbaine (et notamment la phase de plantation) est le support de projets éducatifs et pédagogiques. Si la forêt urbaine ne vient pas en concurrence de l’agriculture, mais peut aider à la mise en valeur d’espaces délaissés, quelques

Un seul espace boisé d’importance existe aujourd’hui sur l’agglomération nantaise : la forêt de Touffou à Vertou (220 ha) Trois forêts urbaines prévues : 480 hectares au nord-ouest sur Sautron, Couëron et Saint-Herblain, 180 hectares sur Rezé, Vertou et Les Sorinières 756 hectares au sud-ouest sur SaintAignan de Grand-Lieu et Bouguenais. questions sont encore en chantier : comment préserver la biodiversité dans ces espaces où l’on souhaite faciliter l’accès pour les habitants  ?

pensation carbone pour … on avait unechacom que projet métropolitain  ?

… la forêt urbaine était capable de générer de l’em

ploi grâce au développement d’une filiè bois économiquement viablere  ?

… la forêt urba ine devenait un élément incontournable verte et bleue de l’agglomération  ?

pistes de reflexion

et si …

de la trame

a lire aussi

120

Ailleurs dans l’abcd'ère Biodiversité, empreinte écologique, environnement, espace public, forme urbaine, loisir, plan climat, trame verte et bleue…


Formation Aujourd'hui, la formation est continue !

Investissement individuel et collectif pour l’avenir, quel que soit l’âge de la personne considérée. On distingue la formation initiale de la formation continue  : la première est la formation de base, la deuxième concerne les adultes reprenant leurs études au cours de leur carrière professionnelle ou de leur retraite.

éléments de débat

chiffres clés L'agglomération nantaise compte : 215 écoles maternelles 224 écoles élémentaires 63 collèges 52 lycées 73 établissements d'enseignement supérieur plus de 60 structures de formation continue et professionnelle (Greta, Afpa, CFA…)

pistes de reflexion

et si …

Jeune agglomération, Nantes Métropole dispose de nombreuses structures d’enseignement et de formation. Capitale régionale mais aussi locomotive économique à l’influence interrégionale, la ville accueille de nombreux sites de formation spécialisés.

… le parcours de formation s’individualisait ?

es devenait une ville universitaire prisée … Nantrnatio nal ? à l’inte

se former faisait part intégrante de nos missions professioiennel les ? e n’avait plus de sens ?

… la distinction entre formation initiale et continu

Ailleurs dans l’abcd'ère Actif, équipement collectif, entreprise, élèves, enfant, étudiant…

a lire aussi

En exclusivité sur

121


Forme urbaine « La forme d’une ville change plus vite, on le sait, que le cœur d’un mortel » Baudelaire, cité par Julien Gracq

Elle décrit une entité globale, multiforme, en mutation permanente. Par nature, la forme urbaine n’est jamais figée ou définitive. Elle résulte de l’action de trois acteurs fondamentaux : L’homme : elle est la traduction physique de la société. La nature : l’adaptation à la géographie du site, au climat, les matériaux disponibles. Le temps : chaque période de construction ou de reconstruction de la ville venant en réaction à la période précédente. éléments de débat À l’étalement urbain qui s’est produit au cours des cinquante dernières années répond aujourd’hui la densification des tissus urbains. Les écoquartiers, aujourd’hui à la mode, sont-ils la seule forme urbaine répondant aux enjeux de ville durable  ? Au rythme actuel de production de logements, la ville à l’horizon 2030 existe déjà à 80 % aujourd’hui. Comment adapter la ville existante aux attentes contemporaines et de demain ?

chiffres clés Sur l’agglomération nantaise, la densité moyenne est de 16 logements par hectare urbanisé. Selon les quartiers, les densités varient de 6 à 187 logements par hectare. Comment permettre à un plus grand nombre d’habitants d’être proches à la fois des services et de la nature  ? Comment organiser le mélange des fonctions de la ville  ?

Nantes Métropole 4 formes urbaines courantes sur le territoire (échelle identique pour les 4 exemples)

1 Ville classique : îlot urbain 111 log/ha 40 % d"espaces publics 52 % d'espaces bâtis 96 % de log. collectifs Mixité urbaine 2 Grand ensemble 67 log/ha 88 % d"espaces publics 12 % d'espaces bâtis 100 % de log. collectifs Monofonctionnel

122

3 Forme spontanée : bourg 23 log/ha 19 % d"espaces publics 22 % d'espaces bâtis 85 % de log. individuels Mixité urbaine 4 Lotissement contemporain 11 log/ha 26 % d"espaces publics 16 % d'espaces bâtis 100 % de log. individuels Monofonctionnel


pistes de reflexion

se inverse  ?

… la densification actuelle préparait une future pha … la nature reprenait ces droits de « cité »  ?

et si … … on habitait sous terre  ? …

une forme urbaine tre, aya nt un impact zéro sur les ressources, était possiblneu e  ? sédant déjà le plus

aine pos  ? urbains étaient la forme urb … lespotcenenttres es du développement durable enc exig aux re ond rép r pou iel fort … on revenait à la densité des villages d’antan  ?

… l’utopiones’deenlaapevillrçoe àivela ?campagne avait pris forme sans qu’

a lire aussi

Ailleurs dans l’abcd'ère Architecture, centre-ville, écoquartier, étalement urbain, renouvellement urbain… En exclusivité sur

123


Fraternité Une des trois notions de la devise de la République Française. Probablement la moins utilisée communément.

Relation entre frères ou entre peuples. La fraternité désigne alors le sentiment profond de ce lien et comporte une dimension affective. « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité ». Déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen. chiffres clés

éléments de débat la fraternité est une notion éminemment collective, qui renvoie plus au "nous" qu’ au "je". En ce sens, elle nous interroge sur le vivre ensemble, notre ouverture aux autres mais au-delà également sur la capacité que nous avons en fonction de son degré de partage et d’acceptabilité, à nous projeter dans un destin commun. La fraternité renvoie aussi à la tolérance, aux tolérances… aux fêtes également. Aux grands rassemblements populaires et fraternels passés de notre agglomération (de la libération de Nantes à Royal de Luxe aujourd’hui en passant par la fraternité ouvrière des chantiers navals) et ceux à inventer. C’est une notion qui s’est régénérée régulière-

20 avril 1848 : "Fête de la Fraternité" pour célébrer sur la place de l’étoile (à Paris) l'instauration du suffrage universel 10 décembre 1948 : déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen ment autour de moments violents ou tragiques (les tranchées de 14-18, la libération du pays) ou de très forte communion populaire (la victoire en coupe du monde de football en 1998). Peut-on se passer d’événements particuliers pour faire vivre la fraternité tout au long de l’année ? Comment faire ?

la fraternité l'isolement  ? était la réponse à

… finalement la fraternité c'était le bonheur,

un très fort bonheur collectif ?

à la mondialistion ? la fraternité était un recours face

a lire aussi

124

pistes de reflexion

et si …

Ailleurs dans l’abcd'ère Egalité, famille, isolement/solitude, liberté, lieu de mémoire, partage, solidarité, syndicat de salariés, vie citoyenne, vie sociale de quartier…


Grand Ouest Cadran nord-ouest de la France, à géométrie variable.

Le Grand Ouest est une notion géographique assez mal délimitée, utilisée pour désigner les régions du Nord-Ouest du pays. Ne correspondant à aucune unité historique ou entité administrative, il regroupe en général la Bretagne, la Basse-Normandie et les Pays de la Loire. Le Poitou-Charentes, et plus rarement la Haute-Normandie, y sont quelquefois incluses. chiffres clés

repères

11 600 000 personnes en 2007 (Bretagne, Pays de la Loire, Haute et Basse Normandie, Poitou-Charentes), 779 000 établissements économiques en 2009, Avec 800 000 habitants, Nantes Saint-Nazaire est parfois qualifiée de métropole du Grand Ouest, Sur la carte des indicatifs téléphoniques, le "02" couvre les régions Bretagne, Pays de la Loire, Normandie et Centre. Poitou-Charentes est en "05."

pistes de reflexion

et si …

Fin des années 1980  : arrivée du TGV à Nantes et à Rennes 2004 : naissance de l’Espace métropolitain Loire-Bretagne réunissant Nantes, Rennes, Angers, Brest et Saint-Nazaire 2009  : premier colloque Nantes/Rennes, étape majeure dans la coopération entre les deux métropoles À travers ces trois événements, Nantes est engagée dans une dynamique de coopérations qui choisit l’échelle du Grand Ouest. L’objectif est notamment d’être plus visible à l’échelle européenne.

… on donnait un nom au Grand Ouest  ?

… l’Arc Atlantique était le centre de l’Eu

rope  ?

… le Grand Ouest descendait jusqu’à Toulouse  ? … une région Grand Ouest était créée, quelle en serait la capitale  ?

a lire aussi

Ailleurs dans l’abcd'ère Bretagne, identité nantaise, international, Loire-Atlantique, métropole Nantes - Saint-Nazaire, Pays de la Loire… En exclusivité sur

125


Gros mot administratif « Les technocrates, quand tu leur poses une question, une fois qu’ils ont fini de répondre, tu comprends plus ta question ! » Michel Colucci

DOG, DOO, PADD, PEB, PLU, PDH, PLH, PDU, SCoT, PDEOM, SAGE, SPANC, TEOM, GPV… Derrière ces sigles et acronymes barbares, ponctués de mots étonnants à la mode de dispositif, public cible, externalisation ou encore employabilité, on trouve des réalités très concrètes : schémas, plans, opérations destinés à définir les objectifs et à organiser la mise en œuvre des politiques publiques en matière d’urbanisme, de transport, d’habitat, d’action sociale, de gestion de l’eau, de gestion des déchets…

éléments de débat Parlez-vous technocrate   ? Non   ? Dommage, car c’est la langue de la gestion de la cité. Les règlements et autres textes officiels sont truffés de « gros mots administratifs » peu accessibles au commun des mortels. Heureusement, les agents de ces mêmes admi-

nistrations se font régulièrement les traducteurs de ce langage auprès des usagers. Mais il reste que le système génère de la méfiance, perdant en parallèle souplesse et simplicité, ralentissant par exemple le déploiement de la e-administration. Euh, ça veut dire quoi, e-administration  ?

pistes de reflexion

tout simplement on simplifiait les textes administratifs  ?

… …on inventait un dictionnaire français/administr le plus cette langue était enseignée dès

tion  ?

a lire aussi

126

jeune âge  ?

et si …

a-

Ailleurs dans l’abcd'ère Aménagement du territoire, formation, habitat, ségrégation urbaine, vie citoyenne, vote…


Habitat Habiter un espace n’est pas simplement l’occuper, tant il est vrai qu’un domicile est tout autant affaire de style ou d’âme que d’immobilier et de mobilier.

L’habitat désigne le mode d’occupation de l’espace par l’homme pour des fonctions de logement. Habitat individuel ou collectif, habitat groupé ou dispersé... Les enjeux de l’habitat couvrent une bonne part des conditions de vie d’une population : le logement bien sûr, mais aussi le cadre de vie de l’individu et de la famille, dans ses activités domestiques ou sociales : c’est où on reçoit, où on se repose et se divertit, où les enfants grandissent… chiffres clés

éléments de débat La stratégie « habitat » de Nantes Métropole (Programme Local d’Habitat, PLH 2010-2016) a pour objectif de construire de 4 500 à 5 000 logements chaque année. Pour construire l’habitat de demain, pour tous les habitants et les futurs habitants de l’agglomération (propriétaires, locataires, familles, étudiants, gens du voyage, anciens…), le PLH a une ambition de diversité  : 50  % de logements libres, 25 % de logements locatifs sociaux, et 25 % de logements abordables (locatif et accession). Mais penser l’habitat de demain n’est pas que quantifier la construction de logements. Il faut également réfléchir et organiser les territoires d’implantation de ces futurs logements, et favoriser leur développement à proximité des transports collectifs, des équipements, des services…

282 300 logements sur Nantes Métropole, occupés à 54 % par des propriétaires 27 % par des locataires du parc privé 18 % par des locataires du parc social 1 % autres (logés gratuitement par exemple) Un propriétaire reste en moyenne 12 ans dans son logement, un locataire du parc social 7 ans, un locataire du parc privé 3 ans. Une stratégie « habitat », c’est privilégier le développement d’une agglomération plus durable et agréable à vivre en imaginant pour tous de nouvelles formes d'habiter.

Nantes Métropole principaux critères de choix du logement

1 Son prix 2 La présence des transports collectifs 3 La présence d'équipements (école, commerces…) 4 La présence d'espaces verts 5 La proximité de mon lieu de travail, d'études … 6 L'image de la commune

1

128

2

3

4

5

6

7

7 La proximité de la famille, amis…


pistes de reflexion

et si …

… on habitait à 2 ou 3 générations  ?

… l’appartement faisait oublier la maison  ?

… on échangeait nos logements  ?

fallait s’endetter sur plusieurs générations … il deven ir propriétaire  ? pour … tous les logements produisaient l'énergie qu'ils

consomment  ? t nos logements évoluaient et se déplaçaien en fonction de nos besoins  ?

a lire aussi

Ailleurs dans l’abcd'ère Accession à la propriété, appartement/maison, construction de logements, écoquartier…

En exclusivité sur

129


Identité nantaise « Favet Neptunus eunti » : Neptune sourit à ceux qui osent Devise de Nantes depuis 1815

L’identité d’un territoire est toujours difficile à définir. C’est d’autant plus vrai à Nantes, ville carrefour aux influences multiples et à l’histoire à la fois glorieuse (Edit de Nantes) et sombre (traite négrière). « Nantes a une grande mission à remplir : placée au centre des départements de l’Ouest, cette ville est la plus populeuse de toutes celles que baigne la Loire  ; son fleuve, ses rivières, les routes nombreuses qui viennent y aboutir, ses relations commerciales, son ardeur patiente et laborieuse, lui donnent un rôle spécial, une influence de position, dont l’importance marche en croissant ». Ange Guépin, Histoire de Nantes, 1839. Signes particuliers  : le muguet, le muscadet, la mâche, le BN, le curé nantais, les rigolettes, l’éléphant, LU, le passage Pommeraye, le berlingot, le port, Trentemoult, l’Atlantique, les Canaris, la Cigale, le Château des Ducs de Bretagne, le tram… repères 6e ville de France, 8e agglomération de France, près de 600 000 habitants. Successivement administrée par les Namnètes, peuples gaulois, les Romains, les Bretons, les Vikings, les Bretons, les Rois de France, la République française…, la métropole nantaise est ouverte au monde, encore aujourd'hui carrefour de diversité.

Quelques Nantais connus, d’origine, d’adoption ou de passage

Nantes est une ville au premier abord compliquée, difficile à comprendre, difficile à lire. Avec ses îles qui n’en sont plus (Feydeau, Sainte-Anne…), ses cours où l’eau ne coule plus (Cinquante Otages, Sully…), ses rivières pour partie enterrées (Erdre, Chézine…), ses doubles rondspoints déroutant les nouveaux arrivants, son centre bipolarisé entre Commerce et Bouffay… Complexe, et c’est là son charme, Nantes est à l’image de sa cathédrale alliant le granit et le tuffeau : à la croisée de la Loire, de la Bretagne et de la Vendée.

François Bégaudeau, écrivain et cinéaste  ; Anne de Bretagne, femme politique  ; André Breton, écrivain et poète surréaliste  ; Aristide Briand, homme politique et prix Nobel de la paix  ; Pierre Cambronne, général  ; Jeanne Cherhal, chanteuse  ; Georges Clemenceau, homme politique  ; Julien Gracq, écrivain  ; Mickaël Landreau, footballeur  ; Anna Mouglalis, actrice  ; Loïc Peyron, skipper  ; Edwy Plenel, journaliste  ; Claude Sérillon, journaliste  ; Eric Tabarly, navigateur  ; Jérémy Toulalan, footballeur  ; Jules Verne, écrivain  ; Pony Pony Run Run, groupe français de pop rock  ; Jacques Demy, cinéaste  ; Philippe Katerine, chanteur  ; Yasmin Rahmani, danseur chorégraphe

130


pistes de reflexion

et si …

Avec le poète surréaliste André Breton, peut-on encore dire que « Nantes : peut-être avec Paris la seule ville de France où j’ai l’impression que peut m’arriver quelque chose qui en vaut la peine »  ? Nantes tient depuis plusieurs années le haut des classements des villes françaises où il fait bon vivre,

la qualité de vie est-elle ici une fierté que l’on partage ou une vertu que l’on protège ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Bretagne, centre ville, estuaire, Grand Ouest, intercommunalité, métropole Nantes - Saint-Nazaire, Pays de la Loire…

a lire aussi

En exclusivité sur

131


Immobilier de bureau

Paradis tertiaire

Le bureau a généralement remplacé l’atelier comme lieu de travail. Le développement des services dans nos sociétés et nos villes a entraîné la construction d’immeubles spécifiques, destinés à accueillir uniquement des bureaux. La construction, la vente ou la location de bureaux génère une activité économique importante que l’on a l’habitude de désigner sous le terme d’immobilier de bureau (ou d’entreprise). chiffres clés

éléments de débat En matière de bureaux, le niveau de transaction reste élevé malgré la crise économique, proche de la moyenne observée sur la période 2004-2007. Sur ce marché bien actif, il faut prendre garde à maintenir un équilibre entre centre et périphérie. La question du maintien et du développement des emplois du secteur privé en cœur de ville est une question centrale pour les prochaines années.

pistes de reflexion

et si … …

Sur Nantes Métropole en 2009 : plus de 91 200 m2 de bureaux commercialisés les bureaux neufs représentent 56 % des transactions 82 % des surfaces commercialisées le sont en location. L’agglomération nantaise a engagé des programmes importants de construction de bureaux sur la ZAC d’Armor près du Zénith à Saint-Herblain, et sur le site d’Euronantes à proximité de la gare. Sur ce site, 300 000 m2 sont déjà construits, 200 000 m2 supplémentaires seront construits d’ici 2015.

… il n’y avait plus que des bureaux  ?

… le télétravail devenait la norme  ?

le centre-ville n’accueillait plu s que des administrations et des commerces  ?

… on développait le co-bureautage à la nantaise

… la métropole abritait une tour de bureaux reco

 ?

nnaissable dans le monde ent

a lire aussi

132

ier  ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Accessibilité, emploi, entreprise, services…


Industrie Activité humaine tournée vers la production en série de biens

Tout le monde a entendu parler de la révolution industrielle, qui caractérise au 19e siècle le passage d’une société agricole à une société de production mécanisée. L’industrie désigne une activité économique dont l’objet est de produire des biens destinés à être vendus en les extrayant du sol (industrie extractive), en les fabriquant (ex : la voiture), ou par transformation (électricité, élimination des déchets, épuration…). chiffres clés

éléments de débat Dans l’agglomération, le socle industriel est ancien, comme nous le rappelle l’histoire des Chantiers navals, et solide. Notre industrie a su s’adapter aux évolutions de marché et est positionnée dans des secteurs exportateurs. (équipement aéronautique, construction navale, agroalimentaire…). Aujourd’hui la France importe légèrement plus qu’elle n’exporte. Les filières de l’aéronautique, de la construction navale, de la santé, du ferroviaire et de l’agroalimentaire sont exportatrices. Quant aux filières de la mode, des technologies de l’information et de la communication, de l’automobile et des biens de consommation, elles sont globalement importatrices. La mondialisation bouleverse les modes de

En 10 ans la part de la production revenant aux acteurs français des filières est passée de 75 % à 69 %. À Nantes Métropole, les établissements industriels représentent 6 % de l’ensemble des établissements, 11 % des emplois sont des emplois industriels un taux supérieur aux autres grandes métropoles françaises production. L’établissement industriel tend souvent à être une unité d'assemblage de composants fabriqués ailleurs, dans d’autres pays.

… l'industrie était l'avenir de la métropole  ? … la production industrielle était entièrement automatisée  ? … les industries quittaient la région  ?

… le produitétait le plus vendu au monde fabriqué à Nantes  ?

pistes de reflexion

et si …

l’assemblage était l’avenir …l’indu velle révolution industrielle  ? strie en France  ? … on assistait à une nou de … le coût du transport des marchandises devenait si élevé que l’on re-localisait certaines industries sur notre territ oire ?

a lire aussi

Ailleurs dans l’abcd'ère Actif, catégorie socioprofessionnelle, emploi, entreprise, mondialisation, pollution, risque… En exclusivité sur

133


Intercommunalité Nantes Métropole, c’est 24 communes au total, unies pour être plus fortes, naturellement.

Une intercommunalité est le regroupement de plusieurs communes pour mener ensemble des politiques publiques et agir sur le quotidien. La construction de l’agglomération nantaise est une épopée qui trouve ses racines au début du 20e siècle mais remonte essentiellement aux trente dernières années. repères 1926  : des conférences intercommunales réunissent Nantes, Orvault, Rezé, Saint-Herblain et Saint-Sébastien-sur-Loire. 1967 : création de l’Association communautaire de la région nantaise, structure d’études et de réflexions, avec 36 puis 37 communes. Années 1970  : création de plusieurs syndicats intercommunaux à vocation unique, chargés de mettre en œuvre des politiques spécifiques (ex : transports, voirie). 1982  : création du Syndicat intercommunal à vocations multiples de l'agglomération nantaise (SIMAN), regroupant 19 communes. 1992 : création du District de l’agglomération nantaise, qui regroupe les 19 communes du SIMAN auxquelles se joindront Saint-Aignan de Grand Lieu et Bouaye. Le District perçoit l’impôt directement, alors que le SIMAN vivait de la contribution des communes. 2001  : transformation du district en communauté urbaine, qui prendra le nom de Nantes Métropole en 2004. Les adhésions de Mauves-sur-Loire, Brains et Saint-Léger les Vignes portent le nombre de communes à 24.

134

Nantes Métropole aujourd’hui : 24 communes, 113 conseillers communautaires, plus de 2400 agents. Les compétences de Nantes Métropole : aménagement urbain, transports et déplacements, espaces publics, voirie, propreté et éclairage public, déchets, environnement et énergie, eau et assainissement, logement et habitat, développement économique, enseignement supérieur, recherche et innovation, emploi, Europe et attractivité internationale. En plus de ces compétences obligatoires, la communauté urbaine Nantes Métropole s’est dotée de compétences facultatives comme : Les actions et réalisations en faveur des personnes handicapées, l’aménagement de promenades le long des cours d’eau et la valorisation des espaces naturels à vocation de loisirs et d’éducation de l’environnement, la lutte contre les pollutions…


pistes de reflexion

et si …

… Nantes Métropole élargissait

ses champs d’action  ? était différent  ? le périmètre de l’agglomération

… on élisait le Président de l’agglomération au suff

rage universel direct  ?

… les communes de l’agglomération fusionnaient

pour former une seule ville ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Aménagement du territoire, démocratie, espace public, formation, identité, Loire-Atlantique, métropole Nantes - Saint-Nazaire, Pays de la Loire, tramway, transport collectif…

a lire aussi

En exclusivité sur

135


International C'est la lutte finale ?

Adjectif s’employant en particulier dans l’expression « rayonner à l’international ». Ambition de toutes les grandes villes françaises, car rayonner à l’international est signe d’attractivité, de puissance, de reconnaissance… et de développement de l’emploi. éléments de débat

chiffres clés Dans les Pays de la Loire en 2009, 605 emplois ont été créés ou maintenus grâce à des capitaux étrangers. La Loire-Atlantique compte 142 entreprises internationales qui concentrent 8 % de l’emploi salarié privé et représentent 91 % du chiffre d’affaires d’exportation du département. Pays de la Loire : 1ère région française pour la part d’étudiants partis à l’étranger via le programme Erasmus. 3 400 étudiants étrangers à l’Université de Nantes. Nantes, capitale verte européenne en 2013.

pistes de reflexion

et si …

a lire aussi

136

Nantes est une capitale régionale reconnue, mais les investissements étrangers y restent limités, comme dans tout l’Ouest. Port de commerce international, Nantes a pourtant sa carte à jouer dans la compétition des villes à l’échelle mondiale. Y a t-il une masse critique à atteindre, que ce soit en termes démographique, économique, scientifique…  ? d’où des alliances, avec Saint-Nazaire et Rennes, mais aussi Brest et Angers. Depuis quelques années, la métropole s'investit dans les réseaux internationaux pour gagner en visibilité. Elle est notamment présente au bureau d'Eurocities, réseau des métropoles européennes, dont elle accueillera l'assemblée générale en 2012. Elle représente aussi les villes auprès de l'ONU dans les négociations internationales sur le climat, en tant qu'adhérente de Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU). rnationale  ?

touristique inte … Nantes devenait une destination … on parlait ang

lais à Nantes  ?

enait une capitale … Nanteeurs dev opéenne reconnue  ?

Nantes accueillait le siège de l’entreprise la plus

puissante au monde  ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Accessibilité, Europe, filière d’excellence, Grand Ouest, identité nantaise, immobilier de bureau, innovation, mondialisation…


Isolement / solitude L’ultra moderne solitude, dit la chanson de Souchon. Elle pousse en ville. Un « ménage » urbain, c’est souvent une seule personne…

Vivre seul ne signifie pas obligatoirement se sentir seul. Au contraire, on peut se sentir seul en étant très entouré et avoir une vie sociale développée. Il n’empêche, la ville a la spécificité d’accueillir de nombreuses personnes seules… dont certaines vivent parfois dans un profond sentiment d’isolement. La solitude peut ainsi être liée à différents facteurs : vieillissement, désocialisation liée à l’emploi, ruptures familiales, déracinement…

chiffres clés

En France : 36  % des Français déclarent se sentir souvent seuls. Les périodes de la vie où l’on souffrirait le plus de solitude seraient à l’âge le plus actif (30-45 ans) et au très grand âge (85 ans et plus). Même s’il revêt des aspects différents, le sentiment de solitude est aussi fort en ville qu’à la campagne. En revanche, il est plus important chez les personnes faiblement diplômées, les chômeurs et chez les personnes ayant des problèmes de santé.

Sur Nantes Métropole,103 600 personnes vivent seules dans leur logement (2007) soit 39 % des ménages (30 % en 1990) 52 % sont des actifs, 31 % des retraités et 17 % dans une autre situation (inactifs, étudiants…) 17 % ont plus de 75 ans (10 % en 1990)

Nantes Métropole Catégories socioprofessionnelles des actifs qui vivent seuls

1

2

3

4

5

6

1 Agriculteurs exploitants 2 Artisans, commerçants, chefs d'entreprise 3 Cadres, professions intellectuelles supérieures 4 Professions intermédiaires 5 Employés 6 Ouvriers

138


éléments de débat Le phénomène de solitude en ville mérite une grande attention, car il révèle des problématiques sociales et personnelles fortes. Une personne éloignée de toute famille et privée de tout lien amical ou relationnel se retrouve rapidement en péril physique ou mental au moment d’affronter un accident ou un incident de la vie. Il faut toutefois affirmer en même temps que vivre seul est aussi un choix revendiqué par de nombreuses personnes, qui ne sont d’ailleurs pas forcément isolées. Ainsi, la volonté de ne pas « vivre en couple » peut donner le statut de célibataire… à quelqu’un qui « vit un couple » mais sans les modalités domestiques d’un ménage. Les aînés. Le vieillissement de la population devrait entraîner la progression du nombre de personnes âgées vivant seules dans leur logement. Il faut se poser la question des propositions de logement et de services à

pistes de reflexion

et si … …

faire à ces aînés, mais aussi de liens de solidarité à créer pour éviter que la solitude ne soit un isolement. Les jeunes. Souvent parce qu’ils sont précarisés ou éloignés de leurs racines familiales et amicales par l’emploi, ou le manque d’emploi, par les études, par le manque de moyens financiers… les jeunes aussi vivent seuls. Il faut se poser la question de l’offre de sociabilité et d’accès aux loisirs à leur proposer. Les nouvelles solitudes… La réalité de la solitude, qui touche une part de population qui a du pouvoir d’achat, a généré un « marketing de la solitude », avec des produits qui proposent des moyens plus ou moins qualitatifs : « speed dating », vacances pour personnes seules, et bien sûr rencontres sur internet… Les technologies de la communication (internet mais aussi la téléphonie) ont d’ailleurs pu créer l’illusion de facilement multiplier les contacts et les réseaux. Mais le cyber-relationnel suffit-il pour sortir de la solitude  ?

le banc public du qua un point de rencontres  ? rtier était à nouveau

eant des services … on vivait seul en paret tag des espaces de vie  ?

… vivre seul n'était pas synonyme d'isolement  ?

les solitudes des diff en partage de toit  ? érentes générations pouvaient s’organiser ion n’étaient occupés

érat arts des logements de l’agglom … lespartroidess-qu personnes seules  ? que

Ailleurs dans l’abcd'ère Aîné, espace public, exclu, forme urbaine, jeune, NTIC, précarité, réseau social, solidarité, vie sociale de quartier…

a lire aussi

En exclusivité sur

139


Jardin familial Jardins ouvriers et familiaux : lieux de parenthèse enchantée, avec lampions, tomates bio et apéro…

En France, dès 1896, des parcelles de terre sont mises à disposition des ouvriers des villes. Elles améliorent leurs conditions de vie en leur procurant une autosubsistance alimentaire et en créant du lien social : c’est le début des jardins ouvriers. Ils prendront l’appellation de jardins familiaux après la seconde guerre mondiale. Souvent délimités individuellement et regroupés par groupes de taille variable, parfois en périphérie, le long des voies ferrées, en bordure de grands axes de circulation… les jardins familiaux sont de plus en plus intégrés au projet urbain. Ils connaissent un renouveau grâce à l’engouement des citadins pour ce « retour à la terre et aux relations simples ». repères Il existe des jardins familiaux sur de nombreuses communes : Couëron, Indre, Nantes, Rezé, Saint-Herblain, Saint-Sébastien-sur-Loire, Thouaré… Ces jardins sont généralement mis à disposition par la ville, parfois par des sociétés, voire par des privés.

À Nantes, par exemple, 920 parcelles individuelles, réparties en 22 sites, sont gérées par les associations des jardiniers et le SEVE (Service des Espaces Verts) de la Ville de Nantes. L'engouement est tel qu'il faut attendre trois années pour obtenir un jardin.

… on cultivait le rond point République  ?

… on cultivait les toits de la ville  ?

pistes de reflexion

les jardins étaient rése aux classes sociales défavorvés risées  ?

et si …

et les façades  ?

rrir la ville  ?

… la production des jardins pouvait parvenir à nou

a lire aussi

140

Ailleurs dans l’abcd'ère Agriculture, alimentation, association, biodiversité, écoquartier, vie citoyenne, vie sociale de quartier …


Jeune « On met longtemps à devenir jeune » Picasso

La jeunesse est une catégorie aux contours incertains. À quel âge commence-t-elle, à quel âge finit-elle  ? Plutôt que de chercher une définition autour de l'âge biologique, objective, mais forcément arbitraire, mieux vaut considérer l'âge comme une production sociale qui a évolué au cours de l'histoire et qui varie en fonction des situations sociales et … de la vie de chacun. éléments de débat Les jeunes participent pleinement à la vie de la cité et représentent l’avenir : ils sont les actifs de demain… et les retraités d’après demain  ! Mais que de difficultés pour la jeunesse d’aujourd’hui : selon le type de famille, l’origine sociale, le quartier habité…

pour accéder à la formation, à l’emploi, à un logement… bref pour entrer dans le monde des adultes. Parfois stigmatisée, la jeunesse véhicule des images qui peuvent faire peur aux anciens jeunes. Y a-t-il de plus en plus d’écarts entre les jeunes et les anciens jeunes ? Pourtant il faut bien que «  jeunesse se passe »…

Nantes Métropole Répartition de la population par âge 100 ans ou plus 95 à 99 ans 90 à 94 ans 85 à 89 ans 80 à 84 ans 75 à 79 ans 70 à 74 ans 65 à 69 ans 60 à 64 ans 55 à 59 ans 50 à 54 ans 44 à 49 ans 40 à 44 ans 35 à 39 ans 30 à 34 ans 25 à 29 ans 20 à 24 ans 15 à 19 ans 10 à 14 ans 5 à 9 ans moins de 5 ans

142


pistes de reflexion

et si …

… la jeunesse était de plus en plus créatrice et nov … la société était plus solidaire envers ses jeunes

atrice  ?

 ?

… la jeunesse devenait plus « politique »  ?

… la jeunesse devenait incontrôlable ?

a lire aussi

Ailleurs dans l’abcd'ère Actif, enfant, formation, étudiant, revenu, vie citoyenne, temps de la ville, vélo, ville la nuit…

En exclusivité sur

143


Liberté « Il n'y a point de mot qui ait reçu plus de différentes significations… que celui de liberté », Montesquieu, De l’esprit des lois

À coup sûr une notion donnant chaque année des sueurs froides à des milliers de bacheliers confrontés à l'angoisse de la page blanche en philosophie. La liberté est absence de contrainte, ou indépendance, pouvoir d'exercer librement sa volonté, libre arbitre… C'est aussi une des trois notions de la devise de la république française. Certainement la définition au caractère universel le plus affirmé. Et qui a le mérite de pouvoir donner à chacun l'espace de déterminer son sentiment de liberté, son espace de liberté indispensable. chiffres clés 13 avril 1598 : Edit de Nantes, édit de tolérance reconnaissant la liberté de culte aux protestants 1789 : déclaration des droits de l'homme et du citoyen (la liberté est un des quatre droits naturels et imprescriptibles de l'homme) 1830 : la liberté guidant le peuple par Eugène Delacroix

27 avril 1848 : abolition de l'esclavage 1886 : inauguration de la Statue de la liberté, New York 12 août 1944 : libération de Nantes 2010 : la liberté d'expression est restreinte dans 60  % des pays, selon Amnesty International

bonheur n'était qu'un … finalement le sen timent de liberté ?

… le projet collectif libérait l'individu ?

pistes de reflexion

et si …

… on rapprochait aspirations citoyenne et individuelle ?

… les libertés individuelles étaient de plus en plu

s un frein au projet collectif ?

a lire aussi

144

Ailleurs dans l’abcd'ère Créativité/innovation, égalité, espace public, fraternité, démocratie, vie citoyenne, vote…


Lieu de mémoire « Un lieu de mémoire va de l’objet le plus matériel et concret, éventuellement géographiquement situé, à l’objet le plus abstrait et intellectuellement construit » Pierre Nora

Littéralement, portion de l'espace où l'on se souvient… Le concept de lieu de mémoire émerge dans les années 1970 et se réfère à l’histoire collective, tout à la fois moyen d'ancrer le souvenir dans le territoire, afin de le rendre « visible » aux habitants, et lieu qui en lui-même recèle l'histoire de la ville et de sa population. L'attachement de la mémoire à un lieu facilite sa permanence et sa transmission. Leslieuxdemémoireprennentdesformestrèsdiverses,entre l'érection de monuments, le baptême d'un site existant, la pose de plaques commémoratives… Lieu et mémoire sont tout à la fois personnels et collectifs. C'est pourquoi le lieu de mémoire, comme tout élément identitaire, peut susciter adhésions et rejets. En elles-mêmes, ces réactions témoignent de l’histoire de la ville. Apparaît aujourd’hui la notion de « tracés », parcours faits de plusieurs lieux de mémoire, pour inscrire le souvenir dans le présent et la découverte de la ville et du territoire. éléments de débat Le débat sur les lieux de mémoire est très important dans l'agglomération nantaise, compte tenu de son histoire prégnante liée à la traite négrière. Attacher une mémoire à un lieu, c'est en choisir une parmi d'autres. Ce peut être aussi dédier un lieu existant à la commémoration, à l'instar du Mémorial à l'abolition de l'esclavage qui

pistes de reflexion

prendra place Quai de la Fosse, où accostaient les navires négriers. Pour autant peut-on réduire la mémoire d'un événement historique à un monument ? Inversement, peut-on s'approprier le souvenir de personnes ou d'un groupe ? Et puis, la mémoire et l'histoire peuventelles se réduire à un parcours de lieu à lieu ?

… on posait partout des plaques souvenirs ? … on avait le droit d'oublier ?

… se balader en ville était parcourir une histoire en marche, par les lieux, les sons, les ima

ges… 

Gre r le futur, comme « le 1999 pour en … on cré » ?ait(16des000lieuobjex tsdeontméétémoscelireléspou que Uni Lieu du oi par dans une uverts le 1 janvier 2100) nier du

siècle

… on ne se souvenait que de ce qui fait plaisir ?

être redéco

er

a lire aussi

Ailleurs dans l’abcd'ère Bonne idée oubliée, culture, espace public, identité nantaise, partage, touriste, vie citoyenne… En exclusivité sur

145


Logement locatif privé « Le propriétaire a une maison, le locataire en a mille » proverbe persan

Logement qui appartient à des personnes privées ou à des organismes du secteur privé, qui le mettent en location à d’autres habitants en contrepartie d’un loyer (parfois gratuit).

chiffres clés 263 000 résidences principales dans l’agglomération nantaise dont 27  % occupés par des locataires privés. Loyer moyen sur l’agglomération : 561 €/mois, charges comprises.

146

Les locataires privés sont 38  % à considérer avoir des relations inexistantes avec leurs voisins (17 % pour les locataires sociaux, 10 % pour les propriétaires).


Loire-Atlantique Loyer mensuel moyen hors charges /m2 au 30 juin 2010

pistes de reflexion

et si …

… il n'y avait plus de location sur l'agglomération 

?

en 2030, les loy moins élevés qu aujourd'hui ?ers étaient deux fois

…être locataire était aussi intéressant qu'être propriétaire ?

…il n y avait que des locations sur l'agglomération 

?

a lire aussi

Ailleurs dans l’abcd'ère Accession à la propriété, construction de logements, économie sociale et solidaire, habitat, logement social, précarité, ségrégation urbaine, solidarité…

En exclusivité sur

147


Logement locatif social Plus des deux tiers de la population française seraient éligible à un logement locatif social

Un logement locatif social est un logement destiné, suite à une initiative publique ou privée, à des personnes à revenus modestes et intermédiaires qui auraient des difficultés à se loger sur le marché libre. Compte tenu des revenus, 74 % de la population de l’agglomération et 69 % de la population française pourraient faire une demande pour occuper un logement locatif social.

éléments de débat Deux grands types de logement social existent en France : le logement social dit « HLM » et le logement social spécialisé (foyers de travailleurs, d’étudiants, pour personnes âgées, etc.). Par ailleurs il existe un parc locatif dit social « de fait ». Le logement social dit « HLM » (habitation à loyer modéré) est celui auquel tout un chacun pense quand cette question est évoquée. Ce type de logement social appartient à un cadre fortement institutionnalisé et reçoit des subventions de l’État et des collectivités. Ce système est organisé autour des offices HLM (établissements publics qui gèrent le secteur public du logement et de l’habitat social). Les offices publics HLM sont rattachés aux collectivités locales et gérés par les collectivités locales, l’administration de l’Etat, les partenaires financiers et sociaux et les locataires. Parallèlement à ce système public, se sont développés des organismes privés et

148

chiffres clés Nantes Métropole compte 48 400 logements locatifs sociaux soit 18 % de l’ensemble des logements Le revenu moyen des ménages vivant dans le parc locatif social est de 1 345€ par mois. Soit un revenu trois fois inférieur à celui des propriétaires occupants (3 583€ par mois). d’économie sociale de construction et de gestion HLM, les SA HLM (sociétés anonymes). Ce type de logement social est avant tout offert à la location mais, ces dernières années, l’État encourage au développement de l’accession sociale dans l’optique de créer «  une France de propriétaires  ». Vaste débat… Rappelons par ailleurs que les organismes HLM peuvent aussi construire du logement social destiné à l’accession à la propriété.


Loire-Atlantique Le parc locatif social

pistes de reflexion

et si …

… la population logée en logement social se paupér

isait ?

… on ne différenciait plus le logement pri

vé et social ?

ement social ? … tous les territoires avaient du logvait plus réhabiliter

… les finances publiques ne permettaient

plus de construire du logemen t social ?

… on ne pou les logements locatifs ?

aux était un fact la présence de logements soci … trac tivité de la métropole ?

eur

d'at

a lire aussi

Ailleurs dans l’abcd'ère Accession à la propriété, construction de logements, économie sociale et solidaire, habitat, logement privé, précarité, ségrégation urbaine, solidarité…

En exclusivité sur

149


Loire-Atlantique La taille des départements était fixée de telle façon qu'il devait être possible de se rendre en moins d'une journée de cheval au chef-lieu de chacun de ceux-ci depuis n'importe quel point de leur territoire.

Département composé de 59 cantons et 221 communes, situé à l’embouchure du plus grand fleuve de France, la Loire, et présentant plus de 130 km de côtes au bord de l’Océan Atlantique.

chiffres clés 1 246 800 habitants 12e département de France par son poids de population 3e département par sa croissance démographique. + 14 000 habitants chaque année depuis 1999 1789 : Création des départements, héritage direct de la révolution. 1800  : L’organisation est remaniée  : naissance des Conseils généraux et des préfectures. 1871  : Le département qui est une circonscription administrative de l’Etat devient une collectivité territoriale par la loi du 10 août, avec élection au suffrage universel direct. 1957 : Le département de Loire inférieure prend le nom de Loire-Atlantique. 1982  : La loi de décentralisation du 2 mars 1982 transfère l’exercice du pouvoir départemental du préfet au Président du Conseil général. Cette loi reconnaît au Conseil général le plein exercice de ses attributions.

150

éléments de débat Par sa croissance démographique, la Loire Atlantique est le 3e département le plus dynamique de France (parmi les 21 départements de plus d’un million d’habitants). Ce dynamisme est un moteur pour le développement du Grand Ouest de la France. Comment ce rôle de moteur va-t-il se poursuivre ? Principaux bénéficiaires des transferts de compétences effectués depuis 1982, les conseils généraux ont des responsabilités dans les quatre domaines d’actions suivants : action sociale et sanitaire  ; aménagement de l’espace et l’équipement    ; éducation, la culture et le patrimoine    ; actions économiques. La réforme des collectivités territoriales qui vise la réorganisation du système administratif français avec une nouvelle répartition des compétences et une réduction du nombre d’échelons administratifs devrait avoir des conséquences majeures sur les départements. A quel avenir les conseils généraux doivent-ils se préparer ?


D'où viennent les nouveaux habitants de la LoireAtlantique entre 2002 et 2007  ?

Loire-Atlantique

pistes de reflexion

et si …

… la solidarité territoriale n’était plus finançable 

?

-Atlantique … le modèle,deavecdével’alliloppanceemedentlademer,la Loire de la campagne

devenait la référence

et de la ville ?

… il n’y avait plus d’agriculteurs en Loire-Atlantiqu

e ?

En exclusivité sur

151


Loisir "Quand on ne travaille plus les lendemains des jours de repos, on a fait un grand pas dans la société des loisirs". Pierre Dac

Désigne le temps libéré des occupations habituelles (emploi, gestion de la maison, éducation des enfants...) et l'activité que l'on effectue alors. L'importance des activités de loisir est aujourd'hui reconnue en raison de leur impact sur la santé, l'économie, la diffusion de la culture… éléments de débat

chiffres clés 7 % : part des dépenses culturelles et de loisirs dans le budget des ménages en France. 78 % des habitants de Nantes Métropole vont au cinéma au moins 2 à 3 fois par an. 44 % se rendent à la piscine, 41 % dans un lieu de rencontres sportives tel un stade et 43 % participent à une fête communale ou de quartier au moins 2 à 3 fois par an. Les loisirs occupent en moyenne le quart du temps libre, une heure par jour et par habitant. Les activités et le temps consacré aux loisirs varient fortement en fonction de l'âge, du milieu social, de la localisation géographique.  

Les loisirs, quand ils riment avec relations sociales de proximité, contribuent à un meilleur vivre ensemble. L'offre d'activités de loisirs est-elle adaptée, sur l'ensemble du territoire, à l'âge, aux souhaits et aux revenus des habitants sachant que les pratiques de loisirs et de culture s'enracinent dès l'enfance ? Comment optimiser les équipements sportifs et culturels à l'échelle de l'agglomération pour qu'ils profitent au plus grand nombre au plus près des habitants ?

… avec le vieillissement de la population, les loisirs n'étaient tournés que vers les

seniors ?

pistes de reflexion

et si …

… le loisir était obligatoire ?

… l'organisation des temps de travail, d'école et de

formation permet à chacun de répartir ses temps con traints et ses temps de loistait irs ?

a lire aussi

152

Ailleurs dans l’abcd'ère Association, budget des ménages, culture, équipement collectif, espace public, étalement urbain, jardin familial, musique, NTIC, qualité de vie, rythme de vie, vie sociale de quartier…


Marche « La meilleure façon d'marcher, c'est encore la nôtre, c'est de mettre un pied devant l'autre et d'recommencer. » Chanson de colo

La marche est, chez l’homme, le mode de transport le plus naturel : on se lève à pied, on se couche à pied… c'est pourtant le plus délaissé. « À notre époque, l'art de la marche devient une pratique fondamentale et subversive dans les pays occidentaux » (Rébecca Solnit dans « L'art de marcher »). Et pourtant la ville « post carbone » entraîne un retour en force de l'habitant piéton… chiffres clés

éléments de débat

Vitesse moyenne d'un marcheur 4 km/h  À Paris, 56 % des déplacements se font à pied À Nantes, ce chiffre est de 24 %. On se déplace moins à pied ici que dans les autres agglomérations françaises de taille comparable (31 %). Dans l'agglomération, 230 km de promenades « au fil de l'eau » sont aménagées ou programmées le long des cours d’eau et des zones humides.

pistes de reflexion

et si …

La marche, le vélo et le co-voiturage constituent trois gisements pour diminuer l'usage excessif de l'automobile. Leur part cumulée atteint 36 % dans l'agglomération. Comment leur faire atteindre une majorité absolue ? Les grandes métropoles sont celles où on se déplace confortablement à pied. Comment développer la marche dans l'agglomération nantaise à la fois dans le coeur d'agglomération et dans les centres-bourgs ?

bitant-piéton pour … sonlesrepproartajetsit, dehabl'ha itat, services, loisirs, emploi ? tou

… la marche était le mode de déplacement

Venise devenait une référence pour …plan piéton dans l'agglomération ?

le plus rapide ?

un

a lire aussi

Ailleurs dans abcd'ère Accessibilité, déplacement, écoquartier, espace public, étalement urbain, forme urbaine, migration domicile-travail, plan climat, pollution, qualité de vie, tram, vélo, voiture… En exclusivité sur

153


Métropole Nantes-Saint Nazaire

Jadis rivales, Nantes et Saint-Nazaire ont choisi d’assumer leur communauté de vie et de destin pour construire un projet partagé.

Métropole organisée par deux pôles urbains, autour d’une trame verte et bleue et de l’axe de l’estuaire de la Loire. La métropole Nantes – Saint-Nazaire est le fruit d’un projet politique visant à prendre en compte le fonctionnement des deux bassins de vie (les liens historiques et culturels, les flux économiques et les migrations des habitants entre les deux agglomérations). La relation de concurrence entre les deux villes est illustrée par Victor Mangin en 1847, le directeur du National de l’Ouest : « Ce que Nantes doit pardessus tout redouter, c’est que Saint-Nazaire devienne port marchand comme on en a conçu et vanté le projet. Pour que Nantes prospère, il faut que Saint-Nazaire soit son satellite et ne devienne jamais port indépendant ». Cette concurrence s’est transformée depuis en une coopération construite avec les acteurs économiques et les collectivités territoriales.

repères Deux bassins de vie de 800 000 habitants 1966 : L’Etat, dans le cadre de sa politique d’aménagement du territoire pour la confortation de métropoles d’équilibre met en place l’OREAM (Organisation Régionale d’Etudes de l’Aire Métropolitaine Nantes - SaintNazaire). 1989 : relance de l’ACEL, club de décideurs comprenant les responsables de Nantes, de Saint-Nazaire, de la Région des Pays de la Loire, du Conseil Général de Loire Atlantique, des CCI de Nantes et de Saint-Nazaire, du Port autonome de Nantes - Saint-Nazaire et l’Union Maritime de la Basse Loire. 1999 : lancement de Métrocéane, offre tarifaire intégrée et titre intermodal.

154

Première conférence métropolitaine sous l’égide des Maires de Nantes, Saint-Nazaire et La Baule. 2001 : Création de la Communauté urbaine de Nantes et de la Communauté d’Agglomération de Saint-Nazaire (CARENE) 2007 : Adoption du SCoT (57 communes, cinq intercommunalités, six en 2010). Première édition de la biennale Estuaire. 2009 : la candidature de la Métropole Nantes – Saint-Nazaire obtient le titre d’EcoCité. 2011 : fusion des CCI de Nantes et de Saint-Nazaire pour former la CCI Nantes - Saint-Nazaire


éléments de débat Après une période où le développement de l’estuaire passait par la consolidation du port et de l’industrie, la métropole Nantes – Saint-Nazaire s’appuie désormais à la fois sur le dynamisme économique et sur la préservation du cadre naturel exceptionnel de l’estuaire. Etre unis permet de mieux aménager et répartir les activités sur le grand territoire

pistes de reflexion

et si …

et d’atteindre une taille assez visible à l’échelle européenne et internationale    ; quel sentiment d’appartenance à la métropole Nantes - Saint-Nazaire pour les habitants ? Au quotidien les habitants se déplacent à l’intérieur de chaque aire urbaine mais également entre Nantes et Saint-Nazaire ; comment trouver des réponses adaptées à l’échelle de ce grand territoire ?

… on devenait des nazairo-nantais ?

… pour relier Saint-Nazaire et Nantes on prenait la navette fluviale rapide ?

a lire aussi

Ailleurs dans abcd'ère Accessibilité, aménagement du territoire, biodiversité, croissance démographique, culture, estuaire de la Loire, étalement urbain, migration domicile-travail, port, trame verte et bleue…

En exclusivité sur

155


Migration domicile-travail

Jusqu'au 19e siècle, la grande majorité des travailleurs habitaient à moins d'une heure de marche de son lieu de travail, et souvent moins loin.

Où vont travailler les habitants d'une commune (d'un pays, d'une région, d'un quartier, d'une rue, d'une maison, d'un immeuble, d'une famille) ? D'où viennent les personnes qui occupent les emplois d'une commune (d'un pays, d'une région, d'un quartier, d'une rue, d'un immeuble, d'une entreprise) ? Définies par ces deux questions, les migrations domicile-travail, effectuées quasi-quotidiennement par les navetteurs (jolie expression imagée belgo-suisse), structurent fortement le temps et l'espace mais aussi les migrations domicile-école des scolaires et étudiants. Ensemble elles constituent les migrations alternantes ou pendulaires… et produisent souvent des embouteillages. chiffres clés Chaque jour : plus de 80 000 actifs viennent travailler dans l'agglomération nantaise (moins de 30 000 il y a trente ans). près de 30 000 actifs sortent de l'agglomération nantaise pour travailler (moins de 10 000 il y a trente ans) 220 000 habitants de Nantes Métropole travaillent sur l'agglomération avec de nombreux mouvements entre quartiers et entre communes : 9 000 Nantais travaillent à Saint-Herblain et 6 000 Herblinois travaillent à Nantes (respectivement 4 000 et 9 000 il y a trente ans).

éléments de débat Aujourd'hui la plupart des travailleurs se déplacent quotidiennement sur de longues distances. Les distances parcourues par les navetteurs n'ont cessé de s'allonger depuis les années 1950 parfois par choix, parfois par obligation. Cependant, si les distances parcourues ont augmenté, le temps de transport reste le même ! Aujourd'hui se posent des questions liées au coût de transport et à l'impact énergétique. Des solutions sont recherchées autour du co-voiturage, du système ferroviaire, des transports collectifs, de la localisation des emplois et de l'habitat…

on désynchronisait les horaires scolaires et les horaires des salariés ?

temps en temps chez soi ? on travaillait de plus en plus ou de a lire aussi

156

pistes de reflexion

et si …

Ailleurs dans l’abcd'ère Actif, déplacement, embouteillage, emploi, étalement urbain, forme urbaine, marche, NTIC, périurbain, rythme de vie, ségrégation urbaine, temps de la ville, train, tramway, transport collectif, vélo, voiture…


Mobilité résidentielle

Un lieu pour la vie, c'est fini ? Dans une agglomération de la taille de Nantes Métropole, en tout cas, ça déménage ! On arrive, on repart, on emménage et ré-emménage…

La migration résidentielle consiste à changer de logement, que ce soit au sein d'une même agglomération, du département, de la région, de la France ou à l'étranger… Son observation est essentielle pour comprendre les évolutions de son territoire. éléments de débat

chiffres clés

Changer de logements peut être choisi ou subi. Quand le changement est subi, il est parfois douloureux (divorce, perte d’emploi, vieillissement, handicap) et peut engendrer un sentiment de déracinement. Il peut aussi être heureux (mise en couple, agrandissement de la famille, décohabitation des jeunes…). Les migrations résidentielles dans la métropole permettent de dynamiser et d’entrainer les territoires voisins.

pistes de reflexion

et si …

Au cours des cinq dernières années, 100 100 nouveaux arrivants se sont installés sur Nantes Métropole, dont 81  % sont originaires de l'extérieur de la Loire-Atlantique (81 500 personnes). A l'inverse, 97 100 personnes ont quitté Nantes Métropole sur la même période, dont 38  % sont partis s'installer sur une autre commune de la Loire-Atlantique (37 300 personnes). Par ailleurs, 320 000 ménages de l'agglomération n'ont pas changer de logement au cours des cinq dernières années. En 2010, 10 % des habitants de l'agglomération déclarent vouloir déménager dans les mois qui viennent, et parmi eux, les deux tiers souhaitent rester dans l'agglomération.

Nantes Métropole éta pour les jeunes actifs ? it de plus en plus attractive

ter la périphérie familles décidaient de quit … lesr reve ole ? nir s'installer sur Nantes Métrop pou

énageait tout le temps, à tout âge … on dém  ? de la vie

… on habitait toute sa vie dans le même logemen

Ailleurs dans l’abcd'ère Accession à la propriété, actif, budget des ménages, déplacement, étalement urbain, étudiant, famille, habitat…

t ?

a lire aussi

En exclusivité sur

157


Mondialisation Toutes les 17 heures, un nouveau restaurant à l’enseigne Mc Donald’s est inauguré quelque part dans le monde.

Depuis le début des années 1980, la « mondialisation » désigne un processus historique par lequel la dépendance mutuelle et les échanges matériels et immatériels entre les individus, les activités humaines et les structures politiques s'élargissent très nettement à l'échelle de la planète. Phénomène d’abord économique, la mondialisation revêt également un aspect culturel : d'une part une large partie de la population mondiale accède à des éléments de culture de populations parfois très éloignées, d’autre part les pays développés prennent conscience de la diversité des cultures au niveau planétaire. Elle débouche également sur une structuration politique : de nombreuses organisations internationales et organisations non-gouvernementales (ONG) déploient une influence grandissante. Enfin, la mondialisation a des conséquences sociologiques majeures : la terre est devenue un « village planétaire ». éléments de débat Les progrès des transports, d’internet et des outils de communication en général ont favorisé la mondialisation. Ce qui se passe dans un seul pays a de plus en plus de conséquence sur les autres : crises financières en cascade, développement/ surconsommation entraînant la flambée du coût des matières premières, sous-développement/misère engendrant conflits et/ou flux migratoires… Les risques écologiques sont également en partie globalisés et menacent les grands équilibres. Certains aspects des crises écologiques (changement climatique, effet de serre, risque de perturbation des courants marins, perte de biodiversité, déforestation…) prennent également une dimension mondiale.

158

chiffres clés

On dénombre près de 200 millions de migrants internationaux (chiffres 2005, population ayant vécu hors de son pays pendant plus d’un an, dont 9,2 millions de réfugiés). Soit la population du Brésil, 5e pays le plus peuplé du monde.

La prise de conscience de l'unicité de la planète face aux problèmes des ressources est une caractéristique fondamentale de la fin du 20e siècle et du début du 21e siècle. perturbation des courants marins, perte de biodiversité, déforestation, etc.


pistes de reflexion

et si … …

calisation (des entr mondialisation rimait avec délo … larada tion (du terrorisme), tion (de l'environnement), proliféra les) : eprises),

dég ona dissolution (des identitéssnati ces maux  ? propagation (des épidémies), comment nous protéger de tou

Nantes s'efforçait de tirer avanta créant « l’exception nantaise »  ? ge de la mondialisation,

…la mondreialiauxsatautionresn’éettaidet paschaunngeemmeentnac ?e mais un espoir d'ouvertu

… l’Europe était un horizon trop petit pour l’avenir

de nos enfants  ?

a lire aussi

Ailleurs dans l’abcd'ère Budget des ménages, culture, international, mobilité résidentielle, NTIC…

En exclusivité sur

159


Musique Vous « fête » quoi le 21 juin ?

Vous qui ne jurez que par la musique country, le hard rock, le disco, le mambo, le new âge, le hip-hop, la salsa, la house, le gospel, le jazz, le blues, l’électro, le gangsta rap, le merengue, l’acid jazz, la chanson française, le garage rock, la musique classique, le dancehall, le black metal, la musique folk, le rap East Cost... Vous qui ne loupez jamais une occasion d’assister à la Folle journée, à Tissé Métisse, à Hip Opsession, aux Rendez-vous de l’Erdre, aux Soleils Bleus, à Scopitone, à Culture Bar-bars, à Celtomania ... Vous qui collectionnez les albums de Jeanne Cherhal, d’Hocus Pocus, d’Elmer Foot Beat, de Dolly, de Rue d’la Gouaille, de Pony Pony Run Run, de Tri Yan, d’EV, d’Electrod, des Baragouineurs, de Tri Bleiz Die... Vous... Vous savez. La musique, ça ne se définit pas, ça se vit.

pistes de reflexion

et si …

e partou pouvait faire de la musiqutrav …nsenles203rue0, s,ondan .) ? s les bars, à l’école, au ail.. t

(da

… Nantes avait un hymne, lequel serait

-il ?

… la métropole nantaise devenait une « capitale

musicale » ?

a lire aussi

Ailleurs dans l’abcd'ère Ainé, culture, espace public, festival, loisir, jeune, isolement/solitude, liberté…

En exclusivité sur

161


(N)TIC Le risque, c’est que les TIC provoquent des TOC…

Les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) regroupent les techniques, plus vraiment nouvelles, utilisées dans le traitement et la transmission des informations : il s'agit principalement d’informatique, d’internet et des télécommunications. Par extension, on désigne ainsi les usages qui sont faits de ces techniques. Avec les TIC, l'information est dématérialisée, de même que les relations humaines s'organisent de plus en plus à distance, dans le virtuel. éléments de débat Les TIC représentent un saut générationnel majeur. Leurs multiples usages ont changé la société, les façons de s'informer, de se soigner, de travailler, de se divertir… Nous n'en mesurons pas encore tous les impacts ni n'anticipons toutes les implications, dans la vie démocratique notamment. Les TIC sont des contre-pouvoirs dans les régimes totalitaires. Et chez nous ? Alors même que la technologie continue de progresser (nanotechnologies, 2e génération internet « web 2.0 », bientôt le « 3.0 »), les TIC posent également des questions sociales. Les TIC permettent de démocratiser l'accès à l'information, mais elles ne riment pas forcément avec égalité. Une « fracture numérique » sépare ceux qui ont accès à ces technologies et les autres (pour des raisons économiques, culturelles ou techniques), ceux qui ont le haut débit (demain le très haut débit) et les autres… Les TIC rapprochent les hommes (visioconférences, réseaux sociaux…) mais n'entraînent pas forcément plus de sociabilité. Interconnecté (et interdépendant), notre monde n'est pas indemne de problèmes sociaux  : isolement, difficulté à communiquer…

162

chiffres clés 19 millions de ménages français disposent d'un accès internet haut débit Le budget TIC des ménages est évalué à 120 euros par mois La puissance des ordinateurs double tous les 18 mois. Quelle fiabilité pour nos mots de passe et la sécurité numérique en général ? Plus de la moitié de notre temps éveillé passé à consommer des médias (Internet, téléphonie, TV…) : nous passons donc plus de temps à interagir avec les médias qu'à dormir ou travailler.

Les TIC ont permis et permettront des progrès médicaux spectaculaires, mais elles ne riment pas forcément avec santé. Leur développement et celui des technologies radio (GSM, WiFi…) engendrent une nouvelle pollution, électromagnétique (electrosmog). Quelles conséquences à terme sur la santé ?


pistes de reflexion

et si …

… toute vie sociale et politique se faisait à distanc … une panne globale touchait ces systèmes  ?

e ?

… on arrivapositt-nà imumagiériqnerue la?société d'après, la société

… on essayait de réduire la fracture numérique  ? n l'accès au numérique ?

… les nouvelles classes sociales se mesuraient selo

a lire aussi

Ailleurs dans l’abcd'ère Aménagement du territoire, culture, égalité, espace public, formation, fraternité, international, isolement/solitude, liberté, mondialisation, réseau social, rythme de vie, vie sociale de quartier…

En exclusivité sur

163


Partage « Un bien n’est agréable que si on le partage » Sénèque

Action de transformation d’un objet en plusieurs autres (le gâteau, le pain, le butin). C’est un terme aussi utilisé pour signifier une vision commune (je partage cet avis) ou la découverte commune (par exemple : le plaisir). éléments de débat Pour partager un point de vue entre deux interlocuteurs, encore faut-il que le premier l’expose clairement, et que le second l’écoute avec attention. Qui dit « partage » ou « vision commune » dit aussi débat de qualité. Le partage des richesses est un des sujets de débat permanent. C’est une quête sans fin, qui heurte frontalement le droit de propriété.

Le partage n’est pas un droit (sauf dans les héritages et les successions). Le partage est une valeur. Pour comprendre l’évolution d’un territoire, de ses ressources, ses atouts, ses faiblesses, on parle désormais du «  diagnostic partagé » comme levier pour aller plus loin. Le terme « partagé » renvoie à une vision commune portée par plusieurs acteurs d’un même territoire.

… on se reposait la question

du partage des rich notre territoire ? esses de

ue nantaise  ? le partage était une caractéristiq

pistes de reflexion

et si …

… le partage disparaissait de nos pratiques  ? … on inventait un jour du partage à Nantes  ?

a lire aussi

164

Ailleurs dans l’abcd'ère Revenu, solidarité, vie citoyenne, vie sociale des quartiers…


Paysage « Votre âme est un paysage choisi » Verlaine

La notion de paysage est une notion difficile à appréhender, qui évolue dans le temps. Le paysage n’est pas « un » mais « multiple » : il n’est pas figé mais continuellement en mouvement, lié à nos interventions sur l’espace et aux évolutions naturelles (extensions ou renouvellement urbain, infrastructures, entrées de villes…) ou encore aux modifications de pratiques agricoles (maraîchage, friche, cultures intensives, disparition du bocage…). chiffres clés

éléments de débat Les grands paysages naturels de l’agglomération nantaise (Erdre, Loire, Lac de Grand Lieu) sont aujourd’hui largement identifiés (notamment parce que « sites naturels inscrits ou classés »). Ils font l’objet de protections diverses, mais la question de leur entretien demeure. Par ailleurs, les paysages urbains et industriels font désormais partie intégrante des réflexions sur le paysage. De nouveaux paysages sont aussi redécouverts en permanence  ; par exemple la Loire et son estuaire offrent de nouveaux points de vue (quais, nouveaux quartiers, œuvres d’art, nouvelles infrastructures comme les

pistes de reflexion

et si …

Dans l’agglomération nantaise, 33 000 hectares de paysages agricoles et naturels. 10 sites classés ou inscrits sur l’agglomération consacrant de grands paysages naturels ou des sites urbains remarquables. ponts…) qui permettent de se réapproprier les lieux et les lignes d’horizon. Quel équilibre entre protection des paysages et du patrimoine et développement de l’agglomération ?

difiait le renouvellement urbain mo … dam nos de e sag pay le ent alem ent fon centres urbains  ?

… on venait dans la métropole pour la beauté de ses paysages ?

villes (ferroviaires ou agglomération les paysages des entréeslesdepre …ient mières images d’une considérés comme routières)

éta et traités en conséquence  ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Agriculture, architecture, estuaire de la Loire, forêt urbaine, forme urbaine, pollution, port, trame verte et bleue…

a lire aussi

En exclusivité sur

165


Pays de la Loire Région administrative de l’Ouest de la France, traversée par la Loire et ses affluents, aux multiples inf luences historiques.

Créée autour de Nantes et de cinq départements (Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe, Vendée), la Région des Pays de la Loire est un partenaire de l’agglomération sur des domaines de compétences stratégiques : recherche et enseignement supérieur, enseignement secondaire, formation professionnelle, transport ferroviaire, développement économique, action internationale, économie sociale et solidaire, aide à la création, à la diffusion et à la pratique culturelle… chiffres clés 1956 : création de la région des Pays de la Loire 3 483 000 ligériens 5e région française pour son poids démographique 3e région industrielle 3e région pour sa surface agricole utile

6e région pour le nombre d’étudiants 1e région pour le taux d’emploi (rapport entre le nombre de personnes en emploi et la population totale de 15 ans et plus)

… un Grand Ouest était créé ? … les régions ava

dérant ? ient un poids politique prépon

pistes de reflexion

et si …

… les Pays de la Loire devenaient une gra

nde région européenne ?

a lire aussi

166

Ailleurs dans l’abcd'ère Bretagne, économie, formation, Grand Ouest, intercommunalité, Loire-Atlantique, identité nantaise, mondialisation, train, transport collectif…


Périphérique Le paradis ou l’enfer ; le paradis quand le périphérique est fluide, l’enfer quand il est congestionné.

Tout en rondeur les périphériques de Nantes, Bordeaux et Paris font partie des périphériques les plus simples et lisibles. Le périphérique, nouvelles douves de nos citadelles modernes.

Nantes

Bordeaux

éléments de débat Le périphérique compte deux fois deux voies, hormis quelques sections ponctuelles. Quelles mesures sont à prendre pour garantir la fluidité du trafic  ? Le périphérique fournit une image très routière de l’agglomération. Et si on exagérait sa congestion  ?

pistes de reflexion

Paris

chiffres clés A Nantes Métropole Une ceinture de 43 km autour de Nantes (Paris 35 km, Bordeaux 45 km). 23 échangeurs qu’on appelle « portes » comme à Paris. 90 000 véhicules par jour sur le pont de Cheviré, 68 000 sur le pont de Bellevue. À l’heure de pointe du soir l'ensemble des véhicules présents sur le périphérique parcourent l’équivalent de cinq fois le tour du monde  ! 22 007 automobilistes ont été « piégés » par le radar placé entre les portes de Goulaine et de Saint-Sébastien en un an.

et si … ard urbain it un véritable boudelevtra … le périphériqueaccdevueiena nsport  ? des mo llant tous les … la congestion du périphérique était un lointain souvenir  ?

… une politique de régulation du trafic évitait de

construire un super-périphérique

 ?

a lire aussi

Ailleurs dans l’abcd'ère Accessibilité, déplacement, embouteillage, étalement urbain, migration domicile-travail, périurbain, voiture…

En exclusivité sur

167


Périurbain La ville prend ses aises, elle s’étale sur de nouveaux territoires jusqu’ici à dominante rurale.

Prenons Nantes et son agglomération : son territoire d’influence s’étend de plus en plus loin. Aujourd’hui on peut estimer que le bassin de vie de Nantes concerne plus de 100 communes. Au delà de la zone agglomérée, c’est un vaste territoire entre deux, ni tout à fait urbain, quoique l’INSEE désigne tout ce territoire comme « aire urbaine », ni tout à fait rural. C’est le territoire des migrations alternantes pour aller au travail et en revenir, pour l’ensemble des besoins de la vie quotidienne. C’est la vaste zone de chalandise des habitants pour rechercher un terrain à bâtir autour de la ville. C’est aussi la zone de mitage d’un espace agricole dont on reconnaît aujourd’hui tous les bienfaits : économiques, alimentaires, culturels, paysagers, biodiversité… La périurbanisation, avec son cortège de conséquences spatiales, environnementales, sociales, est un des principaux défis pour la gouvernance des "villes territoires". chiffres clés L’aire urbaine de Nantes : 65 communes en 1990, 82 communes en 1999, plus de 110 communes aujourd’hui. Depuis 1960, la superficie a été multipliée par 5, la population par 1,5. Depuis le début des années 2000, 75  % des emplois du département on été créés dans l’agglomération nantaise. Chaque jour, près de 80 000 périurbains entrent dans l’agglomération nantaise pour y travailler et inversement 30 000 habitants en sortent. Un habitant de l'agglomération parcourt en moyenne 165 km en voiture par semaine, un habitant du périurbain en parcourt 240km.

168

éléments de débat L’habitant du périurbain choisit-il toujours son lieu de résidence ? Si l’on produit plus de logements dans l’agglomération nantaise, conformément aux orientations du nouveau Programme Local de l'Habitat (PLH) quel en sera l’effet sur la périurbanisation ? Plus de 80 % des ménages ont la maison individuelle comme modèle idéal d’habiter. Une réponse aux besoins des ménages en termes de logements collectifs classiques ne fera que prolonger les phénomènes de périurbanisation. L’organisation du territoire périurbain autour de ses pôles structurants, comme le prévoit le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) de la Métropole Nantes - Saint-Nazaire et celui du Pays de Retz est une nécessité pour donner à tous les habitants les services et les commerces dont ils ont besoin sans aller dans le cœur de l’agglomération. Avec l‘allongement des distances entre lieu d’emploi et lieu de résidence, le coût énergétique ainsi que le budget transport des ménages augmentent…


pistes de reflexion

et si …

nt et les services se développaie … l’emploi ain  ? très fortement dans le périurb

des dispositif d’échanges et de régulation entre les différents territoires de la mét ole nantaise était mis en place, à l’image du Grarop nd Lyon ou de Toulouse ?

ent du c un renchérissemrito s économiques, ave … les conbuditraniont, blo ires ter des ent em quaient le fonctionn ns  ?

coût du car

périurbai

une nouvelle gouvernance de l’aire urbaine ociant Nantes les intercommunalités rive Métropole, raines, le Départe t,(ass l’Etat…) était mise en plac pour aborder les problémmen e atiques du développement urbain et la gestion « durable » de la Ville Territoire ? empreinte … la métropole parvenait à rédenuirese son développant autrement  ? écologique

a lire aussi

Ailleurs dans l’abcd'ère Budget des ménages, centre ville, construction de logements, déplacement, étalement urbain, migration domicile, travail, renouvellement urbain…

En exclusivité sur

169


Plan climat « Il pleut sur Nantes donne-moi la main » Barbara

Devant l’évolution du climat depuis les années 1970 et à mesure que les connaissances scientifiques sur ces phénomènes et leur impact sur la vie progressaient, les instances internationales — telles que l’ONU ou l’Union européenne — ont préconisé la mise en place d’actions visant à anticiper les évolutions climatiques et à en réduire les effets sur la planète. Dans cette perspective un plan climat est un outil visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Pour cela, il organise la cohérence des différentes politiques (transport, environnement habitat…) et leur fixe des objectifs ambitieux. Le climat fonctionnant en système à l’échelle de la planète, avec des impacts inégalement répartis, un plan climat intègre également des actions interrégionales et de coopération décentralisée. Il peut être mis en place par un État, une région, un département, une intercommunalité… éléments de débat La vie sur terre dépend en grande partie du climat. Au rythme des fluctuations de ce dernier (température, pluviométrie, événements exceptionnels tels que tempêtes, sécheresses…) les milieux naturels ont évolué depuis des millions d’années : développement de telle ou telle flore, de telle ou telle faune, apparition/disparition d’espèces animales ou végétales. Dans ces vastes mouvements pluriséculaires, l’espèce humaine, dont Homo sapiens est aujourd’hui le seul représentant, a trouvé sa place depuis environ 40 000 ans. Elle a artificialisé la planète en y créant des habitats lui permettant de vivre et se développer dans des climats divers, des zones tropicales aux déserts chauds ou froids en passant par les climats tempérés. Depuis le dix-neuvième siècle le climat est entré dans une phase d’évolution rapide notamment un réchauffement marqué intervenant simultanément avec l’industrialisation du monde. Aujourd’hui le rôle de l’homme dans cette évolution est incontestable même si d’autres facteurs interviennent également. De plus l’impact des activités humaines (industrialisation, urbanisation, développement des déplacements automobiles, multiplication des appareils électriques…) sur l’environnement naturel pose un certain nombre

170

chiffres clés Dans le monde, 75  % de la consommation d'énergie et 80  % des émissions de CO2 sont concentrés en milieu urbain. Chaque habitant de la métropole nantaise produit en moyenne 4 tonnes de CO2 par an. Une tonne de CO2, c'est l'équivalent de 7 000 km en voiture (petite citadine). L'objectif du plan climat de Nantes Métropole est de réduire de 50  % les émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2025. Cela signifie réduire d'une tonne les émission de chaque habitant d'ici à 2014, de 2 tonnes d'ici à 2025. Nantes Métropole élue en 2010 « Capitale verte de l’Europe 2013 ». de problèmes (disparition de milieux naturels, modification des processus géomorphologiques, réchauffement des îlots urbains…). En tout état de cause, au delà de la controverse médiatico-scientifique sur la cause première du réchauffement climatique, il est nécessaire de se préparer aux profondes modifications de l’environnement et du climat en cours. C’est l’objectif des plans climat.


pistes de reflexion

et si …

itait l’ensemble du parc … on réhdeabilloge ment et d’activités ? ancien … on re-naturalisait les villes pour y créer des micro-climats plus tempérés ?

… on lançait un vaste programme de végétalisation

des toitures ?

… l'agglomération se retrouvait les pieds

dans l'ea avec le changement climuatiq ue ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Agriculture, biodiversité, construction de logements, déplacement, empreinte écologique, entreprise, environnement…

a lire aussi

En exclusivité sur

171


Pollution Pollution propre… de l’Homme

C ’est l’introduction généralement humaine de substances ou de radiations entraînant une perturbation plus ou moins importante d’un écosystème. Pollution de l’air, de l’eau, des sols  ; pollution atmosphérique, lumineuse, visuelle, sonore, olfactive, électromagnétique… Voici l’ensemble des dégradations auxquelles une agglomération est confrontée. La pollution a des conséquences diverses, des effets multiples et complexes : du risque toxique à la nuisance atteignant la qualité de vie des habitants ou les paysages, de la pollution diffuse, chronique et insidieuse à la pollution ponctuelle et accidentelle… chiffres clés

éléments de débat Les sources de pollution chroniques ou accidentelles ont été réduites. La qualité des cours d’eau de l’agglomération reste malgré tout moyenne à cause de la pression urbaine et de l’inertie du milieu naturel. Le transport reste une source importante de pollution, en espérant que les stratégies des villes et collectivités (plan de déplacements urbains...) aient bientôt de forts impacts. L’activité industrielle est sous haute surveillance, et les entreprises ont de plus tendance à quitter l'agglomération. L’agriculture, montrée du doigt en raison de

pistes de reflexion

et si …

En France, près de 30 000 décès anticipés sont attribués chaque année à la seule pollution atmosphérique. Les zones urbaines sont les premières concernées. ses modes de production, fait de gros efforts : la Loire-Atlantique est le premier département français en agriculture biologique, les circuits courts se développent sur toute l’agglomération nantaise… Et puis, les nuisances de voisinages ne sontelles pas de réelles pollutions du cadre de vie  ?…

… la métropole nantaise éta it une référence pour sa lutte contre la poll ution  ?

principe du pollueur/payeur …itleapp liqué pour tous  ? … un acci éta dent majeur de pollution se produisait sur l’agglomérat

ion  ?

… chacun limitait sa pollution  ?

a lire aussi

Ailleurs dans l’abcd'ère Agriculture, biodiversité, déchet, environnement, empreinte écologique, industrie, paysage, qualité de vie, risque naturel et technologique, santé, trame verte et bleue… En exclusivité sur

173


Pont « Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts. »

Isaac Newton

Le pont porte la symbolique du passage. La mythologie, les religions ou la psychanalyse y explorent le voyage de la vie à la mort. Plus prosaïquement, le pont permet le passage « au-delà » d’un obstacle, naturel ou non : cours d’eau, vallée, voie de communication… Hier œuvre de la nature (tronc d’arbre, arche de roche, liane…), le pont est devenu une construction. Pont qui s’efface (mobile ou levant, tournant ou flottant, transbordeur…) et pont à vivre, quand on l’habitait au moyen âge, « ouvrage d’art » se perfectionnant avec les outils de l’homme : de la voûte de pierre aux ponts en arc, à poutres, suspendu, à haubans, constitués d’acier et de béton… qui repoussent les limites de l’imagination, avec des portées jusqu’à deux kilomètres (Akashi, Japon).

chiffres clés Les ponts de Nantes Passerelle en bois, mentionnée au 9e siècle, Pirmil est le pont de Loire le plus ancien à Nantes. Plusieurs fois brûlé, démoli et reconstruit au travers des siècles, ses quinze arches de pierre ont porté quelques grosses bâtisses, témoins des échanges commerciaux vers les routes du Sud… Ville d’eau, le cœur de la cité a autrefois vu se multiplier les ponts de bois et de pierre pour franchir les nombreux « boires » formés par la Loire et l’Erdre. Au début du 20e siècle, les comblements font disparaître une quinzaine de ponts. Le pont transbordeur, symbole de Nantes et de ses chantiers navals, est ferraillé en 1958 après cinquante ans de service. Aujourd’hui, dans l’agglomération nantaise : 14 ponts routiers sur la Loire, et 6 sur l’Erdre dont un pont mixte tramway/

174

éléments de débat À Nantes, la Loire et l’Erdre font « obstacle » aux relations nord-sud et est-ouest. Jusqu’en 1966, une seule ligne de pont traverse l’Ile Beaulieu (Pirmil/Général Audibert). Depuis 1990, une passerelle piétonne et cinq ponts routiers ont été construits sur la Loire (dont deux en 2010 et 2011). Aujourd’hui, subsiste-t-il des obstacles  ? Où et pour qui  ? voiture et un pont doublé pour le tramway 3 ponts ferroviaires sur la Loire et 1 sur l’Erdre 1 passerelle piétonne sur la Loire, 3 sur l’Erdre (Île de Versailles) 260 000 véhicules franchissent la Loire tous les jours (2007). La tendance est à l’augmentation du trafic sur les ponts du périphérique, Bellevue et Cheviré, et à la diminution sur les ponts de l’Île de Nantes.


pistes de reflexion

la seule solution pour franchir les rivières de l'ag glomération  ? et si …  ? … les ponts ferroviaires se développaient dans l'agglomération … le pont n’était pas

… on franchissait la Loire à l’est ou à l’ouest sans passer par l’Île de Nantes

 ?

 ? on franchissait moins la Loire

Ailleurs dans l’abcd'ère Aménagement du territoire, bonne idée oubliée, déplacement, embouteillage, migration domicile-travail, périphérique, transport collectif, voiture…

a lire aussi

En exclusivité sur

175


Port A Nantes, le port est ici et ailleurs…

Nantes - Saint-Nazaire est un des sept Grands Ports Maritimes de la France métropolitaine, et le premier port européen de la façade atlantique. Son trafic, aux alentours des 30 millions de tonnes annuelles, est pour 70  % énergétique (pétrole, gaz, charbon) et rayonne sur le Grand Ouest. 16 000 emplois dépendent directement ou indirectement de son activité. Les terminaux de l'agglomération nantaise participent pour 9 % au trafic total. chiffres clés

éléments de débat

Le site nantais du GPM est constitué de trois terminaux. À Cheviré sont réceptionnés produits forestiers, vracs secs, conteneurs, sable et marchandises diverses, avec un terminal roulier et une liaison avec l’aval, en particulier pour Airbus. À Roche-Maurice est implanté un des principaux terminaux céréaliers du Grand Ouest. Le quai Wilson sur l’île de Nantes est désormais consacré à l’accueil de navires de croisière (3 000 passagers chaque année). Nantes est également le siège d’un quartier des Affaires maritimes, où de nombreux navires sont immatriculés en pêche ou plaisance. La plaisance trouve également place dans l’agglomération nantaise : 17 sites, de Saint-Félix à Gachet sur l’Erdre, et de Couëron au pont Anne de Bretagne sur la Loire en passant par Trentemoult à Rezé, accueillent plus de 550 bateaux.

Quel est l’avenir du port de Nantes en tant que port maritime, contraint par la taille grandissante des navires ? En parallèle, le transport fluvial, alternative à la congestion routière et aux impacts environnementaux limités, peut-il y prendre son essor ? Quel rôle pour la plaisance, avec quels moyens et quels impacts pour l’agglomération ? À plus long terme, comment évolueront le paysage, la morphologie du fleuve et des cours d’eau, et l’activité nautique tout entière selon les évolutions climatiques annoncées ?

pistes de reflexion

et si …

jeure devenait une escalecroma … le port de Nantespou r les navires de isière  ? 

… l’activité du port de Nantes disparaissait ? … le port de Nantes n’accueillait … l’activité du port de Nantes se relançait grâce au ce ? plus que des bateaux de plaisan

a lire aussi

176

renouveau d’un transport fluv

ial ?

Ailleurs dans l’abcd'ère BTP, commerce, énergie, environnement, équipement, estuaire de la Loire, Grand Ouest, international, pont…


Précarité Travailleurs pauvres, CDD et intérim pour toujours, temps partiel obligatoire… Demain, tous précaires ?

Situation de fragilité, pouvant entraîner la pauvreté. La précarité économique et sociale conduit à ne pas pouvoir bénéficier des droits fondamentaux (se loger, se soigner, se déplacer, exercer sa citoyenneté…).

éléments de débat La précarité n’est pas forcément là où on l’imagine… Elle n’est pas que dans les quartiers d’habitat social et ne concerne pas que les personnes vivant dans la rue. Le cas des « travailleurs pauvres  » en témoigne. Ils sont le plus souvent en contrat à durée déterminée, en intérim ou autres emplois aidés. Ce sont plus souvent des femmes que des hommes (62  % des actifs en CDD sont des femmes). Quelles perspectives pour les populations précaires ? La conjoncture n’est pas favorable : la crise économique débutée en 2008 ne semble pas apaisée en 2010 (avec une hausse importante du chômage…) et une crise du logement durablement marquée (hausse des prix immobiliers depuis 10 ans, baisse de la mobilité dans le locatif social…).

178

chiffres clés 35 700 ménages vivent sous le seuil de pauvreté (671 euros par mois) sur Nantes Métropole (en 2007). Ils représentent 15 % des ménages. Parmi ces ménages : 44  % sont locataires dans le parc social 34  % sont locataires dans le parc privé 20  % sont propriétaires de leur logement 2  % sont dans une autre situation Peur de la précarité ? Selon une enquête réalisée début 2009 par le Crédoc, 51  % des personnes croient à la détérioration prochaine de leurs conditions de vie. Avant 2007, ce chiffre n’avait jamais dépassé les 41  %.


Nantes Métropole Répartition des ménages vivant sous le seuil de pauvreté par tranche d’âge

moins de 25 ans

25 - 39 ans

pistes de reflexion

et si …

40 - 59 ans

plus de 60 ans

… la majorité de la population devenait précaire  ?

… la richesse était mieux partagée ? …

pour nous emp er de tomber dans la précarité, les « filets de sécurité » collêch ectifs étaient garantis pou r tous ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Chômage, exclu, isolement/solitude, ségrégation urbaine, solidarité, syndicat de salariés, travail atypique…

a lire aussi

En exclusivité sur

179


Prospective « L’idée de l’avenir est plus féconde que l’avenir lui-même » Henri Bergson

Discipline qui se propose d’imaginer et de représenter les mutations et les formes possibles d'une société ou d'un secteur d'activité dans un avenir éloigné, et de définir des choix et des objectifs à long terme. Il ne s’agit pas de prédire le futur mais de s’interroger sur ce qu’il peut advenir. Elle peut s’appuyer sur l’utopie, construction imaginaire d’un futur ou d’une société idéale. éléments de débat

chiffres clés

La prospective est fondée sur la capacité d’un groupe humain à développer une expertise collective sur les sujets qui le concernent. Comment imaginer l’avenir dans un contexte de transformations de plus en plus rapides et imprévisibles de nos modes de vie, de l’économie mondiale… Quels sont les grands enjeux auxquels nous auront à répondre dans les années à venir  ? Quelles sont les bonnes questions à se poser  ? « L’avenir n’est pas seulement ce qui peut arriver (le possible) ou ce qui a le plus de chance de se produire (le probable). Il est aussi, dans une proportion qui ne cesse de croître, ce que nous aurons voulu qu’il soit (le souhaitable). »

1960 : premier Comité interministériel d'aménagement du territoire 1963 : choix de 8 métropoles d'équilibre dont Nantes - Saint-Nazaire 1970 : Le scénario de l'inacceptable Gérard-François Dumont 1995 : projet 2005 de l'agglomération nantaise 2010 : démarche Territoire 2040 de la DATAR

Gaston BERGER

… nous n’étions pas assez ambitieux ?

… on voyait très grand pour demain ?

pistes de reflexion

et si …

a lire aussi

Ailleurs dans l’abcd'ère Aménagement du territoire, bonne idée oubliée, croissance démographique, énergie, Europe, gros mots administratifs, mondialisation, NTIC, qualité de vie, rythme de vie…

En exclusivité sur

181


Qualité de vie « Nantes est la ville la plus agréable d'Europe ». Time Magazine 2004

Savant mélange toujours difficile à doser, entre développement et bien-être, services, équipement, environnement… qui permet en tout cas souvent à la métropole nantaise de figurer en tête des classements des villes où il fait bon vivre, des villes préférées des Français… éléments de débat La qualité de vie est-elle plus liée à un ensemble de plaisirs (la nature, les rencontres, les activités…), qu’à l’absence de contraintes et de nuisances (le trafic, le bruit, la pression…) ?

Et puis la notion de qualité de vie n’est sans doute pas la même pour tous, jeunes et moins jeunes, riches et moins riches, selon les quartiers et le parcours de vie…

… la qualité de vie était contraire à la performanc

e économique ?

pistes de reflexion

et si …

… le développement de la métropolquealitfavéoridesaiviet la ?

… Nantes Métropole créait un « indice de bonheur dans la ville » ?

a lire aussi

182

pement de la métropole ? …ssaile tdévparelop er sur la qualité de vie pes fini … on arrêtait de courir ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Croissance démographique, écoquartier, environnement, loisir, rythme de vie, trame verte et bleue, vie sociale de quartier …


Religion / laïcité La religion peut être considérée comme le rapport de l'homme à l'ordre du divin ou d'une réalité supérieure, tendant à se concrétiser sous la forme de systèmes de dogmes ou de croyances, de pratiques rituelles et morales. Le principe de laïcité en France distingue le pouvoir politique des organisations religieuses, afin d’empêcher leur influence dans l’exercice du pouvoir politique et administratif et de garantir la liberté individuelle d’exercice du culte.

chiffres clés 1598 : Edit de Nantes, accordant la liberté de culte aux protestants 1789 : Révolution française 1905 : Loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat 1958 : Article premier de la Constitution française actuellement en vigueur

pistes de reflexion

et si …

Aujourd’hui, dans l’agglomération nantaise, 38  % des habitants se déclarent sans religion, 51  % catholiques, 4  % musulmans et 3  % déclarent appartenir à une autre religion

… on parlait aussi de spiritualité  ? … la question du religieux était apaisée  ?

… les guerres de religion n’existaient pas ?

a lire aussi

Ailleurs dans l’abcd'ère Dimanche, égalité, fraternité, liberté…

En exclusivité sur

183


Renouvellement urbain Site gallo-romain de Saint-Lupien à Rezé, tour Haut-le-Pied de l’ancienne Porte Sauvetout à Nantes… Deux exemples très clairs qui démontrent que la reconstruction de la ville sur elle-même a toujours existé.

Action de transformer un territoire urbanisé (un tissu urbain) par la démolition de l’existant puis la reconstruction sur place. Le renouvellement urbain représente une alternative majeure à l’étalement urbain. Le renouvellement urbain peut changer (mais pas obligatoirement) les usages et fonctions d’origine du site sur lequel il intervient : un bâtiment peut être remplacé par un autre ou par un espace public… En ce sens, le renouvellement urbain n’est pas forcément synonyme de densification. Il peut être spontané sous l’action de l’habitant ou du secteur privé, ou planifié par les pouvoirs publics (projets urbains de l’île de Nantes, de Malakoff Pré Gauchet, des Indulgences à Sainte-Luce, du site de l’ancien hôpital à Vertou…) Le renouvellement urbain est présent partout sur le territoire de Nantes Métropole : dans les bourgs, dans les lotissements, dans les quartiers résidentiels centraux, dans le centre-ville de Nantes.

éléments de débat Le renouvellement urbain est plus ou moins bien accepté par les habitants, selon qu’il conforte un état existant (construction de deux maisons individuelles à la place d’une…), transforme un quartier sans avenir (mutation d’une friche industrielle en quartier résidentiel…), ou fait évoluer radicalement un cadre de vie (construction d’un immeuble collectif dans un lotissement…). Quel renouvellement urbain accepté et partagé par tous ?

184

Le renouvellement urbain est plus coûteux et plus long que la construction sur les terrains vierges en périphérie d’agglomération. Quelles politiques foncières mettre en place pour équilibrer les phénomènes ? Comment provoquer l’envie du renouvellement urbain, comment créer du renouvellement urbain spontané ? Entre la « tabula rasa » des années 50 et 60 et la préservation exacerbée du patrimoine, comment faire partager l’équilibre des formes urbaines, comment valoriser la richesse architecturale « quotidienne » ?


pistes de reflexion

et si …

… le renouvellement urbain était le seul réel mode de développement durable de

la ville ?

un modèle … la « périurbanisation organisée » étaurbit ain viable ?

… compte tenu du coût social et environnemental,

urbain coûtait moins cher que le renouvellement l’étalement urbain ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Construction de logements, étalement urbain, espace public, forme urbaine, périurbain…

a lire aussi

En exclusivité sur

185


Réseau social L’étymologie de réseau vient de «f ilet »… dans lequel il est facile de se faire attraper. Quand il est « social », le réseau est un espace communautaire virtuel, dont certains craignent qu’il prenne le pas sur la vraie vie.

On appelle réseau social une communauté d’individus reliés entre eux. Aujourd’hui, le terme s’applique en particulier à l’internet, désignant alors un site web qui fédère des individus et leurs échanges. C’est alors un endroit bondé d’amis ou de followers où on microblogue et on tague des photos (plus ou moins compromettantes), où on tchatte, like et twitte, où on post des links… dans l’intention de faire du buzz… chiffres clés éléments de débat Plus d’un milliard d’utilisateurs des réseaux sociaux d’ici 2012 dans le monde. En France, 75 % des internautes seront adeptes d’au moins un réseau social (MySpace, Facebook, Flickr, etc.) en 2012 (source : Strategy Analytic) 93 % des internautes français connaissent Facebook, devant Copains d’avant (89 %)

Les usages que permettent les Facebook, MySpace, Twitter, Copains d’avant, Viadeo, Linkedin, Flickr, MySpace, YouTube, DailyMotion, MSN et autres réseaux de ce type semblent sans limites… Sans limites également entre vie publique et vie privée, séparées d’un simple clic  ! Bienvenue dans l’univers des « Digital natives » nés avec le multimédia et autres révolutions numériques.

… les réseaux sociaux devenaient les Espaces …

Numériques de Travail de demain  ?

 ? Facebook ambitionnait de remplacer Windows

…on créait un réseau social métropolita …

in  ? supplantait la « e-réputationim»age de soi  ? ie la vra

pistes de reflexion

et si …

… lesfluerésenceauxquesocilesauxrésevirtauxuelssociavaauxientréelplus  ?s d'in … les employés qui travaillent pour les réseaux sociaux se révoltaient  ?

a lire aussi

186

Ailleurs dans l’abcd'ère Isolement/solitude, NTIC, vie sociale de quartier…


Revenu Désigne une somme d’argent qui revient fréquemment dans la poche d’un individu, puis qui repart...

On distingue différentes formes de revenus  : rémunération d’une activité professionnelle, revenus du patrimoine, prestations sociales… C’est en considérant l’ensemble des revenus que perçoit un ménage et le nombre de personnes qui le composent que l’on peut déterminer son niveau de vie.

pistes de reflexion

et si …

ait de nouvelles … on invent formes de revenu ? 

… on créait une monnaie locale ?

nu pouvait prendre une autre … leereve que l’argent ? form

en 2030, dans la métropole nantaise, plus personne ne vivait sous le seuil de pauvreté ?

chiffres clés Dans l’agglomération nantaise : 4 948 foyers fiscaux sont soumis à l’ISF et 45 % des ménages ne sont pas imposables sur le revenu. Selon les territoires ou selon le statut d’occupation des logements, les revenus des habitants progressent différemment : dans l’agglomération, le revenu des propriétaires augmente de 3 % par an contre 2 % pour les locataires. En France : Les 10  % des personnes les plus modestes ont un niveau de vie inférieur à 10 520 euros annuels. Les 10 % des personnes les plus aisées ont un niveau de vie supérieur à 35 550 euros annuels.

Moins de 30 ans

France Evolution du revenu des personnes pauvres selon l'âge

60 ans ou plus

Ailleurs dans l’abcd'ère Budget des ménages, chômage, classe sociale, diversité, précarité, ségrégation urbaine…

a lire aussi

En exclusivité sur

187


Risque naturel et technologique « La peur n’évite pas le danger. » Dicton populaire

Le risque est la conjonction de deux paramètres : la probabilité forte qu'un événement violent survienne dans une zone donnée (c’est la notion d’« aléa »)  ; la nature et la vulnérabilité des installations qui peuvent être touchées (c’est la notion d’« enjeu »). Le risque naturel n’est pas seulement lié aux caractéristiques naturelles d’un territoire, il dépend aussi de l’occupation de ce territoire par l’homme et des activités qu’il y mène. Le risque technologique regroupe pour sa part tous les risques liés à l’activité humaine. chiffres clés

éléments de débat Comment vivre avec le risque ? Les acteurs publics et privés déploient des stratégies de réduction ou de prévention des risques. Mais les habitants sont-ils pleinement informés et conscients des risques ? Le risque naturel, notamment lié aux crues et inondations, a longtemps fait partie du quotidien de l’agglomération nantaise  : bords de Loire, de l’Erdre, de Sèvre… Les nouveaux habitants de ces quartiers ont-ils la culture du risque et de sa gestion ? Plus largement, la gestion du risque passe par la mise en place de plans de prévention des risques inondation (PPRI), natu-

Dans l’agglomération : 6 entreprises classées Seveso « seuil bas » 160 installations classées soumises à autorisation toutes les communes de l’agglomération ont été concernées au moins une fois par un arrêté de catastrophe naturelle « inondation » depuis 1982 rels (PPRN) et technologiques (PPRT). Ce sont des outils pour une stratégie globale de prévention.

… de nouveaux risques liés aux activités humaines survenaient ?

… la nature devena(mit plus

oins) violente et imprévisible ?

pistes de reflexion

et si …

caution était systématiqueme … le principe delapré se développer ? ville pourrait-elle continuer à nt appliqué,

a lire aussi

188

Ailleurs dans l’abcd'ère Accession à la propriété, aménagement du territoire, eau, espace public, estuaire de la Loire, industrie, paysage, pollution, port, sécurité…


Rural Rat des villes et rat des champs

Dans nos territoires, l’espace rural est de plus en plus rare. Le monde rural est associé à la campagne. Non seulement lieu de production agricole, il se transforme notamment en étant un lieu de détente, de tourisme, mais également le choix d’un lieu de vie pour des habitants désirant quitter les villes. chiffres clés En 1999, l’espace rural représentait 70 % de la superficie du département. On s'approche aujourd’hui de la moitié.

pistes de reflexion

et si …

éléments de débat Aujourd’hui, l’influence de la ville est telle que l’espace rural recule : l’avancée du périurbain représente la dilatation des usages urbains sur l’espace, au détriment de l’espace rural. Le maintien de la ville dans des limites raisonnables est nécessaire à la maîtrise des déplacements. L’organisation des territoires ruraux autour de leurs pôles de centralités, rassemblant commerces, services et emplois est un élément de dynamisme pour ces espaces. Avec les phénomènes de périurbanisation, quel lien social entre les urbains, les périurbains et les ruraux ?

… la nature avait plus de place dans la ville ?

… tout le département devenait urbain ?

a lire aussi

Ailleurs dans l’abcd'ère Agriculture, construction de logements, étalement urbain, renouvellement urbain, périurbain…

En exclusivité sur

189


Rythme de vie « Mon passe-temps favori, c'est laisser passer le temps » Françoise sagan

Un terme qui désigne le plus souvent le nombre d’actions ou de moments vécus par unité de temps humain. En termes de biologie, il s’agit du rythme d’évolution de notre corps tout au long de la vie (croissance, vieillissement des cellules), mais aussi dans la journée avec l’alternance de séquences d’alimentation, de veille ou de sommeil nécessaires à son bon fonctionnement. Le rythme de vie est d’ailleurs un indicateur de qualité de la vie… chiffres clés

éléments de débat Crescendo… : On observe une accélération continue du rythme de vie depuis la révolution industrielle, avec la vitesse permise par le progrès technique. Côté positif, cela permet une vie bien remplie lorsqu’elle est choisie  ; côté négatif, fatigue chronique et dépression guettent ceux qui ne peuvent pas suivre le rythme ! … ma non troppo : Des voix et des démarches se multiplient pour encourager le ralentissement du rythme de vie (« slow movement »…). Un paradoxe  : plus la technologie progresse pour nous faire gagner du temps (machine à laver, internet, informatique, TGV…), plus elle multiplie les opportunités de consommation de temps : choix de chaînes de télévision, de sites internet, de déplacements.

Selon le sociologue Jean Viard, nous vivons en moyenne 700  000 heures  : 200  000 consacrées au sommeil, 67  000 au travail, 30 000 aux études, et 100 000 à la télévision ! Et si nous avons plus de temps libre que nos ancêtres, nous nous sentons pourtant tous débordés !

Vers une société à plusieurs vitesses  ? Selon l’INSEE, les catégories sociales supérieures et les personnes qui travaillent beaucoup sont aussi celles qui pratiquent le plus d’activités de loisirs. Les jeunes générations sont également plus habituées à un rythme de vie rapide que les plus anciennes.

…la société était arrivée au bout de l’accélération du rythme de vie acceptable pour le corps et le cerveau huma

in ?

on se créait collectivement des moments pour ne rien faire ?

pistes de reflexion

et si …

… la médecine pouvait nous greffer des ordinateurs pour aller plus vite ?

a lire aussi

190

Ailleurs dans l’abcd'ère Actif, déplacement, dimanche, étalement urbain, loisirs, NTIC, qualité de vie, réseau social, temps de la ville, vacances …


Santé « La santé est le trésor le plus précieux et le plus facile à perdre ; c’est cependant le plus mal gardé » Chauvot de Beauchêne.

La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social. Elle ne consiste pas seulement en l’absence de maladie ou d’infirmité. Elle implique que tous les besoins fondamentaux de la personne soient satisfaits, qu’ils soient affectifs, sanitaires, nutritionnels, sociaux ou culturels. éléments de débat

chiffres clés 84 % des Français estiment être en bonne santé 73 % critiquent la qualité de l’accompagnement des personnes en fin de vie 71 % estiment que l’on ne s’occupe pas assez des suicides 68 % pensent que la santé des personnes en situation précaire n’est pas assez prise en compte 67 % jugent qu’on ne se préoccupe pas suffisamment de la douleur Dans l’agglomération nantaise, le taux de médecins omnipraticiens est de 17,7 pour 10 000 habitants (contre 15,5 dans le département) Sur le territoire de Nantes Métropole, on compte 76 établissements de santé (hôpitaux, cliniques, maternités…).

pistes de reflexion

et si …

La santé est un idéal pour chacun, mais n’estelle pas aussi un bien collectif ? Ce bien est d’ailleurs bousculé par les phénomènes de fond et des événements comme la crise économique (suicides, dépression, malnutrition…). En termes de santé publique, les enjeux du vieillissement et de la précarité sont prioritaires, mettant en question l’appareil de santé : Quelle répartition entre le secteur privé et l’hôpital public, en particulier pour les actes médicaux non rentables  ? La mutualisation des moyens médicaux et hospitaliers constitue-t-elle une avancée en termes de service à la population  ? La santé doit-elle être considérée comme un secteur d’activité ordinaire  ?

tivité ne trouvait plus les moyens … la collec d’accompagner les plus longues maladies  ? … on développait la télésanté  ?

… tous les soins étaient gratuits  ? … sans revenu, on n’était plus soigné  ?

ntation et de notre modes de vie, la qualité de notre alime … nosonne e santé plus longtemps  ? bonn en ent tenai main nous ment envir … la médecine était enseignée dès l'école primaire  ? … Nantes devenait un pôle de santé d'envergure mond iale  ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Alimentation, eau, exclu, isolement/solitude, précarité, ségrégation urbaine, solidarité, qualité de vie…

a lire aussi

En exclusivité sur

191


Sécurité La « sureté » fait partie des quatre droits naturels et imprescriptibles de l’Homme, selon l’article 2 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789.

Large champ de réflexion et d’action, le thème de la sécurité est souvent restreint à quelques statistiques sur la délinquance, l’immigration clandestine, éventuellement les accidents de la route. En fait, c’est beaucoup plus que cela et les acteurs de la sécurité sont nombreux… Pour une personne, la sécurité est un état d'esprit - confiant et tranquille - qui résulte du sentiment, bien ou mal fondé, que l'on est à l'abri de tout danger. À l’échelle de la société, ce sentiment devient plutôt une situation objective, analysable et souvent quantifiable (avec des critères matériels, économiques, politiques, environnementaux, militaires) qui recouvre l'absence de danger pour les personnes ou entreprises et de menace pour les biens.

éléments de débat La sécurité concerne de nombreux domaines de la vie quotidienne, pour les individus, les organisations et la société  : la défense et la politique internationale, la sécurité publique et la lutte contre la délinquance, la sécurité économique (approvisionnement des entreprises, emploi des personnes…), la sécurité juridique (respect des droits des personnes…), la sécurité environnementale (prévention des risques, préservation des ressources, approvisionnement en eau…), la sécurité sanitaire et le système de santé publique, la sécurité des transports notamment la sécurité routière (en France les accidents de la route sont la première cause de mortalité chez les jeunes de 15 à 25 ans, devant le suicide), etc. Aux acteurs classiquement associés à la sé-

192

chiffres clés En 2009, il y a eu 70 214 faits de délinquance (crimes et délits constatés par la police et la gendarmerie) constatés en Loire-Atlantique. Le taux de criminalité s’établit à 56,9 pour mille habitants en 2009, ce qui place la Loire-Atlantique au 24e rang national. Le nombre de faits constatés a diminué de 3  % par rapport à 2008, à comparer à la baisse de 1  % au niveau national. curité (policiers, pompiers…), il importe d’ajouter toute une gamme d’intervenants orientés vers la prévention (électriciens, médecins, médiateurs, météorologues, constructeurs automobiles…) sans oublier chacun de nous.


Nantes Métropole Densité d'accidents de la circulation

pistes de reflexion

et si …

es ses dimensions, … on admettait que la sécurité, dans tout était l’affaire de tous ?

… on visait « zéro tué » sur les routes ?

… la sécurité devenait un thème de débat politiqu

e apaisé ?

a lire aussi

Ailleurs dans l’abcd'ère Alimentation, déplacement, espace public, exclu, qualité de vie, risque naturel et technologique, santé, ségrégation urbaine, vélo, ville la nuit, voiture…

En exclusivité sur

193


Ségrégation urbaine « Y a-t-il des quartiers de riches et des quartiers de pauvres ? »

La ségrégation urbaine peut être définie comme un isolement à la fois social et spatial d’un groupe, d’une ethnie, d’une société… plus subi que choisi. Elle est également le processus de séparation qui conduit à ce résultat d’isolement. Les grands ensembles, les paysages de tours et de barres, les quartiers d’habitats sociaux, la « banlieue » en sont les images urbaines et contemporaines. éléments de débat La ségrégation urbaine touche la notion de communauté, de regroupement (choisi et non choisi) d’un groupe autour de quelque chose qu’il partage au détriment de son intégration sociale globale. La ségrégation urbaine met en question la notion de mixité sociale et la prise en compte de cette mixité dans l’espace urbain  : à l’échelle d’un quartier  ? dans une opération de construction (ex : 20 % logements sociaux dans toute opération urbaine de logement) ?

à l’échelle d’une cage d’escalier partagée, d’une rue, d’une place… ? Pour autant, la ségrégation n’est pas qu’affaire d’espace. Quand on est proche physiquement, est-on plus proche socialement ? En ville, l’esthétique de différents bâtiments ne sépare-t-elle pas leurs habitants ? Et en campagne, n’y a-t-il pas de ségrégation ? Autant de questions qui se posent à la politique de la ville.

… les pavillons étaient les grands ensembles de demain ? … dans chaque quartier on trouvait toutes les couches sociales ?

pistes de reflexion

et si …

nts pements ou des événemees ? …l’espace public, des équiprov oquaient les rencontr

a lire aussi

194

Ailleurs dans l’abcd'ère Catégorie socioprofessionnelle, classe sociale, espace public, exclu, forme urbaine, précarité, population spécifique, solidarité, vie sociale de quartier…


Nantes Métropole Revenus des habitants

u mensuel moyen brut (avant impôt) énages en 2007

3 400 euros et plus

de 2 700 à 3 399 euros

de 2 000 à 2 699 euros

moins de 2 000 euros !"#!$

Sources : DGI Filocom, Nantes Métropole, AURAN.

Revenu mensuel moyen brut (avant impôt) des ménages en 2007 3 400 euros et plus de 2 700 à 3 399 euros de 2 000 à 2 699 euros moins de 2 000 euros

En exclusivité sur

195


Services Rendre service…

Les services recouvrent un vaste champ d'activités qui va du commerce à l'administration, en passant par les transports, les activités financières et immobilières, l'éducation, la santé et l'action sociale. Ces activités peuvent être orientées vers les entreprises (transport, recherche, gestion…), ou vers les particuliers (immobilier, transports, agence de voyages, services à la personne…). Ces services peuvent être vendus : on dit alors qu’ils sont marchands. Quant aux services publics, ils recouvrent des missions administratives (comme l’enseignement) ou industrielles et commerciales (comme la gestion de l’eau) et sont exercés dans le respect de règles qui constituent aujourd’hui les valeurs du service public à la française (continuité, égalité, neutralité). éléments de débat Services marchands On assiste à la tertiarisation généralisée et spectaculaire de l’économie dans les pays développés. La métropole nantaise accueille un ensemble de fonctions tertiaires, notamment des filières d’excellence (conseil et assistance, centres de relation client, technologies de l’information et de la communication, finances, biotechnologies…). Dans le secteur des services aux particuliers, le vieillissement de la population, la diminution du temps de travail, la place croissante des loisirs ainsi que les innovations liées au progrès technique font exploser la demande. Dans le secteur des services aux entreprises, les entreprises confient de plus en plus de fonctions à des prestataires pour se recentrer sur leurs activités principales (externalisation des fonctions administratives, de gestion immobilière …). Plusieurs raisons  motivent ce choix  : maîtrise des coûts, efficacité (recours à des spécialistes), plus grande souplesse dans la gestion du personnel, adaptation aux fluctuations du marché et aux innovations techniques…

196

chiffres clés En 1900, seuls 25 % de la population active française travaillaient dans le secteur tertiaire, contre plus de 75 % aujourd'hui. Sur le territoire de Nantes Métropole, 24 341 établissements exercent une activité de services (67    % des établissements). Ils représentent plus de 70 % des emplois salariés, soit 202 000 emplois (INSEE, 2008). Nantes Métropole, 3e place financière de France Services publics En ce qui concerne les services publics, si le juge administratif les définit comme des activités d’intérêt général, exercées par ou sous le contrôle d’une administration, l’histoire politique et économique  démontre que le champ des services publics peut évoluer, en s’élargissant ou se restreignant. L’actualité, avec l’application du droit européen et le rôle accordé aux marchés, est plutôt marquée par une restriction du champ des services publics et une modification de leur gestion (mise en concurrence des opérateurs de la téléphonie ou du ferroviaire par exemple).


pistes de reflexion

et si …

la tertiarisation de l'économie favorisa le développement des emp lois à forte valeur ajoutée ?it

… la tertiarisa tion de l’emploi démultipliait bilité et les emplois atypiques  ? la flexi

… la distinction industrie/services n’avait plus de

Ailleurs dans l’abcd'ère Actif, agriculture, BTP, catégorie socioprofessionnelle, commerce, emploi, immobilier de bureau, industrie, rythme de vie, travail atypique…

sens  ?

a lire aussi

En exclusivité sur

197


Solidarité Solidarnosc

La solidarité est un lien d'engagement réciproque entre des membres d’un même groupe liés par une communauté de destin (famille, village, profession, entreprise, nation, etc). L’idée de solidarité a aussi créé des modèles économiques innovants (coopérative, mutuelle, association, commerce équitable) et sociétaux (sécurité sociale, système de répartition pour les retraites…). éléments de débat Quels impacts les puissants changements sociaux, économiques, démographiques et institutionnels en cours (vieillissement des populations, évolution de la famille, remise en cause de l’Etat providence, liens entre les territoires…) auront-ils sur la solidarité  ?

ces publiques n’étaient plus en mesure … les finan d’assurer la solidarité (entre les individus,

pistes de reflexion

et si …

les travailleurs, les exclus, les territoires…) ? le développement de l’économie sociale et solida ire était une solution à la crise économique ?

… le système de santé avançait à deux vitesse ? … la solidarité de quartier devenait une référence ? … la dette pesait encore davantage sur les solidar

ités  ?

… la solidarité que la métropole nantaise a envers les autres territoires et habitants devenait une référence  ?

a lire aussi

198

Ailleurs dans l’abcd'ère Budget des ménages, classes sociales, économie sociale et solidaire, isolement/solitude, logement locatif social, revenu, syndicat de salariés…


Sport Cette année, c’est décidé, je me mets au sport !

La citation « Mens sana in corpore sano », généralement traduite par « un esprit sain dans un corps sain » engage à cultiver aussi bien le mental que le physique. En matière de développement local il s’agit de faciliter la pratique sportive pour tous du quotidien au haut niveau. éléments de débat Les journaux télévisés, l’actualité quotidienne ont tendance à formater nos esprits pour s’intéresser plus aux grands événements sportifs, à la compétition qu’à une pratique quotidienne, anonyme. Il est vrai que le sport de haut niveau peut faire vibrer à l’unisson toutes les couches d’une société, réunir des foules dans l’admiration pour les exploits de quelques uns… Le sport est promu pour ses valeurs sociales et éducatives mais il peut aussi exacerber certaines tensions, parfois dramatiquement (hooliganisme). Il reste cependant indispensable à la vie en société dans la mesure où il s’agit, avec les événements culturels, d’un de ces rares moments où les gens sont réunis autour d’un point d’intérêt commun. D’où la nécessité d'équipements sportifs « de prestige » et de « grandes équipes » comme d'équipe-

pistes de reflexion

et si …

ments de proximité. Le sport au quotidien, lui, touche tout le monde en termes de pratique (un Français sur deux déclare pratiquer un sport) et s’appuie sur un riche tissu associatif et de bénévoles. Ce sport au quotidien pour tous a donc besoin d’équipements, moins prestigieux mais équitablement répartis sur le territoire. On observe aujourd’hui de nouvelles aspirations en matière de pratiques sportives  : sport détente, santé, plaisir, et une demande accrue de pratiques ludiques, libres, ponctuelles. Les jeunes sont aussi de plus en plus attirés par des pratiques hybrides (sport et culture, disciplines nouvelles comme l’ultimate, pratique sur l’espace public (sports de glisse)). Au total, une part importante de la demande sportive s’exprime en dehors des clubs et associations en faveur d’une pratique non encadrée (jeunes et femmes).

une salle de sport … en 2030 on avait tous dans notre salon ?

… faire du sport faisait partie de notre temps de travail  ?

… on revenait en Ligue 1 ?

… on favorisait des aménagements urbains qui facilitent les sports inconscients et nouveaux  ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Accessibilité, alimentation, budget des ménages, équipement collectif, espace public, forêt urbaine, loisir, marche, qualité de vie, rythme de vie, santé, touriste, vélo…

a lire aussi

En exclusivité sur

199


Syndicat de salariés À Nantes, le syndicalisme est fort d’une grande histoire et de Figures emblématiques : Fernand Pelloutier, Gilbert Declercq, Georges Prampart, Alexandre Hébert…

Un syndicat est une organisation regroupant des salariés volontaires qui défendent leurs intérêts (ouvriers, employés ou cadres). Le syndicalisme français est le fruit d’une longue histoire mouvementée dont le premier acte fut sa reconnaissance officielle le 21 mars 1884 (loi Waldeck-Rousseau). Marqué par son empreinte revendicative et sa présence forte dans les bastions industriels, il tente de muter dans un paysage en profond changement (PME/PMI, développement des services…). Il est très morcelé (8 organisations à caractère confédéral), avec en France le taux d’adhésion le plus faible d’Europe (inférieur à 10  %). Le syndicalisme nantais est très atypique : révolutionnaire, fortement marqué par la lutte des classes, par des grèves puissantes (en 1953 et 1955 dans la métallurgie, en 1968 et plus récemment en 1994 avec « les filles de Chantelle »). chiffres clés Représentation nationale (base 2009 prud’hommes et CAP/FP) CGT : 30 % CFDT : 20 % FO : 16 % UNSA : 8 % CFTC : 7 % CGC : 6 % Solidaires : 5 % FSU : 4 % Divers : 4 % ;

Représentation en Loire-Atlantique : CFDT et CGT : autour de 27.5 % chacune FO : 15 % CFTC : 7 % CGC : 6 % UNSA : 7.5 % Solidaires : 6 % FSU : 3 % Divers : 0.5 %

… adhérer à un syndicat était obligatoire ?

… il n’y avait plus de syndicat ?

pistes de reflexion

et si …

, une réformi … il ne restait que deux confédérations une révolutionnaire ? ste et

… le syndicalisme français devenait comme ses « frè

res » de l’Europe du Nord un syndicalisme de service… et d’adhérents ?

a lire aussi

200

Ailleurs dans l’abcd'ère Actif, chômage, classe sociale, démocratie, économie sociale et solidaire, entreprise, fraternité, identité nantaise, industrie, lieu de mémoire, travail atypique, vie sociale de quartier…


Temps de la ville Temps de la ville, temps de la vie…

Le temps de la ville, c’est l’articulation, et souvent le choc, entre les temps de chacun et le temps de tous sur le territoire remarquablement dense que constitue la ville. Le temps individuel (temps de travail, de loisirs, de sommeil, des achats, de déplacements, de convivialité…) est davantage contraint en ville par le temps collectif : dès qu’un grand nombre d’habitants fait les mêmes activités au même moment, ça bouchonne, et ça bourdonne ! éléments de débat A chacun son temps. On vit la ville de façon différente selon que l’on habite au centreville ou en périphérie, que l’on est riche ou pauvre, jeune ou âgé, homme ou femme, salarié, employeur ou demandeur d’emploi, ou que l’on parcourt la ville de jour ou de nuit, à pied ou en voiture… Avec l’individualisation des horaires, on observe moins un temps de la ville que des temps de la ville, de plus en plus décalés. Y at-il un temps de la ville et un temps de la campagne  ? Chaque ville a son temps. En fonction de sa culture nationale (les commerces sont fermés le samedi dans certains pays), mais aussi de sa culture locale (on mange plus tôt à Nantes qu’à Marseille) et des cultures

pistes de reflexion

et si …

qu’elle accueille, le temps de la ville est une variable très culturelle. Temps libre ou temps contraint. Les communes, Nantes Métropole et les autres acteurs publics interviennent sur le temps de la ville : pour réduire les inégalités face au temps, pour limiter les engorgements et dysfonctionnements. Ils articulent au mieux les horaires des transports publics, des équipements publics (gymnases, centres de loisirs…) ou des administrations aux besoins des habitants et des entreprises. Ils réglementent également les temps privés : horaires d’ouverture des établissements la nuit et les jours fériés, horaires autorisés pour faire du bruit ou passer la tondeuse… Jusqu’où doit aller l’action de ces acteurs publics ?

ement des cittaslow (réseau des villes … le mouv s, de moins de 60 000 habitants, comptant

lente 140 membres) s’étendait à toutes les villes ?

… la ville faisait les « trois huit » ?

vers une ville à mille temps, où chaque … onhabitallait ant choisit celui qui lui convient le mieux ?

… on revenait à l’inverse à un temps unique pour

s, choisi collectivement dans chatou que ville ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Actif, bonne idée oubliée, centre ville, déplacement, espace public, étalement urbain, forme urbaine, identité nantaise, liberté, loisir, ville la nuit…

a lire aussi

En exclusivité sur

201


Touriste « Excuse me ? Do you speak English ? »

L’image classique du touriste, c’est celle de la personne avec des bagages, un guide ou une carte sous le bras, qui a l’air de chercher son chemin et qui souvent parle une langue étrangère. Pas besoin d’aller à l’étranger, il suffit de se déplacer dans une autre ville… Un touriste est une personne en déplacement hors de son environnement habituel, pour une durée d’au moins une nuit et au plus un an, quel que soit le motif (affaires, santé, loisirs…). Le tourisme est un secteur d’activité à enjeu pour l’économie de la métropole. chiffres clés Sur Nantes Métropole, l’accueil des touristes s’est fortement développé. Hébergements diversifiés : 5 400 chambres d’hôtels, 300 places de campings en 3 et 4 étoiles, plus de 300 lits en location d’appartement/chambre d’hôte/gîte, 3 750 lits en résidences services... Une fréquentation en croissance  : plus d’un million de personnes  au Château des Ducs de Bretagne en 2009    ; 260 000 personnes aux Machines de l’Île  ; plus de 420 000 visiteurs dans les musées et le planétarium. Une clientèle essentiellement française, majoritairement locale. Les étrangers représentent moins de 10  % de la fréquentation, mais leur part est en forte progression. Les manifestations : Les Utopiales, la Folle Journée, Estuaire, le Festival des Trois continents… participent à l’attractivité et la notoriété touristique de la métropole, tout comme la proximité du littoral.

202

éléments de débat Des atouts indéniables  : plusieurs cours d’eau offrant des possibilités variées de promenade, des monuments historiques dont un château en cœur de ville, une offre d’animation de qualité (Machines de l’île) et d’événements culturels importants et reconnus nationalement, la proximité de la mer, un riche patrimoine naturel… Comment mieux faire connaître ces atouts  pour que l’agglomération nantaise devienne une destination à part entière ? Une structuration à poursuivre : le tourisme est une activité économique en développement dans l’agglomération. Il doit se structurer et continuer d’innover pour présenter une offre de produits et de services adaptée aux différentes clientèles, locales, départementales, nationales et internationales. Et les Nantais ? Les habitants de l’agglomération sont les premiers touristes du territoire. La capacité qu’a chaque habitant de partir, ou pas, en vacances, et ainsi de devenir à son tour un touriste est une autre facette de l’enjeu social du tourisme à l’échelle de l’agglomération.


pistes de reflexion

et si …

… on considérait les touristes comme des habitants ? … tout le monde pouvait partir en vacances et être un touriste ?

… Nantes devenait une destination touristique majeure ?

… le tourisme devenait le moteur de l’économie locale ? … chaque habitant devenait un ambassadeur de l’agglomération ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Aéroport, budget des ménages, centre-ville, économie présentielle, environnement, équipement collectif, estuaire de la Loire, identité nantaise, international, loisirs, revenu, vacances, ville la nuit…

a lire aussi

En exclusivité sur

203


Train « Les histoires d'amour, c'est comme les voyages en train » Grand Corps Malade

Combinaison de véhicules mettant en commun un équipage et une énergie motrice (train de péniches…). Aujourd’hui, le train est attaché à la voie ferrée et désigne le moyen de se déplacer d’un point A fixe à un point B fixe, tout en faisant autre chose : dormir, se divertir, manger et boire, rencontrer, communiquer, travailler… Les points A et B sont soit un arrêt formalisé par une borne, soit un bâtiment couvert et par extrapolation, un quartier dans la ville  : la gare. éléments de débat

chiffres clés La métropole nantaise au carrefour d’une étoile ferroviaire : 11 gares voyageurs ou arrêts existants sur l’agglomération 5 gares ou arrêts en projet (réouverture de la ligne Nantes Châteaubriant) 12 millions de voyageurs par an pour la gare de Nantes

pistes de reflexion

et si …

Les gares polarisent les territoires en devenant les points de convergence de différents modes de déplacements (pôles d’échanges multimodaux). À ce titre, elles détiennent un potentiel fort pour le développement d’activités, de services urbains de proximité et de logements. Le développement des quartiers de gare doit-il venir après l’arrivée du train ou l’anticiper ? Comment poursuivre la valorisation de l’étoile ferroviaire de l’agglomération nantaise ? Comment concilier le développement résidentiel avec les nuisances sonores liées à l’exploitation ferroviaire ?

… la gare devenait le seul lieu ouvert la nuit ?

… le train s’affranchissait du sol  ?

… la gare était une ville à part entière ?

a lire aussi

204

Ailleurs dans l’abcd'ère Accessibilité, déplacement, équipement collectif, espace public, migration domicile-travail, périurbain, touriste, vacances, voiture autrement …


Trame verte et bleue La haute couture version nature…

La « trame verte et bleue » est un outil de préservation et de restauration de la biodiversité. Il s’agit de (re)constituer un réseau d’échanges cohérent pour que les espèces animales et végétales puissent communiquer, circuler, s’alimenter, se reproduire … assurer leur survie. La trame verte et bleue est composée de deux éléments : la trame verte des espaces protégés et des territoires assurant le lien entre ces espaces  ; la trame bleue correspondante, pour les eaux de surface et les écosystèmes associés (marais, zones humides…). éléments de débat Si ce principe fait l’unanimité, au niveau national et au niveau local, il reste à concevoir une ville qui respecte cette vision, intégrant les contraintes liées aux activités urbaines ou économiques. Ainsi, les infrastructures routières et ferroviaires cassent souvent le lien entre espaces naturels.

Quels aménagements, ou quels équipements nouveaux pour tenter de préserver ou de recréer ces continuités  ? De même, l’activité agricole s’organise dans l’espace  : est-elle favorable ou défavorable à la continuité écologique entre les grands ensembles naturels  ?

verte et bleue … la trame tournait la ville  ? con

pistes de reflexion

et si …

… les pollutions acoustiques, lumineuses et électromagnétiques altéraient la tram

e verte et bleue  ?

pour ue était la bonne clé … la trame verte et ble es  ? ain urb s me for choisir les

a lire aussi

Ailleurs dans l’abcd'ère Biodiversité, construction de logements, eau, écoquartier, empreinte écologique, environnement, forêt urbaine, forme urbaine, paysage…

En exclusivité sur

205


Tramway La métropole nantaise a été la première agglomération à remettre le tramway au goût du jour. Aujourd’hui elle conserve une rame d’avance avec busway, chronobus, tram-train…

De l’anglais tram-way, rail plat et voie. Le tramway est un moyen de transport collectif urbain circulant sur rails plats en site propre ou encastrés dans la voirie routière. À traction animale au début du 19e siècle, il est propulsé par air comprimé, à la faveur de la révolution industrielle à partir de 1873, et devient électrique dix ans plus tard. chiffres clés Petite histoire du tramway nantais 1825 : création de la première compagnie d’omnibus à chevaux «La Dame Blanche» par deux nantais (Louis Biseau, Stanislas Baudry) : 32 fiacres et 20 cabriolets. 1879 : premier tramway à air comprimé, inventé par l’ingénieur Louis Mékarski, sur la première ligne de tramway nantaise 1911 : 12 millions de voyageurs par an, 39 kilomètres de lignes 1913 : électrification du réseau, décision du maire de Nantes, Paul Bellamy 1925 : apparition du bus Entre 1932 et 1939 : 20 lignes transportent 27 millions de voyageurs par an. 1958 : disparition du tramway (le «péril jaune») 1960 à 1973 : la fréquentation du réseau d’autobus diminue de 50 % 1977 : malgré l’opposition générale, Alain Chénard, maire de Nantes, relance le tramway. Nantes est la première ville à introduire le tramway moderne en France. 1985 : première ligne de tramway 1992 : deuxième ligne de tramway 2000 : troisième ligne de tramway Aujourd’hui : 43,5 kilomètres de lignes, 65 millions de voyageurs / an.

206

éléments de débat Le tramway est un instrument de politiques urbaines. Sur notre territoire, il a agi comme un catalyseur : désenclavement des quartiers d’habitat sociaux, réhabilitation de l’espace public au profit des piétons et deuxroues, densification autour des corridors du tramway, création de nouveaux quartiers… En 2006, un busway est mis en service sur la ligne 4. Le projet « chronobus » (bus à haut niveau de service) concerne dans un premier temps sept lignes. Parallèlement, deux nouvelles gares ont été créées sur la ligne Nantes-Vertou et le projet de tram-train avance sur la ligne Nantes – Châteaubriant. Si le tramway nantais remplit largement ses fonctions au cœur de la ville, ses connexions avec l’ensemble du réseau et les autres réseaux de transport doivent concentrer les efforts. La question de la connexion des lignes entre elles demeure à l'ordre du jour, tout comme leur extension au delà du périphérique.


pistes de reflexion

et si …

… le tramway entrait en gares  ?

… le tramway faisait le tour de l'agglomération  ?

… le tramway allait chercher les voitures au-delà

du périphérique  ?

a lire aussi

Ailleurs dans l’abcd'ère Accessibilité, embouteillage, équipement, forme urbaine, train, transport collectif, voiture autrement…

En exclusivité sur

207


Transport collectif

Lieu de mélanges où se rencontrent entre deux stations, deux gares, deux aéroports… des impatients, des lecteurs de presse, des hommes pressés, des discrets, des téléphones indiscrets, des alpinistes suspendus, des contorsionnistes, des contemplatifs en fauteuil, des jeunes en révision de dernière minute, des retraités agiles…

Dans les airs, sur la mer, sous terre, sur la terre, sur la route, sur des rails, un jour dans l’espace… le transport collectif, ou transport en commun, consiste à transporter plusieurs personnes ensemble sur un même trajet. Dans les politiques de déplacement de l’agglomération nantaise, le transport collectif a constamment occupé une place de premier choix, portant toujours dans son sillage la volonté d’être un « trait d’union social » entre les différents quartiers et secteurs desservis, appuyé sur une tarification attractive, « solidaire ». Le transport en commun joue… collectif. Dans l’agglomération, les transports collectifs urbains sont organisés par Nantes Métropole. Dans l’aire urbaine de Nantes, interviennent également le Conseil général de Loire-Atlantique pour les transports collectifs non urbains (réseau Lila) et la Région des Pays de la Loire pour les transports ferroviaires régionaux (TER).

a lire aussi

208

À ces « autorités organisatrices de transports » (AOT), il faut ajouter l’État, qui a en charge les autoroutes, les routes nationales et les lignes ferroviaires d’intérêt national. Longtemps les unes à côté des autres, les AOT travaillent aujourd’hui pour une meilleure complémentarité de la desserte d’équipements, de zones d’habitats et d’activités, dans et au-delà de l’agglomération.

Ailleurs dans l’abcd'ère Actif, bonne idée oubliée, centre ville, déplacement, espace public, étalement urbain, forme urbaine, identité nantaise, liberté, loisir, ville la nuit, voiture autrement…


éléments de débat

chiffres clés Dans l’agglomération le réseau urbain compte 3 lignes de tramway (42 km), 1 ligne de busway (7 km), 60 lignes de bus, 1 service spécifique pour les personnes à mobilité réduite, 1 navette fluviale 115 millions : nombre de voyages en progression de + 4 à 5 % par an + 130 % : fréquentation du réseau Lila entre 2006 et 2009 + 26  % : croissance de l’offre du réseau TER entre 2000 et 2009 intégration tarifaire : un même titre de transport pour les réseaux Tan/TER, Tan/ Lila, Tan/TER/Lila. tarification combinée en fonction de secteurs de déplacements (Métrocéane) à partir du premier kilomètre domicile/ travail, le transport collectif est le mode motorisé le plus économique. 15 % : part de marché des transports collectifs à Nantes Métropole (11  % en moyenne dans les 14 agglomérations françaises de plus de 300 000 habitants)

pistes de reflexion

Créer « le cocktail de la mobilité ». L’utilisation des transports collectifs connaît de fortes disparités entre les territoires de l’aire urbaine de Nantes. En milieu urbain et urbain dense, il est privilégié. Dans les quartiers périurbains et les zones rurales, il reste majoritairement le mode de transport des jeunes et de ceux qui n’ont pas de voiture. Il faut dorénavant faciliter l’accès de ces zones aux transports collectifs, en organisant le passage d’un mode à l’autre, le « cocktail de la mobilité ». Priorité à l’innovation. Si aujourd’hui les transports collectifs en site propre tirent leur épingle du jeu, les bus et cars restent soumis aux mêmes aléas que les automobiles en cas de congestion. Il faut inventer de nouveaux usages des routes, imaginer un rôle quotidien élargi pour le ferroviaire sans que les gares ne soient source d’un nouvel éloignement des habitants, explorer les apports des nouvelles technologies de communication et autres réseaux sociaux. Stratégie urbaine et déplacements. Se déplacer et habiter ne peuvent plus être dissociés, pour proposer de nouvelles solutions allant au-delà de la seule offre de moyens de déplacements. L’étroite interaction entre l’urbanisation et la façon de nous déplacer souligne le besoin d’une politique qui mène de front transport et urbanisme, en respectant les échelles de vies : proximité, autour des pôles urbains, entre ces pôles…

et si … it saturé ? … on utilisait mieux la Loire ? … le tramway devena … le vélo-bus et le pédibus devenaient des transports collectifs

à part entière ? augmentait le versement … ontrans s ? port des entreprise transports collectifs devenaient prioritaires … les sur les pénétrantes aux heures de pointe ? … un transport collectif circulait au-dessus des rue s, des routes, de l'eau ?

En exclusivité sur

209


Travail atypique

Existe-t-il encore une forme unique de travail typique ?

Le travail à temps plein, à durée indéterminée, à des heures fixes, chez un même employeur et dans un endroit stable caractérise l’emploi « typique ». Ce type d’engagement répond de moins en moins aux besoins des entreprises qui sont à la recherche de flexibilité et qui souhaitent de moins en moins s’engager à long terme visà-vis des salariés. Ainsi se développe de manière importante le travail atypique, qui se caractérise par les CDD, les contrats à temps partiels, le recours à l’intérim, le télétravail, les horaires décalés… chiffres clés

éléments de débat

En vingt ans, la proportion de «  travailleurs atypiques » a doublé, passant de 16 à 30    % de la population active. Cette forme de travail concerne majoritairement les femmes et les jeunes actifs.

L’INSEE introduit une distinction entre travail atypique et sous-emploi : contrairement au sous-emploi, le travail atypique peut en effet être choisi ou subi. Quelles modifications le travail atypique entraîne-t-il dans le droit du travail et l’accès à la sécurité sociale, la retraite, l'accession à la propriété, la consommation … ?

le droit du travail éta autour du travail atypiqueit  ?construit

… le travailplus atypique ne rimait avec précarité ?

… le travail atypique devenait la norme  ?

pistes de reflexion

et si …

… le travail atypique subi n'existait plus  ?

a lire aussi

210

Ailleurs dans l’abcd'ère Accession à la propriété, actif, économie sociale et solidaire, emploi, économie, femme/homme, jeune, liberté, précarité, rythme de vie…


Urbain « Le rêve de la vie champêtre a été de tout temps l'idéal des villes » Georges Sand

L’urbain représente la ville. Cette définition a le mérite de la simplicité, encore que… Si l’urbain est la ville construite, dense, centrale, il intègre aussi l’espace naturel qui est constitutif de la ville. L’urbain, c'est la ville territoire, un ensemble composé d’un noyau bâti, d’espaces de respiration, de lieux résidentiels et d’infrastructures de circulation. éléments de débat

chiffres clés Nantes Métropole, 24 communes, 590 000 habitants, 32 % du territoire est urbanisé et 7 % destiné à l’urbanisation future. Les espaces urbanisés comprennent les maisons, les entreprises, les équipements, les routes …

pistes de reflexion

et si …

L’urbain n’est pas qu’opposition au rural, et entretient avec lui des relations étroites, fonctionnelles, quotidiennes. L’avenir des uns et des autres est indissociable. Pour autant que chacun de ces territoires soit espace désirable de vie… L’urbain pour sa part doit savoir être agréable à vivre, en étant à la fois concentré et aéré, « urbain » donc.

n de ce urbaine était le meilleur écri …conl’amvivibian alité et de la rencontre ? la

ement réinventait … la qualité de l’aménagnot re

perception de l’urbain ?

a lire aussi

Ailleurs dans l’abcd'ère Centre-ville, écoquartier, équipement collectif, empreinte écologique, étalement urbain, forme urbaine, migration domicile-travail, mobilité résidentielle, périurbain, pollution, trame verte et bleue… En exclusivité sur

211


Vacances « Vacances j'oublie tout » élégance

Les vacances constituent une période (de quelques jours à quelques semaines) pendant laquelle une personne cesse son activité habituelle (professionnelle, scolaire…). Les congés payés sont un droit acquis par les salariés. Cette période de « vacance » est utilisée par chacun pour se reposer, pour partir en voyage d'agrément, pour se consacrer à l’activité de son choix. Mais ce choix, et le départ en vacances, sont très fortement conditionnés par le niveau de vie. éléments de débat

chiffres clés 80 % des classes favorisées, contre moins de 40  % des catégories modestes, sont parties en vacances au cours des 12 derniers mois. C’est à 50  % pour raisons financières que les ménages français ne partent pas en vacances. Le lieu des vacances idéales des Français  ? 38 % : une ville culturelle ou historique 22 % : une île déserte 21 % : grandes étendues sauvages 6 % : la jungle 5 % : une navette spatiale. Avec qui  ? 37 % : en amoureux / en couple 31 % : en famille

Le droit aux vacances, outre qu’il ne donne pas tous les droits au salarié qui doit respecter certaines contraintes liées à son métier, n’entraîne pas la capacité financière à faire ce que l’on veut de ses vacances. De plus, qu’est-ce que le droit aux vacances dans une société où chômage et précarité sont grandissants, où les modes de travail évoluent vers de plus en plus de souplesse et de formes nouvelles  ? 19 % : entre amis 5 % : seul 4 % : avec un(e) bel(le) inconnu(e) 3 % : en groupe avec des gens qu’on ne connaît pas

on co-vacançait (comme on cov oiture) avec ceux qui n’ont pas les moyens de partir  ?

ace comme on voyage … on voyageait dans l’espaujo urd’hui en avion  ?

pistes de reflexion

… on pouvait partir en vacances absolument quand on veut  ? a lire aussi

212

et si …

… le nombre de jours de vacances diminuait  ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Actif, budget des ménages, classe sociale, loisir, culture, travail atypique…


Vélo Promis, demain, je m’y mets…

Outil de déplacement économique et très pratique, permettant au piéton de poursuivre son chemin, et à l’automobiliste reconverti de gagner du temps dans les encombrements matinaux. Sur deux roues, cet outil fait appel à un sens de l’équilibre certain, et permet de plus de garder la forme. éléments de débat

chiffres clés 2  % : part des vélos dans les déplacements de l’agglomération nantaise 7  % (10 % ville centre) : part des vélos dans les déplacements de l’agglomération strasbourgeoise 33  % : part des vélos dans les déplacements à Münster (Allemagne) 37  % : part des vélos dans les déplacements à Copenhague (Danemark), avec l’objectif de 50  % 375 km de pistes cyclables dans l’agglomération nantaise (211 km en 2000)

pistes de reflexion

et si …

Dans l’agglomération, le nombre de déplacements à vélo a nettement augmenté, même si la progression parallèle de la circulation n’a pas permis de faire croître leur part dans le trafic total. Le Plan vélo en cours vise les 100 000 déplacements quotidiens en 2020, le double de 2002, soit 15  % des déplacements en ville. Si le vélo est synonyme de nouveaux comportements sur la route, plus conviviaux, la cohabitation des modes de transport reste un problème. Les cyclistes sur leurs frêles machines vivent dans des conditions insuffisantes de confort et de sécurité.

mode de déplacemen … le vélo devenait le premier dan s l'agglomération ? t

… je pouvais stationner mon vélo aussi facilement que ma voiture et en toute sécurité ?

moyen … le vélo deveentnaitrapidle seul e ? de déplacem

… mon vélo ne me quittait plus lors de mes déplacements dans l’agglomérat

ion ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Accessibilité, budget des ménages, déplacement, empreinte écologique, forme urbaine, revenu, santé…

a lire aussi

En exclusivité sur

213


Vie citoyenne

« Aux armes citoyens». La Marseillaise, 1792

Manière dont les habitants se mettent en mouvement pour être présents dans la vie de la cité, dans leur rapport aux institutions et aux corps intermédiaires (syndicats, partis politiques, associations…). La vie citoyenne est indissociable de la démocratie, de la connaissance de ses droits et ses devoirs. éléments de débat Dans la vie citoyenne, on peut se contenter d’être informé sur la vie de la cité et de nos institutions. On peut aussi être acteur, mais il n’y a aucune obligation. Etre bien informé, c’est déjà beaucoup. Donner de la lisibilité aux décisions, c’est aussi beaucoup. Dans leurs programmes, les élus souhaitent que les habitants soient des acteurs de la vie locale. De multiples instances sont proposées

pour participer, à tous les niveaux de la vie de la cité, comme le Conseil de développement de Nantes Métropole, les conseils de quartier, les conseils des sages, des jeunes… En comparaison avec d’autres régions, notre métropole est plutôt fertile en vie citoyenne. Il y a une attirance pour la vie associative et l’engagement dans les instances participatives. En même temps, parfois les jeunes générations ne s’y retrouvent guère. Les nouvelles formes de communication bousculent les habitudes de la vie citoyenne. C'est pour du mieux ou du moins bien  ?

… le fonctionnement de la vie citoyenne

était sans cesse à réimaginer  ?

pistes de reflexion

mes de vie … la jeunesse imaginait de nouvelles forcito yenne ?

et si …

… l'innovation technologique et les NTIC refondaient les pratiques cito yennes ?

a lire aussi

214

Ailleurs dans l’abcd'ère Association, bonne idée oubliée, espace public, solidarité, vote…


Vie sociale de quartier

Lassé d’un long voyage, Ulysse désire retrouver son petit Liré

Il y a cinquante ans, un Français effectuait 3 000 km par an. Aujourd’hui, il se déplace en moyenne sur 16 000 km, à toutes les échelles, du quartier jusqu’au bout du monde. Paradoxalement, plus il va loin, plus il devient exigeant sur son environnement de proximité. L’échelle du quartier, du village, du pôle de vie, la qualité de la vie sociale, l’accès à l’école, aux commerces de quartier, aux administrations… constituent des enjeux stratégiques pour le vivre ensemble. éléments de débat Avec le vieillissement de la population, la proximité des services et des équipements avec les lieux d’habitation va redevenir centrale. Quelle est la distance acceptable : 200 mètres  ? Comment favoriser le lien social au sein du quartier  ?

pistes de reflexion

et si …

chiffres clés Dans l’agglomération nantaise 1999 : création de la Fête des voisins 77  % des ménages entretiennent de bonnes relations avec leurs voisins, 20 % considèrent leurs relations de voisinage comme inexistantes 39 % des habitants ont déjà participé à une réunion de quartier 27  % ont déjà répondu à une consultation concernant un projet local 16  % ont déjà assisté à un conseil municipal 50 % des déplacements ne dépassent pas 3 km

s’imposait elle de l’individu, de l’habitant … l’éch  ? jets s les pro à tou

chaque quartier de l’agglomération possédait

… l’animation des quartiers était l’affaire de tous  ?

sa « place Royale » ?

… on imaginait l’agglomération nantaise aux cent villages ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Accessibilité, association, écoquartier, marche, ségrégation urbaine, solidarité, vélo…

a lire aussi

En exclusivité sur

215


Ville la nuit

« C’est beau une ville la nuit » Roman et film de Richard Bohringer

« L’autre temps » de la ville. La nuit dure entre huit et seize heures chaque jour. On distingue le travail du soir (20h-minuit) du travail de nuit (minuit-5h).

chiffres clés

éléments de débat La convivialité, les rencontres, la créativité, la décompression, les plaisirs : la nuit reste attachée à l’imaginaire de la liberté. Paradoxalement, elle est ausi attachée au danger comme dans les contes de notre enfance. Comment faire en sorte que, tant les loisirs que le travail de nuit disposent de conditions de pratiques acceptables (transports collectifs, sécurité…) ?

… les bicloos fonctionnaient toute la nuit  ?

 

Rien qu’à Nantes, environ 1 300 établissements autorisés à ouvrir jusqu’à 2h, une trentaine jusqu’à 4h. 3 000 personnes se déplacent dans le centre ville de Nantes à minuit (moyenne du lundi au vendredi) Parmi les actifs occupés de l’agglomération, 4,5  % travaillent entre 22h et 6h du matin. Plus de 3 000 000 de salariés (14,3 %) travaillaient régulièrement ou occasionnellement la nuit en France (2002).

… la ville travaillait 24h sur 24h ?

a lire aussi

216

pistes de reflexion

et si …

Ailleurs dans l’abcd'ère Chômage, culture, emploi, festival, loisir, temps de la ville, vie sociale de quartier…


Voiture « Les chevaux-vapeur sont les meilleurs amis de l’homme », selon Marcel Achard au début du 20e siècle.

Véhicule servant au transport des personnes et des biens (Larousse). Inventée avec la roue, ela voiture devient automobile, propulsée par un moteur au 19 siècle. Elle devient génériquement la voiture, l’automobile voire l’auto. La voiture est un outil symbole de civilisation, synonyme de liberté mais à consommer avec modération car source de vitesse, de bruit, de congestion de trafic, d'occupation de l’espace public, de pollution, de rejets de gaz à effet de serre, de consommation de carburants fossiles... éléments de débat chiffres clés 39  % des ménages en Pays de la Loire possèdent deux voitures ou plus : la région est la plus « multimotorisée » de France 14  % des ménages ligériens ne possèdent pas de voiture 57  % des déplacements effectués chaque jour sur Nantes Métropole sont en voiture 49  % à l’intérieur du périphérique (en diminution) 71  % à l’extérieur du périphérique (en croissance) Les habitants de l’agglomération parcourent en moyenne 165 km par semaine en voiture. 20 heures sur 24, la circulation est fluide sur le périphérique

pistes de reflexion

Comment dissocier possession et usage de la voiture  ? Essentielle dans le périurbain, doit-on en réduire l’usage dans le cœur de l’agglomération  ? Y a-t-il des circulations en voiture plus essentielles que d’autres  ? Si oui, est-il acceptable de les favoriser aux période de pointe  ?

entre 30 et 50 km/h : vitesse optimum des flux urbains 165/185 g de CO2 par kilomètre et par passager : rejet d’une voiture 95  % du temps, une voiture est à l'arrêt

… la voiture redevenait un produit de luxe ?

la voiture empruntée/louée pour et usages limités se généralisait ? des temps voiture ? on avait toujours une alternative possible à la

et si … … la voiture ne polluait plus ?

Ailleurs dans l’abcd'ère Accessibilité, déplacement, embouteillage, étalement urbain, forme urbaine, liberté, migration domicile-travail, périurbain, pollution, transport collectif, vie sociale de quartier, sécurité, voiture autrement…

a lire aussi

En exclusivité sur

217


Voiture autrement

Covoiturage / Autopartage ou « car sharing » / Location de voiture Alternatives à la voiture individuelle …

Mon premier est une action caractérisant le fait de ne pas être seul dans sa voiture. On peut être passager ou conducteur, être dans sa voiture ou celle d’un autre, avoir recours à un service existant ou organiser son déplacement avec des amis, des collègues, des voisins… Mon second définit le service qui permet d’utiliser une voiture uniquement pour la durée de son besoin, sous condition d’un abonnement. Le reste du temps, elle est utilisée par d’autres membres. Dans l’agglomération nantaise, ce service porte aussi le nom d’une fleur. Mon troisième permet d’avoir à disposition plusieurs types de véhicules, que l’on utilise selon ses besoins (travail, achats, vacances) sans pour autant acheter et entretenir un véhicule. Mon tout est pluriel, permet de se déplacer en voiture sans avoir à supporter les coûts de la voiture individuelle et participe à une mobilité durable… chiffres clés

éléments de débat Nous n’avons aucune certitude sur ce que sera la voiture de demain  : son prix, son énergie, sa taille… Il est donc judicieux de commencer à explorer les rôles que peuvent jouer l’autopartage ou le covoiturage dans nos pratiques de déplacements ? De même, il faut anticiper les clés qui permettront de passer de la voiture propriétaire à la voiture « servicielle ». Ou encore d’intégrer la voiture aux services de mobilité (aux côtés des TER, tramway, bus, bicloo, marche…)

pistes de reflexion

et si …

Au km, une voiture coûte 0,46 € achat, assurance, entretien compris Une voiture passe 95 % de son temps en stationnement. Près de 8 déplacements en voiture sur 10 sont effectués par des conducteurs solos. Il y a à ce jour 7 aires de covoiturage sur Nantes Métropole et 50 en tout en Loire-Atlantique

… l’« homotomobilis » était d’une autre époque ?

… nous ne possédions plus de voiture ?

… la priorité était partout donnée aux véhicules contenant plusieurs perso

nnes ?

a lire aussi

Ailleurs dans l’abcd'ère Accessibilité, actif, budget des ménages, créativité/innovation, étalement urbain, marche, partage, tramway, vélo, voiture… En exclusivité sur

219


Vote Le bulletin de vote est l’outil premier de la démocratie mais tout le monde ne vote pas : par contrainte, par volonté, par méconnaissance… ou par désintérêt.

Le vote permet au citoyen d’exprimer son opinion selon le principe « un homme, une voix », garant de l’universalité du suffrage et de son égalité. Universalité et égalité qu’on valorise en France depuis le 19e siècle… pour les hommes d’abord ! Aujourd’hui, toute personne majeure de nationalité française peut voter, mais les femmes ont attendu 1944, les militaires de carrière 1945, et les habitants des colonies 1958 pour en acquérir le droit. chiffres clés 79  % des habitants de Nantes Métropole ont déjà voté.

a lire aussi

220

Parmi les 21  % qui n’ont jamais participé à un scrutin, les moins de 25 ans sont largement sur-représentés.

Ailleurs dans l’abcd'ère Actif, ainé, démocratie, égalité, exclu, femme/homme, jeune, fraternité, liberté, solidarité, vie citoyenne…


France Taux d'abstention lors des dernières élections

1

2

4

3

1 Election présidentielle de 2007 (2ème tour) 2 Elections municipales de 2008 (2e tour) 3 Elections législatives de 2007 (2ème tour) 4 Elections européennes de 2009 (1er tour)

pistes de reflexion

et si …

… on pouvait voter avant 18 ans ?

… on pouvait voter de chez soi ?

… chaque question de la vie de la cité était soumise au vote  ? … l'abstention disparaissait, notamment chez les jeunes  ?

… le vote était obligatoire ?

En exclusivité sur

221


Les sources

L’ AURAN et l’équipe projet 2030 ont réalisé l'abcd'ère épisode 1 en s’appuyant sur des analyses et des approches très variées :

Issues de l’ensemble des travaux de l’Auran (notamment de ses observatoires et des enquêtes qu’elle mène en continu). Mais aussi de l’ensemble des travaux que Nantes Métropole et ses 24 communes réalisent pour conduire leurs missions et leurs grandes politiques. Et également issues de différentes sources d’analyses et de données locales et nationales : Ademe - Aéroport Nantes Atlantique -Arcep - AFII - ATMO - CAF - CARIF OREF - Conseil général de Loire Atlantique - Chambre de Commerce et d'Industrie de Nantes - Saint-Nazaire - Chambre régionale de l'Economie sociale et solidaire des Pays de la Loire - Chambre d'Agriculture - Club Immobilier Nantes Atlantique (Cina) - CREDOC - DDTM - DREAL DGI, Filocom - France Bénévolat - Fondation Abbé Pierre - Inspection académique - Insee - Organismes de logements sociaux - Observatoire régional du Tourisme - Observatoire du fabriqué en France - Pôle Emploi - Préfecture de Loire-Atlantique - Rectorat - Région Pays de Loire - SCoT Nantes - Saint-Nazaire - SCoT Pays de Retz - Secours Catholique Semitan - SNCF - Strategy Analitic - Union Européene, Eurostat - Université de Nantes - USH…

223


Directeur de la publication Thierry Violland - Directeur général de l'Auran Merci à l'ensemble des collaborateurs de l'Auran, aux membres de l'équipe projet et à tous ceux qui ont apporté, par leur expertise et savoir-faire, des remarques constructives et attentionnées lors de l'écriture et de la relecture de l'Abcd'ère.

Ce document est imprimé sur papier recyclé.

Crédits Création logotype / Maquette : Emmanuelle Duval Conseil éditorial : Rue Prémion Les photographies des 'mots du débat' : Patrick Garçon (c) Nantes Métropole - 2010 - Auran Les photographies Studio 'Ma Vi(ll)e demain' : Valéry Joncheray (c) Auran 2010 - un remerciement tout particulier aux modèles qui ont accepté de se prêter au jeu. Impression du document : Val Production Graphique

En application de la loi du 11 mars 1957 (art. 41) et du code de la propriété intellectuelle du 1er juillet 1992, toute reproduction partielle ou totale à usage collectif est strictement interdite sans autorisation de l'Auran. L'Abcd'ère (textes, éléments graphiques, photos, etc.) constitue une oeuvre protégée en France par le code de propriété intellectuelle, et à l'étranger par les conventions internationales en vigueur sur le droit d'auteur. La violation de l'un de ces droits est un délit de contrefaçon passible de poursuite.

224


ABCD'ère