Issuu on Google+

A_REPIQ_67_Noirs.qxp_Mise en page 1 26/05/2016 14:54 Page63

67

Tr i m e s t r i e l É T É 2 0 1 6

NOS Z E V OU RETR ES

C N O N AN INTERIEUR A L’

MAGAZINE

PROPRIÉTAIRES P PR PRO PRI ÉTTA AIRES

RÉSEAU NATIONAL IMMOBILIER

Les promesses D’UN BEL ÉTÉ !

L’ADRESSE A LE PLAISIR DE VOUS OFFRIR CE MAGAZINE

UN RÉSEAU NATIONAL À VOS CÔTÉS GROS PLAN

RÉGION

LES YVELINES, UN DÉPARTEMENT DÉP PAR ARTEMENT ROY ROYAL YAL AL

CONSEILS

VIE PRA PRATIQUE RA ATIQUE TIQUE

REVENDRE SA RÉSIDENCE SECONDAIRE

RÉNOVATION RÉNOV OV VATION : GARE AUX ARNAQUES !


LES ENGAGEMENTS

UN ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISÉ, TOUT AU LONG DE VOTRE PROJET

ACHETER - VENDRE - LOUER - GÉRER

L’ A D R E S S E

www.ladresse.com

Notre équipe sera toujours disponible et à l’écoute. Elle sera toujours à vos côtés pour vous conseiller au mieux et défendre vos intérêts.


Création FaireFaire - www.fairefaire.fr

PROPRIÉTAIRES N°67 MAGAZINE

SOMMAIRE BRÈVES

ACTUALITÉS DE L’IMMOBILIER CONJONCTURE

UN MARCHÉ SAIN NEUF : UN TRIMESTRE DYNAMIQUE CONSEILS

BRICE CARDI

REVENDRE SA RÉSIDENCE SECONDAIRE

PRÉSIDENT DU RÉSEAU L’ADRESSE

JURIDIQUE

DEMANDER LE PROGRAMME VIE DU RÉSEAU

BRICE CARDI, NOUVEAU PRÉSIDENT DU FICHIER NATIONAL AMEPI VIE PRATIQUE

RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE : GARE AUX ARNAQUES LA VIE DES RÉGIONS

YVELINES : UN DÉPARTEMENT ROYAL ! COURRIER DES PROPRIÉTAIRES

TABLEAU DE BORD INDICES INSEE DE RÉFÉRENCE INSEE (coût de la construction brut) 4e trimestre 2015 (contre 1625 l’année précédente)

1 629,00

IRL (Indice des loyers) 1er trimestre 2016 (contre 125,19 l’année précédente)

125,26

ILC (Indice des loyers commerciaux) 4e trimestre 2015 (contre 108,47 l’année précédente)

108,41

Prix à la consommation* Janvier 2016 (hors tabac) 100,02 (contre 100 en Déc. 2015 et 100,12 en mars 2015) Plafond de la SS (mensuel au 1/1/2016) SMIC horaire (brut au 1/01/2016)

ÉDITO

4 8 12 13 14 16 18 22

3

3 218 9,67

SMIC mensuel brut (base 35h)

1 466,62

SMIC mensuel brut (base 39h) (majoration de 25 % des HS)

1 676,00

L'ÉTÉ AU CHAUD

« A l’heure, ou presque, de goûter un repos bien mérité, la perspective de passer un été ensoleillé semble se préciser. Le renouveau évoqué dans le numéro précédent paraît se confirmer, le moral des professionnels de l’immobilier remonte en même temps que celui des acheteurs et même les promoteurs retrouvent progressivement le sourire ». Arrêtons là ce copier-coller, sous peine d’être taxé de paresse pré-vacancière… Car, si elles sont toujours d’actualité, ces lignes ouvraient en fait l’éditorial de l’été dernier ! Au-delà du clin d’œil, cela prouve surtout que rien de fondamental, ou en tout cas de définitif, n’est intervenu depuis l’année dernière. Les pages « Conjoncture » sont certes toujours plutôt teintées de vert, mais l’ensemble reste fragile et demandera confirmation au second semestre. Pas sûr, toutefois, que l’ensemble des dispositions qui doivent entrer en vigueur d’ici la fin de l’année, et que nous recensons dans un article juridique, y contribue grandement En attendant d’être fixés, nous consacrons également deux pages à la rénovation thermique : vous y trouverez tout ce qu’il faut savoir pour éviter des arnaques en nette recrudescence et, à l’inverse, bénéficier au mieux de toutes les aides qui s’y attachent. Toujours au chapitre pratique, nous nous intéressons aussi dans ce numéro aux spécificités de la vente d’une résidence secondaire. Enfin, le gros plan régional nous conduit dans le département des Yvelines. Louis XIV n’avait pas choisi ces terres par hasard pour y installer sa cour et y faire ériger le symbole absolu de sa toute puissance. La grande couronne n’a jamais aussi bien porté son nom. Bonne lecture et bonnes vacances à tous ! Brice Cardi

PRÊTS IMMOBILIERS (10 à 30 ans) Taux fixes Taux révisable

1,30/2,80 % 1,1/2,75 %

* Les indices des prix à la consommation sont désormais publiés en base 2015 par l’INSEE. Le dernier changement de base était intervenu fin 1998.

PROPRIETAIRES, le magazine de L’ADRESSE. Editeur : L’ADRESSE DES CONSEILS  IMMOBILIERS - 8, rue du Saule Trapu - Le Moulin - 91300 MASSY - 01 64 53 83 83. Directeur de publication et Rédacteur en chef : Brice Cardi. Conception/Rédaction/ Réalisation : LORRA 44210 Pornic 06 87 81 17 29 - Mise en page : Matt Editions 06 63 06 43 18. Reproduction interdite. Parution : Juin 2016 - 150 000 exemplaires. Dépôt légal à parution. Site internet : ladresse.com


4

PROPRIÉTAIRES N°67 MAGAZINE

BRÈVES

ACTUALITÉS

DE L’IMMOBILIER Loyers en baisse. Les loyers ont baissé

Budget validé. Le Conseil d'administration de

partout l’an dernier, y compris dans Paris intra-muros. La baisse atteint -1,1 % sur l’ensemble du territoire, et même 1,3 % dans la capitale. Autre nouveauté : les logements de 4 pièces et plus ne sont plus épargnés par la tendance. Par ailleurs, le délai de remise en location s’est réduit de 4 jours sur l'ensemble du territoire, passant de 123 jours à 119. Une période qui reste longue... et permet aux bailleurs de réaliser des travaux d'amélioration de leur bien. Si l'effort d'entretien était en baisse en 2015 (16,1 % des logements rénovés avant une remise en location), il s'est amélioré début 2016, passant à 20,4 % sur les deux premiers mois.

l'Agence nationale de l'habitat (Anah) vient de décider à l'unanimité l'augmentation de son budget d'intervention à hauteur de 164 millions d'euros. Dans le cadre du programme de lutte contre la précarité énergétique « Habiter mieux », le nouvel objectif de rénovation a été relevé de 50.000 en 2014 et 2015 à 70.000 cette année. Ce programme « permet ainsi de réaliser des économies d'énergie très importantes sur les logements, avec un gain énergétique moyen de l'ordre de 40% acquis grâce à la mise en œuvre de tout l'éventail des travaux d'amélioration en la matière : isolation des façades et des toitures, remplacement des fenêtres, changement des appareils de chauffage, etc. », ont rappelé Ségolène Royal, ministre de l'Environnement, et Emmanuelle Cosse, ministre du Logement.

L’effet foot. Le championnat d’Europe de foot-

Loi durcie. Le Gouvernement a dévoilé mi-avril son projet de loi « Egalité et citoyenneté ». Il comprend notamment un renforcement de la loi Solidarité et rénovation urbaine (SRU), pour imposer aux communes de plus de 3.500 habitants de construire un minimum de 20% à 25% de logements sociaux. Quinze ans après l’adoption de cette loi, 1115 communes sont encore déficitaires, dont 223 ont fait l'objet d'un arrêté préfectoral de « carence », leur imposant des pénalités financières multipliées par 5 depuis janvier 2015. Par ailleurs, le projet de loi offre aux bailleurs sociaux la possibilité, au départ d'un locataire, de baisser ou augmenter un loyer afin de « mixer les locataires dans les immeubles », suivant leurs niveaux de revenus.

ball organisé en France cet été a des effets inattendus. Ainsi, dans les villes qui accueillent des rencontres, les tarifs de location saisonnière ont augmenté de 54 % en moyenne pendant la durée de la compétition. La flambée la plus forte est enregistrée à Lille (+ 71 %), devant Toulouse (+ 60 %), Lyon (+ 53 %), Bordeaux (+ 52 %) et Saint-Denis (+ 31 %). Une fois n’est pas coutume, Paris se montre la plus sage avec une hausse cantonnée à 12 %


PROPRIÉTAIRES N°67 MAGAZINE

Point d’étape. En attendant, le secrétariat d’Etat chargé de la Réforme de l’Etat et de la Simplification a rappelé que l’effort se poursuit, soulignant dans son dernier bilan trimestriel qu’une grande partie des 90 mesures annoncées en février dernier étaient entrées en vigueur dans le domaine de l’aménagement et de la construction. Le délai de validité initial des permis de construire, permis d'aménager, permis de démolir et des décisions de non-opposition à une déclaration préalable a ainsi, par exemple, été porté de deux ans à trois ans en janvier dernier. A terme, le délai de validité des autorisations d'urbanisme pourra atteindre cinq ans. Par ailleurs, selon le secrétariat d’Etat, « lors de l'achat d'un logement neuf sur plan, le client peut désormais demander au promoteur la réalisation de travaux modificatifs par rapport au projet d'origine, pour adapter le logement à ses besoins et à ses goûts ».

5

de l'État (10,57%), à l'articulation entre les documents d'urbanisme (9,23%) et aux questions relatives au patrimoine (9,17%).

Artisans souriants. Les artisans du bâtiment retrouvent un début de sourire. Après 15 trimestres consécutifs dans le rouge, ils ont retrouvé le chemin de la croissance sur les trois premiers mois de l’année, avec une activité en légère hausse (1 %). Dans sa note de conjoncture trimestrielle, la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) se veut donc optimiste. Elle voit dans ce rebond les premiers signes « d'une amélioration qui pourrait se poursuivre sur les prochains mois ».

Fibre obligatoire. Le raccordement à la fibre optique des logements neufs sera obligatoire à partir du 1er juillet prochain. C'est l'une des mesures de la loi Macron pour l'économie numérique, en lien avec le plan gouvernemental « France très haut débit  ». Objectif  : que l'ensemble du territoire métropolitain soit couvert d'ici 2022. Le texte prévoit également de faciliter le raccordement à la fibre des immeubles anciens en simplifiant et accélérant le processus : les copropriétaires pourront désormais donner mandat au conseil syndical pour choisir et gérer l'équipement de l'immeuble en fibre optique, sans attendre l'assemblée générale annuelle pour voter le raccordement.

TVA adaptée. L’idée d’une TVA réduite ou 10 000 contributions. La consultation lancée, en février dernier, par un groupe de travail sénatorial sur la simplification du droit de l'urbanisme, de la construction et des sols, a enregistré plus de 10 000 contributions. Selon ses premiers résultats, les secteurs à simplifier en priorité sont liés à la connaissance et à l'accès au droit (17,46 %), aux normes d'accessibilité ou de construction (12,45 %), à l'évolution des documents d'urbanisme (11,71 %), aux relations avec les services

d’un crédit d’impôt plus ouvert pour aider à financer les travaux d’accessibilité des logements n’est pas écartée. C’est Patrick Liébus, le président de la Capeb qui l’a affirmé, au sortir d’une rencontre avec Pascale Boistard, la secrétaire d’Etat en charge de l’Autonomie et des Personnes âgées. L’enjeu est de taille pour les artisans : selon l’Anah, 2 millions de logements devront être adaptés au vieillissement de la population, représentant un marché de 24 milliards d’euros. Pour accélérer le lancement des travaux et assurer leur financement, la Capeb préconise également la mise en place de caisses de préfinancement.


6

PROPRIÉTAIRES N°67 MAGAZINE

BRÈVES

Cadres majoritaires. Conséquence directe : près de deux acheteurs de logement sur trois à Paris sont des cadres ou des dirigeants d’entreprise. En dix ans, de 2005 à 2015, leur proportion est en effet passée de 48 à 63 %, selon les chiffres de la Chambre des notaires de la capitale. A l’inverse, les ménages intermédiaires ne représentent plus que 21 % des acheteurs parisiens, contre 29 % il y a dix ans. Employés et ouvriers ne sont plus que 7 % des acquéreurs, contre 13 % en 2005. Le phénomène est d’ailleurs général à l’Ile-de-France, où la part des catégories sociales aisées est passée de 34 % à 44 %. Seuls les acheteurs de la grande couronne présentent encore des origines socio-professionnelles plus variées.

Bois délaissé. Le chauffage au bois n’a plus la cote. Après avoir chuté de 18 % en 2014, les ventes d'appareils domestiques de chauffage au bois ont continué à baisser en 2015 (-12,4 %), selon l'Observatoire des énergies renouvelables. Le volume des ventes a ainsi retrouvé son plus bas niveau depuis 11 ans. Les températures clémentes de cet hiver et le faible prix du fioul et du gaz expliqueraient cette désaffection pour ce mode de chauffage. Les Français ont particulièrement boudé les chaudières et les foyers fermés à bûches, avec des ventes en baisse respectivement de 17,5 et 20,2 %. Seuls les segments des appareils indépendants à granulés (poêles et foyers fermés) ont affiché une hausse de leurs ventes par rapport à 2014, confirmant la montée en puissance de ce mode de chauffage.

créer 100 000 autres d’ici trois ans. Selon le gouvernement, « l'emploi a progressé de 9 % dans le secteur de la rénovation énergétique du bâtiment. Dans le secteur de la fabrication et la pose de fenêtres, 8 000 emplois ont été préservés ou créés en 2015 ». Et, dans le domaine des énergies renouvelables, les effectifs ont augmenté de 13 % entre 2012 et 2015.

Cher Paris. Paris vient d’entrer dans le top 5 des villes les plus chères du monde, selon le dernier classement publié par l'Economist Intelligence Unit. Pour la troisième année consécutive, la ville la plus inaccessible reste Singapour, qui devance Hong Kong, Zurich, Genève et… Paris. La capitale française entre ainsi dans le top 5, et devance donc désormais Londres (6e), New York et Los Angeles, qui, elles, grimpent dans le top 10 en raison du rebond du dollar. Les fluctuations monétaires ont en revanche fait reculer les villes japonaises, ainsi que Sydney. D’une manière générale, d’après l’étude, les villes asiatiques ont tendance à être plus chères pour les biens de consommation courante, alors que les cités européennes sont plus onéreuses pour les divertissements.

Petit rappel. Depuis le 1

Emplois verts. A en croire une note gouvernementale publiée début avril, la croissance verte soutient l’emploi dans le secteur du bâtiment. Depuis 2014, 20 000 emplois ont ainsi été créés ou sauvegardés, et la loi sur la transition énergétique devrait permettre d’en

janvier dernier, les copropriétés de taille moyenne doivent faire jouer la concurrence pour trouver le meilleur fournisseur de gaz et d'électricité. Cette obligation concerne les immeubles consommant plus de 150 000 kWh par an de gaz et ceux qui disposent d’une puissance électrique de plus de 36 kVA. Or, fin 2015, près du tiers (31 %) des clients concernés n’avait pas encore anticipé ce basculement. La loi prévoyait un délai de six mois pour les retardataires. Pendant cette période, les fournisseurs historiques (EDF pour l’électricité et Engie pour le gaz) ont majoré leur prix de 5 %. Mais à partir du 1er juillet, la sur-tarification passera à 30 % (ordonnance n° 2016-129 du 10/2/16). Certaines factures risquent donc de flamber. er


gercop.com

Des

logiciels La clé d’une bonne gestion…

La copropriété en toute simplicité

En local ou 100 % web, choisissez votre solution…

Tenez vos AG en toute sécurité en quelques clics…

Pilotez votre agenda, vos contacts, travaux, relances, fournisseurs, etc…

État des lieux, l’application pour Androïd, Ipad et Windows

Le module pour les salaires des personnels d’immeuble et de votre cabinet…

La gestion de votre portefeuille et de votre activité par secteurs

Des

services Accessible 24h/24 sur tout support, PC, smartphones, tablettes...

Externalisez vos données et votre comptabilité

L’expertise web des métiers de l’immobilier

Apprendre, organiser, se perfectionner...

Des

projets La solution pour dématérialiser vos documents

La gérance 100% web

 01 48 20 20 00  commercial@gercop.com


8

PROPRIÉTAIRES N°67 MAGAZINE

CONJONCTURE

UN MARCHÉ SAIN AU TERME DU PREMIER TRIMESTRE 2016, LE MARCHÉ IMMOBILIER « EST SAIN » ET A « TROUVÉ SON POINT D’ÉQUILIBRE », SOUTENU PAR DES TAUX D’INTÉRÊT HISTORIQUEMENT BAS. « Il n’y a ni bulle, ni risque d’effondrement du marché. Les agents immobiliers ont des logements à vendre mais il n’y a pas de suroffre, et les acquéreurs sont de retour mais sans tomber dans la frén��sie. Les prix sont stabilisés », estime notamment Jean-François Buet, le président de la FNAIM, dans une interview récemment accordée à Valeurs actuelles.

Un allié puissant Le marché immobilier peut, en tout cas, compter sur le soutien sans faille d’un allié de taille : la baisse des taux des crédits immobiliers s’est en effet amplifiée au printemps, au point d’atteindre en avril le niveau le plus bas depuis les années 40, selon le dernier rapport de l’Observatoire Crédit Logement. Hors assurance, les taux du secteur concurrentiel s’établissaient en avril à 1,81 % en moyenne (1,89 % pour l’accession dans le neuf, 1,80 % pour l’accession dans l’ancien). En plus d’un contexte favorable (taux des OAT pratiquement revenus au niveau du printemps 2015, nouvelle amélioration des conditions de refinancement de la BCE), ils reflètent la volonté des établissements financiers qui, comme chaque année, soignent au printemps leurs offres commerciales. Les durées moyennes évoluent peu (211 mois pour l’ensemble des crédits consentis en avril, 232 pour l’accession dans le neuf, 225 pour l’accession dans l’ancien).

les quatre premiers mois de l’année, après une hausse de 2,3 % en 2015. Dans la mesure où les revenus des ménages qui réalisent ces opérations diminuent (- 0,5 % sur le premier quadrimestre), le coût relatif de ces opérations augmente, pour s’établir à 3,94 années de revenus en avril, contre 3,82 un an plus tôt. Simultanément, après trois années de recul rapide, l’apport personnel remonte lentement (+ 0,8 % en glissement annuel de janvier à avril, après une baisse de 6,6 % l’an dernier).

Gros plan sur l’ancien Si l’on s’en tient aux seuls prêts accordés depuis le début de l’année pour financer des achats dans l’ancien, la reprise du marché observée l’an dernier avait entraîné un redressement de la production de crédits. L’activité a faibli dès janvier, répercutant la traditionnelle faiblesse saisonnière du marché. Depuis, le redémarrage printanier semble cependant tarder, comme l’illustre le rythme d’évolution de l’activité, hors rachat de créances : - 5,8 % en avril pour la production en montant, - 7,8 % pour le nombre de prêts.

Un marché plus ouvert Le maintien de ces durées longues et de ces conditions de financement élargit le spectre des acquéreurs susceptibles de revenir sur le marché, comme en témoigne la remontée des flux de la primo accession des ménages jeunes ou modestes. Plus de la moitié (55,9 %) des prêts à l’accession s’est ainsi établie à plus de 20 ans, contre 44,4 % en 2013. Et plus d’un prêt à l’accession sur cinq (20,4%) a été contracté sur 25 ans ou plus. Par ailleurs, la hausse du coût des opérations se poursuit à un rythme soutenu : + 2,8 % en glissement annuel sur

En revanche, on constate un net rebond du montant des opérations. Le coût des logements acquis a progressé de 3 %, portant, malgré une hausse de l’apport personnel de 3,3 % sur les quatre premiers mois de l’année, le coût relatif de ces achats à 4,63 années de revenus fin avril, contre 4,54 années il y a un an.


PROPRIÉTAIRES N°67 MAGAZINE

9

Neuf :

UN TRIMESTRE DYNAMIQUE LES DERNIERS CHIFFRES PUBLIÉS PAR LA FÉDÉRATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS TÉMOIGNENT D’UNE DYNAMIQUE RETROUVÉE. ESSENTIELLEMENT PORTÉE PAR LES LOGEMENTS COLLECTIFS, CETTE AMÉLIORATION GÉNÉRALE DEMEURE TOUTEFOIS INÉGALE SUR LE TERRITOIRE.

Amorcé à la fin de l’année dernière, le rebond du marché des logements neufs s’est confirmé au premier trimestre, tant pour les permis de construire que pour les mises en chantier.

Chiffres encourageants Sur les trois premiers mois de l’année, le nombre des autorisations de construire délivrées en France a augmenté de 7,5 % par rapport au 1er trimestre 2015, pour atteindre 93 500 (6 500 PC de plus). Leur volume demeure toutefois en retrait par rapport à celui du dernier trimestre 2015, où 103 600 permis de construire avaient été délivrés. Ainsi, bien que les autorisations continuent de progresser, l’accélération continue observée depuis août 2015 marque le pas. Malgré tout, sur les 12 derniers mois (d’avril 2015 à mars 2016), la reprise est nette depuis l’été dernier : le nombre de permis de

construire délivrés (393 700) a progressé de 7,7 % par rapport aux 12 mois précédents. Le redémarrage des mises en chantier est moins net. Avec 84 000 logements commencés au cours du 1er trimestre 2016, elles progressent de 3,0 % par rapport à la même période de 2015. Cet indicateur, positif seulement depuis le début d’année, fait preuve d’une grande inertie alors même que l’accélération des rythmes de commercialisation des logements collectifs observés en 2015 permet normalement de démarrer plus rapidement la construction d’un projet. Pour Alexandra François Cuxac, Présidente de la FPI, « après quatre années difficiles, les chiffres issus de notre Observatoire illustrent le retour d’un marché dynamique. L’annonce par le Président de la République du prolongement pour un an du dispositif Pinel (voir


10

PROPRIÉTAIRES N°67 MAGAZINE

CONJONCTURE encadré), tout comme le succès du PTZ, vont dans la bonne direction. Cependant, la faible croissance des mises en chantier témoigne de la difficulté à engager de nouvelles opérations. Il est urgent de prendre les mesures nécessaires pour accélérer le traitement des recours abusifs par la justice. »

Disparités persistantes Le redémarrage est par ailleurs inégal. Il varie selon les régions et les types de logement. Ainsi, sur le 1er trimestre 2016, 9 régions enregistrent une hausse des autorisations par rapport à la même période de l’année dernière. Quatre régions se révèlent particulièrement dynamiques : la Corse, où les autorisations de construire ont plus que doublé (+109,7 %), la Bretagne (+22,8 %), l’Ile-de-France (+20,0 %) et la région Provence-AlpesCôte d’Azur (+15,1 %). A l’inverse, quatre régions enregistrent une baisse des autorisations par rapport aux 3 premiers mois de 2015 (Bourgogne-Franche-Comté, Centre-Val-de-Loire, Hauts-de-France et Grand-Est). Les logements collectifs représentent plus de la moitié (51 %) des autorisations délivrées. Ils portent toujours l'activité, avec une progression des autorisations de 12,2 % au 1er trimestre. Les logements en résidences (8 % des autorisations) dynamisent aussi le marché avec une augmentation des autorisations de 33,0 %. Enfin, les autorisations des logements individuels purs demeurent stables (0,7 %) tandis que l’individuel groupé subit une nouvelle baisse de 6,1 %. La tendance est similaire pour les mises en chantiers. La hausse atteint 7,3 % au premier trimestre pour les logements collectifs, alors que tous les autres types de logement stagnent ou régressent :-0,2 % pour les logements individuels purs, -0,8 % pour l’individuel groupé et -4,9 % pour les résidences.

Dispositif prolongé Le dispositif « Pinel » a été prolongé. Initialement prévu pour s’interrompre à la fin de l’année, il sera maintenu jusqu’au 31 décembre 2017. Ce dispositif de soutien à l’investissement locatif concerne les logements neufs ou en construction, ainsi que les logements anciens qui ont subi des travaux importants de réhabilitation ou de rénovation. Pour bénéficier de ses avantages, le propriétaire s’engage à louer son bien pendant 6, 9 ou 12 ans. Le loyer doit être inférieur à un plafond fixé par décret, compris entre 8,75 et 16,83 € par m², selon les zones géographiques et la surface mise en location. Les ressources du locataire sont également limitées à un niveau « intermédiaire » fixé par décret, et qui varie selon la situation familiale du locataire. Les logements loués doivent également respecter un niveau de performance énergétique fixé par décret, similaire au label BBC ou au label « Haute Performance Energétique ». En contrepartie, le respect de ces critères ouvre droit à une réduction d’impôt sur le revenu : 12% du prix d’achat du bien, plafonné à 300 000 €, pour un engagement de location sur 6 ans, 18% sur 9 ans, et 21% sur 12 ans. Enfin, le dispositif permet aussi de louer le logement à un membre de la famille du propriétaire, ascendant ou descendant. La mise en place du dispositif a largement contribué à relancer les ventes de logements neufs. Celles-ci ont augmenté de 43,8 % entre 2014 et 2015 grâce au retour des investisseurs : plus d’une vente sur deux était éligible au « Pinel ». L’annonce de sa prolongation a été saluée par les professionnels. Ainsi, pour la présidente de la FPI, « le Gouvernement répond par cette annonce aux attentes et aux demandes des promoteurs rassemblés dans la FPI et donne des perspectives pour les plans de charge de nos entreprises. Cette mesure va permettre de lancer de nouvelles opérations de logements et de répondre ainsi aux besoins de nos concitoyens. Elle soutient ainsi la reprise qui s'engage dans le secteur de la construction.»


JE SUIS LOCATAIRE, J’AI LE DROIT DE REPEINDRE MON SALON DE LA COULEUR QUE JE VEUX ?

Camille Chef de projet, 28 ans

Régulation des prix du logement, maîtrise des charges de copropriété, garantie des revenus locatifs ou encore optimisation des plans de financement... À la FNAIM, nous nous mobilisons depuis près de 70 ans pour mettre notre expertise juridique et notre expérience au service de nos adhérents et de leurs clients. La Fédération Nationale de l’Immobilier est la première organisation professionnelle de l’immobilier en France. Elle rassemble 13 métiers et des milliers de professionnels qui chaque jour, partout en France, mettent toute leur énergie à défendre leurs métiers et les intérêts de leurs clients.

Retrouvez les professionnels de l’immobilier sur fnaim.fr


12

PROPRIÉTAIRES N°67 MAGAZINE

CONSEILS

Revendre

SA RÉSIDENCE SECONDAIRE LASSÉ DE PASSER TOUS LES ANS VOS VACANCES AU MÊME ENDROIT, DÉCOURAGÉ PAR LA DISTANCE QUI VOUS EMPÊCHE DE VOUS Y RENDRE PLUS SOUVENT OU PAR LES FRAIS QUI S’Y ATTACHENT, VOUS AVEZ DÉCIDÉ DE VOUS SÉPARER DE VOTRE RÉSIDENCE SECONDAIRE. QUELS SONT LES POINTS QUI MÉRITENT UNE ATTENTION PARTICULIÈRE ? SOCIÉTAIRE DU RÉSEAU L’ADRESSE SUR L’ÎLE DE NOIRMOUTIER, SPÉCIALISÉE DANS CE TYPE DE BIENS, CÉLINE MICHON NOUS LIVRE SES CONSEILS AVISÉS. La vente d’une résidence secondaire est-elle différente de celle d’une résidence principale ?

soit propre, pour ne pas donner l’impression qu’elle est laissée à l’abandon, sans chauffage, dix mois sur douze.

Pas fondamentalement, si ce n’est que le projet des acquéreurs diffère selon qu’ils veulent un simple pied à terre pour y passer quelques jours de temps en temps, ou une propriété familiale où ils pourront réunir enfants et petits-enfants. Pour le reste, les critères sont les mêmes, avec une importance peut-être encore plus grande accordée à l’emplacement : la proximité des centres villes, des commerces et de la plage se révèle souvent prépondérante. Ici, cela se traduit en une formule : centre bourg, côté dunes !

Quels éléments supplémentaires un agent immobilier peut-il apporter sur la vente d’une résidence secondaire ?

Y-a-t-il une saison privilégiée pour revendre une résidence secondaire ? Juste avant ou après l’été. Avant, car les acheteurs souhaitent souvent avoir réalisé la transaction pour mai, juin ou juillet ; après, car ils peuvent ainsi profiter de l’hiver pour réaliser d’éventuels travaux. En outre, une vente avant le 31 décembre permet au vendeur de ne pas avoir à s’acquitter de la taxe d’habitation. Justement, s’il y a des travaux à prévoir, ne vaut-il pas mieux les réaliser avant de mettre le bien en vente ? Cela peut constituer un plus, effectivement. Avec l’emplacement, l’état du logement est l’autre point auquel les candidats acheteurs sont particulièrement sensibles. Dans la plupart des cas, ils veulent juste avoir à poser leurs valises. N’étant généralement pas sur place, ni à proximité, ils ne veulent le plus souvent pas avoir à gérer de travaux à distance. En tout cas, il faut que le jardin soit un peu entretenu, que l’intérieur de la maison

Dans notre cas, depuis que nous sommes implantés sur l’île, nous faisons également de la location saisonnière, et nous sommes là en complément, que ce soit pour le vendeur ou l’acquéreur, pour anticiper les possibilités de location future qui permettront de couvrir tout ou partie des frais courants d’entretien du bien.

Tiercé gagnant Arcachon (20,5 % des suffrages), Biarritz (19 %) et l’île de Ré (17 %) : telles sont, selon un sondage réalisé récemment pour le groupe le Figaro, les trois premières destinations dans lesquelles les Français rêvent d’acquérir une résidence secondaire. Aux dix premières places du palmarès, on trouve également Saint-Jean-de-Luz, Quiberon, Deauville, la Baule, Cassis, Sarlat, SainteMaxime ou Porto Vecchio, en Corse. Parmi les critères décisifs à l’heure du choix, figure d’abord le prix : plus de la moitié des personnes interrogées (52 %) n’envisagent pas de dépenser plus de 150 000 €. La distance entre résidences principale et secondaire se révèle également décisive, puisque 44 % des sondés se prononcent pour un temps de trajet inférieur à trois heures. Enfin, 45 % d’entre eux préfèreraient acquérir une maison traditionnelle, contre 36 % qui opteraient pour un appartement. Selon l’Insee, on dénombre en France 3,3 millions de résidences secondaires.


PROPRIÉTAIRES N°67 MAGAZINE

13

JURIDIQUE

2ème semestre :

DEMANDEZ LE PROGRAMME ! NOUVEL ÉTAT DES LIEUX, NOUVEAUX DIAGNOSTICS, ENCADREMENT DES LOYERS DANS DE NOUVELLES VILLES, NOUVELLES OBLIGATIONS POUR LES SYNDICS… DE NOMBREUSES MESURES SONT PROGRAMMÉES POUR LE SECOND SEMESTRE. TOUR D’HORIZON DES MESURES ANNONCÉES.

Etat des lieux Paru au Journal Officiel du 31 mars, le décret n°2016-382 fixant les nouvelles modalités d’établissement des états des lieux est entré en vigueur le 1er juin. Il précise la liste des mentions obligatoires dans les documents réalisés au début et à la fin de la location : le type d’état des lieux (entrée ou de sortie) ; sa date d’établissement ; la localisation du logement ; le nom ou la dénomination du locataire et du propriétaire et le domicile ou le siège social du bailleur ; éventuellement, ceux des personnes mandatées pour l’état des lieux ; si nécessaire, les relevés des compteurs individuels de consommation d’eau ou d’énergie ; le détail et la destination des clés ou de tout autre moyen d’accès aux locaux à usage privatif ou commun ; pour chaque pièce et partie du logement, la description précise de l’état des revêtements des sols, murs et plafonds, des équipements et des éléments du logement. Il peut être complété d’observations ou de réserves et illustré d’images ; la signature des parties ou des personnes mandatées pour l’état des lieux. L’état des lieux de sortie doit également mentionner la nouvelle adresse du locataire ; la date de réalisation de l’état des lieux d’entrée ; éventuellement, les évolutions de l’état de chaque pièce et partie du logement constatées depuis l’établissement de l’état des lieux d’entrée. Enfin, pour limiter les risques de litige, bailleur et locataire peuvent convenir d’appliquer une grille de vétusté choisie parmi celles qui ont l’objet d’un « accord collectif de location ».

dispensés de cette obligation, si ce diagnostic n’a révélé aucune nécessité de travaux dans les 10 ans à venir.

Ordres du jour A ce propos, toujours à compter du 1er janvier 2017, l’AG devra statuer sur l’installation d’emplacements sécurisés pour les vélos, ainsi que sur l’opportunité de faire réaliser un diagnostic global de l’immeuble, destiné à réduire les charges et améliorer les performances énergétiques. Les résultats de ce diagnostic seront présentés lors la première assemblée générale suivant sa réalisation.

Frais de chauffage Si cela n’a pas encore été fait, des compteurs individuels ou des répartiteurs doivent être installés avant le 31 mars prochain dans les immeubles équipés d’un chauffage collectif. D’ici là, le syndic doit mettre cette question à l’ordre du jour d’une assemblée générale et présenter des devis de travaux.

Registre Un registre national des copropriétés doit être mis en place avant la fin de l’année. Il comprendra des données financières sur les syndicats de copropriétaires. Dans les copropriétés de plus de 200 lots, les syndicats doivent être immatriculés avant la fin de l’année, sous peine de ne plus pouvoir bénéficier des aides publiques liées, par exemple, aux économies d’énergie.

Fonds de travaux

Encadrement

A partir du 1er janvier prochain, la mise en place d’un fonds de travaux sera obligatoire dans toutes les copropriétés de 10 lots et plus achevées depuis plus de cinq ans. Financé par tous les propriétaires, il doit permettre d’anticiper les chantiers importants : réfection des toitures ou des façades, rénovation énergétique… Les copropriétaires qui ont fait réaliser un diagnostic technique global sont

Quelques villes ont annoncé leur intention de mettre en place un dispositif d’encadrement des loyers similaire à celui qui existe dans la capitale. A priori, Lille devrait être la seule où le dispositif sera opérationnel avant la fin de l’année. Grenoble pourrait suivre en 2017. Selon la ministre du Logement, il pourrait également être étendu à toute l’agglomération parisienne avant 2018.


14

PROPRIÉTAIRES N°67 MAGAZINE

BRICE CARDI, NOUVEAU PRÉSIDENT DU FICHIER NATIONAL AMEPI LE PRÉSIDENT DU RÉSEAU L’ADRESSE VIENT D’ÊTRE ÉLU PAR LES GRANDS SYNDICATS ET LES GRANDS RÉSEAUX IMMOBILIERS À LA PRÉSIDENCE DU FICHIER NATIONAL AMEPI POUR UN MANDAT DE 3 ANS. POUR SON PREMIER MANDAT, BRICE CARDI SOUHAITE DONNER LA PRIORITÉ AU DÉVELOPPEMENT DU FICHIER. « Je suis très fier d’avoir été élu à la présidence du Fichier National AMEPI, un peu plus d’un an après avoir intégré le Conseil d’Administration, et honoré de succéder à Hervé Bléry. Le fichier commun est un outil précieux de coopération pour les agents membres grâce au partage des mandats exclusifs, et un service renforcé auprès des particuliers. Il représente l’avenir pour les agents immobiliers » commente le nouveau président de l’AMEPI. « Brice Cardi incarne totalement les valeurs de collaboration, d’entraide et de solidarité que nous partageons avec nos adhérents. Je suis ravi de le voir prendre la présidence du Fichier National AMEPI », ajoute Hervé Bléry.

Une forte ambition de développement Pour son premier mandat à la présidence du Fichier National AMEPI, Brice Cardi s’est fixé une ambition forte  : développer l’adhésion des agents immobiliers au fichier commun. Pour le président du réseau l’ADRESSE, « le Fichier National AMEPI garantit aux agents un plus grand

L’AMEPI : gagnant-gagnant L’Association des Mandats Exclusifs des Professionnels de l’Immobilier est un fichier dans lequel tous les membres partagent leurs mandats exclusifs. Le vendeur voit ainsi son bien diffusé auprès de plusieurs agences, ce qui multiplie mécaniquement le nombre des acheteurs potentiels, tout en conservant l’interlocuteur unique qu’il a choisi. De son côté, l’acquéreur se voit proposer, dans son agence de proximité, davantage de biens.

nombre de mandats exclusifs rentrés chaque année bien sûr, mais également une meilleure performance commerciale ». Le délai de vente moyen d’un mandat exclusif est en effet d’environ 90 jours, contre près du double (170 jours) pour un mandat simple. « Au sein du Réseau L’ADRESSE, où près de la moitié de nos agences sont membres, nous voyons ce fichier comme un formidable outil de conquête de marché, et non un outil de concurrence. Nous devons généraliser cette façon de penser auprès des professionnels de l’immobilier, et renforcer l’adhésion des agents au fichier commun », conclut Brice Cardi.

Mise au point La FNAIM a récemment déploré les termes outranciers employés par une association de consommateurs pour présenter son enquête sur la location de logements par les agences immobilières. Une association de consommateurs évoquait récemment la « voracité tarifaire des agences », la « persistance d’excès à tous les étages » ou le « droit des locataires massivement bafoués » ! « Si les agents immobiliers n’ont peut-être pas « tout juste » ils n’ont pas non plus « tout faux », lui répond Jean-François Buet. Certes, nous sommes conscients qu’il y a encore des efforts à faire. Il importe que la réglementation soit respectée par chaque professionnel et que les services qui accompagnent le locataire et l'acte de location soient le plus efficient possible », reconnaît le président de la FNAIM, qui ajoute : « Il importe, en contrepartie, que chaque agent immobilier reçoive la juste rémunération des services rendus. Une politique qui aurait pour seul objectif de faire baisser les honoraires ne pourrait que conduire à des prestations amoindries tout en portant atteinte à la pérennité de nos entreprises ».


www.bienici.com NEUF | ANCIEN | ACHAT | LOCATION

Membre fondateur de Bien’ici


16

PROPRIÉTAIRES N°67 MAGAZINE

VIE PRATIQUE

Rénovation énergétique :

GARE AUX ARNAQUES C’EST L’ADEME QUI LANCE LA MISE EN GARDE VIA LES ESPACES INFO ENERGIE DE BRETAGNE : LES AIDES FINANCIÈRES ET LA VOLONTÉ AFFICHÉE PAR LE GOUVERNEMENT DE RÉNOVER 500.000 LOGEMENTS PAR AN À L’HORIZON 2017 ONT ENTRAÎNÉ L’ARRIVÉE SUR LE MARCHÉ DE NOMBREUX OPÉRATEURS INDÉLICATS. PHOTOS AÉRIENNES TRAFIQUÉES, MENACE DE TAXES IMAGINAIRES, FAUX LABELS… COMMENT ÉVITER LES PIÈGES ET RECONNAÎTRE LES BONS ARTISANS ?

Et si l’on profitait du retour de l’été pour changer la chaudière, refaire l’isolation de la toiture ou changer les fenêtres avant le retour des frimas ? L’idée est excellente, comme vous l’a confirmé le démarcheur qui vient de vous révéler que vous habitez une véritable passoire thermique ! D’autant que vous pouvez bénéficier d’aides financières non négligeables. Si la première partie de l’affirmation ne souffre aucune contestation (très bonne idée, en effet), la seconde mérite malgré tout que vous preniez un peu de recul ! La manne que représentent les travaux d’efficacité énergétique a en effet attiré sur le marché des entreprises aux pratiques peu scrupuleuses, quand elles ne sont pas illégales.

Restons prudents Une vigilance particulière s’impose notamment vis-à-vis des entreprises qui opèrent sous forme de démarchage à domicile ou téléphonique. Certaines proposent des travaux « autofinancés » associés à un crédit à la consommation au taux très élevé, qui assure leur rémunération. L’autofinancement, qui fait apparaître un coût final nul pour le particulier, est présenté comme assuré par le crédit d’impôt pour la transition énergétique et les économies d’énergie réalisées. Or, pour être éligibles au crédit d’impôt, les matériaux d’isolation et systèmes de production d’énergie doivent répondre à des critères de performance obligatoires (épaisseur minimale, cœfficient de transmission thermique, rendement…). Et, si ces critères ne sont pas respectés, les économies réalisées risquent de se révéler nettement inférieures aux prévisions. Souvenez-vous, en outre, qu’en cas de signature lors d’un démarchage téléphonique ou à domicile, vous bénéficiez d’un délai de rétractation de 14 jours, dès lors que les travaux n’ont pas commencé.

Tiercé gagnant • Ne pas céder à la pression commerciale : ne rien signer, ni payer le jour même. • Exiger un devis précis mentionnant les coûts des prestations avec les références obligatoires et les coûts du crédit à la consommation. En faire réaliser plusieurs pour pouvoir les comparer. • Identifier les travaux prioritaires. Contrairement aux idées reçues l’isolation des combles ou des murs entraîne des économies plus importantes que le changement des fenêtres. • Contacter le conseiller INFO-ENERGIE de votre Région, qui pourra étudier les devis, vérifiera l’éligibilité des travaux aux aides financières et apportera un regard objectif et neutre sur la pertinence des travaux proposés. • Privilégier les entreprises locales et vérifier que l’entreprise choisie est « Reconnue Garant de l’Environnement » (RGE), critère indispensable pour bénéficier du crédit d’impôt depuis le 1er janvier 2015.

D’authentiques escroqueries Mais certains « professionnels » antidatent leur devis pour s’épargner ces deux semaines d’incertitude ou se prévalent de labels qu’ils ne possèdent pas. D’autres mentionnent également d’hypothétiques partenariats avec l’ADEME ou les collectivités territoriales, voire des diagnostics obligatoires. Or, qu’on se le dise, AUCUN PARTENARIAT DE CE TYPE N’EXISTE et le seul diagnostic obligatoire est le diagnostic de performance énergétique (DPE), qui doit être réalisé par un professionnel certifié à l’occasion de la mise en vente ou location d’un logement.


PROPRIÉTAIRES N°67 MAGAZINE

17

D’autres encore présentent des images aériennes de votre domicile photographié avec une caméra thermique. Et les clichés font, bien sûr apparaître d’importantes sources de déperdition ! Mais le diagnostic a souvent été orienté par quelques clics habiles sur un logiciel adapté, et la photo n’a pas la moindre valeur scientifique. D’autres, enfin, vont jusqu’à livrer le matériel à domicile, alors que vous n’avez pas signé le moindre contrat. La démarche n’est pas innocente : si vous vous laissez impressionner et signez le bon de livraison, il prendra valeur de bon de commande.

Un important dispositif d’information De nombreux outils ont été mis en place par les pouvoirs publics, pour vous aider à éviter les pièges et frapper tout de suite aux bonnes portes. Un numéro de téléphone et un site Internet dédiés sont notamment à votre disposition. Pour tout savoir sur l’éco-prêt à taux zéro et les travaux concernés, ou sur le CITE, il suffit d’appeler le 0808 800 700 ou de vous connecter au site http://www. renovation-info-service.gouv.fr. Vous y trouverez notamment « Mon outil rénovation », un outil pédagogique développé par l’ADEME, le Ministère de l’Ecologie et le Ministère du Logement. Simple et rapide, il aide à trouver des solutions concrètes aux questions

de rénovation énergétique. Le site héberge également l’annuaire des 60 000 professionnels RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). Pour être éligibles aux aides financières, les travaux doivent en effet être réalisés par des professionnels titulaires de cette qualification. Enfin, selon la situation personnelle de chacun, certaines des aides peuvent être cumulées. Pour vous aider à financer votre projet et être sûr d’obtenir toutes les subventions auxquelles vous pouvez prétendre, 450 Points Rénovation Info Service (PRIS) sont répartis partout en France.

Suivez le(s) guide(s) Mis à jour tous les ans, le guide des aides financières édité par le Ministère de l’Environnement, le Ministère du Logement et l’ADEME, en collaboration avec l’ANIL et l’Anah, peut être téléchargé gratuitement sur le site de l’Agence (http://www.ademe.fr/aides-financieres-2016). Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), éco-prêt à taux zéro, TVA à taux réduit, programme « Habiter mieux » de l’Anah, aide des fournisseurs d’énergie ou des collectivités locales, exonération de la taxe foncière… tous les dispositifs, leur montant, les plafonds de ressources, les types de travaux ou équipements, les professionnels, les ménages et les logements concernés y sont recensés et détaillés. Un autre guide, également disponible sur le site de l’ADEME permet de « Mieux connaître les pratiques commerciales » (http://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/ guide-pratique-mieux-connaitre-pratiques-commerciales.pdf). Informations obligatoires, étiquetage environnemental, facturation, démarchage à domicile, vente à distance, délai de rétractation, pratiques agressives ou déloyales y sont passés en revue et suivis de conseils pratiques.


18

PROPRIÉTAIRES N°67 MAGAZINE

GROS PLAN RÉGION

LES YVELINES : UN DÉPARTEMENT ROYAL COMME CHAQUE TRIMESTRE, « PROPRIÉTAIRES » VOUS PROPOSE DE PARTIR À LA DÉCOUVERTE D’UNE RÉGION OU D’UN DÉPARTEMENT, À TRAVERS SON MARCHÉ IMMOBILIER, BIEN SÛR, MAIS AUSSI, ET PEUT-ÊTRE SURTOUT, EN NOUS ATTARDANT SANS LA MOINDRE PRÉTENTION D’EXHAUSTIVITÉ SUR CE QUI FAIT SON CHARME : SPÉCIALITÉS GASTRONOMIQUES, CENTRES D’INTÉRÊT, SITES REMARQUABLES… DANS CE NUMÉRO, CAP SUR LES YVELINES, AVEC TROIS GUIDES OCCASIONNELS : JACQUES TABONE ET ALEXANDRE HAFNER, SOCIÉTAIRES DU RÉSEAU À POISSY AINSI QUE XAVIER BOYADJIAN, RESPONSABLE DE DEUX AGENCES À VERSAILLES ET CHAVILLE.

Immobilier : un marché à deux visages Jacques TABONE

Alexandre HAFNER

Xavier BOYADJIAN

« Après une quinzaine de mois de baisse, tant en termes de prix que d’activité, il semble que le marché soit en train de redémarrer, en particulier dans le centre-ville, à proximité de la gare et des commerces », se félicite Jacques Tabone. Si le redémarrage est encore timide, et les acheteurs hésitants à Poissy, la reprise est plus nette à Versailles et dans les communes limitrophes. « La ville est découpée en huit secteurs, précise Xavier Boyadjian. Partout, la tendance est la même : l’activité est en forte hausse par rapport à la même période de l’an dernier. Et les acheteurs, anticipant un redémarrage des prix à la hausse et encouragés par le niveau des taux d’intérêt, n’hésitent pas à solliciter des prêts plus importants que dans un passé récent ». D’une manière générale, les logements bien desservis par les transports en commun trouvent facilement preneur. « Les Yvelines demeurent un département assez rural, avec de nombreux villages. Passé un certain âge, les gens y revendent souvent leur pavillon, pour

acquérir un appartement en ville, proche de toutes les commodités », explique Jacques Tabone. « Les Yvelines présentent deux visages et recouvrent deux marchés, poursuit Alexandre Hafner. Le premier est directement corrélé à Paris et à la région parisienne ; le second est déjà presque provincial ».

Entre la ville et la campagne Paris à deux pas, et la campagne à sa porte… Dans cette dualité, réside une bonne partie du charme des Yvelines. « D’un côté, des projets comme le Grand Paris ou l’extension du RER E placent le département au cœur du 3ème millénaire ; de l’autre, son côté presque provincial le maintient à l’écart du stress. Ici, les gens se disent encore bonjour quand ils se croisent dans la rue ou dans les commerces, les automobilistes respectent les piétons… », remarque Alexandre Hafner. « La ligne SNCF nous met à moins d’un quart d’heure de la gare Saint-Lazare, reprend Jacques Tabone. Et, en même temps, nous sommes aux portes de la vallée de Chevreuse, de ses forêts, de ses villages ». « Les sportifs sont également comblés, renchérit Alexandre Hafner. C’est très facile de pratiquer le vélo, la course à pied, le cheval ou le golf ». Pour les mêmes raisons, Versailles est aussi une ville où il fait bon vivre : « Niveau scolaire élevé, sécurité, rues aérées, parcs verts… Nous avons tous les avan-


PROPRIÉTAIRES N°67 MAGAZINE

Le(s) site(s) : la vie de châteaux ! Maisons-Laffitte, SaintGermain-en-Laye, Choisel, Dampierre, Montfort-l’Amaury, Celleles-Bordes, Rambouillet ou, bien sûr Versailles... Les Yvelines sont donc le paradis des amoureux des châteaux et des fastes de la cour ! A tout seigneur, tout honneur, Versailles, pavillon de chasse construit par Louis XIII et transformé par la volonté de son fils en symbole de l’absolutisme royal, attire chaque année plus de 7 millions de visiteurs venus du monde entier. Deux jours de visite ne sont pas superflus pour parcourir les grands appartements du Roi et de la Reine, la galerie des Glaces, la chambre du Roi, la chapelle, les galeries du XVIIème siècle, les galeries de l’Histoire de France, les appartements du Dauphin, prince héritier et de la Dauphine, ceux des filles de Louis XV, le Grand Trianon et le domaine de Marie-Antoinette, le parc et les jardins… Moins fastueux mais plus énigmatique, le château de Monte-Cristo, fut érigé au Port-Marly par Alexandre Dumas au milieu du XIXème siècle, après le succès des Trois Mousquetaires et du Comte qui lui donne son nom. Dans son style Renaissance, il fait face à un autre

pavillon, le château d’If, où l’écrivain avait aménagé son cabinet de travail. Sur ses murs, des pierres portent les titres d’œuvres de Dumas et les bas-reliefs de la façade évoquent également ses romans. Outre le château où vécut notamment la belle Angélique de Baussan, Thoiry offre également sa célèbre réserve africaine. A bord de votre véhicule, vous irez à la rencontre des éléphants, girafes, rhinocéros, lions et antilopes. Descendez de voiture et promenez-vous ensuite dans le parc zoologique, découvrez les tunnels de verre aux lions et aux tigres, les îles des primates, le domaine des loups, le vivarium et son varan de Komodo, l'île des gibbons, le bassin des loutres... Les amoureux de nature n’oublieront pas non plus de plonger au cœur des 25 000 ha de la forêt de Rambouillet, pour y découvrir l'habitat et la vie de dizaines d'espèces animales : cerfs, sangliers, chevreuils, daims mais aussi plus de 100 rapaces, diurnes, et nocturnes. Les berges de la Seine, de Port-Marly à Carrières en passant par Chatou ont, pour leur part, largement inspiré les impressionnistes. Quatre circuits pédestres, de 3 à 6 km, vous y emmèneront sur les traces de Renoir Monet, Sisley ou Pissarro. Sur l’île de la Grenouillère, haut lieu du tourisme fluvial jadis parsemé de cabarets, immortalisé par Monet et Renoir, un musée retrace aujourd’hui les heures fastes de la région. Enfin, à Elancourt, 2000 maquettes, 117 monuments et 8 attractions célèbrent sur 5 ha les 25 ans du parc France Miniature.

L’événement : musique aquatique Retour au château de Versailles, qui fête les 350 ans des jardins royaux. Depuis le 25 mars et jusqu’au 30 octobre prochain, les Grandes eaux musicales offrent un accès aux jardins du château dessinés par André Le Nôtre pour une balade royale à la découverte des bosquets exceptionnellement ouverts au public. Fontaines jaillissantes et musique baroque pour ornements visuels et sonores…. Tout l’été, le samedi soir, les Grandes eaux

©Arthus Boutin / Parc et Château de Thoiry.

tages de Paris, sans ses inconvénients. D’autant que nous bénéficions de tous les types de transport possibles : RER, SNCF, tramway, bus qui nous emmènent directement au métro… Et si l’on élargit la réflexion à l’ensemble du département, nous avons aussi tous les avantages de la campagne, sans ses moins bons côtés ! », constate Xavier Boyadjian. Les rois de France et leurs courtisans ne s’y étaient d’ailleurs pas trompé, qui avaient fait de ce qui ne s’appelait pas encore les Yvelines leurs terres d’élection.

19


PROPRIÉTAIRES N°67 MAGAZINE

20

GROS PLAN RÉGION nocturnes proposent 2h30 de promenade magique dans ces mêmes jardins, mis en eaux, en musique et en lumière. En final, un éblouissant feu d’artifice tiré depuis le Grand Canal ! Tous les ans, depuis 20 ans, la ville du Roi Soleil célèbre également Molière pendant un mois : concerts, pièces de théâtre, commerces et rues pavoisés accélèrent la machine à remonter le temps. Dans un tout autre registre, chaque année, le dernier dimanche de septembre, 25 000 coureurs à pied relient Paris à Versailles, 16 km entre la Tour Eiffel et le château, via les quais de Seine, la forêt de Meudon et les sousbois de Vélizy et Viroflay. Enfin, tous les ans, Goûts d’Yvelines réunit dans divers lieux du département producteurs, artisans, chefs et simples amoureux de la cuisine ! Au programme : cours de cuisine pétillants, démonstrations spectaculaires, dégustations alléchantes, échanges passionnés, visites surprenantes, sur fond de convivialité et d’amour des bons produits ! La 4ème édition est d’ores et déjà programmée, du 19 au 26 novembre.

Cuisine et dépendances Une riche tradition historique, 80 % d’espace naturels ou agricoles… Toutes les conditions étaient en effet réunies pour faire des Yvelines une terre de saveurs. C’est,

par exemple à Maisons-Laffitte que Louis Durand, pâtissier de la ville inspiré par la course cycliste qui reliait les deux villes, créa au début du XXème siècle le célèbre Paris-Brest, gâteau en forme de couronne, composé d'une pâte à choux fourrée d'une crème mousseline pralinée et garnie d'amandes effilées. Contrairement à ce que laisse supposer son nom, la sauce béarnaise fut, quant à elle, créée par un pur hasard à Saint-Germain-en Laye. Le chef Collinet, cuisinier au pavillon Henri IV, réalisa une émulsion de jaune d’œufs pour rattraper une réduction d’échalotes ratée. Au moment de donner un nom à son improvisation pour satisfaire la curiosité de ses clients, son regard tomba sur un buste du célèbre roi de France qui trônait dans la salle, originaire du Béarn… La « béarnaise » était née ! Pour le reste, la cuisine locale, c’est d’abord la simplicité de produits authentiques et savoureux : volaille de Houdan, au plumage noir piqué de blanc, à la double crête et à la chair foncée, proche de celle du pigeon ou de la perdrix ; navets de Croissy, cultivés depuis le Moyen-Age ; champignons de Paris ; reine-claude de Chambourcy à la peau vert doré, à la chair juteuse et sucrée, aussi savoureuse nature, en confiture ou en tarte. Et, en guise de digestif, nos deux guides d’un jour nous servent un verre de Noyau de Poissy, une liqueur élaborée à base d’amandons de noyaux d’abricots. Toujours avec modération, bien sûr.

Les Yvelines en quelques chiffres chiffres

13 285

3

résidences secondaires

agences à l’enseigne du réseau L’ADRESSE

2 284

78 le numéro minéralogique

1 441 147 habitants

km²

32 212

logements vacants

557 361

résidences principales

262 communes


Offrez à votre bien une VISIBILITÉ EXCEPTIONNELLE !

P CK VISIBILITÉ

Nos Agences L’ADRESSE s’engagent à vous faire bénéficier des conseils personnalisés d’une équipe d’experts, engagée à vos côtés pour défendre vos intérêts.

Notre Pack Visibilité vous garantit : Des photos prises par des photographes professionnels Des vidéos à 360° pour mettre en valeurs vos espaces Des vidéos pour faciliter la visite virtuelle Du home staging réalisé par des architectes d’intérieur

APRÈS

AVANT


22

PROPRIÉTAIRES N°67 MAGAZINE

COURRIER

DES

PROPRIÉTAIRES PARCE QUE VENDRE, AMÉNAGER SON LOGEMENT ACTUEL OU TROUVER SA NOUVELLE ADRESSE CONSTITUENT DES DÉMARCHES PERSONNELLES IMPORTANTES, NOUS RÉPONDONS À VOS QUESTIONS, POUR VOUS AIDER À MIEUX MAÎTRISER LES ASPECTS PRATIQUES, JURIDIQUES OU FISCAUX DE LA PROPRIÉTÉ. UNE QUESTION ? UNE ZONE D’OMBRE ? N’HÉSITEZ PAS À INTERROGER VOTRE CONSEIL IMMOBILIER L’ADRESSE OU ÉCRIVEZ-NOUS SUR NOTRE BOÎTE COURRIEL DÉDIÉE : PROPRIETAIRES@LADRESSE.COM

Loyer impayé

Congé

Le passage de la TNT à la haute définition entraînet-il des obligations pour le bailleur vis-à-vis de son locataire ? Catherine P., Evreux (27)

Je souhaite vendre un logement actuellement occupé par un locataire. Dans quelles conditions puis-je lui donner congé ? Guy D., Challans (85)

Tout dépend de la nature de la location. Contrairement à ce qu’il s’était passé lors de la généralisation de la TNT, l’absence de réception des programmes HD ne résulte pas d’un défaut de l’installation, mais de l’ancienneté du téléviseur.

Si le logement ne fait pas l’objet d’une convention Anah ou APL, sa vente fait effectivement partie des cas dans lesquels vous pouvez donner congé à votre locataire à l'échéance du bail. Vous devez toutefois respecter certaines conditions de formes et de délais.

Dans le cadre d’une location nue, le téléviseur appartient au locataire. Il revient donc à ce dernier de faire le nécessaire pour recevoir à nouveau les programmes, en supportant le cas échéant le coût de l'achat d'un adaptateur sans rien pouvoir demander au bailleur.

Le congé doit notamment être adressé à votre locataire au moins 6 mois avant l'échéance du bail. Pendant cette période, ce dernier n'est redevable que du loyer et des charges correspondant au temps réel d'occupation du logement.

En revanche, dans le cadre d’une location meublée, si le mobilier équipant le logement comprend un poste de télévision, c'est au bailleur de faire le nécessaire pour que le locataire soit à nouveau en mesure de recevoir les programmes si cela n'est plus possible suite au passage à la haute définition. 

La signification du congé vaut offre de vente en faveur de votre locataire, qui dispose de deux mois pour l’accepter ou la refuser. La lettre de congé doit donc décrire précisément ce que comprend la vente, indiquer le prix et le mode de paiement. A défaut, le congé n’est pas valable et le bail est automatiquement reconduit pour la même durée. L’absence de réponse deux mois après l’envoi de votre lettre de congé est considérée comme un refus du locataire. Si, en revanche, il accepte l’offre, il doit vous en informer par lettre recommandée avec accusé de réception. Il dispose d’un délai de 2 mois (4 s’il doit souscrire un prêt immobilier) à partir de l’envoi de sa réponse pour signer l’acte de vente. Vous pouvez également vendre le logement occupé en cours de bail, sans en informer votre locataire ni lui donner congé.   Avec les services juridiques de la FNAIM


LES ENGAGEMENTS

L’ A D R E S S E

!

Création FaireFaire - www.fairefaire.fr

L’ADRESSE S’OCCUPE DE TOUT SURTOUT DE VOUS

ACHETER - VENDRE - LOUER - GÉRER

www.ladresse.com

Le Réseau place l’humain au cœur de ses préoccupations : Un véritable engagement pour aboutir à une transaction immobilière la plus juste et dans l’intérêt de toutes les parties-prenantes du projet.


A_REPIQ_67_Noirs.qxp_Mise en page 1 26/05/2016 14:53 Page64

VACANCES, J’OUBLIE TOUT ! PARTEZ L’ESPRIT TRANQUILLE, L’ADRESSE S’OCCUPE DE TOUT !

ACHETER - VENDRE - LOUER - GÉRER

www.relaymark.com © Fotolia

RÊVEZ !

PROFITEZ !

VIVEZ !

I! C R E E M RESS L’AD

ladresse.com ladre esse. esse.com

LE RÉSEAU L’ADRESSE À VOS CÔTÉS RETROUVEZ TOUTES NOS OFFRES SUR LADRESSE.COM Je suis client de votr e agence et vous demande d’abonner à Pr Propriétaires un de mes amis (ci-contr e) Nom ....................................................... Prénom Ville .......................................................... Tél. J’ai un projet :

d’achat

de défiscalisation Je souhaite être contacté :

Je ne suis pas encore client de votre agence mais souhaite recevoir gratuitement Propriétaires

.........................................................

Nom .........................................................................................................................................

.....................................................................

Prénom .................................................................................................................................

de vente de gestion par téléphone

de location

Adresse .................................................................................................................................

de copropriété

Code postal .....................................Ville .....................................................................

par courrier

Tél. ........................................................... Portable ..........................................................

Je souhaite un rendez-vous avec un consultant

Courriel .................................................................................................................................

Bon à retourner à L’ADRESSE 8, rue du Saule Trapu - Le Moulin - 91300 MASSY - Tél. 01 64 53 83 83


PROPRIETAIRES_67