Issuu on Google+


068-070_ViaNova

30/05/07

21:26

Page 68

ÉTUDE DE CAS

PRODUCTION

Produire pour les sports moins médiatisés La société Via Nova Production réalise de nombreux programmes sportifs (magazines, retransmissions et reportages) pour différents médias (télévision, internet et téléphonie mobile) dans des sports peu médiatisés comme l’escrime. Étude détaillée des moyens qu’elle a mis en œuvre pour les productions sportives à budgets serrés.

Pour un budget très restreint Via Nova production propose de capter les événements à l’aide de 5 caméras autonomes (JVC GYHD100) et de réaliser le montage sur Avid Media Composer. Le commentaire du journaliste se fait ensuite en cabine.

V

ia Nova production a été créée en 2000. Fruit d’une association entre Serge Duveau et Fabrice Marinoni, respectivement producteur de cinéma (Un frère, L’Année suivante…) et journaliste pour la télévision et la presse écrite (Sonovision). La production s’est, dès ses débuts, orientée vers le sport. « J’avais très envie de traiter de sports que l’on voit peu à la télévision. Ce sont d’ailleurs ceux que je pratique », explique Fabrice Marinoni. En 2000, naît la première émission mensuelle exclusivement consacrée à l’escrime, « En Garde ! ». D’abord diffusé sur Pathé Sport, le programme perdure aujourd’hui sur la chaîne du groupe Canal : Sport+. Mais si les sports peu médiatisés ne le sont pas plus, c’est tout simplement que l’argent ne foisonne pas dans ces disciplines. « Nous avons dû nous adapter à un marché où les

budgets sont très restreints et donc développer un mode spécifique de production », poursuit Fabrice Marinoni.

Des magazines et du reportage En fait, aujourd’hui ce sont trois types de productions sportives auxquels s’intéresse Via Nova production. Le magazine tout d’abord avec la réalisation, à l’instar de l’émission « En Garde ! », de programmes de 52, 26 ou 13 minutes à périodicité récurrente. Ces magazines se composent le plus généralement de reportages entre lesquels un journaliste (parfois accompagné d’un invité) lance les sujets en plateau. Le plus souvent, les plateaux extérieurs sont réalisés sur les lieux du tournage d’un des reportages en cours. « Sur ce type de programmes, nous tournons un maximum de sujets avec une équipe légère, afin de rester

SONOVISION BROADCAST • 68 • N ° 5 1 9 - J U I N 2 0 0 7

cohérent avec les budgets dont nous disposons », déclare le producteur. Les équipes sont le plus souvent composées de deux personnes : un journaliste et un cadreur. Les opérateurs image ont suivi une formation de JRI (journaliste reporter d’images). Ce sont eux qui montent avec le rédacteur le sujet qu’ils ont signé ensemble. Néanmoins, le tournage et le montage réalisés par un JRI seul peuvent être pratiqués par Via Nova Production, mais dans des cas particuliers uniquement. « Je considère qu’une équipe de deux personnes est plus à même d’effectuer un travail de qualité. Même si cela se pratique de plus en plus, nous ne pouvons demander à une seule personne de réaliser un reportage d’aussi bonne qualité, que ce soit sur le fond ou sur la forme, qu’un tandem composé d’un journaliste et d’un cadreur. Cette remarque est valable pour le tournage comme pour la postproduction. J’ai moi-même réalisé de nombreux sujets en tant que JRI, et je continue à le faire, mais à chaque fois ce mode de production doit se justifier. Il m’arrive régulièrement de passer du temps avec des sportifs de très haut niveau lors d’un stage de préparation ou pendant des compétitions primordiales (Championnats du monde, Jeux Olympiques…). Dans ce cas, la discrétion est impérative pour une bonne immersion au sein du groupe », précise Fabrice Marinoni. Notons que pour un magazine sportif de 26 minutes, Via Nova production dispose d’un budget moyen de 13 000 euros HT.


068-070_ViaNova

30/05/07

21:26

Page 69

Via Nova production et le sport La société produit annuellement près de 50 heures de magazines sportifs pour la télévision et notamment pour le groupe Canal+. En dehors de l’escrime, qui fut la première discipline abordée par la production, de nombreux reportages consacrés aux sports olympiques sont réalisés. Chaque semaine, Via Nova production propose deux chroniques pour SFR : « Le Journal Handisport » (qui traite du sport pour les non valides) et « Objectif Pékin » (qui aborde l’ensemble des disciplines olympiques en vue des prochains JO). Si Via Nova est un spécialiste du sport, ce n’est pas son seul secteur d’activité. Les spectacles vivants, les documentaires, mais aussi les programmes jeunesse figurent à son catalogue.

En dehors des magazines réguliers, Via Nova production propose de nombreux reportages et programmes courts ayant pour thématique le sport diffusés en télévision, sur internet mais aussi sur les réseaux mobiles (notamment SFR). Que ce soit pour des magazines ou des programmes courts, les tournages se réalisent à l’aide de caméscopes JVC GY-HD100 (dont la société possède deux unités) ou de caméscopes Sony DVCAM (PD-150). Les caméscopes JVC ont été choisis pour leur

bon rapport qualité/prix. En remplacement du parc de matériel DVCAM, Via Nova production songe à évoluer vers le XDCAM, mais cette fois les investissements ont un coût quelque peu supérieur. « Nous souhaiterions acquérir des solutions de prises de vues très polyvalentes. En fait, nous réalisons de plus en plus de captations d’événements sportifs en multicaméra. Pour autant, nous ne souhaitons pas investir dans des caméras de plateau dédiées. Aujourd’hui, JVC, Sony et Canon

proposent des solutions qui peuvent aussi bien répondre à une utilisation ENG qu’à des prises de vue de type plateau et cela à des coûts raisonnables», déclare Fabrice Marinoni.

Des captations multicaméra En effet, au-delà des reportages et magazines, Via Nova production se charge de réaliser des retransmissions muticaméra. Deux exemples de production d’escrime sont assez représentatifs des différentes options de configurations techniques. Ces dernières sont choisies en fonction des besoins et du cahier des charges budgétaires. Le Challenge International de Paris, au fleuret hommes, et la Coupe du monde de Saint-Maur, à l’épée dames (avec Laura Flessel) ont tous les deux été produits pour des retransmissions sur Sport+, mais de deux manières différentes. «Pour les deux événements, nous disposions de budgets différents avec des besoins qui n’étaient pas tout à fait les mêmes », précise Fabrice Marinoni. Dans les deux cas, les demi-finales et finales des épreuves étaient retrans-

mises en différé sur la chaîne de sport de Canal+. Cependant, dans le premier, une diffusion en direct sur internet était également prévue. Compte tenu du budget limité pour couvrir le Challenge International de Paris, la production ne pouvait faire appel à un car régie. Il a donc été décidé d’architecturer la captation autour d’un mélangeur portable Sony Anycast. Trois caméras de studio Grass Valley et une unité robotisée Sony BRC-300 reliée par fibre optique (autorisant de très longues distances) ont été réunies pour la captation. Un VTR Digital Betacam enregistrait le signal sur une cassette destinée à la diffusion télé. Un second magnétoscope (un DVCAM Sony DSR-11) « recordait » également en sortie de régie afin de sécuriser le tout. Si l’Anycast se comporte comme une régie vidéo très compacte (les moniteurs vidéo de chaque caméra sont intégrés à la console), l’outil a été choisi également pour ses fonctionnalités de streaming. La solution intègre un encodeur RealVideo qui peut transmettre, en temps réel, trois

Illuminer avec Hotlamps Le plus grand distributeur de lampes pour projecteur en Europe Lampes Originales et Compatibles de Marque l Le plus grand stock Européen l Gagnez des points cadeau avec chaque lampe que vous achetez l Les Prix les plus bas en Europe l Service gratuit de Recyclage l

appeler 00 800 60 65 60 65 / +44 (0) 845 60 70 477 visiter www.hotlamps.com

SONOVISION BROADCAST • 69 • N ° 5 1 9 - J U I N 2 0 0 7


068-070_ViaNova

30/05/07

21:26

Page 70

PRODUCTION

ÉTUDE DE CAS

Trois caméras Grass Valley et une unité robotisée Sony BRC-300 étaient reliées à l’Anycast pour la diffusion du Challenge International de Paris sur Sport+ et sur internet. tailles d’image au choix: 160 x 120, 240 x 180 et 320 x 240. « L’Anycast dispose d’une fonctionnalité permettant une diffusion sur le Net en streaming pour quelques internautes. Mais l’épreuve étant très prestigieuse dans le monde de l’escrime internationale, nous avions affaire à une assez large audience. Nous avons donc adjoint un serveur DNA dédié pour pouvoir prétendre à un grand nombre de connexions », explique Fabrice Marinoni. Dans le cas de l’épreuve de Coupe du monde de Saint-Maur, la retransmission sur internet ne faisait pas partie du cahier des charges. Seul le différé de Sport+ était au programme. Avec

un financement sensiblement moins important, il a donc été décidé d’augmenter le nombre de caméras mais de ne mélanger les flux vidéos qu’en postproduction. En fait, cinq caméscopes JVC GY-HD100 ont été utilisés (quatre unités sur pieds et une mobile). Pour la prise de son, l’un des caméscopes était relié via une mixette Shure à deux micros HF Sennheiser. Le premier, placé en milieu de la piste d’escrime, captait les sons des tireurs et l’ambiance générale de la salle. Le second (un micro-cravate) était disposé sur l’arbitre pour entendre ses commandements et ses analyses. C’est ensuite chez Via Nova production que le montage a été effectué.

La station Anycast est exploitée par Via Nova production sur les événements sportifs quand, faute d’un budget conséquent, un car régie ne peut être utilisé.

Une postproduction très ouverte L’ensemble de la postproduction du Challenge de Saint-Maur a été réalisé à l’aide du logiciel Avid Media Composer. Une fois synchronisées (les caméscopes disposaient du même TC), les sources vidéo ont été mélangées dans l’interface multicam Avid. Cette pratique, Via Nova l’a héritée de son expérience en matière de réalisation de spectacles vivants. Le théâtre en effet a toujours fait partie des centres d’intérêt de la société. Mais outre Avid, d’autres solutions non linéaires de montage sont exploitées chez le producteur parisien. Deux stations PC utilisent, en

fonction des habitudes des monteurs, Avid ou Premiere Pro 2.0. La société préfère travailler avec des monteurs issus de différents horizons. Certains ne font que de la postproduction, mais d’autres ayant suivi une formation de JRI ne sont pas à proprement parler des spécialistes du montage et préfèrent utiliser le logiciel Premiere dont l’interface plus simple les rassure. Chaque station est indépendante. Si les machines peuvent être reliées en réseau, la préférence va plutôt à un travail autonome, plus fiable. Pour les montages sur site, Via Nova production a fait l’acquisition en début d’année d’une station portable MacBook Pro 17” (une deuxième devrait la rejoindre prochainement). De nombreux reportages réalisés pour SFR (le portail Vodafone Live !) sont montés directement sur les lieux des compétitions à l’aide de Final Cut Studio 2 et envoyés ensuite par le Net sur le serveur de diffusion de l’opérateur mobile. Le HDV est de plus en plus exploité par la production. Cependant, compte tenu de sa relative lourdeur en postproduction, de nombreux sujets sont montés en format DV25. Pour mettre un terme à cela et monter en HD natif, dans les mois à venir, Via Nova production souhaite investir dans une station Mac Pro à processeur Intel Xeon huit cœurs cadencé à 3 GHz. La rapidité de cette machine doit en effet permettre une postproduction en HDV de manière fluide, en évitant les étapes de conversion. Cyril Delorme

Fabrice Marinoni producteur et journaliste interviewe pour Sport+ la championne Olympique Laura Flessel sur le Challenge de St-Maur.

SONOVISION BROADCAST • 70 • N ° 5 1 9 - J U I N 2 0 0 7


Revue de presse