__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

1 ses

lein p r ise

cho de

s til ! u vice r e e r s es ert ail eut tl p v v e . . a s n . r o ge es au m et char et u d s r r e e l ch es leg lle s tage i r n i a s eh ur a p o n pre av pm n r o u e et o r o t l c p eu beau es a t mesures as s ee p our n m t n t p t s s a e e ' ' c l n ns e n rvices e vec i i, o eux t a c i i t u m g o r a e t t t ra s se l n m l se re e fai s avai u es r t e t n l a t d o ere s re, t-n 'es i r ge p u pref c s o n e o e p r e J e ! a s h ni n et on le uve , n et con ! ah 'ec o i n r c s e v e i a t h p e r i a r f Br se r u on lop t? la i e re ! n o t i s v r o e o n d e f , a n d t e d e l'e a mond u pd tes s m uit v n i u a o d g h q z a ec ave ays voit ger s je o rl u n u o l ed s p o s se is v et iver a ussi h m ' s a t l e n n t t aide No ve meme itec gare e u s vite e h e r t c p du feu n r n to i i s o a f c e able n ed s a ns la s u s se ir a a o plus agre s sons a p l et pui i u o e d a r c c l s u u a ya d e ns des est b Et erait les e ancie uotidien r e ce s q t u depend n e q l e e , a t s i r n c u i e sa chem q es on pen retrouv t nouveaux legum e s n s e l s t e a d u n l e pe h on pr ten Oh ba ion on t a i c o main s 'as et a l e i r i a la m raires ! o p m e t s r grace a u e ux on est bien r travaill u o p halles, avec les je s s le e eil vi r x e au h r c ue ue-niq le weekend on va piq cabanes pas

Banque du temps

ussel

le de temps, maintenant c'est possib s plu oir av ait ul vo on s ant pour les enf

le soir on peut sortir

c'est une maison ecologique je te dis, on consomme trois fois rien et ca sent bon

maison du projet

MINUTE, PAPILLON ...

(HOLD YOUR HORSES !)

Bureau des temps Fabrique des territoires


1/ L e

Dès les débuts de l’ère industrielle, prolongeant l’avènement des Etats et sociétés civiles modernes le modèle libéral s’est accompagné d’une ambivalence fondamentale : libertés individuelles inédites, mais uniformisation des valeurs et modes de vie. La société de masses, rassemblée dans les villes, s’ouvre à une déclinaisons de possibles qui semblent infinis, mais au sein d’un cadre économique uniforme qui détermine de manière univoque les conditions de vie des citoyens. Celles-ci, de Walter Benjamin au consommateur final de Peter Sloterdijk, ont été très tôt critiquées pour leur tendance à l’aliénation. Aujourd’hui, les modes de vie prennent forme sur un horizon mondialisé, à la fois ouvert à la plus grande diversité, mais paradoxalement de plus en plus conformistes (Chomski & Herman, 1988 ; Debord, 1967). Le modèle sociétal commun satisfait de moins en moins de personnes (Insee, Enquête Emploi du temps 2009-2010). La condition moderne, fidèle au tableau dressé par Hannah Arendt, a quelque chose de cette monotonie résignée, évoluant dans un milieu artificiel où la recherche d’excitations passagères ne parvient pas à masquer l’absence absolue de changement. L’aliénation est d’abord celle de l’uniformisation et de la monotonie.

LA ROUTINE / SUCH A ROUTINE postulat de départ : déconnexion des cycles naturels , saturation du mode de vie urbain ...

Malgré l’émancipation de la société, les modes de vie restent uniformes. En ville notamment peu importe le temps qu’il fait la routine se répète immuable. Or, de plus en plus de personnes aspirent à davantage de souplesse dans la manière de vivre leur quotidien. premise : disconnection from natural cycles and saturation point of the urban lifestyle ...

Despite society emancipation, ways of life remain unchanged. Especially in the cities, no matter if the weather changes or not, routine goes on and on immutably. However, more and more people yearn now for greater flexibility in their daily lives.

« La grande surprise d’une enfance campagnarde mise en présence de la ville n’est pas tant la nouveauté matérielle, l’échelle inattendue des bâtiments et des rues, le foisonnement des objets insolites, que le sentiment véhément et tout neuf d’une pression humaine jusque là jamais ressentie au milieu de laquelle on se sent brusquement immergé... ». Julien Gracq, La forme d’une ville, Paris, José Corti, 1985, p.24

SOURCES : - Hannah Arendt, Condition de l’homme moderne, 1958, Paris, Pocket, 1997. - Hannah Arendt, La Crise de la Culture, 1972, Paris, Gallimard, 1989. - Walter Benjamin, Essais, III, 1928-1940, Paris, Gallimard, 2000. - Samuel Carpentier, Modes d’habiter urbains et ruraux : entre continuité et rupture, 2010, http://articulo.revues.org/1548 - Noam Chomsky & Edward Herman, La Fabrication du consentement, 1988, Agone, 2002. - Guy Debord, La Société du spectacle, Paris, Gallimard, 1967. - Jacques Ellul, La Technique ou l’enjeu du siècle, Paris, Economica, 1990. - Albert O. Hirschman, Les Passions et les intérêts, 1977, Paris, PUF, 2014. - Philippe Madec, « Le Territoire français ne se réduit pas à 14 métropoles », AMC n°238, décembre 2014 - janvier 2015, p. 60-63. - Montesquieu, De l’Esprit des lois, 1758, Paris, Garnier, 1973. - Layla Ricroch et Benoît Roumier, Conditions de vie des ménages, Insee, 2010. - Peter Sloterdijk, Règles pour le parc humain, Paris, Mille et une nuit, 2000. - Peter Sloterdijk, Sphères, Paris, 2002-2005.

CRÉDITS PHOTOGRAPHIQUES : - couverture : William J. Toomey, 1955-56 : Alison et Peter Smithson, Sugden House, 1956.

Jacques Tati, Playtime, 1967

2

modèle social , une construction collective

Alors que les aspirations individuelles tendent vers une plus grande souplesse dans l’organisation personnelle de son temps de travail et de ses loisirs, la crise de 2008 a accru le désir de changer de mode de vie chez les Français (88% selon l’enquête annuelle d’Ethicity en 2012). Or le principal frein à

ce changement est le manque de modèles et de systèmes économiques viables pour « sauter le pas. » Par ailleurs, face au dérèglement climatique et à la prise de conscience environnementale, un désir d’une vie plus «  saine  » prend de l’importance. Celui-ci correspond aux objectifs d’un développement durable et d’une consommation plus raisonnée. Confusément et de manière souvent caricaturale le modèle urbain décrié est opposé à un modèle rural idéalisé. Au-delà des raccourcis, le monde rural présente selon nous des caractéristiques permettant de penser un équilibre plus satisfaisant entre les désirs individuels actuels et les nécessités de nos vies. Cette uniformisation tient en premier lieu à nos horaires déconnectés des cycles naturels. Les rythmes de travail sont indifférents à la durée d’ensoleillement quotidienne et aux saisons. Au contraire, la technologie nous permet de vivre en décalage avec ces conditions. Pourtant, de nombreuses études prouvent que ces décalages sont à l’origine de nombre de troubles et d’un sentiment de malaise. Par ailleurs, l’importance de la personne travestie en culte de l’individualisme nous éloigne de l’importance des liens sociaux : des valeurs de partage, d’entraide et de proximité. Des valeurs longtemps restées dans les mœurs de la vie rurale. Par ailleurs, la diversification des activités, permettant de pallier la répétitivité du travail, est souvent dans le monde rural une solution à la faible intensité économique.

1 / The social model, a collective structure From the beginning of the industrial era, the liberal model has been coupled with an ambivalence: unique individual liberty, but also standardisation of the social values and lifestyles. The mass society, gathered in the cities, leads into a large variety of possibles, but within a consistent economic context that determines univocally the living conditions of the city-dwellers. These lifestyles started to be very criticised for their tendency to alienation. Today’s lifestyles are shaped through globalisation considerations. They’re both leading into more diversity, but are ironically more and more conformist (Herman & Chomsky, 1988; Debord, 1967). The common social model appears to satisfy less and less people (INSEE, Survey on time 2009-2010). The modern condition, from Hannah Arendt’s definition, causes uniformity, evolving in artificial environments where the search for temporary excitements can not conceal the absence of change. Alienation leads to standardisation and monotony. While individual ambitions tend towards greater flexibility in the organisation of the working and leisure times, the 2008 crisis has increased the desire for a change in lifestyles for French people (88% according to the annual survey from Ethicity, 2012). But the main obstacle to this change is the lack of viable economic models and systems that would help people taking the plunge. Moreover, facing Climate change and environmental awareness, a desire for a healthier life becomes more and more important. This matches with the new objectives for a more sustainable development and consumption. The urban lifestyle is nowadays frequently opposed to an idealised rural lifestyle. Beyond the leap, the countryside is in our opinion the place where a balance between actual individual desires and needs could be established. This standardisation is firstly due to our schedules, which are disconnected from the natural cycles. Timetable are indifferent to the hours of sunshine and the seasons. The technology allows us to live out from these natural conditions. However, many studies show that these discrepancies are causing many health problems. Moreover, the personality cult takes us away from the importance of social links : values of sharing, mutual assistance and closeness. Values that are remaining in the countryside way of life.


2/ L a

conciliation des deux systèmes cycles naturels ?

/ NATURAL CYCLES AND HUMAN TIME

A touts de la campagne , approche des temps par les cycles naturels Les différences entres milieux urbains et ruraux sont de moins en moins nettes. Une subsiste cependant : à la campagne, les cycles naturels sont plus perceptibles, voire omniprésents. Moins que par le passé, ils déterminent toujours la vie des habitants. Par ailleurs, les modes de vie évoluent et la vie à la campagne se pense à partir de la ville. Le monde rural n’est-il pas alors le lieu de rencontre privilégié entre modes de vie contemporains, aspirations sociales alternatives et d’une vie plus proche des cycles naturels, des grands espaces et, plus simplement, des autres ?

on ouvre la maison de campagne

Ou logent les saisonniers ?

On est ouvert tous les vendredi

l'hiver on reste chez soi

humains » et

Des Causses au Plateau de Millevaches en passant par la Vallée de la Dordogne, d’un village de 800 habitants à des villes de trois et huit mille, on ne peut apporter la même réponse, en revanche on peut, et selon nous, il faut penser un principe de réponse commun, adapté aux spécificités du monde rural tel qu’il s’exprime à travers ces trois visages. Plutôt que de s’en remettre à un temps abstrait, il nous semble plus intéressant de constituer des journées et des semaines selon les envies et besoins et en fonction des conditions du moment : adapter les emplois du temps selon la durée d’ensoleillement, adapter le type d’activité selon le climat et la saison, adapter le positionnement et la longueur du week-end en fonction de la prédisposition d’une ressource locale à permettre une activité de loisir, ou certaines cultures, c’est le principe d’une agriculture raisonnée ; travailler avec les conditions et non pas contre.

C ountryside : opportunities , time through natural cycles The differences between urban and rural areas are less and less clear. Yet, there is an important one remaining : in the countryside, the natural cycles are more perceptible, sometimes pervasive. However their influences on human way of life were even more significant in the past, they still shape our lives. Furthermore, ways of life are changing, and nowadays inhabitants from rural areas aspire to live as city-dwellers. Therefore, could we say that the countryside could be the junction between contemporary lifestyles, alternative societal aspirations, and a « back-to-natural-cycles » way of life, closer to the outdoors and our neighbours ? moi je fais plutot 6h-15h et eux 11h-minuit

« temps

A la campagne, les variations saisonnières sont plus visibles qu’en ville, en raison d’un plus grande proportion de milieux végétalisés, sur lesquels les saisons ont une influence visible. Ces variations saisonnières sont également marquées par l’alternance entre un déploiement à l’extérieur des activités et des usages en saison estivale, et leur rétractation à l’approche de la période hivernale. Notre idée est de valoriser cette spécificité du milieu rural à la faveur de nouveaux modes de vies, modulés par les conditions locales d’un site et leurs variations (géographie : latitude, longitude, altitude, géologie + climat + ressources locales) et selon les rythmes des cycles naturels (jour/nuit, saisons) et humains (semaine/week-end, vacances).

CYCLES NATURELS ET TEMPS HUMAINS

Comment-ca y a pas de pommes en juillet ?

3

campagne ne peut - elle pas être le lieu de ré -

En milieu rural, l’évolution des pratiques au fil des saisons est plus visible qu’en milieu urbain. Les travaux des champs en sont la manifestation la plus évidente, intimement liés aux cycles naturels. Mais également dans les pratiques quotidiennes et sociales : barbecue chez les voisins, le banc du village, les terrasses déployées, le terrain de boule, les volets des maisons secondaires ouverts, les touristes ; a contrario la neige qui modifie le paysage et reste plus longtemps pousse aux activités d’intérieur. Au delà du cycle annuel des saisons, les mouvements pendulaires journaliers et hebdomadaires caractérisent aussi nos campagnes. Ce n’est pas qu’on ne bouge pas en ville ! Mais, à part les grandes métropoles comme Paris, les distances sont généralement moins importantes en ville qu’à la campagne. Ici, ces déplacements pendulaires ne sont pas les seuls : pour faire ses courses, pour aller au cinéma, dans un bar, chez les amis… Il n’y a guère que pour aller dans la « Nature » qu’il n’y a pas grande distance à parcourir. Les pratiques au sein des villages et hameaux se déploient tel un courant alternatif, périodique. Tantôt refermées sur elles-mêmes, tantôt ouvertes, les pratiques et formes spatiales qu’elles impliquent évoluent constamment. C’est aussi une caractéristique de la campagne, les activités périodiques peuvent changer la forme des lieux, alors qu’en ville ces transformations sont plutôt absorbées par le tissu : le marché occupe une rue ou une place, le cirque s’installe sur une périphérie ; à la campagne des parties de la ville étaient dédiées à ces temps : champ de foire, place du marché, halle aux blés… et ces lieux représentaient une proportion de l’espace plus importante que pour une ville.

2 / Could the Countryside be the place of the balance between natural cycles and «human time» ?

In the countryside, the seasonal variations are more perceptible than in the cities, due to a greater proportion of open spaces, where the seasons have obvious influences. These seasonal variations are also marked by variations in the uses of space, with a spread of the activities and uses outdoor during the Summer and their retractation when Winter is coming. Avec la neige, il vaut mieux avoir des reserves Our idea is to develop this specificity of rural areas in favor of new lifestyles, adapted to local site conditions and contexts (topography, geology, climate, local resources) and according to the rhythms of natural cycles (day / night, seasons) and human time (week / weekend, holidays). From the Causses to the Plateau de Millevaches, and through the Dordogne, from a village of 800 inhabitants to cities of three and eight thousands of inhabitants, one can not suggest the same answer. We believe it is necessary to think about a common system, adapted to the specificities of the rural environment, as expressed through these three sites. Then it seems more interesting to build us days and weeks depending on desires and needs and according J'aimerais partir plus souvent to the conditions of the moment : adjusting the timetables according to hours of sunshine, adapting the type of activities according to the climate and season... This follows the principles of sustainable agriculture. Beyond the seasons, the daily and weekly commutes also characterised the countryside. There, the working commutes are not the only ones: for shopping, to the movies, in a bar, to meet friends ... The main difference with city commutes is that there is no long walk to do to find the outdoors. que fait un moniteur de ski en ete ? In rural areas, periodic activities can also change the shape of the space, while in town these transformations are rather absorbed by the city fabric. Sometimes withdrawn, sometimes opened, practices and the spatial forms they involve are constantly changing.

Je suis la juste le temps des foins. Jacques Tati, Jour de Fête, 1949


3/ I ntentions

LE TEMPS, C’EST DE L’ARGENT ?

/ IS TIME MONEY ?

P rocessus d ’ elaboration des projets de modes de vie En réalité la campagne possède déjà les clés de son attractivité : proximité, entre-aide, co-spatialité. Ces pratiques rurales, réponses spontanées à une faible densité, adaptées aux attentes contemporaines, permettent de créer les conditions de son renouveau.

0.BESOINS E T PROJE TS DE VIES, ENVIES DE CHANGEMENTS...

Un dispositif polyvalent, hébergé dans une Maison du Projet sur chaque site, identifiera des porteurs de projets, les besoins du territoire et les demandes possibles tout en les mettant en relation avec les relais administratifs et économiques locaux.

/

1 . C YC L E S .

needs and wishess

Ce point de départ dicte des orientations programmatiques et des activités à développer, en fonction des ressources propres à chaque site.

Surtout, puisque les modèles économiques classiques semblent inopérants, il présentera et assurera la faisabilité de systèmes alternatifs adaptés aux territoires à faible densité. Il combinera un Bureau des Temps, pour comprendre et harmoniser la diversité des modes de vie et une Banque du Temps, pour consolider les services entre particuliers.

On passe d’un modèle temporel abstrait à un modèle temporel ancré dans le contexte territorial (climat, géographie) / from an abstract concept to a contextual system , based on geography and resources °C

2.TEMPS.

/

time

n.millimètres

Redéfinir des répartitions entre temps travaillé et temps non travaillé, pour se donner le temps d’activités diversifiées.

L’ensemble sera accompagné par notre équipe de concepteurs en résidence sur place et des associations organisant la participation habitante autour de workshops, expositions et autres actions ciblées à définir.

+

+

n.heures

USSEL A R G E N TAT TURENNE

SPRING

SUMMER

FA L L

WINTER

NIGHT

D AY

D evelopment process for new lifestyles

WINTER

WINTER

SUMMER

SUMMER

In fact the countryside already has keys to attract people : closeness, mutual assistance, co-spatiality... If adapted to contemporary expectations, these rural uses, which are spontaneous responses to low density, could create unique conditions for its renewal. A multipurpose device, hosted in a Maison du Projet on each site, will identify project leaders and stakeholders, study and find out what are the needs in the territory, while linking them to local administrative and economic organisations. Since the conventional economic system seems to be no longer effective, this new organisation will represent and make sure that new alternative systems adapted to low density areas can spring. It will combine a Bureau des temps where the diversity of ways of life will be studied, and a Banque des temps, created in a way to strengthen mutual assistance between the inhabitants. A team of designers, living on-site, will help locals and new associations organising concertation and defining their needs, around workshops, exhibitions, and other actions that will be specified throughout the whole process.

D AY

WORK AC TIVIT Y

D AY

WEEK

WORK

AC TIVIT Y

WINTER

WINTERSUMMER

WEEK

SUMMER

NIGHT D AY NIGHT

+

WORK AC TIVIT Y

3. BUSINESS PLAN

D AY WORK

4

et système

Cette identité des territoires ruraux en constitue le principal atout. D’ailleurs, bien que le nombre d’agriculteurs continue de décroître en France, la campagne a tendance à se repeupler. Depuis 1975, on enregistre une progression du nombre d’habitants dans les petites villes ; seule la population de certaines petites communes en « rural isolé » diminue encore (Madec, 2014). Ce repeuplement est dû à l’évolution de nos modes de vie. Aujourd’hui, ces derniers sont étroitement liés à la mobilité géographique : on habite ici, on travaille là-bas, on revient voir la famille le week-end, on part ailleurs pendant les vacances... Cette évolution est commune à la ville et à la campagne, mais les pratiques urbaines en sont l’origine. On se rend compte qu’on peut être connecté en ville, il n’y a pas de raison valable de ne pas l’être en milieu rural. La mobilité est d’ailleurs une caractéristique de la campagne et y compose une appartenance multi-territoriale  : on a différents degrés d’attache avec chaque territoire auquel on s’identifie  : vacances dans l’un, travail dans l’autre, résidence. Le territoire se transforme également au gré des activités économiques liées aux saisons.

U ne maison du projet : Sur chaque site nous proposons un dispositif convoquant les compétences de différents professionnels (architectes, paysagistes, urbanistes, relais associatifs) pour comprendre dans toute sa complexité chaque territoire et permettre à l’ensemble de ses acteurs (habitants, retraités, jeunes, porteurs de projets privés, travailleurs, néoruraux ou néoruraux potentiels, élus, etc.) d’interagir dans l’intérêt de chacun et au bénéfice premier de la communauté formée par chaque bassin de vie. La Maison du Projet est le lieu où chacun peut venir rencontrer ceux qui animent ce dispositif. C’est là qu’ils travaillent. Il rassemble trois « organismes » et selon le cas des programmes complémentaires (AMAP, espace de coworking, atelier de formation petite mécanique, construction, menuiserie, bricolage, etc.)

La différence entre ville et campagne est de moins en moins une différence qualitative : on y aspire aux mêmes choses, se déplacer, travailler, se loger, se détendre, qu’une différence quantitative : il y a moins de bus, moins d’équipements et de services, moins de lieux d’hébergement et d’espaces de travail.

U n bureau des temps : Il en existe déjà dans différentes communes, c’est un observatoire des pratiques habitantes permettant de proposer les adaptations de fonctionnement, aménagements urbains et constructions les plus pertinentes selon chaque contexte particulier. Il fonctionne directement avec la Fabrique des Territoires.

En revanche, la campagne présente des ressources favorables à une économie alternative (cultures vivrières, échange de services contre du temps, auto-construction, en terme d’espaces et de savoir-faire). Enfin, le milieu rural dispose de ressources en espaces publics, milieux naturels, espaces agricoles, qui sont un potentiel de taille en termes de cadre de vie, tant pour y écouler son temps libre que pour exercer son métier, des secteurs secondaires ou tertiaires, puisque les technologies actuelles y permettent le télétravail et le co-working.

L a F abrique des territoires : Ce sont les concepteurs, l’équipe qui répond au présent concours et les co-traitants éventuels, les associations ainsi que les relais politiques, administratifs et techniques.

U ne banque du temps : Complément associatif, c’est une plateforme d’échanges de services entre particuliers. Chacun propose ses services sans être payé. Mais qui dépense 1h de son temps a le droit de demander à un membre du réseau qui le propose 1h selon ses compétences propres.

AC TIVIT Y

(SYSTÈMES O R G A N I S AT E U R S , AUTOFINANCEMENTS)

redefining time bet ween work and leisure , depending on natural cycles

4. RESSOURCES.

/

+

resources

Démultiplier les activités possibles (loisirs, travail, activité extraprofessionnelle...), en s’appuyant sur l’offre déjà en place, et propre à chaque site (tourisme, collège, pêche...) / developing activities depending on the caracteristics of the site ( tourism , human resources ...)

+

5. DES MODES DE VIE

/

new lifestyles

=

3/ Intentions and organisation The identity of the rural areas is their main asset. Moreover, even if the number of farmers doesn’t stop declining in France, the countryside tends to attract more and more new inhabitants. Since 1975, there is an increase in the number of inhabitants in small towns. This repopulation is due to our changing lifestyles. Nowadays, there is no good excuse not to have the same lifestyles and habits in rural areas than in the cities. The difference between city and countryside is becoming less a qualitative difference (one can aspires to do the same things than in the cities, as travelling, working, living, relaxing) than a quantitative difference: there are much fewer buses, less amenities and services, and fewer accommodations and work spaces. However, the countryside has greater resources to develop an alternative economy (food crops, skills exchanges, self-construction, wider open spaces). Rural areas have also great resources in terms of open spaces and natural and cultivated areas, which have an important influence on the living environment, for leisure or the settlement of new businesses, as technologies enable telework and coworking. Jacques Tati, Jour de Fête, 1949


4/ U n

Sur chacun des trois sites est implanté une Maison du Projet, centralisant le dispositif territorial que nous venons de présenter pour mener les premiers workshop et in fine les projets. En outre, chaque site a été pensé selon trois temporalités : l’alternance des jours et des nuits, celle de la semaine et du week-end et enfin celle des saisons. Nous n’avons cependant représenté qu’un seul couple à chaque fois par soucis de lisibilité.

MON RYTHME, LES SAISONS

/ MY RHYTHM, THE SEASONS

P rojet Les dispositifs mis en place permettent la définition de projets spatiaux qui, eux, pourront accueillir les nouveaux modes de vie. Il s’agit de renforcer les potentiels de rencontre entre les différents profils et structures (lieux d’hébergement, de travail, espaces publics généreux et mutables) en fonction des ressources matérielles, foncières et humaines déjà en place. En un mot, permettre à chacun de travailler et de vivre selon un rythme personnalisé et évolutif selon les cycles naturels. Les pratiques rurales existantes permettent d’envisager des programmes spécifiques : ressourcerie, atelier de transformation, co-working, habitat mixte, chacun valorisant la proximité et l’entre-aide, assurant sa pérennité par le partage de l’espace.

P roject This system will help to design spatial projects, which could themselves host new ways of life. The aim is to strengthen the chance of gathering the different profiles and organisations (through amenities, accommodations, working spaces, flexible and public open spaces) depending on local resources, real estate, and inhabitants profiles and initiatives. In a nutshell, the purpose is to enable every person to work and live through a more flexible and adapted to natural cycles lifestyle.

U ssel Ce qui devient un nouveau quartier, densifiant les pourtours du centre-ville ussellois, s’organise autour de l’ancien champ de foire dont il restitue le caractère premier ménageant un nouveau parc urbain (un des atouts propres à Ussel). Implanté dans la pente, il structure ce quartier en partie délaissé depuis que le lieu a perdu sa fonction première (ouverture du marché au quadrant, fermeture de l’usine) en exploitant les strates très marquées qui composent sa topographie. Reliant ainsi le haut et le bas du site, il offre un ensemble programmatique varié. L’offre de logements est plurielle. Un petit col-

lectif, sous forme de plot, surplombe le site et offre une nouvelle opération intergénérationnelle en complément de celle prévue sur l’ancienne gendarmerie. La réhabilitation d’une des halles en logements dans sa partie haute redonne un caractère résidentiel à la rue Pasteur tandis que la partie basse devenue brocante permanente s’ouvre au caractère public du parc.. De nouveaux logements intermédiaires dans son prolongement permettent par un réseau de venelles de descendre jusqu’à l’avenue Gambetta. L’ancienne usine est reconvertie accueillant un foyer de jeunes travailleurs et des locaux administratifs. Nous pensons notamment à une extension des services municipaux possiblement liés à une recyclerie et ateliers publics, où l’on peut à la fois s’approvisionner en divers matériaux de construction, récupérés et triés, et apprendre à les mettre en œuvre ou plus simplement à réparer son vélo ou restaurer un meuble. Ce programme est un pendant à ceux prévus par les opérations en cours sur le quartier de la gare. Enfin, la halle centrale, dont la structure est conservée, devient le coeur ludique du projet. On y voit encore aujourd’hui des personnes s’y réunir pour y jouer les après-midi ensoleillés. Un système de pans vitrés ouvrant permet de l’utiliser été comme hiver. Elle accueille divers jeux, scène, équipements ludo-sportifs, un cinéma de plein-air et un café.

4/ Sites and projects Ussel The new district is organised around the former fairground. Set up on the slope, it shows up the marked stratums of the topography. Linking the top and the bottom of the site, the project offers diverse programmes. Different types of dwellings are built : a small collective building aims to gather people from different ages; one of the former industrial buiding hosts dwellings on its top, when the ground level is now a second hand shop, that can spread its activities in the newly designed park. Six other small houses are set up on the slope and have their entrances in the park, or in the lower street. Part of the former factory Limoujoux is now a young workers’ hostel. It is closed to a recycling centre and public workshops, where diverse construction materials are gathered before being transformed. The main hall of the fairground is now the core of the project. It is now a game and sports hall.

Existing rural uses make us possible to consider specific programs : repair shop, canning factory, co-working space, intergenerational housing and accommodation..., each program increasing the value of closeness and mutual assistance, and ensuring its sustainability by sharing spaces.

Ussel, retrouver le "champ" de foire en créant un quartier ouvert à la ville et inscrit dans la pente Jacques Tati, Les Vacances de monsieur Hulot, 1953

5

territoire en projet


A rgentat Nous avons choisi de redonner une forme claire à l’ilôt en le bordant au Nord d’un ensemble de maisons en bandes. Cela permet de redonner une lisibilité urbaine tout en hiérarchisant les espaces pour faire du centre de cet ilôt aujourd’hui partagé entre une friche et un parking le coeur habité de la Françonnie. La partie au toit effondré sera réhabilitée en maison du projet et espace de coworking. Ils partageront une cuisine avec le centre d’hébergement qui lui s’installe dans le corps principal de la demeure. Le tourisme, une des ressources principales d’Argentat, ne peut se développer toute l’année. Alors que des porteurs de projet privés existent, les moyens d’héberger des groupes facilement manquent : scolaires pendant l’année ou groupes de jeunes retraités prêts à pratiquer des activités sportives modérées en dehors de la saison haute.

MON RYTHME, LES SAISONS

/ MY RHYTHM, THE SEASONS

P rojet T urenne D’Ussel à Turenne nous saisissons deux visages très différents du monde rural. Ici la densité est très faible et l’activité économique très ciblée. Comment intervenir sur ce territoire ? Séduit par son ouverture au grand paysage et aux prés, cette situation a été la première piste à suivre. Les maisons regroupées autour de la voie ferrée s’étirent de la distillerie aux bois bordant l’étang. Nous proposons ainsi de souligner la disposition linéaire du lieu en fortifiant les lisières et limites parcellaires (haies, clôtures, vergers et fonds de jardins). Tandis que la Maison du Projet s’installe dans l’ancienne gare qu’elle partage avec un relais AMAP, un espace de coworking lui fait face dans la halle. Une extension permet que les travailleurs bénéficient avec la population d’un petit équipement sportif en complément de l’étang devenu une base de loisirs. Des salles de séminaires permettent la tenue de réunions plus importantes, voire de réunions ponctuelles pour des groupes extérieurs. Le potentiel de développement économique est conforté par l’implantation de bureaux, à l’échelle de la commune, mais aussi de la proximité de Brive. Les sols pollués autour des installations ferroviaires sont revitalisés avant d’être reconvertis en jardins partagés et potagers. A côté de la Maison du Projet est construite une première cabane à ossature bois, d’une cinquantaine de m2, modèle des logements proposés aux travailleurs temporaires et des saisonniers. Cellesci sont destinées aux propriétaires de résidences principales ou secondaires. En échange d’un loyer très bas, ces logements destinés à des acteurs économiques atypiques, s’accompagnent de menus services en retour comme, par exemple, le gardiennage des maisons ou l’entretien des jardins. Enfin des maisons individuelles sont envisageables, implantées de préférence vers le carrefour et le passage à niveaux, densifiant le noyau existant.

The density of Turenne is low and the economic activity is very targeted. The landscape is the main asset of the site, and we propose to outline the edges and limits of the plots in a way to preserve the linear characteristic of the site. The Maison du Projet is hosted in the station, with other small premises for services. In the former hall, a coworking space and a little sport amenity are opened for workers and inhabitants. They are connected to a network of pedestrian paths, that leads to the lake. New working premises are also built in a way to attract new businesses. Close to the Maison du projet, a wooded shed is built as a model to show to actual landowners what could be the benefits to build and temporary host someone, in exchange of some services and a low rent.

6 Dans les bâtiments dont une partie a été rachetée par un restaurateur, et si possible en partenariat avec ce dernier, une extension offrira à la fois une salle de restauration qui se déploie en une verrièrecantine où chacun peut venir s’installer et même se réchauffer auprès d’un cantou revisité en hiver. A l’étage, quelques chambres individuelles renforcent l’offre hôtelière, parallèlement aux chambrées destinées aux grands groupes. Enfin, pour inciter les gens à venir dans le centre d’Argentat et même à s’y installer, s’ajoutent aux supports d’activités économiques (télétravail, tourisme, restauration) une réhabilitation profonde de l’ancien supermarché. La structure metallique est réemployée pour accueillir des serres, un atelier de transformation des légumes produits localements par les professionnels comme les particuliers, ainsi qu’une conserverie. L’ensemble de ces produits y sont en vente directe.

We chose to enclose the district of the Françonnie, by building individual houses, in a way to recreate a block, whose core would be the main public open space. The heritage building of La Françonnie wiil be renovated and will host La Maison du Projet and a coworking space. A hostel, for seasonal workers, classes, or tourists with small budgets shares a kitchen with the workers of the coworking. A new building is built as a multipurpose space, where to share a meal. During Winter, the glasses and a «cantou», a traditional fireplace, are heating the room up. During the Summer, the small building can be widely opened on the park and host celebrations. Argentat, un cœur d’îlot reconstitué, ouvert à tous et vivant toute l’année : un espace public Finally, the former supermarket is widely restored. The metallic structure is reused in a way to host large greenhouses, where inhabitants can grow vegetables and fruits, a transformation workshop, where food is cooked and canned. The products are sold in a grocery shop and a farm «Drive in» .

Turenne, étape intermédiaire de travail, co-spatialité, entraide, proximité et périodicité des usages


7 FILIÈRE BOIS

ANCIEN SUPERMARCHÉ LABO ESPACE DE TRAVAIL ARTISANAL MATERIEL MUTUALISÉ

AVEC LE TEMPS / BY THE TIME...

PARCELLES AGRICOLES ENCLAVÉES

système organisateur et catalyseur du processus

development and catalyst of the process

The implementation of this new territorial organisation shall promote the development of a local economy, through both individual initiatives and Small and Medium size Businesses, and should incite new households to move in. The system is adaptable to various demographic and geographic contexts, and works in concertation with the local economical and political organisations, while relying on associations and inhabitants knowledge and skills exchanges.

COMPETENCES

~

RESSOURCERIE

+

-

~

-

BUREAU DES TEMPS

T

PRESTATIONS TERTIAIRES, COMPETENCES COMPLÉMENTAIRES POUR LE MILIEU RURAL

+

+

MA

CONCEPTION PLAN GESTION PHASAGE WORKSHOPS MEDIATION ACTIONS DE PARTICIPATION CONSEIL

-

INTERNET

ISO

ND

U MAIRIE CONSEIL MUNICIPAL

P

JE RO

JARDINER POTAGER

-

HABITANTS PERMANENTS FRICHE INDUSTRIELLE

~

+

AUTOCONSTRUCTION

+

POTAGERS COMMUNS MATERIEL EN COMMUN

TRAVAIL/INITIATION ARTISANAT

LABO CONSTRUCTION

L’installation de ce nouveau fonctionnement territorial doit favoriser le développement d’une économie locale à l’échelle des particuliers comme des PME, ainsi que l’installation de nouveaux ménages. Système adaptable à des contextes démographiques et géographiques variés il fonctionne en synergie avec les circuits économiques et politiques déjà en place, tout en s’appuyant sur l’utilisation et l’échange des savoirs-faire de chacun.

CONSERVERIE

+

FABRIQUE DES TERRITOIRES ASSOCIATIONS

~ +

CONCEPTEURS ARCHITECTES PAYSAGISTES MEDIATEURS

SYSTEME D’ECHANGE LOCAL

TECHNICIENS ET ADMINISTRATIONS LOCALES PLATEFORME DE VISIBILITÉ / WEB

~

+

BASE NAUTIQUE BASE DE LOISIRS CENTRE EQUESTRE

-

-

FRICHE FERROVIAIRE

+

ARTISTES INTERMITANTS DU SPECTACLE

LOGEMENTS VACANCIERS RESIDENCES TEMPORAIRES

LOGEMENTS MEUBLÉS

ACTIVITÉS LOISIRS SPORT PROMENADE

TRANSPORTS

MONITEURS SPORTS / LOISIRS SAISONNIERS

FRICHE PATRIMONIALE

~

~

BANQUE DU TEMPS

VACANCIERS NOUVEAUX ARRIVANTS

ESPACE DE COWORKING

GENS EN FREELANCE TEMPORAIRE / PERMANENTS

RIVIÈRE DORDOGNE LAC GRAVIERE FORETS PUBLIQUES CHEMINS AGRICOLES SYSTÈME PARCS LINEAIRES

HEBERGEMENTS SAISONNIERS PROJECTION SPECTACLE CULTURE

~ ATELIERS D’ARTISTES ESPACES DE PROJECTION, REPRÉSENTATION

CO-SPATIALITÉ PROXIMITE ENTRAIDE Jacques Tati, Mon Oncle, 1958

/ CO-SPATIALITY / CLOSENESS / MUTUAL ASSISTANCE

ORGANISMES

ACTEURS

/ ORGANISATIONS

/ STAKEHOLDERS

ACTIONS

LIEUX À CREER

Batis, espaces extérieurs + typologies logements / DESIGNED PLACES

S’APPUYER SUR LES RESSOURCES LOCALES / LOCAL RESOURCES

S’ADAPTER AUX BESOINS CONTEMPORAINS / ADAPTATION TO THE NEEDS

ECHANGER

/ WORKING WITH

~

+

UTILISER

DONNER

/ USING

/ GIVING

RECEVOIR

/ OBTAINING

CATALYSEUR / CATALYST

OBSERVATOIRE / OBSERVATORY

Profile for Garro Mathilde

Minute papillon_livret_Europan 2015, la ville adaptable 2 (Corrèze, FR)  

Equipe : Théo Balanger (P.), Emmanuel Breton (A.), Chloé Mariey (A.), Caroline Druon (P.), Mathilde Garro (P.), David Vandamme (P.) A.: Arc...

Minute papillon_livret_Europan 2015, la ville adaptable 2 (Corrèze, FR)  

Equipe : Théo Balanger (P.), Emmanuel Breton (A.), Chloé Mariey (A.), Caroline Druon (P.), Mathilde Garro (P.), David Vandamme (P.) A.: Arc...

Advertisement