Page 1

vie en général, c’est de tenter de penser ’exister à partir de là où je me trouve. ntre quatre murs. Je tentais de penser uver ainsi immobilisé, mais la façon immobilité était extrêmement C

BERNARD STIEGLER

UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

nt pas ici un sens moral, mais un sens uasi physique de la pensée : j’avais une ureuse, très peu disciplinée. ce. un non lieu que je me suis mis à ... LE FILM MUET DE LA PAROLE _

INDEX DATAMATRIX


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

11

19


Bernard Stiegler a mis la question de la technique et du processus industriel au coeur de la philosophie. Il l’a fait en revisitant la mythologie grecque, notamment les figures de Promethée et d’Epiméthée. Il présente depuis ces perspectives une analyse de la figure de Perséphone, déesse du souterrain que célébraient les mystères d’Eleusis. Cette conférence, prononcée dans le métro, interroge les conditions dans lesquelles l’urbanité métropolitaine pourrait devenir l’espace et le temps de nouveaux mystères d’Éleusis. Le film Métropolis de Fritz Lang, figure en arrière plan de cette intervention.

Tief unter


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

01


ÑÑÑÑÑÑ 4 / 5

02

03


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

04


ÑÑÑÑÑÑ 6 / 7

05


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

06

07


ÑÑÑÑÑÑ 8 / 9

08

09


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

10


ÑÑÑÑÑÑ 10 / 11

12

13


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

15

14


ÑÑÑÑÑÑ 12 / 13

16

17


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

20


ÑÑÑÑÑÑ 14 / 15

21

22


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

23

24


ÑÑÑÑÑÑ 16 / 17


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

25

26


ÑÑÑÑÑÑ 18 / 19

27

28


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

29


ÑÑÑÑÑÑ 20 / 21

30

31


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER


ÑÑÑÑÑÑ 22 / 23

32


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

33


ÑÑÑÑÑÑ 24 / 25

34


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

35

36


ÑÑÑÑÑÑ 26 / 27

37

38


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

39

40


ÑÑÑÑÑÑ 28 / 29

41

42


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

43


ÑÑÑÑÑÑ 30 / 31

44


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

45


ÑÑÑÑÑÑ 32 / 33

46


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

47

48


ÑÑÑÑÑÑ 34 / 35

49


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

50


ÑÑÑÑÑÑ 36 / 37

51

52


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

53

54


ÑÑÑÑÑÑ 38 / 39

56


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

57

59

58

60


ÑÑÑÑÑÑ 40 / 41

61


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

62

63


ÑÑÑÑÑÑ 42 / 43

64


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

65

66


ÑÑÑÑÑÑ 44 / 45


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

67

68


ÑÑÑÑÑÑ 46 / 47

69

70


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

71


ÑÑÑÑÑÑ 48 / 49

72


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

73

74


ÑÑÑÑÑÑ 50 / 51

75

76


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

77

78


ÑÑÑÑÑÑ 52 / 53

79


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

80


ÑÑÑÑÑÑ 54 / 55

81

82


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

83


ÑÑÑÑÑÑ 56 / 57

84

85


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

86


ÑÑÑÑÑÑ 58 / 59

87


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

88


ÑÑÑÑÑÑ 60/ 61

89

90


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

91


ÑÑÑÑÑÑ 62 / 63

92

93


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER

94


ÑÑÑÑÑÑ 64 / 65

95


C

BERNARD STIEGLER ÑÑÑÑÑÑ UNE NUIT BLANCHE EN ENFER


01-penser 02-immobilitŽ 03-rŽgression 04-btise 05-sublimation 06-laboratoire 07-phŽnomŽnologique 08-jour 09-nuit 10-rŽseau mŽtropolitain 11-nuit blanche 12-calendaritŽ 13-mobilitŽ 14-mŽtropolitain 15-train souterrain 16-mines 17-bassin minier 18-transports 19-Sultra & BarthŽlŽmy 20-photographies 21-transports 22-urbanitŽ 23-rves artiÞciels 24-publicitŽ mŽtropolitaine 25-train terrestre 26-mŽtropolisation 27-paysage 28-rves 29-imagination artiÞcielle 30-marketing 31-publicitŽ 32-milieu suburbain 33-lumire 34-caverne 35-technique 36-MŽtropolis 37-visages 38-inhumanitŽ 39-fatigue 40-Parisiens 41-silence 42-dŽvisager 43-gravitŽ 44-Hollywood

45-travail 46-moi 47-Žtat mental 48-ßottement 49-silicose 50-pensŽe 51-mort vivant 52-grisou 53-grande industrie 54-descente aux Enfers 55-bassins miniers 56-sociŽtŽ industrielle 57-Dieu 58-Hads 59-‰mes 60-morts 61-PersŽphone 62-Nous 63-MŽtropolitains 64-pharmacologie 65-images mentales 66-images objets 67-DŽboulonneurs 68-citoyennetŽ 69-espace privŽ 70-philosophie du droit 71-espace public 72-captation de lÕattention 73-lŽgalitŽ 74-lŽgitimitŽ 75-psychopouvoir 76-pulsion 77-enfants 78-troubles de lÕattention 79-citoyen 80-schmes sensori-moteurs 81-politeai 82-marketing 83-loi 84-mŽtropolitique 85-reconnaissance 86-isonomie 87-aid™s

88-ŽlectricitŽ 89-pudeur 90-rŽserve 91-KlŽos 92-soldat inconnu 93-Antigone 94-mortel 95-dik


Ce qui m’intéresse dans la v et à travers cette pensée d’e J’ai commencé de penser en un peu avant de me retrou dont je pensais avant cette TOUT DROITS RƒSERVƒS BERNARD STIEGLER / SULTRA & BARTHELEMY

2009

SULTRA & BARTHƒLƒMY G

lâche, ce mot, lâche, n’ayan plutôt à la fois mental et qu pensée molle, pas très rigou Une pensée sans expérienc C’est depuis la radicalité d’u

Profile for maria barthélémy

nuitblanchedata  

t pas ici un sens moral, mais un sens asi physique de la pensée : j’avais une reuse, très peu disciplinée. e. n non lieu que je me suis m...

nuitblanchedata  

t pas ici un sens moral, mais un sens asi physique de la pensée : j’avais une reuse, très peu disciplinée. e. n non lieu que je me suis m...

Profile for masweepy