Page 1

Eternel est l’amour d’une fée Pour un mortel Mes mots Tels de Petits papillons S’envolent Transportant sur leurs ailes De la poussière d’étoile, Chaque papillon déposant sur tes paupières closes Cette poussière de rêve

Vagues d’émotion te submergeant Je suis à tes côtés Au delà des mers, au delà des terres… Au plus profond de tes rêves De la poussière de lune s’est mêlée A mes mots. Témoin de mon amour, La lune Est ma complice. Plus puissante est la magie, Plus doux sera le rêve Vagues d’émotion te submergeant Je suis à tes côtés Au delà des mers, au delà des terres…


Au plus profond de tes rêves Baignant dans sa lumière Ma solitude semble lointaine, Clair de lune , Scintillement d’ailes , J’apparais dans tes rêves

Vagues d’émotion te submergeant Je suis à tes côtés Au delà des mers, au delà des terres… Au plus profond de tes rêves

Tu dors paisiblement, Un sourire sur tes lèvres Je ne veux pas troubler ton rêve Je te regarde simplement

Vaques d’émotion me submergeant Tu es à mes côtés Au delà des mers, au delà des terres… Partageant mon rêve

Dans un bruissement d’ailes,


La fée s’est envolée Laissant l’homme endormi Rêver paisiblement à cet impossible amour


Et pourquoi pas ? Petite fée virevoltant Au gré du vent De fleurs en fleurs Découvrant les plaisirs du vent faisant danser ses cheveux Du soleil caressant sa peau Des fleurs exhalant un doux parfum Un sourire aux lèvres, Heureuse et libre Elle croit avoir trouvé le secret du bonheur Tes larmes, petite fée Telles Des gouttes de pluie Se brisent sur le sol Comme des perles de douleur. Naissant de tes yeux pour terminer leur vie sur tes lèvres tremblantes elles seules, peuvent dire toute la douleur de cet amour Que tu ne peux vivre Deux mondes que tout oppose Différents et pourtant si proches Deux mondes Se désirant mutuellement Et S’étant finalement toujours recherchés Voués à un impossible amour


Voilà ce que tes larmes rejettent Ce monde insensé Où ton Amour n’a pas lieu d’être Et Où ton Cœur te crie le contraire . Il n’y a finalement qu’un monde où un troll et une fée peuvent s’aimer Et Ce monde, tu l'inventeras...


Perles de rosée Petit ange, où es-tu ? Cette question raisonna dans l’air sans réponse L’heure du rendez-vous avait sonné Mais pas de petit ange… La petite fée s’assit patiemment Et attendit. S’associant à sa peine, La lune pâle et le scintillement clair des étoiles Semblèrent s’adoucir, La brise semblable à un long soupir Vint caresser doucement son visage, Lasse, elle ne voulut néanmoins pas partir L’espérant toujours. Elle trouva refuge dans le creux d’un vieux chêne Et Des larmes qu’elle ne pouvait plus retenir perlèrent à ses cils. Rompue de fatigue et de tristesse, elle s’endormit dans ses pleurs,


Compatissant à peine, Silencieuse, la forêt semblait s’être recueillie La lune se voila dans sa robe grise pour ne point éveiller la fée endormie, Les étoiles se parèrent de leur manteau de brume Et le vent à son tour retint son souffle. Tous attendirent la venue du jeune homme. La nuit passa Et le soleil vint à la rencontre de la lune, Voyant son air triste, il voulut savoir Elle éclaira d’un faible rayon le visage de la jeune fille assoupie Et des perles cristallines brillèrent à ses yeux. Une fine rosée se posa alors sur la plaine, Fruit de la rencontre du soleil et de la lune Emus par le chagrin touchant de la petite fée,

Et C’est ainsi que naquirent les perles de rosée…


Envole-moi Aide-moi à prendre mon envol, mon ange J’avais perdu mes ailes, je ne savais plus voler Réapprends-moi à voler, mon ange Aussi fragile que mes ailes, j’ai peur de m’élancer… Prends-moi dans tes bras, mon ange Je n’aurai plus peur dans tes bras,

Prends ma main, petite fée Viens, approche-toi, n’aie crainte, Réfugie-toi dans mes bras, ma fée Ton cœur près du mien, nos corps enlacés N'aie pas peur, aie confiance...

Ma main dans la tienne, nos doigts entremêlés Je n’ai pas peur. Mes lèvres murmureront aux portes de ton cœur


Dans un tendre baiser Cette prière secrète connue de tous les amants. Et me perdant dans ton souffle, Je m’abandonnerai à toi Et Mon cœur battant au rythme du tien te dira à sa façon qu’il t’aime Enlacés tendrement, baignés par la lune délicate, ils s’envoleront. Et raisonnant comme un écho dans l'air, On pourra encore entendre leur promesse d'amour échangée

Je t’aime, mon ange


Rendez-vous La lune scintillante dans un ciel étoilé Voit passer une fée pressée Rendez-vous de minuit, rendez-vous de sa vie Hâte-toi, petite fée Le bonheur n’attend pas Il est là qui t’attend, Celui que ton cœur aime, Ses pensées t’accompagnent. Petite fée, presse-toi, Il n’attend plus que toi, Hâte-toi, hâte-toi Petite fée Le bonheur n’attend pas Poussières d’étoile, poussières de fée, Attends-la, elle approche. Petite fée, impatiente, rêve déjà la rencontre Des baisers échangés, D’une promesse éternelle sous ce ciel étoilé. Hâte-toi, hâte toi Cesse de rêver ! Le bonheur est là tout près. Petite fée, Le bonheur n’attend pas Perlent à ses yeux des larmes de tristesse


Le soupirant s’est envolé… La lune émue éclaire l’amant endormi Regarde, petite fée Le bonheur est là, tout près Elle s’approche en silence, Le regardant avec amour Et A ses côtés, prend place Prends ton temps Petite Fée Le bonheur est là, au creux de ses bras Assoupie, les yeux pleins de rêve Petite fée est heureuse. La lune et les étoiles, témoins de cet amour, Gardent de cette nuit un souvenir impérissable Nuit magique, nuit de conte, Cette nuit où un troll et une fée se sont enfin rencontrés


Rendez-vous manqué Reviens… Son appel résonne dans les airs Comme un cri d’amour désespéré Mais, il s'en est allé, Petite fée. Elle le cherche en vain, Car elle ne le trouvera nulle part, Il déjà est parti, L’attente était trop longue, L’impatience grandissante, Le désir trop intense. Elle ne sait où le chercher, Et veut pourtant le rattraper, Elle sent encore sa présence, Ce lieu en est embaumé. Dans l’herbe humide, elle aperçoit ses empreintes, Et décide de les suivre. Les traces semblent fraîches, Il vient juste de passer par là, Et puis par ici, et encore par là, Tel le Petit Poucet, Elle suit les pas de son amant, La nature la guidant Vers celui que son cœur attend.


Mais tout à coup... Plus de trace, Elle s’arrête indécise. Où s'en est il allé? La forêt est tellement vaste. Petit troll où es tu? Je te cherche. Où es-tu allé te cacher? Dans un arbre ? Dans une grotte ? Ou près de la rivière? Petite fée est si triste, Elle a perdu celui qu’elle aime. Elle se pose sur une fleur, Qui l'accueille en son cœur Ses pétales se rassemblent Comme pour adoucir ses pleurs. Des larmes coulent sur ses joues, Petite fée n’arrive pas les retenir. Désespérée, elle ne peut que pleurer. Soudain, elle secoue sa petite frimousse Et Sourit à travers ses larmes Elle sait qu’il reviendra, Il l’aime. Cette rencontre manquée en promet D’autres, plus belles et plus riantes… Elle sèche ses pleurs,


Chasse la tristesse de son cœur, Et, En souriant se relève. Son ami reviendra. Elle s'envole le cœur léger Pensant déjà aux retrouvailles, Paroles échangées et sourires partagés. Un sourire sur les lèvres, Petite fée est heureuse Rendez-vous manqué, rendez-vous oublié Source de tristesse et de bien des malheurs, Mortels n'y voyaient pas que de la douleur Mais des lendemains meilleurs.


Fleurs de douleur, fleurs de bonheur... Sur sa joue ruissellent des larmes, Désespérée, Elle ne sent que l'abandon. Comme seule au monde, Elle pleure son bonheur perdu, Impossible amour Pourtant si présent à son âme. Petite fée, La quête du bonheur n'est pas vaine Le bonheur même lointain Est Pourtant proche Pour qui sait entendre son approche Tourment de l'âme, tourment du coeur, Petite fée n'est que pleurs Il ne faut pas, petite fée, Se laisser aller Du courage, de l'espoir... Un Amour infini Remplira ta vie, Je te le prédis. Sache donner et sourire à la vie Et tu verras, l'Amour viendra. Sèche tes pleurs petite soeur,


L'Amour telle une fleur S'épanouira dans ton coeur, Laisse partir ta Douleur, Compagne de ces tristes heures. La Souffrance n'apporte pas le bonheur, Juste de la Rancoeur, sa soeur de douleur Oublie tes errances, Ta tristesse, tes faiblesses. Aie confiance Et De tes faiblesses viendra ta force De ta tristesse la plus grande des liesses Apprends-le, petite fée, Et ne l'oublie jamais De ton malheur naîtront les fleurs de ton bonheur.

L'Arbre aux fées


Petite fée est bien curieuse… De là haut, elle aperçoit Des amoureux enlacés. Cachée parmi les feuilles, Elle observe ces deux êtres Pas un mot n’est prononcé Rien qu’un échange de baisers Petite fée est bien curieuse. La tête sur son épaule, L’amoureuse s’est endormie. Son compagnon la regarde et tendrement lui sourit Avant lui aussi de la rejoindre sous les cieux Bonheur indicible, moment magique Où deux cœurs à l’unisson Battent d’un même son Petite fée s’est rapprochée Qu’ils sont beaux tous deux Baignant dans cette lumière aux tons rosés Poussière d’étoile, poussière de fée Que ce bonheur soit éternel Pour ces mortels Tant que l’amour les unira ! Petite fée doit se cacher, Aux yeux des hommes, La nuit tombante la révèle.


Petite fée s’est envolée Mais l’amoureux l’a vu passer, Une fée ? Il croit avoir rêver… Mais, N’est-il pas sous l’arbre aux fées ?

Pour la Fée Clochette


L’Ange et la Fée Perdu dans ses pensées, un ange marchait. Ame pur au grand cœur, Il ne pensait pas à lui. Ce temps si doux pourtant et propice à l’amour Lui était étranger, Tant son cœur était inquiet pour ses chers protégés Notre ange préoccupé N’avait pas le temps d’y penser Le printemps réveillant en elle De grands rêves d’amour et de serments éternels, Songeuse, elle se promenait. Rêve de fée, rêve d’humaine, L’âme sœur, elle aussi, souhaitait la trouver. Au hasard d’une allée, La rencontre soudain, L’ange et la fée. Leurs regards se rencontrent, Et Le temps semble s’arrêter. Ebloui par tant de beauté, Il la regarde, subjugué. Elle, de son coté, sourit Et


Son rire cristallin, promesse d’un bonheur prochain, S’envole dans les airs . Dans les yeux de la fée , l’ange contemple le paradis La fée dans ceux de l’ange voit l’amour de sa vie Simple rencontre au détour d’une allée, Réunissant à jamais Un beau matin de printemps, Un ange et une fée. Rencontre éternelle Espérée par deux êtres Que l’amour en ces lieux a faits apparaître


Ebauche de poeme  

Petit spoèmes