Page 1

Volume 2 Numéro 3

Septembre 2011

Voir notre magazine virtuel

www.sorelnautique.com

p.3 À la Marina de Saurel: les bateaux antiques, le Méchoui et le souper du Rallye des Îles SUCCÈS INÉGALÉ p.6 Nouvel examen pour l’obtention de la carte de conducteur TRÈS CRITIQUÉ p.10

Le dragage de nos deux bassins le BAPE donne finalement son APPROBATION

p.4


Dans ce numéro Le périodique amical des plaisanciers de la région de Sorel Rédacteur en chef Gaétan Bélanger

Mise en page Martine Desrochers

Photographe Gaétan Bélanger

Publicité Gaétan Bélanger 418 564-2420

Impression Club Imprimerie

Avec la collaboration de Chantale Hudon Louis Dagenais Christian Ménard Gilles Landry

Page Couverture Voilier « Le Cousin » info@sorelnautique.com Volume 2 numéro 3

Sept. 2011

Actualité:  La Régate de la Fête du travail  Résumé du dossier de dragage de nos bassins  Les derniers événements à la Marina de Saurel

...3 ...4 ...6

L’informatique à notre service La radiodiffusion numérique par le Capt’n Louis

...8

Conseils en mécaniques Liste des vérifications périodiques importantes

...10

Sécurité à bord Le nouvel examen pour la carte conducteur très critiqué

...10

Navigation Choisir le guindeau qui convient à votre embarcation

...11

Le mot de l’éditeur Enfin la permission de draguer! Après d’interminables procédures initiées depuis 2004. Dans la logique de rénovation de la marina, c’est la première grande étape : il faut d’abord être capable en tout temps durant notre saison de navigation d’entrer et de sortir de la marina sans s’échouer, sans gratter le fond. Les niveaux les plus bas du fleuve ont encore baissé durant les dernières années et obligent à baisser le fond des marinas. Évidemment, cet été nous avons connu des hausses de niveau temporaires causés par des pluies torrentielles qui ne se reproduiront pas régulièrement. Même si la permission nous a été donnée de creuser, la préparation des appels d’offre et l’élaboration de toute la logistique des travaux et de leur financement ne s’avèrent pas une mince affaire. Il faut trouver l’entrepreneur disponible et capable de répondre à toutes les exigences des différents ministères et, préparer le montage financier complet pour payer sa facture. On sait que la ville paiera un premier $500,000 et que les membres de la marina se sont engagés à payer un 2è $500,000 à raison de $ 50,000 par année. Mais, ce ne sera pas suffisant, on estime les travaux à 1,5 millions, il reste donc à trouver un autre $500,000. Les membres du C.A. ont du pain sur la planche ! Gaétan Bélanger, Bateau: Thalassa F-155 Éditeur du « Sorel Nautique »

RAPPEL de la marina

Cette année, pour faire suite à la résolution votée à la dernière AGA, les membres locataires de la marina qui ont un quai et qui veulent renouveler leur demande de quai pour l’an prochain devront verser dès cet automne, avant le 1er novembre un acompte de $100 pour ceux du PNF et un acompte de $200 pour ceux du PNS . Tous les membres recevront prochainement un avis par courrier. Le but recherché est de savoir, dès cet automne, combien de quais peuvent être offerts à des nouveaux membres : jusqu’à présent l’administration ne pouvait le savoir qu’en avril et manquait des nouveaux intéressés. Je vous rappelle aussi que le total de la location doit être payé le 1er avril 2012 (au lieu du 1er mai ). La date de fermeture du PNF est le 2 octobre 2011 La date de fermeture du PNS est le 16 octobre 2011 Ne manquez pas l’assemblée générale annuelle (AGA) en fin mars 2012. Plusieurs nouveaux points y seront présentés pour votre approbation ainsi que des élections de directeurs. 2

Sorel nautique /

septembre 2011


La course de voile de la Marina de Saurel Le classique de la Fête du travail

1er « Courant d’air » Capitaine:

Michel Gauvin

2e« Escarmouche » Capitaine:

Marco Laurin

Pour les membres de la marina de Saurel, bassin fédéral,

3e« Obsession » Capitaine:

Sylvain Laberge

c’est une tradition que cette régate de voile de la Fête du travail. L’épreuve est aussi ouverte aux membres des autres marinas comme celle de Berthierville. Cette année, samedi le 3 septembre, 17 concurrents s’affrontaient dans ce jeu d’adresse qui fait appel à leurs compétences techniques et à leurs connaissances du plan d’eau. La compétition se déroulait sur le fleuve en face de Sorel-Tracy et chacun des capitaines devait développer sa stratégie en fonction des effets du courant et de la variation des vents. Cette fois-ci, le vent n’était pas vraiment au rendez-vous : de faibles risées du sud-ouest gonflaient timidement les voiles toutes déployées des bateaux emportés surtout par le courant du fleuve. C’est évidemment dans ces moments-là que l’on peut le mieux discerner les équipages les plus habiles à faire performer leur voilier : on voit monter les spinnakers. Coup de chance, au moment où il faut remonter le courant, le vent vire de bord au nord-est et la course prend un peu d’allure. Quel spectacle en fin de course de voir les bateaux venir contourner la bouée rouge SN28 en virant de bord pour descendre dans le chenal de la marina : on affale les spinnakers et on change d’amure pour garder le vent dans les voiles dans un dernier sprint. Une fois accostés dans la marina, les équipages participants ont eu droit à une épluchette de blé d’inde préparée par Jacques Danis et aux hot-dogs du chef Marc-André Huard assisté de Claudette Petitpas et Lucie Lefebvre. Claude Gadbois, un des organisateurs de la course, fit la remise des prix en dévoilant les gagnants.

M. André Traversy (représentant du CPS Richelieu), remet le trophée à l’équipe gagnante.

Le capitaine: Michel et leur co-équipier

Gauvin, sa conjointe Claude Gadbois

Par Gaétan Bélanger

septembre 2011

/ Sorel nautique 3


PERMIS de DRAGAGE pour la Marina de Saurel; les étapes Historique Le projet initial, présenté en 2004, prévoyait un dépôt en eau libre dans le fleuve Saint-Laurent des sédiments dragués. Ainsi, les sédiments auraient été transportés par barges à partir des deux parcs nautiques vers un site de dépôt M-27, localisé à environ 37 km en amont de la marina. Ce site a été utilisé à l’occasion pour les dragages d’entretien de la Voie maritime mais,

cette proposition a finalement été rejetée.

Le projet a donc été révisé et des aménagements, notamment à vocation faunique, ont été envisagés dans le fleuve près du parc nautique de Sorel de façon à valoriser les sédiments dragués tout en prolongeant le parc linéaire Regard-sur-le-Fleuve. Il a d’abord été proposé en 2006 que les sédiments soient confinés dans deux îlots formés d’enrochement. Un de ces îlots aurait été relié au parc linéaire et au parc nautique de Sorel par des passerelles. Puis, selon une variante discutée en février 2007, un seuil constitué de sédiments aurait permis de joindre le parc linéaire et le parc nautique de Sorel par un sentier, tout en créant un étang sur le littoral et un herbier aquatique vers le fleuve Saint-Laurent. Ces deux options n’ont pas été retenues.

Une dernière option liée à la gestion des sédiments en bordure du fleuve a été avancée. Les sédiments auraient été déposés au pied d’un enrochement existant entre les deux parcs nautiques et ayant peu d’intérêt pour la faune aquatique selon Pêches et Océans Canada (DB3). L’aménagement de ce remblai, au-dessus de la ligne naturelle des hautes eaux, aurait permis, advenant l’autorisation des propriétaires riverains, de compléter le parc linéaire. Toutefois, le ministère de l’Environnement a rejeté cette variante puisqu’elle impliquait un remblayage dans une plaine inondable.

* La variante retenue *

Une variante privilégiant le dépôt en milieu terrestre des sédiments dragués a finalement été présentée au ministère de l’Environnement en 2010. À partir des relevés bathymétriques effectués depuis 2004, le promoteur concluait qu’environ 30 000 m3 de sédiments seraient dragués afin d’assurer la profondeur de 1,9 m sous le zéro des cartes marines requise dans les parcs, une couche de 0,5 à 1,9 m de sédiments, selon les endroits, serait retirée. Une évaluation des taux de sédimentation a également été réalisée par le promoteur. Celle-ci a permis de mesurer un faible taux d’accumulation de sédiments dans les deux parcs nautiques entre 1995 et 2002. La stratigraphie des 4

Sorel nautique /

septembre 2011

échantillons prélevés au moment de la caractérisation complémentaire effectuée en 2010 a permis de confirmer cette observation. Par conséquent, Marina de Saurel inc. prévoit une seule opération de dragage. Cependant, le programme est basé sur dix ans afin que d’autres dragages puissent être effectués, si requis. De plus, la bathymétrie devra être mise à jour préalablement aux travaux de dragage. Ainsi, afin de s’assurer d’une certaine marge de manœuvre, le plan de dragage prévoit un

volume maximal à retirer de 45 000 m3 sur dix ans. Selon l’étude d’impact, l’enlèvement des sédiments en milieu aquatique serait effectué à l’aide

d’une benne preneuse montée sur une barge. Les sédiments seraient déposés dans deux chalands à fond étanche attachés à des remorqueurs. Ceux-ci transiteraient par le fleuve Saint-Laurent puis par la rivière Richelieu avant d’atteindre l’ancien quai de Marine Industries Ltée sur les terrains de la Société des parcs industriels de Sorel-Tracy. Les sédiments non contaminés seraient transbordés à l’aide d’une pelle à godet directement dans des camions à benne étanche et transportés vers un lieu de dépôt approprié. Les sédiments contaminés seraient également transbordés dans des camions. Cependant, contrairement aux sédiments non contaminés, ils seraient d’abord transportés vers des bassins d’essorage localisés sur les terrains de la Société des parcs industriels. Les sédiments contaminés essorés seraient ensuite transportés par camions vers un lieu de dépôt autorisé. Par ailleurs, les travaux seraient effectués uniquement de jour et le transport des sédiments s’effectuerait sur une période limitée d’environ deux mois dans un milieu emprunté par la circulation lourde.


Un suivi du climat sonore est également prévu par le promoteur. Enfin, l’engagement financier de la ville serait limité et le promoteur effectuerait un appel d’offres public et considérerait toute autre méthode en autant qu’elle réponde aux exigences du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs. Aux termes de son analyse du projet, le B.A.P.E. (Bureau d’audiences publiques sur l’environnement) estime que le Programme décennal de dragage à

la marina de Sorel-Tracy, à des fins récréatives, est acceptable. Je tiens à mentionner que ce dossier a été piloté par notre commodore, Pierre-Paul Dupré. C’est grâce à son acharnement que ce projet a cheminé tout au long de ces interminables procédures. Chapeau!

Par Gaétan Bélanger

Source: http://www.bape.gouv.qc.ca/sections/ mandats/marina_saurel/

septembre 2011

/ Sorel nautique 5


Les derniers événement Le passage des bateaux ANTIQUES, 17 août

Le MÉCHOUI du samedi 20 août: UN FRANC SUCCÈS ! Chantale Hudon a permis de remplir à pleine

Encore une fois, le travail de rassembleuse de

généreux méchoui de bœuf et de porc était à la hauteur, cuisson idéale, tendre et délicieux.

capacité les tables sous le grand chapiteau de la marina, plus de 125 personnes se sont offert une magnifique soirée.

Le musicien chanteur latino ISRAEL a su créé la grande ambiance de vacances et ses rythmes du sud ont réussi à faire danser même les plus tranquilles.

Il faut dire que la cuisine de notre chef traiteur

André Houle (Boucherie Escompte G.A.) a fait sa

renommée depuis des années et, comme prévu, son 6

Sorel nautique /

septembre 2011

QUELLE BELLE SOIRÉE ! Gaétan Bélanger, responsable des activités sociales


ts à la marina de Saurel Le souper du RALLYE DES ÎLES, 4 septembre

« Meilleur pointage » Trophée du Commodore de la Marina Saurel Le capitaine Pierre Salvas du « Ni-Pier » avec ses équipiers Gilles Landry et Jean Couture

L’Escadrille Richelieu ECP CPS organise depuis des années un rallye nautique autour des iles de Sorel durant le congé de la Fête du travail. Cette activité a attiré beaucoup de participants par le passé mais, il semblerait que l’enthousiasme s’est refroidi cette année car la journée s’annonçait brumeuse et pluvieuse. ONZE capitaines et leur équipage ont quand même bravement pris le départ. Le tracé et les questions avaient été préparés par le commandant des ECP Richard Péloquin assisté des membres de son équipe : André Traversy, Gaétan Baril, Jacques Dany, Claudette Petitpas et Lucie Lefèbvre.

« Meilleures réponses techniques » Trophée Jessy de l’escadrille Richelieu

Le capitaine Sylvain Ménard et sa conjointe Jacqueline du « Grand Bien » avec leurs équipiers Nathalie Grosleau et Stéphane Gingras

commanditaires. Il faut s o u l i g n e r l ’ e x t r a o r di n a i r e

travail de rassembleuse de Chantale Hudon du

Thalassa, ainsi que le travail de recherche de commandites de Michèle et Manon Daneau, nos maitres de port.

Chantale Hudon

Cette année, pour une première, il a été décidé d’insérer les questions dites techniques avec les questions dites d’observation pour rendre le niveau du jeu beaucoup plus intéressant. Mais, le véritable succès de participation est venu au moment du souper qui a suivi l’activité : plus de 133 personnes sont venues déguster les spécialités de la Rôtisserie chez Vic et assister aux explications des réponses du Rallye et à la remise des trophées aux gagnants, ainsi que des nombreux prix offerts par des

C’est Nancy Yelle, la conjointe d’Alain Hidding,

Nancy Yelle

le chef propriétaire de la Rôtisserie qui s’est occupée du service du buffet avec le concours de Chantale , France, Liette, Sophie et Benoit : quelle équipe ! Quel succès !

Par Gaétan Bélanger

septembre 2011

/ Sorel nautique 7


Chronique informatique LA RADIODIFFUSION On ne peut pas arrêter NUMÉRIQUE le progrès sauf que…

Comme beaucoup de pays, le Canada est passé à la radiodiffusion numérique. Le CRTC prétend que les signaux numériques offrent une image plus nette et une meilleure qualité sonore, ce qui est vrai habituellement. Ce qu’ils disent moins fort, c’est qu’ils nécessitent moins d'espace hertzien. L'espace ainsi libéré pourra être revendu, à très gros prix, aux fournisseurs de services sans fil. Pour vos téléviseurs, il n’y pas d’ambigüité : votre poste est récent et il est déjà équipé d’un récepteur numérique sinon, vous devrez vous procurez un convertisseur.

8

et la taille de l'antenne font une différence importante pour la réception. Plus grande est l’antenne, plus il peut détecter de l'énergie, de sorte qu’il peut repérer des signaux plus faibles. Or sur nos bateaux, il y a une limite à ce qui peut être installé et la plupart des antennes existantes sont petites et sans amplificateur. À ce problème, il faut ajouter celui de l’éloignement des antennes émettrices. Comme vous le constatez sur l’image jointe, notre région est passablement éloignée des sites émetteurs. Ce fait rend encore un peu plus difficile la réception adéquate. Le plus embêtant, c’est qu’il ne semble pas exister de solutions idéales. Une brève recherche sur Internet dénote la multitude de solutions et je ne saurais prétendre qu’il y en a une supérieure aux autres.

Pour nos antennes, en théorie nous ne devrions pas avoir besoin de les changer. Pour recevoir les signaux, une antenne détecte les vibrations des ondes radio à certaines fréquences provoquant l’accélération des électrons dans un mouvement d’aller/retour entre les bornes d'un circuit électrique ce qui provoque un infime changement de tension.

Si vous ne pouvez pas attendre, je vous recommanderais la plus grosse antenne possible équipée d’un amplificateur de gain ajustable de +20 dB, pour là où les signaux sont faibles, à -10 dB, lorsque les signaux sont forts. Pour ceux qui peuvent attendre, vérifier auprès des premiers pour connaître le rendement de leur nouvel équipement, il n’y a rien de mieux que « la connaissance locale » pour éviter les déceptions !

Là où il y a une complication, c’est que la forme

Capt’n Louis du « Cash@lou »

Sorel nautique /

septembre 2011


RABAIS de FIN DE SAISON Toute offre raisonnable sera acceptée !

CE A G E I V SEREPOS R US T N PL D’ E  Entreposage intérieur & extérieur plus de 500 places  Service de lavage de votre embarcation  Hivernisation de la mécanique et de la plomberie  Un service complet de toile & rembourrage  Équipements de transport pour courte et longue distance  Toile de polyéthylène (shrink wrap)

Contactez-nous dès maintenant pour RÉSERVER VOTRE PLACE

450-730-0100 SANS FRAIS : 1 888 562-5408

240, chemin des Patriotes, Sorel-Tracy

ACCÈS DIRECT SUR LA RIVIÈRE RICHELIEU


Sécurité à bord EXAMEN de CONDUITE de BATEAU « PLUS DIFFICILE » Comme vous le savez, depuis septembre 2009, il est obligatoire de détenir une carte de conduc-

connaissances plutôt que sur la capacité d’une personne de simplement retenir des informations : les répon-

teur d’embarcation de plaisance pour piloter un bateau.

ses ne se trouvent pas directement dans les manuels. Les écoles n’ont pas accès aux questions,

Au début, différents organismes donnaient des cours et faisaient passer des examens qui différaient d’un établissement de formation à l’autre, certains étant beaucoup plus facile à réussir. Mais voilà que Transport

mais doivent rédiger leurs manuels en fonction de 256 énoncés émis par Transport Canada. Elles doivent aussi lui soumettre leurs guides pour approbation. La note de passage exigée est de 75% et, il fallait s’y attendre, le taux de réussite a chuté dramatiquement de 80-85% à 75-85%. Les formateurs ont décelé plus de 7 questions ambigües comme la longueur de la corde d’une bouée de sauvetage que les guides donnent en pieds et que le Ministère exigerait en mètres comme réponse.

Canada a récemment imposé un examen uniforme, présentant plus de questions et perçu comme beaucoup plus difficile à réussir.

Transport Canada s’est montré ouvert aux améliorations et un nouvel examen sera disponible dès cet automne tenant compte des performances et commentaires des plaisanciers et des écoles.

En effet, Transport Canada aurait orienté plusieurs questions de l’examen sur l’application de

Par Gaétan Bélanger

Chronique mécanique Les conseils du mécano Christian Sur tous les bateaux moteurs, les vérifications et les entretiens réguliers des équipements sont essentiels pour s’assurer de leur bon fonctionnement et éviter des pannes imprévues pouvant conduire à des situations dangereuses. Notre sage mécano Christian, de par son expérience, connait bien tous les problèmes qui peuvent surgir sur un bateau mal entretenu. Il sait aussi que c’est une foule de détails qu’il faut vérifier à intervalles réguliers. À titre préventif, il y a des huiles, des courroies, des bougies, des filtres, des impellers, des anodes, etc. à changer après tant d’heures de marche ou tant de temps après installation. En principe, chaque capitaine devrait joindre à son livre de bord, sa cédule d’entretien et de vérification pour assurer un suivi logique d’année en année et surtout de pouvoir se souvenir de ce qui a été fait et de ce qui reste à faire mais, peu le font. Pour pallier à ce manque de suivi, Christian s’affaire à concevoir et préparer des fiches de suivi pouvant servir au propriétaire de bateau sur plusieurs années. Il passe en revue tous les points d’entretien régulier à vérifier et suggère les remplacements à faire à période utile. Ces fiches seront bientôt disponibles; je vous suggère de les utiliser.

Par Gaétan Bélanger

10 Sorel nautique /

septembre 2011

CÉDULE DE VÉRIFICATIONS        par Christian   Type de bateau 

INBOARD  à GAZ      avec CARBURATEUR  Période 

ANNÉE

ANNÉE

d'entretien

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Huile Moteur 

annuel

 

 

 

 

 

Huile du Pied 

annuel

 

 

 

 

 

Huile à Steering 

annuel

 

 

 

 

 

2 ans 150h 

 

 

 

 

 

Filtre à gaz 

annuel

 

 

 

 

 

Huile pump gaz 

annuel

 

 

 

 

 

Impeller

3 ans 300h 

 

 

 

 

 

Courroie

5ans 500h 

 

 

 

 

 

Copling

%

 

 

 

 

 

Below

V

 

 

 

 

 

4ans 400h 

 

 

 

 

 

annuel

 

 

 

 

 

Fitre à Gaz 

annuel  55h 

 

 

 

 

 

Filtre à l'air 

V

 

 

 

 

 

Prestone génératr 

4 ans  test 

 

 

 

 

 

Bougies génératr 

2 ans 

 

 

 

 

 

Impeller

2 ans 

 

 

 

 

 

Batterie

6 ans V eau 

 

 

 

 

 

Lumière navigation 

V

 

 

 

 

 

Blower

V

 

 

 

 

 

Trimtab

V

 

 

 

 

 

Pump de cale Aut. 

V

 

 

 

 

 

Ancre

V

 

 

 

 

 

Horn

V

 

 

 

 

 

Hélice

V

 

 

 

 

 

Chargeur ac/dc 

V

 

 

 

 

 

annuel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VÉRIFICATION HEURES Moteur  

Bougies

Prestone huile génératrice 

Anodes

COMMENTAIRES

ANNÉE

ANNÉE

ANNÉE


Chronique navigation Comment choisir le bon GUINDEAU « Windlass »

L’appareil que plusieurs désignent comme l’ancre électrique s’appelle en fait un guindeau (windlass en anglais). Ce treuil électrique sert à descendre et à relever l’ancre, sa chaine et son câblot sans autre effort que de presser un bouton.

Mais, cet équipement n’est pas conçu pour tirer un bateau contre un vent de 20 nœuds avec une vague de 2 pieds tout en laissant son moteur au neutre non plus que d’arracher une ancre prise au fond sous 3 pieds de sable dur ou enchevêtrée de racines. La puissance des guindeaux a été spécialement calculée pour relever le poids de l’ancre et de ses attaches et de l’arracher de son emprise normal au fond et, c’est avec la force des moteurs du bateau que l’on doit combattre les autres forces en présence tel le vent, le courant ou les vagues. Le manufacturier LEWMAR recommande que la puissance maximum du guindeau soit de 4 fois la puissance d’opération minimum : Le calcul est simple, exemple : le poids de son ancre, disons 22 lbs plus celui de 25 pieds de chaine à 1 livre du pied, 25 lbs plus un câblot de 150 pi à 0.1 lb du pied soit 15 lbs pour un total de 62 lbs minimum. Lewmar suggère 4 fois le minimum de 62 lbs soit 248 lbs de force pour votre guindeau. Le manufacturier MAXWELL, lui recommande 3 fois la force minimum soit 186 lbs dans notre exemple.

Axe horizontal

Un guindeau au 12 volts tire beaucoup d’ampérage sur vos batteries, il est donc préférable que le moteur du bateau soit en marche lors son utilisation pour que l’alternateur compense la grande quantité d’énergie sollicitée.

En résumé, il ne faut pas forcer son guindeau, vaut mieux se servir du moteur du bateau pour avancer vers son ancre. Une fois ancré, il est aussi fortement conseillé d’avoir un taquet d’arrêt sur la chaine d’ancre pour que la tension engendrée entre le bateau et son ancrage ne force pas outre mesure l’embrayage du guindeau. Aussi, il est préférable d’avoir un bout de câblot entre le bateau et la chaine : si un jour il devenait impossible de relever l’ancre définitivement accrochée au fond, vous pourriez plus facilement couper le câblot et vous libérer.

Par Gaétan Bélanger

Axe vertical

L’utilisation d’un taquet d’arrêt de chaîne permet de relâcher la tension sur le guindeau

septembre 2011

/ Sorel nautique 11


LE BOAT SHOW de

FORT LAUDERDALE Chaque année, fin octobre, c’est le retour du plus gros boat show en Amérique, celui de Fort Lauderdale et, chaque année nous sommes plusieurs membres de la marina de Saurel qui faisons le voyage pour aller se plonger dans un univers où presque tous les constructeurs de bateau et d’équipements présentent leurs plus récents produits. Cette année, la 52è exposition se tiendra du jeudi 27 au lundi 31 octobre 2011, répartie dans 6 endroits et couvrant 3 millions de pieds carrés. Ce que j’aime beaucoup de ce boat show, (valeur de 3 milliards $ de bateaux et d’accessoires) c’est que les milliers de bateaux de toutes les grosseurs sont à l’eau dans une immense marina, la Bahia Mar Yachting center. Les manufacturiers d’équipements et d’accessoires du monde entier sont à l’intérieur, sur les 6 sites dans d’immenses locaux climatisés : on peut enfin parler directement aux fabricants. On peut aussi acheter sur place, avec escompte, directement des grands distributeurs.

Not only the largest but the best

www.showmanagement.com/ fort_lauderdale_international_boat_show Par Gaétan Bélanger

C’est un rendez-vous à ne pas manquer ! It's an event not to be missed !

Sorel Nautique  

Périodique des plaisanciers de Sorel

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you