Page 1

Madagascar ,

t er r edes«par adoxes»éner gét i ques.

eBookr éal i s éparl egr oupeFSBHol di ng,av r i l 2014


Sommaire Madagascar, terre des paradoxes « énergétiques » ........................... 1 Dépendance et vulnérabilité .................................................................. 4 Quelles solutions ? ................................................................................. 6 L’appartenance à un groupe puissant................................................... 7 Une gamme qui fait le plein d’énergie ................................................. 10 Le chauffe-eau solaire individuel – CESI ............................................. 10 Solar PUMP TM ..................................................................................... 10 LIBERTYSUN, le kit photovoltaïque autonome .................................... 11 CLIMASUN .......................................................................................... 12 L’éclairage public : CANDESUN 7m et 4,5m ....................................... 12 ENERGO: les déchets “intelligents”… ................................................ 13 … et Phyto Plus pour les eaux usées ! ............................................... 14 Conclusions .......................................................................................... 17


Madagascar, Terre des paradoxes « énergétiques » Dans une étude menée en 2007, Catherine FOURNET-GUERIN, géographe et maître de conférence à l’université de Reims, affirme que la question de l'accès à l'énergie s'avère cruciale à Madagascar, « à la fois pour le développement de son économie et pour les conditions de vie de ses quelques 18 millions d'habitants. » 1 Depuis, la situation n’a pas beaucoup changé. Dans le Doing business 2014 de la Banque mondiale, Madagascar est toujours classé 187ème sur 189 pays en matière de raccordement à l’électricité. Il a occupé le même rang en 2013. L’énergie est pourtant un secteur dont les impacts sont multisectoriels, car ils touchent l’agriculture, la pêche, la santé, l’éducation, etc. A l’instar de nombreux pays en voie de développement, Madagascar vit en effet plus qu’un paradoxe par rapport à la question de l'énergie, la rareté de celle-ci pénalisant fortement la croissance du Pays, tout en accentuant des déséquilibres environnementaux et sociaux déjà conséquents. Inefficace, chère et à petite échelle, l’électricité est un service rare et demeure un luxe pour la plupart des Malagasy. Cela se traduit par un taux d’électrification (23% au niveau national) parmi les plus faibles en Afrique subsaharienne (une moyenne de 30%). Sans compter que ce pourcentage se réduit considérablement en milieu rural (de 4 à 15%). Ces chiffres s’expliquent par le fait que le pays a encore recours aux centrales thermiques fonctionnant au gasoil ou au fuel oil. Comme le démontre le diagnostic du Secteur Energie, réalisé en 2012 par WWF en partenariat avec le Ministère de l’Energie, l’offre énergétique à Madagascar est dominée par le Bois Energie (92%) et les Produits Pétroliers (7%). La part des Energies renouvelables reste encore marginale car elle constitue moins de 1% de cette offre.

1

C.

FOURNET-GUÉRIN,

MADAGASCAR

:

Le

manque

d’énergie,

frein

au

développement, 2007. 1


DIAGNOSTIC DU SECTEUR ENERGIE - Septembre 2012

Madagascar est pourtant riche en ressources énergétiques alternatives. Amédée Mamy Tiana Randrianarisoa l’explique bien dans son œuvre Energies durables pour tous, en soulignant que « Madagascar dispose de la quantité et la qualité nécessaire pour s’auto-suffire énergétiquement, que ce soient les cours d’eau pour l’énergie hydraulique, l’irradiation solaire pour l’énergie solaire, le vent pour l’énergie éolienne, ainsi que les surfaces exploitables pour les bioénergies». Le pays bénéficie en effet d’atouts majeurs : a) un potentiel éolien conséquent ; b) une disponibilité en ressource hydraulique estimée à 7.800 MW, (alors que le pays n’en exploite que 132 MW); c) un ensoleillement supérieur à 2.800 heures par an, capable de produire de l’énergie solaire ; d) enfin, la géothermie qui pourrait davantage être exploitée. Faute de politique claire, ce potentiel demeure malheureusement en l’état. Il faut toutefois évoquer certaines initiatives en faveur du développement des énergies renouvelables, comme le programme « De l’électricité verte pour un million de ruraux à Madagascar » de la Fondation Energies pour le Monde. Il vise à électrifier 73 communes isolées grâce à la construction de 43 centrales solaires, de 23 éoliennes et de 9 microcentrales hydrauliques.

2


Schématisation des liens entre les différentes sources d’énergie 2

Les sources et les différentes utilisations de l’énergie à Madagascar 3

2 3

DIAGNOSTIC DU SECTEUR ENERGIE - Septembre 2012

Idem. 3


Dépendance et vulnérabilité Nous l’avons compris : pour produire son électricité, l’Etat malgache est contraint d’importer des quantités croissantes de pétrole, ce qui pèse fortement sur les comptes de la compagnie nationale d'électricité, la JIRAMA. En effet, l’île compte plusieurs centrales thermiques, dont la part dans la production d'électricité ne cesse d'augmenter. De nombreuses régions du pays sont alimentées exclusivement grâce à ces centrales et, depuis quelques années, subissent les fameux délestages, c’est-à-dire les coupures de courant auxquelles procède la JIRAMA. A Tananarive, les délestages sont organisés par quartiers, selon des durées de coupure variables et, dans la mesure du possible, annoncés à l'avance dans la presse. Mais dans les grandes villes de province, ces coupures peuvent durer jusqu'à vingt heures par jour, suscitant un vif mécontentement populaire. D’autant plus que cette l'électricité produite à Madagascar demeure très chère : 0,09 dollar le wattheure contre 0,05 à Maurice, en Afrique du sud et au Sri Lanka. 4 Par conséquent, le pays est loin d’être compétitif et peine à attirer de nouveaux investisseurs. Les tarifs sont élevés puisque le produit est rare et ne permet pas de bénéficier d’une économie d’échelle. La situation de Madagascar est donc très mauvaise et le problème ne s’arrête pas à la dépendance des importations d'hydrocarbures. Le réseau de distribution de l’énergie est, lui aussi, très malaisé. Les contraintes extérieures se juxtaposent donc aux difficultés de gérer l'approvisionnement énergétique de l'intérieur du pays, dans un territoire insulaire marqué en partie par un fort enclavement, exposé aux aléas climatiques tropicaux et longtemps perturbé par l’instabilité politique. Tous ces facteurs ont entravé l'essor économique de Madagascar, en pénalisant fortement de nombreux secteurs d'activités, notamment l'industrie, le tourisme, les services hospitaliers et les universités. Certains se souviendront peut-être d’une publicité parue dans la presse en 2007. Afin de promouvoir son produit – des groupes électrogènes –, une 4

Source : La Gazette de la Grande Ile. 4


entreprise avait utilisé ce slogan très parlant: Vous manquez cruellement d'énergie ? 5

Madagascar, Les défis d'un développement durable, 2002.

Selon La Gazette de la Grande Ile, aucune stratégie claire ne se profile à l’horizon pour changer la donne. Pire, l’Etat se contente de poursuivre depuis des dizaines d’années le système de subventions allouées à la JIRAMA, sans chercher une solution véritable à sa crise chronique. Il est évident que ces « paradoxes énergétiques » placent globalement le Pays et ses habitants dans une situation non durable. Le basculement vers les énergies renouvelables est donc incontournable et Madagascar se doit désormais de profiter de la tendance mondiale vers ces systèmes alternatifs. C’est cette révolution, cette mutation technologique et des mentalités, que SolarProd Environnement a choisi d’accompagner, le fil conducteur de toute action étant l’exploitation des ressources naturelles dont dispose Madagascar pour produire durablement de l’Energie et satisfaire aux besoins énergétiques de la population.

5

Madagascar, Les défis d'un développement durable, 2002. 5


Quelles solutions ? Dans un monde où la crise énergétique est devenue une problématique de premier ordre, la maîtrise de l’énergie s’est imposée de fait. Eviter les gaspillages et réduire la consommation énergétique sont des priorités qui nous obligent à remettre en question nos habitudes, nos comportements, nos choix au quotidien. L’enjeu est de taille et concerne l’ensemble des secteurs consommateurs d’énergie et émetteurs de gaz à effet de serre (résidentiel – tertiaire, transport, industrie et agriculture). SolarProd Environnement reconnait l’importance de cet enjeu et prône une nouvelle démarche globale et environnementale, afin de proposer aux citoyens des services et des produits écoresponsables. Après la « succès story » à l’outremer, dans l’ensemble de la zone Antilles en passant par l’Océan Indien, jusqu’à la Nouvelle Calédonie, l’ouverture d’une nouvelle agence à Madagascar, devenait évidente pour le groupe, afin d’assurer la cohérence de ses activités. Fort d’un développement remarquable dans les DOM-COM-POM, le réseau d’agences SolarProd Environnement a su s’imposer, malgré la concurrence, avec des produits de qualité, devenant ainsi un interlocuteur de confiance, notamment auprès des collectivités. L’association avec Giordano Industries, numéro 1 de la fabrication et de la distribution de chauffe-eau solaire, a permis d’élargir le catalogue, de revoir les offres et, bien évidemment, de garantir une meilleure prestation des services. Le réseau fait partie du groupe FSB-Holding, dont l’activité ne cesse de croître sur les différents marchés : de la vente de chauffe-eau solaires, à l’installation de plus d’une soixantaine de centrales photovoltaïques à St Martin, de la distribution en hausse de centrales d’épurations biologiques en Guyane, à l’exploitation et à la gestion de parcs éoliens produisant ce jour l’équivalent de 14MWh. Le dernier champ éolien, monté en Guyane, marque d’ailleurs une belle réussite, s’inscrivant dans le plan AIR CLIMAT ENERGIE de Guyane, soutenu par EDF.

6


LE MOT DU FONDATEUR : « La France est le premier pays au monde, de par ses territoires ultramarins, où le soleil ne se couche jamais! Dès lors, il devenait logique de poursuivre notre réflexion en valorisant au mieux les autres forces que nous offre la nature telles que les forces maritimes, les forces fluviales ainsi que la force éolienne pour devenir un acteur global en énergies renouvelables."

L’appartenance à un groupe puissant SolarProd Environnement fait partie de la FSB-Holding, un groupe français spécialisé dans le green business et dans l’intégration verticale des cœurs de métiers liés aux énergies renouvelables.

FSB-Holding est présent sur l’ensemble des DOM-COM-POM et est représenté par un grand nombre de filiales, chacune avec un domaine d’expertise associé. La réussite de la FSB-Holding s’appuie sur l’expertise technique mais davantage encore sur le facteur humain, la clé de sa valeur ajoutée. Penser green business, c’est penser durable! L’Outremer représente, à ce jour, la zone de prédilection dans laquelle FSB-Holding a développé une profonde connaissance du marché avec des collaborateurs locaux qui déploient et proposent les solutions les plus adaptées à leurs clients en fonction de leurs besoins mais aussi de leurs attentes. De par la diversité des filiales qui le compose, le Groupe FSBH regroupe différents domaines d’expertise qui se complètent à tous niveaux. FRANCE ENERGIE FINANCE est un opérateur et producteur d’énergies renouvelables en Outremer. SOLAR PROD ENVIRONNEMENT, organisée en agences sur l’ensemble des DOM-COM-POM, commercialise des équipements liés à la maîtrise de l’énergie, s’adressant à la fois aux particuliers et aux institutionnels. La société développe également un réseau de bornes pour voitures électriques appelé Point Luciole. GIORDANO INDUSTRIES, pionnier de l’énergie solaire depuis plus de 35 ans, conçoit et fabrique en France des solutions individuelles ou

7


collectives de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire. Fort de son expérience, GIORDANO Industries a développé une chaîne de compétences aux expertises spécifiques. Le siège social et l’usine de fabrication du groupe GIORDANO sont implantés en région Provence Alpes-Côte d’Azur et le groupe dispose de structures industrielles et commerciales dans les DOM et à l’étranger. AER basé à l’île de la Réunion s’occupe de l’achat des véhicules électriques (VE) pour les entités du groupe. AER est statutairement importateur, loueur, réparateur de véhicules. ECOTEAM est un bureau d’étude de recherche et développement sur des produits liés à l’économie d’énergie. Ecoteam est également assistant Maître d’Ouvrage dans les chantiers en éoliens, hydroliennes et photovoltaïques du Groupe. NC GREENTEC est une société implantée en Nouvelle-Calédonie, spécialisée dans la mobilité électrique. ARCANTILLES est promoteur immobilier de logements écologiques et bioclimatiques. Il propose aujourd’hui une résidence de 54 appartements en Guyane à Cayenne. ENOVPARK est le concepteur de solutions de mobilité douce. Basé à la Réunion, il fabrique des solutions de parkings 2 roues qui sécurisent et rechargent les véhicules. A cette liste d’acteurs d’envergure, la FSB Holding ajoute le récent partenariat avec COREXSOLAR. Fondée en 2005 et implantée en France, à la Réunion et en Afrique du Sud, l’entreprise construit des centrales photovoltaïques de toutes tailles, s’appuyant sur une expertise technologique et sur un savoir-faire hors pair. La qualité de ses réalisations, la sélection des fournisseurs et la maîtrise technique de chaque projet en font un partenaire de prestige, auquel les principales banques françaises et internationales ont déjà accordé leur confiance.

8


Outre la certification « classique » QUALIPV, Corexsolar détient depuis 2009 la certification AFAQ QSE. Plus précisément, la société est certifiée ISO 9001, ISO 14001 et OHSAS 18001 pour la conception, la construction et la maintenance de centrales utilisant les énergies renouvelables. Ce qui fait d’elle un unicum à la Réunion.

Corexsolar compte à ce jour plus de 45MWp en service. En 2013, c’est une autre expertise, complémentaire au photovoltaïque, que la société a voulu consolider : le stockage d’énergie.

Partenaire du Consortium SAFT/INGETEAM, Corexsolar travaille actuellement à la Réunion sur un projet de plusieurs millions d'euros : la construction d’une centrale solaire, montée en photovoltaïque et combinée à des batteries Li-Ion de 9MWc. Cette installation, capable d’alimenter en permanence le réseau réunionnais, est une première mondiale et ouvre la voie à une nouvelle ère de l'énergie photovoltaïque.

9


Une gamme qui fait le plein d’énergie A Madagascar, entre 60% et 80% des besoins en eau chaude et chauffage peuvent être couverts par l’utilisation de l’énergie solaire. Il s’agit donc de convertir le rayonnement solaire en chaleur utilisable grâce à des capteurs performants et fiables. SolarProd Environnement répond à ce besoin par le biais d’une gamme complète de produits Le chauffe-eau solaire individuel – CESI Équipé de capteurs solaires à fort rendement, le chauffe-eau solaire SolarProd by Giordano n’a besoin que de peu de soleil pour fonctionner. GIORDANO Industries, fabricant de chauffe-eau solaire depuis plus de 35 ans, a sélectionné pour sa construction les matériaux les plus nobles, assurant ainsi une excellente durabilité du produit. Le CESI offre à son utilisateur confort et autonomie, permettant des économies sur la facture énergétique pour la production d’eau chaude pouvant aller jusqu’à 80%.

Solar PUMPTM Solar PUMPTM repose sur système performant alliant solaire et thermodynamique pour la production d’eau chaude sanitaire collective (ECS). Le capteur réchauffe une boucle d’eau grâce à l’énergie du soleil et de l’air ambiant. L’énergie de cette boucle d’eau est récupérée par la Solar PumpTM puis transférée vers les ballons ECS ou le bassin d’une piscine. Grâce au capteur aérosolaire, la Solar PumpTM fonctionne toute la journée quelles 10


que soient les conditions climatiques : ensoleillement, pluie, chaleur de l’air, condensation…

LIBERTYSUN, le kit photovoltaïque autonome

Les Kits solaires autonomes de SolarProd Environnement sont des unités de gestion d’énergie spécialement conçues pour se raccorder à une installation photovoltaïque ou pour être intégrées à une installation déjà existante. Elles permettent de fournir de l’électricité à tout moment et sur tous les sites non reliés au réseau électrique public. LIBERTYSUN fonctionne pendant les heures d’ensoleillement, et ce même lorsque les panneaux sont moins exposés à la lumière comme tôt le matin ou en soirée. L’énergie solaire peut être soit injectée dans le réseau public et consommée directement, soit stockée dans les batteries.

11


CLIMASUN Contrairement à la climatisation traditionnelle qui produit du froid en comprimant un fluide mécaniquement, le climatiseur solaire conçu par SolarProd Environnement compresse le fluide frigorigène par action thermique.

Ce système provoque des changements (liquide/gazeux) grâce à un apport de chaleur.

de

phase

du

fluide

Climasun absorbe l’énergie solaire thermique à travers un capteur solaire sous vide, s’adaptant facilement à la demande saisonnière. Ceci signifie que le coefficient de puissance augmente avec l’abondance d’énergie solaire en été. L’éclairage public : CANDESUN 7m et 4,5m Candesun est une solution d’éclairage public photovoltaïque, constituée d’un système autonome capable d’éclairer la voirie et les alentours en exploitant l’énergie solaire dans les zones qui ne sont pas raccordées au réseau électrique. Ce lampadaire solaire peut être dimensionné afin de fonctionner 12 heures par nuit durant la période la moins ensoleillée de l’année avec une autonomie de 3 journées en cas d’absence totale de soleil (masque nuageux très dense). La fonction programmation appelée « autogestion » permet de fixer la durée de fonctionnement à 12 heures par nuit en procédant à un ajustement automatique du nombre d’heures en fonctionnement à flux réduit. Le dispositif entier est programmable à distance par module GSM ou Bluetooth.

12


ENERGO: les déchets “intelligents”… A Madagascar, comme dans le reste du monde, la population est en pleine croissance. Cela engendre simultanément une augmentation de la production de déchets, dont la mauvaise gestion a des conséquences irréversibles sur la santé publique, l’environnement et sur la préservation des ressources en matières premières. Le but principal est donc de limiter le recours à l’incinération ou l’enfouissement, de diminuer les coûts de gestion des déchets et plus largement de faire le lien avec d’autre politiques de développement durable pour créer une dynamique globale et pérenne. Dans ce sens, le procédé ENERGO, représente à la fois une stratégie et une solution révolutionnaire, car il se base sur un système de gazéification. Concrètement, la gazéification consiste à chauffer de la matière carbonée dans une chambre oxygénée, afin que ses molécules organiques se « dissocient » par oxydation et produisent du monoxyde de carbone et de l’hydrogène plutôt que du dioxyde de carbone et de la vapeur d’eau. Le mélange de gaz résultant, appelé gaz de synthèse (syngas propre), possède une valeur calorifique, brulé ensuite pour produire de l’énergie. Mise en place du procédé ENERGO

13


Grâce au procédé en basse température, les métaux et le verre ne sont pas altérés et peuvent être réutilisés, ce qui permet d’éviter l’enfouissement. L’élimination des matières résiduelles est optimale et sans impact pour les générations futures. Une installation ENERGO peut se faire proche du consommateur final à qui sera redistribué 60% de l’énergie produite par ses propres déchets (sous forme thermique ou électrique). Aussi, le procédé ENERGO génère des éléments qui peuvent être cédés sur le marché, tels que les métaux ou le verre. Les cendres inertes restantes peuvent être ainsi vendues en tant que matière première, susceptible d’intéresser les professionnels, notamment les entreprises de constructions (fabrication de béton par exemple).

… et Phyto Plus pour les eaux usées ! Dans le territoire insulaire malgache, de nombreuses régions sont marquées par un fort enclavement et restent en dehors du réseau public d’assainissement, autrement dit du « tout à l’égout ». Pour cette population, cela signifie devoir traiter directement les eaux usées, ce qui n’est pas toujours fait de manière responsable et surtout écologique ! SolarProd Environnement propose aujourd’hui une station d’épuration autonome Phyto Plus, à culture fixée immergée, disposant des Agréments ministériels n°2010-010 et 2010-010 bis. La station se compose d’une fosse toutes eaux, d’un bioréacteur, d’un décanteur-clarificateur et d’un surpresseur. La première cuve réceptionne l’ensemble des eaux usées de l’habitation. Une décantation primaire intervient séparant les matières solides qui forment alors une boue qui est alors stockée dans la cuve. Une vidange des boues devient nécessaire lorsque le niveau des boues a atteint 30% du volume du décanteur primaire. Dans la deuxième cuve, les eaux provenant de la fosse toutes eaux sont traitées grâce à des bactéries contenues sur des « lits bactériens » (supports sur lesquels se développent les bactéries). Ces

14


micro-organismes vont se nourrir de la matière organique restante qui sera ainsi dégradée. L'oxygène nécessaire au traitement est distribué au moyen de membranes d'aération disposées au fond du Bioréacteur et alimentées par un suppresseur dimensionné en fonction de la charge de DBO5* à dégrader. Les eaux évacuées dans la dernière cuve sont traitées à 90%. Dans la dernière cuve opère une séparation des matières en suspension restantes dans les eaux préalablement « traitées » par différence de densité. Apparait alors une sédimentation des boues au fond du décanteur-clarificateur. Les eaux clarifiées, sont, elles, évacuées par surverse vers un milieu naturel. Une vidange des boues devient nécessaire lorsque le niveau des boues a atteint 30% du volume du décanteur-clarificateur. Cette station est autonome puisqu’elle fabrique naturellement des micro-organismes nécessaires au bon fonctionnement de la station, sans apport de bactéries ou activateurs biologiques. De plus, la biomasse (boue excédentaire) s’adapte en cas de sous-régime comme de surrégime (caractéristique spécifique à la culture fixée).

Les avantages du procédé ENERGO peuvent être ainsi résumés : 

Maintenance annuelle effectuée par un technicien agréé ;

Lits bactériens imputrescibles et garantis à vie ;

Cuve légère (92KG) pour une installation facile ;

Passage des effluents entre chaque cuve par gravitaire (aucune électromécanique utilisée dans la station) ;

Membrane entièrement démontable de l’extérieur sans vidange ;

Faible consommation électrique (80W) ;

Surpresseur peu encombrant et silencieux (garanti 1 an) ;

Aucune nuisance olfactive

15


Principe du fonctionnement de PHYTO PLUS

Bien qu’elle ne soit exhaustive, cette liste d’équipements traduit bien l’enjeu majeur des solutions proposées par notre groupe et ses différentes filiales: Protégez l’environnement en faisant des économies !

16


Conclusions A Madagascar le secteur de l’énergie n’est pas encore arrivé à son objectif de permettre un accès à moindre coût de l’électricité et ainsi contribuer au développement socio-économique du pays. Nombreux sont les facteurs qui handicapent la « matière énergie » dans son exploitation, dans sa production, dans sa consommation et dans sa distribution générale. Ce contexte difficile est attribuable à une faible valorisation et à une mauvaise exploitation des ressources naturelles locales: potentiel hydroélectrique bien identifié, énergie éolienne, énergie solaire, biomasse, disponibilité de surface immense compatible avec la culture de l’agrocarburant, plantation des arbres à croissance rapide pour les besoins en bois énergie 6, etc… Puisque l’île est parfaitement en mesure de développer et assurer une énergie propre, durable accessible à tous à l’échelle du pays, il est primordial pour les autorités compétentes, les professionnels, les citoyens in loco, d’axer leur choix stratégique vers l’utilisation optimale des énergies renouvelables. Cela implique la capacité de faire progresser de façon plus cohérente le secteur énergie à Madagascar, à travers l’engagement de toutes les parties prenantes du secteur et des autres partenaires au développement (Ministère de l’énergie et Ministère des hydrocarbures, Ministère de l’Aménagement du territoire, Collectivités territoriales décentralisées, les bailleurs de fonds, les opérateurs privés, les chercheurs, les ONG concernées, et bien d’autres,…). Par le biais de SolarProd Environnement, le groupe FSB-Holding, se donne donc comme objectif à Madagascar de faciliter cette transition délicate et nécessaire. Ses solutions et ses équipements multiples, allant de la production à la maitrise d’énergie, du traitement des déchets à la mobilité douce, permettent de répondre aux besoins énergétiques spécifiques du territoire, afin d’utiliser de l’énergie propre pour une autosuffisance énergétique future et de participer concrètement à l’amélioration de la qualité de vie de la population malgache.

6

DIAGNOSTIC DU SECTEUR ENERGIE - Septembre 2012

17

Ebook madagascar