Page 1

CECR A1

ançais fr le re d n re p p a r u Parfait po

Nickel ! Une méthode ambitieuse Nickel ! suit les principes du Cadre européen commun de référence pour les langues. Nickel ! 1 et Nickel ! 2 couvrent les niveaux A1 et A2. Nickel ! 3 vise l’acquisition du niveau B1 du CECR, qui pourra être certifiée par le DELF B1. Elle amorce en outre la présentation de certains contenus du niveau B2. Nickel ! 4 permet aux apprenants d’atteindre le niveau B2 et d’obtenir avec aisance le DELF B2.

POUR L’ÉLÈVE LIVRE DE L’ÉLÈVE : accompagné d’un DVD-ROM contenant les enregistrements du livre et du cahier d’exercices au format MP3. CAHIER D’EXERCICES contenant : - Le passeport (Portfolio) ; - Un livret de corrigés.

ISBN : 978 209 038504 5

9 782090 385045

NQL_LE 3 op1a.indd 1

B1

B2

GRANDS ADOLESCENTS ET ADULTES DVD-ROM inclus (livre de l’élève)

Nickel ! Une méthode pratique

Dans une perspective actionnelle : elle développe les compétences de communication des apprenants ; elle propose des activités et des tâches qui préparent réellement les apprenants à agir et interagir de façon efficace en contexte francophone ; elle accorde une place importante aux réalités socioculturelles.

C. MARLHENS — LS JO U P A D A N H. AUGE — M. D. CA

— L. MARTIN

ais méthode de franç

3

Nickel ! Un véritable outil de formation Nickel ! privilégie l’acquisition de stratégies d’apprentissage qui impliquent les étudiants, les aident à progresser plus rapidement et à devenir autonomes. Nickel ! Un projet L’ensemble des supports constitue un dispositif pédagogique complet : il aborde les réalités langagières en variant les points de vue ; il prend en compte la diversité des situations d’apprentissage.

POUR LE PROFESSEUR ET LA CLASSE LIVRE DU PROFESSEUR contenant : - Des suggestions d’exploitation, des variantes et des prolongements du livre ; - Les transcriptions et les solutions des activités du livre. -M  ANUEL NUMÉRIQUE : le livre et le cahier d’exercices sur clé USB. - AUDIO COLLECTIF : livre et cahier au format audio. - CLASSE WEB : la communauté virtuelle pour la classe.

DVD-Rom audio

CLE INTERNATIONAL

Nickel ! Une méthode de français destinée aux grands adolescents, jeunes adultes et adultes débutants ou faux débutants

A2

méthode de français

3

4/3/16 11:46 a.m.


Photographies : J. M.ª Regalado ; P. Revilla / Fotononstop, Philippe Turpin, Marc Vérin, Christophe Lehenaff, Image Source / Rob Lewine, AGF Foto / Tettoni / Luca Invernizzi, Stéphane Ouzounoff, Nathan Alliard, Cabannes / SoFood ; A. G. E. FOTOSTOCK / imageBROKER / J. W. Alker, Jean-Marc Charles, GoGo Images, Lucas Lenci, PhotosIndia, Directphoto ; ALBUM / SONY PICTURES CLASSICS ; CORDON PRESS / CORBIS / the food passionates / Boch Photography, Etienne George, cultura / Ghislain & Marie David de Lossy, the food passionates / Foodfolio, photocuisine / Sudres, Leemage, Tetra Images, Sygma / Frederic Soltan, Radius Images ; GETTY IMAGES SALES SPAIN / BSIP / UIG, Adrianko, Yves Talensac, Muriel de Seze, Fox Photos, Mario Colonel, vitranc, Vstock, Xavier Arnau, La Fée, Tetra Images, Simon Potter, Photo and Co, Justin Lewis, Dimitri Otis, Amanda Rohde, This image is property of Picardo, Ghislain & Marie David de Lossy, PeskyMonkey, Lisa Valder, Image Source, AFP / Kenzo Tribouillard, Jorg Greuel, Glow Images, José Luis Pelaez Inc, John Seaton Callahan, Alistair Berg, Andy Crawford, Dean Mitchell, Gary Ombler, Derek Latta, DP photography, Lionel Lourdel, Loretta Hostettler, Thomas Barwick, AFP / Frank Perry, AFP / Fred Dufour, Darren Robb, malerapaso, Delphine Le Berre, PeopleImages.com, Thinkstock, Georgiana Chitac, Alex Belomlinsky, Peter Cade, AFP / Loic Venance, Timothy O’Keefe, AFP / Sylvain Thomas, Buena Vista Images, Patrizia M, WireImage / J. Vespa, DEA PICTURE LIBRARY, Alexander Ipfelkofer, Thomas Northcut, Robert Nicholas, PhotoAlto / Alix Minde, SPANI Arnaud / hemis.fr, Maremagnum, CORMON Francis / hemis.fr, PhotoAlto / Frederic Cirou, Photo by The Asahi Shimbun, B2M Productions, Alexander Yates, Natalia Campbell of NC Photography, Will Heap Dorling Kindersley, Courtesy of Peter Warren, Glowimages, de Agostini / G. Berengo Gardin ; P. Revilla / Fotononstop / Emmanuelle Cado, Alain Le Bot ; 123RF ; A. G. E. FOTOSTOCK / SCIENCE PHOTO LIBRARY, Christian Goupi, Jean-Pierre Degas, Jeff Greenberg, Directphoto, Patrick Forget ; CORDON PRESS / CORBIS KIPA / Christophe Russeil ; GETTY IMAGES SALES SPAIN / Hero Images, BSIP / UIG, Panoramic Images, Sami Sarkis, Thomas Barwick, Francis Cormon, Johner, Apic, Warren Little, Bloomberg/Balint Porneczi, Babak Tafreshi, Erik Von Weber, Gamma-Rapho / Marc Gantier, Klaus Vedfelt, AFP / Pierre Verdy, Frederic Stevens, Issouf Sanogo, AFP / Eric Piermont, AFP / Gerard Julien, INA / Laszlo Ruszka, STOCK4B / Arne Pastoor, Edouard Manet, AFP / Thierry Zoccolan, Planet Observer / UIG, Jacques Loic, AFP / Guillaume Souvant, Resolution Productions, AFP / Jean-François Monier, AFP / Patrick Kovarik, AFP / Patrick Hertzog, Print Collector / Art Media, Kommersant Photo / Oleg Nikishin, Sungjin Kim ; ISTOCKPHOTO / Getty Images ; J. Gómez ; SERIDEC PHOTOIMAGENES CD ; ARCHIVES SANTILLANA

Documents radiophoniques : INA (pour France Inter), RFI, SONUMA (pour la RTBF), Canal-U, France 2, France 24, France Info, Institut Français de Madrid, RFI

Coordination éditoriale : C. Robert Coordination du projet éditorial : E. Moreno Direction éditoriale : S. Courtier Conception graphique et couverture : Zoografico Dessins : J. Escudero, P. Tesson, A. S. Trigo, Zoografico Coordination artistique : C. Aguilera Direction artistique : J. Crespo Correction : A. Jouanjus, A.-S. Lesplulier Recherche iconographique : C. Robert, M. de L.-S. Barbera Coordination technique : M. A. M.-G. Dominguez Direction technique : J. Mira

© 2016 par H. Augé, M. D. Canada, C. Marlhens, L. Molinos © 2016, S. E. S. L. © CLE International, 2016 ISBN : 978-209-038504-5

09038504_002-005.indd 2

24/02/16 16:38


Avant-propos NICKEL est une méthode de français destinée aux grands adolescents et adultes. Elle incorpore tous les principes préconisés par le Cadre européen commun de référence pour les langues.

NICKEL est une méthode ambitieuse. Le troisième niveau vise l’acquisition progressive des compétences correspondant au niveau B1 du CECR, acquisition qui a été amorcée au deuxième niveau, et prépare à l’examen du DELF B1. Il amorce en outre la présentation de certains contenus du niveau B2.

NICKEL est une méthode pratique. Dans une perspective actionnelle, elle développe les compétences de communication des apprenants en leur proposant des activités et des tâches qui les prépareront réellement à agir et interagir de façon efficace en contexte francophone. Les réalités socioculturelles, qu’elles soient présentées au fil des documents authentiques ou en parallèle, y tiennent une place importante.

NICKEL est un véritable outil de formation. La méthode privilégie l’acquisition des stratégies d’apprentissage pour impliquer les étudiants, les aider à progresser plus rapidement et à devenir autonomes.

NICKEL est un projet. Documents écrits et sonores : l’ensemble des supports constitue un véritable dispositif pédagogique qui aborde les réalités langagières en variant les points de vue et qui prend en compte la diversité des situations d’apprentissage.

trois

09038504_002-005.indd 3

3

24/02/16 16:38


LIVRE DE L’ÉLÈVE - MODE D’EMPLOI LIVRE DE L’ÉLÈVE + CD MP3 Organisation  d’une unité

unité

Mots et compagnie

1

À la fin de l'unité 1, vous serez capable de… comprendre un reportage et une interview radiophoniques (communication). présenter une expérience (apprentissage du français). discuter (apprentissage des langues et utilisation des réseaux sociaux). comprendre un texte littéraire (apprentissage d’une langue). comprendre un texte de vulgarisation (communication non verbale). poster une expérience passée sur un forum (moments de bonheur).

Objectifs Le thème général de l’unité. Les compétences à acquérir. Les stratégies à développer. La tâche finale.

TÂCHE FINALE : « Trucs et astuces pour apprendre le français »

Pour cela, vous apprendrez à… • conseiller quelqu’un. • donner des exemples. • vous débrouiller pour communiquer. • décrire un apprentissage. • insister sur quelque chose, mettre une idée en évidence.

Stratégies Comment « réparer » son discours.

dix-sept 17

Découvertes CONTE TES

Communiquer autrement

1 Écoutez ce document radiophonique,

puis répondez aux questions. 1. Combien de personnes avez-vous entendues ? Qui sont-elles ? 2. Précisez la nature du document. a) Une émission interactive, qui favorise un échange avec le public. b) Un reportage en différé. c ) Un débat en direct. 3. Quel titre pouvez-vous lui donner ? a) « Vaincre le handicap ». b) « Le téléphone pour les sourds ». c ) « Parler avec ses mains et ses yeux ». 4. Indiquez le nom de la station de radio et celui de l’émission.

La LSF Pour un sourd, l’apprentissage du langage passe, en principe, par la vue. C’est ce qui a conduit à l’élaboration de modes d’expression par gestes. Ces systèmes parfois complexes sont devenus les langues signées. La langue des signes française (LSF) en est une.

1

Premier pas en français

2 Dites si les affirmations suivantes sont vraies

ou fausses. Si elles sont fausses, corrigez-les. 1. La cabine que Brice a vue se trouve à côté de la médiathèque où il est allé. 2. L’une des particularités de cette cabine est d’être équipée d’un écran connecté à une webcam. 3. Des interprètes en langue des signes permettent la communication entre une personne sourde et son interlocuteur. 4. Sur l’écran, les réponses apparaissent toujours sous forme de sous-titres. 5. Mylène intervient car elle aimerait apprendre la langue des signes. 6. Elle a eu l’occasion de connaître les réactions d’un malentendant sur cette invention. 7. Pour devenir interprète en langue des signes, il n’y a pas besoin de faire d’études universitaires. 8. En France, on manque d’interprètes en langue des signes.

3 Dites à quoi correspondent les chiffres suivants. 1. 22. 2. 500 000.

3. 400. 4. 3 000.

« Contextes »

Ma voisine de table se tourna vers moi et me demanda :  – Et vous, Junichi, vous souvenez-vous de votre tout premier contact avec le français ? Que lui dire en peu de mots ? – Oui, très bien ; j’avais à peine dix-neuf ans, cela remonte à quelques années déjà. Ma voisine sourit. Moi, je revis alors le début de cette longue trajectoire qui allait me conduire jusqu’ici, dans ce restaurant parisien, à un repas où l’on fêtait l’anniversaire des Amitiés franco-japonaises. Je me rappelais très bien : au début de mes études à l’université de Tokyo, dans les années 80, nous pouvions suivre des cours de langue étrangère. Un jour, je décidai de me rendre dans le département des langues pour me renseigner. Là-bas, un haut-parleur installé dans le couloir diffusait en boucle un message de bienvenue en français aux étudiants, ainsi que les bribes d’une chanson. J’étais alors resté vingt bonnes minutes à m’en délecter : l’attirance pour cette langue aux sonorités nouvelles fut immédiate, ces mots inconnus m’attrapèrent dans leur rythme, leur intonation, leur musicalité et j’eus l’impression qu’une porte s’ouvrait sur un nouvel univers. Je m’inscrivis le jour même et le goût du français ne me quitta plus. Les cours de français se décomposaient en deux parties : nous écoutions d’abord un dialogue, sur cassette, et le professeur nous montrait comment prononcer ; ensuite, nous répétions beaucoup, parlions un peu et faisions des exercices. Mais, très vite, cela ne me suffit plus, je voulais un contact permanent avec tous ces mots et ces sons, afin de les écouter, les reproduire, les posséder. Ils n’avaient rien à voir avec ma langue maternelle et cela me fascinait. À l’université, il est vrai que nous pouvions écouter tout le matériel de nos cours sur cassettes, dans des cabines individuelles, au fond de la bibliothèque des langues mais, surtout, j’appris qu’il existait un service de prêt. Une idée me passa alors par la tête : les premiers baladeurs, ces ancêtres des lecteurs MP3, venaient de faire leur apparition sur le marché japonais. Voilà ce qu’il me fallait ! Malheureusement, le gadget était assez cher et je devais convaincre mes parents. Je leur expliquai les multiples avantages de cet appareil magique pour étudier le français à ma guise et m’améliorer rapidement. Mon père hocha la tête, regarda ma mère. Ils ne me dirent ni oui ni non. Qu’en penser ? La surprise arriva une semaine plus tard, chez nous : un petit paquet qui contenait un reproducteur de cassettes bleu et gris et un casque. Quel bonheur ! Je lus dans les yeux de mes parents qu’ils partageaient mon émotion. Dès lors, ce walkman ne me quitta plus. À la bibliothèque, on me surnomma le « dévoreur de cassettes », car j’en empruntais systématiquement plusieurs par semaine. J’avais toujours eu un goût prononcé pour l’imitation et je m’appliquai à reproduire les sons, les mots, les phrases que mon baladeur me susurrait à l’oreille. Les mois passèrent à ce rythme et c’est ainsi qu’au bout de trois ans, j’étais prêt à partir en France.

1 Lisez ce texte, puis répondez aux questions.

Deux documents déclencheurs : les contenus en contexte. Entraînement systématisé à la compréhension orale et à la compréhension écrite. Des documents authentiques de divers genres.

La vie de Junichi, C. M.

1. Qui est le narrateur ? Que raconte-t-il ? À quel endroit et en quelle occasion ? 2. Dans quelles circonstances Junichi découvre-t-il la langue française ? 3. Quelles sont ses premières impressions ? 4. Comment son apprentissage du français se déroule-t-il à l’université ? 5. Quelle invention fait son apparition au Japon à cette époque-là ? 6. Qu’imagine le narrateur pour prolonger son apprentissage hors de l’université ? 7. Obtient-il ce qu’il veut ? Quelle en est la conséquence ? 8. Pourquoi l’appelle-t-on le « dévoreur de cassettes » ?

2 Retrouvez les équivalents dans le texte. 1. « en continu » 2. « germer » 3. « comme je veux et quand je veux »

3 Quels différents aspects de l’apprentissage d’une langue sont évoqués par le narrateur ? dix-neuf 19

18 dix-huit

Outils LE IQUE

GRAMMAIRE

Façons de parler 1 Enquête. Par petits groupes, répondez

Les temps du passé (révision) Observez ces extraits de romans et d’un article de presse : Le jeudi et le dimanche, ma tante Rose, qui était la sœur aînée de ma mère, et qui était aussi jolie qu’elle, venait déjeuner à la maison, et me conduisait ensuite, au moyen d’un tramway, jusqu’en ces lieux enchantés. Marcel Pagnol, La Gloire de mon père

Mon avocat est arrivé, en robe, entouré de beaucoup d’autres confrères. Il est allé vers les journalistes, a serré des mains. Ils ont plaisanté, ri et ils avaient l’air tout à fait à leur aise, jusqu’au moment où la sonnerie a retenti dans le prétoire. Albert Camus, L’étranger

Trois braqueurs armés ont dérobé 3 000 euros de recette dans une station-service des quartiers nord de Lyon. Le malheur, c’est que d’autres malfaiteurs avaient déjà attaqué cette station une dizaine de fois dans le passé. Nous avons demandé au gérant pourquoi il ne prenait pas plus de précautions. Il nous a répondu qu’il avait déjà équipé sa station de nouveaux matériaux anti-agression et qu’il ne comprenait pas ce qui s’était passé. Le Quotidien du Midi

Quels sont les temps verbaux utilisés dans chaque extrait ? Quel temps sert à décrire dans le passé ? Lequel sert à parler de faits ou d’événements ponctuels qui ont eu lieu dans le passé ? Comment indique-t-on en français l’antériorité par rapport à une situation ou à une action passée ?

1 Complétez les phrases suivantes.

et le participe passé du verbe conjugué. 1. Le passé composé se forme avec un auxiliaire au 2. Le participe passé s’accorde avec le sujet, quand il est conjugué avec l’auxiliaire . placé avant le verbe, quand il est conjugué avec 3. Le participe passé s’accorde avec le l’auxiliaire avoir. personne du du présent de l’indicatif, 4. L’imparfait se forme à partir du radical de la suivi des terminaisons : , , , , , . 5. Le plus-que-parfait se forme avec un auxiliaire à l’ et le participe passé du verbe que l’on conjugue.

aux questions suivantes. Ensuite, mettez vos réponses en commun avec le reste de la classe. 1. Quand vous êtes avec d’autres personnes, êtes-vous plutôt bavard(e), silencieux(/se), extraverti(e), spontané(e), curieux(/se), contestataire, attentif(/ve), réservé(e), totalement muet(te) ? 2. Avec qui vous entendez-vous le mieux ? Avec les personnes qui parlent beaucoup ou avec celles qui sont plutôt silencieuses ?

Celui qui ne connaît pas les langues étrangères ne connaît rien de sa propre langue. J. W. Goethe

2 La langue, les langues. Complétez ces phrases

Le langage

en choisissant les mots appropriés dans la liste ci-contre. Pensez à conjuguer les verbes. 1. Je n’ai jamais suivi de cours de portugais. Je l’ , au hasard des rencontres et des voyages. Je suis loin de le , mais dans la vie courante. je peux très pure et utilise 2. Ce politicien parle toujours un registre . 3. Les francophones utilisent beaucoup pour parler entre amis et c’est assez différent de ce que l’on apprend en cours. très 4. C’est un très bon conférencier et il clairement.

une langue maternelle / seconde une langue officielle une langue étrangère une langue vivante / morte un dialecte le bilinguisme / le monolinguisme / le plurilinguisme les registres de langue : familier / standard / soutenu l’argot un régionalisme, un gallicisme se débrouiller, apprendre sur le tas, s’exprimer, parler couramment …

2 Conjuguez les verbes au temps qui convient : imparfait ou plus-que-parfait.

Vol d’un mini-bus sous l’emprise de l’alcool (se glisser) Colin B., 23 ans, s’est présenté aujourd’hui au commissariat. La veille, ce jeune homme (transporter) des personnes âgées, boulevard Saint-Anne. derrière le volant d’un mini-bus qui (descendre) du véhicule et (monter) au deuxième étage d’un immeuble Le véritable conducteur (laisser) les clefs sur le contact et il (dire) aux six retraités pour aller chercher un passager. Il (ne plus être) là. qu’il allait revenir 10 minutes après. À son retour, le mini-bus (partir) faire un tour, il (rouler) vers le château quand les policiers, Le chauffeur improvisé alertés, l’ont retrouvé. Il s’est arrêté sur l’avenue Delacroix et a pris la fuite. (s’inquiéter), car leur nouveau chauffeur (sembler) Les passagers ont déclaré qu’ils passablement ivre.

3 Conjuguez les verbes au passé composé.

(avoir) du mal à me lever. Je n’ (ne pas entendre) Ce matin, moi qui suis pourtant hyperactive, j’ (retentir). l’alarme du portable quand elle (prendre) sa douche, puis il (revenir) dans la chambre et (me réveiller). Alors, Mon copain (sortir) du lit et je (aller) dans la salle de bains. Pendant que je me douchais, il (préparer) je le petit déjeuner. Après une bonne douche, j’ (boire) le café qu’il avait préparé rien que pour moi, et ça allait déjà mieux !

20 vingt

Combien de langues maternelles avez-vous ? Combien de langues étrangères comprenez-vous ? Combien en parlez-vous ? Combien en écrivez-vous ? Quel niveau estimez-vous avoir ?

3 La voix. Lisez le texte suivant, puis répondez aux questions. La formation d’un comédien comporte un énorme travail sur la respiration, la voix et la diction. L’acteur doit répéter son texte à voix haute jusqu’à obtenir l’intonation juste pour son personnage : par exemple, un malade qui doit gémir ou chuchoter, pour donner l’impression d’être sans force. Si, au contraire, le rôle est celui d’un personnage excessif, colérique, il faut pouvoir crier, hurler et savoir en même temps doser ses cris pour dire son texte. Pour se mettre dans la peau d’une personne qui bégaie, qui peine à prononcer des mots entiers, il faut un certain temps pour que ça ait l’air naturel et non pas forcé. Le risque pour cet acteur, s’il a le trac, c’est de parler de manière peu claire ou peu audible, de bafouiller au lieu de bien articuler.

1. Quels verbes ou locutions verbales font référence à l’intensité de la voix ? Lesquels font référence à la manière de prononcer ?

Les acteurs Chantal Lauby et Michel Blanc, dans le film Les Souvenirs.

2. Quels verbes associez-vous à ces définitions ? a) « pousser des cris violents » b) « parler tout bas » c ) « parler en répétant certaines syllabes »

22 vingt-deux

« Grammaire » Observation de la langue, en contexte. Appropriation des règles. Exercices d’application. 4

« Lexique » – « Sons et graphies » Découverte active, par champs sémantiques. Réemploi dans un cadre communicatif. Pratiques de discrimination phonétique.

quatre

09038504_002-005.indd 4

24/02/16 16:38


Compétences de communication 1

S O CI É T É

Semaine de la langue française et de la francophonie La semaine de la langue française et de la francophonie se déroule tous les ans aux alentours du 20 mars, journée internationale de la francophonie. Elle célèbre la langue française en France et à l’étranger : des animations sont organisées, comme des ateliers d’écriture, des compétitions de slam, des conférences, des débats, des expositions, des rencontres, etc. Elle existe depuis 1995 sous l’égide du ministère de la Culture et de la Communication. C’est aussi l’occasion de jouer autour de dix mots, choisis à partir d’un thème différent chaque année, avec l’opération « Dis-moi dix mots ». Par exemple, depuis une dizaine d’années, ont été mis à l’honneur : « amalgame », « faribole », « vis-à-vis », « confier », « réseauter », « mentor », « compatible », « apprivoiser » ou encore « badinage ». Connaissez-vous ces mots ? À votre avis, que veulent-ils dire ?

« Société »

Et vous, quels sont vos mots préférés en français ?

Des suppléments d’information socioculturelle en prise sur l’actualité.

Apprendre une langue, c’est bon pour la santé ! Booster son cerveau Des études récentes montrent que l’apprentissage d’une langue étrangère est particulièrement bénéfique pour notre cerveau. L’une d’entre elles, publiée dans le Journal of Neurolinguistics, a révélé que les apprenants d’une langue étrangère créaient de nouveaux réseaux neuronaux. Or, plus le cerveau a établi de connexions, plus il réagit vite. Ainsi, les personnes qui parlent plusieurs langues retiennent plus facilement des listes de courses ou encore des indications. Elles font mieux le tri entre les informations qui sont essentielles et

celles qui sont moins importantes, et reconnaissent plus vite les informations mensongères. Ça vous surprend ? Apprendre d’autres langues permet de connaître le sens et les nuances de chaque mot ; la capacité d’analyse et de réflexion se développe et permet de prendre des décisions plus rapides et plus rationnelles, dans des conditions difficiles. Ralentir le déclin cognitif Une autre étude, canadienne, nous a appris que le fait d’être bilingue avait retardé de quatre ans l’apparition de la maladie

d’Alzheimer chez les patients observés, par rapports aux autres patients monolingues. Se faire plaisir ! Enfin, l’apprentissage d’une langue sollicite la zone du striatum ventral, la zone du cerveau qui délivre la dopamine, la molécule du plaisir, de la récompense. D’après les chercheurs, nous ferions le lien entre l’apprentissage d’une nouvelle langue et l’apprentissage de la parole lorsque nous étions enfants, en interaction émotionnelle très forte avec nos parents.

vingt-cinq 25

« Compétences » Des activités ancrées dans la réalité sociale et personnelle. Appropriation de la langue et mise en pratique des compétences de compréhension et d’expression, à l’oral et à l’écrit. À partir d’autres documents authentiques. 1

COMPÉTENCES

8 Lisez le texte suivant. Accueil

9 Répondez aux questions suivantes. Catégories

À propos

1. D’où ce texte est-il tiré ? a) D’un site scientifique. b) D’une encyclopédie en ligne. c ) D’un site de vulgarisation.

Contact

LE REGARD AU-DELÀ DES MOTS Dans la communication, il y a les mots mais il y a aussi tout ce qui n’est pas dit et qui passe au travers du corps, c’est ce que l’on appelle la communication non verbale : la poignée de main, une main posée sur l’épaule, les bras croisés, et un élément essentiel de cette communication non verbale : le regard. Selon une étude réalisée par Albert Mehrabian, professeur de psychologie à l’Université de Californie, le langage du corps influe à 93 % sur le jugement d’une personne contre 7 % pour les mots émis. 38 % du pouvoir de conviction passe par l’intonation, mais 55 % passe par le regard ou l’expression visuelle. Le regard est donc un atout privilégié dans l’art de la communication. C’est une fenêtre ouverte sur le monde intérieur et le moyen d’une rencontre authentique avec l’autre. Il mobilise l’attention et va bien au-delà des mots. Le regard parle mais parfois le message qu’il nous renvoie est en contradiction avec les mots prononcés. Par exemple, une personne nous dit qu’elle est satisfaite d’entreprendre une activité avec nous et en même temps ses yeux traduisent un sentiment de tristesse ou de lassitude. La personne n’est pas cohérente avec elle-même. Bien sûr, cela demande confirmation, pour s’assurer de ne pas mal interpréter ce message non verbal.

2. Quel est son objectif principal ? a) Analyser le phénomène de la communication. b) Souligner le rôle du regard dans la communication. c ) Comparer la communication verbale et non verbale.

10 Dites si c’est vrai ou faux. Justifiez vos réponses. Archives Août Juillet Juin Avril …

Mobiliser l’attention Le regard est essentiel. Dans un premier temps, regarder c’est entrer en contact avec quelqu’un, attirer et maintenir l’attention de la personne. Il permet aussi de percevoir les réactions de son interlocuteur, de vérifier l’écoute et la compréhension et de s’appuyer dessus pour approfondir la relation. Lors de la prise de parole devant un groupe, surtout s’il s’agit d’un groupe assez petit, le fait de regarder chaque participant tour à tour permet d’impliquer les personnes. De même, devant un groupe distant, regarder chaque participant avec attention et bienveillance rendra l’auditoire plus disponible et plus attentif.

1. « atout » (3e paragraphe) : a) « élément favorable » b) « obstacle » c ) « problème » 2. « entreprendre » (3e paragraphe) : a) « terminer » b) « faciliter » c ) « commencer »

Interprétation du regard Selon les différentes cultures, l’interprétation d’un regard variera sensiblement. Ainsi en Europe, quelqu’un qui regarde dans les yeux est considéré comme sûr de lui et digne de confiance, comme une personne forte, alors que dans d’autres pays cela peut être jugé comme un signe d’agressivité ou un manque de politesse. D’où l’intérêt quand on va dans un pays étranger de se renseigner au préalable sur les usages en pratique. À l’inverse, quelqu’un au regard fuyant va être estimé dans nos contrées comme peu fiable, menteur ou hypocrite. Il peut s’agir également d’un manque de confiance en soi ou de timidité. […]

5. « tenter » (8e paragraphe) : a) « essayer » b) « repousser » c ) « risquer » 6. « partage » (8e paragraphe) : a) « aide » b) « unanimité » c ) « communion »

3. « lassitude » (3e paragraphe) : a) « enthousiasme » b) « satisfaction » c ) « fatigue » 4. « bienveillance » (5e paragraphe) : a) « froideur » b) « gentillesse » c ) « antipathie »

14 Vous participez au forum « Au bonheur parfait ». (120 mots)

Le paradoxe d’Internet Le paradoxe avec la communication moderne par écrans interposés (télévision, ordinateur, Internet), c’est que nous tentons sans cesse de communiquer avec le monde entier, de nous informer, de transmettre des données, mais sans jamais croiser un regard. Et en même temps, on constate que l’homme ne s’est jamais senti aussi seul que dans notre société actuelle. C’est bien le signe que l’homme a besoin de partage authentique et du regard de l’autre pour exister. Il devient donc important de retrouver le regard de l’autre, de réinstaller cette rencontre dans nos vies, un regard qui nous construit et nous révèle.

?

J’invite celles et ceux qui ont envie de partager des moments exceptionnels à raconter une expérience unique qu’ils / elles ont vécue au cours de leur vie. Pensez à évoquer les impressions et les émotions que vous avez ressenties. Camille, votre psychologue

Avant de rédiger, pensez aux points que vous allez aborder et dans quel ordre : lieux, moments, faits, émotions, impressions, personnes. Qu’est-ce qui montrera dans votre texte que vous participez à un forum ?

© Pascale Samson, www.coach-sante.com 28 vingt-huit

Trucs et astuces pour apprendre le français

Dans la communication non verbale, les gestes sont les éléments les plus importants. La capacité de persuasion des gens dépend en grande mesure de leur regard. Le regard permet de capter ce que pense réellement la personne. Le regard peut contredire les paroles du locuteur. En petit groupe, il est conseillé de regarder toujours tous les auditeurs en même temps. La manière de regarder quelqu’un est interprétée partout dans le monde de la même façon. Il n’est pas important de connaître les usages culturels de chaque pays. Depuis l’apparition d’Internet, le regard est moins présent dans la communication.

11 Quelles sont, d’après le texte, les différentes fonctions du regard ? 12 Citez un exemple de différence de perception du regard. 13 Indiquez le sens de ces mots, extraits du texte.

Mai

TÂCHE FINALE

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8.

vingt-neuf 29

1

Vous allez échanger des conseils et trouver les clés pour apprendre plus vite et mieux ce dont vous avez besoin en français.

1 Préparation. Individuellement, situez-vous par rapport à votre apprentissage.

1. Remplissez la fiche « biographie linguistique » proposée par votre professeur. 2. Ensuite, commentez rapidement vos réponses devant le groupe-classe, puis énoncez votre objectif prioritaire.

2 Réalisation. Formez des petits groupes en fonction de votre priorité.

1. Choisissez l’activité d’apprentissage qui vous semble particulièrement importante ou difficile. 2. Rédigez la liste de vos meilleurs conseils pour faciliter la réalisation de cette activité : a) le matériel qui vous semble utile. b) les autres activités qui peuvent vous aider à améliorer vos résultats.

« Tâche finale » Un véritable projet collaboratif. L’aboutissement pratique de l’unité.

3 Présentation. Chaque petit groupe expose sa liste de conseils au reste de la classe, qui commente les propositions.

4 Prolongement. Créez un blog pour échanger vos conseils et vos trucs et astuces pour apprendre plus vite et mieux. Il pourra être utile à beaucoup d’étudiants !

Félicitations ! Vous avez désormais le début de votre blog ! 30 trente

cinq

09038504_002-005.indd 5

5

07/03/16 18:33


TABLEAU DES CONTENUS Unité 0  Voyages p. 10 à 16

Unité 1 

Mots et compagnie p. 17 à 30

Unité 2 

Changer d’air p. 31 à 44

Unité 3 

Parlons d’argent p. 45 à 58

Unité 4 

Remise en forme p. 59 à 72

Unité 5 

Passionnément p. 73 à 86

STRATÉGIES 6

COMMUNICATION

GRAMMAIRE

LE IQUE - PRONONCIATION

Faire connaissance avec les membres du groupe

Révision

Lexique Révision Prononciation Virelangues

Conseiller quelqu’un Donner des exemples Se débrouiller pour communiquer Décrire un apprentissage Insister sur quelque chose, mettre une idée en évidence

Les temps du passé (révision) : imparfait, passé composé, plus-que-parfait Le passé simple (identification)

Lexique Les façons de parler Le langage non verbal Les mots Les réseaux sociaux Sons et graphies Le son [j]

Exprimer son point de vue Exprimer son (dés)accord Décrire un comportement Décrire un lieu Résumer une situation

L’expression du temps Les adjectifs et les pronoms indéfinis

Lexique Les personnes Le cadre de vie Les modes et rythmes de vie Les relations sociales Sons et graphies Les sons [e], [ə] et [ɛ]

S’assurer que son interlocuteur a compris S’assurer de comprendre son interlocuteur Exprimer la cause, la raison Exprimer la conséquence Interroger quelqu’un

L’expression de la cause Lexique L’expression de la conséquence La cigale et la fourmi La place des pronoms L’argent compléments L’économie Sons et graphies Les sons [s] et [z]

Interroger quelqu’un sur un problème de santé Décrire des symptômes Établir un diagnostic Faire une prescription, donner des indications Rassurer quelqu’un Faire des suppositions Exprimer un souhait, un regret

La voix passive Le conditionnel présent (révision) Le conditionnel passé

Lexique Les maladies La consultation médicale Les professionnels de la santé L’hôpital Sons et graphies Les sons [ø], [œ], [ɔ] et [o]

Interroger quelqu’un sur ses sentiments, ses émotions Exprimer des sentiments, des émotions, des goûts, des préférences Exprimer l’ignorance Exprimer la volonté, le souhait, le désir, l’intention, le refus Exprimer l’obligation, l’interdit Exprimer le doute, l’éventualité, les degrés de certitude Exprimer une opinion

Le subjonctif présent (révision) Le subjonctif passé L’alternance entre le subjonctif et l’indicatif

Lexique Les passions L’amour La vie de couple et la famille Sons et graphies Les nasales [ɑ̃], [ɔ̃] et [ɛ̃]

EO, CO, CE, EE : faire son évaluation initiale, p. 12, 13, 15 et 16. EO : réparer son discours, p. 27 ; présenter un monologue, p. 55

six

09038504_006-009.indd 6

23/02/16 17:02


ASPECTS CULTURELS

ORAL

ÉCRIT

TÂCHE FINALE

Compréhension Anecdote Flash infos Enquête Production Discussions Souvenirs Devinette

Compréhension Définition Publicité Blog Production Carte postale Anecdote (mail) Opinion (blog)

La langue des signes L’apprentissage des langues La signification du regard Société La semaine de la francophonie Le cerveau et l’apprentissage des langues

Compréhension Interviews Production Échanges, discussions Monologues

Compréhension Extrait littéraire Article (blog) Production Témoignage (forum)

« Trucs et astuces pour apprendre le français »

Les différentes générations Le Valais (Suisse) La société française Les Systèmes d’Échange local Société Le Baromètre des Valeurs des Français La génération Z

Compréhension Reportage Interview Production Discussion Sondage Description

Compréhension Articles (presse) Production Description (courrier des lecteurs)

« Pause détente ! »

Le collège Les fables Les Français et l’argent Les jeunes Suisses et l’argent Société Fabriqué en France ?

Compréhension Micro-trottoir Émission de radio Production Conversation Discussion

Compréhension Extrait littéraire Production Conseils (forum)

« Séjour francophone : côté finances »

La consultation médicale en France L’Assurance Maladie La carte Vitale La consommation de médicaments en France Les médecines alternatives Société Les médecines douces

Compréhension Conversation Émission de radio (débat) Production Conversations Discussions, débat Consultation Monologue Émission de radio

Compréhension Articles (blogs, presse) Extrait d’un ouvrage de sociologie Production Mail d’excuses

« Premier congrès Santé et vie »

Igor Bogdanov Stendhal Les collectionneurs d’art L’adoption Société Le syndrome de Stendhal

Compréhension Interviews Production Monologue Conversations Jeu de rôle

Compréhension Critique de livre Extrait d’essai Témoignage Dessin humoristique Article (magazine de psychologie) Production Témoignage (blog)

« Parrain, marraine, pourquoi pas ? »

Les voyages La personnalité La francophonie Les livres numériques

EE : réfléchir sur l’expression écrite, p. 43 ; co-évaluer l’écrit, p. 71 CO : prendre des notes, p. 82 Stratégies croisées (tâches finales) : documentation, initiative, coopération, (co-)évaluation sept

09038504_006-009.indd 7

7

23/02/16 17:02


TABLEAU DES CONTENUS Unité 6  On bosse ! p. 87 à 100

Unité 7 

La forme ? p. 101 à 114

Unité 8 

L’avenir de la planète p. 115 à 128

UNITÉ 9 

L’art et la manière p. 129 à 142

Unité 10  Urbains p. 143 à 156

Projet

Blog de classe p. 157 à 162

COMMUNICATION Présenter une carrière Parler d’un(e) employé(e) Exprimer une opinion Indiquer un but Exprimer sa désapprobation ou son désaccord

GRAMMAIRE Le but Le participe présent Le gérondif

LE IQUE - PRONONCIATION Lexique Les études et la formation La recherche d’emploi Le monde du travail Sons et graphies Les sons [b] et [v] ; [u], [y] et [ɔ]

Proposer de faire quelque chose L’opposition Répondre à une proposition La concession Rapporter des propos Le discours rapporté Exprimer son opposition à une idée Faire des concessions (Se) corriger, (se) reprendre, rectifier Encourager quelqu’un

Lexique Les congés Les loisirs Le sport Les jeux Sons et graphies Les sons [ʃ] et [ʒ]

Expliquer un problème Mettre quelque chose en valeur Introduire un sous-thème Faire des hypothèses Exprimer des conditions Faire des reproches Exprimer des regrets

Le conditionnel présent et passé La condition L’hypothèse

Lexique L’univers La recherche L’environnement Sons et graphies Le son [ʀ]

Exprimer vos goûts et vos préférences Donner une appréciation positive ou négative Donner un avis partagé Mettre quelque chose en valeur Définir un mot

Les pronoms relatifs composés La mise en relief

Lexique Les arts plastiques La photographie, la vidéo Le cinéma, le théâtre, les spectacles La littérature La télévision Sons et graphies Les homophones

Organiser son discours Souligner une idée Exprimer le doute, l’incertitude Hésiter Exprimer la quantité Structurer un récit Situer dans le temps

Les pronoms possessifs L’antériorité et la postériorité

Lexique La ville Les adresses utiles Les déplacements, les transports Les citadins Sons et graphies Les homophones Les homographes Les blogs Les médias

Anne es  p. 163 à 231

STRATÉGIES

8

BILANS COMMUNICATION, p. 164 ; ÉVALUATIONS FINALES TYPE DELF B1, p. 177 ; EE : comprendre des mots inconnus grâce au contexte, p. 98 ; co-évaluer l’expression orale, p. 139  EO : élaborer un résumé, p. 113 ; décrire une photo, p. 125

huit

09038504_006-009.indd 8

23/02/16 17:02


ASPECTS CULTURELS

ORAL

ÉCRIT

TÂCHE FINALE

Les open spaces Les Français et le travail Le système scolaire et universitaire français Société Les autodidactes Les métiers de demain Les entretiens d’embauche

Compréhension Reportages radiophoniques Production Monologues Conversations Table ronde

Compréhension Articles de journal, et de magazine Production Mail

« En quête d’un emploi »

La braderie de Lille Les jeux de société Le sport et la santé Société Le rugby Le Tour de France Le Monopoly

Compréhension Conversation Reportage télévisé Production Monologue Conversations Résumé

Compréhension Articles de journaux et de magazines Production Enquête

« Cours d’initiation à un sport »

La recherche scientifique Les Peuls autochtones du Tchad La pollution Société « Ma thèse en 180 secondes » Des scientifiques célèbres

Compréhension Extrait de conférence Interview radiophonique Production Discussions Monologues

Compréhension Textes de science-fiction Article de journal Production Courrier des lecteurs

« Et si nous inventions un nouveau monde ? »

La bande dessinée Le festival d’Angoulême Le Quai d’Orsay La télévision en France Société Le cinéma français Les séries et les web-séries Les romans en bande dessinée

Compréhension Émission radiophonique Reportage télévisé Production Discussions Monologues

Compréhension Critiques de film Extrait d’un projet académique Interview Production Interview

« Programme des festivités »

La ville de Chartres La Beauce La cosmetic valley Société Les villes et villages fleuris Le respect de l’environnement en ville La pollution lumineuse

Compréhension Conte moderne Interview radiophonique Production Monologues Échanges, discussion Anecdote

Compréhension Article de journal Extrait littéraire Production Récit

« Regards sur la ville »

Production Discussions Interviews Reportages Débats

Compréhension Article (presse) Production Articles (blog) Billets (blog) Revues de presse Critiques culturelles

La blogosphère Les médias

PRÉCIS GRAMMATICAL, p. 184 ; PHONÉTIQUE, p. 204 ; CONJUGAISON, p. 196 ; TRANSCRIPTIONS, p. 206 CO, EO, CE, EE : préparer son examen final, p. 155 Stratégies croisées (tâches finales) : documentation, initiative, coopération, (co-)évaluation

neuf

09038504_006-009.indd 9

9

23/02/16 17:02


unité

0

Voyages Dans cette unité, vous allez… réactiver vos compétences. faire connaissance avec les autres membres du groupe. faire votre évaluation initiale.

1 Petit plaisir de voyage. Vous avez passé vos vacances dans un pays exotique et c’est le dernier jour. Il vous reste quelques devises du pays : comment allez-vous les dépenser ? a) Vous vous offrez un repas gastronomique dans un très bon restaurant de cuisine traditionnelle. b) Vous choisissez un objet ancien, bel exemple de l’artisanat local, qui ira très bien dans votre intérieur.  c ) Vous achetez un sac de voyage flambant neuf pour remplacer le vôtre, un peu fatigué après de nombreux voyages. d) Vous craquez pour un très beau livre de photos, qui vous rappellera les paysages et les habitants du pays. e) Vous faites le plein de petits souvenirs pour vos proches.

2 Formez un groupe avec celles et ceux qui ont répondu comme vous. Ensuite, entre vous, expliquez pourquoi vous avez fait ce choix.

10 dix

09038504_010-016.indd 10

23/02/16 17:06


0

3 Question de personnalité.

1. Répondez individuellement à cette enquête, puis commentez vos réponses avec vos camarades, au sein du groupe que vous venez de former.

1

Où aimeriez-vous vivre ? Dans une ville moyenne avec des infrastructures sanitaires et culturelles satisfaisantes. Dans une métropole internationale et pleine de vie. À l’extérieur d’une agglomération, dans un endroit faiblement peuplé. Je suis bien ici, où j’ai toujours vécu avec ma famille.

2

5

Qu’est-ce qui vous motive

vraiment ? La réussite professionnelle. Une vie de couple ou de famille heureuse. L’aventure et les changements. Un peu tout.

6

Comment vous comportez-vous

Pour partir en voyage, quel

3

4

climat privilégiez-vous ? Un climat océanique : humide mais toujours doux. Un climat continental : froid et sec en hiver. Un climat méditerranéen : chaud et sec. Un climat tropical : très chaud et parfois pluvieux. Quels genres de magasins préférez-vous pour faire vos achats ? Aucun : je déteste faire les magasins. Les grandes surfaces et les galeries marchandes à la périphérie des villes. Les petites boutiques du centre-ville. Tout type de commerces : je suis un(e) accro des achats.

7

quand vous êtes avec d’autres personnes ? J’ai tendance à répondre de manière brève aux questions qu’on me pose. Parfois, on a du mal à m’interrompre. Je parle très peu, je préfère écouter les autres parler, ça me semble plus intéressant. Cela dépend de mon humeur. Comment montrez-vous aux autres que vous n’êtes pas d’accord ? Je le dis immédiatement et sans détours. J’essaie de montrer indirectement mon désaccord plutôt que de le dire clairement. Je me sens très rarement en désaccord total avec mes interlocuteurs. Cela dépend des raisons.

8

Si vous étiez un matériau,

À qui ou à quoi préférez-vous consacrer votre temps libre ? À mes proches. Aux sorties entre ami(e)s. À me reposer et à prendre soin de moi. À ma passion.

que seriez-vous ? De l’argile utilisée par un bon potier. Un diamant taillé et scintillant. Du sable blond, celui d’une plage paradisiaque. Du métal façonné par un artisan.

2. Chaque membre du groupe se charge de retransmettre au reste de la classe, à tour de rôle, les divers réponses et commentaires. onze 11

09038504_010-016.indd 11

23/02/16 17:06


4 Voyages, voyages ! Par groupes de quatre, racontez votre meilleur souvenir de voyage. Ceux / Celles qui écoutent posent des questions pour obtenir des détails ou des explications supplémentaires.

5 Devinettes ! Pendant vos voyages et au cours de vos lectures, vous avez découvert

des personnages francophones célèbres et identifié des éléments culturels. 1. En grand groupe, jouez et devinez de qui ou de quoi il est question. a) Elle est née à Paris, en 1915, dans un milieu populaire ; elle est morte jeune et très célèbre. Deux des chansons préférées du public ont pour titre La vie en rose et L’hymne à l’amour. b) Ces deux frères belges sont des cinéastes célèbres ; ils sont considérés comme les représentants du cinéma social européen. Ils ont gagné, entre autres, deux Palmes d’or au festival de Cannes.  c ) C’est une tarte aux pommes qui a été inventée par hasard par deux sœurs françaises, cuisinières de leur métier, au xixe siècle. Contrairement aux autres tartes aux pommes, les fruits se trouvent sous la pâte et non pas dessus. 2. Proposez d’autres devinettes et jouez.

6 Écoutez les phrases suivantes, puis répétez-les vite et sans vous tromper. 1. Le ver vert va vers le verre vert. 2. Il prend son dessert dans le désert. 3. As-tu vu le tutu de Lili d’Honolulu ? 4. Cinq chiens chassent six chats.

Commentez en petits groupes. Quelle activité vous a semblé la plus difficile ? Laquelle vous a semblé la plus facile ? • L’activité 1, 2 ou 3 : courtes improvisations, puis échanges en petits groupes. • L’activité 4 : court monologue au passé, puis échanges en petits groupes. • L’activité 5 : devinettes d’ordre culturel. • L’activité 6 : prononciation. Évaluez votre niveau de production orale de 1 (-) à 3 (+). Vous vous êtes exprimé(e) en français… • tout le temps. • avec aisance. • avec précision. • correctement. • sans avoir besoin de répéter.

12 douze

09038504_010-016.indd 12

23/02/16 17:06


0 7 Écoutez cette anecdote, puis choisissez le résumé

le plus exact. a) Au cours d’un voyage, deux amies perdent leurs papiers à la frontière mais elles les retrouvent grâce aux enfants d’un village proche qui les ont aidées aussitôt à les chercher. b) Deux amies veulent passer la frontière, mais elles ont perdu leurs papiers ; les douaniers leur disent qu’elles doivent aller au consulat le plus proche pour régulariser leur situation. c ) Deux amies perdent leurs papiers à la frontière et apprennent, au consulat, qu’on les a retrouvés grâce à l’initiative des douaniers et à l’aide de tous les enfants du village.

8 Enquête sur le livre numérique. À quelle

personne correspond chaque réponse ? a) Je lis des livres numériques, mais aussi des livres traditionnels, en papier. b) Je lis des livres numériques, je n’en pense que du bien. c ) Je lis très souvent sur un support numérique, mais il y a un certain genre de publications que je préfère découvrir sur papier. d) J’ai essayé de lire des livres numériques, mais je ne le fais plus parce que ça ne me semble pas très bon pour la santé. e) Je refuse de lire des livres numériques, ils n’ont pas le charme des livres traditionnels et je n’en vois pas l’intérêt. f ) Je ne lis pas sur support numérique parce que le genre de livres que je lis ne s’y prête pas.

9 Écoutez ces flashs d’information et

complétez les fiches correspondantes.

Information nº 1 • Sujet d’actualité. • Chiffres cités. • Personnes ou institutions mention

nées.

Information nº 2 • Activité culturelle citée. • Moment et lieu. • Justifications de l’activité. Information nº 3 • Sujet de l’information. • Personne et institution mentionnées. • Justification de l’information donnée.

Commentez en petits groupes : • Quel document vous a semblé le plus facile à comprendre ? Le plus difficile ? Pourquoi ? • Quelle activité vous a semblé la plus facile ? La plus difficile ? Pourquoi ? • Combien d’activités avez-vous faites correctement ? Lesquelles ? Évaluez votre compréhension orale de 1 (-) à 3 (+), en ce qui concerne… • la compréhension globale (activité 7). • la compréhension de certaines informations (activité 8). • la compréhension plus détaillée (activité 9).

treize 13

09038504_010-016.indd 13

23/02/16 17:06


10 Lisez les documents suivants. Quel est le thème commun à tous ? Texte 1

Texte 2

Hôtel-boutique

VOYAGE [vwajaʒ] n. m. ■ UN VOYAGE 1. Déplacement d’une personne qui va dans un lieu assez éloigné. Nous avons fait un voyage en Italie. C’était un beau voyage. Ils ont fait plusieurs voyages dans l’année. Elle fait un voyage d’affaires : elle s’est déplacée pour son travail. ➞ déplacement. Leur VOYAGE DE NOCES a duré quinze jours, le voyage qu’ils ont fait pour fêter leur mariage. Je vous souhaite un bon voyage ! – Bon voyage, écrivez-nous ! – J’aimerais PARTIR EN VOYAGE, faire un voyage. Nous avons eu beaucoup de problèmes pendant le voyage. ➞ trajet. – J’ai fait enregistrer les valises et les SACS DE VOYAGE. – Les forains, les gens du cirque sont des GENS DU VOYAGE, des gens qui se déplacent sans cesse. 2. Petit déplacement que l’on fait pour transporter des objets. Il a fallu faire trois voyages pour monter toutes les valises dans l’appartement  ! – allée et venue.

Les pieds dans l’eau Bâti sur un promontoire en bord de mer, notre hôtel vous offrira une vue à couper le souffle sur Nice et sur sa Baie des Anges. Vous jouirez de tous les avantages d’un hôtel-boutique séduisant, grâce à une architecture originale, une décoration recherchée, un service discret et raffiné, un confort exceptionnel… Vous pourrez flâner dans la vieille ville de Nice et vous délasser sur la plage Castel, en contrebas de l’hôtel.

© 1999, CLE INTERNATIONAL © 1999, DICTIONNAIRE LE ROBERT

Texte 3

Accueil

J’AIME LE MONDE Destinations

Un peu de photos

Infos pratiques

En vrac

Six mois passent, je suis au Cambodge pour découvrir ce magnifique pays. Après plusieurs semaines intenses dans les temples d’Angkor et dans la jungle à l’Est du pays, l’heure est venue de se ressourcer sur l’île du lapin, véritable petit paradis sur terre. Histoire d’adopter les coutumes locales, c’est dans un hamac que je m’installe […]. Bercé par le bruit des vagues, je m’endors paisiblement pendant quelques heures. Mes yeux s’ouvrent doucement, le réveil est… difficile et le corps est un peu « rouillé » après cette petite sieste dans le hamac. Je retrouve doucement mes esprits quand un de mes pairs voyageurs s’approche : « Dis-moi, t’es français ? » me demande-t-il. « Oui, comment as-tu deviné ? » « T’étais pas au Pérou y a six mois ? » « Oui ! » « C’était toi dans le bus pour aller à Cabanaconde ! » Autant vous dire que j’ai totalement halluciné ! Le temps de me remémorer ce trajet en bus, les Français avec qui j’avais parlé… Eh oui, le souvenir remonte, aucun doute, c’est bien mon voisin de bus de la piste de la mort du Pérou qui est en face de moi sur une petite île perdue du Cambodge !

Nous avons pris le temps de discuter un peu plus longuement cette fois, et avons fêté ça autour… d’un coca ! Ils m’ont raconté leur tour du monde qui arrivait bientôt à sa fin. Cécile et Matthieu viennent d’Orléans. Bien entendu, on ne s’est pas encore croisés par hasard en France, mais je ne serai pas surpris cette fois ! Texte : © Julien Grenet – jaimelemonde.fr

14 quatorze

09038504_010-016.indd 14

23/02/16 17:07


0 Texte 4 Le touriste n’est pas cet individu un peu rustre et moutonnier que l’on dépeint si souvent. C’est un voyageur complexe qui transporte avec lui ses désirs et ses rêves. Ses façons de voyager en disent long sur notre société et notre époque. L’analyse des pratiques touristiques s’expose souvent à une première erreur, qui consiste à amalgamer le sujet et le phénomène. À confondre ou refuser de distinguer le touriste du tourisme. Ainsi l’observation du voyageur comme personne – avec ses désirs, ses valeurs et ses rêves – disparaît-elle au profit de l’étude du fait de masse   : sa quantité, son nombre, ses espaces, ses flux. Au nom de la distance sociologique, de la neutralité statistique ou encore du réalisme marchand, on en vient ainsi à une approche purement comptable des pratiques touristiques : périodes, durées, pourcentages, fréquences, destinations, transports, saisons, hébergements, fréquentations… Extrait de « Pourquoi voyageons-nous ? », Jean-Didier Urbain, Sciences Humaines nº 240, août-septembre 2012.

11 Répondez aux questions suivantes.

1. Associez chaque texte à un type de document. a) Un témoignage. b) Un extrait d’article. c ) Une entrée de dictionnaire. d) Une publicité. 2. Quel est l’objectif de chaque texte ? a) Présenter un produit touristique. b) Aborder un sujet de société. c ) Raconter un souvenir. d) Définir un mot. 3. Quel titre donneriez-vous aux textes 2, 3 et 4 ? a) « Pourquoi voyageons-nous ? » b) « Une rencontre surprenante ! » c ) « Séjour de luxe. »

12

Relisez les documents, puis répondez à la question correspondant à chacun. Texte 1. Quelles différences observez-vous entre les deux acceptions du terme ? Texte 2. Quelles particularités permettent de dire que c’est un établissement de luxe ? Texte 3. Repérez dans le texte les personnages, les lieux et les moments. Qu’est-ce qui est surprenant dans cette histoire ? Texte 4. Quelle est l’idée principale de cet extrait ?

Évaluez votre compréhension écrite. À combien de questions avez-vous répondu correctement ? Auxquelles ? • À celles qui concernent la compréhension globale (activité 10 et activité 11, 1re question). • À celles qui concernent la compréhension fine (activité 11, 2e et 3e questions, et activité 12). • À celle qui concerne la compréhension sélective d’informations (activité 12, 3e question). quinze 15

09038504_010-016.indd 15

23/02/16 17:07


0 13 Vous êtes en voyage touristique.

Écrivez une carte postale à un(e) ami(e). (30 mots)

14 Racontez une anecdote de voyage

surprenante, choquante… (80 mots)

15 Participez au blog « Opinion expresse ». Donnez votre avis sur la phrase : « Les voyages forment la jeunesse ». (50 mots)

Commentez en petits groupes : • Quel texte a été le plus facile à écrire pour vous ? • Et le plus difficile ? Pourquoi ? Évaluez votre niveau de production écrite de 1 (-) à 3 (+). En général, quand vous écrivez un texte… • vous pouvez trouver des idées et les organiser. • vous utilisez un vocabulaire adéquat et relativement varié. • vous écrivez correctement, sans erreurs systématiques.

En fonction de vos résultats, quelle(s) compétence(s) devez-vous travailler le plus : parler, écouter, lire, écrire ?

16 seize

09038504_010-016.indd 16

23/02/16 17:07


Mots et compagnie

unité

1

À la fin de l'unité 1, vous serez capable de… comprendre un reportage et une interview radiophoniques (communication). présenter une expérience (apprentissage du français). discuter (apprentissage des langues et utilisation des réseaux sociaux). comprendre un texte littéraire (apprentissage d’une langue). comprendre un texte de vulgarisation (communication non verbale). poster une expérience passée sur un forum (moments de bonheur).

TÂCHE FINALE : « Trucs et astuces pour apprendre le français »

Pour cela, vous apprendrez à… • conseiller quelqu’un. • donner des exemples. • vous débrouiller pour communiquer. • décrire un apprentissage. • insister sur quelque chose, mettre une idée en évidence.

Stratégies Comment « réparer » son discours.

dix-sept 17

09038504_017-030.indd 17

23/02/16 17:07


CONTE TES

Communiquer autrement

1 Écoutez ce document radiophonique,

puis répondez aux questions. 1. Combien de personnes avez-vous entendues ? Qui sont-elles ? 2. Précisez la nature du document. a) Une émission interactive, qui favorise un échange avec le public. b) Un reportage en différé. c ) Un débat en direct. 3. Quel titre pouvez-vous lui donner ? a) « Vaincre le handicap ». b) « Le téléphone pour les sourds ». c ) « Parler avec ses mains et ses yeux ». 4. Indiquez le nom de la station de radio et celui de l’émission.

La LSF Pour un sourd, l’apprentissage du langage passe, en principe, par la vue. C’est ce qui a conduit à l’élaboration de modes d’expression par gestes. Ces systèmes parfois complexes sont devenus les langues signées. La langue des signes française (LSF) en est une.

2 Dites si les affirmations suivantes sont vraies

ou fausses. Si elles sont fausses, corrigez-les. 1. La cabine que Brice a vue se trouve à côté de la médiathèque où il est allé. 2. L’une des particularités de cette cabine est d’être équipée d’un écran connecté à une webcam. 3. Des interprètes en langue des signes permettent la communication entre une personne sourde et son interlocuteur. 4. Sur l’écran, les réponses apparaissent toujours sous forme de sous-titres. 5. Mylène intervient car elle aimerait apprendre la langue des signes. 6. Elle a eu l’occasion de connaître les réactions d’un malentendant sur cette invention. 7. Pour devenir interprète en langue des signes, il n’y a pas besoin de faire d’études universitaires. 8. En France, on manque d’interprètes en langue des signes.

3 Dites à quoi correspondent les chiffres suivants. 1. 22. 2. 500 000.

3. 400. 4. 3 000.

18 dix-huit

09038504_017-030.indd 18

23/02/16 17:07


1

Premier pas en français

Ma voisine de table se tourna vers moi et me demanda :  – Et vous, Junichi, vous souvenez-vous de votre tout premier contact avec le français ? Que lui dire en peu de mots ? – Oui, très bien ; j’avais à peine dix-neuf ans, cela remonte à quelques années déjà. Ma voisine sourit. Moi, je revis alors le début de cette longue trajectoire qui allait me conduire jusqu’ici, dans ce restaurant parisien, à un repas où l’on fêtait l’anniversaire des Amitiés franco-japonaises. Je me rappelais très bien : au début de mes études à l’université de Tokyo, dans les années 80, nous pouvions suivre des cours de langue étrangère. Un jour, je décidai de me rendre dans le département des langues pour me renseigner. Là-bas, un haut-parleur installé dans le couloir diffusait en boucle un message de bienvenue en français aux étudiants, ainsi que les bribes d’une chanson. J’étais alors resté vingt bonnes minutes à m’en délecter : l’attirance pour cette langue aux sonorités nouvelles fut immédiate, ces mots inconnus m’attrapèrent dans leur rythme, leur intonation, leur musicalité et j’eus l’impression qu’une porte s’ouvrait sur un nouvel univers. Je m’inscrivis le jour même et le goût du français ne me quitta plus. Les cours de français se décomposaient en deux parties : nous écoutions d’abord un dialogue, sur cassette, et le professeur nous montrait comment prononcer ; ensuite, nous répétions beaucoup, parlions un peu et faisions des exercices. Mais, très vite, cela ne me suffit plus, je voulais un contact permanent avec tous ces mots et ces sons, afin de les écouter, les reproduire, les posséder. Ils n’avaient rien à voir avec ma langue maternelle et cela me fascinait. À l’université, il est vrai que nous pouvions écouter tout le matériel de nos cours sur cassettes, dans des cabines individuelles, au fond de la bibliothèque des langues mais, surtout, j’appris qu’il existait un service de prêt. Une idée me passa alors par la tête : les premiers baladeurs, ces ancêtres des lecteurs MP3, venaient de faire leur apparition sur le marché japonais. Voilà ce qu’il me fallait ! Malheureusement, le gadget était assez cher et je devais convaincre mes parents. Je leur expliquai les multiples avantages de cet appareil magique pour étudier le français à ma guise et m’améliorer rapidement. Mon père hocha la tête, regarda ma mère. Ils ne me dirent ni oui ni non. Qu’en penser ? La surprise arriva une semaine plus tard, chez nous : un petit paquet qui contenait un reproducteur de cassettes bleu et gris et un casque. Quel bonheur ! Je lus dans les yeux de mes parents qu’ils partageaient mon émotion. Dès lors, ce walkman ne me quitta plus. À la bibliothèque, on me surnomma le « dévoreur de cassettes », car j’en empruntais systématiquement plusieurs par semaine. J’avais toujours eu un goût prononcé pour l’imitation et je m’appliquai à reproduire les sons, les mots, les phrases que mon baladeur me susurrait à l’oreille. Les mois passèrent à ce rythme et c’est ainsi qu’au bout de trois ans, j’étais prêt à partir en France.

1 Lisez ce texte, puis répondez aux questions.

La vie de Junichi, C. M.

1. Qui est le narrateur ? Que raconte-t-il ? À quel endroit et en quelle occasion ? 2. Dans quelles circonstances Junichi découvre-t-il la langue française ? 3. Quelles sont ses premières impressions ? 4. Comment son apprentissage du français se déroule-t-il à l’université ? 5. Quelle invention fait son apparition au Japon à cette époque-là ? 6. Qu’imagine le narrateur pour prolonger son apprentissage hors de l’université ? 7. Obtient-il ce qu’il veut ? Quelle en est la conséquence ? 8. Pourquoi l’appelle-t-on le « dévoreur de cassettes » ?

2 Retrouvez les équivalents dans le texte. 1. « en continu » 2. « germer » 3. « comme je veux et quand je veux »

3 Quels différents aspects de l’apprentissage d’une langue sont évoqués par le narrateur ? dix-neuf 19

09038504_017-030.indd 19

23/02/16 17:07


GRAMMAIRE Les temps du passé (révision) Observez ces extraits de romans et d’un article de presse : Le jeudi et le dimanche, ma tante Rose, qui était la sœur aînée de ma mère, et qui était aussi jolie qu’elle, venait déjeuner à la maison, et me conduisait ensuite, au moyen d’un tramway, jusqu’en ces lieux enchantés. Marcel Pagnol, La Gloire de mon père

Mon avocat est arrivé, en robe, entouré de beaucoup d’autres confrères. Il est allé vers les journalistes, a serré des mains. Ils ont plaisanté, ri et ils avaient l’air tout à fait à leur aise, jusqu’au moment où la sonnerie a retenti dans le prétoire. Albert Camus, L’étranger

Trois braqueurs armés ont dérobé 3 000 euros de recette dans une station-service des quartiers nord de Lyon. Le malheur, c’est que d’autres malfaiteurs avaient déjà attaqué cette station une dizaine de fois dans le passé. Nous avons demandé au gérant pourquoi il ne prenait pas plus de précautions. Il nous a répondu qu’il avait déjà équipé sa station de nouveaux matériaux anti-agression et qu’il ne comprenait pas ce qui s’était passé. Le Quotidien du Midi

Quels sont les temps verbaux utilisés dans chaque extrait ? Quel temps sert à décrire dans le passé ? Lequel sert à parler de faits ou d’événements ponctuels qui ont eu lieu dans le passé ? Comment indique-t-on en français l’antériorité par rapport à une situation ou à une action passée ?

1 Complétez les phrases suivantes.

1. Le passé composé se forme avec un auxiliaire au et le participe passé du verbe conjugué. 2. Le participe passé s’accorde avec le sujet, quand il est conjugué avec l’auxiliaire . 3. Le participe passé s’accorde avec le placé avant le verbe, quand il est conjugué avec l’auxiliaire avoir. 4. L’imparfait se forme à partir du radical de la personne du du présent de l’indicatif, suivi des terminaisons : , , , , , . 5. Le plus-que-parfait se forme avec un auxiliaire à l’ et le participe passé du verbe que l’on conjugue.

2 Conjuguez les verbes au temps qui convient : imparfait ou plus-que-parfait.

Vol d’un mini-bus sous l’emprise de l’alcool (se glisser) Colin B., 23 ans, s’est présenté aujourd’hui au commissariat. La veille, ce jeune homme (transporter) des personnes âgées, boulevard Saint-Anne. derrière le volant d’un mini-bus qui (descendre) du véhicule et (monter) au deuxième étage d’un immeuble Le véritable conducteur (laisser) les clefs sur le contact et il (dire) aux six retraités pour aller chercher un passager. Il (ne plus être) là. qu’il allait revenir 10 minutes après. À son retour, le mini-bus (partir) faire un tour, il (rouler) vers le château quand les policiers, Le chauffeur improvisé alertés, l’ont retrouvé. Il s’est arrêté sur l’avenue Delacroix et a pris la fuite. (s’inquiéter), car leur nouveau chauffeur (sembler) Les passagers ont déclaré qu’ils passablement ivre.

3 Conjuguez les verbes au passé composé.

(avoir) du mal à me lever. Je n’ (ne pas entendre) Ce matin, moi qui suis pourtant hyperactive, j’ (retentir). l’alarme du portable quand elle (prendre) sa douche, puis il (revenir) dans la chambre et (me réveiller). Alors, Mon copain (sortir) du lit et je (aller) dans la salle de bains. Pendant que je me douchais, il (préparer) je le petit déjeuner. Après une bonne douche, j’ (boire) le café qu’il avait préparé rien que pour moi, et ça allait déjà mieux !

20 vingt

09038504_017-030.indd 20

23/02/16 17:07


1

Le passé simple Observez ces phrases et repérez les formes verbales : Ma voisine de table se tourna vers moi et me demanda […]  L’attirance pour cette langue aux sonorités nouvelles fut immédiate, ces mots inconnus m’attrapèrent dans leur rythme, leur intonation, leur musicalité […] Je m’inscrivis le jour même et le goût du français ne me quitta plus. Mon père hocha la tête, regarda ma mère. Ils ne me dirent ni oui ni non. À quoi ça sert ? Temps du passé par excellence, le passé • Conjugaison du passé simple : simple est surtout employé dans la avoir être LANGUE ÉCRITE (littéraire, historique). j’eus je fus Il a pratiquement les mêmes valeurs que le passé composé : tu eus tu fus • il présente l’action comme un fait il / elle / on eut il / elle / on fut achevé dans le passé. nous eûmes nous fûmes • il s’oppose à l’imparfait, qui implique vous eûtes vous fûtes une notion de durée. ils / elles eurent ils / elles furent rester je restai tu restas il / elle / on resta nous restâmes vous restâtes ils / elles restèrent – conjugaison en [a] : demander, regarder, proposer…

dire je dis tu dis il / elle / on dit nous dîmes vous dîtes ils / elles dirent – conjugaison en [i] : sourire, voir, prendre, faire, écrire…

obtenir j’obtins tu obtins il / elle / on obtint nous obtînmes vous obtîntes ils / elles obtinrent – conjugaison en [ɛ̃] : venir, tenir et leurs composés.

vouloir je voulus tu voulus il / elle / on voulut nous voulûmes vous voulûtes ils / elles voulurent – conjugaison en [y] : devoir, savoir, lire, plaire, vivre, courir…

• Les formes les plus fréquemment utilisées sont la première personne du singulier et les troisièmes personnes du singulier et du pluriel. Vous pouvez consulter la conjugaison des verbes au passé simple à la fin du livre.

4 Relevez dans cette biographie les verbes au passé simple, puis dites quel est leur infinitif.

Louis Braille devint aveugle à l’âge de 3 ans suite à un accident. Conscients de l’importance d’une bonne instruction, ses parents réussirent à lui obtenir une bourse à l’Institution Royale des Jeunes Aveugles, où il brilla dans toutes les disciplines. À l’âge de 15 ans, on lui confia des responsabilités d’enseignement et, plus tard, il travailla comme professeur dans la même institution. Très jeune, il mit au point son propre système d’écriture en points saillants, que les Français adoptèrent officiellement 25 ans plus tard. Louis Braille fut aussi un organiste de talent.

5 Complétez ces textes à l’aide des verbes suivants : conçut, publia, eut, obtint. 1. Samuel Finley Breese Morse : peintre américain, inventeur du télégraphe électrique l’idée dès 1832, qui porte son nom. Il en son brevet mais ce n’est qu’en 1840 qu’il et, en 1843, des crédits pour établir une ligne entre Washington et Baltimore, essayée pour la première fois le 24 mai 1844.

2. Louis Lazare Zamenhof : linguiste très tôt polonais d’origine juive, il le projet d’une langue internationale qui rapprocherait les peuples. En 1887, il , sous le pseudonyme de « Doktoro Esperanto », une brochure qui fondait l’espéranto. vingt et un 21

09038504_017-030.indd 21

23/02/16 17:07


LE IQUE

Façons de parler 1 Enquête. Par petits groupes, répondez

aux questions suivantes. Ensuite, mettez vos réponses en commun avec le reste de la classe. 1. Quand vous êtes avec d’autres personnes, êtes-vous plutôt bavard(e), silencieux(/se), extraverti(e), spontané(e), curieux(/se), contestataire, attentif(/ve), réservé(e), totalement muet(te) ? 2. Avec qui vous entendez-vous le mieux ? Avec les personnes qui parlent beaucoup ou avec celles qui sont plutôt silencieuses ?

Celui qui ne connaît pas les langues étrangères ne connaît rien de sa propre langue. J. W. Goethe

2 La langue, les langues. Complétez ces phrases

Le langage

en choisissant les mots appropriés dans la liste ci-contre. Pensez à conjuguer les verbes. 1. Je n’ai jamais suivi de cours de portugais. Je l’ , au hasard des rencontres et des voyages. Je suis loin de le , mais dans la vie courante. je peux 2. Ce politicien parle très pure et utilise toujours un registre . 3. Les francophones utilisent beaucoup pour parler entre amis et c’est assez différent de ce que l’on apprend en cours. 4. C’est un très bon conférencier et il très clairement.

une langue maternelle / seconde une langue officielle une langue étrangère une langue vivante / morte un dialecte le bilinguisme / le monolinguisme / le plurilinguisme les registres de langue : familier / standard / soutenu l’argot un régionalisme, un gallicisme se débrouiller, apprendre sur le tas, s’exprimer, parler couramment …

Combien de langues maternelles avez-vous ? Combien de langues étrangères comprenez-vous ? Combien en parlez-vous ? Combien en écrivez-vous ? Quel niveau estimez-vous avoir ?

3 La voix. Lisez le texte suivant, puis répondez aux questions. La formation d’un comédien comporte un énorme travail sur la respiration, la voix et la diction. L’acteur doit répéter son texte à voix haute jusqu’à obtenir l’intonation juste pour son personnage : par exemple, un malade qui doit gémir ou chuchoter, pour donner l’impression d’être sans force. Si, au contraire, le rôle est celui d’un personnage excessif, colérique, il faut pouvoir crier, hurler et savoir en même temps doser ses cris pour dire son texte. Pour se mettre dans la peau d’une personne qui bégaie, qui peine à prononcer des mots entiers, il faut un certain temps pour que ça ait l’air naturel et non pas forcé. Le risque pour cet acteur, s’il a le trac, c’est de parler de manière peu claire ou peu audible, de bafouiller au lieu de bien articuler.

1. Quels verbes ou locutions verbales font référence à l’intensité de la voix ? Lesquels font référence à la manière de prononcer ?

Les acteurs Chantal Lauby et Michel Blanc, dans le film Les Souvenirs.

2. Quels verbes associez-vous à ces définitions ? a) « pousser des cris violents » b) « parler tout bas »  c ) « parler en répétant certaines syllabes »

22 vingt-deux

09038504_017-030.indd 22

23/02/16 17:07


1

Le langage non verbal 4 Le regard.

1. Associez les contraires. fixer quelqu’un du regard • regarder quelqu’un dans les yeux • regarder en coin • fuir le regard de quelqu’un / avoir un regard fuyant

2. Quels sentiments ou émotions sont, d’après vous, à l’origine de ces regards ? la confiance • la méfiance • la lâcheté • l’assurance

Êtes-vous sensible au regard de vos interlocuteurs(/trices) ? Comment réagissez-vous si la personne qui vous parle ne vous regarde jamais dans les yeux ?

5 Les expressions du visage. Quelle expression adoptez-vous dans chacune des situations suivantes ? 1. On vous propose un plat qui n’a vraiment pas l’air appétissant. 2. Votre ami(e) arrive encore une fois en retard, avec une excuse idiote. 3. Un(e) ami(e) vous annonce une très bonne nouvelle. 4. Un enfant fait une bêtise devant vous.

a) Vous faites un grand sourire. b) Vous faites la grimace.  c ) Vous froncez les sourcils. d) Vous levez les yeux au ciel.

Et vous, quelle expression adoptez-vous si on vous dit quelque chose de gentil ? Quelles autres expressions du visage aimeriez-vous ajouter ?

Le poids des mots 6 Regroupez les verbes selon qu’ils ont une valeur positive, négative, ou neutre. bavarder • discuter • se disputer • plaisanter • parler • parler à la légère • parler clairement • papoter • parler pour ne rien dire • prendre la parole • couper la parole • s’entretenir • échanger • s’adresser à vingt-trois 23

09038504_017-030.indd 23

23/02/16 17:07


LE IQUE

Les réseaux sociaux 7 En vous aidant du vocabulaire proposé, expliquez à vos camarades quels usages vous faites des réseaux sociaux et avec quelle fréquence.

chatter • créer / modifier son profil (sur) • partager des photos, des vidéos, des articles… • écrire sur son mur • ajouter un commentaire • (re)twitter / poster un tweet • envoyer un message • chercher du travail • élargir son réseau professionnel • rechercher d’anciens amis • se faire de nouveaux amis…

8 Associez les expressions indiquées et leur équivalent en français standard. 1. 2. 3. 4.

« Mon œil ! » « Il est cinglé ! » « J’en ai ras-le-bol ! » « C’est rasoir ! »

a) b) c) d)

« Je suis fatigué de ce truc ! » « C’est ennuyeux ! » « Je n’y crois pas ! » « Il est fou ! »

Le goût des mots 9 Choisissez dans cette section un mot qui vous plaît ou qui vous semble important. Rédigez une définition, puis proposez-la à un(e) camarade, qui devra retrouver le mot dont il est question.

Sons et graphies : [ j]

1 Ces mots contiennent le son [j]. Écoutez-les, puis observez-les : de quelles façons

s’écrit ce son ? billet – famille – hier – piano – Antilles – payer – détail – yaourt – yoga – vous aviez – soleil

2 Retrouvez les mots qui contiennent le son [j] dans le lexique. 24 ving-quatre

09038504_017-030.indd 24

23/02/16 17:08


1

SOC IÉ TÉ

Semaine de la langue française et de la francophonie La semaine de la langue française et de la francophonie se déroule tous les ans aux alentours du 20 mars, journée internationale de la francophonie. Elle célèbre la langue française en France et à l’étranger : des animations sont organisées, comme des ateliers d’écriture, des compétitions de slam, des conférences, des débats, des expositions, des rencontres, etc. Elle existe depuis 1995 sous l’égide du ministère de la Culture et de la Communication. C’est aussi l’occasion de jouer autour de dix mots, choisis à partir d’un thème différent chaque année, avec l’opération « Dis-moi dix mots ». Par exemple, depuis une dizaine d’années, ont été mis à l’honneur : « amalgame », « faribole », « vis-à-vis », « confier », « réseauter », « mentor », « compatible », « apprivoiser » ou encore « badinage ». Connaissez-vous ces mots ? À votre avis, que veulent-ils dire ?

Et vous, quels sont vos mots préférés en français ?

Apprendre une langue, c’est bon pour la santé ! Booster son cerveau Des études récentes montrent que l’apprentissage d’une langue étrangère est particulièrement bénéfique pour notre cerveau. L’une d’entre elles, publiée dans le Journal of Neurolinguistics, a révélé que les apprenants d’une langue étrangère créaient de nouveaux réseaux neuronaux. Or, plus le cerveau a établi de connexions, plus il réagit vite. Ainsi, les personnes qui parlent plusieurs langues retiennent plus facilement des listes de courses ou encore des indications. Elles font mieux le tri entre les informations qui sont essentielles et

celles qui sont moins importantes, et reconnaissent plus vite les informations mensongères. Ça vous surprend ? Apprendre d’autres langues permet de connaître le sens et les nuances de chaque mot ; la capacité d’analyse et de réflexion se développe et permet de prendre des décisions plus rapides et plus rationnelles, dans des conditions difficiles. Ralentir le déclin cognitif Une autre étude, canadienne, nous a appris que le fait d’être bilingue avait retardé de quatre ans l’apparition de la maladie

d’Alzheimer chez les patients observés, par rapports aux autres patients monolingues. Se faire plaisir ! Enfin, l’apprentissage d’une langue sollicite la zone du striatum ventral, la zone du cerveau qui délivre la dopamine, la molécule du plaisir, de la récompense. D’après les chercheurs, nous ferions le lien entre l’apprentissage d’une nouvelle langue et l’apprentissage de la parole lorsque nous étions enfants, en interaction émotionnelle très forte avec nos parents.

vingt-cinq 25

09038504_017-030.indd 25

23/02/16 17:08


COMPÉTENCES

1 Écoutez ce document de RFI (Radio France Internationale). Comment s’appelle l’émission ? Combien de personnes entendez-vous parler ?

2 Réécoutez le document et répondez.

1. Le message qu’Anita a posté sur la page Facebook est-il positif ? 2. Sur quel aspect de l’apprentissage la première question de la journaliste porte-t-elle ? 3. Quelle réponse Sophie de Tarley lui donne-t-elle ? 4. Selon elle, sur quoi un étudiant peut-il faire porter ses efforts ? 5. Combien de jours par semaine est-il recommandé d’entrer en contact avec la langue ? 6. Pour Sophie de Tarley, suffit-il d’écouter une langue pour apprendre à la parler ? 7. Quel exemple donne-t-elle ? 8. Quel autre moyen d’apprendre Arnaud Portanelli met-il en avant ? Quelle réserve émet-il ?

3 Par petits groupes, expliquez vos habitudes et méthodes de travail et dites le temps que vous consacrez à l’apprentissage de la langue.

Conseiller quelqu’un : Il faut faire un effort. – Tu devrais être plus… – Si tu veux un conseil, mets plutôt… – Pourquoi est-ce que tu ne partirais pas… ? – À ta place, j’essaierais de rencontrer… – Je vous recommande de chercher… – Vous feriez mieux d’agir. Donner des exemples : Que ce soit un magazine de voyages par exemple, ou de décoration… – Je vous donne un exemple. – On peut prendre cet exemple. – C’est comme la dernière fois... – Par exemple…

4 Vous est-il difficile de parler en public ? Et dans une autre langue que la vôtre ? Comment faites-vous quand vous ne trouvez pas vos mots ?

Se débrouiller pour communiquer : Je voulais dire, pour être plus précis, euh… – Disons, tu sais bien… – Je l’ai sur le bout de la langue, ça va me revenir. – Comment ça s’appelle, attends, comment on dit… – Quelque chose, mais si, ce truc / ce machin ? – C’est une personne qui… – Je ne retrouve plus le mot pour dire… Demander de l’aide : Quel est le mot pour dire… ? – C’est difficile à comprendre / à prononcer… – Ça veut dire quoi ? – C’est quoi… ? – Qu’est-ce que c’est ? – Je ne connais pas le mot pour … 26 vingt-six

09038504_017-030.indd 26

23/02/16 17:08


1 5 Racontez comment vous avez appris le français, où, avec qui et pendant combien de temps. Actuellement, quel est votre rapport avec cette langue ?

Décrire un apprentissage : Les leçons de français se décomposaient en deux parties. – Nous répétions beaucoup, parlions un peu et faisions des exercices.

6 Quels réseaux sociaux utilisez-vous ? Pour quoi faire ? Dans quelles circonstances ?

Stratégies Comment faites-vous pour « réparer » votre discours ? Par petits groupes, expliquez ce que vous faites quand vous avez des problèmes pour vous exprimer.  – Quand la phrase me semble difficile à construire, je la reformule d’une manière plus simple. – Quand j’ai des problèmes pour expliquer précisément ce que je veux dire, je me tais et je renonce à le dire. – Quand je ne trouve pas un mot, j’arrête de parler et je réfléchis à ce que je veux vraiment dire. – Quand j’hésite, j’utilise des interjections comme « euh », « bon »… – Si je me rends compte d’une erreur, je me corrige et je reprends ma phrase ou le(s) mot(s). – Quand je ne suis pas sûr(e) de la correction de mes mots, je demande confirmation à mon interlocuteur(/trice). – Quand je ne suis pas sûr(e) de me faire comprendre, je pose des questions à mon interlocuteur(/trice) pour m’assurer qu’il / elle a compris de quoi je parle.

7 Débat : les réseaux sociaux.

Quels avantages et inconvénients trouvez-vous aux réseaux sociaux ? Représentent-ils pour vous un plus à la communication « classique » ou la remplacent-ils ?

Insister, souligner, mettre en évidence : S’il est vrai que… rien ne remplace… – J’insiste sur … – C’est vraiment ce qu’il y a de plus important, finalement. – Une langue, ce n’est pas seulement… – C’est vraiment le terme… – Remarque (bien) que… – C’est important… vingt-sept 27

09038504_017-030.indd 27

23/02/16 17:08


COMPÉTENCES

8 Lisez le texte suivant. Accueil

Catégories

À propos

Contact

LE REGARD AU-DELÀ DES MOTS Dans la communication, il y a les mots mais il y a aussi tout ce qui n’est pas dit et qui passe au travers du corps, c’est ce que l’on appelle la communication non verbale : la poignée de main, une main posée sur l’épaule, les bras croisés, et un élément essentiel de cette communication non verbale : le regard. Selon une étude réalisée par Albert Mehrabian, professeur de psychologie à l’Université de Californie, le langage du corps influe à 93 % sur le jugement d’une personne contre 7 % pour les mots émis. 38 % du pouvoir de conviction passe par l’intonation, mais 55 % passe par le regard ou l’expression visuelle. Le regard est donc un atout privilégié dans l’art de la communication. C’est une fenêtre ouverte sur le monde intérieur et le moyen d’une rencontre authentique avec l’autre. Il mobilise l’attention et va bien au-delà des mots. Le regard parle mais parfois le message qu’il nous renvoie est en contradiction avec les mots prononcés. Par exemple, une personne nous dit qu’elle est satisfaite d’entreprendre une activité avec nous et en même temps ses yeux traduisent un sentiment de tristesse ou de lassitude. La personne n’est pas cohérente avec elle-même. Bien sûr, cela demande confirmation, pour s’assurer de ne pas mal interpréter ce message non verbal.

Archives Août Juillet Juin Mai Avril …

Mobiliser l’attention Le regard est essentiel. Dans un premier temps, regarder c’est entrer en contact avec quelqu’un, attirer et maintenir l’attention de la personne. Il permet aussi de percevoir les réactions de son interlocuteur, de vérifier l’écoute et la compréhension et de s’appuyer dessus pour approfondir la relation. Lors de la prise de parole devant un groupe, surtout s’il s’agit d’un groupe assez petit, le fait de regarder chaque participant tour à tour permet d’impliquer les personnes. De même, devant un groupe distant, regarder chaque participant avec attention et bienveillance rendra l’auditoire plus disponible et plus attentif. Interprétation du regard Selon les différentes cultures, l’interprétation d’un regard variera sensiblement. Ainsi en Europe, quelqu’un qui regarde dans les yeux est considéré comme sûr de lui et digne de confiance, comme une personne forte, alors que dans d’autres pays cela peut être jugé comme un signe d’agressivité ou un manque de politesse. D’où l’intérêt quand on va dans un pays étranger de se renseigner au préalable sur les usages en pratique. À l’inverse, quelqu’un au regard fuyant va être estimé dans nos contrées comme peu fiable, menteur ou hypocrite. Il peut s’agir également d’un manque de confiance en soi ou de timidité. […] Le paradoxe d’Internet Le paradoxe avec la communication moderne par écrans interposés (télévision, ordinateur, Internet), c’est que nous tentons sans cesse de communiquer avec le monde entier, de nous informer, de transmettre des données, mais sans jamais croiser un regard. Et en même temps, on constate que l’homme ne s’est jamais senti aussi seul que dans notre société actuelle. C’est bien le signe que l’homme a besoin de partage authentique et du regard de l’autre pour exister. Il devient donc important de retrouver le regard de l’autre, de réinstaller cette rencontre dans nos vies, un regard qui nous construit et nous révèle. © Pascale Samson, www.coach-sante.com 28 vingt-huit

09038504_017-030.indd 28

23/02/16 17:08


1 9 Répondez aux questions suivantes. 1. D’où ce texte est-il tiré ? a) D’un site scientifique. b) D’une encyclopédie en ligne. c ) D’un site de vulgarisation.

2. Quel est son objectif principal ? a) Analyser le phénomène de la communication. b) Souligner le rôle du regard dans la communication. c ) Comparer la communication verbale et non verbale.

10 Dites si c’est vrai ou faux. Justifiez vos réponses. 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8.

Dans la communication non verbale, les gestes sont les éléments les plus importants. La capacité de persuasion des gens dépend en grande mesure de leur regard. Le regard permet de capter ce que pense réellement la personne. Le regard peut contredire les paroles du locuteur. En petit groupe, il est conseillé de regarder toujours tous les auditeurs en même temps. La manière de regarder quelqu’un est interprétée partout dans le monde de la même façon. Il n’est pas important de connaître les usages culturels de chaque pays. Depuis l’apparition d’Internet, le regard est moins présent dans la communication.

11 Quelles sont, d’après le texte, les différentes fonctions du regard ? 12 Citez un exemple de différence de perception du regard. 13 Indiquez le sens de ces mots, extraits du texte. 1. « atout » (3e paragraphe) : a) « élément favorable » b) « obstacle » c ) « problème » 2. « entreprendre » (3e paragraphe) : a) « terminer » b) « faciliter » c ) « commencer »

5. « tenter » (8e paragraphe) : a) « essayer » b) « repousser » c ) « risquer » 6. « partage » (8e paragraphe) : a) « aide » b) « unanimité » c ) « communion »

3. « lassitude » (3e paragraphe) : a) « enthousiasme » b) « satisfaction » c ) « fatigue » 4. « bienveillance » (5e paragraphe) : a) « froideur » b) « gentillesse » c ) « antipathie »

14 Vous participez au forum « Au bonheur parfait ». (120 mots) ?

J’invite celles et ceux qui ont envie de partager des moments exceptionnels à raconter une expérience unique qu’ils / elles ont vécue au cours de leur vie. Pensez à évoquer les impressions et les émotions que vous avez ressenties. Camille, votre psychologue

Avant de rédiger, pensez aux points que vous allez aborder et dans quel ordre : lieux, moments, faits, émotions, impressions, personnes. Qu’est-ce qui montrera dans votre texte que vous participez à un forum ? vingt-neuf 29

09038504_017-030.indd 29

23/02/16 17:08


TÂCHE FINALE

Trucs et astuces pour apprendre le français

1

Vous allez échanger des conseils et trouver les clés pour apprendre plus vite et mieux ce dont vous avez besoin en français.

1 Préparation. Individuellement, situez-vous par rapport à votre apprentissage.

1. Remplissez la fiche « biographie linguistique » proposée par votre professeur. 2. Ensuite, commentez rapidement vos réponses devant le groupe-classe, puis énoncez votre objectif prioritaire.

2 Réalisation. Formez des petits groupes en fonction de votre priorité.

1. Choisissez l’activité d’apprentissage qui vous semble particulièrement importante ou difficile. 2. Rédigez la liste de vos meilleurs conseils pour faciliter la réalisation de cette activité : a) le matériel qui vous semble utile. b) les autres activités qui peuvent vous aider à améliorer vos résultats.

3 Présentation. Chaque petit groupe expose sa liste de conseils au reste de la classe, qui commente les propositions.

4 Prolongement. Créez un blog pour échanger vos conseils et vos trucs et astuces pour apprendre plus vite et mieux. Il pourra être utile à beaucoup d’étudiants !

Félicitations ! Vous avez désormais le début de votre blog ! 30 trente

09038504_017-030.indd 30

23/02/16 17:08


Changer d’air

unité

À la fin de l'unité 2, vous serez capable de…

2

comprendre des émissions radiophoniques (évolution sociale). commenter un dessin humoristique. participer à une discussion (solidarité et consommation). faire un sondage et présenter des résultats. comprendre des textes journalistiques (évolution d’une région, échange de services). décrire des changements oralement et par écrit.

TÂCHE FINALE : « Pause détente ! »

Pour cela, vous apprendrez à… • exprimer votre point de vue. • exprimer votre accord ou votre désaccord. • décrire un comportement. • décrire un lieu. • résumer une situation.

Stratégies Comment améliorer ses productions écrites.

trente et un 31

09038504_031-044.indd 31

23/02/16 17:09


CONTE TES

La génération Y 1 Écoutez ce document de la RTBF (Radio Télévision Belge Francophone) et prenez des notes sur les points suivants. • Le genre d’émission. • Le sujet de l’émission. • Le nombre d’intervenants. • Les générations citées.

2 Répondez aux questions suivantes.

1. Quelle description fait-on des jeunes de la génération citée ? 2. Quelle place avaient-ils au sein de leur famille pendant leur enfance ? 3. Pourquoi les a-t-on appelés « les clés autour du cou » ? 4. Que pense Jessica des patrons ? Pourquoi ? 5. Que représente un contrat de travail longue durée pour cette génération ? Pour quelle raison ? 6. Que fait le patron du château de Harzé pour que la réceptionniste reste à son poste ? 7. Cette dernière pense-t-elle faire ce travail pendant longtemps ? Pour quelle raison ? 8. Laurent voit-il les choses de la même manière qu’Élise et Jessica ? 9. Jessica et Laurent ont-ils les mêmes valeurs ?

3 Repérez dans l’enregistrement les formulations exactes. 1. « Ils communiquent à travers des portables. » 2. « Ils ont eu le devoir de rentrer chez eux, de s’occuper d’eux-mêmes. » 3. « Alors, si moi, j’ai besoin d’être guidée dans mon travail… » 4. « Et son patron est très attentionné avec elle. »

4 À quelle génération appartenez-vous ?

Vous reconnaissez-vous dans ces portraits ? Qu’en pensez-vous ?

Les générations en France La génération du baby-boom (1945-1965) : Elle a connu une période de croissance économique forte et le plein-emploi. Elle a vécu les menaces d’apocalypse nucléaire et la libération sexuelle. La génération X (1965-1978) : Elle est née avec l’abondance, puis elle a connu l’augmentation du chômage et la récession économique. Elle a assisté au déclin de l’impérialisme colonial, aux chocs pétroliers et à l’effondrement de l’URSS. La génération Y (1979-1994) : Elle a toujours connu la crise. Elle a connu la guerre à travers les médias et n’a pas fait le service militaire. Elle sait que l’environnement est pollué, et n’a jamais connu le monde sans le SIDA. Son univers est numérique, même si tous ne maîtrisent pas ni ne plébiscitent les nouvelles technologies.

32 trente-deux

09038504_031-044.indd 32

23/02/16 17:09


2

Petit Tibet dans le Valais Son nom est un défi à l’orthographe, sa situation géographique un défi à l’humanité. Perché entre 1 500 et 2 000 mètres d’altitude au cœur des Alpes suisses dans le canton du Valais, le Lötschental fut longtemps coupé du monde dès les premières neiges de l’hiver. Une vallée si isolée, qu’on dit que le Moyen Âge y perdura jusqu’à l’aube du XXe siècle, jusqu’à ce qu’arrive le train reliant la Suisse allemande au Valais via le tunnel du Lötschberg. […] En 1916, quand une des premières caméras vint s’égarer ici, elle capta la vie des Lötschards avec la condescendance amusée qu’on réservait jusque-là à la sauvagerie des nègres et des indiens zarbi* d’Amazonie. […] Faut dire qu’à l’époque, si certains commençaient à y monter, du Lötschental on ne descendait pas souvent. On y naissait et puis on y restait. […] On attendait ses trente ans pour enfin se marier. Pas avant, de peur de faire trop de bébés. Au Lötschental on l’a dit, les ressources sont limitées. Pour s’exiler, on ne pouvait que se faire prêtre, ou garde-suisse là-bas au Vatican. […] En somme, la communauté vivait repliée, s’autosuffisait, nourrissait son ventre comme son esprit. Mais le train, ça roule vite. Ça dilue en un rien de temps des siècles de tradition. Avec lui vint la première route carrossable. La vallée s’ouvrit, petit à petit. Ses 1 600 habitants se mêlèrent au reste de la Suisse, au reste du monde, sans perdre tout à fait ce qui les rend si uniques, cette culture, ce mode de vie germés dans l’autarcie et la rudesse des cimes, entre christianisme et paganisme. Des pratiques s’oublient, d’autres perdurent même si, parfois, on ne se rappelle plus trop bien ce qu’était leur sens. […]

* zarbi : bizarre en verlan, étrange

Extrait de Libération, « Petit Tibet dans le Valais », Romain Meynier.

1 Lisez le texte et dites si c’est vrai ou faux.

Justifiez vos réponses. 1. Le Lötschental était autrefois une région inaccessible en hiver à cause de son relief. 2. C’est la construction d’une route qui a permis de la relier aux autres régions. 3. Au début du xxe siècle, ses habitants étaient considérés comme une peuplade primitive. 4. Les Lötschards n’étaient pas auto-suffisants. 5. L’ouverture de la vallée au monde a fait perdre à ses habitants toutes leurs traditions.

2 Retrouvez les extraits qui abordent les sujets suivants. • La manière de vivre des habitants. • L’isolement géographique. • Les changements.

3 Retrouvez dans le texte les formulations qui correspondent aux équivalents suivants. 1. « en passant par » (1er paragraphe) 2. « se perdre » (2e paragraphe) 3. « un sentiment de supériorité » (2e paragraphe). 4. « en résumé » (3e paragraphe) 5. « qui permet la circulation des voitures » (4e paragraphe)

4 Pourquoi, à votre avis, le journaliste

a-t-il intitulé son article « Petit Tibet dans le Valais » ?

5 Y a-t-il dans votre pays des régions difficiles d’accès ? Présentez-les. Comment y vivait-on avant le développement des moyens de transport ? Comment ont-elles évolué ? Y êtes-vous déjà allé(e) ?

trente-trois 33

09038504_031-044.indd 33

23/02/16 17:09


GRAMMAIRE Les adjectifs et les pronoms indéfinis Observez et repérez les indéfinis : Mais je suis pas pour faire quarante ans de carrière à la même place, au même poste et pour faire tout le temps la même chose. Dans cette formation, chaque génération tente de comprendre l’autre, mais le chemin sera long. Je n’estime pas que quelqu’un qui est responsable a toujours raison. Ils obtiennent toujours tout et en veulent toujours plus. À l’époque, si certains commençaient à y monter, du Lötschental on ne descendait pas souvent. Est-ce que ce sont des adjectifs ou des pronoms ? Sont-ils variables ou invariables ? Qu’est-ce qu’ils expriment ? Rappelez-vous : • Les adjectifs indéfinis comme les pronoms indéfinis sont généralement variables, mais il existe aussi des formes invariables. adjectifs indéfinis

pronoms indéfinis

la quantité

quelques ; plusieurs ; certains, certaines ; différents, différentes ; aucun, aucune

quelques-uns, quelques-unes ; quelqu’un ; quelque chose ; certains, certaines ; plusieurs ; aucun, aucune ; personne ; rien

la ressemblance

le même, la même, les mêmes

le même, la même, les mêmes

la différence

un autre, une autre, d’autres ; l’autre, les autres

un autre, une autre, d’autres ; l’autre, les autres

l’individualité

chaque

chacun, chacune

la totalité

tout, toute, tous, toutes

tout, toute, tous, toutes

Observez ces phrases : Notre équipe peut battre n’importe qui ! Il était pressé, il a terminé ça n’importe comment. C’est un problème qui peut arriver à n’importe quel moment. Quelle est la catégorie grammaticale des mots qui suivent l’expression « n’importe… » ? Reformulez ces exemples en évitant cette expression.

À quoi ça sert ? L’expression n’importe… sert à exprimer l’indétermination.

• La locution n’importe... adjectifs

n’importe + adjectif interrogatif (quel, quelle, quels, quelles) + nom

pronoms

n’importe + adverbe ou pronom interrogatif (qui, quoi, où, quand, comment, lequel, laquelle, lesquels, lesquelles)

1 Reformulez les éléments en italique

en utilisant la locution n’importe. 1. Je peux résoudre tous les problèmes. 2. On se voit où tu veux ! 3. Tu peux changer le code de la porte d’entrée à tout moment ? 4. C’est facile, tout le monde peut le faire ! 5. C’est vrai que je peux utiliser la carte que je veux ? 6. Il s’habille de toutes les manières possibles ! C’est affreux !

2 Corrigez ces proverbes à l’aide du pronom

indéfini qui convient. Comment les interprétez-vous ? Connaissez-vous des expressions équivalentes dans votre langue ? 1. Chacun / Certains dirige l’eau vers son moulin. 2. Quelque chose / Rien ne sert de courir, il faut partir à point. 3. Ami de tout / tous, ami de personne. 4. Bon à tous / tout, bon à rien. 5. À chaque / chacun jour suffit sa peine.

34 trente-quatre

09038504_031-044.indd 34

23/02/16 17:09


2

L’expression du temps

Observez ces phrases et repérez les mots qui servent à indiquer le temps : Aujourd’hui, ils ont grandi. Les mots relevés font-ils référence Depuis qu’ils sont petits, ils sont le centre du monde. Le Lötschental fut longtemps coupé du monde dès les premières neiges… à des moments précis ? À la durée des événements ? Le Moyen Âge y perdura jusqu’à l’aube du xxe siècle. Rappelez-vous les différentes manières d’indiquer le moment. On se situe par rapport à une situation présente : – moment antérieur : hier, avant-hier, l’année dernière, en 1789, au xxe siècle, il y a trois ans, autrefois… – moment présent : aujourd’hui, cette année, maintenant, en ce moment, actuellement, ces jours-ci… – moment postérieur : demain, après-demain, dans deux ans, l’année prochaine, à l’avenir… Maintenant, observez les exemples suivants : Matthieu s’est marié en 2013 et l’année d’après, il a divorcé ! La semaine prochaine, je pars à Marseille et la veille de mon départ, je dois rendre un dossier important, quel stress ! • Pour indiquer un moment par rapport à une situation passée ou future, on utilise : moment antérieur

moment donné

la veille (au soir) l’avant-veille un an avant, l’année d’avant / précédente / passée auparavant…

moment postérieur le lendemain (soir) le surlendemain un an après, l’année d’après / suivante plus tard…

ce jour-là, ce soir-là cette année-là à ce moment-là à cette époque-là…

Rappelez-vous les différentes manières d’exprimer la durée : – durée absolue : pendant six mois, pour six mois, en six mois. – durée relative dans le passé : depuis janvier, il y a six mois, ça fait six mois. – durée relative dans le futur : dans six mois, d’ici à samedi, jusqu’à samedi, jusqu’en juin. Maintenant, observez les exemples suivants : Céline doit nous contacter à partir de mardi. Ils se sont promis amour et fidélité jusqu’à ce que la mort les sépare.

Le magasin est ouvert de 9 heures à midi. Passe-moi un coup de fil dès que tu auras décidé ce que tu veux faire.

• Pour indiquer le début et la fin d’un événement, on utilise : prépositions

conjonctions

début

fin

début

fin

dès lundi à partir de lundi depuis lundi

jusqu’à lundi jusqu’en janvier

dès que j’arrive (indicatif) depuis que je fais du sport (indicatif)

jusqu’à ce que je parte (subjonctif)

de 14 h à 17 h 30, du lundi au vendredi depuis le mois de juin jusqu’au mois d’octobre

3 Choisissez l’indicateur temporel qui convient pour compléter ces phrases. 1. je collabore avec Médecins Sans Frontières, je me sens plus solidaire. 2. Je resterai là il reconnaisse qu’il a tort. 3. Elle joue du piano l’âge de trois ans. 4. La réunion de ce matin-là avait été convoquée la semaine . 5. Je me mettrai au travail les enfants seront partis à l’école.

trente-cinq 35

09038504_031-044.indd 35

23/02/16 17:09


LE IQUE

Les personnes 1 Parmi les mots ci-dessous, quels sont ceux qui ont trait aux différentes étapes de la vie des gens ? Classez-les. À quoi font référence les autres termes ?

un jeune • un vieillard • l’enfance • la durée de la vie • l’espérance de vie • le troisième âge • la maturité • la jeunesse • un vieux • le rajeunissement • un adulte • l’allure • l’aspect • l’âge adulte • le vieillissement • une personne d’âge mûr (avancé) • la vieillesse • l’état de santé

2 À votre avis, quels changements se sont produits ou sont

en train de se produire chez les gens ? Y a-t-il des aspects qui semblent ne pas changer ? Par exemple : • les rapports entre les différentes tranches d’âge. • le rapport au corps (à la santé), aux loisirs, à l’augmentation de l’espérance de vie. • le rapport à la famille, la manière de concevoir la famille, la vie. Aidez-vous de la liste de verbes suivants. rester • demeurer • continuer • (se) poursuivre • (se) prolonger • se mettre à • commencer à • recommencer à • devenir • (se) modifier • (se) transformer • évoluer • progresser • (s’)améliorer • empirer

Chaque fois que la société est momentanément immobile, ceux qui y vivent s’imaginent qu’aucun changement n’aura plus lieu, de même qu’ayant vu commencer le téléphone, ils ne veulent pas croire à l’aéroplane.

À l'ombre des jeunes filles en fleurs, Marcel Proust

Avez-vous des verbes à ajouter à cette liste ? Quels changements concernant la manière d’envisager et de vivre la vie vous semblent les plus importants ?

3 Complétez les phrases ci-dessous en choisissant parmi les mots suivants. récent • ancien • proche • immédiat • lointain • continu • permanent • début • origine • moitié • disparition • prolongation • fréquence • répétition • constant • fin

1. La démocratie trouve son dans la Grèce antique. de certaines traditions centenaires ? 2. Le xxie siècle verra-t-il la 3. Dans un futur , peut-être partirons-nous vivre sur une autre planète ? 4. Elle éprouve un état de fatigue , elle dort très mal à cause de ses voisins. du xxie siècle. 5. Le recours à la chirurgie esthétique est très fréquent depuis le 36 trente-six

09038504_031-044.indd 36

23/02/16 17:09


2

Le cadre de vie 4 Quels noms de la liste suivante correspondent aux définitions ci-dessous ? un logement • un immeuble • un pavillon • une banlieue • une cité • une villa • un lotissement • un chalet • une maison de campagne • un pâté de maisons • un quartier

1. Ensemble de communes qui entourent une ville. 2. Maison avec un petit jardin, située en banlieue. 3. Demeure, habitation, domicile. 4. Groupe d’immeubles ou de maisons délimité par plusieurs rues. 5. Ensemble d’habitations construites sur un grand terrain vendu en parcelles. 6. Résidence secondaire située hors de la ville.

5 Par deux, cherchez une définition pour les mots

de l’activité précédente qui n’ont pas été définis, puis faites-les deviner à vos camarades.

6 À l’aide des adjectifs suivants, donnez vos impressions sur votre logement, votre quartier, la banlieue de votre ville…

isolé • peuplé • désert • éloigné • sombre • lumineux • ancien • neuf • lugubre • gai • rénové • bien / mal entretenu • délabré • moderne • résidentiel • ancien • pittoresque • ensoleillé • bien / mal desservi • surpeuplé • animé…

7 Max change de cadre de vie ! Relevez dans le texte ci-dessous…

1. les verbes qui expriment un changement. 2. les verbes qui ont des connotations positives et ceux qui ont des connotations négatives. Il détestait se rappeler ses premières années dans cette grosse ville industrielle où, pour raisons professionnelles, il avait dû s’installer, sans avoir eu le temps de la connaître. Il avait quitté la cité coquette et bien entretenue où il avait toujours vécu, et avait emménagé dans le premier logement qu’il avait trouvé, sans même pouvoir le repeindre ni l’arranger. Le logement était assez délabré, le loyer était très cher (il tremblait à l’idée de ne pas pouvoir le payer un mois où il aurait beaucoup de frais) et l’environnement ne lui plaisait pas du tout. Il s’y ennuyait tellement qu’il changea même de caractère ! Il devint renfermé et même assez irascible. Heureusement, dès qu’il en avait eu l’occasion, il avait changé de logement : il s’installa dans une proche banlieue, dans un petit pavillon où il se sentait bien et qui était très bien desservi par les transports en commun ; il appréciait également la convivialité de son lotissement. Il redevint lui-même.

De quel cadre de vie avez-vous besoin pour vous sentir bien ? Changez-vous souvent de logement ? Pourquoi ? trente-sept 37

09038504_031-044.indd 37

23/02/16 17:09


LE IQUE

Les modes et rythmes de vie 8 Répondez à cette petite enquête puis, par petits groupes, commentez vos réponses. 1. Êtes-vous satisfait(e) de vos conditions de vie ou sont-elles nettement améliorables ?

4. Avez-vous l’occasion et le temps de tisser de nouveaux liens d’amitié ? Est-ce plutôt difficile ?

2. Avez-vous le temps de vous détendre ? De vous recentrer ? Ou bien êtes-vous stressé(e) la plupart du temps ?

5. À midi, en général, mangez-vous seul(e) ou accompagné(e) ? Pourquoi ?

3. La nuit, est-ce que votre cerveau est au repos ou est-ce qu’il reste en éveil ?

6. Avez-vous le temps et l’habitude de rester longtemps à table pour bavarder ? Est-ce une habitude quotidienne ? Un rite réservé au week-end ?

Êtes-vous satisfait(e) de votre mode de vie ? En changeriez-vous certains aspects ? Si oui, lesquels ?

Les relations sociales 9 Vous devez débattre des nouveaux modes de relations. Mettez-vous par deux : l’un(e) les défend et l’autre les attaque. Aidez-vous des mots suivants.

l’individualisme • la solidarité • le partage • la rencontre • l’égoïsme • la méfiance • les liens affectifs • la solitude • le contact virtuel • la confiance • l’isolement • les échanges • la vie sociale • les relations à distance • les réseaux sociaux • les sites de rencontre • la surveillance…

Sons et graphies : [e]-[ɛ]-[ə]

1 Ces mots contiennent le son [e]. Écoutez-les. De quelles façons s’écrit ce son ?

Proposez d’autres exemples. changer – vous essayez – le défi – le nez – la variété – la génération – éduquer – échanger – éviter – la modalité

2 Ces mots contiennent le son [ɛ]. De quelles façons s’écrit ce son ? Proposez d’autres exemples. le Valais – le respect – le plaisir – le siècle – la tête – l’affection – permettre – culturel – l’explication – l’alternative

3 Ces mots contiennent le son [ə]. Écoutez-les. De quelle façon s’écrit-il toujours ?

La lettre e sans accent se prononce-t-elle toujours [ə] ? Se prononce-t-elle toujours quand elle est à l’intérieur d’un mot ? l’avenir – vendredi – maintenant – amener – samedi – se développer – le regroupement – allemand – appartenir – le rajeunissement

38 trente-huit

09038504_031-044.indd 38

23/02/16 17:09


2

SOC IÉ TÉ

L’évolution des valeurs des Français Les « Baromètres » élaborés ces dernières années par la société TNS Sofres (études marketing et d’opinion)* permettent d’observer l’évolution des valeurs des Français depuis le début de la crise. En 2008, les Français voulaient avoir recours à l’autorité, à la morale, ou, au contraire, souhaitaient refonder le système. Mais deux ans plus tard, comme rien n’a changé, on observe une tendance à « faire avec » : on s’adapte, on innove, on se prend en charge. En 2012, par contre, on cherche à se protéger soi-même et les siens, à trouver aussi de nouvelles pistes, quitte à transgresser parfois les règles. En 2014, les individus ne font plus confiance qu’à eux-mêmes, au détriment du gouvernement, de l’administration, des entreprises, voire de la famille. On préfère inventer son chemin, ce qui favorise les initiatives entrepreneuriales et la créativité ; on s’implique dans des communautés collaboratives… Et Internet semble encourager aussi cet « optimisme individuel ».

é aussi Les valeurs ont-elles chang ? récemment dans votre pays

Mots en forte hausse en 2014 : fusil, attaquer, guerre, gloire, désir, séduire, victoire, sublime, viril, élégance, minceur, mode, richesse, confort, gratuit. Mots toujours présents en 2014 : or, argent, propriété, héritier, acheter, bijou, jeu, vitesse, légèreté, nager. Mots en forte baisse en 2014 : discipline, question, interroger, justice, loi, obéir, sacrifice, règle, morale, interdire, prudence, doute, mort, angoisse, danger, soigner, consoler, effort, école, travail, faute.

*La Sofres élabore depuis 1990 le Baromètre des Valeurs des Français, grâce à son outil maison : la sémiométrieTM. Cette méthode analyse les notes données par un panel de Français (plus de 5 500 personnes) à 210 mots et concepts-clés, sur une échelle de -3 à +3. Ces mots sont les mêmes pour chaque étude. Le « BVF » est réactualisé tous les deux ans.

Le cerveau de la génération Z C’est la génération qui est née entre 1995 et 2010 et qui a grandi avec le numérique. Le cerveau des enfants, adolescents et jeunes adultes de cette génération s’est-il adapté à l’utilisation souvent intense des jeux vidéo et des téléphones portables ? D’après Olivier Houdé*, leur cerveau fonctionne différemment de celui des générations précédentes et doit aussi réapprendre certains mécanismes perdus... En effet, cette génération bénéficie d’une sorte de « TGV cérébral » : un circuit accéléré qui va de l’œil jusqu’au pouce, sur l’écran. L’utilisation qu’elle fait du numérique sollicite surtout le cortex préfrontal, qui sert à améliorer la rapidité de décision et l’adaptation multitâche. Seulement, cette zone devrait aussi servir à prendre du recul, à jouer le rôle d’arbitre, à synthétiser l’information. Le cerveau a en effet trois systèmes : un rapide, automatique et intuitif (celui que préfèrerait la génération Z), un plus lent, logique et réfléchi, et enfin, un « arbitre ». Cet arbitre, c’est la « résistance cognitive » qui inhibe les automatismes de la pensée au bénéfice de la logique, de la morale. Individuellement, cette résistance aux automatismes est nécessaire pour penser intelligemment : bien raisonner, catégoriser, lire, calculer… Collectivement, il est également indispensable de résister ! On évite ainsi de prendre trop vite des décisions absurdes, que ce soit dans la vie sociale ou professionnelle, ou bien de s’abandonner à des croyances sans fondements. C’est un mécanisme essentiel pour favoriser la tolérance !

e du numérique ?

Est-il facile de résister à la forc

Comment s’y prendre ?

*Olivier Houdé est professeur de psychologie, directeur du Laboratoire de psychologie du développement et de l’éducation de l’enfant du CNRS-La Sorbonne et auteur du livre Apprendre à résister (Le Pommier). trente-neuf 39

09038504_031-044.indd 39

23/02/16 17:09


COMPÉTENCES

1 Écoutez le document radiophonique,

puis répondez aux questions. 1. Que venez-vous d’écouter ? a) Un reportage. b) Un entretien. c ) Un débat. 2. Quel est le thème de ce document ? a) Les Français et les nouvelles technologies. b) L’individualisme en France. c ) Les comportements sociaux des Français. 3. Dans l’ensemble, comment jugez-vous la vision d’Ibrahim Khalef ? a) Optimiste. b) Pessimiste. c ) Neutre.

2 Réécoutez la première intervention d’Ibrahim

Khalef, puis remettez ses idées dans l’ordre. a) Les Français continuent de prendre leurs repas ensemble. b) Ils ont des comportements particuliers. c ) Ils maintiennent ou augmentent le temps passé à table. d) Ils sont touchés par la mondialisation. e) Les repas des autres Occidentaux sont plus courts.

3 Réécoutez la suite du document, puis dites si c’est vrai ou faux. 1. Dans cette émission, on parle habituellement des nouvelles technologies. 2. La société française conteste la technologie comme les autres pays. 3. Les Français ont une manière particulière d’appréhender les nouveautés. 4. Le monde associatif est en perte de vitesse en France. 5. Les associations en France ont toute sorte d’objectifs. 6. Elles fonctionnent grâce à des personnes qui reçoivent un salaire. 7. Selon Ibrahim Khalef, la société française tend à trouver des équilibres entre l’ancien et le moderne.

4 Par petits groupes, discutez : la solidarité est-elle un antidote à la surconsommation ? Exprimer son point de vue : Il me semble que… – D’après moi… – Personnellement… – À mon avis… – Pour moi... – Selon moi… – Je trouve que… – J’estime que… – Je pense que… – Je crois que… Exprimer son accord, son approbation : C’est ça. – Je suis de votre avis. – Absolument. – Oui, en effet. – C’est exact. – Tout à fait (d’accord). – Sans aucun doute. – Si tu veux. – C’est vrai. – Tu as raison. – C’est une bonne idée. – Ça, c’est bien ! – Effectivement. – Bien sûr. Exprimer son désaccord : Je ne suis pas du même avis. – Pas du tout (d’accord). – C’est inexact / faux. – Ce n’est pas vrai. – Ce n’est pas tout à fait vrai. – C’est une mauvaise idée. – Ce n’est pas bien. – Bien sûr que non ! – C’est une mauvaise idée – Tu as tort. 40 quarante

09038504_031-044.indd 40

23/02/16 17:09


2 5 Comment interprétez-vous ce dessin de

Gabs et Jissey ? Êtes-vous d’accord avec le message du dessinateur ?

6 Vous allez réaliser un sondage à propos

du changement. Par petits groupes, proposez une question à poser aux autres groupes, pour chacun des thèmes suivants : 1. le changement dans le domaine personnel (amour, famille et amis). 2. le changement dans le domaine professionnel (formation, profession, culture d’entreprise…). 3. le changement dans la société en général (valeurs, politique, culture…). À partir des réponses de vos camarades, préparez une courte présentation des résultats.

Extrait de Entreprise… Le climat pourrait bien s’améliorer !!!, Gabs et Jissey, éditions Eyrolles.

7 Par deux, décrivez ces photos : qu’est-ce qui a changé ? Qu’est-ce qui est resté comme avant ?

Décrire un lieu : Il est situé au cœur de la région. – C’est un quartier isolé. – De hauts immeubles entourent la place.

Décrire une évolution : Elle a aussi développé… – On remarque une forte tendance à… – Ils ont gardé leur spécificité… – On a complètement basculé du côté de… – Ce sont des râleurs, c’est sûr… – Ils remettent en question… Résumer : En somme… – En résumé… – Donc… – Pour résumer… – Je résume… – Enfin, voilà… – Bref… Présenter des résultats : Quelques-uns pensent que… – D’autres préfèrent… – Certains ont répondu… – 32 % des personnes interrogées répondent…

quarante et un 41

09038504_031-044.indd 41

23/02/16 17:09


COMPÉTENCES

Les SEL, un art de vivre ensemble Échanger des biens ou des services, sans dépenser un centime, c’est ce que permettent de faire les SEL ou Systèmes d’Échange Local, tout en recréant du lien social. ❖ 20 ans d’existence en France C’est à l’occasion du vingtième anniversaire des SEL que 250 selistes, venus des quatre coins de la France, se sont réunis à Pamiers, en Ariège, pour une semaine. L’idée est née en 1976 au Canada, où David Weston met sur pied un système d’échange communautaire basé sur le temps. Idée reprise par Michaël Linton qui crée le LETS (en français : système d’échange et de commerce local). Le mouvement se développe en Australie et en Angleterre. À la suite d’une conférence en France, trois Ariégeois séduits par le système montent en juillet 1994 le premier SEL. Alors 20 ans, c’est le bel âge pour les SEL ? « Oui, affirme Margot, venue d’Île-de-France pour fêter l’événement, depuis la crise, les SEL ont connu un intérêt croissant, il y en a plus de 500 actuellement en France. C’est une réussite ! Les SEL ont un bel avenir devant eux. »

❖ Une autre monnaie d’échange Arnaud donne des plants de tomate à Sarah qui, elle, va garder le chat de Patrick et Noémie ; comme Patrick a réparé le vélo de Magali, il a obtenu des unités avec lesquelles il pourra « s’acheter  » un couscoussier et ainsi de suite. Chacun a proposé des services, des savoirs ou des biens et peut bénéficier d’un autre service, savoir ou bien, et cela, au moyen d’une unité d’échange. Que cette monnaie virtuelle s’appelle « grain de sel » pour les uns, « pépites », « plumes » ou « bourgeons » pour d’autres, le principe est le même dans tous les SEL : chaque membre dispose d’un compte individuel, le plus souvent un cahier sur lequel faire noter les unités qu’il reçoit et celles qu’il utilise.

À la différence du troc, qui se limite à un échange entre deux personnes, le SEL donne la possibilité d’échanger en réseau ; il offre ainsi l’avantage de donner accès à un large éventail de biens et services que les plus démunis ne peuvent habituellement pas s’offrir. Pour faciliter les échanges, la plupart des SEL éditent un catalogue virtuel ou une liste papier où sont répertoriés les services proposés et les coordonnées des différents membres. « Quand j’ai besoin d’un coup de main pour le jardin, je lance un appel sur Internet ou par téléphone, explique Pauline, qui vient d’Alsace. Une fois que c’est fait, je donne à ceux qui m’ont aidée les grains de sel correspondant au temps qu’ils y ont passé et à eux ensuite d’en faire ce qu’ils veulent. »

❖ Les SEL : un autre état d’esprit Parmi les adhérents, des gens de tout milieu et tout âge ; tout le monde y trouve son compte. Les uns apprécient une manière de promouvoir la solidarité dans le cadre de leur lieu de vie. D’autres y voient un moyen de créer du lien social, de rencontrer des voisins dont ils ignoreraient sûrement l’existence sinon et de développer la convivialité. Ils sont aussi plusieurs à dire que, grâce au SEL, ils font des économies et vivent mieux. Enfin, quelques-uns insistent aussi sur le fait que ce système permet de valoriser le non-recours à l’argent, comme Vincent, de Lyon : « Pour moi, il est essentiel de reconsidérer la valeur des choses et des savoirs en dehors d’un indicateur monétaire, ça permet d’échapper à ce critère de valeur marchande, omniprésent dans la société moderne. » Une façon donc de redécouvrir que « le lien vaut plus que le bien », comme le prône la charte des SEL. Quartier Sud, nº 36

8 Lisez le document ci-dessus, puis dites de quoi il s’agit. 1. D’un témoignage. 2. D’un article de journal. 3. De la page d’accueil d’une association.

42 quarante-deux

09038504_031-044.indd 42

23/02/16 17:09


2 9 Répondez aux questions. Justifiez avec des extraits du texte. 1. 2. 3. 4. 5.

Qu’est-ce que les SEL ? Où et quand ce système est-il né ? Comment est-il arrivé en France ? À quoi sert la monnaie virtuelle des SEL ? Comment fonctionne ce système ?

6. Quel avantage offre-t-il par rapport au troc ? 7. Sur quelles valeurs reposent les SEL ? 8. Quelles sont les motivations des personnes qui ont recours aux SEL ?

10 Retrouvez dans le texte les mots qui correspondent à ces définitions. 1. 2. 3. 4. 5.

« qui augmente, de plus en plus grand » (2e paragraphe) « une grande gamme » (4e paragraphe) « personnes sans argent, qui n’ont pas le minimum vital » (4e paragraphe) « informations pratiques concernant une personne » (5e paragraphe) « caractère des relations agréables entre personnes d’un même groupe » (7e paragraphe)

11 Répondez à l’appel à participation de la revue Changements. (120 mots) Nous voulons savoir comment nos lecteurs ont vécu et / ou vivent les changements dans leur environnement (quartier, ville, pays) : racontez-nous ! Avant de vous mettre à écrire, décidez quels points vous allez aborder et dans quel ordre : – description de l’environnement précédent. – changements opérés. – description de l’environnement actuel. – impressions et sensations. – opinion personnelle sur le(s) changement(s).

Stratégies En général, comment faites-vous pour rédiger ? Qu’est-ce qui vous semble utile pour améliorer vos productions écrites ? Qu’est-ce qu’il vaut mieux ne pas faire ? Aidez-vous des éléments ci-dessous pour répondre, puis commentez en groupe. – Je lis attentivement les consignes données… • pour savoir la typologie du texte à écrire (récit, mail, opinion…). • pour savoir la longueur demandée. • pour déterminer les thèmes à aborder. – Je me mets à écrire tout de suite. – Je m’efforce de trouver les idées et de les organiser. – Je consulte un texte modèle pour m’en inspirer. – Je m’organise en fonction du temps qui m’est donné. – Je me sers du matériel de consultation (dictionnaires…) et de mes notes de cours. – Je n’utilise que les mots ou expressions dont je suis sûr(e). – Je relis mon texte avant de le rendre pour corriger les erreurs. – Je consulte ma liste de fautes habituelles afin de ne pas les refaire. – Je rédige mentalement mes phrases en langue maternelle, puis je les traduis. – J’essaie de construire des phrases en français avec les moyens linguistiques de mon niveau. – Quand je n’arrive pas à construire une phrase en français, je cherche comment exprimer mon idée d’une autre manière.

quarante-trois 43

09038504_031-044.indd 43

23/02/16 17:09


TÂCHE FINALE

Pause détente !

2

Il est temps de faire une petite pause ! Jouons… mais à quoi ?

1 Préparation. Par petits groupes, vous allez organiser un jeu en français.

1. Individuellement, cherchez des idées de jeux en français (jeux de cartes, jeux d’enquête, jeux de société, quiz…). 2. Mettez en commun le résultat de vos recherches, puis décidez ensemble à quel jeu vous voulez jouer avec le reste de la classe. 3. Préparez une fiche de présentation du jeu que vous avez choisi. N’oubliez pas d’en indiquer les règles !

2 Réalisation. Chaque groupe présente son jeu, puis y joue avec le reste de la classe. 3 Évaluation. Après avoir joué à tous les jeux, commentez la séance tous ensemble. Établissez un classement de vos jeux préférés.

4 Prolongement. Pourquoi ne pas ajouter un post à votre blog de classe ? Ajoutez votre fiche et des liens vers les sites web qui vous ont aidé(e)s à organiser cette activité.

Saviez-vous qu’on apprend beaucoup en jouant ? 44 quarante-quatre

09038504_031-044.indd 44

23/02/16 17:09


Blog de classe

projet

projet

Vous allez revisiter le blog créé à l'unité 1, pour l’amplifier et l’enrichir.

Pour cela, vous allez… • définir le blog existant (objectifs, destinataires, participants) et l’évaluer. • connaître les différents médias qui peuvent vous servir d’inspiration pour le développer.

• sélectionner des documents intéressants de sources diverses ou les produire vous-même, individuellement ou en groupe.

cent cinquante-sept 157

09038504_157-162.indd 157

23/02/16 17:24


Petit tour d’horizon Vous avez commencé un blog, mais connaissez-vous la blogosphère ?

1 La blogosphère regroupe des blogs de genres bien différents. Voici les principales catégories. le blog personnel

le blog collaboratif

le blog culturel

le blog thématique

le blog éducatif

le blog d’actualités

le blog d’entreprise

1. Dites à quelle catégorie correspondent les blogs définis ci-dessous. Ensuite, proposez une définition pour les catégories restantes. a) C’est un blog qui permet à une entreprise de communiquer avec ses clients. b) C’est un blog permettant à plusieurs blogueurs d’intervenir et d’ajouter des contenus. c ) C’est un blog tenu par un professeur à l’attention de ses élèves et / ou de ses collègues. d) C’est un blog qui sert de journal intime, mais destiné à ses amis, sa famille ou à des inconnus. e) C’est un blog qui parle d’art, de spectacles, d’expositions, de livres, de films… 2. Connaissez-vous des blogs célèbres ? De quel genre ? Sur quels thèmes ? 3. Avez-vous eu l’occasion de consulter des blogs en français ? Commentez-les par petits groupes.

2 Lisez le texte suivant. Qu’en pensez-vous ? Le saviez-vous ? Saviez-vous que, pour certains, bloguer est un métier ? En effet, une petite partie des blogueurs ont réussi à fidéliser de nombreux lecteurs et à avoir de l’influence sur eux : ces blogueurs « influents » testent et recommandent des produits, dans les domaines des nouvelles technologies, des produits de beauté, des médecines douces, de la mode… Il est désormais fréquent de se renseigner sur des blogs spécialisés avant d’acheter un produit. Les marques se sont bien sûr saisies de cette opportunité. Les entreprises n’hésitent pas à livrer des cadeaux aux blogueurs les plus connus, à les inviter à des événements, tous frais payés. Cela n’est évidemment pas sans contrepartie : les blogueurs doivent en échange parler des produits ou services offerts sur leur blog. Doit-on alors faire confiance à ces blogueurs professionnels ? Restent-ils indépendants ? Selon eux, oui ! D’abord, les « billets indépendants sponsorisés » ne concernent qu’une partie de leurs publications et ils doivent être étiquetés, selon la loi (comme les « publi-reportages » dans les magazines). Ensuite, les blogueurs, en général, n’acceptent de vanter que les produits qui leur plaisent et dont ils reconnaissent les qualités. 158 cent cinquante-huit

09038504_157-162.indd 158

23/02/16 17:24


projet

Regard sur votre blog Maintenant que vous avez une certaine expérience de blogueurs, faites un retour sur vos billets (posts), par petits groupes.

1 Quels contenus avez-vous partagés ?

− Les productions des TÂCHES FINALES, réalisées en classe autour de sujets divers : … − Les productions des sections COMPÉTENCES : … − Des productions libres réalisées autour d’un même thème : … − Des productions sous différents formats (écrits, audio, vidéo…) : … −…

2 Qui sont les destinataires actuels de

votre blog ? − Les élèves de la classe et le professeur. − Les autres élèves et professeurs de français de l’établissement. − Votre famille et vos amis. − Les apprenants de français du monde entier. − Tous ceux qui sont intéressés par le français et la francophonie. −…

3 Quel a été l’objectif initial de votre blog ?

− Rassembler au même endroit vos productions et celles du reste de la classe. − Partager vos productions et votre apprentissage du français avec les autres classes de français. − Communiquer avec d’autres apprenants de français et d’autres blogueurs. −…

4 Cet objectif a-t-il évolué au fil des mois ?

Pensez-vous qu’il vous servira à rester en contact entre vous ?

Voici quelques conseils de blogueurs experts pour que votre blog soit populaire : – Choisissez un nom original et clair et un joli graphisme : ce sera votre « image de marque ». Procédez de façon à ce que votre blog sorte de l’ordinaire et soit identifiable. − Imposez votre ton : apportez votre touche personnelle et n’essayez pas d’imiter le ton d’autres blogueurs. − Soyez proactifs et communicatifs : allez chercher vous-mêmes vos lecteurs ! Recherchez des blogs semblables ou complémentaires et invitez leurs auteurs à venir sur le vôtre. − Soyez présents sur les réseaux sociaux, pour présenter votre blog et augmenter vos possibilités de le faire connaître. − Soyez persévérants et constants : mettez votre blog à jour régulièrement, lisez les commentaires de vos lecteurs et répondez-y !

cent cinquante-neuf 159

09038504_157-162.indd 159

23/02/16 17:24


Allez plus loin : alimentez votre blog Réfléchissez ensemble aux façons d’enrichir votre blog et à ce que vous pouvez y ajouter.

1 Par petits groupes, définissez quels aspects du monde francophone vous aimeriez continuer à traiter ou, même, introduire dans votre blog. mode

passe-temps

histoire

villes

cinéma

tourisme

musique …

2 Comment allez-vous procéder ? En fonction des thèmes que vous avez choisis, quels médias pouvez-vous consulter ? Indiquez les médias que vous avez découverts dans NICKEL ! et ceux que vous avez explorés par vous-mêmes. − Magazines hebdomadaires. − Radios à vocation internationale. − Publications spécialisées. − Radios généralistes nationales. − Quotidiens (régionaux, nationaux…). − Chaînes de télévision.

3 Quels genres de documents

voulez-vous privilégier ? a) interviews b) tables rondes c ) débats d) articles scientifiques e) actualités f ) articles de société g) reportages h) articles de psychologie i ) dessins humoristiques, caricatures Avez-vous l’habitude de feuilleter des magazines, de regarder les informations à la télévision, d’écouter la radio en français ? Commentez avec les membres de votre groupe.

4 À titre individuel, sur quels médias et quels genres de documents souhaitez-vous vous

concentrer ? Lisez les propositions suivantes, puis regroupez-vous avec les camarades qui ont fait le même choix. Ce sera votre spécialité ! a) Presse écrite (1) : vous rédigerez des articles de fond et des billets d’humeur et vous les illustrerez par des photos, des dessins… b) Presse écrite (2) : vous publierez des revues de presse de l’actualité des pays francophones. c ) Audiovisuel : vous filmerez des interviews, des reportages avec voix-off… Vous commenterez également par écrit les nouveautés à la télévision (séries, émissions, documentaires…) et au cinéma. d) Radio : vous enregistrerez des débats radiophoniques, des reportages, vous proposerez des échanges avec les auditeurs…

160 cent soixante

09038504_157-162.indd 160

23/02/16 17:24


Quelques pistes

projet

Voici quelques consignes et questions pour vous orienter dans votre tâche.

1 Presse écrite.

1. Avez-vous envie de consulter plusieurs articles sur le même sujet pour les comparer, pour voir différents points de vue ? 2. Vous intéressez-vous aux dépêches des agences de presse francophones (Agence France-Presse, Africa Press, Agence CAPA, News Press…) ? 3. Voulez-vous lire des articles de fond (quotidiens, nationaux, internationaux…) ou feuilleter des magazines satiriques ?

2 Iconographie.

1. Aimeriez-vous chercher ou faire des dessins d’actualité, humoristiques, des caricatures, des infographies ? 2. Avez-vous des photos à proposer ? 3. Allez-vous mettre des légendes ? De quel style (informatives, humoristiques…) ?

3 Sources.

1. Comment allez-vous signaler les sources ? 2. Respectez la propriété intellectuelle et citez toujours vos sources ! Si vous allez au-delà de la citation, il est obligatoire de demander les droits de reproduction aux auteurs.

4 Et si vous voulez passer à la production… Reportages

et interviews. 1. Les reportages : comment croyez-vous pouvoir transmettre votre message et faire partager vos sentiments ? Comment pouvez-vous rendre vivant votre reportage ? 2. Les interviews : à qui allez-vous donner la parole (un spécialiste, un anonyme…) ? À quel endroit (dans l’établissement, dans la rue…) ? Pendant combien de temps ? Pour parler de quoi ?

5 Du côté technique. Son et image.

1. Combien de plans voulez-vous faire ? De quelle durée ? 2. Comment allez-vous placer les journalistes et les intervenants par rapport à la caméra ? 3. La caméra va-t-elle bouger ? Allez-vous changer d’angle de prise de vue ? 4. Allez-vous filmer avec une vraie caméra ? Avec un téléphone portable ? 5. Si vous avez écouté des documents radiophoniques pour votre recherche : ont-ils été enregistrés en studio, en extérieur, par téléphone ?

cent soixante et un 161

09038504_157-162.indd 161

23/02/16 17:24


Une production pour finir en beauté

projet

Votre projet de blog est ambitieux : partagez-vous le travail.

1 Mettez en commun avec vos camarades de classe toutes vos propositions, puis

répartissez-vous les tâches à mener à bien en petits groupes ou individuellement.

2 Où allez-vous insérer vos productions : à la suite de billets plus anciens ou tout à la fin ? 3 Une fois vos productions rendues publiques, pensez à créer différentes catégories pour

classer vos billets (posts) et à des mots-clés (tags) pour identifier facilement leur contenu. Cela augmentera la lisibilité de votre blog.

4 Avez-vous des astuces pour faire connaître votre blog à l’intérieur et à l’extérieur de votre établissement ?

Même si les vacances arrivent, pensez que votre blog continue à vivre ! 162 cent soixante-deux

09038504_157-162.indd 162

23/02/16 17:24


Nickel 3 Bilans communication Bilan communication des unités 1 et 2 .............................................................................. 164 Bilan communication des unités 3 et 4 .............................................................................. 167 Bilan communication des unités 6 et 7 .............................................................................. 170 Bilan communication des unités 8 et 9 .............................................................................. 173

cent soixante-trois 163

09038504_163-175.indd 163

23/02/16 17:32


BILAN COMMUNICATION 1 Écoutez la conversation, puis répondez aux questions. 1. Combien de personnes parlent ? Qui sont-elles ? 2. Quel est le moyen de communication utilisé ? 3. Qui est Lola ?

2 Réécoutez la conversation, puis dites si les affirmations suivantes sont vraies ou fausses.

Si elles sont fausses, corrigez-les. 1. Stéphanie trouve que l’espagnol est une langue facile. 2. Quand elle était à Lausanne, Lola répétait souvent que les gens parlaient trop vite en français. 3. Elle est repartie en Espagne avec un très bon niveau de français, grâce aux cours qu’elle a suivis à Lausanne. 4. Corinne croit que l’anglais est plus facile que l’espagnol. 5. Stéphanie explique à Corinne comment améliorer son anglais. 6. Stéphanie travaille maintenant dans un cirque comme dompteuse de pumas. 7. Corinne n’est pas séduite par le système des pumas. 8. Le système des pumas permet à Stéphanie d’économiser de l’argent. 9. Stéphanie doit raccrocher parce qu’elle va faire des achats. 10. Corinne va arrêter l’anglais pour faire de l’espagnol.

3 Lisez le mail ci-contre, puis dites si c’est vrai ou faux. Justifiez vos réponses.

1. Stéphanie a acheté des cadeaux pour tout le monde, même pour Corinne. 2. L’idée de mettre des retraités en contact avec des élèves vient des États-Unis. 3. Les retraités sont obligés de participer à l’échange linguistique proposé par la maison de retraite, mais ils n’aiment pas ça. 4. L’expérience d’échange linguistique présentée est bon marché et son prix raisonnable pour les étudiants. 5. Stéphanie dit que ce type d’échange existe déjà pour les pays francophones. 6. La grand-mère de Stéphanie est âgée, mais sait évoluer avec son temps. 7. Elles communiquent assez souvent par skype. 8. Stéphanie recommande à Corinne de tenter cette expérience. 9. Elle lui enverra plus tard le lien de l’article dont elle parle. 10. Stéphanie propose à Corinne de venir en Espagne, dans l’appartement qu’elle partage avec Lola.

164 cent soixante-quatre

09038504_163-175.indd 164

23/02/16 17:32


12 4 Retrouvez dans le texte les mots qui correspondent à ces définitions.

5. « tirer parti de quelque chose, en bénéficier » (3e paragraphe) 6. « qui donne une certaine plénitude, qui rend heureux » (3e paragraphe) 7. « avoir des difficultés pour » (4e paragraphe) 8. « surmonter un problème » (5e paragraphe)

1. « réconforter » (1er paragraphe) 2. « une véritable compétence » (2e paragraphe) 3. « s’ennuyer beaucoup » (2e paragraphe) 4. « tout le monde y trouve son avantage » (3e paragraphe)

À: Objet :

cocorinne@uni-lausanne.ch échange linguistique

Salut Corinne ! Ça va ? Moi, je viens de faire des achats trop mignons pour toute la famille au marché aux puces ! Je ne t’ai pas oubliée et tu auras droit à un petit cadeau pour te remonter le moral. Mais c’est une surprise, je ne t’en dirai pas plus ! Alors, quant à cette méthode innovatrice dont je t’ai parlé, la voici : il y a une école de langues brésilienne, à Sao Paulo, qui a décidé de se mettre en contact avec une maison de retraite aux États-Unis, pour que ses élèves pratiquent l’anglais avec des anglophones. Il y a beaucoup de gens qui n’ont pas les moyens ou le temps de voyager pour acquérir un niveau performant en langue étrangère. Et il y a aussi beaucoup de gens du troisième âge qui s’embêtent énormément et qui ne demandent qu’à parler avec d’autres personnes. L’idée géniale de ces Brésiliens, c’est de mettre en contact, par skype ou autre logiciel permettant de passer des appels vidéo, les étudiants en anglais avec des personnes âgées. Rien ne remplace la conversation sur le vif ! Cela permet aussi de créer des liens amicaux formidables. J’ai vu les témoignages sur la toile d’un côté et de l’autre, et c’est vraiment émouvant. Les papis et les mamies sont ravis parce qu’ils connaissent des jeunes d’un autre pays qui leur parlent de leurs rêves, de leur vie quotidienne et des soucis propres à leur génération. Les élèves brésiliens, de leur côté, acquièrent plus d’aisance en ce qui concerne la prononciation et le vocabulaire, tout en profitant de la patience et de l’expérience de gens qui ont plein de choses à raconter. C’est du gagnant-gagnant ! Et en plus, c’est gratuit : effectivement, les retraités ne se font pas rémunérer, c’est du bénévolat, alors n’importe quel étudiant peut en profiter. Ça permet aux petits vieux d’avoir un moment d’évasion et de compagnie, tout en les obligeant à avoir une activité quotidienne enrichissante et épanouissante. Il faudrait absolument exporter ce modèle à toutes les langues et dans tous les pays ! Tu n’es pas de mon avis ? Je sais qu’il existe des modèles semblables pour des échanges entre jeunes de pays différents, mais ce contact entre générations me semble tellement beau ! C’est ça aussi, la solidarité ! Il est vrai que ça m’a fait réfléchir sur mes propres relations avec ma grand-mère. Je l’appelle souvent et je suis au courant de tout ce qu’elle fait, mais je sens bien qu’elle se sent seule quelquefois. Le fait de la mettre en contact avec un étudiant en français à l’étranger me semble une idée formidable. Surtout que, depuis son accident, elle a du mal à bouger. Et ça, elle peut le faire tranquillement de chez elle grâce à son ordinateur ! Mon frère lui avait appris comment utiliser skype l’an dernier. Trop cool, non ? Je crois que tu devrais te mettre en contact avec une maison de retraite tout de suite pour essayer de joindre un ou une retraité(e) et devenir petite-fille adoptive aux États-Unis ! J’ai perdu l’article en question 

, j’essaie de retrouver le lien et je te l’envoie, d’accord ? Il y a l’adresse de l’école

brésilienne. C’est en espagnol, mais avec mes explications, tu devrais t’en sortir ! Tu me tiens au courant ! Au fait, je voulais te proposer quelque chose. Que dirais-tu de venir passer quelques jours à Séville ? Lola est d’accord et on a un canapé-lit ! Comme ça, tu pourras découvrir les pumas, bronzer au soleil et connaître une ville magnifique ! En plus, les Sévillans sont très accueillants ! Réponds-moi vite ! Gros bisous, Stéph garder une copie

envoyer

enregistrer dans mes brouillons

cent soixante-cinq 165

09038504_163-175.indd 165

23/02/16 17:32


BILAN COMMUNICATION

12

5 Vous participez à l’expérience « Je cherche des grands-parents francophones adoptifs ! » Écrivez à l’organisme en charge du projet. (120 mots)

Voulez-vous profiter d’une expérience

formidable ? Faites-vous adopter par

un(e) retraité(e) francophone ! Écrivez un petit texte pour vous présenter et racontez

comment vous avez décidé d’apprendre le FRANÇAIS. Quelle a été votre expérience ? Quelles émotions et sensations cette langue a-t-elle fait naître en vous ? Bientôt, quelqu’un vous répondra et vous pourrez chatter ou bavarder sur la toile !

6 Imaginez-vous à 70 ans. Quelle a été votre vie ? (2 minutes environ)

Quelles sont les choses qui ont changé tout au long de votre vie ? Comment a évolué votre ville ? Comment est votre maison ?

166 cent soixante-six

09038504_163-175.indd 166

23/02/16 17:32


Nickel 3 Évaluations finales Évaluation finale DELF B1  .............................................................................................. 177 Évaluation finale DELF B1  .............................................................................................. 180

176 cent soixante-seize

09038504_176-182.indd 176

23/02/16 17:33


ÉVALUATION FINALE DELF B1 

B1

Compréhension des écrits 1 Lisez le texte « Changer de vie, le syndrome de la chambre d’hôte », puis répondez. 1. Pourquoi certaines personnes décident-elles de quitter leur travail pour ouvrir une maison d’hôte ? a) Pour trouver une stabilité professionnelle. b) Pour avoir une meilleure qualité de vie. c ) Pour résoudre leurs problèmes économiques.

2. Selon Catherine Négroni, la décision est-elle prise en solitaire ? a) Oui, mais la société encourage fortement les individus à se réaliser personnellement. b) Oui, les gens fuient les obligations liées à la société. c ) Non, c’est la société seule qui pousse les gens à renoncer à leur confort. 3. Qu’est-ce qui est au centre de la décision prise, toujours selon Catherine Négroni ? a) La famille. b) L’individu lui-même. c ) L’envie d’être propriétaire. 4. Qu’est-ce qui aide à prendre cette décision ? a) Les attraits de la vie à la campagne. b) Les attraits de la vie à la campagne et les inconvénients de la vie urbaine. c ) Les inconvénients de la vie urbaine. 5. Qu’est-ce qui a poussé Marie de la Forest à sauter le pas ? a) Les problèmes de santé de son fils. b) La pollution à Paris. c ) L’envie de monter sa propre entreprise.

6. Selon Claire Bidart, en quoi consiste « l’effet cocotte-minute » ? a) L’individu est en crise, son comportement change et la pression monte. b) À la suite d’une crise, l’individu explose puis fait une dépression. c ) L’individu subit des tensions et il finit par exploser. 7. À l’issue de ce scénario de crise, que fait l’individu ? a) Il prend conscience qu’il a peu de possibilités de changement. b) Il reconsidère sa situation pour prendre des mesures. c ) Il prend des mesures immédiatement. 8. Pourquoi ouvrir des chambres d’hôte est-il le rêve des Français ? a) Parce que cela leur permet de réaliser plusieurs de leurs désirs. b) Parce qu’il n’y a pas d’autre manière de changer de vie. c ) Parce que le tourisme exige moins de diplômes. 9. Que faut-il pour ouvrir des chambres d’hôte ? a) Une forte motivation. b) De bons contacts et des économies. c ) Des notions d’hôtellerie.

10. Ouvrir une chambre d’hôte, est-ce que c’est le succès assuré ? a) Non, cela peut rapporter beaucoup moins que ce qu’on pense. b) Non, ça représente beaucoup de travail. c ) Oui, c’est très rentable.

cent soixante-dix-sept 177

09038504_176-182.indd 177

23/02/16 17:33


ÉVALUATION FINALE DELF B1 Changer de vie, le syndrome de la chambre d’hôte Leurs parents partaient élever des chèvres dans le Larzac. Les cadres d’aujourd’hui quittent leur entreprise pour ouvrir des maisons d’hôte. Crise de l’âge adulte ou choix rationnel ? La fin des parcours linéaires Plus qu’à un changement de métier, c’est à un changement de vie auquel aspirent ces individus. Citadins pour la plupart, ils ont entre 30 et 50 ans, avec une tendance au rajeunissement ; ils sont « installés » sur le plan professionnel, en couple ou divorcés. Ils se disent prêts à quitter travail et confort, à s’éloigner de leurs amis, à « gagner moins pour vivre mieux ». Une fois leur projet abouti, ils parlent de liberté, d’harmonie, de renaissance. […] Pour la sociologue Catherine Négroni, auteur de Reconversions professionnelles volontaires, ce mouvement est à la fois individuel et social. Certes, l’individu, actif et volontaire, est le seul initiateur de sa reconversion. Mais la société, en érigeant en diktat le changement et la « vocation de soi », en fait une expérience sociale. Ce phénomène, poursuit la sociologue, résulte à la fois de la crise de l’emploi, qui encourage chacun à être plus mobile, et d’un bouleversement des valeurs qui cimentent la société : « Jusqu’aux années 1970, le projet de vie des individus était surtout construit à partir des catégories de la famille heureuse, de l’accession à la propriété familiale. Aujourd’hui, il est davantage question de réalisation de soi, de quête de l’identité personnelle. » Le mythe du retour aux sources, l’engouement* écologique, le rejet des transports en commun et des rythmes professionnels épuisants peuvent aussi constituer de puissants ressorts.

L’effet cocotte-minute Si sept millions de citadins rêvent de refaire leur vie aux champs, tous ne passent pourtant pas à l’acte. « Il y a toujours un événement déclencheur », constate Marie de la Forest. Elle-même a quitté Paris et son poste de directrice de la rédaction de Télé Star, il y a neuf ans, pour fonder sa propre agence à Lectoure, dans le Gers. « Mon fils, allergique à la pollution, a fait une crise d’asthme terrible, se souvient-elle. En quinze jours, j’ai tout vendu, et je suis partie m’installer dans le Gers. » La sociologue Claire Bidart, qui a réalisé une enquête qualitative, utilise la métaphore de la cocotte-minute pour caractériser ce « scénario de crise » qui conduit l’individu à une remise en plat** de son expérience. Une crise survient à l’issue d’une période de quelques mois, pendant laquelle la pression – professionnelle, familiale ou existentielle – ne cesse de monter. Une dispute avec un patron peut faire « sauter le couvercle ». Des événements privés – divorce, naissance, deuil ou problème de santé – peuvent aussi jouer un rôle clé dans la bifurcation. […]

Le coût de la liberté Il reste un mystère : pourquoi l’ouverture d’une chambre d’hôte reste le fantasme premier des Français qui souhaitent changer de vie ? Il existe, après tout, mille manières de refaire sa vie : partir à l’étranger, faire de l’humanitaire, passer un concours de la fonction publique, se lancer dans une carrière artistique… Dans Changer de vie. Se reconvertir, mode d’emploi (Village Mondial, 2002), Marie-Pierre Noguès-Ledru et Anne Claret-Tournier donnent des indices. À partir de récits de vie, les auteures dissèquent les motivations des candidats à la reconversion professionnelle. Elles établissent cinq catégories : se mettre au vert, se mettre à son compte, se consacrer aux autres, vivre sa passion, partir loin. Quelle activité, sinon l’hébergement touristique, permet de conjuguer toutes ces motivations ? Pour se lancer, il est préférable d’avoir quelques subsides et un bon carnet d’adresses. Avec une rentabilité de 1 500 à 3 000 euros par chambre et par an (source : Agence pour la création d’entreprise), l’aventure tourne parfois court***. […]

Extrait de « Changer de vie, le syndrôme de la chambre d’hôte », Héloïse Lhérété, Sciences Humaines nº 193, mai 2008 (mis à jour : juin 2011). *engouement : goût très vif et soudain pour quelque chose, enthousiasme. **remise en plat : reconsidération complète, un réexamen approfondi d’une situation. ***tourner court : cesser brusquement sans donner le résultat espéré.

178 cent soixante-dix-huit

09038504_176-182.indd 178

23/02/16 17:33


ÉVALUATION FINALE DELF B1

B1

Compréhension de l’oral 2 Écoutez L’Éco du Matin, une émission de France Inter, puis dites si c’est vrai ou faux.

1. Dans ce document, on présente la toute première initiative qui permet aux particuliers de réduire leurs dépenses en s’associant. 2. Ce système consiste à programmer un projet de loisir ou de vacances et à trouver d’autres personnes intéressées, pour pouvoir bénéficier ainsi de tarifs de groupe. 3. Ce site Internet sert uniquement à mettre les gens en relation entre eux. 4. TripnCo connaît un grand succès en France : cette entreprise compte déjà des millions d’inscrits. 5. TripnCo prend un pourcentage sur chaque réservation réalisée. 6. TripnCo n’est pas un mode de fonctionnement nouveau. 7. Adelaïde a trouvé quelques inconvénients au logement qu’elle avait loué à Berlin. 8. Adelaïde a pu économiser 25 % par rapport au prix d’une auberge. 9. Ce modèle d’économie a très peu de répercussions aux États-Unis. 10. Pour les jeunes, organiser un voyage de manière traditionnelle continue à être attractif.

Production écrite 3 Vous avez décidé de changer de vie et d’ouvrir un gîte ou des chambres d’hôte dans la région

de vos rêves. Vous postez votre témoignage sur « Changer de vie, pourquoi pas ? » (125 mots)

Production orale 4 À l’occasion des vacances, vous discutez avec des amis : comment avez-vous fait ou ferez-vous pour réduire vos dépenses ? (trois minutes environ)

cent soixante-dix-neuf 179

09038504_176-182.indd 179

23/02/16 17:33


Nickel 3 Précis grammatical I.

Les adjectifs et les pronoms ........................................................................................ 184

II. Les verbes : temps et modes ....................................................................................... 187 III. L’expression du temps ................................................................................................. 189 IV. Les rapports logiques .................................................................................................. 191 V. La mise en relief ......................................................................................................... 194 VI. Le discours rapporté ................................................................................................... 194

Conjugaison ............................................................................................................................. 196 Phonétique .............................................................................................................................. 204

cent quatre-vingt-trois 183

09038504_183-195.indd 183

23/02/16 17:34


PRÉCIS GRAMMATICAL I. Les adjectifs et les pronoms 1. Les adjectifs et les pronoms indéfinis (unité 2) • Les adjectifs et les pronoms indéfinis peuvent exprimer différents degrés de quantité, la ressemblance, la différence, l’individualité ou la totalité. • Les adjectifs indéfinis comme les pronoms indéfinis sont généralement variables, mais il existe aussi des formes invariables. adjectifs indéfinis

quantité

quelques plusieurs certains, certaines différents, différentes aucun, aucune

J’ai pris quelques jours de vacances. J’ai lu plusieurs articles de ce journaliste. Certaines idées sont originales. Il existe différentes opinions sur le sujet. Tu n’as entendu aucun bruit ?

ressemblance

le même, la même, les mêmes

C’est toujours la même chanson ! J’ai lu les mêmes articles que toi.

différence

un autre, une autre, d’autres l’autre, les autres

Je vais te lire un autre conte. Tu veux d’autres biscuits ? Je préfère l’autre tablette.

individualité

chaque

Chaque proposition a son intérêt.

totalité

tout, toute, tous, toutes

Est-ce que vous avez lu tous ces livres ?

pronoms indéfinis

quantité

quelques-uns, quelques-unes quelqu’un quelque chose certains, certaines plusieurs aucun, aucune personne rien

J’ai trouvé des articles sur le sujet, tu veux que je t’en envoie quelques-uns par mail ? Est-ce que quelqu’un est venu ce matin ? Je voudrais lui offrir quelque chose, tu as une idée ? Des chansons québécoises ? J’en connais certaines. J’en ai déjà plusieurs, merci. Des week-ends libres avant mars ? Ils n’en ont aucun. Personne n’est venu ce matin. Je n’ai rien fait du tout.

ressemblance

le même, la même, les mêmes

Où as-tu acheté ce blouson ? J’ai le même ! J’adore tes chaussures, je veux les mêmes !

différence

un autre, une autre, d’autres l’autre, les autres

Tu as fini ta part, tu en veux une autre ? Ces stylos n’écrivent pas, tu m’en donnes d’autres ? Les autres ne sont pas encore arrivés ?

individualité

chacun, chacune

Chacun passe Noël chez ses parents.

totalité

tout, toute, tous, toutes

Oui, je les ai tous lus, ses romans !

• L’expression n’importe... marque l’indétermination, c’est-à-dire qu’elle renvoie à des personnes, choses, lieux, moments ou même à des manières de faire imprécises : adjectifs n’importe + adjectif interrogatif + nom quel quelle quels quelles

N’importe quel enfant a des aptitudes pour l’apprentissage des langues. Il adore les desserts. Il dévorerait n’importe quelle pâtisserie.

184 cent quatre-vingt-quatre

09038504_183-195.indd 184

23/02/16 17:34


pronoms n’importe + adverbe ou pronom interrogatif qui quoi où quand comment

lequel laquelle lesquels lesquelles

Arrête de parler ! Tu dis vraiment n’importe quoi ! Tu peux passer chez moi n’importe quand. Il a vraiment fait ça n’importe comment ! Il a choisi n’importe lequel pour en finir. Donne-moi des cuillères, n’importe lesquelles.

2. La place des pronoms compléments (unité 3) • Dans une phrase, on peut remplacer les compléments d’objet directs (COD) et les compléments d’objet indirects (COI) par des pronoms : Pronoms COD singulier

pluriel

1re personne

me / m’ / moi*

nous

2e personne

te / t’ / toi*

3 personne

le / la / l’

e

Pronoms COI singulier

pluriel

1re personne

me / m’ / moi*

nous

vous

2e personne

te / t’ / toi*

vous

les

3 personne

lui

leur

*Avec des verbes à l’impératif affirmatif.

e

*Avec des verbes à l’impératif affirmatif.

a) Un seul pronom complément – S’il y a un seul pronom, il précède le verbe, sauf à l’impératif affirmatif : Je te raconte : je lui ai parlé… Mais écoute-moi ! Ne me fais pas la tête ! – Attention, avec deux verbes dont un à l’infinitif, le pronom se place entre les deux : Je dois te raconter ce qui m’est arrivé ! b) Deux pronoms compléments – S’il y a deux pronoms, on place le pronom indirect avant le pronom direct, sauf si les deux pronoms sont à la 3e personne : dans ce cas, c’est l’inverse. Les pronoms en et y sont toujours en deuxième position. 1

sujet +

me / m’ te / t’ se / s’ nous vous

2 1

le la les en y

2 1

2

lui en leur

+ verbe

Tu me demandes ma calculette. ➞ Tu me la demandes. Tu prêtes ta gomme à Enzo. ➞ Tu la lui prêtes. Je te parle de la réunion ce soir. ➞ Je t’en parle ce soir. Ne m’achète pas ce livre. ➞ Ne me l’achète pas.

– À l’impératif affirmatif, l’ordre est différent. On place le pronom indirect en seconde position :

verbe +

1

2

le la les

1

moi / m’ toi / t’ lui nous vous leur

2

en y

Conseille ce film à tes parents. ➞ Conseille-le-leur. Donne-moi ton adresse. ➞ Donne-la-moi. Demande-leur du sel. ➞ Demande-leur-en. Emmène tes amis au restaurant. ➞ Emmène-les-y.

cent quatre-vingt-cinq 185

09038504_183-195.indd 185

23/02/16 17:34


CONJUGAISON infinitif

présent

imparfait

passé simple

passé composé

AVOIR AVOIR

j’ai tu as il/elle/on a nous avons vous avez ils/elles ont

j’avais tu avais il/elle/on avait nous avions vous aviez ils/elles avaient

j’eus tu eus il/elle/on eut nous eûmes vous eûtes ils/elles eurent

j’ai eu tu as eu il/elle/on a eu nous avons eu vous avez eu ils/elles ont eu

ÊTRE

je suis tu es il/elle/on est nous sommes vous êtes ils/elles sont

j’étais tu étais il/elle/on était nous étions vous étiez ils/elles étaient

je fus tu fus il/elle/on fut nous fûmes vous fûtes ils/elles furent

j’ai été tu as été il/elle/on a été nous avons été vous avez été ils/elles ont été

AIMER

j’aime tu aimes il/elle/on aime nous aimons vous aimez ils/elles aiment

j’aimais tu aimais il/elle/on aimait nous aimions vous aimiez ils/elles aimaient

j’aimai tu aimas il/elle/on aima nous aimâmes vous aimâtes ils/elles aimèrent

j’ai aimé tu as aimé il/elle/on a aimé nous avons aimé vous avez aimé ils/elles ont aimé

ALLER

je vais tu vas il/elle/on va nous allons vous allez ils/elles vont

j’allais tu allais il/elle/on allait nous allions vous alliez ils/elles allaient

j’allai tu allas il/elle/on alla nous allâmes vous allâtes ils/elles allèrent

je suis allé(e) tu es allé(e) il/elle/on est allé(e)(s) nous sommes allé(e)s vous êtes allé(e)(s) ils/elles sont allé(e)s

APPELER

j’appelle tu appelles il/elle/on appelle nous appelons vous appelez ils/elles appellent

j’appelais tu appelais il/elle/on appelait nous appelions vous appeliez ils/elles appelaient

j’appelai tu appelas il/elle/on appela nous appelâmes vous appelâtes ils/elles appelèrent

j’ai appelé tu as appelé il/elle/on a appelé nous avons appelé vous avez appelé ils/elles ont appelé

ATTENDRE (descendre, répondre, entendre, vendre)

j’attends tu attends il/elle/on attend nous attendons vous attendez ils/elles attendent

j’attendais tu attendais il/elle/on attendait nous attendions vous attendiez ils/elles attendaient

j’attendis tu attendis il/elle/on attendit nous attendîmes vous attendîtes ils/elles attendirent

j’ai attendu tu as attendu il/elle/on a attendu nous avons attendu vous avez attendu ils/elles ont attendu

AVANCER

j’avance tu avances il/elle/on avance nous avançons vous avancez ils/elles avancent

j’avançais tu avançais il/elle/on avançait nous avancions vous avanciez ils/elles avançaient

j’avançai tu avanças il/elle/on avança nous avançâmes vous avançâtes ils/elles avancèrent

j’ai avancé tu as avancé il/elle/on a avancé nous avons avancé vous avez avancé ils/elles ont avancé

BOIRE

je bois tu bois il/elle/on boit nous buvons vous buvez ils/elles boivent

je buvais tu buvais il/elle/on buvait nous buvions vous buviez ils/elles buvaient

je bus tu bus il/elle/on but nous bûmes vous bûtes ils/elles burent

j’ai bu tu as bu il/elle/on a bu nous avons bu vous avez bu ils/elles ont bu

CHOISIR

je choisis tu choisis il/elle/on choisit nous choisissons vous choisissez ils/elles choisissent

je choisissais tu choisissais il/elle/on choisissait nous choisissions vous choisissiez ils/elles choisissaient

je choisis tu choisis il/elle/on choisit nous choisîmes vous choisîtes ils/elles choisirent

j’ai choisi tu as choisi il/elle/on a choisi nous avons choisi vous avez choisi ils/elles ont choisi

196 cent quatre-vingt-seize

09038504_196-203.indd 196

23/02/16 17:35


CONJUGAISON futur

conditionnel

subjonctif présent

j’aurai tu auras il/elle/on aura nous aurons vous aurez ils/elles auront

j’aurais tu aurais il/elle/on aurait nous aurions vous auriez ils/elles auraient

que j’aie que tu aies qu’il/elle/on ait que nous ayons que vous ayez qu’ils/elles aient

je serai tu seras il/elle/on sera nous serons vous serez ils/elles seront

je serais tu serais il/elle/on serait nous serions vous seriez ils/elles seraient

que je sois que tu sois qu’il/elle/on soit que nous soyons que vous soyez qu’ils/elles soient

j’aimerai tu aimeras il/elle/on aimera nous aimerons vous aimerez ils/elles aimeront

j’aimerais tu aimerais il/elle/on aimerait nous aimerions vous aimeriez ils/elles aimeraient

que j’aime que tu aimes qu’il/elle/on aime que nous aimions que vous aimiez qu’ils/elles aiment

j’irai tu iras il/elle/on ira nous irons vous irez ils/elles iront

j’irais tu irais il/elle/on irait nous irions vous iriez ils/elles iraient

que j’aille que tu ailles qu’il/elle/on aille que nous allions que vous alliez qu’ils/elles aillent

j’appellerai tu appelleras il/elle/on appellera nous appellerons vous appellerez ils/elles appelleront

j’appellerais tu appellerais il/elle/on appellerait nous appellerions vous appelleriez ils/elles appelleraient

que j’appelle que tu appelles qu’il/elle/on appelle que nous appelions que vous appeliez qu’ils/elles appellent

j’attendrai tu attendras il/elle/on attendra nous attendrons vous attendrez ils/elles attendront

j’attendrais tu attendrais il/elle/on attendrait nous attendrions vous attendriez ils/elles attendraient

que j’attende que tu attendes qu’il/elle/on attende que nous attendions que vous attendiez qu’ils/elles attendent

j’avancerai tu avanceras il/elle/on avancera nous avancerons vous avancerez ils/elles avanceront

j’avancerais tu avancerais il/elle/on avancerait nous avancerions vous avanceriez ils/elles avanceraient

que j’avance que tu avances qu’il/elle/on avance que nous avancions que vous avanciez qu’ils/elles avancent

je boirai tu boiras il/elle/on boira nous boirons vous boirez ils/elles boiront

je boirais tu boirais il/elle/on boirait nous boirions vous boiriez ils/elles boiraient

que je boive que tu boives qu’il/elle/on boive que nous buvions que vous buviez qu’ils/elles boivent

je choisirai tu choisiras il/elle/on choisira nous choisirons vous choisirez ils/elles choisiront

je choisirais tu choisirais il/elle/on choisirait nous choisirions vous choisiriez ils/elles choisiraient

que je choisisse que tu choisisses qu’il/elle/on choisisse que nous choisissions que vous choisissiez qu’ils/elles choisissent

impératif aie ayons ayez

sois soyons soyez

aime aimons aimez

va allons allez

appelle appelons appelez

attends attendons attendez

avance avançons avancez

bois buvons buvez

choisis choisissons choisissez

cent quatre-vingt-dix-sept 197

09038504_196-203.indd 197

23/02/16 17:35


PHONÉTIQUE Voyelles

Semi-voyelles (semi-consonnes)

orales [i]

lit

[ø]

feu

[wa]

oiseau

[e]

[ɛ]

chaise

[wɛ]

tramway

[a]

sac

[ɑ]

pâtes

[wi]

sweat

[o]

château

[ɔ]

soleil

[wɛ̃]

point

[u]

moulin

[y]

autobus

[ɥi]

biscuit

[ə]

premier

[œ]

fleur

[je]

pied

[ɛj]

abeille

[œj]

feuille

[w]

[ɥ]

[j]

nasales [ɑ̃̃]

gant

[ɔ̄̃]

ballon

[ɑj]

pailles

[ɛ̃]

lapin

[œ̃]

parfum

[uj]

grenouille

Consonnes sourdes

sonores [b] bracelet

nasales

liquides

[p] lampe

[m] moto

[ʀ] raisin

[t] table

[n] bonnet

[l] stylo

[g] gomme

[k] carte

[ɲ] araignée

[v] voiture

[f] fenêtre

[ŋ] camping

[z] maison

[s] serpent

[ʒ] pyjama

[ʃ] chapeau

[d] deux

2

En français, il y a 37 sons, mais attention : pour chaque son, il y a souvent plus d’une graphie !

204 deux cent quatre

09038504_204.indd 204

23/02/16 17:36


Nickel 3 Transcriptions Unité 0 .............................................................................................................................. 206 Unité 1 .............................................................................................................................. 207 Unité 2 .............................................................................................................................. 208 Unité 3 .............................................................................................................................. 210 Unité 4 .............................................................................................................................. 212 Unité 5 .............................................................................................................................. 213 Unité 6 .............................................................................................................................. 216 Unité 7 .............................................................................................................................. 218 Unité 8 .............................................................................................................................. 220 Unité 9 .............................................................................................................................. 223 Unité 10 ............................................................................................................................ 225

deux cent cinq 205

09038504_205-226.indd 205

23/02/16 17:36


TRANSCRIPTIONS Unité

0

Page 12, nº 6 1. Le vers vert va vers le verre vert. 2. Il prend son dessert dans le désert. 3. As-tu vu le tutu de Lili d’Honolulu ? 4. Cinq chiens chassent six chats. Page 13, nº 7 J’étais partie en vacances avec une amie, dans le sud-est de l’Europe. On avait atterri en Slovénie et on avait loué une voiture pour aller jusqu’en Albanie, en longeant la côte adriatique. On est enfin arrivées en Albanie et puis, comme on était à côté, on a décidé de passer en Grèce. On arrive à la frontière, on présente nos papiers (passeport, carte verte, carte d’immatriculation du véhicule) et comme il n’y avait pas beaucoup de passage, on commence à discuter avec les deux douaniers, qui parlaient un peu français et anglais. Et puis, on a continué notre route et ma copine m’a demandé son passeport, pour voir le tampon. Mais je ne l’avais pas ; ni le sien, ni le mien, ni les papiers de la voiture… Horreur ! Au lieu de ranger les papiers tout de suite, je les avais posés sur le toit de la voiture pendant qu’on parlait et j’avais redémarré sans y penser ! Évidemment, on est retournées immédiatement au poste frontière, mais les papiers s’étaient envolés. On a dû aller jusqu’au consulat français de Thessalonique pour déclarer la perte et pour savoir comment on pouvait faire pour le retour et là, surprise ! Les employés du consulat savaient déjà que nous avions perdu nos papiers à la frontière. Les douaniers leur avaient communiqué que les papiers avaient été retrouvés. Comment ? Ils avaient expliqué aux enfants du village qu’ils organisaient un jeu qui consistait à chercher dans les champs, près de la frontière, des papiers d’identité. Les enfants ont adoré courir partout et ils ont tout retrouvé. Incroyable, non ? Page 13, nº 8 – Bonjour, nous nous sommes livrés à une petite enquête et nous avons posé la question : « Lisezvous des e-book ? » à plusieurs personnes. Voilà leurs réponses. – Oui, bien sûr ! Je vais partout avec ma tablette, j’ai tous les livres qu’on doit lire au lycée dessus, et ça ne pèse pas lourd ! Et puis, je peux relire mes passages préférés quand je veux, où je veux ! – Non, je n’ai même pas essayé, ça ne me tente pas vraiment, je trouve ça désagréable et, en plus, j’aime aussi les livres en tant qu’objets. – Moi, je dois dire que je trouve ça très pratique, on peut grossir les polices de caractère, régler la

luminosité, c’est facile. Et, pour certains livres, c’est plus rapide à avoir, et plus économique aussi. Mais c’est vrai que, même si j’apprécie les nouvelles technologies, j’aime aussi tenir un livre dans mes mains, pouvoir le poser et le reprendre, ça dépend de mes lectures… Je considère que je suis un « lecteur mixte ». – Oui, j’adore lire et le support importe peu et puis, chez moi, avec les livres numériques, on a gagné de la place, mon mari est content. Mais les revues, je préfère les lire sur papier, j’aime bien le contact des pages quand je feuillette les magazines, et des fois aussi je découpe certains articles pour les garder. – Pour tout vous dire, j’ai essayé mais je passe déjà toute ma journée en face d’un écran d’ordinateur, alors je n’ai pas envie de lire mes bouquins sur une tablette ou un livre électronique. En plus, je pense que ce n’est pas très bon pour la vue. Donc, je continue à lire mes bouquins sur papier ! – Non, moi, je ne lis que des B.D. et c’est mieux pour les couleurs, les détails, la vision d’ensemble sur papier, et pour en faire la collection ! J’ai une belle collection de B.D.  Page 13, nº 9 1. Plus de 30 véhicules ont été incendiés en l’espace de 20 minutes, le 24 décembre au soir, dans le centre-ville d’Agen. Son maire, Jacques Dupardon, en réponse aux plaintes des habitants exaspérés, a fait la déclaration suivante : « Une année de plus, pendant la nuit de Noël, des groupes de vandales se sont livrés à des actes inacceptables que nous ne laisserons pas impunis. Nous utiliserons tous les moyens qu’offre la République pour arrêter les coupables. » Quant à la police, elle a ouvert immédiatement une enquête criminelle et plusieurs jeunes seront entendus très prochainement. 2. Des nouvelles de notre ville ! Aujourd’hui, lundi 24 mars, à 19 heures, se tiendra une table ronde organisée par l’Association « Pour sauver notre planète ». Cette table ronde est proposée par l’association, pour inaugurer son nouveau local, situé 15, cours Victor Hugo. Elle a pour thème : « Répercussions de l’utilisation d’insecticides sur la santé ». Des membres de l’association nous ont communiqué que les dernières études réalisées permettent d’affirmer catégoriquement que l’emploi à grande échelle des pesticides et insecticides est à l’origine d’une contamination alimentaire, responsable de nombreuses maladies neuro-dégénératives. 3. Le ministre de l’Éducation Nationale a déclaré ce matin, à la fin d’un congrès sur les nouvelles technologies, qu’il mettra en place dans tous les lycées de France, à partir de la prochaine rentrée

206 deux cent six

09038504_205-226.indd 206

23/02/16 17:36


TRANSCRIPTIONS scolaire, un module d’enseignement ayant pour objectif de sensibiliser les élèves à toutes les possibilités qu’offrent les nouvelles technologies, généralement encore sous-utilisées. Le ministre désire contribuer ainsi à une meilleure formation numérique des professionnels de demain.

Unité

1

Contextes Page 18, nos 1, 2 et 3 – Bonjour à tous, ici Radio Actus, en direct de « L’ère des possibles ». Aujourd’hui, nous allons parler de communication. Nous sommes ensemble pendant une heure et nous comptons sur vous pour intervenir et nous faire part de vos réactions et témoignages sur ce sujet. On me fait signe que nous avons un premier appel : Brice, c’est à vous ! – Bonjour, Alexandre. Moi, j’appelle pour dire que j’ai découvert une cabine téléphonique pour les sourds. Ça m’a vraiment stupéfié, j’imaginais pas que ça pouvait exister. – Une cabine pour les sourds ? C’est quoi ? – Eh bien, un jour, je suis allé à la médiathèque, à Toulouse, et sur la porte d’une salle, il y avait écrit « Cabine Langue des signes », alors ça m’a intrigué. J’ai demandé à quoi ça servait et pour qui c’était. En fait, c’est pour permettre aux sourds ou aux malentendants de venir passer un coup de fil. – Oui, effectivement, ça paraît incroyable ! Et comment ça marche ? – Comment ça marche ? Alors, dans la cabine, la personne s’assoit devant un écran, qui est équipé d’une webcam. Après, elle va rentrer sur un site spécial sur Internet où elle va indiquer le numéro de téléphone qu’elle veut appeler, et grâce à la webcam, elle aura accès à la communication avec le réseau d’interprètes. – D’interprètes, mais qu’est-ce que vous entendez par là, ce sont des interprètes particuliers, je suppose ? – Oui, bien sûr, ce sont des interprètes en langue des signes, ce sont eux qui assurent le relais entre la personne et son interlocuteur, ou alors, ça peut être aussi des vélotypistes… – C’est à dire ? – Un vélotypiste, c’est quelqu’un qui va retransmettre les réponses en sous-titres. Ça veut dire que la communication peut se faire euh… pratiquement en temps réel. C’est fabuleux ! – Merci Brice, au revoir ! Vous venez d’entendre le témoignage de Brice et vous pouvez intervenir

pour nous faire part de votre expérience. On se retrouve après la pause musicale… – Nous revoici avec Mylène en ligne, Mylène, bonjour ! – Bonjour Alexandre. Moi, j’ai appris la langue des signes, c’est passionnant ; en plus, c’est une langue très riche et très utile. J’ai déjà servi d’interprète de cabine. Dans ce cas-là, on explique à la personne qu’on appelle, qu’on va traduire, en quelque sorte, les échanges entre elle et un malentendant. Je me rappelle, une fois, je l’ai fait pour un jeune d’une vingtaine d’années, qui n’avait jamais eu, avant ça, l’occasion de téléphoner. Il avait toujours eu des contacts par écrit, pour des rendez-vous, par exemple. – J’ai une question Mylène : quelle est la formation à suivre pour devenir interprète de la langue des signes française ? – Ça équivaut à un bac + 5. Mais je reviens à la cabine, je trouve que c’est une invention qui représente un grand pas en avant. Il y a 500 000 personnes atteintes de surdité sévère ou profonde en France, alors moi, j’espère que ça va se développer un peu partout. Mais le problème actuel, c’est que nous, les interprètes, on n’est pas assez nombreux en France, on est 400 environ et il faudrait qu’on soit 3 000 ou plus. – Merci Mylène !

Compétences Page 26, nos 1 et 2 – Un message d’Anita qui vient de poster, euh… il y a quelques minutes sur le fil Facebook de « 7 milliards de voisins », voici ce que nous dit Anita : « Bonjour, pour ma part, je prends des cours de turc et j’avoue que j’avance beaucoup avec des sites comme Babbel ou mylanguageExchange. » Voilà, elle a donné quelques adresses, j’espère que vous prenez des notes, les voisins et les voisines, si vous êtes désireux de vous perfectionner dans une langue étrangère, quelle qu’elle soit. Sophie de Tarley, l’apprentissage finalement en libre-service, on pourrait dire maintenant hein, ça pose quand même le problème de la motivation ? – Oui, c’est vraiment ce qu’il y a de plus important finalement, parce que aujourd’hui il y a beaucoup de, beaucoup d’exercices, beaucoup de vidéos qui sont finalement disponibles même gratuitement sur Internet et euh, mais la difficulté, c’est finalement de se motiver et de se dire tous les jours : « je vais en faire », parce que rien ne vous empêche finalement d’écouter la radio en anglais, de regarder une vidéo en anglais, il existe des sites où on peut regarder plein de séries… – Vous faites bien de dire tous les jours parce que c’est, une langue, c’est tous les jours. – Oui, c’est tous les jours qu’il faut faire l’effort, donc déjà, pour commencer, avant même d’aller deux cent sept 207

09038504_205-226.indd 207

23/02/16 17:36


TRANSCRIPTIONS sur les réseaux sociaux, commencez par allumer votre radio sur une fréquence anglaise ou une radio américaine, faites aussi l’effort peut-être de regarder des séries en anglais ou en américain, en langue euh, alors pour l’anglais bien sûr mais aussi en allemand, en norvégien, peu importe la langue que vous souhaitez étudier… – Sauf que dans un système interactif, là, il faut dépenser de l’énergie. – Voilà, après ça demande des efforts, de, de faire des exercices de grammaire, tout simplement, parce que, une langue, ce n’est pas seulement écouter la langue, il faut, il y a un petit effort, au départ, à faire pour apprendre l’allemand, oui, il faut apprendre les déclinaisons, enfin, il y a des efforts, des exercices à répéter, un petit peu au quotidien, et ça, c’est un effort qu’il faut faire chaque jour et la difficulté, c’est de trouver cette motivation, c’est pour ça que lorsqu’il y a une interactivité, lorsqu’on a un rendez-vous, chaque jour, que ce soit un chat par exemple avec quelqu’un, on se dit ben… on va retrouver cette personne tous les jours, on va chatter avec lui sur facebook, eh ben, c’est motivant, on se dit, on a envie, ça personnalise un petit peu l’apprentissage, on se dit : « ben Michael qui habite dans le Wisconsin… » – Il m’attend, il m’attend ! – Voilà, il m’attend, je sais que, il a peut-être répondu à ma petite lettre sur Facebook et moi, je vais lui répondre aujourd’hui et tout ça, ça provoque un petit peu de l’envie d’échanger et ça participe à la motivation. – Sur les réseaux sociaux, c’est nettement plus ludique hein euh, Arnaud Portanelli ? – Absolument oui. C’est vraiment le terme, c’est ludique ; polyglotparty.com, on y va pour se détendre, pour rencontrer un partenaire linguistique, y a pas de, de, y a pas d’autre but que de pratiquer la langue dans le plaisir, voilà. – C’est-à-dire que moi je vais sur polyglotparty, j’offre du français, mais... – Voilà contre une autre langue. – Voilà. – Alors, c’est ludique. C’est certainement… pas toujours, un peu moins efficace qu’après, que quand on a un vrai formateur. Extrait de l’émission « 7 milliards de voisins Expolangues : l’apprentissage des langues grâce aux réseaux sociaux », présentée par Emmanuelle Bastide, diffusée le 8 février 2013 sur RFI. L’intégralité de l’article est disponible sur le site rfi.fr.

Unité

2

Contextes Page 32, nos 1, 2 et 3 – On connaissait les baby-boomers, eh bien voici la génération « Y ». C’est la génération de l’avenir, ils sont nés devant la télé, ils passent leur vie devant leur ordinateur et ils sont tous équipés des dernières nouveautés technologiques, le monde de l’entreprise va bien devoir s’adapter. Voici un dossier signé Alexandre Mitéa. – Cheveux sur les yeux, ils communiquent à travers des rectangles en plastique et se transmettent des messages codés en faisant gigoter leurs doigts. Depuis qu’ils sont petits, ils sont le centre du monde, ils obtiennent toujours tout et en veulent toujours plus. C’est la génération des enfants rois. – C’est la période où le père travaillait et la mère travaillait. On les a aussi appelés « les clés autour du cou » puisque, très jeunes, parfois à 12-13 ans, ils ont eu le devoir de rentrer chez eux, de se prendre en charge, que ce soit pour leurs devoirs, leur scolarité, et donc une grande liberté à ce niveau-là. – Aujourd’hui, ils ont grandi et leur question préférée, c‘est : « Pourquoi ? » Jessica a 27 ans et au travail, son opinion doit compter, au nom du respect de l’être humain. – J’estime pas que quelqu’un qui est responsable a toujours raison, que quelqu’un qui est patron a toujours raison. C’est faux, on est des êtres humains, on commet tous des erreurs, alors si moi j’ai besoin d’être cadrée, je pense que les autres aussi en ont besoin. Et euh… c’est pas parce qu’on est devenu chef, patron, etc, qu’on a toujours raison. C’est faux. – Pour les Y, un long contrat, c’est une entrave à la liberté. Et comme ils voient le travail comme un jeu, ils sont prêts à changer de job chaque année pour continuer de s’amuser. – La seule difficulté, c’est que… ils ont la sensation d’avoir fait le tour très vite. Et que, aujourd’hui, au bout de deux ans, les sociétés euh… doivent mettre en place des moyens pour pouvoir garder ces jeunes qui viennent d’être formés. C’est un investissement pour eux, si le jeune s’en va par la suite, c’est un problème. Mais le jeune, le Y, veut euh… continuer à apprendre et trouver un enrichissement au sein de son travail. – Au château de Harzé, la réceptionniste est une Y. Et son patron est aux petits soins avec elle, il ne faudrait pas qu’elle vienne à s’embêter. – On va essayer qu’elle se… d’abord, qu’elle se sente bien dans son lieu de travail et qu’elle

208 deux cent huit

09038504_205-226.indd 208

23/02/16 17:36


TRANSCRIPTIONS ait l’occasion d’y apporter sa petite touche personnelle aussi. C’est ça, ça je crois qui est important, donc il y a non seulement les conditions de travail, je veux dire les horaires, toute une série de choses, mais aussi de permettre aux gens à un moment donné, d’y apporter leur petite touche personnelle, ça c’est bien ! – Car Élise n’est pas là depuis un an, mais elle se voit déjà ailleurs. – Aller vers un autre boulot, ça ne me pose pas de problème. Mais je suis pas pour faire 40 ans de carrière à la même place, au même poste et pour faire tout le temps la même chose. Je pense qu’on a tous envie d’évoluer. – Nous retrouvons Laurent le X et Jessica l’Y. Dans cette formation, chaque génération tente de comprendre l’autre, mais le chemin sera long. – On doit garder une distance et euh… un respect, alors que finalement, ces personnes-là n’ont pas toujours un respect non plus par rapport à nous, par rapport à nos idées. – Le sens de l’effort et le sens du travail, c’est pas du tout, du tout, enfin je pense pas en tout cas, les mêmes que la génération des X. – La génération Y a besoin de respect et de nouveaux défis. Et les patrons n’auront pas le choix de s’adapter car, bientôt, tous les employés seront des Y. En attendant, Jessica a quitté son job. Il ne lui plaisait plus. Extrait du reportage « Génération Y » d’Alexandre Mitéa, diffusé dans le journal télévisé de 13 h du 29 juin 2009, sur la RTBF. L’intégralité du reportage est disponible sur le site www.sonuma.be.

Compétences Page 40, nos 1, 2 et 3 – Il est 9 h 30 et voici notre moment de réflexion quotidien, à la recherche de réponses à des questions d’actualité. Nous nous demanderons donc si cette évolution est différente de celle des autres pays occidentaux et, si c’est le cas, comment ces différences sont perceptibles au niveau de la vie quotidienne. Notre invité, Ibrahim Khalef, sociologue, directeur de recherche à l’université du Québec et spécialiste de la société française actuelle, répondra à cette question et à vos questions, chers auditeurs, car vous savez que vous pouvez intervenir à n’importe quel moment, sur les réseaux sociaux. Alors, Ibrahim Khalef, y a-t-il une uniformité au niveau mondial dans l’évolution des sociétés ou y a-t-il une spécificité française ? – Il y a une spécificité française, sans nul doute ! Bien sûr, ces derniers temps, les Français ont

été pris dans la mondialisation, la globalisation, la culture des réseaux sociaux, comme tous les citoyens occidentaux, mais il y a, en même temps, des aspects clairement spécifiques. Voyons par exemple les repas ! Les Français prennent leurs repas en famille, comme par le passé, comme dans les autres pays, c’est vrai, mais les Français passent autant de temps, voire plus de temps à table qu’avant, alors que dans les autres pays, on remarque au contraire une forte tendance à écourter les repas, pour revenir plus vite à sa tablette ou à son téléphone portable. Les Français passent plus de temps à table ensemble, et là, c’est un phénomène inédit et unique. – Que signifie, d’après vous, cette tendance ? – Eh bien, fondamentalement, deux choses. La première, que, spontanément, les Français ont compris, peut-être plus que les autres peuples ou bien avant eux, les dangers de l’individualisme qui sépare et détruit toute collectivité, toute solidarité. Et la deuxième, que justement le temps des repas, où l’on mange et trinque ensemble, est un des meilleurs moments d’échange et de fraternité et donc, sert d’exutoire aux problèmes que nous crée la société des nouvelles technologies. – Tout à fait. Et les repas servent aussi souvent à faire des affaires. On y négocie, on marchande ! – Absolument, absolument ! Et quelle meilleure manière de faire des affaires ! Mais, en ce qui concerne les repas, il y a aussi un autre élément. La France, il me semble, a toujours eu l’amour de la grande bouffe, c’est le côté Obélix, quoi ! Et parallèlement, elle a aussi développé depuis très longtemps les arts de la table… – Oui, c’est certainement fondamental pour comprendre l’attachement des Français aux traditions culinaires. Mais, pour en revenir à la situation actuelle, nous commentons assez souvent pendant notre émission que les dommages causés par l’individualisme commencent à être dénoncés par les gens et que la nécessité du savoir-vivre ensemble commence à être reconnue. Et peu à peu, des valeurs qui semblaient démodées… – Exact. L’omniprésence des nouvelles technologies est devenue si insupportable que certains décident de s’en couper, de s’en éloigner pour se retrouver… – Bien sûr. Et alors, à votre avis, les Français ont-ils gardé leur spécificité par rapport aux nouvelles technologies ? – Oui, il se produit une forte résistance. La controverse entre les accros aux nouvelles technologies et les autres est des plus nourries. – Tout à fait. Nous passons maintenant aux questions des auditeurs. On nous demande si la situation est la même dans tous les pays. – Non, absolument pas ! Dans certains pays, on deux cent neuf 209

09038504_205-226.indd 209

23/02/16 17:36


CECR A1

ançais fr le re d n re p p a r u Parfait po

Nickel ! Une méthode ambitieuse Nickel ! suit les principes du Cadre européen commun de référence pour les langues. Nickel ! 1 et Nickel ! 2 couvrent les niveaux A1 et A2. Nickel ! 3 vise l’acquisition du niveau B1 du CECR, qui pourra être certifiée par le DELF B1. Elle amorce en outre la présentation de certains contenus du niveau B2. Nickel ! 4 permet aux apprenants d’atteindre le niveau B2 et d’obtenir avec aisance le DELF B2.

POUR L’ÉLÈVE LIVRE DE L’ÉLÈVE : accompagné d’un DVD-ROM contenant les enregistrements du livre et du cahier d’exercices au format MP3. CAHIER D’EXERCICES contenant : - Le passeport (Portfolio) ; - Un livret de corrigés.

ISBN : 978 209 038504 5

9 782090 385045

NQL_LE 3 op1a.indd 1

B1

B2

GRANDS ADOLESCENTS ET ADULTES DVD-ROM inclus (livre de l’élève)

Nickel ! Une méthode pratique

Dans une perspective actionnelle : elle développe les compétences de communication des apprenants ; elle propose des activités et des tâches qui préparent réellement les apprenants à agir et interagir de façon efficace en contexte francophone ; elle accorde une place importante aux réalités socioculturelles.

C. MARLHENS — LS JO U P A D A N H. AUGE — M. D. CA

— L. MARTIN

ais méthode de franç

3

Nickel ! Un véritable outil de formation Nickel ! privilégie l’acquisition de stratégies d’apprentissage qui impliquent les étudiants, les aident à progresser plus rapidement et à devenir autonomes. Nickel ! Un projet L’ensemble des supports constitue un dispositif pédagogique complet : il aborde les réalités langagières en variant les points de vue ; il prend en compte la diversité des situations d’apprentissage.

POUR LE PROFESSEUR ET LA CLASSE LIVRE DU PROFESSEUR contenant : - Des suggestions d’exploitation, des variantes et des prolongements du livre ; - Les transcriptions et les solutions des activités du livre. -M  ANUEL NUMÉRIQUE : le livre et le cahier d’exercices sur clé USB. - AUDIO COLLECTIF : livre et cahier au format audio. - CLASSE WEB : la communauté virtuelle pour la classe.

DVD-Rom audio

CLE INTERNATIONAL

Nickel ! Une méthode de français destinée aux grands adolescents, jeunes adultes et adultes débutants ou faux débutants

A2

méthode de français

3

4/3/16 11:46 a.m.

Nickel 3 LIVRE DE L'ÉLÈVE - extraits  
Nickel 3 LIVRE DE L'ÉLÈVE - extraits  
Advertisement