Page 1

< < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<< <

M


Le guide mémoire pour dnsep et master Ce livret mémoire est réalisé par le pôle édition-impressions de l’ENSA Limoges, dans le cadre du «Master Art, Lettres et Langues, Mention Textes et représentation, Spécialité Création Contemporaine et Industries Culturelles», développé en partenariat entre l’ENSA et la Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Université de Limoges. Il est destiné aux étudiants de l’ENSA et de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines - Université de Limoges, et donne des indications et des recommandations préalables à l’élaboration du mémoire et au travail éditorial qui sera développé au sein de l’atelier édition-impressions de l’ENSA.

Marios Tériade Elefthériadis Professeur responsable du pôle édition-impressions ENSA Limoges / Chargé de la direction éditoriale des mémoires - Master Art, Lettres et Langues, Mention Textes et représentations, Spécialité Création contemporaine et industries culturelles email : marios.teriade-eleftheriadis@ensa-limoges.fr

Roméo Julien Assistance pédagogique email : romeo.julien@ensa-limoges.fr


3


CONSEILS...

POUR PRÉPARER UNE ÉDITION ET IMPRIMER DES IMAGES Les textes

Tapez d’abord vos textes sur Word, en vrac sans paramétrage, sans mise en page et sur un seul document. Attention à > Mention de votre nom, > Typo : Helvetica corps 11 ou 12, > Pages numérotées, > Texte justifié à gauche, > Marge : 0-16, > Vérifiez tous les espaces et la ponctuation, > Utilisez aussi le correcteur orthographique en lui faisant à peu près confiance !

Les images

Faites d’abord une copie et travaillez sur celle-ci. Enregistrez les images travaillées en JPEG ou en TIFF en 300 dpi à la taille d’impression. Pour les scans, numérisez en 300 dpi si votre document d’origine est à la taille d’impression. Si votre document est plus petit que la taille d’impression, numérisez-le en 600 dpi. S’il est plus grand que la taille d’impression, numérisez-le en 150 dpi. Pour les photos argentiques N&B et couleur, numérisez le tirage papier, les négatifs ou les diapos suite aux conseils de l’atelier Photo).

Pour constituer « La Banque de Données »

Faites un dossier avec vos nom et prénom. À l’intérieur de ce dossier, placez un dossier « textes », un dossier « images » et éventuellement un dossier « polices », si vous utilisez des polices particulières. Placez dans un dossier « restes » les images et textes que vous ne considérez pas utiles, cela peut toujours servir. Attention réseau : Faites une copie du dossier sur votre clé USB ou sur votre disque externe.Utilisez toujours, et uniquement, votre session personnelle.


Au moment d’imprimer à partir de « Photoshop » Image > mode > cmjn

Le mode « rvb » correspond à un réglage de couleur d’écran. Le mode « cmjn » correspond à un réglage de couleur d’impression.

Image > réglages > niveaux

Remontez les niveaux de la densité du blanc et du gris de façon à éclaircir l’ensemble de l’image car une image imprimée est pratiquement toujours plus foncée qu’une image à l’écran.

Image > taille de l’image

Quand la largeur, la hauteur et la résolution sont chainées, (pour cela, décochez le rééchantillonnage), ne descendez pas en dessous de 250 pixels/pouce (le mieux = 300 pixels/pouce). Cela définira la largeur et hauteur maximale pour une bonne impression.

Au moment d’enregistrer

5

Enregistrez votre image en format JPEG ou TIFF (notamment pour les importer dans QuarkXPress ou InDesign), ce sont les meilleurs formats de compression pour une image. Sinon, choisissez JPEG (pour transiter entre un PC et un Mac par exemple, ou pour les envoyer par le net). Une fois votre document InDesign terminé faites «fichier, assemblage», le dossier ainsi créé regroupe toutes les données nécessaires (images + polices + maquette) pour imprimer ou archiver.


A SAVOIR

ABÉCÉDAIRE

A B C

D

Aplat ou à-plat Surface partielle ou totale d’un document recouverte uniformément par une couche d’encre. Bas de casse Lettrage typographique écrit en caractères minuscules. Bold Terme anglais pour définir un caractère typographique en « gras ». Calage Réglage mécanique d’une presse offset permettant d’ajuster et de centrer l’impression sur un support papier. Capitales Lettrage typographique écrit en caractères majuscules. Couché Type de papier ayant reçu en cours de fabrication un ajout de matière (Kaolin). Permet d’obtenir un très bon rendu d’impression. Corps Taille d’un caractère typographique. Couleurs primaires Ce sont les couleurs cyan, magenta, jaune et noire (CMJN) à partir desquelles on peut produire en quadrichromie toutes les couleurs existantes Découpe Un motif découpé dans le bristol, le papier ou un autre matériau à l’aide d’une matrice comme pour les biscuits. Demi- teinte Image non tramée présentant des nuances de gris ou des dégradés.


F

G

Exemplaire Nombre de reproductions à l’identique réalisées à partir de l’original. Façonnage Dernières opérations qui, par pliage, découpe, assemblage, encartage, piqûre, reliure, etc., donnent aux imprimés leur forme définitive. Filigrane Motif réalisé lors de la fabrication du papier, par l’écrasement des fibres dans l’épaisseur de la feuille et visible par transparence. Fond Terme utilisé pour désigner la couleur dominante d’un document à reproduire. Fond perdu Afin d’imprimer jusqu’au bord de vos documents, nous travaillons sur du papier d’un format légèrement supérieur qui est ensuite massicoté. Gaufrage (gaufrer) Procédé d’impression permettant d’obtenir des motifs en relief, encrés ou non, à l’aide de clichés en creux et de contreparties en relief.

7

E

Densité Quantité totale d’encre déposée sur un point donné. Dos carré collé Reliure du type livre de poche où les feuillets sont emboîtés et collés dans une couverture à dos carré. DPI Mesure déterminant la résolution des images et du texte imprimé (abréviation de Dot Per Inch : nombre de points par pouce).


A SAVOIR

I L N O P

Grammage Poids d’une feuille de papier au mètre carré. Impression relief Technique d’ennoblissement de l’imprimé offset. Apposition d’une poudre à base de résine sur un document fraîchement imprimé. Cette poudre gonfle sous l’effet de la chaleur au passage dans un four. Lettrine Initiale qui débute un chapitre, embrassant deux ou plusieurs lignes de texte. Linéature Distance entre les lignes où se trouvent les différents points (se calcule en lignes/cm) en moyenne : 150 lignes/pouce. Nuancier Echantillonnage de couleurs pour le choix des encres ou des papiers (nous utilisons un nuancier Pantone). Offset Procédé d’impression basé sur la répulsion de l’eau et de la graisse de l’encre. Pelliculage Application d’une pellicule transparente, mate ou brillante sur une feuille imprimée. Le pelliculage renforce la résistance du papier. Pixel Les images numériques sont composées de pixels ayant chacun un ton ou une couleur spécifique. Prise de pince En impression offset, bande de papier non imprimable, nécessaire pour que les pinces de la presse offset puissent prendre les feuilles. Il est donc nécessaire de prévoir cette zone lors de la réalisation de votre maquette (A4 : 8mm, A3 : 1cm).


R

T

V

Quadrichromie Procédé d’impression résultant du mélange des 4 couleurs primaires. Avec cette technique, la gamme de couleurs est infinie. Rainage Empreinte en creux sur les papiers de fort grammage destiné à en faciliter le pliage. Relief (impression) Technique d’ennoblissement de l’imprimé offset. Apposition d’une poudre à base de résine sur un document fraîchement imprimé. Cette poudre gonfle sous l’effet de la chaleur au passage dans un four. Résolution Elle indique le niveau de qualité de l’image : plus elle est élevée, meilleure est la qualité. Elle s’exprime en ppp ou dpi. Traits de coupe Marques imprimées sur le document qui permettent de déterminer là où il doit être coupé. Trame Il s’agit du nombre de pixels affichés par unité de longueur dans une image, généralement exprimé en pixel par pouce (ppp). Tramer Image constituée d’un assemblage de points plus ou moins denses, permettant de reproduire tous les niveaux de gris ou fond couleur. Vergé Papier avec vergeures (motifs constitués de fines lignes parallèles horizontales dans l’épaisseur du papier, reliées par des lignes verticales). Vernis Procédé de dépôt d’un vernis en cours d’impression (vernis machine) ou après impression (vernis UV) pour parfaire la finition d’un document. 9

Q


A SAVOIR

LES NOMS DES ENCRES ET DES PAPIERS

Jaune - Jaune citron - Jaune primaire Jaune chaud - Yellow 012 Orange - Bleu Azur  - Rouge vermillon - Rouge chaud Rouge rubine - Magenta - Ocre - Violet bleu  - Bleu concentré - Bleu forrer - Bleu turquoise  - Bleu primaire - Cyan - Vert Rhodamine Red  - Brun  - Noir - Laque translucide - Jaune indien - Bleu de prusse Bleu de cobalt - Vert oxyde - Terre d’ombre Sépia - Magenta - Blanc couvrant - Blanc transparent - Warm Red  - Argent - Or Ocre  - Ocre rouge - Ocre jaune - Rouge cyclamen - Rouge cardinal - Ombre naturelle Sienne naturelle  - Terre de sienne  - Vert wagon - Cyan - Vert oxyde - Terre d’ombre Sépia - Sanguine - Blanc couvrant - Blanc transparent  - Orange 021 - Bleu forrer  Bleu turquoise - Bleu primaire - Cyan - Bleu de prusse - Vert oxyde - Terre d’ombre


velin arches

- A4

rivoli ivoire - Monde - simili japon 150 g. - A2 - Raisin - 80 x 120 - journal  120 g. - calque - cristal - papier de soie  65 x 100 - fabriano - A7 - Carton gris  Rives Hahnemühle - 70 x 100 - Johannot Magnani Kraft - 50 x 65 - Cartolina - A3 - Colotech 185 g. - Mousseline  - 225 g. - carbone indéchirable   transfert - jésus - simili - 160 g. japon - 150 g - Rhodoïd - linogravure - 80 x 120  - journal  - 120  g.  - gloss  - A0 65 x 100 - transparent - A6 - carré - Rives  70 x 100 - Johannot  - Colombe - aigle  50 x 65 - grand aigle - Colotech - A3+ trucard - 185 g. - SRA3 - 225 g. - SRA3+ japon  - 150  g.  - Rhodoïd  - linogravure Hahnemühle - 70 x 100 - gravure -

A5

11

A SAVOIR

buvard - sirène -


A SAVOIR

DES FORMATS DE PAPIERS

Monde

80 x 120 cm

Grand Aigle

75 x 105 cm

Colombier

69 x 80 cm

Jésus

56 x 76 cm

Raisin

50 x 65 cm

Carré

45 x 65 cm

A0 A1 A2 SRA3+ SRA3 A3+ A3 A4 A5 A6 A7 A8

84,1 x 118,9 cm 59,4 x 84,1 cm 42 x 59,4 cm 33 x 48,7 cm 32 x 45 cm 30,5 x 45,7 cm 29,7 x 42 cm 21 x 29,7 cm 14,8 x 21 cm 10,5 x 14,8 cm 7,4 x 10,5 cm 5,2 x 7,4 cm


84,1 cm

A7

14,8 cm

21 cm

A6

A5

29,7 cm

42 cm

118,9 cm

42 cm

21 cm

A4 59,4 cm

7,4 cm

10,5 cm

14,8 cm

7,4 cm

A8

10,5 cm

29,7 cm

5,2 cm

A3

59,4 cm

84,1 cm

A1

A2


A SAVOIR

DES NOMS ET DES DĂ&#x2030;CLINAISONS DE POLICE

Abadi MT Condensed Light American Typewriter Apple Chancery Arial Arno Pro Baskerville Biccham Script Pro Big Carlson Bordeaux Roman Bold LET Brush Script MT Calibri Century Gothic Cochin Courrier Eurostile Footlight MT Light Futura Garamond Geneva Georgia Gill Sans Helvetica Optima Palatino Times


Helvetica Neue Condensed Bold

Helvetica Neue Condensed Bold Helvetica Neue Condensed Black

Helvetica Neue Condensed Black Helvetica Neue UltraLight

Helvetica Neue UltraLight Helvetica Neue UltraLight Italic

Helvetica Neue UltraLight Italic Helvetica Neue Light

Helvetica Neue Light Helvetica Neue Light Italic

Helvetica Neue Light Italic Helvetica Neue Regular

Helvetica Neue Regular Helvetica Neue Italic

Helvetica Neue Italic Helvetica Neue Bold

Helvetica Neue Bold Helvetica Neue Bold Italic

15

Helvetica Neue Bold Italic


A SAVOIR

LES RÈGLES DE LA PONCTUATION LES ABRÉVIATIONS COURANTES

,

. ;

!

? : -

«» ()

[]

VIRGULE pas de blanc , espace POINT pas de blanc . espace point-virgule espace ; espace point d’exclamation espace insécable* ! espace point d’interrogation espace insécable* ? espace deux points espace insécable* : espace trait d’union pas de blanc - pas de blanc tiret espace - espace guillemet ouvrant / fermant espace « pas de blanc » espace parenthèse ouvrante / fermante espace ( pas de blanc ) espace crochet ouvrant / fermant espace [ pas de blanc ] espace insécable permet d’éviter qu’un mot ou une ponctuation soit * L’espace rejeté et isolé en début de ligne. Raccourci clavier : alt + cmd + « x »


confer

chap.

chapitre

coll.

collection

éd.

éditeur

fig.

figure

ibid.

ibidem

id.

idem

M.

monsieur,

MM.

messieurs

Me, Mes

maître, maîtres

numéro (pas d’espace entre n et °, mais espace insécable* après = n° 12)

NB

nota bene

NdA.

note de l’auteur

NdT.

note du traducteur

p.

(et non pp.) page(s)

sq.

sequiturque

sqq.

sequunturque

t.

tome (suivi du chiffre en romain, jusqu’à 20, puis en arabe = t. IX, t. 21), espace insécable*

vol.

volume (suivi du chiffre en romain, jusqu’à 20, puis en arabe = v. IX, v. 21), espace insécable* 17

cf.


A SAVOIR

RèGLES D’ORTHOGRAPHE

Nouvelles règles d’orthographe : dix points à connaître Depuis 1990, de nouvelles règles d’orthographe sont recommandées par l’Académie française. Même si l’institution précise que l’ancienne orthographe n’est pas fautive, à l’école, elles doivent être la « référence ». Voici les principales : 1) Les numéros composés sont toujours reliés par des traits d’union. Ex : trente-et-un, deux-cents (ancienne orthographe : trente et un, deux cents). 2) Dans les noms composés de la forme verbe + nom (pèsepersonne) ou préposition + nom (sans-abri), le second élément prend la marque du pluriel seulement et toujours lorsque le mot est au pluriel. Ex : un compte-goutte, des compte-gouttes (avant : un comptegouttes, des compte-gouttes) ; un après-midi, des après-midis (un après-midi, des après-midi). 3) On emploie l’accent grave (au lieu de l’accent aigu) dans un certain nombre de mots, ainsi qu’au futur et au conditionnel des verbes qui se conjuguent comme « céder ». Ex : évènement, règlementaire, ils règleraient (avant : événement, réglementaire, ils régleraient). 4) L’accent circonflexe disparaît sur le i et le u, mais on le maintient dans les terminaisons verbales du passé simple, du subjonctif et en cas d’homonymie. Ex : cout ; entrainer (avant : coût, entraîner).


5) Les verbes en -eler ou -eter se conjuguent comme peler ou acheter. Les dérivés en -ment suivent les verbes correspondants. Exceptions : appeler, jeter et leurs composés. Ex : j’amoncèle, amoncèlement (avant : j’amoncelle, amoncellement). 6) Les mots empruntés aux langues étrangères forment leur pluriel comme les mots français et sont accentués conformément aux règles qui s’appliquent aux mots français. Ex : des matchs, un révolver (des matches, un revolver). 7) La soudure s’impose, en particulier, dans les mots composés de contr(e)-, entr(e)-, extra-, infra-, intra-, ultra-, avec des éléments savants (hydro-, socio-, agro-…) mais aussi dans les onomatopées et dans les mots d’origine étrangère. Ex : entretemps, tictac, weekend (entre-temps, tic-tac, week-end). 8) Les mots en -olle et les verbes en -otter (et leurs dérivés) s’écrivent respectivement -ole et -oter. Exceptions : colle, folle, molle et les mots de la même famille qu’un nom en -otte (comme botter, de botte). Ex : corole, frisoter (corolle, frisotter). 9) Pour montrer la prononciation du u, le tréma est déplacé sur la lettre u dans les mots comportant -guë- et -guï - et ajouté à la lettre u sur les mots en -geure ainsi qu’avec le verbe arguer. Ex : aigüe, ambigüe, ambigüité, argüer (avant : aiguë, ambiguë, ambiguïté, arguer).

19

10) Des anomalies sont supprimées. Ex : chariot, imbécilité, lunetier, relai… (avant : charriot, imbécillité, lunettier, relais…)


A SAVOIR

LA RÉFÉRENCE BIBLIOGRAPHIQUE

Une référence bibliographique  > varie selon le type et le sup-

port du document auxquels elle se rapporte ; > est constituée d’éléments indispensables au bon signalement et ces éléments doivent respecter un ordre précis ; > doit être présentée de façon homogène dans le style choisi pour chaque élément, taille des caractères, police et graisse. Pour un ouvrage vous avez le choix entre deux modèles, en choisir un et s’y tenir, aligner le reste sur l’option choisie. Hal Foster, Design et crime [2002], trad. C. Jaquet, L. Manceau, N. Viellecazes, G. Hermann, Paris, Les prairies ordinaires, 2008. ou FOSTER Hal, Design et crime [2002], trad. C. Jaquet, L. Manceau, N. Viellecazes, G. Hermann, Paris : Les prairies ordinaires, 2008. 240p. ISBN 2 84 105008 4.

EXEMPLES de référence bibliographique  Ouvrage BAQUÉ, Dominique. La photographie plasticienne : un art paradoxal. Paris : Regard, 1998. 327p. ISBN 2 84 105008 4. ou ROUILLÉ, André. La photographie : entre document et art contemporain. Paris : Gallimard, 2005. 704p. (folio essais n° 450). Article dans un ouvrage Hal Foster, « Vers l’indistinction », trad. C. Jaquet, in Design et crime [2002], Paris, Les Prairies ordinaires, 2008. pp 34-38. ou FOSTER Hal, « Vers l’indistinction », trad. C. Jaquet, in Design et crime [2002], Paris, Les Prairies ordinaires, 2008. pp 34-38.


Catalogue d’exposition [Exposition. Sarran, Musée du président Jacques Chirac. 2006]. Kimonos art déco : tradition et modernité dans le Japon de la première moitié du XXème siècle. Dir. Annie Van Assche. Milan : 5Continents, 2006. 327p. ISBN 88.7439-301.6. Article de périodique MAZMOUZ, Fatima. L’art de l’intégration ? Les ambiguïtés d’une réception. Art 21, automne 2006, n° 9, pp 6-13. Œuvre MOHOLY-NAGY, Laszlo, Licht-Raum-Modulator, 1930, aluminium, laiton nickelé, divers métaux, plastique, bois et moteur électrique, 15,1 x 69,9 x 69,9 cm, Musée national d’art moderne, Paris. (La source des images doit également être indiquée.) Cassette vidéo OBRIST, Hans-Uhrich. The secret files of Gilbert & George [cassette vidéo]. Paris : bdv, 2000. 35mn. Cédérom DUPUIS, Pierre. Divagations [cédérom]. Paris : Ex-Algebra, 1998. Disque numérique polyvalent (DVD) LEVÊQUE, Claude. Installations 2000-2004 [DVD]. Dijon : les Presses du réel, 2004. 75mn. Site Internet MINISTÈRE DE LA CULTURE. Bases de données documentation : toutes bases [En ligne]. Disponible sur http://www.culture.gouv.fr/ culture/inventai/telechar/normes.pdf (consulté le 16 mai 2011) Remarques L’ISBN : International Standard Book Number est le numéro normalisé des livres, créé en 1972. Il doit être indiqué quand il est connu. La rédaction s’effectue conformément à la norme NF Z 44-005 décembre 1987 (ISO 690) pour les publications imprimés, livres, articles,thèses… ou à la norme NF Z-44-005-2 février 1998 (ISO 690-2) pour les documents électroniques.

21

Pour la constitution de références bibliographiques plus complètes, il est possible de trouver des indications sur le site du Ministère de la Culture, sous direction des études, de la documentation et de l’inventaire. http://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/telechar/normes.pdf


23


SUGGESTIONS

NORMES UNIVERSITAIRES Source : équipe du Master Art, Lettres et Langues, Mention Textes et représentations, Spécialité Création contemporaine et industries culturelles

Recommandations pour LE MéMOIRE 1) Consignes générales En accord avec votre directeur de recherche, vous veillerez particulièrement à : 1. choisir et justifier votre corpus de recherche ainsi qu’à lui donner une dimension adéquate ; 2. procéder à un état des connaissances à obtenir par une recherche bibliographique et webographique ainsi que par des questions posées aux spécialistes de leur sujet ; 3. identifier précisément votre domaine de recherche et compléter vos connaissances dans ce domaine précis ou à vous initier à la nouvelle approche pressentie comme pertinente pour traiter le sujet, par exemple, en choisissant de manière cohérente les enseignements optionnels de master ; 4. élaborer progressivement une problématique qu’il faut articuler avec d’éventuelles problématiques secondaires. Le mémoire est la démonstration d’une hypothèse clairement formulée. 5. appliquer une méthode de travail et d’analyse du corpus ou à la constituer empiriquement. Vous réfléchirez à la compatibilité des différentes méthodes ponctuelles s’il se révèle nécessaire d’en adopter plusieurs. 6. tendre à la réalisation d’un travail scientifiquement créatif, en se plaçant en position de trouver, d’écrire, quelque chose de nouveau. 7. communiquer aussi complètement et clairement que possible la démarche de recherche et ses résultats, entre autres par une rédaction rigoureuse et par le respect des normes de présentation des textes scientifiques. 2) Composition des mémoires Le mémoire doit comporter une étude, avec introduction et conclu-


sion, une bibliographie, un index (de préférence) et une table analytique des matières. Celle-ci permet de localiser l’introduction et la conclusion, les titres des chapitres, parties et sous-parties, la bibliographie et l’index s’il y a lieu. Vous pouvez éventuellement ajouter la liste des illustrations avec les indications sur leur provenance, la liste des abréviations si vous en utilisez et, d’une façon générale, en annexe, tout document qui vous semble utile. Chacun de ces éléments de votre mémoire figure nécessairement dans la table des matières. La préparation du mémoire suppose le repérage des passages et des oeuvres à citer avec leurs références exactes et l’élaboration d’une problématique qui vous permettra de définir un plan de travail distinct du plan d’exposition de votre mémoire. Cette problématique met en jeu une hypothèse formulée en introduction et que vous avez à argumenter. Le plan sommaire de votre mémoire doit être soumis à votre directeur avant un plan détaillé, préalable à la rédaction.

25

3) Présentation du mémoire Vous trouverez des conseils et des compléments utiles dans les ouvrages spécialisés par exemple dans L’Art de la thèse de Michel Beaud, ouvrage d’un Professeur d’économie, traduit en une douzaine de langues et récemment mis « à l’heure du Net ». - BEAUD Michel, L’art de la thèse. Comment préparer et rédiger un mémoire de master, une thèse de doctorat ou tout autre travail universitaire à l’ère du Net (1958), Paris : La Découverte, coll. « Grands repères / Guides », 2006, 208 p. - CHEVREL Yves, L’Étudiant chercheur en littérature (1992), Paris, Hachette, 2003, 160 p. (6ème édition ). - Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale, Paris, Imprimerie nationale, 2002, 200 p. - FRÉCON, Guy, Formuler une problématique : dissertation, mémoire, thèse, rapport de stage, Paris : Dunod, 2006 (VI-153 p.) - VAIREL Hélène, La présentation d’un manuscrit dactylographié, Nathan, Paris, 1992, coll. Nathan université, 159 p.


SUGGESTIONS

Les exemplaires (un pour chaque membre du jury) doivent être remis dactylographiés ou imprimés à partir d’un ordinateur. N’entreprenez surtout pas de faire dactylographier votre mémoire avant d’avoir l’accord de votre directeur, ni de le faire photocopier. Les normes habituelles de présentation sont les suivantes : - format de page 21x29 cm (A4) dactylographiée ou imprimée au recto seulement ; 25 lignes par page environ ; corps 12 pour le texte et 10 ou 11 pour les notes - interligne : 1,5 ou 2 pour le texte et 1 pour les notes ; marge gauche d’environ 5 cm ; - nombre de pages : consultez votre directeur. La page de titre doit mentionner le nom complet de l’Université, de la Faculté, l’année universitaire, le nom précis du master le nom de l’auteur et le nom du directeur de recherche, le titre. 4) Notes de bas de page, citations et références Les notes de bas de page servent à éclairer le texte de l’étude. Elles sont signalées dans le texte par un chiffre arabe («l’appel de note») qui suit immédiatement l’expression à préciser ou à éclairer. Ce chiffre est repris au bas de la page. Les notes sont présentées en interligne simple, et en caractères plus petits que le corps de l’étude. Aucun emprunt ne doit être fait à une publication antérieure sans être mentionné de façon précise. Les citations sont toujours exactes au détail près (majuscules, ponctuation, etc.) et munies de leurs guillemets et de leurs références. Elles ne doivent pas être altérées. Toute suppression, même d’un seul mot, dans une citation doit être signalée par des points entre crochets droits. Tout ajout à une citation, par exemple à titre de commentaire, doit être signalé entre crochets droits. - Lorsque les citations sont courtes (quelques mots), elles sont


intégrées à la phrase de l’étude, entre guillemets. - Lorsqu’elles sont longues, elles doivent être présentées en simple interligne, décalées de 2 cm sur la droite par rapport à la marge ordinaire du texte, sans guillemets. - Les citations en langues autres que le français sont accompagnées de traduction. Précisez le nom du traducteur ou indiquez : «Nous traduisons». Les références accompagnent toute citation, toute mention d’un texte, d’un ouvrage, d’un document. Elles ne se bornent pas à indiquer le titre d’un ouvrage. Elles doivent faire connaître l’édition consultée, la page de cette édition, et, dans les ouvrages où ils sont numérotés, le chapitre et le paragraphe. Le titre d’un ouvrage doit être en italiques. On doit mentionner dans l’ordre, le lieu d’édition, le nom de la maison d’édition, la collection, la série et le tome éventuels, la date d’édition, la page ou les pages utilisée(s). Dans le cas d’un article de périodique ou d’une contribution à un ouvrage collectif, le titre de l’article ou de la contribution est en caractères romains et entre guillemets. Le titre de l’ouvrage collectif ou du périodique est en italique ou souligné. On doit mentionner le tome, le numéro, la date, la page ou les pages utilisée(s). Exemples : Paul RICOEUR, Temps et Récit III, Le Temps raconté, Paris : Seuil, 1985, p. 235. Dora and Erwin PANOFSKY, Pandora’s Box : The Changing Aspects of a Mythical Symbol, Princeton, Ill. : Princeton University Press, 1956 ; deuxième édition révisée : 1978 ; traduction française par Maud SISSUNG, La Boîte de Pandore, Paris : Hazan, 1990, p. 30.

27

Pour un article : Gérard GENETTE, «Le statut pragmatique de la fiction narrative», Poétique, no78, Paris : Seuil, avril 1989, p. 237.


SUGGESTIONS

Il existe deux systèmes de référencement des citations, le système à la française et le système MLA. Votre directeur de mémoire vous indiquera ses préférences s’il en a. Le principal est la cohérence de l’ensemble. 5) Recherche documentaire et bibliographie - Recherche documentaire : Il est impératif de constituer, dès le début de votre recherche, une bibliographie de base recensant à la fois votre corpus et les ouvrages et articles qui se rapportent à votre sujet et à votre méthode. Ensuite, il vous faudra accéder aux documents eux-mêmes. A ces fins, vous pouvez vous rendre à la bibliothèque universitaire, où vous trouverez un Service de Référence qui s’occupe des prêts entre bibliothèques (PEB) et de la recherche bibliographique, notamment informatisée (accès aux différents catalogues et bases de données en ligne). Il se trouve au 1er étage. Vous trouverez les manuels bibliographiques en salle de bibliographie au 2e étage du bâtiment de la B.U. Lettres. Vous pouvez préparer votre recherche 1) en consultant les rubriques «catalogues», «e-ressources», «aide à la recherche» du site www.scd.unilim.fr. Testez les bases offertes : revues numérisées (Jstor, CAIRN, etc. ) et bases bibliographiques. Vous pouvez aussi télécharger des articles depuis persee.fr ou revues.org ou encore http://www.erudit.org/. 2) en consultant le Catalogue collectif de France en ligne sur : http://www.ccfr.bnf.fr/portailccfr/servlet/LoginServlet Une fois que vous aurez utilisé les ressources locales, il est en effet conseillé d’élargir. Vous disposez d’un portail d’accès à toutes les bibliothèques : http://www.abf.asso.fr/# : cliquez sur «Ressources» puis sur «Panorama des bibliothèques».


Éventuellement, explorez le « système universitaire de documentation » nommé SUDOC : http://www.sudoc.abes.fr ; il vous donne un répertoire des bibliothèques universitaires. Le SUDOC permet surtout l’accès aux références de tous les types de documents (livres, périodiques, thèses…) des bibliothèques universitaires françaises et établissements de l’enseignement supérieur. Il permet également de localiser ces documents en donnant des informations pratiques sur les accès des différents centres de ressources. Des précisions sur la consultation des thèses : une version papier de chaque thèse soutenue est conservée dans la bibliothèque de l’université du doctorant. La thèse est aussi reproduite sur microfiche et théoriquement envoyée à toutes les bibliothèques universitaires.

29

Le SUDOC (cité supra) permet l’identification et la localisation des thèses. Vous pouvez taper un mot-clé sur la page : http://www.sudoc.abes.fr/xslt/ Pour la période antérieure à 1971, la BnF est une bonne source d’information (thèses de 1871 à 1971). Le Fichier central des thèses (FCT) est géré depuis 2010 par l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur : http://www. abes.fr ; il signale les thèses en cours de préparation en France. Il vous oriente aussi dans les bases de données sur des thèses étrangères. Le site www.theses.fr (ouvert en juillet 2011) donne accès à la description et le cas échéant au texte intégral de plus de 5 000 thèses soutenues en France depuis 2006. Apprenez aussi à consulter les catalogues de la Bibliothèque nationale de France (BnF) dont le « catalogue général » : http://www.bnf.fr/fr/collections_et_services/catalogues.html Ou le catalogue le plus important au monde : http://www.worldcat.org/?lang=fr Pensez à regarder les «Signets de la BnF» : http://signets.bnf.fr/ Et explorez régulièrement le site : http://www.fabula.org/ - Bibliographie : votre mémoire doit comporter, à la suite de l’étude et avant la table des matières, une bibliographie.


SUGGESTIONS

a) Celle-ci comporte la liste des ouvrages du corpus (les oeuvres étudiées). Vous aurez pris garde au choix de votre édition de référence parce que toutes les éditions ne se valent pas. Même si vos références portent sur une édition courante, vous devez connaître les meilleures éditions. b) La bibliographie comporte aussi la liste des ouvrages cités en référence et celles des ouvrages et articles utilisés au cours de la recherche, même s’ils ne sont pas cités dans le texte de l’étude. Un mémoire n’est pas une thèse : il est inutile de présenter une bibliographie exhaustive. Vous pouvez écarter des ouvrages de critique trop anciens sauf s’ils vous ont semblé réellement importants. Tenez compte en revanche des travaux récents. Votre bibliographie sera lue et vérifiée. Votre intérêt est de la commencer tôt. Cette bibliographie doit être classée en rubriques en fonction de critères clairement définis et mentionnés. Elle peut être commentée. Distinguez, autant que possible, la bibliographie de l’auteur, les travaux consacrés à l’auteur ou à l’œuvre choisie et les ouvrages généraux (linguistique, histoire de la littérature, critique littéraire, théorie de la littérature, théorie des genres, etc.). Pour les ouvrages plusieurs fois édités, on doit donner d’abord les références de la première édition ; s’il s’agit d’ouvrages en langue étrangère, on donne les références dans la langue originale puis celle de la traduction française utilisée (donc le nom du traducteur). Pour les ouvrages anciens et rares, il est préférable d’indiquer également le format de l’édition, et la cote de l’ouvrage dans la bibliothèque qui le conserve. On ajoutera éventuellement le nombre de pages des ouvrages cités en référence (si vous le faites, faites-le pour tous les ouvrages cités). La nature du travail peut faire varier ces normes générales : votre directeur de mémoire vous donnera des indications.


Les URL sont citées dans la référence bibliographique entre crochets obliques (<>). L’existence d’autres versions du document décrit peut être signalée, précédée de l’expression «Également disponible» ou d’équivalent. Si vous ne trouvez pas de date, indiquez la date de dernière modification. Dans tous les cas, faites suivre votre référence de la mention «Consulté le». Un site canadien donne des exemples : http://www.ebsi.umontreal.ca/jetrouve/internet/webogr1.htm d) images, films, etc. Le cours de la B.U. vous donnera des normes si besoin est. Indiquez tous les éléments en votre possession. e) documents non-publiés, manuscrits On ne distingue pas les documents manuscrits stricto sensu et les documents dactylographiés (tapuscrits) ou rédigés à l’aide de logiciels de bureautique. L’important est le fait de la non-publication. Pour les fonds d’archives, on peut s’inspirer des notices (référence et cotes) et des recommandations de la Norme générale et internationale de description archivistique. Si vous devez citer une représentation, donnez le titre, le nom de l’auteur et le nom du metteur en scène, le lieu et la date (ou les dates). Si vous devez faire référence à des informations non publiées obtenues au cours d’entretiens provoqués ou non, citez le nom de l’interviewé, celui de l’intervieweur, la date et le lieu, le cas échéant l’existence d’une transcription ou d’un enregistrement non publié et sa localisation. Ex. : Jean Dupont, conversation avec l’auteur, 3 septembre 2010.

31

6) Rappel de quelques normes typographiques Les abréviations sont à proscrire dans la partie rédigée du mémoire. Toutefois, pour les titres des ouvrages ou de revues souvent cités, on pourra indiquer, à part, une liste des abréviations permettant de réduire les références données dans les notes (Ex. : RSH pour Revue des Sciences humaines). La liste des abréviations figurera dans la table des matières. Les abréviations doivent être assez explicites pour ne pas risquer d’être


SUGGESTIONS

confondues l’une avec l’autre ; il ne faut donc pas les réduire à un simple numéro ou à une date. Pour gagner du temps, vous pouvez commencer cette liste en début d’année. Dans les références, on peut utiliser les abréviations suivantes d’usage courant (n’oubliez pas le point signalant l’abréviation) : t. = tome ch. = chapitre vol. = volume préf. = préface coll. = collection p. = page ou pages id. = pour renvoyer au nom d’un auteur déjà cité ; op. cit. = pour renvoyer à un ouvrage déjà cité bien avant ou dans le cas où d’autre notes ont été insérées après celle qui renvoyait au même document. ibid. ou = dans le même endroit. Cette abréviation est utilisée seulement dans le cas où deux références au même ouvrage se suivent. Loc. cit. = même usage que ibidem. Cf. = comparez. On demande au lecteur de faire une comparaison avec un autre document. On ne confondra pas cette abréviation avec «voir». v. = voir. N.B. : Nota bene. S’utilise en tête d’une remarque. Invariable. Signifie «Note bien». Dans les abréviations qui précèdent, les mots de langue étrangère sont en italiques. Vous garderez le même usage pour toute citation en langue étrangère et pour des mots comme infra qui renvoie à un passage plus loin dans le texte ou supra qui renvoie à un passage qui se trouve avant. Ponctuation : les virgules et les points sont suivis d’un espace blanc mais sont collés au mot qui précède. Les signes dits «dou-


On ne met PAS DE CAPITALE initiale – après un deux-points, à l’intérieur d’une phrase : Ex. : Le journal comporte deux éditions : l’une du matin, l’autre du soir. – après un point virgule : Ex. : La couverture fut demandée en quadrichromie ; une nouvelle maquette fut dessinée. – après un point d’interrogation, un point d’exclamation ou des points de suspension, lorsque ces signes ne terminent pas la phrase : Ex. : Et alors ? en quoi cela peut-il vous importer ? Il était, hélas ! bien trop paresseux. Nous décidâmes alors... de ne rien décider. – aux noms de jours et de mois : Ex. : Dernier délai : mardi 3 janvier. Fermeture annuelle en août. – aux divisions administratives et aux juridictions civiles et militaires :

33

bles» (? ; : ! ») ainsi que les tirets d’incise sont suivis et précédés d’un espace blanc dit insécable. (NB : en typographie, depuis le XVIIème siècle, on dit plus volontiers une espace.) Le point virgule est par lui-même une sorte de connecteur. Il marque une pause de moyenne durée. Il s’emploie pour séparer, dans une phrase, les parties dont au moins une est déjà subdivisée par la virgule, ou encore pour séparer des propositions de même nature ayant une certaine étendue. En l’utilisant à la place d’un point, l’écrivain précise qu’une connexion existe entre ces deux discours. Pensez aux alinéas : l’alinéa marque un repos plus important que le point. Il signifie une séparation établie entre une phrase et les phrases précédentes, en la faisant commencer légèrement en retrait à la ligne suivante, et ce, après un petit intervalle laissé en blanc. L’alinéa permet le passage d’un groupe d’idées à un autre. Utilisation des majuscules (capitales) Vous pouvez aussi consulter sur ce point : Georges MORELL, Autour des mots : Le plus court chemin entre la typographie et vous, Paris : Editions des Journaux Officiels, 2005.


SUGGESTIONS

Ex. : Adressez-vous à la préfecture de votre département. Son affaire doit passer prochainement en cour d’appel. Les départements scientifiques... – aux titres et qualités des chefs d’états, des membres du gouvernement : Ex. : Sa grâce dépend du président de la République. Il faut demander cela au ministre de la justice. – aux noms de personnes, de pays, de contrées, de provinces, de villes, donnés à des produits : Ex. : Par économie, il a choisi un diesel. Avec son pont-l’évêque, il aurait préféré un bourgogne ou un saint-émilion. Son shetland l’hiver, son panama l’été, le rendait facilement reconnaissable. On écrit avec une CAPITALE initiale (au premier mot uniquement) – les raisons sociales, les noms de sociétés, d’établissements, d’associations, publics ou privés : Ex. : Il allait visiter les Papeteries de la Chapelle. J’ai adhéré à l’Association des secrétaires de rédaction. Ses fonds sont déposés à la Banque du Languedoc. C’est un mot d’ordre à la Confédération générale du travail. Centre national de la recherche scientifique. – Les noms de marques et de modèles : Ex. : Il aimait conduire sa Samba. 7) Impression Vous ne devez en aucun cas effectuer la reproduction de votre mémoire sans l’accord préalable de votre directeur de recherche. Soignez la préparation de votre fichier. Relisez avec attention pour les fautes de frappe et autres coquilles. En cas de doute, voici deux ouvrages : COLIN Jean-Paul, Dictionnaire des difficultés du français, Paris : Éditions Le Robert, coll. « Les usuels », 1978, 1995 (les mots sont classés par ordre alphabétique et non pas regroupés par type de difficulté).


GREVISSE Maurice, Le bon usage, Paris-Gembloux : Duculot, 1969 (très complet). Lorsque vous reproduisez des photos, les photocopies sont rarement satisfaisantes : prévoyez des originaux. N’oubliez pas de numéroter vos pages (toutes, sauf la page de titre). La première page d’un chapitre ou d’une section peut ne pas être numérotée, mais elle compte dans la pagination. Si vous désirez imprimer en recto-verso souvenez-vous que les pages de droite ont un numéro impair. Les pages de gauche (les pages verso) ont un numéro pair. Attention: toutes les pages verso doivent être présentes dans votre fichier (y compris les pages blanches) pour assurer une numérotation correcte. Ajoutez par conséquent des pages blanches aux bons endroits s’il le faut. Chaque début de partie doit être sur une page de droite dite «belle page». Une fois votre mémoire terminé, il est souhaitable de le convertir en fichier PDF pour éviter des marges différentes, une pagination décalée, des symboles absents ou d’autres soucis. 8) Soutenance des mémoires Le mémoire doit être soumis au directeur de recherche deux semaines avant son éventuelle soutenance. La soutenance est publique et dure entre 30 minutes et une heure. Prévoyez un exposé d’une quinzaine de minutes destiné non à répéter votre mémoire mais à le présenter : hypothèses, limites du sujet, démarches, conclusions, difficultés éventuelles, prolongements envisagés, etc.

35

Votre directeur vous donnera des précisions utiles. Cet exposé sera suivi d’un entretien avec le jury composé d’au moins deux professeurs. Une fois l’entretien achevé et après délibération, le jury attribue une note et une mention au mémoire. Attention aux dates limites ! Le service de la scolarité vous renseignera.


37


à INSéRER

COLOPHON mémoire DNSEP ensa * à actualiser tous les ans selon équipes

P

EM

EX

LE

à la troisième page du mémoire TITRE DU MéMOIRE : La peinture au XXème siècle PRéNOM ET NOM DE L’ETUDIANT : Christelle Martin École nationale supérieure d’art de limoges DNSEP art, valant grade de master. Ou / a choisir selon option DNSEP art, mention design d’objet, valant grade de master. Année universitaire 2013-2014 Direction : Sylvie Épailly, professeur ENSA Limoges Direction éditoriale : Marios Tériade Eleftheriadis Selon option Direction graphique : Nicolas Gautron Assistance pédagogique : Aurélia Dupont Coordination sciences humaines : Geneviève Vergé-Beaudou, professeur ENSA Limoges


dernière page du mémoire Achevé d’Imprimer en janvier 2013 sur les presses informatiques de l’atelier édition‑impressions de l’ENSA Limoges. Édité à 5 exemplaires © ENSA Limoges, Christelle Martin www.ensa-limoges.fr

39

QR Code Optionnel


à INSéRER

COLOPHON mémoire MASTER CCIC * à actualiser tous les ans selon équipes

P

EM

EX

LE

A LA TROISIEME PAGE DU MEMOIRE Faux titre La peinture au XXème siècle

A LA CINQUIEME PAGE DU MEMOIRE PRENOM ET NOM DE L’ETUDIANT : Christelle Martin TITRE DU MEMOIRE : La peinture au XXème siècle Université de Limoges, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines École nationale supérieure d’art de Limoges Master 2 Création Contemporaine et Industries Culturelles Année universitaire : 2013-2014 Date de soutenance : 14 juin 2014 Direction : Irène Langlet, professeur FLSH Limoges Geneviève Beaudou, professeur ENSA Limoges Direction éditoriale : Marios Tériade Eleftheriadis Assistance technique édition : Aurélia Dupont


DERNIERE PAGE DU MEMOIRE Achevé d’Imprimer en juin 2013 sur les presses informatiques de l’atelier édition‑impressions de l’ENSA Limoges. Édité à 5 exemplaires © ENSA Limoges, Christelle Martin www.ensa-limoges.fr

41

QR Code Optionnel


43


SUGGESTIONS

présentation de projet QUAND ON FAIT DES éTUDES LITTéRAIRES Source : Irène Langlet, enseignante, Faculté des lettres et Sciences Humaines - Université de Limoges

Principe : Dans toutes sortes de contextes vous êtes amenés-ées à remettre un projet écrit : - cours de licence pour un dossier, une action, un exposé... - cours de master pour un dossier, une action, un sujet de recherche... - mémoire de master - projet de thèse... Utiliser le modèle comme pense-bête pour ne rien oublier. Selon l’ampleur du projet, adapter le détail des informations à donner. Rédiger. C’est même le moment de montrer que «ce qui se conçoit bien s’énonce clairement». Vous devez convaincre, avec des arguments précis. Le premier maître-mot, c’est la clarté. Le deuxième, c’est la problématique. Le troisième, c’est le corpus. Ce qu’attend votre lecteur. Il veut trouver une réponse positive aux questions suivantes : - le sujet est-il délimité ? Attention : un «thème», un «domaine d’intérêt», un «motif» ne sont pas encore des sujets. Vous devez montrerqu’il y a un «objet de recherche», donc un «sujet de travail», quelque chose qui justifie une démarche de recherche. Cela signifie aussi un corpus précis. - une problématique est-elle perceptible ? Attention : une «motivation personnelle» n’est pas une «problématique». Ce dernier mot désigne un faisceau de questions importantes qui part de votre sujet et va vers l’ensemble des études littéraires, ou qui part de l’ensemble des études littéraires pour aller vers votre sujet. En bref : montrez que votre sujet est intéressant pour tout le monde, pas que pour vous. - l’étudiant-chercheur est-il conscient de sa méthode ? C’est pour évaluer cela qu’on vous demande de préciser vos


méthodes, l’état de la question, et une bibliographie de départ. - a-t-il un début d’organisation de son travail, se donne-t-il les conditions pour réussir ? C’est pour évaluer cela qu’on vous demande un plan, ou un plan de travail. Evaluez concrètement la faisabilité de votre projet.

Modèle Votre identité civile Votre identité universitaire (niveau, diplôme...) Un contact pour vous joindre (travaux longs) Le cours / diplôme où vous rendez ce travail Le(s) correcteur(s) / directeur(s) Projet de ... : [titre de votre projet] Eléments indispensables : - votre sujet - votre problématique (en quoi votre sujet concerne-t-il le cours / le domaine ; montrez son intérêt) - votre corpus (oeuvres littéraires, médiatiques, supports divers...) - votre méthode (type de critique, penseur-clé, école de pensée, outils techniques, bibliographie...) - votre plan ou programmation de travail (approximative) - vos besoins (en master 2 ou en thèse : séjours de recherches ? oeuvres ou critiques à acquérir ? moyens techniques ? etc.)

45

Autres : donnez toutes les précisions nécessaires pour qu’on comprenne la spécificité de votre travail et qu’on adapte l’évaluation en conséquence.


< < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < 19<< Avenue Martin Luther King, BP 73824, 87038 Limoges Cedex, France < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < TĂŠl. : +33(0)5 55 43 (14 00) (14 27) www.ensa-limoges.fr < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<< << << < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<< < << << < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<< < < < < < < < < < < < < < < < < < < < <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<< <

Guide Mémoires, ENSA Limoges - Marios Teriade Eleftheriadis  

2014

Guide Mémoires, ENSA Limoges - Marios Teriade Eleftheriadis  

2014

Advertisement