Page 1

Marine Buton Architecte D.E. Portfolio


Sommaire Curriculum Vitae Histoires de mots / Licence 1 Les travaux présentés ici sont des récits. Ce sont les histoires de mots, qui suscitent une sensation, un texte, une image, qui deviennent un monde à part pour qui accepte d’y voir plus que des premiers pas d’étudiant.

Economie Frisson / Gîte urbain

p.5-7 p.9-11

Ouvrir les yeux / Licence 2 L’architecture est une prise de position, une réponse au monde. Avant de pouvoir assumer sa propre position en tant qu’architecte, il s’agit de s’appuyer sur celles des grands penseurs afin de s’exercer à traduire en espace un regard sur le monde.

Anarchie / Maison du projet

p.13-15

Molière / Théâtre Associatif

p.17-19

Rêver / Licence 3 et Master 1 Le temps de l’école est aussi le temps de l’expérimentation. Celui du jeu, le temps d’effleurer la limite entre réalité et utopie, d’imaginer des architectures singulières, qui répondent à une approche sensible et poétique du contexte.

Vertige / Logements collectifs

p.21-23

Campus TPG / Student Center & Pôle culturel

p.25-27

Labyrinthe / Programme mixte

p.29-33

Se positionner / Master 2 Ces derniers projets d’école sont l’occasion de commencer à exercer un regard critique sur des situations du réel. A travers la démarche de projet ou la réponse à une problématique, il s’agit de s’appuyer sur la philosophie, la sociologie et d’autres disciplines pour former un corpus théorique permettant d’apporter une réponse subjective et critique.

Petite Bergerie / Chantier-école avec des apprentis menuisiers

p.35-37

psychiatrie & droit de cité / Programme mixte - projet de fin d’études

p.39-45


Marine Buton 31.10.1991 // Permis B (31.03.2013)

59, rue de la Buffa 06000 Nice

Tel. : 06.59.92.40.13 Mail : marine.buton@yahoo.fr

Formation 2017-2018 Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux Master 2 - Obtention du diplôme d’architecte D.E. Projet de fin d’études : Architecture et psychiatrie 2015-2016 2012-2015 2009-2012 2009

Faculty of Architecture, Kasetsart University, Bangkok (Thailande) Master 1 - Mobilité internationale Ensap Bx Cycle licence architecture - Obtention de la licence en 2015 Faculté de médecine de Nice, Université Nice Sophia-Antipolis (06) Premier cycle des études médicales - Première année Lycée Jean-Baptiste Corot, Savigny-sur-Orge (91) Baccalauréat scientifique - Mentions bien et européenne anglais

Expériences professionnelles 10.2016 En cours

« Rencontre(s)» - Travail personnel Réalisation de documentaires courts sur la création d’une agence d’architecture

01.2017 Association Au Même Moment (étudiants en architecture) - Stage 06.2017 Suivi de projet : Bergerie (Blanquefort, 33) en chantier école Rédaction PC, APD, DCE, travail sur l’imaginaire et le récit du projet 09.2016 Maison du projet Bordeaux-Euratlantique (Bordeaux, 33) - Emploi étudiant 01.2017 Hôtesse d’accueil Accueil des visiteurs, présentation du projet Bordeaux-Euratlantique 07.2014 SBM Offshore, Services Généraux (Monaco) - Stage 08.2014 Maîtrise d’oeuvre transferts et space planning Aménagement de bureaux, OPR, archivage, missions diverses

Compétences Anglais courant (lu, écrit, parlé) - Niveau C1 Espagnol bases solides - Niveau B1 Autodesk AutoCAD Adobe Photoshop / Illustrator / Indesign Microsoft Office Word / Excel / Power Point Abvent ArchiCAD / Artlantis Adobe Premiere Pro Google SketchUp Autodesk Revit / 3DsMax V-ray

Workshops

07.2018 / CIME City Bellastock (Evry, 91) 07.2017 / La Ville des Terres Bellastock (Saint-Denis, 93) 09.2016 / Responsive Architecture Biennale de Venise

Intérêts

Lecture / Arts / Histoire Sciences / Nature / Animaux Voyages / Découverte

07.2013 CACD : AMO pour la SBM Offshore (Monaco) - Stage 08.2013 AMO sur la réhabilitation du nouveau siège social (Le Neptune, Monaco) Suivi de chantier, sécurité chantier, préparation des OPR, aménagement de la cafétéria (conception, chiffrage, rédaction d’appels d’offres) 02.2013 Ingérop : MOE Hôpital Pasteur 2 (Nice, 06) - Stage d’observation Suivi de chantier, sécurité chantier, préparation des OPR

Autres Etés 2010 - 2016 - 2017

Mobil’Azur / Kéolis Côte d’Azur (Nice, 06) - Emploi saisonnier Accueil téléphonique clients, planification, tâches administratives diverses

07.2012 08.2012

Massimo Dutti (Saint-Laurent-du-Var, 06) - Emploi saisonnier Accueil et conseil clientèle, mise en rayon

07.2011 08.2011

Boutique Bouygues Telecom (Nice, 06) - Emploi saisonnier Accueil et conseil clientèle, mise en rayon, contrats, encaissements

Europe - France, Espagne, Italie, Royaume-Uni, Amsterdam, Berlin DOM-TOM - Île de la Réunion, Guadeloupe, Guyane Française, Polynésie Française Asie - Thaïlande, Myanmar, Japon, Cambodge, Taïwan Amérique du Nord - San Francisco, Los Angeles


ECONOMIE «Tentaculaire, elle se répand dans tous les domaines, tous les milieux. Elle structure les rapports et les échanges mais pourtant les bride et les enferme. Parfois souterraine et malsaine, elle se cache au coeur du monde, se fond dans les ombres.» M.B. L’économie est envisagée comme une institution puissante, incarnée par un bâtiment austère qui domine son site - un cimetière, et s’infiltre dans ses entrailles. Dans ce souterrain sinueux, la lumière vient d’enbas et les tombes semblent suspendues au plafond, inversant le rapport à l’espace.

Exercice de projet d’architecture Bordeaux, France Licence 1 / 2013 Texte / Dessin architectural / Maquette Matériaux : Encre / Carton gris


Coupe / Crayon gris 0

1

5m


Plan / Crayon gris 0

1

5m

N

Perspective / Crayon gris Maquette / Carton gris


FRISSON «La peur, le froid, la surprise, le désir, le plaisir parcourent le corps comme une décharge électrique.» M.B. Ce gîte urbain en bord de Garonne est composé, à l’image d’une ville, d’un collage de bâtiments de différentes tailles formes, séparés par des couloirs étroits dans lesquels le vent s’engouffre et les bruits de la ville et du fleuve résonnent. Les sensations liées à l’activité de la ville sont décuplées, elles envahissent l’espace pour créer une expérience urbaine condensée et intense.

Exercice de projet d’architecture / Gîte urbain Bordeaux, France Licence 1 / 2013 Collage / Texte / Dessin architectural / Maquette Matériaux : Encre / Carton gris


Plan masse / Crayon gris

N

Maquette /

Carton gris / collage numĂŠrique


Plan / Crayon gris 0

1

5m

N


‘La propriété c’est le vol.’ P.-J. Proudhon ‘L’ordre (...), naîtra de la liberté. De la liberté qui est mère de l’ordre et non sa fille.’ Normand Baillangeon ‘L’ordre moins le pouvoir.’ Léo Ferré L’anarchisme défend une organisation sociale liberée de l’exercice de pouvoir et de l’autorité. Il vise un monde sans hiérarchie, basé sur le partage des ressources et des compétences, où chacun peut s’accomplir librement et individuellement. Le bâtiment, perché sur pilotis comme pour le détacher de la société capitaliste, offre des espaces de tailles et de qualités différentes, modulables et flexibles, mais tous communiquants, empêchant l’appropriation exclusive.

ANARCHIE Exercice de projet d’architecture / Maison du projet Bordeaux, France Licence 2 / 2014 / Travail en binôme Collage / Texte / Dessin architectural Matériaux : Pastel / Collage numérique


Plan masse / Pastel 0

2

10m

N


N°40

Liberté - Solidarité - Ni dieu - Ni maître

Mardi 25 Mars 2014

LE DRAPEAU NOIR Organe Anarchiste Prix : Chacun selon ses forces

« L’ORDRE moins le pouvoir. » « Ni dieu, ni maître. » Léo Ferré.

VIVRE EN TRAVAILLANT OU MOURIR EN COMBATTANT

« L’ordre (...), naîtra de la LIBERTÉ. De la liberté qui est mère de l’ordre et non sa fille.» « L’anarchie, c’est l’ABOLITION DES LOIS du marché. » Normand Baillangeon. « L’anarchie est une théorie politique au coeur vibrant dans laquelle loge l’idée d’anti-autoritaire, c’est à dire le REFUS conscient raisonné de toute forme ILLÉGITIME D’AUTORITÉ et de pouvoir. » Normand Baillangeon. « La PROPRIÉTÉ, c’est le VOL. » Pierre-Joseph Proudhon. « La propriété est moins le droit pour une personne de jouir d’une chose que celui d’empêcher d’autres personnes d’en profiter. » Pierre-Joseph Proudhon.

Plan / Pastel 0

2

10m

N

« Dans l’anarchie la vie sociale résulte de la RÉUNION D’ÉGOÏSTES librement et volontairement associés. » Max Stirner. « Il existe deux formes de liberté : la liberté simple, celle de l’individualisme et la liberté composée, celle de la relation. L’INDIVIDU est d’autant plus libre qu’il a une relation avec autrui. Liberté et SOLIDARITÉ ne s’opposent pas mais sont conjointes. » Pierre-Joseph Proudhon « L’économie est pensée du point de vue des consommateurs et des BESOINS HUMAINS. » Pierre Kropotkine « Plus de drapeau rouge, mouillé du

SANG de nos soldats. J’arborerai le

drapeau noir, portant le deuil de nos morts et de nos ILLUSIONS. » Louise Michel.

Façade / Pastel 0

2

10m

« La bannière rouge qui fut toujours celle de la liberté effraye les bourreaux, tant elle est vermeille de notre sang. Le drapeau noir crêpé de sang de ceux qui veulent vivre en travaillant, ou mourir en combattant, effraie ceux qui veulent vivre du travail des autres. Oh ! Flottez sur nous, bannières noires et rouges ; flottez sur nos deuils et sur notre espoir dans l’aurore qui se lève ! » Louise Michel.

A

ANARCHIE : n.f Abscence de gouvernerment, et par la suite ordre et confusion

« narchisme » est un néologisme de Pierre-Joseph Proudhon (1806 – 1865), premier théoricien de cette idéologie. Les premières revendications libertaires sont nées au XVIIème siècle, avec notamment, John Locke (1632 – 1704), père du libéralisme (comme mode de gouvernement, à ne pas confondre avec le mode d’organisation économique), et Rousseau (1712 – 1778), et avec une vision moins proche que ces derniers, Montesquieu (1689 – 1755). Locke et Rousseau partagent l’idée que « l’état de nature » de l’Homme, naturellement doté de raison, le conduit à la bonté, l’harmonisation sociale avec ses semblables et l’organisation économique naturellement adaptée à ses besoins. Locke affirme qu’ « il est inutile de faire intervenir la coercition étatique et [que] le libéralisme total s’impose ». Rousseau explique la nécessité d’autorité par l’apparition de la propriété, qu’il dénonce car elle est source d’inégalités, de méfiance et de nécessité de protection jalouse. Ce sont ces idées, qui ont porté la Révolution Française et conduit à la première

expérience de démocratie en France, qui ont inspiré les fondateurs de l’anarchisme. Très tôt, William Godwin (1756 – 1836) pousse le libéralisme à son extrême en se revendiquant anti-autoritariste et antiétatique et en affirmant l’antinomie entre Etat et société. C’est la première formulation de l’anarchisme. C’est pourtant Pierre-Joseph Proudhon qui est considéré comme le fondateur de l’anarchisme. Sa réflexion commence avec une critique de la société existante par ce qui la caractérise fondamentalement : la propriété privée, à l’époque même où athéiste et anticléricale. La religion, comme le pouvoir, ont été des étapes importantes dans « l’humanisation de l’espèce » (« maux historiquement nécessaires ») mais il faut aujourd’hui leur préférer la raison, la solidarité et la liberté. Comme de nombreuses idéologies politiques, l’anarchisme s’est doté de symboles, dont le plus connu est le A cerclé. Ce symbole est nait à Paris en 1964 et s’est répandu depuis Milan lors qu’il a été repris en 1966 par la jeunesse anarchiste milanaise. Il était destiné à simplifier l’iden tification

des affiches de propagande anarchistes, grâce à une signature forte et facilement reconnaissable (le A étant la première lettre du mot dans de nombreuses langues). Ce symbole illustrerait peut être la maxime de Proudhon : « La plus haute perfection de la société se trouve dans l’union de l’ordre et de l’anarchie ». Mais le symbole le plus fort, bien que probablement moins connu, est le drapeau noir. Il apparait à Paris lors de la manifestation des sans-travails en 1883, où il est notamment arboré par Louise Michel (1830 – 1905), anarchiste affirmée et engagée. On le retrouve ensuite lors de nombreuses manifestations ouvrières, comme celles des Canuts à Lyon dans les années 1830, puis dans le monde entier à différents moments de l’histoire, notamment lors des manifestations de mai 1968. Les significations de ce symbole sont plurielles. Il pourrait être un rappel de celui qu’arboraient les pi rates, rebelles sans patrie et ne respectant aucune autorité étatique, mais il représente plus certainement la misère, la faim et donc la révolte ouvrière engendrées par les révolutions industrielles du XIXème siècle.


MOLIERE /

« Molière dénonçait le mal parce qu’il voulait servir l’humanité, travailler à son bonheur. C’est dans ce but qu’il prônait la valeur éducative et moralisatrice du théâtre. C’est par le rire qu’il entendait exposer et corriger les mœurs de son époque, n’hésitant pas à tourner en ridicule la noblesse, le pouvoir et même la religion. » M.B. Ce bâtiment se moque des codes de l’architecture, souvent utilisée comme ostentation de la richesse et de la puissance d’une ville ou d’un Etat. Le caractère noble et sérieux de l’architecture est ici bousculé par un mélange ridicule de références.

Théâtre du ridicule

Projet d’architecture / Théâtre associatif Bordeaux, France Licence 2 / 2014 / Travail en binôme

Collage / Dessin architectural Matériaux : Encre / Collage numérique / Crayon gris / CAD


Plan masse / MĂŠdia divers 0

16

40m

N

Coupes / MĂŠdia divers 0

2

10m


1/1000

PLAN R+2

PLAN SOUS-SOL

1/200

1/200

1/100

PLAN R+1

Plan / Média divers 0

2

10m N

Coupe / Média divers 0

2

5m


Dans une petite baie du Pays-Basque espagnol, plusieurs villages aux morphologies différentes s’adossent au relief. La ville se construit par empilement. Dans le quartier de Trintxerpe, le tissu moderne est lâche et destructuré. Le projet s’implante dans un quartier résidentiel comme une couture, se détachant du sol pour proposer une nouvelle relation à la terre et au ciel, une redécouverte du paysage, entre zone industrielle et montagne. Les logements, simples et de taille moyenne, sont tous traversants et totalement ouverts sur le paysage : aucune pièce aveugle, et un espace extérieur pour chaque logement. Le projet propose ainsi l’expérience d’habiter dans les airs, entre vertige et liberté.

VERTIGE Projet d’architecture / Logement collectif Pasaia, Espagne Licence 3 / 2014 Dessin architectural / Perspective Matériaux : CAD / Dessin


Plan 5ème étage / Coupe longitudinale 0 2

CAD 10m

N


Plan/ Coupe / Détail CAD 0 0.4

2m

N

Perspective /

Encre / Aquarelle / Pastel


Entre trame et bâtiments modernes ternis par le temps et identité contemporaine affirmée, le campus Talence-Pessac-Gradignan mélange plusieurs langages. Le projet réinterprète librement la trame en recréant une cour au coeur du système d’enceintes successives. Ce ne sont pas des bâtiments orthogonaux et inscrits dans la trame qui s’installent ici mais des « rochers » qui sortent de terre. Trois éléments aux multiples facettes s’articulent autour d’une verrière centrale, véritable place publique où les différentes activités se rencontrent. La structure métallique des rochers est enveloppée dans une peau d’acier perforé couleur rouille. L’expression architecturale singulière de ce projet vise à créer une nouvelle topographie, un repère visuel fort dans le paysage complexe du campus bordelais.

Campus TPG Projet d’architecture / Student Center / Pôle culturel Talence, France Licence 3 / 2015 Dessin architectural Matériaux : CAD / Numérique


C

Box de travail Salle de travail en commun

Salons de rencontre Bibliothèque / Librairie

Vide sur open space

REALISE PAR UN PRODUIT AUTODESK A BUT EDUCATIF

Plan de situation

Plan masse

B B’

Restaurant

Bar

Salle polyvalente

Cuisine et locaux techniques

N Billeterie / Vestiaire Livraison Local stockage gros matériel

Salle de spectacle

A’

Local stockage petit matériel

A

Déchargement / Transit

Student center

Administration

Pôle sportif

Restaurant

Pôle de diffusion culturelle : Salle de spectacle Salle polyvalente Logements

Organisation

C’

Plan rez-de-chaussée 0 2

10m

N


Coupe CC’

0 1

0 1

Coupe BB’ 10m

0 1

5m

Coupe AA’ 10m

Coupe CC’ 1/200

Détail technique 0

1

2.5m

Vue sur Student Center


Situé dans un quartier commerçant de Bangkok, le site est au milieu du marché de Pratunam. Ce quartier de vente en gros de textiles est composé d’un réseau complexe de rues étroites, colonisées par les étalages, brouillant les limites entre public et privé. Ici, les repères sont rapidement perturbés et il est facile de se perdre. Le projet réinterprète, dans un bâtiment de grande hauteur, la morphologie du site et la figure symbolique du labyrinthe, comme référence à l’usage local de l’espace. L’intégration de programmes publics, comme des espaces de sport, de loisirs ou des espaces extérieurs, au sein d’un bâtiment privé interroge la limite entre privé et public, et rend une place importante aux espaces partagés extérieurs, si importants dans la culture Thai et cruellement manquants dans ce quartier.

Labyrinthe Projet d’architecture / Commerces / Loisirs / Logement Bangkok, Thailande Master 1 / 2015

Faculty of Architecture, Kasetsart University, Bangkok

Dessin architectural Matériaux : CAD / Numérique


Structure et matériaux La structure est composée d’un système poteau-poutres selon une trame de 6,25x6,25m, renforcé par la présence des deux noyaux de circulation verticale diamétrialement opposés. La façade est une composition dynamique de panneaux de polycarbonate, qui reflète les différentes pratiques des usagers et permet de jouer sur la limite entre intérieur et extérieur, ainsi que sur la température et la lumière.

Plan masse

N

Design concept : Développement d’une organisation systémique

Activités commerciales Le plan des niveaux dédiés au commerce est inspiré des typologies environnantes de shophouses dans les proportions des magasins, mais aussi par la présence d’un espace pour l’extension de la surface de vente, comme c’est l’usage dans la culture thai. Les environs directs du bâtiment sont réorganisés avec la typologie locale de boîtes en métal et en bois, mais en suivant le plan labyrinthique du bâtiment, pour assurer une continuité entre le quartier-marché et le nouveau bâtiment.


Loisirs et bureaux Un bloc de quatre niveaux assure la transition entre les niveaux commerciaux et les niveaux d’habitation. On y trouve divers équipements sportifs, une bibliothèque publique, des espaces d’exposition, un jardin suspendu ouvert, ainsi que des espaces de travail flexibles pour les vendeurs locaux. Logements La complexité de l’organisation des étages offre plusieurs niveaux d’intimité et différents types d’espaces partagés. Les appartements, du studio au T4, s’imbriquent sur quatre niveaux, créant un bloc de quatre étages qui se répète en se décalant pour dégager des terrasses généreusement ensoleillées et accueillant des jardins partagés. Une ventilation naturelle est assurée par l’atrium et les circulations totalement ouvertes.

0

1

Façade Nord / CAD 5m

Plan rez-de-chaussée / CAD 0

2

10m

N


A’

A

A’

A

0

2

Coupe AA’ / CAD

10m

Plan étages 11 & 19 : logement / Plan étage 8 : loisirs / CAD 0

2

10m

N


Coupe perspective : logements et atrium / CAD 0

1

5m


Le travail a été amorcé dans le cadre d’un atelier de projet de S9, proposant de répondre, en groupe, à une commande réelle de la ville de Blanquefort (33) : la conception et la construction d’une petite bergerie au Parc de Majollan, devant accueillir 45 agnelles, 11 béliers et quelques brebis nécessitant la surveillance du berger. Cet atelier s’est fait en collaboration avec les élèves du CAP menuisier fabricant du lycée professionnel Saint-Joseph de Blanquefort. La conception a débuté dans le cadre de l’atelier de projet, en alternant séances de réflexion et de travaux de recherches théoriques et séances d’expérimentations pratiques à l’atelier de menuiserie. Afin de travailler en chantier-école, l’association Au Même Moment a été créée par l’ensemble des étudiants architectes de l’atelier. Cette structure a permis de poursuivre le travail après la phase de travail scolaire. C’est ainsi que j’ai, avec quelques camarades, entamé le travail de maîtrise d’oeuvre et participé aux phases de permis de construire, avant-projet simplifié puis détaillé et à la constitution du dossier de consultation des entreprises, sous l’égide de l’architecte responsable du projet mais en bénéficiant d’une grande autonomie. Pour des raisons administratives et politiques, le projet est aujourd’hui en suspens.

Petite Bergerie Commande publique / APD Petite Bergerie Blanquefort, France Master 2 / 2016 Dessin architectural / Photos Matériaux : CAD / Numérique


« Mettons-nous au travail. Tous autour de la table, « réfléchissons ». Pendant que l’on discute de formes, que l’on convoque Jacques Rancière1 pour statuer sur la place d’un mouton que l’on voudrait spectateur émancipé et d’un homme que l’on voudrait spectacle, les élèves menuisiers gardent le silence. Peut-être se disent-ils que les architectes sont vraiment comme on les décrit souvent, des gens qui cherchent à faire compliqué quand on peut faire simple. Ou alors qu’on les a bien eus : ils devaient fabriquer des mangeoires, et voilà qu’on leur demande de philosopher. » «Sérieux, tu te prends trop la tête!» / Extrait de texte sur le travail avec les apprentis menuisiers « Un léger vent frais s’engouffre entre les planches du bardage en bois et fait onduler la toile sur laquelle une araignée détend doucement ses longues pattes. Elle avance tranquillement sur son étoile de soie encore brillante de gouttes de rosée. La nuit a été généreuse. Quelques moustiques et moucherons se sont épuisés en se débattant pour échapper au piège mortel, ils feront un bon petitdéjeuner. A l’autre bout commence un ballet de petites silhouettes noires qui tournoient rapidement dans les airs. Pour elles aussi, c’est l’heure du petit-déjeuner. Et surtout pour les petits qui gazouillent frénétiquement, à l’abri dans les nids de terre accrochés aux poutres en bois. » «Petite Bergerie» / Extrait de texte sur l’ambiance de la bergerie

ECH : 1/100

APD 3.3 Plan rez de chaussée

PROJET : Petite bergerie LIEU : Blanquefort

APD 3.3

Architecte CRÉATION : 24/02/2017 PAR : Association «Au même moment»

N

8/15

Plan bergerie / Extrait APD


TREMIES

Ar1

Quantité finale :

Qt à débiter

3

1

Dimensions finies Lf If Epf 1766 325,4 18 Coupe transversale / Extrait APD BREBIS

27/06/2017

4/7

Coupe exécution mangeoire brebis adulte En haut à droite : séance de travail avec les apprentis menuisiers du lycée Saint-Joseph En bas à droite : Association Au Même Moment sur le site de projet


Psyché : subst. fém. - (1842) du grec ψυχή (psukhé) « souffle » d'où « respiration, haleine; force vitale, vie » puis « âme de l'être vivant; individualité personnelle; partie immatérielle et immortelle de l'être ». Théorie en psychologie analytique, qui désigne l’ensemble des manifestations conscientes et inconscientes de la personnalité d’un individu.

Maladie : subst. fém. – du latin male habitus « qui est en mauvais état ». 1. Altération de l’état de santé se manifestant par un ensemble de signes et de symptômes perceptibles directement ou non, correspondant à des troubles généraux ou localisés, fonctionnels ou lésionnels, dus à des causes internes ou externes et comportant une évolution. 2. a. Concernant l’individu : Ce qu’il y a d’anormal chez quelqu’un ou qui paraît tel, ce qui perturbe son comportement, ses facultés morales. b. Concernant la société : Ce qui est préjudiciable à l’équilibre, à l’harmonie, au bon état moral de la société ou d’une partie de celle-ci. Ce qui désorganise, affaiblit.

Conscience : subst. fém. – du latin con- « avec 1. Organisation du psychisme qui permet d’avoi et de leur valeur morale, permettant ainsi de se 2. (Morale) Propriété particulière de la consci porter des jugements normatifs immédiats, fond la valeur morale de ses actes. 3. Etat de veille dans lequel l’on perçoit le dérou

Cognition : subst. fém. – du latin cognitio « action de connaître », dérivé de cognoscere « prendre connaissance, par les yeux ou par ouï-dire », composé de co- et noscere « savoir ». Processus mental qui recouvre principalement l’acquisition du savoir et, en premier lieu, du langage, en passant par la mémorisation, le raisonnement, la prise de conscience des C émotions, la perception de l’environnement, 1 2 etc. p

Psychiatrie : subst. fém. – (1808) dérivé de psychiatre, suffixe –ie. Partie de la médecine qui étudie, qui traite les maladies mentales du psychisme.

Psychiatre : subst. masc. – du grec ψυχή (psukhé) « âme ou espr médecin ». Médecin spécialiste de la psychiatrie.

Psychisme : subst. masc. Ensemble, conscient ou inconscient, considéré dans sa totalité ou des phénomènes, des processus relevant de l’esprit, de l’intel l’affectivité et constituant la vie psychique.

Psychose : subst. fém. Affection psychique grave, dont le malade n’a pas conscience, ca une désintégration de la personnalité accompagnée de troubles de du jugement et du raisonnement, impliquant le plus souvent une pe avec la réalité.

Folie : subst. fém. – dérivé de « fou », du latin follere « s’agiter comm aller çà et là » ; et suffixe –ie. 1. Trouble du comportement et/ou de l’esprit, considéré comme l’effet altérant les facultés mentales du sujet. 2. Etat psychologique passager de trouble intense ou d’exaltation, c forte émotion ou un sentiment violent et qui peut (dans certains cas à un accès de folie au sens 1. 3. Rage folle. 4. Conduite, comportement qui s’écarte de ce qui serait raisonnabl des normes sociales (dominantes ou propres à l’idéologie du locut considéré comme l’expression d’un trouble de l’esprit et/ou d’un ma moral, de bon sens ou de prudence. 5. Propos, idée, projet contraire au bon sens, à la raison ou considé 6. Conduite, comportement qui, affranchi des convenances ou des no (cominantes ou propres à l’idéologie du locuteur), s’accompagn d’insouciance ou les entraîne.

Psychiatrie et droit de cité

Hallucination : subst. fém. – (1660) du latin hallucinatio « erreur, méprise, égarement ». 1. Phénomène psychique par lequel un sujet en état de veille éprouve des perceptions ou des sensations sans qu’aucun objet extérieur les fasse naître et qui apparaît au cours de certaines maladies ou sous l’effet de la drogue. 2. Erreur des sens partagée par l’intelligence, sensation provoquée par une cause intérieure et sans l’action d’excitant extérieur. 3. (Fig.) Ecart de l’imagination.

Maintenir le lien avec la société pour les patients hospitalisés

1. Transgression des normes sociales en vigueur. 2. Comportement, conduite qui manifeste cette transgression.

Dessin architectural Matériaux : CAD / Numérique

Dépression : subst. fém. – du latin depressio « enfoncement ». 1. (Géol.) Affaissement, creux, fosse. 2. (Fig. ; Econ.) Crise économique ; chute des valeurs, des titres. 3. (Ext. ; Psycho.) Perturbation du dynamisme de la vie psychique, qui se caractérise par une diminution plus ou moins grave de l’énergie mentale, une certaine pente de l’affectivité qui est marquée par le découragement, la tristesse, l’angoisse. 4. (Météor.) Région de l’atmosphère où la baisse de la pression provoque des vents rotatifs tournant en sens inverse des aiguilles d’une montre, ce qui entraîne le déplacement d’un système nuageux porteur de pluie, neige, etc. Traitement : subst. masc.

Ho »p 1. A des 2. P e : subst. masc. – du latin

Projet de fin d’études / 2018 La cité dans l’hôpital Déviance : subst. fém. – dérivé du verbe Nice, France « dévier », de dé- et du latin via « voie ».

Psychotrope : subst. masc. – du grec ψυχή (ps « âme ou esprit » et τρόπος (tropos) « changem Médicament/substance chimique agi principalement sur l’état du système nerveux cen en y induisant des modifications de la perception sensations, de l’humeur, de la conscience ou d’a fonctions psychologiques et comportementales.

domaines de la médecine, de la sociologie, de la psychologie et de la philosophie, le projet propose un dispositif complémentaire et inverse à la dynamique de désinstitutionnalisation. Si l’ambulatoire vise le maintien des personnes dans la cité, il s’agit ici d’intégrer la cité au sein de l’hôpital, afin de maintenir, consolider ou recréer le lien entre les personnes hospitalisées et la vie sociale et politique. En proposant une expérience de la ville au sein de l’hôpital, ce dispositif constitue un support d’étayage identitaire, en permettant aux patients d’exercer leurs différents rôles sociaux et en les accompagnant vers le retour à la vie dans la cité.

Délire : subst. masc. – du latin delirium « folie », lui-même issu du latin lira « sillon creusé par l’araire » et du préfixe de- marquant l’éloignement. 1. Etat accidentel d’abolition de la conscience et symptomatique de certaines fièvres ou intoxications. 2. Altération profonde du psychisme et de la personnalité, n’entraînant pas forcément l’abolition de la conscience, et caractérisée par de fausses interprétations ou de fausses perceptions. 3. Exaltation, excitation extrême. 4. (Fig.) Agitation extrême, trouble qu’excitent dans l’âme les passions, les émotions violentes.

Pharmacopée : du grec φαρμακοποία « confection de drogues », composé de φα ́ρμακον «remède, médicament» et de ποιει ̃ν «faire, fabriquer». Science des médicaments.

La psychiatrie est aujourd’hui à un tournant de son histoire : les pouvoirs publics et les professionnels de santé prennent le « virage ambulatoire » en limitant les hospitalisations en unités de soins psychiatriques, au profit des hospitalisations à domicile ou des prises en charge en ambulatoire. Pourtant, l’hospitalisation en institution reste pour certains patients une nécessité, bien qu’elle engendre de fait une rupture avec la cité. En s’appuyant sur des recherches dans les

Mental(e) : adj. – du latin mens, mentis « esprit » 1. Qui appartient au mécanisme de l’esprit, qui fait appel aux facultés intellectuelles. 2. Qui a rapport à l’esprit en ce qui concerne sa santé et éventuellement son aspect pathologique.

Réalité : subst. fém. – du latin médiéval realitas « bien, propriété », dérivé du latin realis « réel ». 1. Manifestation concrète, contenu (d’un processus, d’un événement). 2. Ce qui existe indépendamment du sujet, ce qui n’est pas le produit de la pensée. 3. Ce qui constitue le monde de l’homme, son environnement concret et matériel. Somme des événements sociaux qui constitue la situation dans laquelle se trouve une personne.


RELATION INTERPERSONNELLE ET CONSTITUTION DE L’IDENTITÉ La philosophie et la psychologie ont mis en évidence le lien entre l’intersubjectivité (E. Kant) et la construction de l’identité : le rapport de l’individu à lui-même se construit dans son rapport à ses semblables et à la société à différentes échelles. La grande majorité des troubles psychiatriques nécessitant une hospitalisation (troubles psychotiques, comme la schizophrénie, le trouble bipolaire en crise, le trouble délirant persistant,...) consiste en une rupture identitaire majeure et une perte de contact avec la réalité. Le Dr. Alfred Kraus, psychiatre phénoménologue allemand, développe un modèle de l’identité humaine organisée en deux pôles : l’ego-objet (identité de rôle, forme sociale qui s’objective à travers un corps, des possessions, un métier, la relation aux situations et à autrui) et l’ego-sujet (« moi » qui se décide librement, forme personnelle et autonome), à l’articulation desquels se construit la subjectivité et donc l’identité individuelle. Il comprend par exemple la schizophrénie comme la perte de distance au rôle : l’individu est incapable d’assumer la perte d’individuation réclamée par l’identité de rôle et les conventions sociales qui l’accompagnent, ainsi que l’anonymat tenant au passage d’un rôle à l’autre. Le projet interroge la façon dont l’architecture peut servir de support à la mise un place d’un étayage identitaire, en intégrant la cité au sein de l’hôpital. Le dispositif permet d’offrir aux patients, pendant leur hospitalisation, la possibilité de maintenir, renforcer ou recréer le lien avec la société et leurs différents rôles sociaux, souvent délaissés lors d’une hospitalisation au profit du seul rôle de patient. Cet équipement se situe à la limite entre hôpital et cité, et trouve donc sa place dans le système d’organisation des soins entre l’hospitalisation complète et le suivi en centre d’accueil thérapeutique à temps partiel, souvent préconisé lorsque les patients sortent de l’hôpital. Ainsi, le dispositif proposé devra offrir une pluralité d’espaces différents, correspondants à différentes sphères de relations interpersonnelles et donc aux multiples rôles endossés par les personnes hospitalisées, dans le but de fournir un support participant à équilibrer et harmoniser les différentes dimensions de leur vie sociale et affective.

Amour

Juridico-politique

Liens affectifs unissant une personne à un groupe restreint. La solidité et la réciprocité des liens confèrent à l’individu la confiance en soi.

«C’est parce qu’un individu est reconnu comme un sujet universel, porteur de droits et de devoirs, qu’il peut comprendre ses actes comme une manifestation - respectée par tous - de sa propre autonomie» (A.H.). Elle permet l’acquisition du respect de soi.

Activités coopératives Considération sociale permettant aux individus de se rapporter positivement à leurs qualités particulières, décrivant leur identité culturelle. Elle permet l’acquisition de l’estime de soi, du «sentiment de sa propre valeur».

SPHÈRES DE RECONNAISSANCE SELON AXEL HONNETH Constitution de l’identité

UNE EXPÉRIENCE DE LA CITÉ AU SEIN DE L’HÔPITAL A l’image de la ville, il s’agit de permettre une pluralité de situations, d’acteurs et d’usages, afin de favoriser la rencontre et l’échange social, ainsi que l’appropriation et la projection. Les activités y sont donc non thérapeutiques et les acteurs rencontrés sont aussi externes à l’hôpital (associations diverses, usagers extérieurs,...). Comme dans la ville, l’espace doit être pluriel et éviter la standardisation qui entraîne la perte de repères et limite les possibilités de projection.


3.

4.

1.

2.

5.

6.

7.

1. Café associatif 2. Locaux associatfs 3. Maison «colocation» / 65m² 4. Maison familiale / 84m² Existant 5. Réfectoire personnel 6. Accès SMUR 7. Quai de déchargement

Coupe Nord-Sud AA’ / CAD 0

1

5m


A

REZ-DE-DALLE 1. Café associatif 2. Atelier cuisine 3. Locaux associatifs 4. Bibliothèque 5. Sanitaires et vestiaires 6. Salle de repos personnel

C

R+1 7. Loft / 34.5m² 8. Maison «colocation» / 65m² 9. Maison familiale / 84m² 10. Grande maison familiale / 123m² 11. Vide sur rez-de-dalle 6. 5.

4.

3.

3.

1. 5.

2.

D’

D

A’

C’

UNE EXPÉRIENCE DE LA CITÉ Activités sociales et associatives

Plan rez-de-dalle / CAD 0

1

5m

N


7.

8.

11. 10.

11. 10.

9.

UNE EXPÉRIENCE DE LA CITÉ Logements pour des moments en famille pendant l’hospitalisation

Plans R+1 et R+1A / CAD 0

1

5m

N


CONTENANCE ET SINGULARITÉ Des espaces appropriables

Coupe perspective Nord-Sud CC’ / CAD 0

1

2.5m


A L’IMAGE DE LA VILLE Activités en rez-de-dalle, logements en retrait à l’étage

Coupe perspective Est-Ouest DD’ / CAD 0

1

2.5m


Architecture portfolio  
Architecture portfolio  
Advertisement