Page 1


Maquillage | Émilie Gilbert-Gagnon

Coiffure des perruques | Marc Gagnon

Direction Technique Jean-François Larouche, Serge Lapierre

Régie son, éclairage & vidéo Jean-François Larouche Marilyn Tremblay

Logistique et administration | Lyna Dallaire

Communications | Jean-François Caron jean-francois@theatrelarubrique.com

Direction de production | Lyne L’Italien assistée de Marilyn Tremblay

Direction générale | Lyne L’Italien

Graphisme | Marielle Couture

Publicité télé Sylvie Gravel (Télé-Québec) Jean-François Caron

Accueil | Tanaël Bédard, Anne-Morice Bérubé Samuel Boulianne, Marion Fortin Agathe Gaudreault, Marie-Line Duchesne

Mais encore, allaient-ils accepter cette commande quelque peu incongrue, eux déjà si impliqués dans leurs projets respectifs? À mon grand bonheur, tous ont accepté spontanément et déjà, au premier contact, les idées se bousculaient. Évidemment, cette marque de confiance m’a profondément touché.

Il y a déjà un bon moment que l’idée de rendre hommage aux dramaturges originaires de la région me trottait dans la tête. Mais comment? Et sous quelle forme? Quel sujet pourrait à la fois stimuler l’imaginaire de ces auteurs, rendre compte de la singularité de leurs écritures tout en les réunissant sous un thème rassembleur qui ferait… SENS ?! Mais oui, les sens, sujet universel entre tous, véritable révélateur de notre rapport au monde et à la vie… D’autant plus si on y inclut le «sixième sens».

Mot du du directeur artistique


Crédits

Textes

L’odorat | Michel Marc Bouchard Comment chasser les mauvaises odeurs

La vue | Sylvie Bouchard Myope ou presbyte?

Le goût | Pierre-Michel Tremblay Et les fruits seront de plus en plus bizarres

Le toucher | Jean-Rock Gaudreault Touchez-moi!

L’ouïe | Larry Tremblay Le dernier Almodovar

Le 6e sens | Daniel Danis Bricole d’imagie

Mise en scène | Benoît Lagrandeur assisté de Christian Ouellet

Interprètes Émilie Gilbert-Gagnon Benoît Lagrandeur Patrice Leblanc Sara Moisan Guillaume Ouellet Guylaine Rivard

Scénographie | Serge Lapierre

Construction des décors Carl Cimon Martin Gagnon

Éclairages Serge Lapierre assisté de Marilyn Tremblay

Environnement sonore et musique originale Bruno Chabot

assisté de Sonia Bishop | voix Christine Chabot | voix Julie Collerette-Villeneuve | hautbois & cor anglais François Duval | clarinette basse (fêlée) & cor de basset

Sonorisation | Alain Duchesne

Images vidéo Boran Richard assisté de Stéphane Boivin

Costumes | Jacynthe Dallaire

Benoît Lagrandeur

Merci d’être là. Et bonne soirée.

C’est donc avec beaucoup de fébrilité que nous vous offrons ce présent qui nous a été confié par ces auteurs hors pair… Auquel nous avons pris un plaisir fou à choisir le plus bel emballage!

Je tiens ici à souligner le support indéfectible de Christian Ouellet qui a agi à titre d’assistant à la mise en scène. Comme je devais me partager entre le jeu et la mise en scène, il a été mes yeux, mes oreilles, et a toujours su nous ramener à l’essentiel.

Je me suis donc entouré d’une formidable équipe d’acteurs et de concepteurs rompus au travail de création. Tous ont reçu ce projet tel un cadeau et leur investissement fut entier dès le début du travail.

J’avoue cependant avoir eu quelque peu le vertige au fur et à mesure qu’arrivaient leurs créations. J’ai beau être assez familier avec chacun de leurs univers, encore faut-il être en mesure de leur rendre justice.

Cela vient sans doute du fait que tous ces auteurs font partie prenante de l’histoire de La Rubrique. En effet, notre compagnie a pu évoluer et grandir, entre autres grâce à la fréquentation régulière de ces exceptionnels dramaturges. Tous ont vu au moins un de leurs textes y être créé (à l’exception de Larry, dont nous avons tout de même présenté en primeur une lecture publique de Ogre), sans parler de reprises d’autres pièces ou encore d’accueil de spectacles dont ils signaient le texte.


Les Sens

Outils idéaux pour percevoir, pour nous situer, pour entrer en contact avec notre environnement, nos sens se seraient-ils atrophiés? Qu’en est-il de la perception de l’autre par rapport à la nôtre? Avons-nous perverti ces précieuses antennes? Peut-on toujours se fier à nos sens ou nous jouent-ils parfois des tours? Voici quelques-unes des questions soulevées par six auteurs originaires du Saguenay – Lac-Saint-Jean à qui La Rubrique a demandé d’écrire une courte pièce sur un des cinq sens, auxquels nous avons ajouté le mystérieux sixième du nom.


L’odorat Michel Marc Bouchard Comment chasser rs les mauvaises odeu «Nous ne savons plus respirer. Ni l’air, ni l’autre. Nous avons aseptisé nos maisons et nos proches. Odeurs artificielles de source du printemps et de sous-bois d’été, parfums synthétiques concoctés d’eau fraîche d’Iguaçu et de brise de Taipei. L’anosmie affective nous guette. Effluves de fêtes obligées, exhalaisons des souvenirs, vapeurs de fatalité. Tout comme le sens de la famille, celui de l’odorat est en péril. Ce sont les deux sens les plus menacés.»

La vue Sylvie Bouchard

? Myope ou presbyte «Voir la vie en rose ou en noir? Voir à long terme ou à court terme? Voir grand ou voir petit? Quelle est notre façon de voir le monde? La vie? Il paraît qu’un aveugle, qui avait recouvré la vue, est devenu déprimé parce que le monde lui apparaissait soudainement morne et triste. Vaut-il mieux être un aveugle heureux ou un voyant déprimé? Vivre les yeux ouverts ou les yeux fermés?»

Né au Lac-Saint-Jean, Michel Marc Bouchard a commencé l’écriture dramatique en 1983. Depuis, nombre de ses œuvres ont été primées. Son répertoire compte actuellement plus de 25 pièces parmi lesquelles on retrouve Les Muses orphelines, Les Papillons de nuit, L’histoire de l’oie, Les Grandes chaleurs et Les Feluettes. On le reconnaît aujourd’hui comme l’un des plus importants dramaturges québécois de la fin du XXe siècle - début XXIe siècle.

Partageant son travail entre l’écriture, l’interprétation et la production, elle fait ses premières armes professionnelles à titre d’auteure et de comédienne pour le Groupe Sanguin. Dans les années 1990, elle a eu l’idée originale et a co-écrit le scénario de Louis 19, premier scénario de l’histoire du Québec à faire l’objet d’un «remake» aux ÉtatsUnis. Elle collabore également à plusieurs émissions en tant que conceptrice et scénariste, dont Histoires de filles, Tranches de vie, Cauchemar d’amour et Un gars, une fille.

Pour nous, Michel Marc Bouchard s’est penché sur le sens de l’odorat.

Pour nous, Sylvie Bouchard s’est penchée sur le sens de la vue.


Le goût Pierre-Michel Tremblay nt Et les fruits sero arres biz us pl de plus en

«Tous les goûts sont dans la nature. Sont-ils tous dans la culture? La réponse est probablement oui, et parfois, ça fait peur...»

Originaire du Lac Saint-Jean, Pierre-Michel Tremblay est issu du milieu de l’humour. Il est coauteur de plusieurs séries populaires pour la télévision, parmi lesquelles on compte Un gars, une fille. Sa pièce Coma unplugged, mise en scène par Denis Bernard, a valu au Théâtre de la Manufacture le Masque de la production «Montréal» de l’Académie québécoise du théâtre en 2007. Pour nous, Pierre-Michel Tremblay s’est penché sur le sens du goût.

Le toucher Jean-Rock Gaudreault

Touchez-moi! «Au sens propre comme au figuré, le toucher nous met en lien avec la matière et les autres. C’est le sens qui donne accès à la réalité, celui qui ne trompe pas; l’exigence des sceptiques qui veulent croire, l’instrument de l’érotisme, le déclencheur de toutes passions. Le toucher n’est pas passif, il engage et provoque les événements. J’ai choisi sa forme la plus directe, la plus brusque, dans l’espoir de vous… toucher.»

Né à Jonquière, Jean-Rock Gaudreault se fait rapidement connaître dans le milieu théâtral grâce à sa pièce Mathieu trop court, François trop long (1995). En 2003, il recevait le Prix du Gouverneur général du Canada pour son texte Deux pas vers les étoiles. En 2010 et 2011, Une maison face au nord, coproduite par La Rubrique, le Théâtre français de Toronto et le Théâtre du Tandem, est présentée en tournée nationale, d’un océan à l’autre. Jean-Rock Gaudreault s’est penché pour nous sur le sens du toucher.


L’ouïe Larry Tremblay

ovar Le dernier Almod

Le sixième sens Daniel Danis

Bricole d’imagie

«Pourquoi cinq? Ce chiffre est-il une limite ou un garde-fou? Si l’homme en avait neuf ou douze, estce qu’il serait toujours un homme? Pouvons-nous imaginer à quoi pourraient bien servir ces nouveaux sens? À penser l’impensable? À trouver l’introuvable? À aimer l’inaimable? Et quels nouveaux organes entasserions-nous dans le sac de notre peau? Aurions-nous l’air de monstres? Nous pouvons perdre des sens (devenir aveugle, sourd…). Comment en gagner? Comment – si le sixième existe réellement – passer au septième? Question oiseuse?

«Ça n’a pas de sens ce qui se passe dans le monde occidental. À tous les paliers gouvernementaux, la droite politique est présente partout. Elle a comme signe distinctif de décider de tout en vase clos. Elle distribue l’argent entre ses amies-compagnies et leurs sympathisants. La droite n’apprécie souvent que l’art ancien et surtout aucun dissident.

Au juste, est-ce la matière vivante qui se limite ainsi? Qui n’arrive pas à compter jusqu’à six?

Daniel Danis vient du Saguenay. Depuis le début de sa carrière, il a reçu deux fois le Prix du Gouverneur général du Canada, en 1993 pour Celle-là et en 2002 pour son texte Le langue-à-langue des chiens de roche. Plusieurs de ses pièces ont été traduites en anglais, en espagnol et même en allemand, montrant une reconnaissance internationale de l’œuvre du dramaturge.

Et ces questions ont-elles un sens?» Originaire de Chicoutimi, Larry Tremblay a publié plus d’une vingtaine de livres comme auteur dramatique, poète, romancier et essayiste. Grâce à une succession ininterrompue de nouvelles pièces, son oeuvre est aujourd’hui reconnue au Québec et à l’échelle internationale. Ses pièces ont ainsi été traduites dans plus d’une douzaine de langues et ont été produites dans de nombreux pays. Pour nous, Larry Tremblay s’est penché sur le sens de l’ouïe.

Deux crans de plus et on appelle ça une dictature. Seul remède à cela, ce sont les forces coopérantes entre citoyens. Associez-vous. À plusieurs et plusieurs, nous pouvons...»

Daniel Danis s’est penché pour nous sur le sixième sens.


Émilie Gilbert-Gagnon

Les Comédiens

Détentrice d’une maîtrise en arts et d’un baccalauréat interdisciplinaire en arts (concentration théâtre) de l’UQAC, Émilie Gilbert-Gagnon, jeune artiste de la relève, a de multiples intérêts. Son art de prédilection est la mise en scène, mais elle est aussi comédienne et conceptrice de costumes et de maquillages. Elle a signé quelques mises en scène dont Beauté mécanique, son projet de fin de maîtrise et Adieu beauté, la comédie des horreurs, son projet de fin de baccalauréat. Elle a collaboré à la mise en scène de la pièce Le Clown noir au masque de fer pour le Théâtre du Faux Coffre. On a aussi pu la voir à titre de comédienne dans la pièce Catatonie (mise en scène de Guylaine Rivard, Théâtre CRI) ainsi qu’au cinéma dans le long-métrage Hier encore (réalisé par Jonathan Gagné). Elle est également marionnettiste pour le Théâtre des Amis de Chiffon (Les Trois Cheveux d’or). On a pu la voir dans la production estivale du Théâtre 100 Masques, L’Assemblée des femmes, où elle agissait aussi en tant que costumière. L’automne dernier, elle signait la mise en scène de Petites histoires avec une mère et une fille dedans, un texte de l’auteure Marie-Christine Bernard écrit à la demande du Théâtre CRI.

Benoît Lagrandeur Formé en interprétation à l’Option Théâtre du cégep Lionel-Groulx, il assume la direction artistique du Théâtre La Rubrique depuis 1997. Il a joué dans une trentaine de productions, notamment sous la direction de Claude Poissant, Brigitte Haentjens, René Richard Cyr, Guylaine Rivard, Patric Saucier, Éric Chalifour et Patrick Quintal. Il a également signé la mise en scène d’une quinzaine de pièces dont L’Espace entre Nous, Pierre et Marie... et le Démon, La Nuit où il s’est mis à chanter, Les Porteurs d’eau, Les Vacarmes... Le Gala des Masques a mis en nomination deux spectacles dont il a fait la mise en scène pour le Théâtre La Rubrique (Celle-là et Le Désir) et a attribué le Masque de la production «Régions» à Laguna Beach. Benoît Lagrandeur a également participé à quelques séries télé et productions cinématographiques et fait quelques incursions dans le domaine de la variété, entre autres, auprès de madame Diane Dufresne. De plus, il a participé à la fondation de deux associations de diffuseurs au sein desquelles il agit toujours à titre d’administrateur; l’une régionale, Objectif Scène, et l’autre nationale, l’Association des diffuseurs spécialisés en théâtre.

Patrice Leblanc Il a joué, chanté et dansé pour plusieurs compagnies de théâtre (Théâtre CRI, Les Têtes Heureuses, Théâtre 100 masques, S.A.L.R., Théâtre du Faux Coffre), fait des mises en scène (Théâtre CRI, Théâtre 100 masques) et des conceptions sonores (Théâtre CRI, Théâtre 100 masques, Les Têtes Heureuses, Théâtre du Faux Coffre). Patrice Leblanc est tellement passionné qu’il a cofondé une compagnie de théâtre - le Théâtre du Faux Coffre - pour laquelle il incarne l’un des personnages phares, celui des fameux clowns noirs qui est prénommé Trac. Il a participé à plusieurs projets cinématographiques et il fait partie de la troupe de danse Racines (gumboot). Au Théâtre La Rubrique, on a pu le voir dans La nuit où il s’est mis à chanter, les deux éditions du Cabaret des nuits blanches, Il pleut des vies, Le Déluge après et L’Espace entre Nous.


neidémoC seL

Sara Moisan

Sara Moisan a complété une maîtrise en théâtre à l’UQAC dans le cadre de laquelle elle a présenté une création originale intitulée Morceaux Choisis. Comédienne au Saguenay depuis plusieurs années, on a pu la voir dans les productions du CRI (Le Roi se meurt, L’Opération) du Théâtre 100 Masques (Les Nuits blanches, Les Précieuses ridicules, La Serva Amorosa) du Théâtre La Rubrique (Le Festin) et avec Les Têtes Heureuses (Capitaine Fracasse, Guerre, La Cerisaie). Elle a également participé à deux créations du Théâtre à Bout portant (Les Immondes, Rage). Depuis 2007 elle assure la direction générale du Théâtre de La Tortue Noire, avec lequel elle a participé à la création de Kiwi et de Les Témoins. Elle se consacre de plus au clown thérapeutique, au sein de l’organisme SOS Clown.

Guillaume Ouellet

Jeune artiste multidisciplinaire, il poursuit présentement des études à la maîtrise en arts à l’UQAC. On a pu voir son travail dans différentes expositions et divers projets de création touchant à la musique, aux arts visuels, au théâtre, à la télévision et au cinéma. Plus récemment, il a fait partie de la distribution de la pièce Ubu roi adaptée par les Têtes Heureuses, de la phase 00 du projet Dragage sous la direction de Jean-Paul Quéinnec et de la pièce L’Ordre du monde de Dario Larouche dans le cadre d’une micro résidence pour le Théâtre 100 masques. On a aussi pu le voir à l’œuvre dans la production Charles et Berthin, du Théâtre La Rubrique.

Guylaine Rivard

Directrice artistique au Théâtre CRI, elle a complété une maîtrise en art à l’UQAC. Artiste polyvalente, elle a joué entre autres dans Je ne pensais pas que se serait sucré, Le Festin, Toilette de soirée, Celle-là pour La Rubrique, Onan, Richard II, Le malade imaginaire pour les Têtes Heureuses, Le Roi se meurt, Dër Cabaret, Les Nuits de Madame Lucienne pour le Théâtre CRI, Les Témoins pour La Tortue Noire, ainsi que dans Morceaux choisis, Les Mains bleues et À tour d’rôles, des productions autogérées. Elle signe plusieurs mises en scène avec le Théâtre CRI - Parents et amis sont invités à y assister, L’Opération, Gargantua, Poupzée (Masque de la contribution spéciale) - et plusieurs autres, dont deux Cabarets des nuits blanches avec La Rubrique, Les jeux de la Nativité avec Le Choeur Amadeus, Pièces Montées et Kiwi avec La Tortue Noire, gagnant du prix GALLERY CHAGALL AWARD lors du «Festival for a contemporary social dramaturgy themes» en République Tchèque.


Scénographie et éclairages | Serge Lapierre

Les Concepteurs

Concepteur de décors, de costumes, d’accessoires et de marionnettes, il collabore avec le Théâtre La Rubrique depuis 1993 et en est le directeur technique depuis 2000. En 17 ans, il a fait plus de 30 conceptions (costumes et/ou accessoires et décors) sur plus de 25 productions. Il a, entre autres, fait les costumes pour les Feluettes et les Sept jours de Simon Labrosse, les décors, accessoires et costumes pour Les Vacarmes, Laguna Beach, le Cabaret des nuits blanches, Jacinthe Rioux, 609 St-Gabriel et l’Espace entre Nous, ainsi que les décors et accessoires de Celle-là, le Désir, le Festin, Je ne pensais pas que ce serait sucré, Une maison face au Nord et Charles et Berthin. Il a également conçu pour Shème Danse, le Théâtre Les Amis de Chiffon, ainsi que le Festival international des arts de la marionnette ManiganSes.

Costumes | Jacynthe Dallaire

Ayant fait son cours en théâtre à l’université de Moncton en 1980, Jacynthe Dallaire se découvre une passion pour les costumes et ne cesse d’évoluer dans ce domaine. Des Amis de Chiffon à l’ONF, elle habille des comédiens, des chanteurs de la SALR, des danseurs, des marionnettes et fait même des mascottes qui se promènent dans la ville lors de grands évènements. Elle conçoit et réalise divers costumes pour plusieurs troupes de la région et de l’extérieur. En 2009, elle reçoit le prix d’excellence Jean-Guy Barbeau du Conseil des Arts de Saguenay pour l’excellence de son travail en région depuis 30 ans. Elle a déjà créé pour La Rubrique et se passionne toujours autant d’habiller tout ce beau monde. 

Environnement sonore | Bruno Chabot

Fort d’un parcours d’études très diversifié échelonné sur toute sa carrière, on a entendu Bruno Chabot jouer au sein du Quatuor Gardel, de l’Orchestre de Chambre de l’OSR, de l’Orchestre Symphonique du Saguenay – Lac-Saint-Jean, l’Orchestre de Chambre de Baie-Comeau, ainsi que pour des troupes et compagnies comme Les Farandoles et Migrations. Depuis ses premières mesures professionnelles au début des années 1970, sa feuille de route est ponctuée de nombreux arrangements, entre autres pour le Quatuor Gardel et l’OSSLSJ. Il est aussi improvisateur au sein de la ligue d’Improvisation musicale du Saguenay, et l’un des fondateurs du CEMBAND. Sa première collaboration avec le théâtre La Rubrique remonte en 1993 alors qu’il assumait les rôles de directeur musical et musicien pour la production Les Feluettes.

Images vidéo | Boran Richard

Au cours des dix dernières années, Boran Richard a développé une pratique artistique en cinéma d’animation, en photographie et en infographie. Ses films ont été diffusés dans une soixantaine d’événements internationaux (Canada, États-Unis, Mexique, France, Angleterre, Australie, Grèce, Israël, Slovénie, Asie). Il a participé à différents événements en arts visuels dont le Symposium de Baie-St-Paul en 2006. Depuis trois ans, Boran a collaboré sur quelques productions théâtrales avec Daniel Danis, Jean-Paul Quéinnec et Émilie Gilbert-Gagnon. En janvier 2011, il lançait son premier livre de photographies, intitulé Cécité nocturne. Il travaille présentement sur un projet de film avec Alain Corneau.

Assistance à la mise en scène | Christian Ouellet

Depuis sa sortie de l’UQAC, diplômé du baccalauréat interdisciplinaire en art, on a pu le voir à titre de comédien dans : Richard II , Le Misanthrope, Capitaine Fracasse, La Cerisaie et Ubu roi (Les Têtes Heureuses), Toilette de soirée et le Festin (Théâtre La Rubrique), Andromaque et La Serva amorosa (Théâtre 100 Masques), Un violon sur le toit et Miss Saïgon (Société d’art lyrique), Barabbas dans la Passion et Le Clown noir au masque de fer (Théâtre du Faux-Coffre). Il fut metteur en scène de quelques pièces, dont Job (UQAC), Onan (Les Têtes Heureuses), Les Précieuses Ridicules et Le Médecin malgré lui (Théâtre 100 Masques), Pour faire une histoire courte et Là (Théâtre Mic-Mac), Entre-Deux ainsi que Charles et Berthin (Théâtre La Rubrique). Il a également fait de la tournée pour les Jeunesses Musicales du Canada avec l’opérette La Veuve joyeuse et joué dans La Marea, au Festival TransAmérique.


Chicoutimi | 545-9392

2135, rue Saint-Dominique Jonquière (Québec) Tél.: (418) 542-8900 Fax : (418) 547-4727 1 800 265-0089

2163, rue St-Dominique, Jonquière (Québec) 418-542-3240

La Baie | 544-7789

Jonquière | 542-7585 Alma | 668-3622


Toute notre reconnaissance va aux six auteurs sans lesquels ce projet inusité n’aurait pu voir le jour. Merci aussi aux gens de cœur qui ont accepté d’être les présidents d’honneur de notre première bénéfice : Diane Aubin (Diane Aubin Fleuriste), Gilles Blackburn (Fromagerie Blackburn), Claude Delisle (École de massothérapie Claude Delisle), Steeve Laliberté (Laliberté audioprothésistes), Marie-Josée Perron (Cliniques visuelles Optimum) et Éric Trudel (Wendigo Studios). Un merci particulier à Mme Lise Laroche et au personnel du Centre culturel du mont Jacob, du service des immeubles et parcs de la Ville de Saguenay ainsi que du service des Arts, culture, communautaire et bibliothèque de la Ville de Saguenay. Merci à Alain Corneau, Alexandre Nadeau et Marie-Christine Bernard pour leur aide et leurs précieux conseils. Merci au conseil d’administration du Théâtre La Rubrique Pierre-Paul Legendre (président), Pauline Tremblay (vice-présidente), Hélène Deschênes (administratrice), Céline Gagnon (administratrice), Rachelle Gagnon (administratrice), Benoît Lagrandeur (administrateur), Lyne L’Italien (administratrice). Merci enfin pour l’engagement des artistes et artisans qui compense le sous-financement des arts par l’État.

Merci à nos partenaires!

Les Sens - Programme  

Brochure, 12 pages.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you