Issuu on Google+

Il n’y a pas de solutions parce qu’il n’y a pas de problèmes. Marcel Duchamp


Marie Leclercq

LES CYGNES N’AIMENT PAS LES RAIES ET C’EST RÉCIPROQUE.

DNSEP Éditions d’auteur, médiatisations. École supérieure d’art de Bretagne, site de Rennes. 2012


Conflits de canards

9

Montée des tensions

23

Frictions internes

46

Tiraillements identitaires

71

Discordes chroniques

87

Dégâts collatéraux

109

Sources de problèmes

131

Armistice

137

5


CONFLITS DE CANARDS Je déteste quand une personne renifle derrière moi toutes les huit secondes, avec la précision d’une horloge atomique.

7


Nouvelle loi universelle sur les relations palmipèdes-rajiformes ? Règle grammaticale biologique ? Règle universelle ayant sa réciproque, qui trouve son sens dans l’expérimentation. Le langage, le conflit, le non-amour universel, l’humour et le jeu de mots, l’ambiguïté établie et le non sens. C’est comme ça et ce n’est pas autrement. Dans la vie certaines choses ne changent jamais, et les cygnes n’aimeront jamais les raies. Plus qu’une incompatibilité amoureuse, c’est une règle universelle. Jamais vous ne verrez un cygne parler à une raie, et encore moins une raie inviter un cygne à prendre le thé. Jamais vous ne verrez Le lac des Raies interprété par un cygne, ou une raie signer la raie d’un cygne... et vice-versa... Il y a de ces conflits qu’on ne peut régler puisqu’il n’y a jamais eu de référent de paix auparavant. Je n’ai jamais vu un cygne serrer la main d’une raie, ment-elle ou non. Alors pour moi, les cygnes n’aiment pas les raies, et c’est réciproque. Raisonnement illogique basé sur des preuves supposées. Problème de communication entre les espèces ? Elles ne parlent probablement pas le même langage... Le mien est obscur, des fois, et parfois il coule de source. Il s’égrène et se «grappe» parfois, hétérogène. Chaque grain peut se déguster seul, entier ou en jus, voire en purée. Si l’un a un goût bizarre, vous aimerez peut être le suivant. Il faut piocher, après c’est au petit bonheur la chance. Vous serez tantôt raie, tantôt cygne, et je serai tantôt cygne, tantôt raie.

8


9


10


Camille vient d’avoir les clefs de sa nouvelle maison. Céline et moi lui avons proposé de venir l’aider à arracher le papier peint. Pour nous remercier d’avance, elle nous a préparé des gambas sauvages à l’origan flambées au whisky, une merveille. Dix minutes plus tard, chaque lambeau de tapisserie qu’on tirait avec nos ongles sentait la pisse de chien.

11


J’ai appris comme nous tous les règles de grammaire, sur mon banc d’école primaire, en polycopiés découpés collés avec la date du jour dans le carnet au protège-cahier orange. Il y la règles des accents « graves » et « aigus » . C’est comme ça et pas autrement. Je l’ai oubliée, on m’a rappelée à l’ordre, on m’a crié dessus, on m’a rayé en rouge mes accents, et gribouillé mes chiffres à l’envers... On m’a dit que je n’entendais que ce que je voulais. « Combien de fois je te l’ai dit, les cygnes n’aiment pas les raies ! »... Au bout d’un matraquage de vingt trois ans, c’est acquis. Et ça ne changera probablement jamais. Les cygnes n’aiment pas les raies, et j’ai intérêt de m’en souvenir. Aujourd’hui je fais mes accents dans le bon sens, et je ne fais plus mes chiffres à l’envers si je ne réfléchis pas. Je n’ai jamais demandé de preuves, c’était peut-être les autres qui se trompaient. C’est peut être eux qui étaient dyslexiques après tout. Je me suis dis ça pour la première fois à onze ans, le jour ou ma classe et moi étions parties voir une exposition sur le port de Brest au XVIIIe siècle. On nous y montra des cartes d’époque. Personne n’avait reconnu la pointe bretonne, sauf moi. À l’époque, la convention Nord en haut et Sud en bas n’existait pas encore. Alors je me suis dit qu’on me faisait vraiment une crise pour rien, pour ces foutus accents... Et j’ai aussi compris que le sens devrait s’écrire S.E.N.E.S à double sens, et que le pourquoi n’a qu’une réponse : le « parce que ». Donc on m’avait attribué depuis mes cinq ans un manque de maturité pour des chiffres à l’envers, mais pendant 1800 ans on a fait des cartes dans le mauvais sens ! Une injustice, en somme. Aujourd’hui je suis rentrée dans le moule. Mais pour ne pas donner raison à tous mes maîtres, je continuerai à glisser une faute ou deux ici et là.

14


Pages 16-17: Loxondota ultime

15


16


17


Si vous demandez au gens qui me connaissent « comment je suis » , on vous répondra probablement « bordélique ! » . Bordélique, c’est quoi ? Pour moi, c’est une concentration de choses au même endroit. Plein de petites choses, sans rapport universel entre elles. Elles suivent une logique temporelle, forment des sédiments. Si les géologues étudiaient les sédiments rangés par minéraux dans des éprouvettes, l’histoire du monde ressemblerait à une fiche de comptabilité. Ranger est pour moi une injustice totale: pourquoi forcer des objets à cohabiter par utilité, forme ou taille ? On m’a toujours dit de ne pas ranger les gens dans des cases, que la mixité est la base d’une société équilibrée et riche. Alors pourquoi comptabiliser plus d’heures de punition, de séquestration pour mon rangement cosmopolite que pour méchanceté envers mon prochain ? De la même façon, je n’ai jamais réussi à jouer d’un instrument de musique, tenir un journal, ou même un carnet. Non pas par lassitude, mais par envie de profusion. Trop de choses pour s’en tenir à une seule. Le passionnel exclusif n’est pas ma tasse de thé, mais l’exclusivité de la passion l’est. Je papillonne, renifle, découvre, je prends et je garde. Je ne jette jamais, je stocke. J’aime les dépotoirs, les choses laissées en plan. Petite, je voulais être archéologue. Gratter les couches et tomber sur des trésors. Mon bordel à moi est un champ de fouille. Je ne sais pas moi-même sur quoi je vais tomber, quelle couche je vais entamer. Si je retrouve une image, elle retrouvera une vibration, à coté d’autres choses, nouvelles ou non. Je vois un peu mon travail comme un Rubix Cube dans les mains d’un singe. Plein de couleurs, de déceptions parfois, de fausses joies, la satisfaction d’une face complète et le désespoir de voir les autres toujours bariolées.

18


Mais toujours la joie de voir les faces bouger. Si une face est complète, rangée, alignée, que faire de plus une fois qu’on a compté les cases ? On aura toujours peur de la déranger, au risque de ne plus jamais la retrouver. Mon travail est un peu comme tout ça. Je n’ai pas de grand thème à creuser, de grands problèmes de société à soulever. Je veux rester dans l’humilité, le personnel, l’autonome et l’unique. Car je ne vaux pas mieux que les autres; car je ne veux pas parler de ce que quelqu’un connaît mieux que moi. Si je parle de choses que personne ne connaît, alors je parlerai à tout le monde. Chacun les comprendra à sa façon, moi la première. Mes conflits sont ceux de tout le monde, mes rêves s’emboîtent aux vôtres. De la même essence, de la même matière, mais pourtant si différents.

19


MONTÉE DES TENSIONS Je déteste marcher le matin sur un mouchoir qui n’est pas le mien, plein comme un ravioli et qui vient remplir l’espace entre mes orteils d’un liquide visceux.

21


22


À côté de moi dans le TGV RennesBrest, un Brésilien un peu maniéré écoute de la musique à fond pour en faire profiter toute la voiture. Les gens sont au bord de la crise de nerfs. Moi ça ne me gêne pas, je somnole contre la vitre. Maintenant, je connais par cœur « J’ai mis ma vie en quarantaine » de Dalida.

23


24


J’ai peur de pas tout comprendre....

25


24x24 cm. Impression numérique couleur. 48 pages. 2007-2011

Pourquoi les choses ont-elles un sens ? Pourquoi les choses auraient-elles un sens ? Le livre doublement intitulé Pourquoi les choses ont-elles un sens. et Pourquoi les choses auraient-elles un sens ? questionne la notion de « sens » et d’appropriation d’une image ou d’un texte, d’une image et d’un texte et la frontière entre rationnel et sensibilité. Faut-il nécessairement donner un sens aux « choses » ? Quelle valeur donner à la perception subjective de ces dernières ? Ce livre à double sens fait côtoyer deux réponses à ces pourquoi. D’un côté, un extrait du livre Pourquoi les choses ont-elles un sens. de Pierre Jacob, philosophe français, intitulé « La Théorie computoreprésentationnelle », offre un raisonnement mathématique d’une complexité extrême au lecteur non initié pour démontrer le sens d’une chose. Si l’on ouvre le livre dans l’autre sens, si on passe par derrière, une série de photos aux limites de l’abstraction côtoie les vers d’un poème anonyme d’une grande simplicité, ouvrant toutes les perspectives possibles sur un imaginaire propre à chacun. Deux réponses à la plus vieille question philosophique du monde.

26


Double couverture.

À gauche, Pourquoi les choses ont-elles un sens. À droite, Pourquoi les choses auraient-elles un sens?

Double page de la partie Pourquoi les choses auraient-elles un sens.

27


LE FRIZBEE

(image non contractuelle)

!tilt! 28


Ça a fait Tilt tout de suite...

29


Projet éditorial, impression noire sur papier couleur, 15X15, 10 fascicules de 24 pages. Coffret carton, toile et plexiglas.

!TILT! « Quel est le rapport entre un arrosoir et une cocotte minute ? Entre un disque dur et un frigidaire ? Entre un avion et un jacuzzi ? » Aucun ? Détrompez vous, les plus grandes inventions naissent de petits accidents. Durant un petit voyage dans le XXe siècle, on saute d’inventions en inventions ayant révolutionné le quotidien, de lino-gravures au texte, de l’incompréhension à la curiosité, de l’amusement au savoir. Pour avoir retrouvé le plaisir de raconter des histoires, par le ton des textes  : l’humour ; ses thèmes : l’acte manqué, l’accident, le quotidien; par son mécanisme : les associations improbables entre texte et image, TILT a marqué un réel point de départ.

30


Chaque livret correspond à une décennie.

Chaque double-page correspond à une invention.

2.

Un coffret rassemble les dix livrets.

31 31


32


Espèce de ************************ !

33


Atelier d’écriture animé par Valérie Gallard. Déclencheur: «Faites une liste de noms d’oiseaux»

Noms d’oiseaux Ceci n’est pas un travail de longue haleine. Cela relève presque de l’écriture automatique. Un déclencheur: « Faites une liste de noms d’oiseaux »... Le challenge: trouver des noms d’oiseaux auxquels personne ne pensera. Les oiseaux, je n’y connais absolument rien... Qu’à cela ne tienne, un oiseau au fond c’est quoi ? Un bec, des plumes, deux pattes, deux ailes, juste des noms à décliner Et c’est parti, en dix minutes, vingt-quatre nouvelles espèces à plume venaient enrichir le répertoire ornithologique, parmi lesquelles: Le pinsonnet à bec noir Le paradisier du Calvados La meurotte tisserande... Et bien d’autres encore. La bergeronnette nordique ou le maquisson à tête bleue ne viendront probablement jamais chanter sous nos fenêtres, mais la simple évocation de leur nom laisse caresser l’hypothèse de leur existence. Le fait même de s’interroger sur leur apparence les rend aussi crédibles que l’oiseau exotique rare répertorié en Afrique équatoriale. Ce minuscule exercice a été déclencheur dans mes questionnements autour des néologismes et de l’écriture ou comment grâce à la syntaxe on peut créer des extensions du réel. Je garde cette liste dans le tiroir des pistes de projets. Cet exercice m’a poussée à m’intéresser de plus près à des mouvements littéraire tels que l’OULIPO, pour l’idée de potentialité des mots, comme dans Cent mille milliards de poèmes de Raymond Queneau.

34


Le pinsonnet à bec noir Le galibon Le paradisier du Calvados La gingette cendrée Le coucou des montagnes La bécasse des cavernes Le pic-noix Le rouge-bousier La pignolette montbéliarde Le maquisson à tête bleue La bergeronnette nordique Le raymond chasseur La crissonette pique-chêne Le rouyaki de Bornéo La boutenelle des marais Le sifflotin à pattes bleues Le racletteau des Vosges La narinette pêcheuse L’aminelle du désert Le youkambo de Guinée La gourelle rieuse Le micolus à nez rouge Le perce-cerise La meurotte tisserand


36


« Bandes de cons, je fais comment, moi, maintenant ? »

37


Impression couleur, 48 pages, XXcm x XXcm, 2009, étude réalisée avec Mathieu Onuki, Sophie Onockx et Jérôme Rénia.

Chantier « La ville en tant qu’espace ordonné et organisé trouve quelque part dans ces bouleversements une dynamique tout à fait significative du développement urbain dans cette dernière. Dans Les Métamorphoses, Ovide définissait le chaos comme une masse grossière inorganisée et informe, mais c’est de ce gouffre sans fond que naquit le jour et la nuit, puis la terre Gaïa. Si du désordre naît l’ordre, alors le chantier est nécessaire à la vie même de l’espace urbain et à son renouveau. Il est passionnant de remarquer qu’une fois de plus, le désordre reprend le dessus sur la raison, de la même manière que la signalétique de chantier, hasardeuse, prend le pouvoir sur un code pensé de toute pièce dans sa forme, son support, son message. » Cette petite étude dans la ville de Rennes interroge le paradoxe posé par la signalétique de chantier sensée atténuer la gêne occasionnée par les travaux, mais qui, bien souvent, la renforce.

38


FRICTIONS INTERNES Je déteste que la lunette des toilettes soit encore chaude quand je m’assois dessus. En général, je préfère attendre qu’elle refroidisse.

41


42


J’ai participé durant ces deux dernières années à l’atelier de recherche et de création « Errances », qui offre la possibilité de s’inscrire dans un processus de création totalement libre, sous la paradoxale contrainte de produire sans auto-censure ni souci de cohérence. Jusqu’ici, il s’agissait d’une démarche que je m’étais, à tort, interdite et de ce fait, j’ai toujours eu la frustration de m’en tenir à un axe de recherche, de trouver la bobine avant de trouver le fil. J’espère, en entrant dans ce processus, avoir découvert mon univers, mon territoire d’expression. Je pense avoir vraiment joué le jeu de cette première phase de production et j’y ai trouvé beaucoup de plaisir. Je n’ai pas cherché à faire des séries, je n’ai rien censuré. À la fin de la phase dite de production, si je puis dire, intensive, j’ai pu dégager des inspirations littéraires récurrentes, une relation très marquée à l’absurde, des problématiques du corps, de la recherche d’identité et d’origine, ainsi que l’idée de polysémie, autant des mots que des images. J’ai pu découvrir que presque tous mes travaux traitaient de situations conflictuelles, produisant de l’embarras, de l’incompréhension ou du malaise. Cet arc a été véritablement déclencheur dans mon travail. Il m’a permis non seulement de revenir à l’écriture, mais aussi de dessiner un territoire plastique et narratif dont je n’avais jusqu’ici que l’intuition. http://www.errances.fr/?cat=129 : ce lien vous menera la cathégorie du blog de l’atelier « Errances.fr » qui regroupe toutes les chroniques postées durant la phase de recherche.

43


Impression couleur, 15x15cm, 155 pages

Si les voitures étaient en mousse Si les voitures étaient en mousse retrace en quelque sorte mon « errance » de quatrième année. Je ne voulais pas cloisonner mes chroniques par un chapitrage par thème ou par ordre chronologique. J’ai donc pensé ce livre comme une déambulation dans les chroniques où les pages sont reliées par associations d’idées, de formes et de sens de telle façon que le lecteur ne se pose pas consciemment la question d’une narration ou d’une chronologie mais parcourt de manière naturelle le livre, comme une balade dans un livre d’image. Cette édition fait pour moi office de mémoire de recherche puisqu’elle contient les origines de la plupart de mes projets. Elle permet au regardeur de mieux comprendre le ton de mon travail et l’univers dans lequel il s’inscrit. On y trouve également des chroniques totalement autonomes qui n’appartiennent à aucun autre ensemble que celui de Si les voitures étaient en mousse (page 45-46), comme la série « Contes de Noël ».

44


45


46


47


48


Dans la nuit, je me suis réveillée avec un faim terrible. Je me suis jetée sur le frigo. J’ai tapé dans le boursin, gobé un yaourt à la fraise, une tranche de jambon sec et du roquefort sur une tranche de pain rassis.

49


«On ne pouvait plus entrer dans la salle à manger. Le plafond rejoignait presque le plancher auquel il était réuni par des projections mi-végétales, mi-minérales, qui se développaient dans l’obscurité humide. La porte du couloir ne s’ouvrait plus. Seul subsistait un étroit passage menant de l’entrée à la chambre de Chloé. Isis passa la première, Nicolas la suivait. Il avait l’air hébété. Quelque chose gonflait la poche intérieure de son veston et, de temps à autre, il portait la main à sa poitrine. » Il est question d’un réalité déformée, onirique, incohérente, l’espace devient une chose abstraite. Boris Vian dans l’Écume des jours évoque cet univers à cheval entre rêve (ou cauchemar) et réalité, fait vibrer la fine frontière qui peut exister entre les deux. Quand l’inconscient entre en conflit avec le conscient, quand cette lutte se mue en malaise, les idées s’emmêlent, l’espace devient mou, oppressant ou abyssal. Le sommeil devient comme un sable mouvant, plus on se débat et plus on s’enfonce, la clé est de se laisser aller. Alors on remonte doucement, on flotte, et le trou se referme. Ici est évoqué « ce trou », cette excroissance de notre espace quotidien, dans lequel on se retrouve souvent pour des durées plus ou moins longues, ce trou qu’on ne peut pas reboucher, ce puits où s’accumule les tracas et les peines et dans lequel on se retrouve pris au piège quand l’inconscient les transpose au sensible. L’irritation morale devient blessure physique, l’oreiller devient guillotine, le lit devient un piège et les murs se resserrent. Il y a des jours, parfois, où le réveil ne sonne pas.

50


52


Mon trou J’ai un gros trou. Bah ouais, ça arrive… C’est débile mais c’est comme ça. C’est comme si je vous demandais pourquoi vous vous brossez les dents avant de manger… C’est con mais ça arrive. Ben moi j’ai mon gros trou, c’est ainsi et ça se passe de commentaires. Donc pour le coup, je voudrais que vous me lâchiez la grappe. Ahahahahahah. Comme c’est drôle. Vous rirez moins si je tombe dedans, parce qu’on dirait pas comme ça mais mon trou, il est immense. Et je pourrai même bien vous entraîner avec moi, il suffirait juste que je vous mente, et que je vous y tire par les cheveux. Et si je vous rate, au moins j’aurai une touffe pour me tenir chaud au fond de mon trou et vous une tonsure de moine.

53


Impression couleur, 12x12 cm, 36 pages

Mon trou Le livre Mon trou regroupe des chroniques ayant trait à cet état de flottement entre deux mondes dans lequel nous nous retrouvons souvent au réveil, dans cet état de mal-être qui naît lorsque l’inconscient semble encore en conflit avec le conscient, ou quand la douleur devient inconfort. Le texte page précédente est à l’origine de ce livre. Certains des textes sont composés en écriture automatique, mode d’écriture selon moi, totalement en phase avec le principe d’errance entre conscient et inconscient. De cette façon, je laisse la narration pure de côté pour entrer dans une écriture plus abstraite et plus expressive aussi, pour mieux évoquer un état, un trouble.

« Laisser le poème comme il vient, le tenir à l’abri de tout repentir ». André Breton

54


55


56


Ecchymose Faites entrer en collision le gris gravats du béton d’un pot de fleurs avec l’ivoire d’un tibia. Le pot gagnera contre la peau, c’est certain. Mais si l’histoire du pot s’arrêtera à ce KO, la peau n’en restera pas là. Le rouge essoufflé, le gris cendre sèche la plaie, comble la chair entamée. Puis la cendre s’effrite, et le gris de mes yeux s’y pose. Quand la chaleur monte, le bleu ternit et passe à l’orage. La cendre retombe et s’étend un peu plus. Du noir aux cendres, de la cendre au yeux, du ciel à l’orage et vient le lilas. Mais aussi vite qu’il est arrivé, il fane et pourrit, verdit et devient vert de gris. Ça gratte, on arrache l’oxyde et revoilà l’orage, l’orage d’hiver cette fois, opaque, cassant et douloureux. Il est temps de faire la paix et de laisser le vert de gris s’éclaircir jusqu’au vert d’eau. Alors les beaux jours reviennent et seule l’eau glacée fait se marbrer de bleu l’oxyde. Les saisons sont passées et l’ivoire n’est jamais revenu. Là où la chair a manqué, il n’y a que le lichen qui a repoussé.

57


58


Rendez-moi mes oreille(r)s En ce moment, je voudrais changer de matelas. Mes cheveux se coincent dans le sommier en métal et quand je ne reçois pas de décharges électriques, ils restent emmêlés. J’ai le choix entre rester couchée et blonde ou debout et chauve. Et je dois attendre dix minutes que ça repousse. À la fin c’est lassant.

59


60


Si la solution chimique ne vient pas Ă  bout du bouchon, essayez la ventouse.

61


62


Nuit de noce La première solution, la plus couramment envisagée, est le déboucheur chimique. Ils existent sous différentes formes : liquide, solide ou en gel. Il suffit de verser la juste quantité de produit et celui-ci va éliminer les impuretés. Il suffira alors de rincer en faisant couler de l’eau. Cette solution est très simple et très rapide, mais faites attention car ce sont des produits très toxiques et ils peuvent endommager les canalisations. Lisez donc très attentivement le mode d’emploi, et prenez toutes les précautions qui s’imposent en portant des gants pour éviter les brûlures. Si la solution chimique ne vient pas à bout du bouchon, essayez la ventouse.

Le mari sage est celui qui évite toute brutalité et ne se précipite pas. Les longues et belles galanteries dissipent toute difficulté. Quoi de plus beau que des paroles douces et envoûtantes de la part du mari, l’accueillant avec une telle galanterie et un coeur si tendre. La précipitation ne peut que causer la rupture du lien, car si l’homme attend et patiente, sa jeune femme aura le temps de se calmer, d’accepter et d’être heureuse.

63


Le texte Nuit de noce fait partie de l’ensemble Mon Trou. L’idée m’est venue par une association d’idée plutôt impromptue en retrouvant une image de trou d’évier rouillé (page 62) juste après avoir lu un texte explicatif sur la bonne façon de mener une nuit de noce dans la tradition musulmane. J’ai ensuite composé un texte mêlant le mode d’emploi de débouchage de siphon et ce texte sur le déflorage (page 63). L’association des deux prête dans un premier temps à sourire, puis déclenche une sensation de malaise. Je voudrais mettre en scène cette petite chronique en recréant dans un espace ce malaise en déplaçant le décalage entre l’image et le texte en décalage entre l’espace et le son. J’envisage un espace jouant sur les échelles, l’atmosphère chaude et le texte diffusé en boucle.

65


TIRAILLEMENTS IDENTITAIRES Je déteste plonger mes doigts dans mon sac à main et découvrir que le chewing-gum, que j’ai pris soin d’emballer dans un papier, a fugué pour aller s’adjoindre au contenu entier du sac.

67


J’ai voulu goûter une vodka citronbasilic. Le barman précise bien qu’il ne faut pas mettre son nez dans le verre avant de le boire. J’ai bien fait de lui désobéir : l’odeur était bien meilleure que le goût.

69


70


Après tout, je suis ce que j’ai envie d’être.

71


73


Serwatka La notion d’identité et les flottements inhérents à cette dernière. Qu’est-ce qui fait de nous ce que nous sommes ? Qu’est-ce que l’identité ? J’ai choisi quatre points parmi cette immensité qu’est l’identité: l’histoire familiale et les origines, la place dans la société, la personne physique et la culture. Souvent, ces quatre points entrent en contradiction et la recherche de l’un fait basculer l’autre. Par conflit identitaire, je veux parler des cases vides que nous passons notre vie à essayer de combler. Je suis issue d’une famille d’immigrés polonais. Je ne connais presque rien de l’histoire de cette famille dont paradoxalement j’ai hérité le plus. Les détenteurs de cette mémoire familiale ayant presque tous disparu et les liens entre les derniers francophones étant rompus, je n’ai à ma disposition que des documents sans légendes, des textes sans auteurs, des mélodies sans paroles et des lettres sans adresses. Alors je me les réapproprie pour reconstruire une légende familiale fantaisiste mais qui m’appartient. J’apprends à connaître les visages sur les photos, je ré-installe les personnages dans des histoires et retisse des liens imaginaires à la place des liens rompus. Nous sommes tous à un moment ou à un autre confrontés à cette reconstruction, soit parce que personne ne peut répondre à nos questions sur un passé, soit parce que la vérité ne nous semble pas assez singulière. De cette manière, nous nous construisons un passé pour rétablir un équilibre entre ce que nous sommes réellement et ce que nous voudrions être.

74


Doubles pages de Serwatka

75


76


« Claude Lecourt épousa Marie Leclercq à Povins le 30 janvier 1704; trois mois après, ils se quittèrent. Marie Leclercq vint s’établir à Paris, où elle ne se fit connaître que sous le nom de Mademoiselle ; elle se fit maîtresse couturière, gagna beaucoup et devint couturière de la reine. Claude Lecourt, son mari, se retira chez un parent qu’il avait aux environs de Povins. Marie Leclercq fit connaissance avec un nommé Rémi Raillard, maître d’hôtel du sieur de Viers : il paraît qu’il y avait entre eux une relation intime. Marie Leclercq, pendant ce temps là, devint enceinte; et le temps de ses couches approchant, elle se retira chez une sage-femme, où elle accoucha, le 2 septembre 1715, d’un enfant mâle, qui fut baptisé à Saint-Sulpice. Mais comme la sage-femme ne connaissait pas Marie Leclercq comme épouse Claude Lecourt, elle s’imagina que Remi Raillard, qui lui rendait de fréquentes visites pendant ses couches, était son mari; et elle fit baptiser l’enfant sous le nom de Raillard et de Marie Leclercq, son père et sa mère. Marie Leclercq étant décédée le 23 novembre 1739, le scellé fut apposé sur tous ses effets. » Répertoire universel et raisonné de jurisprudence, Volume 9 par Philippe Antoine Merlin.

77


78


Inflectere cursus sui vestigium Non Monsieur je ne travaille pas ici depuis des années. Non Madame, je ne suis pas experte en farine . Non je ne m’y connais pas plus que vous en pains et je ne dors pas avec ma blouse jaune… Si vous me demandez quelque chose qui n’est fait ni de farine ni d’eau, je vous enverrai à l’autre bout du magasin et vous vous rendrez compte de l’arnaque qu’une fois trop loin de moi pour vous rappeler mon visage. Alors vous redemanderez votre route à un probable autre intérimaire, qui vous renverra je l’espère à un autre point cardinal, et ainsi de suite jusqu’à ce que vous vous perdiez dans votre liste et dans votre rage.

79


80


C’est une plage du Nord, de la côte d’Opale. Ce pourrait être à Merlimont, ou au Touquet, de part l’espèce de clocher en bois qui dépasse des dunes. L’homme, à genoux dans la bâche, a l’eau qui mouille le bas de son caleçon de bain, visiblement bien sec. C’est sûrement son épouse qui lui a confectionné, comme les maillots des trois enfants qui l’entourent. On dirait même qu’il porte un marcel, tant sa peau blanche contraste avec le gris foncé de ses bras et de sa figure. Son regard glacial fixe l’objectif et le vent ne semble pas avoir raison de ses cheveux bruns soigneusement coiffés en arrière. Il ne sourit pas. Contre sa taille, il tient une petite fille de quatre ans, peut être cinq, qui fronce son nez, gênée par le soleil. Contrairement à son père, elle a l’air heureuse d’être là, malgré sa déception quant à la température de l’eau. Ses frères, accroupis de l’autre côté du père, semblent enfoncés dans le sable, l’eau jusqu’aux cuisses. Le plus petit est l’exacte réplique du plus grand, à la différence près qu’il tient négligemment un râteau qui trempe dans l’eau. Ils portent tous les deux ce que l’invention de l’élasthanne révolutionnera, c’est-à-dire des shorts en toile légère qui se détendent au contact de l’eau et qui viennent se coller aux fesses comme de la cellophane. Peut-être qu’ils viennent de se faire gronder, vu les mines déconfites qu’ils affichent et la distance entre eux et le père. La petite a mouchardé, le père a sévi et les deux gosses ont boudé... Sûrement... C’est pas toujours drôle les vacances.

81


DISCORDES CHRONIQUES Je deteste qu’on me tâte le biceps avec le dessus de la main quand on me raconte un truc sans intérêt.

83


Au premier tiers temps du match de hockey, j’avais mal au ventre tant j’avais faim. Je vais donc me chercher une barquette de frites. Quinze minutes de queue plus tard, je reviens toute heureuse à ma place avec mon paquet tout fumant. À peine mes fesses touchent-elles le siège que mon voisin de derrière me lâche un terrifiant coup de corne de brume dans l’oreille. Si celui de devant n’avait pas mis plus de temps que moi pour aller chercher sa bière, ma barquette de frites aurait fini dans son dos.

85


86


« J’ai toujours pensé qu’il y avait deux méthodes: agir directement sur le monde ou essayer de le transformer en s’en prenant à son image. » Joachim Mogarra

87


88


89


Jeune photographe de guerre Jeune photographe de guerre est en quelque sorte le book d’un photographe de guerre amateur qui souhaite se lancer dans la profession dans la région de Rennes. Ce travail soulève l’attirance simplement humaine pour le conflit quel qu’il soit. Les photographies rehaussées au Tip-Ex jettent un regard amusé mais faussement enfantin en projetant des scenarii plus ou moins catastrophes sur la vie de tous les jours. (Un tas de crottes de lapin devient un tas de grenades) . C’est un hommage au travail de Joachim Mogarra qui projette perpétuellement sur les objets du quotidien un imaginaire à la fois déstabilisant et décalé. Il privilégie toujours la liberté de production et le minimalisme technique pour aller à l’essentiel. Il ne cherche pas l’exactitude du propos mais convoque par le rapport texte-image une émotion, un regard différent sur un quotidien devenu banal, presque invisible, aussi invisible que nos défauts, nos vices. Tout ce que nous ne voyons plus. Prêter à sourire est pour moi le meilleur des moyens et permet à chacun de trouver sa fin. Le sourire et l’amusement sont une invitation: lorsque quelque chose nous fait sourire, soit parce qu’il fait écho à nous-mêmes, soit parce qu’il nous dérange, il laisse à l’esprit une marque. On s’y plonge plus volontiers. On s’y vautre même. La meilleure feinte qui soit est donc de camoufler l’inconfort par le confort. On peut se laisser séduire par la simplicité d’accès et ainsi entrer dans une réflexion sous-tendue. Jeune photographe de guerre relate un parcours dans notre quotidien à tous, dans sa factice cruauté. Le conflit est aujourd’hui une maladie chronique.

90


Mise Ă  feu pour bombe H 2008 SĂŠrie Les Briquets Photographie noir et blanc, gouache et encre 30,5 x 30,5 cm

91


92


« Non désolée c’était bien sa phrase ».

93


94


95


Impression couleur, 7 pages par pliage, 27 x 42 cm déplié, 10 x 10 cm plié.

Vox

murus

Sur un mur du centre historique de Rennes, un individu a un jour marqué « Ne travaillez jamai ». Quelques jours plus tard, un passant se trouva affligé de trouver une telle phrase montrée aux yeux de tous. Il ajouta dessous « Ou alors peut-être l’orthographe ». Une tierce personne qui n’approuvait pas la suite de la conversation, vint ajouter « Et la syntaxe ». Heureusement pour le correcteur orthographique, une autre amoureuse de la langue française le défend d’un « Non désolée c’était bien sa phrase ». Quelques semaine plus tard, l’estocade tombe dans un « non, elle pue ». Depuis le pignon s’est muré dans le silence. Cette minuscule anecdote est relatée dans une toute petite édition qui laisse les mots tagués parler d’eux-mêmes. Vox Murus fonctionne sur le principe du poster qui, par pliage, se transforme en petit livret de 8 pages.

96


97


« Andouille! Tarte, mes chapeaux! et vos motos, elles ne le sont pas, tartes! » Réplique de Madame Severin, acte III, scène V Naïves hirondelles, Roland Dubillard

99


100


101


« To be or not to be. Eh bien, ce n’est pas la question. Moi, je ne demande pas mieux. Qu’est ce que c’est qu’une noix? Rien du tout. Une noix, c’est une noix. Casser une noix, c’est casser une noix. D’un côté on casse des noix, de l’autre côté on raccommode la porcelaine cassée. Et peut-être que si demain on venait me proposer de raccommoder les noix que je casse aujourd’hui, peut-être que je ne dirais pas non. Ou alors, ou alors, ou alors, il ne fallait pas inventer les casse-noix, bande de saligauds, moi je prends les choses comme je les trouve ! C’est amusant, de casser des noix. Le bruit, quand j’étais petit, ça me faisait rire. Crac. Seulement maintenant, il faut faire attention à ne pas abîmer l’intérieur, parce que dans la confiserie, on ne plaisante pas. L’intérieur, ça ressemble à un petit cerveau, alors doucement ! On a pas le droit, hein ? On a pas le droit de vous les abîmer vos petits cerveaux. Faut faire attention. Faut être poli. Poli ! Hein ?... Pauvre Yorrick, va ! Eh bien moi, je les casserai comme je veux, mes noix ! (...) »

Réplique de Bertrand, Acte 2, scène 4, Naïves hirondelles, Roland Dubillard.

103


Livre non realisĂŠ

104


Roland Dubillard écrit en 1961 Naïves hirondelles, une pièce en trois actes et vingt trois scènes, à quatre personnages. L’histoire est simple: Bertrand et Fernand gèrent une boutique dans laquelle ils ne savent pas quoi vendre. Débarque la jeune Germaine, à la recherche d’un emploi pour répondre à l’annonce de Madame Séverin, propriétaire des lieux et chapelière de son état. L’impossibilité de communiquer et de parler, la difficulté de vivre, « l’absence au monde » régissent cette description d’un monde absurde et détraqué. Mon adaptation de Naïves hirondelles sera un livre à déconstruire et reconstruire. Les quatre livres correspondant à chacun des personnages qui composent l’objet seront entremêlés. Une fois l’intégralité de la pièce lue, les personnages seront entièrement séparés et les réunir relèvera du casse-tête. Avec ses 1500 pages, la manipulation devient de la manutention. En cours de réalisation au sein de l’atelier « Les états du livre », le but est de revisiter la manière de lire le théâtre tout en retrouvant le style déconstruit de l’auteur et l’absurdité de la pièce.

105


DÉGÂTS COLLATÉRAUX Je déteste trouver un cheveu qui n’est pas le mien sur ma brosse à dent. Et encore plus quand je ne suis pas sûre qu’il s’agisse d’un cheveu.

107


108


Mais c’est qui qui a éteint la lumière ?

109


DĂŠpliant made in light

110


111


Affiche 30x40 et dépliant 42 cm x 29,7 cm recto-verso, impression pantone.

Made in Light

Made in Light est une exposition qui s’est tenue dans la galerie du Cloître de l’École des Beaux-Arts du 9 mars au 7 avril 2011. Douze luminaires du Frac étaient mis en scène. Organisée et conçue par les élèves de quatrième année de l’option Design, je me suis chargée de la communication de l’exposition. Il était question de concevoir un document remis au visiteur qui puisse remplacer des cartels et fasse office de mini-catalogue d’exposition, contenant les informations sur chaque pièce et un texte explicatif (page 110-111). L’ensemble devait rester relativement simple pour une lecture optimale. J’ai donc opté pour une représentation sous forme de silhouette de chaque pièce. Pour l’affiche, le visuel est composé avec du texte (les noms des designers présentés dans l’exposition) en rapport avec la volonté de sobriété de la scénographie. Je ne voulais pas utiliser non plus d’image d’articles exposés pour ne pas mettre en avant une pièce plus qu’une autre au vue de l’hétérogénéité des luminaires présentés. Il était intéressant de travailler avec l’option design, mais aussi en relation avec l’administration, de me confronter aux notions de commande, de budget, de faisabilité et surtout de me remettre au design graphique.

112


Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin tjan Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroulle c David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Duboi s Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois LaArikBenn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Levy Rody GrauGarouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti mans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo MaBenn Ionna Vautrin Tom thilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La ccccc Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Exposition de luminaires de collection duIonna Centre des ArtsDavidPlastiques Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamola Mathilde Brétillot Ett La Benn Vautrin Tom national Dixon Erwan et Ronan Bouroullec Dubois Garouste etBertn Bonnetti ArikDixon Levy Rody Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Dixon Erwan Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin et etRonan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan BouRonan Bouroullec Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec Dav d Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumansroullec Ingo Maurer FranzDavid West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan BouDubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garoullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz rouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et BonWest Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Ariket BonLevy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec Davidnetti Dubois Garouste netti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody GraumansBenn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Marer Franz West et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot o Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo MaEtt La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn IonnaYam Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois GaArik Levy Rody Graumans Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti rouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti thildBrétillot Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde IonnaBenn Vautrin Tom Dixon Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La BennLa Ionn a Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody GrauVjan Dixon n Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin BerFranz West Yamo Ma- Erwan et R mans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer thilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Pot Erwan Ronan Bouroullec David Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan ettjan eoullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot ik Levy Rody Graumans Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Maurer Franz West Yamo Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans IngoIngo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec Ingo Maurer étillot Ett La Benn Ionna Vautrin Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo MauArik Levy Franz West Yamo Mathilde Br David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West rer EttFranz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ion na Vautrin Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo La Benn Ionna Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan BouGarouste et Bonnetti roullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et BonIonna Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Graumans Vautrin Ingo Maurer netti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Tom Dixon Erwan Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Potet Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste Levy Rody Graumans Ingo et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin ;;Bertjan Pot Erwan et Ronan BouMaurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan roullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois GaBrétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronanrouste Bouroullec David Dubois et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et BonGarouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo MaArik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy thilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett netti La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Arik Levy Rody Maurer Franz2011 West Yamo Mathilde BrétillotIngo Ett La Benn Ionna Vautrin Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Maurer DuGarouste9et Bonnetti mars auGraumans 7 Ingoavril Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo MaRody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrindu Tom Dixon Erwan et au Ronan Bouroullec David Duboisde Garouste et Bonnetti Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West lundi vendredi 15h àArik19h Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna thilde Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Brétillot Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste Ett La Benn et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Bertjan Pot Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Tom Dixon Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Galerie du Cloître, École régionale des beaux-arts de Rennes Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Ga34 rue Hoche, 35000 Rennes rouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy

Exposition de luminaires de la collection du Centre national des Arts Plastiques

MADE In

Light

MADE In

Light

Du 9 mars au 7 avril 2011

du lundi au vendredi de 15h à 19h

Conception graphique: Marie Leclercq

Sans titre-1 1

23/02/11 11:34:26

Galerie du Cloître, École régionale des beaux-arts de Rennes 34 rue Hoche, 35000 Rennes

Rody Graumans Ingo Maurer Franz West Yamo Mathilde Brétillot Ett La Benn Ionna Vautrin Bertjan Pot Erwan et Ronan Bouroullec David Dubois Garouste et Bonnetti Arik Levy Conception graphique: Marie Leclercq

Sans titre-1 2

23/02/11 11:31:52

En haut, vue de l’exposition, en bas le duo d’affiche de l’exposition. Double-page précédente, dépliant explicatif distribué à chaque visiteur.

113


Et j’ai Criée, Criééééééée....... !

115


Nous sommes restés dix heures en salle de montage. Je ne suis sortie pour aucun besoin naturel que ce soit. J’ai enfin compris ce qui passait par la tête du chien qui bouffe le cuir des canapés quand son maître est au travail. Dommage que les chaises soient en plastique.

117


Moscow Time Tout commence aux alentours du 15 janvier 2010. Olga Kisseleva, artiste russe, est alors la prochaine invitée d’honneur à La Criée, centre d’art contemporain à Rennes. Le vernissage aura lieu le 21 janvier, dans les murs mêmes de son exposition intitulée Divers Faits. Mais le traditionnel pain-pâté-chips arrosé d’une coupette de mousseux, non merci. À la place, elle décide d’organiser un banquet russe, en sept plats soviétiques, réunissant 50 invités. La critique du régime soviéique est évidente. Pour garder trace de ce dîner-performance, La Criée fait appel à trois étudiants de l’école pour filmer et monter un court-métrage qui trouvera sa place au sein de l’exposition comme rendu de la performance Moscow Time. Seokkyung Bae, Mathieu Onuki et moi-même avons donc capturé avec trois caméras les trois heures de festin, animé par deux acteurs portant des toats à la grandeur soviétique, à grande lampée de vodka russe et de bière, entre chaque plat. N’ayant pour ma part presque jamais utilisé l’outil vidéo, cette vacation a été pour moi une découverte et un plaisir riche d’enseignement. Profitant de l’expérience de mes deux collègues, je suis désormais beaucoup plus à l’aise sur les notions de tournage, de cadrage et de gestion du matériel. Toute la difficulté du tournage résidait dans le caractère improvisé du dîner: la performance n’ayant jamais été répétée avec les invités dans les conditions du lieu, il était très difficile de planifier une organisation entre caméra fixe, caméra mobile, et donc impossible de prévoir les images que nous pourrions obtenir. L’autre problème était celui de la prise de son, effectuée par un agent de la mairie et donc par la suite réussir la synchronisation du son et de l’image. Je n’avais personnellement jamais participé à un tournage, tenu une caméra et cette expérience a été tout à fait passionnante et m’a libérée de l’appréhension que j’avais par rapport à la vidéo. À la fin de ce repas, nous avons eu quatre jours pour monter les neuf heures de rushes et réaliser un film de 35 minutes. N’ayant que des bases de montage, j’ai plus travaillé au niveau de l’élaboration du film, sur sa cohérence et sa scénarisation. Au bout de trois jours de montage intensif, Moscow Time était né. 118


Extrait du film Moscow Time : les invités.

Extrait du film Moscow Time : Les deux acteurs animant le banquet.

Présentation de la vidéo dans l’exposition.

119


120


Ne nous arrêtons pas en si bon chemin ! Le film ayant totalement satisfait la Criée et Olga Kisseleva, nous prolongeons cette expérience par une période de stage de six mois (et même un peu plus), durant laquelle nous devons réaliser un DVD sur toute l’exposition et qui pourra, après validation de la Criée et de l’école, devenir le pilote d’une collection qui ouvrira une collaboration durable entre la Criée et les Beaux Arts. Encadrés par Alain Rodrigue, professeur de vidéo, nous nous sommes donc lancés tout les trois dans une longue aventure où tout était à créer (enfin presque). Nous devions prendre en main le logiciel DVD StudioPro, établir le programme du DVD, définir son contenu, son arborescence, créer une ligne graphique tenant compte de l’identité de la Criée, tout en conservant notre liberté d’étudiant quant à la création de cet objet. Le but n’est pas uniquement de « rendre » l’exposition qui s’est tenue à la Criée du du 21 janvier au 27 février 2011, mais de porter un regard plus large sur l’artiste, ses choix dans l’exposition, son parcours, ainsi que sur le centre d’art lui même, ses missions, ses acteurs, son fonctionnement. Sacré programme, en somme !

121


Divers faits, le stage, le dvd. Avant de penser au contenant, il fallait décider du contenu. Nous avons donc tracé trois fils conducteur dans le DVD: l’exposition, l’artiste et La Criée.

L’exposition Dans le menu exposition, nous retrouvons un plan interactif de l’espace d’exposition (ci-dessous) où chaque zone permet d’accéder à une pièce exposée. Le travail d’Olga Kisseleva dans cette exposition étant composé de photographies accompagnées d’un texte et de vidéos, dont Moscow Time, le support DVD est parfaitement adapté. Il a donc fallu contacter l’artiste pour obtenir le droit d’utilisation de ses œuvres. En travaillant en relation avec l’attaché de communication de la Criée, nous avons pu avoir quelques notions juridiques concernant l’exploitation des images et des œuvres.

122


« How are you », Installation vidéo.

Divers Faits Olga Kisseleva

Vue générale de l’exposition.

éditions Jannink, Paris, 2010

Série « Divers Faits »

123


L’artiste Pour la seconde partie concernant l’artiste, nous proposons à l’équipe de la Criée d’aller à Paris rencontrer Olga Kisseleva dans son atelier. Avec Marie Lemeltier, attachée de communication, nous préparons une entrevue et nous voilà dans le TGV, direction Rue du Chateau d’eau à Paris. Olga Kisseleva nous reçoit chez elle avec le sourire. Pour ma part, je prends le rôle de journaliste et me charge d’animer la discussion autour de Divers Faits. Mathieu et Seokkyung enregistrent et filment l’interview. L’expérience est tout à fait passionnante car nous sommes parfaitement autonomes pour réaliser l’interview. Après un bon thé russe, nous retournons donc à Rennes. Rencontrer Olga chez elle nous a permis d’entrer physiquement dans son univers. Nous avons pu, par exemple, voir le livre de cuisine soviétique qui a largement inspiré Moscow Time. Autant d’éléments qui nous ont permis de sortir du simple compterendu d’exposition. Nous nous retrouvons au final avec trois petits films: « Le projet Divers Faits », interview qui raconte la genèse du projet, « Et vous, comment ça va aujourd’hui ? », qui situe la place d’œuvres plus anciennes, et « La cuisine soviétique saine et délicieuse », sorte de petit bonus montrant l’artiste qui présente le livre de cuisine stalinien qui a inspiré le projet. Pour compléter le tout, nous avons intégré un petite biograhie écrite.

La Criée Cette partie a pour but de présenter le centre d’art de la Criée. Nous allons donc rencontrer tout les membres de l’équipe de la Criée, en demandant à chacun de se présenter, d’expliquer ses fonctions dans cette structure. Nous procédons à une deuxième série d’interview, juste sonore cette fois. Avec l’aide du régisseur Benoît Mauras, nous récoltons des images de toutes les expositions ayant eu lieu à la Criée, ainsi que des photos d’interventions extérieures du centre, comme des workshop, des résidences d’artistes... Sur cette partie du DVD, j’ai plus manipulé Final Cut pour nettoyer les bandes sonores et monter les images sur celles-ci. Je suis depuis beaucoup plus à l’aise sur cet outil.

124


Installation du matériel pour l’interview d’Olga Kisseleva dans son atelier.

Interview d’Olga Kisseleva.

125


La ligne graphique La charte graphique de la Criée a été crée par les graphistes de Lieux Communs. Relativement complexe par ses typographies adaptables à son éventail de logos, il a pourtant bien fallu s’y plier. L’enjeu était de créer un boîtier élégant et sobre, reflétant l’image de marque de la Criée sans pour autant tomber dans un objet institutionnel, qui pourrait faire parti d’une série, le tout façonnable par nos soins au sein de l’école. Afin d’avoir une idée plus précise des possibles, nous participons au workshop de reliure animé par la relieuse d’art Annie Robine dés le mois de janvier 2011. Elle guide nos premiers pas à travers les matériaux à utiliser, les mécanismes de boitages possibles pour un tel projets, etc. À l’issue de ce workshop nous avons quelques prototypes à dispositions et les grandes principes de l’objet sont fixés. Restent à trouver le bon papier et la bonne façon de l’imprimer. Je me rends donc à Paris au show room Antalys afin de selectionner de potentiels candidats. Dès mon retour nous réalisons cinq maquettes et la Criée fera par la suite son choix. La boîte sera donc noire, sérigraphiée en noir, elle-même recouverte d’un étui gris métallisé reprenant le « X » du logo de La Criée et sérigraphié en blanc à l’intérieur. À l’intérieur de la boîte une plaque en plexiglas sérigraphiée reprend le menu du DVD fixé par une pastille à droite de la boite. Après de nombreux essais de tirage, de taille et de correction du texte, La Criée reçoit ses 10 exemplaires numérotés le 21 novembre 2011. Le fait d’avoir réalisé un projet de la conception à la fabrication est une véritable préparation à notre prochaine entrée dans le milieu professionnel. Démarcher, trouver des matériaux, répondre aux questions de la diffusion et de la médiatisation, collaborer avec tous les corps de métiers présents dans un centre d’art, avec des artistes comme Olga Kisseleva et Annie Robine et travailler de manière autonome en équipe avec les deux autres étudiants et Alain Rodrigue sont autant de précieux enseignements qui nous seront utiles très bientôt.

126


Série de boites finales, boîtier et étui.

Intérieur de la boite et le DVD.

127


SOURCES DE PROBLÈMES Je déteste enfiler un pull en oubliant d’enlever mes lunettes et ne m’en rendre compte qu’une fois le nez et les binocles coincés dans le col.

129


Vian Boris L’écume des jours, 1947 L’arrache-cœur, 1953 Fante John Mon chien stupide Édition 10/18, 1987 Pennac Daniel Au bonheur des ogres Gallimard, Folio n° 1972, 1985 La fée Carabine Gallimard, Folio n° 2085, 1987 La petite marchande de prose Gallimard, Folio n° 2347, 1989 Monsieur Malaussène Gallimard, Folio n° 3000, 1996 Des chrétiens et des Maures Gallimard, Folio n°3134, 1996 Aux Fruits de la passion Gallimard, Folio n° 3434, 2000 Comme un roman Gallimard, Folio n°1995, 1992 Bassman Allan Oliver Horace Vermont, Blanc Éditions Philligranes, 2009 Murillo Christiane, Le Guay Jean-Claude Œsterman Grégoire Le Baleinié 1 et 2, Dictionnaire des Tracas Éditions Seuil, 2003 et 2005 Queneau Raymond Cent Mille Milliards de poèmes Éditions Nrf, 1961 Exercice de style Édition Folio, 1947

130


Dubillard Rolland Naïves Hirondelles Éditions Folio Théâtre, 1962 Lassière Éric Tous à vos mouchoirs, Éditions du Rouergue, 2001 Oldelaf La tristitude extrait de l’album Le monde est beau, 2011 Beigbeder Frédéric L’égoïste romantique Édition Grasset, 2005 Ostende Jean-Pierre, Mogarra Joachim L’art de la figue Éditions du Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur, 2007 Joachim Mogarra Éditions du FRAC Languedoc-Roussillon, 1993 Fischli Weiss, Fleurs et questions, une retrospective, Éditions du Musée d’Art Moderne de la ville de Paris, 2007 Mirandes Pascal Icares et autres pratiques hétéroclites, 2005 Fontcuberta Juan Volte-face, à l’envers de la science, les leçons de l’histoire Images et manœuvres éditions, 2000 Messager Annette, Les Messagers, à l’occasion de l’exposition au Centre George Pompidou Éditions Xavier Barral/ Centre Georges Pompidou, 2007 http://www.davidshrigley.com/

131


What’s a virgin mean de Davies Mickael 2 minutes 20, 2010 Micro dortoir De Bertels Lia 7 minutes, 2010 Ce n’est qu’un début de Pozzi Jean Pierre et Barougier Pierre 104 minutes, 2010 That thing you drew de Nash Will 15 minutes, 2010 Délicatessen de Jeunet Jean Pierre 99 minutes, 1991 Foutaises Jeunet Jean-Pierre 8 minutes, 1989 Avida de Delépine Benoît et De Kervern Gustave 83 minutes, 2006 Louise Michel de Delépine Benoît et De Kervern Gustave 94 minutes, 2008 Slitage Eklund Patrick 17 minutes, 2009 Clonk Lenclos Bertrand 17 minutes, 2010 132


133


134


ARMISTICE Je déteste croiser quelqu’un au saut du lit qui a la même tête ébouriffée, les mêmes yeux collés et la même haleine que moi.

135


136


Pour passer d’une première S à une terminale littéraire directement, la prof de français m’a vivement conseillé de lire Le procès de Kafka. Je lutte pour arriver au quart du livre, mais arrivée à la moitié je suis à bout de souffle. On ne sait pas pourquoi le personnage est en procès et ça m’énerve. Mon grand-père me vante cependant une fin formidable où tout est dévoilé. Je me relance donc difficilement mais avec motivation. Je l’ai fini. Le coup du « Si tu finis ton endive au jambon il y aura peut-être une mousse au chocolat en dessert. » marche encore sur moi.

137


Quand un homme trouve un marteau, tout commence à ressembler à un clou... Si on trouve un clou, on devient marteau ? Et si on devient marteau, si on nous trouve, le reste devient clou ? Et si tout devient un clou... Ben ça va pas être marrant... « Il n’y a pas de solutions, parce qu’il n’y a pas de problème. » Ça, c’est ce que dit Marcel Duchamp. Il n’y a pas de solutions parce qu’on aura toujours un problème. On essaie de dormir depuis deux heures et juste au moment où on s’enfonce dans le matelas... zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzZZZBzzzzZzzBZzzzBzzzBzzzBzBzzzzzzzzZzzzzzzzzzzzzzZzzzzzz On passe notre vie à chasser la mouche qu’on a invitée, parce que c’est trop calme et qu’on entend qu’elle, parce que, justement, c’est trop calme. Qui de la mouche ou de la tapette aura le dernier mot ?


139


« En argot, lire se dit ligoter. En langage figuré, un gros livre se dit un pavé. Relâchez ces liens là, le pavé devient un nuage. » Daniel Pennac, Comme un roman, Folio Gallimard, 1992.


Les cygnes n'aiment pas les raies et c'est réciproque