Issuu on Google+

architecte de hmonp _ mp.planche@gmail.com

Architecture Paysage Urbanisme

I + II

Marie-Pierre Planche

Portfolio 2007-2011


Curiculum vitae

Marie-Pierre Planche

Architecte diplomée d’Etat habilitée à la maîtrise d’oeuvre en son nom propre (ade hmonp) Le caire, 24200 Sarlat-la-Canéda mp.planche@gmail.com +33 (0)640595698

1985 . 06

Née à Sarlat, France

FORMATION ACADEMIQUE 2011 . 06 2010 . 10

Formation d’architecte-urbaniste Dsa Ecole de la ville et des territoires à Marne-la-vallée Projet urbain : Penser le cluster Descartes en 2050 Projet urbain : Densification dans la ville nouvelle de Sénart, étude commanditée par le Conseil Général de Seine-et-Marne

2009 . 06 2008 . 10

Formation d’habilitation à la maîtrise d’œuvre en son nom propre [hmonp] Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux [ensapBx] Formation professionnelle à l’agence W-architectures à Toulouse

2008 . 06 2007 . 10

2007 . 06 2006 . 10

Master 2 d’architecture - architecte diplômée d’Etat Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux [ensapBx] Projet de fin d’étude : Requalification des quais Bacalan-Bastide de Bordeaux, en salles des musiques actuelles, réflexions sur l’aménagement de l’espace public, la gestion des flux (véhicules, tramway, piétons...) Projet de master 2 : De gare en Garonne, création d’un pôle mutltimodal, projet exposé lors de la Biennale Agora 2008 à Bordeaux Mémoire: Que provoque l’instrumentalisation du patrimoine sur la ville et sa culture? A l’appui : la façade des quais de Bordeaux Master 1 d’architecture en échange Erasmus Escuela tecnica superior de arquitectura de granada [etsa], Espagne Projet de master 1 : Restructuration du quartier industriel de La Ermita, à Marbella, réflexions sur le tourisme et la privatisation de la Costa del Sol Workshop : La protection des rivières, montagnes, plages de Marbella

2006 . 06 2003 . 10

Licence d’architecture Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux [ensapBx] Projet de licence : Transformation et requalification de la cité du Grand Parc à Bordeaux

2003 . 06

Baccalauréat scientifique, spécialité mathématiques Lycée St Joseph de Sarlat-la-Canéda

2


EXPERIENCE PROFESSIONNELLE 2010 . 06 2009 . 07

Architecte collaboratrice Agence Coco architecture [Staubmann & Ramière] - Cénac (24) Concours d’un EPHAD à Salignac les églises (24) Concours de l’Ecole Internationale des sciences des technologies et de l’information [EISTI] à Pau (64) (responsable du projet) Esquisse-PC pour la construction des bureaux Coco architecture et d’un cabinet de kinésitherapie à Cénac (24) (responsable du projet) APD-PC centre de psychiatrie à Libourne (33) Concours d’un groupe scolaire à St-Pierre, La Réunion

2009 . 06 2008 . 10

Architecte collaboratrice (formation hmonp) Agen­­ce W-architectures [Raphael Voinchet & associés] - Toulouse (31) Concours collège de 700 élèves à Labarthe-sur-Lèze (31) Etude APS-APD du groupe scolaire Jean Moulin à Montauban (31) Concours du centre de musique à Tyrosse (64) Concours du centre d’innovation et de recherche circacien à Auch (31) Etude de définition du port de SOCOA à St-Jean de luz - Projet lauréat

2008 . 10 2008 . 09

Architecte collaboratrice Agence Coco architecture [Staubmann & Ramière] - Cénac (24) Concours de la faculté de langues, lettres et sciences humaines à Nouméa (Nouvelle-Calédonie) - Projet lauréat

2008 . 04 2008 . 03

Stage Agence Sarthoux & Michard - Bordeaux (33) Maquette 3D et relevé de la boutique Michard & Ardiller à Bordeaux

2007 . 09 2007 . 08

Stage de master Atelier Jean Nouvel - Paris (75) Esquisse (maquette, CAD) de l’hôtel de luxe Santa Giulia à Milan

2006 . 09 2006 . 07

Stage Agence Coco architecture [Staubmann & Ramière] - Cénac (24) Esquisse d’un loft à Périgueux (maquette 3D, CAD)

2005 . 08 2005 . 07

Stage de première pratique de la licence Conseil d’architecture d’urbanisme d’environnement [CAUE] de la Dordogne (24) Analyse territoriale du Parc Naturel Régional du Périgord Limousin

COMPETENCES EN LOGICIELS INFORMATIQUES

AutoCad 2008, 2009 (2D) (confirmée), SketchUp (confirmée), V-Ray, Adobe Photoshop (confirmée), Adobe InDesign (confirmée), Adobe Illustrator (confirmée), Adobe Première Pro (confirmée), MS Word, MS Excel, MS Power Point, Ms Outlook, Vector Works (débutante).

LANGUES & CENTRES D’INTERETS Anglais (bon niveau : parlé et écrit), espagnol (courant : parlé et écrit) Voyages (Royaume-Uni, Allemagne, Belgique, Espagne, Italie, Portugal, Maroc...) Intérêt dans l’art, la musique. 3

_PORTFOLIO 2007-20011


I

Travaux professionnels

6

Extension de l’université de Nouvelle-Calédonie CoCo architecture Octobre 2008

8

Ecole Internationale des sciences et de l’information CoCo architecture Septembre 2009

10

Bureaux CoCo architecture et cabinet de kinésithérapie CoCo architecture Novembre 2009

12

Le port de Socoa W-architectures Avril 2009

14

Centre de musique W-architectures Février 2009

16

Centre d’innovation et de recherche circassien W-architectures Juin 2009

18

Groupe scolaire Jean Moulin W-architectures Janvier 2009

4


II

Travaux étudiants

20

Sénart en Brie Dsa - Ecole des territoires de la ville de Marne-la-Vallée Février 2011

24

La sixième séquence des quais PFE - Master 2 - Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux Juin 2008

28

De gare en Garonne, étirer le pôle multimodal Master 2 - Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux Février 2008

32

Le quartier la Ermita Master 1 - Escuela tecnica superior de Granada Juin 2007

34

Une ville dans l’albufera Master 1 - Escuela tecnica superior de Granada Février 2007

5

_PORTFOLIO 2007-20011


6


I

Extension de l’université de Nouvelle-Calédonie NOUMÉA - NOUVELLE CALEDONIE CoCo architecture

COUPE TRANSVERSALE DD’ SUR LE PARVIS, L’AMPHI 250 ET LA LOGISTIQUE - 1/200°

COUPE TRANSVERSALE DD’ SUR LE PARVIS, L’AMPHI 250 ET LA LOGISTIQUE - 1/200°

Mission: concours, construction neuve, projet lauréat Maîtrise d’ouvrage: Université de Nouvelle Calédonie Maîtrise d’oeuvre: Architecture Composites (Jean De Giacinto) mandataire, Coco Architecture, P. Jarcet Programme : locaux d’enseignement, amphithéâtre de 250pl SHON : 4 500 m² octobre 2008

COUPE TRANSVERSALE BB’ SUR LES SALLE D’ENSEIGNEMENT LLSH - 1/200° CONCOURS D’EXTENSION DES LOCAUX D’ENSEIGNEMENT LLSH ET FORMATION CONTINUE / CARNET GRAPHIQUE / OCTOBRE 2008

21

COUPE TRANSVERSALE BB’ SUR LES SALLE D’ENSEIGNEMENT LLSH - 1/200° CONCOURS D’EXTENSION DES LOCAUX D’ENSEIGNEMENT LLSH ET FORMATION CONTINUE / CARNET GRAPHIQUE / OCTOBRE 2008

21

L’université de Nouméa est située entre Nouville et Magenta. Ces deux sites trop éloignés l’un de l’autre posent des problèmes d’organisation auxquels l’université met fin aujourd’hui, en quittant les locaux vétustes de Magenta pour développer le site de Nouville en un vaste campus. A Nouville, l’université profite de l’impulsion que lui apporte l’hébergement des Jeux du Pacifique en 2011 pour s’étendre et se réorganiser. La construction du département «Langues, Lettres, et Sciences-humaines, formation continue et vie sociale», est l’occasion de créer des locaux fonctionnels, surs, accueillants, et de participer à la structuration du nouveau campus. Cet édifice est un des premiers visibles depuis l’avenue James Cook, situé le long de la voie à flanc de coteau, face à la mer. Il est un élément signal pour le campus. Le parti architectural choisi souligne la linéarité du terrain naturel en terrasse et s’insère entre les deux programmes existants l’IUFM et le département DEG et ST. Le terrain a souffert de nombreux terrassements autres que ceux existants. Ainsi, une part importante du terrain constructible est rendue au paysage. Le projet tire parti au maximum de la topographie du site en s’y insérant de manière cohérante face aux éléments naturels: la mer, la baie, les collines, les terrasses. Le département LLSH s’organise comme des lames bâties sur pilotis dans lesquels s’articulent les différents espaces de travail et d’enseignement. L’organisation spatiale en séquences, séparée par des interstices ouverts sur l’extérieur (coursives, galeries) donneront de la souplesse et transparence au bâtiment.

7

_PORTFOLIO 2007-20011


AMPHITHEATRE

ENSEIGNEMENT_salle de cours classique

ENSEIGNEMENT_salle info/labo anglais

ADMINISTRATION TECHNIQUE

PROFESSEURS

RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT

ACCUEIL

DIRECTION/ADMINISTRATION

AMPHITHEATRE AMPHITHEATRE

ENSEIGNEMENT_salle de cours classique

ENSEIGNEMENT_salle info/labo anglais

ADMINISTRATION TECHNIQUE

PROFESSEURS

RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT

PROFESSEURS

VIE ETUDIANTE

ENSEIGNEMENT_salle de cours classique

ACCUEIL

ADMINISTRATION TECHNIQUE

LOGEMENT

ENSEIGNEMENT_salle info/labo anglais

DIRECTION/ADMINISTRATION

VIE ETUDIANTE

LOGEMENT

AMPHITHEATRE

ENSEIGNEMENT_salle de cours classique

ENSEIGNEMENT_salle info/labo anglais

ADMINISTRATION TECHNIQUE

PROFESSEURS

RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT

ACCUEIL

DIRECTION/ADMINISTRATION

VIE ETUDIANTE

LOGEMENT

LOGEMENT

VIE ETUDIANTE

DIRECTION/ADMINISTRATION

ACCUEIL

RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT

8


I

Ecole internationale des sciences des technologies et de l’information PAU - FRANCE CoCo architecture Mission : concours, construction neuve Maitrise d’ouvrage : Ecole internationale des sciences du traitement de l’information Maitrise d’oeuvre : Architecture et composites (Jean De Giacinto) mandataire, Coco Architecture Programme : locaux d’enseignement, amphithéâtre de 250pl SHON : 3500m² Septembre 2009 Le nouveau siège de l’EISTI est une figure de proue greffée sur la pénétrante allant de l’autoroute au centre-ville. Ce projet par sa position balise et sa fonction, réunit les conditions idéales pour être un pôle de communication et d’information à l’échelle de la ville. La transmission d’un message informatif se gerait par la peau de l’édifice avec un dipositif de «façade media». A un site urbain aux contraintes fortes, nous répondons par un nouveau type de spatialité, qui forment les éléments structurants de notre projet : le socle - le monolythe - la façade media. Ce socle répond à l’environnement très ouvert et destructuré qu’offre le rond point. D’une géométrie organique, il devient l’aménagement paysagé du projet. La sous-face abrite les principales fonctions d’accueil, le hall, la cafeteria, l’amphithéatre. La surface est un espace additionnel créant une interface d’échange de vie privée/publique. Comme suspendue au dessus du socle le monolithe reçoit les espaces de travail et l’enseignement sur deux niveaux rectangulaires. Les patios apportent de la lumière et jouent un rôle thermique dans la ventilation naturelle du bâtiment. A l’extérieur du monolithe, les façades se parent d’une peau photosensible, qui joue avec les teintes du ciel. Le rôle de l’EISTI est de former au traitement des informations informatiques, et à la maîtrise des nouvelles technologies, la façade pixelisée constitue un système d’abstraction et de superposition des réseaux virtuels et physiques.

9

_PORTFOLIO 2007-20011


10


I

Bureaux CoCo architecture et cabinet de kinésithérapie CENAC - FRANCE CoCo architecture Mission : concours, construction neuve PC - APS- APD Maitrise d’ouvrage : CoCo architecture et cabinet de kinésithérapie Maitrise d’oeuvre : Coco Architecture Programme : bureaux d’architectes et cabinet de kinésithérapie SHON : 280m² Novembre 2009 (date du PC) Il s’agit d’une construction neuve pour la SCI la feuillade, située le long de la voie départementale et à 6m de la voie. Ce bâtiment abrite un cabinet de kinésithérapie et un cabinet d’architectes, situés respectivement au rez-de-chaussée et au 1er étage. La bâtiment présente 2 niveaux habitables et un 3ème destiné à une terrasse accessible végétale, couverte de 2 pergolas en bois. La volumétrie de l’édifice respecte l’harmonie urbaine du bourg, au niveau de l’implantation et de sa hauteur. La construction est un système de poteaux poutres béton sur pré-dalles, entouré d»’une ossature de bois avec laine de verre, lui conférant une très bonne isolation thermlque. Le système de chauffage est une pompe à chaleur située en sous-sol. La volumétrie est recouverte d’une peau en bois perçèe d’ouvertures sur les 3 faces, et celle située au nord se différencie par une façade végétalisée, proche d’une maison voisine.

11

_PORTFOLIO 2007-20011


Vue sur le port de plaisance de SOCOA

3 – CONCEPT GENERAL

OJET

r, si le site de SOCOA est complexe, ces qualités ret sur la présence d’un paysage remarquable et d’acLes uns et les autres doivent être préservés tout en sion significative (port de plaisance) du port et une s qui sont déficientes sur le plan du paysage.

2.3 ANALYSE DU SITE : LES POINTS FORTS

2.3 ANALYSE DU SITE : LES POINTS FORTS

se du site, deux éléments apparaissent primordiaux ompte pour l’évolution du site.

acement du port de plaisance. Celui-ci ne peut se a partie de la baie limitée par la plage des dériveurs port actuel et la passe vers le nord. Cette position onférer au site une qualité paysagère qu’il est loin cela suppose de construire des quais et des digues ilaires aux ouvrages existants.

sation du relief du site. Outre, le relief périphérique es limites physiques et prégnantes, il faut souligner nord, il est constitué successivement par trois plahelonnés, mais actuellement peu lisibles [Plan A]:

pe du pont de l’Untxin jusqu’au chantier naval (aloù se situent les blocs, la maison des blocs et le

nstallé le parc de stationnement des automobiles et e moyenne 3,5 m),

Le Fort et ses digues

Le Fort et ses digues

Niveau colline + 20 NGF

Le Port

Niveau mer

Le Port

Niveau quai + 3,5 NGF

Point de vue crée Très intéressant

Niveau chantier naval + 4,5 NGF

Point de vue

Niveau maison des blocs + 7 NGF

d’eau (variable suivant les marées).

ort et incontournables (extension du port et relief) projet et utilisés le plus judicieusement possible à toute la zone centrale à aménager et pour conPrincipes deaucomposition ge nouvelle et forte faisant un écho fort et au du site aussi, à la plage et à la colline du cimetière marin

La Plage

La Plage

La Corniche

PLAN A - Altimétrie du site

La Corniche

PLAN B- Extension du port / digues

PLAN C - Eléments paysagers emblématiques

PLAN F - Points de perceptions du site

ETUDE DE PROGRAMMATION URBANISTIQUE ET ARCHITECTURALE DU QUARTIER DE SOCOA - CIBOURE [8]

PLAN C - Eléments paysagers emblématiques

PLAN F - Points

ETUDE DE PROGRAMMATION URBANISTIQUE ET ARCHITECTURALE DU QUARTIER DE SOCOA - CIBOURE [6]

E

12


I

Le port de SOCOA

CIBOURE - ST-JEAN DE LUZ - FRANCE

W-architectures Mission : étude de programmation urbanistique et architecturale Maîtrise d’ouvrage : Syndicat Intercommunal pour l’équipement et l’aménagement des communes de St-Jean de Luz - Ciboure Programme : port de plaisance, capitainerie, aménagement de l’espace public, stationnement, clubs nautiques, le chantier naval, réhabilitation du fort en lieu d’exposition SHON : 10 600 m² Juin 2009 Le projet repose sur trois éléments: - le port de plaisance: il est trés ordonné pour accompagner le port de façon calme. Il est desservi par des quais dégagés de tout traffic automobile, hors celui nécessaire à la bonne marche du port et aux activités navales. - un cheminement piéton continue. Un cheminement relie le pont de l’Untxin (doublé par une passerelle) au fort et aux digues. - le fort mis en valeur au service de l’océan. A l’extrémité du cheminement le fort reste le lieu où l’on rencontre l’Océan et où l’on est amené à rêver. Le donjon et les courtines seront restaurées. Une attention particulière a été portée: - à la séparation des circulations piétons et automobiles - à la necessité d’aboutir à un port de grande qualité non pollué d’automobiles - à la possibilité de conserver des places de sationnement en liaison directe avec les pôles d’activités du port. La mise en place d’un niveau de promenade haute est la résultante de plusieurs motivations: - amorce d’un second niveau de référence par la maison des blocs - potentiel foncier sous la dalle de la promenade en rapport aux activités maritimes et associations - élément fédérateur permettant l’occupation foncière dans le temps - contenir le sationnement automobile par rapport au front de mer.

13

_PORTFOLIO 2007-20011


Vue sur la façade des locaux d’administration

Plan R+1

Plan RDC

Coupe élèvation sur le patio

Elèvation coté voirie

14


I

Centre de musique

ST VINCENT DE TYROSSE - FRANCE W-architectures

Vue sur le patio, un espace privatif de détente

Mission : concours, construction neuve Maîtrise d’ouvrage : Communauté de communes Maremne Adoure Côte-Sud (MACS) Programme : auditorium, studios de répétition, salle de cours, administration, locaux techniques SHON : 2546 m² Février 2009 Offrir l’image d‘un bâtiment serein, qui s’inscrive résolument dans le paysage et qui sache assumer son statut d’équipement public structurant et symbolique. Le bâtiment en proue ouvert et dynamique - s’attache à créer un appel comme un logotype à grande échelle. Ce dispositif -continu- qui se retourne sur luimême permet de générer tour à tour des espaces extérieurs ou plus privés, des «entre-deux» ou au contraire des zones parfaitement définies. Le principe d’implantation et la composition paysagère retenue permet d’atteindre le triple objectif : - premièrement confronter l’image «d’équipement public» offrant au public deux grandes façades orientés vers le sud et vers l’est. - deuxièmement donner à la composition une direction et un mouvement, en déroulant un «ruban». Ce dispositif d’organisation permet de marquer le parvis est et l’entrée piétonne principale - troisièmement séparer les flux de circulations et privilégier les «liaisons douces», en repoussant le parking et la zone de livraison à l’ouest de la parcelle. Le bâtiment structure à lui tout seul le site sans autre artifice que sa volumétrie en mettant en scène ses propres horizons. Le traitement des volumes intérieurs s’attache à mettre en valeur l’arrangement et la continuité des vides. C’est ainsi que les murs porteurs des circulations réalisées en béton assurent, outre une excellente durabilité pour ces zones fortement sollicitées, l’unité spatiale recherchée. Aucun poteaux ne vient obérer la spatialité des espaces intérieurs.

Plan masse

15

_PORTFOLIO 2007-20011


Vue sur l’entrée principale du cirque

16


I

Centre d’innovation et de recherche circassien AUCH - FRANCE W-architectures

Vue sur le patio du bâtiment existant

Mission : concours, construction neuve Maîtrise d’ouvrage : Ville d’Auch Programme : espace d’acceuil, administration, hébergement des artistes, salle de répétition, cirque, stockage ateliers, locaux techniques SHON : 3689 m² Avril 2009 Si la symbolique de l’itinérance prend forme dans le chapiteau de toile, la permanence et l’image de stabilité de l’institution du CIRC s’expriment par le bâtiment « en dur ». Le projet a pour vocation de favoriser la transdisciplinarité des arts du cirque mais aussi « l’enracinement » pour offrir un véritable accueil des compagnies en résidences en leur donnant des conditions de travail optimales. Par son usage et son caractère, ce nouvel équipement s’attache à symboliser un territoire, une histoire du cirque liée intimement au développement culturel de la ville d’Auch. Le principe d’implantation et la composition urbaine retenus permettent d’atteindre un triple objectif : Premièrement, conforter l’image « d’équipement public », offrant un système d’accueil du public en équerre articulant l’espace public. Deuxièmement, donner à la composition une direction et un mouvement. Ce dispositif d’organisation permet de marquer le parvis sud et l’entrée piétonne principale réservée sans obérer. Troisièmement, séparer les flux de circulation et privilégier les « liaisons douces » en repoussant la zone livraison à l’est de la parcelle ; dissimuler également la zone de services et de déchargement. Le bâtiment structure ainsi cette zone du site à lui tout seul sans autre artifice que sa volumétrie en mettant en scène ses propres horizons. De permettre de s’affranchir de l’état sanitaire des structures attenantes. De tirer parti de l’architecture tramée du bâti existant.

17

_PORTFOLIO 2007-20011


18


I

VILLE DE MONTAUBAN

GROUPE SCOLAIRE JEAN MOULIN

Enseignement - Bâtiment HQE Groupe scolaire Jean Moulin

MONTAUBAN- FRANCE W-architectures

Vue sur le parvis d’entrée

Mission : APS-APD Maîtrise d’ouvrage : Ville de Montauban Programme : groupe scolaire, zone préélementaire, zone élémentaire SHON : 2250 m² Janvier 2009 L’idée qui fonde la proposition est la suivante : offrir l’image d’un bâtiment serein, qui s’inscrive résolument dans le « paysage industriel » et qui sache assumer son statut d’équipement public structurant et symbolique. Le bâtiment – ouvert et dynamique - s’attache à composer avec la pente et le dénivelé qui caractérisent le terrain. La composition, qui est conçue sur le modèle d’un ruban, se retourne sur elle même et n’offre pas de pignon, ni de hiérarchie entre les façades. Premièrement, conforter l’image de « d’équipement public », en plaçant le nouveau bâtiment au plus prés de la rue de Fonneuve. Deuxièmement, donner à la composition une direction et un mouvement, en déroulant un « ruban ». Ce dispositif d’organisation permet de marquer le parvis et l’entrée piétonne principale réservée à la maternelle sans obérer et l’accès à la cour des primaires. Troisièmement, séparer les flux de circulation et privilégier les « liaisons douces » en repoussant et le parking automobile au sud en limite parcelle ; dissimuler également au nord la zone de services et de déchargement, utilisée quotidiennement par le centre de restauration. L’architecture du bâtiment veut être la traduction fidèle de l’organisation fonctionnelle tant interne qu’externe. Le bâtiment, constitué par un « ruban » unitaire formant le volume unique et continu, abrite trois zones correspondantes aux trois fonctions du programme (zone des préélémentaires (maternelle), zone des élémentaires (primaires), centre de restauration et espaces adultes mutualisés. Ces entités sont organisées, en plan, autour des deux cours de récréation communes (en position centrale) et installent en coupe un système de terrasses pour aménager des échappées visuelles contrôlées qui profitent de la déclivité du terrain.

19

_PORTFOLIO 2007-20011


Paris

Paris

Sénart

Sénart

Melun

Melun

Stratégie territoriale à l’échelle de l’Ile de France

Evolution de l’urbanisation de la ville nouvelle de Sénart

RENFORCEMENT D’UNE URBANISATION ECLATÉE

1965

plateau de Brie

E vry

Evry

1985

POUR UNE PRÉSERVATION DES TERRES AGRICOLES

2000

2030

LA VILLE NOUVELLE DE SÉNART A CONSOMMÉE 30% DE SES ESPACES NATURELS, POLITIQUE D’UNE URBANISATION ETALÉE

Mise en valeur des routes départementales pour renforcer un urbanisme éclaté

20


II

Sénart-en-Brie

SEINE-ET-MARNE Dsa - Ecole des territoires de la ville de Marne-la-Vallée Objet : Projet urbain - Comment densifier dans la ville nouvelle de Sénart? Commande : Conseil départemental de Seine-et-Marne et l’Etablissement Public d’Aménagement de la ville nouvelle de Sénart Février 2011 À l’échelle du territoire de la ville nouvelle, Sénart s’est développée autour des bourgs existants. Les excroissances urbaines ainsi engendrées ont bien souvent atrophié les centres historiques. La croissance est sectorisée entre habitat et zone industrielle et colonisent les terres agricoles. Afin d’éviter l’étalement urbain et préserver l’économie agricole, notre première action est de conserver l’intégralité des terres agricoles. Répondant presque exclusivement au marché international, le territoire de Sénart doit développer parallèlement sa production de proximité. Cette préservation des terres agricoles va de pair avec l’optimisation de l’infiltration de l’eau dans le sol. La non prolifération des zones urbaines induit une production de la ville sur la ville. Pratiquée de façon opportuniste et raisonnée elle permettra un enrichissement des espaces urbains traités. La simplification du réseau secondaire participera à favoriser un réseau local. Il permettra aussi de développer des mobilités alternatives face au «tout automobile» actuel. Mais des déplacements plus raisonnés passent aussi par le développement des équipements de proximité existants qui participent à l’attractivité locale des bourgs.

La relation de limite aux terres agricoles

21

_PORTFOLIO 2007-20011

Pour finir, le village de Réau sera la démonstration de la démarche globale, d’optimisation du foncier. Il prend place dans le territoire agricole mais également sur le réseau autoroutier avec deux aires de repos. Le réseau de production à l’international existe, il faut en complément s’inscrire dans une production locale. La transition sera articulée par la construction du pôle agricole dédié au circuit court. Dans la limite du village actuel, des logements se développeront dans les espaces urbains disponibles.


Les terres agricoles

73%

soit 607 ha sur le cadrage

Les terres résultantes des terres agricoles

27%

soit 197 ha sur le cadrage

15 ha de terrain prévu par Réau soit 600 logements, avec un COS 0,4

Les terrains disponibles

Extension de Réau

35%

des terres résultantes des terres agricoles, soit 269 ha sur le cadrage

22


Axonométrie de propositions pour la densification de Réau et son extension vers son aire d’autoroute.

Propositions de densification, sur les délaissés d’infrastructures et de reconversion d’ancienne fermes agricoles en logements

23

_PORTFOLIO 2007-20011


La berge de la Garonne laissée à l’état naturel. Lieu d’amarage des bateaux de plaisance

Lieu marquant la fin des quais et l’entrée des bassins à flots

Projet de ZAC sur la zone des bassins à flots et projet du pont Bacalan-Bastide pour ceinturer les boulevards

24


II

La sixième séquence des quais

BORDEAUX Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux

Lus viris bon scioremquem uterusus, Quai Bacalan-Bastide

?

Master 2 - PFE Programme : salles des musiques actuelles (SMAC), aménagement urbain SHON : 4700 m²

Quai Bacalan Hangars commerciaux, parking

Quai des Chartrons Exposition, marché, skate parc

Juillet 2008 Le projet se situe à la fin de la promenade des quais, entre le futur pont Bacalan-Bastide, qui reliera les boulevards de la ville de Bordeaux, et les bassins à flots. Les différentes problématiques urbaines, notamment dans le croisement des fluxs (piétons, automobiles...), l’image de l’entrée de ville, le rapport paysager au fleuve..., m’ont motivée à choisir ce site pour mon projet de fin d’étude. Le projet s’insère dans la continuité de la façade des quais, classée au patrimoine mondiale de l’UNESCO, aménagés par le paysagiste Michel Corajou. La promenade se divise en cinq séquences reliées par un même traitement paysager ordonancé.

Quai Louis XVIII Parc

Quai de la Douane Espace vert jardiné, miroir d’eau

L’idée du projet est donc créer une sixième séquence en poursuivant la promenade et de s’imprégner des qualités naturelles, sauvages et patrimoniales de ce site abandonné. C’est un projet multiple : projet d’entrée de ville, projet d’infrastructure dans la gestion des flux, projet d’équipement public dans l’établissement d’un programme des musiques actuelles, projet paysager dans son rapport aux berges. Mais c’est un projet qui se veut avant tout généreux, ouvert sur le fleuve comme lieu de contemplation, mixant les fonctions (spectacles, restauration, bureaux, sationnement...)

Quai Ste-Croix Terrains de sport

Le bâtiment s’intègre dans le contexte urbain par ce mouvement dynamique linéaire puisé dans l’aménagement des quais. Il s’ancre à son site naturel pour laisser apparaître l’eau et la végétation de type marécageuse. Il réunit différentes activités en une plaque publique destinée à offrir des animations le long de la promenade des quais. Décomposition de l’aménagement des quais en 6 séquences

25

_PORTFOLIO 2007-20011


Principes d’implantation LINEARITE DES QUAIS

ACCROCHE A L’EXISTANT

POURSUITE D’UNE PROMENADE

Coupe edla salle des musiques actuelles au futur pont Bacaclan

26


Plan RDC

Un solarium sur la cafĂŠteria offrant une vue dur la Garonne

27

_PORTFOLIO 2007-20011


Lus viris bon scioremquem uterusus,

Lus viris bon scioremquem uterusus,

28


II

De gare en Garonne, étirer le pôle multimodal BORDEAUX Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux Master 2 - Projet urbain et d’architecture Programme: logements, bureaux, commerces, équipements sportifs, culturels, crèche. SHON: 16000m² La démarche du projet est guidée au départ par une analyse des flux à l’échelle du quartier StJean Belcier, au sud du centre ville de Bordeaux. Il apparaît des saturations à différentes échelles : routières, ferroviaires, transport en communs (tramway, bus). Un rééquilibrage modal est donc nécessaire afin de résoudre la saturation des flux et l’accessibilité à la gare. Le quartier de Belcier est séparé du centre-ville, et devient donc un point d’implantation stratégique dans la connexion de la gare vers la Garonne. L’objectif est donc de proposer un territoire intermodal pour la ville, il s’agit d’un «corridor urbain» qui condense une gare régionale, une gare routière, une promenade piétonne afin que les visiteurs puissent profiter du spectacle qu’offre le fleuve. A côté un quartier se développe, il s’agit d’un ilôt ouvert et mixte alliant commerces, logements, bureaux d’affaires, équipements publics sportifs, culturels...

29

_PORTFOLIO 2007-20011


Une esplanade le long des rails de train

Des commerces ouverts sur un patio

Rue piétonne à l’intérieur de l’ilôt

30


Plan RDC

Coupe transversale entre le corridor et l’ilôt mixte

Coupe longitudinale sur l’ilôt mixte

31

_PORTFOLIO 2007-20011


5

3 4

2

1

1.

2.

3.

4.

5.

Ilôt ateliers+logements

Ilôt ateliers + logements

Ilôt ateliers + logements

Ilôt ateliers+logements

Ilôt ateliers+logements 32


II

Le quartier la Ermita

MARBELLA - ESPAGNE Escuela tecnica superior de Granada Programme : logements, bureaux, commerces, équipements sportifs, culturels, ateliers automobiles SHON : 10 000 m² Plan de l’existant du quartier industriel

Juin 2007 Exclu du centre-ville de Marbella, proche de l’autoroute, le quartier de La Ermita est lieu delaissé de sa population, déstiné principalement à l’industrie automobile.

Restructuration d’un ilot

Coupe d’un ilôt

La rivière reconvertie en parc agricole et de loisirs

33

_PORTFOLIO 2007-20011

L’objectif du projet est d’ouvrir le site à son environnement naturel (la rivière, la plage) et de proposer une mixité programmatique de façon à ce que ce quartier devienne un lieu de vie pour ses habitants. Cet élan de renouveau ne passe pas par une destruction totale, mais par une conservation de la structure viaire existante, et de l’activité industrielle présente, tout en superposant une seconde trame destinée aux parcours piétons, aux espaces publics, activités sportives, culturelles ...


Analyse du lieu d’implantation: La huerta un espace intermédiaire hétérogène

La punta de la Huerta : une ville «verte», une nouvelle ville écologique connectée à la ville existante

34


II

Une ville dans l’Albufera L’albufera, une zone naturelle écologique proche de l’aire urbaine de Valencia

VALENCIA - ESPAGNE Escuela tecnica superior de Granada Programme : logements, bureaux, commerces, équipements sportifs, culturels, ateliers automobiles SHON : 10 000 m² Février 2007 L’intervention paysagère se situe sur le lac de Guejar-Sierra entre la ville de Granada et les montagnes de la Sierra Nevada. C’est la dualité du naturel et de l’artificiel que nous avons voulu développer pour l’installation d’un projet. Ce lac est né à la suite de la création d’un barrage. C’est sur ce lieu façonné par l’homme que la nature reprend peu à peu ses droits. La montée du niveau d’eau du barrage laisse une empreinte sur le paysage. L’intention du projet est donc d’utiliser cette notion de temps, en offrant la possibilité que l’installation soit évolutive pour les promeneurs, dans le sens où la nature la transformera. Là où le créateur du projet a un impact sur l’usage du site, c’est dans la conception des formes de plaques, en elles mêmes, et non dans leur positionnement sur le barrage. Les plaques d’acier corten sont jetées sur la barrage, nous ne sommes plus maitre et laissons agir la nature et le hasard.

Analyse du lieu d’implantation: La huerta un espace intermédiaire hétérogène

35

_PORTFOLIO 2007-20011


portfolio mpp