L'enclave carcerale de fleury merogis

Page 1

L’ENCLAVE CARCERALE DE FLEURY-MEROGIS



Localisation

1. 2. 3.

L’enclave dans la ville L’insularité, «iles urbaines» L’enfermement urbain

p.11 p.13 p.21

L’enclave carcérale parmi les enclaves urbaines p.25 Porosité de l’enclave carcérale Limite(s) de l’enclave carcérale

p.35 p.41

Le projet, assumer l’enclave carcérale

p.47



Localisation


6


7


Suite à notre analyse sur les prisons et leur territoire en Ile-de-France, notre choix s’est orienté vers le territoire de FleuryMérogis comme site de projet, élargi au delà des limites communales. Fleury-Mérogis est une ville diffuse. Les limites y sont plus visibles que dans la ville dense. La prison, centrale sur ce site, se distingue dans ce tissu disparate.

8


9


Quelles sont les limites de l’enclave ? Quelle est son niveau de porosité ? Comment fonctionne-elle ? Littéralement, une enclave désigne une portion de territoire entièrement ou en partie enfermée dans un autre. Il peut s’agir d’un îlot, d’un morceau de ville qui a ses caractéristiques propres et qui s’isole par rapport à son environnement. Le territoire enclavé est un espace « clos » par sa situation mais qui possède des ouvertures vers l’extérieur.

10


L’ENCLAVE DANS LA VILLE

1. Fleury Mérogis

11


12


L’insularité « Iles » urbaines

Fleury Mérogis

13


«Les territoires finissent par perdre leurs frontières réelles et deviennent des fragments d’urbanité, des « univers-îles» ; les quartiers deviennent flottants, les îlots deviennent îles.» Guy DEBORD, Guide Psychogéographique de Paris, 1955

«On pourrait regarder la ville comme une juxtaposition d’îles, de microcosmes. » Al Idrissi

14


Guy DEBORD, Guide Psychogéographique de Paris, 1955

15


La ville est faite, selon l’architecte Manfredo Tafuri, tel « un champ magnétique saturé d’objets qui n’ont rien à voir entre eux ». La juxtaposition d’« îles » urbaines, autrement dites enclaves, fabrique la ville. Une enclave est alors comme une entité bien distincte du reste du tissu urbain. On peut imaginer l’enclave comme étant un vide entouré par un plein. Les relations entre ce plein et ce vide constitue des archétypes de la fabrication de la ville.

16


Les enclaves, «îles urbaines» du site 17


L’enclave est donc un territoire enfermé par un autre, une portion d’espace contenu car bordé de tous les cotés. De fait, l’enclave de la Maison d’Arrêt de Fleury-Mérogis est une « anomalie » dans le territoire. Chacune des maisons d’arrêt a son propre mur d’enceinte mais l’ensemble du domaine pénitentiaire n’a pas de limite physique ni visuelle. De plus, contrairement aux enclaves urbaines qui dépendent d’une manière ou d’une autre de leur environnement, la prison ne dépend pas de la ville.

18


Figures urbaines dans un environnement flottant

Autonomie des ďŹ gures urbaines 19


Dans la ville, l’organisation de l’espace se fait en sphères, bulles, capsules, enclaves, isolats fonctionnels, tous caractérisés par la force de la limitation et de la surveillance des entrées. « Les murs, emblèmes de la limite, n’ont jamais été aussi nombreux depuis des lustres. » Michel LUSSAULT, De la lutte des classes à la lutte des places, 2009

20


L’enfermement urbain

Fleury MĂŠrogis

21


22


L’enfermement architectural

L’ enfermement urbain 23


Une enclave urbaine a-t-elle toujours une limite physique? Le territoire est constitué de multiples enclaves. Par leur puissance formelle et par le rapport qu’elles entretiennent avec leur environnement, les enclaves sont des figures urbaines qui construisent et structurent la ville. Ces petits « mondes » sont connectés les uns aux autres de manière plus ou moins visible et entretiennent un rapport ambivalent au monde qui les entoure.

24


SITUATION L’enclave carcérale parmi les enclaves urbaines

2. Fleury-Mérogis

25


26


27


La Grande Borne, vaste cité d’habitats sociaux de plus de 3500 logements, est un morceau de ville triangulaire délimité et enclavé par trois routes importantes, dont l’autoroute A6 à l’est. Les barrières physiques se succèdent (parkings, infrastructures, espaces vides) et enveloppent le site. On notera une porosité ponctuelle et régulière par les accès, pourtant peu nombreux comparé à l’étendue de l’enclave. Les morphologies urbaines et architecturales participent à la situation d’enclavement de la Grande Borne par rapport à son territoire.

28


LA GRANDE BORNE /

L’ENCLAVE RESIDENTIELLE

29


La Zone industrielle de la Marinière, à Bondoufle, représente près de 3600 emplois sur une superficie de 58 ha. Cette enclave est, du fait de la présence de la Francilienne, infranchissable par le Nord. Des points de porosité sont présents sur les trois autres interfaces de la ZI. Néanmoins, la présence de canaux au sud participent à l’enclavement du site. Aussi, la monofonctionnalité du secteur accentue la situation d’enclavement.

30


ZONE INDUSTRIELLE DE LA MARINIÈRE / -Barrière de la Francilienne au nord de la zone/aucune porosité - Porosité au sud mais présence de canaux - Situation d’enclavement par la monofonctionnalité

L’ENCLAVE INDUSTRIELLE

31


La prison de Fleury Mérogis est renfermée sur elle-même. Elle est impénétrable du fait de son usage mais elle est extrémement poreuse. En effet, la forêt de Saint-Eutrope enrobe une face du domaine pénitentiaire et créee une barrière entre la prison et la ville. Mais l’absence de limites physiques autour du domaine pénitentiaire provoque des porosités spatiales ambigues (peut-on y aller?), visuelles et auditives. L’enclavement est par ailleurs renforcé par la morphologie urbaine de la prison. Elle se «développe» seulement sur son domaine mais, de ce fait, ce microcosme «prison» empêche le macrocosme «ville» de se développer normalement.

32


LA MAISON D’ARRET DE FLEURY MEROGIS /

L’ENCLAVE CARCERALE

33


34


Porosité de l’enclave carcérale

Fleury-Mérogis

35


Le Bois de Saint-Eutrope représente un peu plus d’un tiers du territoire de FleuryMérogis. A cheval sur la limite du domaine carcéral, le bois s’impose comme une “zone grise” de la prison “trou noir”, soit un espace de transition naturelle entre ville et prison.

36


37


38


Vue sur la Maison d’arrêt des mineurs depuis la forêt

Percée sur la Maison d’arrêt des mineurs depuis la route 39


Dans la ville, l’individu a besoin de situer avant tout. La place des choses dans l’espace est importante. La maîtrise spatiale consiste également à jouir d’une double capacité : celle de découper l’espace en unité pertinente et celle de délimiter, de poser des limites spatiales entre les entités discriminées.

40


Limite(s) de l’enclave carcérale

Fleury-Mérogis

41


La prison de Fleury-Mérogis est un vide infranchissable non ceint d’une limite physique. Or, les limites les plus fortes sont celles qui sont visibles, continues, impénétrables. Le domaine de la prison est impénétrable par son usage mais il est aussi extrémement poreux, autant visuellement qu’ auditivement. Seuls quelques panneaux marquent la limite du domaine pénitentiaire. Du fait de l’absence de limites physiques, l’enclave n’est pas claire pour le territoire. Elle reste « inconsciente » par l’image négative qu’elle renvoie.

42


Unique accès officiel de la Maison d’Arrêt de Fleury-Mérogis

A droite de l’image, le domaine pénitentiaire délimité par un grillage 43


44


Unique signe visuel de la limite du domaine pĂŠnitentiaire au niveau de la forĂŞt

Limite non visible entre le quartier pavillonnaire et la forĂŞt 45


46


Le projet Assumer l’enclave carcérale

3. Fleury-Mérogis

47


48


Comment « absorber » ce trou noir carcéral ?

49


Différents points de porosité ont été remarqués le long du domaine pénitentiaire. Intouchable, il appartient au Ministère de la Justice.

50


51


La prison, «trou noir» dans le territoire, phagocyte son environnement. Pour contenir les effets indésirables de ce programme, nous proposons de faire la limite matérielle du domaine pénitentiaire.

52


53


La rupture ne permet-elle pas de voir la ville autrement ? Il s’agit d’assumer l’enclave carcérale. Par le dessin d’une nouvelle épaisseur construite accolée à la limite immatérielle existante de la prison, nous voulons générer une plus-value pour la ville. La limite ne serait pas perçue comme un obstacle mais comme un interstice ou se produisent des situations urbaines. Ceci contriburait à l’absorption de la prison. Nous avons donc déterminé 3 zones d’interventions (la ville, la zone d’activité les Radars et la forêt) radicalement différentes, selon le contexte urbain, afin de mettre en scène cette limite.

54


ZAC «Les Radars»

Ville

Forêt

55


La limite côté ville dite zone «urbaine» est traitée comme une bande active. Fleury Merogis ne comprenant pas d’espace de commerces, de loisirs, de cultures, nous proposons de réinjecter tous les programmes nécessaires à une ville ordinaire sur cette limite. Notre projet s’inscrit dans une épaisseur de 50 mètres et peut se dilater en espaces publics par endroit afin d’aller chercher la ville existante. La problématique du «double visage» de notre limite: prison/ville est centrale. Un lien constant à ces deux contextes est traité soit par des points de porosités ponctuels ou plus appuyés, soit par des opacités unilatérales ou encore en s’adaptant le plus possible au contexte faisant face à notre intervention. La limite en rapport à la ZAC les Radars dite zone «efficace» a pour but d’organiser les flux. Actuellement «anarchique», nous proposons l’aménagement d’une zone dédiée au transporteurs. Des hangars de déchargement et de stockages, mais aussi des ateliers, des stations service, des hôtels, des restaurants ainsi que des zones de stationnement constituent cette limite. Ce site, très enclavé est relié à l’autoroute permettant une meilleure desserte de la ZAC.

56


L’oragnisation de cette «bande efficace» suit une logique de circulaton traversante facilitant les étapes du transit. La limite côté forêt dite zone «nature» s’insère entre deux vides, un côté domaine pénitentiaire, un côté Bois de Saint Eutrope. Nous traitons donc cette limite par le vide. Il s’agit d’un espace public que l’on vient creuser plus ou moins en profondeur afin de créer chez le promeneur des perceptions différentes. Un jeu sur les hauteurs est réalisé afin de brouiller les repères de l’usager . Cette intervention tire profit du potentiel naturel du site dans lequel elle s’insère. Pour finir, une piste sportive sert de liant à l’ensemble de nos intervertions et contribue à l’aménagement des différentes zones. Cet espace public de 6 km 700 devient comme un repère permettant à la prison de devenir une référence positive. On vient faire le tour de la prison en courant ou à vélo comme on vient faire le tour du grand canal à Versailles. Le long de notre «filament urbain» la piste traverse différents univers, commme de petites scénettes, parfois extérieures, parfois dans les bâtiments qui deviennent la vitrine de cette nouvelle centralité linéaire.

57


Proposition 58


«Pour que la limite devienne une quantité d’espace, qui tout à la fois «sépare» les réalités et permet, si on la maîtrise, de faire cohabiter lesdites réalités au contact les unes des autres.» Michel LUSSAULT, De la lutte des classes à la lutte des places, 2009

59


60