Issuu on Google+

Marie LAMBART G3 Lisaa

Carnet de recherches Exposition ZOOTROPE Ă  l'Orangerie


l'Orangerie

Situé dans le jardin des Tuileries, le musée de l’Orangerie abrite depuis 1984 la collection de Jean Walter et Paul Guillaume, cédée à l’état à des conditions très généreuses. Cette collection regroupe 144 tableaux (de Cézanne, Renoir, Matisse, Picasso, Derain, Soutine, Modigliani, Utrillo, le Douanier Rousseau...) de la fin du XIXe et de la première moitié du XXe siècle.

Le renouveau Les travaux (2000-2006) sont menés en étroite collaboration avec l’auteur du projet, Pierre Georgel, par l’architecte Olivier Brochet (de l’agence Brochet/Lajus/Pueyo) pour l’aménagement intérieur, et, pour l’extérieur, par l’architecte en chef des monuments historiques, Michel Goutal. Les Nymphéas retrouvent la lumière du jour et un environnement en accord avec leur sens, la Collection Jean Walter et Paul Guillaume affirme son identité historique et esthétique, l’architecture du Second Empire redevient lisible… et le public jouit enfin de conditions d’accueil dignes de sa fidélité et de sa ferveur.


ZOOTROPE La nature, un concept contemporain Plus que jamais dans l’air du temps en matière d’Art Contemporain, du design à la sculpture, des élans de l’Art Brut aux démarches ironiques d’un Jeff Koons, la nature se présente tout autant comme symbole que comme motif de prédilection du kitsch. L’idée de modernité s’est déplacée, les artistes contemporains exploitent le thème de la nature pour révéler l’exubérance, matière mouvante, dont la croissance et le déclin ne sont que les deux faces du même processus. Animals, 2007, Geoffrey Cottenceau

Thomas Grünfeld, «Misfit», sculpture / taxidermie, 2001.

Les cochons qux symboles Louis Vuitton de Wim Delvoye

Animals, 2007, Geoffrey Cottenceau

Emilie Pitoiset, Ordinary Experience, 2008


Recherches SÉMANTIQUES Définition Le zootrope est un jouet optique inventé en 1834 par William George Horner. Se fondant sur la persistance rétinienne, le zootrope permet de donner l’illusion de mouvement. Tambour percé de fentes sur sa moitié supérieure, il abrite à l’intérieur une bande de dessins décomposant un mouvement. Le tambour est fixé sur un axe dans sa base inférieure, ce qui permet de tenir le zootrope d’une main et de faire tourner le tambour de l’autre. En regardant fixement l’intérieur à travers les fentes, les dessins s’animent.

* Le zootrope géant de Sony Bravia

ÉTYMOLOGIE : Du grec ancien ζωή : zoe vie et τρόπος : tropos tourner


fables de JEAN .de La Fontaine

Recherches SÉMANTIQUES Schéma heuristique zoomorphe anthropomorphisme

visiteurs cage

parc zoologique

représentation animale

poils . plumes

biodiversité

espèces animal

Zoo Nature

planches zoologiques

bestiaire

taxidermie évolution collages animaux imaginaires Darwin

biologie

mouvement

chimères

Physiologus Misfits

action les Wolpertinger, animaux imaginaires bavarois


Recherches SÉMANTIQUES

artifices conventions

Schéma heuristique

signes culturels

interdits

codes . morale

appris

acquis enfermement savoir . pensée

Musée Culture langage

galeries

archives

marche

humain

conservation expositions

cadres

vitrines

empaillement formol vernis

sens de visite cartels

statique

histoire


Recherches SÉMANTIQUES Une longue histoire De la nature morte et ses oiseaux en passant par les innombrables scènes de chasses peintes tout au long des siècles passés, les références animalières ne manquent pas dans l’histoire de l’art. Rauschenberg insérait volontiers des volailles dans ses Combines, Beuys expliquait la peinture à un défunt lièvre ou cherchait à établir une communication avec un coyote. Si l’animal n’apparaît pas de manière évidente comme un moyen d’expression artistique, il lui est souvent attribué des postures ou des sentiments humanoïdes. Bêtes et Hommes met en exergue les relations complexes que l’homme entretient ou rejette de l’animal. Selon les propos abordés, les artistes font appel de façon récurrente, à la présence animalière par le biais de parti-pris philosophiques, mythologiques ou simplement comiques. Agathe Hoffmann (parlant de l’exposition Bêtes et Hommes)– Octobre 2007


Recherches SÉMANTIQUES Le Physiologus est un bestiaire chrétien de l’antiquité qui a eu une influence considérable au Moyen Âge. Ce bestiaire, un traité d’histoire naturelle sur les propriétés des bêtes, des oiseaux et des pierres, donne aussi des interprétations moralisatrices de ces sujets ; en général, ces moralisations sont bien plus développées que les descriptions comportementales qui les précèdent. De nombreuses espèces y sont représentées : les animaux réels (singe, pélican, éléphant, chameau, crocodile, (souvent assez fantaisistes), lion, cerf, ours, aigle, paon, ibis, chouette... Egalement des animaux imaginaires composites : griffon (corps de lion et tête d’aigle), aspic (petit dragon), aspic-tortue, onocentaure, basilic, phénix, licorne, sirène-oiseau ou sirène-poisson... Mais aussi toute une anthropologie monstrueuse : cynocéphale (homme à tête de chien), sciapode (homme à une seule jambe et s’abritant dessous)...

L’anthropomorphisme : L’anthropomorphisme est l’attribution de caractéristiques comportementales ou morphologiques humaines à d’autres formes de vie, à des objets, voire à des idées. • Nombreuses sont les fables où La Fontaine joue de l’ambiguïté entre le caractère animal et les traits humains. • Plus récemment les illustrateurs et scénaristes des films de Walt Disney usent de ces métaphores. L’animal sert à parler de l’humain, et une forme d’humanité est attribuée à des animaux.

1928. «Willie le Matelot». Premier succès de Mickey.

1865, Illustrations de J.Teniell du livre de Lewis Caroll.

Illustration d’une fable de La Fontaine par Granville (Jean-Ignace-Isidore Gérard) , 1845


Recherches SÉMANTIQUES Nature Culture En philosophie, le mot culture désigne ce qui est différent de la nature, c’est-à-dire ce qui est de l’ordre de l’acquis et non de l’inné. La culture a longtemps été considérée comme un trait caractéristique de l’humanité, qui la distinguait des animaux. Mais des travaux récents en éthologie et en primatologie ont montré l’existence de cultures animales. En sociologie, la culture est définie comme «ce qui est commun à un groupe d’individus et comme ce qui le «soude». Ainsi, pour une institution internationale comme l’UNESCO : « Dans son sens le plus large, la culture peut aujourd’hui être considérée comme l’ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Ce «réservoir commun» évolue dans le temps par et dans les formes des échanges. Il se constitue en manières distinctes d’être, de penser, d’agir et de communiquer. Au sens commun LA NATURE regroupe : • L’environnement biophysique, l’habitat et les milieux dit naturels • Les paysages sauvages, les paysages aménagés et altérés • Les « forces » et principes physiques, géologiques, tectonique, météorologique, biologique, l’évolution qui constituent l’univers et celles qui animent les écosystèmes et la biosphère sur la planète Terre; • Les milieux (eau, air, sol air, mers, monde minéral) ; • Les groupes d’espèces, les individus et les mondes qui les abritent: végétal, animal, incluant l’espèce humaine et l’environnement humain et les autres niveaux trophique dont, le fongique, le bactérien et le microbien. • Certains phénomènes épisodiques de la nature La Nature est un mot polysémique, qui a plusieurs sens fondamentaux : • La composition et la matière d’une chose : son essence • La nature humaine • L’ensemble des systèmes et des phénomènes naturels et humains sont aussi reconnues comme des composés de la nature.


Recherches ICONOGRAPHQUES Zoo

Albrecht Dürer (1471 - 1528) peintre, graveur et mathématicien allemand. La zoologie fu très présente dans les oeuvres de l’artiste, parmi ses oeuvres les plus célèbres, son aquarelle de lièvre et son Rhinocéros très détaillé.

Jeune Lièvre. 1502. Aquarelle. 21.5x22.6cm. Albertina, Vienne.

Rhinocéros de Dürer, 1515 21 4 cm × 29 8 cm

Tête de chevreuil, 1503. Aquarelle. 22.8x16.6cm. Musée Bonnat. Bayonne

Elan. Env 1504. Plume et aquarelle.21x26cm. British Museum, Londres.

RHINOCERON 1515 - Dessin à la plume attribué à Albrecht Dürer (Ancienne coll. Hans Sloane, British Library, Londres)


Recherches ICONOGRAPHQUES Nature Culture L’exposition Bêtes et Hommes a eu lieu du 12 septembre au 20 janvier 2008 à La Grande Halle de la Villette. Plus d’une centaine d’œuvres de plasticiens, de photographes et de vidéastes y interrogent les relations entre humains et animaux. Quatre séquences rythment le parcours: « les animaux transforment les humains », puis « l’animal est un étranger pour l’homme », « les animaux ont un métier » et « les animaux imposent des choix ». Dans une scénographie de Patrick Bouchain, les créations s’exposent dans des huttes transparentes ou opaques, en toile de jute et en cordage faisant référence à l’abri, à la tanière des animaux.

Fuck’d Tony Matelli, 2004

Série Lucky Family Yang Zhenzhong, 1995

Fuck’d Tony Matelli, 2004

Zoopsie Allemagne, Philippe Loparelli, 2003 Evolution, 1971 Série Jours de cirque Jill Freedman


Recherches ICONOGRAPHIQUES Anthropomorphisme...

Les Portraits Hybrides, photomontages numériques de Gael Chapo, 2008

Arrêter le monde, je voudrais descendre. Théâtre Dromesko / Igor et Lily

Ca ne tourne pas rond à l’extérieur mais, à l’intérieur, ça ne va pas mieux. Incompréhension. Ils lâchent de temps à autre quelques confidences, l’un à la poule, l’autre à l’âne. Le petit monsieur, là-bas, écoute les propos de son poisson rouge. La tête au-dessus du bocal, il parle à son tour au poisson, à luimême, au monde entier. Les animaux, compagnons d’isolement, ont peur pour nous mais se gardent bien de nous laisser voir leur inquiétude.

Le travail de l’illustrateur de livres pour enfants, Michael Sowa


Recherches ICONOGRAPHIQUES

Les collages zoomorphes vintages de Ma+Ch pour l’agence Uzik

Pascal Bernier revisite la représentation de la faune et de la flore. Dans une mise en scène qui s’inspire de la grande galerie de l’évolution du Muséum national d’histoire naturelle. L’artiste se plaît, avec un humour noir, à présenter une Nature désenchantée et la mort de ces créatures pour servir l’art.

Le travail de l’illustrateur japonnais, Ryohei Hase

L’artiste Lisa Black propose une version cyborg des animaux de demain : un mélange de taxidermie et de robotique sur fond d’ambiance steampunk

«Bambi mécanique » Fixed Fawn


Recherches et développements ONIRIQUE . ANTHROPOMORPHE . ZOO . ANIMÉS . UNIVERSEL MON VISUEL Pour l’affiche de l’exposition ZOOTROPE, j’ai décidé d’évoquer les notions d’anthropomorphisme et d’animation. Je souhaite évoquer l’animal par le biais de l’homme. J’ai choisi d’utiliser le principe d’ombre chinoise connu de tous. Le coté zoo, animal, est représenté grâce à un jeu de mains et d’ombres projetées. Ce jeu parle à chacun de nous. Qui enfant, n’a pas joué à essayer de représenter un oiseau ou un lapin grâce à ce principe. Ce procédé simple associe l’aspect animal et humain de l’exposition.

Theatre des ombres Pi ying en Indonésie


Recherches et développements Recherches typographiques

INSPIRATIONS

Afin d’évoquer l’idée d’animation et de cinéma présentes dans le nom même de l’exposition, j’ai décidé de réaliser une typographie rappelant ces procédés.

Nouveau logo du TNB

Rendre la typo dynamique soit par le biais, d’ancien procédés 3D, la multiplication des couches couleurs, soit par un effet de flou directionnel.

Affiche de la 21e édition du festival de graphisme de Chaumont


Recherches et développements Recherches typographiques Proposition de blocs typo déclinables sur l’affiche A3, le kakemono et le dépliant. J’ai joué avec la décomposition du mot zootrope.

é es

J ése

M

O

8

f

g R

s e

o s co é e ces 0

Mus e de l'Orangerie ardin d Tuil ri . Pari 1 r

usée de l' ran erie Jardin des Tuileries. Paris 1e

e es

rvati n

nf r n

: 1 72 2

www.musee-orangerie.fr www.musee-orangerie. r

2


Recherches et développements Proposition d'affiche

Kakemono :

Affiche finale :

Musée de l'Orangerie Jardin des Tuileries. Paris 1er

Musée de l'Orangerie Jardin des Tuileries. Paris 1er www.musee-orangerie.fr

réservations conférences : 01 72 82 35 02

Muséee de l'Orangerie Jardin des Tuileries. Paris 1er www.musee-orangerie.fr


Recherches et développements Dépliant

Joseph Beuys Coyote / Caroline Tisdall

27 Avril 14 h 30 salle 2

Les bestiaires médiévaux Julien Renard de la BNF

Joseph Beuys Coyote / Caroline Tisdall / Les bestiaires médiévaux / Julien Renard de la BNF / Signs and Wonders / Guillaume Désanges / Kitsch’n / Arrault Valérie

Tenter une histoire de la représentation naturelle dans l’art comme une histoire du notre présent face au discours sur l’art. Contextualiser le champ de la représentation en lien avec son environnement historique.

C’est dans les bestiaires que s’affirme le rôle symbolique de l’animal. Destinés à l’édification des chrétiens, les bestiaires prêtent aux animaux des personnalités et des sentiments comparables à ceux des hommes. Les nombreux ouvrages médiévaux consacrés aux animaux dérivent du Physiologus. Un autre type d’ouvrages met en scène des animaux, mais pour projeter sur eux les qualités et les défauts des hommes et élaborer une critique de la société et du pouvoir, en énonçant ou en sous-entendant une morale.

Signs and Wonders Guillaume Désanges

(commissaire & critique)

28 Avril 19h00 salle 3

Le kitch, qualifie l’accumulation de produit culturel, de traits considérés comme triviaux. Son emploi implique donc nécessairement un jugement de valeur et la norme qui le conditionne.Ses recherches théoriques portent sur les conditions extra-artistiques politiques et idéologiques de l’art contemporain, notamment sur le Kitsch.

28 Avril 19h00 salle 3

Joseph Heinrich Beuys, né à Krefeld sur la rive gauche du Rhin inférieur le 12 mai 1921 et décédé le 23 janvier 1986 à Düsseldorf, est un artiste allemand qui a produit un nombre de dessins, de sculptures, de performances, de vidéos, d’installations et de théories, dans un ensemble artistique très engagé politiquement. Une des performances les plus célèbres de l’art du XXe siècle: un dialogue avec un animal sauvage source d’une réflexion à long terme de Beuys sur la spiritualité de la nature.

KITSCH’N Arrault Valérie (maître de conférences)

ZOOTROPE Musée de l’Orangerie Jardin des Tuileries, Paris 1er.

28 Avril 19h00 salle 3 www.musee-orangerie.fr


Carnet de recherches Zootrope