Page 1

portfolio

M A R G O T J A C O B

A R C H I T E C T U R E ENSAPB Année 2015-2016

1


2


margot jacob Architecte diplômée d’état 52 boulevard de clichy 75018 Paris +33 666125375 margotjacob@gmail.com née le 30/09/1991

3


curriculum vitae

4


Etudes 2010 – 2016 Obtention du diplôme d’architecte d’état à l’ENSA Paris-Belleville

Voyages

. Apprentissage du métier d’architecte . Enseignement aux sciences techniques relatives à l’architecture . Formation aux outils informatiques . Approfondissement créatif et artistique . Mémoire mention A « La laboratoire de la conception lumière »

2013 – 2014 Année d’Erasmus à l’Université Mimar Sinan Universitesi, Istanbul . Initiation à la langue turque . Enseignement de l’urbanisation en Turquie . Approfondissement de l’architecture vernaculaire

2009 – 2010 Année d’Arts Plastiques à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne . Formation au monde de l’art (philosophie esthétique, histoire de l’art) . Acquisition des différents médiums artistiques (dessin, sculpture, vidéo) . Initiation à l’infographie 2009 Obtention du Baccalauréat Littéraire mention «assez bien» option LV3 Russe

Expériences professionnelles Août 2016 Recruteur - donateur pour Amnesty International Mai - Juin 2015 Stagiaire concepteur lumière pour l’agence de sculpture lumière Patrick Rimoux . Initiation à l’éclairagisme et au métier de concepteur lumière . Travail sur SDAL (Schéma Directeur d’Aménagement Lumière) . Formation au lighting design

Compétences graphiques Photoshop Illustrator Indesign Première Pro Autocad Sketchup V-Ray Revit Rhino Microsoft Office

Juillet - Septembre 2014 Stagiaire assistante chef de projet pour l’agence Costa Imaginering . Formation à l’architecture commerciale, retail, design et merchandising . Création de concept store

Juillet 2014 Stagiaire chef de chantier chez A.S.E.P Sarl sur Angoulême . Réhabilitation d’un studio . Pose de panneaux solaires, raccords électriques et poêles à bois

2010 - 2013 2013

Démonstratrice et vendeuse aux Galeries Lafayette

Compétences linguistiques Français Anglais (TOEIC 890 pts) Italien Espagnol Russe Turc

Professeur d’arts plastiques pour amateurs

Activités Novembre - Décembre 2015 Voyage au Cambodge dans le cadre de l’atelier «Siem Reap Ankor : patrimoine/tourisme, contemporanéité/développement» . Etude du développement urbain en Asie du sud-est . Participation au cycle de conférence « Grand Bangkok / Grand Paris » . Exploration de l’architecture traditionnelle khmère Intérêts Arts plastiques 2013 Organisation du Bellastock Istanbul Scénographie Montage vidéo 2012 Participation au Bellastock «Le Grand Détournement» . Apprentissage des matériaux de recyclage . Création à l’échelle 1:1

5


regards croisĂŠs avant-propos

6


Le Corbusier, Vers une architecture, 1923.

«Le plan porte en lui l’essence de la sensation. Les grands problèmes de demain, dictés par nécessités collectives, posent à nouveau la question du plan.» Ces quelques phrases résument l’image essentielle de l’architecture. Celles d’un homme dont le besoin vital de s’abriter s’est transformé en un art approprié à des cultures et à des vies. Celles d’un homme dont l’émotion et la sensibilité peuvent être amplifiées dans son rapport à l’espace. Celles d’un homme dont l’existence évolutive est inhérente à sa ville. Celles d’un homme capable de chercher et de créer de nouveaux outils capables de répondre aux «nécessités collectives». C’est donc dans un souci de créer une architecture au service de l’individu que ma conception personnelle se développe. Très certainement et pour y parvenir, nous disposons de multiples langages : la matière, la lumière, les sens etc. Cette multidisciplinarité doit être une voie nécessaire pour comprendre la véritable complexité de l’habitat multi-scalaire : du simple abri au plan d’aménagement territorial. Il faut alors se pencher sur les différentes sociologies du monde pour ouvrir son champs des possibles. Dans ce portfolio, je m’attache donc à montrer ma pluridisciplinarité. D’une formation d’artiste plasticienne vers celle d’une conceptrice lumière en passant par l’architecte et l’urbaniste, je me soumet à de constants changements de disciplines pour enrichir mon langage architectural. Sensible à la fois à la matière plastique et esthétique, j’envisage la ville comme une gigantesque substance forgée par de multiples dialectiques. Précisémment, cette matière nous raconte une histoire sans fin, sans cesse renouvelable.

7


table des matières

8


Expérimentations de la Matière

es

lastiqu

Créations personnelles , Université Paris 1 Benjamin Sabatier

Arts P

Confort des Sens

Modules de logement , Champigny-sur-Marne Béatrice Mariolle

Un Souffle

Centre d’art contemporain , Étretat Lorenzo Piqueras

ArtistoriComplex

Centre multiculturel , Istanbul

Jungle Urbaine

Logements , Saint-Denis Confluence Frédéric Bertrand

Résilience Intergénérationnelle

cture

Archite

Programme mixte , Bagnolet Cyril Ros et Mirabelle Croizier

Barrage pour le Développement Urbanisme et logements , Siem Reap Cyril Ros

L’Obscure Clarté des Banlieues

isme

Urban

Programme mixte et urbanisme lumière , Saint-Ouen Armand Nouvet et Cyril Ros

La Nautique

Restaurant , Narbonne Costa Imaginering

Kids Around

Retail

Design Retail , Arabie Saoudite Costa Imaginering

Design

Cascade de Reflets

Schéma directeur d’aménagement lumière , Pont de Sèvres Patrick Rimoux

Hittorf Réhabilitation

gisme

Eclaira

Schéma directeur d’aménagement lumière , Gare du nord Patrick Rimoux

9


1 2 semestre / Expérimentations de la Matière

Créations personnelles , Université Paris 1 Benjamin Sabatier Ma première année en cursus d’Arts Plastiques et Visuels à la faculté Paris 1 Panthéon-Sorbonne fut véritablement une année d’expérimentation capable d’élargir mon regard sur deux notions fondamentales et complexes: le travail de la matière et ses possibilités volumétriques. Opérer une déviation de la forme par la matière, réfléchir à la capacité de celle-ci à réinventer un volume lambda. Sur le projet intitulé Cinétisme, j’ai choisi de travailler la sphère : à la fois délicate dans la courbe et paradoxalement compliquée, je l’ai ensuite métamorphosée à l’aide d’un tissu rayé pour en constater les effets. Étonnament, la sphère se transforme en pli, devient une cassure dans la rayure. Inspirée par la courbe, j’ai ensuite choisi de travailler sur le corps humain avec Figée. Le corps mérite une reconnaissance ultime en tant que matière et volume. Il représente l’harmonie des formes par excellence. A l’aide de plâtre, j’ai cherché à mouler mon propre corps, avec toute la symbolique que cela entraine, tout en le tranformant à nouveau avec la rayure. Après l’expérience de la sphère, comment la chaire réagit-elle ? Très attachée à cet recherche de la matière, j’ai ensuite tenté de transposer la forme, la matière et le mouvement avec Matière Instable. Pour cela, j’ai entrepris de travailler le tissu dans le pli et le désordre pour ensuite venir projeter par-dessus une vidéo de liquide venant onduler sur la matière figée et métamorphoser l’oeuvre originale.

1. Cinétisme

Boules de polysthyrène recouvertes d’un tissu polyester

2. Cinétisme

Oeuvre complète

3. Figée

Moulage de plâtre peint

4. Matière Instable

Projection vidéo sur tissu polyester argent

5. Matière Instable

Oeuvre originale sans projection

10


es

lastiqu

Arts P

1.

2. 11


12


es

lastiqu

Arts P

3.

4.

5.

13


3 semestre Confort des Sens

Modules de logement , Champigny-sur-Marne Béatrice Mariolle

Dans le cadre d’un atelier se déroulant au camping de Champigny-sur-Marne, il m’a fallu concevoir un module de logement écologique et fonctionnel selon un programme choisi : un couple dont l’un des conjoints serait malvoyant. S’élabore ainsi une longue recherche et analyse sur les cinq sens et la cécité au regard d’une architecture sensible. Comment transposer le visuel par le toucher ou l’ouïe ? Ma réflexion sur la perception de l’espace par le toucher s’est centrée sur l’expérimentation d’un nouveau système d’identification globale de la forme d’un objet par un contact raffiné de la main. J’ai donc recréé un langage qui puisse exprimer l’architecture par le toucher. Un langage qui exprime une orientation spatiale. Afin de comprendre l’espace, j’ai organisé les différentes pièces du module selon trois dimensions, en se référant au normes du Corbusier . Ces mesures permettront de se situer dans l’espace selon la hauteur du plafond par le simple fait de le toucher : à 2m03, bras plié à 90° pour les espaces intimes; à 2m13, bras plié à 135° pour les espace servants; à 2m23, bras tendu pour les espaces communs. Pour des questions de sensibilité au toucher, le module est en carton. En accumulant plusieurs épaisseurs de carton dit «nid d’abeille», on peut ensuite venir creuser des formes aléatoires ou rectilignes simplement. C’est également une alternative écologique et facile dans sa mise en oeuvre industrielle. Il permet d’être flexible de laisser à chaque habitants le choix de creuser lui-même ses propres espaces dans la «boite». Enfin, grâce à un système de serre acier, on vient protéger thermiquement et isoler hors d’eau et d’air le logis en carton. C’est le système de «boite dans la boite». Le site étant en terrassement, le plancher principal repose d’une part sur la terrasse supérieure (accès) et d’autre part sur deux poteaux métalliques. 14

1. Principe de boite en carton Creuser dans la masse

2. Principe axonométrique structurelle Mise en oeuvre de la serre métallique

3. Nids des sens

Planches originales d’un court-métrage d’animation


cture

Archite

1.

2.

15


16


cture

Archite

3.

17


4 semestre Un Souffle

Centre d’art contemporain , Étretat Lorenzo Piqueras

L’architecture ne touche pas seulement à un travail fonctionnaliste et programmatique mais également à un savoir méthodologique et abstrait. Cette abstraction du projet architectural doit permettre de développer une idée-forte, une image, un concept. Lors de ce semestre en studio «UNO», il s’agissait de travailler à partir d’une photographie 2D puis de venir l’imaginer et l’extruder en 3D. Transformer une surface plane en un volume architecturé. La difficulté étant de ne pas simplement extruder des formes mais en cherchant des combinaisons différentes reflétant au mieux l’oeuvre. A partir d’une analyse fine de la photographie, nous arrivons à une image de synthèse qui ordonnera une architecture de forme. La photographie choisie est de Michald Duane, Certains words must be said. Elle inspire un temps de pause et de silence entre deux personnes, une tension presque immuable. Soudain cette tension est transcendée par la volupté d’un souffle. Après avoir mis en formes les principaux volumes, il faut alors répondre à un programme stricte : un centre d’art contemporain. Cet espace comporte un hall d’accueil de 104 m², des bureaux d’administration d’un total de 54m², un espace intérieur d’exposition de 440m², un espace d’exposition dans le patio extérieur de 414m², quatre ateliers d’artistes chaucun de 48m², un espace de loisir de 54m², une bibliothèque de 226m², une librairie, boutique, bar de 95m². Le bâtiment supplombe les falaises d’Etretat, dans la vallée des Pisseuses telle une voile de bateau tendu par le souffle impétueux de la mer.

1. Certain words must be said Photographie de Michals Duane, 1987

2. Un souffle Lignes-force

3. Maquette d’étude Principaux volumes

4.Montages photographiques

Le patio extéreur et ses étages d’exposition, la bibliothèque au niveau supérieur

5.Plan R+4

Etage d’exposition intérieure

18


cture

Archite

1.

2.

3. 19


4.

4.

20


cture

Archite

5.

21


5 semestre ArtistoriComplex

Centre multiculturel , Istanbul

Au cours d’un semestre universitaire à Istanbul, j’ai eu l’occasion de travailler un projet de réhabilitation architecturale sur les berges de la Corne d’Or, près du marché aux poissons de Karäkoy. Entre dynamisme urbain, port influent et espaces en friches, ce lieu reflète de façon exemplaire la situation de la vie stambouliote : un lieu d’histoire, ancien port de pêche important, repeuplé par ses habitants avec des bazars de métaux et des marchés alimentaires. Cette résilience sociale et urbaine tient à la population que la ville abrite. J’ai donc pensé ce projet en partant du principe de résilience. Le projet prend sa base dans l’historicité du lieu, c’est-à-dire un ancien port de commerce grec dont il ne reste que trois bâtiments historiques en déperdition. A partir de ces trois bâtiments, j’ai décidé de recontruire une rue disparue au début du XXème siècle : Hadji Photi Sokak. Le programme de rénovation comporte une hybridité de programmes complémentaires : une école de quartier avec la possibilité d’être investie par de divers colloques universitaires, un musée retraçant l’histoire du port stanbouliote, un restaurant, un bar, des salles communales, une bibliothèque et des logements temporaires pour les étudiants et les universitaires. Tous ces programmes s’imbriquent les uns avec les autres de sorte à reformer la rue Hadji Photi Sokak et refléter son dynamisme passé et présent. D’autres part, les formes du centre multiculturel dialoguent activement avec la rive qui y fait face. Elles se superposent aux courbes dessinées par les mosquées et reforment la skyline de la ville passée. Superposé avec les trois bâtiments passés, le nouveau bâtiment en structure béton essentiellement, laisse passer la lumière avec des façades en polycarbonate. Ce nouveau phare stanbouliote, lieu de débat et de rencontre, est dominé par la tour Galata.

1. Plan de situation

Sur les berges de la Corne d’Or

2. Coupe

Interpénétration des programmes multiples

3. Photomontage

Superposition des formes du bâtiment avec la skyline stanbouliote

4. Façade ouest

Intégration du bâtiment dans la ville actuelle

5. Vue 3D d’ensemble

L’artistoric complex dans sa vue d’ensemble sur les berges de la Corne d’Or

22


cture

Archite

1.

2.

23


4.

24


cture

Archite

3.

5.

25


6 semestre Jungle Urbaine

Logements , Saint-Denis Confluence Frédéric Bertrand

Le projet «habiter la métropole» pivote autour de deux éléments majeurs : un site unique, la Confluence de Saint-Denis et de la Seine en pleine expansion, et les recherches de Peter et Allison Smithson sur le logement. Leurs expérimentations m’ont amenée à ce projet. Dans leur projet des «Close houses» Peter et Allison Smithson composent autour de l’assemblage en quinconce. Un passage couvert linéairement centré entre les maisons vient distribuer celles-ci et créer un réseau d’espace public innovant. Je me suis donc inspirée de ces réflexions pour les recontextualiser sur mon site. Les logements sont implantés au carrefour d’un noeud urbain: la Seine, le RER B et un tissu plutôt industriel. Sur son flanc ouest se situe le RER surélevé sur un talus à 6 mètres de haut. Cette parcelle est cernée par un environnement abrupt et bruyant qu’il s’agit d’apprivoiser. La photographie Fukkatsu de Thomas Jorion a inspiré la première étape de ce projet : le brutalisme de l’environnement naturel et artificiel peut se transformer en une beauté majestueuse et imposante. C’est également faire s’imposer des contraintes handicapantes au sein de mes propositions d’habitats collectifs. Requestionner les espaces brutalistes, laissés à l’abandon mais possédant un fort potentiel. Ainsi, il s’agit d’abord de prendre en compte la capacité du bruit à pouvoir alimenter la spatialité et la technicité du projet : j’ai alors choisi d’articuler les bâtiments en quinconce avec deux pans de murs en maçonnerie lourde (béton double peau) dirigés vers le RER dispensant des propriétés thermo-acoustiques et porteuses. Les deux autres façades «rideaux» sud et ouest sont quant à elles ouvertes vers la seine et l’ensoleillement. Au sein de l’espace collectif on retrouve des «lieux de fraîcheur» alimentés par l’eau. Ces espaces sont pensés comme des parcelles communautaires et participatives.

1. Fukkatsu

Photographie de Thomas Jorion 2008

2. Close Houses

Plan rez-de-chaussée et R+1 du projet de Peter et Allison Smithson

3. Logements

Plan R+3 en quinconce (studio, T2 et T4)

4. Structure

Coupe structurelle de la double-peau

5. Jungle urbain Elevations du site

26


cture

Archite

1.

2.

27


Un écrin de jungle urbaine : le brutalisme du site réapproprié.

Elévation façade nord 1:50 Plan Rez-de-chaussée 1:50

Elévation façade ouest 1:200

Elévation façade est 1:100

e sud 1:100

Baie coulissante des espaces communs

Baie coulissante des espaces intimes

Coupe AA’ façade est 1:100

Plan R+2 1:100

e sud 1:100

Plan R+3 1:100

28

Détail de baie et occultant 1:20

3.

4.

Coupe détails de façade 1:50


u site réapproprié.

:100

cture

Archite Elévation façade nord 1:50

Elévation façade ouest 1:200

Elévation façade sud 1:100

Baie coulissante des espaces communs

Coupe AA’ façade sud 1:100

Détail de baie et occultant 1:20

Baie coulissante des espaces intimes

Elévation façade est 1:100

Coupe détails de façade 1:50

5. Elévation façade sud 1:100

Coupe AA’ façade est 1:100

Baie coulissante des espaces commu

29


bathroom and toilets) 30 m² x 15

8 semestre

- Medical spaces 20 m² x 3 - Gardens and patios

Résilience Intergénérationnelle

Programme mixte , Bagnolet Cyril Ros et Mirabelle Croizier

Ce semestre s’est déroulé en collaboration avec des étudiants thaïlandais de l’université de Chulalongkorn à Bangkok. Après quelques mois d’analyse préliminaires sur la ville de Bagnolet et de son histoire, nous nous sommes penchés sur une possible résilience urbaine à l’aide de nos projets architecturaux. L’endroit se situe près du grand échangeur autoroutier de Galieni, sur les hauteurs de la villes à quelques minutes à pied, longeant le parc départemental Jean Moulin. Ce quartier majoritairement résidentiel est scindé: d’une parte des grandes tours des années 1970 et un tissu pavillionnaire. Une sorte de clivage urbain s’est créé depuis quarante ans. Afin d’intégrer à nouveau un dynamisme social au quartier, mon projet regroupe une mixité de programmes intergénérationnels. L’idée principale étant d’inscrire mes espaces architecturaux dans une forme sociale de partage et de solidarité. On y retrouve ainsi des logements collaboratifs pour personnes agées, une auberge de jeunesse de style «Woofing» en lien direct avec les espaces extérieurs de maraîchage et une longue promenage certifiée PMR transfersant la parcelle de bas en haut. Afin de préserver au maximum la pente naturelle, le bâtiment vient principalement s’implanter sur pilotis en utilisant deux types de structure. Les logements collaboratifs sont légers et permettent d’utiliser une structure bois simples sur pilotis béton, avec toiture végétalisée et récupération des eaux pluviales. En bordure du grand parc Jean Moulin, le corps de bâtiment qui doit accueillir l’auberge de jeunesse est perché à 6 mètres de haut donnant de la transparence de à l’entrée de la parcelle vers le parc en arrière-plan. Pour cet espace, la structure est pensée en acier. Elle vient porter des conteneurs réisolés accueillant les chambres de l’auberge.

YOUTH HOSTEL «WOOFING»

18 %

TOTAL AREA USEABLE 5500 m²

PRIVATE ROOMS

Materials / Intentions

OUTDOOR PLACE OF CONTACT

1. Programme intergénérationnel Principe d’hybrité des programmes

2. Maquette

Parties pivot d’accès au coeur de la parcelle

3. Coupe paysage

Elévation vue vers le nord

4. Coupe structurelle

Principe structurel des bâtiments sur pilotis

5. Plan

Logements collectifs pour personnes agées

30


- Conference room 30 m²

80 m² x 3

30 m²

- Service rooms 20 m²

- Cafeteria and bar (with service spaces) 80 m² x 3

- Service rooms 30 m²

- Room and dormitory (with bathroom and toilet) 15 - 30 m² x 30

2% SHARING DORMS

- Outside playgrounds area 70 m²

- Terraces and gardens RECREATIONAL AREA

3%

ROOF TERRACE

18 %

cture

Archite

MIXED STRUCTURE

1. BETWEEN GENERATION

COLLECTIVE HOUSING QUIET HOUSING SPACES

31


LE LOCAL ICI ET LA-BAS M1 S2 Margot Jacob

SOFTWARE ARCHITECTURE do not touch the natural slope as possible with suspended structures 2 TYPES OF STRUCTURES Water recovery by the steel deck covering the roof to provide the vegetal roof below

WOOD

STEEL

Sitting bodyguard design

Vegetal roof Container livable by interior insulation renovation

Covered by wooden cladding to homogenize with the housing Wooden framework loadbearing interior walls

Wooden framework using french pine tree

HOUSING ON STILTS

Container charges supports by steel beam

Steel framework insulated and covered with wood

Candilever balcony

Steel concrete floor supporting by steel principal beams

section 1:50

plan 1:100

Concrete stillts rooted into stud

4. YOUTH HOSTEL SUPERSTRUCTURE

section 1:100

YOUTH HOSTEL SUP

32

3. section 1:50

plan 1:100

PRIVATE ROOMS

HOUSING ON STILTS

Concrete stud

COLLECTIVE HOUSING

Hardwood floor


Longitunal section on slope 1:200

cture

Archite

2.

Transversal section 1:200

5.

33


9 semestre Barrage pour le Développement Urbanisme et logements , Siem Reap Cyril Ros

Dans le cadre de l’atelier «Siem Reap Ankor : patrimoine/tourisme, contemporanéité/développement», j’ai eu l’occasion de découvrir la problématique urbaine cambodgienne. La région Siem Reap - Angkor fait face aujourd’hui à une touristification de masse, couplée à une urbanisation aussi rapide qu’approximative. Nous nous proposons de travailler en regard de la limite de la zone 2, au-delà de laquelle toute nouvelle construction est interdite. Or, l’absence de marqueurs évidents de cette limite coupe le territoire de façon impalpable entre une zone de construction légale au sud et une zone de construction illégale au nord. Le projet que nous proposons tente de redéfinir la limite du ZEMP dans la ville avec une épaisseur qui puisse prendre en compte les irrégularités urbaines. L’idée est de favoriser l’émergence d’un écosystème urbain, en préservant la biodiversité et les ressources hydrauliques et paysagères aux alentours, tout en accompagnant le développement imminent de la ville en créant un lien entre les populations (saisonnières ou non) et leur environnement. Ainsi, trois zones nous ont semblé évidentes pour l’intégration de programmes en lien avec notre projet urbain : la limite nord, la limite ouest et la liaison centre. Ces trois limites ont par la suite été développées dans nos projets architecturaux. Mon projet architectural se situe sur la limite ouest, à la fin du quartier de Phum Thmei. Cet endroit a été investi par des bidonvilles. Les habitants de ce quartier sont actuellement qualifiés de «squatteurs». L’idée était dans un premier temps de réhabilité ce bidonville de façon salubre. Le projet s’articule autour de la nécessité hydraulique pour les habitants avec un tramage de château d’eau donnant lieu à un réseau mégastructurel habitable. Ces châteaux d’eau deviennent ainsi des espaces de vie : entrée, circulation, stockage, garage, belvédère. Ils distribuent l’eau grâce à un réseau en toiture et une déclinaison d’habitat variables selon les activités. Dans son ensemble, cette mégastructure est plus densifiée côté est afin de créer une sorte de front bati pour reprendre le projet de barrage au développement urbain. Petit à petit, le tissu mégastructurel se dédensifie pour intégrer les paysages agricoles et végétaux dans la parcelle. 34

Zone 2

1. Master Plan

Principe de réorientation du développement vers le sud

2. Coupe paysage

D’un front bati à un front poreux et végétal

3. Perspectives

Vues 3D

4. Château d’eau et mégastructure Principe de liaison aux mégastructures

5. Châteaux d’eau

Principe de déclinaison des châteaux d’eau


isme

Urban

1.

35


appropriation dans l’espace et le temps

mps 1

2

état actuel

croissance vers l’ouest

vue depuis l’entrée nord

disparition des bidonvilles e leurs habitants

un modèle d’essor urbain

NCES

ntégration de ces habitants le quartier pilote

vue depuis l’entrée sud

mps 1

2

appropriation dans l’espace et le temps

3

état actuel

prolongement

croissance vers l’ouest

3. vue depuis l’entrée nord

36

vue à l’intérieur du quartier

Margot Jacob Master 2 Semestre 1


2.

isme

Urban

VARiabilité des usages

principes Structurels

des structures malléables 4.

Un chateau d’eau ...

une entrée...

une circulation...

un belvédère...

un garage...

un stock...

5. Une mégastructure ...

avec son réseau hydraulique en toiture ...

puis les surfaces habitables ...

et déclinables ...

37


10 semestre L’Obscure Clarté des Banlieues

Programme mixte et urbanisme lumière , Saint-Ouen Armand Nouvet et Cyril Ros

Mon projet de fin d’étude s’intéresse au débat sur l’éclairage urbain et la fabrication de la ville nocturne. Ces deux problématiques ouvrent un vaste territoire d’acteurs, d’argumentations et de décisions multiples et multi scalaires. Cette polyphonie peut être séparée en trois grandes familles : l’éclairage comme moteur de croissance économique et urbaine, l’éclairage en tant que conception sécuritaire et l’éclairage comme préoccupation écologique. Mais les clivages doivent être dépassés et le débat ouvert entre les différents groupes de pression. Tiraillé entre des discours d’intensification urbaine, attractivité, théâtralisation à outrance des villes nocturnes et préoccupations écologiques, l’éclairage urbain ouvre surtout le débat dans la périphérie urbaine. La périphérie de la «ville lumière», au bénéfice de son obscurité relative, ne pourrait-elle pas se proposer comme territoire expérimental et alternatif à Paris ? Cette «banlieue rouge» ne pourrait-elle pas s’envisager comme le poste avancé d’une autre conception de l’éclairage urbain, plus frugale mais aussi plus attentive aux tiers-paysages ainsi qu’aux tiers-usages des villes actuelles ? Cette stratégie nocturne ne pourrait-elle pas permettre à cette banlieue nord qui concentre tous les atouts de prendre le contrepied de cette stigmatisation? La commune de Saint-Ouen deviendrait le lieu de cette nouvelle stratégie: des grandes zones de friches insdustrielles et des réservoirs de biodiversité en plus de sa proximité avec la Seine. Elle dispose également de nombreux acteurs enclin à participer à cette stratégie. Je propose de réhabiliter cette usine comme point de départ du projet afin de rassembler les acteurs de la stratégie nocturne nouvelle et de leur offrir un lieu de débat au sein de l’ancienne usine Ziegler. De cette maison des débats démarrent deux parcours expérimentaux traversant le parc et la zone d’activités professionnelles. Ce terrain d’expérimentation du paysage nocturne et de la lumière serait le point de départ d’une colonisation par le clair-obscur de Saint-Ouen pour la préservation des friches et des biotopes puis plus loin dans banlieue périurbaine. 38

1. Maison des débats

Coupe perspective de l’usine Ziegler réhabilitée en maison des débats

2. Saint-Ouen

Axonométrie de la commune de St-Ouen et de ses atouts paysagers

3. Parcours 1

Coupe parcours obscure 1 à travers le parc Victor Hugo

4. Avant-Après

Croquis avant-après stratégie d’obscurité mise en place

5. Détails techniques

Axonométries techniques du mobilier lumière

6. Plan lumière

Nouveau plan lumière du parc Victor Hugo


isme

Urban

1.

2. 39


4.

5.

40


3.

isme

Urban

6.

41


costa imaginering La Nautique

Restaurant Narbonne

Sur le port de Narbonne se trouve l’ancienne base nautique. Ce bâtiment est actuellement en plein projet de réhabilitation et de transformation. Aujourd’hui, il est un simple entrepôt de matériel de la base nautique. Demain, il deviendra un nouveau lieu de rencontre grâce à son restaurant et son bar. Pour cette première réhabilitation, nous avons pensé au hangar à bateaux, à la petite cabane en bord de plage ou bien au séchoir à tabac. Très vite le projet est tempéré par la réalité du terrain. Il s’agit de prendre en compte les règles urbanistiques du PLU en zone innondable. Le bâtiment est actuellement dressé sur une dalle à +30 cm, selon les règles de son année de construction. Mais si l’on veut y faire une rénovation, il s’agit aussi de le remettre aux normes, soit le surélever de +80 cm selon le PLU du site. Le projet se contente donc d’une extension de 40m2 pour une salle de restaurant plus grande et des locaux de services mieux agencés. Cette extension se juxtapose à la façade sud de l’existant, traitée avec un bois clair et simple rappelant les planches de bois brut de sciage pour construire les bateaux. Un escalier aérien permet de rejoindre le toit-terrasse, soit la «capitainerie» où s’implantera l’espace de bar. Cet escalier est aussi traité dans le même matériau. Sur le toit existant, se dressait un petite pièce vitrée sur la façade sud, à la manière d’un phare. On vient alors repenser ce volume en deux, l’un étant ponctuellement recouvert de bois, en référence à l’image de la capitainerie. Enfin si l’idée est acceptée, le bâtiment disposera d’un généreux espace de terrasse-pergola végétalisé, simple venant rappeler les charpentes de hangar à bateaux et permettant au restaurant d’avoir un espace extérieur flexible car pouvant être couvert ou non.

42

4.

1. Elévation est

Façade est du bâtiment réhabilité et son extension en pergola

2. Elévation sud

Façade sud du bâtiment réhabilité bordé par le port

3. Plan

Plan de réhabilitation de la base nautiqu en restaurant

4. Perspectives paysage

3D du bâtiment et sa situationgéographique

5. Etapes

3D étapes de réhabilitation


1.

Retail

3.

43

Design


44


4. Retail

5.

45

Design


costa imaginering Kids Around

Design Retail Arabie Saoudite

A partir d’un premier projet lors de la création de la boutique CWF (Children Worldwide Fashion), il nous a été demandé à de venir investir l’espace de vente et de travailler un «concept store» puissant en rapport avec le style vestimentaire vendu. Le principe de base est simple: jouer avec l’univers de l’enfance en recréant une «boutique-cabane». Il s’agit tout de même de ne pas vendre une image trop rudimentaire et humble, mais quelque chose de sophistiqué pour représenter les marques de luxe prêt-à-porter qui y sont exposées. L’univers de la cabane par le biais d’un tramage d’arcades en bois qui cadenscent l’espace et s’ancre littéralement dans l’imaginaire de l’enfance. Dès la façade, on retrouve une forme de «petite maison de poupée» rappelant l’enfance. Le calepinage de la façade est lui aussi pensé sous l’image d’un jeux d’emboitement et de construction, à la manière des «Lego». Une fois le concept d’architecture d’intérieure et de retail design de CWF validé, la première boutique a été mise en chantier. Mais la marque ne se limite pas à une seule boutique puisqu’elle souhaite aussi s’étendre à l’internationale, jusqu’à un centre commercial en Arabie Saoudite. J’ai donc conçu le projet de magasin pour l’Arabie Saoudite, avec certaines contraintes: il s’agissait de reprendre les idées de base, les matériaux de base, le budget de base pour les transformer en un projet plus «bling-bling» correspondant au pays et à ses valeurs. J’ai ainsi choisi de focaliser mon travail sur les huisseries et menuiseries des vitrines, des mobiliers, podiums et portants afin de ne pas tout changer et d’économiser au maximum le budget. En reprenant les traits de calepinage, qui donnent une dynamique à l’espace, il s’agissait de répéter ces lignes en polimiroir or. C’est un matériau simple et peu coûteux, qui fait tout de même très «bling-bling» et ainsi répond aux demandes du client.

46

1. Façade Kids Around

Perspective façade vitrine concept store

2. Intérieur Kids Around Menuiseries en polymiroir

3. Façade technique Elévation de la façade

4. Coupes techniques Coupes sur la façade


1.

Retail

2.

47

Design


48


3.

Retail

4.

49

Design


patrick rimoux Cascade de Reflets

Schéma directeur d’aménagement lumière Pont de Sèvres

Avec l’arrivée du Grand Paris, l’agence AREP se voit confier un grand nombre de projets de rénovations et de créations de nouvelles gares SNCF. C’est le cas de la gare du Pont de Sèvres. Celle- ci sera directement reliée au métro existant et également au futurs projets de l’île Seguin. Ce projet s’intègre totalement dans la dynamique de construction immobilière du quartier de Boulogne. La gare du Pont de Sèvres a été pensé par l’architecte Nicolas Duthilleul, comme un grand puit de lumière. En ce sens, il nous a fallu partir de ce principe: faire descendre la lumière naturelle, le jour, et artificielle, la nuit, jusqu’au niveau le plus bas. Par des effets de réflexion de la lumière, nous avons conçu une gigantesque sculpture de lumière, appelée «Cascade de reflets». Celle-ci se compose de plusieurs modules, dits «galets». Ces modules sont designés selon les différentes saisons de l’année. Certains auront une forme plus convexe, d’autres plus concave, afin de refléchir au mieux la lumière naturelle à telle ou telle période de l’année, selon l’incidence des rayons. La nuit, les galets sont munis de projecteurs, cachés, créant les même effets de réflexion de lumière. D’autres projecteurs permettent quant à eux, d’éclairer le sol et donc les espaces de circulation, afin de répondre aux normes d’éclairement. Cette grande cascade de lumière dialogue avec d’autres modules, plus pontuels. Ils sont appe- lés les «Galets nuage». Suspendus dans les airs, ils correspondent eux aussi à différentes saisons, et abritent des projecteurs. Jour comme nuit, ils réfléchissent la lumière jusqu’au point le plus bas de la gare. Enfin, nous avons choisi de jouer sur une forme organique, une cascade, rappelant la Seine. En effet, la gare sera située exactement en rive de Seine. Ainsi, elle est équipée d’un long mur miroitant, en partie supérieure, permettant de capter les reflets de l’eau puis de les réfléchir sur la cascade. 50

1. Photographies maquette

Maquette cascade de reflets de la gare Pont de Sèvres

2. Variations galets nuage

Principe préliminaire de suspensions lumineuses reflétant la lumière

3. Puit de lumière

3D principe de descente de la lumière grâce à la cascade et aux galets

4. Galets nuage

Intégration de sources lumineuses dans les galets


gisme

Eclaira

1. 51


GARE Pont de Sèvres

02.07.2015

Agence Patrick Rimoux

Etude des formes Concaves et Convexes pour la réflexion de la lumière

3.

page.17

52


Sèvres

2. 02.07.2015

Agence Patrick Rimoux

gisme

Eclaira

4.

page.29

53 page.31


patrick rimoux Hittorf Réhabilitation

Schéma directeur d’aménagement lumière Gare du nord

Dans le cadre du Grand Paris, l’agence AREP nous a chargé de la remise en état des luminaires ainsi que de la création d’une projection artistique sur la façade principale de la gare «Invitation au voyage» et l’intégration lumineuse de la sculpture «Angel Bear» sur la parvis. Ce projet donne lieu à plusieurs étapes distinctes: premièrement, il s’agissait de revoir la disposition générale de tous les luminaires dans la gare. En effet, depuis peu, les concepteurs lumière sont soumis à de nouvelles normes d’éclairement moyen, appelé aussi lumen moyen. Ceci désigne la quantité et l’efficacité lumineuse moyenne dans un espace. Aujourd’hui celle-ci doit respecter des normes, selon les types d’espaces. En moyenne dans une gare, donc un espace public, le concepteur lumière doit concevoir un projet avec un Lumen moyen de 100. Le projet premier consiste à remplacer les éclairages actuels par de nouveaux. Dans cette étape, il s’agit de distinguer plusieurs parties dans la gare: les espaces de connection entre les transports et la gare, les espaces uniquement de circulation, ceux d’attente etc. Pour celà, plusieurs types de luminaires permettent de mettre en avant certaines ambiances et atmosphères. Pour exemple, sous la mezzanine, sont installés des rails lisses. Ceux-ci permettent d’avoir une lumière diffuse. Il m’a été demandé de designer les futurs lumi- naires pour une implantation optimale dans l’espace de la gare et son esthétique type «art nouveau». Ces luminaires comprennent trois types de déclinaisons: un sera disposé sur une colonne classée au patrimoine, le deuxième sera sous forme de mât, et le troisième en lustre. Il s’agit donc de réfléchir à un design qui puisse s’énumérer sous différents types. J’ai ainsi designé un bras en fonte d’aluminium, en me référant aux courbes que l’on peut retrouver sur la colonne. Dans la continuité de ce bras, vient s’accrocher une verrine opalescente, dans laquelle s’installe les différentes parties électrique du luminaire: le driver, le bloc optique, une grille de défilement et les attaches. 54

1. Invitation au voyage

Oeuvre de Patrick Rimoux sur la façade principale de la gare

2. Angel Bear

Sculpture de Richard Texier et éclairée par Patrick Rimoux

3. Coupe principale

Coupe réhabilitation des éclairages de la gare du nord

4. Variations

Principe de variation des différents luminaires

5. Détails techniques

Coupe de détails techniques sur la verrine et le bloc optique intérieur


1.

gisme

Eclaira

2. 55


GARE DU NORD

RE DU NORD

20-07-2015

24-07-2015

GARE DU NORD

E DU NORD

24-07-2015

24-07-2015

56

Agence Patrick Rimoux, Sculpteur Lumière Agence Patrick Rimoux, Sculpteur Lumière

4.

Agence Patrick Rimoux, Sculpteur Lumière

page 9


5

Agence Patrick Rimoux, Sculpteur Lumière

24-07-2015 3.

gisme

Eclaira

5.

page 3 57


remerciements Ă

58


Ma famille et mes proches pour leur soutien, mes professeurs pour leur pédagogie, mes maîtres de stages, ainsi qu’à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville, pour m’avoir permis de devenir architecte.

59


60

2016 margotjacob book  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you