Page 1

PORTFOLIO #8

Ressources de l’architecture pour une ville durable Commissaire Pierre Lefèvre


EDITORIAL L’exposition consacrée aux Ressources de l’architecture pour une ville durable a pour ambition d’illustrer la contribution que l’architecture et les architectes ont apportée à la réflexion environnementale. Elle veut enrichir le débat interdisciplinaire engagé par la recherche sur les villes durables dont l’opportunité est, dans le contexte d’aujourd’hui, de plus en plus évidente. Enfin elle a pour but de stimuler l’imagination et d’interpeller les jeunes architectes, étudiants ou professionnels, autour des problématiques environnementales qu’il est bon d’intégrer dès les phases de conception plutôt que de se les voir imposer sous formes de normes, règles ou labels auxquels ont tenterait de s’adapter a posteriori. L’exposition se veut à la fois manifeste pour la défense d’un travail de conception architecturale et environnementale, et aussi témoignage des expériences pionnières devenues des références incontournables et des démarches porteuses d’avenir. Elle veut montrer par l’exemple les efforts de recherche entrepris, les solutions adoptées et les savoir-faire qui se mettent en place.

C’est à Pierre Lefèvre, architecte, enseignant-chercheur , découvreur inlassable, que nous avons demandé de réaliser cette exposition. Depuis de nombreuses décennies, il consacre son énergie à débusquer des problématiques nouvelles, des expériences originales et des réalisations significatives : de la participation des habitants aux architectures durables, des écoquartiers à l’écoville . Inlassablement il parcourait l’Europe à la recherche d’innovations. Dès 1995, il avait été l’initiateur et le responsable de la première formation continue créée en France concernant l’architecture HQE et le Développement Durable. Jusqu’en 2007, il est l’animateur de sessions annuelles de 35 jours avec 30 architectes en exercice. Cette exposition est accompagnée, dans sa présentation inaugurale, à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville,(Janvier/Février 2012), d’une collection de maquettes réalisées dans le cadre de l’enseignement de 3e année de Christine Simonin : Climats et enveloppes, cours d’introduction aux


questions environnementales associées à la conception à partir de l’analyse d’exemples de bâtiments très récents. Depuis plusieurs années nous avons la conviction que les problématiques environnementales, au-delà des gadgets technologiques et de la multiplication des labels, qui relèvent souvent du seul souci de captation de marchés, sont avant tout une affaire sérieuse de conception architecturale, constructive, urbanistique. Elles imposent de plus la révision et le dépassement du découpage des échelles d’intervention, qui correspondaient aux disciplines constituées et aux savoir-faire professionnels. Le bâtiment, le quartier, la ville, la métropole, le grand territoire sont, du point de vue général de l’écologie, de l’environnement, des ressources, des flux, dans des interrelations nouvelles. Sur le plan social, du point de vue de l’habitant, de l’espace public ou de l’urbanité, ces découpages et ségrégations ont déjà été dénoncées depuis longtemps. Sur le plan physique, l’histoire et la géographie s’imposent à nous dans une démarche braudélienne, réinterprétant les rapports du temps, de l’espace et de l’économie sur la longue durée. Les économies de ressources, d’espace, de déplacements et de temps font partie d’une même démarche éthique d’aménagement des

territoires qui traverse toutes les échelles. Ces préoccupations animent de longue date les recherches de l’IPRAUS dans leurs interrogations sur l’habitat et l’innovation, l’espace public et les formes urbaines, l’architecture des transports et la mobilité durable, les métropoles ou l’urbanisation des territoires ; avec pour champ d’action Paris et ses banlieues, les villes françaises ou les métropoles asiatiques ; et pour terrain d’expériences un Grand Paris que l’économie monde tire jusqu’au Havre, ou encore un observatoire des territoires en projet . Notre conviction est que la recherche, plus que jamais, est à placer au cœur de la démarche conceptuelle de l’architecture et de la ville. Cette mobilisation des acteurs des différentes disciplines est nécessaire pour relever le défi d’une planète, de sept milliards d’individus, dévoreuse de ressources, alors que l’horizon des dix milliards nous est déjà promis pour les prochaines décennies. Les milieux universitaires qui étaient longtemps restés en retrait par rapport à la recherche sur la ville, s’y intéressent désormais dans une perspective de développement durable, et la fabrication de la ville devient un enjeu expérimental de la recherche universitaire. Le CNRS a créé un Réseau Thématique de Recherche (RTP) inter disciplinaire sur les villes durables associé à la Ville de Paris et à la Région Ile-de-France.


Pour faire face à ces défis, l’IPRAUS Ecole d’Architecture de Paris-Belleville en partenariat avec ACS - Ecole d’Architecture de Paris Malaquais - ont créé, avec le CNRS, en janvier 2010, l’UMR AUSSER (Unité Mixte de Recherche : Architecture Urbanistique Société : Savoirs Enseignement et Recherche). Par le biais de cette UMR de recherche architecturale, se renforce notamment le partenariat des Ecoles d’architecture avec le PRES Paris-Est, en particulier le Pôle de recherche centré sur la ville à la Cité Descartes, et les équipes de recherche de l’Université de Marne-la-Vallée et de Créteil, de l’Ecole des Ponts et Chaussées, et des Instituts d’urbanisme, IFU (Institut Français d’urbanisme), IUP (Institut d’Urbanisme de Paris), ainsi que de l’Ecole d’Architecture de Marne-la-Vallée. Le Grand Emprunt, favorisant les investissements d’avenir, devait soutenir d’une part des campus d’excellence, d’autre part des instituts de recherche et de technologie qui ont pour vocation de créer des projets communs à l’université, la recherche et les entreprises, et enfin des laboratoires d’excellence. La ville durable était un des thèmes éligibles. Ainsi le PRES Université Paris-Est et ses composantes ont été retenus en 2011 pour la constitution d’un laboratoire d’excellence “Labex Futurs urbains” qui devrait renforcer et développer ce pôle de recherche

spécifique sur la ville à l’échelle européenne, et permettre une accroche opérationnelle avec les milieux de l’urbanisme, de l’architecture, de la construction. Cette exposition a été produite par l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville où aura lieu la première présentation publique à partir du 12 janvier 2012, elle a bénéficié du soutien financier du CNRS, du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable, du Transport et du Logement et de la société Saint-Gobain. Présentée en mars 2012 au CNRS , elle a vocation à être montrée dans les autres Ecoles d’architecture françaises en 2012/2013. La conception graphique et scénographique a été assurée par Xsitu. Pierre Clément Paris, le 9 novembre 2011


Descriptif

45 panneaux 70 x 100 cm vertical Impression sur toile canevas montÊe sur châssis de peintre


Tournée ENSA Paris Belleville 12 janvier /9 février 2012 CNRS Paris XVIe 6 mars / 12 avril 2012 Colloque le 23 mars ENSA Lille 7/30 mai 2012 ENSA Paris La Villette 4/29 juin 2012 ENSA Versailles 10 octobre/9 novembre 2012 Centre Culturel Français Barcelone 15 novembre/15 décembre 2012 ENSA Rennes 5 mars / 12 avril 2013 ENSA Grenoble Mai 2013 Biennale du Développement durable


PORTFOLIO # 8 Ressources de l’architecture pour une ville durable Exposition proposée par Pierre Clément Commissaire Pierre Lefèvre Conception graphique et scénographique Philippe Guillemet & Marc Vaye Coproducteurs ENSA Paris-Belleville / Xsitu Avec le soutien de MEDDTL CNRS Saint-Gobain Catalogue Format 21 x 30 à la française 128 pages quadrichromie Edition Apogée

ressources de l'architecture pour une ville durable  

la ville des quatre saisons