Issuu on Google+

Investissement Grands crus : analyse & perspectives

Lettre d'information Septembre 2012 Après un début d’été orageux, les prix des grands crus du Bordelais se sont stabilisé sur les sept dernières semaines pour terminer le mois d'aout en légère hausse. Il faudra attendre encore quelques semaines pour confirmer un rebond durable mais quelques éléments militent déjà dans ce sens.

DOSSIER SPÉCIAL

Que choisir entre fond d'investissement et l'achat de bouteilles? Investir dans le vin : de plus en plus d’investisseurs se tournent vers les placements alternatifs et tangibles afin de diversifier leur portefeuille. L'investissement vin est à la mode. Deux façons d'investir : le vin papier ou le vin en bouteille ? Le Vin : une authentique classe d'actif. Alors que dans un passé plus ou moins proche, on pouvait considérer le vin comme classe d'actif ou comme un plaisir destiné aux collectionneurs et amateurs éclairés, ces dix dernières années ont montré qu'il pouvait en être les deux à la fois. Explosion de la demande mondiale, augmentation des volumes, multiplication des sites internet, multiplication des maisons et ventes aux enchères, nouvelle régulation et nouveaux standards et enfin, création d'une bourse électronique des vins fins à Londres depuis 2002. De plus en plus de personnes cherchent à investir dans des actifs tangibles et sûrs, depuis les déboires de nos bourses et les dernières crises économiques et monétaires. Une certaine défiance s'étant installée envers tous les instruments et acteurs financiers, voire de nos gouvernements, à gérer nos finances ou notre argent ! Une aversion aux risques qui pousse américains, européens et asiatiques, de plus en plus à considérer les actifs tangibles comme un moyen de faire fructifier son argent. Et nous n'en sommes probablement qu'au début tant le potentiel semble élevé : Vins, vignes, art, forêts, métaux précieux, pierres précieuses etc. Une tendance qui n'a pas échappée à nos ex meilleurs amis de la finance et de la City, avec l'augmentation récente de nouveaux acteurs (amateurs de vins ou appât du gain ?), Fonds Commun de Placements dédié au vin. Car, à mon sens, en ce qui concerne les fonds d'investissement dans le vin, il reste sans doute l'un des moyens de placements les plus discutés. En effet, il me semble important de faire preuve de vigilance quant aux fonds existants et à être à l'aise avec la manière dont ils sont gérés : risque de perte en capital, risques de contrepartie, de change, de restriction de liquidité, de gestion


discrétionnaire, de délais, de conflits d'intérêts, être à l'aise avec les barèmes de frais, pénalités, prime sur performance, durée d'investissement obligatoire, sans compter sur l'expérience et les compétences du groupe de conseil travaillant sur les fonds en question. Autant d'éléments ou profils de risques qui s'ajoutent à celui de la volatilité du marché. Nous sommes loin de l'actif tangible ou de la stratégie du 2 pour 1 (stratégie qui consiste à acheter 2 fois plus que sa consommation pour la vendre et réinvestir) ou encore du "si ça monte je les vends et sinon je pourrai toujours les boire!". D'autres Fonds dans le vin se distinguent avec des partenariats d'investissement privés type société en commandite par actions (« SCA »). Ce sont généralement des groupes d'individus mettant en commun leurs ressources pour investir dans le vin ou d'autres actifs, mais comme il n’y a pas de documentation publique, c'est un peu la piste aux étoiles. Pas de contrôle ni de régulation, il est donc difficile de se faire une idée réelle des montants investis ainsi. L'investisseur doit être conscient que dans ces outils financiers, rien ne garantit la récupération de tout ou partie de son investissement, vous n'êtes propriétaire de rien... si ce n'est de vos titres... Alors se pose la question lors de l'évaluation de ces fonds de placement en vin : comment les frais et la performance sont-ils calculés ? Sont-ils évalués en fonction d’une valeur estimative d’actifs, en fonction du prix d'acquisition ou du prix de vente ? Car si la valeur de l'argent papier est quasiment la même que celle de l'argent physique, lorsque le cours de ces grands crus est en hausse, les investisseurs peuvent assister également à l'envolée du prix des titres en papier. Mais cela peut nuire sérieusement à leurs affaires. En effet, la probabilité pour ces négociateurs de réaliser des pertes lors de leurs transactions est fortement élevée en raison de la difficulté de revente offerte par ces outils de placement. Des exemples malheureux sont venus illustrer la presse ces derniers mois, notamment en Angleterre où deux fonds de placement en vin se sont retrouvés en liquidation (La société Beaumont Vintners en liquidation - détails). L'un où l'argent destiné à l'achat en primeur de la campagne 2009 avait disparu (1.5 M de £, estimation) et l'autre ne laissant que 30 centimes par euro investi à ses créditeurs (estimation). En conclusion, il s'avère manifestement que nombre de précautions sont à considérer dans ce type de placement papier afin de ne pas couler l'investissement envisagé! Notamment, dans la mesure où la plupart de ces fonds bloquent votre argent pendant 5 ans. Précautions : 1. Bien connaître et comprendre la stratégie du Fond - Cela inclut quand et comment, pour quelle durée les fonds vont être investis (ceci doit normalement être spécifié dans le "Private Placement Memorandum" s'il y en a un!). 2. Les Dirigeants - Qui est l'équipe dirigeante, leur expérience, leur réputation. 3. Régulation/Gouvernance - Quelle sont les autorités de contrôle du fond. Quels sont les conséquences si les Dirigeants du fonds se livrent à des activités frauduleuses. Comment est procédé l'évaluation ? auditeurs et administrateurs sont très important pour les actionnaires et des reporting réguliers sont essentiels. Vérifier que les vins soient stockés avec un dépositaire agréé sont des facteurs important.


4. Accès au Marché - Accéder au marché est une chose, mais il a ses propres règles et codes ; les conflits d intérêts peuvent être nombreux. Qui effectuent le contrôle de qualité ? assurent la liaison avec les fournisseurs... 5. Les conditions de rachat 6. Frais facturés à l'OPCVM par la société de gestion. Une lecture approfondie et avisée du prospectus de souscription est essentielle pour répondre aux points soulevés. Heureusement il existe des solutions bien plus simples, moins coûteuses, qui permettent d'accéder à la performance de marché, de sécuriser votre investissement et d'accéder à vos vins. En effet il est aujourd'hui très facile de trouver des zones de stockage sûres dont vous gardez la propriété pour de faibles coûts (13 euros par an/par caisse), accessible par Internet. Les conseils d'un spécialiste ou d'un bon caviste feront le reste. Rappelons-nous que ces Vins ont été produits dans un seul but, réjouir ceux qui les boiront, faire rêver ceux qui les garderont et éventuellement les revendront. Pas pour se faire titriser ou découper en 52 semaines sur un compte titre ! A bon entendeur...

Retrouvez-nous sur Facebook, partagez nos plus belles histoires http://www.facebook.com/emlindex

European Millesimes Ltd. 81 Bd, Pierre 1er 33110 Bordeaux Le Bouscat Tel +33 (0) 5 56 70 87 14

emlindex.com contact@emlindex.com

European Millésimes est membre actif du Liv-ex qui regroupe plus de 400 membres professionnels du vin.

Avertissement : ce bulletin est diffusé à titre informatif seulement et n'a pas la valeur de conseil financier ou des conseils quant à la valeur ou valeur probable à l'avenir de l'un des vins qu'il aborde. Les opinions exprimées sont sujettes à changement sans préavis. European Millésimes ltd décline toute responsabilité pour l'exactitude de son contenu.


Newsletter Septembre 2012