Issuu on Google+

Madjer : «Il faudrait trouver des solutions en attaque»

www.maracanafoot.com

Mardi 8 Juin 2010 - N° 1134 - Prix 20 DA

Le pays n’a d’yeux que pour vous

Les Verts sont en Afrique du Sud

g Séance de décrassage en fin de journée d’hier g Réunion joueurs - staffs - Raouraoua

Chaouchi l’espoir numéro

1

Ghezzal va rester en Italie Giampaolo le veut à Catane

CHAMAKH : «L’Algérie peut aller très

MATHÄUS : «Je vois une équipe africaine en 1/2 finale»


02

Maracana N° 1134 — Mardi 8 Juin 2010

BALLE AU CENTRE Par ALI BOUACIDA

Le tennis, sport mineur En suivant la finale de tennis à Roland Garros qui a encore consacré l’espagnol Rafael Nadal, nous sommes restés songeurs avec un pincement au cœur, pour ne pas dire carrément de l’amertume. Bien sûr, il est malvenu en ces temps où sa majesté le football occupe toutes les manchettes, de parler de tennis et cela peut paraître superflu voire complètement horssujet. Pourtant…L’opportunité d’un tournoi de la stature de Roland Garros qui engrange des sommes faramineuses, une audience télé record et une lutte implacable entre annonceurs qui se bousculent pour afficher leur logo, prouvent qu’il n’y a pas que le football pour déchaîner les passions et que d’autres disciplines jugées mineures peuvent si elles sont bien gérées, attirer les foules et devenir, à l’instar du football, un véritable bisness. Tout ça pour dire l’extrême indigence des matières sportives chez nous dont le tennis est chaque année représenté par une ou deux vedettes qu’on exhibe avec fierté le temps de quelque tournoi international où du reste, elles font bien pâle figure. C’est que le tennis fait partie de ces disciplines injustement considérées comme mineures parce que supposées demander plus de moyens que les autres sports, alors que c’est complètement faux. Concrètement, où est la différence entre un terrain de basket ou un court de tennis ? Un tracé, un filet, des raquettes, des balles et en avant. D’ailleurs, à ce sujet il convient de noter que certains ensembles immobiliers sont dotés de courts de tennis à l’intention des riverains mais dans la plupart des cas, ils sont grillagés et fermés à clé, au grand désespoir des bambins qui veulent s’essayer à ce «sport de riches». Dans les établissements scolaires, il est extrêmement rare de trouver un lycée doté d’un terrain de tennis, parce que les gérants du sport, par on ne sait quelle rhétorique, considèrent que nos enfants ne s’intéressent qu’au foot au point où chaque responsable qui se targue d’encourager la pratique sportive vous montrera fièrement le terrain de foot réalisé au prix de grands sacrifices et il ne lui viendra jamais à l’idée que les autres sports collectifs, les sports de combat et le tennis peuvent aussi intéresser la jeunesse. Comment alors peut-on décréter que les jeunes n’aiment que le foot quand on ne leur a proposé aucune autre discipline ? Il y a sûrement des Nadal qui sommeillent dans les quartiers de cet immense pays : il faut juste qu’ils apprennent à manier la raquette. Pour cela, il faut multiplier les courts. Tout A. B. simplement.

JUMELLES

LES JOURS DE LA «CHKARA» SONT COMPTÉS !

TRANSFERTS, RECRUTEMENTS ET PRÊTS DE JOUEURS :

Alors que le professionnalisme n’est pas encore effectif et que le statut des clubs de football n’est pas défini clairement, l’opération recrutement bat son plein et l’argent coule à flots. A titre d’exemple, le club de la JS Kabylie vient déjà de débourser près de 6 milliards de centimes en recrutant 4 joueurs :

Honduras, des chambres à 74 euros

A l'heure où le luxe de l'hôtel des Français est critiqué par la secrétaire d'Etat aux sports, Rama Yade, force est de constater que la FFF a payé le prix fort pour loger la délégation tricolore. Avec des chambres à 600 euros la nuit, la Fédération a déboursé trois fois plus que l'Allemagne qui a trouvé des appartements à 200 euros. Les Anglais dormiront, quant à eux, pour 150 euros. Plus petit budget de la compétition, le Honduras a, de son côté, loué des chambres à 74 euros.

Asselah (ex-NAHD), Yallaoui (ex-WAT), El Orfi (ex-PAC) et en reconduisant les contrats des joueurs Aoudia et Tedjar. En attendant d’autres joueurs dont leur signature est imminente, le président doit encore débourser. L’autre club, qui occupe actuellement une place privilégiée dans le marché,

n’est autre que l’ES Sétif à qui, aussi, il faudra au président Serrar de casser sa tirelire pour étoffer un peu plus l’effectif de son équipe. Le professionnalisme n’est-il pas initié, justement, pour une traçabilité efficiente des fonds dont disposent les clubs qui, jusque-là, échappent à tout contrôle.

Marchisio a-t-il insulté les Romains ?

D'après une vidéo qui circule sur internet, le joueur italien Claudio Marchisio aurait traité les Romains de "voleurs" en chantant l'hymne national... Marchisio aurait-il un humour un peu spécial ? C'est ce que semble croire le Corriere dello Sport. Selon le journal italien, le prometteur milieu de terrain de la Squadra Azzura aurait interprété à sa façon l'hymne national lors du match Suisse-Italie samedi dernier. Sur la vidéo mise en ligne sur son site, il apparaît clairement que Claudio Marchisio ajoute un mot entre deux couplets. Mais lequel? Pour les auteurs du montage, pas de doute, il s'agit bien de " ladrona " (voleurs). Ce qui pourrait apparaître comme une simple boutade est en train de prendre de l'ampleur de l'autre

côté des Alpes car cette phrase est loin d'être anodine. En effet, "Rome la voleuse "est un des slogans les plus utilisés par la Ligue du Nord, un parti populiste, particulièrement critique visà-vis des habitants du Sud de la péninsule. Si le joueur n'a pas encore réagi, Marcello Lippi, le sélectionneur italien, a, d'ores et déjà, pris fait et cause pour son joueur: "Marchisio est un gars génial, sérieux, exemplaire. Je ne crois pas qu'il ait pu dire une telle chose". Alors, le joueur de la Juventus de Turin est-il un membre de la Lega Nord ? A-il un humour douteux ? A-t-il tout simplement dit autre chose ? A vous de vous faire votre opinion. Une chose est sûre, ces propos ont bien fait rire Alberto Gilardino et Fabio Cannavaro...

5 000 personnes pour Messi, Tevez et Higuain

Près de 5 000 personnes ont assisté dimanche à ons le programme prévu sur les plans tactique, physique et footballistique sans connaître les l'entraînement de l'Argentine et de ses stars problèmes des autres sélections. Il n'y a pas eu Lionel Messi, Carlos Tevez ou Gonzalo de blessures graves, ce qui a permis au sélecHiguain en vue du Mondial-2010, au stade de tionneur de nous demander le maximum", a l'Université de Pretoria. Après s'être contentée affirmé le défenseur Martin Demichelis au d'entraînements à huis clos depuis son arrivée cours d'un point-presse. Avant l'entraînement, dans la capitale administrative sud-africaine le une équipe médicale de la FIFA s'est présentée 29 mai, la sélection de Diego Maradona a pour un contrôle antidopage inopiné et aléafinalement décidé d'ouvrir les portes de son toire. Ariel Garce, Sergio Romero, Diego Pozo, stade d'entraînement dimanche. Le public, Mariano Andujar, Maxi Rodriguez, bruyant et enthousiaste, a été Diego Milito, Sergio Agüero récompensé pour sa et Carlos Tevez ont subi patience puisque les un test de routine. Argentins ont L'Argentine marqué six buts affrontera le lors d'une Nigeria le 12 opposition juin à l'Ellisen deux Park de périodes Eric Gerets, actuellement à la tête du club saoudien d'Al Hilal, Johannesburg de 20 minsera le prochain sélectionneur du Maroc, selon Het Laatste lors de son utes entre Nieuws. Le technicien belge quittera son club actuel au plus premier match titulaires et tard en novembre, s'il parvient en finale de Ligue des du groupe B, remplaçants champions d'Asie, pour s'engager sur une durée de avant de jouer (3-3). Chez les quatre ans. L'ancien entraîneur de Marseille contre la Corée du titulaires, Tevez n'a jamais dirigé de sélection Sud (17 juin) et la était associé à Messi nationale auparavant. Grèce (22 juin). et Higuain. "Nous suiv-

Gerets, nouveau sélectionneur du Maroc

Le premier train rapide d'Afrique en service à Johannesburg pour le Mondial Le Gautrain, premier express régional d'Afrique, sera mis en service mardi à Johannesburg, juste à temps pour accueillir dans des wagons ultra-modernes le flot de supporteurs étrangers attirés par le Mondial-2010. Les constructeurs ont mis les bouchées doubles pour livrer ce premier tronçon avant le match d'ouverture vendredi, et rattraper les retards causés par des grèves, des problèmes géologiques et des terrains livrés en retard par les autorités. Grâce à leurs

efforts, les 300 000 visiteurs, attendus pendant la Coupe du monde, pourront quitter l'aéroport international OR Tambo à bord de ce train au design léché, capable de pointes à 160 kilomètres/heure. Pour 100 rands (environ 10 euros, le quart du prix d'un taxi), et en douze minutes, ils parcourront 15 kilomètres, jusqu'au quartier d'affaires de Sandton. En voiture, aux heures de pointe, le trajet dure plus d'une heure. Le Gautrain, qui utilise "de nouvelles

technologies, correspond aux besoins du XXIe siècle", a commenté le ministre des Transports, Sibusiso Ndebele. "Il va donner une belle image de modernité au pays", a renchéri Laurence Leblanc, directrice internationale de RATP Dev, filiale du groupe français RATP chargée d'exploiter la ligne pendant 15 ans. "Le Gautrain n'est pas spécialement un projet Mondial : il ne dessert pas les stades", souligne-t-elle. "Mais c'est un projet superbe pour l'image de l'Afrique du Sud."

BLATTER «L'Afrique ne peut plus être tenue à l'écart»

L'Afrique peut être "fière" d'accueillir la Coupe du monde de football 2010 et "ne peut plus être tenue à l'écart" de la scène internationale, a déclaré dimanche le président de la FIFA, Sepp Blatter. "C'est une Coupe du monde africaine et tout le travail de préparation de ce Mondial a été fait dans ce pays", a souligné le président de la Fédération internationale de football lors d'un point-presse à Prétoria. "Ce continent qui a été tenu à l'écart, qui est toujours tenu à l'écart, ne peut désormais plus être tenu à l'écart", a-t-il poursuivi. "Naturellement, tout n'est pas parfait, mais la perfection n'existe pas", a-t-il ajouté sans donner de précisions. Malgré tout, "l'Afrique peut être fière", a-t-il estimé.


Maracana N° 1134 — Mardi 8 Juin 2010

Le pays n’a d’yeux que pour vous

J-04

Les Verts sont en Afrique du Sud

L’

g Par Omar Zoubiri

équipe nationale de football est arrivée hier, aux environs de 8h20, au King Shaka International Airport de Durban, à bord d’un vol spécial de la compagnie nationale, en provenance de Munich (Allemagne) pour prendre part à la phase finale de la Coupe du monde qui débute jeudi le 11 juin. A son arrivée, la délégation algérienne a été accueillie par les autorités de la province du Kwazulu Natal, des représentants de la FIFA, l’ambassadeur d’Algérie en Afrique du Sud et le président de la FAF, Mohamed Raouraoura qui a précédé l’arrivée de ses troupes. A leur descente d’avion, les

vingt-trois joueurs de l’EN portaient tous des survêtements aux couleurs algériennes. Rappelons que c’est le Nigeria qui a été la première équipe à fouler le sol sud-africain par Durban. Les «Super Eagles» sont arrivés mercredi, en provenance de Londres. Après onze heures de vol, donc, l’équipe nationale a foulé le sol sudafricain pour s’engager dans la plus prestigieuse compétition sportive du monde, le Mondial de football. La délégation, composée de quarante-sept personnes, dont les 23 joueurs, le staff technique, administratif et médical de la sélection, a effectué un long voyage de nuit et, après quelques instants de repos à l’aéroport pour récupérer du

long voyage, les joueurs sont montés dans leur bus, flanqué aux couleurs de la sélection, spécialement affrété pour la compétition, et sur lequel est placardé le slogan : «Viva Algeria !». Escortés par plusieurs véhicules de police, ils ont rejoint le Mondazur Resort Hotel qui leur servira de camp de base pendant toute la durée de la Coupe du monde, situé dans la municipalité d'Ugo, dans la province de KwazuluNatal, situé à 120 km de la ville de Durban. Pour rappel,

l’Algérie est la seule sélection du Mondial basée dans la région du South Coast. Le Mondazur Resort Hotel, site réservé par la FIFA, est un magnifique complexe touristique doté de 40 chambres, d'une piscine et, désormais, de deux terrains de football, homologués aux normes FIFA, construits pour l'occasion. Fait insolite, à quelques centaines de mètres de lieu de résidence des Verts, il y a une réserve de rhinocéros. O. Z.

Chaouchi l’espoir numéro 1

Imprévisible, irrégulier et incertain, mais souvent excellent, tant sur sa ligne que dans les airs. C’est avec ces quelques mots que l’on peut qualifier le rendement du gardien de but de l’Equipe nationale, Fawzi Chaouchi.

Ce dernier ne cesse de surprendre les supporters algériens ainsi que les observateurs. Son rendement diffère d’un match à un autre. Mieux encore, il s’agit d’un gardien qui peut montrer deux visages totalement différents. Ce «double visage» de Chaouchi n’est pas nouveau. Autrement dit, le fils de Bordj Menaïel a habitué les observateurs par son rendement irrégulier depuis qu’il a été engagé par la JS Kabylie. Tout le monde se souvient du match époustouflant de Chaouchi au Soudan lors du match barrage qui a opposé l’Algérie à l’Egypte. Le gardien de l’ES Sétif était tout simplement le héros du match et ce, de l’avis de tous les observateurs. Il avait sauvé les Verts d’une défaite certaine. Sa prestation lors de cette partie a fait de lui, le gardien le plus sollicité. Plusieurs clubs européens avaient manifesté leur intérêt pour le

recruter. Cela témoigne des qualités de ce gardien. Le «grand succès» de Chaouchi n’a pas trop duré. Reconduit par Saâdane dans les bois lors du premier match en Coupe d’Afrique des Nations face au Malawi, le gardien de l’Entente a été tout simplement out. Après ce passage à vide, Chaouchi a repris confiance en livrant une très belle prestation en quarts de finale cface à la Côte d’Ivoire. Face à l’Egypte, en demi-finale, ce même héros était passé à côté de la plaque. En plus des lacunes techniques, il a eu un «bonus» d’un carton rouge, à cause de son mauvais comportement lors de cette rencontre. Les clubs français intéressés par le gardien au lendemain du match barrage au Soudan, ont fait marche arrière après les défaillances relevées au fil des matches. Pour les trois derniers matches amicaux disputés par les Verts, face respectivement, à la Serbie, l’Irlande et les Emirats arabes unis, Chaouchi n’était pas trop mauvais, mais pas très bon non plus. Face à l’Eire, il a fait de petites erreurs qui ont causé de gros dégâts. Face aux EAU, il a failli être la cause de l’égalisation des Emiratis, lorsque son mauvais dégagement était tombé dans les pieds d’un attaquant adverse qui, d’un tir puissant, a failli renverser la vapeur. De l’avis des spécialistes de la balle ronde, un grand travail, sur tous les plans, attend Fawzi Chaouchi pour qu’il montre ses capacités réelles. O. Z.

03

Séance de décrassage en fin de journée d’hier Après leur installation au camp de base, les joueurs ont bénéficié de quelques heures de repos, avant de rejoindre le hall et départ pour une séance de décrassage. Une séance qui s’est tenue au stade de Robert’s Sports Center, un complexe sportif situé à 19 kilomètres de leur lieu d’hébergement.

Réunion joueurs - staffs Raouraoua

Au retour de l’entraînement et après le dîner, une réunion devait regrouper la délégation algérienne (les 23 joueurs, les staffs technique, médical et administratif) et responsables de la FAF, autour du président Raouraoua. Si l’ordre du jour de cette réunion n’a pas été communiqué, il n’en demeure pas moins que les discussions ont été certainement axées sur les préoccupations de cette dernière semaine avant l’entrée en matière et le premier match face à la Slovénie, prévu ce dimanche, à Polokwane. O. Z.

Madjer : «Il faudrait trouver des solutions en attaque»

Quel constat faites-vous après cette courte victoire des Verts dans ce match amical contre les Emirats arabes unis? Il y a, certes, beaucoup de choses à dire. Mais, il ne faut surtout pas trop se focaliser sur le rendement d’un match amical. Il faut plutôt positiver pour aider l’Equipe nationale avant le Mondial. Les mauvaises paroles n’ont vraiment pas leur place après un match amical. Il y a bien du positif et du négatif dans chaque match. Mais, je pense qu’il faut participer à la sauvegarde de la sérénité au sein de l’Equipe nationale. Ces points positifs et négatifs vont permettre à l’entraîneur national d’en tirer le meilleur profit pour faire tourner son équipe. Le Mondial est trop proche et que faut-il faire à votre avis? On doit élever le niveau face à la Slovénie. Et quand je dis élever le niveau, je veux dire qu’il faut jouer contre nos adversaires, non pas avec notre valeur actuelle, mais avec une valeur supérieure. Quand on voit nos adversaires, la Slovénie qui gagne (3-1) contre la

Nouvelle-Zélande qualifiée au Mondial et les Etats-Unis qui gagnent (3-1) face à l’Australie alors que l’Angleterre n’est plus à présenter, il y a lieu de s’inquiéter en constatant que notre équipe n’arrive toujours pas à marquer. C’est pour ça que je dis qu’il faut jouer dans le même rythme où évoluent nos adversaires. Justement, ce problème d’inefficacité offensive est criant chez les Verts, qu’en ditesvous? On n’a pas vu grand-chose dans les derniers matches et même celui face aux Emirats arabes unis. Ce ne sont certes, que des matches amicaux, et il ne faut pas juger les joueurs sur des matches de cette catégorie. Il faut donc attendre le jour «J» pour avoir une vraie idée de la valeur de notre Equipe nationale. Il est vrai que pour le moment, on n’arrive toujours pas à marquer. Et c’est un grand souci pour notre Equipe nationale. Il n’empêche qu’il faut la soutenir tant dans le bien que dans le mal. O. Z.


04

Maracana N° 1134 — Mardi 8 Juin 2010

CHAMAKH : «Les Algériens peuvent aller très loin» Dans une interview accordée au journal Hola Maroc, le nouveau joueur d’Arsenal s’est exprimé sur les Lions de l’Atlas mais également sur le devenir des Fennecs en coupe du monde de football en Afrique du Sud.

A

bsent de la coupe du monde, le Maroc n’a pu assouvir le rêve de jeune enfant du prodige marocain qui a échoué à deux reprises dans son entreprise : en 2006, face à la Tunisie par la faute d’un nul 2-2 à Tunis et en 2010 suite au parcours qualificatif chaotique des Lions de l’Atlas. Mais pareille défection n’empêchera pas le buteur marocain de vivre pleinement la coupe du monde d’autant plus qu’il sera consultant pour la télévision française. S’agissant de la seule équipe maghrébine participant à cet événement d’envergure mondiale, Chamakh a été des plus clairs. « Les Algériens ont une très bonne équipe. Je suis convaincu que ces joueurs là, avec ce collectif-là, peuvent aller très loin. Ils sont soutenus par tout un peuple. Il y a une vraie envie. Moi, j’y crois. », a-t-il notamment déclaré à l’occasion d’une interview accordée au mensuel Hola Maroc. Pour ce qui est des relations entre le Maroc et l’Algérie, Chamakh a rajouté : « Je suis né en France, j’ai des tas de

copains algériens. On joue au foot ensemble, on se marre ensemble et le soir de leur qualification, on a même fait la fête ensemble ! Je préfère nettement cet esprit là. » Il faut rappeler que les Lions de l’Atlas et les Algériens appartiennent au même groupe qualificatif de la Coupe d’Afrique des Nations de football 2012. A ce sujet, l’ancien joueur de Bordeaux s’est également prononcé sur son choix de porter la tunique verte et rouge des Lions de l’Atlas : « Un choix difficile et spontané, dans le sens où je n’ai pas eu beaucoup de temps pour décider, tout en réalisant que je ne pouvais le faire à la légère. Quand on porte, ne serait-ce qu’une fois, le maillot marocain, on signe pour la vie ! A l’époque, je jouais pour l’équipe de France des moins de 18 ans. Aujourd’hui, quoiqu’en disent certains, je ne regrette pas mon choix. » Souvent décrié au Maroc pour ses prestations mi-figue, mi-raisin, Chamakh fait partie des valeurs sûres sur lesquelles va très certainement se reposer le futur sélectionneur marocain pour bâtir une équipe nationale performante. Les futures joutes entre le Maroc et l’Algérie promettent en tous cas des joutes épiques entres Chamakh et les colosses de la défense algérienne que sont Antar Yahia, Magic Bougerra et Rafik Halliche.

J-03

Catane veut Ghezzal

Relégué en Serie B avec l'AC Sienne, l'attaquant international algérien Abdelkader Ghezzal (25 ans) suscite l'intérêt de Catane, pensionnaire de l'échelon supérieur. Désireux de poursuivre sa carrière en Serie A après la relégation de Sienne, Abdelkader Ghezzal a une touche avec Catane. Et pour cause : Marco Giampaolo, qui a eu l’attaquant international algérien sous ses ordres à Sienne avant d’être limogé, a pris les commandes du club sicilien. « Je suis heureux de cette approche de Catane. Giampaolo est un entraîneur avec qui j'ai déjà travaillé, j'ai une bonne relation avec lui. Je me sentais très bien sous ses ordres, donc je ne suis pas surpris par le fait d'être dans sa liste des joueurs souhaités », a déclaré le Fennec, interrogé par Tuttomercatoweb. Retenu pour le Mondial, Ghezzal s’est posé hier matin en Afrique du Sud en compagnie de ses coéquipiers de la sélection nationale. F. C.

BOUNAAS : «L’EN a les moyens de battre la Slovénie» Bounâas Noureddine ancien International champion d’Afrique 1990 sous la houlette du cheikh Kermali, il a joué dans les deux grands clubs de constantine à savoir le MOC et le CSC et a remporté avec chacun d’eux le titre de champion d’Algérie, actuellement il s’occupe à Constantine de l’école de football de l’entreprise Sonatrach qu’elle a initié à travers tout le pays.

Un commentaire sur le match livré par l’EN contre les Emirats arabe unis ? Ce n’était pas un match facile contrairement à ce que pensent certains, nos joueurs ont mis beaucoup de temps à entrer dans le match il n y’avait pas beaucoup de rythme et quelques part l’adversaire a refuser de jouer, bien sûr c’est un match amical ou les joueurs malgré qu’ils jouent a fond ne se donnent pas à 100% et évitent les contacts, cela dit cela permet au coach de peaufiner les derniers réglages avant de commencer la véritable compétition et

de rentrer dans le vif du sujet, mais il nous fallait gagner ce match pour le moral je dirais que on a fait une bonne deuxième mi-temps, les joueurs étaient présents physiquement et ont su garder et faire circuler le ballon et se créer pas mal d’occasions. Quels enseignements peut-on tirer de ce match ? Il est tout a fait clair que notre attaque ne carbure pas comme il le faut et cela reste un handicap qu’il faudra surmonter lors des matchs de la coupe du monde si l’on veut aller plus loin, l’entraineur national a beaucoup de choix, il y a de la qualité dans le groupe il suffit de bien négocier le premier match contre la Slovénie cela dit ça ne sera pas du gâteau, cependant il faudra être très prudent sans pour autant négliger l’offensive l’essentiel c’est de marquer des buts et je peux vous dire qu’on a les moyens de battre les Slovènes, j’ai regarder leur match contre le Qatar ils ne m’ont pas convaincu mais comme je l’ai dit un match amical reste un match amical. Que pensez-vous des nouveaux ? Pour les nouveaux je peux vous citer Boudebouze qui est un jeune pétri de

qualité il a sa jeunesse et il peut apporter énormément de jus a notre attaque, Lahcen possède une bonne vision du jeu bon récupérateur et très bon dans la relance, il a un bon positionnement sur le terrain il distille de très belles balles vers les couloirs, Guedioura apporte de la puissance et de la stabilité dans le milieu les trois peuvent prétendre être parmi le onze, en revanche pour les autres ils constituent des doublures de valeurs. Et nos chances ? Je ne peux pas donner de pronostic comme cela, à vrai dire a part l’Angleterre qui est parmi les favorites du groupe et pour le sacre final. Je placerais les trois pays sur le même pied d’égalité, je peux vous dire que c’est jouable entre les trois pays, je vous avoue que je suis optimiste pour notre EN, je la sent. Des projets ? Non, pour le moment je suis toujours responsable de l’école de football de Sonatrach qui compte en son sein prés de 200 gosses et ce n’est pas de tout repos vous savez. Croisons les doigts et disons bonne chance à notre équipe nationale. Entretien réalisé par Lamine Boudebza


Maracana N° 1134 — Mardi 8 Juin 2010

05

Dunga sait où il veut en venir

J-03

Le Jogo Bonito n'est pas exactement le programme annoncé par le Brésil de Dunga. Rigueur et discipline seront les maîtres mots des Auriverde. A l’image de Parreira ou encore Scolari, d’autres sélectionneurs ont fait ce pari avant lui. Résultat : ils ont gagné la Coupe du Monde.

succès en club, Felipao les avait bâtis sur des contre-attaques ravageuses. Les parentés avec le jeu des années 1970 n'ont ébloui personne au Japon et en Corée du Sud. Mais son système en 5-4-1 a permis aux trois "R" (Ronaldinho, Rivaldo, Ronaldo) de démontrer leurs qualités (18 buts marqués), de faire taire les sceptiques et d'offrir au Brésil la fameuse "Penta". Scolari, qui s'était privé de Romario, résumait bien sa philosophie : "Je ne suis pas menteur jusqu'à dire que je veux la victoire avec la manière. Mon principal objectif, c'est les résultats". Dunga pense la même chose à la virgule près. Inspiré par Parreira, dont il était le capitaine et le symbole en 1994, celui qui est surnommé "l'Allemand" par ses compatriotes construit une formation à son image. Retenu par les instances du football brésilien pour apporter un peu de rigueur à un groupe qui en manquait cruellement après l'échec fracassant de la Coupe du monde 2006, il réussit pour le moment sa mission sans se soucier des critiques, à l'image de Parreira ou de Scolari. Jusqu'ici, la première place obtenue en qualifications, la victoire à la Copa America 2007 et à la Coupe des confédérations 2009 ne l'ont pas incité à faire marche arrière.

U

ne équipe loin d’être samba, un peu plus laborieuse, mais efficace. Dunga voit son Brésil ainsi. Depuis sa nomination à la tête des Auriverde, et encore un peu plus suite à l'annonce de sa sélection pour le Mondial sud-africain, l'ancien glorieux capitaine de la Seleçao en 1994 et 1998 est la cible de nombreuses critiques. Pour ses compatriotes, il privilégie la rigueur défensive au détriment du fameux "jogo bonito", ce qui a eu pour conséquence l'absence de joueurs comme Ronaldinho ou Pato de la liste. Ces critiques, il n'en restera rien, si le Brésil gagne le tournoi comme il l'a fait en 1994 et 2002 avec un autre sélectionneur adepte d'un jeu "contre-nature". Si l’histoire des Auriverde est rythmée par les déhanchements et les éclairs de génie des Pelé, Garrincha et autre Jairzinho, le Brésil a su, depuis, s'adapter aux exigences du football moderne. Les échecs des sélections brésiliennes après 1970, où la Seleçao avait atteint le sommet de son art, ont marqué les SudAméricains. Notamment ceux des équipes du sélectionneur Telê Santana en 1982 et 1986. Avec un jeu porté vers l'offensive, les Brésiliens ont subi deux revers cinglants (élimination au 2e tour puis en quart de finale). Le contre-exemple parfait de ces deux précédents, qui semble nourrir Dunga aujourd'hui, la Seleçao l'a trouvé en 1994 aux Etats-Unis.

1994, le modèle ?

Carlos Alberto Parreira, vivement critiqué,

Kaka et Robinho, la lueur d'espoir

y avait présenté une équipe brésilienne disciplinée et très défensive. Sans faire le spectacle, le Brésil a terminé la compétition avec 11 buts marqués pour 3 encaissés, pour

décrocher une quatrième étoile après vingtquatre ans de disette. Même procès et même résultat en 2002 avec Luiz Felipe Scolari. Très apprécié au pays pour ses nombreux

Dunga sait aussi que tactique prudente ne rime pas forcément avec succès. En 1990, l’équipe de Sebastiano Lazaroni s'était fait éliminer sans gloire - sans jouer, disent les mauvaises langues - par l'Argentine de Maradona (1-0). Dunga était alors sur le terrain. Quel schéma va-t-il reproduire cette année ? Celui de 1990 ou de 1994 ? Le deuxième modèle l'inspire évidemment davantage. Cette année-là, Bebeto et Romario, comme les 3R en 2002, avaient été la caution "brésilienne" d'une équipe rigoureuse. Dunga possède Kaka et Robinho. Et c'est assez à ses ye ux pour contenter tout le monde.

Alves, contre vents et marées BRÉSIL

Il est plutôt rare d'entendre Dunga parler d'un joueur en particulier. Quoi de plus naturel de la part d'un entraîneur qui accorde une telle importance à l'union du groupe, au point d'en avoir fait l'un des points forts de la sélection brésilienne ?

L

e 11 mai dernier pourtant, au début de la conférence de presse au cours de laquelle il allait divulguer le nom des 23 joueurs appelés à défendre les couleurs du Brésil à la Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010, Dunga a mentionné spécifiquement l'un de ses joueurs, de façon aussi élogieuse que spontanée, précisément pour illustrer l'esprit d'équipe qui anime son groupe. Le joueur en question est Daniel Alves. Dunga connaît le talent de l'intéressé. Il sait aussi que dans n'importe quelle autre sélection, le natif de Bahia serait probablement le titulaire absolu et indiscutable au poste d'arrière latéral droit, qui est occupé par Maicon en Seleção. À une occasion, l'entraîneur avait évoqué avec Alves la possibilité pour lui d'évoluer à une autre position. La réponse du Barcelonais, citée en exemple par Dunga à cette occasion, ne laissait aucun

doute quant à sa polyvalence et à son statut d'homme de confiance au sein du groupe brésilien : "Ne vous inquiétez pas, Professeur. Je jouerai là où vous aurez besoin de moi". Il n'est dès lors pas étonnant que Daniel Alves ait été déterminant à plusieurs reprises en sélection, bien qu'il ne soit pas systématiquement titulaire. Ce fut notamment le cas en demi-finale de la Coupe des Confédérations de la FIFA 2009, lorsqu'il est entré en jeu comme arrière latéral gauche pour inscrire le but de la victoire face à l'Afrique du Sud, ou encore face au Chili en phase qualificative, où il avait été l'un des principaux artisans de la victoire 4:2 alors qu'il évoluait au milieu du terrain. "Jouer en sélection est toujours un honneur, quelle que soit la position que j'occupe ou mon temps de jeu, assure le défenseur de 27 ans, qui a débuté sa carrière à Bahia, avant de décrocher un transfert au FC Séville. Mon objectif est d'aider le groupe du mieux que je le peux et de justifier la confiance que Dunga a placée en moi. Et le meilleur moyen d'y arriver, c'est en travaillant."

Pas à pas

Pour devenir l'une des idoles du public brésilien, Daniel Alves n'emprunte pas le chemin le plus court. Certes, il porte très tôt le maillot jaune de la Seleção, sous lequel il est

notamment élu troisième meilleur joueur de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2003. Toutefois, le public local n'a presque pas le temps de faire sa connaissance. La même année, à 19 ans, il quitte Bahia après seulement quelques rencontres pour rejoindre Séville. S'ensuit un processus d'enrichissement mutuel ; alors que le club andalou parvient enfin à se hisser parmi les grands d'Espagne, décrochant deux Coupes UEFA au passage, le Brésilien voit sa cote grimper en flèche. Lorsqu'il est appelé en sélection senior pour la première fois de sa carrière en octobre 2006, déjà sous Dunga, Daniel Alves est une star en Espagne. Convoité par les plus grands clubs du monde, il est considéré en Europe comme l'un des meilleurs joueurs de la planète à son poste. Néanmoins, ce n'est qu'à partir de 2007 qu'il obtient la reconnaissance définitive et indiscutable du public brésilien, grâce à ce but inscrit face à l'Argentine en finale de la Copa América, qui permet au Brésil de s'imposer 3:0. "Cela a été sans aucun doute le but le plus important de ma carrière. C'est ce moment qui a déterminé mon avenir avec la Seleção", se souvient le Brésilien. Depuis son transfert au FC Barcelone, en juillet 2008, sa popularité n'a jamais cessé de croître.


06

Maracana N° 1134 — Mardi 8 Juin 2010

L'Afrique du Sud, une équipe en pleine confiance

L'Afrique du Sud a idéalement achevé sa préparation samedi à six jours du Mondial avec sa victoire contre le Danemark (1-0), un succès qui renforce la confiance des Bafana Bafana, désormais invaincus depuis douze matches.

J

usqu'à récemment, les futurs adversaires du Mexique, de l'Uruguay et de la France, classés 83e dans la hiérarchie mondiale, étaient souvent donnés comme éliminés au terme du premier tour. Mais leur forme récente et leur engagement a quelque peu changé les perceptions et les Sud-Africains font dorénavant figure d'adversaire dangereux dans un groupe A sans favori incontestable, la France ayant donné des signes inquiétants lors de sa préparation. A l'heure de disputer "leur" Mondial, les Bafana (+les garçons+ en zoulou) comptent poursuivre sur leur dynamique pour éviter de devenir la risée de la planète aucun pays organisateur n'a jamais été éliminé dès le 1er tour - et satisfaire les attentes de tout un peuple. Les matches amicaux ont confirmé qu'ils devront d'abord compter sur les expérimentés Steven Pienaar, en attaque, et Aaron Mokoena en défense, respectivement 50 et 101 capes. Les piliers de la sélection seront entourés du gardien Itumeleng Khune, décisif jusqu'à la dernière minute contre les Danois, du milieu Siphiwe Tshabalala et de l'attaquant Katlego Mphela, très en vue lors des dernières sorties. Les hommes du Brésilien Carlos Alberto Parreira ont également l'avantage d'évoluer à domicile et d'avoir l'habitude de jouer dans une ambiance survoltée et extrêmement

bruyante, vuvuzelas obligent. D'autant qu'ils sont les seuls à avoir goûté à l'atmosphère du stade de Soccer City à Johannesburg, où ils disputeront le 11 juin le match d'ouverture contre le Mexique. Malgré leur invincibilité, leur préparation a souvent été raillée en raison de la qualité relative de leur adversaires, les Sud-Africains n'ayant affronté qu'à trois reprises des équipes qualifiées pour le Mondial Finalement, cette programmation leur a permis de monter en puissance et d'engranger les victoires - cinq depuis fin avril dont un historique 5-0 acquis face au Guatemala le 31 mai -, les buts et beaucoup de confiance. Lors de la rencontre contre le Danemark samedi, la dernière avant le Mondial, les Bafana ont montré de belles séquences de jeu collectif et de nets progrès dans la conservation du ballon. Mais les erreurs défensives laissant la place aux contres adverses n'ont

pas encore totalement disparu, notamment en seconde période. Le manque de précision devant le but pourrait coûter cher aux Bafana lors de la Coupe du monde. Ils doivent encore renforcer leur efficacité offensive, car ils ont obtenu quatre penalties en deux rencontres (Colombie et Guatemala), et les arbitres du Mondial devraient être moins généreux. Les Sud-Africains devront en tout cas faire sans l'attaquant de West Ham Benni MC Carthy, longtemps blessé cette saison, critiqué pour son surpoids et finalement carté de la sélection finale par Carlos Alberto Parreira. Absents de la dernière Coupe d'Afrique des Nations (CAN), en janvier en Angola, les Sud-Africains étaient qualifiés d'office pour le Mondial en tant que pays organisateur. Après le match d'ouverture, ils affronteront l'Uruguay le 16 juin à Pretoria et la France le 22 juin à Bloemfontein.

J-03

Infos DER

Desailly pessimiste Même les anciennes gloires tricolores n'y croient pas. Marcel Desailly, champion du monde en 1998, ne voit même pas les Bleus sortir de leur groupe. Dans une chronique au Sunday Times sud-africain, samedi, il déclarait : «Je suis sûr qu'ils ne gagneront pas la Coupe du monde. Les joueurs sont à la fin de leur préparation et devraient être au top, mais je déplore que l'on ait toujours pas d'équipe-type ni de tactique définie. Les jeunes devraient apporter un peu d'enthousiasme, mais ce n'est pas le cas. La jeune génération est meilleure que nous, mais elle manque de leaders.» Desailly, s'il aimerait bien voir la France sortir de son groupe, mise plutôt «sur l'Uruguay et l'Afrique du Sud». Du coup, Samuel Eto'o paraît bien seul quand il dit : «La France a l'équipe pour aller au moins en demi-finale. Il y a beaucoup de très bons joueurs comme Ribéry, Anelka ou Abidal.»

Tabarez : «Tout faire pour battre la France»

L'entraîneur uruguayen Oscar Tabarez a assuré dimanche que son équipe ferait tout pour battre la France, lors de son premier match de la Coupe du monde vendredi au Cap. "Depuis le 24 mai (date du rassemblement de l'équipe), nous pensons à la France, a déclaré Oscar Tabarez lors de sa première conférence de presse sur le sol sud-africain. Nous ferons tout notre possible pour battre la France, ce qui serait très important pour nous." L'entraîneur uruguayen a relativisé la défaite des Français face à la Chine (0-1) vendredi en match amical, soulignant qu'elle avait été concédée contre le cours du jeu. Déjà entraîneur de la Celeste lors du Mondial-1990 en Italie, Tabarez, revenu en poste début 2006, a souligné que "les choses (allaient) bien" pour son équipe, victorieuse (4-1) de son dernier match amical face à Israël le 26 mai, mais que cela n'apportait "aucune assurance".

GOURCUFF : «Il va falloir qu'on travaille» FRANCE

"Il va falloir qu'on travaille", a expliqué dimanche le milieu de terrain français Yoann Gourcuff, parlant de "réglages" nécessaires à quelques jours du premier match de l'équipe de France en Coupe du Monde de la FIFA contre l'Uruguay, vendredi, alors que les Bleus restent sur une défaite en amical contre la Chine.

Quel est le moral du groupe après la défaite face à la Chine ? Le moral est bon. On a essayé de bien récupérer parce qu'entre les matches, les différences de températures, les transports, les voyages, l'avion et le bus, ce n'était pas évident mais on est en bonne condition pour bien récupérer et se préparer. On est dans les meilleures conditions. Sur quoi avez-vous insisté après cette défaite ? On essaye de bien se reposer et d'analyser le jeu de l'Uruguay et aussi se concentrer sur nous pour essayer d'être le plus compétitif possible, que le groupe soit en forme physiquement et améliorer ce qui n'a pas été bien ou ce qui aurait pu être mieux au niveau du jeu et du placement. Comment jugez-vous la prestation des Bleus sur les trois matches de préparation ? On a fait un très bon premier match, un deuxième plutôt intéressant et un troisième où il nous a manqué de l'énergie et du jeu contre une équipe bien regroupée. Il aurait fallu soit un exploit individuel, soit aller plus vite dans nos changements de jeu, mettre plus d'intensité et de rythme dans nos

enchaînements pour désorganiser le bloc adverse. On a été un peu trop lent dans les transmissions. Il aurait fallu aller vite à droite et ressortir vite à gauche. Et sur les centres, il faut un peu de présence devant le but pour épauler +Nico+ qui est souvent au premier poteau. Ce serait bien qu'on soit trois ou quatre dans la surface de réparation sur les centres. Avez-vous des consignes pour frapper de loin ? Les coaches me disent qu'il faut que je frappe au but. Il y a une action qui se fait d'un côté, nous on est aux abords de la surface et on peut frapper de loin avec "Flo" (Malouda). Quand la défense est très basse, le fait de frapper peut ouvrir des espaces pour l'attaquant de pointe. Avec le nouveau ballon, il peut y avoir des changements de trajectoire. Cela peut être une force. Il faudra encore plus insister sur des frappes et sur les coups de pied arrêtés. Le groupe est-il prêt pour le premier match ? On est prêts, très motivés. Il va falloir qu'on travaille, il faut faire des réglages, faire de la vidéo pour créer ses automatismes et faire

les réglages entre nous dans le domaine offensif et défensif. Il faut essayer de trouver vite "Nico" vers l'avant et ne pas être mis en difficulté à la perte du ballon. Que savez-vous de l'Uruguay ? On les a joués il y a un an et demi au Stade de France (0-0, ndlr). C'est une équipe agressive, dure dans les duels, accrocheuse, qui mettra beaucoup d'intensité dans son jeu avec deux attaquants qui ont du talent, qui sont bons dans les déplacements. Le manque de réussite offensif de l'équipe vous inquiète ? On aurait préféré mettre les occasions au fond, mais ce serait inquiétant de ne pas s'en créer. Il faut notamment que, quand il y a des débordements sur les côtés, il y ait de la présence devant le but pour pouvoir marquer sur des centres. Parfois, sur des centres, il n'y a que "Nico" dans la surface, ou contre la Chine, il n'y avait parfois personne devant le but. Souhaitez-vous que le système change ? Je n'ai pas mon mot à dire. On est là pour s'adapter. Quand on arrive en équipe nationale, on s'adapte à n'importe quel système et schéma.


Maracana N° 1134 — Mardi 8 Juin 2010

MATTHÄUS : «Une équipe africaine en demies»

07

J-03

International allemand le plus capé de l'histoire, Lothar Matthäus travaillera comme consultant pour la télévision durant la Coupe du monde de la FIFA 2010. Il se prépare à l'heure actuelle à suivre le tournoi en Afrique du Sud. Au micro de FIFA.com, l'ancien Joueur Mondial de la FIFA évoque ses projets d'avenir, l'équipe d'Allemagne, ainsi que ses attentes envers la première édition de l'épreuve suprême organisée sur le continent africain. Lothar Matthäus, vous serez consultant pour la la télévision lors de la Coupe du monde de la FIFA 2010. Envisagez-vous votre avenir dans les médias ? Ce qui est sûr, c'est que mon travail sera

toujours lié au monde du football. Il est vrai que ces derniers mois, j'ai plus été présent en tant que journaliste que sur le terrain. J'ai beaucoup voyagé à l'étranger et c'était surtout pour la télévision. Néanmoins, j'aimerais bien endosser à nouveau le rôle d'entraîneur. Mais j'ai une image précise de ce que je veux. Il faut que les conditions proposées correspondent à mes attentes pour que j'accepte un nouvel engagement. J'ai eu quelques propositions pour lesquelles je n'étais pas loin de signer, mais je n'étais pas convaincu à 100% et je ne suis pas le genre de personne qui se décide à la va-vite. Je suis patient. L'Inter Milan, vainqueur de la Ligue des champions de l'UEFA, cherche un nouvel entraîneur. Entretenezvous de bons contacts avec votre ancien club ? Je suis en contact avec l'Inter Milan, mais pas de manière aussi intensive qu'avec le

Bayern Munich. Le président de l'Inter n'est plus le même que quand j'y jouais, les personnes de l'époque n'occupent plus leurs postes. Je félicite le club une fois encore pour son triomphe en Ligue des champions. Sa victoire est méritée, même si les deux équipes me tiennent à cœur. Pour ce qui est du poste d'entraîneur, je ne me fais pas d'illusions. Je ne pense pas que mon nom soit cité dans les discussions. Je manque de résultats pour cela, même si j'ai déjà remporté quelques titres. Le coup d'envoi de la Coupe du monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010 sera donné dans quelques jours. Qu'attendez-vous de cette édition de la compétition reine ? Je m'attends à une grande fête du football, comme il y a quatre ans en Allemagne. Je pars du principe que nous allons vivre une compétition grandiose et pacifique. La phase finale va se dérouler dans un pays dont le peuple adore le football. Je suis sûr que l'enthousiasme des tribunes se répercutera sur le terrain et inversement. Comme les 31 autres participants, l'Allemagne se consacre aux derniers jours de sa préparation. Quel regard portez-vous à l'heure actuelle sur la sélection de Joachim Löw ? De loin, c'est difficile à savoir. Une chose est sûre : la préparation à la Coupe du Monde n'est pas optimale. La Mannschaft devra se passer pendant le tournoi de l'un de ses principaux leaders, Ballack, et les joueurs du Bayern Munich ont rejoint très tard le reste de l'équipe. Vous venez d'évoquer la défection du capitaine de l'Allemagne. L'absence de Michael Ballack durant la compétition va-t-elle peser lourd dans la balance ? C'est bien sûr un coup dur pour l'équipe. Mais par le passé, il est déjà arrivé qu'un groupe s'avère finalement plus soudé quand ce genre de chose se produit. Cela peut donner une nouvelle impulsion à une équipe. D'autre part, cela bouleverse la hiérarchie : les joueurs qui sont là depuis un certain temps sont davantage mis au premier plan. Au bout du compte, peut-être que l'absence de Ballack aura un impact positif. Le gardien numéro un de la Mannschaft, René Adler, sera lui aussi absent en Afrique du Sud à cause d'une blessure. Un autre coup dur pour l'équipe d'Allemagne ? Pour René Adler, je vois les choses un peu différemment. Ce n'est pas une aussi grande personnalité que Ballack. C'est très regrettable pour René qu'il soit obligé de manquer la Coupe du Monde et j'en suis désolé pour lui. Mais c'est la dure loi du football. Nous n'avons cependant aucun problème d'effectif dans les cages. Les trois portiers retenus évoluent au même niveau que René Adler. Mais il est indéniable que celui-ci a largement contribué à la qualification de l'Allemagne, surtout lors des matches contre la Russie. Si les trois gardiens sélectionnés évoluent tous au même niveau qu'Adler, qui devrait être le numéro un en Afrique du Sud, selon vous ? Avant qu'Adler se blesse, Manuel Neuer était le numéro deux et Tim Wiese le numéro trois. Logiquement, c'est Neuer qui devrait maintenant être le numéro un. Certains éléments parlent bien sûr en faveur

de Wiese ou de Jörg Butt. Ils ont une plus grande expérience sur le plan international. Mais Neuer s'est montré excellent lors du Championnat d'Europe U-21. Je pense qu'il peut s'avérer très précieux pour l'équipe en Afrique du Sud. Suite à la défection de Michael Ballack, que pensez-vous du nouveau capitaine, Philipp Lahm ? Je vois bien Philipp Lahm comme successeur de Michael Ballack. La seule chose qui me gêne, c'est le fait qu'il soit défenseur latéral et ne joue pas dans l'axe. Mais il incarne tout ce qu'un capitaine doit apporter à son équipe. Il communique bien avec les autres joueurs, avec la Fédération allemande de football, avec les médias, avec tout le monde. Dans le cadre de la Coupe du Monde, c'est important. Il est reconnu et respecté de toutes parts, en particulier par ses coéquipiers en club. C'est un atout qui le rend précieux et grâce auquel il sera soutenu. Jusqu'où pensez-vous l'Allemagne capable d'aller, après la troisième place en 2006 et la deuxième place lors de l'UEFA EURO 2008 ? Les attentes envers l'équipe d'Allemagne sont bien sûr très élevées, mais d'autres pays l'ont rattrapée. Il nous manque des talents individuels capables de faire la différence à eux seuls, on l'a vu ces dernières années. Néanmoins, la Mannschaft jouit toujours du respect des autres nations et elle n'en est que plus dangereuse. L'équipe de Löw doit atteindre les quarts de finale, c'est obligé. Quant à aller plus loin, cela dépendra d'autres facteurs. A vos yeux, qui sont les grands favoris dans la course au titre mondial ? L'Espagne, championne d'Europe en titre, le Brésil, vainqueur de la Coupe des Confédérations, et l'Argentine figurent tout en haut de ma liste. Ces équipes comptent dans leurs rangs les meilleurs joueurs du monde. Les Pays-Bas disposent eux aussi de bons éléments, mais à part en 1974 et en 1978, ils n'ont jamais brillé lors de la Coupe du monde. Ils ont tendance à être dans l'autoreprésentation et cela se répercute sur les prestations de l'équipe. Pour la première fois, six pays africains prendront part au grand rendez-vous du ballon rond. Quel regard portez-vous sur ces équipes ? Selon vous, l'Afrique du Sud sera-telle capable de tirer son épingle du jeu, soutenue par son public ? L'Afrique du Sud sera l'équipe la plus faible du tournoi. Même si elle a un bon entraîneur, ses joueurs manquent de qualité. Elle aura bien sûr l'avantage de jouer à domicile et je lui souhaite de franchir le cap de la phase de groupes, mais ce sera difficile. Pour les autres sélections africaines, je suis plus optimiste. Elles disposent de joueurs qui évoluent dans les meilleurs championnats d'Europe. Je m'attends à ce qu'une équipe africaine atteigne les demi-finales. Il y en a certaines que je crois tout à fait capables d'y parvenir, mais je ne veux pas tirer de plans sur la comète. Globalement, je pense que cette Coupe du monde sera pleine de surprises, y compris en ce qui concerne les favoris, qui pourraient bien être éliminés plus tôt que prévu. Fifa.com


08

Maracana N° 1134 — Mardi 8 Juin 2010

J-03

La clé de 12 !

Les Oranjes tremblent pour Robben

ALLEMAGNE

PAYS-BAS

Sans Arjen Robben, blessé, mais avec une victoire 6:1 pour leur dernier match de préparation et une grande impatience d'en découdre en Afrique du Sud, les Néerlandais ont atterri dimanche matin à Johannesburg. Aussitôt, ils ont rejoint leur camp de base, situé au nord de la cité.

H Malmenée en première mi-temps par une bonne équipe bosniaque en match préparatoire, la Nationalmannschaft renverse la vapeur en changeant de système en seconde période. État des lieux sur une équipe qui monte en puissance.

U

2010 comme 2002 ?

n 3-0 poussif contre Malte avec une équipe B voire C qui comptabilise les absences des joueurs bavarois, du Werder Brême et du capitaine Ballack. Le même score en Hongrie contre les Magyares ne répond à aucune interrogation sur les errances de l’équipe. Finalement, le 3-1 au Commerzbank Arena de Francfort, contre la Bosnie, montre une Nationalmannschaft à deux visages. Une préparation pigmentée par une cascade de blessures : si la disparition de Robert Enke était digérée, l’absence de René Adler, son successeur désigné dans les cages allemandes, n’était en revanche pas programmée. Simon Rolfes du Bayer Leverkusen doit déclarer forfait suite à une opération du genou en janvier. Puis arrive l’attentat en finale de la Cup sur Michael Ballack par le frère "Caïn" Boateng du Ghana. Enfin c’est au tour des polyvalents Träsch et Westermann de devoir renoncer à la Coupe du Monde. Une hécatombe qui ferait passer n’importe quelle équipe nationale pour un kit pieds-libres en plastique non assemblé. Partout sauf en Allemagne où le souvenir de 2002 est toujours vivace avec une finale de Coupe du Monde en Asie alors que les Bavarois Zickler, Scholl, les Dortmundiens Wörns, Heinrich ainsi que Deisler et Novotny manquaient le départ.

«C’est une bonne chose d’avoir un Lahm avec nous !»

Le retour au bercail de Beck annonçait le replacement de Philipp Lahm à droite de la défense. Lui qui joua la majorité des matchs de qualification à gauche. En tout cas c’est en chœur que les anciens champions du monde 1990, Littbarski, Hässler et Matthäus déclarent : « C’est une bonne chose d’avoir un Lahm avec nous ! » Une fine lame nommée capitaine de la Nationalmannschaft et auteure d’un but d’anthologie contre la Bosnie. Si la défense accumule toujours les problèmes lorsqu’on la presse haut et qu’on lui joue dans le dos, Löw a donné quelques clés en titularisant l’expérimenté Friedrich au côté de l’indéboulonnable

Mertesacker. Out les jeunots Tasci et Boateng ? Badstuber arrière gauche ! Le bloc Bayern en force, comme en 1974, surligné d’une préférence très claire pour la solidité plutôt que l’inconstance d’Aogo.

« Notre rêve, c’est de remporter le titre »

Dans le 4-5-1 modulable de Löw, Sami Khedira, impressionnant contre la Bosnie, a déjà fait oublier Ballack sous le regard de certains commentateurs. « Je veux aller de l’avant lors de la Coupe du Monde » annonce-t-il. Le champion d’Europe 2009 des moins de 21 ans (avec Neuer, Özil, Aogo, Marin et Boateng notamment) s’est tranquillement installé dans le costume de n°6 qu’on lui prédestine depuis longtemps outre-Rhin. Une accélération sportive, tout comme Neuer, liée à l’ancienne génération absente. A ses côtés, le seul rescapé de l’"espèce" Effenberg : Bastian Schweinsteiger, 25 ans et déjà 74 sélections : « Nous sommes meilleurs qu’en 2006 ! » Et voilà la confirmation des dires de la plaque tournante du jeu allemand, Mesut Özil : « Notre rêve, c’est de remporter le titre ».

«Je parie que je vais marquer à la Coupe du Monde»

La polnish connection avait commencé le match contre la Bosnie avec Podolski, Klose et Trochowski mais ne l’a pas terminé confirmant, pour ces trois joueurs, une saison faite de quelques hauts et de beaucoup de bas mais comment se séparer des deux premiers susmentionnés, le Prinz Poldi et le roi Klose, toujours décisifs en équipe nationale : « Je parie que je vais marquer à la Coupe du Monde » affirme “Miro”, fort de 10 buts en Coupe du Monde. En tout cas la concurrence est vive car Cacau (« Je veux jouer ») et Müller (« J’essaie d’aider l’équipe ») ont montré qu’ils étaient plus que des remplaçants en seconde mi-temps contre les Dzeko, Misimovic, Pranjic, Ibisevic et autre Salihovic.

12 hommes en colère !

Sydney Lumet le retour ! Non ! Mais c’est bien un précieux joker dont dispose la Nationalmannschaft avec Marko Marin. Le meilleur depuis des années selon l’opinion générale. Surnommé le "Messi allemand", le joueur formé à Mönchengladbach se souvient de son éviction juste avant le championnat d’Europe 2008 : « Cela m’a fait mal ! » 90 secondes après son entrée en jeu, il provoquait un pénalty contre la Bosnie. La Nationalmannschaft s’est réinventée comme un puzzle à construire et à déconstruire. Löw sera-t-il l’homme-clé de la situation ?

abillé en orange pour l'occasion, le personnel de l'hôtel a souhaité la bienvenue aux joueurs et à l'encadrement technique bataves, avant d'entamer une magnifique chorégraphie accompagnée de chants traditionnels. "C'est un endroit très joli. Le vol s'est bien passé." Bert van Marwijk n'en dira pas plus, préoccupé qu'il est par le possible forfait de Robben. Juste après leur large succès sur la Hongrie à Amsterdam, les Oranjes se sont envolés pour l'Afrique du Sud, où ils feront leur entrée en lice dans cette Coupe du Monde de la FIFA 2010 contre le Danemark, le 14 juin. Reste à savoir en effet si Van Marwijk pourra disposer de son attaquant virevoltant qui, à 26 ans, vient tout juste de remporter la Bundesliga et la Coupe d'Allemagne avec le Bayern Munich. À cinq minutes de la fin du match contre la Hongrie, Robben a dû quitter ses partenaires en raison d'une douleur musculaire à la cuisse gauche. "Arjen a ressenti un pincement. Ce n'est jamais bon signe", confie Van Marwijk peu de

temps après le coup de sifflet final. Le sélectionneur des PaysBas craint le pire.

"Personne n'a parlé de la victoire"

Dimanche, une IRM révélera la gravité de la blessure. "Je ne perds pas espoir. Tant qu'il existera une chance infime de voir Arjen à cette Coupe du Monde, je compterai sur lui", affirme Van Marwijk, qui a préféré ne pas envisager l'absence du Munichois, ni penser à son éventuel remplaçant. "Je ne veux pas y penser pour l'instant. "La blessure de l'ailier droit néerlandais relègue au second plan la brillante victoire des néerlandais sur la Hongrie. Dans ce dernier match préparatif, Balázs Dzsudzsák ouvre le score pour les visiteurs dès la sixième minute. Un quart d'heure plus tard, Robin van Persie remet les deux équipes à égalité. En deuxième période, Wesley Sneijder (56'), Robben (64' et 78'), Mark van Bommel (71') et Eljero Elia (74') vont corser l'addition pour les hommes au maillot orange. À noter que Robben n'est entré qu'à la pause. "Nous pensons tous à Arjen. Personne n'a parlé de la victoire", raconte Elia qui, à l'instar de tous ses coéquipiers, prie pour que Robben puisse réintégrer l'effectif. Si cela devait être le cas, il faudra vraiment compter avec les Pays-Bas dans cette Coupe du Monde de la FIFA 2010. Comme on a pu l'entendre dans le bus qui conduisait les Oranjes à leur hôtel : plus dangereux que les "cinq grands" - l'éléphant, le lion, le buffle, le rhinocéros et le léopard -, il y a les onze oranges.


Maracana N° 1134 — Mardi 8 Juin 2010

J-03

09

Les grands de ce monde

Dans quelques semaines, les fans de football chercheront à savoir quels joueurs auront marqué Afrique du Sud 2010 de leur empreinte et méritent de rejoindre la liste des footballeurs immortalisés pour leurs exploits dans la plus grande compétition du monde. FIFA.com revient sur les prestations de dix gloires de la Coupe du Monde de la FIFA. S'ils n'ont pas tous soulevé le trophée, ils ont certainement illuminé l'histoire de la compétition de leur talent et de leurs buts. Qui pourrait compléter la liste en 2010 ? Participez dès maintenant à la discussion.

Franz Beckenbauer (R.F.A., 1974)

Si Johan Cruyff et l'équipe finaliste des PaysBas ont séduit les plus impartiaux, c'est bien Beckenbauer, l'homme qui a créé le rôle de libéro, qui devient le premier capitaine à soulever la nouvelle Coupe du Monde de la FIFA. C'est pourtant en tant que milieu de terrain que le Kaiser se fait remarquer, huit ans plus tôt, en inscrivant un doublé contre la Suisse lors de son premier match en phase finale. En 1974, il mène les siens au sacre à domicile, avant de rééditer cet exploit en tant que sélectionneur, à Italie 1990.

Paolo Rossi (Italie, 1982)

En Espagne, le buteur des Azzurri connaît la rédemption. Après avoir purgé une suspension pour son implication dans des matches truqués, Rossi propulse l'Italie sur le toit du monde avec six buts. Le Soulier d'Or adidas ne se sera jamais montré aussi à son aise que lors du match contre le Brésil, au second tour, où il inscrit les trois buts de la victoire transalpine (3:2). Il marque par la suite deux buts en demi-finale contre la Pologne et ouvre le score contre l'Allemagne de l'Ouest en finale.

Diego Maradona (Argentine, 1986)

Leonidas da Silva (Brésil, 1938)

Premier Brésilien couronné meilleur buteur de la compétition, il a inscrit sept buts, dont trois lors de la victoire 6:5 sur la Pologne, pour aider la Seleção à atteindre sa première demi-finale. Le choix du sélectionneur Ademar Pimenta de laisser da Silva au repos pour la demi-finale contre la France se révèle peu judicieux, puisque la France l'emporte 2:1. L'Homme élastique, surnommé ainsi en raison de ses talents acrobatiques, profitera de sa renommée pour utiliser un autre de ses sobriquets, le Diamant noir, sur une barre chocolatée après la compétition.

Obdulio Varela (Uruguay, 1950)

L'insaisissable avant-centre Juan Schiaffino et l'ailier rapide Alcides Ghiggia ont certes offert la Coupe du Monde de la FIFA 1950 à l'Uruguay grâce à leurs buts en finale contre le Brésil, mais le vrai moteur de l'équipe était le capitaine, Obdulio Varela. L'influence de ce milieu axial était telle que les Sud-Américains n'ont perdu aucun des sept matches de Coupe du Monde de la FIFA disputés par Varela. Lors l'ultime match du tour final en 1950 au Maracana, après l'ouverture du score des Brésiliens, il déploie toute sa ruse pour permettre à son équipe de reprendre ses esprits en s'emparant du ballon et en allant protester auprès de l'arbitre. Il expliquera plus tard : "Je savais qu'ils continueraient et qu'ils nous écraseraient si on ne calmait pas le jeu".

Just Fontaine (France, 1958)

Diego aura dominé l'édition 1986 pour offrir à l'Albiceleste son second sacre mondial. Il inscrit notamment les deux buts les plus célèbres de la Coupe du Monde de la FIFA, en quart de finale contre l'Angleterre : le premier poussé par "la main de Dieu" et le second au terme d'un superbe slalom au cœur de l'équipe anglaise. Il répétera son exploit en demi-finale devant la Belgique et termine la compétition avec cinq des 14 buts argentins au compteur. Il en aura offert autant à ses coéquipiers, avec notamment une passe décisive pour Jorge Burruchaga, bourreau de l'Allemagne en finale.

Le natif de Marrakech trône toujours au sommet des buteurs avec 13 réalisations à Suède 1958. Uniquement titularisé en raison de la blessure de l'attaquant René Bliard, Fontaine est entré dans la compétition en inscrivant trois buts contre le Paraguay, écrasé 7:2, et en est sorti en trouvant quatre fois les filets contre l'Allemagne de l'Ouest lors de la petite finale. Bien inspiré par le génie de Raymond Kopa, il a marqué à chacune de ses sorties lors de cette Coupe du Monde de la FIFA.

Né de parents algériens, Zidane complétait adéquatement l'équipe cosmopolite d'Aimé Jacquet qui triompha devant son public. Véritable inspirateur des Bleus, Zizou a toutefois manqué deux matches après son exclusion contre l'Arabie saoudite, au premier tour. Signe annonciateur de la finale malheureuse à Allemagne 2006. Ses admirateurs préfèrent toutefois se souvenir des deux corners propulsés de la tête par le numéro 10 contre le Brésil, lors de la finale remportée 3:0 en 1998.

L'image de Moore s'essuyant les mains avant de recevoir le trophée Jules Rimet décerné par la Reine Elizabeth résume le style impeccable de l'homme qui a mené l'Angleterre au sommet du monde. Son intelligence et son flegme défensif ont permis aux organisateurs d'enchaîner quatre matches, au premier tour et en demi-finale, sans encaisser le moindre but. En finale, Moore démontre l'étendue de son talent en offrant deux passes décisives à Geoff Hurst, son coéquipier à West Ham, pour le premier et le dernier but du triomphe 4:2 devant l'Allemagne de l'Ouest.

Le vainqueur du Ballon d'Or adidas a conservé ses cages inviolées à cinq reprises lors de cette Coupe du Monde de la FIFA, dont trois d'affilée lors des matches de poules, remportés 1:0 devant le Paraguay, les États-Unis et la République de Corée. Les Américains se souviennent encore des arrêts spectaculaires de Kahn en première mi-temps, permettant aux Allemands de continuer leur chemin vers la finale. Malheureusement pour l'Allemagne, le portier concède son premier but en 427 minutes en repoussant une frappe de Rivaldo dans les pieds de Ronaldo, ouvrant la voie royale au sacre du Brésil.

Le conte de fées entre Pelé et la Coupe du Monde de la FIFA a trouvé un dénouement heureux lors du troisième sacre brésilien en 1970, soit 12 ans après le premier titre des Auriverdes obtenu grâce à un doublé de... Pelé. Sorti dès le premier tour en 1966, O Rei avait menacé de mettre un terme à sa carrière internationale, avant de revenir sur ses propos pour Mexique 1970. Aux côtés d'attaquants extraordinaires, à commencer par Jairzinho, Pelé ouvrira le score de la tête en finale contre l'Italie, mais on se souvient surtout de son geste lumineux face au gardien uruguayen Ladislao Mazurkiewicz. Si le but lui échappe, ce coup de génie aura au moins marqué les esprits.

Zinedine Zidane (France, 1998)

Oliver Kahn (Allemagne, 2002)

Bobby Moore (Angleterre, 1966)

Pelé (Brésil, 1970)


10

Maracana N° 1134 — Mardi 8 Juin 2010

L’honneur du capitaine

J-03 son pays lors de l'UEFA EURO 2008 organisé en Autriche et en Suisse. Quant à Justo Villar et Claudio Bravo, les capitaines du Paraguay et du Chili, ils ne comptent pas non plus faire de la figuration dans les buts. Parmi les capitaines pressentis en Afrique du Sud, on compte aussi deux Joueurs Mondiaux de la FIFA : Fabio Cannavaro, leader inamovible des Italiens champions du monde en titre, et Cristiano Ronaldo, fer de lance de la sélection portugaise. Toutefois, l’attaquant vedette du Real Madrid est loin de se sentir seul face à cette grande responsabilité : "Ce n’est pas moi en particulier mais toute l’équipe du Portugal que l’on va soutenir car beaucoup d’immigrés portugais habitent en Afrique du Sud. Ce sera très agréable pour nous, sans compter qu’une Coupe du Monde est toujours une compétition à part", a expliqué le virtuose lusitanien en exclusivité pour FIFA.com.

Fierté, gloire et honneur

Pour un footballeur, il n’est pas de plus grand honneur que de disputer une Coupe du monde de la FIFA avec le brassard de capitaine. À quelques jours du début de la phase finale en Afrique du Sud, ce rôle fait l’objet d’une attention tout particulière.

E

n effet, de nombreux joueurs participeront à leur première grande compétition internationale avec la responsabilité du brassard. Parmi eux, le Français Patrice Evra, l’Anglais Steven Gerrard, l’Argentin Javier Mascherano et l’Allemand Philipp Lahm. Pour ces stars incontournables des plus grands clubs de la planète, l'heure de gloire

nationale a sonné. En effet, ils porteront le brassard en l'absence des capitaines initialement prévus, qu’ils soient blessés (Michael Ballack, Rio Ferdinand) ou en quête d’une place de titulaire (Thierry Henry). "Il suffit de lire les noms de Fritz Walter, d’Uwe Seeler ou de Franz Beckenbauer pour comprendre ce que cela signifie d’être capitaine de l’équipe nationale d’Allemagne. Emmener l’une des plus grandes nations du football lors d’une Coupe du Monde représente un honneur incroyable. C'est aussi un immense défi", confiait récemment un Philipp Lahm visiblement ému sur le site de la fédération allemande (DFB). Quant à Steven Gerrard, il a déjà une certaine expérience des podiums : lors de la victoire de Liverpool en finale de la Ligue des champions de l’UEFA 2005, c’est à lui

qu’était revenu l’honneur de soulever la fameuse coupe aux grandes oreilles. Voilà donc un sujet de conversation tout trouvé si jamais le capitaine de la sélection anglaise venait à croiser le chemin du Brésilien Lucio en Afrique du Sud. Le pilier de la défense auriverde n’est pas exactement un débutant dans le rôle de capitaine puisqu’il a connu la joie, il y a un an, de brandir la Coupe des Confédérations de la FIFA dans le ciel de Johannesburg. Et pourtant, l'Intériste participera à sa première épreuve suprême en tant que capitaine.

Dans les buts ou sur le terrain

Le portier de la Furia Roja est bien la preuve qu’un gardien de but peut être le relais de son sélectionneur sur le terrain. Patron incontesté de la sélection espagnole, Iker Casillas a déjà soulevé un trophée pour

D’autres nations, elles, ont décidé de faire confiance à des joueurs chevronnés. Le Grec Georgios Karagounis et le Danois Jon Dahl Tomasson, 33 ans tous les deux, ou encore le Néerlandais Giovanni von Bronckhorst du haut de ses 35 printemps, ont tous une longue expérience du capitanat au sein de leur sélection. En comparaison, le capitaine sud-africain Aaron Mokoena ferait presque figure de bleu avec ses 29 ans, s'il n'y avait pas sa grosse centaine de sélections qui en fait le joueur le plus capé de l’histoire des Bafana Bafana. "On devrait dire que le brassard ne change rien pour celui qui le porte et pourtant, on ne peut pas s’empêcher d’être monstrueusement fier", expliquait Javier Mascherano sur FIFA.com peu de temps après avoir été choisi par Diego Maradona en personne. Toutefois, Lahm, Mascherano et les autres le savent : on se souvient toujours du capitaine qui soulève le trophée. Voilà pourquoi dans cinq semaines exactement, un seul des 32 capitaines de la Coupe du Monde de la FIFA 2010 aura le sourire.

Les plus Mexicains des Américains USA

Les États-Unis sont connus comme le territoire de tous les possibles. Tout au long de son histoire, le pays à la bannière étoilée a accueilli des millions et des millions de personnes venues des quatre coins du monde chercher un avenir meilleur.

C

es dernières décennies, beaucoup de ces immigrants sont venus du Mexique, traversant la frontière pour s'établir au nord du Rio Bravo. C'est pourquoi la présence de noms comme Francisco Torres et Hérculez Gómez dans la liste du sélectionneur Bob Bradley ne constitue pas une surprise. C'est plutôt la trajectoire de ces deux "étrangers" qui est étonnante. Pour obtenir leur billet pour la Coupe du Monde de la FIFA Afrique du Sud 2010, ils ont dû faire la démarche inverse et se distinguer dans le championnat mexicain.

Torres, son cœur balance

José Francisco Torres est l'incarnation du rêve américain. De père mexicain et de mère américaine, il est détecté à l'adolescence par le CF Pachuca, qui évolue en première division mexicaine. À son arrivée, il conquiert rapidement son nou-

veau club par la qualité de son jeu. "Il était très motivé, passionné par le football. Son grand rêve était de jouer un jour en équipe nationale… pour le Mexique !", selon le président du Pachuca, Jesus Martínez. C'est là que son cœur commence à balancer entre le Mexique et les États-Unis. Après des débuts pleins de culot en équipe première de Pachuca, il ne tarde pas à recevoir des propositions et à se poser des questions. Mais le sélectionneur mexicain Hugo Sánchez décide de ne pas le préconvoquer pour le Tournoi Olympique de Pékin 2008, ce qui lui permet d'y voir plus clair. "C'était une décision très difficile à prendre, mais je l'ai prise avec mon cœur", confie le joueur. "Ces quelques jours ont été très difficiles, très stressants. En vérité, je me suis toujours demandé ce que j'allais faire, mais j'ai finalement pris une décision." Le voyage à Pékin, Torres le fait avec les moins de 23 ans américains. C'est le départ d'une aventure qui finira par l'emmener aujourd'hui jusqu'en Afrique du Sud. Bob Bradley place beaucoup d'espoirs en celui qu'il considère comme l'un des joueurs les plus techniques de l'équipe. "C'est un joueur doué. Sa technique de passe est excellente. Il est intelligent et c'est pour ça qu'il s'est si bien fondu dans le collectif", affirme le sélectionneur. Ainsi, après avoir beaucoup douté et être

passé par toutes les émotions, Torres représente désormais avec bonheur le pays qui l'a vu naître. Il se prend même à rêver à voix haute : "Je veux jouer contre l'Argentine et me mesurer à Lionel Messi. Et ensuite aller jouer pour un grand club, comme le Real Madrid".

Les ressources inattendues d'Hérculez

L'histoire de l'autre "Mexico-américain" est peut-être moins romantique, mais tout aussi étonnante. Comme son coéquipier, Hérculez Gómez est né à Los Angeles de parents mexicains. Après sa naissance, ses parents décident d'aller s'installer à Las Vegas, où leur fils fait ses premiers pas de footballeur. Et comme pour Torres, c'est une équipe mexicaine qui le repère. L'attaquant signe son premier contrat professionnel à 19 ans avec Cruz Azul, mais son expérience au sud du Rio Bravo reste mitigée. Non retenu dans le groupe professionnel, il végète en seconde et troisième divisions mexicaines pendant deux ans sans jamais avoir l'occasion de jouer au plus haut niveau.Il décide donc de retourner en Californie, où il lui faut encore patienter trois ans avant de jouer en MLS avec le Los Angeles Galaxy. Il réussit finalement à s'y imposer malgré des blessures qui semblent le frapper à chaque

fois qu'il s'apprête à faire le grand saut. C'est en 2007 qu'il profite du relooking imposée par Bob Bradley à la sélection américaine pour fêter sa première cape, lors de la Copa America 2007. À son retour du tournoi sud-américain, la malchance lui joue de nouveau des tours. Titularisé à un poste de milieu droit inhabituel pour lui, et dès lors incapable de se distinguer avec Colorado puis Kansas City, il décide de retourner au Mexique pour un essai avec le modeste club de Puebla. Revirement du destin : bien que rarement titulaire, il commence à marquer but sur but, finissant meilleur réalisateur du championnat mexicain avec dix unités à son actif. Pour ne rien gâcher, il signe deux autres buts avec la sélection américaine, qui lui permettront de composter définitivement son billet pour l'Afrique du Sud. Maintenant qu'il est là, Gómez veut continuer sur sa lancée. Après son but face à l'Australie, il a réaffirme : "Pouvoir marquer ces buts, c'est un truc incroyable. À l'annonce de ma sélection, j'ai ressenti une grande émotion. Mais si je suis ici, c'est pour une raison. Le sélectionneur Bradley m'a accordé beaucoup de confiance et je compte bien faire tout mon possible pour aider l'équipe en Afrique du Sud", conclutil, déterminé à ce que les Etats-Unis fassent une grande Coupe du Monde.


Maracana N° 1134 — Mardi 8 Juin 2010

DIVISION UNE

BRACCI : «Qu’est-ce que je vais gagner de plus en Algérie ?»

11

MCA

Le désormais exentraîneur des Vert et Rouge, François Bracci, en l’occurrence, estime, qu’il quittera l’Algérie sans le moindre petit regret après avoir décroché le titre de champion avec le Mouloudia d’Alger.

Question inévitable coach, quel bilan faites-vous sur les six mois passés au MCA ? C’est un bilan entièrement satisfaisant, selon un avis unanime. Dieu merci, le Mouloudia est parvenu à décrocher ce fameux titre de champion après onze longues années d’attente. Personnellement, j’ai réussi à ajouter un quatrième titre à mon palmarès en Algérie après la coupe d’Algérie et la super coupe en 2006 et bien évidemment, l’accession avec le CS Constantine en 2004. D’ailleurs, j’en suis fier et très content d’avoir relevé tous ces défis avec ces deux grands clubs algériens. Malheureusement, Bracci va quitter l’Algérie pour aller

connaître d’autres sensations ailleurs… La vie est faite ainsi, aujourd’hui on est là, demain, on part ailleurs et la vie continue. Mais ce qui est formidable, c’est de partir par la plus grande des portes et j’en suis vraiment ravi.

on a décroché une belle accession en 2004. Sincèrement, qu’est-ce je vais gagner de plus ? La ligue des champions africaine ? Soyons objectifs. Je préfère m’en aller ainsi comme ça, je garderai toujours ces beaux souvenirs que je n’oublierai pas de si tôt.

Justement, on dit souvent que Bracci est un entraîneur chanceux, le confirmez-vous ? Oui, je suis un entraîneur chanceux, mais je connais parfaitement mon travail et je sais très bien où mettre les pieds. Normalement, les observateurs et surtout, la grande famille du MCA le sait très bien et je préfère leur laisser le soin pour en parler.

Donc, on ne reverra plus Bracci dans le championnat algérien, n’est-ce pas ? Je souhaite de tout cœur revenir au CS Constantine surtout, si les gens que j’ai connus à cette époque seront eux aussi de retour.

Des regrets ? Pas du tout ! Je pars la conscience tranquille en laissant ma place bien propre et en gardant des souvenirs formidables avec le Mouloudia, ses joueurs, ses dirigeants et son merveilleux public même si cette saison, il n’a pas été aussi fidèle que durant les années précédentes. Avez-vous des contacts avec d’autres équipes algériennes ? Aucun. D’ailleurs, qu’est-ce que je vais gagner de plus en Algérie où j’ai déjà tout gagné que ce soit avec le Mouloudia en remportant 3 titres (un titre de champion, une coupe d’Algérie et une super coupe) ou avec le CSC avec lequel

Peut-on comprendre que vous avez également vécu de bons moments au CSC ? Vivre de bons moments c’est peu dire par rapport à ce que j’ai vécu avec ce prestigieux club et son merveilleux public. J’ai connu une population très accueillante, des dirigeants dévoués et honnêtes, un public extraordinaire et des joueurs formidables. C’est tout comme ce que j’ai vécu avec le MCA. Qu’avez-vous à dire à ces jeunes joueurs du Mouloudia qui promettent un avenir radieux, selon un avis unanime ? Effectivement, ces jeunes joueurs ont un avenir prometteur. je leur demande tout simplement de garder les pieds sur terre et continuer à travailler sans relâche. J’ai eu l’occasion de discuter avec eux surtout, avant la fin du championnat et croyez-moi, ces jeunes

HAMRAT, BELKHEIR, OUAMANE CONCERNÉS

ne source proche de la direction du MC Alger, nous a confié hier, que la liste des joueurs qui seront libérés prochainement, sera dévoilée juste après la grande fête prévue ce jeudi à la Coupole du Complexe olympique Mohamed Boudiaf. Apparemment, les dirigeants du vieux club algérois veulent préparer le meilleur cadre possible pour libérer les joueurs en question. D’après la même source, sur cette fameuse liste figurent les noms du

gardien Ouamane qui ne fait désormais plus l’unanimité, et ceux des deux jeunes attaquants, Belkheir et Hamrat qui n’ont d’ailleurs, pas beaucoup joué cette saison. On parle même du départ du latéral droit Besseghir qui envisage sérieusement de rentrer chez lui, à Mascara. Pour ce qui est des jeunes du cru, il est fort probable, que le milieu de terrain Kabla sera prêté pour un autre club. M. B.

Ph . Maracana

U

La liste des libérés sera dévoilée après la fête

loups sont toujours assoiffés et il faudra compter avec durant les prochaines saisons. La seule condition, est de leur préparer le meilleur cadre possible, car avec ces conditions difficiles, même la volonté de fer ne suffira pas à relever d’autres défis. Mais le plus important, est que la pâte existe et c’est aux dirigeants d’en faire ce qu’ils veulent. Seriez-vous présents ce jeudi à la Coupole pour le grand gala ? Bien évidemment ! Jusqu’à preuve du contraire, je suis toujours mouloudéen qu’on le veille ou pas. Le mot de la fin. Je dirai seulement merci à tous les Mouloudéens qui nous ont soutenus lors des moments cruciaux et je souhaite pleins d’autres succès à ce grand club. Entretien réalisé par M. B.

PROBLÈME FINANCIER DES JOUEURS

A

Tout le monde attend le jeudi !

entendre les affirmations du premier responsable de la section football du Mouloudia, Omar Gherib en l’occurrence, les joueurs seront enfin régularisés ce jeudi avant même le grand gala prévu en fin d’après-midi à la Coupole du 5-Juillet. On croit même savoir, que les caisses du club vont incessamment se renflouer par des sommes très consistantes qui pourront même permettre aux dirigeants mouloudéens d’en finir une bonne fois pour toutes avec cette histoire de 2e tranche de la prime de signature outre les récents salaires et les dernières primes de matchs. En attendant ce dénouement positif qui fait

Ph . Maracana

g Par Mounir Benkrami

actuellement, l’actualité dans le camp des joueurs, la bande à Amrous fait de son mieux pour rassembler les sommes nécessaires pour satisfaire les exigences financières de tous les joueurs. Pour rappel, la direction du club attend quelque 10 milliards de centimes émanant des différents sponsors (Sonatrach, Djezzy, Opel, Le Temps et autres) et aussi, de la Fédération algérienne de football même si la prime du titre estimée à 4 milliards de centimes ne sera accordée qu’après la coupe du monde, soit juste après le retour des responsables de la FAF du mondial sud-africain. M. B.

Les Annabis ratent leur objectif USMAn

g Par Amar Aït Bara Les Rouge et Blanc de l’USMAnnaba n’ont pas pu aller jusqu’au bout de leur objectif cette saison, malgré une victoire face au NAHD à Alger lors de la dernière journée.

A

insi, Annaba a terminé la saison à la 7e place au classement général, avec un total de 49 points. Annaba avait besoin de 6 points pour atteindre son

objectif tracé en début de saison, mais ayant enregistré de mauvais résultats à domicile, notamment face à l’ASK (0-0), le MCEE (11) et une défaite face à l’USMBlida, qui ont freiné l’essor du club de Lalla Bouna. Si de bons résultats avaient été réalisés lors de ces rencontres, 7 points auraient été empochés et ils auraient pu ainsi atteindre la 4e place, synonyme d’une compétition internationale. Les Annabis ont raté le podium, alors qu’ils étaient les mieux placés pour le faire, en recevant lors des dernières journées le MCEE, l’USMB, l’USMH. Désormais,

l’objectif annabi s’est évaporé et le club ne doit s’en prendre qu’à lui-même, à cause des nombreux points perdus, surtout à domicile. Au total, 17 points, dont un grand nombre à la phase retour (11 points). En cette fin de saison, la déception était grande chez le staff technique et les joueurs après avoir raté l’objectif assigné. D’ailleurs, ni les joueurs ni le coach Abdelkader Amrani ne voulaient livrer leurs impressions après avoir raté leur saison ; ils sont tous déçus de ne pas terminer l’exercice avec une place sur le podium. Annaba était classée en première position au

début du championnat, avant d’être rejointe par le MCA à la phase aller. A la 10e journée, les Annabis occupaient la première loge du classement général du championnat de la Division I. A la phase aller, les Bônois avaient récolté de nombreux points à l’extérieur, contrairement à la phase retour. Ces derniers étaient invaincus pendant plusieurs journées et n’ont pas enregistré de défaite pendant 10 rencontres de la phase aller. Depuis la 2e journée, Annaba n’avait pas perdu de points et était classée en tête du classement. A. A. B.


Maracana N° 1134 — Mardi 8 Juin 2010

DIVISION UNE

Yallaoui : «La JSK est un honneur pour moi» JSK

Il y a deux jours de cela, le milieu offensif du WA Tlemcen, Yallaoui, s’est engagé pour une année avec les Canaris du Djurdjura. Dans l’entretien qu’il nous a accordé, il nous a confirmé qu’il est très satisfait et très content de signer dans un grand club comme la JSK, et c’est ce qu’il cherche, avant tout, en y venant. Il nous dit vouloir connaître la réussite avec les Jaune et Vert de la Kabylie.

Infos DER

Peut-on connaître les modalités du contrat que vous avez signé ? Je me suis engagé pour une année avec la JSK. Nous nous sommes très vite entendus, moi et le premier responsable du club Mohand Chérif Hannachi, sur cette durée. Cette période nous convient à tous les deux. Vous avez donc trouvé un terrain d’entente sur le plan financier ? Très rapidement. Je peux vous dire que je suis amplement satisfait, même si certains présidents, qui voulaient s’attacher mes services, m’ont proposé un peu plus que la JSK. Les négociations sur le plan financier n’ont pas duré très longtemps. Le président Hannachi m’a estimé à ma juste valeur. On dit que vous étiez convoité par les Sétifiens, est-ce vrai ? Effectivement, j’avais un contact sérieux avec eux, et il m’ont proposé plus que la JSK , mais quand j’allais sortir, mon père m’a con-

Ph . Maracana

g Par Aberkane Saïd

Bouhellal signera aujourd’hui

C’est officiel et sauf surprise de dernière minute, Kamel Bouhellal sera l’entraîneur adjoint d’Alain Geiger. L’ex-coach du Paradou AC, a été contacté officiellement par les dirigeants kabyles, et sans hésitation, ce dernier a accepté de travailler en collaboration avec le Suisse. D’après nos sources, Kamel Bouhellal paraphera son contrat aujourd’hui. Il secondera dans sa mission Alain Geiger. Après les départs précipités de Amrouche et suivi de Karouf, les dirigeants kabyles ne sont pas restés les bras croisés. Ils ont pris attache avec Bouhellal, un entraîneur qui était déjà sur les tablettes de Hannachi ces deux dernières saisons. L’excoach du PAC a donc donné son accord de principe et il ne reste que la signature du contrat qui va le lier au club phare de la Kabylie.

500 millions pour la libération de Tedjar

Les dirigeants de la JSK ont racheté carrément le contrat de Saâd Tedjar. La lettre de libération du joueur a coûté à l’administration du club phare de la Kabylie, la somme de 500 millions de centimes selon une des sources bien crédibles. Quant à Tedjar, ce dernier a touché 800 millions selon toujours nos sources. Pour rappel, le milieu de terrain offensif kabyle a paraphé un contrat de deux saisons, il y a quelques jours au niveau du siège du club. Tedjar aurait même bénéficié d’un appartement à Alger et plus précisément à Cheraga.

El Orfi prêté pour 400 millions

Quant à l’autre joueur du PAC et nouvelle recrue des Jaune et Vert, El Orfi, et selon nos sources, ce dernier a été prêté par son club au club phare de la Kabylie, pour une seule saison, contre la somme de 400 millions de centimes. D’après notre source, le joueur aurait touché 550 millions. Ce qui fait qu’El Orfi a coûté 950 millions de centimes à la trésorerie de la JSK. A.M.

Geiger renouvelle pour un salaire de 8500 Euros

seillé de choisir les Jaune et Vert de Kabylie. Peut-on connaître les motivations de ce choix ? Comme tout le monde le sait, la JSK est devenue une tentation pour les jeunes éléments désireux de s’affirmer au sein d’une équipe ambitieuse, en témoignent ses excellents parcours avec des jeunes encadrés par des joueurs chevronnés. Justement, vous serez le concurrent de Ech Chergui ou de Tedjar puisque vous jouez au même poste ; êtes-vous prêt pour les concurrencer ? Je serai capable de le faire à moyen terme et c’est mon objectif car je suis à la JSK pour travailler à un niveau supérieur afin de m’imposer après le passage d’une courte adaptation. A propos de votre question, ces deux éléments sont de bons joueurs. Leurs facteurs ne m’inquiètent pas, mais bien au contraire ils me stimulent afin de progresser davantage. Pourquoi avoir choisi la JSK, alors que plusieurs clubs voulaient absolument vous recruter ? J’ai, à la JSK, la possibilité de progresser et d’apprendre convenablement le métier, car les infrastructures dont dispose le club sont magnifiques et il y a un public énorme et très fidèle. Le fait d’avoir la possibilité de montrer ce que je sais faire en Division une, et cela dans un club

ambitieux, a aussi pesé dans ma discision. De toutes les façons, je pense avoir fait le meilleur choix en venant à la JS Kabylie. Il y a d’excellents milieux de terrain à la JSK et il vous sera sûrement difficile de vous imposer dans l’équipe, y avez-vous pensé ? Cela ne me pose aucun problème, car les choses du terrain ne m’inquiètent pas du tout. Je connais ma valeur et la concurrence ne me fait pas peur. Il y a, comme vous dites, d’excellents milieux de terrain à la JSK et il me faut travailler très dur pour espérer décrocher une place de titulaire. Quel sera votre objectif cette saison ? Premièrement, j’essayerai de paraître avec un bon niveau avec la JSK pour jouer mon rôle dans l’équipe et après je viserai une place en équipe nationale qui est le but de chaque joueur. Je suis un joueur très ambitieux et c’est pour cette raison que j’ai opté pour les Canaris du Djurdjura. On attend beaucoup de vous du côté de la JSK. Que promettez-vous ? Que je donnerais le meilleur de moi-même et que je mouillerais le maillot. Je ferais le maximum pour justifier la confiance qui a été placée en moi. Je suis par ailleurs impatient de faire la connaissance des supporters kabyles. Entretien réalisé par Aberkane S.

Ph . Maracana

12

De sources bien fondées des affaires courantes de la JSK, l’entraîneur Alain Geiger, qui a été recruté au milieu de l’intersaison et à quatre mois du baisser du rideau, a réussi avec ses collaborateurs Amrouche et Karouf, à qualifier le club aux poules en Ligue des champions africaine, et en atteignant les demi-finales en coupe d’Algérie, et une 3e place en championnat. Le gros du travail a été fait par Amrouche et Karouf, lesquels se sont acquittés de leur mission, en permettant au club phare de la Kabylie de quitter la zone rouge. Geiger, qui a connu des hauts et des bas, pendant cette courte période où il a pris la barre technique du club, a été donc reconduit et les dirigeants ont jugé utile de lui renouveler la confiance pour la prochaine saison. Le Suisse, qui touchait 5 000 euros par mois, touchera désormais 8 500 euros mensuellement. Donc, son salaire a été revu à la hausse, suite aux résultats enregistrés par le club sous sa houlette, surtout avec cette brillante qualification à la phase des poules, arrachée haut la main, contre la formation angolaise le Petro Atletico. Geiger entamera son travail le 21 de ce mois, et ce, en prévision du premier match qui va opposer la JSK à l’Ismaïli le 17 juillet prochain en Egypte. A. M.


Maracana N° 1134 — Mardi 8 Juin 2010

DIVISION UNE

13

Que de questions ! JSMB

L’avenir au présent

g Par Abdelkader Zoughailech

D

éception, colère et … regrets, tout passe et on recommence. C’est la tradition qui le veut, pourvu que la leçon soit apprise. Place à l’avenir. Et pour cela, les Béjaouis n’ont pas tardé à passer à l’action, les tractations vont bon train grâce au travail inlassable miné par le manager général du club, Meddane Hakim, en étroite collaboration avec l’entraîneur des Vert et Rouge, Djamel Menad. Libérations et recrutements de joueurs se font en catimini, certes, mais d’une manière rigoureuse. Les premiers signataires sont, déjà, connus parmi les nouveaux, Laraf et Boudaradji, deux émigrés dont on dit le plus grand bien. Pour les locaux, on évoque, déjà, les noms de Naïli de l’USMH qui aurait donné son accord de principe, de Boucherit et même, Djabou en échange avec Zerdab. Dans ce cas précis, les discussions avec les responsables de l’ESS sont en cours et il ne resterait que quelques retouches pour que tout soit réglé. Cependant, et malgré tout ce mouvement qu’on remarque, les observateurs sportifs ne cessent de soulever tant et tant de questions. Alors, entrons dans les détails:

Le staff technique sera-t-il reconduit dans sa totalité ?

Si pour Djamel Menad, la question n’a pas sa raison d’être et tout a été ficelé, avant même la fin de ce championnat, par contre, pour les autres membres du staff technique, les questions continuent à être soulevées. C’est ainsi que tous se deman-

Ph . Maracana

Le rideau est, donc, tombé sur cet exercice, version 2009/2010. Le club béjaoui, en dépit d’un bon parcours, n’a pas réussi à terminer dans la position qui lui aurait permis de participer à une joute continentale.

dent si Hammouche sera maintenu dans l’organigramme du staff, tout comme, d’ailleurs, l’entraîneur des gardiens de but, Tifour, en l’occurrence qui n'aura pas fait l’unanimité autour de lui, durant cette saison et ce, pour n’avoir pas su gérer l’apport des trois gardiens qui étaient sous sa coupe. Même le préparateur physique semble être dans le collimateur. En effet, lors du dernier virage du championnat, certains puristes et connaisseurs n’ont pas manqué de relever les défaillances physiques du groupe. Ce qui a suscité moult interrogations quant à la préparation physique dès l’entame de la saison.

Quel gardien pour la JSMB ?

Le départ de Saoula et l’incertitude de Djebarat ont donné à réfléchir à plus d’un. Cedric ne pourra pas entamer toute une saison, seul. Aussi, l’on se demande si dans ce contexte, les responsables béjaouis ont fait des démarches. L’on se rappelle que Djamel Menad a été vivement impressionné par le désormais exgardien nahdiste, Asselah, et qu’il aurait souhaité l’avoir dans son effectif. Même Zemmamouche aurait été inscrit, mais cela est resté lettre morte. Alors, à ce rythme, les Vert et Rouge risquent de se retrouver avec deux gardiens seulement, Cedric et le jeune Merzougui, ou, à défaut trois si Djebarat venait à être maintenu.

Mais, est-ce sécurisant ?

Megatli et Belakhdar indétrônables ?

Ce sont les deux latéraux des Vert et Rouge, Megatli, à droite, et Belakhdar, à gauche, qui ont réussi à s’imposer et devenir, par la suite, des éléments presque indispensables dans l’échiquier de Menad. Megatli, qui aspire à une place en EN A’, continue à faire l’unanimité autour de lui. Il a été, à plusieurs reprises, essayé dans l’axe, en l’absence de Zafour. Quant à Belakhdar, tous l’ont donné comme partant, mais les responsables auraient préféré le garder pour que le club puisse, éventuellement, profiter, encore, de son expérience. D’ailleurs, la montée du jeune Benettou commence à devenir une véritable menace pour cet élément, originaire de M’sila. Toujours est-il que Megatli et Belakhdar sont en train de prouver que durant la saison prochaine, l’équipe aura encore besoin d’eux.

Leurs sorts ?

Ils sont plusieurs à ne pas connaître, encore, leurs sorts. Des joueurs titulaires, en fin de contrat, d’autres n’ayant pas eu la chance de jouer et qui continuent, cependant, à attendre à ce que leur situation soit éclaircie, d’une manière ou d’une autre. Messali, Boulemdaïs, Belkheïr,

Djebarat, pour ne citer que ceux-là, semblent être dans l’expectative. Eux, ils préfèrent d’abord qu’on leur règle le passif sur le plan financier avant d’entamer de nouvelles discussions quant à la prochaine saison. Messali, sur qui plusieurs ont misé sur son départ, ne semble nullement, emballé pour les propositions des autres et on a même donné l’impression qu’il était tenté pour une nouvelle aventure avec les Vert et Rouge, à condition qu’on le lui propose. Idem pour Boulemdaïs qui ne serait pas contre pour se lancer dans le bain d’une aventure avec la JSMB. Et, là aussi, le Constantinois attend un geste de la part des dirigeants béjaouis. De son côté, Djebarat, qui n’a pas été contacté par les responsables du club, estime que si la JSMB n’a plus besoin de ses services, les responsables n’ont qu’à le lui dire pour qu’il prenne ses papiers et qu’il soit réglé sur le plan financier. Et les exemples sont légion. C’est dire que la situation reste, quelque peu, ambiguë et les discussions qui se font, actuellement, sont souvent liées au problème financier. Toujours est-il, le grand chamboulement prédit par les observateurs sportifs, n’est plus d’actualité car, à vrai dire, sur le marché, les joueurs souhaités au début et depuis longtemps ont été purement et simplement détournés vers les grosses pointures. A. Z.

HACHOUD : «La Ligue des champions, un challenge qui ne se refuse pas» ESS

g Par Yasser Malki

Vous venez de signer à l’Entente de Sétif comment vivezvous ces premiers moments en tant que sétifien ? Rien de spécial, je profite pour passer mes vacances auprès de ma famille avant de prendre la route des préparations pour la prochaine saison. Je peux vous dire enfin que j’ai pu réaliser un vieux rêve en signant au profit de l'Entente. J’ai rencontré Serrar et Hamar à l’hôtel Hidhab à Setif et on a pu aborder tous les points concernant mon transfert à l'Entente. Le discours de Serrar m’a convaincu et j’ai fini par opter pour ce club prestigieux. Ces négociations ont eu lieu un jour après la fin du championnat ; ne pensez-vous pas

que c’est une date très avancée pour entreprendre des négociations de ce genre ? On a opté pour cette formule pour plusieurs raisons. Primo, je voulais fuir les regards de ceux qui auraient pu salir mon image envers le CABBA et ses fidèles supporters qui connaissent parfaitement ma valeur. Secundo, garantir la réussite de la transaction. Dieu merci, on est parvenus à un accord et c’est l’essentiel. Vous voulez parler du volet financier ? Croyez-moi, si j’étais intéressé par le seul côté pécuniaire de ce recrutement, j’aurais pu rempiler avec le CABBA ou encore opter pour un des autres clubs qui me voulaient dans leur effectif. Autrement dit, c’est le challenge

sportif qui m’a poussé à choisir l'Entente de Setif quoi que, il faut le dire, l’offre financière que les dirigeants sétifiens m’ont faite correspond à mes aspirations. L'Entente est connue pour jouer les premiers rôles chaque saison et ce ne sont pas tous ces titres qu’elle s’est adjugés qui vont démentir cette réalité. Pour moi, cela constitue plus qu’une simple motivation. Est-ce à dire que c’est l’objectif du titre que l'Entente va certainement se tracer cette saison qui a été derrière votre choix ? Celui qui pensera autre chose ne comprend rien au football. L'Entente, qui a donné la preuve de sa grande solidité en finissant à la deuxième place et en remportant la Coupe d'Algérie et la

Coupe de l'UNAF, finaliste de la Coupe de la CAF, et qualifiée pour la phase des poules, jouera la Ligue des champions la saison prochaine et tout le monde sait pertinemment que cette compétition ouvre grandes les portes d’une belle carrière à tous ceux qui montrent un minimum de régularité et d’intelligence. Cela encourage n’importe quel joueur à porter le maillot de ce grand club. En ce qui me concerne, j’espère réussir en répondant comme il se doit aux attentes des supporters. Parlons des supporters de l'Entente puisqu’on y est. Savez-vous qu’ils vous attendaient pour vous voir dans les rangs de l'ESS au dernier mercato déjà ? C’est exact. A cette période-là, je

ne pouvais pas tourner le dos à un club qui m’a permis de me faire un nom, mais j’avais pris la peine tout de même de demander à l’émissaire du président Serrar de tout relancer à la fin de la saison, sachant que le CABBA était toujours à lutter pour son maintien. Dieu merci, le CABBA est sauvé de la relégation, Hachoud jouera enfin à l'Entente. Que dites-vous aux supporters du CABBA à présent que vous êtes officiellement ententiste ? Franchement, je ne trouve pas les mots pour exprimer ma gratitude aux supporters du CABBA qui doivent être contents, comme je le suppose, que je signe au profit d’un club comme l'Entente. Y. M.


14

Maracana N° 1134 — Mardi 8 Juin 2010

KRAIMIA : «Le plus important c’était le maintien en DI» USMB

Suite à un entretien, avant-hier, avec le milieu de terrain blidéen, Kraïmia Amine, qui passe d’agréables vacances en famille, ce dernier a bien voulu répondre à nos questions. «Le plus important, l’USMB a atteint son objectif tracé en début de saison et se retrouvera la saison prochaine dans la nouvelle voie du professionnalisme.

Un petit mot sur votre retour en famille ? Pour l’instant, Dieu merci, tout va bien ; je passe de bonnes vacances avec mes proches, et je rencontre des amis avec lesquels je discute, surtout de football, et ce qui touche principalement mon club, l’USMB, et l’EN qui se prépare pour sa première apparition le 13 juin face à la Slovénie pour le compte du premier match du Mondial. Alors, que pensez-vous de

cette rencontre AlgérieSlovénie ? Les Verts sont mis dans les meilleures conditions possibles, et ils vont défendre crânement leurs chances, ils possèdent des arguments valables et sont capables de créer la surprise le 13 juin.

Votre nom est cité parmi les joueurs qui seront libérés cette saison. Un mot ? Lors de mon dernier entretien avec le président Zaïm, on avait discuté de tout, j’ai été régularisé sur le plan financier et estimé à ma juste valeur, même un rendezvous a été pris pour la fin du mois de juin pour être fixé sur la date de la reprise des entraînements. Avec du recul, que pensezvous de la saison passée à l’USMB ? Je pense que mon bilan est satisfaisant, même s’il n’a pas été brillant ; c’est tout à mon honneur vu que je venais d’un palier inférieur. J’ai trouvé mes repères auprès des anciens, Chebira, Herbache et autres Ghalem avec lesquels j’ai appris beaucoup de choses et qui m’ont aidé dans mon intégration parmi le groupe.

Que pensez-vous des membres de la barre technique ? Les coachs Mouassa et Assas sont des meneurs d’hommes, ils ont réalisé du bon travail, malgré que des fois les résultats n’ont pas suivi. On a livré de bonnes batailles pour sauver l’équipe de la relégation et chacun de nous a apporté sa touche pour la réalisation de cet objectif.

Le président de l’USMB, Mohamed Zaïm, lui a fait une proposition qui ne l’a pas convaincu pour parapher un contrat de deux ans, alors que le joueur Ghalem a refusé une offre plus intéressante du côté d’un autre club de la D I. Ghalem nous dira : «J’ai contribué à ma façon au maintien de l’USMB, c’est un club qui possède un merveilleux public ; concernant mon avenir, il faudra que le président me comprenne et il est fort probable que je rempile à l’USMB si je trouve un terrain d’entente avec la direction blidéenne.» Le joueur Chebira Abdellah a rencontré le boss blidéen avant-hier et ils ont débattu de certains points. Il n’a pas tardé dans les négociations puisqu’il était tombé d’accord pour continuer à porter les couleurs de l’USMB.

A partir de la 24e journée face au WAT, vous aviez raté la suite du championnat, n’est-ce pas ? Effectivement, une blessure m’a éloigné des terrains, mon coéquipier Belloucif avait pris le relais ; c’est à ce moment que l’équipe a commencé à carburer, le coach faisant reprendre confiance à l’équipe. L’essentiel, c’est que l’USMB a atteint son objectif. Le dernier mot... Je souhaite de tout mon cœur la réussite de l’EN au Mondial sudafricain, et à l’USMB de mettre en place la saison prochaine une équipe capable de représenter dignement la ville des Roses. Entretien réalisé par A. T.

Ghalem en stand-by

Zaïm convainc Chebira

Zemmouchi désemparé

Contacté pour en savoir plus sur l’entretien qu’il a eu avant-hier avec le président blidéen, Zemmouchi, qui paraissait décontenancé, n’a pas voulu nous livrer avec exactitude ce qui le tracassait après cet entretien avec son employeur ; certainement que c’est le volet financier de la deuxième tranche qui en est la cause.

Herbache a rencontré Zaïm hier

Le milieu récupérateur blidéen, Herbache Billel, a été invité hier pour se mettre autour d’une table avec le président Zaïm afin de négocier, avant de signer la licence de la saison prochaine, à l’instar des cadres de l’équipe, Chebira et Zemmouchi, qui ont porté pendant plusieurs saisons les couleurs blidéennes A. T.

Ph . Maracana

g Par Ahmed Tahi

DIVISION UNE

Recrutement : tout est bloqué MCEE

g Par Amine Selmi

Au train où vont les choses, on ne risque pas d’annoncer une bonne nouvelle dans les jours à venir, à moins que la direction du club ne parvienne à trouver de l’argent liquide. Car, il ne faut pas croire que les joueurs convoités ne veulent pas jouer au MCEE, ou font monter les enchères pour tenter de décrocher le gros lot. Certains d’entre eux avaient donné leur parole à Bouden il y a très longtemps, et jusqu’à présent, ils ne sont pas revenus là-dessus. Mais, faute d’argent, on ne peut pas les faire signer. Attendrontils encore longtemps ?

Le président du MCEE vient de suspendre la liste des joueurs à libérer. La question n’est, apparemment, plus à l’ordre du jour.

E

Que font les autres membres du bureau ?

Nous savons que Bouden fait de son mieux ces temps-ci afin de débloquer la situation. Mais seul, il n’arrivera certainement pas à trouver une issue à cette crise. Quand il est dos au mur, il a toujours trouvé du soutien chez son bras droit,

El Eulma sset,àqueKlesaredspdonosaublres du MCEE s’intée,re égalemen e per-

Bouden a réglé beaucoup de dettes

dr , Kaddour. C’est un On vient d’appren de terrain de l'ESS eu ili m au it pris attache nt se es s’intér du MCEE qui aura t en id és pr du he en ne prenne le sonne très proc ne, avant que Boud ho ép tél he, au ur ue jo avec le ne première approc ur le moment, qu’u rticularité de ce po t, es n’ Ce s. lai re source sûre. La pa au apprend-on d’une s’agit d’un joueur Avant même qu’une liste officielle des joueurs à libérer ne soit contact, c’est qu’il é. ch er établie, Mellouli Farid est plus que décidé ; il veut sa lettre de profil rech libération. Il nous a déjà fait part de sa décision dans une discussion amicale avec lui il y a quelques jours. Mais, jusqu’à présent, il n’a pu Hireche, qui a souvent été à les autres membres du bureau ? On rencontrer son président pour discuter avec lui du sujet. Il est allé le l’origine du dénouement de a souvent reproché au président de voir hier matin à son bureau, mais Bouden n’y était pas. Le joueur plusieurs problèmes aigus. Sans travailler seul. Mais lui, à chaque devait retourner dans l’après-midi pour essayer de l’accrocher, mais on oublier Arab qui, de par ses rela- assemblée, à chaque occasion, et ne sait pas s’il a pu le rencontrer ou non. En tout cas, le défenseur tions au niveau des différents pou- jusqu’à preuve du contraire, invite central du MCEE ne veut plus attendre. Le temps passe et les clubs voirs publics, arrive lui aussi à tout le monde à mettre la main à la risquent de clore leur recrutement, et cela ne peut pas jouer en sa trouver de temps en temps une aide pâte. L’on constate, malheureusefaveur. «Ce n’est pas que je ne veux pas rester, mais je ne peux pas financière. La question qui devrait ment, que personne n’est conrester. Je ne peux pas travailler dans les mêmes conditions de la saison être posée est la suivante : est-ce cerné. passée, et cela tout le monde le sait. Ce que je demande, c’est qu’on qu’il n’y a que ces trois dirigeants me facilite les choses, c’est tout», nous a-t-il indiqué hier. A. S. au MCEE ? Que font entre-temps

Ph . Maracana

t pour cause, le club n’a enregistré pour le moment aucune nouvelle recrue. Après deux semaines de la fin du championnat, aucun nouveau joueur n’est à signaler du côté d'El Eulma, et la situation semble très préoccupante. Le MCEE risque tout simplement de rater le mercato estival en raison de sérieux problèmes financiers ; les joueurs ciblés, qui étaient à un moment très proches du MCEE, s’éloignent de jour en jour et risquent de signer au profit d’autres clubs, à cause de l’impuissance des dirigeants du MCEE qui n’arrivent toujours pas à concrétiser avec eux.

Certains peuvent se demander où est passé tout l’argent qui est rentré dans les caisses du club, notamment les dernières subventions des différents sponsors. Selon nos informations, le président du MCEE aurait réglé beaucoup de dettes avant la tenue de l’assemblée extraordinaire, et même après, en procédant au payement de ce que MCEE devait à quelques entreprises, comme l’hôtel Brao, et à la régularisation d’une partie des arriérés des joueurs. C’est ce qui fait qu’aujourd’hui il ne reste pas grandchose, mais on est optimiste, selon une source proche du bureau du MCEE, quant à un dénouement heureux. A. S.

L’argent, seule solution

Mellouli veut rencontrer Bouden


DIVISION UNE

15

Maracana N° 1134 — Mardi 8 Juin 2010

USMA

L’indifférence de la direction Hamidi et Rial sont sur le départ

g Par Amine Tirmane A l’USMA, le recrutement est toujours au point mort, mais d’après des échos, la direction du club, en concertation avec le staff technique, a décidé de ne pas chambouler l’effectif actuel qui a fait une bonne fin de saison.

avec un total de quatorze buts. Une performance que l’on n’a pas vue à l’USMA depuis le départ d’Eneramo, ou encore Diallo. L’autre joueur, en l’occurrence Rial, a été sans conteste l’un des meilleurs joueurs du championnat

équipe nationale A’. Si Rial est quasiment Kabyle pour la prochaine saison, Hamidi n’a pas encore pris la décision finale, il attend, en effet, de rencontrer Allik, d’autant plus qu’il veut sa deuxième tranche avant de

Ph . Maracana

C

ela dit, la question qui intrigue plus d’un, c’est pourquoi la direction de Allik reste indifférente par rapport aux éventuels départs de certains cadres de l’équipe qui sont de plus en plus convoités par des clubs de l’élite. En effet, on évoque avec insistance le départ de deux joueurs, à savoir l’attaquant Cheikh Hamidi, et le défenseur Ali Rial. Le premier cité est dans le collimateur du champion d’Algérie, le Mouloudia, qui fait le forcing pour enrôler l’avant-centre usmiste. Quant à Rial, le joueur devait signer hier au profit de la JS Kabylie. Si le transfert de ces deux éléments venait à se concrétiser, il est sûr que l’USMA aura perdu deux pièces maîtresses de l’équipe. En effet, Cheikh Hamidi a fini la saison comme meilleur buteur de son équipe, et deuxième meilleur buteur du championnat,

cette saison, d’autant plus qu’à l’USMA, il est le plus régulier. Ses grandes performances avec son club lui ont valu une place en

changer d’air. Tout cela se passe dans l’indifférence totale de la part la direction usmiste qui ne bronche même pas, et qui risque

La date de l’AG pas encore fixée Alors que de nombreux clubs sont en train d’entrer dans le professionnalisme, à l’USMA les choses ne semblent pas encore claires. En effet, même si un dirigeant influent a affirmé que les procédures sont en bonne voie, il n’en demeure pas moins que le projet ne peut avancer avant que la direction ne tienne une assemblée générale. Dans ce contexte, nous avons appris que la date de l’AG n’a pas encore été fixée pour le moment.

MEDOUAR : «Messaoud n’ira nulle part et à la JSK et à l’ESS de cesser le contact» ASO

g Par Hocine Saïdi

Le président de l’ASO Chlef Abdelkrim Medouar rassure les supporters concernant Messaoud. « Ce joueur est l’un des cadres de l’équipe et on ne peut se séparer de lui facilement comme le pensent certains » déclare-t-il d’emblée avant d’ajouter « Messaoud est sous contrat avec le club jusqu’à 2011 et les dirigeants de l’ESS et ceux de la JSK l’ont certes contacté, mais je leur conseille d’interrompre les contacts, pour la simple raison, que Messaoud n’ira nulle part et restera à Chlef ». Medouar conclut « on veut former une bonne équipe la saison prochaine, et on ne va laisser partir les cadres, à l’image de Messaoud. Donc je rassure les supporters en leur disant que Messaoud sera bel et bien Chélifien la saison prochaine ».

Ph . Maracana

«Ziane Cherif m’a promis de renouveler»

Quant au défenseur axial Ziane Cherif Lyes, le boss de l’ASO nous a déclaré que « Certes le joueur a passé des moments difficiles, après sa mise à l’écart par l’ex-entraîneur Sid Ahmed

Slimani, c’est pour cette raison que plusieurs clubs se sont intéressées et voulaient l’enrôler dès cette saison. Mais par la suite tout est rentré dans l’ordre et je suis persuadé que ce jeune pétri ne trouvera pas mieux que l’ASO » avant de conclure « Le joueur se trouve depuis la fin de saison chez lui à Saida, où il se ressource auprès de sa famille. C’est grâce à l’ASO qu’il s’est fait un nom. Je pense qu’il ne va pas trouver mieux, et je tacherai de faire de mon mieux pour le convaincre de rester et de continuer l’aventure avec l’ASO Chlef ». Propos recueillis par H.S

de voir ces deux importants éléments vêtir les maillots d’autres clubs.

Serait-on préoccupé par le professionnalisme ?

Devant cette situation embarrassante, les supporters de l’USMA se demandent les raisons qui font que la direction reste muette. Selon certaines indiscrétions, nous apprenons que le président Allik et son staff dirigeant sont préoccupés par le projet du professionnalisme. En effet, selon une source proche de la direction usmiste, les choses marchent dans le bon sens en ce qui concerne la mise en place d’un conseil d’administration qui amènera le club vers une SPA. Par ailleurs, il est à signaler que les dirigeants usmistes sont mobilisés pour faire aboutir ce projet qui date depuis des lustres, puisque nous avons appris que des anciens dirigeants ont fait leur retour. A. T.

Alors qu’un premier bilan a été approuvé

La réunion d’avant-hier reportée pour demain

Nous avons signalé dans notre précédente livraison que la direction de l’USM Alger a tenu une réunion avec l’ensemble du club avant-hier en fin de journée. Finalement, ladite réunion a été annulée pour des raisons ignorées. Cela dit, des membres de la direction e du staff technique ont été présents hier au stade de Bologhine, et ont effectué un premier bilan. C’est à partir de ce bilan qu’on a établi une première liste de joueurs susceptibles d’être libérés, et qui a été gardé à l’anonymat. Sur ladite liste, figurerait Ghoul, Zidane, Cheklam et Benchaâbane et Layati. A. T.

Allouache de retour aux affaires du club

L’homme fort de la famille rouge et noir, en l’occurrence Mehieddine Allouache qui a beaucoup aidé le club de l’USM Alger dans les moments difficiles, a effectué son retour aux affaires de l’USMA. Ce dirigeant connu dans la famille usmiste a aperçu à maintes reprises durant ces derniers mois, avant l’officialisation de son come back, après s’être retiré pour une longue période. Selon certaines indiscrétions, Mehieddine Allouache serait l’un des principaux administrateurs du nouveau statut de l’USMA.

Infos DER

Menadi veut Ziane Cherif

Après avoir contacté Messaoud, le président de l’USM Annaba Aissa Menadi revient à la charge et contacte le défenseur axial Ziane Cherif. Ce jeune pétri de qualité qui a passé une saison difficile avec son club l’ASO et qui est en fin de contrat, a déclaré à maintes reprises qu’il va changer d’air dès la fin de saison. Menadi a sauté sur l’occasion, en prenant attache avec le joueur, et en lui proposant une offre financière très alléchante. Selon nos sources, Ziane Cherif Lyes pourrait bel et bien atterrir à l’USM Annaba cette saison, et sa signature du contrat est imminente. Alors Medouar parviendra-t-il à faire revenir le joueur sur sa décision. On le saura incessamment.

Messaoud restera à Chlef Mohamed Messaoud l’attaquant chélifien qui est convoité par les dirigeants de l’ESS et ceux de la JSK est toujours sous contrat pour une autre saison. Hannachi et Serrar qui ont déjà pris attache avec le joueur, ne comptent pas lâcher prise, et comptent entrer en contact avec Medouar, pour le convaincre de le libérer en rachetant sa lettre son contrat. Chose que refuse et rejette le président de l’ASO, qui ne veut pas entendre parler du départ de son meilleur joueur. Messaoud qui était touché par Hnanachi et Serrar les auraient orienté vers la direction du club, afin de négocier sa lettre de libération. Mais d’après nos sources, le capitaine des Chélifiens restera à Chlef et honorera son contrat jusqu’au bout. H.S

ALI HADJI : «On sera plus forts la saison prochaine»

« Cette saison on a fait un parcours décevant comme en témoigne la 14e place occupée en fin de saison. La responsabilité n’incombe pas uniquement à nous les joueurs, mais aussi à tout le monde. Il faut oublier cette saison catastrophique et la mettre dans l’histoire ancienne. L’instabilité à la barre technique, a influé négativement sur le rendement général du groupe, ce qui s’est répercuté sur les résultats de l’équipe. Les dirigeants doivent renforcer l’équipe par des éléments de valeur, afin que l’ASO revienne à ses habitudes et renouent avec les bons résultats, pour qu’on puisse rivaliser de nouveau sur les premières places avec les grosses cylindrées du championnat. Le passage au professionnalisme revalorisera le joueur local, et le poussera à travailler davantage, car plusieurs choses vont changer. Quant à moi je crois que j’ai vécu des moments difficiles au début de saison, mais par la suite j’ai pu disputer plusieurs rencontres, en ayant un temps de jeu plus élevé. J’espère donner encore et contribuer au retour de l’ASO à ses Propos recueillis par H.S habitudes. La saison prochaine sera celle de l’ASO Chlef.


16

Maracana N° 1134 — Mardi 8 Juin 2010

DIVISION UNE

Les Bélouizdadis indifférents CRB

SAIBI ET YOUNES CIBLÉS PAR LE MCA

Les rumeurs de contacts entrepris par le champion sortant avec les deux buteurs du CR Belouizdad, Youssef Saïbi et Sofiane Younès n’ont pas ameuté les fans du Chabab.

L

es supporters des Rouge et Blanc semblent plutôt accrochés par l’événement planétaire qui débutera ce vendredi à Johannesburg et qui verra le retour de l’EN algérienne au-devant de la scène mondiale. «Ce n’est pas qu’on n’a pas besoin d’eux, mais franchement cette histoire de contacts et de départ n’est pas à l’ordre du jour. Je suis particulièrement branché sur la Coupe du monde et le CRB est le dernier de mes soucis actuellement», nous dira Ouahab, jeune vendeur à la sauvette près du marché «Tnach». La rue belouizdadie est parée par la même fièvre sud-africaine et les «histoires» qui se racontent au sujet de leur club fétiche ne sont que des «rumeurs» qui alimentent les canards en manque de sensationnel. «Même si on m’apprend

Ph . Maracana

g Par Hichem Benaâli

fin de la semaine pour donner suite aux sollicitations du champion d’Algérie 2010 et celles de la formation belouizdadie.

que le Chabab passera au professionnalisme, cela ne m’émeuve point et je considérerais aussi cette opération de simple rumeur», fera savoir Abdelkader, commerçant de meubles sur la rue principale. Et juste de rappeler que chaque partie (joueurs précités et direction) ont toute la latitude de discuter de leur relation passée et à venir. De leur côté, Younès et Saïbi ne nient pas de telles perspectives. Chacun avance que le contrat les liant au CRB a expiré avec la fin du championnat. «Je suis ouvert à toutes les discussions. Le club a le droit de ne pas venir me solliciter pour un éventuel renouvellement mais moi aussi j’ai un choix à faire suivant mes besoins», répond Younès. Saïbi, que certains annoncent aussi sur les tablettes du MCA, reste évasif et préfère attendre la

Quid du professionnalisme

Le professionnalisme ? Une question qui est, elle aussi, reléguée au second plan par les fans du club de Laâqiba. La plupart de ceux qui ont été interrogés trouvent que les dirigeants n’ont rien fait pour que le club soit professionnel car «eux-mêmes ne le sont pas», tempête Ahmed G., ancien membre de l’AG aujourd’hui retiré complètement du circuit footballistique. C’est un peu le sentiment de nombre de nos interlocuteurs qui s’apitoient sur le sort de leur club dont l’avenir est de plus en plus «compromis», à en croire Ahmed G. qui souligne qu’on ne peut pas faire du neuf avec du vieux. Le vieux

dirigeant explique que la mixture souvent mijotée par les différentes directions qui ont gravité autour du club a prouvé ses limites. «Désormais, il faut chercher des gens nouveaux et des approches modernistes. Ce n’est pas une simple affaire commerciale que de diriger un club de football de manière professionnelle. Il faut d’abord renoncer à ses vieux réflexes de rentiers. Car la plupart des gens intéressés par cette œuvre sont des rentiers. Ils attendent que l’Etat les financent et s’occupent de la gestion de leurs problèmes personnels. Le professionnalisme est un monde qui exige des sacrifices sur le plan humain et social et des contributions matérielle et financière. Or, les messieurs que la presse annonce comme prochains actionnaires des clubs de football, notamment concernant le CRB, sont des personnages dont le mérite est de gérer l’argent des autres. Pour moi, ce sera une erreur que d’aller vers cette option suicidaire.», assène-t-il comme pour dire que l’agitation qui s’est emparée, timidement faut-il le rappeler, des quartiers généraux du club belouizdadi s’estompera au contact du réalisme du modèle professionnel. H. B.

C’est le flou ! USMH

Au sein de l’USM El Harrach, c’est le flou concernant le passage du club au statut du professionnalisme. Après l’adoption du passage au professionnalisme du club par l’assemblée générale, certains membres de l’assemblée et du bureau actuels font le forcing pour être des actionnaires et faire partie du prochain con-

seil d’administration. Le président Laïb, en fixant la somme de 100 millions de centimes pour toute personne voulant faire partie dans la future société sportive, a mis certains membres dans l’embarras puisqu’ils ne peuvent pas réunir cette somme. Ces derniers s’agitent actuellement pour imposer leur vision, à savoir la création de certains postes à leur mesure. Pour ne

pas honorer la somme exigée «l’assemblée du 1er juin a décidé que pour être membre du conseil d’administration, il faut une participation financière de 100 millions chacun. Mais ces derniers jours, certains dirigeants affirment qu’ils vont être des conseillers, cette option ne nous arrange pas et si Laïb accepte que des dirigeants pareils fassent partie du conseil, nous nous

retirerons de ce projet», affirme un dirigeant du club. Dans le même ordre d’idées, le président de la commission des catégories jeunes veut forcer Laïb à accepter qu’il le nomme conseiller. Ce dirigeant fait aussi dans le forcing pour s’imposer puisqu’il aurait pris rendezvous avec Abzar, le président de l’APC d’El Harrach et quelques anciens joueurs.

Benabderrahmane : «La JSK me voulait, mais je préfère l’USMH»

En terminant 5e au classement, ne pensez-vous pas que vous aurez dû

terminer au podium ? Oui, tout à fait, mais que voulez-vous que l’on fasse. Vous savez que nous avons gaspillé beaucoup de points au stade Lavigerie et en plus la récurrente crise financière. Aussi, notre équipe est constituée de jeunes joueurs et d’ici à la saison prochaine, ils s’affirmeront et l’équipe sera mieux classée. Pensez-vous

rester la saison prochaine ? Il faut savoir une chose, je suis lié au club jusqu’en 2011 et je crois que je vais rempiler, car je me sens bien à El Harrach, malgré les problèmes financiers que nous avons vécus. On a laissé entendre que vous avez été contacté par la JSK, est-ce vrai ? Oui, tout a fait, j’ai été contacté par la JSK et c’est un honneur pour moi, mais j’ai décliné,

car comme je viens de vous le dire, je me sens bien à El Harrach. On vous laisse conclure... Je souhaite que le président Laïb préserve l’ossature, car nous avons un bon groupe et avec les moyens nécessaires, nous pouvons jouer l’année prochaine les premiers rôles et pourquoi pas carrémment le titre. Entretien réalisé par Lotfi S

l’équipe première du CRB ne laisse pas, par contre, les jeunots des Rouge et Blanc qui ont terminé la saison en quatrième position derrière l’ESS, auteur du doublé (coupechampionnat), l’USM Alger et le MCA) sont dans l’expectative. C’est le cas du groupe de joueurs promus en équipe première au début de l’exercice dernier. Ceux-ci, Lahouamed, Kherbache, Ghazali, Anane et autre Benssisi, ont attendu toute une saison sans avoir la chance de disputer ne serait-ce qu’une partie d’un match officiel. Autant pour Henkouche que son intérimaire Iaïche, l’utilisation de ses jeunes c’était des promesses sans suite. C’est pour cela que ce groupe entend aborder le sujet avec la direction du club. L’intérêt que leur portent certains clubs de la capitale serait grandissant et les joueurs en question semblent déterminés à avoir le cœur net pour connaître leur sort avant de répondre aux offres alléchantes des autres clubs de la capitale. H. B.

Les joueurs hésitent à rempiler

Apparemment, le président Laïb se trouve face à un vrai casse-tête pour convaincre les cadres de l’équipe à rempiler avant de passer au volet recrutement. 7 joueurs se trouvent en fin de contrat et ils sont tous pistés par les clubs. Avec le problème récurrent des finances, le président Laïb trouvera certainement beaucoup de difficultés à convaincre les joueurs cités.

Les Harrachis proposent un contrat à Benayache

Les dirigeants harrachis ont proposé au jeune joueur Benayache un contrat de 3 années. Ce dernier sera dans les prochains jours au bureau de Laïb pour parapher et signer un contrat de 3 ans avec un salaire mensuel de 3 millions de centimes. A noter que le jeune a évolué en équipe seniors lors de la dernière journée face à l’USMB.

Doukha approché par le MCA

Ph . Maracana

Le défenseur axial, Farès Benabderrahmane, nous affirme qu’il a été approché par plusieurs clubs dont la JSK, mais qu’il a préféré rester à l’USMH, car il est toujours lié par un contrat.

Les jeunes dans l’expectative L’éventualité d’une saignée de

Infos DER

Passage au professionnalisme

g Par Lotfi Salhi

DE NOMBREUX JUNIORS SONT SUR LE CALEPIN DES CLUBS DE LA CAPITALE

Selon une source crédible, le gardien Doukha aurait été approché par les dirigeants du MCA. Ce que ses dirigeants ignorent, c’est que Azzedine Doukha est encore sous contrat et s’il sera libéré ce ne sera que pour un club étranger, car on croit savoir qu’il a une piste au Portugal. L. S.


Maracana N° 1134 — Mardi 8 Juin 2010

DIVISION DEUX

Mana refuse les intrus

NAHD

g Par Raouf Mesbah

Même s’il ne l’a pas dit ouvertement, des sources proches du président Mana Kenfoud avouent que ce dernier avait refusé que des intrus assistent aux réunions entre les dirigeants et la commission de la préparation de la SPA.

n effet, un dirigeant a contacté le joueur et lui a proposé de discuter de son transfert et a tenté de le convaincre de porter le maillot Jaune et Vert, ce qu’il n’a pas eu de difficulté à faire, tant ce grand club intéresse bien sûr n’importe quel joueur.

Les dirigeants refusent de le libérer

Après avoir eu vent de la volonté de la JSK de l’engager et même de payer sa lettre de libération, les dirigeants du Nasria ont tenu à faire savoir à Hannachi, ainsi qu’aux autres dirigeants de la formation kabyle que Ben Amri n’était pas à vendre et qu’il était intransférable, surtout qu’il a signé un contrat de quatre ans et que le NAHD a besoin de tous ses joueurs. Pour la direction, il n’est pas possible de laisser partir ses meilleurs joueurs et courir ensuite derrière d’autres qui ne peuvent rien donner au club. R. M.

Hannachi le demande officiellement en contactant la direction

Après ce premier contact entre la formation kabyle et le joueur, et après avoir arraché son accord, c’est le président Moh Chérif Hannachi qui est entré en scène et a contacté officiellement la direction du Nasria pour demander de racheter le contrat du joueur, après qu’il ait appris que ce dernier était lié

Une réunion devrait se tenir ces jours-ci

Les cadets ne bénéficient d’aucun soutien

Ph . Maracana

C’est aujourd’hui mardi que débute le tournoi play-off pour les cadets du Nasria et que ces derniers débuteront en affrontant la formation de l’Académie de la FAF. Tous les regards seront braqués vers les poulains de Boudid et Benkadjoune, et qui tenteront de sauver la saison catastrophique des seniors, en tentant de réussir un bon parcours et pourquoi pas tenter de décrocher le titre, même si cela sera très difficile, d’autant plus que les autres formations feront, de leur côté, tout ce qui est en leur pouvoir pour réussir ce tournoi. Toutefois, il faut savoir que ces jeunes cadets ont été complètement délaissés par les dirigeants et n’ont bénéficié d’aucun soutien. Cela n’est pas fait pour leur remonter le moral.

L’assemblée générale extraordinaire reportée OMA

MESSAOUDI: «Je ne suis pas là pour mettre tout le monde en prison»

Le dimanche passé, en fin d’après-midi, une assemblée générale extraordinaire a été programmée au centre culturel de la ville pour débattre du dossier de professionnalisation pour certains, et un éventuel retrait de confiance au président, pour d’autres.

E

g Par Abdennour Abderrahmane

Ph . Maracana

n effet, une forte présence du service d’ordre a été constatée. En revanche, dix-neuf membres seulement ont répondu présents, synonyme de quorum non atteint sur une liste de cent-trente (130) personnes. Notons qu’aucun représentant de la DJS n’était présent sur les lieux en sa qualité de garant de la réglementation. Ainsi, le président Messaoudi a prononcé le report du conclave pour le mercredi 9 du mois en cours, à la même heure et au même endroit. De son côté, Madani Bouziane, membre actif dans l’opposition, a exprimé son inquiétude sur l’absence d’un représentant de la DJS, en interpellant le président : «A quoi est due l’absence d’un représentant de la DJS ?», s’est-il interrogé. Le point de vue du boss dans cette situation semble ne pas convaincre l’intervenant : «L’absence de la DJS est indépendante de ma volonté. Cette instance du sport dans la wilaya est

avec les Sang et Or pour une longue durée. Hannachi s’est dit disposé à négocier sa lettre de libération et a même proposé des joueurs en échange, surtout après qu’il ait appris que ce jeune joueur a de très bonnes qualités et surtout qu’il est un joueur polyvalent qui peut évoluer à droite de la défense, dans l’axe et même en tant que milieu défensif.

E

E

Par ailleurs, on croit savoir qu’une autre réunion devrait être programmée pour ces joursci pour mettre les points sur les «i» et arrêter un plan pour permettre au club de passer professionnel et déterminer le capital avec lequel démarrera le club. Cette réunion sera très déterminante pour l’avenir du NAHD qui doit se fixer des objectifs clairs et être prêt pour le passage vers une nouvelle étape et ne pas tomber de travers après avoir échoué sur le terrain, sachant qu’elle a terminé à la dernière place au classement général. Les dirigeants du Nasria devraient tous être présents à cette réunion pour donner une nouvelle assise au club et éviter de jouer en amateur la saison R. M. prochaine.

Benamri intéresse la JSK

Le défenseur polyvalent du Nasria, Djamel Benamri, intéresse sérieusement la JS Kabylie qui désire s’attacher ses services pour la saison prochaine.

n effet, il faut savoir que lors de la première réunion entre Mana et Lahlou, qui s’étaient rencontrés dans un restaurant, certains supporters étaient présents et Mana croyait que ces derniers étaient venus avec Lahlou, et c’est ce qui l’a quelque peu inquiété. Mana veut que les réunions aient lieu entre les véritables acteurs du club pour sortir avec des résultats concrets et non avec des gens qui n’on rien à voir avec le club. Mana a promis qu’il sera présent lors de la prochaine si ces intrus ne seront pas sur place.

17

censée être au courant du déroulement d’une assemblée générale, puisque nous avons formulé notre demande pour sa tenue», a-t-il répondu

Les olympiens soutiennent les crabes

Profitant du report de l’assemblée générale extraordinaire, le président Messaoudi a fait part, aux membres présents, de la situation du club, notamment, après la sentence de la relégation, prononcée par les instances du sport roi du pays : « D’abord, la décision de la relégation de l’OMA et du MOB, a été un choix fédéral. En aucun

cas, la décision n’a été prise en assemblée générale. Demain (c'est-à-dire, lundi passé, puisqu’il est intervenu le dimanche) une réunion aura lieu entre les responsables du Foot – Ball algérien et les représentants des équipes de la D2. De ce fait, j’ai désigné des hommes qui y participeront, en vue de défendre bec et ongle l’intérêt de l’OMA. Pour vous dire que nous adhérons à la démarche entreprise par les dirigeants du MOB, la preuve, je suis en contact permanent avec leur président. » A- t-il confié

Le président Messaoudi a toujours crié haut et fort, pour que tout le monde l’entende : « Je travail dans le flou.

J

usqu’alors, les passations de consignes n’ont pas été effectuées. Je n’en veux qu’à une seule personne, c’est bel et bien le président sortant, Boulilef Si Aissa. D’ailleurs, chaque jour que fait le bon DIEU, je me rends chez lui dans la soirée, pour lui exprimer mon besoin en matière de passations de pouvoir, notamment la remise de tous les documents, comptables et autre bilans des exercices 2008, 2009, ainsi que des contrats de joueurs, de chéquiers, de cachets humides. Malgré ces entraves, je ne peux mettre tout le monde en prison » A- t-il lancé D’autre part, le boss des Bleu et Blanc n’a pas caché sa langue dans sa poche, en dépit de sa passivité dans la prise de décisions menant aux conflits, il a accusé ses prédécesseurs dans une gestion qui a qualifié déjà de catastrophique : « Il viendra le jour où je ferai des révélations. » A-t-il conclu. A. A.


18

Maracana N° 1134 — Mardi 8 Juin 2010

DIVISION DEUX

Oubrahim : «Notre bilan est prêt, on attend le président pour le lui remettre»

g Par Hilal Aït Benali En dépit du remaniement du staff technique lors de la saison écoulée, le RC Kouba n’a pas pu atteindre les objectifs assignés par la direction au début du parcours. Le Raed a connu durant cet exercice footballistique 2009/2010 deux entraîneurs, à savoir Benlaradj qui a pris les commandes du club à l’entame de la saison avant que ses successeurs viennent le remplacer au début de la phase retour.

L

aroui et son adjoint Oubrahim ont bien commencé cette deuxième phase de championnat, mais sans parvenir autant à terminer avec le résultat escompté. Pour le deuxième homme, à savoir l‘entraîneur adjoint qui nous a accordé quelque temps hier, le Raed était dans une situation très difficile et dès son arrivée avec l’entraîneur en chef, les choses commençaient à s’améliorer, toutefois, à la fin du parcours, les choses redevenaient comme avant : «En arrivant au RCK pendant la phase retour, le club se trouvait dans ses pires cas, les joueurs étaient démoralisés à cause de la mauvaise passe qu’ils venaient de traverser à la phase aller. Les mauvais résultats enregistrés l’un derrière l’autre ont vraiment perturbé les jeunes. Cependant, avec notre arrivée, on a essayé de faire changer un peu l’air tendu qui régnait à ce moment-là. Comme vous le savez, on a

Ph . Maracana

RCK

entamé la phase retour avec une série de bons résultats, surtout, avec les matchs qu’on a joués à domicile où, on n’a pratiquement perdu aucun. Mais, à quelques journées avant le baisser du rideau sur le championnat, les choses semblaient revenir comme au début de la saison, c’est-à-dire, les joueurs n’arrivaient même pas à renouer avec une seule victoire. Le club est resté sur une série de faux pas jusqu'à la dernière journée», nous dira l’entraîneur adjoint. Concernant justement ces mésaventures enregistrées à la fin du championnat, Oubrahim nous a déclaré que les blessures de la majorité des éléments étaient la cause principale de ses échecs. «Les joueurs qui ont bien entamé cette phase retour du championnat, et qui ont fait preuve d’une détermination d’acier de revenir dans la course au titre, n’ont pas pu continuer le parcours sur cette dynamique, cela est dû essentiellement aux nombreuses blessures qui, les a empêchés d’exprimer leur talent sur le terrain, pour moi, c’est la principale cause des

Excellent parcours des jeunes catégories SAM

g Par Oussama Aoun

Le rideau du championnat Interrégions des jeunes catégories vient de tomber, avec la programmation de la dernière journée samedi dernier des U17 et U18. A cette occasion, les Samistes ont fait le déplacement à Sig et ont affronté la formation de la JSS, chez les U17.

L

es malheureux finalistes de la Coupe d’Algérie ont réussi à revenir avec les 3 points de la victoire en battant leurs vis-à-vis sur le score de un but à zéro. Une victoire qui leur permet de terminer le championnat à la seconde place, avec 40 points, tandis que les U18 sont revenus bredouilles, puisqu’ils ont été défaits par un score lourd de 4 buts à 2, et terminent à la 4e place, avec 34 points ; par ailleurs et dans le même registre des résultats des jeunes catégories, et concernant le championnat régional de la ligue de Saïda où évoluent les U15 et les U16, il a été clôturé au mois de mai dernier. Chez les U15, les Samistes ont réalisé un parcours remar-

quable en terminant le championnat eux aussi à la seconde place, avec 39 points, juste derrière le vainqueur de la coupe d’Algérie, le Mouloudia de Saïda en l’occurrence, tandis que les U16, qui ont terminé la phase aller à la 1re place avec 6 longueurs d’avance, ils ont marqué le pas durant la 2e moitié du championnat en raison de la promotion de leurs cinq meilleurs joueurs en catégorie des U17, à l’image du gardien Aoun Laïd Nasreddine, des milieux Kaci et Hafir et les attaquants Bouchigha et Abed. En fin de compte, les poulains de Fodil se sont contentés d’arracher la 3e place au classement généal ; en somme, le parcours des catégories jeunes est très satisfaisant et répond aux aspirations des dirigeants samistes, à leur tête Benfeta Nouredine, qui ont établi leur plan d’action sur le volet de la formation depuis la saison 2008/2009. Pour rappel, la catégorie seniors qui a terminé le championnat à la 9e place, avec 44 points, a vu les coéquipiers de Dardib Sofiane (la révélation de la saison) enlever la fameuse place en ce qui concerne la participation des juniors en catégorie seniors, avec un taux horaire qui a franchi les 12 000 minutes. A. O.

CARRIÈRE 32 HECTARES WILAYA DE TIPASA CHERCHE UN PARTENAIRE TÉL. : 0557 80.18.44

derniers échecs. Sans oublier bien sûr que, lorsque on a assuré notre maintien en cette DII, on commençait à incorporer les jeunes éléments afin d’avoir une idée sur leurs capacités, et aussi d’offrir l’occasion pour tout un chacun pour qu’il puisse démontrer son savoir-faire.» Pour notre interlocuteur, sa nomination, et celle de Laroui à la tété du RCK, était beaucoup plus bénéfique pour les joueurs qui commençaient à perdre les repères et à se lâcher l’un derrière l’autre. «Dès notre arrivée, on a pu surmonter le moral de certains éléments, notre travail au début était en réalité psychologique. On a essayé de discuter avec les joueurs et de détecter le souci de chacun d’eux. Je dois signaler qu’ils étaient tellement coopératifs avec nous au point où la tâche devenait plus facile qu’on le croyait au début. A l’image de ses joueurs, Hanifi, Khelef et Benyahia pour ne pas citer que ces derniers. Comme avec l’entraîneur en chef, on voulait donner

une autre dynamique à la tactique de l’équipe, en se concentrant sur l’attaque, comme objectif principal, et comme vous l’avez constaté durant tous les matchs qu’on a joués que ce soit à domicile ou à l’extérieur, on n’a jamais cherché à réaliser un résultat nul. On tentait le tout pour le tout dans les rencontres, soit on gagne le duel ou on le perd carrément, c’est pour cette raison qu’on a encaissé la majorité des buts à la fin de chaque rencontre.» Oubrahim n’a pas ignoré aussi qu’en fin de parcours, les joueurs étaient concentrés beaucoup plus sur le côté matériel que sur leur travail. «Avec l’approche de la fin de l’exercice, les joueurs sont passés à côté de leur sujet, ils commençaient à se pencher sur le côté matériel pour oublier ainsi complètement leur mission. Je pense qu’ils étaient inquiets par rapport à la régularisation de leurs dus de la part de la direction.» A la fin, le coach koubéen nous a fait savoir que pour l’instant, lui et le premier responsable de la barre technique, à savoir Laroui, n’ont reçu aucun contact de la part de Mecheri concernant leur avenir au sein du RCK. «A l’instant même où je vous parle, on n’a pas encore entamé les négociations avec le président pour une éventuelle prolongation du contrat. Cependant, Mecheri nous a demandé lors de la dernière assemblée générale de préparer le bilan. Laroui l’a déjà terminé, alors on attend juste la convocation du président pour le lui remettre », conclura l’entraîneur adjoint koubéen. H.A.B.

République Algérienne Démocratique et Populaire Publicité

WILAYA D’ALGER CIRCONSCRIPTION ADMINISTRATIVE DE BIRTOUTA COMMUNE D’OULED CHEBEL N° 27/2010

AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL RESTREINT N° 03/2010 Le président de l’Assemblée populaire communale de Ouled Chebel lance un avis d’appel d’offres national restreint concernant les projets suivants : - Réalisation d’un mur de clôture cimetière Sidi Youcef - Réalisation d’un collecteur de rejet à la rue Tlidjine et centre Gacem - Réalisation d’un réseau d’assainissement à rues Bouchicha, Meddah (côté cimetière) et Bouhadja - Réalisation d’un réseau d’assainissement à centre M’hamdia (2e tranche) quartier Saâdi et Haï Gacem - Réalisation d’un réseau d’AEP à centre Ksaïr Mohamed (Lacouri-Djrouni - Dibini) - Travaux de revêtement de la voirie des rues Bouhadja, Serrir, Meddah, Koufi et Hadjer (activité principale T/P catégorie III et plus) - Travaux de revêtement de la voirie à Arrarsa, poste à M’hamdia, et achèvement des travaux d’aménagement urbain à M’hamdia (activité principale T/P catégorie II et plus) - Travaux d’aménagement urbain et revêtement route menant vers 150 Logts, (unité STRAEM, MITEX, CIVITAL, etc.) cité Chaïbia (activité principale T/P catégorie III et plus) Les entreprises intéressées peuvent retirer les cahiers des charges auprès du service technique, siège APC contre un paiement de 1000,00 DA qui représente les frais de documentation. Les offres dûment remplies, accompagnées des documents légalisées et en cours de validité exigée par la réglementation en vigueur à savoir : a- L’offre technique comprendra : - La déclaration à souscrire selon le modèle ci-joint - Le présent cahier des charges paraphé par le soumissionnaire - Planning d’exécution des travaux et délais de réalisation dûment visé par le soumissionnaire - Une copie légalisée du certificat de qualification et de classification professionnelles en cours de validité activité principale travaux publics catégorie II et plus - Une copie légalisée du registre du commerce - Les bilans comptables des trois (03) dernières années visés par les impôts - Copies légalisées en cours de validité des attestations

fiscales et d’organisme de sécurité (CNAS, CASNOS, CACOBATH, extrait de rôle et carte d’immatriculations fiscales) - Copie légalisée de l’extrait du casier judiciaire du soumissionnaire - Liste des moyens humains à mettre dans le cadre du présent projet (avec justification de diplôme et déclaration nominative CNAS copies légalisées) - Liste des moyens matériels à mettre dans le cadre du présent projet (avec cartes grises ou factures d’achat copies légalisées) - Attestations de bonne exécution des travaux réalisés ou PV de réception des travaux délivrés par les maîtres d’ouvrage - Copie légalisée du statut pour SARL, EURL - La déclaration de probité dûment remplie, signée et paraphée - Attestations de dépôt des comptes sociaux (pour EURL, SARL, SNC,…) b- L’offre financière comprendra : • La soumission selon le modèle ci-joint datée et signée • Le bordereau des prix unitaires dûment signé par le soumissionnaire • Le devis quantitatif et estimatif de l’offre dûment signé par le soumissionnaire Les offres devront parvenir à Monsieur le président de l’APC de Ouled Chebel avant l’heure limite de dépôt des offres. Sous enveloppe principale scellée ne comportant aucune inscription extérieure autre que l’objet de l’appel d’offres, le nom et l’adresse du maître de l’ouvrage et la mention : soumission à ne pas ouvrir, cette enveloppe principale contiendra trois autres enveloppes scellées. 1- Contenant le dossier technique de l’entreprise (portant mention pli technique) 2- Contenant le dossier relatif à l’offre financière (portant mention pli financier) - Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de 180 jours à compter de la date d’ouverture des plis. - L’ouverture des plis se fera au siège de l’APC à 14h le 24 juin 2010. - Les entreprises sont cordialement invitées.

Maracana N° 1133 — Mardi 8 Juin 2010 - Anep N° 812 575


Maracana N° 1134 — Mardi 8 Juin 2010

PUBLICITÉ

République algérienne démocratique et populaire Ministère de l’agriculture et du développement rural Direction générale des forêts

19

Conservation des forêts de la wilaya de Tipasa

Intitulé : Programme 2010 Objet du projet : Réalisation des travaux de confection de banquettes

Avis d’appel d’offres restreint N°07/CFT/2010

Un avis d’appel d’offres national restreint conformément à l’article 24 du décret présidentiel n° 02-250 du 24/07/2002 modifié et complété par le décret présidentiel n° 03-301 du 11/09/2003 et par le décret présidentiel n° 08-338 du 26/10/2008, portant réglementation des marchés

L o t N° 01 02

Localisation Commune Lieu dit

SIdi Amar Cherchell

Tidaf

Tala N’deriouche

Volume

publics est lancé par la Conservation des forêts de la wilaya de Tipasa pour la réalisation des travaux de confection de banquettes du programme annuel 2010 répartis en lots séparés comme suit :

25 ha 25 ha

La Conservation des forêts de la wilaya de Tipasa, Cité Administrative - Tipasa

- Liste des moyens matériels avec justificatifs (copies cartes grises légalisées) - Procès-verbal de reconnaissance du site - Photocopie légalisée de l’attestation justifiant l’accomplissement de la procédure de dépôt légal des comptes sociaux, délivrée par les antennes locales du Centre national du registre du commerce pour les entreprises concernées.

Les offres doivent parvenir accompagnées des documents suivants : • A- L’offre financière contenant : - La lettre de soumission signée et visée - Le bordereau des prix unitaires signé et visé - Le devis quantitatif et estimatif signé et visé • B- L’offre technique contenant : - Cahier des charges signé avec le cachet humide de l’entreprise sur toutes les pages - Déclaration à souscrire - Déclaration de probité - Copie registre du commerce, légalisée - Extrait de rôles apuré - Copie carte d’immatriculation fiscale, légalisée - Liste de l’encadrement technique spécialisé en agronomie visée par la CNAS (justifiée par copie de diplôme) - Statut de l’entreprise - Mises à jour (CNAS, CASNOS, CACOBATH) - Casier judiciaire en cours de validité - Liste des moyens humains (liste nominative visée par la CNAS)

Les offres doivent être adressées sous double pli cacheté à Monsieur le conservateur des forêts de la wilaya de Tipasa, cité Administrative - Tipasa. L’enveloppe extérieure devra être anonyme et ne comporter que la mention : “A ne pas ouvrir” - Avis d’appel d’offres national restreint n° 07/10 pour la réalisation des travaux de confection de banquettes, Lot n°………… L’enveloppe intérieure portera les mentions suivantes : Le nom, l’adresse et le cachet de l’entreprise du candidat Dénomination du projet La date de dépôt des offres est fixée le vingt-deuxième (22e) jour à onze heures (11h) à compter de la parution du présent avis dans les quotidiens nationaux ou au Bomop. Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant cent quatre-vingt (180) jours à compter de la date de dépôt des offres. Les soumissionnaires peuvent soumissionner pour un ou les deux (02) lots. Les entreprises sont invitées à assister à la séance d’ouverture des plis qui aura lieu à treize heures (13h) le jour fixé pour le dépôt des offres. N. B. : Les pièces accompagnant les soumissions doivent être lisibles, en cours de validité et légalisées.

Les entreprises intéressées par le présent avis et disposant d’un registre du commerce code 101103 et d’un encadrement technique spécialisé en agronomie peuvent retirer le cahier des charges auprès de :

Maracana N° 1134 — Mardi 8 Juin 2010 - Anep N° 812 582

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE WILAYA D’ADRAR DIRECTION DES TRANSPORTS

AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL OUVERT N° 06/W.A/DTW/2010

La direction des transports de la wilaya d’Adrar lance un avis d’appel d’offres national restreint pour la réalisation -Lot N°02 : VRD, clôture et aménagement extérieur dans le cadre de l’opération réalisation d’une gare routière à Timimoun. Les entreprises qualifiées dans le domaine des travaux publics ou hydraulique catégorie Un (1) et plus (activité principale ou secondaire) peuvent retirer le cahier des charges auprès du bureau d’étude TRIAU OMRANE, adresse cité 137 logements, Tél/Fax : 049.96.42.81. Les offres doivent être déposées par porteur sous double enveloppe au niveau de la direction des transports -Secrétariat- Tél/Fax : 049.96.58.68 et ne comporter aucune inscription autre que le numéro, l’objet de l’appel d’offres et la mention (soumission à ne pas ouvrir). Cette enveloppe abritera deux autres enveloppes scellées : l’une pour l’offre technique, l’autre pour l’offre financière : 1) Offre technique : contenant les pièces réglementaires suivantes (photocopies dûment légalisées) : - Instructions aux soumissionnaires paraphées, - Une déclaration à souscrire dûment signée et remplie, - Le registre du commerce (nouvelle immatriculation), - Certificat de qualification professionnelle catégorie Un (1) et plus dans le domaine de l’hydraulique ou travaux publics (activité principale ou secondaire) - Extrait de rôles apuré ou échéancier, - Attestation de mise à jour CNAS + CASNOS - Attestation de mise à jour CACOBATH - Statut de l’entreprise (cas de société) et le reçu de dépôt légal des bilans auprès du CNRC - Casier judiciaire du gérant - Attestation d’activité de l’entreprise pour les deux dernières années

ou bilan - Délais d’exécution et le planning des différentes phases des travaux - Une caution de soumission (original) de 1% et plus du montant de la soumission en TTC - Liste des matériels accompagnés de cartes grises et assurances - Liste des projets similaires réalisés accompagnés des attestations de bonne exécution délivrés par les services contractants - Liste des moyens humains accompagnés par les CV, et déclarations CNAS - Déclaration de probité.

2) Offre financière : contenant les pièces réglementations suivantes : - La lettre de soumission dûment signée et remplie - Cahier des prescriptions spéciales (CPS) parties A et B signées et paraphés - Les bordereaux des prix unitaires - Le devis quantitatif et estimatif. Tout dossier non accompagné des pièces réglementaires exigées cidessus sera rejeté. Les offres doivent être déposées le vingt-et-unième (21e) jour à compter de la première parution du présent avis dans le BOMOP ou dans les quotidiens nationaux de 08h00 à 12h00. L’ouverture des offres technique et financière est fixée le jour de dépôt des offres à 14h30 en séance publique au siège de la direction des transports. Si le jour est férié, cette dernière est reportée au jour ouvrable qui suit à la même heure. Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant un délai de centre quatre-vingt (180) jours à compter de la date limite de dépôt des offres. Maracana N° 1134 — Mardi 8 Juin 2010 - Anep N° 812 664


20

Maracana N° 1134 — Mardi 8 Juin 2010

LES ABSENTS ONT LA TÊTE AILLEURS

La Coupe du monde de la FIFA revient tous les quatre ans. Mais pour les équipes qui réalisent un bon parcours dans l'épreuve, elle dure beaucoup plus longtemps… sous forme de merveilleux souvenirs. Pour ceux qui n'ont pas réussi à s'inviter à la fête, en revanche, il reste le goût amer de l'échec. Comme toujours dans ces cas-là, tout du moins dans le monde du football, la déception fait rapidement place aux récriminations.

L

es sélections ne pouvant par définition pas vendre ou acheter les internationaux, le vent de changement qui souffle dans ces occasions-là fait tomber la seule personne remplaçable à l'envi : l'entraîneur. Un rapide coup d'œil au sort des sélectionneurs qui n'ont pas réussi à qualifier leur pays pour Afrique du Sud 2010 suffit à s'en convaincre.

On ne change pas un sélectionneur qui perd

Commençons par les quelques exceptions qui

confirment la règle. La défaite de l'Egypte, en match d'appui contre l'Algérie, après une campagne préliminaire décevante, n'a pas réussi à faire vaciller le monument Hassan Shehata. Ce dernier est largement considéré comme le plus grand sélectionneur de l'histoire du football égyptien. En février dernier à la Coupe d'Afrique des Nations de la CAF, Angola 2010, il a décroché avec les Pharaons son troisième sacre consécutif dans l'épreuve. L'Égypte a même dû batailler ferme pour conserver son coach face aux sollicitations du Nigeria, écarté par les hommes de Shehata dans la course au titre de champion d'Afrique 2010. Autre pays absent en Afrique du Sud mais éminemment satisfait de son sélectionneur : la République d'Irlande. A l'instar de Shehata, Giovanni Trapattoni a vu pas mal d'offres défiler sur son bureau depuis l'élimination des Verts dans dans la course à la qualification pour l'Afrique du Sud, en novembre dernier contre la France. A 71 ans, le maître italien a notamment été approché par la Juventus. Il a également été question de lui pour succéder à José Mourinho à l'Inter Milan. "J'ai eu des demandes en provenance d'Italie, mais je suis satisfait de mon poste. Je pense que nous avons une bonne équipe, qui dispose d'une belle marge de progression. C'est pourquoi je veux rester", confie le "Trap". Malgré sa chute sur le dernier obstacle, la République d'Irlande a effectué des progrès notables sous le règne de l'Italien. Cela est vrai également de l'équipe de Hongrie, sous la houlette d'Erwin Koeman. L'analyse vaut pour Slaven Bilic. Les résultats insuffisants de la Croatie dans le tournoi qualificatif n'ont pas suffi à persuader la Fédération croate de donner son bon de sortie au médaillé de bronze à France 1998. Bien au contraire. Bilic avait annoncé qu'il arrêterait après les qualifications pour l'Afrique du Sud. Il est finalement revenu sur sa décision pour prolonger de deux ans. Le sélectionneur de l'Arabie saoudite, José Peseiro, avait pris les devants en assumant "toute la responsabilité" de la campagne avortée des Fils du Désert dans leur tentative d'accéder à une cinquième Coupe du monde de la FIFA consécutive. En Amérique du Sud, l'Equateur a conservé Sixto Vizuete, en place depuis 2008. Certes, La Tri a rapidement été hors course dans la compétition préliminaire sud-américaine pour l'Afrique du Sud. Il n'empêche qu'elle a effectué de nets progrès récemment. En Europe, la Norvège a pris un départ catastrophique dans les épreuves qualificatives. Mais l'entraîneur Egil Olsen est toujours à la barre, car les Scandinaves ont affiché un net regain de forme en fin de parcours.

Gao sort la Chine du chaos

Beaucoup n'ont pas eu la chance des techni-

ciens précités. En Afrique, Umberto Coelho a été remercié après la défaite de la Tunisie contre le Mozambique (0-1), synonyme de non-participation à la Coupe du monde. Il est remplacé par l'ancien entraîneur de l'Espérance Tunis, Faouzi Benzarti. Même sort pour Hervé Renard, ancien sélectionneur de la Zambie, qui a quitté son poste pour rebondir en Afrique. Le Français n'en a pas moins emmené les Chipolopolo en quart de finale de la dernière Coupe d'Afrique des Nations de la CAF, en Angola. C'est dans ce pays qu'il s'apprête à officier comme sélectionneur national, après l'éviction de Manuel José. En Asie, Bahreïn a remplacé le Tchèque Milan Macala par l'Autrichien Josef Hickersberger après la défaite contre la Nouvelle-Zélande, en barrages intercontinentaux pour l'édition 2010 de l'épreuve reine. Les Emirats arabes unis se sont quant à eux tournés vers le faiseur de miracles Srecko Katanec, qui avait qualifié son pays, la Slovénie, pour l'UEFA Euro 2000, avant de récidiver deux ans plus tard pour la Coupe du Monde de la FIFA 2002. Le changement le plus significatif a eu lieu en Iran. Après le mandat désastreux d'Ali Daei aux rênes de la Melli, son remplaçant Mohammad Mayelikohan a tenu… deux semaines, avant de céder les clés à Afshin Ghotbi. La tranquillité semble être revenue à l'intérieur de la maison perse. Rien ne sert de changer, il faut repartir à point. Telle pourrait être la devise de la sélection chinoise. Depuis l'arrivée aux commandes de Gao Hongbo, en avril 2009, après une campagne préliminaire à oublier, les joueurs auparavant entraînés par Vladimir Petrovic ont retrouvé le moral. Un nul contre l'Allemagne, un succès sur l'Iran, une qualification pour la Coupe d'Asie de l'AFC 2011, une fin de série de 27 matches sans victoire contre la République de Corée (3-0) et un titre de champion d'Asie de l'Est : qui dit mieux pour un redressement de barre ?

Cherchez le héros

La valse la plus vertigineuse dans la catégorie "sélectionneurs" a eu lieu en Europe. Le Néerlandais Guus Hiddink a quitté la Russie à destination de la Turquie, laissant les manettes à son compatriote Dick Advocaat. La nomination de l'ancien manager du Zénith Saint-Pétersbourg a suscité la controverse car six mois seulement auparavant, il avait accepté de prendre en main les destinées de l'équipe de Belgique. Depuis, les Diables rouges ont fait appel à Georges Leekens, qui leur avait ouvert les portes de France 1998. La BosnieHerzégovine a appelé à la rescousse son plus grand héros, Safet Susic, pour occuper le poste laissé vacant par Miroslav Blazevic. Le Croate avait remis sa démission après la défaite en barrages, contre le

INTERNATIONALE

Portugal. A l e x e i Mikhailichenko a lui aussi jeté l'éponge, suite à la défaite de l'Ukraine en barrages contre la Grèce, pour laisser le soin au plus expérimenté Miron Markevich de mener le bateau au pavillon jaune et bleu dans des mers plus calmes. En Suède, les chemins de Lars Lagerback et de la Fédération suédoise de football se séparent presque naturellement, après les dix années de bons et loyaux services du premier à la seconde. Le nouveau venu à la tête de la Blågult est l'ancien entraîneur de Rosenborg, Erik Hamren. L'Ecosse, de son côté, prend congé de George Burley au profit de l'ancien manager de Dundee United, Craig Levein. Ce dernier a inauguré son mandat en offrant un rameau d'olivier à Allan McGregor et Barry Ferguson, exclus de la sélection après l'affaire du Boozegate, les deux internationaux ayant noyé le chagrin d'une défaite contre les Pays-Bas de façon un peu exagérée... Mais ces événements sont tout à fait bénins par rapport aux quatre sélectionneurs essayés en un an par la République tchèque, qui s'en tient pour l'instant à Michael Bilek, ancien adjoint d'Ivan Hasek), pour remettre les choses en ordre. Dans la Zone Amérique du Sud, le principal changement a eu lieu en Colombie avec l'arrivée d'Hernan Dario Gomez, l'homme de la qualification équatorienne pour Corée/Japon 2002. Il succède à Eduardo Lara. La CONCACAF n'a pas échappé au gros coup de balai post-qualifications. Ronald Gonzalez assure l'intérim à la tête de l'équipe du Costa Rica alors qu'à Trinité-et-Tobago, c'est le légendaire Russell Latapy qui est seul en charge des Soca Warriors. Comme on a pu le voir, pour certains, la Coupe du Monde de la FIFA 2010 est déjà de l'histoire ancienne. Pour le dire de façon plus optimiste, l'après-Afrique du Sud a déjà commencé.


Maracana N° 1134 — Mardi 8 Juin 2010

Si on changeait du lait de vache ?

de pistache, à la saveur sucrée, très nutritifs et réservés surtout à la préparation des desserts.

Depuis quelque temps, le lait de vache est décrié. Plutôt que l'éliminer de notre consommation, la sagesse consiste peut-être à diversifier les laits que nous consommons... UN ALIMENT COMPLET Ce lait que nous consommons tous les jours, de quoi est-il composé au juste ? Qu'il soit de vache, de brebis ou de... baleine (pour celles qui ont voyagé!), le lait c'est d'abord beaucoup d'eau (un peu plus de 85% pour le lait de vache). Viennent ensuite des composants organiques (protides, glucides, lipides, lactose, vitamines) et minéraux (calcium, sodium, phosphore, magnésium). Le lait est donc généralement considéré comme un aliment très complet puisqu'il contient des protéines (issue de la caséine) nécessaires au bon développement du corps et des glucides (avec le lactose) et lipides, nutriments énergétiques. Les proportions de ces composants varient selon sa provenance. Ainsi, le lait des cétacés est très riche en matières grasses alors qu'un lait de chèvre contiendra plus de protéines ! Notons que certains laits (jument, ânesse) sont plutôt réservés à la fabrication de produits de beauté. PAS FAIT POUR NOUS ? Mis à part le lait maternel, nous consommons des produits laitiers fabriqués à base de lait de vache, de brebis, de chèvre, de bufflone, de chamelle, sous forme de boissons, de fromages, de yaourts… Or depuis quelques temps, une polémique tend à vouloir prouver que le lait de vache n'est pas fait pour nous ! Certes, on savait déjà que certains enfants sont intolérants au lactose ou à la caséine mais il semblerait que les protéines et le calcium issus du lait de vache seraient inadaptés à tous les petits d'homme, car spécifiques au développement du veau. Alors que faire ? Inutile d'en faire un fromage et de stopper toute consommation de lait de vache. En revanche, pourquoi ne pas diversifier notre consommation ? Un verre de lait de vache, un morceau de mozzarella (au lait de

21

bufflone), un yaourt… au soja ! LES "LAITS" VÉGÉTAUX, UNE RÉVOLUTION DES SAVEURS ! Laits ou jus ? La nouvelle vague du "pour mieux manger, mangeons bio", nous fait découvrir ou redécouvrir des "laits" consommés depuis des millénaires sur d'autres continents. Pour être exact, il faudrait plutôt parler de "jus" de végétaux et non de "lait" car la Commission européenne est formelle : seuls les produits provenant d'animaux à mamelles peuvent porter le nom de "lait". "Lait" ou "jus", ces produits présentent en tout cas de nombreux avantages : - Ils ne contiennent pas de lactose. C'est donc un aliment intéressant pour toutes les personnes intolérantes. - Leur provenance végétale en font des laits très digestes. - Ils contiennent de bonnes graisses (lipides insaturés) qui protègent le système cardio-vasculaire. - Ils sont sans cholestérol. Ces laits sont donc une bonne alternative aux protéines animales mais il faut cependant préciser un détail d'importance : ces boissons ne contiennent pas de calcium. Et quels que soient les bénéfices que retire un organisme adulte en consommant

ces "jus", il est déconseillé d'en donner aux enfants de moins de 12 mois. Les laits végétaux ne peuvent surtout pas remplacer les laits infantiles ou le lait maternel. TROIS GRANDES FAMILLES De la même façon que l'on classe les laits d'animaux, on peut répertorier les laits végétaux en trois familles : - Les laits à base de légumineuses dont le plus connu est le lait de soja. C'est un jus de de fèves de soja, riche en protéine et en flavonoïdes reconnus pour leurs vertus. - Les laits à base de céréales comme le lait de riz dont la consistance très fluide et le goût doux et neutre en font un produit utilisable sans inconvénient en cuisine. Moins connu, le lait d'avoine est une boisson très nourrissante à consommer plutôt en hiver. - Les laits à base d'oléagineux avec en tête de file le lait de coco, ingrédient de prédilection des recettes exotiques (currys, desserts, milk-shakes). Ce jus épais au goût caractéristique est fabriqué à partir de la pulpe de la noix de coco râpée puis infusée dans de l'eau chaude. Cette décoction est ensuite filtrée plusieurs fois pour en extraire l'eau, les graisses et la saveur. Moins communs, le lait d'amande ou

COMMENT PRÉPARER SON LAIT VÉGÉTAL ? A nous de piocher dans tout ce que les laits végétaux nous offrent de saveurs et de textures différentes. Dans vos magasins habituels, au rayon bio, vous trouverez certains laits (soja, riz) en bouteille, en brique, en yaourts, natures ou aromatisés à la vanille, au chocolat mais si vous avez envie de "faire votre lait", lancez-vous en suivant les recettes que nous vous proposons ! A VOUS DE JOUER ! LAIT D'AMANDES OU AUTRES NOIX Ingrédients pour 1 litre - 100g d'amandes effilées ou autres noix (cajou, noisettes...) - 1l d'eau pure Préparation: - Faire tremper de 2 à 12 heures les amandes dans de l'eau. - Egoutter les amandes et faire chauffer 1 litre d'eau ( entre 40 et 60°C) - Broyer les amandes et l'eau chauffée puis laisser reposer 1/2 heure. - Passer à l'étamine en pressant bien. Ce lait se conserve environ 2 jours. Le lait de pistache Ingrédients pour 1 litre - 100g de pistaches décortiqués natures - 1l d'eau - 1 C.à S. d'huile de noisette ou autre Préparation: - Broyer les pistaches avec l'huile de noisette jusqu'à obtenir une purée épaisse et homogène. - Diluer avec un peu d'eau pour liquéfier la purée. - Continuer la dilution avec le reste de l'eau jusqu'à obtenir la consistance de lait souhaité. - Afin de garder le lait le plus homogène possible, vous pouvez passer le mélange au blender quelques minutes. Si le lait est trop liquide il est possible de le ré-épaissir en le faisant bouillir quelques instant. (Attention, vous allez y perdre les qualités de l'huile de noisette à la cuisson)

Ghoriba au yaourt et confiture INGREDIENTS PERSONNES : 6 - 1 verre à thé de sucre en poudre - 125g de beurre ramolli - Le zeste d'1 citron - 1 yaourt - 1 sachet de levure pâtissière - 2 oeufs - 125g de cacahuètes - Confiture d’abricots - Sucre glacé - La farine selon le mélange PREPARATION TEMPS DE PREPARATION : 60 mn - Faire griller les cacahuètes dans une

poêle jusqu’à ce qu’elle soit bien dorée et débarrassées de leur peau en les frottant, hacher-les grossièrement. - Séparer les jaunes d'oeufs des blancs. - Travailler le beurre et le sucre en poudre jusqu’à ce qu’ils forment un mélange crémeux, ajouter les jaunes d'oeufs, le yaourt, le zeste de citron et la levure, bien mélanger, ajouter la farine tamisée peu à peu et pétrir jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène et souple.

- Façonner des boulettes avec cette pâte que vous passer aux blanc d'oeufs, ensuite aux cacahuètes hachés, disposer-les sur une plaque recouverte d'une feuille de papier sulfurisé. - Faire un petit trou au centre des boulettes. - Faire cuire dans un four moyennement chaude, sortir-les de four quand elles commencent à dorer, saupoudrer au dessus le sucre glacé à l'aide d'une passoire et remplir les trous avec la confiture. - Conserver-les dans une boîte bien fermée.


22

JEUX-DETENTE

Maracana N° 1134 — Mardi 8 Juin 2010 MOTS FLÉCHÉS N° 458

SOLUTION MOTS FLÉCHÉS N° 457

HUMOUR

C'est un canard qui va dans un bar. Il demande au barman : - As-tu du lait ? - Non, rŽp ond l e Barman. Le lendemain, le canard revient : - As-tu du lait ? - Non, rŽpond encore le barman. Le troisime jo ur, le canard revient encore : - As-tu du lait ?

MOTS CROISÉS N° 458 A B C D E

F G H

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Quotidien sportif édité par La Gazette de l’omnisports Siège social 28, rue Ali Khodja - Bordj El-Kiffan Tél. : 021 92.62.25 - 0770 94.97.55 Fax : 021 79.86.54 - 021 92.37.24 Bureau de liaison 79, boulevard Bougara - El-Biar - Alger

I

J

K L

HORIZONTALEMENT 1 - Rassemblée en un tout cohérent 2 - Qui concernent une tumeur trés mal placée 3 - Trés intéressés Semblable 4 - Cassas brutalement Fortifiera 5 - But de promenade en mer - A échanger avec la casse - Pas trés large 6 - Mettra à l'abri (se) Joliment coloré 7 - Atmosphère pour initiés -Son bouquet réjouit le palais 8 - Coincé - Assez ! Pièce d'avant 9 - Fondent de nouveaux groupes - Hexaëdre hasardeux 10- Leurs vertus sont exemplaires - Bons gibiers pour vieux gau

Directeur de la publication-gérant Farouk Seba Directrice chargée du marketing Samia Benmaghsoula Directrice chargée de la diffusion Cyriel Seba Directrice chargée de la communication Lilia Seba Rédacteur en chef Mustapha Ouail

- NON, s'impatiente le barman. Lˆ, si tu reviens me deman der du lait, je te cloue le bec avec un marteau. - OK. Le lendemain, le canard revient : - As-tu des clous ?- Non, dit le barman. - As-tu un marteau ? - Non. - Mais je peux avoir du lait

SOLUTIONS MOTS CROISÉS N° 457 VERTICALEMENT A - Bien enguirlandées B - Mis au jour - Porta jusqu'au bout C - Parodiera - Affirmation D - Liquide rafraîchissant - Tissu de galon E - Confectionnerait des cordonnets F - Point de saignée Humaniste hollandais G - Elu normand Bêtisier - Voisins de l'équerre H - Unité de poivrot Voiture à cheval I - C'est pareil - Montré sa joie - Sujet intime J - Accessoires de table pour l'agrément des plats K - Cité sur la Bresle Bien pleins - Poème à chanter L - Totalement béats

Chargé de la rédaction Touafek Djamel Rédaction Aomar Moussi Directeur technique Laïd Kalila Publicité 021 79.86.54 ANEP 1, avenue Pasteur, Alger

Tél. : 021 73.76.78 - 021 73.71.28 - 021 73.30.43 Fax : 021 73.95.59 Photos : Maracana Site web : www.maracanafoot.com Imprimerie : SIA Diffusion : Echourouk Diffusion, Maracana e-mails : hebdomaracana@yahoo.fr maracanalejournal@yahoo.fr


06:00 M6 Music 07:00 Météo 07:05 M6 Clips 07:25 Météo 07:30 M6 Kid 08:35M6 boutique 09:55 Météo 11:45 Veronica Mars 12:45 Le 12.45 12:55 Veronica Mars 13:40 Météo 13:45 Mary et Tim 19:35 Caméra café 2 19:40 Scènes de ménages 19:43 Météo 19:45 Le 19.45 20:40 Pékin express, la route du bout du monde

06:00Le Live JT 06:40 Télé-achat 06:30Point com' 08:40 Flipper 06:35Paris Backstage 09:30 Flipper 06:50Paris c'est fou 07:35Point 10:20 Les com' sorciers de Waverly 07:45Le Place Live JT 12:05Paris fou de Waverly 10:45 Les c'est sorciers 12:50Tellement fashion Place 13:00Les dossiers de «Vis ma 11:10 vie» : laSonny quotidienne 11:35 Sonny people Tahiti 13:30Tellement 12:25 American ! 16:40Deux flics àDad Miami 17:25Tellement 12:50 Americanpeople Dad ! : la quotidienne 13:15 Stargate SG-1 17:55Le JT des spectacles 14:00 Stargate SG-1 18:15Paris c'est fou 14:45 Stargate SG-1 19:00Le Live JT 15:35 Tellementfashion vrai 19:15Tellement 19:00 Les c'est dossiers 19:20Paris fou de «Vis ma vie»double : la quotidienne 20:40La vie de Jeanne 22:25Paris c'est fou 19:35 Friends 23:15Point com' 20:35 A nous quatre, Cardinal 23:20Tellement fashion ! 23:30Le kiosque 22:15 Les quatre Charlots 23:45Le Live JT mousquetaires

23

Votre vie personnelle va pouvoir s'épanouir. C'est pour vous une période faste. Mais prenez le temps de vivre pour profiter pleinement des résultats. Vous allez pouvoir montrer ce que vous savez. Réfléchissez avant de prendre certaines décisions importantes.

L'évolution trop rapide d'une situation apparemment trop compliquée vous empêche d'avoir les bonnes réactions. Vous vous sentirez malgré cela dans une forme qui vous laisse manœuvrer avec beaucoup de dextérité. Les comptes se règlent à l'amiable.

Ne soyez pas découragé parce que les choses ne vont pas toujours comme vous l'espérez. Vous entrez dans une période de transition où vos rentrées d'argent pourraient bien changer. La bonne humeur et le moral sont de rigueur même si les finances sont difficiles.

Attention à votre moral, ne vous laissez pas distraire par une personne sincère mais qui paraît déprimer. Ne l'écoutez que d'une oreille et vous saurez lui donner des conseils judicieux sans entamer votre bonne humeur et votre dynamisme. Restez calme en toutes circonstances.

Les histoires de cœur et d'amour ne seront pas vraiment au rendez-vous aujourd'hui, cela vous laisse tout le temps de vous occuper de vos affaires personnelles. Donnez un bon coup de fouet à vos activités personnelles et vous vous sentirez beaucoup mieux dans votre peau.

Vous prenez le temps nécessaire pour parvenir à clarifier la situation. On vous attend au coin du bois. Une parfaite présentation des choses est indispensable pour qu'on accepte votre version des faits sur une affaire embrouillée. Vous semblez parvenir à vos fins.

La chance est avec vous et rien ne saura vous arrêter. Votre ambition est de plus en plus forte ce qui veut dire qu'il faudra faire preuve de prudence. Quelqu'un essaiera amicalement de vous aider dans une entreprise hasardeuse et vous vous en sortirez à votre avantage.

Si les autres vous énervent et que vous souhaitiez avoir la chance d'être seul pour faire ce que vous avez envie, n'hésitez pas. Mais ne vous coupez pas des autres et ne restez pas isolé, vous aurez alors la chance de vivre des rapports harmonieux

Une rencontre intéressante inattendue pourra vous séduire. Bien que vous pensiez que cela ne puisse pas vous convenir parfaitement, vous saurez vous accomoder de ces propositions au moment où vous aurez besoin de montrer tout votre savoir-faire.-

On risque de parler un peu trop de vous et pourtant vous faites tout ce qu'il faut pour qu'on vous oublie un peu. Les éloges et les compliments vont bon train ce qui ne modifie en rien la sincérité de vos sentiments. Vous saurez éviter les vilaines flatteries.

Vous retrouverez le moral des grands jours. Vous pourriez faire une pause, ce qui pourrait vous permettre de mieux comprendre ce qui serait le meilleur pour vous en ce moment. Vous ferez d'importants projets à court et à plus long terme. Vous ne saurez pas choisir.

GEMEAUX

SAGITAIRE

SCORPION

TAUREAU

BALANCE

Vos relations avec les autres pourraient devenir plus faciles. Vous allez vouloir vous exprimer et dire ce que vous pensez. Vous convainquerez car vous avez acquis une certaine expérience dans ce domaine. Parlez avec votre cœur et on vous écoutera attentivement.-

B ƒ LI E R

VERSEAU

POISSON

6:00 EuroNews 06:45 Ludo 09:10 La Chine dans le miroir du salon 10:40 Côté cuisine 11:15 Plus belle la vie 11:40 Consomag 11:45 12/13 : Météo 11:50 12/13 : Edition de l'outremer 11:55 12/13 : Météo 12:25 12/13 : Journal national 12:55 Météo 13:00 Nous nous sommes tant aimés 13:30 En course sur France 3 13:45 Inspecteur Derrick 14:50 Sénat info 16:35 Slam 17:05 Un livre, un jour 17:15 Des chiffres et des lettres 17:50 Questions pour un champion 18:30 18:30 aujourd'hui 18:45 19/20 : Edition locale 19:00 19/20 : Journal régional 19:28 19/20 : Journal national 20:08 Emission de solutions 20:10 Plus belle la vie 20:35 La dilettante 22:33 La minute épique

Lors de cette 9e étape, les concurrents vont se lancer dans une course effrénée à travers les rues de Buenos Aires, la capitale argentine. Pendant deux jours, les équipes vont plus que jamais se livrer une lutte intense et sans merci afin d'éviter l'élimination. A chaque lieu de rendez-vous, elles vont devoir s'affronter dans différentes épreuves qui s'inspireront de la culture et du folklore de cette ville de légende. Au programme : compétition de tango sous les yeux exigeants du célèbre danseur Carlos Copello, concours de penalty au stade Diego Maradona, jeux avec des chiens facétieux dans le parc Tres de Febrero, chassécroisé dans le quartier San Telmo, l'un des plus animés de la capitale. L'équipe qui terminera en dernière position sera éliminée et ne verra pas la Patagonie.

Horoscope

CANCER

Une femme aide sa fille à grimper sur un mur de varape. Soudain, elle se retrouve avec la main paralysée. La fillette fait une chute et se blesse. Toutes les deux sont prises en charge par House. Entre deux patients, House, persuadé que sa toute nouvelle équipe sera plus efficace sous pression, organise une loterie de Noël truquée, dont il sera le seul bénéficiaire. Il espère ainsi réussir à semer la zizanie...

05:30 24 heures d'info 05:45 Météo 2 05:55 Les Z'amours 06:30 Télématin 09:05 Des jours et des vies 10:55 Météo 2 11:00 Motus 11:30 Les Z'amours 12:50 Emissions de solutions 12:55 Météo 2 13:00 Journal 13:47 Soyons Claire ! 13:48 Météo 2 13:59 Expression directe 15:15 Comment ça va bien ! 17:15 Paris sportifs 17:25 Rex 18:15 En toutes lettres 19:00 N'oubliez pas les paroles 19:50 Météo 2 20:30 Soyons Claire ! 20:31 Météo 2 20:35 Ce jour-là, tout a changé 23:25 Plein 2 ciné 23:29 Dans quelle éta-gère 23:30 Dans Paris

LION

06:30 Zoé Kézako 06:45 TFou 08:30 Téléshopping 09:20 Le destin de Lisa 09:40 Le destin de Lisa 10:30 Le destin de Lisa 11:00 Météo 11:05 Monk 12:50 L'affiche du jour 13:00 Journal 13:50 Météo 13:55 Les feux de l'amour 17:25 Ghost Whisperer 19:10 La roue de la fortune 19:50 La prochaine fois, c'est chez moi 19:55 Météo 20:35 C'est ma Terre 20:38 Courses et paris du jour 20:39 Météo 20:45 Dr House 21:30 Dr House 23:15 Les Restos du Cœur

VIERGE

07h00 : Journal télévisé (1er 07h00 : Journal télévisé (1er édition) édition) 07h15 : Sabahiat (Télématin) 07h15 :: Qaryat Sabahiat 10h00 El (Télématin) Ilm Wa 10h00 : Moughamarat Farid Khayal 10h30 :: Oyoun El-AssilAliya 10h30 12h00 :: Tara Firqatma Mozart 11h10 tara 12h30 : Dragon IbtikaratBall 12h00 13h00 : El-Azraq Journal télévisé 12h30 El-Kabir( édi13h00 Journal télévisé ( édition du: 13h) tion du :13h) 13h30 Rebeca 13h30 Houb El-Dhaie 15h00 : El Long métrage 15h00 : Long métrage d-anid'animation mation 16h30 : Kaasse el fadaa 16h30 17h00 :: Maoukib El-AâlemEl-Oussour baina yadak 17h00 : Indjazat Bachariya 17h30 : El-khal wa raihane 17h30 : Maouid Mâa El18h00 : Journal télévisé ( édiQanoun tion Amazigh) 18h00 : Journal télévisé ( édi18h20 : Haoula aâlem tion Amazigh) 19h00 :: Sâa Ikhetar soualek 18h30 Riyadia 20h00 :: Journal Journal télévisé télévisé (( édiédi20h00 tion du 20h) tion du 20h) 21h00 :: Fi Min Waqiouna 21h00 Dairati Daoue 1.2.3. viva 22h00 : Madinat El Houb l'algerie 23h00 : documentaire 23h00 : Film algerien

CAPRICORNE

Maracana N° 1134 — Mardi 8 Juin 2010

MARDI

HORAIRES DES PRIÈRES

Nuages épars. 30°

LE SAVIEZ-VOUS ?

El-Fadjr 03 h 41 El-Dohr 12 h 46 El-Assar 16 h 37 El-Maghreb 20 h 03 El-Icha’a 21 h 44

Pourboire : Le bon usage Même si on a tendance à le croire en désuétude, le pourboire reste incontournable dans certains pays et de bon ton dans certains « milieux ». Voici donc une liste qui vous éclairera sur le montant à « lâcher » selon les pays dans lesquels vous serez peut-être amené à voyager, histoire de ne pas passer pour un rat : Angleterre/ Ecosse/Irlande/ Pays de Galles : Le salaire des serveurs étant très faible, il est obligatoire de laisser entre 10 et 15%. Canada/ Etats-Unis : Le paiement par carte bancaire est de mise dans ces pays. Le montant du pourboire est indiqué au bas de la facture. De l’ordre de 15 à 20%, vous n’y échappez donc pas et il rejoint le montant global à payer. Egypte/Inde/ Maroc/Tunisie :

Bien plus que le pourboire (même si celui-ci reste de l’ordre de 15% tout de même), c’est le bakchich qui reste incontournable dans ces pays. Si le pourboire récompense des services déjà rendus, le bakchich est une somme dont on se fend en prévision de futurs services : Une bonne place dans un théâtre ou un restaurant, une chambre avec vue, une place confortable dans un train… En inde plus particulièrement, vous serez sollicité au moindre petit service. Mieux vaut donc prévoir une poche bien remplie de pièces de 1 à 5 roupies. Espagne : Bien que le service soit compris, il est d’usage de laisser 5 à 10%, même aux chauffeurs de taxis. Grèce : Les 10% de pourboire se laissent sur la table. 75% des touristes français

mettent la main à la poche. Les allemands, champions du genre, sont près de 90% à laisser piécette(s) ou billet(s). Le pourboire moyen est de 1,50 . Certains décrivent l’ancêtre du pourboire comme les petites pièces que donnaient les seigneurs du Moyen Age à leurs serveurs. Au XVIIIème siècle un tavernier anglais eut l’idée de laisser une boite sur le comptoir dans laquelle les clients pouvaient mettre de l’argent afin d’être servis plus rapidement. Ces boites se multiplièrent dans les tavernes. Sur celles-ci on pouvait lire l’inscription « To Insure Promptness » (pour assurer la rapidité – du service, of course). Je ne vous ferai pas l’affront de vous révéler la signification du terme anglais tip de nos jours.


Maracana N° 1134 — Mardi 8 Juin 2010

ANGLETERRE : Algérie-Slovénie, la défaite sans chanter ?

Pour la première fois depuis le triomphe de 1966, la sélection aux Trois Lions se présente à une Coupe du monde sans un hymne composé pour l’occasion. Paradoxalement, c’est plutôt un mauvais présage. Silence dans les rangs ! Jeudi, la sélection anglaise est arrivée en Afrique du Sud sans chanson officielle spécialement commandée pour la compétition par la fédération. Dit comme ça, cela pourrait ne pas paraître un mauvais présage : la dernière fois que cela est arrivé, c’était en 1966, année qui vit en revanche le premier hymne officiel de la compétition, le primesautier "World Cup Willie" du roi écossais du skiffle Lonnie Donegan, hommage à la mascotte du Mondial ("He’s

tough as a lion and never will give up/That’s why Willie is fav’rite for the Cup"). Aucun morceau n’avait en revanche été composé pour les supporters du onze anglais, qui remporta pourtant la finale face à l’Allemagne (4-2 ap). En janvier, la fédération anglaise a justifié l’abandon de cette tradition par le fait que la sélection voulait être « pleinement concentrée sur le football » -car, c’est bien connu, Lampard, Gerrard et Carragher avaient sûrement en tête le vaporeux "World at Your Feet" d’Embrace ("Like stars in the sky-Burning bright, seen by a billion eyes") lorsqu’ils ont raté leurs tirs au but contre le Portugal en quarts de finale il y a quatre ans.

ZIDANE SERA PRÉSENT

Zinedine Zidane sera, le vendredi 11 juin, au Cap, pour l'entrée des Bleus dans ce Mondial contre l'Uruguay Il remontera le lendemain sur Johannesburg, avec quelques émissions pour Canal + au menu, et un petit crochet pour assister le dimanche 13 juin, à Algérie-Slovénie. Selon toute vraisemblance (car son calendrier peut évoluer rapidement), il repartira ensuite en Europe où un agenda très rempli l'attend et ne pourra pas lui permettre de revenir en Afrique du Sud pour le France-Mexique du 17 juin à Polokwane. En revanche, il sera là pour le France-Afrique du Sud de Blomfontein, le 22 juin, car la veille il animera à Johannesburg une séance pour Adidas avec l'ex-international sud-africain, Lucas Radebe, qui est devenu éducateur dans les environs de la capitale du pays.

avaient été distribués aux supporteurs nigérians pour assister à ce match. Il semblerait que certains d'entre eux soient venus sans billet ou avec des photocopies. Coincés par la sécurité à l'extérieur du stade, des milliers supporteurs nigérians ont alors forcé l'entrée dans un immense mouvement de foule. De nombreuses personnes dont des enfants ont été piétinées. Au total, seize

d'entre eux ont été blessés. Un policier écrasé par une grille a été gravement blessé. Une deuxième bousculade toujours provoquée par des supporteurs voulant pénétrer dans l'enceinte a eu lieu au moment des hymnes nationaux. La FIFA a rappelé qu'elle était " totalement confiante " malgré ces incidents soulignant le fait qu'ils n'avaient pas eu lieu pendant la rencontre.

Plus de peur que de mal pour le Néerlandais Arjen Robben (26 ans, 24 matchs de Bundesliga en 2009-10, 16 buts). Blessé ce samedi lors de la victoire écrasante des PaysBas face à la Hongrie (6-1), l'attaquant du Bayern Munich souffre d'une petite déchirure à la cuisse gauche qui ne remettrait pas en cause sa participation au Mondial. "Pour soigner une telle blessure, il faut normalement quatre à six semaines de repos. Mais il existe des moyens nouveaux permettant de réduire ce délai de moitié. Je pourrais déjà aller beaucoup mieux dans une semaine", a confié Robben au micro de la télévision NOS. Les Oranje ont jusqu'au 13 juin, soit 24 heures avant leur premier match, pour appeler un remplaçant si le joueur batave n'est pas rétabli à temps.

bravas sont déjà présents en Afrique du Sud. Ils ont rejoint l'Afrique du Sud dans l'avion de la sélection. L'épisode a fait couler beaucoup d'encre en Argentine. On reproche au sélectionneur Maradona d'être trop proche de cette organisation. D'après Marca, d'autres Barras bravas ont tenté de rejoindre l'Afrique du Sud ce week-end. Mais la police a expulsé 10 membres sur les 80 qui venaient d'atterrir à

Victime d'une fracture au cubitus droit vendredi lors d'un match amical face au Japon, Didier Drogba (32 ans, 67 sélections, 41 buts) a été opéré avec succès samedi à Berne. L'attaquant emblématique de la Côte d'Ivoire doit rejoindre sa sélection ce lundi, informe la Fédération ivoirienne. "Son rétablissement a été très encourageant. Il est suggéré que, à ce stade, tous les signes soient bons et il y a beaucoup d'espoirs" pour qu'il tienne sa place contre le Portugal le 15 juin, a déclaré le porte-parole Roger Kouassi.

CROUCH ENCENSE ROONEY Avant d'être prophètes en leur

pays, les Anglais devront d'abord revenir d'Afrique du Sud avec le trophée de la Coupe du monde. Et l'attaquant longiligne de Tottenham, Peter Crouch, a sa petite idée sur la question. Pour lui, l'arme fatale des Three Lions se nomme Wayne Rooney: "C'est très important pour nous d'avoir un joueur au top de sa forme pour cette Coupe du monde. Wayne a toujours été fantastique. C'est un joueur de classe Johannesburg. Ces 10 aficionados mondiale. Certains sont tous sous le coup d'une conpensaient qu'il avait damnation avec sursis. Huit besoin d'un attaquant policiers argentins ont été postés à à côté de lui, mais il a prouvé Johannesburg et Pretoria pour tracette saison à Manchester vailler en collaboration avec les United qu'il pouvait être seul autorités sud-africaines. Ils souhaiten pointe et inscrire des ent ainsi veiller à la sécurité et la buts. tranquillité de la sélection argentine. "C'est une décision souveraine Je pense que Wayne peut des autorités sud-africaines", a même finir meilleur joueur expliqué l'ambassadeur argentin de l'année", a-t-il indiqué au Carlos Rubio Reyna. tabloïd anglais The Sun.

10 supporters argentins refoulés à Johannesburg

g L'Afrique du Sud ne rigole pas avec la sécurité. Dix supporteurs argentins jugés "dangereux" ont été renvoyés en Argentine après avoir atterris en Afrique du Sud. Les polices argentine et sud-africaine coopèrent pour empêcher le groupe "Barras Bravas" de nuire à la compétition. Les Barras bravas sont des supporteurs d'Amérique du Sud. Ce groupe est tristement célèbre pour sa violence, et des histoires de corruption. Des membres des Barras

PAS DE FORFAIT POUR ROBBEN

DROGBA DE RETOUR

UNE SÉCURITÉ DÉPASSÉE EN AFRIQUE DU SUD ?

importants incidents ont eu lieu avant le match amical opposant le Nigeria et la Corée du Nord hier à Johannesburg. A quelques jours du début de la Coupe du Monde en Afrique du Sud, ces images font désordre. Hier, une gigantesque bousculade s'est déroulée aux abords du Makhulong Stadium avant la rencontre amicale entre le Nigeria et la Corée du Nord à Johannesburg. 8000 billets gratuits

24


maracanafoot1134